2004…2014 : un risque a chassé l’autre
En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite ...
Pas d’amélioration sensible sur le front de la conduite en ville alors que les automobilistes doivent de
plus en plus part...
L'inégalité régionale face à la sécurité routière
Les disparités régionales se sont creusées depuis 2004
Sur la décennie, ...
Focus 2014 sur les jeunes conducteurs : une inconscience du danger lourde de
conséquences
Les 18-25 ans : la catégorie la ...
Les jeunes conducteurs utilisent plus souvent
leur voiture
Les 18-25 ans sont sous-représentés et leur poids
dans la popul...
Annexe
Les 10 ans du Baromètre AXA Prévention
Le Baromètre AXA Prévention existe depuis 2004
Depuis près de 30 ans, AXA Pr...
Les français au volant -TNS Sofres
Les français au volant -TNS Sofres
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les français au volant -TNS Sofres

470 vues

Publié le

Plus d'informations www.ici-c-nancy.fr

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
470
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
153
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les français au volant -TNS Sofres

  1. 1. 2004…2014 : un risque a chassé l’autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de nouveaux risques s’étant substitués à ceux de 2004. Quelles différences entre le conducteur de 2014 et celui de 2004 ? En 10 ans, le profil sociodémographique des conducteurs a connu des évolutions sensibles. La population des automobilistes s’est seniorisée plus vite que la population française, un facteur qui a contribué à maintenir le poids des bons conducteurs au global (4 conducteurs sur 10 ont plus de 55 ans). 40% sont âgés de 55 à 75 ans (contre 30% en 2004). Et seulement 4% des conducteurs sont des jeunes 18-25 ans (contre 8% en 2004) Les femmes sont de plus en plus nombreuses à conduire (50%-50% en 2014 vs. 52% d’hommes en 2004). Elles sont d’ailleurs présentes de façon plus homogène dans chaque profil de conducteur, y compris les moins bons (même si elles restent globalement, meilleures conductrices). Sur la décennie, la féminisation du profil « affranchis » est spectaculaire (45% de femmes vs 35% en 2004), seul groupe qui conserve encore une dominante masculine, avec les « fous du volant ». De réelles prises de conscience sur les risques majeurs Le Baromètre révèle des progrès notables concernant la grande vitesse sur route et l’alcool au volant. 2 automobilistes sur 10 reconnaissent qu’il leur arrive de rouler à plus de 170KM/H sur autoroute, contre 3 en 2004. Aujourd’hui, 6% reconnaissent prendre le volant après avoir bu 4 à 5 verres d’alcool. Ils étaient plus du double à l’affirmer en 2004 (14%).
  2. 2. Pas d’amélioration sensible sur le front de la conduite en ville alors que les automobilistes doivent de plus en plus partager l’espace avec les piétons et les cyclistes. Les dangers liés à la conduite en ville demeurent parmi les plus relativisés, 46% des automobilistes urbains déclarent toujours rouler à plus de 65 km/h en ville. Pire, 47% des automobilistes n’utilisent pas systématiquement le clignotant (vs 49% en 2004) et 72% admettent ne pas toujours s’arrêter au feu orange (vs 71% en 2004) Le téléphone, "point noir" du baromètre sur la décennie Le téléphone, avec ses nouvelles fonctionnalités, est toujours plus envahissant dans la conduite. La conscience des dangers liés à son usage s’effrite et sa fréquence d’utilisation a presque été multipliée par 2 : 34% reconnaissent qu’il leur arrive de téléphoner au volant, contre 18% en 2004. D’ailleurs, plus de 7 automobilistes sur 10 n’éteignent jamais leur téléphone avant de prendre la route. Parmi ceux qui téléphonent en conduisant, l’utilisation du kit mains libres est encore trop peu répandue: 42% n’utilisent pas de kit mains-libre (vs. 49% l’an dernier, ce qui est tout de même mieux). 1 automobiliste sur 5 s’autorise même la consultation ou l’envoi de sms au volant. Banalisation de certains comportements à risque en 10 ans Ce sont : la conduite en état de fatigue ou sans pause sur de longues distances, le franchissement de lignes blanches, le dépassement par la droite et la prise modérée d’alcool (2 verres). Ainsi, 26% des automobilistes admettent prendre le volant en ayant bu deux verres d’alcool (vs 22% à 2006 (année de référence)). De même 30% des conducteurs déclarent qu’ils leur arrivent de rouler 4/5h d’affilée (vs 23% en 2004). Nouvelles pratiques : le boom du covoiturage chez les jeunes De nouveaux comportements sont entrés dans le baromètre ces dix dernières années, notamment le covoiturage qui a été utilisé par 14% des automobilistes en 2013. Cette pratique se développe plus vite chez les jeunes : près de 31% des 18-25 ans l’utilisent.
  3. 3. L'inégalité régionale face à la sécurité routière Les disparités régionales se sont creusées depuis 2004 Sur la décennie, la part des mauvais conducteurs a augmenté dans les régions urbaines les plus denses (Région Parisienne, Méditerranée, Sud Est), notamment du fait des écarts liés à la conduite en ville et à l’usage du téléphone. L’Ile de France ne compte plus que 51% de bons conducteurs (vs. 62% en 2004), Le Sud Est 61% (vs. 66% en 2004) et la Méditerranée 66% (vs. 71%). En Région parisienne, le poids des affranchis est passé de 28% en 2004 à 39% en 2014 (vs. 20% en moyenne nationale). En revanche, dans les régions moins fortement urbanisées, la proportion de bons conducteurs a plutôt eu tendance à progresser, grâce à de meilleurs comportements liés à la grande vitesse et l’alcool. Les régions du Grand Ouest (Ouest, Centre Ouest, Sud- Ouest) et Centre comptent désormais 73% de bons conducteurs (soit une tendance à la hausse de près de 4 points pour la plupart de ces régions vs. 2004). *Légalistes + Respectueux
  4. 4. Focus 2014 sur les jeunes conducteurs : une inconscience du danger lourde de conséquences Les 18-25 ans : la catégorie la plus vulnérable « Les jeunes représentent 4% des automobilistes mais 21%* des tués en 2013 » *Source ONISR Un constat : la proportion de bons conducteurs est moins élevée chez les jeunes conducteurs (63% vs 66% chez l’ensemble des automobilistes). Ils comptent significativement moins de légalistes dans leurs rangs et tendent aussi à compter plus de fous du volant. Leurs comportements en ville sont encore plus mauvais que ceux de leurs aînés, notamment en ce qui concerne le passage au feu orange : 83% des jeunes conducteurs reconnaissent ne pas toujours marquer l’arrêt contre 72% pour l’ensemble des automobilistes, et 58% rouler parfois à 65 km/h en ville (vs. 46%). Les jeunes conducteurs se croient davantage invincibles face à la fatigue. 85 % seulement estiment dangereux de conduire en état de fatigue (- 4 points par rapport à l’ensemble des conducteurs), 59% de conduire 4 à 5h sans s’arrêter (-7 points vs. l’ensemble) et seulement 12% de conduire de nuit pour de longs trajets (vs. 23% pour l’ensemble). Il s’agit pourtant de risques auxquels ils sont largement exposés: 73% font de longs trajets de nuit (vs. 57% pour l’ensemble), 62% conduisent / continuent à conduire en état de fatigue (vs. 47% pour l’ensemble), 36% conduisent 4 à 5h sans s’arrêter (vs. 30% pour l’ensemble). Les 18-25 ans ont une moindre conscience des risques liés aux changements de trajectoire intempestifs puisque 77% d'entre eux estiment dangereux les changements fréquents de file (-7 points vs. ensemble des conducteurs). Les jeunes et le téléphone : une liaison dangereuse L'usage du téléphone mobile apparait comme le risque majeur pour les 18-25 ans. Ils sous-estiment le danger des smartphones et sont toujours connectés, même en conduisant. Ils n’éteignent presque jamais leur téléphone avant de conduire : seulement 6% d'entre eux le font contre 20% pour l'ensemble des automobilistes. 57% des jeunes automobilistes reconnaissent qu’il leur arrive de téléphoner en conduisant. Ils sont également 57% à consulter et lire leurs sms au volant, contre seulement 19% chez l'ensemble des automobilistes. Une légère amélioration de ces comportements est à souligner car cette dernière statistique atteignait 63% en 2012. Enfin ils boudent le kit main libre puisque seulement 1 jeune sur 2 l'utilise contre 58% pour l'ensemble des automobilistes.
  5. 5. Les jeunes conducteurs utilisent plus souvent leur voiture Les 18-25 ans sont sous-représentés et leur poids dans la population des conducteurs a été divisé par 2 depuis 2004 : ils représentent aujourd'hui 14% des adultes mais seulement 4% des automobilistes. Pour autant, ceux qui ont fait le choix de la voiture, ont une fréquence de conduite et un kilométrage annuel moyen plus élevés que la moyenne (14 500 km vs 14 000 km en moyenne), qui s'explique par des besoins de mobilité importants et une dépendance plus forte à l’automobile que beaucoup de leurs aînés au quotidien (déplacements travail ou études, loisirs et sorties le soir, week-ends, vacances…). Mais, quelques progrès notables par rapport à leurs aînés Les jeunes de 2014 sont plus conscients que les générations précédentes des risques liés à l’alcool et aux médicaments ainsi qu'à l'importance de la ceinture. Les jeunes conducteurs ont une plus forte conscience des dangers liés à la grande vitesse sur route (78% vs. 71% de l’ensemble des conducteurs) et respectent mieux les limitations de grande vitesse puisque 16% des jeunes avouent rouler à 160-170 km/h sur autoroute (vs 19%). Pour 95% d’entre eux, le défaut de ceinture à l’arrière est dangereux en soi (vs. 90%) et seuls 11% omettent de la boucler lorsqu’ils sont passager arrière (vs. 17%). Cependant ils commettent nettement plus d’écarts et consomment davantage de cannabis au volant puisque 4% admettent prendre le volant après avoir fumé du cannabis (vs. 1% pour l’ensemble).
  6. 6. Annexe Les 10 ans du Baromètre AXA Prévention Le Baromètre AXA Prévention existe depuis 2004 Depuis près de 30 ans, AXA Prévention s’engage pour la prévention des risques, notamment des risques routiers. Par l’étude des risques et des actions de terrain, AXA Prévention contribue à développer des comportements responsables sur la route. Initié en 2004, le « Baromètre AXA Prévention des comportements sur la route » contribue au travail d’éducation et de prévention des risques routiers. Il permet en effet depuis 10 ans une prise de parole forte et novatrice, pour sensibiliser aussi bien les automobilistes que les pouvoirs publics. A la fois outil de mesure de perceptions des risques et des pratiques sur la durée, son contenu est mis à jour tous les ans à travers une grande enquête réalisée par TNS Sofres auprès d'un échantillon national représentatif. Méthodologie de l'enquête du 10e baromètre Enquête réalisée du 12 au 24 décembre 2013 auprès d'un échantillon national représentatif de 1200 automobilistes et d'un échantillon complémentaire de 350 jeunes conducteurs (18-25 ans). Les témoignages ont été recueillis par interviews téléphoniques d'une durée moyenne de 16 minutes, au moyen d'un questionnaire CATI (interviews assistées par ordinateur). Les résultats régionaux sont le fruit d'un découpage Nielsen en 9 régions, comme c’est le cas depuis l’édition 2012. AXA Prévention : 30 ans d’actions pour la sécurité sur la route Animée par la volonté de diminuer le nombre et la gravité des accidents de la route, AXA Prévention mène, depuis 1984, des actions qui visent à sensibiliser et éduquer les usagers aux risques. Son objectif principal est que chacun adapte son comportement pour préserver sa propre sécurité et celle des autres. Pour mener à bien ses initiatives, l’association s’entoure des meilleurs partenaires, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, de la Sécurité routière, des collectivités locales, de la police, de la gendarmerie, des médecins. Ainsi, AXA Prévention mène de grandes actions nationales en faveur des usagers de la route les plus fragiles tels que les piétons, les deux roues motorisés, les cyclistes et les jeunes conducteurs. Quelques exemples : - L’apprentissage des bons comportements sur la route doit commencer dès le plus jeune âge, car les enfants sont, dès 3 ans, très réceptifs et observateurs. C’est pourquoi AXA Prévention a créé, en partenariat avec Michel Lafon Education, « Les aventures de la Famille Klaxon », une collection de trois livres pédagogiques et ludiques, pour transmettre aux enfants les bons réflexes à adopter sur la route à chaque âge, en tant que piétons, passagers ou cyclistes. Chaque ouvrage correspond à l’une des tranches d’âge des cycles scolaires du premier degré (3-5 ans, 6-8 ans, 9-11 ans). - AXA Prévention propose aux jeunes automobilistes des stages « Bonne Conduite » au tarif de 15 €, en partenariat avec le CER Réseau (soit 90% du coût du stage pris en charge par AXA Prévention). Il s’agit de stages de perfectionnement à la conduite, qu’il est conseillé de suivre 6 mois à 1 an après avoir passé le permis. Freinages d’urgence, sensibilisation aux effets de l’alcool et des drogues sur la conduite, usage inapproprié des nouvelles technologies au volant… Cette formation mi-théorique, mi-pratique permet de mieux appréhender les principales causes des accidents de la route mais aussi de se familiariser avec les bases de l’éco-conduite. - Un programme court, diffusé d’octobre 2013 à février 2014 sur M6 et W9 « 4 jeunes, 1 voiture », met en scène 4 jeunes dans leur rapport à la conduite et illustre les différents comportements à risque de manière humoristique. - Le portail internet axaprevention.fr comporte une partie dédiée à la prévention routière. Il offre des conseils de prévention à tous les usagers de la route, des témoignages d’experts, des vidéos et des services gratuits, notamment un e-learning sur l'éco-conduite.

×