Image matrIcIelle - défInItIon - résolutIon


la profondeur de codage




                                              Gr...
Image matrIcIelle - défInItIon - résolutIon




                monde analogIque                                          ...
Exemples : 4288 pixels à 300 dpi représenteront 36,31 cm en sortie




                                                   ...
Les mêmes 4288 pixels mais à 72 dpi repésenteront 151,27 cm en sortie




                                                ...
A chaque dispositif d’acquisition et de restitution correspond une résolution dite d’entrée (scanner) et de sortie (imprim...
le poIds de fIchIer



Une fois tous ces éléments posés, on arrive à la défintion du poids d’un fichier qui est égal à :

...
Image originale (sortie de l’appareil)




   Redimensionnement en jouant sur la variable « résolution »




             ...
Redimensionnement en jouant sur la variable « dimension »




                                                            ...
Que se passe-t-il si le nombre de pixels du support est différent du nombre de pixels de l’image ?

Soit l’image n’occuper...
les dIfférents formats de fIchIer



En numérique, tension permanente entre le stockage et le partage de fichiers. Les enj...
Grégory Divoux - 17 décembre 2009
Fichier JPEG peu compressé
Poids du fichier : 7 Mo ; définition de l’image : 4288x2848
 ...
Grégory Divoux - 17 décembre 2009
Fichier JPEG fortement compressé
Poids du fichier : 362 ko ; définition de l’image : 428...
conclusIon


Le photographe jongle en permanence avec les tailles de fichier afin d’optimiser au maximum le rendu de ses i...
PS : l’iMAgE VEctoRiEllE




L’autre format d’image numérique est le format vectoriel mais qui n’est pas utilisé en photog...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Image Numérique - Notions Techniques

3 526 vues

Publié le

Publié dans : Business
1 commentaire
7 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Merci pour cette présentation.

    Bilal
    http://www.imprimante-info.com/telecharger/pilote-imprimante/
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 526
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
151
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
7
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Image Numérique - Notions Techniques

  1. 1. Image matrIcIelle - défInItIon - résolutIon la profondeur de codage Grégory Divoux - 17 décembre 2009 le poIds de fIchIer les dIfférents formats de fIchIer conclusIon
  2. 2. Image matrIcIelle - défInItIon - résolutIon monde analogIque monde numérIque écran impression vidéo-projecteur Restitution Informations codées sous forme Documents et objets visibles de nombres Acquisition vISIOnnAge StOCkAge et éChAnge appareil photo scanner caméra Grégory Divoux - 17 décembre 2009 Aller-retour permanent des images entre leur forme numérique et leur restitution en documents visibles par tout à chacun. Le passage du monde analogique au monde numérique se fait par l’intermédiaire d’une matrice numérique soit un nombre de pixels en largeur et un nombre de pixels en hauteur. Ceci nous donne une quantité de pixels ; on parle alors de la définition d’une image. Plus la quantité de pixels est impor- tante, plus l’image est décrite finement Or cette quantité de pixels n’a pas de dimension. Ainsi au moment de l’acquisition et de la restitution des images numériques en documents analo- giques est appliquée une résolution soit un nombre de pixels par unité de mesure (cm, mm, inches) : ce sont les fameux «dpi» ou dot per inches, ppi ou point par pouce en français (1 pouce = 2,54 cm). - 2/14 -
  3. 3. Exemples : 4288 pixels à 300 dpi représenteront 36,31 cm en sortie Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 3/14 -
  4. 4. Les mêmes 4288 pixels mais à 72 dpi repésenteront 151,27 cm en sortie Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 4/14 -
  5. 5. A chaque dispositif d’acquisition et de restitution correspond une résolution dite d’entrée (scanner) et de sortie (imprimante, écran). Remarque : il est primoridal de ne pas confondre pixel de l’objet image (un appareil photo permet de prendre des photographies de tant de pixels) et pixel du support de présentation (pixel d’un écran). la profondeur de codage 3ème dimension de l’image numérique : la profondeur de codage c’est à dire qu’on va attribuer à chaque pixel de notre image une information qualitative en l’occurence une information de couleur. L’unité de codage est le bit (binary digit) combinaison de 2 possibilités : 0 ou 1 (système binaire). 8 bits = 1 octet (fr) = 1 byte (US) echelle du système de codage de l’image numérique sur 256 valeurs soit 8 bits (1 bit => 2 valeurs possibles, 2 => 2² = 4, 3 => 23 = 8 etc.) en photographie on utilise principalement le codage RvB 8 bits : à chaque pixel est attribué une valeur de R, une valeur de V, une valeur de B soit 3 x 8 = 24 bits soit 3 octets. Mais il est tout à fait possible de coder chaque couche sur 16 bits ce qui augmentera le poids du fichier et permettra de faire de plus fortes corrections ou des numérisations plus détaillées. Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 5/14 -
  6. 6. le poIds de fIchIer Une fois tous ces éléments posés, on arrive à la défintion du poids d’un fichier qui est égal à : nombre de pixels en largeur x nombre de pixels en hauteur x nombre d’octets soit : largeur x hauteur x (résolution)² x nombre d’octets On peut ainsi identifier les facteurs qui influent sur le poids d’un fichier image : - la quantité de pixel (évidemment !) - le nombre d’octets (RvB, CMJn, niveau de gris) - la taille du document de sortie Ainsi il est possible d’adapter la taille d’un fichier image à une utilisation donnée sachant qu’on part toujours du fichier le plus lourd pour aller vers le fichier le plus léger, jamais l’inverse. Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 6/14 -
  7. 7. Image originale (sortie de l’appareil) Redimensionnement en jouant sur la variable « résolution » Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 7/14 -
  8. 8. Redimensionnement en jouant sur la variable « dimension » Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 8/14 -
  9. 9. Que se passe-t-il si le nombre de pixels du support est différent du nombre de pixels de l’image ? Soit l’image n’occupera pas tout le support ou au contraire sera tronqué ; soit les pixels seront recopiés ou au contraire omis. exemple typique : l’écran ! En effet les écrans ont des dimensions physiques et une définition (1680x1050 par exemple) donc une résolution d’affichage qui varie en fonction des réglages. Néanmoins pour des raisons de praticité la résolution d’affichage est généralement supposée : MacOS : 72 dpi Windows : 96 dpi Conclusion : inutile d’afficher des images avec une taille supérieure => optimisation du poids de fichier en fonction de ses usages Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 9/14 -
  10. 10. les dIfférents formats de fIchIer En numérique, tension permanente entre le stockage et le partage de fichiers. Les enjeux de qualité plaident en faveur de poids de fichiers importants (cf. précédemment) là où les enjeux d’échange plaident pour des fichiers légers plus facilement transportables. => question de la compression des fichiers : possibilité de représenter une image sous un volume minimum Questions liées à la compression : perte ou non d’information et si oui lesquelles peuvent être perdues sans « perte » de représentation de l’image fi- nale => notion de tolérance : si le message reconstitué est « suffisamment » ressemblant, les gains (temps, volume, financiers) compensent les pertes (fidelité). exemples de format sans compression : raW (format non normalisé propre à chaque constructeur), tIff exemple de format de compression transparente (sans destruction) : tIff-lzw (si toutes les informations de l’image sont différentes, pas de gain de place). Remarque : technique identique utilisée pour « zipper » un fichier exemple de format de compression destructrice i.e. avec perte (plus ou moins forte) : Jpeg. Il s’agit donc d’un format utilisé principalement en fin de chaîne numérique ou quand les contraintes de poids de fichiers sont très fortes (besoin par exemple de transmettre beaucoup d’images en peu de temps). Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 10/14 -
  11. 11. Grégory Divoux - 17 décembre 2009 Fichier JPEG peu compressé Poids du fichier : 7 Mo ; définition de l’image : 4288x2848 - 11/14 -
  12. 12. Grégory Divoux - 17 décembre 2009 Fichier JPEG fortement compressé Poids du fichier : 362 ko ; définition de l’image : 4288x2848 - 12/14 -
  13. 13. conclusIon Le photographe jongle en permanence avec les tailles de fichier afin d’optimiser au maximum le rendu de ses images en fonction du support sachant que son critére principal est qualitatif (revoir l’exemple du JPeg) mais qu’il doit composer avec des contraintes techniques et matérielles (temps de transfert, espace de stockage). En régle général il travaille les fichiers les plus lourds qu’il conserve par devers lui et ensuite les transforme en fonction de leur utilisation finale (taille de l’image et format de fichier). Voir schéma ci-dessous. néanmoins il est intéressant de souligner qu’en général, il est toujours considéré comme le seul garant de la qualité de ses images quand bien même il ne serait pas responsable de la déperdition de la qualité de celles-ci (beaucoup de paramétres influant la qualité de rendu des images n’étant pas tant photographique qu’informatique) sens « naturel » de traitement 100 Mo 25 Mo 1 Mo grand format Presse A4 écran Archivage A3 Web Multimédia Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 13/14 -
  14. 14. PS : l’iMAgE VEctoRiEllE L’autre format d’image numérique est le format vectoriel mais qui n’est pas utilisé en photographie. Envoici néanmoins une définition : Le fichier image contient la description des objets qui composent l’image. Suppose donc que l’on est capable de décrire l’image de façon mathématique. exemples : > Fontes de caractères > Formes (cartographie, logo…) > Modélisation Avantages : > Poids constant quelles que soient les dimensions de présentation > Qualité constante car adaptation au support de présentation quelle que soit sa taille > transformations faciles (échelle, rotation, translation, symétrie) Inconvénients : > nécessaire de disposer de l’interpréteur ad hoc > Représentation d’objet naturel difficile Grégory Divoux - 17 décembre 2009 - 14/14 -

×