BritishVisit.French-1

82 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
82
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

BritishVisit.French-1

  1. 1. Visiteurs du Royaume-UniVisiteurs du Royaume-Uni Le 14 avril 2010 Équipe de soutien et de traitement à l’école et à la familleÉquipe de soutien et de traitement à l’école et à la famille Services aux élèvesServices aux élèves Commission scolaire Lester-B.-PearsonCommission scolaire Lester-B.-Pearson Nigel Archibald Nathalie Constant Janis Davies Maureen Hunt Rita McDonough Laura Mosca Ivan Smith Scott Waugh
  2. 2. BienvenueBienvenue
  3. 3.  Un modèle – L’ESTEF – aperçu historique et philosophique – Questions/Discussion  Comment est-elle intégrée ? – L’équipe ressource – Questions/Discussion  Rôle FSSTT Tech – Questions/Discussion  T.I.E.S. – Aperçu – Questions/Discussion  Modèle de perfectionnement – Renforcement des capacités dans la communauté scolaire – Questions/Discussion  Aperçu de la recherche – Questions/Discussion  Clôture
  4. 4. « Un modèle »« Un modèle » Aperçu de l’ESTEF  historique  philosophique
  5. 5. Les débutsLes débuts  Établie à l’automne 1995  Projet pilote de 3 ans  Fondation McConnell  Dr Mounir Samy  5 écoles : 4 primaires - 1 secondaire  Recherche sur l’intervention précoce  Dr Richard Tremblay – Université de Montréal  S’étend à 7 primaires - 1 secondaire en 2000  Actuellement  15 écoles primaires  5 écoles secondaires
  6. 6. QUI FAIT PARTIE DE L’ESTEFQUI FAIT PARTIE DE L’ESTEF??  Chaque professionnel qui intervient dans la vie d’un élève est un membre de l’Équipe de soutien et de traitement à l’école et à la famille et fait partie du plan d’intervention.  L’équipe multidisciplinaire est formée d’un coordonnateur/conseiller, une spécialiste en développement de l’enfant, deux psycho-éducateurs, une thérapeute familial, une art-thérapeute, un technicien itinérant en aide sociale, et les services à temps partiel de psychiatres et de psychologues.  L’équipe de base est constituée d’un technicien en aide sociale dans chacune des écoles où l’équipe est présente.  Les projections naturelles de l’équipe sont les psychologues scolaires, le personnel des Services aux élèves, les enseignants-ressource et les titulaires, les travailleurs sociaux du CLSC, les infirmières, et des professionnels de l’extérieur.
  7. 7. ESTEFESTEF 2008 – 20092008 – 2009 Liens de communication – OrganigrammeLiens de communication – Organigramme ORCHARD ACADEMY  Psychologue Tech en aide sociale ESTEF Conseiller ÉHDAA RIVERVIEW SPRINGDALE ST. LAWRENCE ACADEMY JR. ST. LAWRENCE ACADEMY SR. ORCHARD ACADEMY  Psychologue Tech en aide sociale ESTEF Conseiller ÉHDAA RIVERVIEW SPRINGDALE ST. LAWRENCE ACADEMY JR. ST. LAWRENCE ACADEMY SR. COORDINATEURCOORDINATEUR CO-COORDINATEURCO-COORDINATEUR ÉQUIPE MULTIDISCIPLINAIRE Psychiatre Conseillers ESTEF Psycho-éducateurs Psychologues Tech itinérant en aide sociale Art-thérapeute (TIES) Conseiller familial (TIES) ÉQUIPE MULTIDISCIPLINAIRE Psychiatre Conseillers ESTEF Psycho-éducateurs Psychologues Tech itinérant en aide sociale Art-thérapeute (TIES) Conseiller familial (TIES) CLEARPOINT EDGEWATER GREENDALE MEADOWBROOK PURCELL ACADEMY ST- PATRICK CLEARPOINT EDGEWATER GREENDALE MEADOWBROOK PURCELL ACADEMY ST- PATRICK BEURLING LCCHS LAKESIDE ACADEMY LPHS RIVERDALE BEURLING LCCHS LAKESIDE ACADEMY LPHS RIVERDALE ALLION BISHOP WHELAN SUNSHINE THORNDALE ALLION BISHOP WHELAN SUNSHINE THORNDALE Liaison ESTEF Liaison ESTEF Liaison ESTEF Liaison ESTEF
  8. 8. Objectifs globauxObjectifs globaux  Perfectionnement pour le personnel scolaire dans le domaine du développement socio-affectif de l’enfant  Fournir un soutien thérapeutique aux élèves et à leur famille tant à l’école qu’à la maison, s’il y a lieu.
  9. 9. Objectifs spécifiquesObjectifs spécifiques  Améliorer le bien-être de l’enfant  Rehausser l’estime de soi de l’enfant  Réduire la stigmatisation et la marginalisation de l’enfant  Aider l’enfant à comprendre le problème
  10. 10. Objectifs spécifiques (suite)Objectifs spécifiques (suite)  Aider les enseignants à comprendre la nature des difficultés de l’enfant en : – Reconnaissant et acceptant le bien-fondé du concept d’inadaptation psychosociale – Faciliter la compréhension d’une approche systémique de l’inadaptation socio- affective
  11. 11. Objectifs spécifiques (suite)Objectifs spécifiques (suite)  Se familiariser avec les indicateurs d’inadaptation psychosociale et arriver à les reconnaître  Concevoir des interventions et des techniques pour aider les enseignants  Modifier les variables environne- mentales pour répondre aux besoins de l’enfant
  12. 12. Objectifs sous-jacentsObjectifs sous-jacents  Changement au système - Approche écologique  S’orienter ver la création d’environnements thérapeutiques dans nos écoles
  13. 13. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  14. 14. Comment est-elle intégrée ?Comment est-elle intégrée ?
  15. 15. Équipe ressourceÉquipe ressource FONCTION PIVOT :  Prestation de services aux élèves qui en ont besoin  Fournir de l’aide aux enseignants
  16. 16. Équipe ressourceÉquipe ressource BUT  Revoir le dossier de stratégies d’enseignement déjà en place  Trouver d’autres stratégies avec le groupe multidisciplinaire (remue-méninges)  Concevoir une approche collaborative à la résolution de problème  Faciliter la communication au sein de l’école, avec les parents, avec les autres professionnels concernés  Effectuer le processus d’aiguillage en ce qui concerne la consultation, l’évaluation, ou l’identification des besoins particuliers.
  17. 17. ENFANT/ FAMILLE ENFANT/ FAMILLE ENSEIGNANT EN CLASSE TECHNICIEN AIDE SOCIALE TECHNICIEN AIDE SOCIALE Équipe ressourceÉquipe ressource TRAVAILLEUSE SOCIALE DE L’ÉCOLE TRAVAILLEUSE SOCIALE DE L’ÉCOLE PSYCHOLOGUE SCOLAIRE SERVICES AUX ÉLÈVES PSYCHOLOGUE SCOLAIRE SERVICES AUX ÉLÈVES DIRECTION DE L’ÉCOLE DIRECTION DE L’ÉCOLE ENSEIGNANTS RESSOURCE DE L’ÉCOLE ENSEIGNANTS RESSOURCE DE L’ÉCOLE AUTRES PROFESSIONNELS AUTRES PROFESSIONNELS INFIRMIÈR E DU CLSC INFIRMIÈR E DU CLSC PRÉPOSÉ(E) À L’INTEGRATION PRÉPOSÉ(E) À L’INTEGRATION ESTEFESTEF
  18. 18. ProcessusProcessus  Résolution de problème – remue- méninges; modèle (Porter) de résolution de problème en 30 minutes  Suivi : – Revoir et évaluer les plans d’action – Les réviser si nécessaire  Processus d’aiguillage : 1. Aiguillage général vers l’équipe ressource 2. Intervention spécifique de l’ESTEF
  19. 19. ÉQUIPE RESSOURCEÉQUIPE RESSOURCE ENSEIGNANTE ÉQUIPE RESSOURCE Résolution de problème Élaborer un plan à l’école AIGUILLAGE vers les SERVICES AUX ÉLÈVES Le/la psychologue de l’école élabore un plan d’intervention et/ou un aiguillage vers l’un des intervenants suivants pour une évaluation ESTEF TRAVAILLEUR SOCIAL HÔPITAL AUTRES PROFESSIONNELS
  20. 20. ENSEIGNANTEENSEIGNANTE ÉQUIPE RESSOURCE Résolution de problème Élaboration d’un plan à l’école ÉQUIPE RESSOURCE Résolution de problème Élaboration d’un plan à l’école AIGUILLAGE AUX SERVICES AUX ÉLÈVES Psychologue de l’école Élaboration d’un plan d’intervention et/ou aiguillage pour évaluation AIGUILLAGE AUX SERVICES AUX ÉLÈVES Psychologue de l’école Élaboration d’un plan d’intervention et/ou aiguillage pour évaluation ESTEFESTEF TRAVAILLEUR SOCIAL TRAVAILLEUR SOCIAL HÔPITALHÔPITAL AUTRES PROFESSIONNELS AUTRES PROFESSIONNELS INTERVENTIO N DE TYPE I Ressource Comportement SUR PLACE PRO-ACTIF INTERVENTIO N DE TYPE I Ressource Comportement SUR PLACE PRO-ACTIF RÉSOLUTION DE PROBLÈME & AUGMENTATION DU PLAN À L’ÉCOLE RÉSOLUTION DE PROBLÈME & AUGMENTATION DU PLAN À L’ÉCOLE INTERVENTION DE TYPE II CONSULTATION DIRECTE ENTRE LES ENSEIGNANTS ET LE PERSONNEL DE L’ÉCOLE AVEC L’ÉQUIPE MÉDICALE ET LE PSYCHIATRE INTERVENTION DE TYPE II CONSULTATION DIRECTE ENTRE LES ENSEIGNANTS ET LE PERSONNEL DE L’ÉCOLE AVEC L’ÉQUIPE MÉDICALE ET LE PSYCHIATRE INTERVENTION DE TYPE III ÉVALUATION PSYCHIATRIQUE DE LA FAMILLE, INFORMATION ADDITIONNELLE, ÉVALUATION PSYCHOSOCIALE (FAMILLE ET/ OU ENFANT) PLAN D’INTERVENTION FOYER ET ÉCOLE INTERVENTION DE TYPE III ÉVALUATION PSYCHIATRIQUE DE LA FAMILLE, INFORMATION ADDITIONNELLE, ÉVALUATION PSYCHOSOCIALE (FAMILLE ET/ OU ENFANT) PLAN D’INTERVENTION FOYER ET ÉCOLE Processus d’aiguillage à l’ESTEFProcessus d’aiguillage à l’ESTEF
  21. 21. Sommaire des consultationsSommaire des consultations TypeType IIII TypeType IIIIII TypeType IVIV TOTALTOTAL 409409 116116 6767 592592
  22. 22. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  23. 23. Rôle du technicien deRôle du technicien de l’ESTEFl’ESTEF
  24. 24. Rôle du technicien en aideRôle du technicien en aide socialesociale  Défense de l’enfance au moyen de jeux, sociabilité, conversations individuelles, groupes, programmes de déjeuner, soutien à la récréation et au dîner, résolution de conflit, rencontres parent-enfant  Fixer des limites en établissant des relations  Participer aux rencontre de l’équipe ressource  Faire la liaison avec les parents  Soutenir les enseignants en classe et à l’extérieur
  25. 25.  Plan d’intervention –rédaction, implantation et révision  Fournit du soutien aux préposés à l’intégration, services de garde, surveillants du dîner, et les ressources  Fournit du perfectionnement à l’école  Formation des stagiaires  Établit/maintien les liens avec les agences extérieures  Rencontre de soutien entre pairs (POD)  Rapport de fin d’année indiquant un des interventions
  26. 26. LISTE DES INTERVENTIONSLISTE DES INTERVENTIONS DE L’ESTEFDE L’ESTEF 1. Soutien individuel continu 2. Sociabilité 3. Compétences en maîtrise de la colère 4. Rencontres avec les parents
  27. 27. 5. Contact téléphonique avec les parents 6. Visites à la maison 7. Aide au transport 8. Soutien pendant les récréations 9. Soutien pendant l’heure du dîner 10. Soutien en classe
  28. 28. 11. Intervention d’urgence 12. Modification comportementale personnalisée 13. Aide aux devoirs 14. Consultation auprès du personnel 15. Consultation auprès des parents 16. Thérapie familiale
  29. 29. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  30. 30. T.I.E.S.T.I.E.S. TThe IIntensification of EExisting SServices (L’intensification des services existants)
  31. 31. T.I.E.S.T.I.E.S. Intervention systémiqueIntervention systémique  Mettre en valeur le potentiel de l’école  Buts :  Répondre aux besoins affectifs et comportementaux  Perfectionnement pour le personnel de l’école  Soutenir les familles
  32. 32. Implantation de T.I.E.S.Implantation de T.I.E.S.  Coordonnée par le/la psychologue de l’école et le conseiller/la conseillère de l’ESTEF  Implanté dans 5 écoles primaires de la CSLBP (Thorndale, Riverview, Purcell, St. Lawrence Sr., Orchard)
  33. 33. Pour améliorer les servicesPour améliorer les services Champs d’intervention  Soutien scolaire (enseignante-ressource)  Ressource en comportement (tech. ESTEF)  Intervention thérapeutique (art -thérapie)  Soutien à la famille (conseiller familial)  Évaluations (psychologue)  Consultations psychiatriques (psychiatre de l’ESTEF)  Consultations avec l’équipe (conseiller de l’ESTEF et psychologue)
  34. 34. Procédure de départProcédure de départ Planter le décor…Planter le décor… Établir des T.I.E.S. dans chaque école  Ralliement de l’école  Sélection des élèves par l’école  Rencontres avec les parents  Consultations de type II pour chaque élève  Élaboration des objectifs et recommandations de l’équipe T.I.E.S.  Rencontres de l’enseignant-ressource avec les élèves de T.I.E.S. pour discuter des objectifs  Mises à jour hebdomadaire avec l’équipe T.I.E.S.
  35. 35. Intervention thérapeutiqueIntervention thérapeutique  Dispensée par un art-thérapeute  Rôle:  Travailler avec les élèves individuellement/ en groupe  Observer les classes  Consulter les titulaires et l’équipe
  36. 36. Avantages de l’art-thérapie pourAvantages de l’art-thérapie pour les élèves de T.I.E.S.les élèves de T.I.E.S.  Fournit un exutoire aux émotions  Aide au développement de l’expression personnelle  Améliore les aptitudes à la communication  Règle les problèmes personnels au rythme de la personne  Réduit le stress  Aide à développer les habiletés d’adaptation  Aide à construire son concept de soi, son identité et son estime de soi
  37. 37. Soutien à laSoutien à la famillefamille  Dispensé par le conseiller familial  Rôle:  Rencontrer l’équipe T.I.E.S. chaque semaine  Être en contact direct avec les parents  Rencontrer les enseignants  Agir comme agent de liaison avec les services/agences de l’extérieur
  38. 38. Consultations psychiatriquesConsultations psychiatriques Dispensées par le psychiatre de l’ESTEF Rôle:  Consulter les titulaires et l’équipe  Rencontrer l’équipe T.I.E.S.  Consulter les professionnels individuellement
  39. 39. Soutien scolaireSoutien scolaire Dispensé par l’enseignant(e)- ressource Rôle: Enseignement direct de compétences scolaires Consultation auprès des titulaires et de l’équipe Établissement de relations avec les élèves
  40. 40. Enseignement direct deEnseignement direct de compétences scolairescompétences scolaires  Lecture de livre du niveau voulu  Dictionnaires personnels et murs de mots  Mots qu’on rencontre fréquemment  Stratégies de lecture  Programme “Handwriting Without Tears’’ (écriture sans pleurs)
  41. 41. Consultation des titulairesConsultation des titulaires et de l’équipeet de l’équipe  Rencontres hebdomadaires avec l’équipe T.I.E.S.  Mises à jour pour les titulaires  Cartons aide-mémoire colorés  Rencontres avec les parents
  42. 42. Établir des relationsÉtablir des relations avec les élèvesavec les élèves  Fixer des objectifs raisonnables  Développer la confiance  Vérification/ Club du déjeuner  Travailler sur les habiletés d’organisation  Créer un endroit spécial et sécuritaire
  43. 43. Avantages pour les élèvesAvantages pour les élèves  Établissement de relations  Aptitudes sociales  Estime de soi  Intégration dans la classe  Conscience de soi  Stratégies d’adaptation et de résolution de conflit
  44. 44. Avantages pour les famillesAvantages pour les familles  Soutien non scolaire supplémentaire  Visites à domicile  Meilleure communication  Meilleures relations  Liaison avec les ressources communautaires  Construction de ponts
  45. 45. Avantages pour le personnelAvantages pour le personnel  Habileté par la rétroaction et les rencontres de type II  Occasions de perfectionnement  Renforcement des bonnes relations  Reconnaissance du travail des enseignant(e)s
  46. 46. Avantages pour la commissionAvantages pour la commission  Meilleure communication  Meilleures habiletés d’organisation  Meilleure compréhension des comportements difficiles  Recadrage des besoins des autres élèves
  47. 47. Plan de réussite pour SamPlan de réussite pour Sam  A développé des habiletés de base et soutenu les besoins scolaires.  A permis aux enseignants de rencontrer l’élève pour développer une relation personnelle  Évaluation neuropsychologique  Relations encadrées avec d’autres adultes  La famille a été impliquée dans l’intervention thérapeutique  Art-thérapie - une variété de projets  Les plans et les objectifs de l’élèves étaient revus chaque semaine
  48. 48. Un endroit spécial et sécuritaireUn endroit spécial et sécuritaire
  49. 49. Fiche des stratégiesFiche des stratégies
  50. 50. Compétences organisationnellesCompétences organisationnelles
  51. 51. Les habitants de l’arbreLes habitants de l’arbre
  52. 52. « Il me semble parfois que je tombe. » Note : La couleur choisie par l’élève est le bleu.
  53. 53. « Je me sens content et au top! » Note: La couleur choisie par l’élève est un jaune pimpant et un peu d’orange.
  54. 54. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  55. 55. Modèle deModèle de perfectionnement : perfectionnement :     Renforcement des capacitésRenforcement des capacités dans la communautédans la communauté scolairescolaire
  56. 56. Technicien de l’Technicien de l’ ESTEFESTEF  Soutien hebdomadaire sur place  Stage de six mois au sein d’une équipe multidisciplinaire à l’Hôpital de Montréal pour enfants
  57. 57. Soutien des pairsSoutien des pairs  Réunions POD  Visites des techniciens dans d’autres écoles de l’ESTEF  Séances de perfectionnement conjointes avec les tech de la salle de réflexion
  58. 58. Contributions de l’écoleContributions de l’école  Ateliers pour le personnel enseignant de l’école  Ateliers pour le personnel des services de garde et de surveillance du dîner  Participation aux rencontres hebdomadaires Ressource  Discussion des cas et consultation du psychiatre de l’équipe  
  59. 59. Ils relèvent le défiIls relèvent le défi …… Jean DuckettJean Duckett Janna GillisJanna Gillis Scott MacquistenScott Macquisten Mario MazzarelliMario Mazzarelli Rita McDonoughRita McDonough Gerry O’ReillyGerry O’Reilly Noella ParadisNoella Paradis Monique ThirlwellMonique Thirlwell
  60. 60. Family and School Support andFamily and School Support and Treatment TeamTreatment Team FSSTTFSSTT Creating Positive EnvironmentsCreating Positive Environments During Lunch and DaycareDuring Lunch and Daycare Presenters: Jean Duckett - Itinerant Behavior ResourcePresenters: Jean Duckett - Itinerant Behavior Resource Rita McDonough - Co-Coordinator FSSTTRita McDonough - Co-Coordinator FSSTT
  61. 61. Contributions de laContributions de la commission scolairecommission scolaire Bulletin de nouvelles Bibliothèque de l’ESTEF Série de conférences
  62. 62. Contributions à d’autresContributions à d’autres institutions d’enseignementinstitutions d’enseignement  Enseignement universitaire et collégial
  63. 63. Tackling the Challenge:Tackling the Challenge: Our Graduates are Now YourOur Graduates are Now Your StudentsStudents Jean DuckettJean Duckett Rita McDonoughRita McDonough June 9, 2008June 9, 2008 Lester B. Pearson School BoardLester B. Pearson School Board
  64. 64. Concordia UniversityConcordia University Seminar in Child StudySeminar in Child Study • School Systems and the Impact onSchool Systems and the Impact on Children with Behavioral ChallengesChildren with Behavioral Challenges J. Scott Waugh MAJ. Scott Waugh MA
  65. 65. Bridging the Gap Between Teaching and Learning Concordia University Education Conference Friday, October 15, 2004 Rita McDonough, M.Ed. J. Scott Waugh, M.A.
  66. 66. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  67. 67. RechercheRecherche
  68. 68. RechercheRecherche    Recherche coopérative depuis 1997  Comm. scolaire + université + gouvernement  Financement : CQRS, FQRSC  MEQ/MELS (recherche-action) Partenaires: – Dr Nancy Heath, McGill University – Dr Hariclia Petrakos, Concordia University – Dr Cécile Rousseau, Montreal Children’s Hospital – Cindy Finn, LBPSB – Diane McLean-Heywood, LBPSB – Équipe de soutien et de traitement à l’école et à la famille
  69. 69. QuestionsQuestions  Quel effet un perfectionnement institutionnel orienté (école, famille, enfant) a-t-il sur les élèves, les enseignants, les parents?  QUEL EST L’IMPACT DE L’ESTEF?
  70. 70. Programmes de rechercheProgrammes de recherche  Early Focus Group Study (1999- 2000)  Survey & Large Evaluation Study (CQRS, 2000-2002)  Follow-up Evaluation Study (FQRSC, 2003-05)  Impact on Community School Study (MEQ Action Research, 2003-04)  TIES Project Study (MELS Action Research, 2007-08)
  71. 71. Phase 1: Groupes de réflexion de départPhase 1: Groupes de réflexion de départ Participants  Personnel des 6 écoles bénéficiant des services  Divisé en 4 groupes (enseignants, ressource en comportement, enseignants ressource, directions d’école) Méthode  Groupes de réflexion animé par chercheur universitaire  Questions parallèles pour chaque groupe  Discussions de groupe enregistrées et transcrites  Données analysées au moyen d’une approche qualitative pour faire émerger des thèmes (Strauss & Corbin, 1990).
  72. 72. ThèmesThèmes  Rôles de l’équipe  Avantages et désavantages  Compréhension de l’enfant  Changes (relations adulte-enfant, relations entre pairs, à l’intérieur de l’enfant)  Collaboration famille-école  Collaboration entre les agences  Défis et complexités  Recommandations pour l’avenir
  73. 73. Phase 2: Études évaluativesPhase 2: Études évaluatives La recherche est en retard sur la pratique (énoncés d’opinion et données non scientifiques) Besoin d’une recherche évaluative et comparative
  74. 74. Étude du sondageÉtude du sondage  Sondages anonymes auprès des enseignants et des parents d’enfants qui sont suivis par l’ESTEF dans 2 écoles – (a) leur satisfaction par rapport aux services de l’ESTEF – (b) leur perceptions du  problème de comportement de l’enfant (sévérité, fréquence, durée)  de son fonctionnement social, son estime de soi, ses humeurs  son rendement scolaire  Échantillon = 36 enfants (29 garçons, 7 filles, M = 10,8 ans, SD = 1.2) identifiés par les écoles comme ayant des difficultés de comportement modérées à sévères.
  75. 75. Résultats du sondage auprès des parentsRésultats du sondage auprès des parents  76% ont rapporté des changements positifs dans le comportement de leur enfant  78% sont d’avis que l’équipe les a aidés à mieux comprendre le comportement de leur enfant  61% ont rapporté que l’équipe les a aidé à comprendre la complexité du problème  86% trouvent que l’équipe leur a apporté le soutien dont ils avaient besoin  96% sont d’accord que ces enfants peuvent fonctionner dans la classe ordinaire.
  76. 76. Résultats du sondage auprès desRésultats du sondage auprès des enseignantsenseignants  55% des enseignants ont trouvé que le comportement des enfants s’était amélioré  100% des enseignants trouvent que : (a) l’équipe les a aidé à comprendre le comportement de l’élève (b) l’équipe les a aidé à évaluer la complexité du problème (c) l’équipe leur a fourni le soutien dont ils avaient besoin pour travailler avec les enfants.  93% des enseignants sont d’avis que ces enfants peuvent fonctionner dans la classe ordinaire.
  77. 77. Études comparativesÉtudes comparatives (CQRS/FQRSC)(CQRS/FQRSC) Comparaison de l’ approche de l’ESTEF :  Changer l’école (sur les plans social et scolaire) pour répondre aux besoins de l’enfant (ÉCOLOGIQUE) avec L’approche habituelle (gamme de services)  Changer l’enfant pour qu’il corresponde aux exigences de l’école (MÉDICALE)
  78. 78. Étude comparative nÉtude comparative noo 1 (CQRS)1 (CQRS)  Comparaison des écoles suivies par l’ESTEF à des écoles équivalentes qui ne le sont pas  Qu’est-ce qui change avec le temps ? (les enfants, les parents, les enseignants)
  79. 79. MéthodologieMéthodologie  Participants – Sélection de 6 écoles de la CSLBP – Identification des enfants ayant des problèmes de comportements par les enseignants – 227 élèves sur1585 sont identifiés (taux de prévalence de 14%) – 139 enfants (1re à 6e ) ont été suivis pendant un an  99 garçons, 40 filles  3 situations – 2 écoles de l’ESTEF établies (4 ans +) = 57 élèves – 2 nouvelles écoles de l’ESTEF = 46 élèves – 2 écoles avec services habituels = 37 élèves – Test à 2 moments de l’année (octobre et mai)
  80. 80. MesuresMesures Enseignant Parent Enfant Formulaire d’évaluation de l’enseignant (TRF; Achenbach, 1991)  Système d’évaluation des aptitudes sociales (SSRS; Gresham & Elliott, 1990) Profil d’auto-perception pour enfants (fiche de l’enseignant; Harter, 1985) Entrevue semi-dirigée avec l’enseignant  Liste de comportement pour les enfants (CBCL; Achenbach, 1991)  Système d’évaluation des aptitudes sociales (SSRS; Gresham & Elliott, 1990)  Profil d’auto-perception pour enfants (fiche du parent; Harter, 1985)  Entrevue semi-dirigée avec le parent  Child Depression Inventory (Kovacs, 1992)  Système d’évaluation des aptitudes sociales (SSRS;Gresham & Elliott, 1990)  Profil d’auto-perception pour enfants (SPPC; Harter, 1985) Test de rendement général (WRAT-3)  Fiche d’observation directe (DOF; Achenbach, 1991)  Auto-évaluation (Youth Self- Report-YSR; Achenbach, 1991)  Entrevue semi-dirigée avec l’enfant
  81. 81. Changements dans la dépression signalés par l’intéresséChangements dans la dépression signalés par l’intéressé Améliorations significatives entre les conditions (p=.08)Améliorations significatives entre les conditions (p=.08) ESTEF:ESTEF: 49.3 -> 45.2; Non ESTEF:49.3 -> 45.2; Non ESTEF: 49.5 -> 47.549.5 -> 47.5 Condition by Depression (CDI) 43 44 45 46 47 48 49 50 1 2 Time MeanCDIScores Team Schools Non-Team Schools
  82. 82. Problèmes de comportement rapportés par l’enfant lui-même ESTEF: 56.0 -> 51.8 Non ESTEF: 60.0 ->55.8 (p=.05) Condition by YSR TOT 46 48 50 52 54 56 58 60 62 1 2 Time MeanYSRTOTScores Team Schools Non-Team Schools
  83. 83. Problèmes de comportement rapportés par les parents ESTEF: 59.5 -> 56.0 Non ESTEF: 65.5 -> 62.11ESTEF: 59.5 -> 56.0 Non ESTEF: 65.5 -> 62.11 Condition by CBCL TOT 50 52 54 56 58 60 62 64 66 68 1 2 Time MeanCBCLTOTScores Team Schools Non-Team Schools
  84. 84. Rapport de l’enseignante sur l’internalisation du comportementRapport de l’enseignante sur l’internalisation du comportement ESTEF: 61.09 -> 60.08 Non ESTEF: 60.81 -> 55.95ESTEF: 61.09 -> 60.08 Non ESTEF: 60.81 -> 55.95 Condition by TRF INT 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 1 2 Time MeanTRFINTScores Team Schools Non-Team Schools
  85. 85. ConclusionConclusionss  Les comportements changent avec le temps - Augmentation de la dépression observée avec la diminution de l’expérience personnelle de la dépression  Les comportements se sont améliorés pendant l’année  70% des élèves avaient des problèmes scolaires sérieux  Les bonnes relations sont essentielles
  86. 86. Étude comparative nÉtude comparative noo 2 (FQRSC)2 (FQRSC)  Évaluation plus poussée de l’ESTEF – Comparaison d’écoles de l’ESTEF et d’écoles sans équipe (6 écoles) – Étude de la question de comorbidité BD/LD – Soutien social et résolution de problème – Relation avec les ressources en comportement  Suivi d’un groupe d’élèves ayant des problèmes de comportement (N = 57 élèves: 27 ESTEF, 30 sans ESTEF)  Testé à deux moments de l’année (automne, hiver)
  87. 87. Résultats globauxRésultats globaux  Grande appréciation des services de l’équipe – Les enseignants se sentent mieux équipés pour faire face aux problèmes  L’équipe joue un rôle de soutien important – Le manque de services conduit à l’épuisement professionnel  Les parents ne comprennent pas très bien ce que les écoles font; ils se sentent blâmés par l’école.  Les défis de travailler avec des familles dysfonctionnelles
  88. 88. Phase 3: études plus restreintesPhase 3: études plus restreintes  L’impact de l’ESTEF sur la communauté scolaire avec le temps  L’impact de l’intensification des services dans les écoles de l’ESTEF (projet TIES) – Ajout de soutien scolaire, art-thérapie, soutien à la famille
  89. 89. Comment la rechercheComment la recherche oriente la pratiqueoriente la pratique  Communication des résultats à la communauté  Discussions avec les membres de l’ESTEF  Distribution/publication des résultats pour le milieu scolaire
  90. 90. Pourquoi avons-nous besoinPourquoi avons-nous besoin de ces recherches?de ces recherches?  Pour mieux servir nos élèves, nos enseignants, et les familles  Pour rehausser les possibilités de RÉUSSITE
  91. 91. Questions/DiscussionQuestions/Discussion
  92. 92. En relationEn relation les uns avec les autresles uns avec les autres
  93. 93. RelationsRelations  Nous travaillons à créer des relations de confiance, non menaçantes, de qualité avec : les enfants, les parents, les enseignants, les professionnels, les para- professionnels, et tous les professionnels et toutes les agences de l’extérieur.  « Ensemble, c’est mieux »
  94. 94. L’ E S T E FL’ E S T E F L’école et les agences extérieures L’ESTEF et les agences extérieures Le foyer et les agences extérieures Développer de la confiance Établir des relations Faciliter la compréhension Développer l’esprit de collaboration / de partenariat Axée sur : • les besoins de l’école • les besoins de la famille • les besoins de l’élève
  95. 95. TRANSFORMATION D’UNETRANSFORMATION D’UNE ORGANISATION DANS LE BUTORGANISATION DANS LE BUT DE RÉPONDRE AUX BESOINSDE RÉPONDRE AUX BESOINS D’UNE PERSONNED’UNE PERSONNE
  96. 96. Réseaux de soutienRéseaux de soutien  Faciliter la création de réseaux de soutien pour tous parce qu’aucun de nous ne peut réussir tout seul.  « Il faut tout un village pour élever un enfant », une famille, une commission scolaire, une communauté de qualité.
  97. 97. Comment y arrivons-nous?Comment y arrivons-nous?  Donner l’exemple d’un organisation apprenante.  Il y a toujours une meilleure façon.  Sortir des sentiers battus  Amélioration continuelle
  98. 98. « Vous devez « Vous devez êtreêtre le  le  changement que vous changement que vous  tentez d’instaurer. »tentez d’instaurer. » – Ghandi
  99. 99. L’étoile de merL’étoile de mer Un jeune homme marche le long d’une plage déserte juste avant l’aube. Il aperçoit au loin un frêle vieillard. En s’en approchant, il le voit ramasser des étoiles de mer échouées et les lancer dans la mer. Le jeune homme le regarde avec perplexité lancer encore et encore les petites étoiles de mer dans l’eau. Il lui demande, « Vieil homme, pourquoi dépenser tant d’énergie dans un geste qui semble une perte de temps ? » Le vieil homme lui explique que les étoiles de mer échouées vont mourir si elles restent sur le sable après le lever du soleil. « Mais il existe de milliers de plages et des millions d’étoiles de mer! », s’exclame le jeune homme. « Votre geste ne fait aucune différence. » Le vieil homme regarde la petite étoile de mer dans sa main, et en la retournant à la sécurité dans la mer, il dit : « Je fais une différence pour celle-ci. » Anonyme
  100. 100. Questions/DiscussionQuestions/Discussion

×