Le glacier Pre-sena culmine à3069m, dans lesAlpes italiennes(Dolomites). Dedébut juin à la finseptembre, toutspectateur se...
Edito par Françoise HOUARDInstitutrice primaireTous les deux ans, les élèves de5ème et 6ème années partent enclasses de ne...
Fonte des glacesLe glacier Presena culmine à 3069m dansles Alpes italiennes (Dolomites). De débutjuin à la fin septembre, ...
Commerce équitableCeci n’est pas duParmesan !A Vermiglio, des artisans fro-magers ont créé une coopérativepour produire du...
Avant de le vendre, les froma-gers le coupent et l’emballent sousvide : il se garde alors 6 mois.Ce fromage a donc tout d’...
Emmanuel AERNOUDTS estchauffeur de car.Il exer-çait cem é t i e ravant ledrame eta conti-nué.Ya-t-il moins de classes qui ...
Quels sont les pointspositifs et négatifs devotre car ?Le point positif estvraiment le confort.C’est un car 30places avec ...
Un peu d’histoire : d’où vient ce sport ?Il y a plus de 500 ans que le ski existe. C’est le récit,traduit en plusieurs lan...
Quels sont les équipements nécessaires ?Il vous faut un casque jusqu’à 13 ans, deslunettes de ski, des bottines de ski , d...
La classe de 23 élèves a eu lachance d’avoir 2 moniteurspour apprendre à skier. Le pre-mier jour, ils ont skié ensemblemai...
11.Léa Prévot et Tracy Hunerbein ont été immobilisées à l’hôtel le mer-credi 20 février.C’est en Italie, après la première...
12.Mon premier est le contraire del’amont. ……………………….Mon second est fixé au bassin.……………………………….Mon tout est une catastrop...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journalistes en herbe 2012-2013 : 2ème prix en primaires

976 vues

Publié le

"Echos du Presena", Ecole communale fondamentale de Petithan, classe de 6ème de Madame Houard

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
976
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
337
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journalistes en herbe 2012-2013 : 2ème prix en primaires

  1. 1. Le glacier Pre-sena culmine à3069m, dans lesAlpes italiennes(Dolomites). Dedébut juin à la finseptembre, toutspectateur seraétonné : en effet,le glacier tire sacouverture !(…)Entre 1993 et 2003, leglacier a perdu 39%de sa masse totale.Alors, à Passo Paradi-sio, depuis 2008, enété, on le recouvred’une couvertureth erm iq ue de39000m² et de4mm d’épaisseurpour ralentir safonte de 60%. Stu-bai en Autriche etles Arcs en Franceutilisent égalementce système. (…)Amélie Drèze et Alice GuillotLire la suite page 3Le glacier Presena sous sa couverture thermique.Le glacier tire sa couverture !Le glacier tire sa couverture !Le glacier tire sa couverture !Economie p. 4 - 5Trentin : autonomieCeci n’est pas du Parmesan !Tourisme p. 5 - 7Ponte di LegnoL’après Sierre...Sport p. 8 - 11Le skiQui dit ski… dit chutes !Grand Rue, 376200 ChâteletTél.: 071 39 48 47Fax: 071 38 59 92Ceci n’est pas du Parmesan !A Vermiglio, des artisans fromagers ont créé unecoopérative pour produire et vendre du GRANATrentino durant toute l’année. Il ressemble auParmesan, il a le goût du Parmesan, ce n’est pasdu Parmesan ! Suite page 4Tourne, tourne, petit moulin…Grâce à sa production d’hydroélectricité,la province du Trentin est économiquementautonome. Ce qui est loin d’être le cas dela Belgique qui produit en grande partie sonélectricité à partir du nucléaire et du gaz,des énergies non renouvelables. Suite page 4Environnement p.2 - 3Les AlpesFonte des glaces©Adamelloski- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  2. 2. Edito par Françoise HOUARDInstitutrice primaireTous les deux ans, les élèves de5ème et 6ème années partent enclasses de neige. Pour réunir lasomme nécessaire, 510€ cette an-née, ils participent activement auxdivers évènements organisés par lecomité de parents car ceux-ci sub-sidient la moitié du voyage.D’autre part, ils vendent des la-sagnes pour gagner directementet individuellement leur bénéfice.Ainsi, Gaël a vendu plus de 260lasagnes, il a donc payé entière-ment son voyage et a même eude l’argent de poche ! Près de1900 lasagnes ont été venduescette année.Partir en classe de neige est unprojet travaillé toute l’année : ilpermet d’aborder des notionstelles que les calculs de pente, leséchelles, la lecture de cartes, lescourbes de niveau, le vocabulairetypique de la montagne, la fauneet la flore, … de façon pratique.Cette fois-ci, c’est aussi l’occasionde participer au concours« Journalistes en herbes » organisépar la Communauté française deBelgique en rédigeant un journalracontant la semaine de classesde neige. Ajouté à tout cetravail écrit, les élèves ont pré-paré un travail oral puisqu’ils pré-senteront un JT qui sera projeté lorsdu souper italien du 29 mars.Vous allez donc parcourir ce jour-nal qui vous racontera la semainedu 17 au 24 février 2013. La classede 5ème et 6ème primaire de Pe-tithan s’est rendue au nord de l’Ita-lie, à la frontière entre la Lombar-die et le Trentin où ils ont admiré lesbeaux paysages que les Alpes ita-liennes offrent au regard.Petite leçon degéographie« Les Alpes for-ment une chaîne demontagnes quis’étend en Europe,recouvrant la fron-tière au nord del’Italie, le sud-estde la France, Mo-naco, la Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche, le sud del’Allemagne et la Slovénie. Elles culminent à 4810,45m,au sommet du Mont Blanc. On recense 82 sommets ma-jeurs de plus de 4000m d’altitude. »La surface des Alpes estainsi partagée :1: Liechtenstein + Monaco2: Slovénie (4 %)3: Allemagne (5,6 %)4: Suisse (14 %)5: France (20,7 %)6: Italie (27,2 %)7: Autriche (28,5 %).(Cf. : www.fr.wikipedia.org/wiki/Alpes)Andreea Apetrei©Googlemap20132.Les Alpes : de la ma-quette à la réalité !En classe, les élèvesont créé une maquettepour mieux se rendrecompte du relief et locali-ser les différents en-droits où ils se rendraient.Les pistes de Passodel Tonale sur lesquellesles élèves ont appris àskier se situent entre1880m et 2400m d’alti-tude.Non loin de là, l’hô-tel, le Chalet Al Foss, setrouvait à plus ou moins1400m d’altitude dans lavallée del Sole.Dans la vallée Camo-nica, Ponte di Legno, vil-lage typique a été cons-truit à 1268m d’altitude.Pour toutes leursactivités, le groupe setrouvait donc au pied duglacier Presena culminantà 3069m.Andreea ApetreiLa maquette réalisée en carton-plume par les élèves.©A.Apetrei- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  3. 3. Fonte des glacesLe glacier Presena culmine à 3069m dansles Alpes italiennes (Dolomites). De débutjuin à la fin septembre, tout spectateursera étonné : en effet, le glacier tire sacouverture !Pour y monter, des télécabines modernesemmènent les promeneurs et skieurs à2585m d’altitude. Un refuge s’y trouve,cette étape s’appelle Passo Paradisio.Ensuite, des télésièges permettent degravir encore 145m. Là, un bar et un res-taurant accueillent les touristes et les spor-tifs toute l’année. Finalement, des tire-fesses pousseront les skieurs au sommettandis qu’un sentier sera emprun-té par les promeneurs pour domi-ner le glacier.Depuis le glacier Presena, il estpossible de rejoindre les parcoursde hors-piste Mandrone, Maroc-caro, Cima Venezia et Pisgana.On peut y skier presque toutel’année car les neiges y sont éter-nelles.Plus on monte, moins il y a d’oxygènemais surtout, tous les 100 m, on perd +/-1°C en été et près de 4°C en hiver. Toute-fois, par son poids, la couche de glace atendance à s’écouler vers la vallée. C’estce qu’on appelle une langue glaciaire. Achaque dénivellation du terrain, ellecraque, se déchire et des crevasses secreusent.Selon Pascale Colten-Gualtieri dans sonlivre « Gravir la montagne » aux éditionsArtis cool, les glaciers ont bien maigri de-puis la révolution industrielle car, depuis ily a environ 150 ans, la pollution de l’airn’a cessé d’augmenter.Entre 1993 et 2003, le glacier a perdu 39%de sa masse totale. Alors, sur le Presena,depuis 2008, en été, on le recouvre d’unecouverture thermique de 39 000 m² et de4mm d’épaisseur pour ralentir sa fonte de60%. Stubai en Autriche et les Arcs enFrance utilisent également ce système.De là-haut, la vue est magnifique : onpouvait apercevoir d’autres sommets demontagnes nous entourant. Ces pay-sages restent fixés dans notre mémoire !Amélie Drèze et Alice GuillotRaymond Gillis, guide de notre séjour, explique quelques détails. Le glacier est né à la dernière ère glaciaire (environ de -120 000 à -10 000ans). Suite à celle-ci, seuls les glaciers du Grand Nord et ceux en altitude ontsubsisté. Le mot glacier vient de la glace. Comment celle-ci se forme-t-elle ? Desflocons de neige s’accumulent. Ils sont aérés. Au fil du temps, ils se tassentpour former le névé. Avec le froid, le névé devient de la glace. L’épaisseur deglace peut atteindre 200m sur certains glaciers. Sur place, une station météo comportant un panneau photovoltaïque, un thermomètre , une gi-rouette, un baromètre, un hygromètre de neige donne des indications météo pour toute la val-lée. Ce jour-là, il y avait 2m de neige fraîche et –6°. La station est aussi munie d’une web-campour transmettre aux skieurs en temps réel les conditions météo.http://www.adamelloski.com/en/weather/ A. Guillot3.La guerre blancheEn 1914, il y a eu la« guerre blanche »,c’était le nom dela guerre 14-18dans les Alpes. Sescols étaient la fron-tière entre l’Italie etl’Autriche-Hongrie.Elle s’ est terminéele 27 septembre1917. Et depuis, leTrentin est italien.Un stèle entouréede mitraillettes etde canons nousremémore cesévènements.En été, le glacierPresena est unpoint de départpour des itinérairesde trekking le longdune série de che-mins de la GuerreBlanche.A. DrèzeLe sommet duPresena sur lequelles skieurs glissentde septembre à juinavant que le glacierne tire sa couver-ture.© A. Drèze© A. Guillot- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  4. 4. Commerce équitableCeci n’est pas duParmesan !A Vermiglio, des artisans fro-magers ont créé une coopérativepour produire du GRANA Trentinodurant toute l’année. Il ressemble auParmesan, il a le goût du Parmesan...mais ce n’est pas du Parmesan.Entrons dans cette fromagerie,découvrons comment est créé cefromage laitier et achetons-en sansintermédiaire !Tout d’abord les fermiers amènent lescruches de lait à la fromagerie, les ou-vriers le versent dans une cuve disposéesur une balance pour payer le lait au kilo.Cinq-cents litres de lait entier sont transfé-rés dans une immense cuve rectangu-laire haute de 20cm où ils reposentvingt-quatre heures. Les artisans enlè-vent alors la crème pour faire dulait écrémé (la crème serviraà produire du beurre). Puis ils rajoutentcinq-cents litres de lait entier pour faire dulait demi écrémé.Le fromager le verse dans une cuve encuivre et en ogive. Dans l’épaisseur decelle-ci, il y a de l’eau qui permet decuire au bain-marie. Les artisans font cuirele lait plusieurs fois à des températuresdifférentes.Une fois cuit, ils décollent le lait caillé quis’est formé au fond de la cuve. Il pèse 70kg. La masse est ensuite coupée en deux,chaque morceau pèse 35 kg.Ensuite, les ouvriers récoltent le jus et enfont de la Ricotta : rien n’est gaspillé!Le fromage est égoutté dans des moulesavec des petits trous et replongé dans del’eau salée. Il est ressorti et entreposé aumoins un jour par kilo dans un séchoir où ily avait environ 4500 autres fromages en-treposés produits en 2011, 2012 et 2013.Le fromager le coupe en 2.©O.PanowiczLe fromage cuit au bain-marie.©O.PanowiczGrâce à sa productiond’hydroélectricité, laprovince du Trentin esté c o n o m i q u e m e n tautonome. C’est loind’être le cas de la Bel-gique qui produit engrande partie sonélectricité à partir dunucléaire et du gaz,des énergies non re-nouvelables.Le Trentin-Haut-Adige( 1 3 6 1 3 k m 2 ,985 128 hab. en 2006)est une région monta-gneuse dItalie duNord, dont Trente estla capitale. CommeThomas Nispola l’aécrit dans « Il regalo diBerlusconi », sa pro-duction d’énergie re-nouvelable dépassede 30 % ses besoinsénergétiques. La Lom-bardie et le Trentin-Haut-Adige représen-tent à eux seuls 20,4 %et 16,1 % de la pro-duction nationaled’énergie renouve-lable.En comparaison,d’après le portail del’énergie wallonne, en2009, le renouvelable,en progrès constantdepuis plusieurs an-nées, représente prèsde 6,5 % de la produc-tion électrique wal-lonne (pour 16 844km² ).Avec sa productionh y d r o é l e c t r i q u e ,toutes les installationsmécaniques sur lespistes sont alimentéesaisément et le surplusest redirigé sur le ré-seau européen. :Tracy Hunerbein, LaurenaNeufcoeur, Dorian Coibionet Pierre DemoulinComment fonctionne unecentrale hydroélec-trique ?En amont de la centrale hydroé-lectrique, plusieurs barrages ontété construits pour retenir lesrochers.L’eau nettoyée est ensuite bloquéepar un barrage de rétention etamenée par des conduites forcéesvers la turbine.Une vanne de régulation manuelleet extérieure, permet d’augmen-ter ou de diminuer la pression del’eau.La turbine actionne l’axe de l’al-ternateur. De gros aimants tour-nent autour des bobines decuivre : c’est ce qui produit lecourant.Le courant est dirigé vers letransformateur puis vers les lignesà hautes tensions. 280 000 voltscirculent dans les câbles. Desassiettes en verre servent d’iso-lants.Un ordinateur de contrôle super-vise le bon fonctionnement de lacentrale.L’eau est rejetée dans le torrentpar le canal de fuite.T. Hunerbein, L. NeufcoeurD. Coibion et P. Demoulinhttp://bouroult.perso.sfr.fr© F. HouardMaquette réalisée par notre guide.© P. Demoulin4.La turbine est en bleu et l’alternateur enrouge.- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  5. 5. Avant de le vendre, les froma-gers le coupent et l’emballent sousvide : il se garde alors 6 mois.Ce fromage a donc tout d’un Parmesanmais il se nomme GRANA PADANO TREN-TINO et non pas PARMESAN car le nomPARMESAN est une appellation d’originecontrôlée pour les fromages produits àParme.À table !Vous pourrez l’utiliser de multiples façonsdans votre cuisine : en copeaux dansune salade, râpé dans vos lasagnes, survos pâtes et plats à gratiner, pour donnerun goût à votre purée etc…C’est super bon !Ambre Coibion etOlimpia PanowiczSitué dans la province deBrescia à la fin de la vallée Camoni-ca, au pied du glacier Presena et dePasso del Tonale où se trouve la fron-tière avec la province autonome duTrentin et la vallée del Sole, Ponte diLegno renait de ses cendres après laguerre blanche pour devenir le vil-lage d’accueil des skieurs par excel-lence.Ce village se compose de 1 500habitants + 20 000 touristes par an. Ladescente en télésiège depuis Passo delTonale en offre une vue panoramique.Les élèves en ont parcouru lesruelles piétonnes en participant à un petitjeu de piste : cela leur à permis d’en sa-voir plus.Ponte di Legno se situe à 1 858md’altitude. Dès 1912, il commence à ga-gner une réputation de village d’accueilpour sports d’hiver car la deuxième se-maine hivernale italienne y est organiséepar le Touring Club Italien. Il a été incen-dié lors de la guerre 14-18, une stèle enatteste, puis reconstruit et développépour le tourisme, surtout celui des sportsde glisse, dans les années 50.Ponte di Legno veut dire pont debois. Il y en a de nombreux car trois tor-rents y coulent : l’Oglio, le Frigidolfo et leNarcanello. Ces ponts et les toits typiquessont fabriqués en mélèze. C’est un arbrequi perd ses aiguilles, il est dur et résistant.Un écusson enmosaïque, placé sur lafaçade de la mairiecomporte un lion ailéqui est le signe de laforce et des vents ma-rins, symbole de Venisequi n’est pas loin. En-dessous de lui, y a unpont, emblème duvillage, vous l’aurez compris.Le drapeau de la Lombardie (vertdorigine avec le symbole blanc de lacamuna rose au centre trouvée sur unmur dune grotte préhistorique de la ré-gion), celui de l’Italie et celui de l’UnionEuropéenne sont accrochés sur cettefaçade.Un joli petit kiosque octogonalsiège sur cette place.Plus haut, sur le clocher, une hor-loge découpée en 24 heures et ne com-portant qu’une seule aiguille indiquel’heure et attire l’attention.Soline Francou etAnaëlle Crébec5.Le Grana Padano du Trentin.©A. CoibionLes fromages restent en moyenne deuxans dans le séchoir.©A.CoibionStèle commémorative de la guerreblanche.©S.FrancouL’écusson.©A.CrébecLes élèves sur un des nombreux ponts de bois, devant l’ancien moulin à grains et saconduite forcée.©J.-P. Saive- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  6. 6. Emmanuel AERNOUDTS estchauffeur de car.Il exer-çait cem é t i e ravant ledrame eta conti-nué.Ya-t-il moins de classes qui partentdepuis l’accident de Sierre ?L’accident m’a choqué surtout qu’ona moins parlé des collègues. Ce jour-làdeux collègues voyageaient aussi. Jesuis rentré le lendemain, une grand-mère m’a pris dans les bras pour meremercier ! Maintenant, on n’y penseplus, sinon on ne roulerait plus, on nesortirait plus de chez soi. Ce sont sur-tout les parents qui sont plus stressés.Mais on a toujours autant de suc-cès !Quel diplôme avez-vous dû obtenirpour faire votre métier ?Il n’y a pas de formation particulière enBelgique mais j’ai fait une formationspécifique de chauffeur-conducteurde voyageurs option tourisme qui aduré 6 mois, en France.Depuis combien de temps faites–vousvotre métier ?Depuis 23 ans. J’ai d’abord été mili-taire, puis conducteur de ligne, celaveut dire que j’emmenais les gens àleur travail et puis chez Castel.Roulez-vous uniquement pour lesvoyages à la montagne ?Non, pas uniquement, je les fais tous…un peu partout. Et je fais aussi lesvoyages de pensionnés.Conduisez–vous toujours de nuit ?Non plus et je préfère conduire de jour,c’est moins fatigant.Qu’aimez-vous le plus dans votre mé-tier ?Emmener les gens en vacances !Avant, je les emmenais au travail … ilsétaient moins joyeux !Et qu’aimez-vous le moins ?J’ai la chance de faire un métier quej’aime…Je n’aime pas trop conduire des sup-porters de foot car j’aime conduiredans le calme.Avons-nous été assez calmes ?Oui, relativement, peut-être un peumoins le soir du départ… (rires).Combien de cars conduisez-vous ?J’ai ce car. J’y suis attitré : il a deux ansmais avant j’en ai conduit beaucoup.Combien de km faites-vous par an ?Mon car a 200 000 km et 2 ans donc àvous de calculer.Quel est la durée de vie d’un car ?Un car roule environ 1 000 000 km,donc plus ou moins dix ans.6.© J. Jacquet« Après Sierre, une grand-mère m’a prisdans les bras pour me remercier ! »Luigi GIOVANAZZI a fondéla sociétéCastelTourismeil y a 20 ans.L’école de Pe-tithan, a conti-nué à pro-grammer desclasses de neige malgré l’acci-dent survenu il y a un an à Sierre.Elle a choisi cette société pourorganiser la semaine tant au ni-veau du ski qu’au niveau des acti-vités pédagogiques proposées.Y a t-il moins de classes qui partent depuisles accidents de car?Pour ma société, ça na rien changé mais ona dû rassurer les écoles et les parents. Noussommes crédibles car notre société familialea 20 ans d’ancienneté.Vous nous dites que votre société est fami-liale, pouvez-vous nous en dire plus ?Mon garçon s’occupe des plannings.Ma fille se charge de l’organisation et desvoyages.Mon beau-fils gère la comptabilité.Je suis coordinateur, je me déplace pourrencontrer mes clients, j’accompagne lesgroupes et je suis chauffeur.Organisez-vous uniquement des voyages àla montagne ?Non. Pour les écoles et les mutuelles, voicinotre offre. En mai, juin et septembre, ce sont desclasses de montagnes. En décembre, janvier, février, mars etavril, des classes de neige. J’organise aussi des classes de mer àGravelines, en France et des classesvertes ou de forêt à Gérardmer.Cela dit, j’organise aussi des voyages à lademande, individuels et de groupes encollaboration avec des tours opérateurs ousimplement nous-mêmes.Notre société est très complète car nousnous chargeons aussi bien des voyages encar qu’en avion et même des croisières.Combien de cars y a-t-il dans votre socié-té ?Nous avons 7 véhicules de dimensions diffé-rentes.Et combien de chauffeurs ?Nous en avons 8 + les extras.Quel est l’équipement de vos cars ?Chacun de nos cars est muni de : WC Télévision Air conditionné Bar Sièges relax G.P.S. Téléphone Ceintures de sécurité Dernières technologies en matière de sécuri-té.Qu’aimez-vous le plus dans votre travail ?Le contact avec les gens et j’adore les en-fants. C’est ce qui est le plus enrichissant !Qu’aimez-vous le moins ?Oh, j’aime mon travail, j’ai d’abord travaillé30 ans chez Caterpillar et j’ai monté masociété pendant les dix dernières années là-bas pour pouvoir rémunérer ma fille et monfils. Donc je fais un travail que j’aime.Je suis plutôt choqué ou déçu quand jetombe sur des enfants ou des adultes qui nesont pas reconnaissants du travail fait alorsqu’ils se permettent d’être très exigeants.Accompagnez-vous toujours les écolescomme vous l’avez fait avec nous ?Je suis toujours avec les groupes de classesde neige et de montagne. J’y mets un pointd’honneur et cela me permet de revenirdans mon pays et ma région d’origine : leTrentin.Vos clients sont-ils tous satisfaits ?Rires. Et bien, les enfants repartent toujoursheureux.Pour les enseignants, cela dépend beau-coup de leur personnalité et de leur objectifde voyage. On a tendance à mettre lesenseignants sur un piédestal, je me suis ren-du compte qu’ils avaient comme tout lemonde des qualités et des défauts.Cela dit, beaucoup d’écoles me sont fi-dèles.Merci beaucoup pour votre temps.De rien, au plaisir de vous lire maintenant !Jordane Jacquet et Léa Prévot©F.Houard- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  7. 7. Quels sont les pointspositifs et négatifs devotre car ?Le point positif estvraiment le confort.C’est un car 30places avec WC.Les points négatifssont la petite taille duréservoir et dessoutes.Lors des voyagesavec des classes,participez-vous tou-jours aux activitésavec les groupes ?J’essaie de faire lesactivités avec toutesles classes. J’ap-prends des choses, jevois des endroits inac-cessibles habituelle-ment et c’est beau-coup plus agréableque de rester seul.Merci beaucoup pourvotre temps.De rien, c’était avecplaisir.Léa Prévotet Jordane Jacquet7.Le car conduit par Manu.© L. PrévotAu Chalet Al Foss, l’hôtelier Vincen-zo PANGRAZZI qui nous a accueillischaleureusement combine astucieu-sement les groupes scolaires et lesfamilles pour que tout le monde co-habite sans se marcher sur lespieds.Est-ce que c’est difficile d’héberger« des gens normaux » dans le mêmehôtel que des classes d’enfants?Nous sommes habitués. J’ai 2 hôtelsen un : un pour les enfants(***) et unpour les familles(****).Quand êtes-vous devenu hôtelier?A 16 ans, en été, j’ai commencé àtravailler à l’hôtel de mon papa puisje suis allé à l’école d’hôtellerie et à21 ans j’ai reçu l’hôtel .Qu’est–ce qui vous a inspiré à tra-vailler dans ce métier?J’ai fait des études d’hôtelier pourreprendre l’hôtel de mon père, c’estdonc l’esprit de famille qui m’a moti-vé.Est-ce que c’est difficile d’avoir plu-sieurs écoles en même temps ?Non, on a l’habitude et je passe àchaque repas voir si tout va bien.Pendant les vacances scolaires avez-vous plus souvent des couples oudes familles ?Beaucoup de familles, des motardsd’Allemagne…Est-ce que vous ouvotre femme avezun autre hôtel?Nous avons deuxhôtels : ici je suis pa-tron et mon fils cuisi-nier et dans l’autre àPizzano c’est mafemme en cuisine etma fille patronne.C o m b i e n d echambres possèdecet hôtel?Il y avait 7 chambres quand monpapa avait l’hôtel et maintenant il yen a 54 et elles ont toutes une sallede bain.Quand l’hôtel a-t-il été agrandi ?En 1970, il y a 43 ans. On a gardé lerestaurant.On a créé un bar qui était avantdans le restaurant et un salon et on aajouté deux réfectoires pour que lesfamilles soient séparées des groupesscolaires. On a construit plus dechambres.Le deuxième bâtiment a été bâtiderrière le premier mais ils communi-quent entre eux. C’est la partiequatre étoiles qui comporte aussiune piscine et un centre de mas-sages.Sur la terrasse, nous avons un ham-mam, un jacuzzi et un sauna.A quel rythme repeignez-vous l’hôtelet l’entretenez-vous ?(Rires) Il n’est pas encore fini. On ytravaille toute l’année !Combien de personnel avez-vous?Nous sommes 23 au total.Parlent-ils plusieurs langues ?Oui, on se débrouille. On parle enitalien, en français, en anglais, enallemand, en roumain etc…Merci.PregoEntretien réalisé parSarah Leclercq et Yoram PaulusUn serveur très sympa.©S.LeclercqLe Chalet Al Foss.©Y.Paulus- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  8. 8. Un peu d’histoire : d’où vient ce sport ?Il y a plus de 500 ans que le ski existe. C’est le récit,traduit en plusieurs langues, de la fameuse traversée àski du Groënland, par l’explorateur norvégien NAN-SEN en 1880 qui éveille pour la première fois l’intérêtdu monde pour le ski.Le ski devient alors un nouveau sport.Ce sont les anglais, très sportifs qui y pensent lespremiers. Aimant les voyages, il sont attirés par lespays de montagne et en particulier la Suisse .En 1912, à Ponte di Legno a lieu une première se-maine nationale de sports d’hiver. Par la suite, lessports d’hiver n’ont cessé de se développer et d’attirerun public de plus en plus large.P. DemoulinComment fabrique-t-on un ski ?Les skis, d’abord simples planches de bois à leurs débuts sont maintenant des objets très complexescomprenant plusieurs épaisseurs de différents matériaux : de la mousse de polyuréthane, un alliagede zinc et d’aluminium, de l’acier, et la semelle est constituée de polyéthylène, un matériau particu-lièrement hydrophobe, c’est à dire qui «n’aime pas l’eau ».http://xarouma.free.fr/TPE/Glisse_du_ski/les_differents_materiaux_constituant.htmL. Neufcoeur1 paire de skis… de nombreux sports ! Le ski alpin : le slalom spécial, le slalomgéant, le super-géant, la descente et lecombiné se pratiquent dans les stationspourvues de remontées mécaniques. Le ski nordique englobe les disciplines oùle talon de la chaussure nest pas fixé auski. Le ski de fond : discipline seffec-tuant sur des terrains plats ou val-lonnés, le ski de fond est une disci-pline dendurance. Le saut à ski : le skieur saute depuisun tremplin. Il est noté à la fois surla longueur du saut effectué et surla qualité de sa réception. Le biathlon : discipline combinantle ski de fond et le tir à la carabine. Le combiné nordique : disciplinecombinant le saut à ski et le ski defond. Et il existe aussi le ski libre, freestyle : le skide bosses, le saut acrobatique, etc…D. Coibion8.Mme Françoise fière de passer laligne d’arrivée du slalom. Sans chute,elle a terminé 2ème.©J.-P.Saive- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  9. 9. Quels sont les équipements nécessaires ?Il vous faut un casque jusqu’à 13 ans, deslunettes de ski, des bottines de ski , des bâ-tons ou sticks. Il vous faudra bien sûr unecombinaison et des gants.Par quoi commencer quand on apprend àskier ?Apprendre à faire le chasse-neige est unepriorité, c’est-à-dire, mettre les skis en V, lapointe devant vous. Cela vous permet defreiner et de vous arrêter.Pour monter sur des pistes plus inclinées,apprendre à slalomer est nécessaire pourne pas aller trop vite.Quels sont les conseils de sécurité ?1. Rester sur les pistes pour ne pas seperdre et ne pas s’enfoncer dans la pou-dreuse. Pour cela, il faut respecter la si-gnalisation.2. Ne pas tomber des télésièges car onpourrait se faire bien mal : rester assis, bar-rière de sécurité baissée est donc une obli-gation. Si on perd quelque chose, on lerécupèrera le lendemain grâce aux pis-teurs.3. Ne pas croiser les skis car c’est la chuteassurée et garder ses distances avec leskieur qui vous précède !A vous les pistes !Tracy Hunerbein, Laurena Neufcoeur,Dorian Coibion, Pierre Demoulin9.Le groupe est prêt à se lancer surles pistes de Passo del Tonale.©J.-P.Saive- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  10. 10. La classe de 23 élèves a eu lachance d’avoir 2 moniteurspour apprendre à skier. Le pre-mier jour, ils ont skié ensemblemais dès le deuxième jour, lesdeux moniteurs enseignaientchacun à un groupe de niveaudifférent. L’un des moniteurss’appelait Ivo et l’autre Attilio.Depuis combien de temps faites-vousce métier?Ivo: J’ai commencé en 1971.Attilio : J’ai commencé en 1968 et j’aiété directeur de ski pendant 10 ans.Combien d’années d’étude faut-il pourfaire ce métier?A. et I.: Il faut faire les humanités supé-rieures ou l’école de montagne jusque18 ans. Il faut connaître 3 langues: l’Ita-lien, l’Anglais et l’Allemand.Il faut pouvoir skier et glisser en snow-board. Après, il faut faire 100 jours destage sur un an et demi et puis on estmoniteur.Est-ce que c’est dur de faire ce métier?I. et A.: Ça dépend. Le plus dur c’est lecontact avec les personnes quand ona des mentalités trop différentes.Mais ce qui est sûr c’est qu’ilfaut beaucoup de patience.Faites-vous ce métier dans une autrelangue?Oui, en italien, en allemand et en fran-çais. Et l’allemand est la 2ème languede la région car le Trentin a appartenuà l’Autriche avant la première guerremondiale. Les jeunes moniteurs ensei-gnent aussi en anglais.Quels sont les plus grands groupesd’enfants que vous avez eus ?I. : D’habitude on a entre 9 et 12 élèveset vous, vous étiez 21 (!!!) puisque Attilios’est occupé des deux élèves quiavaient eu un cours de moins à causede leur douleur !On dit que les montagnards ont toujoursdeux métiers, des métiers saisonniers.Quel métier faites-vous en été?I.: Je suis pensionné et grand-père.Avant je travaillais dans un bar dans unrefuge. C’était un commerce.A.: Je suis pensionné et avant, en été,j’étais moniteur de ski sur le glacier.Faites-vous un autre sport, avez-vous unloisir ?I: De la bicyclette et de la course àpied.A.: Je chante dans une chorale. Noussommes même déjà venus chanter àNivelles.Apprenez-vous à skier à des gens« normaux » ou uniquement à des en-fants?A.: Oui, pendant les vacances on en-seigne le ski à des familles et à des tou-ristes de tous âges.Vous apprenez donc à des adultes àskier, quelle est la différence avecnous ?I.: Oui. Les adultes ont peur quand c’estla première fois alors cela prend plus detemps. C’est plus facile d’apprendre àdes enfants. 10-12 ans, c’est l’âge idéal,et même avant.Est-ce que vous vous êtes déjà casséquelque chose en skiant ?I.: Oui, quatre fois l’épaule et une fois legenou.A.: Seulement un genou. (Rires) j’ai euplus de chance. Et j’étais en bas despistes, j’avais fini journée, c’est un skieurqui m’a foncé dessus ! En tombant, jeme suis cassé le genou.I.: C’est pour cela qu’on dit toujours degarder une bonne distance entrechaque enfant !Merci beaucoup.Ivo et Attilio : Prego !Hugo Siquet,Clément Vanden Kieboomet Gaël Wuilot10.Ivo et Attilio sans leur combinaison de ski sont à peine reconnais-sables lors de la remise des brevets et des médailles.© F. HouardLe premier jour de ski, Luigi etManu organisent les planningsavec les moniteurs.© G. Wuilot- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  11. 11. 11.Léa Prévot et Tracy Hunerbein ont été immobilisées à l’hôtel le mer-credi 20 février.C’est en Italie, après la première demi-journée de ski qu’elles ont alerténos enseignants.En effet un peu stressées par cette nouvelle aventure et peu habituées par les positions surles skis, Léa et Tracy ont provoqué une contraction de leurs muscles de la jambe au point dene plus pouvoir la plier.Le mercredi, après une bonne nuit et un bon repas, la douleur étant toujours là malgré lesmassages de Mme Françoise, le docteur est venu à midi pour les ausculter.Pendant que tous les autres élèves étaient partis skier, Mr Jean-Paul, le troisième accompa-gnateur du groupe, les a chouchoutées à l’hôtel en mettant de la neige ensachée sur leursmuscles, en leur faisant des massages…Le lendemain, médicaments pris et recommandations du docteur appliquées à la lettre, ellesont pu poursuivre leur apprentissage de ce sport!Tranche de rire : Madame Françoisechute !C’est en descendantdu télésiège que notreinstitutrice s’est retrou-vée par terre car sansle vouloir une élèveavait mis son stickentre les skis de ma-dame. Heureusement,Mme Françoise a eu le bon réflexe de baisserla tête pour ne pas être cognée par le télé-siège.Cela a valu une bonne tranche de rire etquelques coups bleus !Agréable partie de UNO à l’hôtel : le docteur a prescrit du repos,une alternance de froid et de chaud et les jambes en hauteur.Par Pierre Demoulin©J.-P.SaiveNous avons questionné lesélèves du degré moyen poursavoir s’ils avaient envie de partiren classes de neige dans 2 ans.Voici les résultats, ils sont plutôtévocateurs !A. Drèze- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD
  12. 12. 12.Mon premier est le contraire del’amont. ……………………….Mon second est fixé au bassin.……………………………….Mon tout est une catastrophenaturelle. ………………………...ADRET - ALPES - AVALANCHE- BONNET - CASQUE- FROIDEGANTHIVERIGLOOJEU (X2)LUGENEIGEPISTE - PSYSKI (X2)TOMBERUBACA V A L A N C H E UH I V E R E B M O TG J E U Q S A C I LS T B O N N E T G US N E I G E B F L GA P G A N T R I O EL I J E U O C J O FP S Y T I K S A I PE T A D R E T P B AS E E H S K I M Q U= ………………………………..= ...………………………………...= ………………………………1001 2 4 5 6731. Nom du sport pratiqué quand on glisse sur despistes.2. Ils nous réchauffent lesmains. (au singulier)3. Maison construite en neige.4. On l’utilise pour glisser assis.5. C’est le versant ombragédes montagnes.6. Elle est verte, bleue, rouge ou noire.7. On en fait des boules.Bulletin météoLundi 18 février Mardi 19 février Mercredi 20 février Jeudi 21 février Vendredi 22 février Samedi 23 février-4° -6° -6° -8° -4° -4°Clément Michel, Cyril Kaye et Iustin CojocaruClément Michel, Cyril Kaye et Iustin CojocaruRéponses:Charade:aval-hanche:avalancheRébus:versant,motoneige,téléskiMotsplacés:1.Ski2.Gant3.Igloo4.Luge5.Ubac6.Piste7.Neige- Echos du Presena -Editeurresponsable:F.HOUARD

×