http://www.uneeducationpourdemain.org	
  	
  
	
  
Page 1 sur 3	
  
La fabrication d'outils mentaux :
un exemple - Cecilia...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  	
  
	
  
Page 2 sur 3	
  
que ce soit pourrait-il manger, marcher ou traverser u...
http://www.uneeducationpourdemain.org	
  	
  
	
  
Page 3 sur 3	
  
notion de neutralité me donne un autre élément de preu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Articles fr reflexions theoriques_5

130 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Articles fr reflexions theoriques_5

  1. 1. http://www.uneeducationpourdemain.org       Page 1 sur 3   La fabrication d'outils mentaux : un exemple - Cecilia Bartoli Bien que je continue à saisir chaque occasion de m’engager dans le monde de l’éducation, mes défis au cours des quelques dernières années ont été sans rapport direct avec l’enseignement en salle de classe. Des activités telles que la préparation du matériel d’enseignement ou des séances d’étude avec d’autres professeurs me permettent de poursuivre la recherche introspective que j’ai entreprise sous la direction de Gattegno afin de mieux comprendre le monde intérieur qui habite chaque être humain. Quand j’enseignais les langues étrangères, j’étais si proche des défis quotidiens qu’exigeait ma profession que je ne pouvais comprendre qu’intellectuellement que la situation de la salle de classe n’était pas trop différente des autres situations dans la vie. Maintenant que je fais d’autres choses, je m’aperçois que les expériences que j’ai rassemblées pendant le temps où j’ai enseigné avec le Silent Way sont profondément appropriées à ce que je fais et à ce que je suis maintenant. Le Silent Way fournit beaucoup d’occasions de devenir plus conscient et permet à ceux qui le choisissent d’être plus responsables de la façon dont ils évoluent. La chose la plus importante que j’aie apprise en travaillant avec la subordination de l’enseignement à l’apprentissage est une méthode pour fabriquer des outils mentaux. Ainsi par exemple, la notion que je n’ai pas d’autre enseignant en dehors de moi est devenue une réalité tangible à laquelle je ne puis échapper. Mais si enseigner signifie d’abord m’enseigner moi-même, alors mon travail quand je suis avec d’autres, soit dans le rôle d’enseignant ou simplement comme membre d’une équipe travaillant sur un projet, c’est d’être attentive aux occasions d’apprendre offertes par la situation. En tant qu’enseignant Silent Way, j’ai appris beaucoup de techniques puissantes que Gattegno a inventées et que j’ai utilisées avec assez de réussite dans mes classes. Elles ont fonctionné même quand je n’ai pas réussi à comprendre entièrement à quel point elles sont profondément enracinées dans la connaissance de l’esprit humain. J’ai intériorisé ce procédé que Gattegno appelle le feed-back continu, sans aucune forme de rationalisation ni de verbalisation, à un point tel que je ne l’ai pas rapproché des séances de feed-back qui (cela a été suggéré), ont été si utiles à la fin de cours de langue effectifs. Je me suis toujours sentie mal à l’aise pendant les séances de feed-back. Ne comprenant pas totalement leur but, je ne suis pas parvenue à en faire un outil pour mon apprentissage, avec le résultat que je les ai souvent vécues comme une façon de convaincre subrepticement mes élèves d’accepter ma façon d’enseigner. Maintes fois, j’ai senti que les séances de feed-back étaient une façon de manipuler une situation à mon avantage. Après un moment, je les ai abandonnées dans mes cours de langue. Ce n’est que maintenant que je réalise que les abandonner a signifié manquer des occasions de grandir. Je n’avais pas reconnu que le feed-back était en fait un outil que j’utilisais tout le temps – pas seulement lorsque je donnais des cours de langue, mais à chaque instant de ma vie – pour évaluer un phénomène quel qu’il puisse être afin d’effectuer en moi-même les changements nécessaires pour pouvoir lui faire face ou le comprendre mieux. Comment qui
  2. 2. http://www.uneeducationpourdemain.org       Page 2 sur 3   que ce soit pourrait-il manger, marcher ou traverser une rue s’il n’était pas guidé par l’outil du feed-back pour savoir si elle (ou lui) a fait ce qu’il fallait ? Ce que je n’ai pas remarqué, c’est que je chargeais les séances de feed-back d’énergie émotionnelle, leur donnant une valeur qui ne leur appartenait pas. Charger ces séances de connotations négatives m’a fait ressentir qu’elles étaient inappropriées et qu’il valait mieux les interrompre. Il est maintenant évident pour moi qu’en abandonnant cette technique, je me suis privée des moyens de recueillir une information précieuse que j’aurais pu utiliser pour faire un meilleur travail avec mes étudiants. Voici le don que m’a fait le Dr Gattegno : grâce à lui, j’ai appris une façon utile de faire de l’introspection (une façon qui m’a amenée à me sentir plus puissante et plus en paix avec moi- même). En d’autres termes, j’ai appris une façon de fabriquer des outils (matériels ou mentaux) qui m’aident à étudier un problème et une façon de trouver des critères qui me permettent de reconnaître s’ils sont adéquats pour accomplir la tâche que je me donne. Pour la première fois, le sens de la notion de conscience de la conscience a acquis une réalité et n’est plus désormais seulement une idée avec de vagues connotations malgré un attrait puissant. Pour continuer avec le même exemple, je peux dire maintenant que j’ai toujours été consciente de l’outil du feed-back en ce que je l’ai toujours utilisé quand c’était nécessaire. Maintenant, je suis consciente d’être consciente de lui en ce que je peux le reconnaître pour ce qu’il est et le séparer, si je le désire, des nombreux composants entremêlés d’un phénomène ou d’une situation. Je puis isoler cette notion parce que j’ai atteint une certaine conscience de la conscience de son existence. Peut-être qu’avoir atteint cette possibilité n’est pas trop différent de la découverte que font les biologistes quand ils disent qu’ils sont désormais capables d’isoler tel ou tel microbe ou virus. Mais peut-être cette analogie n’est-elle valable que dans la mesure où, dans une situation vivante, les microbes et les virus sont partie intégrante de phénomènes plus vastes jusqu’à ce qu’ils soient isolés. Je mentionnerai également deux critères qui m’ont grandement aidée à reconnaître si oui ou non une notion peut devenir un outil. Le premier consiste à me poser des questions telles que les suivantes : • Est-ce que je l’utilise parce que je sais que c’est vrai ou parce que quelqu’un d’autre le dit ? • Si c’est quelqu’un d’autre, est-ce que je sais si cette personne a travaillé sérieusement sur ce problème ? • Est-ce qu’en conséquence, je lui fais confiance et je lui suis reconnaissante pour avoir fait le travail à mon profit ? • Ou est-ce que je veux le croire parce que je suis paresseux ? • Si j’accepte cette notion, cela va-t-il m’aider à étudier le problème ? • De quelle façon ? De même, si je trouve en moi-même de l’anxiété, un désir puissant d’arriver à une solution, ou de la frustration, ces sentiments vont certainement fausser mon étude et contrecarrer mes efforts. La neutralité (pensée en termes d’énergie très faible) est pour moi la condition sine qua non pour reconnaître l’adéquation d’un outil mental qui m’aidera à en tirer un enseignement. La
  3. 3. http://www.uneeducationpourdemain.org       Page 3 sur 3   notion de neutralité me donne un autre élément de preuve que, pour le processus d’apprendre et de grandir, personne ne peut le faire pour moi. Qui, si ce n’est moi, pourrait enlever la quantité d’énergie que je place sur un mot, un geste, une situation? Mais que se passe-t-il si je n’en suis pas capable à ce moment ? Si je ne suis pas prête à cela ? Je crois que devenir conscient de sa conscience n’est rien qu’un processus d’apprentissage qui prend le temps qu’il prend et que l’individu peut seul faire pour lui-même. Ce processus est peut-être la signification de l’évolution et c’est une libération de savoir que chacun de nous peut prendre son évolution en main et en devenir responsable. © Cecilia Bartoli Septembre 1992 Traduction de Christian Bastian La Science de l'Education en Questions No 8 - janvier 1993 "La fabrication d'outils mentaux : un exemple" de Cecilia Bartoli est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas de Modification 3.0 non transposé. .

×