SlideShare une entreprise Scribd logo
Guerre, Captivité & Évasion
de Jacques Bruley
Mai 2014
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 1
29 Avril 2014
Préface
J’ai retrouvé deux textes manuscrits de mon père consacrés à ses années de guerre. Il me
semble que le plus ancien est celui qui décrit l’évasion. C’est un texte d’un seul tenant, sans
chapitre ni titre. Les premières pages sont très bien calligraphiées, probablement recopiées,
puis l’écriture est plus libre, des ratures, des rajouts apparaissent, la fin par contre donne
vraiment l’impression d’un premier jet. L’autre texte commence par un plan d’ensemble
détaillé en trois parties « Guerre, Captivité, Évasion », et de nombreuses sous parties, mais je
n’ai retrouvé que la première partie.
J’ai rassemblé les deux textes dans ce document, en mettant en tête le plan d’ensemble
détaillé et les parties rédigées à leur place, mais sans rien changer par rapport aux
manuscrits. J’ai annexé à la fin de chaque partie des documents, des photos, des plans, qui
m’ont semblé intéressants, ainsi qu’une note de synthèse de toute cette période que mon
père avait écrite en 2003.
Bonne lecture,
Michel
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 2
Plan d’ensemble
Préambule
I - La guerre
A – Mailly, Dijon, voyage vers Nîmes
B – Manduel, permission, nous montons au front
C – Eulmont, Le Petit-Tenquin
D – La vie au Front, l’observatoire, la permission, l’offensive allemande, le bois
E – La retraite, 21 juin, conclusion
Annexes première partie
II – La captivité
A – Corcieux, Neuf-Brisach, séjour à Neuf-Brisach
B – Départ, voyage /arrivée au 7A
C – Le 7A, départ
D - La ferme, retour au 7A
E – La 1, la vie du camp, le marché, les copains
F – La 25, la 38, le boulot, conclusion
Annexes deuxième partie
III – L’évasion
A – Idées directrices (pourquoi cette voie)
B – Évasion (avant le départ, Auboiron, préparatif)
C – Le trajet (départ, le bois, la nuit, je réussis à rejoindre)
D – Le voyage, appréhensions
E – Je saute, Noisy-le-Sec
F – Maisons Laffitte
G – Passage de la ligne
H – Marmande, Nîmes, Impressions
Annexes troisième partie
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 3
Préambule
Ces lignes ne sont pas écrites dans un but littéraire, mais uniquement pour fixer sur le papier,
pendant qu’ils sont encore très vifs, des souvenirs qui s’estomperont rapidement. Souvenirs de la fin
d’une campagne, sans histoire et peu glorieuse, souvenirs d’une captivité relativement supportable,
souvenirs surtout d’une évasion que les événements et la chance me rendirent aussi peu pénible que
possible.
Je passerai très rapidement sur la guerre en elle-même, pour pouvoir m’étendre davantage sur les 16
mois de captivité et les quelques jours que dura la fuite vers la France.
1 – La Guerre
A – Camp de Mailly, Dijon, voyage vers Nîmes
Rappelé depuis le 21 mars 1939, j’avais été affecté à la 111ème batterie (Capitaine Ragueneau,
batterie des disponibles), du 108ème régiment d’artillerie. Après un séjour d’un mois à Dijon, nous
fumes dirigés sur Mailly où nous sommes restés jusqu’à la guerre. Celle–ci commença pour moi par
un télégramme que je trouvais tout à fait fâcheux, puisqu’il me ramenait de Deauville à Mailly le 25
août. La guerre éclatait quelques jours après. Nous restâmes à Mailly jusqu’au 12 septembre, date à
laquelle nous fûmes envoyés à Dijon par rail. Le voyage dura 30 heures. Nous sommes affectés au
départ au 8ème
corps, mais je demandais sur le champ à partir comme volontaire au 174ème
régiment d’artillerie où j’avais de nombreux camarades d’active, et où Ivan et Hermann étaient
affectés. Nous sommes donc partis un matin pour Miramas où nous devions trouver le 174ème
, mais
après un voyage sans histoire, de Miramas, on nous envoya au dépôt de la 15ème
Région, à la caserne
Montcalm, car le 174ème
était en cantonnement à Manduel à 8kms de Nîmes sur la route de
Beaucaire. Un camion vient nous chercher et je fus affecté à la 4ème
batterie et puis dans l’après-midi
muté à la BHR, état-major du Régiment. J’étais content d’arriver et d’être affecté après des voyages
fatigants et des nuits sans sommeil.
B – Manduel, permission, nous montons au front
À la BHR, le lieutenant Matticen qui faisait fonction de capitaine de batterie me désigna comme chef
de la 4ème
pièce. Nous étions logés dans la dépendance de la maison d’un vigneron. Dans ma
chambre, Cottin, marchand de charbon à Lyon, Demure, économe au lycée de Tulle, Magne,
marchand de chaussures à Nice, furent mes meilleurs camarades. Je passais à Manduel 6 semaines
d’une vie saine et reposante. Le régiment était en pleine formation, et comme nous manquions à peu
près de tout, nous n’avions pas grand-chose à faire. Que d’après-midi j’ai passés seul avec Ivan à
flâner dans les vignes en faisant craquer à belles dents de beaux raisins à la peau bien tendue que
nous mangions par kilos. Parfois, nous allions à Nîmes en empruntant l’auto-stop.
Nous avions comme colonel un vieux gâteux, père de 11 enfants, lieutenant-colonel en retraite, nous
verrons plus tard qu’il était plus gâteux et plus dangereux qu’il en avait l’air. Son coéquipier (ou
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 4
capitaine adjoint) était un brave type, mais sans aucune compétence, c’était un professeur de culture
physique de Nîmes.
À la fin d’octobre, j’obtenais une permission de 3 jours que j’allais passer à Estissac, je n’avais pas
suffisamment de temps pour aller à Paris. Quand je revins, des bruits de départ circulaient déjà, et en
effet il fut annoncé pour le 31 octobre. Destination inconnue évidemment. Nous embarquons dans
l’après-midi et partons presque immédiatement. Frontière italienne ? Belge ? Alsace ? Où allions-
nous ? À 11h du soir nous étions à Lyon ; 1 heure d’arrêt ? Les Lyonnais sortent, sautent dans des
taxis, et vont embrasser leur famille, mais tout le monde est là au moment du départ. Le lendemain à
11h nous étions à Dijon et à 9h du soir à Champigneulles où nous débarquons le matériel à l’aide de
projecteur. Dans cette gare pour la première fois, je sentais une ambiance de guerre, avec toutes les
lumières camouflées, des trains de troupes et de matériels sur presque toutes les voies. Après un
dîner sur des barils d’essence, nous nous formons en colonne et partons tous phares éteints. Une
demi-heure après, nous étions arrivés. Mais où étions-nous donc ? Sur la route de Metz, dans un
village à 11km de Nancy. Nous étions à Eulmont. Le village de 7 à 800 âmes est construit d’une
manière bizarre en bas tout le long et dans le haut d’une grande colline. Nos camions eurent du mal
à grimper la pente très raide de la rue principale. Dans le cantonnement, rien n’était près, tout était
occupé par d’autres régiments. Il était minuit, à chacun de se débrouiller ; je couchais dans mon sac
de couchage dans une grange sans fenêtre où il faisait un froid de canard.
C – Eulmont, le Petit-Tenquin
À mon réveil, j’étais transi de froid malgré mon sac ; après un café bien chaud, je partais à la
recherche d’un cantonnement pour ma batterie ; après beaucoup de pas je m’installais dans une
pièce qui fut vite bien aménagée. Nous passâmes là 15 bons jours, dont les fêtes du 11 Novembre.
Nous vîmes des régiments descendre de ligne et tous nous donnaient des conseils pour le moment
où nous y serions. Nous savions déjà que nous allions au Petit-Tenquin au sud-ouest de
Sarreguemines. Demure était allé en effet quelques jours auparavant pour reconnaître le
cantonnement. À ce sujet, je me souviendrais toujours que, considérant le fait d’aller au Petit-
Tenquin comme dangereux, et qu’en plus de cela, à 10 heures du soir il n’était pas rentré, nous
avions remplacé son lit par plusieurs caisses formant ainsi un cercueil, le tout recouvert d’un drap et
d’une vieille couronne dénichée je ne sais où. Aux quatre coins, un cierge brûlait. L’effet était
macabre et quand il rentra vers 11 heures, je me souviens encore de son exclamation « Bande de C…,
me voilà ».
Nous partîmes le matin du 16 novembre et j’étais pour ma part rudement satisfait d’être arrivé dans
un endroit stable. Il m’est pénible de dire que toutes les maisons avaient été mises à sac par les
troupes qui étaient passées les premières.
Le Petit-Tenquin est un pays de 4 à 500 habitants. Tout était mort quand nous y entrâmes. Seuls
quelques chats rôdaient autour des maisons. Nous devions y rester jusqu’en juin 1940. Nous
organisions une vie qui est pour moi un bon souvenir étant données les circonstances d’alors.
Les servants de la 4ème
pièce furent logés dans une petite maison sur la place de l’église, au numéro
36 je crois. Nous nous installâmes assez bien puisque tout le monde avait son lit ; nous étions 3 dans
ma chambre, et huit dans la maison : Demure, Magne, Valette, Bessette, Cottin, Jicerte, Boivin et
moi-même. Nous remîmes la cuisinière en état, la réserve de bois était suffisante. Un peu plus tard
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 5
nous devions trouver un poste de TSF dans une meule de foin. Ce poste ne pouvait prendre qu’un
seul poste français, et seulement Milan, et quelquefois Stuttgart. Nous voilà à passer nos soirées en
faisant la partie de tarot que Demure m’avait appris à jouer. C’est très intéressant le tarot, savez-
vous.
La question logement étant réglée, restait la question nourriture ; nous fîmes une réserve de
pommes de terre, allant déterrer dans les champs celles qui n’avaient pas été récoltées. Nous avions
le beurre et les œufs à volonté dans le premier village évacué à 5 ou 6 kilomètres de là. Quant au vin,
nous avions emporté de Manduel un tonneau d’une quarantaine de litres ; je l’avais pris à mon
compte, le faisant remplir à chaque fois qu’un camion ou une camionnette allait à Nancy. Tous ceux
qui voulaient du vin de notre pièce participaient aux frais.
D – La vie au front, l’Observatoire, la Permission, l’Offensive allemande, le Bois
Je commençais ma vie au front par m’occuper du central téléphonique où je n’avais rien à faire ou
presque. Je passais joyeusement les fêtes de Noël et du 1° de l’an ; je me souviens de la messe de
minuit dans cette belle église du Petit-Tenquin. Bien que nous ne soyons pas malheureux, chacun
malgré tout pensait ce soir-là beaucoup plus à sa famille et aux réveillons d’antan. Il faisait froid dans
cette église non chauffée quand dehors la température était dans les -25°. Le réveillon fut joyeux et
nous fîmes un monôme dans les rues du Petit Tenquin, réveillant tous nos camarades en pénétrant
dans leurs habitations par des voies détournées et allant même souhaiter la bonne année à l’officier
commandant le régiment en remplacement du colonel parti en permission.
Après les fêtes, commença pour moi une vie beaucoup plus dure, car je fus affecté à l’observatoire
situé en première ligne. Nous y montions le matin et revenions le soir 1 jour sur 2. Cet observatoire
était situé sur le plateau de Cadenbronn à environ 1 km du village en suivant un chemin en direction
de Sarrebruck. Un grand plateau dénudé, une longue haie, à l’extrémité de cette haie des sacs de
sable empilés, c’était l’observatoire SRA, une honte pour l’officier observateur, qui ne s’était pas
donné la peine de faire quelque chose de mieux parce qu’il avait peur de venir si près des lignes. Il y
vint peut-être 2 fois en 6 mois. Son nom était le lieutenant Costaz. Nous mangions dans une maison
évacuée en compagnie de soldat du 204ème
régiment d’artillerie. Cette maison devait être incendiée
au cours de l’hiver.
Je partis en permission le 8 février, on me conduisit en camionnette à la gare d’Insming (point
terminal de la ligne) où je pris le train jusqu’à Bénestroff. Là, je changeai et je pris un train qui aurait
dû me conduire jusqu’à Brienne, gare de triage, mais en passant au passage à niveau de Bar sur Aube
je descendis du train, gagnai un temps précieux et évitai d’avoir ma permission tamponnée à la gare
de Troyes. Je téléphonai à Guido (le chauffeur de Léon), qui vint me chercher immédiatement, j’eus
juste le temps de déjeuner.
Après quelques jours passés à Estissac, où je retrouvai Simone venue pour me voir, nous sommes
partis à Paris en voiture par une route enneigée et gelée. Je couchais chez Mme Picault pendant une
huitaine de jours que je passais avec Nicole ; 2 ou 3 fois j’allai dîner avec Mansillon. Le temps passa
très vite et je retournai à Estissac d’où Guido me conduisit à Châlons-sur-Marne. Là je pris un express
jusqu’à Nancy où, après une attente de quelques heures, je montai dans un train de permissionnaires
qui m’amena jusqu’à Insming.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 6
À peine arrivé au Petit-Tenquin j’eus l’avantage d’être désigné pour monter à l’observatoire pour 48
heures. En effet, pendant mon absence, des ordres avaient été donnés pour que le poste soit tenu
sans interruption. C’était idiot étant donné que nous n’étions pas reliés téléphoniquement et que
lorsque nous descendions, notre rapport donnait des renseignements vieux de 2 jours. Nous étions 4
en tout et pour tout, nous étions donc 2 jours sur quatre de garde jour et nuit dans la neige alors que
nous aurions dû être 12 d’après le plan de mobilisation avec un officier constamment là-haut. Pour la
1° fois j’y allai, mais il se trouva à ce moment que j’eus une suite d’orgelets qui faisaient pleurer l’œil
gauche. J’allai à la consultation médicale à Morhange et le docteur me donna un traitement qui fit
que je fus débarrassé de l’observatoire pendant 2 mois. Mes yeux me firent souffrir du reste pendant
1 bon mois. Je restais attaché à l’observatoire pour conduire les observateurs à Cadenbronn. Les
beaux jours vinrent et nous avons formé une équipe de football qui jouait le dimanche contre des
régiments cantonnés dans les environs : 10ème RA, 182ème
RA etc. Nous perdîmes quelques matchs,
nous en gagnâmes autant.
Un dimanche, après un match, 1 télégramme vint annoncer la mort de la mère d’un camarade qui
était à l’observatoire, je fus désigné pour aller le relever. Je partais sur-le-champ. Le lendemain 22
avril à 2h de l’après-midi je subissais le baptême du feu. J’étais en train de lire « Ces dames aux
chapeaux verts » quand Tixier me dit prêtant l’oreille : « un départ » ; au même moment, un
sifflement, un obus tombait à 50 mètres. Nous étions déjà dans l’abri en train de tirer la plaque de fer
pour nous abriter contre les éclats pouvant venir de devant. Le bombardement dura 10 minutes. À
un certain moment, nous fûmes recouverts de terre, un obus de 150 tomba exactement à 5 mètres
de nous. Heureusement nous fûmes quittes pour la peur. Ce devait être du reste le prélude de
mauvais jours.
Le 9 mai nous reçûmes l’ordre de replier l’observatoire à Guebenhouse, le 10 mai c’était l’attaque
allemande qui se fit sentir seulement le 12 au matin, jour de la Pentecôte, sur notre front. Hermann
du 3ème
groupe était venu se joindre à nous. Les heures passées à Guebenhouse furent pénibles,
bombardements, survol continuel par l’aviation allemande. Je descendais le 12 au soir avec ma
camionnette, laissant les observateurs à leur travail. Je conduisis 2 fois à la tombée de la nuit avec
une grosse camionnette, du matériel pour aménager le nouveau poste. Celui-ci était abandonné peu
après, c’est-à-dire vers le 15 mai et nous installâmes le nouveau dans le bois de Molspricht. Là,
durant près d’un mois, nous nous efforçâmes de construire un abri solide ; nous partions tous les
matins à 8h, prenions du pain à Nelling, des hommes, dont souvent Caboufigue (ancien officier de
marine), à Hellimer et restions là-bas toute la journée dans un bois vert et frais.
C’est alors que le Petit-Tenquin se trouvant à portée de l’artillerie de campagne allemande, ordre fut
donné de l’évacuer et d’occuper les baraques construites dans le bois de Gréning. Nous nous
installâmes de notre mieux, amenant quelques chaises et un fourneau pour faire un peu de cuisine et
améliorer notre ordinaire. Des tranchées furent creusées, mais elles ne devaient jamais être étayées
et couvertes. J’allais toujours un jour sur deux à l’observatoire de la ferme de Molspricht, mais notre
travail se bornait à construire l’abri, un abri magnifique même, avec tôle métro, plaques d’acier, etc.
Nous emportions de quoi faire notre déjeuner qui se passait assez agréablement en pleine nature. La
forêt, qui comprenait une grosse majorité de hêtres, était magnifique. Un matin en arrivant, nous
avons trouvé la cabane à outils, les arbres qui nous étaient familiers, déchiquetés par les obus. À
partir de ce jour-là nous sommes restés sur nos gardes prenant soin de ne pas se montrer hors du
bois, de ne pas faire trop de fumée et de ne sortir la voiture de la grange de la ferme qu’après s’être
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 7
assuré qu’aucun avion n’était dans les parages. À ce moment-là du reste, nous avons été obligés de
changer notre itinéraire qui était trop près des lignes. Le nouveau empruntait la route nationale
Sarreguemines – Nancy, jusqu’à un point situé à environ 3 ou 4 kms au-delà d’Hellimer, point où
nous tournions à droite, nous traversions un pays et nous laissions la voiture en bordure du bois.
Nous devions alors marcher 40 minutes environ à travers ce bois, souvent bombardé en raison des
batteries de 75, qui se trouvaient en bordure. Un soir en rentrant vers 6 heures, l’aile avant de la
camionnette fut percée d’un éclat d’obus.
Les choses allaient ainsi ; nous n’avions que très peu de nouvelles militaires, le courrier arrivait bien.
Le 6 juin je fus désigné comme chef de voiture pour aller chercher des baraques à Nancy avec le 5
tonnes cabine avancée que conduisait Cottin. Après avoir « touché » nos planches, nous fîmes un
bon déjeuner avec Cottin. À Nancy les gens étaient soucieux, les nouvelles étaient mauvaises. Bientôt
notre bois de Gréning fut envahi de troupes hippomobiles qui se repliaient, d’aérostiers avec leur
saucisse ; on sentait qu’il allait se passer quelque chose. Dans les nuits du 10 au 11 et du 11 au 12 nos
pièces tirèrent longuement, les Allemands ripostaient, mais tiraient trop court.
E - La Retraite, 21 juin, conclusion
Enfin le 13 juin, je n’étais pas à l’observatoire ce jour-là, le bruit courut que nous allions nous replier.
Nous entassâmes fébrilement le plus de choses possible dans nos véhicules, nous fîmes le plein
d’essence et le soir tout le monde était prêt à partir, mais les ordres furent donnés le lendemain
matin à 5 heures. Je passais la nuit sur la banquette avant de la camionnette. Après avoir traversé
Lunéville, nous nous retrouvâmes dans un bois de charmes où nous restâmes toute la journée ; après
avoir dîné à l’auberge du pays voisin, je repris le volant toute la nuit, sans phares, sur une route où
roulaient trois colonnes de voitures du front et qui était encombrée de cyclistes ou piétons de toute
sorte. Après Plombières les Bains, je crevais une roue arrière et perdais le contact avec la colonne. Un
peu plus loin, le motocycliste Alibert nous arrêtait et nous indiquait un chemin dans lequel s’était
engouffrée toute notre colonne. Sinon nous filions sur Vesoul, Dijon, Lyon.
Le pays choisi pour notre cantonnement s’appelait Beaujeu Saint-Vallier. C’était le 15 juin, un
dimanche. Après avoir pris un bon petit déjeuner de plusieurs œufs au jambon et vin blanc, nous
rangeâmes nos véhicules toujours survolés par des avions allemands. Je cantonnais avec Léopold et
Tixier chez une brave femme au bout du pays. Le lendemain soir nous avions ordre de remonter dans
les Vosges et après quelques 30 kilomètres nous arrivions à Saint Amé le Syndicat. Je couchais dans la
forêt parmi ces géants que sont les pins des Vosges, sur la bruyère et une multitude de petites fleurs
bleues. Le lendemain matin le 17 juin les nouvelles étaient de plus en plus mauvaises. Je faisais
quelques promenades en montagne, prenais même un repas à l’hôtel de l’endroit.
Le 18 dans la nuit nous partions en direction de Gérardmer ; le 19 au matin nous étions sur les bords
du lac, survolés par des avions allemands. Les mitrailleuses résonnaient de toutes parts ; je me
réfugiais dans une villa dont le propriétaire venait de rentrer de Lille à pied ; les femmes pleuraient.
C’était la débandade. Nous reprîmes notre route plus avant dans les Vosges en direction du col du
Bonhomme. Déjeuner aux Trexons où les braconniers du régiment prirent à la main une dizaine de
belles truites ; le soir nous arrivions à Corcieux où nous couchions dans une grange, c’était le 19. Le
21 au matin, débandade encore plus grande, je vois passer tous les camions et voitures du régiment.
Je fais rapidement un paquet de mes affaires, abandonne beaucoup de choses dont mes bottes en
caoutchouc et pars avec ma camionnette. Nous ne devions pas aller loin, 2 kilomètres. Après quoi
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 8
nous restions sur le bord de la route. La fin était proche, déjà on entendait les mitrailleuses
allemandes. Corcieux tomba vers midi après un court bombardement. Jicerte, Thomas, Demur
devaient déjà être faits prisonniers. C’est à ce moment-là qu’il aurait fallu partir, certains le firent,
Berthier par exemple qui réussit, d’autres qui échouèrent.
Vers 6 heures du soir, des soldats allemands montèrent, encerclèrent la ferme où nous étions, nous
n’avions pas de munitions. Après avoir formé une colonne, nous fûmes emmenés dans un pré de
Corcieux. Les soldats allemands qui nous firent prisonniers nous semblaient harassés, marchant
accrochés aux voitures de toutes sortes. C’était la fin des opérations actives pour nous et quelques
heures plus tard pour tout le monde. Les raisons de cette débâcle ? Les principales sont : 1° le
manque manifeste de matériels, surtout en aviation, 2° le mauvais commandement, la pagaïe, le
manque de liaison, 3° le mauvais moral et la non-combativité de la plupart des officiers et soldats.
Nous étions tous bien traités, pas inquiets sur le sort qui nous attendait, mais tristes de voir un si
grand, si beau pays tomber dans une telle débâcle.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 9
Annexe 1° partie - Régiments d'artillerie lourde à grande puissance (R.A.L.G.P)
Les Régiments d’Artillerie Lourde à Grande Puissance sont organisés lors de la mobilisation en 1939 en un état-
major, une batterie hors rang et trois groupes de deux batteries de quatre pièces, chaque groupe disposant d’un
état-major, d’une colonne de ravitaillement et donc de deux batteries de tirs. Ils sont équipés des pièces les plus
puissantes de l’artillerie française en dehors de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée. Il s'agit de canons de 220L 17
Schneider et de 280mm Schneider sur affût chenillé Saint-Chamond. En temps de paix, les pièces sont stockées.
Dès le déclenchement du processus de mobilisation générale, quatre régiments sont mis sur pied par deux
centres mobilisateurs d’artillerie.
 Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec
pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.
 Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec
pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.
 Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nîmes avec
pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.
 Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nîmes avec
pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.
Canon de 220L Schneider modèle 1917
Le 220L modèle 1917 sont un matériel long destiné à l’action lointaine. Mis au point à la fin du premier conflit
mondial, il n’a été produit qu’à fort peu d’exemplaires, 56 en l’occurrence mis en œuvre au moment de la guerre
de Pologne par les 173ème et 174ème RALGP, chaque régiment disposant de trois groupes à deux batteries de
quatre pièces, soit 36 canons en ligne auxquels s’ajoutent deux canons au 151ème RAP et deux autres au
166ème soit un total de 40 canons en ligne.
Caractéristiques du mortier de 220L Schneider modèle 1917 :
 Calibre : 220mm,
 Poids en batterie : 25880kg (remorquage en deux colis).
 Poids de l’obus : 104.75kg,
 Longueur du tube : 7.67m (34.9 calibres)
 Portée maximale : 22800m
 Pointage en azimut : 20°
 Pointage en hauteur : 0° à +37°
 Cadence de tir : 2 coups en trois minutes
 Mise en batterie : 6 heures
Canon de 220L 17 Schneider
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 10
Annexe 1° partie - Petit-Tenquin : lettre de Jacques à Nicole Anselmi en date du dimanche 14 avril
1940
Ma petite Nicky chérie,
Quel triste dimanche ! Si ça n’avait été l’attente de ta lettre que je viens de recevoir, je crois que j’aurais eu le
cafard. Le mauvais temps y est pour quelque chose et il n’arrête pas de pleuvoir depuis ce matin (il est en ce
moment 6h1/2 ). Je me suis levé à 10h1/2 et la matinée a passé rapidement ; après déjeuner nous avons fait
une partie de cartes tout en sirotant 2 bouteilles de Heidsieck , mais malgré tout cela l’après-midi a été
longue à s’écouler. J’ai reçu une carte de Nicole* qui me dit qu’elle quitte Hyères aujourd’hui, c’est-à-dire
qu’en ce moment elle doit être dans le train ; elles ont eu beau temps, mais quelques jours de mistral. Elle
m’écrit qu’elle ne s’est pas baignée et je pense qu’elle sera revenue sans s’être trempée dans l’eau, je me
souviens bien qu’au mois d’avril l’eau est encore froide malgré le beau soleil. Cela me dirait bien d’aller faire
un petit voyage dans le midi, avec toi encore, si c’était réalisable, chérie ce serait merveilleux ; ce le sera, je
l'espère, un jour prochain.
Le secteur est un peu moins calme qu’auparavant et on entend davantage le canon ; avec le mauvais temps,
il n’y a presque plus d’avions. La DCA a, paraît-il, tiré longtemps la nuit dernière, mais je dormais tellement
bien que je ne l’ai pas entendue. Malgré ce calme relatif, j’ai l’impression à certains indices que le front
terrestre va s’enflammer, pas forcément dans notre région, mais quelque part sur notre frontière. Je viens à
l’instant d’écouter les nouvelles italiennes et j’espère qu’à la fin les Italiens trouveront ce qu’ils cherchent,
l’anéantissement complet de leur pays. Ce ne saurait tarder, si nous entrons en guerre contre eux. Je te quitte
quelque temps pour aller dîner. Je t’embrasse.
Il est 8h1/2 et je termine cette lettre après laquelle j’écrirai à mon père et j’irai me coucher. Ce soir malgré ta
lettre qui m’a fait plaisir, j’ai un peu le cafard, mais je ne sais à quoi l’attribuer. Cette suspension de
permission y est certainement pour beaucoup. Avant je savais approximativement quand je te verrais,
maintenant c’est fini et je finis par me décourager. Pourtant tous ces temps-ci mon moral était bon, mais
j’aurais bien besoin de te voir maintenant et de me retremper un peu dans un monde plus civilisé, tu sais que
je ne suis pas militaire dans l’âme, d’autre part je déteste une vie monotone toujours à la même place
surtout l’hiver à la campagne, alors tu comprendras que je ne suis pas ici tout à fait à mon aise. J’aime
beaucoup changer de place et toi qu’aimes-tu mon amour chéri ? Je ne sais pas Nicky ce que tu aimes et je te
connais assez peu malheureusement, mais je te connais c’est le principal, j’en suis heureux et c’est ma seule
consolation en ce moment, savoir que tu m’aimes et que tu es une gentille Nicky et sentir que moi de mon
côté je t’adore, si je ne te connaissais pas je me ficherais un peu de tout ce qui peut se passer, mais
maintenant je ne m’en fiche pas et je pense à toi et à moi sans nous séparer, car Nicky j’espère que nous ne
serons jamais plus séparés quand cette sale guerre se terminera.
Vivement que les événements se précipitent et que l’on gagne du temps. Au revoir, mon amour chéri, je
pense à toi et t’aime passionnément. Mille grosses caresses et tendres baisers.
Jacques
*Nicole Bruley (Lairé)
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 11
Annexe 1° partie – Photo prise au Petit-Tenquin
Petit-Tenquin 1940 – Jacques Bruley est le 1° à gauche de la photo
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 12
Annexe 1° partie – Jacques Bruley est tout en haut le 7ème
en partant de la gauche
Compte tenu du chiffre 186 sur les képis, il s’agit certainement d’une photo prise avant la guerre,
pendant le service militaire.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 13
2 – La Captivité
Une nouvelle vie allait commencer pour nous. Tous se demandaient ce que leur réservait l’avenir
immédiat, quand ils pourraient rentrer chez eux, ce qu’étaient devenus leurs familles et amis dans
cette tourmente. Les bobards les plus invraisemblables devaient envahir les camps pendant des mois
et même des années.
Nous avons donc passé la nuit dans un pré à Corcieux. Nous étions tous groupés, Cottin, Valette,
François, Agostini, etc. Au matin vers 5h1/2 tout le monde se réveilla, s’apprêta. Des camions vinrent
prendre ceux qui voulaient monter, mais nous n’étions pas pressés et nous restâmes sur place. Les
véhicules partirent néanmoins bien chargés. Les Allemands nous dirent alors qu’il fallait gagner Fraize
pour aller dans un camp où nous serions démobilisés. J’étais sceptique, mais obligé de suivre cette
interminable colonne que formaient tous les prisonniers marchant sans ordre. Ceux qui étaient trop
chargés ou fatigués jetaient au fur et à mesure des kilomètres tous les objets qui n’avaient pas une
importance vitale. À Fraize, les Allemands nous dirent qu’il ne restait plus qu’à monter le col du
Bonhomme en haut duquel des camions nous emmèneraient à Colmar où nous serions démobilisés.
Il faisait chaud, orageux même. Je montais vaillamment le col, nous étions à 1 kilomètre du haut
quand la pluie se mit à tomber. C’est là encore que nous aurions pu partir !
A – Corcieux, Neuf-Brisach, séjour à Neuf-Brisach
B – Départ, voyage /arrivée au 7A
C – Le 7A, départ
D - La ferme, retour au 7A
E – La 1, la vie du camp, le marché, les copains
F – La 25, la 38, le boulot, conclusion
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 14
Annexe 2ème
partie : Le camp de prisonniers de guerre Stalag VII A
En septembre 1939, après le commencement de la Seconde Guerre mondiale, un camp de prisonniers de guerre
fut construit au nord de Moosburg : le Kriegsgefangenen-Mannschafts-Stammlager (Stalag) VII A. Le nombre
des P.G. alliés monta de 10.000 à 80.000 vers la fin de la guerre, internés dans le camp et les kommandos de
travail.
Ci-joint l’adresse d’un site dédié au camp : http://www.moosburg.org/info/stalag/indfra.html
Plan du camp des P.G. de Moosburg
Film d’un survol du camp lors de la guerre : http://www.moosburg.org/info/stalag/bilder/spiegel.wmv
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 15
Annexe 2ème
partie : Photos et plan des camps de Moosburg
Mirador Baraques
Plan général des camps
A – Camp des gardes
B – Camp des P.G.
C – Gare du Stalag
D – Cimetière des P.G. Après la guerre, les corps ont
été dans un autre cimetière, ce site est maintenant
dédié au mémorial du stalag.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 16
Annexe 2ème
partie : courrier de Simone Graven
Carte de la Croix-Rouge informant Simone que son frère est prisonnier – 25/09/1940
Carte de Simone à son oncle Georges Bruley – 11/10/1940
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 17
Annexe 2ème
partie : envoi de colis
Demande de Simone d’autorisation d’envoi d’un colis au Stalag
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 18
3 – L’évasion
Fait prisonnier à Corcieux dans les Vosges le 21 juin 1940, j’étais au stalag VIIA depuis près de 16
mois. Ce camp situé près de Moosburg en Bavière était immense, construit en bordure d’un grand
bois de sapins. Les baraques étaient convenables, mais nous y étions un peu parqués comme du
bétail, pas nourris et remplis de puces. On ne peut pas rester passif entre des barbelés sans essayer
de partir alors que des êtres chers vous attendent et qu’en France, malgré l’occupation boche les
gens vivent à peu près.
Bien des fois j’avais pensé partir ; j’avais fait et compulsé des dizaines de cartes d’Allemagne et de
Suisse, Simone m’en avait envoyé une très bonne, cachée dans un pot de confiture, un camarade
rentré en France m’avait envoyé son plan exact. Toutes les possibilités avaient été envisagées, la
vallée de l’Inn, la haute montagne par Bludenz, la boucle de Schaffhouse, Feldkirch, le Liechtenstein,
l’Alsace et la Lorraine. Fallait-il partir à pied ou prendre le train ? Seul, ou à 2, ou 3 ? J’avais l’exemple
de belles évasions toutes différentes. Que choisir ? Quel plan arrêter ?
Un jour, après déjeuner une nouvelle idée me traversa le cerveau. Elle n’avait jamais été utilisée,
mais elle me paraissait par trop simple ; je pris néanmoins la décision de la travailler pour aboutir à
un énième plan qui me faisait profiter d’un gros départ de réformés qui devait avoir lieu la semaine
suivante. La réussite me paraissait possible par suite du nombre élevé de réformés. Douze cents
hommes sont à peu près l’effectif d’un train complet, j’ai pensé qu’il serait direct. Au départ
précédent il n’en avait pas été de même ; les malades avaient été groupés à Stuttgart avec ceux d’un
autre camp. L’inédit de mon nouveau plan était aussi un gros atout supplémentaire. Je l’étudiai donc
à fond, questionnai partout pour savoir la date du départ, préparai des habits pour être propre, des
chaussures anglaises en cuir très souple pour marcher facilement ; j’examinai les différentes
manières de sortir du camp et de lâcher les sentinelles, je me demandai quelle serait la meilleure
cachette en attendant le train, car il ne pouvait être question de sortir du camp en même temps que
les réformés. Tous les après-midi j’allai travailler comme volontaire terrassier pour le relèvement des
berges d’un canal traversant le bois. Là, à chaque fois, j’étudiai les lieux et la meilleure manière de
partir sans trop risquer un coup de fusil.
Trois ou quatre jours après mon idée initiale, ayant fait interroger une sentinelle, il répondit qu’il
était content parce qu’il allait faire un petit voyage à Paris. Le même jour, ayant eu un boche qui
cherchait à acheter sur le marché du camp de l’argent français, je lui indiquai où il pourrait en
trouver à un prix raisonnable et lui demandai pourquoi il en avait besoin. Comme je m’en étais
douté, c’était pour son voyage en France. Il me dit qu’il était très content, car il partait le dimanche
suivant à 9h51 avec un train de réformés. Un copain a interrogé un censeur de la poste et la réponse
étant identique, j’arrêtai le plan suivant : Je m’évaderais de la corvée du canal vendredi matin, après
quelques kilomètres dans le bois, je me cacherais dans un fourré. Dans la nuit de samedi à dimanche,
j’essayerais de trouver le train qui serait certainement déjà à la gare puisqu’à cette époque de
l’année le jour ne pointe que vers 7 heures. Il était plausible qu’un train spécial venant chercher des
prisonniers arrivât quelques heures à l’avance. Dans ce cas il serait facile de monter et de se cacher
dans le train.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 19
Tout est donc décidé, quelques détails demandent encore à être étudiés. Je mets un camarade,
Auboiron, au courant de ma tentative. Je lui demande de garder mes affaires, vêtements, linge,
couverture, conserves, argent même, qui peuvent m’être indispensables en cas d’échec. J’étudie
ensuite avec lui un système de signaux qu’il me ferait à l’aide d’une lampe électrique pour m’indiquer
si, parfois, la date de départ n’aurait pas été changée après mon évasion. Il fut convenu des
emplacements ; lui se mettrait à la sortie de la baraque 5B, moi au pied d’un grand arbre à la lisière
du bois, à 300 mètres environ des barbelés. J’établis aussi un code pour indiquer la nouvelle date de
départ, aucun signal ne devait être fait si rien n’avait été changé. Les signaux devaient être faits 2
fois : le 1° à 22h15, le 2ème
à 22h30.
La veille du départ, j’essaie une ultime démarche pour me procurer l’étiquette que tous les réformés
devraient porter à leur boutonnière. J’essaie de plusieurs manières, sans réussir. Le Docteur Lieuvin,
juif étranger, réformé ne pouvant pas partir, refuse de me donner la sienne ; je trouve idiot de l’avoir
mis au courant et le regrette tout de suite. Peu de camarades savent que je vais tenter quelque
chose, Auboiron dont j’ai déjà parlé, Vernier mon copain de popote, et 2 Australiens Dave et J. Mac
Sweeney. Le jeudi soir je les réunis tous les quatre autour d’un bon repas, dans les baraques
anglaises pour ne compromettre personne. Après le dîner j’achète au marché le sucre et le chocolat
nécessaires pour l’expédition. Tout étant fixé, je passe une bonne nuit ; les 4 ou 5 précédentes
avaient été presque blanches parce que je voulais penser à tout. Enfin le vendredi matin arrive : je
décide pourtant de ne partir que l’après-midi comprenant que les Allemands avaient moins le temps
pour me rechercher.
Pour cela je vais à la baraque 14 où Auboiron vient de s’installer : je mets une culotte de cheval sous
mon pantalon anglais que je retirerais et laisserais assez en évidence non loin du chantier pour faire
croire que je m’étais transformé en civil et ainsi aiguiller les recherches ailleurs que sur notre convoi.
Je couds dans la doublure de ma culotte les 2 billets de mille francs que je désire emporter. J’arrange
mes provisions (sucre – chocolat et eau) de manière que mes poches ne soient pas trop gonflées. Je
vais à la poste du camp pour voir si un colis qui m’était signalé et qui contenait 3 billets de 1000
francs dans un pot de confiture n’était pas arrivé (1000 fr. 1941 ~400€ 2014). Je mets au courant de
mon départ le chef de baraque Robillard afin qu’il m’inscrive dans la corvée du canal et non dans une
autre.
Après un solide repas avec Vernier je regagne la baraque 36, il est 1h1/4. Robillard nous appelle les
uns après les autres sous l’œil de 2 sentinelles. 25, le compte y est. En passant devant toutes les
baraques dans l’avenue centrale je me demandais si je les reverrais un jour. Vernier et Auboiron me
regardent passer. Nous arrivons à la première porte où se trouve le poste de garde ; on nous retire
notre plaque, ensuite le sergent « baragouine » quelque chose aux sentinelles pendant une ou deux
minutes ; un copain qui sait l’allemand traduit à haute voix qu’il y a déjà eu deux évasions le matin et
qu’il fallait avoir l’œil. Le chef de poste passe l’inspection pour voir si nous n’avons rien dans nos
poches ou si nous ne sommes pas habillés en civil sous notre vêtement kaki. Il arrive à ma hauteur et
je lui ouvre ma chemise de manière à montrer ma peau, j’avais en effet remarqué que, de cette
manière, ils n’insistaient pas, croyant être assurés qu’on ne pouvait être en civil en dessous. Il
inspecte mon voisin Dezons de très près. Nous sortons du camp.
Pour ce 3 octobre, il faisait un temps magnifique, un beau soleil d’automne, et la capote que j’avais
endossée, pour cacher mes grosses poches, aurait pu paraître bizarre. Seul un autre parmi les 25 en
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 20
portait une. Nous marchions le long des champs et j’entendis une voix qui hélait « hello, Jack, » et je
vis John Mac Sweeney qui agitait son bras en signe d’adieu. Il était occupé avec d’autres Australiens à
arracher les pommes de terre. Je ne devais plus le revoir.
Arrivé sur le chantier, chacun tombe la veste sauf moi. Je dépose quand même ma capote contre un
arbre. J’ai la mauvaise surprise de constater que le chantier s’est déplacé d’une vingtaine de mètres
et que je devrais changer mes plans pour le quitter, la position des gardiens n’étant plus la même. Je
voulais attendre qu’ils se réunissent, chose qu’ils faisaient toujours au bout d’un certain temps afin
de bavarder un peu. Les choses se présentent mal. Chaque sentinelle se place à chaque extrémité du
chantier. Debout, l’une a son mousqueton à la main, l’autre à l’épaule. ½ heure après, toujours la
même position, ¾ heure, 1 heure. Enfin l’un d’eux s’éloigne vers le bois et ramène un fagot, le pose
et appelle son copain. Ils s’assoient et posent leurs mousquetons derrière eux. J’attends quelques
minutes qu’ils soient bien assis, il est 3 heures 30, je pose la pelle et je vais derrière l’unique bosquet
du lieu comme pour satisfaire un besoin pressant. De là, je pars, ayant bien soin de courir toujours
dans le prolongement du buisson pour que les fritz ne puissent me voir. Au bout de 200 mètres, je
trouve une large tranchée qui me cache à leur vue. Je m’enfonce dans le bois. 200 mètres plus loin, je
me débarrasse de mon premier pantalon que je laisse bien en évidence, copieusement saupoudré de
poivre et de poudre à puces. Je continue mon chemin, tombe dans un terrain marécageux et ai
beaucoup de peine à trouver un passage. Je traverse ensuite le canal sur un petit pont et constate de
très loin que tout paraît encore bien calme au chantier ; je suis parti depuis 10 minutes environ.
J’accélère le pas et par moment adopte le pas de course ; je m’enfonce profondément dans le bois.
Je peine beaucoup pendant 200 mètres environ les arbres sont serrés, il y a du taillis. C’est alors que
je constate que je fais un bruit énorme, pire que plusieurs sangliers et que si quelqu’un passait par là,
il ne manquerait pas de venir voir. Je décide alors d’emprunter les sentiers en prenant des
précautions à chaque courbe pour ne pas me trouver nez à nez avec un promeneur éventuel. Je
m’aperçois que j’ai perdu mon portefeuille qui ne contenait rien d’important en tout cas ni papiers,
ni argent. Je poursuis mon chemin pendant environ 800 mètres. Le sentier est très joli, moussu, je
n’entendais pas moi-même mes propres pas.
Me jugeant assez loin, je décide de me rapprocher du camp pensant qu’on me chercherait plutôt
dans l’autre direction. Après avoir semé encore un peu de poivre, je m’enfonce à nouveau dans le
taillis et m’arrête au bout de 200 mètres environ dans un petit fourré. J’ai la gorge sèche et bois ma
petite bouteille d’eau. Je regarde ma montre, 4h20, j’étais parti depuis 50 minutes. Je n’étais pas
assis depuis 5 minutes que j’entends 2 coups de feu lointains. Les sentinelles se servaient de ce signal
pour appeler la section de chiens. 2 minutes après les détonations des aboiements se font entendre,
faibles puis plus faibles encore ; ils cessent 5 minutes puis reprennent et se rapprochent. À ce
moment, pensant qu’il est possible que les chiens me retrouvent et pour éviter d’être déchiqueté, je
grimpe au haut d’un sapin. Il est 4h50. Les aboiements se rapprochent encore, mais je ne pense pas
qu’ils venaient d’un point situé à moins de 500 à 700 mètres. J’entends les Allemands rappeler les
chiens. Il est 5 heures. J’entends alors comme un brouhaha lointain qui se rapproche peu à peu.
Inquiet, je prête l’oreille, mais suis vite rassuré me rendant compte qu’il y a un sentier à une centaine
de mètres et que ces voix sont celles de français qui reviennent d’une corvée quelconque. Je vois
ensuite passer depuis mon observatoire un officier boche en vélo puis un soldat. À 6h je décide de
descendre. La 1° partie de mon aventure est terminée avec succès.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 21
Depuis un certain temps, je perçois très nettement les bruits du camp après le repas du soir, les cris,
les coups de sifflet des arbitres de volley-ball. À 8h, je mange un peu de sucre et de chocolat ; la lune
se montre à travers les arbres. Vers 9h je décide de bouger, il fait très noir sous toutes ces grandes
branches, je marche sur la mousse sur le côté du sentier, j’entends un bruissement d’eau et trouve
l’Isar à 200 mètres. Après avoir bu une petite bouteille, je la remplis de nouveau pour la garder en
réserve. Elle n’est pas bonne cette eau et a une odeur de vase malgré son apparence limpide et le
courant assez rapide de la rivière. M’étant malgré cela désaltéré, j’ai l’idée de partir en
reconnaissance dans l’autre direction pour faire exactement le point de l’endroit où je suis. Je vais
jusqu’à la lisière du bois, aperçois la ferme que l’on pouvait voir du camp. Je m’enfonce à nouveau
dans le feuillage. Je m’aperçois bien vite qu’il est impossible de s’allonger à cause de l’humidité, je
reste alors assis contre un tronc ; je pense à cette journée et suis content de la conclusion de ce
premier acte.
Je suis bientôt assailli par des moustiques ; je rabats les revers de mon calot polonais sur les oreilles,
je mets mon mouchoir devant ma figure et mon col étant relevé, la surface à piquer est presque
réduite à zéro. Je reste des heures ainsi, cet accoutrement ayant le 2ème
avantage de me tenir chaud.
Je regarde ma montre le moins souvent possible à l’aide de ma lampe électrique. Je m’endors vers 5
heures du matin pour reprendre connaissance vers 7 heures. Il fait jour, j’entends vaguement le
camp s’éveiller. La journée passe lentement, je mange régulièrement toutes les 3 heures. Allongé
dans un fourré, je vois, je n’entends personne. Seuls les oiseaux font parfois un bruit assourdissant ;
certains d’entre eux viennent se poser à 1 ou 2 mètres de moi. Contrairement à la veille, le temps est
très gris, mais il ne fait pas froid. Je vois avec plaisir le jour commencer à décliner.
7h du soir. Je deviens impatient de partir. Comme j’avais décidé de ne pas sortir avant 9 heures, les
minutes me semblent longues ; j’ai hâte de savoir si le jour du départ n’est pas changé ; j’ai hâte de
voir si le train est là. À 9h moins 2, je sors de ma retraite et gagne silencieusement la bordure du bois.
Encore 3 ou 400 mètres pour parvenir à l’arbre d’où j’attendrais les signaux éventuels. Des soldats
allemands accompagnés de femmes passent non loin de moi riant et « gueulant ». Impossible de les
voir depuis ma cachette. J’attends patiemment ; 10h moins 10 je vois passer à l’intérieur des
baraques la grosse torche de la ronde ; 10h relève des sentinelles autour des barbelés. Elles étaient
fortement éclairées par de grosses ampoules qui restaient allumées toute la nuit. Depuis l’endroit où
je me trouve, le camp a un aspect bizarre et triste. Je me sens heureux d’être là où je suis à la pensée
des milliers d’hommes qui dorment là, tout près, dans leurs couvertures pleines de puces.
10h13 : je commence à fixer mon regard sur la baraque 5B ; 10H 20 aucune lumière n’a lui. 10h ½ :
rien non plus. J’attends encore quelques minutes sans résultat : le jour et l’heure du départ ne sont
pas changés ; j’ai toutes les chances de trouver le train cette nuit, car il me semble improbable qu’il
arrive à la dernière minute pour faire embarquer environ 1130 prisonniers.
Confiant je me mets donc en route ; je longe la lisière du bois, la nuit est très claire, mais je marche
sans inquiétude prenant garde toutefois de ne faire aucun bruit. Après avoir dépassé le silo, je laisse
sur ma droite le petit pont au-dessus de la rivière, le trouvant trop près de la ferme et craignant de
rencontrer quelqu’un. Je préfère me déshabiller, passer dans l’eau, mais loin du pont. Le passage fut
très facile, l’eau me montant au haut des cuisses. Ayant attendu d’être sec, je m’habille, je traverse la
prairie en son milieu, en effet j’aurais été invisible le long des haies, mais n’aurais pu voir non plus un
éventuel allemand. Arrivé à l’extrémité je suis devant une palissade assez haute, surmontée de 2 fils
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 22
de fer barbelés. Je grimpe, passe entre les 2 et saute de l’autre côté sur le ballast ce qui fait
beaucoup de bruit.
Je traverse les voies et les suis, empruntant un sentier. Le ciel s’était voilé, au bout de 400 mètres je
croise une femme qui me dit quelque chose en passant, je pense que c’était « monsieur » en
allemand et j'ai vaguement répondu "gute nacht". Arrivé à 300 mètres d’un passage à niveau, je
m’aperçois qu’il doit être fermé, car une voiture attend, phares allumés. Je décide alors d’éviter ce
carrefour dangereux en marchant bien au large à travers champs. J’allai ainsi pendant 20 minutes un
peu au hasard ; le brouillard tombe rapidement, blanchâtre, de plus en plus dense. En quelques
instants il devient tel que je suis complètement perdu. J’avoue qu’à ce moment-là je fus inquiet
pensant m’être beaucoup éloigné. De toute façon je retrouverais ma route avec le bruit des trains.
Je continue malgré tout ma route quand, tout à coup, j’aperçois à quelques mètres devant moi une
silhouette qui se sauve le plus vite possible. L’ombre se glisse dans un buisson. Que faire ? Je
m’approche et aperçois un homme accroupi. Il engage le premier la conversation « French ? » -
« Yes » et ensuite en français « Je cherche le train » - « Moi aussi ». Cet Anglais me dit qu’il s’est
évadé de la corvée du vélodrome le matin même (Corvée que je ne connais pas pour être réservée
aux Anglais). Il est de Portsmouth et voudrait gagner Nice d’où il a une combinaison pour gagner
l’Angleterre. À ce moment, un chien se met à aboyer sur notre gauche à 400 mètres environ et une
voix d’homme criait après lui. Cela provenait probablement de la gare. L’anglais se met à plat ventre,
moi je reste debout, certain que dans le brouillard il est impossible d’être vu. Ce petit fait de s’être
couché a probablement eu une grave conséquence pour l’anglais. Nous le verrons plus loin.
Quand tout fut redevenu calme, nous essayons de nous orienter. À ce moment, nous entendons
sonner minuit très distinctement ; c’est certainement l’une des deux églises de Moosburg. Je pousse
alors un soupir de soulagement, car je sais maintenant où se trouve la gare alors qu’il est très difficile
de s’orienter dans ce brouillard épais. À ce moment, un train passe et indique encore mieux la
direction à suivre. Après avoir parcouru 400 mètres environ j’arrive à la voie.
Le brouillard est toujours très dense, mais j’en suis maintenant très satisfait, je peux m’approcher de
la gare sans crainte d’être vu. L’Anglais trouve quelques biscuits dans un wagon de la Croix Rouge.
Nous cherchons le train chacun de son côté. Il revient et me dit qu’il n’a pas vu le moindre wagon de
voyageurs. Je décide alors d’aller voir sur deux voies de garage isolées que je connais. Je suis de
retour à la gare vers 1 heure ; je n’ai rien trouvé, mais ai les jambes et pieds trempés et suis transi de
froid. Un train de marchandises s’arrête, des cheminots sortent de la gare, décrochent 2 wagons
qu’ils commencent à décharger tandis que le convoi poursuit sa route.
Pendant ½ heure nous entendons le bruit de ces hommes maniant de la ferraille quelconque. Nous
voyons seulement le halo d’une lampe et nous entendons des voix gutturales assourdies par le
brouillard crier des mots incompréhensibles. Puis tout rentre dans le calme ; nous allons faire un tour
le long du ballast et passons sous la cabine de l’aiguilleur justement à la fenêtre, je ne suis pas
inquiet. Impossible de chercher quelqu’un par un temps pareil. Il est alors 3h1/2 du matin, je grelotte
de plus en plus tout en me félicitant d’avoir mis le caleçon long à grosse laine que Simone m’avait
envoyé. Toutefois le tout me colle à la peau et je ne me sens pas très bien. Avec l’Anglais, nous
décidons de veiller chacun notre tour ¾ heure pendant que l’autre pourrait se reposer dans le fond
d’un wagon. Jusqu’à 4h1/4, calme plat, sauf le passage de fréquents trains de marchandises, il en
passait du reste beaucoup depuis 1 heure. Je vais m’allonger à mon tour et à 5 heures reprends la
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 23
garde. Je commence à douter de la réussite de mon entreprise ; en effet puisque le jour du départ
n’est pas changé, il y a beaucoup de chance que le train arrive de jour et il me serait alors à peu près
impossible de m’en approcher. À 5h3/4 je vais encore me reposer, mais à 6 heures je n’y tiens plus et
je vais discuter avec l’Anglais de la conduite à suivre. Nous décidons de rester là jusqu’au petit jour
pour avoir le plus de chances possibles de prendre le convoi. Comme il aurait été très imprudent de
rester dans la gare, nous nous installons dans un pré dans le bas de la voie ferrée.
À 7h15 toujours rien, le jour pointe, le brouillard est moins dense et l’on voit à 50 mètres devant soi.
À ce moment je pense qu’il faudra recommencer après un séjour à la baraque 40, prison du camp.
Après ½ heure d’attente supplémentaire, je décide de retourner en direction du camp, pour voir si
les réformés ne sortent pas et s’il y a la possibilité de se mêler à eux.
À 100 mètres de la gare, nous rencontrons une femme tenant un enfant par la main, ils ne font pas
attention à nous. Après avoir évité un paysan et sa voiture tirée par des bœufs, nous longeons la voie
ferrée et rencontrons un vieillard endimanché qui nous arrête « nichts posten ? », je réponds « nein
– stalag » et je lui fais un signe que nous rentrons au camp. Il hésite, fait quelques pas avec nous, puis
voyant que nous prenons réellement la direction du camp il s’en va.
À 800 mètres nous entendons un brouhaha sourd, puis plus distinct. Je comprends que c’est la
colonne que nous cherchons, car un dimanche, il n’y a pas de corvée susceptible de partir au travail.
Nous approchons et voyons à 200 mètres de distance que les réformés sont déjà là avec leurs
valises ; les premiers ne sont pas loin de l’extrémité de la haie d’une laiterie. Arrivés à cette haie nous
passons de l’autre côté, c’est-à-dire dans l’enceinte même de la laiterie, et bientôt nous nous
trouvons à 4 ou 5 mètres de la colonne, la haie nous séparant.
Ils étaient tous en pagaille, leurs bagages posés à terre ; j’aperçois Doucet, un infirmier que je
connais bien. Ayant dit à l’Anglais que sitôt la haie franchie il passe à droite, que moi je passerais à
gauche, j’interroge Doucet du regard. Personne ne nous a vus à part lui. Il me fait signe de passer, il y
a en effet un trou dans le bas de la haie. Je traverse donc le premier et me dirige vers la queue de la
colonne. Il est environ 8h. Je marche environ 100 mètres quand un officier allemand crie quelque
chose. L’interprète traduit « Reformez-vous par groupe de 50 comme à la sortie du camp ». Tous se
rangent prenant les valises. Je reste à la fin d’un groupe ; nous sommes 6 sur le dernier rang.
L’Allemand arrive en comptant et me fait signe de rétrograder. J’entends dire « Quel imbécile celui-là
il ne sait même pas de quel groupe il fait partie ». Le manque de bagage me gêne et aurait dû me
faire remarquer. Je pense alors gagner la fin de la colonne quand j’ai une idée lumineuse qui assure
la réussite de l’évasion.
La route passait au-dessus d’un ruisseau sur le bord duquel il était facile de descendre. Je me glisse
donc sous le petit pont et dès que le groupe de 50 au-dessus est compté (environ 20 secondes), je
me mêle aux autres. Je m’aperçois alors que mes mi-bas sont remplis de boue, je déroule alors la
paire que j’avais mise par-dessus comme socquettes ; j’étais à peu près propre. Coup de peigne,
prompte révision de ma toilette, je suis correct, mais mal rasé, sans valise et sixième sur le rang.
J’ai hâte d’entendre l’ordre de partir. Heureusement pas plus de trois minutes. En marche je suis
moins voyant, car les rangs se mélangent un peu, le plus grave est d’avoir les mains vides. Nous
passons devant un officier allemand arrêté. Heureusement de l’autre côté de la colonne, il ne
s’aperçoit de rien. À peu près à mi-chemin, mon voisin, qui porte 2 valises m’en passe une, je le
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 24
remercie, me voilà comme les autres sauf que je suis 6ème
sur le rang, mais je me serre le plus
possible. Nous arrivons en vue de la gare ; la voie ferrée se trouve plus haut que le chemin ; nous la
voyons de loin. Nous nous arrêtons donc ; mon groupe de 50 se trouve à environ 200 mètres de
l’entrée de la gare. Il est 8h40. Les Allemands qui nous gardent partent dans la salle d’attente. Je suis
un peu inquiet par le passage du portillon, mais suis quand même satisfait d’être où je suis.
Certains voisins qui craignent peut être d’être pris comme complices, ou qui sont seulement
mécontents de mon évasion me donnent de mauvais conseils, comme celui d’aller me cacher à 10m
sur notre droite dans un abri de la Luftwaffe ; j’ai eu assez de mal à me joindre à la colonne pour en
sortir maintenant. Puis je vois un prisonnier se détacher du groupe de 50 qui nous précède. Je ne le
connais pas. Il me dit, « J’ai vu, comment tu as opéré, tu t’es bien débrouillé. Reste le portillon. Je te
propose de prendre ma place dans mon groupe, je prends la tienne. Vous serez 50, donc un groupe
régulier ; nous serons 51 et s’ils demandent les papiers tout le monde sera en règle. Je trouve cela
idéal, mais mes imbéciles de voisins disent qu’ils n’acceptent pas et commencent à faire du bruit.
Craignant l’attroupement, je remercie mon visiteur et reste là.
Le train arrive enfin il est 9h20. Pour 9h51 et près de 1200 prisonniers, cela ne fait guère plus de 1
seconde par homme. Les 1° groupes passent, enfin le nôtre. Soupir de soulagement à environ 3
mètres du portillon quand je peux voir le déroulement des opérations : un officier compte, mais
laisse monter dans le train, cela ne sert à rien de compter, car au 51ème
les autres sont déjà dans le
convoi. Je passe le 38 ou 39ème
.
Roger Prévotaux (j’ai su son nom par la suite), celui du groupe précédent qui m’a fait la proposition
d’échange, m’attend à la portière du wagon où il est monté. Je rends la valise à mon voisin en le
remerciant et monte. Je ne serai pas dans le wagon de mon groupe. Dans le couloir je surveille le
51ième
. IL est mis de côté, l’officier fait passer le reste du convoi et lui demande ses papiers. En règle
évidemment, il semble hésiter quand le mécanicien de la locomotive donne 3 coups de sifflet
stridents. L’officier lève les bras et fait signe de passer. C’est gagné, le train part de suite et je suis
presque étonné de le voir démarrer. La 2ème
partie de mon évasion s’est passée avec succès.
Nous sommes dans le premier compartiment du wagon. Nous sommes 8, je suis assis à côté de
Prévotaux, mais parlons peu, les 6 autres ignorent que je suis évadé. Quand nous voulons discuter de
la suite possible, nous allons dans le bout du couloir. Nous ne pensons pas à un contrôle dans le train,
car nous venons d’être comptés. Il est peu probable que l’officier signale un homme de trop, car il est
responsable. Reste le passage de la frontière, où nous pourrions passer sous une autre
administration ? Enfin il faut attendre.
Je reste assis sans m’endormir. À midi ½, mes voisins sortent des conserves et saucissons, ils
s’étonnent que je n’aie rien prévu ; Prévotaux et 2 autres me ravitaillent ; je leur donne du chocolat.
À 3h1/2 nous arrivons à Stuttgart, il commence à pleuvoir. Le train s’arrête une bonne heure ;
certains infirmiers, brassard marqué de la Croix Rouge au bras, rapatrié également passent sur le
quai du train, au cas où quelqu’un aurait besoin de soins ; c’est ainsi que j’aperçois mon homonyme
Bruley, boucher à Troyes. Je ne lui fais pas signe, car son étonnement probable serait dangereux. (Il
ira du reste un mois après à Estissac pour donner de mes nouvelles de vive voix, c’est là qu’il
apprendra mon évasion).
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 25
Le train repart et nous nous apercevons qu’un convoi de soldats allemands nous suit ou nous
précède suivant les tronçons de ligne. Il est possible que notre train Croix Rouge couvre le convoi en
cas d’attaque aérienne. La nuit arrive assez vite. Nous dînons sommairement. Pas d’électricité dans le
train, ce n’est pas pour me déplaire. Je ne dors pas et notre convoi s’arrête vers 10 heures au moins
pendant 4 heures, nous sommes dans une gare de triage. Je m’assoupis enfin et à mon réveil nous
sommes à Mannheim. Dans la matinée lors d’un arrêt, des prisonniers le long de la voie nous disent
que nous sommes à 50 kilomètres de la frontière.
À midi le train s’arrête en gare de Hombourg ; il fait soleil. Les « posten » crient quelque chose et je
m’inquiète d’un contrôle possible. Je décide que s’ils nous font descendre pour nous compter, je me
planquerai. Mais Prévotaux va aux renseignements et me rassure. Ceux qui veulent descendre
peuvent aller toucher un repas chaud dans un réfectoire de permissionnaires allemands. (2 grandes
baraques, dortoirs, lavabos, douches et grande salle à manger. Environ 400 d’entre nous descendent
dont Prévotaux et moi. Soupe de légumes épaisse, pas mauvaise. Je vais ensuite me laver un peu aux
lavabos. ¼ heure après nous reprenons notre place et le train démarre. Donc aucun contrôle, j’ai de
plus en plus confiance dans la réussite de mon entreprise.
Avant Metz nous avons pu voir des centaines de jeunes gens en civil, alignés sur des places
publiques, ce devaient être des enrôlements de force dans la Wehrmacht. À 5 heures nous étions à
Nancy, tout le monde descend ; sur le quai, des responsables de la Croix Rouge française nous font
mettre sur 3 rangs très aérés. Des jeunes filles passent en nous offrant du bouillon et 2 cigarettes que
je donne à mon voisin. Il fallait que la France fût bien pauvre, pour ne pas faire plus, mais ce n’est pas
une critique, car en réalité beaucoup d’entre nous ont eu le minimum grâce aux colis.
Les interprètes crient pour prévenir qu’il est interdit de donner la moindre lettre aux infirmières. Cela
me donne l’idée d’essayer d’envoyer un télégramme pour me faire envoyer des affaires à Maisons-
Laffitte. L’une des jeunes filles à qui je le demande accepte, je lui donne l’argent pour ce libellé
destiné à l’oncle Georges : « Bien arrivé Nancy, envoi Guido et affaires personnelles chez Mr
Anselmi , signé Furcy » (pour information les prénoms de mon père sont : Jacques, Léon, Jules, Furcy).
Le train repart vers 6h1/2. Le temps paraît long, je n’arrive pas à dormir. À 3h heures, le train s’arrête
en gare de Châlons-sur-Marne ; brouillard assez épais, le paysage est sinistre. À 6 heures La Ferté-
sous-Jouarre. Il est possible de descendre, mais je crains un service en gare possible. Je repars donc
avec le train, mais décidé, cette fois à sauter le plus tôt possible. Nous nous rapprochons de Paris. Je
retire ma veste militaire qui fait apparaître mon blouson bleu marine, et avec Prévotaux me tiens
près de la portière surveillant le parcours ; 6h1/2, 6h3/4 le train marche toujours trop vite et que de
piquets !! Je n’avais jamais remarqué le nombre imposant de piquets le long des lignes. C’est le petit
jour.
Le train ralentit dans une légère montée et je peux lire Noisy-le-Sec ! Je dis à Prévotaux « Si je peux
sauter, c’est parfait ». 200 mètres après la gare le train a encore un peu ralenti (je pense 40 à
l’heure). Je suis dans le haut du marchepied et au moment de sauter Prévotaux me dit « Va de ma
part au magasin Felix Potin de Noisy-le-Sec, c’est un client ». Je saute, roule un peu, aucun mal. Je
me cache sous des wagons de marchandises arrêtés sur la voie d’à côté, cela au cas où quelqu’un
m’aurait vu. C’est le petit jour et j’aperçois sur ma droite la gare de Noisy-le-Sec avec ses lumières
jaunâtres.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 26
Tout est calme, je traverse alors toutes les voies, saute par-dessus la palissade faite de traverses et
me trouve dans une rue déserte. 300 mètres plus loin, je rencontre une vieille femme à qui je
demande où se trouve le Félix Potin. C’est justement à environs 400 mètres d’où je me trouve. Le
magasin est fermé, mais à côté il y a un passage qui doit mener à l’arrière-boutique. En effet une
femme de ménage travaille. Elle me dit que le patron ne va pas tarder à descendre. Quelques
instants plus tard, il arrive, je me présente de la part de Prévotaux, il le connaît très bien, par
téléphone intérieur il informe sa femme et sa fille qui arrivent en robe de chambre.
***
Pour mémoire le plan d’ensemble prévoyait les parties suivantes :
F – Maisons Laffitte
G – Passage de la ligne
H – Marmande, Nîmes, Impressions
Ce que je sais, c’est qu’un jour à Maisons-Laffitte, Lili rentrant de courses, entendant un pas d’homme
derrière elle, au bout d’un moment, plus ou moins rassurée, se retourne pour voir, et aperçoit Jacques
qui la suit. Un différend a existé entre mon père et elle, sur le fait que papa disait qu’à ce moment il
était tel qu’il devait passer pour un simple passant, alors que Lili disait qu’il n’était pas rasé, pas
propre, et avait vraiment l’air d’un vagabond.
Quoi qu’il en soit, il suit Lili, arrive chez les Anselmi, et retrouve Nicky. Quelque temps après, il passe
avec elle la ligne de démarcation et il se marie à Nice six mois après son évasion, le 25 avril 1942. Sur
la photo de leur mariage en annexe, mon père est encore bien maigre.
Michel
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 27
Annexe 3ème
partie
Fiche de démobilisation du 21/10/1941
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 28
Annexe 3ème
partie
Nice 25 Avril 1942 – Mariage de mes parents : Jacques et Nicky.
État des services aux armées de Jacques Bruley
 Classe 1935.
 Affecté au 186
ème
Régiment d’artillerie lourde à tracteurs, arrivé au corps et incorporé le 19 octobre 1936,
services comptant du 15 octobre 1936. Affecté au 108
ème
Régiment d’artillerie le 15 octobre 1937
(organisation). Renvoyé dans ses foyers le 15 octobre 1938 et passé dans la disponibilité le dit jour. Rayé
des contrôles le 15 octobre 1938.
 Rappelé sous les drapeaux le 21 mars 1939 en application du décret de loi du 20 mars 1939, affecté au
108
ème
régiment d’artillerie, arrivé au corps le 21 mars 1939. Nommé Brigadier le 15 mai 1939. Aux armées
le 2 septembre 1939. Fait prisonnier le 21 juin 1940 à Corcieux (Vosges). Interné au stalag VII A matricule
48 921. Cesse la captivité le 21 octobre 1941. Démobilisé le 21 octobre 1941 par le centre démobilisateur
de Bourg (Ain).
 Passe classe de mobilisation 1929 comme père de 3 enfants vivants le 9 juillet 1952 (art. 58).
 Date de libération du service militaire 15 octobre 1964.
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 29
Annexe 3ème
partie : Note de synthèse écrite en 2003.
Convoqué pour mon service militaire (26/10/1936, durée 2 ans) à Dijon au 186ème
régiment
d’artillerie, libéré le 20/11/1938. Bruits de guerre, Munich. Reconvoqué Mars 39. 1/9/1939 c’est la
guerre.
Affecté au 174ème
régiment d’artillerie basé à Nîmes, 2 mois à Manduel (10km de Nîmes, Gard), puis
monté au front à Petit-Tenquin (Moselle), village évacué. Tout l’hiver à Petit-Tenquin -25°. 10 mai
attaque allemande sur le nord et l’est de la France. Nous ne sommes pas concernés. Allemands à
Paris le 14 juin. Le 17 juin sans avoir de nouvelles, nous sommes encore au fond de la forêt
Vosgienne. Ordre de repli (un peu tard). Prisonnier le 21 juin, 1 mois à Forbach, 15 août à Moosburg
(40 kms de Munich).
Au stalag VIIA.
Essai de ferme avec 2 copains. Famille très sympathique, très arriérée. Resté 2 jours. Rentré au camp
avec certificat médical, gentiment donné par le docteur allemand.
Vie au camp.
Début difficile. Rien à manger pendant 2 mois. La famille n’étant pas encore rentrée dans l’Aube. Dès
que les paquets arrivent, nous ne nous nourrissons plus que grâce à eux.
Je ne fais rien jusqu’en janvier où ils demandent des interprètes d’anglais pour remplir les imprimés
des anglais, Australiens, Néo-Zélandais qui arrivaient nombreux de Libye (Tobrouk) et des îles
Grecques, Crête, Rhodes, etc.
20 septembre 1941
Du fait d’être interprète, j’appartenais à la « Karten » (service des cartes du camp) ; là j’ai connu un
soldat allemand (40 ans) qui habitait à Rio de Janeiro, il était venu voir ses parents et s’était laissé
prendre dans l’armée.
Un jour il me dit qu’un train partirait de la gare de Moosburg pour Paris le 5/10/41 à 9h 41 (je l’ai su
plus tard officiellement). Train composé de petits réformés incapables de travailler.
Projet d’évasion et évasion
Inutile de penser de joindre le convoi dans le camp. Il fallait donc s’évader du camp la veille ou plutôt
l’avant-veille, ce qui ne posait pas un gros problème.
Le 5 octobre était un dimanche, je me portais volontaire le vendredi pour un chantier pour remonter
les berges d’un canal. J’y suis allé le mercredi pour repérer le terrain.
Je partais donc le vendredi habillé en dessous d’un pantalon civil, d’un blouson de ski et de
chaussures légères (que j’avais aux pieds), 4 tablettes de chocolat, 1 petit flacon d’eau.
Nous étions 30 au début, je ne suis pas rassuré, les deux gardiens se tiennent l’un d’un côté, l’autre
de l’autre, mousqueton dans les mains. Cela a duré ½ heure puis l’un a appelé l’autre, ils sont allés
chercher 2 fagots et se sont assis ensemble, le mousqueton dans les feuilles. J’ai pensé que c’était le
moment de partir, ai déposé ma pelle et ai fait semblant d’aller pisser, mais ils ne me regardaient
pas. 100m d’une prairie puis le bois. J’ai déposé quelque chose pour montrer mon passage et pour
saupoudrer de produits contre les rats, pour nuire à l’odorat des chiens. Puis sans courir à l’endroit
que j’avais repéré et qui se rapprochait du camp. 40’ après j’étais arrivé (2kms environ), puis
j’entends le coup de fusil des gardiens demandant l’envoi des chiens. ½ heure après j’entends les
chiens qui se sont rapprochés nettement de moi (je pense 700 mètres) et puis cette direction
paraissant impossible à leurs maîtres, ceux-ci les ont rappelés et ce fut fini.
Toute la nuit j’entendis le bruit d’une rivière, j’avais déjà bu mon flacon. À 100m je trouvais l’Isar,
30m de large, peu d’eau, mais très … Je bus 2 flacons et l’emportais plein. Puis ce fut une nuit longue,
Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 30
où je dormis un peu malgré un petit froid et les moustiques, puis la journée du samedi longue à
passer.
Mon 1° but était d’aller dans la gare de marchandises de Moosburg pour voir si par hasard notre
train ne serait pas arrivé. Je partis donc vers la voie ferrée (800m environ) qui était longée d’un petit
chemin piéton. Ensuite j’ai rencontré une vieille femme qui me dit « heil Hitler », je répondais de
même.
Puis un assez épais brouillard tomba, encore 1 km et dans la pénombre j’aperçus un homme se
cacher dans un buisson. Je vais au buisson, il me dit « British ». Lui aussi cherchait le train. Nous
sommes restés toute la nuit ensemble, puis au petit jour avons quitté le coin de la gare pour
regagner les environs du camp. À 500m de celui-ci, une rumeur, ils sortaient.
Il y avait là une laiterie, un grand terrain, personne de visible, mais surtout une grosse haie le long du
chemin. À un endroit un trou de 0m50 environ, on aurait dit tout préparé pour nous. Ils se
groupaient petit à petit, puis alors qu’il allait partir nous traversâmes (environ 7 mètres), je dis à
l’Anglais toi à droite, moi à gauche. Aucun gardien ne nous avait vus. Mais l’officier finissait de
compter, avant d’arriver à moi (il était de l’autre côté) je me glissais sous un petit pont sous le
chemin. Dès que je ne l’entendis plus, je ressortais, mais je me rendis compte que j’étais le seul à ne
pas avoir de valise. Nous nous mettons en route, toujours sans valise, puis au bout de 400 mètres, un
voisin qui en avait 2 m’en donne une après plusieurs demandes.
Tout est sans histoire jusqu’à 500m de la gare. Nous avons vu notre train arriver. J’étais dans les
derniers et attendis environ 20’. Le portillon me faisait peur, car on passait un par un, cela se passa
bien, car aucun contrôle sauf l’officier allemand qui ne demandait rien. Je montais dans le train et
depuis le couloir, surveillais, car je savais que nous étions par groupe de 50. Il arrête le 51ème
, laisse
passer le reste. Il demanda ses papiers qui étaient en règle. Il hésitait, le chauffeur de la locomotive
donna un coup de sifflet et démarra.
Enfin le train part. Je retrouve un prisonnier qui m’a gardé une place à côté de lui. Il me donne de
quoi manger à midi, car je n’ai rien. Le train est très lent. À 1 heure nous sommes à l’ancienne
frontière. Le train s’arrête et les gardiens nous proposent un repas chaud, nous pouvons aussi rester
dans le train. Je vais déjeuner (une soupe aux légumes). À 17h30 gare de Nancy, thé chaud et
possibilité d’envoyer un télégramme, ce que je fais à l’oncle Georges.
Le train est lent, on ne peut pas dormir. J’ai décidé d’aller au bout, mais de sauter du train près de
Paris. À partir de 6h je fais attention aux gares où l’on passe. Je suis vraiment en civil près d’une
porte avec mon copain. Tout à coup Noisy-le-Sec. Mon copain me dit, si tu sautes là tu peux aller
chez Felix Potain, c’est un client. Le train ne va pas vite, car nous sommes dans une côte. Je saute,
passe par-dessus une palissade, je suis dans une rue de Noisy.
Je trouve facilement Felix Potain. J’y reste 2 heures, café et changement de pantalon, car les épiciers
trouvent le mien bien usé. Le patron a la même taille que moi. Je prends l’autobus – Porte de
Clignancourt – Métro Havre Caumartin – Gare Saint-Lazare – Maisons-Laffitte. Il est 11h45.
Je remonte la rue de Poissy et au bout du tout je rencontre Lili.

Contenu connexe

Tendances

Candide mag 1
Candide mag 1Candide mag 1
Candide mag 1
lfiduras
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - j-dnfzt
La Guerre au Pays de Fouesnant -  j-dnfztLa Guerre au Pays de Fouesnant -  j-dnfzt
La Guerre au Pays de Fouesnant - j-dnfzt
Foenizella.com
 
Libreto frances 5-6
Libreto frances 5-6Libreto frances 5-6
Libreto frances 5-6
Eunice Castro Rosado
 
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acfMairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
Foenizella.com
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272eLa Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
Foenizella.com
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfomLa Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
Foenizella.com
 
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiquesChemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
mo_ment
 
Les lettres de mon moulin
Les  lettres de mon moulinLes  lettres de mon moulin
Les lettres de mon moulinEPSILIM
 
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2 De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2 InfosCollège
 
Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2JCE31
 
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2InfosCollège
 
Camus letranger (1)
Camus letranger (1)Camus letranger (1)
Camus letranger (1)
AngelinaDirocheEstev
 
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Cédric Mouats
 
Ecoles du Pays de Fouesnant - jl-tadp
Ecoles du Pays de Fouesnant -  jl-tadpEcoles du Pays de Fouesnant -  jl-tadp
Ecoles du Pays de Fouesnant - jl-tadp
Foenizella.com
 
Bras de fer
Bras  de  ferBras  de  fer
Bras de fer
EPSILIM
 
Meurtre hors concours
Meurtre hors concoursMeurtre hors concours
Meurtre hors concours
CDILegtpaLouisPasteur
 
Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles  Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles
Cinquante Nuances de Dave
 
Chapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardChapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardNezumy
 

Tendances (20)

Candide mag 1
Candide mag 1Candide mag 1
Candide mag 1
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - j-dnfzt
La Guerre au Pays de Fouesnant -  j-dnfztLa Guerre au Pays de Fouesnant -  j-dnfzt
La Guerre au Pays de Fouesnant - j-dnfzt
 
Libreto frances 5-6
Libreto frances 5-6Libreto frances 5-6
Libreto frances 5-6
 
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acfMairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
Mairies communes du Pays de Fouesnant -phpow3 acf
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272eLa Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
La Guerre au Pays de Fouesnant - -php8q272e
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfomLa Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
La Guerre au Pays de Fouesnant - phprekfom
 
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiquesChemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
Chemin faisant - Contes et pistes pédagogiques
 
Les lettres de mon moulin
Les  lettres de mon moulinLes  lettres de mon moulin
Les lettres de mon moulin
 
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2 De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
 
Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2Jean de la fontaine fables 2
Jean de la fontaine fables 2
 
Dame blanche
Dame blancheDame blanche
Dame blanche
 
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
De l'Afrique à l'Alaska - Chapitres 1 & 2
 
Camus letranger (1)
Camus letranger (1)Camus letranger (1)
Camus letranger (1)
 
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
Projet de scénario original : L’Exilé malgré lui / Loin des murs du front
 
Ecoles du Pays de Fouesnant - jl-tadp
Ecoles du Pays de Fouesnant -  jl-tadpEcoles du Pays de Fouesnant -  jl-tadp
Ecoles du Pays de Fouesnant - jl-tadp
 
Bras de fer
Bras  de  ferBras  de  fer
Bras de fer
 
Meurtre hors concours
Meurtre hors concoursMeurtre hors concours
Meurtre hors concours
 
Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles  Jacques Prévert, Paroles
Jacques Prévert, Paroles
 
Le broc' des clapas
Le broc' des clapasLe broc' des clapas
Le broc' des clapas
 
Chapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillardChapitre31 brouillard
Chapitre31 brouillard
 

En vedette

Management du Système d'Information Décisonnel
Management du Système d'Information DécisonnelManagement du Système d'Information Décisonnel
Management du Système d'Information Décisonnel
Michel Bruley
 
Estissac et thuisy 2017
Estissac et thuisy   2017Estissac et thuisy   2017
Estissac et thuisy 2017
Michel Bruley
 
Protection données nominatives 16
Protection données nominatives   16Protection données nominatives   16
Protection données nominatives 16
Michel Bruley
 
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence EconomiqueBI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
Michel Bruley
 
Infocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnelInfocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnel
Michel Bruley
 
Système décisionnel et fonction marketing
Système décisionnel et fonction marketingSystème décisionnel et fonction marketing
Système décisionnel et fonction marketingMichel Bruley
 
Système décisionnel : cas remarquables
Système décisionnel : cas remarquablesSystème décisionnel : cas remarquables
Système décisionnel : cas remarquables
Michel Bruley
 
Propos sur les si décisionnels.
Propos sur les si décisionnels.Propos sur les si décisionnels.
Propos sur les si décisionnels.
Michel Bruley
 
Eléments sur la théorie des jeux
Eléments sur la théorie des jeuxEléments sur la théorie des jeux
Eléments sur la théorie des jeux
Michel Bruley
 
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entrepriseSystème décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
Michel Bruley
 
Synthese one-to-one-marketing
Synthese one-to-one-marketingSynthese one-to-one-marketing
Synthese one-to-one-marketing
Michel Bruley
 
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?Michel Bruley
 
Logistique v2
Logistique v2Logistique v2
Logistique v2
Michel Bruley
 
Big Data & Pricing
Big Data & PricingBig Data & Pricing
Big Data & Pricing
Michel Bruley
 
Big Data and Visualization
Big Data and VisualizationBig Data and Visualization
Big Data and Visualization
Michel Bruley
 
Big Data and Marketing Attribution
Big Data and Marketing AttributionBig Data and Marketing Attribution
Big Data and Marketing Attribution
Michel Bruley
 
Big Data and Social CRM
Big Data and Social CRMBig Data and Social CRM
Big Data and Social CRM
Michel Bruley
 
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
Michel Bruley
 
Irfm mini guide de mauvaise conduite
Irfm mini guide de mauvaise  conduiteIrfm mini guide de mauvaise  conduite
Irfm mini guide de mauvaise conduite
Michel Bruley
 
Big Data and Product Affinity
Big Data and Product Affinity Big Data and Product Affinity
Big Data and Product Affinity
Michel Bruley
 

En vedette (20)

Management du Système d'Information Décisonnel
Management du Système d'Information DécisonnelManagement du Système d'Information Décisonnel
Management du Système d'Information Décisonnel
 
Estissac et thuisy 2017
Estissac et thuisy   2017Estissac et thuisy   2017
Estissac et thuisy 2017
 
Protection données nominatives 16
Protection données nominatives   16Protection données nominatives   16
Protection données nominatives 16
 
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence EconomiqueBI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
BI, Pilotage Stratégique et Intelligence Economique
 
Infocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnelInfocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnel
 
Système décisionnel et fonction marketing
Système décisionnel et fonction marketingSystème décisionnel et fonction marketing
Système décisionnel et fonction marketing
 
Système décisionnel : cas remarquables
Système décisionnel : cas remarquablesSystème décisionnel : cas remarquables
Système décisionnel : cas remarquables
 
Propos sur les si décisionnels.
Propos sur les si décisionnels.Propos sur les si décisionnels.
Propos sur les si décisionnels.
 
Eléments sur la théorie des jeux
Eléments sur la théorie des jeuxEléments sur la théorie des jeux
Eléments sur la théorie des jeux
 
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entrepriseSystème décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
Système décisionnel apports aux diverses fonctions de l'entreprise
 
Synthese one-to-one-marketing
Synthese one-to-one-marketingSynthese one-to-one-marketing
Synthese one-to-one-marketing
 
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Système d'information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
 
Logistique v2
Logistique v2Logistique v2
Logistique v2
 
Big Data & Pricing
Big Data & PricingBig Data & Pricing
Big Data & Pricing
 
Big Data and Visualization
Big Data and VisualizationBig Data and Visualization
Big Data and Visualization
 
Big Data and Marketing Attribution
Big Data and Marketing AttributionBig Data and Marketing Attribution
Big Data and Marketing Attribution
 
Big Data and Social CRM
Big Data and Social CRMBig Data and Social CRM
Big Data and Social CRM
 
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
Big Data and GeoMarketing, Geolocation, Geotargeting, Geomatic,…
 
Irfm mini guide de mauvaise conduite
Irfm mini guide de mauvaise  conduiteIrfm mini guide de mauvaise  conduite
Irfm mini guide de mauvaise conduite
 
Big Data and Product Affinity
Big Data and Product Affinity Big Data and Product Affinity
Big Data and Product Affinity
 

Similaire à Guerre, captivité & evasion de jb v3

Tour de france 2005
Tour de france 2005Tour de france 2005
Tour de france 2005
Charles-Louis Mazerolles
 
Amis Souvenons Nous - Camps de concentration
Amis Souvenons Nous - Camps de concentrationAmis Souvenons Nous - Camps de concentration
Amis Souvenons Nous - Camps de concentration
samyben
 
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2Amis souvenons-nous-1232225432570898-2
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2daniellamy
 
Mémoires de Guerres
Mémoires de GuerresMémoires de Guerres
Mémoires de Guerres
La Drôme Le Département
 
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdfCharles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
LeSoir.be
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
Michel Bruley
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftcLa Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
Foenizella.com
 
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.SiixNems
 
Colomb bechar 1962-16-9
Colomb bechar 1962-16-9Colomb bechar 1962-16-9
Colomb bechar 1962-16-9Dande1941
 
2 partie francaise - premiers chapitres des feuillets-carnets de jm thomas
2   partie francaise - premiers  chapitres des feuillets-carnets de jm thomas2   partie francaise - premiers  chapitres des feuillets-carnets de jm thomas
2 partie francaise - premiers chapitres des feuillets-carnets de jm thomasstdstdstd
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca kLa Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
Foenizella.com
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - y5esx
La Guerre au Pays de Fouesnant -  y5esxLa Guerre au Pays de Fouesnant -  y5esx
La Guerre au Pays de Fouesnant - y5esx
Foenizella.com
 
Mémoires et souvenirs Grez-Doiceau
Mémoires et souvenirs Grez-DoiceauMémoires et souvenirs Grez-Doiceau
Mémoires et souvenirs Grez-Doiceau
Jean-pierre Bontront
 
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
La Compagnie Rabeux
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
Road Trip à Natashquan
Road Trip à NatashquanRoad Trip à Natashquan
Road Trip à Natashquan
guestf630d9f
 
3 partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...
3 partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...stdstdstd
 
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Michel Bruley
 
Meurtre en haute montagne
Meurtre en haute montagneMeurtre en haute montagne
Meurtre en haute montagne
CDILegtpaLouisPasteur
 

Similaire à Guerre, captivité & evasion de jb v3 (20)

Tour de france 2005
Tour de france 2005Tour de france 2005
Tour de france 2005
 
Amis Souvenons Nous - Camps de concentration
Amis Souvenons Nous - Camps de concentrationAmis Souvenons Nous - Camps de concentration
Amis Souvenons Nous - Camps de concentration
 
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2Amis souvenons-nous-1232225432570898-2
Amis souvenons-nous-1232225432570898-2
 
Mémoires de Guerres
Mémoires de GuerresMémoires de Guerres
Mémoires de Guerres
 
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdfCharles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
Charles Cumont - Mémoires 39-42.pdf
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftcLa Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
La Guerre au Pays de Fouesnant - phphi mftc
 
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde.
 
Colomb bechar 1962-16-9
Colomb bechar 1962-16-9Colomb bechar 1962-16-9
Colomb bechar 1962-16-9
 
2 partie francaise - premiers chapitres des feuillets-carnets de jm thomas
2   partie francaise - premiers  chapitres des feuillets-carnets de jm thomas2   partie francaise - premiers  chapitres des feuillets-carnets de jm thomas
2 partie francaise - premiers chapitres des feuillets-carnets de jm thomas
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca kLa Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
La Guerre au Pays de Fouesnant - -phpscyca k
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - y5esx
La Guerre au Pays de Fouesnant -  y5esxLa Guerre au Pays de Fouesnant -  y5esx
La Guerre au Pays de Fouesnant - y5esx
 
Mémoires et souvenirs Grez-Doiceau
Mémoires et souvenirs Grez-DoiceauMémoires et souvenirs Grez-Doiceau
Mémoires et souvenirs Grez-Doiceau
 
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
Les_Quatre_Jumelles_Humanite_11062012
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
Road Trip à Natashquan
Road Trip à NatashquanRoad Trip à Natashquan
Road Trip à Natashquan
 
3 partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...
3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...3   partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...
3 partie belge feuillets-carnets de j.m thomas -début notes sur séjour en t...
 
5 plombieres
5 plombieres5 plombieres
5 plombieres
 
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
 
Meurtre en haute montagne
Meurtre en haute montagneMeurtre en haute montagne
Meurtre en haute montagne
 

Plus de Michel Bruley

Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècleMes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
Michel Bruley
 
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériquesPropos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Michel Bruley
 
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Michel Bruley
 
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Michel Bruley
 
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdfLa chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
Michel Bruley
 
Synthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdfSynthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdf
Michel Bruley
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Michel Bruley
 
Propos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdfPropos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdf
Michel Bruley
 
Sun tzu
Sun tzuSun tzu
Sun tzu
Michel Bruley
 
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'OrientGeorges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Michel Bruley
 
Poc banking industry - Churn
Poc banking industry - ChurnPoc banking industry - Churn
Poc banking industry - Churn
Michel Bruley
 
Big Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industryBig Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industry
Michel Bruley
 
Photos de famille 1895 1966
Photos de famille 1895   1966Photos de famille 1895   1966
Photos de famille 1895 1966
Michel Bruley
 
J'aime BRULEY
J'aime BRULEYJ'aime BRULEY
J'aime BRULEY
Michel Bruley
 
Recette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whiskyRecette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whisky
Michel Bruley
 
Les 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René PuigLes 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René Puig
Michel Bruley
 
Une societe se_presente
Une societe se_presenteUne societe se_presente
Une societe se_presente
Michel Bruley
 
Dossiers noirs va 4191
Dossiers noirs va 4191Dossiers noirs va 4191
Dossiers noirs va 4191
Michel Bruley
 
Big Data and Natural Language Processing
Big Data and Natural Language ProcessingBig Data and Natural Language Processing
Big Data and Natural Language Processing
Michel Bruley
 
Big Data and the Next Best Offer
Big Data and the Next Best OfferBig Data and the Next Best Offer
Big Data and the Next Best Offer
Michel Bruley
 

Plus de Michel Bruley (20)

Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècleMes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle
 
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériquesPropos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
 
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
 
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
 
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdfLa chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
 
Synthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdfSynthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdf
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
 
Propos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdfPropos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdf
 
Sun tzu
Sun tzuSun tzu
Sun tzu
 
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'OrientGeorges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
 
Poc banking industry - Churn
Poc banking industry - ChurnPoc banking industry - Churn
Poc banking industry - Churn
 
Big Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industryBig Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industry
 
Photos de famille 1895 1966
Photos de famille 1895   1966Photos de famille 1895   1966
Photos de famille 1895 1966
 
J'aime BRULEY
J'aime BRULEYJ'aime BRULEY
J'aime BRULEY
 
Recette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whiskyRecette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whisky
 
Les 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René PuigLes 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René Puig
 
Une societe se_presente
Une societe se_presenteUne societe se_presente
Une societe se_presente
 
Dossiers noirs va 4191
Dossiers noirs va 4191Dossiers noirs va 4191
Dossiers noirs va 4191
 
Big Data and Natural Language Processing
Big Data and Natural Language ProcessingBig Data and Natural Language Processing
Big Data and Natural Language Processing
 
Big Data and the Next Best Offer
Big Data and the Next Best OfferBig Data and the Next Best Offer
Big Data and the Next Best Offer
 

Guerre, captivité & evasion de jb v3

  • 1. Guerre, Captivité & Évasion de Jacques Bruley Mai 2014
  • 2. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 1 29 Avril 2014 Préface J’ai retrouvé deux textes manuscrits de mon père consacrés à ses années de guerre. Il me semble que le plus ancien est celui qui décrit l’évasion. C’est un texte d’un seul tenant, sans chapitre ni titre. Les premières pages sont très bien calligraphiées, probablement recopiées, puis l’écriture est plus libre, des ratures, des rajouts apparaissent, la fin par contre donne vraiment l’impression d’un premier jet. L’autre texte commence par un plan d’ensemble détaillé en trois parties « Guerre, Captivité, Évasion », et de nombreuses sous parties, mais je n’ai retrouvé que la première partie. J’ai rassemblé les deux textes dans ce document, en mettant en tête le plan d’ensemble détaillé et les parties rédigées à leur place, mais sans rien changer par rapport aux manuscrits. J’ai annexé à la fin de chaque partie des documents, des photos, des plans, qui m’ont semblé intéressants, ainsi qu’une note de synthèse de toute cette période que mon père avait écrite en 2003. Bonne lecture, Michel
  • 3. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 2 Plan d’ensemble Préambule I - La guerre A – Mailly, Dijon, voyage vers Nîmes B – Manduel, permission, nous montons au front C – Eulmont, Le Petit-Tenquin D – La vie au Front, l’observatoire, la permission, l’offensive allemande, le bois E – La retraite, 21 juin, conclusion Annexes première partie II – La captivité A – Corcieux, Neuf-Brisach, séjour à Neuf-Brisach B – Départ, voyage /arrivée au 7A C – Le 7A, départ D - La ferme, retour au 7A E – La 1, la vie du camp, le marché, les copains F – La 25, la 38, le boulot, conclusion Annexes deuxième partie III – L’évasion A – Idées directrices (pourquoi cette voie) B – Évasion (avant le départ, Auboiron, préparatif) C – Le trajet (départ, le bois, la nuit, je réussis à rejoindre) D – Le voyage, appréhensions E – Je saute, Noisy-le-Sec F – Maisons Laffitte G – Passage de la ligne H – Marmande, Nîmes, Impressions Annexes troisième partie
  • 4. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 3 Préambule Ces lignes ne sont pas écrites dans un but littéraire, mais uniquement pour fixer sur le papier, pendant qu’ils sont encore très vifs, des souvenirs qui s’estomperont rapidement. Souvenirs de la fin d’une campagne, sans histoire et peu glorieuse, souvenirs d’une captivité relativement supportable, souvenirs surtout d’une évasion que les événements et la chance me rendirent aussi peu pénible que possible. Je passerai très rapidement sur la guerre en elle-même, pour pouvoir m’étendre davantage sur les 16 mois de captivité et les quelques jours que dura la fuite vers la France. 1 – La Guerre A – Camp de Mailly, Dijon, voyage vers Nîmes Rappelé depuis le 21 mars 1939, j’avais été affecté à la 111ème batterie (Capitaine Ragueneau, batterie des disponibles), du 108ème régiment d’artillerie. Après un séjour d’un mois à Dijon, nous fumes dirigés sur Mailly où nous sommes restés jusqu’à la guerre. Celle–ci commença pour moi par un télégramme que je trouvais tout à fait fâcheux, puisqu’il me ramenait de Deauville à Mailly le 25 août. La guerre éclatait quelques jours après. Nous restâmes à Mailly jusqu’au 12 septembre, date à laquelle nous fûmes envoyés à Dijon par rail. Le voyage dura 30 heures. Nous sommes affectés au départ au 8ème corps, mais je demandais sur le champ à partir comme volontaire au 174ème régiment d’artillerie où j’avais de nombreux camarades d’active, et où Ivan et Hermann étaient affectés. Nous sommes donc partis un matin pour Miramas où nous devions trouver le 174ème , mais après un voyage sans histoire, de Miramas, on nous envoya au dépôt de la 15ème Région, à la caserne Montcalm, car le 174ème était en cantonnement à Manduel à 8kms de Nîmes sur la route de Beaucaire. Un camion vient nous chercher et je fus affecté à la 4ème batterie et puis dans l’après-midi muté à la BHR, état-major du Régiment. J’étais content d’arriver et d’être affecté après des voyages fatigants et des nuits sans sommeil. B – Manduel, permission, nous montons au front À la BHR, le lieutenant Matticen qui faisait fonction de capitaine de batterie me désigna comme chef de la 4ème pièce. Nous étions logés dans la dépendance de la maison d’un vigneron. Dans ma chambre, Cottin, marchand de charbon à Lyon, Demure, économe au lycée de Tulle, Magne, marchand de chaussures à Nice, furent mes meilleurs camarades. Je passais à Manduel 6 semaines d’une vie saine et reposante. Le régiment était en pleine formation, et comme nous manquions à peu près de tout, nous n’avions pas grand-chose à faire. Que d’après-midi j’ai passés seul avec Ivan à flâner dans les vignes en faisant craquer à belles dents de beaux raisins à la peau bien tendue que nous mangions par kilos. Parfois, nous allions à Nîmes en empruntant l’auto-stop. Nous avions comme colonel un vieux gâteux, père de 11 enfants, lieutenant-colonel en retraite, nous verrons plus tard qu’il était plus gâteux et plus dangereux qu’il en avait l’air. Son coéquipier (ou
  • 5. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 4 capitaine adjoint) était un brave type, mais sans aucune compétence, c’était un professeur de culture physique de Nîmes. À la fin d’octobre, j’obtenais une permission de 3 jours que j’allais passer à Estissac, je n’avais pas suffisamment de temps pour aller à Paris. Quand je revins, des bruits de départ circulaient déjà, et en effet il fut annoncé pour le 31 octobre. Destination inconnue évidemment. Nous embarquons dans l’après-midi et partons presque immédiatement. Frontière italienne ? Belge ? Alsace ? Où allions- nous ? À 11h du soir nous étions à Lyon ; 1 heure d’arrêt ? Les Lyonnais sortent, sautent dans des taxis, et vont embrasser leur famille, mais tout le monde est là au moment du départ. Le lendemain à 11h nous étions à Dijon et à 9h du soir à Champigneulles où nous débarquons le matériel à l’aide de projecteur. Dans cette gare pour la première fois, je sentais une ambiance de guerre, avec toutes les lumières camouflées, des trains de troupes et de matériels sur presque toutes les voies. Après un dîner sur des barils d’essence, nous nous formons en colonne et partons tous phares éteints. Une demi-heure après, nous étions arrivés. Mais où étions-nous donc ? Sur la route de Metz, dans un village à 11km de Nancy. Nous étions à Eulmont. Le village de 7 à 800 âmes est construit d’une manière bizarre en bas tout le long et dans le haut d’une grande colline. Nos camions eurent du mal à grimper la pente très raide de la rue principale. Dans le cantonnement, rien n’était près, tout était occupé par d’autres régiments. Il était minuit, à chacun de se débrouiller ; je couchais dans mon sac de couchage dans une grange sans fenêtre où il faisait un froid de canard. C – Eulmont, le Petit-Tenquin À mon réveil, j’étais transi de froid malgré mon sac ; après un café bien chaud, je partais à la recherche d’un cantonnement pour ma batterie ; après beaucoup de pas je m’installais dans une pièce qui fut vite bien aménagée. Nous passâmes là 15 bons jours, dont les fêtes du 11 Novembre. Nous vîmes des régiments descendre de ligne et tous nous donnaient des conseils pour le moment où nous y serions. Nous savions déjà que nous allions au Petit-Tenquin au sud-ouest de Sarreguemines. Demure était allé en effet quelques jours auparavant pour reconnaître le cantonnement. À ce sujet, je me souviendrais toujours que, considérant le fait d’aller au Petit- Tenquin comme dangereux, et qu’en plus de cela, à 10 heures du soir il n’était pas rentré, nous avions remplacé son lit par plusieurs caisses formant ainsi un cercueil, le tout recouvert d’un drap et d’une vieille couronne dénichée je ne sais où. Aux quatre coins, un cierge brûlait. L’effet était macabre et quand il rentra vers 11 heures, je me souviens encore de son exclamation « Bande de C…, me voilà ». Nous partîmes le matin du 16 novembre et j’étais pour ma part rudement satisfait d’être arrivé dans un endroit stable. Il m’est pénible de dire que toutes les maisons avaient été mises à sac par les troupes qui étaient passées les premières. Le Petit-Tenquin est un pays de 4 à 500 habitants. Tout était mort quand nous y entrâmes. Seuls quelques chats rôdaient autour des maisons. Nous devions y rester jusqu’en juin 1940. Nous organisions une vie qui est pour moi un bon souvenir étant données les circonstances d’alors. Les servants de la 4ème pièce furent logés dans une petite maison sur la place de l’église, au numéro 36 je crois. Nous nous installâmes assez bien puisque tout le monde avait son lit ; nous étions 3 dans ma chambre, et huit dans la maison : Demure, Magne, Valette, Bessette, Cottin, Jicerte, Boivin et moi-même. Nous remîmes la cuisinière en état, la réserve de bois était suffisante. Un peu plus tard
  • 6. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 5 nous devions trouver un poste de TSF dans une meule de foin. Ce poste ne pouvait prendre qu’un seul poste français, et seulement Milan, et quelquefois Stuttgart. Nous voilà à passer nos soirées en faisant la partie de tarot que Demure m’avait appris à jouer. C’est très intéressant le tarot, savez- vous. La question logement étant réglée, restait la question nourriture ; nous fîmes une réserve de pommes de terre, allant déterrer dans les champs celles qui n’avaient pas été récoltées. Nous avions le beurre et les œufs à volonté dans le premier village évacué à 5 ou 6 kilomètres de là. Quant au vin, nous avions emporté de Manduel un tonneau d’une quarantaine de litres ; je l’avais pris à mon compte, le faisant remplir à chaque fois qu’un camion ou une camionnette allait à Nancy. Tous ceux qui voulaient du vin de notre pièce participaient aux frais. D – La vie au front, l’Observatoire, la Permission, l’Offensive allemande, le Bois Je commençais ma vie au front par m’occuper du central téléphonique où je n’avais rien à faire ou presque. Je passais joyeusement les fêtes de Noël et du 1° de l’an ; je me souviens de la messe de minuit dans cette belle église du Petit-Tenquin. Bien que nous ne soyons pas malheureux, chacun malgré tout pensait ce soir-là beaucoup plus à sa famille et aux réveillons d’antan. Il faisait froid dans cette église non chauffée quand dehors la température était dans les -25°. Le réveillon fut joyeux et nous fîmes un monôme dans les rues du Petit Tenquin, réveillant tous nos camarades en pénétrant dans leurs habitations par des voies détournées et allant même souhaiter la bonne année à l’officier commandant le régiment en remplacement du colonel parti en permission. Après les fêtes, commença pour moi une vie beaucoup plus dure, car je fus affecté à l’observatoire situé en première ligne. Nous y montions le matin et revenions le soir 1 jour sur 2. Cet observatoire était situé sur le plateau de Cadenbronn à environ 1 km du village en suivant un chemin en direction de Sarrebruck. Un grand plateau dénudé, une longue haie, à l’extrémité de cette haie des sacs de sable empilés, c’était l’observatoire SRA, une honte pour l’officier observateur, qui ne s’était pas donné la peine de faire quelque chose de mieux parce qu’il avait peur de venir si près des lignes. Il y vint peut-être 2 fois en 6 mois. Son nom était le lieutenant Costaz. Nous mangions dans une maison évacuée en compagnie de soldat du 204ème régiment d’artillerie. Cette maison devait être incendiée au cours de l’hiver. Je partis en permission le 8 février, on me conduisit en camionnette à la gare d’Insming (point terminal de la ligne) où je pris le train jusqu’à Bénestroff. Là, je changeai et je pris un train qui aurait dû me conduire jusqu’à Brienne, gare de triage, mais en passant au passage à niveau de Bar sur Aube je descendis du train, gagnai un temps précieux et évitai d’avoir ma permission tamponnée à la gare de Troyes. Je téléphonai à Guido (le chauffeur de Léon), qui vint me chercher immédiatement, j’eus juste le temps de déjeuner. Après quelques jours passés à Estissac, où je retrouvai Simone venue pour me voir, nous sommes partis à Paris en voiture par une route enneigée et gelée. Je couchais chez Mme Picault pendant une huitaine de jours que je passais avec Nicole ; 2 ou 3 fois j’allai dîner avec Mansillon. Le temps passa très vite et je retournai à Estissac d’où Guido me conduisit à Châlons-sur-Marne. Là je pris un express jusqu’à Nancy où, après une attente de quelques heures, je montai dans un train de permissionnaires qui m’amena jusqu’à Insming.
  • 7. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 6 À peine arrivé au Petit-Tenquin j’eus l’avantage d’être désigné pour monter à l’observatoire pour 48 heures. En effet, pendant mon absence, des ordres avaient été donnés pour que le poste soit tenu sans interruption. C’était idiot étant donné que nous n’étions pas reliés téléphoniquement et que lorsque nous descendions, notre rapport donnait des renseignements vieux de 2 jours. Nous étions 4 en tout et pour tout, nous étions donc 2 jours sur quatre de garde jour et nuit dans la neige alors que nous aurions dû être 12 d’après le plan de mobilisation avec un officier constamment là-haut. Pour la 1° fois j’y allai, mais il se trouva à ce moment que j’eus une suite d’orgelets qui faisaient pleurer l’œil gauche. J’allai à la consultation médicale à Morhange et le docteur me donna un traitement qui fit que je fus débarrassé de l’observatoire pendant 2 mois. Mes yeux me firent souffrir du reste pendant 1 bon mois. Je restais attaché à l’observatoire pour conduire les observateurs à Cadenbronn. Les beaux jours vinrent et nous avons formé une équipe de football qui jouait le dimanche contre des régiments cantonnés dans les environs : 10ème RA, 182ème RA etc. Nous perdîmes quelques matchs, nous en gagnâmes autant. Un dimanche, après un match, 1 télégramme vint annoncer la mort de la mère d’un camarade qui était à l’observatoire, je fus désigné pour aller le relever. Je partais sur-le-champ. Le lendemain 22 avril à 2h de l’après-midi je subissais le baptême du feu. J’étais en train de lire « Ces dames aux chapeaux verts » quand Tixier me dit prêtant l’oreille : « un départ » ; au même moment, un sifflement, un obus tombait à 50 mètres. Nous étions déjà dans l’abri en train de tirer la plaque de fer pour nous abriter contre les éclats pouvant venir de devant. Le bombardement dura 10 minutes. À un certain moment, nous fûmes recouverts de terre, un obus de 150 tomba exactement à 5 mètres de nous. Heureusement nous fûmes quittes pour la peur. Ce devait être du reste le prélude de mauvais jours. Le 9 mai nous reçûmes l’ordre de replier l’observatoire à Guebenhouse, le 10 mai c’était l’attaque allemande qui se fit sentir seulement le 12 au matin, jour de la Pentecôte, sur notre front. Hermann du 3ème groupe était venu se joindre à nous. Les heures passées à Guebenhouse furent pénibles, bombardements, survol continuel par l’aviation allemande. Je descendais le 12 au soir avec ma camionnette, laissant les observateurs à leur travail. Je conduisis 2 fois à la tombée de la nuit avec une grosse camionnette, du matériel pour aménager le nouveau poste. Celui-ci était abandonné peu après, c’est-à-dire vers le 15 mai et nous installâmes le nouveau dans le bois de Molspricht. Là, durant près d’un mois, nous nous efforçâmes de construire un abri solide ; nous partions tous les matins à 8h, prenions du pain à Nelling, des hommes, dont souvent Caboufigue (ancien officier de marine), à Hellimer et restions là-bas toute la journée dans un bois vert et frais. C’est alors que le Petit-Tenquin se trouvant à portée de l’artillerie de campagne allemande, ordre fut donné de l’évacuer et d’occuper les baraques construites dans le bois de Gréning. Nous nous installâmes de notre mieux, amenant quelques chaises et un fourneau pour faire un peu de cuisine et améliorer notre ordinaire. Des tranchées furent creusées, mais elles ne devaient jamais être étayées et couvertes. J’allais toujours un jour sur deux à l’observatoire de la ferme de Molspricht, mais notre travail se bornait à construire l’abri, un abri magnifique même, avec tôle métro, plaques d’acier, etc. Nous emportions de quoi faire notre déjeuner qui se passait assez agréablement en pleine nature. La forêt, qui comprenait une grosse majorité de hêtres, était magnifique. Un matin en arrivant, nous avons trouvé la cabane à outils, les arbres qui nous étaient familiers, déchiquetés par les obus. À partir de ce jour-là nous sommes restés sur nos gardes prenant soin de ne pas se montrer hors du bois, de ne pas faire trop de fumée et de ne sortir la voiture de la grange de la ferme qu’après s’être
  • 8. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 7 assuré qu’aucun avion n’était dans les parages. À ce moment-là du reste, nous avons été obligés de changer notre itinéraire qui était trop près des lignes. Le nouveau empruntait la route nationale Sarreguemines – Nancy, jusqu’à un point situé à environ 3 ou 4 kms au-delà d’Hellimer, point où nous tournions à droite, nous traversions un pays et nous laissions la voiture en bordure du bois. Nous devions alors marcher 40 minutes environ à travers ce bois, souvent bombardé en raison des batteries de 75, qui se trouvaient en bordure. Un soir en rentrant vers 6 heures, l’aile avant de la camionnette fut percée d’un éclat d’obus. Les choses allaient ainsi ; nous n’avions que très peu de nouvelles militaires, le courrier arrivait bien. Le 6 juin je fus désigné comme chef de voiture pour aller chercher des baraques à Nancy avec le 5 tonnes cabine avancée que conduisait Cottin. Après avoir « touché » nos planches, nous fîmes un bon déjeuner avec Cottin. À Nancy les gens étaient soucieux, les nouvelles étaient mauvaises. Bientôt notre bois de Gréning fut envahi de troupes hippomobiles qui se repliaient, d’aérostiers avec leur saucisse ; on sentait qu’il allait se passer quelque chose. Dans les nuits du 10 au 11 et du 11 au 12 nos pièces tirèrent longuement, les Allemands ripostaient, mais tiraient trop court. E - La Retraite, 21 juin, conclusion Enfin le 13 juin, je n’étais pas à l’observatoire ce jour-là, le bruit courut que nous allions nous replier. Nous entassâmes fébrilement le plus de choses possible dans nos véhicules, nous fîmes le plein d’essence et le soir tout le monde était prêt à partir, mais les ordres furent donnés le lendemain matin à 5 heures. Je passais la nuit sur la banquette avant de la camionnette. Après avoir traversé Lunéville, nous nous retrouvâmes dans un bois de charmes où nous restâmes toute la journée ; après avoir dîné à l’auberge du pays voisin, je repris le volant toute la nuit, sans phares, sur une route où roulaient trois colonnes de voitures du front et qui était encombrée de cyclistes ou piétons de toute sorte. Après Plombières les Bains, je crevais une roue arrière et perdais le contact avec la colonne. Un peu plus loin, le motocycliste Alibert nous arrêtait et nous indiquait un chemin dans lequel s’était engouffrée toute notre colonne. Sinon nous filions sur Vesoul, Dijon, Lyon. Le pays choisi pour notre cantonnement s’appelait Beaujeu Saint-Vallier. C’était le 15 juin, un dimanche. Après avoir pris un bon petit déjeuner de plusieurs œufs au jambon et vin blanc, nous rangeâmes nos véhicules toujours survolés par des avions allemands. Je cantonnais avec Léopold et Tixier chez une brave femme au bout du pays. Le lendemain soir nous avions ordre de remonter dans les Vosges et après quelques 30 kilomètres nous arrivions à Saint Amé le Syndicat. Je couchais dans la forêt parmi ces géants que sont les pins des Vosges, sur la bruyère et une multitude de petites fleurs bleues. Le lendemain matin le 17 juin les nouvelles étaient de plus en plus mauvaises. Je faisais quelques promenades en montagne, prenais même un repas à l’hôtel de l’endroit. Le 18 dans la nuit nous partions en direction de Gérardmer ; le 19 au matin nous étions sur les bords du lac, survolés par des avions allemands. Les mitrailleuses résonnaient de toutes parts ; je me réfugiais dans une villa dont le propriétaire venait de rentrer de Lille à pied ; les femmes pleuraient. C’était la débandade. Nous reprîmes notre route plus avant dans les Vosges en direction du col du Bonhomme. Déjeuner aux Trexons où les braconniers du régiment prirent à la main une dizaine de belles truites ; le soir nous arrivions à Corcieux où nous couchions dans une grange, c’était le 19. Le 21 au matin, débandade encore plus grande, je vois passer tous les camions et voitures du régiment. Je fais rapidement un paquet de mes affaires, abandonne beaucoup de choses dont mes bottes en caoutchouc et pars avec ma camionnette. Nous ne devions pas aller loin, 2 kilomètres. Après quoi
  • 9. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 8 nous restions sur le bord de la route. La fin était proche, déjà on entendait les mitrailleuses allemandes. Corcieux tomba vers midi après un court bombardement. Jicerte, Thomas, Demur devaient déjà être faits prisonniers. C’est à ce moment-là qu’il aurait fallu partir, certains le firent, Berthier par exemple qui réussit, d’autres qui échouèrent. Vers 6 heures du soir, des soldats allemands montèrent, encerclèrent la ferme où nous étions, nous n’avions pas de munitions. Après avoir formé une colonne, nous fûmes emmenés dans un pré de Corcieux. Les soldats allemands qui nous firent prisonniers nous semblaient harassés, marchant accrochés aux voitures de toutes sortes. C’était la fin des opérations actives pour nous et quelques heures plus tard pour tout le monde. Les raisons de cette débâcle ? Les principales sont : 1° le manque manifeste de matériels, surtout en aviation, 2° le mauvais commandement, la pagaïe, le manque de liaison, 3° le mauvais moral et la non-combativité de la plupart des officiers et soldats. Nous étions tous bien traités, pas inquiets sur le sort qui nous attendait, mais tristes de voir un si grand, si beau pays tomber dans une telle débâcle.
  • 10. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 9 Annexe 1° partie - Régiments d'artillerie lourde à grande puissance (R.A.L.G.P) Les Régiments d’Artillerie Lourde à Grande Puissance sont organisés lors de la mobilisation en 1939 en un état- major, une batterie hors rang et trois groupes de deux batteries de quatre pièces, chaque groupe disposant d’un état-major, d’une colonne de ravitaillement et donc de deux batteries de tirs. Ils sont équipés des pièces les plus puissantes de l’artillerie française en dehors de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée. Il s'agit de canons de 220L 17 Schneider et de 280mm Schneider sur affût chenillé Saint-Chamond. En temps de paix, les pièces sont stockées. Dès le déclenchement du processus de mobilisation générale, quatre régiments sont mis sur pied par deux centres mobilisateurs d’artillerie.  Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.  Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.  Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nîmes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.  Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nîmes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider. Canon de 220L Schneider modèle 1917 Le 220L modèle 1917 sont un matériel long destiné à l’action lointaine. Mis au point à la fin du premier conflit mondial, il n’a été produit qu’à fort peu d’exemplaires, 56 en l’occurrence mis en œuvre au moment de la guerre de Pologne par les 173ème et 174ème RALGP, chaque régiment disposant de trois groupes à deux batteries de quatre pièces, soit 36 canons en ligne auxquels s’ajoutent deux canons au 151ème RAP et deux autres au 166ème soit un total de 40 canons en ligne. Caractéristiques du mortier de 220L Schneider modèle 1917 :  Calibre : 220mm,  Poids en batterie : 25880kg (remorquage en deux colis).  Poids de l’obus : 104.75kg,  Longueur du tube : 7.67m (34.9 calibres)  Portée maximale : 22800m  Pointage en azimut : 20°  Pointage en hauteur : 0° à +37°  Cadence de tir : 2 coups en trois minutes  Mise en batterie : 6 heures Canon de 220L 17 Schneider
  • 11. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 10 Annexe 1° partie - Petit-Tenquin : lettre de Jacques à Nicole Anselmi en date du dimanche 14 avril 1940 Ma petite Nicky chérie, Quel triste dimanche ! Si ça n’avait été l’attente de ta lettre que je viens de recevoir, je crois que j’aurais eu le cafard. Le mauvais temps y est pour quelque chose et il n’arrête pas de pleuvoir depuis ce matin (il est en ce moment 6h1/2 ). Je me suis levé à 10h1/2 et la matinée a passé rapidement ; après déjeuner nous avons fait une partie de cartes tout en sirotant 2 bouteilles de Heidsieck , mais malgré tout cela l’après-midi a été longue à s’écouler. J’ai reçu une carte de Nicole* qui me dit qu’elle quitte Hyères aujourd’hui, c’est-à-dire qu’en ce moment elle doit être dans le train ; elles ont eu beau temps, mais quelques jours de mistral. Elle m’écrit qu’elle ne s’est pas baignée et je pense qu’elle sera revenue sans s’être trempée dans l’eau, je me souviens bien qu’au mois d’avril l’eau est encore froide malgré le beau soleil. Cela me dirait bien d’aller faire un petit voyage dans le midi, avec toi encore, si c’était réalisable, chérie ce serait merveilleux ; ce le sera, je l'espère, un jour prochain. Le secteur est un peu moins calme qu’auparavant et on entend davantage le canon ; avec le mauvais temps, il n’y a presque plus d’avions. La DCA a, paraît-il, tiré longtemps la nuit dernière, mais je dormais tellement bien que je ne l’ai pas entendue. Malgré ce calme relatif, j’ai l’impression à certains indices que le front terrestre va s’enflammer, pas forcément dans notre région, mais quelque part sur notre frontière. Je viens à l’instant d’écouter les nouvelles italiennes et j’espère qu’à la fin les Italiens trouveront ce qu’ils cherchent, l’anéantissement complet de leur pays. Ce ne saurait tarder, si nous entrons en guerre contre eux. Je te quitte quelque temps pour aller dîner. Je t’embrasse. Il est 8h1/2 et je termine cette lettre après laquelle j’écrirai à mon père et j’irai me coucher. Ce soir malgré ta lettre qui m’a fait plaisir, j’ai un peu le cafard, mais je ne sais à quoi l’attribuer. Cette suspension de permission y est certainement pour beaucoup. Avant je savais approximativement quand je te verrais, maintenant c’est fini et je finis par me décourager. Pourtant tous ces temps-ci mon moral était bon, mais j’aurais bien besoin de te voir maintenant et de me retremper un peu dans un monde plus civilisé, tu sais que je ne suis pas militaire dans l’âme, d’autre part je déteste une vie monotone toujours à la même place surtout l’hiver à la campagne, alors tu comprendras que je ne suis pas ici tout à fait à mon aise. J’aime beaucoup changer de place et toi qu’aimes-tu mon amour chéri ? Je ne sais pas Nicky ce que tu aimes et je te connais assez peu malheureusement, mais je te connais c’est le principal, j’en suis heureux et c’est ma seule consolation en ce moment, savoir que tu m’aimes et que tu es une gentille Nicky et sentir que moi de mon côté je t’adore, si je ne te connaissais pas je me ficherais un peu de tout ce qui peut se passer, mais maintenant je ne m’en fiche pas et je pense à toi et à moi sans nous séparer, car Nicky j’espère que nous ne serons jamais plus séparés quand cette sale guerre se terminera. Vivement que les événements se précipitent et que l’on gagne du temps. Au revoir, mon amour chéri, je pense à toi et t’aime passionnément. Mille grosses caresses et tendres baisers. Jacques *Nicole Bruley (Lairé)
  • 12. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 11 Annexe 1° partie – Photo prise au Petit-Tenquin Petit-Tenquin 1940 – Jacques Bruley est le 1° à gauche de la photo
  • 13. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 12 Annexe 1° partie – Jacques Bruley est tout en haut le 7ème en partant de la gauche Compte tenu du chiffre 186 sur les képis, il s’agit certainement d’une photo prise avant la guerre, pendant le service militaire.
  • 14. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 13 2 – La Captivité Une nouvelle vie allait commencer pour nous. Tous se demandaient ce que leur réservait l’avenir immédiat, quand ils pourraient rentrer chez eux, ce qu’étaient devenus leurs familles et amis dans cette tourmente. Les bobards les plus invraisemblables devaient envahir les camps pendant des mois et même des années. Nous avons donc passé la nuit dans un pré à Corcieux. Nous étions tous groupés, Cottin, Valette, François, Agostini, etc. Au matin vers 5h1/2 tout le monde se réveilla, s’apprêta. Des camions vinrent prendre ceux qui voulaient monter, mais nous n’étions pas pressés et nous restâmes sur place. Les véhicules partirent néanmoins bien chargés. Les Allemands nous dirent alors qu’il fallait gagner Fraize pour aller dans un camp où nous serions démobilisés. J’étais sceptique, mais obligé de suivre cette interminable colonne que formaient tous les prisonniers marchant sans ordre. Ceux qui étaient trop chargés ou fatigués jetaient au fur et à mesure des kilomètres tous les objets qui n’avaient pas une importance vitale. À Fraize, les Allemands nous dirent qu’il ne restait plus qu’à monter le col du Bonhomme en haut duquel des camions nous emmèneraient à Colmar où nous serions démobilisés. Il faisait chaud, orageux même. Je montais vaillamment le col, nous étions à 1 kilomètre du haut quand la pluie se mit à tomber. C’est là encore que nous aurions pu partir ! A – Corcieux, Neuf-Brisach, séjour à Neuf-Brisach B – Départ, voyage /arrivée au 7A C – Le 7A, départ D - La ferme, retour au 7A E – La 1, la vie du camp, le marché, les copains F – La 25, la 38, le boulot, conclusion
  • 15. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 14 Annexe 2ème partie : Le camp de prisonniers de guerre Stalag VII A En septembre 1939, après le commencement de la Seconde Guerre mondiale, un camp de prisonniers de guerre fut construit au nord de Moosburg : le Kriegsgefangenen-Mannschafts-Stammlager (Stalag) VII A. Le nombre des P.G. alliés monta de 10.000 à 80.000 vers la fin de la guerre, internés dans le camp et les kommandos de travail. Ci-joint l’adresse d’un site dédié au camp : http://www.moosburg.org/info/stalag/indfra.html Plan du camp des P.G. de Moosburg Film d’un survol du camp lors de la guerre : http://www.moosburg.org/info/stalag/bilder/spiegel.wmv
  • 16. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 15 Annexe 2ème partie : Photos et plan des camps de Moosburg Mirador Baraques Plan général des camps A – Camp des gardes B – Camp des P.G. C – Gare du Stalag D – Cimetière des P.G. Après la guerre, les corps ont été dans un autre cimetière, ce site est maintenant dédié au mémorial du stalag.
  • 17. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 16 Annexe 2ème partie : courrier de Simone Graven Carte de la Croix-Rouge informant Simone que son frère est prisonnier – 25/09/1940 Carte de Simone à son oncle Georges Bruley – 11/10/1940
  • 18. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 17 Annexe 2ème partie : envoi de colis Demande de Simone d’autorisation d’envoi d’un colis au Stalag
  • 19. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 18 3 – L’évasion Fait prisonnier à Corcieux dans les Vosges le 21 juin 1940, j’étais au stalag VIIA depuis près de 16 mois. Ce camp situé près de Moosburg en Bavière était immense, construit en bordure d’un grand bois de sapins. Les baraques étaient convenables, mais nous y étions un peu parqués comme du bétail, pas nourris et remplis de puces. On ne peut pas rester passif entre des barbelés sans essayer de partir alors que des êtres chers vous attendent et qu’en France, malgré l’occupation boche les gens vivent à peu près. Bien des fois j’avais pensé partir ; j’avais fait et compulsé des dizaines de cartes d’Allemagne et de Suisse, Simone m’en avait envoyé une très bonne, cachée dans un pot de confiture, un camarade rentré en France m’avait envoyé son plan exact. Toutes les possibilités avaient été envisagées, la vallée de l’Inn, la haute montagne par Bludenz, la boucle de Schaffhouse, Feldkirch, le Liechtenstein, l’Alsace et la Lorraine. Fallait-il partir à pied ou prendre le train ? Seul, ou à 2, ou 3 ? J’avais l’exemple de belles évasions toutes différentes. Que choisir ? Quel plan arrêter ? Un jour, après déjeuner une nouvelle idée me traversa le cerveau. Elle n’avait jamais été utilisée, mais elle me paraissait par trop simple ; je pris néanmoins la décision de la travailler pour aboutir à un énième plan qui me faisait profiter d’un gros départ de réformés qui devait avoir lieu la semaine suivante. La réussite me paraissait possible par suite du nombre élevé de réformés. Douze cents hommes sont à peu près l’effectif d’un train complet, j’ai pensé qu’il serait direct. Au départ précédent il n’en avait pas été de même ; les malades avaient été groupés à Stuttgart avec ceux d’un autre camp. L’inédit de mon nouveau plan était aussi un gros atout supplémentaire. Je l’étudiai donc à fond, questionnai partout pour savoir la date du départ, préparai des habits pour être propre, des chaussures anglaises en cuir très souple pour marcher facilement ; j’examinai les différentes manières de sortir du camp et de lâcher les sentinelles, je me demandai quelle serait la meilleure cachette en attendant le train, car il ne pouvait être question de sortir du camp en même temps que les réformés. Tous les après-midi j’allai travailler comme volontaire terrassier pour le relèvement des berges d’un canal traversant le bois. Là, à chaque fois, j’étudiai les lieux et la meilleure manière de partir sans trop risquer un coup de fusil. Trois ou quatre jours après mon idée initiale, ayant fait interroger une sentinelle, il répondit qu’il était content parce qu’il allait faire un petit voyage à Paris. Le même jour, ayant eu un boche qui cherchait à acheter sur le marché du camp de l’argent français, je lui indiquai où il pourrait en trouver à un prix raisonnable et lui demandai pourquoi il en avait besoin. Comme je m’en étais douté, c’était pour son voyage en France. Il me dit qu’il était très content, car il partait le dimanche suivant à 9h51 avec un train de réformés. Un copain a interrogé un censeur de la poste et la réponse étant identique, j’arrêtai le plan suivant : Je m’évaderais de la corvée du canal vendredi matin, après quelques kilomètres dans le bois, je me cacherais dans un fourré. Dans la nuit de samedi à dimanche, j’essayerais de trouver le train qui serait certainement déjà à la gare puisqu’à cette époque de l’année le jour ne pointe que vers 7 heures. Il était plausible qu’un train spécial venant chercher des prisonniers arrivât quelques heures à l’avance. Dans ce cas il serait facile de monter et de se cacher dans le train.
  • 20. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 19 Tout est donc décidé, quelques détails demandent encore à être étudiés. Je mets un camarade, Auboiron, au courant de ma tentative. Je lui demande de garder mes affaires, vêtements, linge, couverture, conserves, argent même, qui peuvent m’être indispensables en cas d’échec. J’étudie ensuite avec lui un système de signaux qu’il me ferait à l’aide d’une lampe électrique pour m’indiquer si, parfois, la date de départ n’aurait pas été changée après mon évasion. Il fut convenu des emplacements ; lui se mettrait à la sortie de la baraque 5B, moi au pied d’un grand arbre à la lisière du bois, à 300 mètres environ des barbelés. J’établis aussi un code pour indiquer la nouvelle date de départ, aucun signal ne devait être fait si rien n’avait été changé. Les signaux devaient être faits 2 fois : le 1° à 22h15, le 2ème à 22h30. La veille du départ, j’essaie une ultime démarche pour me procurer l’étiquette que tous les réformés devraient porter à leur boutonnière. J’essaie de plusieurs manières, sans réussir. Le Docteur Lieuvin, juif étranger, réformé ne pouvant pas partir, refuse de me donner la sienne ; je trouve idiot de l’avoir mis au courant et le regrette tout de suite. Peu de camarades savent que je vais tenter quelque chose, Auboiron dont j’ai déjà parlé, Vernier mon copain de popote, et 2 Australiens Dave et J. Mac Sweeney. Le jeudi soir je les réunis tous les quatre autour d’un bon repas, dans les baraques anglaises pour ne compromettre personne. Après le dîner j’achète au marché le sucre et le chocolat nécessaires pour l’expédition. Tout étant fixé, je passe une bonne nuit ; les 4 ou 5 précédentes avaient été presque blanches parce que je voulais penser à tout. Enfin le vendredi matin arrive : je décide pourtant de ne partir que l’après-midi comprenant que les Allemands avaient moins le temps pour me rechercher. Pour cela je vais à la baraque 14 où Auboiron vient de s’installer : je mets une culotte de cheval sous mon pantalon anglais que je retirerais et laisserais assez en évidence non loin du chantier pour faire croire que je m’étais transformé en civil et ainsi aiguiller les recherches ailleurs que sur notre convoi. Je couds dans la doublure de ma culotte les 2 billets de mille francs que je désire emporter. J’arrange mes provisions (sucre – chocolat et eau) de manière que mes poches ne soient pas trop gonflées. Je vais à la poste du camp pour voir si un colis qui m’était signalé et qui contenait 3 billets de 1000 francs dans un pot de confiture n’était pas arrivé (1000 fr. 1941 ~400€ 2014). Je mets au courant de mon départ le chef de baraque Robillard afin qu’il m’inscrive dans la corvée du canal et non dans une autre. Après un solide repas avec Vernier je regagne la baraque 36, il est 1h1/4. Robillard nous appelle les uns après les autres sous l’œil de 2 sentinelles. 25, le compte y est. En passant devant toutes les baraques dans l’avenue centrale je me demandais si je les reverrais un jour. Vernier et Auboiron me regardent passer. Nous arrivons à la première porte où se trouve le poste de garde ; on nous retire notre plaque, ensuite le sergent « baragouine » quelque chose aux sentinelles pendant une ou deux minutes ; un copain qui sait l’allemand traduit à haute voix qu’il y a déjà eu deux évasions le matin et qu’il fallait avoir l’œil. Le chef de poste passe l’inspection pour voir si nous n’avons rien dans nos poches ou si nous ne sommes pas habillés en civil sous notre vêtement kaki. Il arrive à ma hauteur et je lui ouvre ma chemise de manière à montrer ma peau, j’avais en effet remarqué que, de cette manière, ils n’insistaient pas, croyant être assurés qu’on ne pouvait être en civil en dessous. Il inspecte mon voisin Dezons de très près. Nous sortons du camp. Pour ce 3 octobre, il faisait un temps magnifique, un beau soleil d’automne, et la capote que j’avais endossée, pour cacher mes grosses poches, aurait pu paraître bizarre. Seul un autre parmi les 25 en
  • 21. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 20 portait une. Nous marchions le long des champs et j’entendis une voix qui hélait « hello, Jack, » et je vis John Mac Sweeney qui agitait son bras en signe d’adieu. Il était occupé avec d’autres Australiens à arracher les pommes de terre. Je ne devais plus le revoir. Arrivé sur le chantier, chacun tombe la veste sauf moi. Je dépose quand même ma capote contre un arbre. J’ai la mauvaise surprise de constater que le chantier s’est déplacé d’une vingtaine de mètres et que je devrais changer mes plans pour le quitter, la position des gardiens n’étant plus la même. Je voulais attendre qu’ils se réunissent, chose qu’ils faisaient toujours au bout d’un certain temps afin de bavarder un peu. Les choses se présentent mal. Chaque sentinelle se place à chaque extrémité du chantier. Debout, l’une a son mousqueton à la main, l’autre à l’épaule. ½ heure après, toujours la même position, ¾ heure, 1 heure. Enfin l’un d’eux s’éloigne vers le bois et ramène un fagot, le pose et appelle son copain. Ils s’assoient et posent leurs mousquetons derrière eux. J’attends quelques minutes qu’ils soient bien assis, il est 3 heures 30, je pose la pelle et je vais derrière l’unique bosquet du lieu comme pour satisfaire un besoin pressant. De là, je pars, ayant bien soin de courir toujours dans le prolongement du buisson pour que les fritz ne puissent me voir. Au bout de 200 mètres, je trouve une large tranchée qui me cache à leur vue. Je m’enfonce dans le bois. 200 mètres plus loin, je me débarrasse de mon premier pantalon que je laisse bien en évidence, copieusement saupoudré de poivre et de poudre à puces. Je continue mon chemin, tombe dans un terrain marécageux et ai beaucoup de peine à trouver un passage. Je traverse ensuite le canal sur un petit pont et constate de très loin que tout paraît encore bien calme au chantier ; je suis parti depuis 10 minutes environ. J’accélère le pas et par moment adopte le pas de course ; je m’enfonce profondément dans le bois. Je peine beaucoup pendant 200 mètres environ les arbres sont serrés, il y a du taillis. C’est alors que je constate que je fais un bruit énorme, pire que plusieurs sangliers et que si quelqu’un passait par là, il ne manquerait pas de venir voir. Je décide alors d’emprunter les sentiers en prenant des précautions à chaque courbe pour ne pas me trouver nez à nez avec un promeneur éventuel. Je m’aperçois que j’ai perdu mon portefeuille qui ne contenait rien d’important en tout cas ni papiers, ni argent. Je poursuis mon chemin pendant environ 800 mètres. Le sentier est très joli, moussu, je n’entendais pas moi-même mes propres pas. Me jugeant assez loin, je décide de me rapprocher du camp pensant qu’on me chercherait plutôt dans l’autre direction. Après avoir semé encore un peu de poivre, je m’enfonce à nouveau dans le taillis et m’arrête au bout de 200 mètres environ dans un petit fourré. J’ai la gorge sèche et bois ma petite bouteille d’eau. Je regarde ma montre, 4h20, j’étais parti depuis 50 minutes. Je n’étais pas assis depuis 5 minutes que j’entends 2 coups de feu lointains. Les sentinelles se servaient de ce signal pour appeler la section de chiens. 2 minutes après les détonations des aboiements se font entendre, faibles puis plus faibles encore ; ils cessent 5 minutes puis reprennent et se rapprochent. À ce moment, pensant qu’il est possible que les chiens me retrouvent et pour éviter d’être déchiqueté, je grimpe au haut d’un sapin. Il est 4h50. Les aboiements se rapprochent encore, mais je ne pense pas qu’ils venaient d’un point situé à moins de 500 à 700 mètres. J’entends les Allemands rappeler les chiens. Il est 5 heures. J’entends alors comme un brouhaha lointain qui se rapproche peu à peu. Inquiet, je prête l’oreille, mais suis vite rassuré me rendant compte qu’il y a un sentier à une centaine de mètres et que ces voix sont celles de français qui reviennent d’une corvée quelconque. Je vois ensuite passer depuis mon observatoire un officier boche en vélo puis un soldat. À 6h je décide de descendre. La 1° partie de mon aventure est terminée avec succès.
  • 22. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 21 Depuis un certain temps, je perçois très nettement les bruits du camp après le repas du soir, les cris, les coups de sifflet des arbitres de volley-ball. À 8h, je mange un peu de sucre et de chocolat ; la lune se montre à travers les arbres. Vers 9h je décide de bouger, il fait très noir sous toutes ces grandes branches, je marche sur la mousse sur le côté du sentier, j’entends un bruissement d’eau et trouve l’Isar à 200 mètres. Après avoir bu une petite bouteille, je la remplis de nouveau pour la garder en réserve. Elle n’est pas bonne cette eau et a une odeur de vase malgré son apparence limpide et le courant assez rapide de la rivière. M’étant malgré cela désaltéré, j’ai l’idée de partir en reconnaissance dans l’autre direction pour faire exactement le point de l’endroit où je suis. Je vais jusqu’à la lisière du bois, aperçois la ferme que l’on pouvait voir du camp. Je m’enfonce à nouveau dans le feuillage. Je m’aperçois bien vite qu’il est impossible de s’allonger à cause de l’humidité, je reste alors assis contre un tronc ; je pense à cette journée et suis content de la conclusion de ce premier acte. Je suis bientôt assailli par des moustiques ; je rabats les revers de mon calot polonais sur les oreilles, je mets mon mouchoir devant ma figure et mon col étant relevé, la surface à piquer est presque réduite à zéro. Je reste des heures ainsi, cet accoutrement ayant le 2ème avantage de me tenir chaud. Je regarde ma montre le moins souvent possible à l’aide de ma lampe électrique. Je m’endors vers 5 heures du matin pour reprendre connaissance vers 7 heures. Il fait jour, j’entends vaguement le camp s’éveiller. La journée passe lentement, je mange régulièrement toutes les 3 heures. Allongé dans un fourré, je vois, je n’entends personne. Seuls les oiseaux font parfois un bruit assourdissant ; certains d’entre eux viennent se poser à 1 ou 2 mètres de moi. Contrairement à la veille, le temps est très gris, mais il ne fait pas froid. Je vois avec plaisir le jour commencer à décliner. 7h du soir. Je deviens impatient de partir. Comme j’avais décidé de ne pas sortir avant 9 heures, les minutes me semblent longues ; j’ai hâte de savoir si le jour du départ n’est pas changé ; j’ai hâte de voir si le train est là. À 9h moins 2, je sors de ma retraite et gagne silencieusement la bordure du bois. Encore 3 ou 400 mètres pour parvenir à l’arbre d’où j’attendrais les signaux éventuels. Des soldats allemands accompagnés de femmes passent non loin de moi riant et « gueulant ». Impossible de les voir depuis ma cachette. J’attends patiemment ; 10h moins 10 je vois passer à l’intérieur des baraques la grosse torche de la ronde ; 10h relève des sentinelles autour des barbelés. Elles étaient fortement éclairées par de grosses ampoules qui restaient allumées toute la nuit. Depuis l’endroit où je me trouve, le camp a un aspect bizarre et triste. Je me sens heureux d’être là où je suis à la pensée des milliers d’hommes qui dorment là, tout près, dans leurs couvertures pleines de puces. 10h13 : je commence à fixer mon regard sur la baraque 5B ; 10H 20 aucune lumière n’a lui. 10h ½ : rien non plus. J’attends encore quelques minutes sans résultat : le jour et l’heure du départ ne sont pas changés ; j’ai toutes les chances de trouver le train cette nuit, car il me semble improbable qu’il arrive à la dernière minute pour faire embarquer environ 1130 prisonniers. Confiant je me mets donc en route ; je longe la lisière du bois, la nuit est très claire, mais je marche sans inquiétude prenant garde toutefois de ne faire aucun bruit. Après avoir dépassé le silo, je laisse sur ma droite le petit pont au-dessus de la rivière, le trouvant trop près de la ferme et craignant de rencontrer quelqu’un. Je préfère me déshabiller, passer dans l’eau, mais loin du pont. Le passage fut très facile, l’eau me montant au haut des cuisses. Ayant attendu d’être sec, je m’habille, je traverse la prairie en son milieu, en effet j’aurais été invisible le long des haies, mais n’aurais pu voir non plus un éventuel allemand. Arrivé à l’extrémité je suis devant une palissade assez haute, surmontée de 2 fils
  • 23. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 22 de fer barbelés. Je grimpe, passe entre les 2 et saute de l’autre côté sur le ballast ce qui fait beaucoup de bruit. Je traverse les voies et les suis, empruntant un sentier. Le ciel s’était voilé, au bout de 400 mètres je croise une femme qui me dit quelque chose en passant, je pense que c’était « monsieur » en allemand et j'ai vaguement répondu "gute nacht". Arrivé à 300 mètres d’un passage à niveau, je m’aperçois qu’il doit être fermé, car une voiture attend, phares allumés. Je décide alors d’éviter ce carrefour dangereux en marchant bien au large à travers champs. J’allai ainsi pendant 20 minutes un peu au hasard ; le brouillard tombe rapidement, blanchâtre, de plus en plus dense. En quelques instants il devient tel que je suis complètement perdu. J’avoue qu’à ce moment-là je fus inquiet pensant m’être beaucoup éloigné. De toute façon je retrouverais ma route avec le bruit des trains. Je continue malgré tout ma route quand, tout à coup, j’aperçois à quelques mètres devant moi une silhouette qui se sauve le plus vite possible. L’ombre se glisse dans un buisson. Que faire ? Je m’approche et aperçois un homme accroupi. Il engage le premier la conversation « French ? » - « Yes » et ensuite en français « Je cherche le train » - « Moi aussi ». Cet Anglais me dit qu’il s’est évadé de la corvée du vélodrome le matin même (Corvée que je ne connais pas pour être réservée aux Anglais). Il est de Portsmouth et voudrait gagner Nice d’où il a une combinaison pour gagner l’Angleterre. À ce moment, un chien se met à aboyer sur notre gauche à 400 mètres environ et une voix d’homme criait après lui. Cela provenait probablement de la gare. L’anglais se met à plat ventre, moi je reste debout, certain que dans le brouillard il est impossible d’être vu. Ce petit fait de s’être couché a probablement eu une grave conséquence pour l’anglais. Nous le verrons plus loin. Quand tout fut redevenu calme, nous essayons de nous orienter. À ce moment, nous entendons sonner minuit très distinctement ; c’est certainement l’une des deux églises de Moosburg. Je pousse alors un soupir de soulagement, car je sais maintenant où se trouve la gare alors qu’il est très difficile de s’orienter dans ce brouillard épais. À ce moment, un train passe et indique encore mieux la direction à suivre. Après avoir parcouru 400 mètres environ j’arrive à la voie. Le brouillard est toujours très dense, mais j’en suis maintenant très satisfait, je peux m’approcher de la gare sans crainte d’être vu. L’Anglais trouve quelques biscuits dans un wagon de la Croix Rouge. Nous cherchons le train chacun de son côté. Il revient et me dit qu’il n’a pas vu le moindre wagon de voyageurs. Je décide alors d’aller voir sur deux voies de garage isolées que je connais. Je suis de retour à la gare vers 1 heure ; je n’ai rien trouvé, mais ai les jambes et pieds trempés et suis transi de froid. Un train de marchandises s’arrête, des cheminots sortent de la gare, décrochent 2 wagons qu’ils commencent à décharger tandis que le convoi poursuit sa route. Pendant ½ heure nous entendons le bruit de ces hommes maniant de la ferraille quelconque. Nous voyons seulement le halo d’une lampe et nous entendons des voix gutturales assourdies par le brouillard crier des mots incompréhensibles. Puis tout rentre dans le calme ; nous allons faire un tour le long du ballast et passons sous la cabine de l’aiguilleur justement à la fenêtre, je ne suis pas inquiet. Impossible de chercher quelqu’un par un temps pareil. Il est alors 3h1/2 du matin, je grelotte de plus en plus tout en me félicitant d’avoir mis le caleçon long à grosse laine que Simone m’avait envoyé. Toutefois le tout me colle à la peau et je ne me sens pas très bien. Avec l’Anglais, nous décidons de veiller chacun notre tour ¾ heure pendant que l’autre pourrait se reposer dans le fond d’un wagon. Jusqu’à 4h1/4, calme plat, sauf le passage de fréquents trains de marchandises, il en passait du reste beaucoup depuis 1 heure. Je vais m’allonger à mon tour et à 5 heures reprends la
  • 24. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 23 garde. Je commence à douter de la réussite de mon entreprise ; en effet puisque le jour du départ n’est pas changé, il y a beaucoup de chance que le train arrive de jour et il me serait alors à peu près impossible de m’en approcher. À 5h3/4 je vais encore me reposer, mais à 6 heures je n’y tiens plus et je vais discuter avec l’Anglais de la conduite à suivre. Nous décidons de rester là jusqu’au petit jour pour avoir le plus de chances possibles de prendre le convoi. Comme il aurait été très imprudent de rester dans la gare, nous nous installons dans un pré dans le bas de la voie ferrée. À 7h15 toujours rien, le jour pointe, le brouillard est moins dense et l’on voit à 50 mètres devant soi. À ce moment je pense qu’il faudra recommencer après un séjour à la baraque 40, prison du camp. Après ½ heure d’attente supplémentaire, je décide de retourner en direction du camp, pour voir si les réformés ne sortent pas et s’il y a la possibilité de se mêler à eux. À 100 mètres de la gare, nous rencontrons une femme tenant un enfant par la main, ils ne font pas attention à nous. Après avoir évité un paysan et sa voiture tirée par des bœufs, nous longeons la voie ferrée et rencontrons un vieillard endimanché qui nous arrête « nichts posten ? », je réponds « nein – stalag » et je lui fais un signe que nous rentrons au camp. Il hésite, fait quelques pas avec nous, puis voyant que nous prenons réellement la direction du camp il s’en va. À 800 mètres nous entendons un brouhaha sourd, puis plus distinct. Je comprends que c’est la colonne que nous cherchons, car un dimanche, il n’y a pas de corvée susceptible de partir au travail. Nous approchons et voyons à 200 mètres de distance que les réformés sont déjà là avec leurs valises ; les premiers ne sont pas loin de l’extrémité de la haie d’une laiterie. Arrivés à cette haie nous passons de l’autre côté, c’est-à-dire dans l’enceinte même de la laiterie, et bientôt nous nous trouvons à 4 ou 5 mètres de la colonne, la haie nous séparant. Ils étaient tous en pagaille, leurs bagages posés à terre ; j’aperçois Doucet, un infirmier que je connais bien. Ayant dit à l’Anglais que sitôt la haie franchie il passe à droite, que moi je passerais à gauche, j’interroge Doucet du regard. Personne ne nous a vus à part lui. Il me fait signe de passer, il y a en effet un trou dans le bas de la haie. Je traverse donc le premier et me dirige vers la queue de la colonne. Il est environ 8h. Je marche environ 100 mètres quand un officier allemand crie quelque chose. L’interprète traduit « Reformez-vous par groupe de 50 comme à la sortie du camp ». Tous se rangent prenant les valises. Je reste à la fin d’un groupe ; nous sommes 6 sur le dernier rang. L’Allemand arrive en comptant et me fait signe de rétrograder. J’entends dire « Quel imbécile celui-là il ne sait même pas de quel groupe il fait partie ». Le manque de bagage me gêne et aurait dû me faire remarquer. Je pense alors gagner la fin de la colonne quand j’ai une idée lumineuse qui assure la réussite de l’évasion. La route passait au-dessus d’un ruisseau sur le bord duquel il était facile de descendre. Je me glisse donc sous le petit pont et dès que le groupe de 50 au-dessus est compté (environ 20 secondes), je me mêle aux autres. Je m’aperçois alors que mes mi-bas sont remplis de boue, je déroule alors la paire que j’avais mise par-dessus comme socquettes ; j’étais à peu près propre. Coup de peigne, prompte révision de ma toilette, je suis correct, mais mal rasé, sans valise et sixième sur le rang. J’ai hâte d’entendre l’ordre de partir. Heureusement pas plus de trois minutes. En marche je suis moins voyant, car les rangs se mélangent un peu, le plus grave est d’avoir les mains vides. Nous passons devant un officier allemand arrêté. Heureusement de l’autre côté de la colonne, il ne s’aperçoit de rien. À peu près à mi-chemin, mon voisin, qui porte 2 valises m’en passe une, je le
  • 25. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 24 remercie, me voilà comme les autres sauf que je suis 6ème sur le rang, mais je me serre le plus possible. Nous arrivons en vue de la gare ; la voie ferrée se trouve plus haut que le chemin ; nous la voyons de loin. Nous nous arrêtons donc ; mon groupe de 50 se trouve à environ 200 mètres de l’entrée de la gare. Il est 8h40. Les Allemands qui nous gardent partent dans la salle d’attente. Je suis un peu inquiet par le passage du portillon, mais suis quand même satisfait d’être où je suis. Certains voisins qui craignent peut être d’être pris comme complices, ou qui sont seulement mécontents de mon évasion me donnent de mauvais conseils, comme celui d’aller me cacher à 10m sur notre droite dans un abri de la Luftwaffe ; j’ai eu assez de mal à me joindre à la colonne pour en sortir maintenant. Puis je vois un prisonnier se détacher du groupe de 50 qui nous précède. Je ne le connais pas. Il me dit, « J’ai vu, comment tu as opéré, tu t’es bien débrouillé. Reste le portillon. Je te propose de prendre ma place dans mon groupe, je prends la tienne. Vous serez 50, donc un groupe régulier ; nous serons 51 et s’ils demandent les papiers tout le monde sera en règle. Je trouve cela idéal, mais mes imbéciles de voisins disent qu’ils n’acceptent pas et commencent à faire du bruit. Craignant l’attroupement, je remercie mon visiteur et reste là. Le train arrive enfin il est 9h20. Pour 9h51 et près de 1200 prisonniers, cela ne fait guère plus de 1 seconde par homme. Les 1° groupes passent, enfin le nôtre. Soupir de soulagement à environ 3 mètres du portillon quand je peux voir le déroulement des opérations : un officier compte, mais laisse monter dans le train, cela ne sert à rien de compter, car au 51ème les autres sont déjà dans le convoi. Je passe le 38 ou 39ème . Roger Prévotaux (j’ai su son nom par la suite), celui du groupe précédent qui m’a fait la proposition d’échange, m’attend à la portière du wagon où il est monté. Je rends la valise à mon voisin en le remerciant et monte. Je ne serai pas dans le wagon de mon groupe. Dans le couloir je surveille le 51ième . IL est mis de côté, l’officier fait passer le reste du convoi et lui demande ses papiers. En règle évidemment, il semble hésiter quand le mécanicien de la locomotive donne 3 coups de sifflet stridents. L’officier lève les bras et fait signe de passer. C’est gagné, le train part de suite et je suis presque étonné de le voir démarrer. La 2ème partie de mon évasion s’est passée avec succès. Nous sommes dans le premier compartiment du wagon. Nous sommes 8, je suis assis à côté de Prévotaux, mais parlons peu, les 6 autres ignorent que je suis évadé. Quand nous voulons discuter de la suite possible, nous allons dans le bout du couloir. Nous ne pensons pas à un contrôle dans le train, car nous venons d’être comptés. Il est peu probable que l’officier signale un homme de trop, car il est responsable. Reste le passage de la frontière, où nous pourrions passer sous une autre administration ? Enfin il faut attendre. Je reste assis sans m’endormir. À midi ½, mes voisins sortent des conserves et saucissons, ils s’étonnent que je n’aie rien prévu ; Prévotaux et 2 autres me ravitaillent ; je leur donne du chocolat. À 3h1/2 nous arrivons à Stuttgart, il commence à pleuvoir. Le train s’arrête une bonne heure ; certains infirmiers, brassard marqué de la Croix Rouge au bras, rapatrié également passent sur le quai du train, au cas où quelqu’un aurait besoin de soins ; c’est ainsi que j’aperçois mon homonyme Bruley, boucher à Troyes. Je ne lui fais pas signe, car son étonnement probable serait dangereux. (Il ira du reste un mois après à Estissac pour donner de mes nouvelles de vive voix, c’est là qu’il apprendra mon évasion).
  • 26. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 25 Le train repart et nous nous apercevons qu’un convoi de soldats allemands nous suit ou nous précède suivant les tronçons de ligne. Il est possible que notre train Croix Rouge couvre le convoi en cas d’attaque aérienne. La nuit arrive assez vite. Nous dînons sommairement. Pas d’électricité dans le train, ce n’est pas pour me déplaire. Je ne dors pas et notre convoi s’arrête vers 10 heures au moins pendant 4 heures, nous sommes dans une gare de triage. Je m’assoupis enfin et à mon réveil nous sommes à Mannheim. Dans la matinée lors d’un arrêt, des prisonniers le long de la voie nous disent que nous sommes à 50 kilomètres de la frontière. À midi le train s’arrête en gare de Hombourg ; il fait soleil. Les « posten » crient quelque chose et je m’inquiète d’un contrôle possible. Je décide que s’ils nous font descendre pour nous compter, je me planquerai. Mais Prévotaux va aux renseignements et me rassure. Ceux qui veulent descendre peuvent aller toucher un repas chaud dans un réfectoire de permissionnaires allemands. (2 grandes baraques, dortoirs, lavabos, douches et grande salle à manger. Environ 400 d’entre nous descendent dont Prévotaux et moi. Soupe de légumes épaisse, pas mauvaise. Je vais ensuite me laver un peu aux lavabos. ¼ heure après nous reprenons notre place et le train démarre. Donc aucun contrôle, j’ai de plus en plus confiance dans la réussite de mon entreprise. Avant Metz nous avons pu voir des centaines de jeunes gens en civil, alignés sur des places publiques, ce devaient être des enrôlements de force dans la Wehrmacht. À 5 heures nous étions à Nancy, tout le monde descend ; sur le quai, des responsables de la Croix Rouge française nous font mettre sur 3 rangs très aérés. Des jeunes filles passent en nous offrant du bouillon et 2 cigarettes que je donne à mon voisin. Il fallait que la France fût bien pauvre, pour ne pas faire plus, mais ce n’est pas une critique, car en réalité beaucoup d’entre nous ont eu le minimum grâce aux colis. Les interprètes crient pour prévenir qu’il est interdit de donner la moindre lettre aux infirmières. Cela me donne l’idée d’essayer d’envoyer un télégramme pour me faire envoyer des affaires à Maisons- Laffitte. L’une des jeunes filles à qui je le demande accepte, je lui donne l’argent pour ce libellé destiné à l’oncle Georges : « Bien arrivé Nancy, envoi Guido et affaires personnelles chez Mr Anselmi , signé Furcy » (pour information les prénoms de mon père sont : Jacques, Léon, Jules, Furcy). Le train repart vers 6h1/2. Le temps paraît long, je n’arrive pas à dormir. À 3h heures, le train s’arrête en gare de Châlons-sur-Marne ; brouillard assez épais, le paysage est sinistre. À 6 heures La Ferté- sous-Jouarre. Il est possible de descendre, mais je crains un service en gare possible. Je repars donc avec le train, mais décidé, cette fois à sauter le plus tôt possible. Nous nous rapprochons de Paris. Je retire ma veste militaire qui fait apparaître mon blouson bleu marine, et avec Prévotaux me tiens près de la portière surveillant le parcours ; 6h1/2, 6h3/4 le train marche toujours trop vite et que de piquets !! Je n’avais jamais remarqué le nombre imposant de piquets le long des lignes. C’est le petit jour. Le train ralentit dans une légère montée et je peux lire Noisy-le-Sec ! Je dis à Prévotaux « Si je peux sauter, c’est parfait ». 200 mètres après la gare le train a encore un peu ralenti (je pense 40 à l’heure). Je suis dans le haut du marchepied et au moment de sauter Prévotaux me dit « Va de ma part au magasin Felix Potin de Noisy-le-Sec, c’est un client ». Je saute, roule un peu, aucun mal. Je me cache sous des wagons de marchandises arrêtés sur la voie d’à côté, cela au cas où quelqu’un m’aurait vu. C’est le petit jour et j’aperçois sur ma droite la gare de Noisy-le-Sec avec ses lumières jaunâtres.
  • 27. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 26 Tout est calme, je traverse alors toutes les voies, saute par-dessus la palissade faite de traverses et me trouve dans une rue déserte. 300 mètres plus loin, je rencontre une vieille femme à qui je demande où se trouve le Félix Potin. C’est justement à environs 400 mètres d’où je me trouve. Le magasin est fermé, mais à côté il y a un passage qui doit mener à l’arrière-boutique. En effet une femme de ménage travaille. Elle me dit que le patron ne va pas tarder à descendre. Quelques instants plus tard, il arrive, je me présente de la part de Prévotaux, il le connaît très bien, par téléphone intérieur il informe sa femme et sa fille qui arrivent en robe de chambre. *** Pour mémoire le plan d’ensemble prévoyait les parties suivantes : F – Maisons Laffitte G – Passage de la ligne H – Marmande, Nîmes, Impressions Ce que je sais, c’est qu’un jour à Maisons-Laffitte, Lili rentrant de courses, entendant un pas d’homme derrière elle, au bout d’un moment, plus ou moins rassurée, se retourne pour voir, et aperçoit Jacques qui la suit. Un différend a existé entre mon père et elle, sur le fait que papa disait qu’à ce moment il était tel qu’il devait passer pour un simple passant, alors que Lili disait qu’il n’était pas rasé, pas propre, et avait vraiment l’air d’un vagabond. Quoi qu’il en soit, il suit Lili, arrive chez les Anselmi, et retrouve Nicky. Quelque temps après, il passe avec elle la ligne de démarcation et il se marie à Nice six mois après son évasion, le 25 avril 1942. Sur la photo de leur mariage en annexe, mon père est encore bien maigre. Michel
  • 28. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 27 Annexe 3ème partie Fiche de démobilisation du 21/10/1941
  • 29. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 28 Annexe 3ème partie Nice 25 Avril 1942 – Mariage de mes parents : Jacques et Nicky. État des services aux armées de Jacques Bruley  Classe 1935.  Affecté au 186 ème Régiment d’artillerie lourde à tracteurs, arrivé au corps et incorporé le 19 octobre 1936, services comptant du 15 octobre 1936. Affecté au 108 ème Régiment d’artillerie le 15 octobre 1937 (organisation). Renvoyé dans ses foyers le 15 octobre 1938 et passé dans la disponibilité le dit jour. Rayé des contrôles le 15 octobre 1938.  Rappelé sous les drapeaux le 21 mars 1939 en application du décret de loi du 20 mars 1939, affecté au 108 ème régiment d’artillerie, arrivé au corps le 21 mars 1939. Nommé Brigadier le 15 mai 1939. Aux armées le 2 septembre 1939. Fait prisonnier le 21 juin 1940 à Corcieux (Vosges). Interné au stalag VII A matricule 48 921. Cesse la captivité le 21 octobre 1941. Démobilisé le 21 octobre 1941 par le centre démobilisateur de Bourg (Ain).  Passe classe de mobilisation 1929 comme père de 3 enfants vivants le 9 juillet 1952 (art. 58).  Date de libération du service militaire 15 octobre 1964.
  • 30. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 29 Annexe 3ème partie : Note de synthèse écrite en 2003. Convoqué pour mon service militaire (26/10/1936, durée 2 ans) à Dijon au 186ème régiment d’artillerie, libéré le 20/11/1938. Bruits de guerre, Munich. Reconvoqué Mars 39. 1/9/1939 c’est la guerre. Affecté au 174ème régiment d’artillerie basé à Nîmes, 2 mois à Manduel (10km de Nîmes, Gard), puis monté au front à Petit-Tenquin (Moselle), village évacué. Tout l’hiver à Petit-Tenquin -25°. 10 mai attaque allemande sur le nord et l’est de la France. Nous ne sommes pas concernés. Allemands à Paris le 14 juin. Le 17 juin sans avoir de nouvelles, nous sommes encore au fond de la forêt Vosgienne. Ordre de repli (un peu tard). Prisonnier le 21 juin, 1 mois à Forbach, 15 août à Moosburg (40 kms de Munich). Au stalag VIIA. Essai de ferme avec 2 copains. Famille très sympathique, très arriérée. Resté 2 jours. Rentré au camp avec certificat médical, gentiment donné par le docteur allemand. Vie au camp. Début difficile. Rien à manger pendant 2 mois. La famille n’étant pas encore rentrée dans l’Aube. Dès que les paquets arrivent, nous ne nous nourrissons plus que grâce à eux. Je ne fais rien jusqu’en janvier où ils demandent des interprètes d’anglais pour remplir les imprimés des anglais, Australiens, Néo-Zélandais qui arrivaient nombreux de Libye (Tobrouk) et des îles Grecques, Crête, Rhodes, etc. 20 septembre 1941 Du fait d’être interprète, j’appartenais à la « Karten » (service des cartes du camp) ; là j’ai connu un soldat allemand (40 ans) qui habitait à Rio de Janeiro, il était venu voir ses parents et s’était laissé prendre dans l’armée. Un jour il me dit qu’un train partirait de la gare de Moosburg pour Paris le 5/10/41 à 9h 41 (je l’ai su plus tard officiellement). Train composé de petits réformés incapables de travailler. Projet d’évasion et évasion Inutile de penser de joindre le convoi dans le camp. Il fallait donc s’évader du camp la veille ou plutôt l’avant-veille, ce qui ne posait pas un gros problème. Le 5 octobre était un dimanche, je me portais volontaire le vendredi pour un chantier pour remonter les berges d’un canal. J’y suis allé le mercredi pour repérer le terrain. Je partais donc le vendredi habillé en dessous d’un pantalon civil, d’un blouson de ski et de chaussures légères (que j’avais aux pieds), 4 tablettes de chocolat, 1 petit flacon d’eau. Nous étions 30 au début, je ne suis pas rassuré, les deux gardiens se tiennent l’un d’un côté, l’autre de l’autre, mousqueton dans les mains. Cela a duré ½ heure puis l’un a appelé l’autre, ils sont allés chercher 2 fagots et se sont assis ensemble, le mousqueton dans les feuilles. J’ai pensé que c’était le moment de partir, ai déposé ma pelle et ai fait semblant d’aller pisser, mais ils ne me regardaient pas. 100m d’une prairie puis le bois. J’ai déposé quelque chose pour montrer mon passage et pour saupoudrer de produits contre les rats, pour nuire à l’odorat des chiens. Puis sans courir à l’endroit que j’avais repéré et qui se rapprochait du camp. 40’ après j’étais arrivé (2kms environ), puis j’entends le coup de fusil des gardiens demandant l’envoi des chiens. ½ heure après j’entends les chiens qui se sont rapprochés nettement de moi (je pense 700 mètres) et puis cette direction paraissant impossible à leurs maîtres, ceux-ci les ont rappelés et ce fut fini. Toute la nuit j’entendis le bruit d’une rivière, j’avais déjà bu mon flacon. À 100m je trouvais l’Isar, 30m de large, peu d’eau, mais très … Je bus 2 flacons et l’emportais plein. Puis ce fut une nuit longue,
  • 31. Guerre, Captivité & Evasion de Jacques Bruley 30 où je dormis un peu malgré un petit froid et les moustiques, puis la journée du samedi longue à passer. Mon 1° but était d’aller dans la gare de marchandises de Moosburg pour voir si par hasard notre train ne serait pas arrivé. Je partis donc vers la voie ferrée (800m environ) qui était longée d’un petit chemin piéton. Ensuite j’ai rencontré une vieille femme qui me dit « heil Hitler », je répondais de même. Puis un assez épais brouillard tomba, encore 1 km et dans la pénombre j’aperçus un homme se cacher dans un buisson. Je vais au buisson, il me dit « British ». Lui aussi cherchait le train. Nous sommes restés toute la nuit ensemble, puis au petit jour avons quitté le coin de la gare pour regagner les environs du camp. À 500m de celui-ci, une rumeur, ils sortaient. Il y avait là une laiterie, un grand terrain, personne de visible, mais surtout une grosse haie le long du chemin. À un endroit un trou de 0m50 environ, on aurait dit tout préparé pour nous. Ils se groupaient petit à petit, puis alors qu’il allait partir nous traversâmes (environ 7 mètres), je dis à l’Anglais toi à droite, moi à gauche. Aucun gardien ne nous avait vus. Mais l’officier finissait de compter, avant d’arriver à moi (il était de l’autre côté) je me glissais sous un petit pont sous le chemin. Dès que je ne l’entendis plus, je ressortais, mais je me rendis compte que j’étais le seul à ne pas avoir de valise. Nous nous mettons en route, toujours sans valise, puis au bout de 400 mètres, un voisin qui en avait 2 m’en donne une après plusieurs demandes. Tout est sans histoire jusqu’à 500m de la gare. Nous avons vu notre train arriver. J’étais dans les derniers et attendis environ 20’. Le portillon me faisait peur, car on passait un par un, cela se passa bien, car aucun contrôle sauf l’officier allemand qui ne demandait rien. Je montais dans le train et depuis le couloir, surveillais, car je savais que nous étions par groupe de 50. Il arrête le 51ème , laisse passer le reste. Il demanda ses papiers qui étaient en règle. Il hésitait, le chauffeur de la locomotive donna un coup de sifflet et démarra. Enfin le train part. Je retrouve un prisonnier qui m’a gardé une place à côté de lui. Il me donne de quoi manger à midi, car je n’ai rien. Le train est très lent. À 1 heure nous sommes à l’ancienne frontière. Le train s’arrête et les gardiens nous proposent un repas chaud, nous pouvons aussi rester dans le train. Je vais déjeuner (une soupe aux légumes). À 17h30 gare de Nancy, thé chaud et possibilité d’envoyer un télégramme, ce que je fais à l’oncle Georges. Le train est lent, on ne peut pas dormir. J’ai décidé d’aller au bout, mais de sauter du train près de Paris. À partir de 6h je fais attention aux gares où l’on passe. Je suis vraiment en civil près d’une porte avec mon copain. Tout à coup Noisy-le-Sec. Mon copain me dit, si tu sautes là tu peux aller chez Felix Potain, c’est un client. Le train ne va pas vite, car nous sommes dans une côte. Je saute, passe par-dessus une palissade, je suis dans une rue de Noisy. Je trouve facilement Felix Potain. J’y reste 2 heures, café et changement de pantalon, car les épiciers trouvent le mien bien usé. Le patron a la même taille que moi. Je prends l’autobus – Porte de Clignancourt – Métro Havre Caumartin – Gare Saint-Lazare – Maisons-Laffitte. Il est 11h45. Je remonte la rue de Poissy et au bout du tout je rencontre Lili.