Réponse des Pays à la Crise Financière Ngwira

611 vues

Publié le

“Réponse des Pays à la Crise Financière”
Behxhet Brajshori, Ministre Adjoint, Ministère de l’Économie et des Finances,
République du Kosovo
Lulzim Ismajli, Directeur de la Trésorerie, Ministère de l’Économie et des Finances,
République du Kosovo
Naomi Ngwira, Directrice, Département de la Dette et de l’Aide, Ministère des Finances, Malawi
Obadiah Mailafia, Président, Centre de Recherche Politique et Économique, Nigéria
Durant ce panel, les participants échangeront leurs observations sur les effets de la crise
sur leurs économies et leurs futurs projets. Ils discuteront également des instruments qu’ils
utilisent actuellement pour protéger leurs investissements. Cette séance inclut une discussion
sur la manière dont ils réduisent les impacts et comment ils espèrent couvrir les coûts. Il
sera demandé aux panélistes et à l’assistance d’aborder les questions suivantes:
Inscriptions
Lieu: Entrée Grand Ballroom
Actions Immédiates En Cours pour Gérer l’Impact
• La situation est-elle différente pour les pays à revenus moyens vs. les pays à faibles revenus?
• Comment la crise financière économique actuelle affecte-t-elle la capacité de prêt d’un pays?
• La situation est-elle différente pour les pays riches en ressources?
• Pouvons-nous apprendre quelque chose des crises financières précédentes (e.g. en Asie
et en Amérique Latine)?
• Comment les pays destinataires peuvent-ils gérer de manière plus efficace l’aide des
donateurs?
• Quel est le rôle du gouvernement dans la résolution des problèmes du secteur financier?

Publié dans : Économie & finance, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
611
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Réponse des Pays à la Crise Financière Ngwira

  1. 1. Systèmes d’information pour la Gestion de l’Aide – Un outil pour le renforcement de la gestion financière publique 19 mai 2009 Miami, Floride - USA
  2. 2. Sommaire <ul><li>Contexte </li></ul><ul><li>Que sont les AIMS et à quoi servent-ils? </li></ul><ul><li>L’exp é rience du Malawi sur l’utilisation des AIMS </li></ul><ul><li>D é fis des AIMS </li></ul><ul><li>Vision pour l’avenir </li></ul><ul><li>Responsabilisation Accrue – Utilisation des AIMS pour le changement </li></ul>
  3. 3. Contexte <ul><li>Une Augmentation des ressources pour le d é veloppement et un accroissement des niveaux d’aide demandent une am é lioration concomitante de l’efficacit é de l’aide ; </li></ul><ul><li>Pour maximiser l’accroissement des niveaux de l’aide, il est n é cessaire que les pays b é n é ficiaires aient, entre autres, des systèmes d’information transparents et efficaces pour la gestion de l’aide, de sorte à faciliter une meilleure planification et ex é cution du budget; </li></ul><ul><li>Du côt é des donateurs, il y a un besoin de transparence et de pr é visibilit é de leurs op é rations d’aide; </li></ul><ul><li>Les Systèmes d’Information de l’Aide (AIMS) sont, par cons é quent, critiques pour changer la manière dont les donateurs fonctionnent, à travers l’alignement de leurs proc é dures/pratiques avec les systèmes des Gouvernements; </li></ul><ul><li>Les AIMS sont l’un des instruments cl é pour atteindre de meilleurs r é sultats pour le d é veloppement </li></ul>
  4. 4. Que sont les AIMS et à quoi servent-ils? (1/2) <ul><li>Les AIMS sont des programmes informatiques, ordinairement des bases de donn é es, pour l’enregistrement et le traitement de l’information sur les initiatives de d é veloppement et les flux de l’aide qui y ont rapport dans un pays </li></ul><ul><li>En plus d’enregistrer les activit é s de l’aide, les AIMS sont utiles dans les prises de d é cision, telle que la planification et l’ex é cution du budget </li></ul><ul><li>Les AIMS ne sont pas des Systèmes de Gestion Financière Publique (PFMS). Les AIMS fournissent plutot une interface entre le PFMS des b é n é ficiaires de l’aide et l’information emmagasin é e dans les systèmes des donateurs; </li></ul><ul><li>Les AIMS pr é voient la communication harmonieuse de l’information sur l’aide et sur la manière dont les ressources de l’aide ont é t é utilis é es. Donc, ils sont des outils de responsabilisation mutuelle. </li></ul>
  5. 5. Que sont les AIMS et à quoi servent-ils? (2/2) <ul><li>Les AIMS peuvent appuyer la réduction de la pauvreté à travers une distribution efficace de l’aide, comme suit: </li></ul><ul><ul><li>Faciliter les prises de décision sur l’allocation des ressources en donnant une idée générale du flux de l’aide; </li></ul></ul><ul><ul><li>Aider à identifier les écarts de financement, attirer l’attention du Gouvernement et des donateurs sur les besoins financiers; </li></ul></ul><ul><ul><li>Soutenir les stratégies nationales et les MDG en faisant en sorte que les informations reliées aux flux contribuent à des indicateurs spécifiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Appuyer les PFMS nationaux en faisant l’interface avec le budget national; </li></ul></ul><ul><ul><li>Améliorer la prévisibilité de l’aide à travers la programmation pluriannuelle; </li></ul></ul><ul><ul><li>Promouvoir la transparence et la responsabilisation en enregistrant et faisant le suivi des projets et des flux financiers. </li></ul></ul>
  6. 6. L’E xpérien ce du Malawi avec les AIMS (1/4) <ul><li>Le Ministère des Finances du Malawi a fait des progrès consid é rables sur la gestion de l’information de l’aide depuis 2005. Avant cela, seules les donn é es sur la dette é taient maintenues; </li></ul><ul><li>Le Ministère des Finances a consult é les utilisateurs et les fournisseurs de donn é es avant de concevoir un nouveau format en Excel qui inclut toutes les informations ayant rapport aux financement par les donateurs (montants engag é s, dates pertinentes, devises et montants de d é caissements, etc.) </li></ul><ul><li>A l’origine, les informations é taient recuillies pour: </li></ul><ul><ul><li>Faire le suivi du programme macro é conomique en vigueur avec le FMI (PRGF) </li></ul></ul><ul><ul><li>Fournir une base pour le suivi des projets </li></ul></ul><ul><ul><li>Am é liorer le niveau de d é tails du budget </li></ul></ul>
  7. 7. L’ Expérien ce du Malawi avec les AIMS (2/4) <ul><li>Comme la collecte et l’analyse des donn é es é taient am é lior é s, nous en avons fait plus: </li></ul><ul><ul><li>Communication de rapports annuels sur l’afflux de l’aide par secteur, le thème de strat é gie de d é veloppement national, les donateurs, les modalit é s, etc. </li></ul></ul><ul><ul><li>Calculer les indicateurs de l’efficacit é et de la d é pendance de l’aide: pr é visibilit é , utilisation des systèmes nationaux, utilisation des PBA, % du budget; </li></ul></ul><ul><ul><li>Promouvoir les r é visions de l’aide dirig é e par les secteurs comme faisant part du processus de r é vision national </li></ul></ul>
  8. 8. L’Ex périenc e du Malawi avec les AIMS (3/4) <ul><li>A cause de la complexit é de traiter des volumes consid é rables d’informations sur l’aide en utilisant des feuilles de calcul Excel, le Gouvernement du Malawi a d é cid é d’adopter des objectifs d é taill é s </li></ul><ul><li>En 2008, le Gouvernement a adopt é la Plateforme de Gestion de l’Aide (AMP), qui est un système convivial sur le Web pour faire le suivi des afflux de l’aide. </li></ul><ul><li>L’AMP a des fonctions pour faire le suivi des flux financiers dans les programmes financ é s par les donateurs, aussi bien que les progrès mat é riels d’ex é cution. </li></ul><ul><li>Elle a é galement une fonction pour produire des rapports personnalis é s sur la gestion de l’aide, d é pendant des besoins et des demandes de l’utilisateur. </li></ul><ul><li>Le principal attrait de l’AMP, cependant, est la capacit é de demander des changements au système pour am é liorer son adaptation aux besoins sp é cifiques du Malawi </li></ul>
  9. 9. L’Exp érienc e du Malawi avec les AIMS – Analyse de Données (4/4) <ul><li>Avec les AIMS, le Ministère des Finances produit des rapports semestriels et annuels qui fournissent une vue detaill é e de la distribution et de l’efficacit é de l’aide </li></ul><ul><li>Dans nos rapports annuels, (sur www.finance.gov.mw ) regardez: </li></ul><ul><ul><li>Aide par donateur </li></ul></ul><ul><ul><li>Aide par modalit é </li></ul></ul><ul><ul><li>Aide par thème de strat é gie de d é veloppement national et secteur fonctionnel </li></ul></ul><ul><ul><li>Pr é visibilit é de l’aide </li></ul></ul><ul><ul><li>Proportion de l’aide administrative à travers le budget </li></ul></ul><ul><ul><li>D é pendance de l’Aide (GDP, budget, d é penses de d é veloppement) </li></ul></ul><ul><ul><li>Analyse de l’aide au niveau des secteurs </li></ul></ul>
  10. 10. D éfis <ul><li>Il y a eu des progrès au Malawi en d é pit d’un certain nombre de d é fis </li></ul><ul><li>Certains donateurs continuent d’être peu enclins ou incapables de fournir des donn é es r é gulièrement: les agences de l’ONU sont particulièrement à blâmer, mais des problèmes intermittents existent avec la plupart des donateurs </li></ul><ul><li>Le manque de disponibilit é de donn é es opportunes continue d’imposer un plafond sur le niveau de d é tails du budget </li></ul><ul><li>L’assurance de la qualit é des donn é es reste difficile: les informations sont accept é es sur une base de confiance </li></ul><ul><li>La publication des donn é es n’a pas encore donn é des r é sultats en terme de changement de comportement des donateurs. Cela est demontr é dans les prochaines diapositives. </li></ul>
  11. 11. Changement des comportements? (1/2) En 2006/07, nous avons publi é un rapport accablant sur la pr é visibilit é de l’aide – seulement quatre donateurs ont d é caiss é +/- 10% des projections soumises On s’attendait à ce que la publication des donn é es aboutisse à une performance amelior é e
  12. 12. Changement des comportements?(2/2) Au lieu de cela, la performance s’est det é rior é e de facon marqu é e, particulièrement lorsque l’appui au budget est exclus. La transparence sans responsabilisation ne marche pas.
  13. 13. Vision pour l’Avenir <ul><li>Nous nous efforcerons d’am é liorer le processus et les r é sultats du suivi de l’aide à travers la collecte et l’analyse amelior é es des donn é es sur l’aide et la responsabilisation accrue </li></ul><ul><li>Le processus de collecte et d’analyse de l’aide sera simplifi é à travers la mise en oeuvre de la Plateforme de Gestion de l’Aide sur le Web. </li></ul><ul><li>Ce système permettra une collecte et une analyse plus rapides des donn é es. L’accès public aux donn é es peut être accord é à partir du système – et augmente la transparence. Le format convivial est d é montr é au verso. </li></ul><ul><li>Les structures de responsabilisation associ é es au suivi de l’aide ont besoin d’être renforc é es. </li></ul>
  14. 14. Responsabilisation Accrue – Utilisation des AIMS pour le changement <ul><li>Comme d é ja d é montr é , l’information seule ne peut pas produire de changement. Nous devons l’utiliser strat é giquement. </li></ul><ul><li>La publicit é accrue associ é e à la communication de rapports – utilisation des m é dias, distribution aux r é seaux CSO – peut cr é er la pression pour le changement </li></ul><ul><li>Les processus nationaux de r é vision n é cessitent un renforcement plus pouss é , avec une meilleure analyse de l’aide et des recommandations pour la r é forme pour des donateurs sp é cifiques qui sont probl é matiques </li></ul><ul><li>Il y a un besoin pour l’augmentation de communication de la performance au niveau du pays au siège social des donateurs pour cr é er une pression descendante en vue d’am é liorer la performance </li></ul><ul><li>Dans le meilleur des mondes, un r é seau international où de telles informations peuvent être partag é es pour é valuer l’efficacit é de l’aide par pays et par bureau de pays donateur peut être institu é </li></ul>
  15. 15. Merci de votre attention Mai 2009

×