FONDS VERTSUn marché atone                                                                                                ...
Données financières     Évolution de la performance annuelle moyenne des fonds verts                         40           ...
Analyse des thématiques et des portefeuillesLe positionnement marketing des fonds verts n’a pas considérablement évolué en...
Financements institutionnelsIl semble difficile de trouver les moyens de financer la croissance verte européenne. Quels qu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fonds verts 2012_novethic

750 vues

Publié le

ETUDE DE NOVETHIC SUR LES FONDS DE PLACEMENT VERTS PROPOSES PAR LES BANQUES - RAPPORT DE GESTION

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
750
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fonds verts 2012_novethic

  1. 1. FONDS VERTSUn marché atone Avril 2012E n 2008, on parlait de « bulle verte » et les fonds climat ou énergies propres se multipliaient. Le centre de recherche ISR de Novethic avait consacré une étude à près de 200 fonds thématiques environnementaux européens recensés à l’époque. Quatre ans et deuxcrises financières majeures plus tard, il a analysé les évolutions de ce marché. Il est composéen principe de fonds sélectionnant des actions d’entreprises qui, soit exercent exclusivement des métiersliés à l’environnement, soit réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires grâce à desactivités vertes. Une niche bien peu dynamique 194 fonds thématiques dont la stratégie fait explicitement référence à l’environnement gérés dans 18 pays européens ont été identifiés. Les fonds thématiques exclusivement liés au bien-être social ou à la santé ont été écartés. De même, les fonds dont la dénomination associe ressources naturelles et durabilité n’ont pas été retenus dans cette étude parce qu’ils sont investis dans des entreprises d’extraction minière, pétrolière ou gazière, voire dans des producteurs d’intrants dédiés à l’agriculture intensive (pesti- cides, engrais, semences). Évolution des encours des fonds verts, en milliards d’euros Des encours très modestes20 18,2 17,2 Avec 13,3 milliards d’euros d’encours en Europe, il est difficile de considérer que les fonds thématiques environnementaux contribuent de façon significative15 13,2 13,3 à doper la croissance verte et à amener l’épargne des particuliers, tout comme les investissements des institutionnels, vers des entreprises cleantech.10 À titre de comparaison, rien qu’en France, les fonds ISR pesaient 64 milliards d’euros à fin 2011. 5 0 L’élan de 2007 est retombé 2008 2009 2010 2011 Les fonds thématiques environnementaux ont Répartition des fonds verts par date de création suscité un intérêt croissant jusqu’en 2007 année de , création de près d’un tiers du panel. L ’effet conjugué de la crise financière, qui a frappé de plein fouet les70 fonds verts, et le recul de l’intérêt pour les questions60 58 environnementales lié à l’échec du Sommet de Copenhague expliquent sans doute qu’on a retrouvé,50 en 2011, le niveau de création d’avant 1995. En 41 outre, une trentaine de fonds créés depuis 2006 ont40 déjà été clôturés.30 Si deux tiers des fonds sont gérés dans quatre pays  (France, Suisse, Royaume-Uni et Allemagne), il20 16 18 14 15 14 faut noter une baisse sensible du nombre de fonds 9 environnementaux allemands (23 fonds en 2011 soit10 4 5 -34% par rapport à 2008) et le développement de l’offre de produits suisses (+29%). 0 < 1990 1991 1996 2001 2006 2007 2008 2009 2010 2011 1995 2000 2005Fonds thématiques environnementaux, un marché atone - Enquête réalisée par le centre de recherche ISR de Novethic - Avril 2012 1Copyright : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation expresse de Novethic.
  2. 2. Données financières Évolution de la performance annuelle moyenne des fonds verts 40 30 27,2% 20 10 6,6% 2008 2011 0 2009 2010 -10 -20 -19% -30 -40 -50 -41,6% Une performance financière handicapante La crise financière a particulièrement fragilisé des fonds caractérisés par leur faible diversification. Les entreprises cotées vertes ne sont pas si nombreuses. Leur développement dépend souvent de leur capacité à obtenir des crédits et leur attractivité boursière est pénalisée par leur manque de liquidité. C’est pourquoi elles ont été lourdement sanctionnées par les marchés en 2008, année noire s’il en fut. Un phénomène similaire s’est produit en 2011, renforcé par la réduction drastique des subventions publiques accordées aux producteurs d’énergies renouvelables. Ce contexte a éloigné encore un peu plus de ces fonds les investisseurs, qu’ils soient particuliers ou institutionnels. Détail de la croissance des encours verts entre 2008 et 2011, en milliards d’euros 20 15 13,21 13,34 Collecte Performance +0,91 10 -0,79 5 0 2008 2011 Une collecte faible En quatre ans, le panel des 194 fonds thématiques environnementaux analysés par Novethic n’a pratiquement pas évolué avec un peu plus de 13 milliards d’euros d’encours. Les fonds verts existants ont beaucoup souffert tant en termes de performance que de collecte, les deux étant relativement liées. Si entre 2008 et 2011, 910 millions d’euros ont été collectés sur les marchés pour investir dans la «  thématique  environnementale, il est important de souligner que les fonds concernés se sont progressivement » éloignés des « pure players » pour investir dans de plus grosses capitalisations, moins risquées sur un plan financier mais nettement moins orientées vers un bénéfice environnemental mesurable. La contribution des marchés cotés à la croissance verte est donc plus que modeste. Pour évaluer les besoins de financement, on peut citer le Syndicat des Énergies Renouvelables, qui estime à 7 milliards d’euros par an les investissements nécessaires en France afin que les énergies renouvelables représentent 25% du mix énergétique à horizon 2020.2 Fonds thématiques environnementaux, un marché atone - Enquête réalisée par le centre de recherche ISR de Novethic - Avril 2012 Copyright : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation expresse de Novethic.
  3. 3. Analyse des thématiques et des portefeuillesLe positionnement marketing des fonds verts n’a pas considérablement évolué en trois ans même si le nombrede fonds cleantech, climat et environnement a sensiblement augmenté, passant de 55% à 67% du panel entre 2008 et2011. La part des thématiques plus spécifiques, comme l’eau ou les énergies alternatives, a elle légèrement reculé.Les sociétés de gestion publient très peu d’informations sur leurs critères d’investissementvert. Rares sont celles qui publient un seuil minimum d’activités environnementales pour les entreprises éligibles. Demême, il est difficile de savoir si des critères ESG sont pris en compte en complément de l’approche thématique ce quiexplique qu’un quart seulement du panel peut être qualifié d’ISR. Des thématiques trompeuses Les 194 fonds thématiques du panel ont été classés Nombre de fonds par Thématique suggérée par le nom du fonds dans six catégories : Thématique effectivement investie • au : activités liées à la gestion, la distribution et le E 100 90 traitement de l’eau ; • nergies alternatives : énergies renouvelables ou É 80 « propres » (fabrication de machines, développement et 62 60 exploitation) ; •  Cleantech » : activités liées à l’eau, aux énergies « 38 40 34 34 renouvelables ou à la gestion des déchets ; 25 20 17 15 14 16 • limat : production d’énergies renouvelables ou acti- C 13 12 11 7 vités liées à l’efficience énergétique afin de lutter 0 0 contre le changement climatique ; 0 h t at u at ne ra t en e na ies • nvironnement : ensemble des activités visant à E en ue e le es ec du en Ea m nc im bl ta ém cu m tiv er rg iq nt em ne ma Cl protéger l’environnement  (regroupe les catégories ne alt e th Au ea Én pp on or on Cl précédentes) ; vir erf lo vir ve en P En Dé • éveloppement durable : toutes les activités de D Thématiques très larges l’environnement auxquelles s’ajoutent la santé ou le Seule la moitié des fonds du panel présente des investissements bien-être. focalisés sur la thématique annoncée par leur marketing. 34% ont des portefeuilles placés dans de multiples secteurs d’activité Les fonds du panel ont été analysés à l’aune des entre- alors qu’ils ne sont que 6% à être présentés comme tels. La théma- prises en portefeuille grâce à des bases de données tique eau fait exception puisque deux fonds sur dix-sept ne sont pas spécialisées. Dans l’ensemble, les secteurs d’activité cantonnés aux activités liées à l’eau. investis par les fonds environnementaux sont plus diversifiés que ce que les thématiques affichées Des choix d’entreprises contestables laissent entendre. Certains fonds s’autorisent même à investir dans tous les secteurs d’activité, ce qui a conduit Si les termes « énergie propre  ou «  » énergie alternative  évoquent les » le centre de recherche de Novethic à créer deux autres énergies renouvelables, nombre des fonds concernés considèrent que catégories : le gaz et l’énergie nucléaire sont éligibles car moins polluants que le • erformance environnementale : fonds qui ne privi- P pétrole ou le charbon. légient pas les activités vertes mais sélectionnent Certains gérants choisissent d’investir dans des conglomérats industriels, les entreprises sur des critères environnementaux des énergéticiens, voire des pétroliers, alors que les technologies vertes (exemple : cimentiers économes en énergie) ; ne représentent qu’une toute petite partie de leur chiffre d’affaires. Enfin, l’analyse du panel montre que 38% des fonds sont investis • ucune thématique : fonds dont la composition et le A de façon minoritaire dans des secteurs sans lien apparent avec la processus de gestion ne révèlent aucune orientation thématique affichée (automobile, BTP industries extractives…). , environnementale. Répartition par thématique réellement investie Aucune thématique Focus sur la composition des fonds 6% « énergies alternatives » Environnement 15% Seuls 38% des fonds dits « énergies propres », semblent investis Énergies comme tels. 56% d’entre eux élargissent leur univers d’investis- alternatives sement aux entreprises liées à l’eau, au traitement des déchets ou à la lutte contre le changement climatique. Plus surprenant, 38% 6% de ces fonds sont investis dans des secteurs très éloignés des énergies renouvelables. Climat 29% Cleantech 12%Fonds thématiques environnementaux, un marché atone - Enquête réalisée par le centre de recherche ISR de Novethic - Avril 2012 3Copyright : Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation expresse de Novethic.
  4. 4. Financements institutionnelsIl semble difficile de trouver les moyens de financer la croissance verte européenne. Quels que soient lesmodes de financements (marchés cotés, capital investissement, financements de projets), les chiffres restentmodestes, voire en baisse, malgré l’objectif de 20% d’énergies renouvelables à horizon 2020 fixé par l’UnionEuropéenne. La déconfiture du solaire et de l’éolien terrestre n’est pas compensée par l’émergencede nouveaux secteurs comme les énergies marines renouvelables ou le développement de l’efficienceénergétique.En quelques chiffres symboliques, le centre de recherche de Novethic vous propose une mise en perspective : France 865 millions d’euros, c’est le montant investi dans des fonds thématiques verts à fin 2011 par les institutionnels français d’après l’enquête annuelle de Novethic. 27% de ces encours (235 M€) sont aussi ISR. -30% d’investissements des fonds de capital-risque dans les cleantech, par rapport à 2010. Source : Panorama des cleantech en France en 2012 de Green Univers Europe 36 megawatts issus de la première centrale solaire pholtovoltaïque européenne de Toul-Rosières dans l’Est de la France ont été acquis en janvier 2012 par le fonds européen 2020 pour l’énergie, le changement climatique et les infrastructures Marguerite. Créé pour financer des projets d’énergies propres dans 27 pays européens par des investisseurs publics et privés, le fonds Marguerite devrait investir au global 1,5 milliard d’euros. 16 milliards d’euros, soit 30% des prêts accordés par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont financé des actions en faveur du climat en Europe dans des secteurs aussi variés que l’énergie, les transports, l’eau, l’assainissement, les déchets solides, la forêt et la recherche, développement et innovation en 2011. Monde +14% , c’est la croissance mondiale des investissements dans les cleantech en 2011. Pendant que les États-Unis augmentaient de 65% leur parc d’installations solaires, la Chine décidait d’un plan quinquennal 2011- 2015 pour atteindre 40% d’énergies renouvelables en 2040 financé à hauteur de 300 milliards d’euros. 41 milliards de dollars, c’est le montant des transactions de fusions-acquisitions dans les cleantech en 2011, soit 153% d’augmentation par rapport à 2010. Novethic, filiale de la Caisse des Dépôts, est un centre de recherche sur l’Investissement Responsable (ISR) et la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), ainsi qu’un média expert sur le développement durable. Créé en 2001, Novethic est aujourd’hui l’unique source de statistiques sur l’ISR en France. Le centre de recherche en analyse les grandes évolutions et y consacre des études thématiques. Depuis 2009, Novethic labellise les fonds ISR disponibles sur le marché français. www.novethic.fr

×