« Sans BizTalk, la production s’arrête dans les 3 heures »

285 vues

Publié le

En 2011, un audit informatique de Stora Enso Langerbrugge a mis en évidence quelques points névralgiques au niveau de l’environnement d’intégration qui
reposait sur Microsoft BizTalk Server. Stora Enso Langerbrugge utilisait BizTalk comme logiciel d’intégration
depuis 2003 déjà afin d’assurer l’échange d’informations entre ses applications. Qu’est-il ressorti de cet audit ? Dans un premier temps, l’ancien partenaire d’intégration n’offrait pas suffisamment de capacités pour fournir
l’assistance nécessaire et répondre aux besoins de développement de Stora Enso. Ensuite, il n’existait pas de
documentation sur l’intégration entre les applications. Enfin, il y avait des coûts de maintenance élevés. Compte
tenu du fait que Stora Enso recherche en permanence des possibilités d’améliorer l’efficacité de sa structure de
coûts, elle s’était fixé comme objectif de réduire drastiquement les frais de maintenance annuels qui s’élevaient à 150 000 euros.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
285
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

« Sans BizTalk, la production s’arrête dans les 3 heures »

  1. 1. Reference Case | STORA ENSO www.codit.eu | info@codit.eu | tél. BE +32 3 844 31 72 | tél. FR +33 1 77 18 16 82 | tél. PT +351 21 3304403/4 1 « Sans BizTalk, la production s’arrête dans les 3 heures » Le client Stora Enso Langerbrugge, la papeterie du port de Gand produit quelque 550 000 tonnes de papier pour journaux et magazines par an. La multinationale finlando- suédoise réalise aussi des produits en bois, des matériaux bio et des cartons d’emballage. En Europe, Stora Enso est le leader du marché, puisqu’elle produit 9,5 pour cent de la totalité du papier et du carton. À l’échelle mondiale, elle se classe à la cinquième position, avec une production de 11,7 millions de tonnes de papier et de carton en 2013, et un chiffre d’affaires de 10,5 milliards d’euros. L’entreprise emploie 28 000 personnes dans 35 pays, dont 380 sur l’implantation de la cité d’Aartevelde. Sur ce site, le développement durable est porté au pinacle, puisque les déchets de papier constituent la seule matière première pour la production de nouveaux papiers, et deux installations de cogénération de qualité exploitant la biomasse produisent toute la vapeur nécessaire au processus industriels et couvrent plus de 70% des besoins en électricité. STORA ENSO Le défi En 2011, un audit informatique de Stora Enso Langerbrugge a mis en évidence quelques points névralgiques au niveau de l’environnement d’intégration qui reposait sur Microsoft BizTalk Server. Stora Enso Langerbrugge utilisait BizTalk comme logiciel d’intégra- tion depuis 2003 déjà afin d’assurer l’échange d’informations entre ses applications. Qu’est-il ressorti de cet audit ? Dans un premier temps, l’ancien partenaire d’intégration n’offrait pas suffisamment de capacités pour fournir l’assistance nécessaire et répondre aux besoins de développement de Stora Enso. Ensuite, il n’existait pas de documentation sur l’intégration entre les applications. Enfin, il y avait des coûts de maintenance élevés. Compte tenu du fait que Stora Enso recherche en permanence des possibilités d’amé- liorer l’efficacité de sa structure de coûts, elle s’était fixé comme objectif de réduire drastiquement les frais de maintenance annuels qui s’élevaient à 150 000 euros. La solution Stora Enso Langerbrugge a demandé à Microsoft de pouvoir choisir parmi trois partenaires d’intégration certifiés. Codit était le seul à satisfaire à tous les critères de Stora Enso. Il a développé de toute pièce de nouvelles interfaces entre les douze applications cruciales de Stora Enso. Il a utilisé pour ce faire Microsoft BizTalk Server 2010 et le produit Codit Integration Framework qui accélère tout développement d’au moins 10 pour cent. Le projet était prêt quatre mois plus tôt que prévu. Tout s’est rapidement déroulé grâce au plan qualité avec des objectifs clairement définis, et à la collaboration entre les équipes dirigeantes et les informati- ciens tant de Stora Enso Langerbrugge que de Codit. Referencecase www.storaenso.com
  2. 2. Reference Case | STORA ENSO www.codit.eu | info@codit.eu | tél. BE +32 3 844 31 72 | tél. FR +33 1 77 18 16 82 | tél. PT +351 21 3304403/4 2 «BizTalkestle«moteur»denotreenvironnementinformatique»,indique Jean-Pierre Vande Maele, consultant IT chez Stora Enso Langerbrugge. « En cas de panne de BizTalk, la production est à l’arrêt dans les trois heures et chaque heure représente une perte directe de 15 000 euros. Grâce à Codit, nous ne courons pas ce risque et les frais de mainte- nance annuels de BizTalk sont passés de 150 000 à 50 000 euros ! » « En Europe, nous remarquons un recul annuel de 5 pour cent de la demande en papier depuis 2008 », ajoute Chris De Hollander, CEO de Stora Enso Langerbrugge. « Il convient alors de disposer de processus d’entreprise efficaces, d’offrir une meilleure prestation de services et de bien gérer les coûts pour devancer les concurrents, autant d’objectifs que nous réalisons avec Codit. » « En août 2011, nous avons lancé un audit informatique interne d’une durée de quatre mois », confie Jean-Pierre Vande Maele. « Il a mis en évidence trois éléments à améliorer dans notre environnement d’intégration. Le choix de BizTalk ne faisait pas débat. Le problème résidait dans le fait que nous dépendions, pour les intégra- tions, d’un partenaire dont les capacités et la flexibilité étaient limitées. Ce n’était plus possible pour un système à ce point essentiel pour Stora Enso Langerbrugge. Par ailleurs, nous n’avions pas de documentation sur les intégrations entre les applications. Par conséquent, notre dépendance de ce partenaire était importante, trop importante. Sans oublier les frais de maintenance annuels qui culminaient à 150 000 euros et que nous estimions trop élevés. » Choix du partenaire « Au terme de l’audit informatique, nous avons décidé de rechercher un nouveau partenaire pour nos intégrations », poursuit Jean-Pierre Vande Maele. « J’ai demandé à Microsoft de me suggérer trois partenaires préférentiels. Nous les avons évalués sur la base de cinq critères : spécialisation en BizTalk, effectifs suffi- sants pour assurer notre assistance, qualité de Microsoft Gold Certified Partner, références actives en matière de BizTalk et un service-desk toujours accessible. Codit répondait à l’ensemble des critères et s’est clairement détaché des concur- rents à l’heure de la comparaison. En janvier 2012, nous avons décidé de collaborer avec cette entreprise. » Facteurs de réussite Le projet a démarré en février 2012 et s’est terminé en octobre 2013, soit quatre mois plus tôt que le calendrier prévu. Une des explications de ce gain de temps est le logiciel Codit Integration Framework qui a accéléré le développement des inter- faces – entre douze applications cruciales de Stora Enso – de 10 à 30 pour cent. Un autre facteur de succès était la collaboration optimale entre les équipes dirigeantes et le staff informatique de Stora Enso Langerbrugge et de Codit, dont les membres étaient répartis entre un groupe directeur et une équipe de projet. Au sein du groupe directeur, siégeaient Chris De Hollander, CEO, Jean-Pierre Vande Maele, consultant IT et les membres de la direction de Codit. Leurs décisions étaient contractuellement contraignantes. L’équipe de projet se composait d’une part de Jean-Pierre Vande Maele et de ses collaborateurs Peter Colpaert et Isabel Vergult et, d’autre part, de Pieter Vanden- heede, qui dirigeait le développement des interfaces chez Codit. Avantages • Une documentation détaillée sur les aspects fonctionnels, techniques et opérationnels des intégrations aide à résoudre plus rapidement les problèmes • Le département Managed Services de Codit supervise Microsoft BizTalk, est disponible 24/7/365 et agit de manière proactive pour prévenir les problèmes • Les frais de maintenance annuels ont diminué de 66 pour cent par rapport au passé • L’intégration à des systèmes d’autres usines Stora Enso est plus rapide et moins onéreuse • Le flux d’informations automatisé entre les applications évite des interventions manuelles et permet à tout le monde de s’acquitter de ses tâches • Grâce à Managed Services, BizTalk n’est jamais indisponible et l’intégration entre les systèmes est toujours fonctionnelle. Un arrêt de la production représenterait un manque à gagner de 15 000 euros par heure dgàd: Jean-Pierre Vande Maele, consultant IT chez Stora Enso Langerbrugge, et Chris De Hollander, CEO de Stora Enso Langerbrugge
  3. 3. Reference Case | STORA ENSO www.codit.eu | info@codit.eu | tél. BE +32 3 844 31 72 | tél. FR +33 1 77 18 16 82 | tél. PT +351 21 3304403/4 3 Une troisième clé du succès était le plan qualité. « Ce plan nous a permis de rester très largement dans les limites de notre budget », constate Jean-Pierre Vande Maele, « alors que nous avons élargi le champ d’application tout au long du projet. Nous avons également demandé à Codit de réaliser les interfaces pour les systèmes de nos papeteries à Kabel (Allemagne), à Arapoti (Brésil) et sur quatre autres sites en Finlande et en Suède. » « Après 35 ans d’expérience avec des prestataires de services informatiques, je sais qu’il est préférable de coucher des accords explicites dans un contrat en concertationavecunfournisseur»,indique le consultant IT de Stora Enso Langer- brugge. « Sinon, il y a de fortes chances que des projets ambitieux et complexes se soldent par un chaos. Le plan définis- sait les responsabilités, décrivait en détail les objectifs et le budget, désignait les membres et déterminait les rôles du groupe directeur et de l’équipe de projet, décrivait le suivi du projet, le processus d’escalade, les exigences techniques matérielles et logicielles, la méthodologie utilisée pour tester les interfaces et la documentation que Codit devait produire. Le courant est immédiatement passé entre les équipes des deux entreprises. C’était une communication ouverte entre les deux parties à tous les niveaux. Si je devais recommencer le projet BizTalk, je ne modifierais rien du tout ! » Commençons par une analyse technique et fonctionnelle détaillée et passons ensuite au développement « En commençant par l’analyse et en passant ensuite au développement, vous vous forcez à approfondir votre réflexion. Codit a redéveloppé les inter- faces avec Microsoft BizTalk Server 2010. Les connexions existantes ont, dans un premier temps, été analysées sous un éclairage fonctionnel. Ensuite, nous avons examiné jusque dans les moindres détails de quelle manière nous pouvions déployer nos processus et l’infrastructure infor- matique de façon plus efficace et perfor- mante. » « Pourquoi avons-nous conseillé à Stora Enso de passer de la version 2006 de BizTalk à celle de 2010? » Pieter Vanden- heede de Codit: « Dans un premier temps, en raison de la compatibilité avec les logiciels Microsoft les plus récents (comme Windows Server et SQL Server, à l’époque 2008 R2). Ensuite, parce que les nouvelles versions des produits logiciels offrent toujours plus d’avantages et de possibilités, ce qui permet d’économiser beaucoup d’efforts de développement. » « Pendant le projet, nos utilisateurs n’ont pas remarqué que nous procédions à une opération radicale », souligne Jean- Pierre Vande Maele. « Il s’agit pourtant des connexions entre BizTalk, le cœur de notre informatique, et des applications externes et internes vitales, dont l’appli- cation PLDA pour le dépôt électronique des déclarations des droits de douanes et accises. Toutes les applications sont interdépendantes. BizTalk veille à ce que l’information arrive automatiquement au bon moment et au bon endroit. Si l’appli- cation des commandes entrantes ne peut pas dialoguer avec celle qui gère la plani- fication de la production et le transport, l’entreprise est confrontée à un grave problème. » « Véritable réussite, ce projet déployé avec Codit est synonyme d’automatisation et d’efficacités accrues. » Peter Colpaert et Isabel Vergult, spécialistes informatiques de Stora Enso Langerbrugge Chris De Hollander, CEO de Stora Enso Langerbrugge, a siégé dans le groupe directeur. Les décisions de ce groupe étaient contractuellement contraignantes.
  4. 4. Reference Case | STORA ENSO www.codit.eu | info@codit.eu | tél. BE +32 3 844 31 72 | tél. FR +33 1 77 18 16 82 | tél. PT +351 21 3304403/4 4 Chez Stora Enso Langerbrugge, le va-et-vient des camions chargés respectivement de matières première et de rouleaux de papier finis est incessant, avec pas moins de 240 mouvements par jour en moyenne. Si BizTalk était indisponible, plus aucun camion ne pourrait entrer sur le site ni en sortir. Afin d’éviter cette paralysie, BizTalk est hébergé dans deux centres de données distants de cinq cents mètres. Si un centre de données présente un problème, l’autre prend le relais. Services infogérés Six collaborateurs du département Managed Services de Codit veillent de près à la « santé » de l’environnement d’intégration avec le Codit Integration Dashboard, Microsoft SCOM (System Center Operations Manager) et un contrôle « Start of Day ». L’informatique est donc décisive pour le fonctionnement de Stora Enso Langer- brugge. Une application contrôle ainsi la qualité et l’efficacité de la production. Une autre gère la planification du transport et le dispatching. D’autres systèmes assurent encore la gestion du magasin et du stock, la facturation, l’archivage et les rapports. En tout, il y a douze applications interdépendantes qui sont reliées par BizTalk. Si un problème se produit, Codit le prend en charge selon les dispositions prévues dans l’heure, et ce 24/7/365. Rendement de l’investissement « Grâce à des intégrations plus performantes et correctement documentées entre nos applications et aux actions proactives de Codit, il a été possible de comprimer de deux tiers les frais de maintenance annuels. Chaque année, nous économisons ainsi 100 000 euros », constate Jean-Pierre Vande Maele. « Le rendement du projet que nous avons confié à Codit se calcule donc aisément : nous récupérons l’inves- tissement après trois ans et à partir de ce moment, nous réalisons chaque année 100 000 euros de bénéfice par rapport au passé. » Projets et perspectives « Ce projet avec Codit a suscité une vague d’enthousiasme et d’intérêt au sein de l’entreprise », confient Peter Colpaert et Isabel Vergult du staff IT. « À l’avenir, nous connecterons encore davantage d’usines de l’étranger les unes avec les autres. Par ailleurs, nous intégrerons aussi de nouveaux systèmes à l’environnement IT existant à Langerbrugge, comme un système qui mesure les défauts du papier et une application pour la gestion des déchets. Chez nous, BizTalk joue les parfaits middlewares : vous ne le voyez ni ne l’entendez, mais il s’acquitte très efficacement de ses tâches. » « Pendant le projet, nos utilisateurs n’ont pas remarqué que nous procédions à une opération radicale. « Il s’agit pourtant des connexions entre BizTalk, le cœur de notre informatique, et des applications externes et internes vitales, dont l’application PLDA pour le dépôt électronique des déclarations des droits de douanes et accises.” Jean-Pierre Vande Maele, IT consultant for Stora Enso Langerbrugge dgàd: Peter Colpaert et Isabel Vergult, spécialistes infor- matiques de Stora Enso Langerbrugge www.storaenso.com

×