Orléans et Jeanne d’A                  d’ArcJeanne d’Arc, un périple et un rayonnement extraordinaireLe contexteJeanne d’A...
point de vue stratégique, le dauphin ne s’est jamais montré avide de guerres et fin général, et lapromotion de Jeanne à ce...
Compiègne et la captivité de Jeanne d’ArcLe 14 mai 1430, Jeanne d’Arc est devant Compiègne, alors assiégée par l Bourguign...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Jeanne d arc_un_rayonnement_extraordinnaire

311 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
311
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Jeanne d arc_un_rayonnement_extraordinnaire

  1. 1. Orléans et Jeanne d’A d’ArcJeanne d’Arc, un périple et un rayonnement extraordinaireLe contexteJeanne d’Arc naît en 1412 dans le village de Domrémy en Lorraine dans un contexte de guerrepermanente entre le Royaume de France, alors dirigé par le dauphin Charles VII, et l’allianceformée par les Anglais (lors gouvernés par le Duc de Bedford, Henry VI étant alors âgé de 10mois) et les Bourguignons (dirigés par le Duc de Bourgogne Jean sans Peur). is)La « Guerre de cent ans »Cette guerre permanente, dite « Guerre de cent ans », bien qu’elle fûtl’objet de trêves parfois longues, était du à une querelle de succession duelors de la disparition de la lignée directe des capétiens. Edouard IIId’Angleterre fit alors valoir ses droits sur le trône de France mais c’estPhilippe IV, descendant indirect le plus proche de la famille royalecapétienne, qui lui fut préféré. En 1415, après une trêve de près de 20ans, la bataille d’Azincourt relança les guerres et les campagnes sur unterritoire français morcelé et féodalisé.Les origines du péripleC’est dans ce contexte de peur permanente, d’épidémies et de pillages dans les campagnesque grandit Jeanne d’Arc. A l’âge de 12 ans, elle dit entendre des voix, notamment celles deSainte-Marguerite, Sainte-Catherine et de l’archange Saint Catherine Saint-Michel, lui intimant l’ordre desecourir le royaume de France et de le libérer du joug des Anglais et des Bourguignons puis de lefaire alors sacrer le dauphin Charles à Reims.A la poursuite d’un idéalA 17 ans, elle entreprend donc d’aller quérir audience auprès de Robert de Baudricourt àVaucouleurs pour obtenir une escorte. L’entretien se termine par un échec et Jeanne d’Arc escorte.retourne à Domrémy. Mais les « voix » ordonnent à Jeanne de revenir à Vaucouleurs,désormais occupée par les Bourguignons. Après avoir rencontré Robert de Baudricourt uneseconde fois, ce dernier lui apporte finalement son soutien et sollicite une audience auprès dudauphin qui se trouve à Chinon. Lors de l’entretien, le dauphin, futur Charles VII se trouvecaché parmi ses nombreux courtisans mais Jeanne d’Arc ne s’y trompe pas, le reconnaî et lui d’Arc reconnaîttransmet sa requête.L’entretien de ChinonDurant l’entretien, le dauphin Charles remet alors sa confiance et ses décisions entre les mainsde Jeanne d’Arc. Néanmoins, elle est dirigée vers Poitiers et est soumise à un examen devirginité. Le Parlement n’ayant pu trouver de preuves contraires à ses propos ou démontrer antl’existence d’un maléfice, Jeanne peut alors partir et Charles la nomme Chef des Armées. D’un
  2. 2. point de vue stratégique, le dauphin ne s’est jamais montré avide de guerres et fin général, et lapromotion de Jeanne à ce rang ne peut alors que raviver les espoirs des territoires encorefidèles à la future couronne de France.OrléansLe 29 avril 1429, Jeanne d’Arc arrive aux portes d’Orléans, et, furieuse de ,ne pas être amenée face aux Anglais après plusieurs sommations, elle aprèsentre le soir par la Porte de Bourgogne dans la ville assiégée depuis plusde 6 mois, sous les acclamations. Le 4 mai, les Français partent à l’assautde la ville sans elle. Jeanne les rejoindra et redonnera le moral au corpsd’armée pour finalement mener ses hommes à la victoire.La prise des Tourelles à OrléansMalgré sa blessure lors de l’attaque des Tourelles le 7 mai 1429, Jeanne d’Arc continue de ,combattre et finit par prendre possession du lieu grâce à l’aide des 3 capitaines de la ville : LaHire, Dunois et Xaintrailles. Concernant Dunois (surnommé le « Bâtard d’Orléans » en raison Dunoisde son ascendance : il est le fils illégitime de Louis, Duc d’Orléans), il faut remarquer qu’il est lecapitaine le plus reconnu pour ses s d’armes exceptionnels lors de la Guerre de Cent ans et a sesparticiper à de nombreuses batailles en compagnie de Jeanne d’Arc, et non pas uniquement lalibération d’Orléans.La libération d’OrléansLe 8 mai 1429, les Anglais lèvent le siège d’Orléans et se réfugient à Meung , Meung-sur-Loire. Jeanned’Arc est alors acclamée à travers toute la ville. Le 8 mai est depuis l’année 1430 l’occasion de 1430,commémorer le souvenir de la libération d’Orléans par Jeanne d’Arc lors des fêtes johanniques.Le sacre du dauphin CharlesLa reprise de Meung-sur-Loire, de Jargeau et de Beaugency, et après la victoire de Patay, Loire,Jeanne d’Arc détient une autorité incontestable qui lui permet même de décider si l’armée doitpartir reprendre la Normandie, là où les Anglais tirent toute leur puissance, ou faire sacrer le leurdauphin à Reims. Ce sera cette dernière option que choisira Jeanne. Le dauphin et son arméeentre à Reims le 16 juillet 1429 sous les acclamations. Le 17 juillet, Charles VII est sacré Roi,et peut pleinement assurer tout son pouvoir sur les territoires déjà ralliés à sa cause, ou snouvellement gagnés.Les premiers échecsL’échec du siège de Paris marque un tournant dans l’épopée de Jeanne d’Arc : en septembre1429, elle décide de lever le siège, devenue bien trop long, et de retourner vers la Loire avant ,l’arrivée de l’hiver, ce qui aurait privé les chevaux de nourriture et affaibli les troupes. Suite à cerevers, Jeanne d’Arc commence à se détacher du roi Charles VII et agit de plus en plus sansson consentement. Le Roi finit alors par se lasser de la chose guerrière et finira d’ailleurs par initdissoudre l’armée royale et retourner au château de Meung Meung-sur-Loire.
  3. 3. Compiègne et la captivité de Jeanne d’ArcLe 14 mai 1430, Jeanne d’Arc est devant Compiègne, alors assiégée par l Bourguignons. , lesElle est capturée par Lionel de Vendôme, allié de ces derniers. Ensuite emprisonnée près deNoyon, l’Université (assemblée de théologiens) présidée par l’évêque Pierre Cauchon, à lademande de l’Inquisition de France, se voit remettre Jeanne d’Arc. En juin 1430, elle est Jeannetransférée au château de Beaurevoir. Les Anglais payent alors une rançon en décembre etobtienne la garde de Jeanne qui est de nouveau prisonnière au château de Bouvreuil à Rouen.Le procès et le bûcherEn janvier 1431, Jeanne d’Arc est remise à l’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon et de eannenombreuses enquêtes sont entreprises, y compris sur le lieu de naissance de Jeanne,Domrémy, pour déterminer si elle est coupable des charges qui lui sont retenues : hérésie,manquement à la règle chrétienne, et près de 68 autres chefs d’accusations ! Débute alors sonprocès, où elle finit par abjurer lors de la prononciation de sa sentence. Les conditions dedétention, les intrigues autour d’elle l’ont fortement affaiblie au point qu’elle est parfois obligéede revenir sur certaines de ses déclarations. Sa peine est par la suite commuée en prison à vie.Lors de sa remise en prison, on lui ordonne de quitter son habit d’homme. Le lendemain même,ses geôliers découvrent Jeanne de nouveau en habit d’homme. Débute cette fois alors le fois-ciprocès de relapse (expression signifiant qu’une personne est retombée dans ses ancienstravers, et par conséquent, qu’un chrétien est retombé dans l’hérésie). Jeanne d’Arc étantrevenue sur son abjuration, cela d’elle une hérétique à nouveau et elle est confiée au brasséculier pour être brûlée vive. Le matin du 30 mai 1431, elle est conduite Place du Vieux ,Marché à Rouen sur le bûcher.La pérennité d’une icône, au-delà de la mort delàAprès le bûcher en 1431 vint le procès en réhabilitation ou procès de justification de Jeanned’Arc. Se déroulant entre 1455 et 1456, le procès fut de nouveau ouvert à l’initiative de la mèrede Jeanne d’Arc, Isabelle Romée. Ce procès visant la nullité du précédent procès decondamnation va voir défiler tous les témoins encore en vie et ayant connu Jeanne depuis sonenfance jusqu’à sa mort. Finalement, la réhabilitation sera effective et le procès decondamnation déclaré nul, faute d preuves d’hérésie suffisantes, et compte de isantes, compte-tenu du rôlepolitique qu’a joué l’évêque Pierre Cauchon dans l’affaire. Beaucoup plus proche de nous, le 27janvier 1894, Jeanne d’Arc est déclarée « vénérable » par l’Eglise de Rome. Puis, après denombreuses polémiques religieuses, dans un contexte portant sur la séparation de l’Eglise et dansde l’Etat en 1905, Jeanne d’Arc est béatifiée à Saint Saint-Pierre-de-Rome le 18 avril 1909. Par la Romesuite, Jeanne est finalement canonisée le 30 mai 1920. onisée

×