Artefacts numériques et matérialités

1 337 vues

Publié le

Présentation de Lise Arena, Bernard Conein et Alexandre Monnin le 20 novembre l'Université Nice-Sophia Antipolis (UNS) dans le cadre de la présentation des axes interdisciplinaires de l'UNS.

Publié dans : Sciences
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 337
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
283
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Artefacts numériques et matérialités

  1. 1. Artefacts Numériques et Matérialités Lise Arena (GREDEG-MSHS, UNS), Bernard Conein (GREDEG-MSHS, UNS) & Alexandre Monnin (INRIA-I3S) Journée des nouveaux entrants, 20/11/15 Mini-exposé sur un projet de l’axe « Réseaux, Usages, Nouvelles technologies, Modélisation » 1
  2. 2. Contexte du projet • Collaborations entre l’axe « TIC, Usages et Communautés » de la MSHS et INRIA-I3S • Démarche interdisciplinaire pour comprendre les phénomènes de transformation numérique (sociologie cognitive, philosophie du Web, management des systèmes d’information, psychologie, économie, anthropologie, sciences du numérique, ergonomie) •Démarrage d’un séminaire commun fin 2015 2
  3. 3. Constat de départ • Les chercheurs en SHS tendent à se focaliser sur des aspects secondaires du numérique (processus d’innovation, interface et écran, usage) • … et laissent de côté les propriétés des artefacts sur lesquels la numérisation et ses impacts sur la société reposent
  4. 4. Trois thématiques récentes 1) Artefacts numériques et coordination: les technologies de trading et de simulation 1) Architecture du web : stabilité des objets de la toile 1) Traces d’interaction et enregistrement numérique : les fils de discussion 4
  5. 5. Ambitions du projet Comprendre l’impact du numérique sur la transformation des collectifs et des activités Elaborer une théorie des artefacts pour saisir la spécificité des dispositifs numériques Localiser la dimension cognitive des artefacts numériques pour concevoir un esprit ‘étendu’ qui intègre la matérialité et l’engagement corporel 5
  6. 6. 1) Artefacts numériques et coordination : les technologies de trading • Domaine d’étude: Marchés financiers • Problématique: Rôle des algorithmes de trading dans l’émergence de nouvelles caractéristiques de marché (flash crashs)? 6 Réglementations financières ➔ Introduction de nouveaux logiciels de trading algorithmique Instabilité financière causée par des pratiques détournées de ces logiciels (HFT) ➔ Nouvelles réglementations financières Problème initial: Manque de transparence sur les marchés financiers Nouvelles caractéristiques du marché: Émergence de flash crashs 2008-2013 2013-2015
  7. 7. 1) Artefacts numériques et coordination : les technologies de simulation • Domaine d’étude: Equipes médicales (formation) • Problématique: Rôle des mannequins connectés (simulation) dans la coordination du travail des équipes de soin? 7 Programme d’amélioration continue du travail en équipe (PACTE) pensé par la HAS ➔ Introduction de dispositifs de formation par simulation Désajustement entre le design du dispositif pensé par la HAS et un design routinier en pratique ➔ Nécessité de repenser l’artefact numérique dans l’action Problème initial: Volonté d’amélioration du travail en équipe Nouvelles caractéristiques de l’organisation: Reformulation de scénarios de formation
  8. 8. 2) Architecture du Web : stabilité des objets de la toile •Domaine d’étude : l’architecture du Web (standards fondamentaux du Web : URI, HTTP, langages - HTML & RDF + le style d’architecture REST) •Au plan architectural, le Web opère tel un « dispositif matériel de désignation » constamment ajusté dans le but de préserver la référence à des objets (« ressources ») •Étude réalisée : –1) via des analyse de à partir de corpus : standards, échanges sur les listes de discussion entre architecte, etc. –2) par des interventions : création d’un groupe de discussion - community group - consacré à la philosophie du Web au W3C, etc., création d’un DBpedia francophone, etc.
  9. 9. 2) Architecture du Web : stabilité des objets de la toile • Le Web comme “artefact intentionnel” stabilisant des objets à différentes échelles (sans coordination à toutes les échelles). • L’intentionnalité (=la visée d’un objet) est distribuée entre une multitude d’acteurs et médiateurs, humains et non- humains - URI, navigateurs, serveurs, langages, standards, etc. • Repartir du niveau ontologiquepour comprendre les spécificités du Web et détailler les “opérations” permettant de comprendre ses transformations : –liées à la standardisation (architecture du Web + Web sémantique, W3C), –aux usages (tagging et folksonomies, technologie d’édition asynchrone, Web 2.0), –à la construction d’un réseau (ex. de Google).
  10. 10. 3) traces d’interaction et enregistrement numérique : les fils de discussion • Le développement des technologies numériques ne donne pas seulement lieu à des masses de données mais aussi à des traces d’interaction. • Implique de ne plus identifier un processus d’interaction à un réseau (structure de relations) • La successivité temporelle des interactions devient aujourd'hui observable grâce à un enregistrement daté de traces des liens de répliques (threads) sur des périodes longues • On développe des modèles (cf. flots de lien +delta clique) qui rendent visibles des traces qu’un réseau de relations écrase. 10
  11. 11. 3) traces d’interaction et enregistrement numérique : les fils de discussion Le modèle flot de lien permet de visualiser des liens dans le temps (données temporelles) (i) Des liens et des cliques qui persistent (ii) Des cliques qu’on ne retrouve pas ailleurs (cliques événementielles) 11
  12. 12. Trois options (non-exclusives) du point de vue du rapport artefacts/matérialité/cognition : • appui ou support (partie du processus cognitif naturel) • médiateur (modification de ce que l’on appelle des connaissances) • extension (systèmes cognitifs couplés de plein droit) Impacts attendus : • développer la capacité à mieux s’approprier la conception, au-delà des usages, de dispositifs numériques (pour les SHS) • faciliter le développement des interfaces (ergonomie) • intégration de la problématique du design à la recherche en “sciences du numérique” (informatique au sens large) Conclusion
  13. 13. QUESTIONS? 13

×