Protection incendie

5 581 vues

Publié le

0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 581
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
22
Actions
Partages
0
Téléchargements
621
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Protection incendie

  1. 1. ÉCOLE POLYTECHNIQUE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME EXPOSE SUR Les enseignants: -Mr. BAGHLI -Mr. MAZOUAD Elaboré par: -ATHMANI ILYES -MECHRI KHALED 2007-2006
  2. 2. PLAN DE L’EXPOSE 1-INTRODUCTION : 2-Les défirent mode de transmission de chaleur 3- Incidences sur les éléments de bâtiment 4-Éléments porteurs et résistance au feu 5-La lutte et la prévention contre l’incendie 6-Types et installation des extinction 7- Recommandations et réglementation 8-conclusion
  3. 3. INCENDIE Un incendie est une réaction de combustion non maîtrisée dans le temps et l'espace. L'incendie, appelé communément feu, est particulièrement destructeur pour les activités humaines et la nature: habitations, lieux de travail, entrepôts, véhicules, cultures, forêts, monuments historiques…
  4. 4. Causes des incendies Suivant la nature et les activités des entreprises, les origines des incendies sont variées. En dehors des causes volontaires, notamment l’intention délibérée de nuire, elles sont accidentelles et peuvent être classées en deux grandes catégories : • les causes techniques : chimiques, mécaniques, électriques, thermiques. • les causes humaines : désordre, imprudence, défaut de surveillance, indiscipline.
  5. 5. L’extension de l’incendie .Le feu se propage à tous les matériaux combustibles environnants, puis s’étend au delà de la pièce d’origine. La température augmente fortement. La fumée dégagée est de plus en plus épaisse. L’atmosphère se raréfie en oxygène et devient plus irritante par la présence de certains constituants toxiques. Les phases d'évolution de l'incendie : Naissance et croissance du feu
  6. 6. MODES DE PROPAGATION Le rayonnement: Le rayonnement est un mécanisme par lequel la chaleur se transmet entre deux matériaux séparés dans l'espace. La puissance du rayonnement est fonction de : -la température -la distance La conduction C’est le phénomène par lequel la chaleur est transmise par contact direct entre solides ou fluides en repos, des parties chaudes vers les parties froides La convection La convection est en fait le mécanisme par lequel la chaleur est transférée par l'action combinée de l'accumulation d'énergie et du mouvement de l'air.
  7. 7. Incidences sur les éléments de bâtiment Fondations et infrastructure : Supportant tout le bâtiment, l’infrastructure doit posséder la résistance au feu la plus importante. Ces éléments porteurs doivent avoir une stabilité au feu égale ou supérieure à celle de l’élément le plus menacé. Cette résistance est fonction de l’usage du bâtiment. Joint de dilatation Ils constituent une coupure par laquelle peuvent passer gaz et fumées venant de la partie inférieure ou des liquides enflammés provenant de la partie supérieure. Ils doivent être obturés par un produit à la fois souple, incombustible étanche aux gaz et parfois à l’eau et aux hydrocarbures (salles d’eau, garages) Maçonnerie – Enduits – Dallages Les maçonneries traditionnelles, enduite ou nom, constituent par elles-mêmes un excellent coupe-feu. Plâtrerie Le plâtre, ainsi que chacun le soit, est un excellent matériau contre le feu.
  8. 8. Les façades légères : Ces façades légères, abondamment vitrées et souvent constituées de matériaux d’un moyen comportement au feu, facilitent la transmission du feu aux étages supérieurs. Elles sont également sensibles à l’action du rayonnement. Les flammes sortent par les fenêtre brisées peuvent enflammer les rideaux ou les volets de l’étage supérieur ou même en faire éclater les vitres. Les gaines les gaines constituent un chemin préférentiel pour l’extension des sinistres car elles forment cheminée, le tirage thermique accélère le feu et elles propagent au loin fumées, gaz toxiques et inflammables. De plus elles mettent en communication les divers niveaux créant ainsi des discontinuités dans les éléments coupe-feu.
  9. 9. Éléments porteurs et résistance au feu: La résistance au feu d’une construction est déterminée sur base des critères suivants:  Stabilité “R”: fonction portante  Isolation thermique “I”: augmentation de la température moyenne sur la totalité de la surface non-exposée < 140 °K et augmentation maximale de la température en tout point de la surface non-exposée < 180 °K  Etanchéité aux flammes “E”: pas de passage de feu au travers des parois, planchers, joints, etc..
  10. 10. 1.Résistance au feu: Les matériaux sont: Incombustibles(M0) Combustibles: .Non inflammables (M1) 1 -Stables au feu (SF):bonne résistance mécanique au feu. 2-Par flammes (PF): bonne résistance mécanique + étanchéité au feu. 3-Coupes feu (CF):bonne isolation thermique. Le classement s’exprime aussi en degrés selon le temps de résistance: de 1/4h à 6h
  11. 11. 2-Elements porteurs: Gabarit Résistance au feu ERP à RDC SF 1/2H à 1 niveau à 2 niveaux SF 1/2H Plancher CF 1/2H , Escaliers SF 1H SF 1H Escaliers SF 1H 2 n<h<28m SF 1H Plancher CF 1H , Faux plancher SF 1/2H 2 n<h<28m SF 1H ½ Escaliers SF 1H ½ Plancher CF 1H ½ Faux plancher SF 1/2H Pièces de charpente de couverture de toute catégories SF 1/2H ERP = établissement recevant publics.
  12. 12. LES ELEMENTS EN BETON ARME Le caractère incombustibles du béton(classé Mo) est une évidence, mais il faut aussi souligner sa faible vitesse d’échauffement. Soumis à une température correspondant à celle d’un incendie, le béton n’atteint au bout d’une heure que 350°C à 3cm de profondeur et 100°C à 7,5cm, (alors qu’il n’est affecté qu’à 600°C). Cela prouve l’efficacité de la protection assurée par une paroi en béton en terme de stabilité et de propagation du feu. Le béton armé moyennant un enrobage suffisant des armatures constitue une solution économique et fiable.
  13. 13. Plancher/Toitures: Les matériaux utilisés pour les toitures doivent être incombustibles, ce à quoi répond parfaitement le béton, il présente l’avantage d’éviter tout les problèmes de propagation du feu. La toiture de cet établissement industriel est constitué de dalles de béton cellulaire armé de 20 cm d’épaisseur, doublé d’un revêtement d’étanchéité auto protégé (SF=2h).
  14. 14. les dalles Épaisseur d’une dalle en béton armé(cm) selon le degré de résistance au feu. Degré de résistance au feu Epaisseur maximale 1/2h 6 1h 7 1h1/2 9 2h 11 3h 4h 15 17,5 Les poteaux: Dimensions d’un poteau à section carrée(cm) selon le degré de résistance au feu: Degré de résistance au feu 1/2h 1h 1h1/2 2h 3h 4h Poteau exposé au feu sur les 4 faces 15 20 24 30 36 45 Poteau exposé au feu sur une face 10 12 14 16 20 26
  15. 15. Les cloisons: Caractéristiques(cm) d’un mur en béton armé selon le degré de résistance au feu Degré de résistance au feu 1/2h 1h 1h/2 2h 3h 4h Epaisseur du mur 10 11 13 15 20 25 Enrobage des aciers 1 2 3 4 6 7
  16. 16. Les murs coupe-feu: Les murs séparatifs coupe-feu en béton(constitués de blocs, de panneaux ou coulés sur place) sont le meilleur moyen d’assurer un cloisonnement efficace contre l’incendie. Les murs séparatifs coupe-feu peuvent être constitués de deux parois. Chacune devra avoir un degré CF=3h.
  17. 17. La charpente métallique: Le fer et les métaux utilisés dans le bâtiment sont inflammables , par contre leur comportement au feu est médiocre, surtout dans le cas de la construction métallique. le fer se dilate dans des proportions Importantes et vers 300°c perd toute résistance la charpente des toitures ne pouvant plus supporter la charge de la couverture va s’effondre, créant ainsi un appel d’air qui accélère la combustion, Vue éclatée d'un panneau sandwich avant et après l'incendie Les portes métalliques se dilatent et se coincent dans leurs huisseries, ce qui empêche leur manœuvre
  18. 18. Exemples: comportement de la structure métallique en cas d’incendie :
  19. 19. Pour éviter cela il faut opter pour une bonne protection du métal , et cela par: -Un enrobage en béton au moins de 3 cm. - Une plaque en plâtre. - Une Peinture ignifuge.
  20. 20. Protection des éléments de la structure Système a base de plaques de plâtre Protection des cloisons.
  21. 21. Protection des gaines. Protection des poteaux métalliques.
  22. 22. Les portes coupe-feu : Définition : La porte doit permettre le passage des personnes se trouvant dans la zone sinistrée tout en étant étanche à la fumée et au jaillissement des flammes à la périphérie. Constitution des portes coupe feu : Les portes coupe feu sont constituées d’une huisserie et d’un vantail ouvrant (quelquefois deux vantaux) en matériau peu combustible et isolant thermique , avec un dispositif assurant une étanchéité aux gaz . L’huisserie est généralement métallique mais peut être également en bois dans le cas de portes en bois.
  23. 23. Charpentes en bois : Les charpentes en bois sont combustibles mais, dans la flamme, elles se consument lentement et ne perdent leur résistance que peu à peu La conductibilité thermique du bois est faible et sa carbonisation exige beaucoup de chaleur. Il n’y a pas d’essai permettant de fixer une durée de stabilité au feu d’une charpente en bois assemblée, celles en lamellé-collé auraient une stabilité de l’ordre de 1h. La protection s’effectue par un enduit en plâtre grillagé, une ignifugation à cœur ou une peinture intumescente.
  24. 24. Panneaux coupe-feu en plâtre armé
  25. 25. Lutte et prévention contre l’incendie : L’objet : L’objet de la prévention est d’empêcher la naissance de l’incendie et si , malgré tout, il éclot, d’en limiter les conséquences au maximum. Elle consiste principalement en mesures dites passives relevant de la construction et de l’aménagement des bâtiments. Il est nécessaire de prévoir la mise en place des moyens (humains et / ou matériels) pour le détecter dès l’origine, l’attaquer et limiter sa propagation en attendant l’arrivée des secours extérieurs, protéger et évacuer les personnes menacées : on prend pour ce faire des mesures dites de prévision qui complètent les mesures de prévention. Moyens d’alarme : But : avertir dans le minimum de temps les personnes responsables immédiatement utiles. Provoquer l’alerte.
  26. 26. LES DEFERENTS TYPES DE DETECTEUR
  27. 27. Moyens d’extinction : Extincteurs :    Définition : un extincteur est un appareil qui  permit de projeter sous l’effet                     d’une pression intérieure, et de diriger un  agent extincteur sur un foyer                        d’incendie.     Il existe deux catégories d’extincteurs : les  extincteurs mobiles et les extincteurs fixes.   On trouve aussi : Extincteur à liquide ignifuge.                -   Extincteur à eau.                -   Extincteur à poudre.                -   Extincteur à dioxyde de carbone  (neige carbonique).                -   Extincteur à hydrocarbures  halogénés.                -   Extincteur à mousse.
  28. 28. Installations d’extinction automatique à eau (Sprinklers) :  Définition : l’installation se présente sous la forme d’bu réseau de      Canalisations, permettant d’arroser dans les délais les plus brefs, A partir d’une certaine température, le ou les sprinklers qui y sont soumis s’ouvrent brusquement et permettent un arrosage local en pluie, très efficace. L’ouverture d’un sprinkler occasionne une baisse de pression dans l’installation. En 70 secondes, le sprinkler détecte l’incendie , attaque le feu , donne l’alarme En 120 secondes le feu est entièrement éteint Surface touchée par le feu : 5 à 6 m2 Surface atteinte par l’eau : 30 m2 avec 6.5 litres en moyenne par m2 Schéma de principe
  29. 29. LA MAITRISE D’UN INCENDIE PAR TETE D’EXTINCTION AUTOMATIQUE SPRINKLER  Tête sprinkler  Début  d’incendie T= 0 sec ouverture de la tête  sprinkler  Entrée en action  de la tête  Sprinkler T=70 sec   l’eau est coupée  Le feu est  contrôlé T =140 sec  Le feu est  éteint l’eau est  coupée T = 190 sec
  30. 30. DESCRIPTION D’UNE INSTALLATION FIXE Tête sous plafond Tête sur le  coté DIVERS TYPES DE TETES SPRINKLER SONT UTILISES
  31. 31. Recommandation et réglementation Tout ouvrage doit répondre aux exigences suivantes:
  32. 32. DESSERTE ET ACCESSIBILITE Voie échelles Voie engins
  33. 33. Position des échelles par rapport aux  bâtiments Caractéristiques des espaces  libres
  34. 34. Protection des façades Modes de propagation du feu Feu d’origine intérieur. Feu d’origine extérieur.
  35. 35. La réglementation fixe la distance entre baies pour éviter la propagation de l’incendie . - cette distance est comprise entre 1m et 1.30m entre le haut d’une baie et le bas de la baie qui lui est superposée. En cas de façades aveugles : Elles doivent être munies de baies: d’au moins : Hauteur des baies H = 1.80 m Largeur des baies L = 0.90 m Les parois utilisés en façades doivent être coupe-feu au moins d’une heures.
  36. 36. La ventilation: La ventilation peut être la cause d’une propagation spectaculaire de l’incendie, elle peut, bien comprise, être une aide précieuse pour les responsables des secours. Il faut utiliser un système efficace de ventilation naturelle ou mixte. Elle permet : - le renouvellement de l’air des locaux. - d’empêcher l’élévation exagérée de la température . -d’aider les sapeurs pompiers dans leur travail [ pour voir clair et respirer naturellement ].
  37. 37. Les exutoires; C’est une partie mobile de la toiture d’une superficie égale au 1/20e de celle du plancher. Ouverture automatique Doivent être placées tous les 15 à 20 m Ouverture permanente
  38. 38. Le Désenfumage: Le système de désenfumage est réalisé par des gaines placées tous les 10 à 15 m le long des circulations, avec des détecteurs de fumée commandant l’ouverture des volets en cas d’incendie. La cage d’escalier doit comporter en partie haute une ouverture de 1 m2 manoeuvrable, en cas d’incendie, depuis le rez-dechaussée.
  39. 39. Principes d’implantation des détecteurs: Les détecteurs doivent être placés - Aux endroits ou la fumée se concentre vite. Mauvais Bon - à 1.50 m min des installations de ventilations et climatisations. - à 50 cm de la poutre. - à l’écart du courant d’air. - Pas à proximité des sources de chaleur.
  40. 40. Conception des dégagements Les dégagements ont pour but: De permettre une évacuation rapide et sûre de l’établissement; Faire correspondre une circulation principale à chaque sortie sur l’extérieur ou sur un dégagement protégé; Faire relier, par des circulations horizontales: Les escaliers aux sorties et les sorties entre elles (RDC); Les escaliers entre eux (étages et sous-sol) Limiter à 10 mètres de débouché des culs-de-sacs entre les portes des locaux et les dégagements permettant le choix entre plusieurs cheminements.
  41. 41. Les dégagements: Il ne doit pas être établie de couloire, sortie ou issue de secours < 2 unités de passage (1.2m) -Pas de cheminement compliqué. Les circulations horizontales en cloisonnées doivent être recoupées tous les 25 à 30m Par des parois et blocs-portes PF de degré ½ heure munis d’un ferme-porte L’accès au logement ne doit pas être au de las de 7m D<7m
  42. 42. Calcul des dégagements EFFECTIF SORTIES UP 1 à 19 1 1 20 à 500 2 Arrondir à la centaine supérieure, Chiffre de la centaine + 1 > 500 1 par fraction de 500 + 1 Arrondir à la centaine supérieure, Chiffre de la centaine
  43. 43. Distance a parcourir: 1er escalier de secours 2ème escalier de secours 25 à 30 m PUBLIC 30 – 40 m Conception des escaliers: hh Les escaliers droit destinés au public < 25 marches m 13cm<h<17cm 28cm<m<36cm Interromption
  44. 44. Les portes: Sens de la sortie Toutes les portes doivent s’ouvrir dans le sens de la sortie. L = 0.8 m 1 unité de passage. L = 1.4 m L 2 unité de passage. Les portes en va-et-vient doivent comporter une partie vitrée à hauteur de vue. Les vitrages des portes doivent être transparents Hauteur de vue Porte va- et- vient
  45. 45. Protection des ascenseurs: Tout ascenseur doit - déboucher directement dans une circulation commune. - être muni d’une trappe de secours . - être muni d’une échelle métallique permettant d’atteindre le toit. - prévoir une porte latérale de secours permettant de passer dans la cabine ou sur le toit d’un ascenseur voisin.
  46. 46. L’éclairage de sécurité : L’éclairage de sécurité doit assurer deux fonctions une bonne visibilité et éviter toute panique L’éclairage d’évacuation: Permettre d’accéder à l’extérieur -reconnaissance d’obstacle. -Distance maxi entre deux blocs : -signalisation des issues. 15 m -signalisation des cheminements. -Les blocs doivent être installé à proximité d’un obstacle -indication des changements de (escalier,…) direction.
  47. 47. CONCLUSION: La notion et les moyens de sécurité doivent être pris en considération dés les premières conceptions des bâtiments. un projet n’est admis que s’ il répond aux règlements de protection et de sécurité du public

×