Auteur de Bande dessinée, illustrateur et scénariste français.
Né en 1946, il passe ses premières années dans l'Allemagne ...
Son grand-père a fait la 1ère guerre mondiale dont la
bataille de Verdun. Il fut à plusieurs reprises blessé
et a été gazé...
Cet album est d’abord paru sous
forme de 3 numéros d’un journal en
2004.
En 2008, un premier tome est
publié aux éditions
...
Il exprime :
 Le regard porté par le personnage sur ce
qu’il vit,
 Le regard de l’auteur sur l’objet mis en
scène
 Le m...
3 vignettes* horizontales
pour chaque page
Tardi cherche à donner une vision
panoramique qui renforce la violence
des scèn...
Le narrateur utilise un langage familier,
qui crée un contraste avec les citations
placées au début de chaque section.
La ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tardi expo Putain de Guerre

1 086 vues

Publié le

Compléments pour l'exposition "Putain de guerre" de Casterman

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 086
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
154
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tardi expo Putain de Guerre

  1. 1. Auteur de Bande dessinée, illustrateur et scénariste français. Né en 1946, il passe ses premières années dans l'Allemagne de l'après-guerre, son père étant militaire de carrière. Etudiant à l'école des Beaux-arts de Lyon, puis aux Arts décoratifs de Paris, Jacques Tardi fait ses débuts en 1969 dans le journal Pilote (1). En 1972 paraît sa première longue histoire, Rumeurs sur le Rouergue. En 1976 il entame le cycle des Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec (2), dont le succès ne se fait pas attendre et dont les 4 premiers tomes seront adaptés au cinéma par Luc Besson en 2010. Parallèlement, Tardi adapte le Paris de Léo Malet, celui des aventures de Nestor Burma (3), et réalise d'autres adaptations qui sont autant de succès (Le der des ders de Daeninckx (4), Le cri du peuple de Vautrin (5), ... Son œuvre, traduite en plusieurs langues, a gagné la reconnaissance, au-delà même du monde de la bande dessinée. Affichedufilm1 4 5 3 2 CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015
  2. 2. Son grand-père a fait la 1ère guerre mondiale dont la bataille de Verdun. Il fut à plusieurs reprises blessé et a été gazé. Son grand-oncle lui aussi a fait la 1ère guerre mondiale et fut blessé sans doute par un éclat d’obus. Tous ces souvenirs sur l’atrocité de la guerre de 14-18 hanteront ses rêves d'enfant avant de devenir l’un des thèmes majeurs de son œuvre. C’ était la guerre des tranchées 1993 Où vas-tu petit soldat ? 1989 Adieu Brindavoine, le Trou d'obus, 1984 La véritable histoire du soldat inconnu, 1974 Putain de guerre,2008Varlot soldat (scénario Didier Daeninckx / 1999) « la place de l’artiste est de combler le vide laissé par les institutions et les témoignages » VERNEY CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015
  3. 3. Cet album est d’abord paru sous forme de 3 numéros d’un journal en 2004. En 2008, un premier tome est publié aux éditions Casterman (1914-1915-1916), le deuxième tome paraît en 2009 (1917-1918-1919). En 2014, à l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale, les éditions Casterman ont publié une intégrale. Tardi a travaillé en étroite collaboration avec le collectionneur et historien Jean-Pierre Verney, spécialiste du premier grand conflit mondial, dont la collection d’objets figure au Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, inauguré le 11 novembre 2011. La bande dessinée est suivie d’un journal documentaire écrit par l’historien et illustré de documents d’époque. « Dans un premier temps, l’historien Jean-Pierre Verney, me fait pour chaque année un déroulé factuel complet de tout ce qui s’est passé. Ensuite, je trie, j’élague, d’une part en fonction de mon at- trait pour certaines scènes, certains décors, certains détails, et d’autres selon les contraintes narratives propres de mon récit ». (Tardi pour Castermag) Même si l’histoire se base sur des faits réels, l’album de Tardi est un récit de fiction. De 1914 à 1919, l’album retrace la vie quotidienne d’un poilu dans les tranchées : un simple soldat, presque anonyme. Le narrateur ne se contente pas de raconter la guerre : il en souligne toutes les atrocités et rappelle à quel point les soldats plongés au cœur des combats ne comprenaient pas les choix faits par les états-majors. « Putain de guerre » s’inscrit en cela dans la mouvance de la littérature engagée. Le récit n’est pas linéaire : le narrateur nous offre une succession d’anecdotes, plus ou moins indépendantes les unes des autres. TOME 1 TOME 2 CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015
  4. 4. Il exprime :  Le regard porté par le personnage sur ce qu’il vit,  Le regard de l’auteur sur l’objet mis en scène  Le message du lecteur qui va très vite être impressionné par la violence de ce conflit De simples cartouches * permettent au narrateur de nous parler en voix-off. Le narrateur devient ainsi le porte-parole de tous. Les dessins suggèrent les paroles qui ne sont pas écrites. LES MOTS DE LA BD Bulle (ou Phylactère) espace de forme variable délimité par un trait, qui contient les paroles ou pensées des personnages. Cartouche encadré rec- tangulaire contenant des éléments narratifs et des- criptifs assumés par le nar- rateur, appelés également commentaires. Extrait de la bande dessinée « Les Godillots » / Olier et Marko (éditions Bamboo) CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015
  5. 5. 3 vignettes* horizontales pour chaque page Tardi cherche à donner une vision panoramique qui renforce la violence des scènes de combat. Lorsqu’il casse cette logique, c’est pour créer une nouvelle dynamique dans le scénario. « Il m’a semblé que c’était la représentation la plus juste de ce que pouvait percevoir chacun de ces hommes depuis l’intérieur de sa tranchée. Le type est dans le trou, et tout ce qu’il voit du monde est une sorte d’hori- zon dévasté » (Tardi pour Castermag) Les pages du début, dans laquelle la vie est présente, sont colorées. Au fil des pages, nous perdons les couleurs pour basculer dans un monde blafard, boueux, les nuances de gris exprimant toute la désola- tion des champs de bataille. Le rouge apparaît par taches quand la mort frappe. LES MOTS DE LA BD Planche page entière de B.D., composée de plusieurs bandes. Vignette (aussi appelée une case) image d’une bande dessinée délimitée par un cadre. CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015
  6. 6. Le narrateur utilise un langage familier, qui crée un contraste avec les citations placées au début de chaque section. La dérision, les commentaires sarcastiques sont très présents dans le discours du narrateur, et accentuent le décalage avec la réalité. L’arme qui permet de résister, c’est finalement l’ironie : - face aux situations - face aux discours de l’état-major LE LANGAGE DES TRANCHEES Alboches = allemands Artiflots = artificiers Brancos = brancardiers Cafard = dénonciateur Capiston = capitaine Cassis = corps Éclopés = blessés Kaiser = empereur Machine à coudre = mitrailleuse Marmiter = bombarder Moucharder = dénoncer Perlot = tabac Piges = ans Pinard = vin Seau à charbon = bombardement Teutons = allemands Troufion = soldat CDI du collège Antonin Perbosc S. Delthil— 01/2015

×