Géographie, chapitre 04
Habiter le monde rural
Introduction : La campagne en chansons…
• Fiche activités
Comment les hommes vivent-ils à la campagne ?
Comment l’espace rural a-t-il été transformé par
les hommes ?
I. L’évolution d’un village français : l’exemple d’Ablis
Ablis se situe dans le centre de la France, au sud-ouest
de Paris.
…
Eléments naturels du paysage Eléments humains du paysage
A l’aide de la photo suivante, complète ce tableau.
Ablis, malgré ses 3300 habitants aujourd'hui, est toujours considéré comme un
village par ces habitants. Tout a changé ave...
…
…
Vieux village
Les nouveaux
quartiers
(lotissements)
Activités
industrielles
ou
commerciales
Forêt
Axes de
communi-
cation
...
Vieux village
Les nouveaux
quartiers
(lotissements)
Activités
industrielles
ou
commerciales
Forêt
Axes de
communi-
cation
...
II. Un village qui change peu : l’exemple de Banfora, au
Burkina Faso
Banfora se situe au Burkina Faso. C’est un peu qui est
à l’ouest de l’Afrique, entre le Mali et la Côte-d’Ivoire.
Banfora ...
…
Eléments naturels du paysage Eléments humains du paysage
A l’aide de la photo suivante, complète ce tableau.
Le village de Banfora
D’abord, entourant le village, il y une couronne de champs de
500 à 1 000 mètres de rayon qui, bénéficiant des déchets
mén...
Travail collectif à la houe
Les paysans retournent le sol avec
la daba (houe traditionnelle)
…
Dans mon pays, l'eau est rare et la saison des pluies est
courte. Quand il commence à pleuvoir, il faut se dépêcher de
sem...
• Témoignage d’Amidou, paysan du Burkina Faso
Je suis un paysan du Sahel et je viens vous parler de mon pays. Dans mon
pays, l'eau est rare et la saison des pluies est ...
Je suis responsable du troupeau de bovins, et c'est moi qui décide
de sa conduite. Nous avons aussi des chèvres et des mou...
…
…
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Habiter le monde rural
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Habiter le monde rural

1 103 vues

Publié le

Publié dans : Formation
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 103
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
25
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Habiter le monde rural

  1. 1. Géographie, chapitre 04 Habiter le monde rural
  2. 2. Introduction : La campagne en chansons… • Fiche activités
  3. 3. Comment les hommes vivent-ils à la campagne ? Comment l’espace rural a-t-il été transformé par les hommes ?
  4. 4. I. L’évolution d’un village français : l’exemple d’Ablis
  5. 5. Ablis se situe dans le centre de la France, au sud-ouest de Paris.
  6. 6.
  7. 7. Eléments naturels du paysage Eléments humains du paysage A l’aide de la photo suivante, complète ce tableau.
  8. 8. Ablis, malgré ses 3300 habitants aujourd'hui, est toujours considéré comme un village par ces habitants. Tout a changé avec les années soixante, lorsque Carrefour a installé un hypermarché à Chartres (20 km). L'autoroute venait d'être construite, les femmes passaient de plus en plus le permis de conduire, et les déplacements ont commencé à se multiplier. À la même époque, un lotissement a amené des familles plus jeunes, attirées par exemple par des logements plus accessibles qu'à Rambouillet, où se trouvait une importante usine de fabrication de transistors (Radiotechnique, puis Philips). Et les entreprises sont venues, attirées par l'autoroute. À une première zone d'activités a succédé un deuxième espace de 30 hectares. Quelques exemples : une usine de transformation de charcuterie (Géo) et surtout des bases logistiques, par exemple pour le discounter Aldi (200 personnes) ou pour le stockage frigorifique des surgelés : à partir de là, les produits peuvent être très facilement redistribués dans une vaste partie de la France. Au total, 1000 emplois au quotidien existent sur la zone industrielle. Propos recueilli auprès du maire d’Ablis, Monsieur Jean Louis Barth, janvier 2010
  9. 9.
  10. 10.
  11. 11. Vieux village Les nouveaux quartiers (lotissements) Activités industrielles ou commerciales Forêt Axes de communi- cation Champs
  12. 12. Vieux village Les nouveaux quartiers (lotissements) Activités industrielles ou commerciales Forêt Axes de communi- cation Champs
  13. 13. II. Un village qui change peu : l’exemple de Banfora, au Burkina Faso
  14. 14. Banfora se situe au Burkina Faso. C’est un peu qui est à l’ouest de l’Afrique, entre le Mali et la Côte-d’Ivoire. Banfora est à l’ouest du Burkina Faso.
  15. 15.
  16. 16. Eléments naturels du paysage Eléments humains du paysage A l’aide de la photo suivante, complète ce tableau.
  17. 17. Le village de Banfora
  18. 18. D’abord, entourant le village, il y une couronne de champs de 500 à 1 000 mètres de rayon qui, bénéficiant des déchets ménagers, du fumier du petit bétail, sont cultivés tous les ans. On y produit des légumes, des condiments et le mil, base de l’alimentation. (…) Au delà, tout autour, s’étend une zone de champs temporaires beaucoup plus vaste de 5 à 6 kilomètres. Ces champs qui trouent la savane, portent la première année de l’arachide, la seconde du mil ; puis ils sont laissés en jachère pour plusieurs années. (…) Plus loin encore, c’est le domaine de la savane, jamais cultivée mais pâturée par les troupeaux. D’après R. Lebeau, Les grands types de structures agraires dans le monde, A. Colin, 2002
  19. 19. Travail collectif à la houe Les paysans retournent le sol avec la daba (houe traditionnelle)
  20. 20.
  21. 21. Dans mon pays, l'eau est rare et la saison des pluies est courte. Quand il commence à pleuvoir, il faut se dépêcher de semer le mil1. En trois mois, le mil est mûr. Mais les bonnes récoltes sont de plus en plus rares. Depuis mon enfance la vie a changé, il y a plus de gens, plus d'animaux, on cultive plus de terre. Dans ma famille, on est plus de 5 personnes et souvent le mil ne suffit pas. On va alors cueillir des plantes sauvages, le fonio2 et le bulbe de nénuphar. Pendant les années de sécheresse, je suis souvent parti travailler en Côte d'Ivoire. D’après le site Agropolis museum 1Céréale d’Afrique 2 Petite céréale africaine
  22. 22. • Témoignage d’Amidou, paysan du Burkina Faso
  23. 23. Je suis un paysan du Sahel et je viens vous parler de mon pays. Dans mon pays, l'eau est rare et la saison des pluies est courte. Les pluies sont toujours incertaines. Quand il commence à pleuvoir, il faut se dépêcher de semer le mil. Les champs sont grands, et le sol est sableux. On a des outils légers pour semer et sarcler rapidement. En trois mois, le mil est mûr. Mais ici, les bonnes récoltes sont de plus en plus rares. Dans ma famille, on est plus de cinq personnes et le mil ne suffit souvent pas. On va alors cueillir des plantes sauvages, le fonio et le bulbe de nénuphar. Pendant la saison des pluies, après les semis, notre campement est éloigné des champs, pour que les troupeaux n'y causent pas de dégâts. On revient s'installer après la récolte sur les champs pour qu'ils profitent de la fumure animale. Et puis, c'est là que nous avons nos greniers. Pour cultiver nos champs, mais aussi pour conduire nos troupeaux, il nous faut bien connaître la nature. A chaque moment, il faut être capable de choisir les meilleurs pâturages et les points d'eau, connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais pour les animaux, profiter des plantes utiles. Mes ancêtres savaient toutes ces choses, mon père me les à apprises, et je les apprends à mon tour à mes fils.
  24. 24. Je suis responsable du troupeau de bovins, et c'est moi qui décide de sa conduite. Nous avons aussi des chèvres et des moutons, qui sont gardés par les enfants. C 'est la vente des animaux qui nous permet de gagner de l'argent. Quand notre mil ne suffit pas, il faut en acheter. Et, nous avons besoin de bien d'autres choses que nous trouvons sur les marchés. Pendant les années de sécheresse, je suis souvent parti pour chercher du travail loin d'ici, en Côte d'Ivoire. Depuis mon enfance, la vie a changé. Il y a plus de gens, plus d'animaux, et on cultive plus de terre. La sécheresse a été dure, beaucoup d'arbres sont morts. Il y a moins de mil et moins d'herbe qu'avant. Mais nous avons aussi appris à nous aider. Dans la région, nous avons créé des groupements de paysans. Nous constituons des stocks de céréales en profitant de bons prix, et nous essayons de nous entendre pour mieux utiliser les pâturages. Notre espoir, finalement, c'est la solidarité.
  25. 25.
  26. 26.

×