Guerre des religions

2 601 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 601
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 681
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guerre des religions

  1. 1. 1559-­‐1629  Les  Guerres  de  Religion      
  2. 2. Introduc)on  •  Une  période  de  chaos  avec  l’assassinat  de  deux  rois:  Henri  III  et  Henri  IV  –  et  la  mort  violente  d’Henri  II.    •  Dans   ce   processus   européen   d’intolérance   partagée   (du   cote   catholique   come   du   cote  protestant),   la   France   nous   offre   une   histoire   singulière,   précisément   parce   que   la     n’a   pas   eu   lieu,   en   raison   de   la   volonté   affirmée   du   pouvoir   royal,  notamment  a  parPr  de  Catherine  de  Médicis  et  de  Michel  de  L’Hôpital,  de  parvenir  a  une  cohabitaPon  entre  catholiques  et  protestants.    Catherine  de  Médicis  Michel  de  L’Hospital  
  3. 3. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  La  Renaissance  a  vu  le  pouvoir  monarchiques  structurer  et  se   consolider   autour   de   la   figure   royale,   magnifiée   et  exaltée  par  sa  double  foncPon  guerrière  et  religieuse.  Les  conflits   extérieurs   incessants   ont   permis   au   souverain   de  se   conformer   a   l’idéal   du   parfait   chevalier,   invesP   d’un  caractère  sacre  renouvelé.    •  Mais   au   milieu   du   XVIème   siècle,   la   monarchie   s’est  heurtée  a  un  ensemble  d’écueils.  La  fin  de  la  guerre  avec  les  Habsbourg  a  sape  la  posiPon  idéologique  et  sociale  de  la   noblesse.   L’épuisement   financier   a   fragilise   le   pouvoir  royal.    •  La  foi  et  l’Ecriture:  le  message  reforme:  Les  protestants  se  sentaient   membres   par   le   baptême   d’une   Eglise   invisible  dont  le  Christ  était  le  chef.  Ils  pensaient  retrouver  la  foi  des  premiers   chréPens   en   rebapPsant   la   «   vraie   Religion   »,  qu’ils   voulaient   plus   intériorisée   et   épurée   des  supersPPons   romaines.   Parce   qu’ils   étaient   guides   par   le  seule  Parole,  et  que  leur  foi  ne  comportait  aucun  élément  de   crainte   quant   au   salut   de   leur   âme,   nombreux   furent  ceux  qui  acceptèrent  d’être  menés  au  bucher  du  martyre.    •  Les   prédicateurs   catholiques   diffusaient   au   contraire   un  imaginaire  panique,  convoquant  les  visions  des  châPments  a  venir  et  la  figure  diabolique,  pour  amener  les  pécheurs  a  s’amender  et  a  verser  leur  obole  au  clergé.  
  4. 4. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Le  mystère  de  la  transsubstanPaPon  ,  par  lequel  la  substance  du  pain  et  du  vin  est  miraculeusement  métamorphosée  en  corps  et  sang  du  Christ,  après  que  le  prêtre  a  prononce  les  paroles  de  consécraPon,  n’est  rien  d’autre  que  la  doctrine  des  diables.   Ce_e   divergence   fondamentale   sur   le   sens   de   l’eucharisPe   est   déterminante   dans   la   rupture   entre   les   deux  confessions.    •  Etape  décisive  dans  «  le  processus  de  désenchantement  du  monde  »  qui  caractérise  l’histoire  religieuse  de  l’Occident  (Max  Weber),  la  Reforme  affirme  la  transcendance  absolue  d’un  Dieu  omniscient  et  omnipotent.    •  La   répression   de   la   peste   héréPque:   Certains   protestants   décidèrent   de   qui_er   le   royaume.   Près   de   6000   d’entre   eux  allèrent  s’installer  a  Genève,  dans  les  années  1550,  pour  échapper  aux  persécuPons.    •  L’affirmaPon  calviniste:  Formes  a  Lausanne  et  a  Genève,  les  pasteurs  étaient  de  plus  en  plus  nombreux  a  prêcher,  les  églises  reformées  rassemblent  environ  2  millions  de  personnes,  soit  plus  de  10%  de  la  populaPon  du  royaume.  Le  29  mai  1559  se  Pnt  clandesPnement  a  Paris  le  premier  synode  des  églises  reformées  de  France.    •  Le  temps  des  «  martyrs  »  protestants  allaient  s’achever  après  la  dispariPon  d’Henri  II.  L’expansion  de  la  Reforme  posait  en  effet   un   problème   crucial   au   monarque.   Roi   sacre   et   thaumaturge,   lieutenant   de   Dieu   sur   terre,   celui-­‐ci   avait   le   devoir  d’exterminer   les   héréPques,   c’est-­‐a-­‐dire   de   les   chasser   du   royaume,   et   de   défendre   l’église   catholique,     apostolique   et  romaine,  comme  il  l’avait  promis  lors  de  son  sacre.  Sa  légiPmité  et  son  autorité  étaient  gravement  menacées  par  les  martyrs  de  la  foi  qui  proclamaient  publiquement  mourir  pour  Dieu.  Martyre  d’Anne  du  Bourg,  conseiller  de  Paris.  
  5. 5. Le  coup  de  Jarnac  •  Jarnac   a   des   liens   avec   le   clan   des   Montmorency   et   des  ChaPllon,   avec   la   noblesse   qui   prendra   le   parP   du  protestanPsme.   Au   contraire,   La   Chataigneraie   est   l’homme  des  Guises  et  de  Diane  de  PoiPers,  du  clan  catholique.  L’affaire  de  Jarnac  n’est  pas  seulement  violence  cruelle,  elle  retrace  un  combat.   Elle   annonce   la   lu_e   et   la   prise   d’armes   des  protestants.   Jarnac   devait   succomber   sous   les   coups   de   La  Chataigneraie  mais  Jarnac  s’est  défendu.  •  A  la  Salamandre  de  François  Ier,  premier  roi  soleil,    succède  la  lune  romanesque,  équivoque,  de  douteuse  clarté.  Le  roi  Henri  II  réclame  le  droit  de  la  force,  le  bon  vieux  droit  gothique,  la  sagesse  des  épreuves,  la  jurisprudence  de  l’épée.  •  Jarnac   est   le   beau   frère   de   la   duchesse   d’Etampes,   de   la  maitresse  qui  s’en  va  avec  François  Ier.  La  Chataigneraie,  une  épée   connue   pour   les   duels,   un   bras   de   première   force,   un  dogue   de   combat,   nourri   par   Henri   II.   Jarnac   était   un   beau  grand  jeune  homme,  élégant  et  délicat,  qui  menait  grand  train  et  qu’on  soupçonnait  pour  cela  d’être  l’amant  de  la  duchesse  d’Etampes.   Son   ennemie,   Diane   de   PoiPers,   pour   rien   au  monde,   ne   lui   aurait   coupe   la   tète,   elle   voulait   lui   percer   le  cœur.   Un   roi   ne   se   bat   pas,   ni   un   prince,   ni   un   dauphin.   Le  spécial  ami  du  dauphin  était  un  homme  fort,  bas  sur  les  jambes  et  carre  d’échine,  admirable  lu_eur.  Henri  II  avait  fait  dresser  les   lices   au   centre   de   la   France,   près   de   Paris,   sur  l’emplacement  superbe  de  Saint  Germain.    Duchesse  d’Etampes  Diane  de  Poi@ers  
  6. 6. Le  coup  de  Jarnac  (suite)  •  La  Chataigneraie,  fou  de  sa  fatuité  propre,  il  l‘était  encore  plus  de  la  folie  commune.  Le  temps  n’existait  plus,  l’affaire  était  finie  avant  de  commencer,  Jarnac  était  tue  dans  son  esprit,  il  ne  s’occupait  plus  que  de  son  triomphe.  Depuis  deux  mois  Jarnac  s’était  prépare  a  la  mort,  et  il  avait  fait  de   grandes   dévoPons.   Le   coup   porta   si   bien   que   La  Chataigneraie   ne   saisit   pas   le   moment   ou   Jarnac   s’était  totalement   découvert,   et   ou   li   eut   pu   le   transpercer.   Il  chancela...  Jarnac,  le  laissant  la,  traversa  la  lice  et  s’adressa  au  roi.  Il  met  un  genou  a  terre  :  ‘Sire,  je  vous  supplie  que  vous   m’esPmiez   homme   de   bien   !...   Je   vous   donne   La  Chataigneraie.   Prenez-­‐le,   Sire   !   Ce   ne   sont   que   nous  jeunesses  qui  sont  causes  de  tout  cela...  »  Mais  le  roi  ne  répondît  rien.  Le  roi  était  aussi  morne  que  le  blesse.  Tout  le  monde  voyait  que  la  vraie  parPe  de  Jarnac,  c’était  le  roi  et  que  rien  n’était  fait.  Ce  qui  surprit  le  plus,  c’est  que  le  roi   parut   oublier   parfaitement,   ou   plutôt   mépriser   son  grand   et   cher   ami.   Il   ne   lui   pardonna   pas   sa   défaite,   le  laissa   dans   l’agonie   sans   lui   donner   le   moindre   signe.   Le  malheureux   fut   si   exaspère   de   ce   dur   abandon,   qu’il  arracha  les  bandes  qu’on  me_ait  à  ses  plaies,  laissa  couler  le  sang  et  parvint  à  mourir.  •  Bien   des   choses   étaient   éclaircies,   et   bien   des   hommes,  jusquà   la   suspendus,   commencèrent   à   prendre   parP,  ayant   vu   la   cour   d’un   cote,   la   France   de   l’autre.   Tout   ce  qu’il  y  avait  de  pur,  de  fier,  dans  la  noblesse  de  province,  d’indomptable  et  de  noblement  pauvre,  fut  libre  des  ce_e  nuit.   Beaucoup   se   senPrent   protestants,   sans   savoir   ce  qu’était  le  protestanPsme.  Henri  II  
  7. 7. Portrait  de  Henri  II  et  de  Diane  de  Poi6ers  •  Quoique   grand,   fort   et   bien   taille,   Henri   II   n’était   nullement  élégant.  Son  teint,  sombre.  Espagnol,  faisait  penser  a  sa  capPvité,  rappelait  l’ombre  du  cachot  de  Madrid,  et  ses  grosses  épaules  en  portaient  encore  les  basses  voutes.  Visage  de  prison.  On  y  sentait  aussi  l’ennui  que  son  joyeux  père  avait  eu  de  faire  l’amour  avec  la  fille  du  roi  bourgeois,  la  bonne  et  triste  Claude.  Il  est  ne  saturnien.  •  L’audace  de  Diane  et  son  mépris  de  tout  senPment  public,  de  toute  opinion,   apparaissaient   en   une   chose,   c’est   qu’elle   s’était   fait  donner   un   procès   –   avec   qui   ?   Avec   toute   la   France   !   Elle   se   fit  donner   (sous   le   nom   de   son   gendre)   la   concession   vague,  effrayante,  de  toutes  les  terres  vacantes  du  royaume.  Un  quart  de  la   France   était   peut   être   ainsi   désert,   inoccupé,   vacant,   liPgieux.  Diane   spécula   habilement   sur   son   veuvage,   le   porta   haut,   se   fit  inaccessible,   mit   l’affiche   d’un   deuil   éternel.   Cela   lui   donna   le  dauphin,   qui   aimait   les   places   imprenables,   elle   le   tenta   par  l’impossible.  Et  elle  le  garda  comment  ?  En  envieillissant  pas.  Pour  digérer   et   rire,   elle   n’avait   ni   chien,   ni   nain,   ni   singe,   mais   le  cardinal  de  Lorraine,  un  garçon  de  20  ans,  fort  gai,  qui  lui  servait  de  femme   de   chambre   et   lui   contait   tous   les   scandales.   Le   meilleur  oreiller  de  la  grande  Senechale,  c’était  son  inPmité  avec  la  jeune  reine,  Catherine  de  Médicis.  Celle-­‐ci  lui  appartenait.  Comment  la  jeune  reine  s’était-­‐elle  a  ce  point  donnée  a  sa  rivale?  Pour  la  raison  très   forte   que   Diane   la   protégeait   de   l’aversion   de   son   mari,   qui  l’eut  100  fois  répudiée.  Diane  de  Poi@ers  
  8. 8. Catherine  de  Médicis  et  sa  progéniture  •  De  Catherine  de  Médicis  naquit,  Charles  IX,  le  furieux  de  la  Saint-­‐  Barthélemy.  Puis,   l’énerve,   Henri   III,   et   l’avilissement   de   la   France.   Purgée   ainsi,   féconde  d’enfants   malades   (François   II)   et   d’enfants   morts,   elle-­‐même   vieillit,   grasse,  gaie  et  rieuse,  dans  nos  effroyables  malheurs.  •  Catherine  est  bonne  mère,  mais  d’un  seul  fils.  Non  pas  de  Charles  IX,  mais  du  second,  Henri  d’Anjou,  le  seul  qui  lui  ressemble.  Elle  n’aimait  pas  Charles  IX.  L’inquiétait   et   lui   faisait   peur.   Ne   furieux,   il   avait   des   moments   de   sincérité.  Mais   elle   se   reconnaissait   et   se   mirait   dans   le   duc   d’Anjou,   pur   italien,   ne  femme,  avec  beaucoup  d’esprit  et  une  absence  étonnante  de  cœur.  La  Saint  Barthelemy  sorPt  surtout  de  la  fatale  concurrence  de  Henri  d’Anjou  et  de  Henri  de  Guise.  Tous  les  deux  finirent  mal  et  le  trône  passa  à  Henri  de  Navarre.    •  Charles  IX  pénétrait  fort  bien  Henri  III,  ce  mignon  de  Catherine,  avec  ses  airs  de  femme,   bracelets,   boucles   d’oreilles   et   senteurs   italiennes.   Un   trop   juste  insPnct   lui   disait   qu’en   ce   cadet,   docile,   doux   et   respectueux,   il   avait   son  danger,  sa  perte.  Et  c’était  trop  vrai  en  effet.  François  II  Charles  IX  Henri  III  François  D’Alençon  Duc  d’Anjou  
  9. 9. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Idéal   du   bon   gouvernement   et   construcPon   de  l’Etat  royal:  Le  précepteur  des  fils  d’Henri  II  et  de  Catherine  de  Médicis,  Jacques  Amyot    illustre  le  courant   de   pensée   dominant   pour   lequel   le  souverain  doit  offrir  un  modèle  moral  et  religieux  a   l’ensemble   du   corps   social.   Il   tente   ainsi   de  former  un  prince  philosophe,  digne  de  celui  que  Platon  avait  imagine  dans  la  République.  •  «   La   jusPce   déléguée   »   appartenait   a   des  tribunaux  ordinaires  reparPs  dans  le  royaume.  A  la  fin  du  règne  d’Henri  II,  on  comptait  ainsi  huit  parlements,  installes  a  Paris  Toulouse,  Grenoble,  Bordeaux,   Dijon,   Rouen,   Aix   et   Rennes.   Les  parlements  examinaient  en  appel  les  affaires  déjà  instruites   par   les   tribunaux   de   niveau   inferieur,  c’est-­‐a-­‐dire  par  les  sièges  présidiaux,  insPtues  en  1552.  la  volonté  de  réprimer  l’hérésie  explique  ce  renforcement  de  l’encadrement  local.    Jacques  Amyot  Jeune  Henri  III  
  10. 10. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Valois  contre  Habsbourg:  la  culture  de  la  guerre:  Entamée  au  tout  début  du  XVIème  siècle,  la  lu_e  entre   souverains   français   et   espagnols   pour   la  suprémaPe   en   Europe   occidentale   se   poursuivit  jusqu’en  1559.  Les  fronPères  du  Nord  et  de  l’Est  se  subsPtuent  a  l’Italie,  étant  devenues  le  champ  de   bataille   habituel   sur   lequel   le   souverain  pouvait   faire   preuve   de   ses   apPtudes  chevaleresques.  C’est  au  cours  de  ces  campagnes  contre   Charles   Quint   et   Philipe   II   que   se  formèrent   les   capitaines   qui,   quelques   années  plus   tard,   allaient   être   les   acteurs   de   premières  guerres  de  religion.    •  Philippe  II  concentra  ses  troupes  aux  Pays-­‐Bas,  et  il   obPnt   le   souPen   de   son   épouse,   la   reine  d’Angleterre,  Marie  Tudor,  qui  déclara  la  guerre  a  la  France  en  juin  1557.  A  Saint  QuenPn,  on  assista  a   la   plus   cuisante   défaite   française   depuis   la  bataille  de  Pavie.    •  La   contre-­‐a_aque   fut   confiée   a   François   de  Lorraine,  duc  de  Guise,  qui  fut  nomme  lieutenant  général  la  même  année.  Il  parvint  a  repousser  les  Espagnols.  Il  s’empara  ensuite  de  Calais  en  1758.  Philippe  II  Marie  Tudor  
  11. 11. Marie  Tudor  «  La  sanglante  »  •  La  mort  d’Edouard  VI  met  sur  le  trône  d’Angleterre  la  catholique  Marie,  qui  se  donne  a  l’Espagne,  a  Charles-­‐Quint  et  a  Philippe  II  son  fils.  Vieille  fille  et  fille  d’Henri  VIII,  Aragonaise  de  mère,  acre  de  passions  retardées,  la  pePte   femme,   maigre   et   rouge,   va   droit,   sans   avoir  peur   de   rien.   Le   vrai   pape,   c’est   le   roi   d’Espagne,   le  restaurateur   de   la   foi   en   Angleterre.   C’est   pour   lui  qu’on   priait   dans   toutes   les   églises,   pour   lui   que   les  Jésuites  et  les  moines  travaillaient  partout.    •  Nous   reprenons   Calais,   perdu   depuis   210   ans.  L’Angleterre  pleure  de  rage  ;  la  France  est  ivre  et  folle.  Elle   ne   se   souvient   plus   de   sa   grande   défaite.   Cet  heureux  coup  de  main  a  fait  tout  oublier.  Le  bizarre  et  l’ina_endu,  c’est  que  Guise,  l’épée  du  parP  catholique,  par   son   succès,   refait   l’Angleterre   protestante.   Marie  reçut  cet  horrible  coup  de  Calais,  honte  naPonale  que  l’Angleterre  lui  mit  comme  une  pierre  sur  le  cœur.  Elle  n’y   survécût   guère,   et   mourut   conspuée   du   peuple,  laissant   le   trône   a   celle   qu’elle   haïssait   a   mort,   la  protestante  Elisabeth  (1558).  
  12. 12. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  A   Cateau-­‐Cambresis,   une   double   paix   fut  finalement   conclue   les   2   et   3   avril   1559.   le  premier  jour,  elle  concernait  les  rois  de  France  et  d’Angleterre.  Le  lendemain,  la  paix  entre  les  rois  de  France  et  d’Espagne  était  signée.    •  DesPnes  a  sceller  la  paix,  deux  mariages  étaient  prévus.  Le  premier  entre  Philippe  II  et  Elisabeth  de  Valois  (que  les  Espagnols  appellent  Isabelle),  la   fille   ainée   d’Henri   II   et   de   Catherine   de  Médicis.   Philippe   était   déjà   veuf   pour   la  seconde   fois   depuis   la   mort   de   la   reine  d’Angleterre,   Marie   Tudor.   La   princesse  française  n’avait  alors  que  treize  ans.    •  La   seconde   alliance   concernait   Emmanuel-­‐Philibert   de   Savoie   et   la   sœur   d’Henri   II,  Marguerite,  laquelle  obPnt  en  dot  le  duché  de  Berry.   Embellies   par   les   souvenirs   des  genPlhomme,   les   guerres   avec   l’Espagne,   et  spécialement   les   guerres   italiennes,   allaient  passer   a   la   postérité   sous   la   forme   d’un  mythique   «   théâtre   d’honneur   »,   pour  reprendre  la  belle  expression  de  La  Popeliniere.    Henri  II  et  Philippe  II  au  traite  de  Cateau-­‐Cambresis  
  13. 13. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  «   La   grande   perte   et   désolaPon   de   la   pauvre  France   »   :   La   mort   de   Henri   II   (1559):   La   paix  devait   perme_re   aux   deux   monarques   de   se  consacrer  a  la  répression  religieuse.  Philippe  II  assista   ainsi   a   un   spectaculaire   autodafé   a  Valladolid,  tandis  que  le  2  juin,  Henri  II  publia  les  le_res  patentes  d’Ecouen  qui  renforçaient  la  lu_e  contre  l’hérésie.    Autodafé  de  Valladolid  Tournoi  de  la  rue  Saint-­‐Antoine  
  14. 14. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Pendant  6  jours,  on  servit  le  repas  comme  s’il  s’agissait  d’un  être  vivant.  Ce  rituel  surprenant,  établi  a  la  mort  de  François  Ier,  s’inspirait  d’un  modèle  romain:  lors  de  ses  funérailles,   une   effigie   de   l’empereur   SepPme   Sévère  avait  été  en  effet  réalisée,  que  des  esclaves  servaient.    •  Le   souvenir   d’Henri   II   fut   entretenu   pieusement   par   sa  veuve,   Catherine   de   Médicis,   qui   ne   qui_a   jamais   ses  vêtements   de   deuil.   Elle   commanda   un   tombeau  magnifique  au  sculpteur  Germain  Pilon.    •  Les   Guises   au   pouvoir;   le   temps   des   conversions:   Le  nouveau   souverain,   François   II   (1544-­‐1560)   était   un  adolescent   maladif.   Le   processus   de   désacralisaPon   de  l’autorité  monarchique  s’accéléra  sous  son  règne.    •  Des  son  avènement,  le  jeune  roi  confia  l’autorité  au  duc  de  Guise  et  au  cardinal  de  Lorraine,  les  oncles  maternels  de  sa  femme,  Marie  Stuart.    •  Au  même  moment,  les  conversions  se  mulPplient  dans  la  noblesse.   Calvin   commençait   a   entretenir   des   contacts  épistolaires  avec  l’aristocraPe  française.    •  Louise   de   Montmorency,   la   sœur   de   connétable,  consPtue  le  prototype  de  ces  grandes  figures  féminines  de  la  Reforme.  Grace  a  elle,  la  maison  de  Montmorency  put   jouer   un   rôle   d’interface   entre   les   sensibilités  religieuses.    Tombeau  d’Henri  II  par  Germain  Pilon  Château  de  Tanlay,  Louise  de  Montmorency  
  15. 15. Un  mariage  éphémère:  François  II  et  Marie  Stuart  •  François   II   et   sa   jeune   reine   Marie   Stuart   faisaient   un   grand  contraste.  C’était  un  pePt  garçon  qui  ne  prit  sa  croissance  que  6  mois   après.   La   beauté   de   Marie   Stuart,   célébrée   par   les  contemporains,   était   la   moindre   encore   de   ses   puissances.  Etonnamment   instruite   par   les   livres,   les   choses   et   les   hommes,  poliPque  a  10  ans,  a  15  elle  gouvernait  la  cour,  enlevait  tout  de  sa  parole,   de   son   charme,   troublait   les   cœurs.   L’Etat   tombait  fatalement   aux   mains   conservatrices   par   excellence,   qui  répondaient   le   mieux   de   cet   individu,   aux   mains   de   la   mère,  Catherine  de  Médicis.  Une  étrangère  allait  régir  la  France.  •  A   peine   Marie   Stuart   fut   elle   reine,   a   18   ans,   qu’elle   devint   la  gouvernante  et  la  surveillante  d’une  femme  de  50  ans  qui  lui  avait  servi  de  mère.  On  savait  en  effet  que  Catherine,  sous  main,  dans  les   rares   échappées   qu’elle   avait   eues,   elle   adressait   de   bonnes  paroles  aux  reformes.  Marie  Stuart  
  16. 16. Portrait  de  Calvin  •  Calvin   était   un   travailleur   terrible,   avec   un   air   souffrant,  une   consPtuPon   misérable   et   débile,   veillant,   se  consumant,  ne  disPnguant  ni  nuit  ni  jour.  Lyon  faisait  du  tort  à  Genève.  La  déchéance  du  commerce  avait  éveille  a  Genève  un  esprit  de  résistance  poliPque  contre  le  prince  évêque  et  le  duc  de  Savoie.  Les  martyrs,  à  leur  dernier  jour,  se  faisaient  une  consolaPon,  un  devoir  d’écrire  à  Calvin.  Ils  n’auraient   pas   qui_e   la   vie   sans   remercier   celui   dont   la  parole  les  avait  menés  a  la  mort.  
  17. 17. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Tensions  et  temporisaPon:  Choquée  par  la  violence  de  la  répression   du   coup   du   château   d’Amboise,   le   reine  commença  a  s’éloigner  des  Guises.  Catherine  de  Médicis  organisa   alors   une   assemblée   chargée   d’élaborer   un  projet  de  réconciliaPon,  réunie  a  Fontainebleau.    •  La   régente,   le   chancelier   et   la   réinvenPon   des   Etats  Généraux:   Age   de   seulement   10   ans,   le   nouveau  souverain,  Charles  IX,  était  mineur.  De  décembre  1560  a  janvier   1562,   la   régente   et   son   chancelier,   Michel   de  L’Hospital,  expérimentèrent  une  poliPque  de  conciliaPon  qui   abouPt,   non   sans   mal,   a   la   publicaPon   du   premier  édit  de  tolérance.    •  Pour   régler   les   différends,   la   reine   et   son   ministre  comptaient   sur   le   dialogue   et   la   concertaPon.   C’est  pourquoi  ils  convoquèrent  les  Etats  Généraux  a  Orléans.  Un  édit  très  libéral  accorda  «  de  facto  »  la  liberté  de  prier  en  prive,  autrement  dit  la  liberté  de  conscience.    •  Les  disposiPons  prises  par  la  reine  et  son  rapprochement  avec   les   Bourbons,   Navarre   et   Conde,     provoquèrent  l’indignaPon   de   plusieurs   grands   seigneurs   catholiques.  Le   duc   de   Guise,   le   connétable   de   Montmorency   et   le  maréchal  de  Saint-­‐André  s’engagèrent  solennellement  a  défendre  la  religion  tradiPonnelle.    La  répression  de  la  conspira@on  d’Amboise  Etats  Généraux  d’Orléans  
  18. 18. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Les   difficultés   de   la   conciliaPon:   Alors   que   la   reine  essayait  de  trouver  une  voie  pacifique  a  la  situaPon,  les  huguenots   s’exprimaient   avec   une   violence   croissante.  Ce  fut  le  début  d’un  grand  mouvement  d’occupaPon  des  églises   et   de   destrucPons   iconoclastes   qui   concerna  d’abord  le  sud  a  la  France:  les  figures  des  saints  étaient  muPlées  et  les  croix  brisées.    Massacre  du  Triumvirat  d’Antoine  Caron.  L’imaginaire  du  massacre  hantait  les  esprits  au  temps  des  premières  guerres  de  Religion.  
  19. 19. La  crise  de  la  monarchie  de  la  Renaissance  •  Le  Colloque  de  Poissy:  l’échec  de  la  réunion  dogmaPque:  Pour  les  Calvinistes,  l’ouverture  du  colloque  était  en   soi   un   succès,   car,   pour   la   première   fois,   ils   se   voyaient   autorises   a   exposer   publiquement   les  fondements   de   leur   foi.   Mais   a   Poissy,   les   discussions   achoppèrent   sur   le   problème   de   l’eucharisPe,  apparaissant  comme  le  premier  marqueur  confessionnel.    •  L’édit  de  Janvier:  l’invenPon  de  la  tolérance  (1562):  Le  colloque  de  Poissy  marquait  l’échec  de  la  concorde  religieuse.  C’est  pourquoi  la  reine  mère  et  le  chancelier  allaient  s’orienter  désormais  dans  la  voie  de  la  tolérance  civile.  La  reine  mère  réunit  ainsi  une  nouvelle  assemblée  a  Saint-­‐Germain-­‐en-­‐Laye,  de  janvier  1562.    •  L’édit  de  Janvier  imposait  l’Etat  royal  comme  le  protecteur,  mais  aussi  comme  le  surveillant,  des  Eglises  calvinistes.  Mais  le  Parlement  refusait  toujours  obsPnément  d’enregistrer  l’édit.    Il  fint  par  obtempérer.  Mais  a  ce  moment,  la  guerre  civile  avait  déjà  commence.    Catherine  de  Médicis  et  son  fils,  le  jeune  Charles  IX  
  20. 20. Les  Jésuites  et  l’intrigue  espagnole  •   Les  Jésuites  sont  un  ordre  essenPellement  espagnol,  qui   n’a   très   longtemps   que   des   généraux   espagnols.  L’Espagne  envahie  par  l’épée,  le  roman,  la  police.  Lire  des  romans,  les  écouter,  en  faire,  c’est  le  fond  de  l’âme  espagnole.  Et  la  France  au  roman  opposa  la  poésie.  La  poésie  du  cœur,  la  grandeur  des  martyrs,  les  lu_es  et  les   fuites   héroïques,   les   lointaines   migraPons,   les  hymnes  du  désert  et  les  chants  du  bucher.  •  La  vie  noble  pour  toute  l’Europe,  ce  fut  peu  a  peu  la  vie  Espagnole,   le   loisir,   la   noble   paresse.   L’or   d’Amérique  semble  détruire  ce  qui  reste  d’acPvité  en  Espagne.  Le  génie   romanesque,   qui   est   la   tendance   naPonale,  n’osait,   devant   l’InquisiPon,   prendre   l’essor   dans   les  choses   religieuses.   Mais   voici   un   maPn   ce   hardi  Biscaïen   (Loyola)   qui   lui   ôte   la   bride,   qui   dit   a   ces  rêveurs  affames  de  romans  ;  «  Rêvez,  imaginez  !  »  et  qui  leur  en  fait  un  point  de  dévoPon.  L’âme  s’édifie  par  l’imaginaPon   et   l’invenPon   anecdoPque   ;   en  recherchant  en  soi  les  aventures  probables  qui  ont  pu  se   passer   sur   le   terrain   des   Evangiles.   Enorme  accroissement   du   moi   de   la   personne   humaine   !   Le  pécheur   est   si   peu   embarrasse,   si   peu   humilie   qu’il  dialogue  avec  son  juge.  Ignace  de  Loyola  Page  des  Exercices  spirituels  
  21. 21. Les  deux  cancers  qui  rongent  l’Espagne  •   Deux  cancers  rongeaient  l’Espagne  :  la  vie  noble,  l’idée  catholique.   La   première   desséchait   l’industrie,  méprisait   le   commerce,   annulait   l’agriculture.   La  seconde  mulPpliait  les  moines,  étendait  chaque  jour  la  police   de   l’InquisiPon   ;   mais   peu   a   peu   ce_e   police  rencontrait   le   désert.   Les   Juifs   manquaient   aux  flammes,   les   protestants   manquaient.   L’InquisiPon  affamée,   cherchait   au   loin.   La   France   présentait   un  grand  contraste  avec  l’Espagne.  Ruinée  d’argent,  il  est  vrai,  elle  surabondait  de  force.  Une  pléthore  maladive  se  montrait  dans  la  violence  des  parPs.  
  22. 22. Une  crise  collec6ve  pour  les  Français  •  Les   hôpitaux   regorgent   de   malades,   les   gens   mangent   n’importe   quoi,  souffrent   de   maladies   intesPnales,   périssent   d’inaniPon   ;   les   femmes,  lorsqu’elles  sont  enceintes,  perdent  leur  fruit  et,  du  fait  de  la  faiblesse  de  leur   organisme,   ne   peuvent   plus   concevoir.   La   mortalité   creuse   un   trou  béant  dans  la  populaPon  jusqu’à  sans  doute  plus  d’un  million  de  morts.  •  Dans   les   toutes   premières   années   du   XVIe   siècle,   les   paysans,   immense  majorité  de  la  populaPon,  possèdent  l’essenPel  des  terres  du  royaume.  Ce  sont  des  tenures  consolidées  sur  lesquelles  pèsent  des  droits  seigneuriaux  plus  ou  moins  lourds  selon  les  régions.  •  La   guerre   a   l’état   endémique   ou   patent   exige   des   paysans   des   dépenses  inhabituelles   telles   que   la   mise   en   défense   du   village,   la   nourriture   et   le  logement  des  gens  de  guerre  appartenant  ou  non  aux  armées  régulières.  Elle   désorganise   les   foires   et   les   marches,   favorise   les   pillages   et   les  destrucPons,  contribue  à  la  hausse  des  prix.  •  On   voit   l’appariPon   d’une   couche   nouvelle   de   culPvateurs   sans   terre,   les  journaliers  et  les  manoeuvriers.  C’est  essenPellement  les  manœuvres  et  les  gagne-­‐deniers   payes   à   la   tache   plus   que   les   compagnons   relaPvement  protégés   par   leur   salaire   en   nature.   Et   l’on   assiste   à   une   résistance   de  l’impôt   de   l’Eglise.   Paysans,   fuyant   la   famine   a   la   ville,   ils   ne   regagnent  jamais  leurs  terres.  Compagnons,  manœuvres,  gagne-­‐deniers  au  chômage,  ils  mendient,  vagabondent,  prêts  a  toutes  les  aventures...  La  démographie  française   explosive   serait   responsable   avec   la   crise   économique   de   ces  excès  juvéniles.  •  Le  traite  de  Cateau-­‐Cambrésis,  signe  en  1559  entre  la  France  et  l’Espagne,  démobilise  des  milliers  de  genPlshommes  et  plus  encore  de  soldats.  Ils  ne  peuvent  retourner  paisiblement  à  la  condiPon  de  civils.  
  23. 23. La  paix  impossible  •  Contrairement  aux  a_entes  de  Catherine  de  Médicis,  l’édit  de  Janvier  allait  être  suivi  d’une  explosion  de  violence.  Pour  les  catholiques,  c’est  bien  ce_e  mesure  de  tolérance  qui  aurait  déclenche  les  troubles.    •  Le  coup  de  force  des  Guises  et  le  soulèvement  de  Conde:  A  parPr  de  1562,   les   tensions   entre   communautés   allaient   céder   le   pas   a   de  véritables  engagements  militaires.    •  Ronsard:    «Morte  est  l’autorité:  chacun  vit  a  sa  guise    Au  vice  dérègle  la  licence  est  permise,    Le  désir,  l’avarice  et  l’erreur  insensée    Ont  sens  dessus  dessous  le  monde  renverse.  »  •  La  maison  de  Lorraine  ne  tarda  pas  a  s’imposer  comme  le  fer  de  lance  de  la  contre-­‐a_aque  catholique.    •  Le   prince   de   Conde   lança   un   appel   a   la   mobilisaPon   des   Eglises  reformées,  puis  il  qui_a  Paris  pour  Meaux.  Les  premières  opéraPons  se   déroulèrent   dans   la   vallée   de   la   Loire.   Quelques   centaines   de  Huguenots   s’emparèrent   du   château   de   Tours.   «Il   faut   aba_re   la  tyrannie  des  Guises,  du  connétable  de  Montmorency  et  du  maréchal  de   Saint-­‐André,   pour   rétablir   le   gouvernement   selon   l’ordre   et   la  jusPce.  »  Conde  présente  son  acPon  comme  un  combat  pour  le  bien  commun.    Louis  Ier  de  Bourbon,    Prince  de  Conde  
  24. 24. La  paix  impossible  •  Les   deux   violences:   La   prise   d’armes   huguenote   se   doubla   d’une  grande   offensive   iconoclaste.   Des   dizaines   de   sanctuaires   furent  profanes.   Les   croix   étaient   parPculièrement   visées.   Les   marques   du  culte   royal   étaient   une   autre   cible   pour   les   Huguenots.,   qui  contestaient  la  dimension  sacrale  du  pouvoir  monarchique.    •  Tandis   que   les   huguenots   s’emparaient   de   nombreuses   cites   et   se  livraient   dans   l’ensemble   a   une   violence   raisonnée,   voire  «  pédagogique  »;  les  catholiques  réagissaient  par  une  violence  totale,  desPnée  a  laver  enPèrement  le  corps  social  de  l’impureté  héréPque.        
  25. 25. La  paix  impossible  •  Les  armées:  Les  armées  huguenotes  étaient  improvisées  dans  l’urgence.  Les  troupes  furent  placées  sous  l’autorité  du   «   protecteur   général   des   églises   reformées   »     qui  n’était   autre   que   Conde.   L’infanterie   y   jouait   un   rôle  prépondérant.    •  Très  tôt,  les  rebelles  cherchèrent  des  appuis  auprès  des  princes   étrangers,   Elisabeth   d’Angleterre,   l’électeur   du  palaPn,  Fréderic  III.  •  De   son   cote,   le   roi   pouvait   reposer   sur   les   soldats  ordinairement   a   sa   solde.   Le   connétable   et   les   quatre  maréchaux   de   France   étaient   a   la   tête   des   troupes  terrestres.  On  levait  des  compagnies  temporaires  dites  de  chevau-­‐légers.  A  la  différence  des  troupes  huguenotes,  les  armées  royales  étaient  assez  bien  pourvues  en  arPllerie.  L’armée   royale   bénéficiait   également   du   souPen   des  princes  étrangers.  Le  pape  et  le  duc  Emmanuel-­‐Philibert  de  Savoie  fournirent  des  conPngents  de  cavaliers.    •  Au   début   des   guerres   de   Religion,   la   tacPque   accordait  toujours  a  la  cavalerie  lourde  le  rôle  d’arme  de  choc.  Mais  les  autres  comba_ants  s’imposaient  comme  des  axillaires  indispensables.   Armes   de   pistolet,   les   reitres   étaient  charges   d’empêcher   l’ennemi   de   se   reformer.   Les  arquebusiers  comba_ant  en  «  enfants  perdus  »,  étaient  uPlises  pour  harceler  l’adversaire,  tandis  que  les  piquiers  protégeaient  l’arPllerie.  •  Sièges   et   blocus   étaient   également   nombreux,   car   les  huguenots,  souvent  inferieurs  en  nombre,  se  refugiaient  derrière  les  murailles  des  villes  en  a_endant  les  secours  extérieurs.    
  26. 26. La  paix  impossible  •  Les   étapes   de   guerre:   Rouen,   Dreux,   Orléans:   La   première   grande  rencontre   militaire   des   guerres   de   Religion   eut   lieu   près   de   Dreux.  Apres   ce_e   victoire,   le   duc   de   Guise,   le   plus   presPgieux   des   chefs  catholiques,  fut  reçu  en  héros  a  Paris,  une  nouvelle  fois  après  la  prise  de  Calais.  Désireux  de  porter  un  coup  décisif  aux  huguenots,  le  duc  de  Guise   décida   de   s’emparer   de   leur   principale   place   forte,   Orléans.  Mais  mortellement  blesse  lors  d’une  tentaPve  d’assassinat,  François  de  Guise  rendit  l’âme.    •  Pour  la  maison  de  Lorraine  et  bon  nombre  de  catholiques,  le  doute  n’était  pas  permis:  l’amiral  de  Coligny  était  bien  le  commanditaire  de  ce   lâche   assassinat.   La   mort   du   duc   de   Guise   allait   transformer  l’affrontement   en   une   vende_a   familiale   opposant   les   maisons   de  Lorraine-­‐Guise  et  de  Coligny-­‐ChaPllon.      François  de  Guise  
  27. 27. La  paix  impossible  •  La  première  paix  de  religion  (1563):  A  l’issue  d’une  année  d’hosPlités,  les  parPs  étaient  épuises  et  ils  avaient  perdu  leurs  principaux  chefs,  Navarre,   Saint-­‐André   et   Guise   avaient   disparu;   Montmorency   et  Conde  étaient  prisonniers.  L’édit  d’Amboise,  signe  en  1573,  entérina  les   disposiPons   de   la   paix,   et   il   devait   fournir   de   modèle   pour   la  plupart  des  édits  de  tolérance  a  venir.    •  Tout  d’abord,  la  liberté  de  conscience  et  de  culte  étaient  accordées  aux  seigneurs  haut  jusPciers.  Pour  les  personnes  ordinaires,  l’exercice  du  culte  n’était  permis  que  dans  les  faubourgs  d’une  ville  par  baillage.  La  liberté  de  conscience  était  accordée  a  tous  les  sujets  du  roi.  Les  huguenots  devaient  resPtuteur  les  églises  et  les  biens  ecclésiasPques  saisis.    •  La  première  guerre  et  la  première  paix  de  religion  ont  donne  un  coup  fatal   a   l’extension   de   la   Reforme   en   France.   La   paix   d’Amboise  consPtuait   en   effet   un   recul   certain   par   rapport   a   l’édit   de   Janvier.  Calvin  dénonça  d’ailleurs  ce_e  paix  qui  avait  sacrifie  le  protestanPsme  populaire.    •  La   réconciliaPon   entre   catholiques   et   huguenots   fut   scellée   par   les  armes  lors  de  la  campagne  menée  contre  Le  Havre.  Adversaires  de  la  veille  encore,  Conde  et  le  connétable  menèrent  le  combat  contre  un  ennemi   commun:   l’Anglais.   Le   comte   de   Warwick,   chef   du   groupe  expédiPonnaire   envoyé   par   la   reine   Elisabeth,   finit   par   déposer   les  armes  en  juillet,  après  que  son  armée  eut  été  décimée  par  la  peste.      Château  d’Amboise  
  28. 28. La  paix  impossible  •  Coexister  dans  l’intolérance:  Dans  certaines  villes,  le  culte  reforme   fut   établi   sans   trop   de   difficulté.   A   Lyon,   les  huguenots   allaient   bénéficier   de   trois   temples   ou   ils  pourraient  célébrer  leurs  offices.    •  «  Par  la  piète  et  la  jusPce  »:  le  moment  du  tour  royal  de  France:  La  cour  qui_a  Paris  le  24  janvier  1564.  le  tour  de  France  offrit  de  nombreuses  occasions  de  me_re  en  scène  la   culture   chevaleresque   qui   structurait   l’imaginaire   de  cour.  •  Le  grand  travail  de  restauraPon  de  l’harmonie  donna  lieu  a   la   rédacPon   de   plusieurs   textes   de   loi.   C’est   a   ce_e  occasion   quon   décida   que   les   années   commenceraient  désormais   le   1er   janvier,   et   non   plus   a   Pâques,   comme  c’était  le  cas  jusqu’alors,  ce  qui  posait  quelques  problèmes  de  date  puisque  ce_e  date  était  mobile.    •  La   reine,   Catherine   de   Médicis,   décida   également  d’accorder  a  ses  deux  plus  jeunes  fils  de  grands  apanages.  Henri  reçut  le  duché  d’Anjou,  et  François,  duc  d’Alençon.  Les   apanages   reviendraient   a   la   couronne   si   les   princes  mouraient  hériPers.    •  Le  théâtre  de  la  lu_e  contre  Satan:  L’établissement  de  la  paix  a  permis  au  clergé  de  me_re  en  œuvre  des  stratégies  de   reconquête   des   consciences.   La   compagnie   de   Jésus,  approuvée   par   la   pape   en   1540,   parPcipa   acPvement   a  ce_e   entreprise.   Ils   créèrent   des   collèges   qui   uPlisaient  une   pédagogie   nouvelle   fondée   sur   les   disciplines  humanistes   et   sur   l’émulaPon,   que   dispensaient   des  maitres  très  bien  formes.      
  29. 29. La  paix  impossible  •  Le   clergé   lança   alors   une   spectaculaire   opéraPon   d’acPon  conjuratoire.  Ce_e  spectaculaire  mise  en  scène  du  combat  de  l’Eglise  contre   Satan   fournissait   un   ouPl   de   reconquête   pour   le   clergé,   qui  désignait  les  huguenots  comme  le  châPment  envoyé  par  Dieu  pour  le  péché  des  hommes.    •  La   prise   d’armes   huguenote   (1567):   Une   levée   de   6000   Suisses   fut  effectuée  par  le  roi,  que  les  troubles  des  Pays-­‐Bas  inquiétaient,  ce  qui  renforça   le   malaise   des   huguenots.   En   juillet,   les   seigneurs  protestants  qui_èrent  la  cour.    •  L’inquiétude   des   Parisiens   était   extrême.   Conde,   qui   se   savait  incapable  d’emporter  la  ville,  espérait  obliger  Charles  IX  a  lui  accorder  une   nouvelle   paix   plus   avantageuse.   L’armée   royale,   aux   ordres   du  connétable  Anne  de  Montmorency,  finit  par  sorPr  de  Paris.  Alors  qu’il  avait  plus  de  70  ans,  le  connétable  était  reste  fidèle  jusquà  la  mort  a  sa  fouge  chevaleresque.  Prisonnier  a  Pavie  en  1525,  a  Saint-­‐QuenPn  en  1557,  puis  a  Dreux  en  1562,  il  avait  comba_u  jusqu’à  la  mort  a  Saint-­‐Denis.    •  Les   exploits   du   duc   d’Anjou:   La   paix   fut   très   mal   acceptée   par   les  catholiques,  qui  esPmaient  qu’elle  trahissait  leur  victoire  militaire.  Le  pouvoir  royal  décida  de  me_re  fin  a  la  tolérance  religieuse.    Anne  de  Montmorency  
  30. 30. La  paix  impossible  •  Charles   IX   faisait   la   démonstraPon   solennelle   de   son   engagement  comme   Roi   très   ChréPen   service   de   la   défense   du   catholicisme.   Le  temps   de   la   tolérance   paraissait   révolu,   et   la   reconquête   de   l’unité  allait   se   faire   par   les   armes.   La   reprise   des   troubles   fut   fatale   a  l’influence  conciliatrice  de  Michel  de  L’Hôpital.    •  Les   huguenots   considéraient   désormais   La   Rochelle   comme   leur  véritable  capitale  et  c’est  la  que  les  chefs  calvinistes  se  rassemblèrent.  Apres  Coligny  et  Conde,  ce  fut  le  tour  de  Jeanne  d’Albret  et  de  son  jeune  fils,  Henri  de  Navarre,  de  s’y  installer.    •  A  Jarnac,  blesse,  le  prince  de  Conde  s’apprêtait  a  se  rendre  quand  il  fut   exécuté   par   un   officier   du   duc   d’Anjou.   Il   est   probable   que  Monsieur   ait   décide   de   ce_e   mise   a   mort,   car   il   considérait   Conde  comme  un  traitre  et  espérait  que  le  parP  huguenot  ne  se  reme_rait  pas  de  la  dispariPon  de  son  chef.    •  Les   armées   se   rencontrèrent   une   nouvelle   fois,   en   1569,   a  Moncontour,   dans   le   nord   du   Poitou.   Les   Suisses   ne   firent   pas   de  quarPer  aux  Allemands.  La  bataille  de  Moncontour  fut  la  plus  sévère  des  défaites  huguenotes.    •  Dans   les   rangs   protestants   se   trouvaient   désormais   deux   jeunes  princes  du  sang:  Henri  de  Conde,  Henri  de  Navarre.  La  rencontre  se  déroula  a  Arnay-­‐le-­‐Duc,  en  Bourgogne.  Pour  la  première  fois,  Coligny  fit  charger  ses  cavaliers  en  plusieurs  escadrons  et  non  plus  en  haie,  une  tacPque  plus  tard  reprise  par  Henri  de  Navarre.  Les  royaux  furent  défaits.  Jeanne  d’Albret  
  31. 31. La  paix  impossible  •  «   La   paix   boiteuse   et   mal  assise   »   (1570):   L’édit   de   Saint-­‐Germain-­‐en-­‐Laye,   promulgue   le  8   aout   1570,   était   assez  favorable   aux   reformes.   Leur  culte   était   autorise   chez   les  seigneurs   hauts   jusPciers.   Il  restait  cependant  interdit  a  Paris  et   a   dix   lieues     a   la   ronde,  comme   dans   les   lieux   de   séjour  de   la   cour.   Les   huguenots  recevaient   quatre   places   de  sûreté   pour   deux   ans:   La  Rochelle,  Montauban,  Cognac  et  La  Charité-­‐sur-­‐Loire.    •  La   paix   de   Saint-­‐Germain   fut  difficilement   acceptée   par   les  c a t h o l i q u e s   l e s   p l u s  intransigeants.   L’ambassadeur  espagnol   Alava   n’hésita   pas   a   la  qualifier   de   «   paix   de   Diable   ».  Les   protestants   ironisaient   en   la  qualifiant   de   «   paix   boiteuse   et  mal   assise   »,   parce   qu’elle   avait  été   négociée   par   un   capitaine  boiteux.    
  32. 32. Le  traite  de  Saint  Germain  •  Jai   souvent   reconnu   chez   les   hommes   de  race   un   certain   art   dappuyer   par   le  contraste   lexpression   de   leur   pensée:  d i s a n t   c o u r t o i s e m e n t   l e s   p i r e s  imperPnences,   donnant   amicalement   les  ordres   les   plus   impérieux,   affirmant   avec  respect   leur   complète   indépendance   et  leur   volonté.   Dun   cote   on   voulait   une  France   catholique   a   demi   huguenote,   de  lautre   une   France   huguenote   a   demi  catholique.   Comment   sur   le   fond   ne   se  serait-­‐on  pas  accorde,  pourvu  que  la  forme  fut  laissée  hors  de  cause?  •  Seul  un  équilibre  instable  pouvait  être  crée  entre   ces   deux   forces   égales,   et   encore,  cétait  jonglerie.  Nous  ~mes  la  du  travail  de  dentelle   diplomaPque.   Aucun   traite   de  lespece   na   jamais   dure.   Ceux   qui   se  prolongent   sont   ceux   quun   vainqueur  impose  a  un  vaincu.  
  33. 33. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  Apres   avoir   accorde   aux   Calvinistes   une   liberté   de   culte  contrôlée   et   des   places   de   sureté,   la   reine   mère   tenta   de  sceller  la  réconciliaPon  entre  les  parPs  par  une  spectaculaire  union  entre  sa  fille  Marguerite,  et  le  jeune  roi  de  Navarre.    •  Le  rêve  d’harmonie:  Catherine  protégeait  le  peintre  Antoine  Caron  (1521-­‐1599).    L’harmonie  retrouvée  d’Antoine  Caron  
  34. 34. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  Autour  du  roi  chasseur:  La  grande  passion  de  Charles  IX  était  la  chasse.  Il  prenait  souvent  plaisir  a  «  faire  du  fol  »  dans  son  palais,   et   certaines   nuits   il   s’amusait   même   a   réveiller   les  genPlshommes  et  les  demoiselles  a  coups  de  fouet!  •  Pendant  que  le  roi  chassait,  son  frère  s’a_achait  a  renforcer  son  rôle  poliPque.  Henri  d’Anjou  a  fait  preuve  de  ses  qualités  de  soldat  lors  des  campagnes  de  Jarnac  et  de  Moncontour.    •  Catherine   s’employa   a   marier   Henri   a   la   reine   Elisabeth.   Le  projet  fut  bat  en  1571,  mais  le  duc  d’Anjou  avait  peu  de  gout  pour  ce_e  souveraine  qui  avait  presque  le  double  de  son  âge  et  qui  venait  de  surcroit  d’être  excommunie  par  le  pape  Pie  V.    •  Les  tensions  avec  l’Espagne:  la  crise  néerlandaise:  Depuis  les  années   1529,   le   protestanPsme   s’était   bien   implante   dans  ce_e  parPe  de  l’empire  espagnol  qu’étaient  les  Pays-­‐Bas,  et  la  répression  avait  été  parPculièrement  féroce.    •  Appelée  «  année  des  merveilles  »  (Wonderjaar),  l’année  1566  vit  s’élever  une  immense  vague  iconoclaste.  Le  duc  d’Albe,  le  plus  inflexible  des  princes  casPllans,  qui_a  l’Espagne  en  1567,  muni  des  pleins  pouvoirs.    •  Des   qu’ils   avaient   pose   les   armes,   plusieurs   capitaines  huguenots   souhaitaient   s’engager   auprès   de   leurs  coreligionnaires.   Une   troupe   levée   en   France   par   Louis   de  Nassau   s’empara   de   Mons,   tandis   que   François   de   la   Noue  gagnait  Valenciennes,  a  la  tête  de  400  hommes.    Charles  IX   Henri  d’Anjou,  futur  Henri  III  Le  duc  d’Albe.  
  35. 35. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  Paris,  capitale  catholique:  Les  huguenots  ont  toujours  été  très  minoritaires  a  Paris,  leur  culte  restait  prohibe  dans  la  capitale  même  en  période  de  paix.  La  rive  gauche  accueillait  la  plupart  des   protestants,   a   tel   point   que   le   faubourg   Saint-­‐Germain  avait  acquis  la  réputaPon  d’une  «  pePte  Genève  ».    •  Les  illusions  de  l’amour:  C’est  dans  ce  contexte  que  Catherine  de  Médicis  décida  de  célébrer  les  noces  de  sa  plus  jeune  fille,  Marguerite,  avec  le  protestant,  Henri  de  Navarre.  Les  jeunes  gens   avaient   le   même   âge,   19   ans.   Le   roi   de   Navarre   entra  dans   Paris   le   8   juillet   en   compagnie   de   700   a   800  genPlshommes  huguenots  tout  de  noir  vêtus.    •  La  grande  exécuPon:  Aux  calvinistes  scandalises  qui  criaient  vengeance   pour   la   tentaPve   de   meurtre   de   l’amiral   de  Coligny,  Charles  IX  allait  prome_re  de  faire  jusPce.  Il  rendit  visite  a  l’amiral  et  chargea  son  chirurgien,  Ambroise  Pare,  de  le  soigner.    Gaspard  de  Coligny  Marguerite  de  Valois,  La  reine  Margot  
  36. 36. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  La   première   phase   meurtrière   s’est  déroulée  vers  4  heures  du  maPn.  Dans  les  heures  qui  suivirent,  le  duc  d’Anjou  parcourut  la  ville  avec  les  gardes  qu’il  avait   pu   rassembler   pour   veiller   au  déroulement   des   exécuPons.   Pour  leur  part,  les  princes  du  sang,  Henri  de  Navarre   et   Henri   de   Conde   furent  sommes   de   se   converPr,   ce   qu’ils  firent  quelques  jours  plus  tard.    •  Trois   jours   durant   les   portes   de   la  capitale   restèrent   closes.   Trois   jours  durant  retenPrent  les  cris  «  Tue!  Tue!  Oh   huguenot!   Oh   huguenot!   »  auxquels   répondaient   les   hurlements  des  égorgés.    •  Le   25   aout   1572,   Charles   IX   devait  soutenir   qu’il   avait   été   contraint   de  prévenir   un   complot   contre   sa  personne   et   sa   famille,   fomenté   par  Coligny   et   les   siens.   Les   coupables  avaient  été  justement  châPés,  mais  il  assurait   ne   pas   vouloir   s’en   prendre  aux   autres   protestants   qui   restaient  sous  sa  protecPon…  On  peut  esPmer  a  3000   le   nombre   des   vicPmes  parisiennes.    Le  massacre  de  la  Saint-­‐Barthélemy  par  François  Dubois  
  37. 37. La  Saint  Barthelemy  •  La  Saint-­‐Barthélemy  apparaît  clairement  comme  le  coup  d’Etat  qui  assassine  la  révoluPon  protestante  en  train  de  remporter  la  parPe,  au  moment  où  Coligny  devenu  le  conseiller  de  Charles  IX  le  pousse  à  soutenir  la  révolte  des  gueux  en  Hollande.  •  Ce  ne  fut  que  lorsqu’il  était  grand  jour  qu’on  sonna  la  cloche  du  Palais  au  coin  du  quai  de  l’horloge,  pour  convier  la  ville  au  massacre.  Guise,  Montpensier  et  Gonzague   (Nevers),   trois   princes   furent   les   principaux   exécuteurs.   Les  protestants  du  Faubourg  Saint  Germain  avaient  tant  de  confiance  qu’averPs,  ils  s’obsPnèrent  a  tout  a_ribuer  au  Guises  et  a  envoyèrent  demander  la  protecPon  du  roi.  Grand  fut  leur  étonnement  quand,  abordant  en  bateau  près  du  Louvre,  ils  virent  les  gardes  du  roi  qui  Praient  sur  eux  ;  ils  s’enfuirent.  Ce  fou  Charles  IX,  d’un  sauvage  insPnct  de  chasseur  :  «  Ils  fuient,  dit-­‐il,  ils  fuient...  Donnez-­‐  moi  une  carabine  »  Et  on  assure  qu’il  Pra.  •  Le  commerce  était  ruine,  la  ligue  humiliée  par  la  guerre,  les  massacreurs  d’aout  1572  comme  ceux  de  septembre  1793,  furent  en  parPe  des  marchands  ruines,  des  bouPquiers  furieux  qui  ne  faisaient  pas  leurs  affaires.  Le  lundi  25  au  soir,  Guise,   harasse   de   sa   longue   chevauchée,   rentrant   dans   Paris,   y   trouva   une  chose  peu  rassurante  :  le  massacre  conPnuait,  mais  malgré  le  roi,  et  au  nom  des  Guises.   Tout   retombait   d’aplomb   sur   lui.   De   tous   les   couvents,   dans   tous   les  clochers,  les  cloches  se  mirent  en  branle  comme  elles  auraient  fait  a  Pâques  ;  elles  bondirent,  mugirent  de  joie.  Le  clergé  reprenait  l’affaire  pour  son  compte.  Les  choses  recommencèrent  avec  un  caractère  nouveau  et  singulier  d’atrocité,  ce_e   fois   de   voisins   a   voisins,   entre   gens   qui   se   connaissaient.   La   Saint  Barthelemy  n’est  pas  une  journée,  c’est  une  saison.  On  tua,  par  ci,  par  la,  dans  les  mois  de  septembre  et  d’octobre.  
  38. 38. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  La   saison   des   Saint-­‐Barthélemy:   Michelet:   «   La   Saint-­‐Barthélemy  n’et  pas  une  journée;  c’est  une  saison.  »    Au  total,  les   massacres   de   1572   auront   fait   au   moins   6000   et   7000  vicPmes,   et   ils   entrainent   un   grand   mouvement   de  conversion.    •  Du  siège  de  La  Rochelle  a  la  paix  de  Boulogne:  Le  roi  tenta  dans  un  premier  temps  d’obtenir  la  reddiPon  des  Rochelais  par   la   conciliaPon.   A   ce_e   fin,   il   autorisa   le   capitaine  huguenot  François  de  la  Noue  a  rejoindre  la  ville.  Age  d’une  quarantaine  d’années,  La  Noue  était  l’une  des  grandes  figures  militaires   protestantes.   Il   avait   été   lieutenant   de   Coligny   et  étant   parPsan   d’un   rapprochement   entre   les   confessions,   il  prônait  la  guerre  contre  l’Espagne  pour  réunifier  le  royaume.  •  Huit  assauts  furent  donnes  –  tous  allient  être  repousses  avec  des   pertes   considérables.   L’armée   royale   était   incapable   de  réduire  la  place  en  raison  de  la  faiblesse  de  son  arPllerie  et  de  ses  effecPfs.  Le  siège  était  de  surcroit  ruineux,  l’entrePen  des  troupes  coutant  plus  d’un  million  de  livres  tournois  par  mois,  alors   que   le   revenu   annuel   de   la   monarchie   n’était   que   de  quatorze   millions.   La   résistance   de   la   Rochelle   restera   dans  les  mémoires  comme  le  symbole  de  la  lu_e  des  protestants  français  pour  leur  survie.    Siege  de  La  Rochelle  François  de  la  Noue  
  39. 39. Le  siège  de  La  Rochelle  •  Tout   ce   qu’il   y   avait   de   princes   et   de   seigneurs   en   France  étaient   la,   au   siège   de   La   Rochelle,   Montpensier   et   Nevers,  surtout  les  Guises,  étaient  la,  et  chacun  voulait  se  signaler.  On  donna   coup   sur   coup   des   assauts   furieux.   On   essaya   des  mines   si   mal   conduites   qu’on   s’écrasait   soi-­‐même.   Le   duc  d’Anjou   fut   trop   heureux   de   voir   arriver   la   députaPon  polonaise  qui  lui  apprenait  son  élecPon  et  devait  l’emmener.  On  traita  à  la  hâte.  La  Rochelle,  Nîmes,  Montauban  restèrent  trois   républiques,   se   gardant   et   se   gouvernant.   Les   Guises  séchaient   de   jalousie.   Tout   tremblait,   la   reine   mère   n’était  sure  de  rien  ;  son  fils  bien  aime  était  en  Pologne,  et  Charles  IX  et  mourant.    
  40. 40. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  L’organisaPon   huguenote:   Dénonçant   le   pouvoir   royal   comme   un  système  tyrannique,  les  huguenots  ont  élaboré  une  théorie  de  l’ordre  social  et  poliPque  qui  accordait  aux  princes  et  aux  magistrats  un  rôle  essenPel   dans   la   gesPon   des   affaires   publiques,   afin   de   modérer   la  toute-­‐puissance   du   monarque.   L’avènement   d’Henri   III   (1574):  L’élecPon   du   duc   d’Anjou   comme   de   Pologne   reba_ait   les   cartes   a  nouveau.  Considérant  Henri  comme  un  parfait  catholique  et  comme  un  roi  de  France  en  puissance,  le  cardinal  de  Lorraine  allait  tout  me_re  en  oeuvre   pour   le   retenir.   La   reine   mère   finit   par   convaincre   son   fils   de  parPr.    •  C’est   confine   au   château   de   Vincennes   que   Charles   IX   succomba   a   la  maladie  des  poumons  qui  le  rongeait  depuis  plusieurs  années.  Il  n’avait  que  23  ans.  De  retour  a  Paris,  la  reine  mère  se  barricada  au  Louvre,  dont  elle   fit   murer   les   portes.   Elle   assuma   une   nouvelle   fois   la   régence   en  a_endant  le  retour  d’Henri.    •  Le  roi,  peuple  et  magistrat:  L’avènement  de  Henri  III  se  déroulait  dans  un   contexte   parPculièrement   trouble.   Solidement   organises   dans   le  Midi,  les  huguenots  avaient  repris  les  armes  depuis  plusieurs  mois.    •  On   commença   a   dénoncer   le   gouvernement   royal   en   disPnguant   la  personne   du   prince,   temporelle   et   mortelle,   et   donc   faillible,   de   la  dignité  monarchique  elle-­‐même.    •  DisPnguant  le  prince  de  la  foncPon  royale,  Duplessis-­‐Mornay  dénonce  le  caractère  sacre  des  monarques  qui  usurpent  la  souveraineté,  et  tentent  de   se   faire   adorer   comme   des   divinités.   Ce_e   a•tude   inspira   de  nombreux   autres   traites   et   pamphlets,   qui   brossèrent   un   portrait   a  charge  du  tyran  et  exaltèrent  le  principe  de  résistance.  François,  duc  d’Alençon  qui  devint  lui-­‐même  duc  d’Anjou,  lors  de  l’accession  de  son  frère  au  trône.  
  41. 41. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  L’union  des  mecontents:  Ils  dénoncent  d’abord  le  rôle  de  la  reine  mère  et   de   ses   conseillers   italiens.   Parce   qu’ils   s’esPmaient   injustement  écartés,  plusieurs  seigneurs  catholiques  se  rapprochèrent  en  effet  des  huguenots  pour  consPtuer  un  parP  transconfessionnel.    •  Le   gouverneur   de   Languedoc,   Henri   de   Montmorency-­‐Damville,   frère  cadet  de  François  de  Montmorency,  prit  la  tête  du  soulèvement.  Il  passa  une  alliance  secrète  avec  les  huguenots  méridionaux,  qui  le  reconnurent  comme   gouverneur   général   du   Languedoc.   Il   dénonçait   la   Saint-­‐Barthélemy  comme  «  un  cruel,  perfide  et  inhumain  fait  a  la  plupart  de  la  noblesse   de   France   »,   dont   il   jugeait   responsable   les   Italiens   et  l’entourage   royal,   avant   de   jusPfier   son   combat   comme   «   celui   d’un  officier   de   la   couronne,   naturel   français   et   issu   de   Pge   des   barons  chréPens   et   barons   de   France.   Pour   réunir   les   Français   des   deux  religions,  il  proposait  de  les  mener  au  combat  contre  «  les  oppresseurs  et  perturbateurs  »  du  royaume,  avant  de  convoquer  un  concile  naPonal.  Ces   nouvelles   guerres   sont   a   présent   devenues   des   facPons   ouvertes  entre  les  Guises  et  la  maison  de  Montmorency.    •  Le   duc   d’Alençon   parvint   a   reconsPtuer   autour   de   sa   personne   un  groupe   d’aventuriers   et   de   fidèles.   Il   dénonçait   l’entourage   italien   de  son   frère,   Henri   III,   et   revendiquait   l’exercice   du   gouvernement   a   ses  cotes.    Henri  de  Montmorency  Damville  
  42. 42. L’ombre  de  la  Saint  Barthelemy  •  La   revanche   de   la   Saint-­‐Barthélemy:   la   paix   de   Monsieur:   Au  début   de   1576,   Henri   III   se   trouvait   dans   une   situaPon   fort  délicate.   Ses   troupes   avaient   fondu   et   bon   nombre   de  genPlshommes  étaient  passes  au  duc  d’Alençon,  dont  les  qualités  chevaleresques  font  grande  impression.  •  Enfin,  le  parP  protestant  était  désormais  renforce  par  Henri  de  Navarre  qui  s’était,  lui-­‐aussi,  enfui  de  la  cour.    •  La  paix  de  Monsieur  (le  duc  d’Alençon)  était  la  plus  favorable  de  toutes   celles   qui   avaient   été   accordées   aux   huguenots.   Elle  suscita   un   grand   mécontentement   chez   les   Catholiques,   ce_e  paix   va   également   provoquer   chez   eux   un   mouvement  d’autodéfense   nobiliaire   comparable   a   celui   qui   avait   été  échafaudé  en  Languedoc  des  1563,  ce_e  associaPon  catholique  s’ouvrit  rapidement  au  clergé  et  aux  bourgeois.    Le  duc  d’Alençon  
  43. 43. Portrait  de  Ronsard  •  Au   faux   César,   un   faux   Virgile.   Pour   chanter   dignement   la  prochaine  conquête  du  monde,  il  fallait  un  grand  poète,  un  immense   génie.   On   en   forgea   un   tout   exprès.   Le   capitaine  Ronsard,   jeune   encore,   mais   devenu   sourd,   était   d’autant  plus  solitaire  qu’il  poursuivait  la  muse  de  son  brutal  amour.  Il  frappait  comme  un  sourd  sur  la  pauvre  langue  française.  La  France,  par  cet  homme,  est  restée  condamnée  a  perpétuité  au  style  soutenu.  Jean  Du  Bellay,  ennemi  et  rival  du  cardinal  de   Lorraine,   avait   place   Rabelais,   juste   sous   le   château   de  Meudon  ou  se  trouvait  Ronsard.  Ronsard  saisit  sa  lyre,  chante  le  roi,  les  Guise  et  tout  a  l’heure  Marie  Stuart.  Personne  ne  comprend  tous  admirent.  
  44. 44. Majesté  et  Pénitence  •  Apres   avoir   pris   conscience   que   l’hérésie   ne  pouvait   être   éradiquée   par   la   force,   Henri   III  s’employa   a   rétablir   la   concorde   civile   sans  accorder   pour   autant   trop   d’avantages   aux  huguenots.  Retournant  contre  lui  l’imaginaire  de  la   violence,   il   s’engagea   sur   la   voie   pénitenPelle  d’une   purificaPon   intérieure   conçue   comme   la  condiPon  de  la  réunion  confessionnelle.    •  Portrait  d’un  roi  philosophe:  Jacques  Amyot  a  vu  en  Henri  III  le  prince  philosophe  dont  rêvaient  les  humanistes.   Tandis   que   Charles   IX   ne   vivait   que  pour   la   chasse,   le   principal   passe-­‐temps   de   son  successeur  était  la  danse.    •  L’excellence  monarchique:  Parvenu  au  pouvoir  au  moment   ou   les   théoriciens   huguenots  s’employaient  a  jusPfier  la  résistance  au  tyran  en  accordant   l’autorité   souveraine   non   plus   au   roi  seul,   mais   aux   magistrats   inferieurs   et   aux   Etats  Généraux,  Henri  III  dut  construire  sa  légiPmité.    Jacques  Amyot  
  45. 45. Portrait  de  Henri  III  •  Henri  III  emportait  aux  Polonais  les  diamants  de  la  couronne.   En   revanche,   il   leur   laissait   un   autre  trésor,  les  Jésuites,  qui  devaient  faire  la  ruine  du  pays.   Ils   amèneront   à   la   longue   défecPon   des  Cosaques  au  profit  de  la  Russie.  Etouffe  dans  les  roses,  Henri  III  traina  en  Italie.  Sa  toile_e  plus  que  féminine,  laissait  douter  s’il  était  homme,  malgré  un  peu  de  barbe  rare  qui  pointait  à  son  menton.  Sa  cour  était  un  désert.  Table  vide  et  pauvre.  Le  peu  d’argent  qui  venait,  était  lestement  ramasse  par  les  jeunes  amis  du  roi.  Henri  III  était  si  bon,  qu’il  ne  pouvait  rien  refuser.    •  Chaque  soir,  Henri  III  se  faisait  lire  Machiavel  et  surtout   Le   Prince.   Tous   rongeaient,   suçaient.   Le  déficit  allait  croissant.    •  La  reine  Margot  avait  d’innombrables  amants  et  spécialement  ses  frères  Henri  III  et  Alençon.    
  46. 46. Majesté  et  Pénitence  •  Selon  Jean  Bodin,  seul  le  roi  est  le  dépositaire  de  la   puissance   souveraine   dans   le   régime  monarchique   –   une   puissance,   par   définiPon,  indivisible,   autonome   et   éternelle.   Il   apparaît  comme   le   père   de   famille   universel,   garant   de  l’ordre   social   et   ne   reconnaissant   que   la  puissance  divine  comme  supérieure    a  la  sienne.  Souverain,  il  n’est  pas  lie  par  les  lois  posiPves,  car  «  il  est  impossible  par  nature  de  se  donner  loi  ».  C’est  en  ce  sens  qu’il  peut  être  qualifie  d’absolu,  puisqu’il   crée   et   modifie   la   loi   («   le   roi   ne   peut  être   sujet   a   ses   lois   »),   ce   qui   est   révélé   par   la  formule   «   car   tel   est   notre   plaisir   »   concluant  édits  et  ordonnances.  La  figure  du  roi  législateur  tend  ainsi  a  remplacer  celle  du  roi  juge.  Comme  la  souveraine  est  directement  a_ribuée  par  Dieu  au  roi,   le   peuple   ne   peut   prétendre   contrôler   ce  dernier.    Jean  Bodin  

×