S koriginal2

374 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
374
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

S koriginal2

  1. 1. Nouvelle techniqu de traitement chirurgical des luxation récidivantes isolées de lextrémité infé- rieure du cubitus. Par MM. SAUVÉ cl KAPANDJI. Larticle de MM. Bazy et Galtier, paru récemment dans le Journal deChirurgie (Juin 1935), apporte une solution élégante au traitement desluxations de lextrémité inférieure du cubitus en avant. Nous nous étions déjà occupés de cette question et avions proposé uneintervention, qui, à la m ême époque, donna à Allisson et à nous-mêmesun résultat partiel, mais pleinement satisfaisant quant à la fonction. Nous rappellerons notre première technique à laquelle Bazy et Galtieront fait allusion dans leur article : 1° Une incision dorsale interne (Chassaignac-Kocher) passant entre lecubital postérieur en dedans et les extenseurs en dehors; avec la rugine,on décolle après incision du périoste radial, toute la masse musculaire dela face postérieure du radius et de larticulation radio-cubitale inférieure.En dedans, à la rugine également, on dégage complètement les faces pos-térieure et interne de la t ête et du col cubital. 2° Incision palmaire verticale, en dedans du tendon du petit palmaire ,on relève fortement les fléchisseurs en dehors et on dégage largement, laface antérieure du radius en mordant un peu sur les insertions internes ducarré pronateur. Du côté cubital, il faut achever le dégagement sous-périosté postérieur. 3° On fore un tunnel trans-radial, de la face antérieure à la face posté-rieure de son extrémité inférieure; ce forage est délicat, il faut, pour lefaire, récliner fortement les fléchisseurs en dehors. Il importe que le tunnelsoit dun diamètre suffisant et assez calibré pour le passage dun greffonaponévrotique; il doit avoir 2 à 3 mm. de diamètre. 4° Prélèvem ent sur le fascia lata dune bande aponévrotique, longue de20 cm , large de 4 cm. Cette bande, repliée en double sur toute sa hauteur,constitue le greffon. Il est introduit dans le tunnel radial au moyen d unfil conducteur et dun passe-fil. Ce greffon cravate ensuite le col et la tHcubitale, de façon aussi serrée que possible, et ses deux extrémité sontsuturées au fil de lin. Il ne reste plus quà sulurer plan par plan 1 s partiemoUes et à réparer la brèche du fascia lala. Comme le remarquenl Bazy el allier, 1 inlervention que nou avonsexécutée, simple dans son principe, rencontre des difficulté pratique. et
  2. 2. SAUVÉ T KAPANDJI.590demande le prélèvement pal une in cision . dislan ~ dun Jamhea u defascia lata, créant ainsi den foyers opératoires. i . . t av"c le plus vif intél t qu e nou s avons s u V) la d b ri ption A USSl, cs -ce " , · de Buzy et de allier On peut la r S UJl} -1 -n un - rés lionde 1a t ech mq ne c· • . , • , . t é de la t êt e cubitale suivie de la 1 atJOn d uu buté - wt -lnesous-pcrlOs e ,prise aux dépens de la petite cavité sigmoïd e du radIU S.. Il nouS a paru que ce tte méthode présentait d ~ Ll X pOInts d éJI ats : Juntechnique, lautre clinique. Au point de vue clinique, ainsi que nou s avons pu nou s -n l -ndr" com pt"sur le cadavre, la taille d un volet prélevé a u niv au d ~ l a p "Ut - a itésigmoïde du radius nest pas très facile, étant donné l xigu ,t é d - . -tt - ~ur­face, tant en hauteur quen largeur. Ce volet ne peut, en tout a" . tre tresvolumineux et risque, au moment de son rabattement vers le carp , de efracturer au niveau de sa charnière. Dautre part, ce p lit volet est exposéà une ascension ou une fracture secondaire. Au point de vue clinique, la conservation de létui p ério sté cubital, pourentourer et fixer le volet radial rabattu, nous paraît un in con v nient; cecylindre peut en effet être lhabitat dune ossification ultéri eur, ce quirisque de créer une synostose des deux os au niv eau de la r adio-cubitaleinférieure et équivaut à une arthrodèse tardive. Nous nous sommes donc demandé si on ne pouvait obvier à ce deuxinconvénients. Nous avons pensé tout dabord, à réséqu er la t êt cubitaleet à sectionner les tendons dinsertions inférieures du cubital anl ri ur et du cubital postérieur; mais après étude sur le cadavre, voici la t chniqueque nous proposons. Les prinicpes de lintervention consistent à associer : - la fixation de la tête cubitale à lextrémité inférieur du ra lU par une arthrodèse intra-articulaire de la radio-cubitale illféri ur : - la ,création d une pseudarthrose cubitale sus-jacente. La methode la plus simple pour fixer la t ête cubitale nit rait. an au~un doute, à la transfixer par une vis et à la olidari r a li radi li , MaIS pour éviter la mise en demeure définltl ve d Ull lll"lc l"l 1 lU t alli 1ne ct u pour ne pas accentuer la décalcifi cation que lon r 11 nt re ù ~( nl ~au dans les cas de luxation récidivante, nous avons pré[ ;n. l arthrld ~~, N ; ous sommes arrivés à la technique suivant : Technique. La t echnique proprementmême incision: dite cOlupr nel d e n , lemp ~ prat i tH. 1: la . A) Fixation t emporaire de la têt .hon diaphysaire e cubtlalt, nu rndil ~ 1 :11 11( b ct t , ,~ sus-Jaccnte B) Arthrodèse rad b" lü- CU !laIe inf "ri url.
  3. 3. CUBITAL INF ~ RI UR s. 5Hl TION R IDIVANT fEM P TI THE D ~ 1. T~TE CUB lTAI, E AVEC H{Œ ~CTfON . D(AP II SAIR E SUS- .TAC ENTE . t r In L ion v ltica lc, csL- : dire para llèle à Jaxe du mem bre, tlTnp. : érieu r enntr tend on ubit al anlé ri ur en avan l, eL Lendon cubi la] posLarrit rc. tt inci ion desc end peu bas, : 1 cm. envi ron au-d esso us du bord infé- 1 II III avan t. - Fig. 2. Luxa tion rt duite Fig. 1, 2 et 3. - Fig. 1 (face et profil ). Tête cubit ale luxée en cente à lartic ulatio n radio - ct main tenue par vissag e. - Fig. 3. Résec tion diaph ysair e sus-ja cubi tale inféri eure. t, elle ris- rieu r de la tête cubi tale (plus bass e, et si elle allai t prof ondé men pisi- und- quer ait dou vrir les artic ulat ions radio -carp ienn es et surt out . Elle a donc form ienn e), mais mon te à 6 cm. envi ron au-d essu s de ce bord cubi tale jus- en tout 7 cm. envi ron; prof ondé men t elle va dans sa port ion quà los sans enLa mer le pério:>Le. gout ti r . 2 e Lem ps: On décolle, en arriè re, le cubi tal post érieu r de sa plu loin, Il arriv e quo n ouvr e la gain e sére use de ce Lendon. 11 fauL aller . 11 faul voir jusq uau bord posLérieur de la peti te caviLé sigm oïde du radi u ce bord . :~e Lem ps: Incis ion du mus cle carr é pron aLeu r au ni cau d a limi t les alla 11 cubi tale, sur une hauL eur de 3 cm. envi ron. On dé insèr e aillsi ron, sur l ut") de ce mus cle, éLaJé à ce nive au sur une lUlg ur cl 5 mlll. envi
  4. 4. AUV KA NDJ. ectt hault ll cl :~ CIll. On alriv l j IIsq Il : Ja •J faut iuci Cl t ont cont ll le bord (lIhit :11 . 011 ur tout ~a ellconl 1t.lH t ll 011 (Il lait Je t01l1 (II 1I(lIo1s dll l ·rio ~ le·. Dan ( t mps oper atoir e, il lnllt desc lIldn Jw s ail nive·all de Ja rt J( U Espace comUe pH -~ __ --s u./ure du carr p p ronat eur au cubtta.1 poster/eut: assu rant ta. pseu darthrose IV vFia. 4 et 5. - Fig. 4. La vis longu e de 3 cm. est enlev ée, la tête cubit ale luxée en bas el en dedan s laisse abord er, après incisi on de la capsu le et de la synov iale, la ra dio-cu b itale inU- rieure pour la réalis ation de larth rodès e. On voit indiq ué le trajet que suiva it la vis de 3 cm. - Fig. 5. Après avive ment, on replac e, par synth èse métal lique temp ora ire, la tête cubita le à sa place physi ologi quem ent norm ale. On se sert dune vis longu e de 4 cm. pour assur er la conte ntion tempo raire jusqu à conso lidati on osseu se. Rema rquer la b sence de cartil age diarth rodia l au nivea u de la tête cubita le.latio n radio -cub itale infér ieure pour déga ger et déco uvri r le bord antéri eurde la petit e cavi té sigm oïde. 4 e temp s (fig. 2) : On fixe à laid e dun e gros se vis, long ue de 3 cm., latête cubi tale à lext rémi té infér ieure du radiu s. Cett e vis doit trav ers er VI VII Fig. 6 et 7 (face el profil ). - Sutur e du lambe au du carré prona teur désin séré au tendo n cubit al posté rieur.l artic ulati on des deux os; la vue des bord s anté rieur s cL posL rieut d }.petit~ cav~té sigm oïde assu re sa bonn e clirecLion eL sa pén ~LraLioll dan l~maSSIf .radIaI (le bord anté rieur étanL le prin cipa l repè r ). La bOHn iSn "du radIUS est un temp s capi lal, car si les bord s ::mLrri urs surto ut lt posh~
  5. 5. LU ATION RÉCIDIVANT S CUBITAL S IN tRI URES. 593 du mdins nont pns élé bien repérés, ]a vis risque de pa sser en avantt11S u en HlTière tln ltullus. [) IlTnps: la s ie de Gigli, on seclionne ]a dIaphyse cubitale, d abordimmédiatement nu-dessus de larticulation radio-cubitale jnférieure, puisÙ 1 cm. 5 plus haut, de façon à enlever un cylindre cubital haut de 1 cm . 5(fig. 3).B) ON PASSE ALORS A LA RÉALISATION DE LARTIIRODÈSE RADIO - CU BITALE INFÉRIEURE. . On enlève la vis de 3 cm. On bascule la tête cubitale en dedans (fig. 4), de façon à exposer la face supérieure de la capsule radio-cubitale inférieure. En incisant cette cap- sule entre radius et cubitus par en haut, cest-à-dire du côté « espace inter- osseux », on expose largement : Dune part, la petite cavité sigmoïde; Dautre part, la partie articulaire correspondante de la tête cubitale. On résèque, respectivement au ras des deux os, les lambeaux capsulaires; ainsi apparaissent les deux surfaces recouvertes de leurs cartilages di ar- throdiaux. Lablation de ces cartilages à la curette ou à la rugine réalise lavivement .de larticulation. On repose la tête cubitale contre la cavité sigmoïde dans sa position initiale de fixation : pour ce faire, il faut cathétériser, avec un stylet, le traj et de la vis dans sa portion cubitale, puis radiale. Enfin on fixe cette tête, par une vis plus longue de 1 cm., cest-à-dire ,de 4 cm. (fig. 5). On est ainsi assuré de faire tenir la vis, même si elle foire ,dans son traj et de 3 cm. créé antérieurement. On termine lintervention en procédant à une interposition musculaire, -entre le fragment diaphysaire supérieur et la tête cubitale, par suture du lambeau flottant du carré pronateur désinséré au tendon cubital posté- .rieur (fig. 6 et 7). Fermeture de la peau. Nous insisterons sur la mise en place première de la vis de 3 cm. Elle présente des avantages multiples : Elle fixe la tête cubitale dans sa position physiologique avant toute ec- tion. Elle rend solidaire cet os du radius et permet une section plu fa il d e la diaphyse cubitale. Elle délimite par celte fixation la hauleur dl ]a lête cubital ~ re stant ~, puisquon place la scie de Gig1i jusle au -dessus dl larticulation radio u i- tale ainsi reconstituée. Enfin, grftce élU lrajel j}!lfolluÔ qu l on relrouv npll. , lnrthr d Sl , cHe p ermet dc pla(e! Ja lêl . duns sa posiLion normah. pnr rapport nn ra din ,et au carpe el laGilil . Je vi ssage de la second is dl 1 (Ill • .JO U II NA L 11 1<: C"" Ill IIOIE . T. 47, N° rI, "Il11 , l !l:H;.
  6. 6. uv N JI. ({ uilh lIls lllh v ( 1111 litIIJ{ lluJl I a J UIl( ~ JJ~sj ~ Jo al " Cett t i8 8llH wt OJJJp •qllnl ld lmt hro(l tst SlH l()ns()lid(~ (. NOli s 1)(III S0I1S qu (JI L(JH rj(! uJ( du radj 1temp s qH met :1 lons olidl I Il Ill 1111( lin dp lt 1r(JIl jL(. jllf(~ lplll , p01l1 llIll (olls olidl itiOI l . :J () SP HwiJ 1(s, ( n aya lJnOH8 p HYO nS COllune nun(1 (1 sPclIrilt" slIllIsHnll. Qllels sont les aU(ln /lIfJl s tll ((1/( intervention 1 pr(.J eru ~n Elle e t facil l , (lx éclIl ion simp l( , ne prés eJlU,wl aucu ndèlic nt. n I) ·t évi EH est SÙlC , car ell e cons crve les rapp orts radi o-cu hilo -car pi 4-sans cont este la main bole , E lle n expo se à aucu nc frac ture seco ndai re. ale 1 cm . .~ Enfi n par la gran de perl e de subs lanc e osse use péri ost éo-c ubit crée d un de haut ) et par lint erpo sitio n mus cula ire que lle réali se, elle cal seco ndai re-fa con certa ine une pseu dart hros e et évite la form atio n d unentr e les deux frag men ts cubi taux supé rieu r et infé rieu r. p r o-su pI- Cett e inte rven tion se plie aux donn ées phys iolo giqu es de lanatio n. : Elle dittè re de celle de Bazy et Gallier à plus ieurs poin ts de vue er ve dan Elle ne supp rime pas la tête luxé e; au cont raire, elle la cons sa posi tion phys iolog ique . Elle la soud e au radi us. Elle crée une pseu dart hros e cubi tale sus- jace nte. e, qu elle Elle sap pliq ue à tout es les luxa tion s radi o-cu bita les infér ieur soie nt en avan t, en arriè re ou en deda ns. és enle yé . , Elle perm et une mob ilisa tion précoce, auss itôt les fils cuta n Ceci assu re enco re la pseu dart hros e. bla ble, elle Elle est réali sabl e par tous , m êm e si , com me il est vrai sem ne se prés ente quà titre exceptio nnel. risé à la Ces t pour tout es ces raiso ns que nous nous som mes crus auto publ ier.

×