Fiche pays madagascar

326 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
326
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fiche pays madagascar

  1. 1. Forum d’échanges sur la coopération régionale Océan Indien, dans les domaines MDE et ENR – 7 mars 20071Coopération Régionale dans la zone Océan IndienFiche paysSources : ADEME, MAE, Banque Mondiale, mission Transénergie 2004Informations généralesHistoire :En 1960, lîle acquiert son indépendance après 64 ans de présence française.En 1975 est crée la République Démocratique de Madagascar.Depuis, le pays a connu une instabilité politique qui s’est apaisée à partir de 2002.Suite aux dernières élections en décembre 2006, le Ministère de l’Energie et des Mines (MEM) aété scindé en deux entités distinctes : le Ministère de l’Energie (ME) et le Ministère des Mines(MM).Géographie :Distante de 400 km de la côte africaine, de 10 000 km de la France et de 3 500 km de l’Inde,Madagascar est entourée des archipels des Comores, de Maurice, des Seychelles et de LaRéunion. Sa superficie totale est de 467 041 km².La capitale est Antananarivo (ex Tananarive) et les principales villes sont Antsirabe, Toamasina(Tamatave), Fianarantsoa, Antsiranana (Diégo Suarez), Toliary (Tuléar), Mahajanga (Majunga).Démographie :Madagascar compte 18 millions d’habitants dont 35% en zone urbaine et avec une croissancedémographique soutenu de 3,5% par an.L’espérance de vie des malgaches est de 52 ans.Le taux d’alphabétisation est de 65% en zone urbaine et de 31% en zone rurale.Les langues officielles sont le malgache et le français. On estime que 25% de la population parlele français couramment.Situation économique :Le PIB par habitant est de 315 USD et 80% de la population est touchée par la pauvreté.La croissance économique a enregistré un ralentissement, avec un taux de 4,6% en 2005 contre5,3% en 2004. Le ralentissement de la croissance s’accompagne d’une baisse de l’inflation.Contexte EnergétiqueLes acteurs institutionnels et les bailleurs de fond : Direction de l’Energie - DENAssure la coordination de l’ensemble des secteurs : énergie domestique, électrification ruraledécenttralisée (ERD), stratégie énergies renouvelables (ENR) et concertation avec les autresministères (décentralisation, santé, éducation, environnement). JIRAMAC’est la société nationale de production, de distribution et de vente de l’électricité (sous gestiondéléguée).MadagascarPrésentation et ContexteEnergétique
  2. 2. Forum d’échanges sur la coopération régionale Océan Indien, dans les domaines MDE et ENR – 7 mars 20072Coopération Régionale dans la zone Océan IndienFiche pays Agence de l’Electrification Rurale - ADEROpérationnelle depuis 2004, l’ADER assure la mise en place de la politique d’ERD sur le modèlede mise en concession initié par la Banque Mondiale (cf Sénégal, Mali): les opérateurs privéspeuvent investir et gérer la production/distribution/vente d’électricité en zone rurale enbénéficiant de subventions de l’ADER (jusqu’à 70%) à partir du Fond National pour l’Electricité. Office de Régulation de l’Electricité - OREAssure la régulation de la filière électricité sur le plan national. Bailleurs et organismes internationaux, projets en coursGroupe de Travail Energie – GTE : Le GTE existe depuis février 2005. Il s’agit d’un groupe detravail multipartite composé de représentants des Ministères de l’Energie et des Mines, del’Environnement, de la JIRAMA, d’ONG, du secteur privé et des bailleurs de fonds, actifs dans ledomaine de l’énergie. Il a été formé à la demande de membres du Comité de Pilotage del’initiative Growing Sustainable Business (GSB) lors de la réunion du 21 Octobre 2004.Le GTE s’est fixé pour objectif initial de faire du lobbying dans le domaine de l’énergie en appuiau Ministère de l’Energie. Après avoir réalisé plusieurs documents et participé à de nombreuxdébats nationaux, le GTE se renforce aujourd’hui par la création d’une permanence fixe au seindu ME, dans le but d’assurer les taches suivantes : préparation des réunions et comptes rendus,point de relais des opérateurs étrangers, centralisation des acteurs et projets impliqués dansl’énergie, communication nationale.Sont acteurs dans l’ERD et les ENR à Madagascar, entre autres: le GRET, le CIRAD, la GTZ, laFONDEM, l’ADEME, l’ESF, le WWF, les Universités locales, etc.Les principaux bailleurs de fond intervenant sur le pays sont : la Banque Mondiale, l’unionEuropéenne, le PNUD, la Coopération Allemande, etc.Le secteur de l’électricité :La compagnie nationale JIRAMA assure une production centralisée depuis chacune desprincipales provinces, garantissant un service électrique fiable pour les villes principales et lesproches banlieues. De nombreuses villes secondaires disposent également de centralesélectriques thermiques de moyenne puissance gérées par la JIRAMA. Cependant, une grandepartie de la population rurale reste isolée de tout service électrique, et malgré une politiquenationale qui prône à la fois l’extension du réseau et l’électrification décentralisée, les zones lesplus reculées à faible densité de population et faible demande énergétique ont de faiblesperspectives d’accès à l’énergie. Le taux global d’électrification est estimé à environ 35% de lapopulation, il est légèrement supérieur à 5% en zone rurale.L’électricité est produite à parts égales par des centrales thermiques et hydroélectriques. Lesprincipales villes des hauts plateaux autour d’Antananarivo sont électrifiées par un importantréseau interconnecté essentiellement alimenté par des centrales hydroélectriques de fortepuissance. Les capitales des provinces et autres villes secondaires disposent de leurs proprescentrales thermiques fonctionnant au fioul lourd ou au diesel, avec des qualités defonctionnement variables. La puissance en pointe de l’ensemble du pays est d’environ 300MW,soit à peine 350W par ménage électrifié, ce qui montre la très faible consommation moyennedes habitations électrifiées, et par conséquent les difficultés techniques et économiques de miseen œuvre d’un service de distribution électrique rentable.Les énergies renouvelables sont bien représentées à Madagascar d’une part via les grandescentrales hydroélectriques alimentant le principal réseau interconnecté d’Antananarivo, maiségalement aux travers plusieurs micro-centrales hydroélectriques, générateurs photovoltaïques,centrales hybrides. La gestion de la biomasse et la production de biocarburants sont en pleinexpansion.
  3. 3. Forum d’échanges sur la coopération régionale Océan Indien, dans les domaines MDE et ENR – 7 mars 20073Coopération Régionale dans la zone Océan IndienFiche paysLes énergies renouvelables :En terme de potentiel, Madagascar offre des potentiels énormes sur l’ensemble des technologiesENR. Un état des lieux des différents secteurs a été établi par le PNUD et le GTE (Groupe deTravail Energie) en août 2005 (Strategy Paper) : ont été identifiés plus de 100MWhydroélectriques opérationnels sur un potentiel estimé à 7.8GW, plus de 300kWc solairesphotovoltaïques installés en zone rurale et un gisement éolien supérieur à 7 m/sec aux pointesnord et sud de l’île…Les limites de développement des ENR sont davantage d’ordre institutionnelles et financièresque techniques.La maîtrise de l’énergie (MDE) :La MDE est souvent masquée par la profusion des initiatives focalisées sur les ENR, bien que lepotentiel soit important. Au vu de la faible consommation électrique des ménages raccordés auréseau, la MDE domestique est imposée par le contexte économique. La JIRAMA incite ses clientsà utiliser des LBC qui deviennent de plus en plus accessibles. Le climat des hauts plateaux (zonela plus peuplée) n’impose pas l’utilisation systématique de climatiseur.Les perspectives :L’année 2007 ayant été déclarée « Année des Energies Alternatives », on peut s’attendre àplusieurs séminaires nationaux et internationaux autour des thématiques ENR et MDE.D’autre part, l’initiative de l’Union Européenne « Energy Facility » va permettre à Madagascar deréaliser plusieurs projets ENR et MDE à partir de mi-2007.Enfin, la poursuite des efforts pour attirer les investisseurs devrait dynamiser l’ElectrificationRurale (via l’ADER) et les investissements hydroélectriques avec revente d’énergie à la JIRAMA.

×