Perspectives, opportunités et défis
Isabelle Ramdoo
Chef-adjoint au Programme,
Commerce et Transformation Economique
ECDPM...
Introduction
Partie I: Contenu local et industrialisation en Afrique: Quel constat?
Partie II: Quelles perspectives pour l...
Partie I:
Contribution du secteur extractif
en Afrique
Quel constat?
ECDPM Page 3
1. Contribution du secteur minier dans l’économie
ECDPM Page 4
Source: ICMM: 2014
La contribution du
secteur est très
impo...
1. Sources de croissance
varient: Pas uniquement
les ressources naturelles;
1. Mais niveau de
transformation
insuffisant :...
Potentiel très important si les politiques mises en place sont soutenues dans
le long-terme; doivent être flexibles, adapt...
‘Smile Curve’
4. En particulier en amont et en aval
ECDPM Page 7
Source: Adapted from Stan Shih Smile Curve concept
Grappe...
1. Liens de production: associés à la demande d’intrants (B&S)
pour les besoin d’activités d’extractions (liens en amont) ...
Constat: (contrairement aux autres pays) peu de pays africains ont utilisé
leurs propres ressources pour y ajouter de la v...
• Constat: le secteur extractif (dans la plupart des cas) n’a pas
contribué suffisamment (ou de manière satisfaisante) au
...
• Pas de définition universelle de qui est considéré comme “contenu”
ou comme “local”. Question à plusieurs dimensions.
Ca...
5d. Emplois: Nombre d’emplois actuels et potentiels
ECDPM Page 12
Source: ICMM Reports
Cas de la Zambie
En Zambie, le no. ...
Les liens sont d’importants leviers pour
stimuler l’usage de matières premières
extraites localement et les autres facteur...
ECDPM Page 14
E.x. de pays qui ont des performances remarquables le long la chaine de valeur
Part II
Quelles perspectives, quelles
politiques and instruments pour
stimuler l’utilisation des liens?
ECDPM Page 15
Opportunités pour l’utilisation des liens (en partic. CL) dépendent de la
phase dans laquelle se trouve l’industrie dans l...
1. Contenu local: Quels potentiels dans quels secteurs?
ECDPM
Potentiel (approv, emplois, opportunités d’affaires) très im...
Secteurs minier et pétrolier offrent des opportunités differentes
ECDPM Page 18
Il faut bien distinguer entre les différents types de politiques à
mettre en place. En même temps, plusieurs types de mesu...
 Au cours de ces dernières années: plusieurs réformes
entreprises. Des politiques avec des obligations contraignantes
(ha...
4. Facteurs de succès:
ECDPM Page 21
Les politiques de développement du contenu local ont été plus
efficaces quand:
1. Les entreprises avaient la capacité de m...
a. Instruments “rigides”:
 Des objectifs régis par les lois que les entreprises doivent
atteindre (no. d’employés, % de f...
ECDPM Page 24
Part III
Quels défis pour les
entreprises locales?
ECDPM Page 25
En théorie: les pays africains ont deux avantages importants. Un
avantage par rapport au coût de la main d’oeuvre et l’ava...
Les conditions dans lesquelles travaillent les opérateurs économiques
ne sont pas optimales:
(i) Le climat des affaires es...
Pour changer ces conditions, il est nécessaire de:
a) Mettre en place des cadres institutionnels efficaces;
b) Un rôle de ...
1. La plupart des mesures de contenu local sont incompatibles avec les règles
de l’OMC (à l’exception de celles mise en oe...
2. Si les pays ont des accords bilatéraux d’investissement: certaines
clauses interdisent, conditionnent ou découragement ...
1. Pas de développement à long terme sans industries. LC un outil pour
stimuler l’entreprenariat et le développement du se...
Thank you
www.ecdpm.org
www.slideshare.net/ecdpm
Page 32
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Optimiser la Contribution Economique des Industries Extractives: Perspectives, opportunités et défis

631 vues

Publié le

Conférence Internationale de l’Académie des
Industries Extractives de la CEMAC
Isabelle Ramdoo
Chef-adjoint au Programme,
Commerce et Transformation Economique
ECDPM
16 – 18 Juin 2015
Yaoundé, Caméroun

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
631
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
126
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Optimiser la Contribution Economique des Industries Extractives: Perspectives, opportunités et défis

  1. 1. Perspectives, opportunités et défis Isabelle Ramdoo Chef-adjoint au Programme, Commerce et Transformation Economique ECDPM 16 – 18 Juin 2015 Yaoundé, Caméroun Optimiser la Contribution Economique des Industries Extractives Conférence Internationale de l’Académie des Industries Extractives de la CEMAC
  2. 2. Introduction Partie I: Contenu local et industrialisation en Afrique: Quel constat? Partie II: Quelles perspectives pour les entreprises locales?  Quels potentiels?  Quelles politiques?  Quelles initiatives? Quelles sont les facteurs de réussite (ou d’échec)?  Quels instruments? Partie III: Les défis  Questions domestiques et globales  Questions légales Conclusions Structure de la présentation Page 2ECDPM
  3. 3. Partie I: Contribution du secteur extractif en Afrique Quel constat? ECDPM Page 3
  4. 4. 1. Contribution du secteur minier dans l’économie ECDPM Page 4 Source: ICMM: 2014 La contribution du secteur est très importante. Mais plus conséquent en ce qui s’agit des IDE, des revenus d’exportation et fiscal Mais bien moins impressionnant en terme de part de la valeur ajoutée, de lien avec les entreprises locales et de création d’emplois
  5. 5. 1. Sources de croissance varient: Pas uniquement les ressources naturelles; 1. Mais niveau de transformation insuffisant : Part du secteur manufacturier en déclin 1. Ressources naturelles: peu de transformation et de valeur ajoutée. ECDPM Page 5 2. Transformation structurelle toutefois insuffisante Source: Ernst and Young (2013): Africa Attractiveness Survey 2013
  6. 6. Potentiel très important si les politiques mises en place sont soutenues dans le long-terme; doivent être flexibles, adaptables 3. Mais un potentiel inexploité dans les chaines de valeur ECDPM Page 6
  7. 7. ‘Smile Curve’ 4. En particulier en amont et en aval ECDPM Page 7 Source: Adapted from Stan Shih Smile Curve concept Grappe minière Grappe manufacturière cluster Haut en travail et en capital Pauvre en travail, haut en capital Med a haut en travail et en capital < d’emplois mais > qualifiés <emplois mais > qualifiés > d’emplois; < qualifiés
  8. 8. 1. Liens de production: associés à la demande d’intrants (B&S) pour les besoin d’activités d’extractions (liens en amont) ou à l’usage de produits bruts dans la transformation manufacturée (liens en aval). Pour les pays riches en ressources, ces types de liens sont à la base de l’industrialisation; 1. Liens de consommation: associé à la demande de produits issus d’autres secteurs en raison des dépenses par le secteur extractif 1. Liens fiscaux: utilisation faite des rentes et recettes fiscales collectées par l’Etat (redevances, taxes etc) 5: Les liens: une typologie ECDPM Page 8
  9. 9. Constat: (contrairement aux autres pays) peu de pays africains ont utilisé leurs propres ressources pour y ajouter de la valeur. Les économies restent largement exportatrices de matières premières peu transformées. Dans beaucoup de cas, les économies y sont très dépendantes Value added by economic activity as a % of GDP, 2010. Export concentration, 2010 5a. Liens en aval: Chainons manquant dans l’utilisation des ressources naturelles ECDPM Page 9
  10. 10. • Constat: le secteur extractif (dans la plupart des cas) n’a pas contribué suffisamment (ou de manière satisfaisante) au développement (économique et social) des pays riches en ressources extractives. • Des tensions et une pression grandissante sur la classe politique pour une meilleure redistribution des rentes et pour l’utilisation des matières premières dans le processus industriel (davantage d’emplois, de valeur ajoutée, d’utilisation de facteurs de production locaux etc) • Dans ce contexte: une série de réformes pour mieux bénéficier des ressources: (i) développement des liens en amont et en aval et (ii) mise en place de politiques pour stimuler l’usage de contenu local (liens en amont). 5b. Liens en amont: Cas du contenu local ECDPM Page 10
  11. 11. • Pas de définition universelle de qui est considéré comme “contenu” ou comme “local”. Question à plusieurs dimensions. Caractéristiques principales:  Dimension territoriale : délimitation géographique (à proximité des mines) ou dimension nationale? Les approches varient (E.x. Ghana, Nigeria, Mozambique préfèrent l’approvisionnement à proximité des mines  Emplois locaux à plusieurs niveaux dans les chaines de valeur ou à plusieurs niveaux de compétences  Approvisionnement et préférences dans l’utilisation des facteurs de productions locaux;  Part de valeur ajoutée et optimisation des liens (en amont, en aval et latéral)  Droits de propriété (ownership) et participation du secteur privé local  Utilisation et partage d’infrastructures (corridors) 5c. Qu’est ce que le contenu local? ECDPM Page 11
  12. 12. 5d. Emplois: Nombre d’emplois actuels et potentiels ECDPM Page 12 Source: ICMM Reports Cas de la Zambie En Zambie, le no. d’emplois indirects/ induits nettement plus important (secteur haut en capital) que le potentiel pour les emplois directs.
  13. 13. Les liens sont d’importants leviers pour stimuler l’usage de matières premières extraites localement et les autres facteurs de production aussi disponibles localement (travail, biens et services, technologie etc) dans le but de retenir et créer plus de valeur; A court terme, ils nécessitent une base de capital existante (humaine, technique) et doivent être mis en oeuvre dans le contexte d’une politique industrielle plus large; Quand ces capacités n’existent pas, elles doivent être développées, appuyées et soutenues; Certaines conditions préalables sont nécessaires pour permettre aux entreprises de se développer; Souvent, ces conditions ne sont pas suffisamment présentes ou développées en Afrique. 5e. Approvisionnement local en biens et services ECDPM Page 13 Cas de la Zambie Source: ICMM 2014 Briefcasebusinessmen
  14. 14. ECDPM Page 14 E.x. de pays qui ont des performances remarquables le long la chaine de valeur
  15. 15. Part II Quelles perspectives, quelles politiques and instruments pour stimuler l’utilisation des liens? ECDPM Page 15
  16. 16. Opportunités pour l’utilisation des liens (en partic. CL) dépendent de la phase dans laquelle se trouve l’industrie dans le cycle de vie de la mine Phase de construction: plus intense en travail mais, temporaire et court-terme; Phase d’exploitation haut en capital mais emplois (directs) durables, (potentiellement) qualifiés, potentiel en approvisionnement (B&S) ECDPM Page 16 Source: ICMM
  17. 17. 1. Contenu local: Quels potentiels dans quels secteurs? ECDPM Potentiel (approv, emplois, opportunités d’affaires) très important pendant la phase d’exploitation. Les entreprises dépensent entre 40 - 80% en fourniture de B&S (dans certains cas > taxes et royalties). Page 17
  18. 18. Secteurs minier et pétrolier offrent des opportunités differentes ECDPM Page 18
  19. 19. Il faut bien distinguer entre les différents types de politiques à mettre en place. En même temps, plusieurs types de mesures doivent être mises en place de manière simultanée: 1. Des politiques qui visent à accroître la part du secteur extractif dans l’économie nationale (e.x. à travers l’approvisionnement local, l’emploi etc.). Nécessite des mesures ciblées.; 1. Le développement d’autres secteurs, notamment à travers la diversification et l’industrialisation (liens en amont et en aval). Là encore, requiert des politiques ciblées (politique industrielle, appui aux entreprises (en particulier pour les PME). 2. Politiques ‘horizontales’ telles que des politiques macroéconomiques, fiscales, de commerce internationale, d’investissement, de fourniture d’infrastructure, de développement de capital humain, de R&D etc. ECDPM Page 19 2. Quelles politiques à mettre en place?
  20. 20.  Au cours de ces dernières années: plusieurs réformes entreprises. Des politiques avec des obligations contraignantes (hard) et des politiques plus souples (soft) :  Dans le secteur des hydrocarbures, le Nigéria par e.x. (LC Act requiert un % spécifique pour l’achat et l’emploi local; en Angola (quota spécifique pour la main d’oeuvre locale), au Mozambique (pas de quota mais une demande de préférence locale), en Ouganda et au Ghana (préférence locale dans les appels d’offre);  Dans le secteur minier, e.x. préférence locale au Ghana, émancipation des populations vulnérables en Afrique du Sud et stratégie de transformation domestique (BEEE and beneficiation strategy), en Guinée, au Mozambique (préférence pour les fournisseurs locaux acté), en Zambie (‘Mineral resource development policy’ fait référence aux préférences locales pour la fourniture de B&S (même si le terme local n’est pas bien défini). 3. Quelles initiatives? ECDPM Page 20
  21. 21. 4. Facteurs de succès: ECDPM Page 21
  22. 22. Les politiques de développement du contenu local ont été plus efficaces quand: 1. Les entreprises avaient la capacité de mettre à exécution les politiques exigées par l’état et elles étaient compétitives (La Norvège au début de l’exploitation pétrolière) 2. Les mesures d’incitation étaient temporaires, et alignées sur la performance des entreprises (Norvège) 3. Les politiques étaient flexibles et modulables (Norvège, Chili, Mozambique) 4. Une bonne balance entre les mesures règlementaires et la compétitivité des entreprises; 5. Un partenariat en collaboration avec les entreprises, c.à.d. quand l’Etat et l’entreprise définissent ensemble comment mettre en oeuvre la politique du contenu local (Chili, Norvège, Brésil, Malaisie) Risque que la politique de CL soit une barrière au secteur: 1. Objectifs trop prescriptifs et rigides et pas (ou faible) de capacité locale (Indonésie, Nigeria) 2. Pénalités qui peuvent mener à la suspension (ou retrait) de la license (S. Afrique, Nigeria) ECDPM Page 22
  23. 23. a. Instruments “rigides”:  Des objectifs régis par les lois que les entreprises doivent atteindre (no. d’employés, % de fourniture locale etc)  Où les trouve t-on? Dans les lois, les règlements, les contrats, les procédures d’appel d’offre etc. Si elles ne sont pas respectées, elles peuvent donner lieu à des amendes ou à des pénalités lourdes (e.g SA, Nigeria) Instruments “souples”:  Instruments non-contraignants, qui visent à atteindre les mêmes objectifs;  Où les trouve t-on? Documents d’orientation politique, procédures d’appel d’offre (basé sur la compétitivité) Mesures horizontales :  Au lieu de mettre des conditions – l’Etat donne des incitations et des facilités aux entreprises pour atteindre les mêmes objectifs. E.g mesures fiscales, financières pour les PME etc. ECDPM Page 23 5. Les mécanismes? Rigides v/s souples
  24. 24. ECDPM Page 24
  25. 25. Part III Quels défis pour les entreprises locales? ECDPM Page 25
  26. 26. En théorie: les pays africains ont deux avantages importants. Un avantage par rapport au coût de la main d’oeuvre et l’avantage de l’abondance des ressources. Toutefois…. Le développement économique est retenu par: • Une sous-industrialisation chronique: une base économique non- diversifiée, un écart dans la productivité des facteurs; une insuffisance dans les compétences disponibles; des contraintes financières. • Le secteur privé est souvent faible, limité en taille et pas intégré dans les chaines de valeur (nationales, régionales, internationales); fait face à des contraintes liées à la demande (pouvoir d’achat faible, et niveau de revenu bas) et de l’offre (faible productivité qui a un impact sur la capacité de production et d’expansion) ECDPM Page 26 1. Les conditions domestiques et internationales comptent :
  27. 27. Les conditions dans lesquelles travaillent les opérateurs économiques ne sont pas optimales: (i) Le climat des affaires est lourd; (ii) Les coûts de transport sont élevés, en particulier entre les pays; (iii) Les infrastructures sont insuffisantes et pas fiables; (iv) la technologie et les compétences ne sont pas appropriées; (iv) l’accès au financement est limité, en particulier pour les PME; (v) L’expertise et le savoir faire sont insuffisants pour produire en temps, en heure et en qualité; (vi) Mesures d’accompagnements insuffisantes pour les PME; et (vii) Des défis liés à la gouvernance (corruption, mauvaise gestion des recettes fiscales etc.); Politiques industrielles souvent influencées par des facteurs (endettement, crise) et acteurs externes (bailleurs, institutions internationales). Cela a donné lieu a une incohérence des politiques (mauvaise coordination) et à la fragmentation des politiques. ECDPM Page 27
  28. 28. Pour changer ces conditions, il est nécessaire de: a) Mettre en place des cadres institutionnels efficaces; b) Un rôle de l’état qui appuie les politiques de manière systématique; c) Régler les question de gouvernance; d) Créer un environnement des affaires efficace; e) Avoir des ‘biens publics” efficaces: infrastructure, énergie, technologie; f) Redresser les défis liés aux capacités, à la recherche, a l’innovation etc; g) Bien gérer les attentes; h) Assurer une distribution équitable des revenus et des dépenses; i) Maîtriser la balance entre les intérêts de l’Etat et ceux du privé. ECDPM Page 28
  29. 29. 1. La plupart des mesures de contenu local sont incompatibles avec les règles de l’OMC (à l’exception de celles mise en oeuvre par les marchés publics). Les mesures relatives à l’OMC sont : 1. GATT III.4: Proscrit une discrimination entre les entreprises locales et domestiques (pour les produits similaires). 1. GATT III.5. Interdit les mesures quantitatives (quotas). 1. TRIMS (ne s’applique pas aux services): interdit des mesures liées à la performance; 1. ASCM: Proscrit (i) les subventions à l’exportation qui s’applique à des entreprises spécifiques (PMA et pays en développement ayant in PNB/capita < $1000 sont exemptés) (ii) subventions liées au CL (Art 3.1b). (Si les subventions sont combinés avec le CL et mise en oeuvre par les marchés publics, ils sont proscrits sous Art 3.1b) 1. GATS Art XVI: Si les mesures sont inscrites dans les listes d’engagement ECDPM Page 29 2. Contraintes légales
  30. 30. 2. Si les pays ont des accords bilatéraux d’investissement: certaines clauses interdisent, conditionnent ou découragement l’usage de CL tels que:  La mise en place de joint ventures avec participation locale;  Participation domestique au capital;  Etablissement du siège de l’entreprise à un endroit géographique;  Conditions d’emplois;  Conditions d’exportation;  Restrictions sur la vente de biens ou de services dans le lieu de production;  Approvisionnement en B&S dans une région spécifique;  Obligation de transfert de technologie, de processus de production ou autres condition de partage de connaissance ou de R&D 3. ALE: nouvelles génération d’accords avec des clauses plus restrictives sur l’utilisation de CL Jusqu’à l’heure aucun cas devant le ORD de l’OMC sur le secteur extractif. Par contre, 25% des cas sous les accords d’invt sont relatifs au secteur extractif. ECDPM Page 30
  31. 31. 1. Pas de développement à long terme sans industries. LC un outil pour stimuler l’entreprenariat et le développement du secteur privé. 2. Mais pas une fin en soi. Doit faire partie d’une stratégie industrielle plus large. Importance de l’innovation, R&D, développement des compétences, de capacités de transfert de technologie. 3. Définir des objectifs très clairs : sinon difficile à gérer. 4. Avoir une approche globale : mesures doivent être bien ciblées, flexibles et modulables et doit être capable d’assumer des choix politiques difficiles. 5. Les pays ayant réussis montre l’importance de faire la part entre les mesures règlementaires contraignantes et le besoin de maintenir la compétitivité des entreprises. 6. Enfin, le partenariat public-privé est essentiel : Le rôle de l’état est important, mais au final, il a besoin de l’appui du secteur privé, sans lequel les résultats seront vains. Conclusions ECDPM Page 31
  32. 32. Thank you www.ecdpm.org www.slideshare.net/ecdpm Page 32

×