SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  38
Télécharger pour lire hors ligne
Evacuation - Incendie 
Mise en Sécurité des Personnes 
Code du Travail
APS&I-Formations© 2014 
Support de cours Evacuation 
développé par APSI-Formations© 
version 2014-10
APS&I-Formations© 2014
E V A C U A T I O N 
sommaire 
S O M M A I R E 
Définitions et abréviations 
Partie 1 – le feu et ses conséquences 
 séquence 1 – théorie de l’incendie 
 séquence 2 – comportement au feu 
Partie 2 – principe de sécurité incendie 
 séquence 1 – généralités 
 séquence 2 – évacuation du public et des occupants 
 séquence 3 – système de sécurité incendie 
 séquence 4 – désenfumage 
 séquence 5 – éclairage de sécurité 
 séquence 6 – présentation des différents moyens de secours 
Partie 3 – principes et contraintes liées à l’évacuation 
 séquence 1 – délai de survie et temps d’évacuation 
 séquence 2 – contraintes liées aux comportements humains 
Partie 4 – rôles et missions du personnel 
 séquence 1 – alerte et alarme 
 séquence 2 – consignes générales de sécurité 
APS&I-Formations© 2014 sommaire / 1
E V A C U A T I O N 
sommaire 
APS&I-Formations© 2014 sommaire / 2
E V A C U A T I O N 
définitions et abréviations 
D E F I N I T I O N S 
Combustion : La combustion est une réaction chimique exothermique entre un 
combustible et un comburant en présence d’une énergie d’activation. 
Point éclair : température minimale à laquelle un liquide émet des vapeurs en 
quantité suffisante pour former avec l’air un mélange inflammable en présence 
d’une énergie d’activation. 
Pouvoir calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion 
complète d’un kilogramme d’un matériau (s’exprime en mégajoules par kilo – 
MJ/Kg) 
Potentiel calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion 
complète de tous les matériaux contenus dans un local déterminé (s’exprime en 
mégajoules par mètre carré – MJ/m²) 
Réaction au feu : C’est le comportement d’un matériau dans l’incendie en tant 
qu’aliment. 
Résistance au feu : C’est le temps pendant lequel les éléments de constructions 
jouent le rôle qui leur est dévolu malgré l’action de l’incendie. 
Extincteur : moyen de première intervention destiné à lutter contre un début 
d’incendie, utilisable par tous. 
Robinet d’incendie armé : moyen de première intervention destiné à lutter 
contre un début d’incendie, utilisable par du personnel qualifié ou non. 
Alerte : C’est l’action de demander l’intervention des secours. 
Alarme générale : Signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants d’avoir 
à évacuer les lieux. Ce signal sonore peut être complété, dans certains cas, par 
un signal visuel. L’alarme générale peut être immédiate ou temporisée. (5 
minutes maximum) – A l’issue de la temporisation l’alarme générale fonctionne 
pendant au moins 5 minutes. 
Alarme restreinte : Signal sonore et visuel distinct du signal d’alarme générale 
ayant pour but d’avertir de l’existence d’un sinistre et de sa localisation. 
APS&I-Formations© 2014 définitions et abréviations / 1
E V A C U A T I O N 
définitions et abréviations 
A B R E V I A T I O N S 
LII (ou LIE) : Limite Inférieure d’Inflammabilité (ou d’Explosibilité) 
LSI (ou LSE) : Limite Supérieure d’Inflammabilité (ou d’Explosibilité) 
SF, PF, CF : respectivement Stable au Feu, Pare Flamme et Coupe-Feu, 
SSI : Système de Sécurité Incendie, 
RIA : Robinet d’Incendie Armé, 
DI ou DAI : Détecteur d’Incendie, (détaillé dans le chapitre SDI) 
DM : Déclencheur Manuel, (appareil qui émet une information lors d’une action 
manuelle) 
DS : Diffuseur Sonore, 
DSNA : Diffuseur Sonore Non Autonome, 
UP : Unité de Passage, 
BAES : Bloc Autonome d’Eclairage de Secours, (voir chapitre éclairage de 
sécurité) 
SATI : Système Automatique de Test Intégré (éclairage de sécurité) 
APS&I-Formations© 2014 définitions et abréviations / 2
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 
T H E O R I E D E L ’ I N C E N D I E 
La combustion est une réaction chimique exothermique (qui dégage de la chaleur) 
entre un combustible et un comburant en présence d’une énergie d’activation. 
La suppression d’un seul de ces trois 
éléments entraîne l’arrêt du 
mécanisme de la combustion 
Les différentes causes d’incendie : 
 Humaines : 
o Négligence, 
o Imprudence, 
o Malveillance, 
 Technologiques : 
o Résultant de l’usage des énergies (électricité, chauffage, 
etc..) 
 Naturelles : 
o Foudre, soleil, fermentation, etc.. 
APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 1
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 
L A P R O P A G A T I O N 
Définition : 
On appelle propagation les moyens que le feu emploie pour se propager. 
Les différents modes de propagation : (trois principaux) 
La convection : montée verticale des fumées et des gaz chauds. Peut 
propager un incendie sur de très grandes distances. 
Le rayonnement : tout corps chaud émet des rayons qui sont captés par 
les corps qui l’entourent. Ces derniers s’échauffent à leur tour. 
La conduction : c’est la transmission de la chaleur dans la masse d’un 
matériau (d’un corps). 
Cependant, le feu peut aussi se propager par projection de particules 
incandescentes (escarbilles, brandons) ou par épandage (un liquide enflammé 
qui se répand). 
APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 2
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 
Evolution d’un feu dans un local : (accidents thermiques) 
Courbe de développement traditionnel d’un incendie : 
Dangers des fumées : 
 les fumées sont chaudes, 
 les fumées sont inflammables, 
 les fumées sont opaques, 
 les fumées sont toxiques, (CO, CO2, acide chlorhydrique HCl, etc..) 
 les fumées sont mobiles, 
Vous sensibiliser à ces risques vous rend plus efficace en cas d’incendie réel. 
APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 3
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 
C O N S E Q U E N C E S D ’ U N I N C E N D I E 
Conséquences directes : 
Un incendie présente des conséquences directes 
Pour les travailleurs : 
 Décès, 
 Handicaps, 
 Chocs psychologiques, 
 Etc… 
Pour l’entreprise : 
 Pertes d’exploitation, 
 Pertes matérielles, 
 Etc… 
Conséquences indirectes : 
Evaluées à 5 fois la valeur des conséquences 
directes, elles se déclenchent à plus long terme. 
 Pertes financières, 
 Pertes de compétences, 
 Pertes de clientèle, 
 Investissement important pour reprendre l’activité, 
 Etc… 
APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 4
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 2 
C O M P O R T E M E N T A U F E U 
Le pouvoir calorifique : 
C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de l’unité de 
masse d’un matériau (s’exprime en mégajoules par kilo – MJ/Kg) 
Exemples : 
 le bois à un pouvoir calorifique de 17 MJ/Kg, 
 le fioul à un pouvoir calorifique de 42 MJ/Kg, 
La charge calorifique : 
C’est la quantité de chaleur dégagée par la 
combustion complète de tous les 
matériaux contenus dans un local 
déterminé (s’exprime en mégajoules – MJ) 
Exemples : 
 bureau de ministre : 2200 MJ, 
 armoire seule vide : 500 MJ, 
Le potentiel calorifique : 
C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de tous les 
matériaux contenus dans un local déterminé (charge calorifique) ramenée à la 
surface (s’exprime en mégajoules par mètre carré – MJ/m²) 
APS&I-Formations© 2014 P1-s2 / 1
E V A C U A T I O N 
partie I : le feu et ses conséquences – séquence 2 
R E A C T I O N E T R E S I S T A N C E A U F E U 
C’est l’aliment qui peut être apporté au feu et au développement de l’incendie. 
 M0 : Incombustible 
 M1 : Non inflammable 
 M2 : Difficilement inflammable 
 M3 : Moyennement inflammable 
 M4 : Facilement inflammable 
 NC : (non classés) Matériaux dont les tests ne sont pas satisfaisant. 
R E S I S T A N C E A U F E U 
C’est le temps pendant lequel les éléments de constructions jouent le rôle qui 
leur est dévolu malgré l’action de l’incendie. 
Résistance 
mécanique 
Etanchéité 
flammes - fumées - gaz 
APS&I-Formations© 2014 P1-s2 / 2 
Limitation 
température 
Stable au Feu 
(SF) X 
Pare Flammes 
(PF) X X 
Coupe-Feu (CF) X X X 
A chacun de ces critères on associe des degrés temps de résistance au feu : 
¼ h – ½ h – ¾ h – 1 h – 1 ½ h – 2 h – 3 h – 4 h – 6 h
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 1 
G E N E R A L I T E S 
Les dispositions citées dans ce document s’appliquent à tous les établissements 
soumis au Code du Travail. 
Certaines particularités (notamment concernant les Etablissements Recevant du Public et 
les Immeubles de Grande Hauteur) font l’objet de dispositions supplémentaires. 
Art. R.4216-2 : 
Les bâtiments et les locaux sont conçus et réalisés de manière à permettre en 
cas de sinistre : 
 L'évacuation rapide de la totalité des occupants ou leur évacuation 
différée, lorsque celle-ci est rendue nécessaire, dans des conditions de 
sécurité maximale ; 
 L'accès de l'extérieur et l'intervention des services de secours et de lutte 
contre l'incendie ; 
 La limitation de la propagation de l'incendie à l'intérieur et à l'extérieur 
des bâtiments. 
Art. R.4227-28 : 
L'employeur prend les mesures nécessaires pour que tout commencement 
d'incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l'intérêt du 
sauvetage des travailleurs. 
Art. R.4227-34 : 
Les établissements dans lesquels peuvent se trouver occupées ou réunies 
habituellement plus de 50 personnes, ainsi que ceux, quelle que soit leur 
importance, où sont manipulées et mises en oeuvre des matières inflammables 
sont équipés d'un système d'alarme sonore. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s1 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 1 
Art. R.4227-37 : 
Dans les même établissements, une consigne de sécurité incendie est établie et 
affichée de manière très apparente : 
 Dans chaque local pour les locaux dont l'effectif est supérieur à cinq 
personnes ; 
 Dans chaque local ou dans chaque dégagement desservant un groupe de 
locaux dans les autres cas. 
Dans les autres établissements, des instructions sont établies, permettant 
d'assurer l'évacuation des personnes présentes dans les locaux. 
Art. R.4227-39 : 
La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du 
matériel et des exercices au cours desquels les travailleurs apprennent à 
reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à localiser et 
à utiliser les espaces d'attente sécurisés ou les espaces équivalents à se servir 
des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manoeuvres 
nécessaires. 
Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois. Leur date 
et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur 
un registre tenu à la disposition de l'inspection du travail. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s1 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 2 
D E G A G E M E N T S 
Définition : 
Les établissements comportent des dégagements tels que portes, couloirs, 
circulations, escaliers, rampes, répartis de manière à permettre une évacuation 
rapide de tous les occupants dans des conditions de sécurité maximale. 
Références règlementaires : 
Articles R.4727-4 à R.4727-14 du Code du Travail 
 Ces dégagements sont toujours libres. Aucun objet, marchandise ou 
matériel ne doit faire obstacle à la circulation des personnes ou réduire 
la largeur des dégagements, 
 Ces dégagements sont disposés de manière à éviter les culs-de-sac. 
Unités de passage : 
Chaque dégagement doit avoir une largeur minimale de passage proportionnelle 
au nombre total de personnes appelées à l'emprunter. 
Le nombre et la largeur des dégagements sont proportionnels à l’effectif reçu. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s2 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 2 
B A L I S A G E 
Les dégagements et cheminement d’évacuation doivent être balisés. 
 par des panneaux opaques ou transparents, lumineux, de forme 
rectangulaire, (de couleur verte conformes à la norme NF X 08-003) 
 indications bien lisibles de jour et de nuit, 
Pour voir la vidéo additionnelle, 
flashez le QR-code ci-contre ou 
rendez-vous à l’adresse ci-dessous : 
http://videos.apsi-formations.com 
APS&I-Formations© 2014 P2-s2 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 3 
S Y S T E M E D E S E C U R I T E I N C E N D I E 
Définition – Système de Sécurité Incendie : 
Le Système de Sécurité Incendie (SSI) d’un établissement est constitué de 
l’ensemble des matériels servant à collecter toutes les informations ou ordres 
liés à la seule sécurité incendie, à les traiter et à effectuer les fonctions 
nécessaires à la mise en sécurité de l’établissement. 
Définitions – Alarmes : 
Alarme Générale : 
Signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants d’avoir à évacuer les 
lieux. 
Ce signal sonore peut être complété, dans certains cas, par un signal visuel. 
(notamment dans les locaux où l’intensité de bruit est importante) 
L’alarme générale peut être immédiate ou temporisée… 
Alarme restreinte : 
Signal sonore et visuel distinct du signal d’alarme générale ayant pour but 
d’avertir : 
 soit le poste de sécurité incendie de l’établissement, 
 soit la direction ou le gardien, 
 soit le personnel désigné à cet effet, 
de l’existence d’un sinistre et de sa localisation. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s3 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 3 
Les déclencheurs manuels : (DM) 
Ils sont implantés dans les circulations, près des sorties. De couleur rouge et à 
une hauteur de 1,30 m, ils ne doivent pas être dissimulés. 
Ils sont munis d’une vitre ou d’un élément déformable. 
Ils portent l’inscription : « Alarme incendie – brisez la glace 
(appuyez ici) en cas de nécessité » 
Les détecteurs d’incendie : (DI ou DAI) 
Ils sont implantés dans les établissements comportant 
des locaux à sommeil et ceux où l’on évalue une 
diminution de la vigilance humaine. 
Lorsqu’un (ou des) détecteur d’incendie se trouve dans un local, et afin de 
faciliter les recherche en cas de détection incendie, on peut 
installer dans la circulation, au-dessus de la porte du local, 
un voyant raccordé au voyant du (ou des) DI du local. 
Ce voyant s’appelle un « indicateur d’action » 
Pour voir la vidéo additionnelle, 
flashez le QR-code ci-contre ou 
rendez-vous à l’adresse ci-dessous : 
http://videos.apsi-formations.com 
APS&I-Formations© 2014 P2-s3 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 4 
D E S E N F U M A G E 
Définition : 
Le désenfumage a pour objet d'extraire, en début d'incendie, une partie des 
fumées et des gaz de combustion afin de maintenir praticables les 
cheminements destinés à l'évacuation. 
Ce désenfumage peut concourir également à : 
 limiter la propagation de 
l'incendie, 
 faciliter l'intervention des 
secours, 
Principes de désenfumage : 
Références règlementaires : 
Articles R.4216-13 à R.4216-16 du Code du Travail 
Le désenfumage peut se réaliser suivant l'une des méthodes suivantes : 
 soit par balayage : apport d’air neuf – évacuation des fumées (courant 
d’air) 
 soit par hiérarchie des pressions : surpression des volumes protégés et 
dépression des volumes désenfumés, 
 soit par combinaison des deux, 
N A T U R E L O U ME C A N I Q U E 
Le désenfumage peut être Naturel ou Mécanique (avec l’aide d’un ventilateur). 
APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 4 
Désenfumage Naturel / Naturel : 
 Amenées d’air naturelles (bouches – ouvrants – portes…), 
 Extractions naturelles (bouches – ouvrants…), 
Désenfumage Naturel / Mécanique : 
 Amenées d’air naturelles (bouches – ouvrants – portes…), 
 Extractions mécaniques (moteur), 
Désenfumage Mécanique / Mécanique : 
 Amenées d’air mécaniques (moteur), 
 Extractions mécaniques (moteur), 
APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 4 
L E S E S C A L I E R S ( E N C L O I S O N N E S ) 
Protection : 
Les escaliers sont des volumes qui doivent être protégés afin que les occupants 
soient à l’abri des fumées pendant l’évacuation. 
 ils sont encloisonnés, 
 les portes sont fermées, 
 l’exutoire est fermé, 
Désenfumage : 
Un escalier sera 
désenfumé si (et 
seulement si) les 
fumées l’ont 
envahies. 
Dans ce cas : 
 on ouvre l’exutoire 
(ou l’ouvrant) en partie haute, 
 on ouvre une amenée d’air en partie basse, 
Les fumées sont extraites naturellement. 
On ne doit jamais extraire 
mécaniquement les fumées dans un escalier. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 3
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 4 
L E S C I R C U L A T I O N S ( E N C L O I S O N N E E S ) 
Caractéristiques des bouches : 
L E S L O C A U X 
On désenfume les locaux dès lors que leur surface est supérieure à : 
 300 m² en RDC ou en étage, 
 100 m² en sous-sol, 
Afin d’éviter la propagation (par convection) de l’incendie sur la totalité de la 
toiture, on recoupe les locaux de plus de 2000 m² (ou longueur > 60 m) par des 
retombées sous plafond. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 4
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 4 
Caractéristiques des écrans de cantonnement : 
 matériau M1, 
 stabilité au feu SF ¼ heure, 
On ne peut désenfumer qu’un seul canton à la fois 
APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 5
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 5 
E C L A I R A G E 
On impose des règles concernant les systèmes d’éclairage afin de : 
 assurer une circulation facile, 
 permettre l’évacuation sûre et rapide du public, 
 effectuer les manoeuvres intéressant la sécurité 
E C L A I R A G E D E S E C U R I T E 
L’éclairage de sécurité doit : 
 assurer l’éclairage d’évacuation, 
 assurer l’éclairage d’ambiance ou anti panique, 
 permettre la mise en oeuvre des mesures de sécurité et l'intervention 
éventuelle des secours, 
L’éclairage de sécurité est constitué par une installation fixe ! 
Alimenté par une source de sécurité et d’une autonomie minimale d’une heure 
(1 heure), il peut être : 
 sur source centrale, (batteries ou groupe électrogène) 
 sous la forme de blocs autonomes, (de types permanents ou non 
permanents) 
APS&I-Formations© 2014 P2-s5 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 5 
Eclairage d’évacuation : 
L'éclairage d'évacuation doit permettre à toute 
personne d'accéder à l'extérieur, en assurant 
l'éclairage des cheminements, des sorties, des 
indications de balisage, des obstacles et des indications de 
changement de direction. 
Puissance lumineuse : 45 lumens 
Obligatoire : 
 Dans les dégagements, (1 foyer tous les 15 m) 
 Dans les locaux recevant 20 personnes et plus, 
 Si la distance à parcourir pour évacuer est supérieure à 30 mètres ou si 
le local ne débouche pas directement, de plain-pied, sur l’extérieur, 
Eclairage d’ambiance ou d’anti-panique : 
L'éclairage d'ambiance ou d'anti-panique doit être 
allumé en cas de disparition de l'éclairage 
normal/remplacement. 
Puissance lumineuse : 5 lumens par m² 
Obligatoire : 
 Dans les locaux recevant 100 personnes et plus, (1 personne aux 10 m²) 
APS&I-Formations© 2014 P2-s5 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 6 
MO Y E N S D E S E C O U R S 
Les moyens de secours peuvent comporter : 
 les Moyens d’extinction, 
 les dispositions visant à faciliter l’action des sapeurs-pompiers, 
 le service de sécurité incendie, 
 le système de sécurité incendie, (SSI) 
 un système d’alerte, 
Pour voir la vidéo additionnelle, 
flashez le QR-code ci-contre ou 
rendez-vous à l’adresse ci-dessous : 
http://videos.apsi-formations.com 
MO Y E N S D ’ E X T I N C T I O N 
Les moyens d’extinction font partie des moyens de secours : 
 Bouches et poteaux d’incendie privés (et point d’eau) 
 Appareils mobiles d’extinction (extincteur, seaux pompes, etc..) 
 Robinets d’incendie armés (RIA) 
 Colonnes sèches et en charge (humides) 
 Installation fixe d’extinction automatique ou manuelle, 
 Déversoir ponctuel, 
 Eléments de construction irrigués, 
 Moyens divers (sable, couverture, etc..) 
APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 1
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 6 
L E S E X T I N C T E U R S 
Les extincteurs sont des moyens de première intervention destinés à lutter 
contre un début d’incendie et utilisable par tous. 
On classe les extincteurs en fonction de : 
 leur agent extincteur, (eau, poudre, etc..) 
 leur masse (en litre ou en kg). 
Il existe deux types d’extincteurs : 
 à pression permanente, 
 à pression auxiliaire. 
Ils sont obligatoirement de couleur rouge avec des inscriptions blanches et sont 
vérifiés tous les ans par un organisme agréé. 
Ils doivent être homologués (normes françaises et européennes). 
L’implantation : 
 dans les dégagements, 
 visible et facilement accessibles, 
 à proximité des locaux présentant des risques particuliers d’incendie, 
 peuvent être dans des placards mais sans dispositif de 
condamnation et avec pictogramme normalisé, 
 un extincteur par fraction de 200 m², 
 distance maximale à parcourir pour trouver un 
extincteur : 15 m. 
Pour voir la vidéo additionnelle, 
flashez le QR-code ci-contre ou 
rendez-vous à l’adresse ci-dessous : 
http://videos.apsi-formations.com 
APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 2
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 6 
D I S P O S I T I O N S V I S A N T A F A C I L I T E R L ’ A C T I O N D E S 
S A P E U R S - P O M P I E R S 
Plan d’intervention : 
Un plan schématique, sous forme de pancarte inaltérable, doit être apposé à 
chaque entrée de bâtiment de l'établissement pour faciliter l'intervention des 
sapeurs-pompiers. 
Il doit représenter au minimum le sous-sol, le rez-de-chaussée, chaque étage ou 
l'étage courant de l'établissement. 
Doivent y figurer, outre les dégagements, les espaces d'attente sécurisés et les 
cloisonnements principaux, l'emplacement : 
 des divers locaux techniques et autres locaux à risques particuliers, 
 des dispositifs et commandes de sécurité, 
 des organes de coupure des fluides, 
 des organes de coupure des sources d'énergie, 
 des moyens d'extinction fixes et d'alarme, 
Informations complémentaires : 
Le plan doit avoir les caractéristiques des plans d'intervention définies à 
la norme NF S 60-303 (Arrêté du 24 septembre 2009) « du 20 septembre 
1987 » relative aux plans et consignes de protection contre l'incendie. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 3
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 6 
Autres moyens pour faciliter l’action des Sapeurs-Pompiers : 
Dans certains cas on peut également exiger des balcons (filants), passerelles, 
échelles, terrasses, etc.. 
Ceci pour permettre d’accéder à des locaux mal dégagés. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 4
E V A C U A T I O N 
partie II : principes de sécurité – séquence 6 
L E S S Y S T E ME S D ’ A L E R T E 
C’est l’action de demander l’intervention des secours. On distingue deux sortes 
d’alertes : 
L’alerte intérieure : 
De tous points de l’établissement vers le poste de sécurité. 
L’alerte extérieure : 
Du poste de sécurité vers les secours publics. 
Les liaisons doivent être assurées soit par : 
 Le téléphone urbain fixe, 
 Les lignes directes (reliée directement au Centre 
de Traitement des Appels (CTA) le plus proche), 
Ex : T.A.S.A.L. (Transmission d’Alerte à 
Surveillance Automatique de Ligne) 
 Les avertisseurs d’incendie (publics ou privés), 
 Tout autre dispositif, 
Les modalités d’appel des Secours doivent être affichées 
de façon permanente près des téléphones. 
APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 5
E V A C U A T I O N 
partie III : principes et contraintes… – séquence 1 
D E L A I D E S U R V I E 
On appelle délai de survie le temps pendant lequel une personne peut rester 
dans un bâtiment, un local ou une enceinte sinistrée sans pour autant que sa vie 
ne soit menacée. 
Ce délai est facile à calculer pour un petit local mais il est plus compliqué de le 
calculer pour un grand espace ou un bâtiment dans son ensemble. 
Par conséquent il faut que soit satisfaite la condition suivante : 
Le temps d’évacuation doit être inférieur au délai de survie 
T E M P S D ’ E V A C U A T I O N 
C’est le temps nécessaire à chaque occupant pour quitter le lieu du sinistre et se 
mettre en sécurité. 
Le temps d’évacuation débute à l’audition de l’alarme générale (ou générale 
sélective). 
La perception seule du signal d’alarme ne suffit pas 
à convaincre les occupants d’évacuer 
APS&I-Formations© 2014 P3-s1 / 1
E V A C U A T I O N 
partie III : principes et contraintes… – séquence 2 
F A C T E U R S A G G R A V A N T S 
Certains facteurs aggravent considérablement le déroulement d’une évacuation. 
La connaissance du bâtiment et de l’environnement : 
La présence et l’usage d’un bâtiment depuis un certain temps n’entraîne pas 
forcément une bonne connaissance des issues de secours. 
On aura plus souvent tendance à utiliser un cheminement connu. 
un cheminement non connu est inexistant 
Le principe d’imitation : 
Des personnes peu familières des lieux auront tendance à suivre des personnes 
plus sûres d’elles. 
Des leaders peuvent apparaître spontanément dans une situation de crise. 
L’affiliation incite les personnes à se regrouper : (parents-enfants, même service, …) 
 décision d’évacuer si le regroupement est terminé, 
 vitesse de progression calée sur le plus lent, 
 utilisation d’un chemin familier, 
 etc.. 
L’âge, la discipline et la mobilité des occupants 
ont également une influence sur l’efficacité de l’évacuation. 
APS&I-Formations© 2014 P3-s2 / 1
E V A C U A T I O N 
partie III : principes et contraintes… – séquence 2 
C O M P O R T E M E N T S H U MA I N S 
Face à un évènement non désiré, certains comportements humains 
apparaissent. 
 L’évitement : le refus de voir cet évènement, apparition de stress, 
 L’engagement : une tendance à poursuivre ce que l’on fait, difficulté à 
détourner son attention vers un évènement extérieur à son activité, 
 Le rôle : les visiteurs se confinent dans un rôle passif, les employés ont 
tendance à se tourner vers la décision d’un supérieur, 
 La panique : elle est la conséquence de mauvaises conditions 
d’évacuation, (personnes prises au piège, impuissance, sentiment d’abandon, 
etc..) 
Cette liste ne saurait être exhaustive … 
APS&I-Formations© 2014 P3-s2 / 2
E V A C U A T I O N 
partie IV : rôles et missions… – séquence 1 
A L A R ME E T A L E R T E 
Donner l’alarme en cas de sinistre : 
La première étape en cas de sinistre est de donner l’alarme 
afin de mettre en sécurité les personnes. 
Actionnez un DM !! 
Alerter les secours : 
Sans retarder l’évacuation, il est important d’alerter les secours public afin qu’ils 
puissent intervenir dans les plus bref délais. 
Numéros d’appels : 
18 : les Sapeurs-Pompiers, pour ce qui 
concerne l’incendie et la mise en sécurité des 
personnes. 
15 : Services d’Aide Médicale d’Urgence 
(SAMU), pour tout soutien médical urgent. 
17 : Police ou Gendarmerie, 
112 : numéro d’appel unique sur tout le territoire Européen. 
Tous ces numéros sont gratuits et accessibles de tout poste téléphonique relié 
sur le réseau urbain. 
APS&I-Formations© 2014 P4-s1 / 1
E V A C U A T I O N 
partie IV : rôles et missions… – séquence 1 
Message d’alerte : 
 Se présenter : les secours veulent avoir le nom et prénom de l’appelant, 
 Le Numéro de téléphone : pour qu’ils puissent rappeler si nécessaire, 
 Nature du problème : maladie, accident, incendie, … 
 Localisation précise de l’évènement : pour que les secours puissent 
arriver au plus près de la zone, 
 Nombre de victimes : ou personnes concernées en essayant de préciser 
le sexe et l’âge, 
 Gravité : de l’état de chaque victime ou personne concernée, 
 Premières mesures : mises en places et par qui, 
 Risques éventuels : autres risques identifiés qui n’ont pas pu être 
supprimés ou qui vous paraissent intéressant à signaler. 
Il peut s’instaurer un dialogue entre l’appelant et l’opérateur des services de 
secours, prenez le temps de répondre à toutes leurs questions. 
Ne JAMAIS raccrocher le premier 
APS&I-Formations© 2014 P4-s1 / 2
E V A C U A T I O N 
partie IV : rôles et missions… – séquence 2 
C O N S I G N E S D E S E C U R I T E 
Les consignes Générales : 
Elles apparaissent sur les plans d’évacuation qui sont situés : 
 à chaque niveau 
de 
l’établissement, 
 près des escaliers 
ou de leurs accès, 
Elles s’adressent à tous les 
occupants de 
l’établissement. 
Les consignes Particulières : 
Elles sont destinées à un service donné (service de sécurité e ce qui nous 
concerne) et décrivent le cadre des missions des membres du service et les 
modes opératoires. 
Les consignes Spécifiques : (ou Spéciales) 
Destinées à un groupe de personnes ou à un local spécifique. (travaux par points 
chauds – extinction à gaz – etc..) 
APS&I-Formations© 2014 P4-s2 / 1
ce support de formation 
Evacuation 
vous est gracieusement offert par 
APS&I Fo rmat i o n s - C o n s e i l s 
Organisme de formation professionnelle continue – APE : 8559B – SIRET : 519 488 795 00021 
53360 HOUSSAY / Tel : +33 9 72 40 16 79 / Courriel : contact@apsi-formations.com 
Déclaration d'activité enregistrée sous le numéro 52 53 00655 53 auprès du préfet de région de Pays de Loire

Contenu connexe

Tendances

Séances secourisme sst
Séances secourisme sstSéances secourisme sst
Séances secourisme sst
melmoth70
 
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
hammani bachir
 
Formation sst moniteur ref pedago 2009
Formation sst moniteur ref pedago 2009Formation sst moniteur ref pedago 2009
Formation sst moniteur ref pedago 2009
youri59490
 
Formation sst (tres interessant)
Formation sst (tres interessant)Formation sst (tres interessant)
Formation sst (tres interessant)
pascalbaudin
 

Tendances (20)

formation-incendie-epi-79.pdf
formation-incendie-epi-79.pdfformation-incendie-epi-79.pdf
formation-incendie-epi-79.pdf
 
Incendie hse
Incendie hseIncendie hse
Incendie hse
 
Prévention des risques chimiques
Prévention des  risques chimiques   Prévention des  risques chimiques
Prévention des risques chimiques
 
Séances secourisme sst
Séances secourisme sstSéances secourisme sst
Séances secourisme sst
 
INCENDIE_New1.ppt
INCENDIE_New1.pptINCENDIE_New1.ppt
INCENDIE_New1.ppt
 
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
Guide d'elaboration du plan dhygiene et de securite specifique aux activites ...
 
LES RISQUES LIES AUX OPERATIONS DE SOUDAGE
LES RISQUES LIES AUX OPERATIONS DE SOUDAGELES RISQUES LIES AUX OPERATIONS DE SOUDAGE
LES RISQUES LIES AUX OPERATIONS DE SOUDAGE
 
Secourisme en milieu de travail
Secourisme en milieu de travail  Secourisme en milieu de travail
Secourisme en milieu de travail
 
Etude de danger envir. hammani
Etude de danger envir. hammaniEtude de danger envir. hammani
Etude de danger envir. hammani
 
La prevention des risques chimiques et la ventilation industrielle
La prevention des risques chimiques et la ventilation industrielleLa prevention des risques chimiques et la ventilation industrielle
La prevention des risques chimiques et la ventilation industrielle
 
Ingénierie de la sécurité incendie
Ingénierie de la sécurité incendieIngénierie de la sécurité incendie
Ingénierie de la sécurité incendie
 
Formation sst moniteur ref pedago 2009
Formation sst moniteur ref pedago 2009Formation sst moniteur ref pedago 2009
Formation sst moniteur ref pedago 2009
 
EPI_et_EPC_lectrique__1672947929.pdf
EPI_et_EPC_lectrique__1672947929.pdfEPI_et_EPC_lectrique__1672947929.pdf
EPI_et_EPC_lectrique__1672947929.pdf
 
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
 
Briefing hse, minutes sécurité..5 s
Briefing hse, minutes sécurité..5 sBriefing hse, minutes sécurité..5 s
Briefing hse, minutes sécurité..5 s
 
Formation sst (tres interessant)
Formation sst (tres interessant)Formation sst (tres interessant)
Formation sst (tres interessant)
 
support numerique de formation SST (Ilis sst-2014-demo)
support numerique de formation  SST (Ilis sst-2014-demo)support numerique de formation  SST (Ilis sst-2014-demo)
support numerique de formation SST (Ilis sst-2014-demo)
 
fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur
 
cours securité.pptx
cours securité.pptxcours securité.pptx
cours securité.pptx
 
Démarche d'analyse de la manutention manuelle
Démarche d'analyse de la manutention manuelle   Démarche d'analyse de la manutention manuelle
Démarche d'analyse de la manutention manuelle
 

Dernier

Dernier (13)

rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 

Support de cours évacuation

  • 1. Evacuation - Incendie Mise en Sécurité des Personnes Code du Travail
  • 2. APS&I-Formations© 2014 Support de cours Evacuation développé par APSI-Formations© version 2014-10
  • 4. E V A C U A T I O N sommaire S O M M A I R E Définitions et abréviations Partie 1 – le feu et ses conséquences  séquence 1 – théorie de l’incendie  séquence 2 – comportement au feu Partie 2 – principe de sécurité incendie  séquence 1 – généralités  séquence 2 – évacuation du public et des occupants  séquence 3 – système de sécurité incendie  séquence 4 – désenfumage  séquence 5 – éclairage de sécurité  séquence 6 – présentation des différents moyens de secours Partie 3 – principes et contraintes liées à l’évacuation  séquence 1 – délai de survie et temps d’évacuation  séquence 2 – contraintes liées aux comportements humains Partie 4 – rôles et missions du personnel  séquence 1 – alerte et alarme  séquence 2 – consignes générales de sécurité APS&I-Formations© 2014 sommaire / 1
  • 5. E V A C U A T I O N sommaire APS&I-Formations© 2014 sommaire / 2
  • 6. E V A C U A T I O N définitions et abréviations D E F I N I T I O N S Combustion : La combustion est une réaction chimique exothermique entre un combustible et un comburant en présence d’une énergie d’activation. Point éclair : température minimale à laquelle un liquide émet des vapeurs en quantité suffisante pour former avec l’air un mélange inflammable en présence d’une énergie d’activation. Pouvoir calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète d’un kilogramme d’un matériau (s’exprime en mégajoules par kilo – MJ/Kg) Potentiel calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de tous les matériaux contenus dans un local déterminé (s’exprime en mégajoules par mètre carré – MJ/m²) Réaction au feu : C’est le comportement d’un matériau dans l’incendie en tant qu’aliment. Résistance au feu : C’est le temps pendant lequel les éléments de constructions jouent le rôle qui leur est dévolu malgré l’action de l’incendie. Extincteur : moyen de première intervention destiné à lutter contre un début d’incendie, utilisable par tous. Robinet d’incendie armé : moyen de première intervention destiné à lutter contre un début d’incendie, utilisable par du personnel qualifié ou non. Alerte : C’est l’action de demander l’intervention des secours. Alarme générale : Signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants d’avoir à évacuer les lieux. Ce signal sonore peut être complété, dans certains cas, par un signal visuel. L’alarme générale peut être immédiate ou temporisée. (5 minutes maximum) – A l’issue de la temporisation l’alarme générale fonctionne pendant au moins 5 minutes. Alarme restreinte : Signal sonore et visuel distinct du signal d’alarme générale ayant pour but d’avertir de l’existence d’un sinistre et de sa localisation. APS&I-Formations© 2014 définitions et abréviations / 1
  • 7. E V A C U A T I O N définitions et abréviations A B R E V I A T I O N S LII (ou LIE) : Limite Inférieure d’Inflammabilité (ou d’Explosibilité) LSI (ou LSE) : Limite Supérieure d’Inflammabilité (ou d’Explosibilité) SF, PF, CF : respectivement Stable au Feu, Pare Flamme et Coupe-Feu, SSI : Système de Sécurité Incendie, RIA : Robinet d’Incendie Armé, DI ou DAI : Détecteur d’Incendie, (détaillé dans le chapitre SDI) DM : Déclencheur Manuel, (appareil qui émet une information lors d’une action manuelle) DS : Diffuseur Sonore, DSNA : Diffuseur Sonore Non Autonome, UP : Unité de Passage, BAES : Bloc Autonome d’Eclairage de Secours, (voir chapitre éclairage de sécurité) SATI : Système Automatique de Test Intégré (éclairage de sécurité) APS&I-Formations© 2014 définitions et abréviations / 2
  • 8. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 T H E O R I E D E L ’ I N C E N D I E La combustion est une réaction chimique exothermique (qui dégage de la chaleur) entre un combustible et un comburant en présence d’une énergie d’activation. La suppression d’un seul de ces trois éléments entraîne l’arrêt du mécanisme de la combustion Les différentes causes d’incendie :  Humaines : o Négligence, o Imprudence, o Malveillance,  Technologiques : o Résultant de l’usage des énergies (électricité, chauffage, etc..)  Naturelles : o Foudre, soleil, fermentation, etc.. APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 1
  • 9. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 L A P R O P A G A T I O N Définition : On appelle propagation les moyens que le feu emploie pour se propager. Les différents modes de propagation : (trois principaux) La convection : montée verticale des fumées et des gaz chauds. Peut propager un incendie sur de très grandes distances. Le rayonnement : tout corps chaud émet des rayons qui sont captés par les corps qui l’entourent. Ces derniers s’échauffent à leur tour. La conduction : c’est la transmission de la chaleur dans la masse d’un matériau (d’un corps). Cependant, le feu peut aussi se propager par projection de particules incandescentes (escarbilles, brandons) ou par épandage (un liquide enflammé qui se répand). APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 2
  • 10. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 Evolution d’un feu dans un local : (accidents thermiques) Courbe de développement traditionnel d’un incendie : Dangers des fumées :  les fumées sont chaudes,  les fumées sont inflammables,  les fumées sont opaques,  les fumées sont toxiques, (CO, CO2, acide chlorhydrique HCl, etc..)  les fumées sont mobiles, Vous sensibiliser à ces risques vous rend plus efficace en cas d’incendie réel. APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 3
  • 11. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 1 C O N S E Q U E N C E S D ’ U N I N C E N D I E Conséquences directes : Un incendie présente des conséquences directes Pour les travailleurs :  Décès,  Handicaps,  Chocs psychologiques,  Etc… Pour l’entreprise :  Pertes d’exploitation,  Pertes matérielles,  Etc… Conséquences indirectes : Evaluées à 5 fois la valeur des conséquences directes, elles se déclenchent à plus long terme.  Pertes financières,  Pertes de compétences,  Pertes de clientèle,  Investissement important pour reprendre l’activité,  Etc… APS&I-Formations© 2014 P1-s1 / 4
  • 12. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 2 C O M P O R T E M E N T A U F E U Le pouvoir calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de l’unité de masse d’un matériau (s’exprime en mégajoules par kilo – MJ/Kg) Exemples :  le bois à un pouvoir calorifique de 17 MJ/Kg,  le fioul à un pouvoir calorifique de 42 MJ/Kg, La charge calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de tous les matériaux contenus dans un local déterminé (s’exprime en mégajoules – MJ) Exemples :  bureau de ministre : 2200 MJ,  armoire seule vide : 500 MJ, Le potentiel calorifique : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de tous les matériaux contenus dans un local déterminé (charge calorifique) ramenée à la surface (s’exprime en mégajoules par mètre carré – MJ/m²) APS&I-Formations© 2014 P1-s2 / 1
  • 13. E V A C U A T I O N partie I : le feu et ses conséquences – séquence 2 R E A C T I O N E T R E S I S T A N C E A U F E U C’est l’aliment qui peut être apporté au feu et au développement de l’incendie.  M0 : Incombustible  M1 : Non inflammable  M2 : Difficilement inflammable  M3 : Moyennement inflammable  M4 : Facilement inflammable  NC : (non classés) Matériaux dont les tests ne sont pas satisfaisant. R E S I S T A N C E A U F E U C’est le temps pendant lequel les éléments de constructions jouent le rôle qui leur est dévolu malgré l’action de l’incendie. Résistance mécanique Etanchéité flammes - fumées - gaz APS&I-Formations© 2014 P1-s2 / 2 Limitation température Stable au Feu (SF) X Pare Flammes (PF) X X Coupe-Feu (CF) X X X A chacun de ces critères on associe des degrés temps de résistance au feu : ¼ h – ½ h – ¾ h – 1 h – 1 ½ h – 2 h – 3 h – 4 h – 6 h
  • 14. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 1 G E N E R A L I T E S Les dispositions citées dans ce document s’appliquent à tous les établissements soumis au Code du Travail. Certaines particularités (notamment concernant les Etablissements Recevant du Public et les Immeubles de Grande Hauteur) font l’objet de dispositions supplémentaires. Art. R.4216-2 : Les bâtiments et les locaux sont conçus et réalisés de manière à permettre en cas de sinistre :  L'évacuation rapide de la totalité des occupants ou leur évacuation différée, lorsque celle-ci est rendue nécessaire, dans des conditions de sécurité maximale ;  L'accès de l'extérieur et l'intervention des services de secours et de lutte contre l'incendie ;  La limitation de la propagation de l'incendie à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments. Art. R.4227-28 : L'employeur prend les mesures nécessaires pour que tout commencement d'incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l'intérêt du sauvetage des travailleurs. Art. R.4227-34 : Les établissements dans lesquels peuvent se trouver occupées ou réunies habituellement plus de 50 personnes, ainsi que ceux, quelle que soit leur importance, où sont manipulées et mises en oeuvre des matières inflammables sont équipés d'un système d'alarme sonore. APS&I-Formations© 2014 P2-s1 / 1
  • 15. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 1 Art. R.4227-37 : Dans les même établissements, une consigne de sécurité incendie est établie et affichée de manière très apparente :  Dans chaque local pour les locaux dont l'effectif est supérieur à cinq personnes ;  Dans chaque local ou dans chaque dégagement desservant un groupe de locaux dans les autres cas. Dans les autres établissements, des instructions sont établies, permettant d'assurer l'évacuation des personnes présentes dans les locaux. Art. R.4227-39 : La consigne de sécurité incendie prévoit des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels les travailleurs apprennent à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à localiser et à utiliser les espaces d'attente sécurisés ou les espaces équivalents à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manoeuvres nécessaires. Ces exercices et essais périodiques ont lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l'inspection du travail. APS&I-Formations© 2014 P2-s1 / 2
  • 16. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 2 D E G A G E M E N T S Définition : Les établissements comportent des dégagements tels que portes, couloirs, circulations, escaliers, rampes, répartis de manière à permettre une évacuation rapide de tous les occupants dans des conditions de sécurité maximale. Références règlementaires : Articles R.4727-4 à R.4727-14 du Code du Travail  Ces dégagements sont toujours libres. Aucun objet, marchandise ou matériel ne doit faire obstacle à la circulation des personnes ou réduire la largeur des dégagements,  Ces dégagements sont disposés de manière à éviter les culs-de-sac. Unités de passage : Chaque dégagement doit avoir une largeur minimale de passage proportionnelle au nombre total de personnes appelées à l'emprunter. Le nombre et la largeur des dégagements sont proportionnels à l’effectif reçu. APS&I-Formations© 2014 P2-s2 / 1
  • 17. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 2 B A L I S A G E Les dégagements et cheminement d’évacuation doivent être balisés.  par des panneaux opaques ou transparents, lumineux, de forme rectangulaire, (de couleur verte conformes à la norme NF X 08-003)  indications bien lisibles de jour et de nuit, Pour voir la vidéo additionnelle, flashez le QR-code ci-contre ou rendez-vous à l’adresse ci-dessous : http://videos.apsi-formations.com APS&I-Formations© 2014 P2-s2 / 2
  • 18. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 3 S Y S T E M E D E S E C U R I T E I N C E N D I E Définition – Système de Sécurité Incendie : Le Système de Sécurité Incendie (SSI) d’un établissement est constitué de l’ensemble des matériels servant à collecter toutes les informations ou ordres liés à la seule sécurité incendie, à les traiter et à effectuer les fonctions nécessaires à la mise en sécurité de l’établissement. Définitions – Alarmes : Alarme Générale : Signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants d’avoir à évacuer les lieux. Ce signal sonore peut être complété, dans certains cas, par un signal visuel. (notamment dans les locaux où l’intensité de bruit est importante) L’alarme générale peut être immédiate ou temporisée… Alarme restreinte : Signal sonore et visuel distinct du signal d’alarme générale ayant pour but d’avertir :  soit le poste de sécurité incendie de l’établissement,  soit la direction ou le gardien,  soit le personnel désigné à cet effet, de l’existence d’un sinistre et de sa localisation. APS&I-Formations© 2014 P2-s3 / 1
  • 19. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 3 Les déclencheurs manuels : (DM) Ils sont implantés dans les circulations, près des sorties. De couleur rouge et à une hauteur de 1,30 m, ils ne doivent pas être dissimulés. Ils sont munis d’une vitre ou d’un élément déformable. Ils portent l’inscription : « Alarme incendie – brisez la glace (appuyez ici) en cas de nécessité » Les détecteurs d’incendie : (DI ou DAI) Ils sont implantés dans les établissements comportant des locaux à sommeil et ceux où l’on évalue une diminution de la vigilance humaine. Lorsqu’un (ou des) détecteur d’incendie se trouve dans un local, et afin de faciliter les recherche en cas de détection incendie, on peut installer dans la circulation, au-dessus de la porte du local, un voyant raccordé au voyant du (ou des) DI du local. Ce voyant s’appelle un « indicateur d’action » Pour voir la vidéo additionnelle, flashez le QR-code ci-contre ou rendez-vous à l’adresse ci-dessous : http://videos.apsi-formations.com APS&I-Formations© 2014 P2-s3 / 2
  • 20. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 4 D E S E N F U M A G E Définition : Le désenfumage a pour objet d'extraire, en début d'incendie, une partie des fumées et des gaz de combustion afin de maintenir praticables les cheminements destinés à l'évacuation. Ce désenfumage peut concourir également à :  limiter la propagation de l'incendie,  faciliter l'intervention des secours, Principes de désenfumage : Références règlementaires : Articles R.4216-13 à R.4216-16 du Code du Travail Le désenfumage peut se réaliser suivant l'une des méthodes suivantes :  soit par balayage : apport d’air neuf – évacuation des fumées (courant d’air)  soit par hiérarchie des pressions : surpression des volumes protégés et dépression des volumes désenfumés,  soit par combinaison des deux, N A T U R E L O U ME C A N I Q U E Le désenfumage peut être Naturel ou Mécanique (avec l’aide d’un ventilateur). APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 1
  • 21. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 4 Désenfumage Naturel / Naturel :  Amenées d’air naturelles (bouches – ouvrants – portes…),  Extractions naturelles (bouches – ouvrants…), Désenfumage Naturel / Mécanique :  Amenées d’air naturelles (bouches – ouvrants – portes…),  Extractions mécaniques (moteur), Désenfumage Mécanique / Mécanique :  Amenées d’air mécaniques (moteur),  Extractions mécaniques (moteur), APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 2
  • 22. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 4 L E S E S C A L I E R S ( E N C L O I S O N N E S ) Protection : Les escaliers sont des volumes qui doivent être protégés afin que les occupants soient à l’abri des fumées pendant l’évacuation.  ils sont encloisonnés,  les portes sont fermées,  l’exutoire est fermé, Désenfumage : Un escalier sera désenfumé si (et seulement si) les fumées l’ont envahies. Dans ce cas :  on ouvre l’exutoire (ou l’ouvrant) en partie haute,  on ouvre une amenée d’air en partie basse, Les fumées sont extraites naturellement. On ne doit jamais extraire mécaniquement les fumées dans un escalier. APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 3
  • 23. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 4 L E S C I R C U L A T I O N S ( E N C L O I S O N N E E S ) Caractéristiques des bouches : L E S L O C A U X On désenfume les locaux dès lors que leur surface est supérieure à :  300 m² en RDC ou en étage,  100 m² en sous-sol, Afin d’éviter la propagation (par convection) de l’incendie sur la totalité de la toiture, on recoupe les locaux de plus de 2000 m² (ou longueur > 60 m) par des retombées sous plafond. APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 4
  • 24. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 4 Caractéristiques des écrans de cantonnement :  matériau M1,  stabilité au feu SF ¼ heure, On ne peut désenfumer qu’un seul canton à la fois APS&I-Formations© 2014 P2-s4 / 5
  • 25. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 5 E C L A I R A G E On impose des règles concernant les systèmes d’éclairage afin de :  assurer une circulation facile,  permettre l’évacuation sûre et rapide du public,  effectuer les manoeuvres intéressant la sécurité E C L A I R A G E D E S E C U R I T E L’éclairage de sécurité doit :  assurer l’éclairage d’évacuation,  assurer l’éclairage d’ambiance ou anti panique,  permettre la mise en oeuvre des mesures de sécurité et l'intervention éventuelle des secours, L’éclairage de sécurité est constitué par une installation fixe ! Alimenté par une source de sécurité et d’une autonomie minimale d’une heure (1 heure), il peut être :  sur source centrale, (batteries ou groupe électrogène)  sous la forme de blocs autonomes, (de types permanents ou non permanents) APS&I-Formations© 2014 P2-s5 / 1
  • 26. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 5 Eclairage d’évacuation : L'éclairage d'évacuation doit permettre à toute personne d'accéder à l'extérieur, en assurant l'éclairage des cheminements, des sorties, des indications de balisage, des obstacles et des indications de changement de direction. Puissance lumineuse : 45 lumens Obligatoire :  Dans les dégagements, (1 foyer tous les 15 m)  Dans les locaux recevant 20 personnes et plus,  Si la distance à parcourir pour évacuer est supérieure à 30 mètres ou si le local ne débouche pas directement, de plain-pied, sur l’extérieur, Eclairage d’ambiance ou d’anti-panique : L'éclairage d'ambiance ou d'anti-panique doit être allumé en cas de disparition de l'éclairage normal/remplacement. Puissance lumineuse : 5 lumens par m² Obligatoire :  Dans les locaux recevant 100 personnes et plus, (1 personne aux 10 m²) APS&I-Formations© 2014 P2-s5 / 2
  • 27. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 6 MO Y E N S D E S E C O U R S Les moyens de secours peuvent comporter :  les Moyens d’extinction,  les dispositions visant à faciliter l’action des sapeurs-pompiers,  le service de sécurité incendie,  le système de sécurité incendie, (SSI)  un système d’alerte, Pour voir la vidéo additionnelle, flashez le QR-code ci-contre ou rendez-vous à l’adresse ci-dessous : http://videos.apsi-formations.com MO Y E N S D ’ E X T I N C T I O N Les moyens d’extinction font partie des moyens de secours :  Bouches et poteaux d’incendie privés (et point d’eau)  Appareils mobiles d’extinction (extincteur, seaux pompes, etc..)  Robinets d’incendie armés (RIA)  Colonnes sèches et en charge (humides)  Installation fixe d’extinction automatique ou manuelle,  Déversoir ponctuel,  Eléments de construction irrigués,  Moyens divers (sable, couverture, etc..) APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 1
  • 28. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 6 L E S E X T I N C T E U R S Les extincteurs sont des moyens de première intervention destinés à lutter contre un début d’incendie et utilisable par tous. On classe les extincteurs en fonction de :  leur agent extincteur, (eau, poudre, etc..)  leur masse (en litre ou en kg). Il existe deux types d’extincteurs :  à pression permanente,  à pression auxiliaire. Ils sont obligatoirement de couleur rouge avec des inscriptions blanches et sont vérifiés tous les ans par un organisme agréé. Ils doivent être homologués (normes françaises et européennes). L’implantation :  dans les dégagements,  visible et facilement accessibles,  à proximité des locaux présentant des risques particuliers d’incendie,  peuvent être dans des placards mais sans dispositif de condamnation et avec pictogramme normalisé,  un extincteur par fraction de 200 m²,  distance maximale à parcourir pour trouver un extincteur : 15 m. Pour voir la vidéo additionnelle, flashez le QR-code ci-contre ou rendez-vous à l’adresse ci-dessous : http://videos.apsi-formations.com APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 2
  • 29. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 6 D I S P O S I T I O N S V I S A N T A F A C I L I T E R L ’ A C T I O N D E S S A P E U R S - P O M P I E R S Plan d’intervention : Un plan schématique, sous forme de pancarte inaltérable, doit être apposé à chaque entrée de bâtiment de l'établissement pour faciliter l'intervention des sapeurs-pompiers. Il doit représenter au minimum le sous-sol, le rez-de-chaussée, chaque étage ou l'étage courant de l'établissement. Doivent y figurer, outre les dégagements, les espaces d'attente sécurisés et les cloisonnements principaux, l'emplacement :  des divers locaux techniques et autres locaux à risques particuliers,  des dispositifs et commandes de sécurité,  des organes de coupure des fluides,  des organes de coupure des sources d'énergie,  des moyens d'extinction fixes et d'alarme, Informations complémentaires : Le plan doit avoir les caractéristiques des plans d'intervention définies à la norme NF S 60-303 (Arrêté du 24 septembre 2009) « du 20 septembre 1987 » relative aux plans et consignes de protection contre l'incendie. APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 3
  • 30. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 6 Autres moyens pour faciliter l’action des Sapeurs-Pompiers : Dans certains cas on peut également exiger des balcons (filants), passerelles, échelles, terrasses, etc.. Ceci pour permettre d’accéder à des locaux mal dégagés. APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 4
  • 31. E V A C U A T I O N partie II : principes de sécurité – séquence 6 L E S S Y S T E ME S D ’ A L E R T E C’est l’action de demander l’intervention des secours. On distingue deux sortes d’alertes : L’alerte intérieure : De tous points de l’établissement vers le poste de sécurité. L’alerte extérieure : Du poste de sécurité vers les secours publics. Les liaisons doivent être assurées soit par :  Le téléphone urbain fixe,  Les lignes directes (reliée directement au Centre de Traitement des Appels (CTA) le plus proche), Ex : T.A.S.A.L. (Transmission d’Alerte à Surveillance Automatique de Ligne)  Les avertisseurs d’incendie (publics ou privés),  Tout autre dispositif, Les modalités d’appel des Secours doivent être affichées de façon permanente près des téléphones. APS&I-Formations© 2014 P2-s6 / 5
  • 32. E V A C U A T I O N partie III : principes et contraintes… – séquence 1 D E L A I D E S U R V I E On appelle délai de survie le temps pendant lequel une personne peut rester dans un bâtiment, un local ou une enceinte sinistrée sans pour autant que sa vie ne soit menacée. Ce délai est facile à calculer pour un petit local mais il est plus compliqué de le calculer pour un grand espace ou un bâtiment dans son ensemble. Par conséquent il faut que soit satisfaite la condition suivante : Le temps d’évacuation doit être inférieur au délai de survie T E M P S D ’ E V A C U A T I O N C’est le temps nécessaire à chaque occupant pour quitter le lieu du sinistre et se mettre en sécurité. Le temps d’évacuation débute à l’audition de l’alarme générale (ou générale sélective). La perception seule du signal d’alarme ne suffit pas à convaincre les occupants d’évacuer APS&I-Formations© 2014 P3-s1 / 1
  • 33. E V A C U A T I O N partie III : principes et contraintes… – séquence 2 F A C T E U R S A G G R A V A N T S Certains facteurs aggravent considérablement le déroulement d’une évacuation. La connaissance du bâtiment et de l’environnement : La présence et l’usage d’un bâtiment depuis un certain temps n’entraîne pas forcément une bonne connaissance des issues de secours. On aura plus souvent tendance à utiliser un cheminement connu. un cheminement non connu est inexistant Le principe d’imitation : Des personnes peu familières des lieux auront tendance à suivre des personnes plus sûres d’elles. Des leaders peuvent apparaître spontanément dans une situation de crise. L’affiliation incite les personnes à se regrouper : (parents-enfants, même service, …)  décision d’évacuer si le regroupement est terminé,  vitesse de progression calée sur le plus lent,  utilisation d’un chemin familier,  etc.. L’âge, la discipline et la mobilité des occupants ont également une influence sur l’efficacité de l’évacuation. APS&I-Formations© 2014 P3-s2 / 1
  • 34. E V A C U A T I O N partie III : principes et contraintes… – séquence 2 C O M P O R T E M E N T S H U MA I N S Face à un évènement non désiré, certains comportements humains apparaissent.  L’évitement : le refus de voir cet évènement, apparition de stress,  L’engagement : une tendance à poursuivre ce que l’on fait, difficulté à détourner son attention vers un évènement extérieur à son activité,  Le rôle : les visiteurs se confinent dans un rôle passif, les employés ont tendance à se tourner vers la décision d’un supérieur,  La panique : elle est la conséquence de mauvaises conditions d’évacuation, (personnes prises au piège, impuissance, sentiment d’abandon, etc..) Cette liste ne saurait être exhaustive … APS&I-Formations© 2014 P3-s2 / 2
  • 35. E V A C U A T I O N partie IV : rôles et missions… – séquence 1 A L A R ME E T A L E R T E Donner l’alarme en cas de sinistre : La première étape en cas de sinistre est de donner l’alarme afin de mettre en sécurité les personnes. Actionnez un DM !! Alerter les secours : Sans retarder l’évacuation, il est important d’alerter les secours public afin qu’ils puissent intervenir dans les plus bref délais. Numéros d’appels : 18 : les Sapeurs-Pompiers, pour ce qui concerne l’incendie et la mise en sécurité des personnes. 15 : Services d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU), pour tout soutien médical urgent. 17 : Police ou Gendarmerie, 112 : numéro d’appel unique sur tout le territoire Européen. Tous ces numéros sont gratuits et accessibles de tout poste téléphonique relié sur le réseau urbain. APS&I-Formations© 2014 P4-s1 / 1
  • 36. E V A C U A T I O N partie IV : rôles et missions… – séquence 1 Message d’alerte :  Se présenter : les secours veulent avoir le nom et prénom de l’appelant,  Le Numéro de téléphone : pour qu’ils puissent rappeler si nécessaire,  Nature du problème : maladie, accident, incendie, …  Localisation précise de l’évènement : pour que les secours puissent arriver au plus près de la zone,  Nombre de victimes : ou personnes concernées en essayant de préciser le sexe et l’âge,  Gravité : de l’état de chaque victime ou personne concernée,  Premières mesures : mises en places et par qui,  Risques éventuels : autres risques identifiés qui n’ont pas pu être supprimés ou qui vous paraissent intéressant à signaler. Il peut s’instaurer un dialogue entre l’appelant et l’opérateur des services de secours, prenez le temps de répondre à toutes leurs questions. Ne JAMAIS raccrocher le premier APS&I-Formations© 2014 P4-s1 / 2
  • 37. E V A C U A T I O N partie IV : rôles et missions… – séquence 2 C O N S I G N E S D E S E C U R I T E Les consignes Générales : Elles apparaissent sur les plans d’évacuation qui sont situés :  à chaque niveau de l’établissement,  près des escaliers ou de leurs accès, Elles s’adressent à tous les occupants de l’établissement. Les consignes Particulières : Elles sont destinées à un service donné (service de sécurité e ce qui nous concerne) et décrivent le cadre des missions des membres du service et les modes opératoires. Les consignes Spécifiques : (ou Spéciales) Destinées à un groupe de personnes ou à un local spécifique. (travaux par points chauds – extinction à gaz – etc..) APS&I-Formations© 2014 P4-s2 / 1
  • 38. ce support de formation Evacuation vous est gracieusement offert par APS&I Fo rmat i o n s - C o n s e i l s Organisme de formation professionnelle continue – APE : 8559B – SIRET : 519 488 795 00021 53360 HOUSSAY / Tel : +33 9 72 40 16 79 / Courriel : contact@apsi-formations.com Déclaration d'activité enregistrée sous le numéro 52 53 00655 53 auprès du préfet de région de Pays de Loire