MEMOIRE pdf

258 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
258
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MEMOIRE pdf

  1. 1. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  1 Marion Barral, Sophie Le Jeune INA P-G promotion 2002 DIAGNOSTIC AGRAIRE DU PERIMETRE IRRIGUE DE MANDACARU Mémoire de fin d’études pour l’obtention du Diplôme d’Agronomie Approfondie de l’INA P-G Spécialisation Développement Agricole Mars – Août 2005 Tuteurs du stage : Jean-Philippe Tonneau – CIRAD Sophie Devienne – INA P–G
  2. 2. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  2 Avant de présenter le résultat de notre étude, nous tenons à remercier tous ceux qui ont contribué, ici comme là-bas, à son bon déroulement et nous ont ainsi aidé à en tirer tous les enseignements nécessaires. Nous remercions en tout premier lieu Patrick Caron, directeur scientifique du Département CIRAD- TERA (Territoires, Environnement et Acteurs), grâce à qui nous avons pu réaliser ce stage et découvrir un pays riche d’une diversité dont nous avons beaucoup appris. Nous tenons également à exprimer toute notre gratitude à Jean-Philippe Tonneau, Coordinateur du CIRAD dans la région Nordeste du Brésil, pour la confiance qu’il nous a accordé tout au long du stage et pour nous avoir permis de mener notre étude dans d’excellentes conditions. Nous remercions chaleureusement Edonilce Barros da Rocha, Doctorante en sociologie dans les périmètres irrigués du Municipe de Juazeiro, pour tout le temps qu’elle a consacré à nous accompagner au cours de notre séjour au Brésil, pour toutes les personnes que nous avons pu rencontrer grâce à elle, enfin et surtout pour sa gentillesse et son dévouement. Un grand merci également à Sophie Devienne, enseignante-checheur de la chaire d’agriculture comparée de l’INA P-G, pour sa patience et pour la pertinence de ses remarques lors de la rédaction du présent mémoire. Nous tenons à remercier tous les producteurs du périmètre irrigué de Mandacaru sans lesquels notre étude n’aurait pas été réalisable. Nous tenons à souligner la disponibilité et la gentillesse dont ils ont toujours fait preuve à notre égard. Un grand merci : A Manoel, le technicien du périmètre de Mandacaru, pour l’aide qu’il nous a apporté dans la compréhension des systèmes de culture de Mandacaru. A Paula, pour nous avoir éclairé sur l’histoire du périmètre. A Joselito de la CODEVASF 6sr, pour avoir mis à notre disposition de nombreux documents indispensables à la rédaction du présent mémoire. A Pedro Gama da Silva, directeur de l’EMBRAPA Semi-àrido pour nous avoir accueilli au sein de son centre de recherche, nous permettant ainsi de rencontrer des chercheurs et d’avoir accès à toutes les ressources documentaires de l’établissement. A Isaac, coordinateur régional de l’EBDA pour nous avoir accompagné lors de notre découverte de la région. A titre personnel, nous remercions toutes les personnes rencontrées sur notre chemin et qui nous ont permis de découvrir le Brésil en profondeur.
  3. 3. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  3 L’objectif du présent mémoire de Diplôme d’Agronomie Approfondie, spécialisation « Développement agricole », est de retracer l’histoire agraire d’une petite région agricole du Nordeste (Brésil) afin d’en comprendre la structure et les dynamiques actuelles. Utilisant la méthode de diagnostic agraire, la démarche retenue a consisté à définir en premier lieu une zone homogène pouvant présenter un niveau d’analyse pertinent à l’échelle du territoire. La zone choisie a été celle du périmètre irrigué de Mandacaru, périmètre créé en 1973 et ayant servi de projet pilote dans la région. Dans un deuxième temps, une étude bibliographique a permis de tisser un premier aperçu des caractéristiques physiques, sociales et économiques de la zone sélectionnée. Cette étape fut confrontée aux réalités de terrain par la réalisation d’enquêtes semi-directives auprès de 31 des 52 producteurs possédant un lot sur le périmètre. Les premiers entretiens avaient pour objectif de retracer l’histoire agraire du périmètre, les suivants d’identifier les systèmes de production actuels. Cette phase nous a permis de comprendre l’évolution récente du contexte socio-économique sur le périmètre et la diversification rapide des trajectoires qui en a résulté, avec aujourd’hui à une extrémité des producteurs de type patronal en difficulté ne possédant que des cultures annuelles, ayant recours à une grande quantité de main d’œuvre journalière et des financements externes, et à l’autre extrémité des producteurs pratiquant la monoculture de la mangue et n’intervenant quasiment plus sur le lot. La troisième étape consista à représenter la réalité observée au travers d’un outil théorique : une typologie des exploitations. Cet outil nous a permis, en simplifiant la réalité, de mieux comprendre le système agraire actuel dans son ensemble, avec aujourd’hui non moins de 7 types d’exploitations différents sur le périmètre. Afin de pouvoir anticiper la viabilité à moyen et long terme de ces exploitations, une modélisation économique des archétypes identifiés a été réalisée. Nous avons alors pu constater que toutes les exploitations permettaient au producteur d’obtenir un revenu (revenu agricole net par actif) supérieur au revenu minimum brésilien, mais seules celles possédant de la fruticulture et étant cultivées en intégralité sont économiquement rentables (taux de rentabilité interne supérieur aux taux d’intérêt en vigueur). En conclusion, une réflexion globale sur la création du projet Mandacaru a été menée, mettant en relief la fragilité sociale et économique du système, ainsi que les problèmes écologiques qu’il va poser à court terme. Mots-clés : Brésil, pôle Petrolina-Juazeiro, Mandacaru, périmètre, irrigation, système agraire, typologie, enquêtes, cultures annuelles, fruticulture, agriculture patronale, revenu agricole net par actif, taux de rentabilité interne.
  4. 4. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  4 O objectivo do presente trabalho de Mestrado em Agronomia, spécialisação "Desenvolvimento agrícola", é de retracar a história agrária duma pequena regão agrícola do Nordeste (Brasil) para entender a structura e as dinâmicas actuais dela. Utilizando o método de diagnóstico agrário, o trabalho consistiu a definir em primeiro lugar uma zona homogénea que poderia apresentar um nível de análise relevante à escala do território. A zona escolhida foi a do perímetro irrigado de Mandacaru, perímetro criado em 1973 habindo servido de projeto piloto na região. Em segundo lugar, um estudo bibliográfico permitiu tecer um primeiro resumo das características físicas, sociais e económicos da zona seleccionada. Esta etapa foi confrontada às realidades de campo pela realização de entrevistas semi-directivas com 31 dos 52 produtores que possuem um lote no perímetro. As primeiras entrevistas tinham por objectivo reconstituir a história agrária do perímetro, as seguintes de identificar os sistemas de produção actuais. Esta fase permitiu-nos compreender a evolução recente do contexto socioeconómico no perímetro e a diversificação rápida das trajectórias que resultou dela, com hoje dum lado produtores de tipo patronal com dificuldades que so cultivam culturas anuais, precisando duma grande quantidade de mão de obra diarista e de financiamentos externos, e do outro lado produtores que praticam a monocultura de manga e que quase não intervem no lote demais. A terca etapa consistiu a representar a realidade observada através dum instrumento teórico: uma tipologia das explorações. Este instrumento permitiu-nos, simplificando a realidade, melhor compreender o sistema agrário actual, com hoje 7 tipos de explorações diferentes no perímetro. A fim de poder antecipar a viabilidade ao médio e longo prazo destas explorações, uma modelização económica dos sistemos identificados foi realizada. Então podemos constatar que todas as explorações permitiam aos produtores obter uma renda (renda agrícola líquida por activo) superior à renda mínima brasileira, mas unicamente as explorações possuindo fruticultura e cultivando a area em integralidade são economicamente rentáveis (taxa de rentabilidade interna superior às taxas de juro em vigor). Em conclusão, uma reflexão global sobre a criação do projecto Mandacaru foi realisada, sublinhando a fragilidade social e económica do sistema, assim como os problemas ecológicos que ele vai causar ao curto prazo. Palavras-chaves: Brasil, pólo Petrolina-Juazeiro, Mandacaru, perímetro, irrigação, sistema agrário, tipologia, entrevistas, culturas anuais, fruticultura, agrícultura patronal, renda agrícola líquida por activo, taxa de rentabilidade interna.
  5. 5. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  5 The objective of the present work for the Diploma of Agronomy, specialization "Agricultural Development", is to relate the agrarian history of a small agricultural region in the Nordeste (Brazil) in order to understand its present structure and dynamics. Using the method of the agrarian diagnosis, the step chosen consisted in defining a homogeneous zone presenting a relevant level of analysis at the scale of the territory. The zone which was selected was the irrigated perimeter of Mandacaru, perimeter created in 1973 which has been used as pilot project in the area. In the second time, a bibliographical survey made it possible for us to get a physical preview of the social and economic characteristics of the selected zone. This stage was confronted with realities by the realization of semi-directive investigations with 31 of the 52 producers owning a lot in the perimeter. The first talks aimed to recall the agrarian history of the perimeter, the following to identify the current systems of production. This phase enabled us to understand the recent evolution of the socio-economic context on the perimeter and the fast diversification of the trajectories which resulted of it, with today at the one end patronal-type producers in difficulty cultivating only annual cultures, needing a great quantity of manpower and external financings, and on the other end producers practising mango monoculture and practically not intervening on the lot anymore. The third stage consisted in representing the reality observed through a theoretical tool: a typology of the exploitations. This tool allowed us, by simplifying reality, to better understand the current agrarian system, with today not less than 7 different types of exploitations on the perimeter. In order to be able to anticipate the viability in the medium and long term of these exploitations, an economic modelling of the identified archetypes was made. Then we could note that all the exploitations made it possible for the producer to earn an income (agricultural net income/ agricultural worker) higher than the Brazilian minimum income, but only those containing fruticulture and being cultivated in totality are economically profitable (rate of intern profitability higher than the present rates of interest). In conclusion, a global reflexion on the creation of the Mandacaru project was carried out, highlighting the social and economic brittleness of the system, as well as the ecological problems it may pose in the short run. Key words: Brazil, Petrolina-Juazeiro pole, Mandacaru, perimeter, irrigation, agrarian system, typology, investigations, annual cultures, fruticulture, patronal-type agriculture, agricultural net income per agricultural worker, internal rate of profitability.
  6. 6. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  6 Introduction générale .......................................................................................................................................1 1ère partie : le milieu 1. Le zonage : objectifs et intérêts......................................................................................................................... 3 2. Localisation de la zone d’étude.......................................................................................................................... 3 3. Le climat................................................................................................................................................................... 5 4. Géomorphologie de la zone............................................................................................................................... 6 5. Végétation ............................................................................................................................................................. 6 2ème partie : Eléments d’histoire agraire dans le Nordes te 1. L’étude historique : objectifs et intérêts............................................................................................................. 8 2. Dynamiques territoriales et sociales du Nordeste entre les XVIème et XIXème siècles : De la conquête au déclin....................................................................................................................................................................... 8 2.1. De l’ère pré-coloniale à l’arrivée des premiers colons portugais....................................................................................................................8 2.2 L’ère coloniale : Une hiérarchie sociale fondée sur la propriété foncière......................................................8 2.3Le XIXème siècle : Une crise économique associée au déclin de l’élevage dans le Nordeste......................................................................................................................9 3. Intervention des politiques publiques au XXème siècle : L’irrigation comme facteur de modernisation de l’agriculture du semi-aride .............................................10 3.1 Le développement des infrastructures d’irrigation............................................................................................10 3.2 Les grandsprojets hydrauliques............................................................................................................................10 3.3 La politique d’incitation aux investissements.......................................................................................................11 3.4 Mandacaruet Bebedouro : les deux projets pilotes dans la vallée du São Francisco .............................11 3ème partie : Le système agraire actuel : structure et fonctionnement 1. Caractéristiques générales du périmètre .......................................................................................................15 1.1. La zone d’implantation dupérimètre...................................................................................................................15 1.2 Les solsdu périmètre................................................................................................................................................16 2. Trajectoire historique du périmètre irrigué de Mandacaru........................................................................18 2.1 Sélectionet origine des premiers colons..............................................................................................................18 2.2 L’attribution des lots..................................................................................................................................................18 2.3 Le statut foncier .........................................................................................................................................................19 2.4 L’occupation de « l’area de sequeiro » la zone sèche .....................................................................................19 2.5 Gestion du travail et organisation de la maind’œuvre...................................................................................20 2.6 Evolutiondes systèmesde production...................................................................................................................21 3. Le système agraire actuel..................................................................................................................................24 3.1 Le système d’irrigation.............................................................................................................................................24 3.2 La gestion commune de l’eau..................................................................................................................................24 3.3 Evolutionde l’équipement des exploitations.......................................................................................................25 3.4 Gestion de la main d’œuvre...................................................................................................................................26
  7. 7. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  7 3.5 Origine des financementset accèsau crédit ......................................................................................................27 3.6 Les cultures annuelles à Mandacaru......................................................................................................................28 3.7 Débouchéset commercialisation............................................................................................................................33 4. Typologie des exploitations.....................................................................................................................35 4.1 Exploitation de Type 1 : Exploitationbasée sur le système culturesannuelles...........................................36 4.2 Exploitation de Type 2 : Exploitationassociant la fruticulture aux culturesannuelles .............................41 4.3 Exploitation de Type 3 : Exploitationbasée sur la fruticulture.......................................................................46 4.4 Exploitation de type 4 : Exploitationbasée sur la culture de la mangue....................................................48 4.5 Exploitation de Type 5 : Exploitationassociant les cultures annuelleset l’élevage ovin..........................50 4.6 Exploitation de Type 6 : Exploitationassociant les cultures annuelles, la fruticulture et l’élevage de petits ruminants..................................................................................................................................................................53 4.7 Exploitation de Type 7 : Exploitationassociant la culture de la mangue à l’élevage bovin laitier.......55 4.8 Origine des facteursde production des types d’exploitations identifiés.....................................................57 5. Modélisation économique des systèmes de production archétypiques identifiés..........................58 5.1 Modélisationdu revenu net agricol/actif............................................................................................................58 5.2 Objectifset méthodologie de la modélisationéconomique ............................................................................60 5.3 Conclusion et prolongements de l’étude...............................................................................................................64 Conclusion générale........................................................................................................................................66 Liste des abréviations Liste des figures Annexes
  8. 8. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  8 Le Nordeste, région où débarquèrent les premiers colons portugais, est depuis longtemps considérée comme « la région à problèmes » du Brésil (Hervé Théry, Le Brésil). Tous ses indicateurs socio-économiques sont en effet aujourd’hui en dessous de la moyenne nationale. Le Nordeste connut pourtant des époques de prospérité avec la culture de la canne à sucre au XVIIème siècle, puis l’élevage bovin du XVIIème jusqu’au milieu du XIXème et enfin le coton au XIXème siècle et début du XXème. Mais l’effondrement de ces économies a laissé un territoire où se déplacent un grand nombre de personnes en quête de travail, provoquant une véritable hémorragie humaine vers les grands pôles urbains du Sud du pays (São Paulo et Rio de Janeiro). Le Sertão, la zone intérieure du Nordeste, est d’autant plus touchée par la pauvreté qu’elle est isolée des zones côtières et subit un climat semi-aride où le manque d’eau limite le développement des activités agricoles, provoquant périodiquement de graves pénuries alimentaires. Au début des années 70, l’Etat brésilien trouva dans la création de périmètres irrigués un moyen de développer l’économie du Sertão en permettant la valorisation des ressources en eau du fleuve São Francisco. Le périmètre de Mandacaru sur lequel porte notre étude fut l’un des premiers projets d’irrigation à être créé sur le municipe de Juazeiro (Etat de Bahia) à la fin des années 60. D’autres périmètres irrigués furent créés ensuite, expliquant qu’aujourd’hui le pôle Petrolina/ Juazeiro en compte 7 au total. Les terres irriguées, au départ destinées à l’installation de petits colons, sont aujourd’hui aussi utilisées par de grandes entreprises agricoles, dont la part n’a cessé de croître ces trente dernières années, atteignant aujourd’hui plus de cinquante pour cent du total des surfaces. Alors Mandacaru était-il un projet à vocation sociale visant l’installation de travailleurs sans terre ? Quel était vraiment l’objectif de l’Etat brésilien lors de la création de ce périmètre ? Quelles furent les conséquences sociales de ce projet ? En quoi l’Etat brésilien a-t-il influencé ces changements ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons analysé les dynamiques spatiales et temporelles du périmètre irrigué de Mandacaru au travers de ses caractéristiques physiques, historiques, économiques et sociales, nous permettant ainsi d’évaluer la durabilité d’un projet précurseur qui a longtemps servi de modèle.
  9. 9. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  9
  10. 10. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  10 1. Le zonage : objectifs et intérêts La première étape de l’étude est un zonage de la région. Celui-ci a pour objectif de représenter le territoire agricole, en cartographiant ses caractéristiques agro-géographiques et en identifiant ses dynamiques socio-économiques. Il cherche à définir des zones représentatives de réalités de terrain, en simplifiant la réalité agricole afin de produire de nouvelles références. Chaque zone identifiée représente un secteur homogène, définie comme une unité spatiale où les ressources productives, la forme dans laquelle elles sont utilisées par les habitants ainsi que les problèmes rencontrés se rapportent à des problématiques de développement relativement semblables. Dans la première présentation de la zone d’étude, nous illustrerons de façon résumée les principales caractéristiques physiques de la région : géographiques, climatiques et géomorphologiques. 2. Localisation de la zone d’étude L’étude consiste en l’analyse-diagnostic d’une petite région agricole du municipe de Juazeiro, dans le Nordeste intérieur du Brésil (appelé le Sertão), état de Bahia. Le Nordeste est connu comme la « région à problème », présentant des retards de développement importants en comparaison des autres régions du pays. La zone est plus spécifiquement localisée dans le pôle urbain Petrolina/Juazeiro qui s’étend sur 32 295 km² et compte aujourd’hui 565 355 habitants. Il se trouve en plein « polygone des sécheresses », où le secteur agro-industriel a connu un essor important ces trente dernières années en raison du développement de grands projets d’irrigation alimentés par le fleuve São Francisco. Le fleuve São Francisco mérite quelques commentaires car il revêt une grande importance pour toute la région. Né plus au sud, dans l’Etat de Minas Gerais, il traverse successivement les Etats de la Bahia, du Pernambuco, d’Alagoas et du Sergipe, avant de se jeter dans l’océan Atlantique. D’une longueur de 2 700 km, couvrant un bassin de 640 000 km² et d’un débit 2 980 m3/ s, il est devenu le « poumon » économique du Sertão.
  11. 11. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  11 Carte 1 : Localisation de la vallée du fleuve São Francisco dans le territoire brésilien Source : CODEVASF Carte 2 : Localisation du pôle Petrolina/Juazeiro en relation avec la région Nordeste et le polygone des sécheresses Source : CODEVASF
  12. 12. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  12 3. Le climat Le Sertão est soumis à un climat très sec peu favorable à l’agriculture. De type semi-aride, il se caractérise par des températures élevées, un fort ensoleillement et une faible humidité de l’air tout au long de l’année. La température moyenne est de 26°C, mais peut dépasser les 30°C en Octobre, le mois le plus chaud. L’insolation est très forte (3000 heures/ an), avec en moyenne 300 jours de soleil/an. Le degré d’humidité dépasse rarement les 50%, sauf de Décembre à Mars où sont concentrées les pluies, atteignant un total de 435 mm dans l’année. Le climat se décompose en trois saisons : la saison des pluies, pendant laquelle sont regroupées les précipitations avec des températures élevées, la saison froide, aux précipitations faibles à nulles avec des températures nocturnes descendant jusqu’à 12°C, et la saison sèche proprement dite, où l’évaporation potentielle est maximale. Graphique 1 : Diagramme ombrothermique de la station météorologique de Mandacaru Source : EMBRAPA L’aridité du climat dans le Sertão s’explique par l’air qui, chargé d’humidité au niveau de l’océan atlantique, se dirige vers l’est à l’intérieur des terres. Avant d’atteindre la vallée du São Francisco, il remonte le long des reliefs plus élevés qui l’entourent. Il s’y refroidit, provoquant des averses, mais une fois les hauteurs dépassées, il est peu chargé en eau, ce qui explique la faiblesse des précipitations dans la région.
  13. 13. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  13 4. Géomorphologie de la zone La région, située dans la vallée du São Francisco, se trouve sur des roches cristallines (principalement des gneiss), issues de la transformation métamorphique de roches sédimentaires et de granites. La zone étudiée se trouve sur d’anciennes terrasses alluvionnaires. A à l’époque tertiaire, l’érosion a créé un relief plat avec des inselbergs de quartzite de direction N-NE. La région n’est plus soumise à des crues depuis la création du barrage de Sobradinho (à 30 km en amont de Juazeiro) en 1973. Avant cette date, les eaux inondaient les berges en période de crue mais ne dépassaient pas les bourrelets de berge. Le dénivelé ne dépasse pas 2%. 5. Végétation : La végétation traditionnelle du Sertão est la savane steppique, encore appelée « caatinga » qui signifie pour les indiens la « forêt blanche ». La caatinga couvre 21% de la vallée du São Francisco. C’est une formation arbustive à arbustive-arborée avec une sous-strate composée principalement de broméliacées et de cactées avec peu de graminées. AIRE Au vu des caractéristiques physico-climatiques de la région Nordeste et des lectures de paysage réalisées sur le municipe de Juazeiro, il semble évident que la structure du territoire et l'organisation des activités agricoles dépendent de la disponibilité en eau. Cette dépendance à la ressource hydrique constitue le fil directeur de l’histoire du Nordeste autour de laquelle s’est structurée la hiérarchie sociale pendant l’ère coloniale. Photo 1 : La caatinga Source : Universidade estadual de Feira de Santana
  14. 14. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  14
  15. 15. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  15 1. L’étude historique : objectifs et intérêts Après la caractérisation du milieu, permettant d’identifier les atouts et contraintes du territoire, l’analyse de l’histoire agraire de la région permet de resituer la zone d’étude dans sa dynamique temporelle. En effet, partant du principe que le système agraire actuel est le résultat de l’évolution des structures agraires passées, l’étude historique cherche à identifier les facteurs à l’origine des transformations techniques et sociales des sociétés rurales à l’échelle locale. Elle constitue un outil d’analyse permettant de comprendre les mécanismes d’évolution, donc de mieux appréhender la réalité agraire d’aujourd’hui ainsi que quelques scénarios possibles pour l’avenir. 2. Dynamiques territoriales et sociales du Nordeste entre les XVIème et XIXème siècles : De la conquête au déclin 2.1. De l’ère pré-coloniale à l’arrivée des premiers colons portugais Avant la colonisation portugaise, les rives du fleuve São Francisco étaient occupées par des communautés indiennes qui pratiquaient une agriculture de décrue basée sur la culture du haricot, du manioc, du maïs, de la patate douce et du potiron. Ils avaient également recours à la chasse et la pêche pour complémenter leur alimentation en protéines animales. La conquête du Brésil commença au XVIème siècle dans le Nordeste, avec l’arrivée des premiers colons portugais dans la baie de Salvador. La colonisation de l’intérieur des terres eut lieu un peu plus tard, par transports fluviaux le long du fleuve São Francisco. 2.2. L’ère coloniale : Une hiérarchie sociale fondée sur la propriété foncière C’est à la hiérarchisation de la société sous la couronne portugaise que l’on doit la structuration de l’espace agricole brésilien, structure qui va perdurer jusqu'au XXIème siècle. En effet, pendant l’ère coloniale, les donataires à la tête des douze capitaineries du Brésil donnaient d’immenses surfaces de terres (les « sesmarias») à des ressortissants portugais qui étaient souvent des roturiers militaires ou des administrateurs. Ce processus aboutit à la formation d’immenses exploitations (les « fazendas») pouvant atteindre plusieurs milliers d’hectares. Alors que sur la côte nordestine la culture de la canne à sucre connaissait un essor fulgurant, provoquant l’arrivée massive d’esclaves en provenance d’Afrique, l’introduction de capims (graminée utilisée comme fourrage pour l’alimentation du bétail) africains contribua au développement de l’élevage à l’intérieur des terres. Les grands propriétaires (appelés les « fazendeiros ») y élevaient des bovins de manière extensive pour la production de viande et de cuir destinée à alimenter les régions côtières de Salvador et Recife. Ils déléguaient la garde du bétail à des vachers (les « vaqueiros») qui pouvaient, en échange du service rendu, utiliser des petites surfaces de terre pour pratiquer une agriculture pluviale basée sur les cultures vivrières héritées des traditions indiennes : manioc,
  16. 16. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  16 patate douce, haricot, maïs et potiron. Ils avaient également le droit de garder quelques bêtes pour l’alimentation de leurs familles. Les abris pour les animaux (les « currais») se trouvaient sur les rives du fleuve, permettant ainsi au bétail de venir régulièrement s’abreuver. Alors qu’une partie des berges du fleuve était occupée par les abris pour les animaux, ce qui valu pendant longtemps au fleuve São Francisco le surnom de « Rio dos currais», l’autre partie était occupée par des familles d’origine indienne, appelées les « beiradeiros ». Les beiradeiros pratiquaient, comme leurs ancêtres, une agriculture de décrue. Les cultures (manioc, patate douce, haricot, maïs et potiron) se trouvaient sur les étroites bandes de terres inondables fertilisées par les déjections du bétail présent à proximité pendant les périodes de décrues. Pendant la saison des pluies, les terres mises en valeur étaient les terres plus élevées (« area de sequeiro », zones de terrains secs). La seule denrée conservable était la farine de manioc, expliquant l’importance de cet aliment qui reste encore aujourd’hui la base de la cuisine Nordestine. Occupant les terres des colons, les beiradeiros devaient reverser à ces derniers un pourcentage de leurs maigres récoltes. Ils avaient également l’obligation d’accepter le bétail des grands propriétaires terriens qui venait pâturer les résidus de récolte sur leurs parcelles. Les grands propriétaires terriens louaient également une partie de leurs terres à des métayers (les « meeiros») qui engraissaient les bovins dans les zones plus éloignées du fleuve et plantaient des cultures vivrières et du coton dont la moitié de la récolte devait être reversée au fazendeiro. La récolte du coton était réalisée par des esclaves. Les meeiros possédaient en général quelques têtes de bétail pour l’alimentation de la famille : cinq à dix ovins ou caprins, espèces particulièrement bien adaptées aux conditions difficiles dans le Sertão, et un à deux bovins pour leur consommation personelle. 2.3. Le XIXème siècle : Une crise économique associée au déclin de l’élevage dans le Nordeste Au cours du XIXème siècle, la croissance économique du secteur minier dans l’état de Minas Gerais et la crise du secteur sucrier entraînent une crise de l’économie nordestine. A cela s’ajoute le déclin de l’élevage, jusqu’alors pilier de l’activité économique du Nordeste intérieur. En effet, des sécheresses ponctuelles et l’éloignement des grands pôles de consommation provoquent le déplacement du bassin de production vers le sud du pays, où la viande produite était par ailleurs de meilleure qualité. C’est ainsi que de nombreuses fazendas furent démantelées, laissant de grands espaces inoccupés. Pour sortir de la crise, certains grands éleveurs commencèrent à cultiver sur les rives du fleuve du coton, du caoutchouc et de la canne à sucre. Ils possédaient un moulin permettant de fabriquer à partir de la canne à sucre le rapadura (sucre non raffiné) et la cachaça (rhum local), qu’ils commercialisaient ensuite à Juazeiro. D’autres fazendeiros devinrent commerçants, le fleuve servant de voie de transport des produits régionaux (farine, rapadura, cachaça, poisson, cuir, etc.) et des produits manufacturés venus d'autres régions. Ce commerce naissant permis le développement de la ville de Juazeiro qui devint un port de marchandises. Dans ce contexte, la ville devint le point de ralliement entre le Sud et le Nord du pays, reliant l’état de Bahia à celui du Piaui, représentant alors un pôle commercial de première importance.
  17. 17. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  17 Certains métayers et anciens vachers s’installèrent sur les grands espaces libérés par les fazendeiros pour y pratiquer l’élevage ovin et caprin et une agriculture pluviale très fortement soumise aux aléas climatiques. C’est ainsi que se formèrent des communautés d’éleveurs qui vivent encore aujourd’hui dans la caatinga, en associant la caprinoculture et l’ovinoculture à la culture du haricot, du maïs et du manioc en saison des pluies. Malgré ces tentatives diverses, l’isolement et la décadence économique et culturelle dans lesquels la région se trouva plongée pendant près de deux siècles peut être attribuée à l’incapacité de trouver de réelles alternatives économiques à l’élevage. 3. Intervention des politiques publiques au XXème siècle : L’irrigation comme facteur de modernisation de l’agriculture du semi- aride 3.1 Le développement des infrastructures d’irrigation L’ « ère Vargas » qui début dans les années 40 est marquée par une intervention forte de l’état dans l’économie et l’organisation de la société, ainsi que par un autoritarisme croissant et la centralisation du pouvoir. C’est à cette époque que l'Etat brésilien lança un programme d'investissements publics pour le développement de la vallée du fleuve São Francisco, en créant la Compagnie Hydroélectrique de la Vallée du São Francisco (CHESF- Companhia Hidroelétrica do Vale do São Francisco) en 1945 et la Commission de la Vallée du São Francisco (CVSF) en 1948. L’objectif principal de ce programme était la création de bases économiques indispensables au développement du Nordeste, région présentant manifestement des retards de développement en comparaison des autres régions du pays. Ensuite, dans le cadre du plan national de développement du gouvernement de Juscelino Kubitschek,  la superintendance de développement du Nordeste (SUDENE - Superintendência do Desenvolvimento do Nordeste) est créée en 1959. Le premier plan de la SUDENE de 1961 à 1963 donnait la priorité au développement des infrastructures dans la région (75% des crédits étaient attribués aux routes et à l’énergie). L'implantation d'infrastructures avait pour but de dynamiser l'économie régionale en élargissant l'offre de terres et en rationalisant l'utilisation de l'eau et du sol. C’est ainsi que l'état commença à mettre en œuvre une véritable politique d'irrigation en donnant la priorité aux petits producteurs et aux travailleurs sans terre dans le processus de colonisation du Sertão. Les périmètres irrigués étaient en effet considérés comme des « assentamentos» par le Ministère de la Réforme Agraire, c'est-à-dire des zones d’installation de travailleurs sans terres. L’Etat fédéral était à l’époque l’unique financeur. A partir du 3ème plan, le financement était réalisé à 33,6 % par l’Etat fédéral, 12,6 % par les Etats du Nordeste, 3,8 % par les municipes, le secteur privé 35,7 %et 14,3 % par les organisations internationales.
  18. 18. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  18 3.2 Les grands projets hydrauliques Pendant le régime militaire, qui dura de 1964 à 1985, l’Etat maintient son rôle d’investisseur dans l’industrie pour contribuer au développement du pays. C’est ainsi qu’en plein « miracle économique Brésilien », la CHESF équipa les chutes de Paulo Afonso (situées à 300 km en aval de Juazeiro) en construisant une série de centrales dont le potentiel cumulé dépasse aujourd’hui 5000 MW . Pour assurer le fonctionnement régulier des ces équipements, une retenue d’eau de plus de 4000 km2 fut créée par le barrage de Sobradinho (1973-1977), situé à 30 km en amont de Juazeiro. Le rôle du barrage était surtout de régulariser le débit du fleuve São Francisco à 2060 m3/ s. Cet énorme aménagement, outre qu’il a obligé à déplacer 70 000 personnes et noyé les terres fertiles des berges sur plus de 200 km, entraîne une perte par évaporation de 190m3/S et interdit pratiquement l’extension de l’irrigation au-delà des projets en cours. 3.3. La politique d’incitation aux investissements La SUDENE ne recevait qu’une partie des budgets annuels prévus par les plans (25,4 % des prévisions en 1963 et 43,7 % en 1968, ce qui limitait sa capacité d’action. Ainsi, l’incitation à l’entrée de capitaux privés fut un élément très important du développement économique de la région. En effet, le problème du Nordeste était la faible rentabilité des investissements dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie, ce qui décourageait les initiatives privées. Par conséquent, la SUDENE mit en place une politique incitatrice visant à réduire la part de l’investissement à la charge des entrepreneurs, de façon à en améliorer la rentabilité. Le système mis en place consistait à permettre d’utiliser 50 % des sommes dues au titre de l’impôt sur le revenu. Cet argent était bloqué sur un compte de la banque du Nordeste et devait être investi dans un projet approuvé par la SUDENE. Ce système fut étendu aux entreprises étrangères et contribua largement au décollage économique régional. 3.4 Mandacaru et Bebedouro : les deux projets d’irrigation pilotes dans la vallée du São Francisco La SUVALE (Superintendência do Desenvolvimento do Vale do São Francisco), à laquelle succéda la CODEVASF (Companhia de Desenvolvimento do Vale do São Francisco) en 1975, fut chargée du développement de la vallée du São Francisco par le biais de grands projets d’irrigation, dans le cadre du « PROINE » (Programme National d’Irrigation du Nordeste). Dans la vallée du fleuve São Francisco, 3 000 000 hectares sont identifiés comme irrigables. Le programme poursuivait un double objectif : § économique : développer l’activité du pôle urbain Petrolina-Juazeiro au travers des productions agricoles destinées au marché national et à l’exportation en valorisant les ressources en eau du fleuve São Francisco. § social : mettre des terres à disposition de petits producteurs dans le but de créer des emplois dans le domaine agricole, évitant ainsi l’exode rural vers les grands pôles urbains comme São Paulo et Rio de Janeiro.
  19. 19. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  19 C’est ainsi qu’à partir des années 70 des investissements très importants de l’Etat brésilien furent réalisés pour les projets d’irrigation, comme en atteste le tableau suivant présentant le coût moyen par hectare d’un projet d’irrigation au Brésil à l’époque : Elément du projet Coût (US$/ha) Etudes technico-économiques de faisabilité 200-300 Désappropriation des terres 300-500 Infrastructures hydraulique d’usage collectif 3 000-3 500 Infrastructures parcellaires d’irrigation 1 500-2 000 Infrastructures parcellaires d’appui 700-1 000 TOTAL 5 700-7 300 Tableau 1: Coût moyen par hectare d’un projet d’irrigation en brésil dans les années 70 Source : Banco do Nordeste Les projets de Mandacaru et Bebedouro, créés en 1968, servirent de modèle avant l’extension des périmètres irrigués dans la région. Aujourd'hui, autour du pôle urbain Juazeiro/ Petrolina se trouvent non moins de 7 périmètres en activité, ce qui représente une surface totale de 41 457 ha. Depuis la création des périmètres irrigués, la part des entreprises dans l’occupation des terres n’a cessé d’augmenter par souci de rentabilisation des investissements initiaux. Ce développement de l’agriculture irriguée n’a été possible que grâce à la formation d’un complexe agro-industriel en amont et en aval de la production (entreprises agro-alimentaires de transformation et entreprises d’agrofournitures) et l’apport de capitaux privés étrangers. Aujourd’hui, chaque projet de la CODEVASF est conçu en partenariat avec le secteur privé, 50 % des surfaces étant destiné aux grandes entreprises, les 50% restants aux petits colons. Periode Evènement 1877 Établissement d'un service de transport fluvial à la vapeur ; Juazeiro fait partie des pôles choisis pour cette infrastructure de transport 1896 Inauguration de la voie ferrée liant Juazeiro à la capitale de l'État de Bahia : Salvador 1946 Création de CVSF (Commission de la vallée du Sao Francisco), début des travaux de construction du réseau hydraulique pour irriguer la région 1947 Construction du pont qui lie Juazeiro à Petrolina Années 60 Développement d'infrastructures routières (BR-232, 407, 425, 122) qui relient la région au centre et au sud du pays 1968 Implantation du premier périmètre irrigué dans la région, à Mandacaru (Juazeiro) 1973 - 1977 Travaux pour la construction du gigantesque barrage de Sobradinho, à 40 km desvilles de Juazeiro et de Petrolina 1984 Implantation du périmètre irrigué " Senador Nilo Coelho ", le plus grand des périmètres implantés depuis 1946. Tableau 2: Série historique des principales étapes ayant contribué à l’essor du pôle Petrolina/Juazeiro Source : CODEVASF
  20. 20. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  20 Surface irrigable Entreprises Petits producteursPérimètre et année d’implantation Surface (ha) Surface (%) Nombre Surface (ha) Surface (%) Nombre Surface (ha) Surface (%) 1968-Bebedouro 2 418 6% 5 924 4% 134 1 494 8% 1968-Mandacaru 436 1% 1 52 0% 52 370 2% 1976-Tourão 10 328 25% 1 10 158 42% 34 170 1% 1981-Maniçoba 4 201 10% 54 2 393 10% 232 1 808 10% 1982-Curaça 3 889 9% 39 1 913 8% 265 1 976 11% 1984-Nilo Coelho 15 712 38% 1131 6 412 27% 1 446 9 300 52% 1997-Maria Tereza 4 860 12% 38 2 050 9% 445 2 810 16% TOTAL pôle Petrolina/Juazeiro 41 843 100% 269 23 915 57% 2 626 17 928 43% Tableau 3 : Les périmètres irrigués du pôle Petroliona/Juazeiro Source : 3°e 6° Superintendência da CODEVASF et SEBRAE/PE Région à handicaps, le Nordeste a fait l’objet, au XXème siècle, d’une politique de développement basée sur les investissements dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie et l’utilisation des ressources hydriques du fleuve São Francisco. En résulte aujourd’hui une artificialisation du territoire induite par l'implantation d’infrastructures d'irrigation aux enjeux économiques déterminants. C’est pour cette raison que la zone d’étude retenue est un des sept périmètres irrigués du municipe, le périmètre irrigué de Mandacaru. Il présente en effet, de par les infrastructures d’irrigation et les activités agricoles et sociales qui lui sont liées, une unité d’étude et de réflexion qui nous semble pertinente.
  21. 21. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  21
  22. 22. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  22 1. Caractéristiques générales du périmètre irrigué de Mandacaru 1.1. La zone d’implantation du périmètre La zone d’implantation du périmètre irrigué de Mandacaru fut choisie pour sa proximité de la ville de Juazeiro et du fleuve São Francisco. Cette zone correspondait à quatre fazendas où était pratiqué l’élevage bovin extensif. L’Etat brésilien racheta ces propriétés grâce à la loi de la terre de 1850. Cette loi autorise l’expropriation des terres lorsqu’elles sont sous-valorisées. Les infrastructures d’irrigation ne furent pas installées sur toute la surface de la zone sélectionnée (820 ha). En effet, les zones situées aux extrémités du périmètre furent classés en « area de sequeiro » (aires sèches) en raison d’aptitudes inférieures à l’agriculture irriguée et des risques plus élevés de salinisation. La surface totale qui fut aménagée pour l’irrigation était donc de 436 ha. La partie centrale du périmètre fut achetée par l’EMBRAPA pour y créer une station expérimentale (52 ha). Carte 3 : Localisation du projet Mandacaru Source : Les auteurs
  23. 23. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  23 1.2 Les sols du périmètre Dans le municipe de Juazeiro, les sols sont de texture argileuse. L’étude des sols du périmètre (carte en annexe) réalisée en 1973 avant le lancement du projet identifie deux zones majeures. § La zone centrale du périmètre : Les sols situés au centre du périmètre correspondent aux vertisols de la classification de Duchauffour. Ce sont des sols de couleur foncée riches en argiles gonflantes. On les trouve dans les zones à climat très contrasté, comportant en particulier une saison sèche très accentuée. Ils présentent les caractéristiques suivantes : § abondance d’argiles gonflantes néoformées ou héritées de la roche mère § faible taux de matière organique (2%en moyenne) § turnover rapide des fractions les plus labiles de la matière organique § brassage mécanique de l’ensemble des horizons par les « mouvements vertiques » liés aux variations de volume saisonnières de l’argile, ce qui provoque une homogénéisation quasi complète du profil sur 60 à 80 cm. § Structure généralement grossière, formée de prismes séparés en période sèche par de larges « fentes de retrait » ; abondance des « surfaces de friction », témoignage de l’existence des mouvements vertiques. Schéma 1 : Profil d’un vertisol Source : les auteurs
  24. 24. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  24 Dans la zone étudiée, les vertisols présentent en outre une coloration ocreuse ou rougeâtre, résultat d’une évolution secondaire. En effet, dans des conditions hydromorphes et acides, les argiles montmorillonites ont tendance à s’altérer, libérant du fer et de la silice. Le fer libre – donc l’indice d’altération – augmente, en même temps que la couleur ocreuse ou rougeâtre du profil. On parle aussi de « sols vertiques colorés ». Enfin, dans la zone étudiée, les sols présentent une structure grumeleuse en surface due à la présence d’un mulch entretenu par les mouvements verticaux naturels du sol. On parle ainsi de « grumosols ». Les grumosols font en général partie des sols les plus fertiles des régions tropicales. Ils présentent de très bonnes potentialités agronomiques permettant de viser de hauts rendements, à condition de faire l’objet de pratiques permettant d’améliorer la structure du sol et d’augmenter le taux de matière organique. A ce titre, l’emploi de fertilisants organiques contenant de l’humus et de couverts végétaux morts ou vivants sont particulièrement recommandés. § Le pourtour du périmètre : Sur le pourtour du périmètre, surface représentant plus de 40 % des 820 ha totaux, des sols argileux peu différenciés ont été identifiés lors de l’étude pédologique préalable à l’installation des infrastructures d’irrigation. Ils sont très enclins au phénomène de salinisation (remontée des particules minérales dans les horizons supérieurs du sol) en raison de leur forte perméabilité. En outre, la présence de pierres et d’affleurements rocheux les rend beaucoup plus difficiles à travailler et à cultiver. C’est pour cette raison que les infrastructures d’irrigation n’ont pas été installées sur le pourtour du périmètre qui fut classé en « area de seaueiro » (zone sèche), utilisable éventuellement pour le pâturage du bétail mais pas pour les cultures irriguées.
  25. 25. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  25 2. Trajectoire historique du périmètre irrigué de Mandacaru 2.1. Sélection et origine des premiers colons La SUVALE lança des appels à candidature dans les municipes de Juazeiro et Petrolina pour la sélection des futurs colons de Mandacaru. La population locale fut informée par la radio, par les autorités ou encore par des délégations de fonctionnaires de la SUVALE. Ces derniers furent confrontés à la réticence des communautés d’éleveurs de la zone sèche à proximité de Juazeiro. En effet, ils craignaient de se lancer dans des projets publics d’une telle envergure encore peu connus dans la région. C’est pour cette raison que la plupart des personnes qui s’inscrivirent pour le projet Mandacaru connaissaient déjà l’agriculture irriguée pour diverses raisons : § personnes habitant et travaillant comme journaliers dans un périmètre irrigué, § personnes travaillant dans l’exploitation de leurs parents en agriculture traditionnelle sèche située à proximité d’un périmètre irrigué, § personnes sans expérience dans l’agriculture mais connaissant l’agriculture irriguée car proches ou parents d’un fonctionnaire de la SUDENE. A l’issue d’entretiens personnalisés, 45 chefs de famille furent sélectionnés pour suivre une formation de 90 jours dans le périmètre irrigué de Bebedouro en 1972 afin de découvrir et apprendre à maîtriser les techniques de l’agriculture irriguée. A l’issue de cette formation 36 colons furent sélectionnés et vinrent s’installer en 1972 à Mandacaru, sans aucun bien matériel, hormis éventuellement une mule et un peu d’argent obtenu par la vente d’animaux s’ils possédaient auparavant une exploitation en zone sèche qu’ils vendirent. 2.2. L’attribution des lots Chaque colon se vit attribuer un lot de terre de 7 à 15 ha, en fonction de la taille de sa famille. On parle de « lot » car ces ensembles de terres étaient déclarés indivisibles par la CODEVASF. Chaque colon reçut une maison non meublée entourée d’un terrain de 1000m², dans le noyau habitationnel juste à côté du périmètre et un galpão (petit hangar situé sur le bord du lot). Au bout de la cinquième année de fonctionnement du périmètre, la CODEVASF, prônant une utilisation intensive des terres, estima que les lots de plus de 10 ha étaient sous-utilisés. Ils furent donc divisés en deux en 1978. D’autre part, la CODEVASF finança l’aménagement d’une partie de l’ « area de sequeiro » apte à l’irrigation. Ces deux phénomènes aboutirent à la création de 16 nouveaux lots. Certains travailleurs journaliers déjà présents sur le périmètre bénéficièrent d’un lot en récompense de leur travail. Les autres nouveaux colons avaient été informés par des membres de leurs familles déjà installées sur le périmètre. Ces nouveaux colons ne bénéficièrent pas des mêmes avantages que les premiers : Ils n’eurent pas de formation à l’agriculture irriguée et aucune maison ne leur fut attribuée. Ils s’installèrent donc à côté du noyau habitationnel, dans la « Villa Fora » où ils construisirent eux-mêmes leur maison. Le périmètre irrigué de Mandacaru compte aujourd’hui 52 producteurs.
  26. 26. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  26 2.3. Le statut foncier Le lot était considéré comme en attente de titularisation jusqu’à son paiement total par le colon. Chaque colon disposait de 4 ans pour débuter le remboursement du lot qui devait s’étaler sur 19 ans. La plupart des lots fut titularisée en février 1986 avant le changement de monnaie (passage du cruzeiro au cruzado) qui risquait d’être très défavorable aux producteurs de Mandacaru. Leurs revenus étant élevés à cette époque, ils n’eurent aucune difficulté à payer l’intégralité de la somme due. Les producteurs de Mandacaru sont aujourd’hui tous propriétaires du lot mais la CODEVASF doit donner son accord en cas de vente. L’Etat brésilien, quant à lui, reste propriétaire des infrastructures d’irrigation. 2.4. L’occupation de “l’area de sequeiro”, la zone sèche « L’area de sequeiro » est la partie du périmètre située en périphérie et qui ne fut pas aménagée pour l’irrigation par la CODEVASF. Elle représente une surface de 384 ha, soit 47 % de la surface totale du périmètre. Chaque colon, en recevant son lot irrigué, avait reçu un lot dans l’area de sequeiro. Au départ les producteurs n’avaient pas les moyens de financer les infrastructures d’irrigation sur ces zones, et ne pouvaient pas y pratiquer l’agriculture traditionnelle en sec, le lot irrigué chargeant le calendrier de travail sur toute l’année. Par conséquent les producteurs ne s’approprièrent le lot de l’area de sequeiro qui leur avait été attribué et le cadastre de cette partie du périmètre fut par la suite ignoré. Certaines familles possédaient cependant quelques têtes de bétail qu’ils avaient achetées dans les années 70 pour nourrir la famille : 1 à 2 bovins et 4 à 5 ovins. Ils utilisèrent donc l’ « area de sequeiro » en commun pour y faire pâturer le bétail, chacun utilisant la partie de l’area de sequeiro la plus proche du lot. Mais à partir de 1985, les producteurs eurent les moyens d’investir, c’est pourquoi certains aménagèrent des terres de cette zone pour l’irrigation. Les premiers choisirent les terres qui leur semblaient les plus aptes à l’irrigation. Ce phénomène se développa, c’est pourquoi la CODEVASF refit la distribution des terres, les personnes ayant déjà aménagé un lot en « area de sequeiro » purent régulariser leur situation en achetant ces parcelles. Tous n’achetèrent pas de parcelle dans l’area de sequeiro. Seuls ceux ayant aménagé une parcelle, souhaitant l’aménager ou qui possédaient du bétail dans l’area de sequeiro attenant au lot choisirent d’investir dans ces terres. Aujourd’hui, le lot en « area de sequeiro » peut être dissocié du lot dans la zone irriguée. En revanche les terres d’un même lot en « area de sequeiro » sont indivisibles. Ainsi, un propriétaire d’un lot dans la zone irriguée et dans l’« area de sequeiro » peut vendre l’un des deux et continuer à exploiter un seul lot.
  27. 27. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  27 Carte 4 : Utilisation de l’ « area de sequeiro » aujourd’hui sur le périmètre irrigué de Mandacaru (en blanc : lots non enquêtés) Source : les auteurs 2.5. Organisation du travail et gestion de la main d’œuvre Les producteurs de Mandacaru positionnaient les cycles de leurs cultures par rapport aux « fenêtres » des marchés nationaux et internationaux, à l’origine de fluctuations annuelles de prix très importantes. Cela provoquait le regroupement des interventions culturales sur le périmètre aux mêmes moments. C’est pour cette raison que les colons firent très tôt appel à de la main d’œuvre journalière pour les pointes de travail. On estime que pour un hectare irrigué, un colon avait besoin en moyenne de trois ou quatre travailleurs journaliers intervenant ponctuellement sur le lot.
  28. 28. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  28 Ce besoin en main d’œuvre salariée journalière fut à l’origine d’importants mouvements migratoires dans le pôle Petrolina/Juazeiro : § Ce sont en premier lieu d’une des proches familiaux des colons qui vinrent s’installer sur le périmètre pour y travailler. Ils habitaient au départ dans la maison de la famille, puis lorsqu’ils eurent suffisamment d’argent, ils construisirent une maison dans ce qui devint plus tard la « vila fora » à côté du canal principal à l’entrée de Mandacaru. § Ce sont en second lieu d’anciens habitants des bords du fleuve (les « beiradeiros») qui virent dans les périmètres irrigués des opportunités de travail. En effet, en raison de l’accroissement démographique de ces communautés, les espaces occupés commençaient à devenir insuffisants pour alimenter toutes les familles. § Ce sont, en troisième lieu, des familles expropriées lors de la création du barrage de Sobradinho. § Ce sont, en dernier lieu, des personnes sans emplois ou travailleurs sans terre venus d’autres régions du Brésil (grands pôles urbains de Salvador, Rio de Janeiro, São Paulo), transformant la vallée du fleuve São Francisco, longtemps marquée par un exode rural important, en véritable pôle attracteur de main d’œuvre. A tel point que le solde migratoire dans les municipes de Petrolina et de Juazeiro est aujourd’hui positif. Les trois catégories sociales ne faisant pas partie de la famille des colons construisirent à côté du noyau habitationnel des petits habitats en torchis ou en brique, entourés d’un jardin vivrier (bananiers, manioc, maïs et haricot), avec quelques animaux pour la consommation (poules, cochons, chèvres) et de bât (ânes, mules). Certaines familles ne pouvant pas construire se sont installées dans les galpão (taille : 4 x 4 m environ, dans laquelle vivent des familles de 5 à 8 personnes), en contrepartie de leur travail sur le lot et du gardiennage. L’électrification des lots depuis un an et demi a légèrement amélioré leurs conditions de vie. 2.6. Evolution des systèmes de production Depuis la création du périmètre, plusieurs productions agricoles se sont succédées à Mandacaru, formant autant de cycles de production distincts, parmi lesquels on distingue trois grandes périodes : la période riz/ sorgho en 1974 et 1975, puis la période oignon/ tomate/melon qui s’étend de 1976 à 1990, et enfin la période fruticulture, qui va de 1989 à aujourd’hui. Au sein- même de ces périodes, certaines années ont été marquées par des pics de production de cultures vivrières, comme en 1977 où l’on trouvait à Mandacaru 35 ha de maïs et 80 ha de haricot. Cela permettait au périmètre d’assumer le rôle de « tampon » lorsque de fortes sécheresses ponctuelles compromettaient la production dans la caatinga, zone produisant traditionnellement les aliments de base pour la population locale mais directement dépendante des pluies. § 1974-1975 : Le système riz/sorgho La Codevasf donna aux producteurs 14000 cruzeiros (équivalent du salaire d’un ouvrier pendant un an) pour cultiver du sorgho sous contrat pour des entreprises vendant des semences et du riz. La coopérative élaborait un calendrier de travail, distribuait les crédits de campagne et était l’intermédiaire par lequel passaient les contrats. En raison de la mauvaise maîtrise technique de
  29. 29. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  29 ces cultures et des problèmes de commercialisation qui en résultèrent, les producteurs ne cultivèrent le riz que pendant deux ans. § A partir de 1976 : La rotation oignon/tomate/melon Avec l’installation de plusieurs entreprises de fabrication de pulpe de tomate à Juazeiro et Petrolina, les producteurs de Mandacaru se lancèrent dans la rotation oignon/ tomate/ melon à partir de 1976. Le sorgho fut inclus dans cette rotation les premières années puis fut abandonné en raison du non-renouvellement des contrats passés avec la coopérative. Les cultures de la tomate, de l’oignon et du melon, en plus d’être très bien adaptées aux conditions pédoclimatiques de Mandacaru, répondaient à une volonté de l’Etat Brésilien de diminuer sa dépendance aux importations en provenance d’autres pays d’Amérique Latine (Mexique et Argentine principalement). Ce système de production commun à tous les producteurs de Mandacaru au début des années 80 leur permis de dégager de très bons revenus, leur permettant d’investir dans des biens personnels (agrandissement de la maison, achat d’un véhicule, etc.) ou pour leur exploitation (achat d’un ou plusieurs tracteurs, achat d’une autre parcelle en dehors du périmètre, etc.). C’est à ce moment-là que commença pour certains le processus d’accumulation du capital. § Fin desannées80 : La première crise du système Mais dans la deuxième moitié des années 80, les producteurs de Mandacaru commencèrent à rencontrer des difficultés d’ordre technique (apparition de problèmes parasitaires sur la tomate) et économique (entrée en production des nouveaux périmètres irrigués dans le Nordeste et départ ou fermeture des entreprises de transformation de la tomate). Graphique 2 : Evolution des prix constants de la tomate au Brésil de 1985 à 1994 Source : CODEVASF 0  10  20  30  40  50  60  70  80  90  100  110  120  1985  1986  1987  1988  1989  1990  1991  1992  1993  1994  Année  Prix (indice 100=prix en 1994)  Arrêt de production de la  tomate à Mandacaru
  30. 30. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  30 En outre, c’est à ce moment qu’a commencé le processus d’émancipation du périmètre en raison d’une politique brésilienne drastique d’austérité et d’ajustement structurel exigeant une diminution des coûts de fonctionnement de la CODEVASF. § A partir de 1989 : le développement de la fruticulture Afin de résoudre la crise, l’Etat brésilien lança en 1989 un programme de développement de la fruticulture, programme financé en grande partie par la banque mondiale. L’idée consistait à aider les petits producteurs à se lancer dans la fruticulture par le biais de crédits pour l’implantation et d’un suivi technique. C’est ainsi qu’en 1994, de nombreux producteurs de Mandacaru bénéficièrent d’un crédit pour planter de la mangue, de la goyave et de la noix de coco. Cependant, certains producteurs avaient pu accumuler suffisamment de capital dans les années 80 pour investir dans la manguéiculture avant le lancement du programme national, voyant dans cette activité le moyen d’ajouter de la valeur à leur lot. On estime qu’environ 60% des producteurs du périmètre se sont lancés dans la fruticulture dans les années 90. § A partir de 2000 : La deuxième crise du système Malgré le programme de développement de la fruticulture, les producteurs de Mandacaru traversent depuis quelques années une crise multiforme : ­ Crise de l’accès au crédit : en raison des difficultés économiques existant au Brésil, l’attribution de crédits pour implanter des cultures et de crédits de campagne fut stoppée. ­ Crise de commercialisation : la coopérative, ayant fait l’objet d’une gestion mal organisée et frauduleuse, rencontra des difficultés financières et cessa de fonctionner, créant un climat de méfiance entre les producteurs ayant pris part à sa gestion et les autres colons. Les producteurs de la zone qui perdirent ainsi leur intermédiaire de commercialisation ne purent écouler leur production sur un marché libéralisé dans lequel les grandes entreprises prenaient de plus en plus d’importance. ­ Crise de fertilité : la succession de la rotation quasi exclusive oignon/ melon/ tomate pendant plus de 15 ans sur le périmètre a provoqué des baisses de fertilité provoquant des chutes de rendement allant de 5 à 10 tonnes/ ha.
  31. 31. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  31 3. Le système agraire actuel 3.1. Le système d’irrigation L’eau provient du fleuve São Francisco situé à 2 km et est acheminée par un canal primaire en béton qui traverse ensuite tout le périmètre de Mandacaru. Les canaux en béton permettent de limiter les pertes d’eau par infiltration. Même en période sèche, l’eau n’est pas un facteur limitant sur le périmètre. Au contraire, le système d’irrigation par gravité provoque une surconsommation d’eau par les producteurs, préjudiciable tant sur le plan économique qu’écologique (risques de salinisation des sols). Les pertes par infiltration, écoulement et évaporation au niveau de la parcelle sont en effet très importantes. Elles peuvent atteindre 70 % du volume d’eau consommé. Schéma 2 : Schéma représentant le système d’irrigation sur le périmètre irrigué de Mandacaru Source : Les auteurs
  32. 32. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  32 3.2. Gestion commune de la ressource en eau L’utilisation de l’eau est réglementée de la façon suivante : § le producteur ne peut pas irriguer plus de 9 heures par jour et 3 jours par semaine § le producteur doit payer chaque mois une redevance en eau La facture d’eau se décompose de la manière suivante : § Une composante K1, reversée à la CODEVASF en retour des investissements faits pour l’infrastructure collective du périmètre. Cette valeur, fixée par le ministère de l’intérieur à 58,15 R$/ ha/ an (~18 €), représente un amortissement des aménagements sur 50 ans. § Une composante K2, fixée et perçue par la structure gestionnaire, correspondant aux coûts annuels d’opérations et de maintenance du projet (coût du personnel, des véhicules, de l’énergie électrique, de l’entretien des canaux et de la gestion administrative). Ce K2 se décompose à nouveau en une partie fixe dépendante de la surface du lot et une partie variable qui dépend de la quantité d’eau consommée. 3.3. Evolution de l’équipement des exploitations Préparation et entretien du sol Tracteur, charrue et herse à traction mécanisée Mule, rigoleuse et araire à traction animale Désherbage Bineuse, araire et cultivateur à traction attelée animale, mule Traitements phytosanitaires Pulvérisateur à dos, pompe à moteur Stockage du matériel Galpão (petit hangar au bord du lot) Transport des marchandises Camion Déplacements Vélo, moto, voiture, bus Tableau 4 : Equipement actuel des exploitations agricoles de Mandacaru Source : les auteurs – réalisé sur la base d’enquêtes auprès desproducteurs Les sols de Mandacaru, de texture argileuse, sont très lourds, nécessitant une force de traction élevée pour être travaillés. C’est pourquoi pour le labour, le hersage et le tracé des sillons, les producteurs louaient à tour de rôle les tracteurs et le matériel que possédait la coopérative, ainsi que les services d’un tractoriste. Des producteurs du périmètre ont investi dans l’achat d’un ou plusieurs tracteurs dans les années 80. La plupart durent les revendre en raison de difficultés financières. Deux producteurs qui purent conserver leur tracteur assurent aujourd’hui le service de location (45 R$/ heure) à la place de la coopérative. Ils emploient un tractoriste qui se rend sur les lots à travailler. Pour les travaux superficiels du sol (désherbage, buttage), les producteurs ont acheté après leur arrivée sur le périmètre une mule et trois outils à traction attelée animale : rigoleuse, araire et cultivateur. D’une durée de vie de 10 à 15 ans, et d’un coût neuf de 300 R$ (40 €), les producteurs possèdent et utilisent encore ce matériel aujourd’hui, de même qu’un pulvérisateur à dos. La pompe à moteur est louée à d’autres producteurs du périmètre.
  33. 33. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  33 Pour le transport de la récolte, les producteurs ne disposent d’aucun matériel particulier puisque l’acheteur vient la plupart du temps avec son camion sur le lot pour prendre la récolte et l’acheminer par voie routière jusqu’à Juazeiro. Pour se déplacer sur le périmètre, certains producteurs ont un vélo, d’autre une voiture. Presque tous possédaient une ou plusieurs voitures il y a dix ans mais la plupart ont du la vendre lorsqu’ils ont rencontré des difficultés financières. Pour se rendre en ville, les producteurs ne possédant pas de voiture utilisent le bus ou le minibus, un service de transport en commun étant assuré toutes les heures pour relier Mandacaru à la ville de Juazeiro. 3.4. Gestion de la main d’œuvre Même si cela est difficilement calculable, on peut penser qu’il y a aujourd’hui plus de 1000 travailleurs journaliers sur le périmètre. Ils sont payés 12 R$ par jour (environ 3,60 €) à Mandacaru, parfois moins dans d’autres périmètres (sur le périmètre irrigué de Nilo Coelho, les journaliers sont payés 6R$/ jour). Ce salaire équivaudrait au salaire minimum brésilien de 300 R$ (environ 40 €) par mois si les journaliers travaillaient cinq jours par semaine. Cela leur permettrait de faire vivre une famille avec trois enfants. Cependant, les travailleurs journaliers ne sont employés que de façon ponctuelle et non pas chaque jour de la semaine. Ils ne gagnent donc pas chaque mois le montant total d’un salaire minimum. C’est pourquoi en général les couples de travailleurs journaliers travaillent tous les deux pour pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. L’absence d’opportunités d’emploi à la ville (à Petrolina, le taux de chômage s’élève à 30%) explique la dépendance des travailleurs journaliers à cette forme de travail précaire. Concernant l’occupation de l’espace, on trouve aujourd’hui à Mandacaru un territoire structuré par la hiérarchie sociale avec d’une part les producteurs propriétaires d’un lot, parmi lesquels on distingue ceux arrivés en premier (les « colons ») qui habitent dans le noyau habitationnel et ceux arrivés plus tard qui habitent dans la « vila fora », et d’autre part les travailleurs journaliers regroupés dans un village attenant au noyau habitationnel. 1296 nourriture 1200 loyer 672 transport 150 vêtements 50 fournitures 100 autres 3468 total/an 289 total/mois Tableau 5 : Estimation des besoins annuels d'une famille brésilienne composée de deux parents et trois enfants (en R$) Source : les auteurs
  34. 34. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  34 Carte n°5 : Représentation des espaces agricoles et sociaux sur le périmètre irrigué de Mandacaru Source : les auteurs 3.5. Origine des financements et accès au crédit Avec la suppression des crédits d’implantation et de campagne, les producteurs de Mandacaru ont eu recours à une autre forme de financement, « la parceria » (se traduit en français « partenariat ») de type « meia » (moitié-moitié). Ce mode de financement débuta au milieu des années 80 lorsque les exploitants de Mandacaru commencèrent à rencontrer des difficultés financières. Ils manquaient du capital circulant nécessaire à la plantation de leurs cultures. Il a pris de l’ampleur avec l’arrêt des crédits de campagne dans les années qui suivirent. La parceria de type « meia » est en quelque sorte un crédit privé pour le producteur, une « location de capital à part de fruit ». Un financeur (le « parceiro »), souvent un autre producteur du périmètre ayant les ressources financières nécessaires, lui avance l’argent pour payer les intrants et les services (les charges proportionnelles). Une fois la production vendue, le financeur récupère la somme investie, le reste du produit brut de la vente est divisé par deux entre le financeur et le producteur. Ce mode de crédit revient à un prêt à un taux d’intérêt compris entre 20 et 40 %. Ce système créé une relation de dépendance entre le financeur et le producteur car à partir du moment où il perd une récolte (ce qui arrive souvent, une année sur trois en moyenne), il est endetté et doit refaire appel à la parceria pour essayer de rembourser l’argent qu’il doit à son financeur. Certains exploitants absentéistes font appel à un métayer sur leur lot. Le propriétaire finance les intrants et le métayer les services (dans la mesure où il a des ressources suffisantes pour payer). Le produit des ventes est également divisé en deux après déduction de la somme investie par chacun.
  35. 35. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  35 3.6. Les cultures actuelles à Mandacaru On trouve aujourd’hui sur le périmètre une grande diversité de production, diversité résultant d’un processus rapide de différenciation dans un contexte économique et institutionnel particulièrement instable. MANGUE : 35%   M ELON  : 24%   OI GNON : 17%   ESPECES FRUTI COLES  RECEMM ENT I NTRODUI TES A  MANDACARU* : 10%   HARI COT : 8%   ESPECES FRUTICOLES EN  COURS D'ABAN DON A  M ANDACARU** : 5%   CONCOM BRE : 1%   CULTURES  ANNUELLES :  51 %   CULTURES  PERENNES ET SEMI­  P ERENNES :  49 %   * Acerola, banane, pomme­cannelle, papaye, fruit de la passion  ** : Goyave et noix de coco Graphique 3 : Répartition des productions actuelles à Mandacaru Source : les auteurs, sur la base d’un rapport technique du DIMAND Mandacaru se caractérise par un équilibre des surfaces occupées par les cultures annuelles et les cultures pérennes, ce qui n’est déjà plus le cas sur les autres périmètres du municipe où la part de la fruticulture dépasse déjà les 70 %.
  36. 36. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  36  0  20  40  60  80  100  120  140  160  180  1995  1996  1997  1998  1999  2000  2001  2002  Année  Prix (indice 100 = prix en 1994)  oignon  tomate  mangue  coco  papaye  banane  haricot  melon Graphique 4 : Evolution des prix relatifs des cultures rencontrées à Mandacaru Source : FAO § Lesculturesannuelles: Concernant les cultures annuelles, on trouve à côté du melon et de l’oignon, dont la production est destinée au marché local et national dans les pôles urbains du sud du pays (São Paulo et Rio de Janeiro), du concombre qui permet de diversifier la production, et du haricot, qui sert surtout à l’amélioration des sols (apport d’azote organique). § Lesculturespérenneset semi-pérennes: Concernant les espèces fruticoles, les producteurs ont abandonné, voire même déjà éradiqué leurs parcelles de cocotiers et de goyaviers, pour deux raisons majeures : d’une part l’effondrement des prix causée par l’augmentation de l’offre en raison de l’attribution massive de crédits pour ces deux espèces en 1994. A titre d’exemple, la noix de coco, que les producteurs parvenaient à commercialiser à 0,80R$/ kg il y a dix ans, se vend aujourd’hui sur le marché des producteurs de Juazeiro à 0,12 R$/ kg. Au sein de ces surfaces implantées en fruticulture, la mangue occupe à elle seule plus de la moitié des surfaces. En effet, depuis l’attribution de crédits pour la fruticulture en 1994, la manguéiculture a connu un essor sans précédent dans le pôle Petrolina/ Juazeiro, le Nordeste
  37. 37. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  37 produisant aujourd’hui à lui seul 90 % de la mangue exportée par le Brésil. Dans la région, la surface implantée en mangue passa de 598 ha en 1990 à 5 174 en 2003, avec une production passant de 327 à plus de 55 000 tonnes (source : CODEVASF). L’explosion de la production sur le pôle Petrolina/Juazeiro a déjà provoqué une baisse des prix constante depuis 1994. Mais à l’heure actuelle, seulement 40% des manguiers plantés dans le Nordeste sont en production. La croissance de l’offre étant supérieure à celle de la demande, tout laisse présager une crise de surproduction dans les dix années à venir, avec une chute drastique des prix et des difficultés de commercialisation. Graphique 5 : Evolution de la surface cultivée et des prix de la mangue sur le périmètre irrigué de Mandacaru Source : Les auteurs, sur des statistiques de la CODEVASF
  38. 38. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  38 D’autres espèces ont été récemment introduites par les producteurs, comme la banane, le fruit de la passion, l’acerola, la papaye et la pomme-cannelle. Ce sont pour la plupart des cultures semi- pérennes représentant une bonne alternative à la mangue car elles nécessitent des investissements plus faibles et permettent un retour sur investissement plus rapide (la mangue n’entre en production qu’au bout de quatre ans). Sur le pôle Petrolina/ Juazeiro, la surface cultivée en fruit de la passion est passée de 48 ha en 1990 à 281 ha en 2003, correspondant à une augmentation de la production pendant la même période, qui est passée de 8,80 tonnes à 1 178 tonnes. § Culturesannuelleset culturespérennes: deux stratégiesopposéeset complémentaires Graphique 6 : Valorisation de l’eau des différentes cultures de Mandacaru Source : les auteurs Les cultures pérennes et semi-pérennes consomment moins d’eau que les cultures annuelles, car pour une même quantité produite, elles ont des besoins hydriques inférieurs. Les fruits des cultures annuelles sont en effet très chargés en eau ce qui explique également que pour 1 m3 d’eau consommé, la masse produite est plus élevée.
  39. 39. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  39 Sur le plan économique, les cultures annuelles et les cultures pérennes correspondent à des stratégies très différentes et complémentaires en matière de gestion de la trésorerie. Graphique 8 : Modélisationdes flux de trésorerie en cultures annuelles Source : les auteurs Graphique 9 : Modélisation des flux de trésorerie en culture pérenne Source : les auteurs
  40. 40. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  40 3.7. Débouchés et commercialisation Aujourd’hui, les producteurs de Mandacaru ne bénéficient plus d’une structure de commercialisation de leur production, rôle assumé auparavant par la coopérative. La production, souvent de piètre qualité, est donc destinée au marché local et au marché national, par l’intermédiaire d’acheteurs (les « atravessadors ») qui viennent prendre la récolte directement sur le lot. Le manque d’information des producteurs sur les marchés réduit leur pouvoir de négociation avec les atravessadors, intermédiaires qui leurs sont pourtant devenus incontournables. Seuls certains producteurs parviennent à vendre dans d’autres circuits, comme c’est le cas pour la mangue « PIF » (« Produção Integrada da Fruticultura »). La PIF est un programme encadré par l’EMBRAPA (« EMresa BRAsileira de Pesquisa para Agricultura ») et la Valexport (entreprise d’exportation de fruits implantée à Juazeiro), pour la mangue et le raisin produits dans le Nordeste. Le producteur paye 28 R$/ mois et s’engage à suivre un cahier des charges, dont les principales contraintes visent à réduire l’utilisation de produits phytosanitaires en raisonnant sur les
  41. 41. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  41 seuils de nuisibilité et non plus en préventif systématique. En plus de permettre au producteur de réduire ses coûts en intrants (jusqu’à 50%), cela lui permet d’obtenir des produits plus rémunérateurs (prix moyen de 1,40 R$/ kg contre 0,80 en culture traditionnelle) et de répondre aux exigences des marchés européens, américains et japonais. Graphique 9 : Résultats économiques des cultures à Mandacaru Source : les auteurs L’analyse de l’histoire du périmètre irrigué de Mandacaru depuis sa création met en évidence de fortes recompositions techniques, économiques et sociales apparues au cours des trente dernières années, créant à chaque fois de nouvelles dynamiques locales. Cela nous a permis d’identifier aujourd’hui une grande diversité de systèmes de production modélisable sous forme d’une typologie des exploitations agricoles.
  42. 42. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  42 4. Typologie des exploitations (voir calendriers de travail et de trésorerie par type en annexes) La typologie est réalisée sur la base de 31 enquêtes effectuées auprès des producteurs du périmètre. Cette typologie est issue d’un processus de différenciation des exploitations rapide et récent, qui a débuté au début des années 80. L’accumulation de capital par certains exploitants a conditionné les possibilités d’évolution des systèmes de production (tomate/oignon/ melon), notamment vers la fruticulture. TYPE Surface Niveau d’équipement Main d’œuvre Origine des financements Productions Type 1 A 6 à 8 hectares irrigables Mule (1)+ outils à traction attelée animale (3)+ pulvérisateurs à dos (2) + vélo (1) + Tracteur et outils à traction motorisée prisen location Journalière : 300 HJ/ ha cultivé/an Parceria Cultures annuelles Type 1 B 10 hectares irrigables Mule (1) + outils à traction attelée animale (3) + pulvérisateurs à dos (4) + moto (1) + Tracteur et outils à traction motorisée prisen location Journalière : 300 HJ/ ha cultivé/an Ressources propres Cultures annuelles Type 2 5 à 30 hectares irrigables cultivés Mule (1 à 4) + outils à traction attelée animale (3 à 10) + pulvérisateurs à dos (2 à 6) + moto ou voiture (1) + éventuellement tracteur et outils à traction motorisée donnésen location Journalière : 200HJ/ ha cultivé/an Ressources propres + parceria + créditsen 1994 Cultures annuelles + fruticulture (maximum3 espèces fruticoles) Type 3 A 5 à 8 hectares irrigablesdont 3 à 5 ha effectivement cultivés Mule (1) + outils à traction attelée animale (3) + tracteur et outils à traction motorisée prisen location + Vélo (1) Journalière : 135HJ/ ha cultivé/an Ressources propres (activité extérieure possible) + créditsen 1994 Fruticulture Type 3 B 5 à 8 hectares irrigables cultivés Mule (1) + outils à traction attelée animale (3) + Tracteur et outils à traction motorisée prisen location + Moto (1) Journalière : 135 HJ/ ha cultivé/an 1 ouvrier permanent si le propriétaire est absentéiste Ressources propres + créditsen 1994 Fruticulture Type 4 A 8 ha irrigables, 4 ha cultivés Tracteur et outils à traction motorisée prisen location + Vélo (1) Journalière : 130 HJ/ ha cultivé/an Ressources propres (activité extérieure possible)+ créditsen 1994 Mangue en production Type 4 B 8 ha irrigables cultivés Tracteur et outils à traction motorisée prisen location + Vélo (1) Journalière : 130 HJ/ ha cultivé/an Parceria + créditsen 1994+ ressources propres Mangue en production Type 5 A 8 ha irrigables Mule (1)+ outils à traction attelée animale (3) + vélo (1) Journalière : 160 HJ/ ha cultivé/an Ressources propres Cultures annuelles + élevage ovin Type 5 B 6 ha irrigables + 3 ha dans Mule (1)+ outils à traction attelée animale (3) + vélo (1) Journalière : 300 HJ/ ha cultivé/an Parceria + ressources Cultures annuelles +
  43. 43. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  43 « l’area de sequeiro » propres élevage ovin Type 6 7 à 17 ha irrigables cultivés, 0 à 3 ha dans « l’area de sequeiro » Mule (1 à 3) + outils à traction attelée animale (3 à 7) + pulvérisateurs (2 à 5) + moto ou voiture (1) + éventuellement tracteur et outils à traction motorisée donnésen location Journalière : 170 HJ/ ha cultivé/an Permanente (de 0 à 3 employés) Ressources propres + créditsen 1994 Fruticulture + cultures annuelles + élevage ovin ou caprin Type 7 10 ha irrigables cultivés, 18 ha dans« l’area de sequeiro » Mule (1) + outils à traction attelée animale (3) + Pulvérisateurs (4) + moto ou voiture (1) + Tracteur et outils à traction motorisée pris en location Journalière : 120 HJ/ ha cultivé/an Employéspermanents Ressources propres Mangue (pas toute en production) + élevage bovin laitier Tableau 6 : Représentation synthétique des différents types d’exploitations identifiés Source : les auteurs 4.1. EXPLOITATION DE TYPE 1 : Exploitation basée sur le système cultures annuelles On distingue dans ce type d’exploitation les propriétaires d’un lot de terre et ceux qui prennent des terres en location à Mandacaru pour y planter des cultures annuelles. § L’exploitant est propriétaire d’un lot de terres (sous-type 1A) § Schéma de l’exploitation modèle : § Description de l’exploitation et du système de production : Ces exploitations sont issues de deux processus différents :
  44. 44. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  44 L’absence d’accumulation de capital sur l’exploitation empêchant tout investissement dans la fruticulture. L’échec de la fruticulture : ces exploitations se lancèrent dans la coco et la goyave qui ne sont pas rentables à Mandacaru. Ces parcelles ont été éradiquées. L’exploitant est propriétaire de son lot (lots de 6 à 8 ha). Les cultures pratiquées sont des cultures annuelles avec un ou deux cycles sur une parcelle au cours de l’année. Ces exploitations cultivent : l’oignon : 5 ha plantés annuellement le melon : 5 ha plantés annuellement le haricot (Vigna angularis) : moins de 2 ha par an le concombre et la pastèque de manière occasionnelle moins de 1 ha planté annuellement Le système de production de ces exploitations n’a pas beaucoup évolué depuis le début des années 80. Seule la tomate a été supprimée de la rotation depuis le milieu des années 90. Une baisse des rendements de l’oignon et du melon est observée par les producteurs depuis quelques années en raison de la récurrence des cultures sur le lot. Des souches résistantes aux produits phytosanitaires sont apparues, ce qui rend les cultures plus sensibles et a entraîné une augmentation de la consommation en intrants. Ces exploitants n’épandent pas de matière organique sur leur lot, provoquant une baisse de la fertilité et donc des rendements. Les pratiques de ces exploitants n’ont également pas évolué depuis ces 20 dernières années. Ils emploient beaucoup de main d’œuvre journalière (oignon : 195 Homme-Jour/ ha/an, melon : 105 Homme-Jour/ an). La main d’œuvre étant disponible en abondance sur le périmètre et payée à bas prix, les producteurs n’ont pas cherché à améliorer la productivité du travail sur leur lot. De plus les surfaces sont faibles ce qui limite la rentabilité d’investissement dans du matériel plus performant (tracteur par exemple). Depuis l’arrêt des activités de la coopérative en 1996, les exploitants ne se sont pas organisés pour l’achat groupé de matériel, la communication horizontale (de producteur à producteur) étant aujourd’hui quasiment inexistante. C’est pour cela que les exploitants louent les services d’un tractoriste pour les travaux de préparation du sol. § La rotation oignon blanc/ melon La rotation oignon blanc/ melon est la principale rotation de cultures annuelles pratiquée à Mandacaru. Les producteurs font cette rotation sur une année ou deux selon les opportunités du marché et la disponibilité en capital circulant. § Le cycle de l’oignon L’oignon blanc (cycle de 120 jours) est planté en début d’année afin de pouvoir être récolté en Mars-Avril, la période optimale de commercialisation, les autres régions du Brésil produisant au second semestre. Une pépinière est tout d’abord semée puis, au bout de 30 jours, les plants sont repiqués sur la parcelle. Cette opération est très demandeuse en travail : 42 HJ/ ha sur une durée de 3 jours. La récolte représente la pointe de travail la
  45. 45. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  45 plus importante avec 55 HJ/ ha. Deux rangées de maïs sont plantées sur le bord de la pépinière pour jouer le rôle de brise vent. Les épis de maïs sont destinés à l’autoconsommation. L’oignon blanc a un rendement plus faible que l’oignon rouge planté au second semestre mais est vendu plus cher à cette même période (0,55 R$/kg contre 0,41 R$/kg pour l’oignon rouge, moyenne Mars-Avril 2003 au marché des producteurs de Juazeiro). § Le cycle du melon Le melon (cycle de 90 jours) est planté à partir de 3 semaines après la récolte de l’oignon blanc au mois de Mai ou Juin. Il est intéressant de planter du melon en hiver car à cette période de l’année seules les températures dans le Nordeste sont suffisamment élevées pour cette culture. Mais il arrive parfois que les producteurs perdent leur récolte en raison du froid en fin de cycle, très préjudiciable à la culture. Comme pour l’oignon, la production est destinée à alimenter le marché local et les ceintures urbaines de Rio de Janeiro et São Paulo. § La rotation melon/oignon rouge Le melon vient en tête de rotation avec un semis au mois de Janvier pour être récolté en Avril. Les risques pour cette culture sont élevés en raison des pluies fréquentes à cette période de l’année. La pluie provoque en effet une augmentation de la pression phytoparasitaire, le melon étant déjà très sensible, il est d’autant plus exposé lors de la saison des pluies. De plus, s’il pleut quelques jours avant la récolte, le fruit peut pourrir à sa base, il devient alors impropre à la commercialisation. Malgré ces risques importants, de nombreux producteurs préfèrent planter le melon en début d’année afin de pouvoir commercialiser dans la meilleure fenêtre de prix, à savoir en Avril et Mai, lorsque les prix sont les plus élevés. A partir de trois semaines après la récolte du melon, le producteur plante de l’oignon rouge afin de récolter à la fin du premier semestre au moment où les prix sont les plus favorables. § Le cycle du haricot : Les deux cycles successifs oignon et melon laissent du temps en fin d’année aux producteurs pour semer du haricot, culture traditionnelle dans le Nordeste. Il est intéressant de semer le haricot à partir du mois de Septembre. En effet, la production traditionnelle en conditions non irriguées diminue durant la saison sèche, favorisant la hausse des prix. Dans ce cas-là le semis est réalisé directement après la récolte du melon sans travail préalable du sol. Mais il arrive que le haricot soit semé directement après la culture de l’oignon ou du melon en Avril car il est moins sensible que le melon aux basses températures. Cela d’autant plus que les producteurs font rarement 3 cycles de culture dans
  46. 46. Marion Barral, Sophie Le Jeune  Analyse­diagnostic du  INA P­G  DAA Développement agricole  périmètre irrigué de Mandacaru  46 la même année car cela donne trop peu de flexibilité dans la gestion des cultures et de la trésorerie : le producteur bénéficie de peu de jours disponibles pour le travail du sol et les semis, et il doit avoir les ressources financières exactement au moment où il doit planter, sans possibilité d’attendre. La culture du haricot permet aux producteurs de diversifier la production et par conséquent de limiter les risques de commercialisation (chute des prix) et climatiques (pluies trop abondantes) sur les autres cultures. Malgré cet avantage, la culture du haricot, peu coûteuse en intrants, génère une faible marge brute à l’hectare en raison des coûts en eau élevés, des faibles rendements obtenus en conditions irriguées (en moyenne 1,2 T/ ha) et des faibles prix de vente. C’est pourquoi tous les producteurs ne cultivent pas du haricot à Mandacaru, privilégiant le melon et l’oignon avec lesquels ils réalisent une marge brute à l’hectare bien plus élevée. Par contre le haricot présente un intérêt agronomique puisqu’il est une légumineuse qui permet d’enrichir le sol en azote. C’est pour cela que les exploitants incorporent les résidus de récolte sur leurs parcelles. § La culture du concombre et de la pastèque: Certains exploitants plantent également du concombre ou de la pastèque, dans le but de diversifier leur production. Ces cultures viennent se substituer à un cycle de melon. La surface totale plantée n’excède pas 1 hectare par an. § Stratégie globale et difficultésrencontréespar l’exploitant : L’exploitant joue un rôle d’administrateur sur son lot. En effet, la quantité de main d’œuvre journalière employée est importante (300 HJ/ ha/an), nécessitant la présence du producteur pour indiquer les opérations à effectuer, veiller à leur bonne réalisation, voire même intervenir pour les opérations demandant beaucoup de technicité. Le calendrier de travail de l’exploitant est ainsi chargé toute l’année, il ne peut pas envisager une double activité. Sur ce type d’exploitation, le producteur a recours au financement de type « parceria » depuis plusieurs années. Des prix bas au moment de la récolte ont entraîné un fort endettement de l’exploitant auprès de son financeur (le « parceiro »). Ceci, couplé à des pertes ponctuelles de la récolte, a encore aggravé la situation. Dans certains cas même, l’exploitant a éradiqué une parcelle de goyaviers ou de cocotiers et n’a pas achevé de rembourser le crédit contracté en 1994 pour l’implantation. Le producteur se trouve aujourd’hui dans un cercle vicieux de dépendance à la parceria et ne pas raisonner sa stratégie au-delà de quatre mois, durée d’un cycle de culture annuelle.

×