12/ Le désordre des banlieues,                     alors qu’elles sont une partie de la solutionJe ne veux pas réduire les...
pour son système de santé public et pourtant, aujourd’hui, la fracture sanitaire s’aggrave. Même lesclasses moyennes ont d...
partenaires sociaux le renforcement de l’indépendance et des moyens de la médecine du travail quia un rôle majeur de préve...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chapitre 12 et 13 de la " Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions "

572 vues

Publié le

Chapitre 12 et 13 de la " Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions "

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
572
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
195
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chapitre 12 et 13 de la " Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions "

  1. 1. 12/ Le désordre des banlieues, alors qu’elles sont une partie de la solutionJe ne veux pas réduire les banlieues à leurs problèmes alors que, je l’ai dit, je souhaite y voir unepartie de la solution du redressement de la France ! Je sais bien que, dans nos quartiers populaires,la vie est difficile, le chômage plus élevé qu’ailleurs, la pauvreté et la précarité aussi. Les jeunes yfont, tous les jours, l’expérience des discriminations, avec ou sans diplôme, ce qui n’encourage pasles petits à s’investir à l’école ni tous les autres à faire confiance à la République. Mais cesquartiers, c’est aussi beaucoup d’énergie, de créativité, d’envie de s’en sortir et cela, pour le pays,c’est une chance qu’il faut arrêter de gâcher. Je m’y rends régulièrement, j’écoute beaucoup, jediscute avec des jeunes, avec des parents, avec des militants associatifs, avec des enseignants. Jepeux vous dire qu’ils ne supportent plus ce regard misérabiliste, cette diabolisation apeurée, cesmots qui humilient alors même que l’Etat ne fait pas ce qu’il doit, que les solidarités élémentairesne sont pas au rendez-vous, que la ghettoïsation les enferme. Les banlieues se sont embrasées etrien, strictement rien, n’y a été réglé. Les conditions d’une nouvelle explosion sont réunies et ellesera plus violente encore car le désespoir des uns sera plus profond et l’exaspération des autres àson comble. Vous savez, beaucoup me l’ont dit : ils ne veulent pas être assistés, ils veulent desraisons d’espérer, du respect et la possibilité de vivre comme tout le monde, de réussir à l’école,d’avoir un travail qui permette de se projeter dans l’avenir.Je ne veux plus de ce gaspillage qui nourrit le ressentiment et la colère. Je veux répondre à la soifd’égalité de ces familles et de ces jeunes, garçons et filles, qui en ont assez qu’on leur parled’intégration comme s’il fallait sans cesse qu’ils prouvent qu’ils sont aussi français que les autres.J’ai, dans mon équipe, des jeunes qui ont grandi et milité dans les cités : ils en connaissent bien lesressources. J’ai travaillé avec Aclefeu, l’association qui s’est créée à Clichy-sous-Bois lors de larévolte des banlieues après l’électrocution mortelle de deux adolescents dont j’ai d’ailleursrencontré les parents. A travers un tour de France des cités, ils ont constitué des cahiers dedoléances dont ils ont tiré un « contrat social et citoyen », qui fait la synthèse de toutes ces attenteset ces propositions, sur lequel je m’étais engagée en2007 et qui reste d’actualité.Tout se tient – la famille, l’école, l’emploi, les sécurités sociales et la sécurité publique. Il faut doncagir de manière cohérente dans tous ces domaines, faire confiance aux municipalités pour indiquer àl’Etat où investir, se fixer des objectifs de résultats et évaluer, chemin faisant, l’efficacité de l’actionpublique pour corriger la trajectoire si nécessaire : c’est comme cela que je veux remettre les citésdans la République et donner aux jeunes qui les peuplent les moyens de prendre leur vie en main.Cette politique par la preuve redonnera confiance et courage à ceux qui n’y croient plus ou quidoutent d’eux-mêmes. 13/ Face au désordre de la santé : une nouvelle médecine de proximité et la défense de l’hôpital publicLes inégalités devant l’espérance de vie se creusent, c’est une des conséquences les plus révoltantesde la pauvreté et de la précarité qui minent le pays, aggravée par l’inégale répartition territoriale del’offre de soins et par la déstabilisation des services publics. Quand on n’arrive pas à joindre lesdeux bouts, la santé n’est pas une priorité, et l’alimentation équilibrée est un luxe inaccessible.L’obésité, cette maladie des temps modernes qui doit beaucoup à une mauvaise alimentation, frappeles enfants de milieux populaires beaucoup plus que ceux des milieux aisés. La France est réputée
  2. 2. pour son système de santé public et pourtant, aujourd’hui, la fracture sanitaire s’aggrave. Même lesclasses moyennes ont du mal. Savez-vous pourquoi beaucoup de familles modestes viennent auxurgences des hôpitaux pour des soins qui n’en relèvent pas ? Parce que c’est gratuit et parce qu’ellessont reçues tout de suite.La façon dont la droite a réformé l’assurance maladie aggrave cette situation tout en dégradant lescomptes comme jamais. Le « parcours de soins » est un véritable parcours du combattant, unsystème bureaucratique et injuste car la contribution est la même pour toutes les catégories derevenus. La suppression du tiers payant pousse à renoncer aux soins. Cette idée de sanctionnerchacun par une franchise dont le montant augmenterait en fonction de la croissance des déficitsbloque l’accès des moins aisés au médecin et érige un véritable mur sanitaire.Mon objectif, c’est un bon niveau de santé de toute la population, ce qui suppose des politiques deprévention et de dépistage efficaces ainsi que des soins effectivement accessibles à tous. Je veuxgénéraliser en France de nouvelles structures de proximité comme ces maisons de santé que nousexpérimentons en Poitou-Charentes, avec des médecins et des professionnels de santé quipermettent une prise en charge globale. Cette nouvelle génération de dispensaires, répartis sur toutle territoire, notamment les quartiers et les zones rurales qui sont aujourd’hui un désert médical, estune des réponses à la question de l’exclusion sanitaire. Pourquoi ne pas imaginer aussi qu’en sortantde l’université les jeunes médecinsdémarrent leur carrière dans un territoire où on a particulièrement besoin d’eux ? A partir dumoment où la collectivité nationale a pris en charge leurs études, elle pourrait, en contrepartie,veiller à une répartition géographique plus équilibrée de leur installation. Il faut aussi desserrer lenumerus clausus, ce système qui plafonne de manière aujourd’hui trop restrictive le nombre demédecins, et reconnaître le rôle fondamental des médecins généralistes, dont les conditions detravail se sont terriblement dégradées. Dans les quartiers où les difficultés sociales dissuadent de sesoigner, il ne faut pas se focaliser sur la seule rémunération à l’acte. Les maisons de santé deproximité permettront d’expérimenter avec les médecins qui le souhaitent d’autres formes derémunération, salariée ou au forfait. L’avantage ? Des ressources plus stables pour les praticiens etune médecine gratuite près de chez soi.L’école aussi a besoin de plus de médecins, de plus d’infirmières, et l’une de mes priorités, ce serale renforcement des moyens humains et matériels de la médecine scolaire et universitaire. Une cartesanté pour les jeunes de seize à vingt ans et qui leur donnera droit à une consultation médicaledentaire et psychologique gratuite tous les six mois. C’est par cette prévention que l’on diminuerales dépenses de santé.L’hôpital public, qui est un des fleurons de notre système de santé, est aujourd’hui déstabilisé parune politique à courte vue. Je veux, à l’inverse, pérenniser son financement et donner à sespersonnels les moyens d’accomplir leur mission. Ce n’est pas en rationnant l’offre de soins, endérégulant et en privatisant que nous rééquilibrerons nos comptes sociaux. Ce qui n’est pas prévenuou soigné à temps se paie plus tard au centuple. Bien gérer, ce n’est pas couper les vivres du servicepublic, c’est veiller à la justice et à l’efficacité de la dépense.La souffrance au travailEnfin, n’oublions pas qu’une des inégalités majeures face à la santé prend sa source au travail. Enmatière d’accidents et de maladies professionnels, la France est la lanterne rouge de l’Europe. Celaa un coût : 3 % du PIB, l’équivalent de dix jours fériés annuels ! Quelle injustice et quelle perte deproductivité globale ! Or que se passe-t-il aujourd’hui ? Les négociations sur la pénibilité du travailn’aboutissent pas et les mesures de prévention efficaces ne sont pas prises. L’exposition auxproduits toxiques – voyez les cancers dus à l’amiante ou à la poussière de bois –, les troublesmusculo-squelettiques, la sécurité mal assurée, les troubles physiques et psychiques du nouveauproductivisme qui touche les services autant que les usines, tout cela pose aujourd’hui un problèmemajeur de santé publique. Il est temps d’en prendre conscience. Il est urgent de négocier avec les
  3. 3. partenaires sociaux le renforcement de l’indépendance et des moyens de la médecine du travail quia un rôle majeur de prévention à jouer. Rien, en réalité, ne condamne la France à la santé à deuxvitesses. Nous avons les compétences et les moyens de prendre soin de tous les nôtres.

×