Usap reconstruction phase 1

186 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
186
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Usap reconstruction phase 1

  1. 1. PERPIGNAN LE GROUPE S’ENTRAÎNE AU COMPLET DEPUIS MARDI AVEC L’ARRIVÉE AUX ENTRAÎNEMENTS DE SEIZE NOUVEAUX JOUEURS. DÉCOUVERTE. RECONSTRUCTION PHASE 1 Par Nicolas AUGOT nicolas.augot@midi-olympique.fr Seize nouveaux joueurs. Sans oublier le nouveau staff technique composé d’un manager, de deux entraîneurs, de deux préparateurs physique. Tous ont débarqué à Perpignan lors de cette intersaison. C’est le renouvellement d’effectif le plus important du rugby professionnel français. Juste devant Biarritz, l’autre club relégué en Pro D2. Il n’y a pas de hasard. Ce mardi, pour la reprise officielle, avec un groupe enfin réuni, complété des seize recrues, les anciens n’étaient pas vraiment en position de force, à l’image de Guillaume Vilaceca, seul deuxième ligne de la saison dernière encore présent pour cette nouvelle aventure, ou encore Romain Terrain qui a découvert ses nouveaux concurrents au poste de talonneur après les départs de Guilhem Guirado (Toulon) et Maxime Delonca (Dax). Sous le soleil d’Aimé-Giral, le président François Rivière est descendu au milieu de ce groupe en construction pour saluer tout le monde, souhaiter la bienvenue aux nouveaux et rassurer son équipe de la bonne santé financière de l’Usap avec la recapitalisation votée la veille. La partie administrative est maintenant achevée et le
  2. 2. recrutement définitivement bouclé (avec la fin des discussions avec le pilier Alisona Taumalolo), même si le président a rappelé que le club ne s’interdirait pas le recrutement de deux joueurs supplémentaires. LA CULTURE DU CLUB Ce 1er juillet, le président de l’Usap a donc passé le relais au secteur sportif. Début d’une course contre la montre pour Alain Hyardet, Grégory Patat et François Gelez, qui doivent maintenant créer une cohésion entre ses joueurs venus du Top 14 et du Pro D2, d’Écosse ou d’Angleterre. L’ancien manager d’Auch sait que souder le groupe avant le début du championnat sera un élément important pour la suite de la compétition. Confronté à la même problématique lors de sa dernière intersaison au FCAG, le manque de cohésion de l’équipe gersoise en début d’exercice avait été préjudiciable au niveau des résultats : « Pour trouver de la cohésion, nous avons décidé de rentrer très vite dans le vif du sujet pour que les nouveaux s’intègrent rapidement. » Les journées sont donc très chargées avec un coup d’envoi donné à 7 heures et pour un coup de sifflet final initialement prévu aux alentours de 18 h 30. Mais les joueurs ont vite compris qu’ils devraient jouer les prolongations puisqu’ils n’ont quitté Aimé-Giral que vers les 20 heures mercredi. Beaucoup de travail et un discours très ciblé. Obligatoire pour Grégory Patat : « Nous leur parlons vraiment de la culture du club et de l’identité catalane. De nombreux joueurs emblématiques sont restés. Ils sont très positifs, veulent regarder devant et sont porteurs de ce message autour des valeurs de l’Usap. » Une équipe perpignanaise qui a bâti sa réputation sur sa solidarité et sa rudesse au combat. Les objectifs de travail pour le début de saison sont donc parfaitement définis. Des séances de physiques intenses pour mettre rapidement en place une défense agressive et pour pouvoir s’appuyer sur une conquête irréprochable. « C’est autour de choses simples comme celles-là que se créent des équipes », poursuit l’ancien troisième ligne. Et pour mieux appréhender le contexte, le manager Alain Hyardet a décidé d’envoyer les joueurs en balade dans tout le département, pour qu’ils puissent mesurer la ferveur autour de l’Usap. « Il faut que très rapidement tout le monde enfile le même maillot et que ces couleurs sang et or soient le plus éclatantes possibles. » MÉLANGE NATUREL Les deux premières journées de travail en commun ont été intenses et les joueurs
  3. 3. n’ont pas tardé à se rapprocher, avoue le demi d’ouverture Mathieu Belie : « Nous sommes beaucoup de nouveaux. De ce fait, j’ai l’impression que notre intégration est plus facile. Tout le monde arrive à se mélanger de manière assez naturelle. Il y a déjà une vraie bonne ambiance de travail. » Bonne ambiance ne veut pas dire farniente. Bien au contraire, si l’on en croit l’ancien Bayonnais : « Au bout de seulement deux jours, on peut se rendre compte que les séances d’entraînement sont très studieuses. Tous les joueurs sont sérieux. Je crois que ça vient aussi du fait que les choses sont claires, nettes, et cadrées. » Des règles bien définies pour que tout le monde puisse vivre en communauté même sans connaître parfaitement ses coéquipiers en attendant les stages à Font-Romeu et à Collioure qui doivent permettre aux joueurs de découvrir les hommes. En attendant, les joueurs vont engloutir des longues journées de travail. Sans se plaindre car les nouveaux ont déjà bien compris le sentiment de revanche qui anime les anciens.

×