31joueurspourunegageure/Légionsd'honneurs/Irlande,l'annéedelaconfirmation?
XVtypeSudRugby2014/GeorgeFord,àlarecherchedutem...
Dédié à un sport dans lequel la tradition n’est pas un vain mot,
le Webzine Up and Under se prête bien volontiers à celle ...
Voila l'été !
Le billet de notre parrain
david arrieta
3
Nous y sommes... ou presque. Le 18
septembre prochain débute la C...
FRENCH
CONNECTION
la vie continue...
le rugby aussi
renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22
l'arbitre,
humain trop humain
renvoiaux2...
5
Sur les terrains de Top14 comme dans
d’autres enceintes sportives, les minutes
de silence comme les applaudissements
en ...
6
La 15ème
journée de Top14 n’a pas
franchement brillé par l’intérêt de
ses matchs, il est vrai disputés dans
des conditio...
7
Si la critique est nécessaire pour
avancer, son caractère systématique
illustre ce qu’est devenu le rugby : un
sport de ...
COCORICO
légions d'honneurs
renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22
31 joueurs
pour une gageure
renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22
09
10
9
Le 1er
janvier est traditionnellement
le jour des promotions dans l’ordre de
la Légion d’honneur. L’occasion pour
quelqu...
10
Mais il serait étonnant que les trente-et-
un noms couchés sur cette liste hivernale
soient sensiblement différents de ...
11
31 joueurs
pour une gageure
A l’arrière, la présence de Brice Dulin et
Scott Spedding semble peu contestable.
Maxime Mé...
ALL OVAL
THE WORLD
sydney : le rugby se
développe aussi à l'ouest
sudrugby.com / @Sudrugby
xv type sud rugby
de l'année 20...
13
Bastion du rugby union en Australie,
Sydney (au même titre que Brisbane)
a vu ses principaux clubs de rugby
s’installer...
14
Sydney
Le rugby se développe aussi à l’Ouest
C’est une zone à très haut potentiel
pour le recrutement de joueurs.
Un gr...
15
Le mérite revient également à Michael
Cheika de s’être écarté du système de
recrutement habituel mis en exergue
aussi b...
16
Les dernières saisons ont vu les Waratahs
être pillés par les clubs Européens, un
pillage touchant aussi bien les meill...
17
De mémoire, il n’a jamais été aussi
difficile de composer un XV type de la
saison que cette année.
Plusieurs raisons po...
18
XV type Sud Rugby
de l’année 2014
Déjà impressionnant avec les Pumas l’an dernier,
le joueur du Leicester a encore démo...
19
XV type Sud Rugby
de l’année 2014
Papy fait de la résistance! Quand en début d’année Victor
Matfield a annoncé son reto...
20
XV type Sud Rugby
de l’année 2014
Dans la lignée de son excellent Super Rugby avec les Waratahs,
Bernard Foley conserve...
21
XV type Sud Rugby
de l’année 2014
Né sur les iles Fidji en 1991, Tevita Kuridrani n’est arrivé en Australie et
plus par...
22
XV type Sud Rugby
de l’année 2014
Ben Smith, c’est la classe à l’état pur, l’allure des illustres
arrières All Blacks, ...
23
Irlande,
l’année de la confirmation ?
L’ombre d’O’Driscoll
BOD a fait ses adieux à la sélection et
même si aucun candid...
24
Irlande,
l’année de la confirmation ?
La chance de Marmion ?
Le poste de demi de mêlée n’est pas
épargné non plus avec ...
25
WRWC 2015 L'Angleterre prête
à sélectionner Steffon Armitage !
Il le sera si l'on en croit les dires d'Alex Low ce mati...
EURO
STARS
la globalisation du rugby
par les saracens
sudrugby.com / @Sudrugby.com
george ford
à la recherche du temps per...
27
La globalisation du rugby
par les Saracens
PETIT HISTORIQUE
DES SARACENS
Quel est le point commun entre
les clubs : Old...
28
La globalisation du rugby
par les Saracens
ESSOR MONDIAL
DU RUGBY A VII
Mais dominer le rugby Anglais n’est
qu’un début...
29
La globalisation du rugby
par les Saracens
infrastructures d’entrainement. A une
époque où le nombrilisme est monnaie
c...
30
George Ford,
à la recherche du temps perdu
Ne le prenez pas pour un bleu, déjà
puisqu'il joue pour l'équipe d'Angleterr...
31
George Ford,
à la recherche du temps perdu
perdèrent 22-33 soit dit au passage. À
cette époque, Ford occupait déjà le p...
32
George Ford,
à la recherche du temps perdu
Sa défense limitée
par son gabarit ?
Des rêves d'étage supérieur qui peuvent...
33
George Ford,
à la recherche du temps perdu
Face à l'Irlande, sa
première apparition
sur le banc
Son choix de quitter le...
34
George Ford,
à la recherche du temps perdu
Plus près de nous, la double confrontation
face à Montpellier en European Ru...
LADIES
Photo : Rugbyshop
tête à tête
avec sandrine agricole
bajadita.com / @obasaan66
tête à tête
avec Marie alice yahé
ba...
36
A quel âge as-tu commencé
à jouer au rugby ?
11 ans.
Pourquoi avoir choisi ce sport ?
Par plaisir.
Qu’est ce qui te pla...
37
tête à tête avec
sandrine agricole
Tu as 80 sélections en EDF ; que
conseillerais-tu à celles qui revêtent
le maillot b...
38
tête à tête avec
sandrine agricole
Doit-on parler de rugby féminin,
de rugby au féminin ou de rugby
tout court, puisque...
39
Doit-on parler de rugby féminin,
de rugby au féminin ou de rugby
tout court, puisque ce sont les mêmes
règles pour les ...
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Mag Up and Under (n°11)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mag Up and Under (n°11)

769 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
769
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
20
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mag Up and Under (n°11)

  1. 1. 31joueurspourunegageure/Légionsd'honneurs/Irlande,l'annéedelaconfirmation? XVtypeSudRugby2014/GeorgeFord,àlarecherchedutempsperdu/SandrineAgricole Marie-Alice Yahé / La pépite Latu Veano / Barbarians vs All Blacks, le match du siècle Bay of Plenty / Michel Pomathios / Compétitions féminines / Retransmission TV & Top 8 Le webzine des sites de rugby indépendants / @magUpAndUnder / n°11 / fév-mar 2015 upandunder.fr Tournoi des 6 nations Gaëlle Dusautoir et Thierry Mignot, même combat !
  2. 2. Dédié à un sport dans lequel la tradition n’est pas un vain mot, le Webzine Up and Under se prête bien volontiers à celle des vœux de nouvelle année. L’équipe des blogueurs rugby, de tous les rugbys, vous présente donc les siens et vous souhaite le meilleur pour ce millésime 2015. D’évidence, il est difficile de faire preuve d’optimisme après la tragédie qui a frappé notre pays durant quelques jours de janvier. Des jours qui resteront marqués d’une pierre noire dans notre mémoire collective. Meurtrie dans sa chair et ses idéaux, la France s’est mobilisée comme jamais pour témoigner son refus du fanatisme et sa sympathie envers les dix-sept victimes des attentats odieux perpétrés à Paris et sa proche banlieue. Naturellement, le monde du rugby a participé à cet élan de solidarité nationale, avec des minutes de silences poignantes et des Marseillaises spontanées d’une grande intensité. Alors, c’est vrai, reprendre le chemin des stades pour goûter aux plaisirs superficiels du ballon ovale apparaît toujours nécessairement dérisoire. Mais c’est aussi l’affirmation que la vie continue, avec nos illusions et nos croyances les plus futiles qui sont, selon Honoré de Balzac, ce qu’il y a de plus beau et de plus respectable. Des croyances, voire des illusions, nul doute que les supporters du XV de France en nourrissent à l’orée d’une année de Coupe du monde qui débute dès le mois de février. Le Tournoi des six nations se présente en effet avec des allures de galop d’essai grandeur nature pour les Tricolores. Philippe Saint-André et son cornac, Serge Blanco, n’ont plus que huit petits mois pour préparer une compétition promise une fois de plus à d’autres nations. Alors que les rivaux anglais, of course, et irlandais montent en puissance, les Français continuent de chercher la formule magique. Et dire que les tricolores se rendront précisément chez eux dans quelques semaines. Pas de quoi nourrir des espoirs démesurés de résultat pour PSA qui pourrait bien devenir le premier sélectionneur depuis Daniel Dubroca à terminer un mandat sans remporter le moindre Tournoi. Et encore Dubroca n’a-t-il exercé son magistère que durant deux ans (1990-1991). Avec le pragmatisme qu’on leur envie, nos voisins Anglais préparent leur campagne hivernale de manière méthodique, sans s’embarrasser de questions de nationalité des sélectionnés, n’hésitant pas à débaucher les meilleurs treizistes. Seule question de principe : la territorialité. Il faut jouer en Angleterre pour être sélectionné. Mais comme l’a noté Oscar Wilde (qui n’aimait pas le rugby), appuyez-vous sur les principes, ils finissent toujours par céder. Aussi le fringant Steffon Armitage pourrait-il retrouver le maillot frappé de la Rose malgré son infidélité toulonnaise… De la France, de l’Angleterre, il en sera bien sûr question dans ce onzième numéro de Up and Under. Et de bien d’autres choses. Car en 2015 comme l’année passée, votre Webzine rugby conservera sa ligne de conduite : vous présenter le rugby dans son universalité et sa diversité. Bonne lecture ! Antoine Renvoiaux22.fr Illusions et croyances
  3. 3. Voila l'été ! Le billet de notre parrain david arrieta 3 Nous y sommes... ou presque. Le 18 septembre prochain débute la Coupe du Monde. Nos bleus vont entamer cette semaine la préparation de l'événement au sortir d'une saison qui les aura vus souffler l'effroi et le show, de cette tournée automnale mitigée à ce Tournoi des 6 Nations tout en maîtrise (quatre victoires faciles et une seule défaite au Stade de France contre l'Italie). Et comme dirait Philippe Saint-André : - On va enfin sortir le casque à pointe et se préparer au très très haut niveau. Ce dernier Tournoi nous aura donc apporté toutes les certitudes que l'on croyait définitivement perdues dans les annales ou autres livres sur les fondamentaux du "rubi". Une mêlée conquérante, une touche royale, une charnière qui ne grince plus mais aussi et surtout un jeu de ligne que même Dédé Boni, il a dit du bien. On sera prêts pour la revanche contre les italiens le 19 septembre prochain. Ces italiens qui n'auront jamais aussi vite progressé depuis que Jacques Brunel a fait appel à Fabien Galthié pour un retour enchanteur du jeu "à la columérine" avec son paquet d'avant d'allumettes et des 3/4 incisifs et inspirés que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Entre temps, Toulon a conservé "sa" Coupe d'Europe avec 3 essais en finale du néo-castrais David Smith (il a accepté de jouer en ProD2, chapeau l'artiste), le RM92 a enfin décroché le titre de Champion de France grâce à un drop à la dernière seconde du troisième choix Sexton (il avait remplacé Dambielle à 73ème qui lui-même avait remplacé Goosen à 61ème ), Rougerie et Harinordoqui ont resigné dans leurs clubs respectifs (cœur sur vous), Paul Goze a perdu deux kilos que Serge Blanco a retrouvé ou l'inverse, Jake White a donné le coup d'envoi de Montauban-Massy, Bénezech s'est fait poser un appareil dentaire suite à des problèmes de mâchoires et le Biarritz Olympique est remonté en Top14. Je vous laisse décider du destin de l'Aviron Bayonnais. C'est l'été, il fait chaud, il fait beau et le soleil brille... dans 75 jours, c'est la Coupe du Monde. La vie est belle, la vie, c'est le sport et le sport... (Éric Bayle ou presque) Voilà, j'avais pas spécialement envie de vous parler du mois de Janvier. Pas la peine de vous faire un dessin, vous savez pourquoi... David Arrieta Photo : Adidas Voila l'été!
  4. 4. FRENCH CONNECTION la vie continue... le rugby aussi renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22 l'arbitre, humain trop humain renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22 05 06
  5. 5. 5 Sur les terrains de Top14 comme dans d’autres enceintes sportives, les minutes de silence comme les applaudissements en mémoire de ceux qui sont morts pour idées ou simplement pour être nés juifs, ont montré que la France de Voltaire, de Hugo ou de Heddi Kaddour ne courbera jamais l’échine devant ceux qui voudraient la soumettre et la priver de ses valeurs. On peut espérer, qui sait, que de ces attentats odieux sortira une France plus unie, plus consciente de sa chance d’être une démocratie, plus vigilante aussi devant les dangers qui menacent les libertés qu’on croit à tort définitivement acquises. Une France consciente, enfin, qu’il reste beaucoup à faire pour donner tout son sens à la belle idée du « vivre ensemble ». Les équipes du Top14 liées dans un même élan de solidarité, le public, magnifique de dignité, ont fait honneur à une certaine idée de la France, une idée éclairée et fraternelle. Les matchs disputés le soir de la prise d’otages de la porte de Vincennes, et le lendemain ont été, comme à l’accoutumée, de qualité hétérogène. Le Stade Français continue de tracer sa route vers les demies, quand Castres affiche toujours la même inconsistance loin de ses bases. Toulon, devant le Racing Métro, a démontré que l’air de la Rade, son soleil aussi, lui donnaient des ailes. Clermont, face à Brive, a confirmé ses excellentes dispositions du moment, avec un Napolioni Nalaga dont les deux essais tendent à prouver aux dubitatifs que son attachement au maillot jaune-et-bleu reste intact malgré son départ prochain pour le RCT. L’UBB regrettera peut-être de n’avoir pas enlevé le point de bonus offensif contre Grenoble, mais reste clairement un outsider sérieux pour les barrages, et plus si affinités, quand on sait que les demi- finales se disputeront à Bordeaux. Toulouse grince toujours, et Jake White sait désormais placer Oyonnax sur une carte de France. Bayonne retombe en mode « lutte pour le maintien », lutte qui concernera également Lyon et La Rochelle. La vie continue, donc. Et le rugby aussi. La vie continue… le rugby aussi A l’aune des événements tragiques qui ont frappé la France, il peut paraître assez dérisoire d’écrire sur le rugby. Pourtant, la vie doit continuer, même si l’infinie tristesse éprouvée pour les victimes des attentats et leurs familles ne disparaîtra pas de sitôt, ni la colère qu’on ressent à l’égard des fanatiques qui tuent au nom d’une religion à laquelle ils n’ont rien compris. Photo : Getty Images Antoine @renvoiaux22
  6. 6. 6 La 15ème journée de Top14 n’a pas franchement brillé par l’intérêt de ses matchs, il est vrai disputés dans des conditions climatiques souvent compliquées. Si la confrontation entre le leader Clermontois et le Stade Toulousain a offert un spectacle de bonne facture, tout comme, dans une moindre mesure, la rencontre entre Montpellier et Toulon, on ne peut pas dire que les autres matchs aient suscité l’enthousiasme des foules. A défaut d’enthousiasme, ils auront néanmoins – une fois encore – déchaîné les passions autour de la personne de l’arbitre. Ce week-end comme mes précédents, les réseaux sociaux ont vu fleurir les qualificatifs peu avantageux pour résumer la prestation de plusieurs représentants du corps arbitral. La décision la plus décriée a sans nul doute concerné l’expulsion de l’ouvreur parisien, Morne Steyn, lors de LOU – Stade Français. Mais au vrai, pas un match n’a échappé aux critiques certaines allant jusqu’à parler « d’arbitrage maison ». Et les réseaux sociaux ne sont pas les seuls canaux d’expression de l’exaspération populaire. La presse à feuilles jaunes prête régulièrement ses colonnes à des lecteurs outrés par le comportement des hommes au sifflet. Il faut se faire une raison. A l’heure des ralentis multiples et systématiques, des « super loupes », « palettes » et autres « refs cams », les actions sont décortiquées comme jamais et la moindre situation litigieuse donne lieu à des discussions sans fin sur l’adéquation de la sanction à l’acte, sans même parler de sa pertinence. Tel arbitre sera contesté pour avoir demandé la vidéo, tel autre pour n’y avoir pas eu recours. La même équipe, victorieuse un jour, sera accusée par les supporters adverses d’être favorisée par l’arbitrage, puis, défaite la semaine suivante, verra les siens dénoncer un complot du corps arbitral. L’arbitre, humain trop humain ‘‘ C’est désormais le règne du « tout et son contraire »
  7. 7. 7 Si la critique est nécessaire pour avancer, son caractère systématique illustre ce qu’est devenu le rugby : un sport de moins en moins « à part » en ce domaine. La recrudescence des discussions sur le terrain et celle des simulations témoignent de la perte d’autorité du corps arbitral, alors que le dispositif de supervision des arbitres, qui peut les conduire à les sanctionner, n’est aucunement reconnu comme apte à réguler efficacement le travail des directeurs de jeu. Chargé d’appliquer des règles éminemment complexes (on pourrait même parler, pour certaines d’entre-elles de règles inapplicables concrètement, à l’image de celles régissant les mêlées spontanées), dans un contexte de plus en plus difficile (temps de jeu plus longs, rythme plus élevé, matchs serrés), l’arbitre se voit sommé de respecter l’impératif catégorique du « zéro défaut », quand, dans le même temps, on accepte que les joueurs produisent des performances très en deçà du niveau professionnel. Un deux-contre-un raté sera blâmé, un talonnage à la main non détecté vaudra à l’oublieux arbitre un aller simple vers les Gémonies délivré par les supporters qui s’érigent sur Internet comme les vengeurs de quelque honneur bafoué. Toutes les critiques ne sont pourtant pas inopportunes. La professionnalisation de l’arbitrage doit se poursuivre, afin de permettre aux intéressés de se consacrer entièrement à un métier devenu aussi exigeant que celui de joueur pro. Ensuite, il paraît naturel d’exiger des arbitres de tendre vers une cohérence rigoureuse dans leurs décisions. C’est le point le plus délicat alors que le corpus réglementaire laisse place, contrairement aux idées reçues, à une marge d’interprétation assez large au directeur de jeu. Au-delà, la cohérence générale de l’arbitrage, qui voudrait qu’on arbitre de la même façon sur l’ensemble de terrains, semble assez utopique, même si des directives sont effectivement données pour assurer autant que possible l’homogénéité des coups de sifflet. C’est en insistant sur le travail de cohérence de leurs décisions que les arbitres pourront faire taire les accusations d’arbitrage maison. Avant de conspuer un arbitre ou de l’accuser de mille maux, n’oublions pas qu’il est aussi sensible que les joueurs à l’environnement dans lequel il évolue. Pour lui aussi, humain trop humain, les réactions d’un public hostile et le plus souvent partial, ou le comportement des joueurs à son égard auront des conséquences sur ses décisions. Non pas qu’ils le pousseront à complaire à l’assistance ou à désavantager une équipe qui lui déplairait, mais elles pourront influencer son appréciation et, partant, ses coups de sifflet. Malgré tous les dispositifs techniques existant et à avenir, et à moins de simplifier les règles – au risque de dénaturer le jeu – il faudra bien pourtant accepter de continuer à s’en remettre au jugement d’un homme, tout imparfait, tout perfectible et critiquable soit-il. Antoine @renvoiaux22 Photo : 3news.co.nz/ fr.sports.yahoo.com L’arbitre, humain trop humain
  8. 8. COCORICO légions d'honneurs renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22 31 joueurs pour une gageure renvoiaux22.fr / @Renvoiaux22 09 10
  9. 9. 9 Le 1er janvier est traditionnellement le jour des promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur. L’occasion pour quelques-un de coudre un petit ruban rouge au revers de leur veste. D’autres, très peu en vérité, exercent leur liberté de conscience en refusant un honneur il est vrai quelque peu galvaudé si l’on en juge la liste des récipiendaires, dont le mérite est, pour un certain nombre d’entre-eux, assez mince pour ne pas dire inexistant au regard de l’objet de cette distinction. On notera que d’éminents représentants de la chose ovale figurent dans la liste des décorés, à l’image de Jean Prat, Pierre Albaladejo ou Jean-Claude Skréla. Le président de la FFR, Pierre Camou, arbore lui-aussi le ruban rouge, tout comme Bernard Lapasset ou Max Guazzini. On laissera à chacun le soin de juger de la pertinence de ces choix… Des honneurs, les rugbymen sont légions à chercher à en obtenir cette année de coupe du monde. Nul doute pourtant qu’il y aura des revers et des vestes bien davantage encore. Ce constat d’évidence, Philippe Saint-André pourrait bien le dresser dans quelques mois. Même si la compétition a montré par le passé qu’elle ne s’offrait pas nécessairement à l’équipe pratiquant le meilleur rugby, on ne trouve pas beaucoup d’optimistes aujourd’hui pour imaginer une issue miraculeuse, un remake de 2011 avec le happy end d’un drop réussi ou d’un essai victorieux. Depuis la création du trophée en 1987, la France du rugby a du regarder les autres « grandes » nations brandir la vilaine timbale dorée et se contenter des places d’honneur. N’ayant rien fait pour que cela change, elle mise toujours sur une préparation de deux mois et croise les doigts pour que son équipe parvienne à enchaîner deux grosses performances d’affilée, condition sine qua non à un titre mondial qu’elle n’a jusqu’à présent jamais remplie. Le monde du rugby attend naturellement le couronnement de la Nouvelle- Zélande, pour un doublé consécutif que personne n’a encore réussi. Sur le papier, les All Blacks sont d’évidence capables d’accomplir cet exploit. Mais ils ne joueront pas chez eux, comme ce fut le cas lors de leurs deux titres. Cette année, c’est l’Angleterre qui bénéficiera de la prime à l’organisateur. Malgré les turbulences traversées par Stuart Lancaster et ses boys ces derniers mois, le XV de la Rose entame l’année 2015 avec l’étiquette de principal outsider des hommes en noir. A part ces derniers, on ne voit pas bien qui pourraient s’interposer entre les sujets de sa Très Gracieuse Majesté et le trophée Webb- Ellis. A moins que les Springboks n’y parviennent, eux que les Anglais n’ont plus battus depuis 2006. Le Tournoi des six nations, qui débute le mois prochain, devrait permettre aux nations européennes de s’étalonner. L’Irlande et l’Angleterre en seront les favorites, avec peut-être un avantage au XV du trèfle qui accueillera les Anglais et les Français. Sur le plan européen, l’ERCC couronnera son premier champion. Sera-t-il le même que le dernier de sa devancière H Cup ? D’aucuns le pensent, voyant dans le RC Toulon un candidat naturel à sa propre succession. L’armada varoise a (presque) parfaitement entamé l’épreuve et semble suffisamment armée pour aller au bout. Mais les concurrents sont en embuscade : le Leinster ou les clubs anglais se mêleront à la lutte, tout comme certainement, côté Français, l’ASMCA, particulièrement fringant actuellement. En Top14, la légion étrangère du RCT fait également figure de favorite, même si le Stade Français livre un parcours digne d’un champion potentiel. Fidèle à sa réputation, le championnat hexagonal est particulièrement serré, onze points seulement séparant le leader parisien du septième toulousain. On devrait avoir du suspens (et un peu de spectacle, souhaitons-le) jusqu’au terme de la saison régulière. Dans la division inférieure, la Section paloise cherchera à décrocher enfin le précieux sésame pour l’élite. Sa première moitié de championnat lui laisse espérer une issue favorable. Mais Perpignan et Biarritz ont visiblement digéré leur descente et n’aspirent désormais qu’à réintégrer le Top14. On le voit, les occasions de briguer la gloire et d’obtenir la reconnaissance des amateurs de ce sport seront nombreuses en 2015. On souhaite à tous les compétiteurs bonne chance et pleine réussite dans leurs entreprises. Au-delà des titres et des trophées, on attend des joueurs et des dirigeants, des supporters et des journalistes, qu’ils portent haut les valeurs du rugby et répondent de la meilleure manière à ceux qui prétendent que ces valeurs ne sont plus désormais qu’un argument pour commerciaux en mal de promotions. Question d’honneur, en quelque sorte. Légions d’honneurs Antoine @renvoiaux22 Photo : artchiffoncollection.com
  10. 10. 10 Mais il serait étonnant que les trente-et- un noms couchés sur cette liste hivernale soient sensiblement différents de ceux qui figureront sur celle de l’été prochain. Bref, pour faire simple, les absents du jour peuvent revoir drastiquement à la baisse leurs chances de faire leurs valises pour l’Angleterre début septembre. On pense tout particulièrement à Morgan Parra et Maxime Machenaud, qu’on imaginait indéboulonnables il n’y a pas si longtemps et qui sont partis pour rester à quai Gare du Nord et voir Sébastien Tillous-Borde et Rory Kockott prendre l’Eurostar. Mais leur cas n’est pas désespéré, en particulier celui de l’Auvergnat, qui a été blessé. Néanmoins, ils vont devoir être très très forts pour faire changer d’avis le staff tricolore. Idem pour Jules Plisson, absent une nouvelle fois après son « no show » de la tournée automnale. Celui qui a ravalé le Springboks Morné Steyn au rang de remplaçant de luxe au Stade Français n’a toujours pas une cote suffisante auprès de Philippe Saint- André et ses collègues. Appelé surprise à l’occasion du dernier Tournoi, Plisson avait bénéficié des blessures de Rémi Talès et Camille Lopez pour faire une apparition jugée perfectible en équipe de France. Ses bonnes prestations du moment, pas plus que le parcours chaotique du Castres Olympique de Rémi Talès, n’ont modifié la hiérarchie des ouvreurs nationaux dans l’esprit des sélectionneurs. Visiblement emballé par les prestations de Rémi Lamerat avec son club (le CO, toujours…), le staff a choisi de l’appeler quand un Maxime Mermoz, dans un style très différent, paraissait en mesure de postuler. N’ayant disputé que quelques bribes de match lors de la Tournée de juin dernier en Australie, le Castrais aura peut-être un peu plus de temps de jeu. Mais rien n’est moins sûr. Car la triplette Bastareaud – Dumoulin – Fofana est en train de s’installer au centre. Cette abondance de biens prive le Parisien Jonathan Danty d’une place sur la liste. Quelques indiscrétions font état de discussions autour de son nom jusque dans la matinée. Si une surprise est possible pour le mondial, elle pourrait bien venir de lui. Quant à Gaël Fickou, il devra certainement miser sur 2019 pour participer à une coupe du Monde. A l’aile, derrière Yoann Huget et Teddy Thomas, les retours de Sofiane Guitoune, longtemps blessé et Noa Nakaitaci, appelé dans le groupe mais jamais aligné en rencontre officielle, nourrissent déjà le débat. Ces deux joueurs, incontestablement doués, sont-ils les meilleurs à leur poste ? Le staff du XV de France cherchaient des finisseurs. On n’est pas certain qu’il les ait trouvés avec ces deux là, quand un Rémy Grosso – pour ne citer que lui – paraissait susceptible d’avoir sa chance. Mais n’oublions pas que PSA et ses adjoints avaient indiqué vouloir s’appuyer préférentiellement sur des joueurs déjà venus dans le groupe « France ». C’est certainement ce qui a fait pencher la balance en faveur du Bordelais et du Clermontois. 31 joueurs pour une gageure Le staff de l’équipe de France a livrer la liste des 31 joueurs retenus pour préparer le Tournoi des six nations, dernière étape « sérieuse » avant le rendez-vous mondial en septembre prochain. Ce groupe préfigure évidemment celui qui défendra nos chances en coupe du monde. Bien sûr, les blessures pourront priver tel ou tel d’une participation. Et on n’échappera pas à quelque invité surprise, à l’image de Raphaël Lakafia, inconnu au matricule des internationaux tricolores avant d’être appelé par Marc Lièvremont pour partir en Nouvelle-Zélande en 2011.
  11. 11. 11 31 joueurs pour une gageure A l’arrière, la présence de Brice Dulin et Scott Spedding semble peu contestable. Maxime Médard peut se faire du souci, avec ou sans gluten au menu… Devant, le dynamique Eddy Ben Arous, entrevu face à la Nouvelle-Zélande en juin 2013, fait une rentrée remarquée dans la liste, tout comme le retour de Rabah Slimani, très affuté avec le Stade Français. Bien que sur une pente plutôt descendante, Nicolas Mas reste incontournable, alors que le Rochelais Uini Atonio conserve la confiance du staff, malgré une condition physique qui pose question à ce niveau. On notera cependant que le colosse de l’ASR a fait des efforts (perte de 8 kg) que, semble- t-il, le Toulonnais Xavier Chiocci n’a pas suffisamment accomplis pour mériter de figurer sur la liste. Le Toulonnais Alexandre Menini, qui avait marqué des points à l’automne est présent dans un groupe de premières lignes plutôt mobile. De toute évidence, Yannick Bru a intégré les exigences du rugby international qui ne considère pas la mêlée comme une machine à pénalités mais comme une rampe de lancement de jeu. Au talonnage, Benjamin Kayser est maintenu dans la liste, quand certains le disaient condamné par ses prestations assez médiocres de l’automne dernier. On pensait revoir Dimitri Szarzewski. Il sera peut-être appelé plus tard dans le Tournoi. En deuxième-ligne, un Néo-Calédonien chasse l’autre. En perte de vitesse depuis quelques mois, le Clermontois Sébastien Vahaamahina cède sa place à Romain Taofifénua. Le géant toulonnais très en vue ces derniers temps, devra surveiller sa discipline pour espérer avoir la carrière internationale que certains lui prédisent. Avec les vétérans Maestri et Papé, Phillippe Saint-André fait le choix de l’expérience, malgré un rendement un peu moins impressionnant pour le Parisien qui commence à accuser le poids des ans. Nul doute que la présence d’Alexandre Flanquart dans le groupe suscitera de nombreux commentaires. Comptant parmi les internationaux les plus légers à ce poste, le deuxième-ligne peut faire valoir une grande mobilité. Mais son défaut de densité peut le desservir au plus haut niveau. Enfin, la troisième-ligne, autour du capitaine Thierry Dusautoir, enregistre le retour attendu de Louis Picamoles, après une absence provoquée par une maladie pulmonaire. Le Toulousain n’a semble-t-il pas encore retrouvé le niveau qui était le sien avant ses problèmes de santé. Mais il paraît difficile de se passer de lui et de sa capacité de pénétration. On notera que les sélectionneurs ont appelé trois numéros huit, avec Picamoles, donc, Damien Chouly et le prometteur Charles Ollivon. Le Sud-Africain du Racing Metro Bernard Le Roux et le Toulousain Yannick Nyanga sont les deux flankers qui se partageront le couloir laissé libre par Dusautoir. A moins que le staff tricolore ne réédite une formule associant Chouly à Picamoles, comme lors du France – Irlande 2014. Il appartiendra à ces trente-et-un joueurs de réussir leur Tournoi pour engranger une confiance indispensable en vue de la Coupe du monde. Cela ne sera pas facile, comme en témoignent les cotes données par les bookmakers, qui voient les Français lutter, au mieux, pour la troisième place de la compétition. Il faut dire que les déplacements en Irlande et en Angleterre, les deux meilleures équipes européennes du moment, ne plaident pas en leur faveur. Tout résultat positif obtenu outre-Manche sera d’ailleurs considéré comme un exploit tant l’équipe a déçu depuis deux ans. Malgré tout, la qualité de l’effectif autorise un peu d’optimisme. D’ici le 7 février, date du match d’ouverture face à l’Ecosse, deux journées de Coupe d’Europe et une de Top14 donneront certainement l’occasion à Philippe Saint- André de faire appel à la « liste cachée » pour remplacer les inévitables blessures, et aux commentateurs de dessiner plus précisément les contours du groupe qui sera arrêté en vue du rendez-vous mondial. Avants Atonio (La Rochelle), Ben Arous (Racing-Métro), Mas (Montpellier), Menini (Toulon), Slimani (Stade Français), Guirado (Toulon), Kayser (Clermont), Flanquart (Stade Français), Maestri (Toulouse), Papé (Stade Français), R.Taofifenua (Toulon), Chouly (Clermont), Dusautoir (Toulouse), Le Roux (Racing-Métro), Nyanga (Toulouse), Ollivon (Bayonne), Picamoles (Toulouse) Arrières: Kockott (Castres), Tillous-Borde (Toulon), Lopez (Clermont), Talès (Castres), Bastareaud (Toulon), Dumoulin (Racing-Métro), Fofana (Clermont), Lamerat (Castres), Guitoune (Bordeaux- Bègles), Huget (Toulouse), Nakaitaci (Clermont), Thomas (Racing-Métro), Dulin (Racing-Métro), Spedding (Bayonne) La liste des 31 Bleus pour le stage préparatoire Antoine @renvoiaux22 Photo : 3M
  12. 12. ALL OVAL THE WORLD sydney : le rugby se développe aussi à l'ouest sudrugby.com / @Sudrugby xv type sud rugby de l'année 2014 sudrugby.com / @Sudrugby irlande : l'année de la confirmation ? @GoodGameRugby WRWC 2015 : L'ANGLETERRE & STEFFON ARMITAGE... XVOvalie.com / @XVOvalie 13 17 23 25
  13. 13. 13 Bastion du rugby union en Australie, Sydney (au même titre que Brisbane) a vu ses principaux clubs de rugby s’installer dans les banlieues Nord et Est de la ville. Il en est de même pour les lycées aka rugby nurseries d’où sont sortis diplômés la plupart des anciens joueurs des Tahs. Entre la Sydney Boys High School de Moore Park, la Shore School de North Sydney, le Newington College de Linfield voire le St Aloysius’ College de Milsons Point, les jeunes joueurs ont plus souvent côtoyés les futurs dirigeants et cadres du pays dans des établissements prestigieux. En se coupant ainsi “inconsciemment” de la majorité de sa population, le rugby à Sydney se prive d’un public (les gradins de l’Allianz Park sont souvent clairsemés) mais surtout d’un réservoir de joueurs dont s’emparent les clubs de NRL (9 équipes sur 16 sont basés dans la Sydney Metropolitan Area). Éternellement favoris du Super Rugby mais régulièrement décevants, les Waratahs ont du attendre 2014 pour remporter leur premier tournoi. L’ethnocentrisme du rugby Australien m’a souvent interpellé quand j’étais sur place et la mise en place d’un staff expérimenté à la tête de la franchise de Sydney est certainement le principal facteur de ce succès. En effet Michael Cheika est passé par l’Irlande et la France, Nathan Grey par le Japon alors que les Néo Zélandais Daryl Gibson etAndrew Mehrtens ont apporté une excellence de la préparation de l’autre côté de la mer de Tasman. Mais la présence dans le squad de nombreux joueurs originaires des banlieues sud et ouest de la ville est également une des raisons du renouveau des Tahs. Onze des joueurs régulièrement alignés par Cheika en 2014 viennent de la zone que l’on appelle vulgairement les Western Suburbs, une vaste zone éloignée des images habituelles que l’on peut avoir de Sydney comme la baie, le Harbour Bridge, l’Opéra ou les plages de Bondi et Manly et que les Jeux Olympiques de 2000 devaient relancer. Sydney Le rugby se développe aussi à l’Ouest Le rugby à XV a bien longtemps été considéré, en Australie, comme un sport réservé aux classes aisées et où la pratique était surtout développée dans les banlieues résidentielles affluentes. D’autres sport comme le footy, le rugby à XIII voire le soccer sont plus suivis dans le pays, essentiellement auprès des classes plus populaires. Sydney
  14. 14. 14 Sydney Le rugby se développe aussi à l’Ouest C’est une zone à très haut potentiel pour le recrutement de joueurs. Un grand nombre de familles Polynésiennes passionnées par le rugby union vivent dans cette partie de la ville de Sydney et d’un point de vue rugbystique, nous serions stupides de ne pas capitaliser et développer cet amour du rugby à XV. Cette zone est considérée comme à fort potentiel pour les recruteurs du club en partie grâce à la présence d’une forte communauté originaire desPacific Islands. L’influence polynésienne est évidente et le management des Waratahs comme de la New South Wales Rugby Union souhaite désormais capitaliser dessus comme l’indique le capitaine de la franchise Dave Dennis, lui même originaire de Kurrajong. ‘‘ Malheureusement beaucoup de ces joueurs ont du quitter leurs équipes juniors locales afin de continuer de progresser et ont du rejoindre des clubs plus huppés comme Sydney University, Randwick voire Eastwood. En effet, pour envisager une carrière à XV, passer par les équipes colts (moins de 21 ans) de ces clubs était il y a encore peu la voie royale voire obligatoire. Un frein pour de nombreux jeunes n’ayant pas les moyens logistiques de se rendre plusieurs fois par semaine à l’entraînement et donc obligés de se tourner vers le XIII. Polota Nau est l’exception du groupe, le talonneur étant resté fidèle aux Parramatta Two Blues depuis ses débuts au point d’avoir intégré le comité directeur du club. International avant même de débuter en Super Rugby, il est très investi au sein de la communauté locale, en particulier celle originaire des Tonga dont il parle la langue. Les jeunes ont désormais plusieurs repères à XV pouvant leur servir de modèle et d’inspiration. En plus du capitaine Dave Dennis, le talonneur international Tatafu Polota-Nau (Granville) joue les grand frère d’un groupe constitué de Will Skelton (Blacktown), Wycliff Palu (Plumpton),Israel Folau (Minto), Kurtley Beale (Mount Druitt),Sekope Kepu (Prestons), Benn Robinson (Dural),Tolu Latu (Canterbury), Taqele Naiyaravoro(Parramatta) et Alofa Alofa (Earlwood). Dave Dennis
  15. 15. 15 Le mérite revient également à Michael Cheika de s’être écarté du système de recrutement habituel mis en exergue aussi bien par Ewen McKenzie que par Chris Hickey lors de leurs passages à la tête des Waratahs. Il n’était pas rare que de nombreux joueurs performants en Shute Shield n’aient jamais eu d’opportunités au niveau supérieur, la place étant déjà occupée par le dernier espoir des colts de Sydney University ou Randwick. Des choix souvent hasardeux ayant vu la franchise se priver par exemple de Nemani Nadolo qui explose désormais avec les Crusaders, les Fidji et au Japon voire Sitiveni Mafi qui s’est imposé à Leicester avant de revenir cette saison du côté de Perth. Matt Hodgson, Luke Jones voire Ben McCalman sont autant de joueurs manqués par les Waratahs et que d’autres franchises Australiennes n’ont pas laissé passer. Après ses six premiers mois comme manager des Waratahs, Michael Cheika a crée le poste de chief scout (responsable du recrutement), une première à Sydney. Tim Kelaher (ancien Wallaby et Waratah) a donc été nommé à ce poste avec pour objectif de ne plus laisser passer tout joueur âgé de plus de 16 ans dans l’état du New South Wales. Alofa Alofa ainsi que Taqele Naiyaravoro ont ainsi pu bénéficier de cette expertise nouvelle et ont délaissé un parcours bouché à XIII pour tenter leur chance avec la province du NSW. Avant de briller l’année du titre en 2014, Alofa Alofa a fait partie d’une sélection “Barbarians” pour une tournée en Argentine en 2013 où il a tapé dans l’oeil de Cheika après une saison en Shute Shield avec West Harbour, un club qui progresse d’année en année. Même programme pour Naiyaravoro qui a intégré le groupe en cours de saison l’an passé. Les nombreux joueurs bénéficient aujourd’hui en plus de la mise en place du National Rugby Championship en 2014 et ont pu intégré des clubs comme les Greater Sydney Rams ou les NSW Country Eagles pour obtenir plus de temps de jeu à haut niveau. Sydney Le rugby se développe aussi à l’Ouest Nous souhaitons que les joueurs de Sydney comme du NSW Country sachent que, sans tenir compte du club où ils sont licenciés, ils auront l’opportunité de jouer pour les Waratahs. Nous nous fichons de la réputation de leur club, nous voulons simplement recruter des joueurs talentueux possédant la bonne attitude. On m’a demandé d’identifier les meilleurs joueurs aussi bien en Shute Shield, dans les programme colts (18-21 ans), dans les compétitions provinciales, chez les schoolboys (16-18 ans) voire même dans les subbies (compétitions amateurs inférieures) et d’accélérer leur passage au niveau supérieur. Tim Kelaher ‘‘Michael Cheika est à l’origine du renouveau des Waratahs Tim Kelaher, premier responsable du recrutement des Waratahs
  16. 16. 16 Les dernières saisons ont vu les Waratahs être pillés par les clubs Européens, un pillage touchant aussi bien les meilleurs joueurs que les espoirs sensés les remplacer. Comme en Nouvelle Zélande, le réservoir se retrouve donc fortement impacté. Pour renouveler l’effectif et et “fournir” en continue des joueurs prêts pour le haut niveau, le programme Gen Blue a vu le jour la saison dernière. Il s’agit d’une version moderne des Waratahs A, la seconde équipe de la franchise qui effectuait quelques rencontres en début de saison. Mais le programme Gen Blue va plus loin et propose aux joueurs de participer à la Pacific Rugby Cup (édition 2014 avec 4 franchises Australiennes et 5 sélections représentant l’Argentine, le Japon, les Fidji, les Samoa et les Tonga). Des programmes d’entraînement sont mis à la disposition des joueurs qui le reste du temps évoluent en Shute Shield, dans les compétitions espoirs nationales pour les moins de 20 ans voire dans des tournois à 7. En plus de Tim Kelaher, un entraîneur des espoirs a été recruté début 2014 pour encadrer ces joueurs auparavant laissés sous la responsabilité de leurs clubs respectifs. L’ancien demi de mêlée des TahsTim Rapp, lui même originaire du NSW Country et passé par les Southern Districts, un club de la grande banlieue de Sydney, est désormais le boss de l’académie des Waratahs. Son rôle, en association étroite avec Tim Kelaher, sera de découvrir et faire éclore les futurs Bernard Foley ou Will Skelton, aujourd’hui membres des Wallabies voire Tolu Latu ou Paddy Ryan, deux joueurs aux portes de la sélection nationale. Le rugby Australien, représenté dans cet article par les Waratahs et la fédération du New South Wales, a compris qu’il devait sortir de sa zone de confort pour continuer d’évoluer au plus au niveau. La fédération du Queensland cherche également à se rapprocher des communautés autrefois délaissées et voit des pépites rejoindre le squad des Reds (Chris Kuridrani, Samu Kerevi voire Lolo Fakaosilea par exemple). Les effets de ces changements ne sont pas encore réellement tangibles mais devraient apparaitre clairement dans les années à venir. C’est en revanche trop tard pour la Coupe du Monde 2015 et Michael Cheika devra réaliser des miracles s’il souhaite remporter le tournoi. Sydney Le rugby se développe aussi à l’Ouest programme Gen Blue des Waratahs Adrien sudrugby.com Photo : Mark Evans/ Getty Images
  17. 17. 17 De mémoire, il n’a jamais été aussi difficile de composer un XV type de la saison que cette année. Plusieurs raisons pour cela comme l’hétérogénéité des choix des sélectionneurs à certains postes, le manque de régularité de certains cadres mais surtout les excellentes performances des nations du Nord rendant plus délicate et surtout moins évidente la nomination de certains joueurs. Comme vous le savez, notre tambouille reste l’hémisphère Sud, donc vous ne retrouverez pas ci dessous Paul O’Connell, Jonathan Sexton, Cian Healy, Jamie Roberts voire Peter O’Mahony qui auraient mérité d’y figurer. Les ethnocentriques du rugby Français ne retrouverons pas non plus Rory Kockott voire Yoann Huget car il faut savoir rester réaliste! Découvrez donc ci dessous l’équipe type “sudiste” proposée par les rédacteurs de Sud Rugby pour la saison 2014! Sud Rugby de l’année 2014
  18. 18. 18 XV type Sud Rugby de l’année 2014 Déjà impressionnant avec les Pumas l’an dernier, le joueur du Leicester a encore démontré tout son talent cette année. Considéré comme l’un des tous meilleurs piliers gauche en activité, il a été un des grands artisans de la réussite en mêlée des Argentins (90% de réussite lors du TRC 2014). En club, il a atteint les demi-finales du championnat pour finalement chuter face au futur champion. En conflit avec Daniel Hourcade comme un certain seconde ligne Toulousain, il a su mettre de l’eau dans son vin et s’est rendu disponible pour son pays avec le succès que l’on connaît. Les “étonnantes” bonnes sorties successives de la mêlée Australienne permettent à James Slipper (Australie / Reds, AUS) de figurer sur le banc de cette équipe type. Avec 63 sélections au compteur à seulement 25 ans, il est désormais vice capitaine de la franchise du Queensland ainsi que des Wallabies. Non, vous ne rêvez pas, nous avons bien nommé à l’unanimité un pilier droit… Australien! Cela pouvait paraître invraisemblable il y a quelques saisons mais Sekope Kepu s’est finalement imposé à droite de la mêlée aussi bien avec les Wallabies qu’avec les Waratahs en Super Rugby. Après plusieurs saisons plus ou moins réussies et une étiquette de Wallaby franchement fragile, il semble avoir trouvé sa voie. Kepu se plaît effectivement à merveille dans ce rugby de passes et d’initiatives qu’a mis en place Michael Cheika à Sydney et qu’il souhaite reproduire avec les Green and Gold. Il ne fait certes pas partie de ces piliers rudes à l’ancienne chers aux supporters français, mais c’est un joueur mobile, actif dans les rucks et utile au soutien et balle en main. Sa tenue en mêlée s’est également nettement améliorée à l’image de toute la mêlée Australienne. Certains sont des capitaines de vestiaires, d’autres sur le terrain. Et bien avec Agustin Creevy c’est les deux. Propulsé à ce poste par Hourcade, alors que sous l’ère Phelan il n’était même pas titulaire (Fernandez-Lobbe étant le capitaine et Eusebio Guinazu le titulaire), il a démontré son importance dans le groupe des Pumas. Son match contre la France est un exemple de combativité sur le terrain (17 plaquages, et un impact impressionnant dans les rucks), mais aussi pour motiver ses coéquipiers dans les vestiaires. Son speech d’avant-match était clair : No me importe un carajo como terminan el partido,que se rompen el culo (J’en ai rien à branler dans quel état vous terminez le match, mais cassez vous le cul). Le Sud Africain Bismarck DU PLESSIS (Afrique du Sud / Sharks, RSA) a également été cité après sa belle saison en Super Rugby comme au niveau international. S’il n’a pas été le meilleur cette saison, il reste le talonneur le plus complet de la planète ovale. A noter aussi la formidable progression de Dane COLES (Nouvelle Zélande / Hurricanes, NZL) aussi bien avec les Hurricanes qu’avec les All Blacks. Précis, technique et surtout mobile, Coles fait désormais parti des meilleurs talonneurs de la planète et est passé premier dans la hiérarchie des hommes en noir. L’homme de l’année, tout simplement. Certains voyaient une surprise dans la nomination de Retallick comme meilleur joueur de l’année par l’IRB. Pas nous. Le triomphe de Retallick ne doit rien au hasard, il ne fait que concrétiser un processus déjà entamé depuis une bonne vingtaine d’année : la mutation du poste de deuxième-ligne. Et d’ailleurs, Retallick ne doit pas faire oublier Sam Whitelock son compère du second row des Blacks, lui-aussi dans cette lignée. Désormais ultra-complet, le deuxième-ligne archétype du rugby moderne est très mobile, habile balle en main et surtout prend place au cœur du système de jeu au même titre qu’un centre ou qu’un demi. Les secondes lignes font désormais beaucoup de passes et les font bien ; leur jeu debout permet bien souvent de transformer le jeu et de fixer des défenses. Et qui de mieux que Retallick pour illustrer ce nouveau phénomène ? Juste une stat : Retallick pendant le Four Nations, c’est quasiment 8 passes par match. Presque autant que Conrad Smith. Brodie Retallick est le Gary Whetton ou le Ian Jones d’aujourd’hui. Mais en plus puissant, plus actif, plus explosif, meilleur plaqueur, meilleur sauteur, meilleur porteur de balle. Retallick sait tout faire et le fait vite et bien. Que ce soit avec les Chiefs ou avec les Blacks, Retallick a toujours été à la pointe du combat, juste dans ses choix et s’incarne en leader naturel. Un joueur parfait en somme. 1. Marcos AYERZA Argentine / Leicester Tigers @miayerza 3. Sekope KEPU Australie / Waratahs @SekopeKepu 2. Agustin CREEVY Argentine / Worcester Warriors @agustincreevy 4. Brodie RETALLICK Nouvelle Zélande / Chiefs @BrodieRetallick
  19. 19. 19 XV type Sud Rugby de l’année 2014 Papy fait de la résistance! Quand en début d’année Victor Matfield a annoncé son retour à l’âge de 37 ans, je dois bien reconnaitre avec été plutôt circonspect quand à ses chances de briller dans ce rugby devenu plus physique et plus agressif. Au final il n’a pas fait que rechausser les crampons pour dépanner : il redevenu Springbok. Ses qualités de capitaine de touche qu’on lui connait sont restées intactes tout comme son leadership sur le terrain. Il devrait être l’un des principaux relai d’Heyneke Meyer auprès des joueurs la saison prochaine après la grave blessure de Jean de Villiers et les retraites internationales de Bakkies Botha et Jaque Fourie. Également cité, Rob SIMMONS (Australie / Reds, AUS) est devenu incontournable cette saison avec les Wallabies au point d’avoir poussé son ancien mentor James Horwill sur le banc. Classé parmi les meilleurs en touche aussi bien en Super Rugby qu’en Rugby Championship, il vient de franchir la barre des 50 sélections internationales. Ils semblent bien loin les détracteurs de McCaw pensant que le capitaine des Blacks était en perte d’influence au haut niveau. Malmené il est vrai ces dernières années par la fatigue et les blessures, McCaw a réalisé une année digne de ses plus grandes. Peu affuté et en recherche de temps de jeu durant le Super Rugby, McCaw a entamé le Four Nations dans une position disons quelque peu délicate. Mais n’est pas McCaw qui veut. Le flanker est revenu à son meilleur niveau. Plaqueur sans relâche, éternel soutien, fetcher de premier plan, inspiration sur et hors du terrain, McCaw est toujours aussi performant quoi qu’on en dise. McCaw pendant le Four Nations c’est 13 plaquages par match, 6.3 courses, 16m parcourus balle en main, 1.3 ballons grattés et 1 essai tous les deux matchs. Du McCaw tout craché. On pourra toujours critiquer sa manie à se faire pénaliser (tout de même 1.3 pénalités par match). Mais c’est sans doute ce qu’il faut pour en faire un aussi bon gratteur et un ralentisseur de balle dans les rucks. Présent dans nos équipes types 2012 et 2013, Michael HOOPER (Australie / Waratahs, AUS) s’est fait devancer par le retour en forme du maitre du hors jeu. Révélation il y a 2 ans, simple doublure de David Pocock pour beaucoup, Michael est devenu vice capitaine des Waratahs, vainqueurs du Super Rugby 2014, mais surtout capitaine des Wallabies. Son profil plaqueur/ coureur/gratteur n’est désormais plus un secret et le retour d’un Pocock enfin épargné par les blessures pourrait faire naître une opposition digne de la rivalité Phil Waugh/George Smith des années 2000. Après des débuts prometteurs en 2012, Marcell est rentré dans le rang en 2013, la faute à un Super Rugby délicat avec les Sharks de John Plumtree et aux excellentes performances de Francois Louw avec le maillot des Springboks. L’arrivée de Jake White à la tête de la franchise de Durban l’a poussé à s’améliorer en défense et se densifier physiquement. Sa polyvalence en troisième ligne couplée aux blessures successives de Willem Alberts, Francois Louw voire Schalk Burger lui a permis d’emmagasiner du temps de jeu avec les Boks et de briller toute la saison. Mobile, redoutable plaqueur et abattant un gros travail dans les rucks, il a aussi démontré sa capacité à faire avancer son équipe et s’est montré très adroit. On lui reconnait également une aptitude pour les offloads assez rare chez un avant. S’il souhaite conserver son poste face à des Louw et Alberts en forme et ayant la préférence d’Heyneke Meyer, il devra briller avec les “nouveaux” Sharks de Gary Gold. 5. Victor MATFIELD Afrique du Sud / Bulls @VictorMatfield 7. Richie MCCAW Nouvelle Zélande / Crusaders 6. Marcell COETZEE Afrique du Sud / Sharks @marcell_coetzee
  20. 20. 20 XV type Sud Rugby de l’année 2014 Dans la lignée de son excellent Super Rugby avec les Waratahs, Bernard Foley conserve notre préférence comme meilleur ouvreur sudiste de la saison. Mais ce choix n’a pas été aussi évident que lorsque nous l’avions nommé meilleur 10 du Super Rugby 2014 il y a quelques mois. L’alternance des ouvreurs chez les All Blacks (entre Cruden, Barrett, Slade voire Carter) et les Springboks (Lambie, Steyn ou Pollard) n’a pas permis de dégager clairement un favori au sein de ces équipes. Mais Foley n’est pas non plus un choix par défaut. Capable d’attaquer la ligne, sans en abuser, il brille avant tout par sa capacité à faire jouer les autres, un atout précieux quand on connaît la qualité et la polyvalence des 3/4 Australiens. En ajoutant à cela ses qualités de buteur et son sang froid (je pense à la pénalité de la gagne à la 78e minute en finale du Super Rugby), Michael Cheika pourrait bien tenir là son 10 pour le Mondial 2015. Plutôt discret à l’UBB, où il était devancé par Camille Lopez ou Pierre Bernard, et même peu convaincant pour certain, Nicolas SANCHEZ (Argentine / RC Toulon, FRA) s’est pourtant transcendé sous le maillot ciel et blanc. Titulaire pour tous les matchs du Rugby Championship 2014, il termine même meilleur scoreur (52 points). Impérial au pied face à la France, il a surtout été la clé de voûte du nouveau système de jeu mis en place par Hourcade. Fini les chandelles interminables, place au jeu. Son arrivée à Toulon devrait lui être bénéfique, en espérant qu’il fasse taire ses détracteurs. Les années se suivent et se ressemblent pour Aaron Smith. Pour sa troisième saison en tant qu’international, Smith s’est imposé comme le meilleur demi de mêlée du monde. Excellent avec les Highlanders (ça n’a pas toujours été le cas), Aaron Smith a continué dans sa foulée avec les All Blacks. Il y est désormais l’une des figures de premier plan, tant ses qualités pèsent sur la réussite et le volume de jeu des Blacks. Très bon animateur, dynamique balle en main, sacré meneur d’hommes, Aaron Smith régale avant tout par sa passe splendide. Affuté physiquement, Aaron Smith possède à 26 ans de belles années devant lui. Et peu à peu rentre dans la légende. 10. Bernard FOLEY Australie / Waratahs @bernardfoley 9. Aaron SMITH Nouvelle Zélande / Highlanders @A_Smith09 Encore une nouvelle saison éblouissante pour le numéro 8 des Springboks Duane Vermeulen. Si l’an passé Kieran Read avait survolé la compétition à son poste, il en est de même pour Duane en 2014 qui a été titularisé lors de toutes les rencontres de l’Afrique du Sud (13 matchs). Tel un David Pocock qui devra batailler pour écarter Michael Hooper s’il est enfin épargné par les blessures, Pierre Spies devra mettre les bouchées doubles pour écarter son rival des Stormers. Le capitaine des Lions Warren Whiteley, pourtant excellent cette année, ne s’est contenté que des miettes avec 2 matchs. En plus d’être capable de grandes courses balle en main et de gestes techniques dignes d’un trois quart, Duane a montré une propension à voler les ballons à l’adversaire sur le terrain. Un ball carrier dans le moule du grand André Venter. 8. Duane VERMEULEN Afrique du Sud / Stormers @duane_vermeulen
  21. 21. 21 XV type Sud Rugby de l’année 2014 Né sur les iles Fidji en 1991, Tevita Kuridrani n’est arrivé en Australie et plus particulièrement dans le Queensland en 2007. Découvert par Jake White qui l’a rapidement fait signer aux Brumbies en 2012, le cousin de Nemani Nadolo s’est rapidement imposé à Canberra au point de connaître les honneurs d’une première sélection internationale en 2013. Il a depuis enchaîné les titularisations et les observateurs voient en lui le successeur naturel d’un Stirling Mortlock jamais réellement remplacé sous le maillot 13. Puissant et rapide, il est un relais primordial dans une ligne de trois quarts très joueuse où sa capacité à casser les placages fait des merveilles. Il a montré une belle complémentarité avec Israel Folau tout comme avec ses coéquipiers aux Brumbies Matt Toomua et Henry Speight lors de la dernière tournée d’automne. Un joueur dont la marge de progression est encore importante. Unanimement le rookie de l’année. Avant cette saison, Fekitoa n’était « qu’un » simple joueur d’ITM Cup du côté d’Auckland. Certes remarqué et promis à un bel avenir, personne ne pouvait imaginer une telle ascension en à peine un an. Il a franchi les étapes de titulaire en Super Rugby à joueur indispensable aux Highlanders puismeilleur centre de la compétition et il est désormais semi-titulaire chez les Blacks. Il reste derrière Ma’a Nonu dans la stricte hiérarchie des All Blacks mais on comprend bien qu’Hansen compte énormément sur lui pour assurer l’avenir. On ne l’avait vu rayonner qu’en second centre en Super Rugby, il a démontré des qualités quasi similaires à jouer en premier centre. Fekitoa peut ainsi remplacer Ma’a Nonu aussi bien que Conrad Smith. Même facilité et même confiance chez ce joueur qui désormais possède un certain temps de jeu chez les Blacks. La qualité première du joueur d’origine Tongienne reste l’explosivité, la puissance et sa capacité inouïe à gagner des duels. Fekitoa c’est quasiment 4 plaquages cassés en moyenne par match avec les Highlanders, personne n’a fait mieux cette année. Notons quand même que Fekitoa reste un joueur très (trop ?) individuel et qu’il peut certainement gagner dans sa capacité à jouer autour de lui. Son intelligence de placement peut également s’améliorer. Mais, à la rigueur, on peut l’accepter venant d’un rookie. Et Fekitoa n’a pas fini de progresser. Difficile de ne pas mentionner Nemani NADOLO (Fidji / Crusaders, NZL et NEC Green Rockets, JPN) devenu titulaire cette année en Super Rugby après plusieurs saisons d’errance. Devenu titulaire du côté de Christchurch avec les Crusaders, le Hulk fidjien aura attendu la 7e journée de championnat pour prendre sa place de titulaire. Et c’est là que le festival commence, car en 12 titularisations (+2 en tant que remplaçant) Nadolo a marqué 12 essais, cassé 26 fois la ligne de défense adverse, et piétiné un sacré nombre de joueurs. Comme de plus en plus de joueur, il combine participation à la Top League au Japon avec les NEC Green Rockets et le Super Rugby. Leader de la sélection Fidjienne, il est sur une série de 11 matchs où il a inscrit des points, et pas uniquement au pied. 13. Tevita KURIDRANI Australie / Brumbies @Tevitakuridrani D’année en année, Julian Savea impressionne. On le savait déjà phénoménal. Il a encore progressé. Toujours aussi puissant, vif et redoutable dans la finition, Savea est désormais excellent en défense. Et on ne parlera jamais assez de ses progrès en défense. C’était l’un de ses seuls défauts (avec le jeu au pied) et il l’a désormais résolu. Plus intelligent dans son placement et plus réactif, il fait parler sa puissance. Vous l’aurez compris, Savea est désormais monstrueux partout et commence réellement à rentrer dans la légende du rugby néo-zélandais. Savea, c’est 30 essais en 33 sélections, série en cours. Le joueur à qui personne n’échappe. On ne le vous le cache pas : c’est sans doute le seul avec Retallick à faire pleine unanimité dans ce XV mondial. 11. Julian SAVEA Nouvelle Zélande / Hurricanes 12. Malakai FEKITOA Nouvelle Zélande / Highlanders @MalakaiFekitoa
  22. 22. 22 XV type Sud Rugby de l’année 2014 Ben Smith, c’est la classe à l’état pur, l’allure des illustres arrières All Blacks, le rythme des attaquants les plus fous et l’intelligence de jeu des plus grands de ce sport. Et les mots pèsent. Cette année – comme l’année dernière – Ben Smith a été irrésistible tant avec les Highlanders qu’avec les All Blacks.Il fut à n’en douter l’un des tout meilleurs joueurs du Super Rugby. A tel point qu’Israel Dagg – pourtant titulaire indiscutable chez les Tout-Noirs jusque là – s’est vu un temps recalé de son chevet d’arrière au profit de Ben Smith. Préféré pour sa forme actuelle et sa capacité à s’imprégner de la façon de jouer kiwi, Smith possède surtout une assurance en défense que Dagg n’a que de de façon superficielle. Sans forcément combler ses grosses lacunes en défense, Dagg a pourtant par plusieurs fois regagné sa place de titulaire, poussant Ben Smith sur l’aile droite. S’il peut clairement moins exprimer ses talents sur l’aile, Ben Smith reste un formidable finisseur et un joueur d’instinct tout autant resplendissant. Ben Smith, dans la tradition de jeu néo-zélandaise est peut-être un des derniers représentants d’un rugby fait avant tout de technique, d’intelligence de jeu et d’audace. Chapeau l’artiste. Dans ce rugby moderne où l’on se focalise un peu trop sur le physique des joueurs, il est rare de voir des rugbymen au physique plus “modeste” briller au plus haut niveau. Wille le Roux est l’une de ces exceptions, d’autant plus qu’il représente l’Afrique du Sud! Polyvalent ailier/arrière rapide et insaisissable, il s’est définitivement accroché au maillot floqué du 15 grâce à l’éclosion de Cornal Hendricks aussi bien aux Cheetahs qu’en sélection nationale à l’aile. Prolifique marqueur d’essais, il a beaucoup bourlingué en Afrique du Sud comme en France avant de s’imposer à Bloemfontein. Pour beaucoup Willie le Roux est désormais considéré comme l’arrière le plut complet de la planète ovale, en particulier grâce à son jeu au pied hérité d’une formation à l’ouverture. Complet car en plus du pied, des skills, de la vitesse on peut ajouter la qualité de son jeu aérien et de ses réceptions de ballons hauts. Légèrement bridé aux Cheetahs où il doit plus s’employer dans les phases défensives, la qualité de ses coéquipiers avec les Springboks lui permet de se lâcher et de laisser parler son talent. Sans surprise Israel FOLAU (Australie – Waratahs, AUS) a également été cité. Moins en vue que la saison dernière où il débutait à XV, l’arrière des Waratahs a essentiellement brillé en Super Rugby où il a terminé meilleur marqueur de la compétition. Il est surtout victime des résultats décevants des Wallabies cette saison mais aussi des éclairs de génie de Willie le Roux! 14. Ben SMITH Nouvelle Zélande / Highlanders @bensmithotago 15. Willie LE ROUX Afrique du Sud / Cheetahs @wjjleroux XV d’Antoine @Openside 1. James SLIPPER - Aus / Reds 2. Dane COLES - NZ / Hurricanes 3. Sekope KEPU - AUS / Waratahs 4. Brodie RETALLICK - NZ / Chiefs 5. Rob SIMMONS - AUS / Reds 6. Marcell COETZEE - SA / Sharks 7. Richie MCCAW - NZ / Crusaders 8. Duane VERMEULEN - SA / Stormers 9. Aaron SMITH - NZ / Highlanders 10. Bernard FOLEY - AUS / Waratahs 11. Julian SAVEA - NZ / Hurricanes 12. Malakai FEKITOA - NZ / Highlanders 13. Tevita KURIDRANI - AUS / Brumbies 14. Ben SMITH - NZ / Highlanders 15. Willie LE ROUX - SA / Cheetahs XV dE MATHIAS @mathiascattaneo 1. Marcos AYERZA - ARG / Leicester 2. Agustin CREEVY - ARG / Worcester 3. Sekope KEPU - AUS / Waratahs 4. Brodie RETALLICK - NZ / Chiefs 5. Victor MATFIELD - SA / Bulls 6. Richie MCCAW - NZ / Crusaders 7. Michael HOOPER - AUS / Waratahs 8. Duane VERMEULEN - ASA / Stormers 9. Aaron SMITH - NZ / Highlanders 10. Nicolas SANCHEZ - ARG / RC Toulon 11. Julian SAVEA - NZ / Hurricanes 12. Malakai FEKITOA - NZ / Highlanders 13. Tevita KURIDRANI - AUS / Brumbies 14. Ben SMITH - NZ / Highlanders 15. Israel FOLAU - AUS / Waratahs XV d'ADRIEN @Sudrugby 1. Marcos AYERZA - ARG / Leicester 2. Bismarck DU PLESSIS - SA / Sharks 3. Sekope KEPU - AUS / Waratahs 4. Brodie RETALLICK - NZ / Chiefs 5. Victor MATFIELD - SA / Bulls 6. Marcell COETZEE - SA / Sharks 7. Richie MCCAW - NZ / Highlanders 8. Duane VERMEULEN - SA / Stormers 9. Aaron SMITH - NZ / Highlanders 10. Bernard FOLEY - AUS / Waratahs 11. Julian SAVEA - NZ / Hurricanes 12. Nemani NADOLO - Fidji / Crusaders 13. Malakai FEKITOA - NZ / Highlanders 14. Ben SMITH - NZ / Highlanders 15. Willie LE ROUX - SA / Cheetahs Photo : Photosport file/ PA Sport/ 3news.co.nz Adrien, Mathias et Antoine SudRugby.com
  23. 23. 23 Irlande, l’année de la confirmation ? L’ombre d’O’Driscoll BOD a fait ses adieux à la sélection et même si aucun candidat ne semble avoir clairement pris la relève, il n’empêche que les irlandais gagnent, qu’importe l’identité de leur second centre. Cave, Payne, Henshaw et Mc Fadden se sont succédés sous la tunique verte avec à chaque fois une victoire au bout. A la sortie des tests d’Automne, Rob Henshaw semblait être le pendant idéal à D’Arcy qu’il remplaça même en 12 face à l’Australie avec succès, mais le centre du Connacht est en délicatesse avec sa hanche. Schmidt pourrait alors être tenté d’aligner une paire D’Arcy / Payne, qu’il n’a toujours pas eu l’occasion d’associer la faute à des blessures successives A l’ouverture c’est l’hécatombe avec Sexton et Jackson out pour le 1er match à Rome, ce sont donc logiquement les ouvreurs du Leinster (Madigan) et du Munster (Keatley) qui vont se disputer le poste de demi d’ouverture. Avantage au premier nommé qui sort d’une phase de poule convaincante (Meilleur réalisateur) et qui disputera les 1/4 de finale de Champions Cup avec le Leinster. Keatley sans démériter a montré moins de maitrise au poste que son concurrent. Avantage Madigan donc. Eternels outsiders dans le Tournoi, les irlandais ont clairement franchi un palier depuis l’arrivée de Joe Schmidt aux commandes de la sélection. 2014 aura été une année faste pour les hommes en vert avec une victoire au forceps dans le Tournoi 2014, une série de test remportée en terre argentine et surtout 3 victoires probantes lors des tests de Novembre dont 2 face aux nations du sud (Australie et Afrique du Sud). Si Schmidt la joue profil bas, les irlandais ne peuvent plus se cacher derrière leur génération en or qui ne gagne (presque) rien. Henshaw l’héritier… blessé
  24. 24. 24 Irlande, l’année de la confirmation ? La chance de Marmion ? Le poste de demi de mêlée n’est pas épargné non plus avec les blessures de Conor Murray et Eoin Reddan les 2 tauliers au poste. Si l’encadrement irlandais se veut optimiste quant au rétablissement de ses deux joueurs, il se murmure que le jeune Marmion pourrait avoir sa chance au cas où Reddan et Murray seraient trop justes pour affronter les italiens. Le jeune demi de mêlée du Connacht ne manque pas de talent et ses courses électriques, qui ne sont pas sans rappeler celles du gallois Dwyaine Peel, sont autant de promesses pour Joe Schmidt. Couplé à l’expérimenté Isaac Boss qui ne devrait pas jouer les premiers rôles, ils forment un duo complémentaire en cas de défection de Murray et Reddan. Un pack en convalescence Devant, quelques blessés et des nouveautés. Tuohy, Varley et Henry sont d’ores et déjà forfaits. Heaslip, O’Brien et Healy sont en convalescence et espèrent être de retour pour l’Italie. Schmidt pourra quand même compter sur ses leaders O’Connell / O’Mahony pour emmener le pack des irlandais composé de bons soldats (McGrath, Cronin, Toner, Best…). Côté nouveauté, Jack Conan du Leinster (N°8) et le pilier néo-zélandais d’origine Nathan White sont dans la liste élargie. Si le premier devrait démarrer avec les Wolfhounds, White quant à lui est là pour pallier le forfait probable de Mike Ross. Le pilier de 33 ans passé par le Super Rugby deviendrait alors le 4ème joueur le plus âgé à revêtir le maillot vert pour la première fois. Le garçon a de l’expérience, mais le sang chaud comme on peut voir dans les vidéos ci-dessous. Pourquoi y croire ? Les irlandais ont engrangé beaucoup de confiance en 2014 et ont clairement franchi un pallier. Ils ont une identité de jeu bien définie et une défense bien organisée. Sous la houlette de Sexton et de son triangle arrière de haute qualité, l’animation offensive est également un des atouts des irlandais. Zebo, Madigan et O’Mahony sont dans la forme de leurs vies. Pourquoi cela ne va pas le faire ? Le groupe irlandais est décimé par les blessures, et bon nombre de ses joueurs clés (Sexton, Murray, Healy, Heaslip, O’Brien) sont en phase de reprise ou de convalescence. Schmidt tâtonne encore au niveau de sa paire de centre et va devoir trancher dans l’optique de la Coupe du Monde, en composant avec la blessure d’Henshaw, favori à la succession de BOD. Sans Healy et Ross, la mêlée irlandaise ne présente pas beaucoup de garanties. Sur le triangle arrière peu de surprise et des hommes en forme. Malgré l’élimination du Munster en phase de poule de Champions Cup, Simon Zebo a éclaboussé la dernière rencontre de toute sa classe et a montré qu’il possédait une pointe de vitesse qui a peu d’équivalence en Europe. Sur l’autre aile, l’expérimenté Tommy Bowe a également de belles qualités à faire valoir, avec une dimension athlétique supérieure. Si vous complétez avec l’inamovible Rob Kearney à l’arrière vous obtenez un des triangles arrières les plus performants du moment. Kearney, c’est l’assurance tout risque sous les ballons hauts, surement le meilleur spécialiste du poste dans le monde. Bref, il y a du beau monde, et même si Trimble, Gilroy et Dave Kearney tenteront de bouleverser la hiérarchie, il ne devrait pas y avoir de grosses surprises sur ces postes. Les flèches du triangle arrière Photo : rugby.com.au/ PA Sport Thibaut goodgamerugby.com
  25. 25. 25 WRWC 2015 L'Angleterre prête à sélectionner Steffon Armitage ! Il le sera si l'on en croit les dires d'Alex Low ce matin dans le Times. Stuart Lancaster s'apprête en effet à sélectionner le flanker toulonnais dans le squad des 40 afin de préparer le Tournoi des 6 Nations cuvée 2015. Malgré son statut de "Meilleur Joueur Européen", il n'a jamais pris part à une sélection de Stuart Lancaster en raison d'une des directives de la Rugby Football Union (RFU) qui oblige à ne sélectionner que des joueurs évoluant au pays. Steffon Armitage pensait ses chances de représenter à nouveau son pays quasi nulles surtout après la l'échec de la tentative de Bath d'enrôler le joueur de Port-La-Montagne sous forme de prêt. Mais une Coupe du Monde sur le sol anglais serait, toujours selon le Times, une raison valable pour activer "la clause exceptionnelle" sur les critères d'éligibilité des joueurs anglais. Une aubaine pour le joueur un temps pressenti pour représenter la France mais qui a toujours clamé que son coeur était anglais. Steffon Armitage sera t-il le futur n°8 de l'Angleterre ? Source : The Times, espnscrum.com - Photo : ovaliecommunication.com Greg - XVOvalie.com
  26. 26. EURO STARS la globalisation du rugby par les saracens sudrugby.com / @Sudrugby.com george ford à la recherche du temps perdu XVOvalie.com / @XVOvalie 27 30
  27. 27. 27 La globalisation du rugby par les Saracens PETIT HISTORIQUE DES SARACENS Quel est le point commun entre les clubs : Old Puget Sound Beach RFC (USA), VVA-Podmoskovye (Russie), Bandeirantes Rugby Club (Brésil), Impala RFC (Kenya), RC Lelo Tbilisi (Géorgie), Toa RFC (Tonga), RC Timisoara (Roumanie), Bintang Rugby Club (Malaisie) ou Das Island Rugby Team (Emirats Arabes Unis) ? Ces clubs existants depuis parfois de nombreuses années et auréolés de succès dans leurs championnats respectifs ont tous intégré le réseau crée par le club Londonien des Saracens, le Saracens Global Network et ont ainsi été renommés comme l’indique la carte en fin d'article. Une stratégie peu commune dans le Rugby bien que des partenariats puissent exister entre clubs internationaux. C’est bien entendu dans le football que nous rencontrons d’autres associations de ce type comme avec Manchester City, devenu actionnaire du New York City FC, Melbourne City FC et des Yokohama F. Marinos en plus de partenariats avec de nombreux clubs et académies dans le monde. Les Saracens ont donc importé ce concept au ballon ovale. Dès 2002 les Saracens se sont rapprochés de contrées non traditionnelles (Europe & Hémisphère Sud) du rugby en effectuant une tournée au Japon. Sous la direction de l’ancien All Black Wayne “Buck” Shelford, ils se sont imposés 66 à 17 face aux Fukuoka Sanix Blues puis 61 à 42 devant Suntory Sungoliath. Bien que fondé en 1876, les Saracens ont surtout fait parler d’eux hors d’Angleterre lors de la mise en place du professionnalisme avec les recrutements de stars mondiales comme Francois Pienaar, Michael Lynagh, Philippe Sella, Raphael Ibañez, Taine Randell, Brent Russell voire Chris Jack. Le tournant pour ce club à lieu en 2008 lorsque le milliardaire Sud Africain Johann Rupert rachète 50% des parts du club à Nigel Wray, propriétaire du club depuis 1995 et le passage au professionnalisme. Malgré de bons débuts et une ambition de faire des Saracens le “Manchester United du Rugby”, Wray ne parvient pas à faire de son club l’un des leaders du championnat Anglais et l’arrivée de Rupert va changer la donne. Johann Rupert est le président du groupe Richemont spécialisé dans le luxe avec des marques comme Dunhill, Montblanc, Jaeger-LeCoultre ou Cartier. A partir de cette époque l’influence Sud Africaine au sein du club devient de plus en plus importante, aussi bien sur le terrain qu’en coulisse. Brendan Venter (alors en poste aux Stormers) et Edward Griffiths (ancien directeur général de la fédération Sud Africaine) arrivent au club dans les bagages de Rupert respectivement au poste d’entraîneur et de président exécutif. Après une lessive en cours de saison, de nombreux joueurs Sud Africains ont alors au rendez vous et les Saracens occupent désormais le haut de l’affiche en Angleterre. Le plan de Rupert était à l’origine d’acquérir le Wakefield RFC avec le président des Miami Dolphins, de le renommer London Tribe et de recruter massivement en Afrique du Sud. La fédération Anglais a alors posé son véto… et le club a fait faillite en 2004! ?
  28. 28. 28 La globalisation du rugby par les Saracens ESSOR MONDIAL DU RUGBY A VII Mais dominer le rugby Anglais n’est qu’un début pour les Saracens qui souhaitent développer leur“marque” dans le monde entier. Allianz l’a bien compris en s’associant avec les Saracens lors de la rénovation du Barnet Copthall, nouvelle enceinte rénovée des Sarries dès la saison 2012-13 et renommée Allianz Park! Alors que les clubs Français, pour développer leurs “liens internationaux”, s’associent à des clubs Fidjiens pour contourner le règlement des JIFFs, les Saracens ont mis en place une toute autre approche globale aussi bien marketing que sportive. Pour contrer la baisse d’affluence dans les stades et les limitations générées par le salary cap, Edward Griffith souhaite également que les clubs de Premiership prennent au sérieux le développement du Sevens et libèrent leurs joueurs pour les principaux tournois. En effet les pays du monde “émergent” du rugby comme le Brésil, la Malaisie, le Kenya voire les Emirats ont tout misé sur le rugby à VII suite à son intégration aux Jeux Olympiques à partir de Rio 2016. Grâce à la mise en place du Saracens Global Network, Griffiths estime qu’une quarantaine de joueurs portant les couleurs des Sarries devraient participer à ces JO sous différentes couleurs nationales. Le groupe (puisqu’il est désormais difficile de ne parler que d’un club) s’est d’ailleurs associé avec la chaîne Américaine CNBC pour ses campagnes de publicité et retransmissions de match au niveau Mondial. S’implanter dans des marchés émergents est bien évidemment utile au niveau marketing afin de faire des Saracens la marque rugby la plus connue de la planète, mais elle s’accompagne d’un encadrement sportif afin que ces clubs dominent leurs championnats respectifs. ASPECT SPORTIF DU RESEAU Outre porter les mêmes couleurs “historiques” que le club Londonien, les différentes équipes du network vont également partager les méthodes et faire des Saracens la marque rugby la plus connue de la planète
  29. 29. 29 La globalisation du rugby par les Saracens infrastructures d’entrainement. A une époque où le nombrilisme est monnaie courant dans le rugby, les Saracens installent des bases dans des nations où le rugby est émergent ou peine à trouver des financements. Beaucoup de ces nations émergentes ont subitement hérité de fonds olympiques sans réellement savoir comment les investir pour avoir le plus de retombées. Les Sarries proposent donc leur aide et récupèrent en retour une renommée mondiale qui intéresse forcément les sponsors mais également un réseau de recrutement étendu. D’après Edward Griffiths “Ce développement est logique commercialement et en terme de recrutement. Nous offrons à ces clubs ce dont ils ont besoin à savoir un capital intellectuel comme des programmes de coaching, des programmes de musculation et de remise en forme ainsi que des conseils médicaux”. En tissant des liens avec Toa (village d’origine de la famille des frères Vunipola) ainsi qu’aux USA, en Roumanie, en Géorgie et en Russie, nations ayant déjà participé à une Coupe du Monde, l’aspect du recrutement des joueurs locaux prend tout son sens. Dans le cas du club Tongien, les joueurs toucheront une bourse dès l’âge de 14 ans et recevront en plus de leur formation rugbystique, des programmes académiques. Une façon de retenir au pays des joueurs de plus en plus tentés par l’exil afin de subvenir au besoin de leurs familles. Les Saracens espèrent découvrir de nouveaux talents hors des frontières habituelles grâce à ce réseau, le roumain Catalin Fercu en est l’exemple, ce dernier ayant tapé dans l’oeil de Mark McCall lors d’un match amical entre les Saracens et leur branche roumaine de Timisoara. Il est le premier joueur du réseau à rejoindre l’Allianz Park. Avec neuf clubs en plus de la “maison mère”, le Saracens Global Network est pour le moment bien fourni. Mais les Sarries, actuellement en pleine phase d’investissement, ne devraient pas s’arrêter là et pourraient continuer leur expansion mondiale. Après un match amical cet été face à une sélection dites des Bermudes, ils pourraient prochainement tisser des liens dans les Caraïbes. À gauche : Francois Pienaar, l’une des premières stars mondiales ayant porté le maillot des Saracens À droite : Les Saracens espèrent découvrir des “nouveaux Mako Vunipola” grâce à ce programme Adrien sudrugby.com Photo : twitter.com/ Getty Images Saracens global network
  30. 30. 30 George Ford, à la recherche du temps perdu Ne le prenez pas pour un bleu, déjà puisqu'il joue pour l'équipe d'Angleterre, et puis à tout juste 21 ans, cette gueule d'ange tout droit sortie d'un BoizeBande(c) en a déjà sous le capot. Cinq années passées aux Tigers de Leicester auréolées de deux titres de Premiership (2010 et 2013) n'ont pas satisfait pas la doublure (à l'époque) de Tobby Flood malgré 40 matches disputés et 253 points inscrits. À la recherche d'un temps de jeu conforme à ses exigences, George "le précoce" prend la direction de Bath à l'été 2013. Richard Cockerill, son manager chez les Tigers semblait impuissant et incapable de pouvoir le retenir. L'ouvreur des England Saxons débarque dans la ville du comté de Somerset accompagné de son coéquipier Micky Young. Ils sont les huitième et neuvième recrue du club qui se lance dans un projet de reconstruction à long terme : "C'est un club qui veut bâtir sur le long terme et surtout qui se concentre sur le développement de jeunes comme moi. J'ai hâte de commencer l'aventure" déclarait Ford au moment d'apposer sa signature au pied de page de son contrat. Détrôner Owen Farrell L'un des principaux objectifs de Ford en rejoignant Bath, outre le fait de gagner plus de temps de jeu, est celui non avoué de chasser son ami Farrell de son trône "d'indiscutable" ouvreur de la Nation. Les deux joueurs se connaissent bien puisqu'ensemble, ils remportèrent le Grand Chelem 2011 et hissèrent les moins de 20ans anglais en finale de l'IRB World Championship, toujours la même année, face à la Nouvelle-Zelande, finale qu'ils Le jeune ouvreur anglais de Bath aligne les prestations de haut-vol au point de bousculer la hiérarchie des ouvreurs au sein du XV de Sa Majesté. Plus jeune joueur à avoir fait ses débuts professionnels en Angleterre, George est un joueur atypique qui préfère esquiver les réceptions d'après-match pour se concentrer sur les échéances à venir, ce ne qui n'est pas sans rappeler un certain Jonny Wilkinson... ‘‘ J'ai hâte de commencer l'aventure
  31. 31. 31 George Ford, à la recherche du temps perdu perdèrent 22-33 soit dit au passage. À cette époque, Ford occupait déjà le poste d'ouvreur et Farrell était son premier centre. 2011 l'année de la consécration pour Ford qui décrochera aussi l'IRB Young Player of the Year Award. Le lien qui unit Farrell et Ford ne s'arrête pas seulement à ces compétitions gagnées ensemble. Tout comme leur père Mike Ford et Andy Farrell, les deux fistons sont des treizistes de formation qui se sont même déjà affrontés dans un match opposant Oldham Club Wattered (club de George) à Wigan St Patricks (club d'Owen). Leurs chemins se recroiseront à nouveau, pendant leurs études, en tant que camarades d'école dans le Hertfordshire avant que leurs carrières n'empruntent des trajectoires diamétralement opposées... Aux Saracens, Owen profitera de blessures de joueurs majeurs pour briller dans le squad et remporter l'Aviva Premiership en 2011. Ses performances l'installeront logiquement au poste d'ouvreur du XV de la Rose pendant que Ford klaxonne derrière Toby Flood à Leicester. Ses apparitions en première limitées malgré un temps de jeu grandissant, Ford alors âgé de 20 ans, s'agace, d'autant que son ami présente de belles envolées sur la foire internationale. Un troisième larron vient s'inviter aussi dans la course à l'ouverture, Freddie Burns. Excellent à Gloucester, l'ouvreur "rouge et blanc" occupera un strapontin vacant dans le squad anglais. La goutte d'eau pour Ford qui plit bagages immédiatement pour Bath : "Regarder Owen et Freddie était peut-être pas si difficile mais au fond de moi-même je voulais tellement y être..." avant de rajouter "Ils ont été très bons. C'est pour ça que je suis ici (à Bath); pour avoir une chance de vivre ce qu'ils ont vécu". , A Bath, George rejoint son père Mike, head-coach de l'équipe première. Cette décision de quitter le champion en titre ne fût pas simple. "J'ai adoré jouer chez les Tigers avec cette dynamique de victoires et d'esprit de champion. C'est là-bas que j'ai réellement appris la culture de la gagne. Mais je ne vais pas vous mentir, j'étais frustré de cette situation. Comme tout jeune rugbyman, ce que je voulais c'est simplement jouer. Je n'ai rien contre leur stratégie (celle des Tigers) de ne pas me donner plus de temps de jeu. Toby Flood était le demi d'ouverture de l'Angleterre et l'un des meilleurs de la Ligue. J'étais frustré, mais en même temps je respectais les décisions. Beaucoup de gens me disaient que j'étais jeune et que j'avais une longue carrière devant moi, mais je me sentais prêt à jouer beaucoup plus". Son père, peu objectif diront ses détracteurs, d'une part parce qu'il est son coach et d'autre part parce qu'il est son père, a salué la décision de sa progéniture tout en mettant en avant les qualités de Floody. Ces mêmes détracteurs lui reprochaient, bien avant que George ne soit aligné, de vouloir à tour prix le titulariser. Lui préfère en rire : "Il y a des choses mises en place dans ce club au cas où je perds la tête et titularise George tous les week-ends. J'ai accepté qu'il vienne car j'aime a penser que je suis un honnête homme et qu'il ne vient pas pour uniquement travailler avec son père". Interrogé sur le fait de s'entraîner avec son père, George ajoute : "Je m'entraîne tous les jours et c'est mon coach. C'est ainsi que cela fonctionne. C'est mon père, mais ça n'a jamais posé de problèmes. Mes coéquipiers preuvent en témoigner, ici, tout le monde est traité à la même enseigne". Le rêve national de George est un sujet tabou entre lui et son père. Un objectif inatteignable jusqu'à ce qu'il s'installe chez les rayés 'bleu et blanc" selon Mike Ford qui demande du temps pour son fils alors chez les England Saxons. Son père Mike Ford, head-coach de Bath
  32. 32. 32 George Ford, à la recherche du temps perdu Sa défense limitée par son gabarit ? Des rêves d'étage supérieur qui peuvent être rapidement contrariés par son physique comme le rapporte Steve James du Télégraph. Il pose la véritable question à savoir si Ford peut évoluer au plus haut niveau malgré son petit gabarit. De ce côté là, le journaliste donne son propre avis et se montre plutôt pessimiste. Sa position prétend-il, est même défendue par beau nombre d'entraîneurs nationaux en privé. Il est certain qu'à une époque, George Ford aurait été une superstar argumente t'il. Sa clairvoyance, sa gestion du jeu balle en main balle au pied, sa capacité à faire briller les autres, sont tout autant des points forts enviés par beaucoup de ses pairs et qui furent jadis amplement suffisants pour exceller dans le monde ovale. Le labeur défensif pouvait s'avérer optionnel. L'immense John Barry l'avouait : "Je ne plaquais pas beaucoup à l'époque". Sa théorie consiste à dire qu'un joueur ne doit pas risquer de se blesser en sauvant - par exemple - un essai in-extremis, quand on est si talentueux pour marquer et faire marquer les autres. Cependant, un certain Rob Andrew a changé la donne. Pitoyable au pied et dans l'animation offensive, Rob, élu "pire joueur ayant représenté l'Angleterre" était un formidable défenseur à l'ouverture. Si l'on s'amuse à comparer la référence Jonny Wilkinson avec l'élève Owen Farrell, nous prendrons alors l'exemple de la demi- finale de Hcup 2013 Saracens-Toulon. Les plaquages appuyés de Farrell sur Wilkinson en disaient long sur le combat défensif que voulait imposer l'ouvreur des Sarries. Parallèlement, le jeu offensif de Farrell s'étoffant, il n'est donc pas surprenant de le voir truster la place d'ouvreur au sein du XV de la Rose. Mais cela ne l'empêche pas lui aussi d'avoir ses détracteurs. Lorsqu'on interroge Stuart Lancaster sur l'équilibre attaque-défense, il reste nuancé : "Je ne choisirais vraisemblablement pas un joueur qui ne sait pas défendre, en revanche je chercherais probablement plus un attaquant. Vous ne pouvez pas vous rendre dans une grande compétition internationale avec un de vos joueurs en qui vous n'avez pas confiance défensivement". Priorité à l'attaque. George Ford a conscience que son physique joue en sa défaveur. Comment défendre face à ces mastodontes venus de l'Hémisphère-Sud et en sortir indemne ? Ma'a Nonu, Sonny Bill Williams lui rendent pas loin de 20 à 30 kilos. Ce qui rassure l'anglais, c'est que certains joueurs qui lui sont physiquement proches ont réussi et réussissent à se faire un nom dans ce sport : Aaron Cruden, Matt Giteau pour ne citer qu'eux, ne sont pas plus épais que lui.
  33. 33. 33 George Ford, à la recherche du temps perdu Face à l'Irlande, sa première apparition sur le banc Son choix de quitter les Tigers pour Bath s'avère payant. Crédité de stats satisfaisantes avec l'équipe de papa, Stuart Lancaster fait appel à lui pour remplacer Brad Barritt contre l'Irlande dans le Tournoi des VI Nations édition 2014. L'Angleterre a la recherche d'une saine concurrence au poste de 10 - alors que tout le monde pensait Farrell installé - voit en Ford l'idéal "challenger" pour pousser son camarade d'enfance dans ses derniers retranchements. Freddie Burns alors tributaire des résultats médiocres de la cuvée Gloucester 2014, Danny Cipriani inconstant chez les Sale Sharks, les caméras sont braquées sur l'ouvreur de Bath. "Après trois semaines d’entraînement (Ford faisait partie du squad de 35 joueurs, ndlr), il a réussi à s’offrir le droit de découvrir comment nous fonctionnons lors des matches. Le moment est crucial pour qu’il se sente en confiance et prêt à endosser à terme un rôle clé dans l’équipe." clamait Lancaster en conférence de presse. Mais Ford ne connaîtra pas sa première cap dans ce match que l'Angleterre remportera difficilement 13-10. Elle interviendra la journée suivante du Tournoi face au Pays de Galles au mois de Mars. Il entre à la place d'Owen Farrell et dispute les dernières minutes du match remporté 29-18 à Twickenham. D'une passe, il offrira même un essai à son capitaine Chris Robshaw six jours après face à l'Italie. Le gamin prend peu à peu ses marques. Il manquera la tournée d'été, préférant sagement se faire opérer de l'épaule pour un problème devenu récalcitrant, l'objectif Coupe du Monde est en vue. Il inscrira 13 points pour sa première titularisation face aux Samoa lors des tests de Novembre dernier et se mettra en exergue grâce à un superbe coup de pied croisé qui enverra Mike Brown à l'essai après un relais d'Anthony Watson. Une semaine plus tard, il convertira 6 coups de pied sur 8 tentatives contre l'Australie (16 points au total).
  34. 34. 34 George Ford, à la recherche du temps perdu Plus près de nous, la double confrontation face à Montpellier en European Rugby Champions Cup a permis aux quelques béotiens s'il en restait, de s'intéresser de plus près au surdoué. À l'Altrad Stadium, il inscrira 15 points illuminant de classe un match joué dans des conditions marécageuses. Ford fit étalage d'une incroyable précision dans l'occupation au pied, d'une dextérité pointue malgré une gonfle glissante, et d'une animation offensive dans la continuité de ses performances internationales. Huit mois avant que ne commence la Coupe du Monde et l'ouvreur de poche semble avoir conquis l'Angleterre. Ses prestations pendant le prochain Tournoi seront déterminantes quant à savoir s'il sera LE dépositaire du jeu offensif de Lancaster. En attendant, George continue à réviser ses gammes physiques et défensives pour lever les doutes et rattraper le temps... Démonstration de classe face à Montpellier Greg XVOvalie.com Source : dailymail.co.uk, telegraph.co.uk, rfu.com - Photo : dailymail.co.uk/ theguardian.com/ Youtube
  35. 35. LADIES Photo : Rugbyshop tête à tête avec sandrine agricole bajadita.com / @obasaan66 tête à tête avec Marie alice yahé bajadita.com / @obasaan66 retransmission tv et top 8 bajadita.com / @SOSurrullo dans les coulisses de lmrcv / usap sur canal+ bajadita.com / @SOSurrullo lmrcv / usap un bilan porteur d'espoir bajadita.com / @SOSurrullo top 8 les jeux soont faits... bajadita.com / @SOSurrullo armelle auclair la course à la qualif' bajadita.com / @SOSurrullo à quoi sert le challenge de la fédération ? bajadita.com / @SOSurrullo france féminine : du nouveau chez les bleues bajadita.com / @SOSurrullo moins de 20 ans : l'antichambre... bajadita.com / @SOSurrullo 36 39 45 47 48 49 51 52 53 55
  36. 36. 36 A quel âge as-tu commencé à jouer au rugby ? 11 ans. Pourquoi avoir choisi ce sport ? Par plaisir. Qu’est ce qui te plait dans le rugby ? Cette notion de liberté, d’égalité et de fraternité. Quel est ton joueur préféré ? Je n’en ai pas vraiment un. Mon joueur préféré est la somme de très bons joueurs (Carter, Wilkinson, Cooper, Michalak). Quelle est ta joueuse préférée ? Idem (Mayans, N’daye, Sartini, Bailon, Scaratt). Quel est ton équipe préférée dans le jeu (équipe nationale ou internationale) ? Les All Black et Clermont. Comment as-tu réussi à concilier sport de haut niveau et tes études de kiné ? Organisation et détermination. Tu as terminé ta carrière par un KO lors du match pour la 3ème place au mondial ; n’est ce pas frustrant de terminer ainsi ? Il y a des moments où on ne choisit pas toujours. C’était la fin que je devais avoir. Et puis j’en garde un souvenir inoubliable. Gardes-tu des souvenirs de ce match ? Je n’ai aucun souvenir de ce match (juste la douleur du choc et celle de laisser les copines achever cette aventure). Penses-tu que le fait d’être passée du stade plus rural de Marcoussis, à la très belle enceinte du stade Jean Bouin avec ses 20 000 places, ait pu impressionner l’EDF ? Aucunement, nous étions prêtes. Lors de la ½ finale contre le Canada, tu rates les transformations des 2 essais français ; la montée très rapide des canadiennes, dès le début de ta course d’élan, t’a t-elle déstabilisée ? On ne peut pas dire que seules les montées ont été le facteur déterminant. Le haut niveau est une succession de détails qu’il faut maîtriser. J’aurais dû me concentrer comme à l’entrainement et ne penser à rien d’autre. 3ème à Paris pour la Coupe du Monde et des stades à guichets fermés mi- août, ça t’inspire quoi ? Une reconnaissance. Que préfères-tu : la 3ème place à Paris en Coupe du Monde ou le grand Chelem 2014 ? Les deux. Penses-tu que cet engouement et cette médiatisation pour le rugby féminin vont et peuvent durer ? Oui, car nous avions fait le plus dur lors du Tournoi : séduire. La Coupe du Monde n’a fait que confirmer ce nouvel engouement. Tu as été élue dans le XV de rêve de cette dernière Coupe du Monde ; qu’est- ce que ça t’inspire ? Un honneur … et une récompense pour mes 23 ans de pratique. tête à tête avec sandrine agricole Nom : Agricole. Prénom : Sandrine. Surnom : Pépite. Age : 34 ans. Occupation actuelle : Noisy-le-Grand Mont d’Est. Occupation actuelle : Kinésithérapeute. Ancien poste : Demi d’ouverture.
  37. 37. 37 tête à tête avec sandrine agricole Tu as 80 sélections en EDF ; que conseillerais-tu à celles qui revêtent le maillot bleu pour la première fois ? Travail, plaisir et travail. Y a-t-il eu dans le rugby, beaucoup d’évolution depuis tes débuts, tant au niveau physique, que mental ? Physiquement les joueuses sont de véritables athlètes, elles s’entrainent 3 fois plus et maîtrisent de mieux en mieux le jeu. Mentalement, nous sommes encore perfectibles mais la place des préparateurs mentaux et la formation des entraineurs sur ce versant de la performance tend à se démocratiser Quelques mois après l’arrêt de ta carrière, l’odeur du pré te manque t-il ? Oui, tous les jours. Pas mal de filles dans le monde passent du XV au 7 et inversement ; penses-tu que cela ait eu un impact sur l’évolution du rugby ? Oui, cela va aider le XV à prendre une autre ampleur, avec des filles plus physiques, plus rapides… et l’interaction des deux jeux est une véritable richesse. Que penses-tu du professionnalisme dans le rugby féminin ? C’est une bonne chose. Si la France en rugby féminin souhaite être une grande nation, elle doit revaloriser le statut des joueuses… et pourquoi pas le professionnalisme ? Penses-tu que ce professionnalisme peut s’accélérer en vue des JO de Rio 2016 ? Je ne sais pas… Quel est selon toi, le meilleur système : celui des Anglaises qui viennent de passer pro, ou le français, semi-pro à 7, qui assure un avenir professionnel en dehors du rugby aux filles ? A regarder de plus près... il est plus intéressant d’être sous un contrat pro (à cout terme) et ne se consacrer qu’à un seul objectif que d’être semi-pro pour soit disant avoir du temps pour une vie professionnelle… car au final les entrainements sont tels que les joueuses sont à 100 % malgré tout… Pourquoi le 7 n’est il pas plus développé en France, chez les garçons et chez les filles ? C’est une nouvelle discipline qui n’a pas encore eu le support médiatique que le XV a depuis des siècles… mais il n’a pas eu l’histoire, le passé que le XV a. L’EDF de rugby à 7 féminine est-elle proche de celle des garçons ? Je ne sais pas. As-tu le sentiment d’avoir été une pionnière dans le rugby féminin en général ? Non, pas du tout. Juste une gamine qui aimait courir et faire des passes. Au cours de ces dernières années, as-tu vu le regard des garçons changer sur la pratique du rugby chez les filles ou trouves-tu qu’il y a toujours du sexisme ? Il en existe toujours un peu mais on n'y fait plus attention. Et quand bien même, ce n’est pas ça qui m’arrêterait.
  38. 38. 38 tête à tête avec sandrine agricole Doit-on parler de rugby féminin, de rugby au féminin ou de rugby tout court, puisque ce sont les mêmes règles pour les garçons et les filles ? Du rugby féminin. Car oui, c’est du rugby, mais pratiqué par des femmes. Dire que c’est du rugby au féminin ce serait faire un affront à nos prédécesseurs des années 70/80, car paraît-il, le rugby féminin d’aujourd’hui ressemble au rugby masculin d’hier … Pourquoi le Top 8 féminin a-t-il autant de mal à s’implanter en France ? Pas assez d’effectif, pas assez de moyens, pas encore assez de personnes motivées pour … Serais-tu prête à passer dans des Ecoles de Rugby pour rencontrer des jeunes joueurs et joueuses, et promouvoir la discipline ? Je ne sais pas… Ce n’est pas ma conception des choses. La promotion du rugby féminin, cela fait 20 ans qu’elle dure. Avec des joueuses avant moi qui sont passées par les clubs … Et encore aujourd’hui on est au même point : la solution ? Bonne question. Peut-être la médiatisation, les clubs pro ouvrant leur porte aux féminines… Rugby Proust Tu es plutôt sac de sport ou sac à main ? Sac à dos. Le maillot de l’EDF, tu le préférais bleu ou blanc ? Blanc (ça va bien avec ma couleur de peau). As-tu conservé ton dernier maillot de match ? Oui ... Quel était ton rituel d’avant-match ? Prier sans cesse. As-tu un objet fétiche ? Non. Une petite fille de 8 ans souhaite commencer le rugby ; que lui dis-tu ? Viens, on va faire des passes … Te vois-tu entraîner des garçons ? Oui. Te vois-tu tenter une expérience d’entraîneur hors de France ? Non, enfin je ne sais pas, pourquoi pas… Comment réagis-tu du bord de la touche ? L’odeur du pré ne te manque pas ? Plutôt bien. J’ai totalement basculé. Penses-tu que la Coupe du Monde en France va déclencher des vocations pour le rugby chez les filles ? Je l’espère. Ton cœur est plus rennais ou martiniquais ? Français. De quoi parlez-vous dans les vestiaires ? Du jeu. Penses-tu que « l’esprit du rugby » est aussi fort chez les garçons que chez les filles ? Qu’appelle t-on esprit rugby… je pense que les filles, quand elles sont engagées vont jusqu’au bout … donc OUI ! Qualité préférée chez un rugbyman ? L'intelligence de jeu. Qualité préférée chez une rugbywoman ? L'intelligence de jeu. Ton héros et / ou héroïne préféré-e dans la vie et dans la fiction ? Superman. Ton rêve de bonheur de rugbywoman ? Que le Top 8 soit reconnu, financé et soutenu et qu’il redevienne "Top 10". Ton plus grand malheur ? La défaite en finale du Top 10 de Rennes en 2011 contre l’USAP. Ta couleur, ta fleur et ton oiseau préféré ? Le bleu, la rose et l’aigle. Dans quel pays aimerais-tu vivre ? Canada. Quelle est ta boisson préférée ? L’eau bien fraîche avec une rondelle de citron dedans. Quel don de la nature aimerais-tu avoir ? Savoir voler. Y a-t-il un don ou une qualité supplémentaire au rugby, que tu aurais aimé avoir ? L’agilité et les appuis de Teddy Thomas. Quelle est la faute dans la vie pour laquelle tu as le plus d’indulgence ? A peu près toutes, après tout nous ne sommes pas parfaits. Quelle est la faute au rugby pour laquelle tu as le plus d’indulgence ? Un échec au tir au but … Quelle question aurais-tu souhaité que je te pose dans cette interview ? Me parler des chances de l’équipe de France masculine dans leur Coupe du Monde Quelle était ta devise sur le terrain ? Toujours y croire. Quelle est ta devise dans la vie ? Espérer contre toute espérance*.Le rugby disparaît : une épitaphe ? Pas d’inspiration … Que souhaites-tu ajouter ? Rien de plus... continuez ! Sabine bajadita.com * Romain 4 verset13 - Photo : IconSport/ AFP
  39. 39. 39 Doit-on parler de rugby féminin, de rugby au féminin ou de rugby tout court, puisque ce sont les mêmes règles pour les garçons et les filles ? Du rugby féminin. Car oui, c’est du rugby, mais pratiqué par des femmes. Dire que c’est du rugby au féminin ce serait faire un affront à nos prédécesseurs des années 70/80, car paraît-il, le rugby féminin d’aujourd’hui ressemble au rugby masculin d’hier … Pourquoi le Top 8 féminin a-t-il autant de mal à s’implanter en France ? Pas assez d’effectif, pas assez de moyens, pas encore assez de personnes motivées pour … Serais-tu prête à passer dans des Ecoles de Rugby pour rencontrer des jeunes joueurs et joueuses, et promouvoir la discipline ? Je ne sais pas… Ce n’est pas ma conception des choses. La promotion du rugby féminin, cela fait 20 ans qu’elle dure. Avec des joueuses avant moi qui sont passées par les clubs … Et encore aujourd’hui on est au même point : la solution ? Bonne question. Peut-être la médiatisation, les clubs pro ouvrant leur porte aux féminines… Rugby Proust Tu es plutôt sac de sport ou sac à main ? Sac à dos. Le maillot de l’EDF, tu le préférais bleu ou blanc ? Blanc (ça va bien avec ma couleur de peau). As-tu conservé ton dernier maillot de match ? Oui ... Quel était ton rituel d’avant-match ? Prier sans cesse. As-tu un objet fétiche ? Non. Une petite fille de 8 ans souhaite commencer le rugby ; que lui dis-tu ? Viens, on va faire des passes … Te vois-tu entraîner des garçons ? Oui. Te vois-tu tenter une expérience d’entraîneur hors de France ? Non, enfin je ne sais pas, pourquoi pas… Comment réagis-tu du bord de la touche ? L’odeur du pré ne te manque pas ? Plutôt bien. J’ai totalement basculé. Penses-tu que la Coupe du Monde en France va déclencher des vocations pour le rugby chez les filles ? Je l’espère. Ton cœur est plus rennais ou martiniquais ? Français. De quoi parlez-vous dans les vestiaires ? Du jeu. Penses-tu que « l’esprit du rugby » est aussi fort chez les garçons que chez les filles ? Qu’appelle t-on esprit rugby… je pense que les filles, quand elles sont engagées vont jusqu’au bout … donc OUI ! Qualité préférée chez un rugbyman ? L'intelligence de jeu. Qualité préférée chez une rugbywoman ? L'intelligence de jeu. Ton héros et / ou héroïne préféré-e dans la vie et dans la fiction ? Superman. Ton rêve de bonheur de rugbywoman ? Que le Top 8 soit reconnu, financé et soutenu et qu’il redevienne "Top 10". Ton plus grand malheur ? La défaite en finale du Top 10 de Rennes en 2011 contre l’USAP. Ta couleur, ta fleur et ton oiseau préféré ? Le bleu, la rose et l’aigle. Dans quel pays aimerais-tu vivre ? Canada. Quelle est ta boisson préférée ? L’eau bien fraîche avec une rondelle de citron dedans. Quel don de la nature aimerais-tu avoir ? Savoir voler. Y a-t-il un don ou une qualité supplémentaire au rugby, que tu aurais aimé avoir ? L’agilité et les appuis de Teddy Thomas. Quelle est la faute dans la vie pour laquelle tu as le plus d’indulgence ? A peu près toutes, après tout nous ne sommes pas parfaits. Quelle est la faute au rugby pour laquelle tu as le plus d’indulgence ? Un échec au tir au but … Quelle question aurais-tu souhaité que je te pose dans cette interview ? Me parler des chances de l’équipe de France masculine dans leur Coupe du Monde Quelle était ta devise sur le terrain ? Toujours y croire. Quelle est ta devise dans la vie ? Espérer contre toute espérance*.Le rugby disparaît : une épitaphe ? Pas d’inspiration … Que souhaites-tu ajouter ? Rien de plus... continuez ! T ê t e à t ê t e av e c M a l i c e

×