Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
  Communication	
  
7	
  Villa	
  des	
  Sablons...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
DOSSIER	
  DE	
  PRESSE	
  
Janvier	
  2012	
  
Bureau	
  de	
  presse	
  IMCAS	
  :	
  Patricia	
  Bénitah	
  -­‐	
  PB	
...
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012

861 vues

Publié le

Dossier de presse du congrés international de la chirurgie esthétique : IMCAS 2012, tenu du 26 au 29 Janvier 2012.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
861
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de Presse IMCAS - PB Communication - Février 2012

  1. 1. Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com                   DOSSIER  DE  PRESSE     Vendredi  27  Janvier  2012              
  2. 2. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     2             IMCAS  PARIS  2012  –  14e   Congrès  annuel,  du  26  au  29  janvier     Congrès   européen   leader   dédié   aux   chirurgiens   plasticiens,   aux   dermatologues,   et   aux   différents   experts   de   l’esthétique   médicale  et  chirurgicale,  l’IMCAS  est  devenu  en  14  ans  l’un  des  plus  importants  rendez-­‐vous  mondiaux  de  la  profession.  C'est   aujourd'hui  un  congrès  institutionnel  d'enseignement  post-­‐universitaire,  heureux  de  travailler  en  concertation  avec  plusieurs   sociétés  savantes  telles  la  SOFCEP  (Société  Française  des  Chirurgiens  Esthéticiens  Plasticiens),  l'ESLD  (European  Society  for  Laser   Dermatology)  et  l'ASDS  (American  Society  for  Dermatologic  Surgery).   Cette  manifestation  reçoit  chaque  année  plus  de  4  000  participants  en  provenance  de  60  pays.       Le  docteur  Benjamin  ASCHER,  Chirurgien  plasticien,  directeur  scientifique  des  congrès  IMCAS.   Les   docteurs   Olivier   GERBAULT,   David   J.GOLDBERG,   Anne   LE   PILLOUERT   PROST,   Bernard   MOLE   et   Bernard   ROSSI   coordinateurs  et  secrétaires  scientifiques  du  Congrès.           IMCAS  2012  :  sentinelle  de  la  cosméto  et  matério  vigilance     En   2012,   l’IMCAS   vous   convie   à   un   programme   particulièrement   novateur,   loin   des   avis   consensuels,   dont   le   mot   clef   sera   "controverse".  Bon  nombre  d'interventions  seront  centrées  sur  le  sujet  des  complications  et  des  techniques  permettant  de  les   prévenir,  d'autres  auront  pour  thématique  la  question  des  alertes  en  cosméto-­‐  et  materio  vigilance,  et  seront  communiqués  et   commentés   les   résultats   d'un   sondage   mondial   sur   les   complications   des   injectables   et   leur   prévention.   Le   programme   proposera  également  des  analyses  comparatives  et  objectives  des  produits  (Acides  hyaluroniques,  toxines,  Laser  CO2,  Implants   mammaires),    loin  des  arguments  des  firmes...     Bien   sûr   l'IMCAS   ne   serait   pas   l'IMCAS   sans   l’Industrie   Tribune,   premier   Observatoire   économique   mondial   du   marché   de   l'esthétique  médicale,  et  ses  manifestations  dédiées  à  l'innovation  qui,  succès  des  premières  éditions  de  2011  oblige,  vont  créer   l’événement  :  La  NUIT  des  IMCAS  AWARDS  et  l’IMCAS  Business  INCUBATOR.  "La  Nuit  des  IMCAS  Awards"  récompensera  les   meilleures   études   cliniques   de   l'année,   soumises   anonymement   à   un   jury   totalement   indépendant,   tandis   que   l'IMCAS   Incubateur  permettra  à  tout  praticien,  jeune  ou  expérimenté  de  présenter  ses  idées  à  l'industrie  de  manière  professionnelle.                     Pour  en  savoir  plus  cliquez    sur  :   LA  NUIT  DES  IMCAS  AWARDS   IMCAS  INCUBATEURS   IMCAS  WEB  TV    Suivre  IMCAS  sur  Twitter        Trouver  IMCAS  sur  Facebook       Rejoindre  IMCAS  sur  Linked  In              
  3. 3. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     3         SOMMAIRE             Rajeunissement  du  visage  et  du  cou   Les  traitements  validés  et  ceux  qui  doivent  encore  faire  leurs  preuves  :  les  tops  et  les  flops           Garder  un  visage  jeune  en  intervenant  sur  des  zones  clés  :  la  vallée  des  larmes  et  les  pommettes  :  chirurgie  ou  produits  de   comblement  (volumateurs).   Philippe  KESTEMONT  –  Chirurgien  cervico-­‐facial,  France     L’acide  hyaluronique  :  lifter,  volumiser,  bloquer.   Les  principaux  produits  de  marché  :  comparaison  des  caractéristiques  liées  à  chaque  fabricant,  ses  atouts  et  ses  limites.   Ce  que  nous  réserve  la  toxine  botulique,  demain…       Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France         Lifting  :  injectables  ou  chirurgie  ?   Lifting  du  cou  :  focus  sur  les  méthodes  non-­‐invasives.   Bajoues  :  comment  maintenir  le  résultat  dans  le  temps.   Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France           Comment  prévenir  les  effets  secondaires  liés  à  l’injection  de  produits  de  comblement  ?                              Michel  ROUIF  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France     Pierre  NICOLAU  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France     Laser  CO2  ablatif  mode  fractionnel  et  IPL  :  des  résultats  validés  et  éprouvés  :  best-­‐of  comparatif.   Anne  LE  PILLOUER  PROST  –  Dermatologue,  France     La  Radiofréquence  :  effet  tenseur  et  coup  d’éclat…  ses  atouts  et  ses  limites  ?   Jean  Michel  MAZER  -­‐    Dermatologue,  France       La  sécurisation  des  traitements  par  Lasers,  lumières  et  radiofréquences…  les  bons  protocoles  et  les  compétences  requises  pour   prévenir  les  éventuels  effets  secondaires                                                                                                                                    Anne  LE  PILLOUER  PROST  –  Dermatologue,  France   Bernard  ROSSI  –  Dermatologue,  France                                    
  4. 4. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     4       Le  corps  remodelé  en  2012   Les  précautions  et  boucliers  de  sécurité  mis  en  place  par  la  profession     En  raison  de  l’actualité,  une  communication  officielle  de  l’IMCAS  et  du  Syndicat  National  de  Chirurgie  Plastique,  Reconstructive   et  Esthétique  sera  faite  au  sujet  de  l’affaire  des  prothèses  PIP         Lipolyse  :  une  approche  clinique  et  légale  des  techniques  réellement  efficientes,  des  techniques  autorisées  et  des  autres,  suite     à  la  suspension  du  décret  sur  les  méthodes  de  Lipolyse.       Bernard  MOLE  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France       L'injection  de  graisse  :  atouts  et  limites  comparée  à  la  pose  d’un  corps  étranger  (Lipofilling,  greffes  de  graisse)   Les  cellules  souches  :  la  panacée  de  l’éternelle  jeunesse  ?   Bernard  MOLE  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France   Ali  MOJALLAL  –  Chirurgien  plasticien,  France         Avoir  de  belles  fesses  :  leur  donner  du  volume  et  les  rajeunir,    une  chirurgie  désormais  courante.   Raul  GONZALEZ  –  Chirurgien  plasticien,  Brésil     Les  Matrices  dermiques  acellulaires  (les  M.D.A)  :  une  révolution  en  chirurgie  esthétique.     Olivier  GERBAULT  –  Chirurgien  plasticien,  France     LED,  un  choix  irrationnel  pour  un  effet  éphémère  ?   Hugues  CARTIER  –  Dermatologue,  France       Cosméto-­‐vigilance  et  matério-­‐vigilance  :  la  profession  se  mobilise  et  crée  ses  propres  cellules  de  vigilance  dans  un  objectif  de   sécurisation  maximum  vis  à  vis  des  patients.                                                                                                                   Michel  ROUIF  –  Chirurgien  plasticien,  France   Martine  BASPEYRAS  –  Dermatologue,  France     PIP  crise  sanitaire  internationale:  position  de  l’IMCAS  et  du  Syndicat     Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France,  Directeur  Scientifique  des  congrès  IMCAS   Olivier  GERBAULT  –  Chirurgien  plasticien,  France   Bernard  MOLE  –  Chirurgien  plasticien,  France   Bruno  ALFANDARI  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France     Président  du  Syndicat  National  de  Chirurgie  Plastique,  Reconstructive  et  Esthétique     L’imagerie  et  l’exploration  des  seins  a  atteint  un  niveau  de  sophistication  tel,  qu’elle  peut  garantir  une  qualité  et  une  définition   d’image  fiable  et  sécurisée  surtout  dans  le  cas  d’implants  mammaires.     Sébastien  GARSON  –  Chirurgien  plasticien,  France     Conclusion   L’IMCAS,  c’est  aussi  le  laboratoire  des  innovations  avec  l’IMCAS  Business  Incubator  et  l’IMCAS  AWARDS.   Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France,  Directeur  Scientifique  des  congrès  IMCAS              
  5. 5. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     5         Garder  la  Jeunesse  de  son  visage  en  intervenant  sur  des  zones  clés,  la  vallée  des  larmes  et  les   pommettes  :  Chirurgie  ou  produits  de  comblement  ?       Philippe  KESTEMONT-­‐  Chirurgien  cervico-­‐facial,  France     Les  concepts  actuels  du  rajeunissement  du  visage  intègrent  systématiquement  la  notion  de  «  Volumétrie  ».     Il  est  acquis  dans  l’analyse  du  vieillissement  de  la  face  que  la  détente  des  tissus  et  la  ptôse  des  structures  cutanéo-­‐musculaires   ne  sont  qu’un  des  éléments  à  corriger.  La  migration  du  tissu  graisseux  au  cours  du  temps,  modifie  les  reliefs  du  visage  ;  on   admet   le   rôle   primordial   des   muscles   peauciers,   dits   «  muscles   d’expression  »,   dans   cette   répartition   disharmonieuse   des   volumes,  par  une  action  répétée,  en  diaphragme,  au  niveau  de  la  région  centro-­‐faciale,  (autour  des  yeux,  du  nez,  de  la  bouche).     La  pommette  de  l’enfant,  ou  de  l’adolescent,  est  en  position  haute,  donnant  l’illusion  que  la  paupière  inférieure  est  très  courte.   La    projection  de  cette  région  «  malaire  »  est  surtout  le  fait  d’un  épaississement  graisseux  particulièrement  important,  posé  sur   une  base  osseuse,  qui  elle  sera  plus  stable  dans  le  temps.  Cette  «    graisse  malaire  »  migre  schématiquement  vers  le  bas,  et  se   sépare  en  deux,  en  diagonale  à  partir  du  cerne,  pour  former  la  «  vallée  des  larmes  ».  Cette  modification  des  reliefs  diminue   l’aspect  juvénile  du  regard,  en  définissant  des  creux,  des  zones  d’ombre,  qui  donnent  un  aspect  «  fatigué  »  classiquement  décrit   par  nos  patients.       Si   l’on   admet   que   cette   notion   de   volume   doit   être   restaurée,   et   que   l’on   cherche   à   diminuer   l’action   néfaste   des   muscles   peauciers  de  la  région,  une  question  se  pose  alors  logiquement  :  les  produits  injectables,  «  volumateurs  et  toxine  botulique  »,   peuvent-­‐ils  remplacer  la  chirurgie  dans  cette  région  ?     Il  est  aujourd’hui  indéniable  que  le  premier  traitement  à  proposer  dans  ce  type  de  rajeunissement  est  «  médical  »  !  Dans  une   grande  majorité  de  nos  patientes  qui  voient  se  former  une  vallée  de  larmes  sous  leurs  paupières  inférieures,  ou  qui  manquent   de   «  pommettes  »,   l’association   «  Toxine   Botulique   –   Acide   Hyaluronique  »   est   devenue   le   traitement   de   référence  :   il   est   progressif,  réversible,  sécurisant,  efficace  et  surtout  «  dose/dépendant  ».  Cela  veut  dire  qu’à  chaque  personne,  à  chaque  visage   correspond   une   dose   efficace   de   toxine   botulique,   et   un   nombre   de   seringues   d’acide   hyaluronique,   pour   l’obtention   d’un   résultat  qui  sera  jugé  naturel  par  la  patiente  elle  même.     La  simplicité  de  ces  traitements  proposés  «  au  cabinet  »,  et  leur  efficacité,  relèguent  la  chirurgie  aux  cas  plus  avancés,  avec  des   déformations  palpébrales  liées  à  l’âge,  nécessitant  une  blépharoplastie,  voire  un  lifting  malaire  vertical,  associé  à  une  auto-­‐ transplantation  de  graisse,  appelée  «  lipofilling  »     Le   caractère   plus   «  durable  »   de   la   chirurgie   est   un   élément   à   prendre   en   compte,   mais   l’immobilisation   et   le   contexte   opératoire   font   souvent   choisir   l’option   de   la   simplicité   et   de   la   reproductibilité   du   résultat   par   ces   nouveaux   procédés   injectables.                      
  6. 6. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     6           L’acide  hyaluronique  :  lifter,  volumiser,  bloquer   Les  principaux  produits  de  marché  :  comparaison  des  caractéristiques  liées  à  chaque  fabricant,     ses  atouts  et  ses  limites     Ce  que  nous  réserve  la  toxine  botulique,  demain…       Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France           Acide  Hyaluronique  :  lifter,  volumiser,  bloquer     Que  peuvent  faire  les  fillers?   Les  fillers,  principalement  les  acides  hyaluroniques,  sont:   • soit  des  injectables,  d'épaisseur  modérée,  pour  le  comblement    des  rides   • soit  des  injectables  plus  épais  pour  donner  du  volume  (volumiser)     Ils  peuvent:   Ø stopper  modérément  ou  ralentir  le  glissement  de  la  peau  et  des  muscles:  en  effet  il  existe  3  zones  du  visage  situées   en  avant,  où  les  tissus,  qui  glissent  vers  le  bas,  basculent  en  formant  des  sillons  :  sillons  naso  génien  (entre  le  nez  et  la   lèvre),  plis  d'amertume  (entre  la  lèvre  et  le  menton),  encoche  mandibulaire    (entre  menton  et  ovale).  Un  volumateur   bien  placé  en  avant  de  ces  sillons,  peut  lutter  contre  le  glissement  dans  une  certaine  mesure.           Ø Volumiser  les  creux:  les  volumateurs  vont  alors  agir  pleinement  dans  des  zones  situées  au  milieu  du  visage:  vallée  des   larmes,  tempes,  cernes,  creux  orbitaire,  et  également  pommettes  et  nez.  Elle  consiste  à  recréer  les  volumes  et  les   contours  perdus  ou  manquants.     Ø Il   faut   proscrire   2   excès   qui   aboutissent   à   des   caricatures:   les   visages   «  ballonisés  »,   les   visages   triangulaires   qui   deviennent  "carrés".  Si  la  graisse  reste  l'un  des  meilleurs  implants,  les  volumateurs  présentent  de  nombreux  avantages,   à  savoir  :  pas  de  passage  au  bloc  opératoire,  pas  de  zones  de  prélèvement,  injection  indolore  par  anesthésie  locale  ou   par  crème,  peu  d’œdèmes  et  de  bleus,  surtout  grâce  à  l'emploi  quasi  systématique  des  micro  canules  souples  à  bout   mousse.       Ø Lifter  modérément  la  ptose:  les  fillers  peuvent  remonter  modérément  certains  endroits  situés  à  l'arrière  du  visage,  qui   ont  glissé  vers  le  bas  :  le  sourcil  externe,  la  tempe,  la  joue  et  le  début  de  bajoue  ;  et  également  la  pointe  du  nez.  Mais   quand  une  réelle  descente  des  tissus  s'est  produite  :  regard  tombant,  vraie  bajoue,  l'injection  ne  peut  rien  isolément.     Elle  peut  masquer  la  bajoue  sans  la  traiter  réellement.  Seul  un  lifting  (ou  si  le  patient  n'est  pas  prêt,  des  fils  crantés)   peuvent  produire  la  remontée  et  donc  le  rafraichissement  recherché.  Si  l'on  injecte  trop  c'est  l'effet  ballon.          
  7. 7. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     7           Lifting  :  injectables  ou  chirurgie  ?   Lifting  du  cou  :  focus  sur  les  méthodes  non  -­‐  invasives   Bajoues  :  comment  maintenir  le  résultat  dans  le  temps       Benjamin  ASCHER  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France           Lifting  :  injectables  ou  chirurgie  ?     Ø L'évolution  du  lifting  chirurgical  :  que  ce  soit  pour  le  haut  ou  la  bas  du  visage,  les  bras  ou  les  cuisses,  le  lifting  est   devenu  moins  global,  moins  invasif.  On  décolle  moins  les  tissus,  les  gestes  sont  plus  concentrés,  plus  durables,  plus   dissimulés,  les  cicatrices  plus  courtes.  Un  lifting  réussit  c'est  un  lifting  qui  ne  fait  pas  "lifté"  ou  "tiré",  c'est  un  lifting   naturel.   Ø Les  volumateurs  :   Ø Si  la  graisse  reste  l’un    des  meilleurs  volumateurs,  les  acides  hyaluroniques  présentent  de  nombreux  avantages  ;  les   micro   canules   mousses   améliorent   encore   ce   confort.   Mais   le   lipofilling   (injection   de   graisse)   est   de   plus   en   plus   développé,    avec  une  nouvelle  tendance  :  celle  d’injecter  superficiellement  la  graisse,  ce  qui  améliore  la  texture  de  la   peau.   -­‐ Attention  aux  excès  qui  produisent  des  visages  «  ballonisés  »     Ø Pour  un  traitement  global:   Ø Quand  la  chirurgie  n'est  pas  nécessaire  ou  pas  souhaitée   :  toxine  botulique,  fillers,  radio  fréquence  et  lasers  doux   produisent  un  effet  global  très  performant.   Ø Quand  la  chirurgie  est  nécessaire  :  regard  tombant  ou  vrai  bas  joues  :  le  lifting  est  la  solution.   Ø Associées  au  lifting,  les  injections,  les  lasers  en  surface  vont  diminuer  le  coté  invasif  de  cette  chirurgie,  à  l'heure  où  les   patients  désirent  des  traitements  actifs  mais  peu  invalidant.  En  fait  la  révolution  tient  au  fait  d'agir  par  étapes  :  on   choisit  d'abord  un  traitement    réellement  actif  mais  le  moins  invasif  possible.  Si  une  chirurgie  est  décidée,  elle  s'intègre   dans  un  plan  thérapeutique  :     • préparer  par  la  toxine  botulique,  et  les  fillers   • lifter  au  bon  moment,  en  associant  les  fillers  ou  la  graisse     • entretenir  et  maintenir    par  les  fillers  et  la  toxine,  pour  éviter,  ce  qui  est  tout  à  fait  possible,  un  deuxième   lifting.     Loin  de  s'opposer  entre  eux  les  traitements  s'optimisent,  il  suffit  de  choisir  le  bon  plan  et  le  bon  moment.  Les  fillers  et  la   toxine  peuvent  permettre  de  faire  reculer  certaines  chirurgies  (comme  les  liftings  du  tiers  supérieur  du  visage).  Les  ont-­‐elles   remplacées  ?  Non,  mais  ils  en  optimisent  les  résultats  tant  immédiats  qu'à  distance.  Et  dans  la  plus  part    des  cas,  ils  peuvent   produire  à  eux  seuls  un  ralentissement,  voir  une  véritable  prévention  du  vieillissement.       Ce  que  nous  réservent  la  toxine  botulique  pour  demain  :   3     toxines   existent   en   Europe   et   sont   performantes   et     fiables  ;   ailleurs   les   toxines   Chinoises   et   Coréennes,   et   la   toxine   américaine  sont  également  utilisées.   Les  nouveautés  :   -­‐ une  toxine  employée    en  crème  :  le    Revance    (de  Californie)  sera  opérationnelle  en  2013.  Il  s’agit  d’une  vraie  «  crème   médicament  «  qui  n’a  rien  à  voir  avec  des  crèmes  cosmétiques  «  magiques  «  et  en  faite  inactives  ,  avec  des  noms  en  OX   (Bosuelox,  retinox…)  juste  pour  faire  rêver.   -­‐ l’acide  hyaluronique  mélangé  immédiatement  à  de  très  faibles  quantités  de  toxine  peut  être  injecté  superficiellement   dans  des  régions  jusqu’alors  contre-­‐indiquées  pour  la  toxine,  comme  les  pommettes  et  les  joues.   -­‐ le   cryoneuro-­‐modulateur  réalise  une  réfrigération  du  nerf  du  front  qui  produit  un  effet  durable  «  botox  like  ».   Son   lancement  est  prévu  en  Septembre  2012.   -­‐ les  toxines  semblent  gardées  une  croissance  importante,  aux  alentours  de  10%  en  Europe  jusqu’en  2016.    
  8. 8. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     8           Focus  sur  :  cou  et  bajoues  les    méthodes  douces     Radiofréquence,  injections  d’acide  hyaluronique  dans  les  rides  horizontales,  traitement  des  cordes  musculaires  verticales    par   la  toxine    peuvent  produire  des  résultats  partiels  mais  durables  s’ils  sont  répétés  régulièrement,  mais  :   -­‐ s’il  existe  un  amas  graisseux  réel  :  seule  la  lipoaspiration  peut  le  traiter,  les  injections  de  désoxicholate  pourront  être   un  bon  traitement  pour  les  petits  amas  d'ici  un  an.   -­‐ s’il  existe  un  vrai  relâchement  de  la  peau  et  des  muscles,  le  lifting  du  cou  est  la  bonne  solution.  Les  fils  crantés  ne   traitent  pas  le  cou,  mais  uniquement  le  bas  du  visage  et  ce  pour  deux  ans  au  maximum.   -­‐ Le  lifting  du  cou  inclus  systématiquement  l’ovale  :  la  remise    en  tension  du  cou  par  lifting    est  toujours  associée  à  une   remontée  harmonieuse  de  l’ovale.  C’est  la  même  unité  qu’il  faut  traiter  pour  avoir  un  résultat  naturel.    Quand  l’ovale   manque  de  définition,  le  lipofilling  renforce  nettement  les  contours  et  donc  le  résultat.      
  9. 9. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     9           Comment  prévenir  les  effets  secondaires  liés  à  l’injection  de  produits  de  comblement  ?       Michel  ROUIF  –  Chirurgien  plasticien,  France        Pierre  NICOLAU-­‐  Chirurgien  plasticien,  France     La  prévention  repose  sur  la  compréhension  des  risques.  Ils  ne  sont  pas  tous  évitables,  mais  leur  survenue  peut  être  limitée.  La   conjonction  d’une  bonne  pratique  médicale  et  d’une  collaboration  de  la  patiente  constitue  une  garantie  de  qualité.   Le  Rôle  du  praticien   La   prévention   des   complications   peut   être   améliorée   en   consultant   des   praticiens   habitués   à   ces   pratiques   qui   paraissent   pourtant  simples  à  première  vue.  Une  formation  sérieuse  des  praticiens  est  essentielle.   La  connaissance  de  l’anatomie  de  la  face  permet  de  bien  comprendre  les  mécanismes  qui  aboutissent  aux  rides  de  la  face  mais   aussi  les  risques  liés  aux  injections  dans  certaines  localisations  délicates  comme  la  région  inter  sourcilière,  les  lèvres  ou  les   cernes.   Les   propositions   de   traitement   s’articulent   comme   toujours   sur   l’équilibre   bénéfices/risques   considérant   éventuellement  d’autres  techniques  en  particulier  chirurgicales.   La  connaissance  des  techniques  d’injection  doit  permettre  de  choisir  le  produit  de  comblement  le  mieux  adapté.  Le  choix  du   produit,  résorbable  ou  permanent,  sa    viscosité,  sa  réticulation  doivent  être    fonction  des    localisations  à  traiter,  de  l’épaisseur   cutanée  ou  de  l’effet  recherché  soit  de  comblement  de  la  ride  soit  volumateur.   Le  choix  d’aiguilles  ou  de  micro  canules,  un  meilleur  confort  pour  la  patiente  (anesthésie  locale,  crème  anesthésiante,  produit   de  comblement  associé  à  de  la  lidocaine),  une  méthodologie  rigoureuse  avec  des  photographies,  une  asepsie  bien  adaptée,  la   chorégraphie   de   l’injection   (rythme,   direction),   l’usage   éventuellement   de   loupe,   des   recommandations   de   soins   post   opératoires  sont  autant  de  précautions  permettant  d’éviter  certaines  complications  ou  imperfections  de  traitement.   Enfin  l’interrogatoire  de  la  patiente,  précisant  sa  demande,  nécessite  de  prendre  le  temps  à  chaque  fois  pour  refaire  le  point  sur   ses  attentes.     Le  rôle  de  la  patiente   Les  patientes  doivent  comprendre  qu'elles  ont  un  rôle  majeur  à  jouer  dans  cette  prévention.   Concernant   les   risques   médicaux,   elles   doivent   comprendre   l'importance   de   bien   signaler   toutes   les   maladies   dont   elles   pourraient  souffrir,  y  compris  et  surtout  les  allergies,  les  maladies  auto  immunes  (thyroïde,  lupus,  polyarthrite,  etc…),  toutes   pathologies  qui  pourraient  pourtant  leur  sembler  sans  grand  rapport  avec  un  soin  apparemment  anodin.   Les  traitements  qu'elles  pourraient  prendre,  même  ceux  qui  semblent  si  banals,  comme  l'aspirine  ou  les  anti-­‐inflammatoires,   peuvent  provoquer  des  complications  sérieuses:  hémorragies,  hématomes.   Les  injections  antérieures  peuvent  déclencher  des  réactions  inflammatoires  majeures,  notamment  avec  certains  produits  non   résorbables.  Une  nouvelle  injection  au  même  endroit,  même  avec  un  produit  très  sûr,  se  traduira  par  des  phénomènes  parfois   incontrôlables.   Il  est  donc  indispensable  que  les  patientes  sachent  très  exactement  quel  produit  leur  a  été  injecté.  C'est  d'ailleurs  pour  cela  que   chaque  seringue  est  fournie  avec  des  étiquettes  permettant  d'identifier  le  produit  utilisé.  Il  est  indispensable  que  les  patientes   demandent  qu'une  de  ces  étiquettes  leur  soit  remise,  idéalement  collée  dans  un  carnet  qu'elle  présentera  à  chaque  médecin,   pour   éviter   tout   risque.   Ce   «  passeport   esthétique  »   assurera   en   plus   du   dossier   médical   un   élément   de   traçabilité   supplémentaire  en  cas  de  complication.  
  10. 10. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     10           Laser  CO2  ablatif  mode  fractionnel  et  IPL  :  des  résultats  validés  et  éprouvés  :  best-­‐of  comparatif       Anne  LE  PILLOUER  PROST  –  Dermatologue,  France     IPL  et  rajeunissement     • Résultats  «  éprouvés  »   -­‐ 12-­‐13  voire  15  ans  de  recul   -­‐ Composantes  superficielles  de  l’héliodermie   • Teint   • Taches  et  vaisseaux   -­‐ Résultats  objectifs,  visibles,  reproductibles   -­‐ Peu  d’échec:  taches  trop  claires,  appareil  pas  assez  puissant  pour  le  vasculaire   -­‐ Effets  secondaires  maîtrisables,  brefs  et  maquillables:  taches  plus  foncées  et  croûtelles,  œdème,  érythème   quelques  heures  à  quelques  jours  /paramètres  utilisés,  nombre  de  séances     • Résultats  «  éprouvés  »     -­‐ Limites  :  Pas  d’effet  prouvé  de  «  remodelage  collagénique  »     Œdème  transitoire,  pas  de  diminution  des  rides     Histologies  :  contradictoires   -­‐ Coût  :  120-­‐150  euros/séance;  1  à  4  séances  espacées    de  3-­‐4  semaines     CO2  mode  fractionné  et  rajeunissement     • Résultats  «  éprouvés  »   -­‐ 6-­‐7  ans  de  recul   -­‐ Amélioration  globale  autour  de  30-­‐40%   • Tous  les  composants  :  teints,  taches,  texture,  rides,  laxité   -­‐ Résultats  visibles,  objectifs,  reproductibles   -­‐ Peu  d’échec:  tabagisme  important   -­‐ Effets  secondaires  maîtrisables  /  fonction  paramètres  utilisés  :  érythème  et  œdème  (2-­‐4-­‐5j)  puis  microcroûtes  et   aspect  «  bronzé  »  et  desquamation  (3-­‐4  j),  généralement  maquillables  au  3 ème  jour.   -­‐ Traitements  personnalisés   -­‐ Coût:  350-­‐800  euros/séance;  1  à  3  séances.       Traitements  personnalisés                                                                               Densité  micro  points                                                                                                                  Effets  en  surface     Energie  /  MAZ                                                                                                                    Profondeur  variable      
  11. 11. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     11       «  Gamme  »  possible  de  traitements   -  Effet  «  peeling  »  /  Taches,  teint  :  densité  élevée,  faible  énergie/MAZ.   -  Texture,  ridules  :  densité  moyenne,  énergie  moyenne.     - Relissage  fractionnel  ablatif  profond  /  Laxité,  rides:  densité  et  énergie  élevées.   - Toujours  sécuritaires  (îlots  de  peau  saine  pour  cicatrisation  et  défense  anti-­‐infectieuse).   - Plus  ou  moins  d’éviction  sociale.     Lequel  choisir  ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Au-­‐delà  :  Laser  CO2  «  traditionnel  »!     Ne  pas  oublier  +++   Bien  maîtrisé,  préparé  et  suivi  :  complications       Exceptionnelles  (hypochromies)   Améliorations  constantes  supérieures  60-­‐70%  :  texture,       Laxité,  rides  profondes   Visage  uniquement   Pansements  car  écoulements…3  jours  puis  vaseline   Eviction  sociale  :  10-­‐12  jours.         Teint,  taches,  couperose   IPL  possibles   Souhait  /  texture,  rides,  laxité   IPL  insuffisantes     Laser  CO2  mode  fractionné   1  ou  2  séances   Amélioration  de  tous  les  paramètres   vieillissement  superficiel  et  profond   Teint,  taches   Rides  et  texture,  pores  dilatés   Laxité    
  12. 12. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     12           La  Radiofréquence  :  effet  tenseur  et  coup  d’éclat…  ses  atouts  et  ses  limites  ?       Jean  Michel  MAZER  –  Dermatologue,  France     L’utilisation  des  radiofréquences  en  médecine  n’est  pas  récente  :  les  techniques  d’électrocoagulation,  («  bistouri  électrique  »)  et   d’épilation  électrique  sont  des  radiofréquences…  Mais  elles  se  multiplient  en  médecine  esthétique,  devenant  plus   sophistiquées,  pour  une  meilleure  efficacité.     En  médecine  esthétique,  il  était  habituel  de  les  classer  en  Radiofréquences  monopolaires,  bipolaires,  ou  multipolaires.  Cette   classification  n’avait  pas  de  grande  visibilité,  ni  de  sens  pratique.       Il  faut  aujourd’hui  leur  préférer  une  autre  classification  :     1  –  Les  radiofréquences  à  effet  superficiel,  dont  l’action  repose  sur  l’induction  d’une  néosynthèse  de  collagène  assez   superficielle  dans  le  derme,  responsable  d’une  action  antirides.       2  –  Les  radiofréquences  à  effet  profond  (Radiofréquence  monopolaire  Thermage  et  certaines  radiofréquences   multipolaires,  type  Endymed  3D  Deep.  Leur  action  est  beaucoup  plus  profonde  dans  le  derme,  voire  les  travées  de   collagène  présentes  dans  l’hypoderme.  Il  en  résulte  un  effet  tenseur,  utilisable  sur  le  visage,  le  cou  et  le  corps,  pour  lutter   contre  le  relâchement  cutané.     3  –  Les  radiofréquences  subablatives  fractionnées  (E-­‐Matrix  et  Endymed)  qui  créent  des  lésions  ablatives  dermiques,  avec   un  minimum  d’effet  sur  l’épiderme.  Ceci  prend  toute  son  importance  si  l’on  souhaite  traiter  le  vieillissement  du  cou  et  du   décolleté,  pour  lesquels  nous  étions  jusqu’alors  assez  démunis,  de  nombreuses  techniques  étant  soit  inefficaces,  soit  trop   agressives  sur  cette  région  si  délicate.     Les  inconvénients  des  techniques  de  radiofréquence  sont  dominés  par  l’inconstance  de  la  réponse  des  patients  en  terme   d’efficacité,  problème  néanmoins  commun  à  l’ensemble  des  techniques  de  la  médecine  esthétique.     Les  avantages  communs  aux  radiofréquences  sont  la  relative  simplicité  des  suites,  la  bonne  tolérance,  et  le  fait  que  tous  les   phototypes  peuvent  être  traités.                                            
  13. 13. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     13           La  sécurisation  des  traitements  par  Lasers,  lumières  et  radiofréquences…   Les  bons  protocoles  et  les  compétences  requises  pour  prévenir  les  éventuels  effets  secondaires       Anne  LE  PILLOUER  PROST  –  Dermatologue,  France   Bernard  ROSSI  –  Dermatologue,  France       Sécurité  technique                                       • Matériel  à  risque  optique:  normes  européennes   Numéro  et  marquage  de  conformité  CE     -­‐(Dispositif  médical-­‐  sécurité  électrique…)   -­‐Notice  d’instruction  en  français   -­‐Accessoires  de  sécurité  (lunettes  de  protection  oculaire,  aspirateur  de  fumée)   -­‐Maintenance  et  contrôle  de  qualité  annuels  (émission  faisceau,  calibration,  refroidissement,  alignements…)     • Local  de  traitement   -­‐  Règles  en  fonction  des  actes  pratiqués  (anesthésie  ou  non),  S²,  forme  en  L,  sas…   -­‐  Signalétique  spécifique  «  zone  à  risque  optique  -­‐  accès  réglementé  »,  lumineuse   -­‐  Ventilation  si  particules  tissulaires  et  fumées   -­‐  Accès  tête  du  patient  si  anesthésie   -­‐  Champ  ignifuge,  contrôle  du  taux  O2,  exclusion  produits  inflammables  si  laser  CO2….     • Personnel  soignant   Respect  des  limites  d’exposition,  suivi  médical,  formation,  lunettes  norme  EN    207…     • Côté  patient   – Protection  des  yeux  +++                   Lunettes  protectrices   Couleur  spécifique  en  fonction   du  laser  utilisé   Norme  EN  207   Impact,  rayure,  modification   de  couleur:  à  changer     Coques  extra  oculaires   (Métalliques  ou  non)   Idéales  dès  que  le  patient   est  d’accord     Coques  intraoculaires   (Métalliques  ou  non)   Plus  compliqué   Collyre  anesthésiant  et   protecteur    
  14. 14. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     14         • Elevée  pour  les  lasers  :  principe  de  photo  thermolyse  «  sélective  »  (Anderson  et  Parrish,  1983-­‐Science)   – Appareil  (longueur  d’onde)  est  «  spécifique  »  d’une  cible  :  mélanine,  hémoglobine,  pigment  de  tatouage   – Au  niveau  de  la  cible  qui  l’absorbe  la  lumière  va  se  transformer  en  chaleur     – Effet  :  Destruction  de  la  cible  MAIS  respect  des  tissus  avoisinants:  sélectivité=sécurité   • Différence  entre  épilation  électrique  et  épilation  laser  =  sélectivité   • Différence  entre  électrocoagulation  des  petits  vaisseaux  et  laser  vasculaire  =  sélectivité   – Systèmes   de   refroidissement   performants:   protection   supplémentaire   de   l’épiderme   =   augmentation   de   la   sélectivité.         • IPLs:   bande   spectrale   mais   même   principe   de   sélectivité   élevée   que   les   lasers   dans   les   domaines,   épilatoires,   vasculaires,  pigmentaires   • Lasers  ablatifs  et  infra-­‐rouges  :  cible  =  eau,  perte  de  sélectivité,  vaporisation  ou  échauffement  d’un  volume  tissulaire   pour  stimulation  fibroblastique   • Radiofréquences   :  différentes,  pas  de  sélectivité,    échauffement  modéré  et  prolongé  d’un  volume  tissulaire  entre  2   électrodes  pour  effet  stimulation  fibroblastique   • LEDs  :  lumière  «  froide  »,  énergies  extrêmement  faibles  :  signaux  intracellulaires,  pas  d’échauffement  tissulaire     Principales  complications  lasers  et  TA   • Douleurs,  rougeurs,  gonflements,  purpura…  «  attendus  »  -­‐  recherchés  pour  effet  thérapeutique   • Brûlures  superficielles   -­‐ Compétition   mélanine   épidermique   :   sujet   bronzé   ou   trop   mat   /   paramètres   utilisés,   pas   assez   de   refroidissement…   -­‐ Mauvais  contact  entre  électrodes  de  RF   • Troubles  pigmentaires  hypo  ou  hyper  :  transitoires  (Brûlures  profondes  et  cicatrices  :  exceptionnelles)   • Infections  bactériennes  ou  virales  –  candida   • Allergies   • Complications  oculaires  :  rarissimes   • Insatisfaction  /  résultats  -­‐  effets  paradoxaux     Principales  «  sources  »  possibles  de  complications   • Mauvaise  sélection  du  patient   • Mauvaise  information  du  patient   • Erreur  technique   • Erreur  paramètres   • Défaillance  technique  appareil  ou  système  de  refroidissement   +  «  Aléa  »  thérapeutique  :  sans  faute  médicale  ni  responsabilité  fabricant      
  15. 15. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     15       Brûlures  superficielles   • Prévention   – Choix  longueur  d’onde  /  phototype   Exemple  :  laser  Nd-­‐YAG  ou  diode  pour  épilation  phototype  mat   – Respect  des  paramètres  sécuritaires/  phototype  mat  et  quantité  de  cible   – Traitement  rapide  pour  cicatriser  en  <  3  semaines  =  pas  de  séquelles   – Pommade  ou  tulle  neutre  cicatrisant   – Protection  solaire     Troubles  pigmentaires  post  inflammatoires   • Transitoires   • Hypochromies  :  attendre  un  été  (exposition  solaire)  ou  faire  quelques  séances  d’UV     • Hyperpigmentations  :  attendre…parfois  plusieurs  mois!     Infections   • Prévention   Selon  l’acte  :  shampooing/douche  Bétadine,  désinfection  des  narines,  anti  herpétique,  crème  dépigmentante  pour  mise  au   repos  des  cellules  pigmentaires  des  phototypes  mats.   • Traitement   Antibiotique  crème  ou  per  os,  antiviral…     Allergies   • Interrogatoire  /  antécédents  allergie,  terrain   • Utilisations  topiques  «  neutres  »  en  post-­‐opératoire   – Peu  de  composants,  «  hypoallergéniques  »     Oculaires   • Protection  de  rigueur   • Ne  pas  épiler  sous  le  sourcil     Insatisfaction  du  patient   • Sélection  du  patient  :     – ne  pas  hésiter  à  récuser   – Parfois  temporairement  le  temps  d’un  bilan,  prise  en  charge  médicale  globale   • Information  du  patient   – Informer  sur  les  difficultés  liées  au  terrain  personnel  du  patient,  résultats  uniquement  transitoires  ou  partiels,   nécessitant  des  séances  d’entretien,  risques  d’aggravation     Par  exemple  pour  épilation  quand  trouble  hormonal  associé       Prévention-­‐gestion   • Formation   – Niveau  approprié  pour  tout  utilisateur  de  laser  (Norme  EN  6085-­‐1),  avant  achat   – Diplômes  universitaires   • Formation  médicale  continue:  congrès,  associations,  revues  scientifiques…   – Compagnonnage   – Assurances  en  responsabilité  civile  professionnelle  (RCP)  /  indemnisation  éventuelle              
  16. 16. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     16       Information  du  patient  :  contrat  de  soin       • Complète,  loyale,  claire  /  technique  proposée  et  ses  alternatives  thérapeutiques  (ANAES  Mars  2002)   • Remise  d’un  devis  et  d’un  consentement  éclairé  aux  soins,  signé  (lu,  approuvé  et  compris)  avant  l’acte  et  après  un  délai   de  réflexion  de  15  jours     Pas  une  «  décharge  »  du  tout  de  la  part  du  médecin  mais  juste  un  élément  pour  prouver  sa  volonté  de  respecter  son  devoir   d’information  avec  possibilité  de  2 ème  consultation  pré-­‐thérapeutique  si  le  patient  le  désire  et  veut  un  complément  d’information   Doivent  y  figurer  la  liste  de  toutes  les  complications  connues  de  la  technique  (Fiches  d’information  sociétés  savantes).                                                            
  17. 17. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     17         Le  corps  remodelé  en  2012   Les  précautions  et  boucliers  de  sécurité  mis  en  place  par  la  profession     En  raison  de  l’actualité,  une  communication  officielle  de  l’IMCAS  et  du  Syndicat  National  de  Chirurgie  Plastique,   Reconstructive  et  Esthétique  sera  faite  au  sujet  de  l’affaire  des  prothèses  PIP       Lipolyse  :  une  approche  clinique  et  légale  des  techniques  réellement  efficientes,  des  techniques   autorisées  et  des  autres,  suite    à  la  suspension  du  décret  sur  les  méthodes  de  Lipolyse       Bernard  MOLE  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France     En  avril  2010  un  décret  pris  sous  la  pression  d'une  seule  personne  a  condamné  dans  un  même  élan  l'ensemble  des  méthodes  de   lipolyse  ;  or,  à  l'exception  d'une  seule  d'entre  elles  (la  lipolyse  hyperosmolaire),  aucune  de  ces  méthodes  n'avait  apporté  la   moindre   preuve   de   sa   dangerosité   potentielle.   Les   accidents   observés   étaient   avant   tout   la   conséquence   de   manquements   élémentaires  à  des  règles  d'hygiène  et  aurait  pu  affecter  n'importe  quel  geste  médical.  Depuis,  ce  décret  a  été  suspendu  mais  il   n'est  pas  abrogé.     Se   débarrasser   de   la   graisse   superflue   par   des   méthodes   non   invasives   reste   encore   du   domaine   de   l'utopie.   Les   seules   méthodes  réellement  efficaces  (Cryolipolyse,  injections  de  Phosphatidycholine)  comportent  deux  écueils  :  l’inconstance  de  leur   efficacité  et  la  nécessité  de  répétition  des  séances  pour  parvenir  à  un  éventuel  résultat.   Néanmoins,   on  a  observé   ces   dernières  années   le  développement  de  méthodes  non  invasives  ou  micros  invasives  capables   d'une  efficacité  limitée  à  de  petites  zones,  d'autant  plus  qu'elles  sont  associées,  comme  la  carboxythérapie  et  l'utilisation  des   radiofréquences  externes.     L'affaire  des  implants  PIP  qui  succède  à  celle  du  Mediator  va  forcément  entraîner  de  la  part  des  autorités  de  santé  une  vigilance   accrue  ce  qui  n'est  pas  forcément  un  mal  :  la  référence  du  marquage  CE  va  enfin  nous  l’espérons  être  remise  en  cause  au  profit   de  méthodes  de  contrôle  plus  sérieuses.  Néanmoins  l'effet  inverse  n'est  pas  souhaitable  car  tous  ces  procédés  n'ont  rien  à  voir   avec  des  médicaments  pour  lesquels  l’AMM  reste  la  référence  incontournable  bien  que  parfois  transgressée.       L'aspect  le  plus  déplorable  de  toutes  ces  affaires  est  la  crise  de  confiance  que  les  patients  inéluctablement  ressentiront  vis-­‐à-­‐vis   de   l'ensemble   des   dispositifs   médicaux   alors   que   ceux-­‐ci   en   une   vingtaine   d'années   ont   totalement   bouleversé   le   paysages   thérapeutiques  au  profit  de  méthodes  de  plus  en  plus  sophistiquées,  de  moins  en  moins  risquées  é  et  de  plus  en  plus  efficaces.                                        
  18. 18. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     18           L'injection  de  graisse  :  atouts  et  limites  comparée  à  la  pose  d’un  corps  étranger    (Lipofilling,  greffes  de  graisse)     Bernard  MOLE  -­‐  Chirurgien  plasticien,  France     Au   sein   d'une   tendance   générale   vers   l'adoption   des   méthodes   de   plus   en   plus   écologiques,   l'injection   de   graisse   est   sans   conteste  le  geste  idéal  dans  la  réparation  d'une  perte  de  substance  tissulaire  superficielle  :  la  graisse  est  un  matériau  vivant,  issu   de  son  propre  corps,  renouvelable  et  à  l'efficacité  «  éternelle  »  en  théorie.   Le  lipofilling  a  néanmoins  ses  limites  d'une  part  parce  que  les  volumes  exigés  parfois  n'existent  pas  chez  certains  patients  dont   le   métabolisme   ou   la   maladie   (VIH)   a   épuisé   les   réserves,   d'autre   part   par   ce   que   la   richesse   de   la   graisse   en   facteur   de   croissance   entraîne   en   théorie   des   interrogations   sur   son   innocuité   à   long   terme   dans   des   tissus   ciblés   particulièrement   sensibles  comme  le  sein.       Il   existe   parmi   nos   sociétés   savantes   une   opposition   frontale   entre   les   partisans   de   cette   méthode   qui   ont   depuis   10   ans   scrupuleusement   étudié   les   conséquences   de   cet   acte   et   ceux   qui,   obnubilé   par   le   «   principe   de   précaution   inscrit   dans   la   constitution  »  recommandent  une  attitude  plus  attentiste.     Néanmoins,   une   timide   avancée   a   eu   lieu   lors   du   dernier   congrès   avec   l'adoption   d'une   recommandation   concernant   les   femmes  jeunes  (25  ans  et  moins),  sans  aucun  antécédent  familial  de  cancer  du  sein,  et  désireuses  d'une  augmentation  modérée   de  la  poitrine  à  qui  un  lipofilling  peut-­‐être  désormais  proposé.     L'affaire  PIP  va  peut-­‐être  accélérer  le  mouvement  car  on  observe  depuis  quelques  semaines  une  véritable  défiance  de  beaucoup   de  patientes  vis-­‐à-­‐vis  des  implants  mammaires  remplis  de  gel  de  silicone.  Cette  défiance  prend  sa  raison  à  diverses  sources  dont   un  déferlement  médiatique  extrêmement  mal  contrôlé  dont  vous,  les  médias,  êtes  directement  responsables…  L'affolement  de   la   population   féminine,   ces   dernières   semaines   est   indescriptible   et   ne   repose   sur   aucune   donnée   objective.   C’est   les   chirurgiens  plasticiens  qui  doivent  assumer  les  conséquences  de  cette  ambiance  extrêmement  alarmiste  dont  rien  n'a  jamais   trouvé  les  fondements.     Parmi  les  porteuses  d'implants  éventuellement  défectueux  (30  000  femmes),  3  000  souffriront  inéluctablement  de  l'apparition   d'un  cancer  du  sein,  avec  ou  sans  implants…       Dans  ces  conditions  il  vaut  mieux  supprimer  définitivement  l'automobile  responsable  annuellement  d'un  nombre  de  décès  bien   plus  élevé…                                              
  19. 19. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     19         Les  cellules  souches  :  la  panacée  de  l’éternelle  jeunesse  ?       Ali  MOJALLAL  –  Chirurgien  plasticien,  France       Une  cellule  souche  est  une  cellule  capable  de  s’auto-­‐renouveler  (donner  des  cellules  filles  identiques  à  elle)  et  de  se  différencier   en   différentes   lignées   cellulaires.   Par   exemple   une   cellule   souche   mésenchymateuse   (la   cellule   mère)   est   capable   de   se   transformer  en  cellules  de  graisse,  de  muscle,  de  cartilage,  d’os  ou  même  de  vaisseaux.  Depuis  environ  une  décennie,  nous   savons  que  le  tissu  adipeux  (la  graisse  de  l’organisme)  est  la  source  la  plus  importante  de  cellules  souches  mésenchymateuses.   Ces  cellules  servent  à  l'ingénierie  tissulaire  et  à  la  médecine  régénérative.     Par   conséquent,   lorsque   nous   faisons   une   greffe   de   tissu   adipeux   (un   lipofilling   ou   un   lipo-­‐comblement),   nous   injectons   en   même  temps  une  certaine  quantité  de  cellules  souches.   Les   avantages   de   l’utilisation   des   cellules   souches   de   la   graisse   sont   :   (1)   la   capacité   de   continuer   à   proliférer   après   leur   transplantation,  car  ces  cellules  sont  plus  résistantes  (2)  la  différenciation  de  ces  cellules  en  de  multiples  lignées  cellulaires  en   fonction   de   la   zone   receveuse,   (3)   la   libération   de   facteurs   de   croissance   angiogéniques   et   la   transformation   des   cellules   souches   en   lignée   endothéliales   augmentant   la   néo-­‐vascularisation   c’est-­‐à-­‐dire,   améliorant   la   perfusion   sanguine   des   tissus   receveurs.     Ces  avantages  seraient  particulièrement  attrayant  chez  les  patients  âgés  car  les  cellules  souches  permettraient  d'améliorer  la   vascularisation  des  tissus  et  par  conséquent  permettrait  d’améliorer  la  qualité  des  tissus  à  l’endroit  de  l’injection.   La  combinaison  de  l'augmentation  du  volume  et  les  capacités  régénératrices  de  la  graisse  via  les  cellules  souches  est  un  élément   primordial  en  chirurgie  esthétique  de  rajeunissement  et  en  médecine  régénérative.                                                          
  20. 20. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     20         Avoir  de  belles  fesses  :  leur  donner  du  volume  et  les  rajeunir,    une  chirurgie  désormais  courante       Raul  GONZALEZ  –  Chirurgien  plasticien,  Brésil     Avant   Il  y  a  trente  ans,  dans  les  années  70,  il  n’y  avait  aucune  intervention  esthétique  particulière  visant  à  améliorer  l’apparence  du   fessier,  à  l’exception  de  quelques  procédés  de  lifting  de  l'interfessier  laissant  des  cicatrices.  Il  n’y  avait  pas  de  liposuccion  ou  de   greffe  de  graisse,  et  90%  des  interventions  de  chirurgie  esthétiques  étaient  pratiquées  sur  la  moitié  antérieure  du  corps.  Aussi,   la  chirurgie  esthétique  du  corps  était-­‐elle  très  limitée.   Les  premiers  implants  de  buttocks   En   1980,   le   chirurgien   mexicain   Gonzalez-­‐Ulloa   a   tenté   de   placer   un   implant   fessier   à     l’intérieure   même   de   la   graisse.   Cet   implant  a  généré  de  multiples  complications,  et  a  donc  été  rapidement  oublié.   En  1984,    le  chirurgien  argentin  Jose  Robles  a  mis  en  place  la  technique  de  l’implant.   L’expérience  brésilienne  :  les  premières  greffes  de  graisse  pour  remodeler  le  buttocks   En  1984,  j’ai  commencé  à  utiliser  la  graisse  des  liposucions  afin  de  remodeler  le  fessier,  augmentant  le  volume  et  comblant  les   creux  latéraux.  C’est  une  première  mondiale  :  des  opérations  de  fessier  pratiquées  sans  incisions.  Ma  méthode  a  été  publiée  en   1986,    et  a  été  le  premier  article  médical    sur  ce  sujet.   Le  Brésil  est  un  pays  tropical,  les  plages  sont  fréquentées  toute  l’année.  Les  Bikinis  font  partie  de  la  garde  robe  brésilienne.  Les   chirurgiens   brésiliens   étaient   très   réceptifs   à   cette   nouvelle   technique,   et   ont   très   vite   développé   “   le   lifting   brésilien   du   Buttocks  ”,  qui  est  le  nom  qu’a  reçue  cette  procédure  aux  Etats  Unis.   Les  implants  interfessiers,  la  technique  brésilienne   En  1986,  j’ai  commencé  à  réaliser  des  implants  fessiers  sous-­‐musculaires,  soit  la  technique  argentine.  Avec  de  l’expérience,  j’ai   commencé  à  relever  les  limites  de  cette  technique,  et  je  l'ai  changée  en  mettant  les  implants  à  l’intérieur  du  muscle  interfessier,   soit  de  façon  intramusculaire.  Quelques  années  plus  tard,  je  publiais  un  article  médical  présentant  ma  méthode,  intitulé  “  La   technique  Gonzalez  XYZ”     Un  livre  pour  enseigner  le  remodelage  fessier”   En  1989  j’ai  commencé  à  publier  plusieurs  articles  médicaux  afin  de  répandre  mes  techniques  concernant  l’amélioration  du   fessier,   incluant   la   greffe   de   la   graisse,   le   lipofilling,   les   implants,   le   lifting,   le   traitement   des   rétractions   gluteales,   et   tant   d’autres  techniques  que  j’ai  développées.   J’ai   regroupé   toutes  ces   contributions  en   un   livre  appelé  “  Gluteoplasty,  ou  le  remodelage  du  fessier”,  qui   a   été   traduit   en   plusieurs  langues,  telles  que  le  Coréen,  Italien,  Espagnol,  Portugais,  Anglais  ou  Chinois.   Le  livre  a  été  publié  en  2006,  et  immédiatement  les  chirurgiens  à  travers  le  monde  ont  répondu  présents.   Dans  quelques  pays  comme  le  Brésil,  la  Colombie  et  le  Venezuela,  le  nombre  d’implants  fessiers  a  doublé  en  moins  de  deux  ans   après  la  sortie  du  livre.          
  21. 21. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     21         L’importance  du  fessier  sur  les  êtres  humains   Parmi  des  milliers  d’espèces  mammifères  et  environ  200  espèces  de  primates  ;  l’homme  est  le  seul  à  avoir  un  fessier,  ou  du   moins  un  joli  volume  projeté  à  la  base  de  la  colonne  vertébrale   L’explication  la  plus  plausible  à  ce  phénomène,  est  que  lorsque  nos  ancêtres  ont  appris  à  garder  leur  équilibre  sur  deux  jambes,   ils  ont  du  développer  les  muscles  postérieurs  de  leurs  hanches,  afin  de  rester  debout.       L’importance  du  fessier  pour  la  silhouette  féminine   Il  y  a  une  différence  fondamentale  entre  le  corps  humain  masculin  et  féminin.  Le  corps  humain  féminin  se  caractérise  par  des   lignes  et  des  courbes,  et  des  volumes  ronds,  tandis  que  le  corps  humain  masculin  se  caractérise  par  des  lignes  régulières  et  des   volumes  carrés.  Aussi,  des  volumes  proéminents  et  projetés  tels  que  le  fessier  et  la  poitrine  sont  des  caractéristiques  exclusives   au  corps  de  la  femme.   L’importance  du  fessier  sur  la  sexualité   Chez   les   humains,   les   différences   entre   les   hommes   et   les   femmes   sont   essentielles   pour   la   stimulation   de   leurs   relations   sexuelles.  Les  pôles  opposés  s’attirent,  et  les  différences  sont  l’atout  majeur  d’attirance  pour  une  femme,  dans  sa  relation  avec   un  homme.  Aussi,  les  atouts  sexuels  les  plus  évidents  du  corps  humain  de  la  femme  sont  lies  à  la  procréation:  les  seins  pour   l’allaitement,  et  le  bassin  large  pour  donner  naissance.  Ce  sont  précisément  les  deux  atouts  sexuels  du  corps  humain  de  la   femme  qui  révèlent  les  plus  grandes  différences  entre  un  corps  féminin  et  un  corps  masculin,  et  qui  sont  justement  formés  de   courbes  et  de  projections.   La  chirurgie  esthétique  moderne  du  fessier   Les  implants,  le  lipofilling,  les  liftings,  la  liposuccion  et  d’autres  interventions  esthétiques  travaillant  l’apparence  du  fessier  font   partie  de  la  routine  dans  la  plupart  des  centres  d’esthétique  de  nos  jours,  dans  certains  pays  plus  que  d’autres.  Ils  continuent  de   gagner  en  popularité  à  travers  le  monde.  Les  implants  restent  cependant  la  meilleure  façon  d’obtenir  un  joli  derrière  courbé.                            
  22. 22. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     22         Les  Matrices  dermiques  acellulaires  (les  MDA),  une  révolution  en  chirurgie  esthétique       Olivier  GERBAULT-­‐  Vincennes,  Paris     Les   matrices   dermiques   acellulaires   (MDA)   ont   profondément     bouleversé   divers   aspect   de   la   chirurgie   esthétique   et   réparatrice  mammaire,  mais  aussi  les  rhinoplasties  et  pourraient  jouer  un  rôle  important  en  rajeunissement  facial.   Les  MDA  sont  un  feuillet  souple  de  collagène  reproduisant  la  structure  tridimensionnelle  du  derme,  mais  vidé  de  toutes  ces   cellules.  Ces  véritables  dermes  naturels  peuvent  être  d’origine  humaine,  porcine  ou  bovine.  Leur  antigénicité  a  été  supprimée   par   un   procédé   chimique,   rendant   impossible   tout   rejet   de   ce   derme   par   l’organisme.   La   MDA   s’intègre   progressivement   à   l’organisme,  comme  si  l’on  greffait  le  propre  derme  du  patient  là  où  on  le  souhaite.     Les   MDA   sont   utilisés   dans   différents   types   de   chirurgie   depuis   plus   de   10   ans.   Leur   application   à   la   chirurgie   plastique   et   esthétique  est  récente,  et  en  plein  essor.  L’inconvénient  majeur  actuel  des  MDA  est  leur  coût,  mais  celui-­‐ci  devrait  fortement   diminuer  du  fait  du  nombre  croissant  de  laboratoires  qui  se  lancent  dans  la  commercialisation  de  ce  produit.     Cette  matrice  dermique  a  un  triple  intérêt  :     Renforcement  d’une  région  anatomique  faible  :  cette  propriété  est  utilisée  en  reconstruction  mammaire  par  prothèse,  afin  de   renforcer  la  peau  du  sein  opéré  qui  a  été  traumatisée  par  la  chirurgie,  les  rayons…  Ce  renfort  rend  beaucoup  plus  fiable  et   simples  les  reconstructions  mammaires  par  prothèses.  Les  MDA  sont  aussi  utiles    dans  des  cas  de  résultats  esthétiques   insatisfaisants  après  augmentation  mammaire,    lorsque  les  prothèses  ont  été  mal  positionnées  lors  de  la  première  opération,   ou  bien  lorsque  la  peau  est  très  fine  afin  d’éviter  (ou  de  traiter)  la  trop  grande  visibilité  ou  la  palpabilité  de  plis  liés  aux   prothèses.     Camouflage   d’irrégularités   visibles   après   une   chirurgie  :  cette  propriété  est  désormais  utilisée  en  rhinoplastie,  notamment   pour  les  personnes  ayant  une  peau  fine  au  niveau  du  nez,  mais  aussi  en  cas  de  ré-­‐opération  du  nez.  Ce  feuillet  positionné  entre   les  os  et  cartilages  remodelés  et  la  peau,  permet  d’éviter  de  voir  des  imperfections  après  une  rhinoplastie,  ou  également  de  les   traiter.     Augmentation  de  volume  :  cette  propriété  est  utilisée  en  rhinoplastie  (quand  le  nez  a  été  trop  creusé  après  une  rhinoplastie,   ou  en  cas  de  nez  trop  plat,  ce  qui  se  voit  souvent  pour  les  rhinoplasties  ethniques  :  chez  les  africains,  antillais,  asiatiques,  etc.),   mais  aussi  en  rajeunissement  facial  pour  compenser  la  perte  de  volumes  avec  l’âge,  mais  aussi  pour  augmenter  les  volumes  de   visages  trop  creux,  ou  manquant  de  relief.     En   définitive,   les   MDA   bouleversent   d’ores   et   déjà   certains   domaines   de   la   chirurgie   esthétique   et   réparatrice,   et   seront   probablement  les  nouvelles  prothèses  naturelles  de  demain  en  chirurgie  esthétique.                                  
  23. 23. DOSSIER  DE  PRESSE   Janvier  2012   Bureau  de  presse  IMCAS  :  Patricia  Bénitah  -­‐  PB  Communication   7  Villa  des  Sablons  –  92200  Neuilly  sur  Seine  –  Tel  :  01  47  31  11  06-­‐  Mail  :  pbcom@wanadoo.fr   http://www.imcas.com     23         LED,  un  choix  irrationnel  pour  un  effet  éphémère  ?     Hugues  CARTIER  –  Dermatologue,  France     Si   les   LEDs   se   sont   banalisées   dans   le   domaine   domestique   comme   les   écrans   TV,   elles   tardent   à   trouver   leurs   places   en   dermatologie,    car  les  LEDs  sont  un  appareil  de  luminothérapie  tellement  singulier  que  ce  choix  en  devient  irrationnel.     Cependant,  on  a  des  certitudes…   -­‐ Mode   de   fonctionnement   opto-­‐électronique   identique   à   tous   les   appareils   disponibles.   La   différence   porte   essentiellement  sur  la  puissance  unitaire  mais  la  plupart  des  diodes  font  1  watt  de  toute  façon.   -­‐ Large   palette   de   longueur   d’onde    s'étirant   des   UV   aux   IR   mais   avec   un   spectre   étroit   de   quelques   nanomètres   en   faisant  un  appareil  plus  proche  des  lasers  au  rayon  monochromatique  que  d'une  Lumière  Polychromatique  Pulsée.   -­‐ Durée  de  vie  de  plusieurs  dizaines  de  milliers    d'heures  d'utilisation  des  diodes.     …  Et  des  incertitudes!   Les  LEDs  ne  sont  absolument  pas  indispensable  pour  l'art  dermatologique  au  quotidien,  mais  on  pourrait  écrire  de  même  pour   la  pratique  des  lasers  ou  une  activité  esthétique.  Pourtant  dès  que  le  dermatologue    en  acquiert,  il  n’a  de  cesse  de  l'utiliser    dans   un  but  différent  de  celui  d'une  rentabilité  désespérée.     Avec   l'arrivée   de   la   PDT   carcinologique,   on   aurait   pu   penser   que   les   dermatologues   allaient   s’investir   massivement   dans   la   technologie  des  LEDs    Après  tout,  prendre  en  charge  les  cancers  cutanés,  fait  partie  de  notre  quotidien  dermatologique.     Et  pourtant    à  peine  150  centres  ou  cabinets  dermatologiques  français  sur  plus  de  3000  dermatologues,  centres  hospitaliers   confondus,  pratiquent  la  PDT  carcinologique.  A  cela,  plusieurs  réponses  non  exhaustives:   -­‐ Technique   chronophage   et   douloureuse,   cotation    officielle   en   attente   depuis   3   ans,   alternatives   topiques   dont   le   service  rendu  est  au  moins  équivalent...  Mais  pour  de  petites  surfaces  de  traitement.   On  peut  s'étonner  toutefois  que  nous  soyons  en  bas  de  l'échelle  au  niveau  européen  alors    que  la  PDT  carcinologique  est  utilisé   «larga  manu»  chez  nos  confrères  étrangers.     Comment  déterminer  le  choix  d’une  LED  ?   -­‐ Large  palette  de  longueurs  d’onde  disponibles  (bleu,  vert,    jaune,  orange,  rouge,infra-­‐rouge  et  même  blanche  )  avec   des  phénomènes  de  photomodulation  qui  vont  en  découler    en  mode  pulsé  continu  ou  non  et  l’  association  de   différentes  couleurs  de  diodes  dans  une  même  indication.   -­‐ La    puissance  exprimée  en  watt,  en  lumen  ou  en    Joules/cm2   -­‐ La  durée  d'exposition  par  séance  rapportée  aux  indications  précises   -­‐ La  distance  étalon  à  la  peau  minimale    le  faisceau  d'une  diode  de  panneau  de  LED  n'étant    pas  collimaté.     On  peut  énumérer  ainsi  des    indications  recensées  par  de  nombreuses  publications  en  dehors  de  la  PDT  carcinologique  :   -­‐ acné  inflammatoire  ou  mixte  car  il  s'agit  d'une  réaction  photodynamique  endogène,  le  P.Acnes  produisant  lui-­‐même   une  porphyrine.  Papageorgiou  et  al.  ont  publié  il  y  a  déjà  près  de  10  ans  l'action  anti-­‐infectieuse  des  diodes  bleues   associée  à  l'effet  anti-­‐inflammatoire  des  diodes  rouges  ou  infra-­‐rouges  (1).   -­‐ réduction  des  processus  inflammatoires,  des  ridules,  modification  du  teint  (2).   -­‐ accélération  du  processus  de  cicatrisation  après  une  effraction  cutanée  y  compris  celle  provoquée  par  nos  lasers   ablatifs,  non  ablatifs,  vasculaires  et  les  peelings.  Weiss  et  al.ont  montré  dès  2007  que  l'utilisation  des  LEDs  oranges   pouvait  réduire  la  survenue  des  radiodermites  (dermite  de  grade  o  ou  1  chez  94%  des  patients  versus  14%  dans  le   groupe  contrôle).  (3).      En  2009  Alster  et  al.  ont  mis  en  évidence    que  l'usage  de  ce  même  type  de  panneau  de  LED   pouvait  réduire  douleur,  risque  infectieux  et  accélérer  le  processus  de  cicatrisation  après  laser  fractionné  1550nm.  (4).     Pour  ce  qui  est  du  rajeunissement  avec  uniquement  une  exposition  sous  des  panneaux  de  LEDs,  la  discussion  reste  ouverte  et   les  publications  très  controversées  avec  des  améliorations  identiques  au  groupe  placebo  à  des  taux  supérieurs  70%,    entament   nettement  sa  crédibilité.  L'utilisation  de  principes  actifs  topiques  potentialisés  par  l'illumination  sous  LEDs  par  contre  ouvre  de   nouvelles  voies  de  prises  en  charge  du  vieillissement  cutané.      

×