Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
La mediaTion
scientifique
partageons les sciences
du numérique
DOSSIER
focus >
appliquer
le machine learning
à l'éducation...
02
En tant qu’organisme de recherche, le partage des sciences vers le grand
public s’inscrit dans les missions d’Inria. No...
03
dossier 07-11
03
dessine-moi la recherchE 12-13
focus 14-15
• Des chercheurs en symbiose avec des artistes
focus 16-17
...
04
> Quelle est la place pour les
sciences du numérique dans
l'éducation en France ?
Preuve de l’engouement des
élèves pou...
#04 DECembre 2016 05
Sophie TISON >
Vice-Présidente Partenariats,
Innovation, Valorisation
de l'Université de Lille -
Scie...
06
Zoom sur 3 actions phares
nisées en région Hauts-de-France
10 actions
pour le grand public
par 50 actions
de médiation ...
#04 DECembre 2016 0707
partageons les sciences
du numerique 08-09
La FEte de la science 10
La recherche
sur un plateau 11
...
08
// dossier  médiation scientifique
À l’image de la politique na-
tionale d’Inria, le centre de
recherche Inria Lille – ...
09#04 DECembre 2016 09
• Pour le milieu éducatif :
Le centre de recherche Inria Lille
– Nord Europe, l’Université de Lille...
10
un moment fort de
médiation scientifique
Depuis 25 ans, le ministère de
l’Éducation nationale, de l’Enseigne-
ment supé...
11#04 DECembre 2016
médiation scientifique  dossier 
11
AU PLUS PROCHE Des
industriels
Inria est présent au sein de l'écos...
12
// dessine-moi la recherche
13#04 DECembre 2016
14
// focus  arts  sciences
D’un côté, il y a la rigueur
scientifique, de l’autre la liber-
té et la créativité artistique...
15#04 DECembre 2016
avec l'association les Yeux d'Argos
(« Source »), et une cartographie
numérique avec l'artiste Pauline...
16
// focus  machine learningmachinelearning
L'apprentissage automatique
ou « machine learning »
s’applique déjà au domain...
17#04 DECembre 2016 17#04 DECembre 2016
(1) Commune avec le CNRS, l'Université de Lille - sciences et technologies, et l'U...
18
// best-of
 Rencontres Inria-Industrie :
Interactions avec les objets et services numériques
Le 25 novembre a eu lieu l...
sur twitter...
19#04 DECembre 2016
20
21#04 DECembre 2016
portrait 
Des quantités astronomiques
de données transitent au
quotidien sur les différents
réseaux so...
22
// rendez-vous
RDV du
Plateau
Chaque mois, ne manquez pas
Les Rendez-vous du Plateau
organisés sur le Plateau Inria
sit...
contact 
Parc scientifique de la Haute Borne
40, avenue Halley
Bât A - Park Plaza
59650 Villeneuve d’Ascq
France
(+33) 03 ...
C
I
N
E
M
A
SANTÉ
AÉROSPATIALE
LOGICIEL ET CLOUD
SÉCURITÉ  VIE PRIVÉE
VILLES  TRANSPORTS INTELLIGENTS
EDUCATION ET LOISIRS...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lille by inria n°4 : la médiation scientifique - partageons les sciences du numérique

1 107 vues

Publié le

Découvrez le 4è numéro du magazine « Lille by Inria » édité par le centre de recherche Inria Lille - Nord Europe avec à la Une un dossier sur la médiation scientifique.

Publié dans : Technologie
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Lille by inria n°4 : la médiation scientifique - partageons les sciences du numérique

  1. 1. La mediaTion scientifique partageons les sciences du numérique DOSSIER focus > appliquer le machine learning à l'éducation BD > Un langage pour les gouverner tous ! focus > des chercheurs en symbiose avec des artistes #04 LE MAGAZINE DU CENTRE INRIA LILLE - NORD EUROPE DEC. 2016
  2. 2. 02 En tant qu’organisme de recherche, le partage des sciences vers le grand public s’inscrit dans les missions d’Inria. Notre institut est engagé depuis toujours dans la découverte et l’apprentissage du numérique. Nous prenons part, en lien étroit avec le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, à des actions concrètes pour garantir un accès à la culture numérique et plus largement à la culture scientifique pour tous, et transmettre le goût et la compréhension des sciences. Ce numéro de Lille by Inria fait état de notre implication et de nos actions phares en matière de médiation scientifique. Notre centre œuvre chaque année auprès de publics variés, scolaires comme industriels, afin d’apporter son expertise sur les questions numériques présentes dans notre société. Vous découvrirez au fil du magazine des sujets de recherche passionnants abordés par nos équipes-projets, comme l’utilisation de l’apprentissage automatique pour améliorer les systèmes éducatifs, ou encore comment recherche et monde artistique peuvent collaborer pour réaliser des projets innovants. L’année 2016 a été marquée par des temps forts pour le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe, comme l’achat d’un troisième bâtiment localisé à EuraTechnologies et la célébration du 50e chercheur Inria recruté à Lille. L’année 2017 sera également riche pour Inria, puisque l’institut fêtera fièrement ses 50 ans. Au nom d’Inria, je suis fier de vous faire partager cette passion du numérique et vous souhaite de très bonne fêtes de fin d’années. David Simplot-Ryl eDi TO
  3. 3. 03 dossier 07-11 03 dessine-moi la recherchE 12-13 focus 14-15 • Des chercheurs en symbiose avec des artistes focus 16-17 • Appliquer le machine learning à l’éducation best-of 18-19 portrait 20-21 rendez-vous 22 contact 23 • Médiation scientifique : partageons les sciences du numérique face a face • Michel Gouy 04 • Sophie Tison 05 Chiffres Cles 06 Semestriel édité par Centre de recherche Inria Lille - Nord Europe : Parc scientifique de la Haute Borne, 40, avenue Halley. Bât. A, Park Plaza, 59650 Villeneuve d’Ascq. contact-lille@inria.fr. Directeur de la publication : David Simplot-Ryl. Rédactrice en chef : Marie-Agnès Enard. Coordinatrice : Marion Blasquez. Conceptiongraphiqueetmiseenpage:ÉliseCattoireagenceKaméléCom,11/1sentierduChrist,59960Neuville-en-Ferrain.Rédacteurs:FranckDeflandreagence KaméléCom et service communication et médiation Inria Lille - Nord Europe. Crédits photos : © Inria / Photo H. Rateau - Inria / Photo C. Morel - Inria / Photo P. Caron - Inria / Photo N. Fagot. © Le Fresnoy. © Fotolia. Impression : Easily Havet Concept Group, 3725 Rue de la Lys, 62840 Sailly-sur-la-Lys. Le centre remercie chaleureusement l’ensemble des contributeurs, collaborateurs et partenaires de ce quatrième numéro de Lille by Inria. Imprimé en décembre 2016 - Série limitée à 1000 exemplaires. SOm MAIRE
  4. 4. 04 > Quelle est la place pour les sciences du numérique dans l'éducation en France ? Preuve de l’engouement des élèves pour les sciences du numérique, les effectifs s’am- plifient chaque année dans les spécialités en informatique dans l’académie de Lille comme partout en France. Si la plupart des étudiants suivent des cursus entiers dans le domaine, certains complètent leurs profils avant de prendre d’autres directions car ils ont conscience que le numérique représente un atout supplémentaire dans toutes les filières du supérieur. Des opportunités sont apparues ces dernières années à travers de nouvelles options pour les lycéens. Dans l’académie de Lille, la spécialité ISN (Informatique et Sciences du Numérique) est proposée dans une soixantaine d’établissements pour les premières et les terminales et le nouvel enseignement d’exploration ICN (Informatique et Création Numérique) est dispensé dans cinquante lycées depuis la rentrée. > Quels sont les projets de l’acadé- mie de Lille pour la promotion des sciences ? Plusieurs actions sont menées chaque année pour assurer la promo- tion des sciences auprès des élèves. David Campagne, IA-IPR SVT, occupe le poste de correspondant acadé- mique sciences et technologies au sein de l’académie de Lille pour accompagner ces actions. Parmi elles citons par exemple la semaine des mathématiques. L’objectif est de montrer à travers des ateliers ou des jeux aux écoliers, collégiens et lycéens de la région, l’importance de cette matière dans la formation et son impact sur notre vie quotidienne. À l’issue de l’édition 2017, nous envi- sageons même la mise en place d’un forum des mathématiques vivantes en partenariat avec Inria. En juin, des stages à destination des élèves de se- conde sont également organisés (en mathématiques, physique, chimie, informatique…) avec les différentes universités de l'académie. Il existe aussi différents concours auxquels les établissements peuvent s’inscrire pour une approche plus ludique des sciences. La Maison pour la science, sur le campus de l’Université de Lille - sciences et technologies, participe également à la démocratisation des matières scientifiques en aidant les professeurs à faire évoluer leurs pratiques d’enseignement. Enfin, le site Promosciences - académie de Lille, regroupe toutes les actions de promotion des sciences (concours, activités, ressources, etc.) pour infor- mer et accompagner les différents acteurs. > Quel regard portez-vous sur les initiatives communes entre Inria et l'académie de Lille ? Nous souhaitons encore amplifier la collaboration engagée il y a une dizaine d’années. Inria représente un partenaire essentiel pour nous permettre de poursuivre le développement de l’enseignement du numérique et des sciences et contribue ainsi à la réussite des ac- tions académiques engagées. Nous pouvons renforcer notre collabora- tion sous la forme de conférences dans les établissements et travailler ensemble pour encore améliorer la formation des professeurs amenés à enseigner l'option ICN et la spé- cialité ISN. L’académie entend bien continuer à mener des actions avec Inria pour valoriser les matières scientifiques auprès de l’ensemble des élèves et notamment des jeunes filles. º promosciences.discipline. ac-lille.fr º www1.ac-lille.fr // face a face Interviews MICHEL GOUY > Inspecteur d'académie - Inspecteur Pédagogique Régional discipline Mathématiques
  5. 5. #04 DECembre 2016 05 Sophie TISON > Vice-Présidente Partenariats, Innovation, Valorisation de l'Université de Lille - Sciences et Technologies > Comment l'informatique est- elle perçue dans le système éducatif en France ? L’image de l’informatique évolue favorablement dans le système éducatif français. Les choses commencent à bouger avec la spécialité ISN au lycée pour sensibiliser les élèves aux métiers de l’économie numérique, la mise en place du CAPES mathéma- tiques-informatique, préparé par un parcours spécifique à l’Université de Lille - sciences et technologies, ou encore l’annonce récente que le code informatique sera, dès la rentrée prochaine, au programme de l’école primaire et au collège. La généralisation des ateliers « coding goûter » symbolise également cette tendance. Il y a quelques années encore, il était difficile de prévoir le succès de ces rendez-vous qui ras- semblent parents et enfants autour d’outils de programmation. Mais la France compte encore une longueur de retard sur d’autres pays qui ont pris des décisions fortes en faveur de l’enseignement de l’informatique pour tous. Aux États-Unis, par exemple, Barack Obama est à l’ori- gine d’un plan ambitieux pour que les enfants apprennent à raisonner ou programmer comme ils apprennent à lire, à écrire ou à compter. > Vous êtes membre de l'initiative Informatique au féminin. Pourquoi ce projet ? Le numérique reste un secteur très masculin et l’initiative est née en 2013 quand nous avons constaté que la situation s’aggravait encore avec une baisse des effectifs féminins parfois en dessous de 10% dans les forma- tions en informatique. Parallèlement, avec le développement de l’écosys- tème numérique dans la région, les entreprises peinent à trouver des profils adaptés aux emplois non pourvus en informatique. Face à cette situation, la mobilisation de l’Université de Lille, sous l’impulsion de Laetitia Jourdan, professeur en informatique, a donné naissance à ce groupe de travail. Son objectif est de favoriser la parité à travers des actions concrètes en amont du marché du travail. Nous privilégions deux axes d’actions : d’une part, sen- sibilisation et démystification auprès des jeunes filles des métiers de l’in- formatique, d’autre part parrainage et financement de bourses par des entreprises en faveur d’étudiantes. Le dispositif encourage l’orientation des jeunes vers des formations de qualité dans des secteurs qui recrutent, tout en féminisant des cursus jusque-là délaissés par les étudiantes. > Quel regard portez-vous sur les initiatives communes entre Inria et l’Université de Lille - sciences et technologies ? Nous travaillons ensemble depuis l’implantation d’Inria à Lille. Les enseignants-chercheurs de l’univer- sité collaborent avec les chercheurs Inria, au cœur d’équipes-projet, pour relever des défis scientifiques et technologiques dans de nombreux domaines de recherche. Grâce à son engagement en faveur du transfert, de la création d’entreprise, et de la médiation scientifique, Inria joue le rôle de co-investisseur, de catalyseur, d’amplificateur ou encore de révélateur pour l’Université de Lille - sciences et technologies. Nous partageons la volonté de conjuguer excellence et impact sociétal. Inria a impulsé une nouvelle dynamique régionale autour du numérique et nous sommes engagés dans la construction d’un projet commun pour la candidature Idex. À travers notre collaboration, nous exprimons une volonté commune de travailler pour l’excellence de la recherche dans le numérique. º femmes.fil.univ-lille1.fr
  6. 6. 06 Zoom sur 3 actions phares nisées en région Hauts-de-France 10 actions pour le grand public par 50 actions de médiation scientifique organisées en région Hauts-de-France + de 21 700personnes impactées 11 080personnes 10 620personnes avec avec 40 actions pour le milieu éducatif (élèves, étudiants, enseignants) Chercheurs itinérants 6 450 2010 7 ans Depuis élèves rencontrés Les rencontres ISN 520 2013 4 ans Depuis élèves accueillis Les Olympiades de mathématiques 210 2010 7 ans Depuis lauréats primés // chiffres cles
  7. 7. #04 DECembre 2016 0707 partageons les sciences du numerique 08-09 La FEte de la science 10 La recherche sur un plateau 11 SOmMAIRE dossier mediation scientifique : partageons les sciences du numérique
  8. 8. 08 // dossier médiation scientifique À l’image de la politique na- tionale d’Inria, le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe place la médiation scientifique parmi ses priori- tés. Chercheurs, ingénieurs et personnels administratifs du centre sont les ambassadeurs de la culture scientifique. Des actions ré- gulières sont menées par le service communication et médiation per- mettant d'expliquer la diversité des activités et les travaux de recherche dans les sciences du numérique. Il est essentiel pour le monde de la recherche de partager son travail et ses connaissances à un large public. Pour y parvenir, le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe élabore chaque année un plan de médiation qui fixe les priorités des actions à mener selon les publics. Il favorise le dialogue à l’intérieur même du centre mais il incite aussi à aller à la rencontre des citoyens, du monde éducatif (enseignants et élèves) et des industriels. partageons les sciences du numérique Les sciences du numérique Le terme « sciences du numérique » est utilisé pour désigner l’ensemble des sciences qui contribuent à la transformation numérique de notre société, au sein desquels Inria concentre son action dans le domaine des sciences informatique et mathématiques tels que l'informatique, l'automatique, la robotique, le traitement du signal, les réseaux et la communication numérique, la modélisation, la simulation et le calcul intensif. Le numérique au cœur de grands enjeux Les sciences du numérique jouent aujourd’hui un rôle déterminant pour notre économie et façonnent même plus largement la société en pleine mutation dans laquelle nous évoluons. Tous les secteurs d’acti- vité font désormais appel aux tech- nologies issues des sciences du numérique. Le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe s’engage activement dans la médiation scien- tifique pour permettre à un large public d’accéder à la culture nu- mérique et de comprendre les dé- marches scientifiques et les enjeux sociétaux qui lui sont rattachés. Les chercheurs échangent aussi régulièrement avec des industriels sur les enjeux liés au numérique et permettent ainsi à divers secteurs d’activité de bénéficier de l’expertise scientifique d’Inria dans des do- maines tels que l’internet des objets, l’optimisation, l’automatique et la robotique, la simulation numérique, les sciences des données, l’interac- tion Homme-Machine ou encore le génie logiciel. Une médiation scientifique au pluriel Au sein du centre de recherche Inria Lille – Nord Europe, la média- tion scientifique se caractérise par des actions très concrètes organi- sées tout au long de l’année en fonc- tion des publics visés. • En interne : Pour favoriser l’émergence d’une culture scientifique commune, un rendez-vous mensuel est proposé à l’ensemble du personnel baptisé «13h45». Pendant une demi- heure, un membre d’une équipe de recherche présente son sujet de recherche de manière vulgarisée et ludique, à un public composé de personnels administratifs et de scientifiques. Un autre format est proposé tous les mois aux équipes-projets, le « 30 minutes de sciences ». Ces rencontres entre chercheurs permettent de présenter de manière plus approfondie les projets et derniers développements des équipes.
  9. 9. 09#04 DECembre 2016 09 • Pour le milieu éducatif : Le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe, l’Université de Lille – sciences et technologies et l’aca- démie de Lille travaillent ensemble pour partager les savoirs et donner le goût des sciences aux collégiens, lycéens et enseignants de la région à travers différentes actions de sen- sibilisations. Cette collaboration s’il- lustre notamment chaque année par la co-organisation des Olympiades de mathématiques régionales. Ce concours a été créé en 2000 par le ministère chargé de l'éducation na- tionale. Il vise à développer le goût des mathématiques chez les élèves de première, toutes séries confon- dues, et se décline dans chaque académie. À Lille, un chercheur participe à la rédaction des sujets et au jury. Le centre de recherche or- ganise la cérémonie de remise des prix et accueille les lauréats et leurs familles en proposant une présen- tation sur un sujet de recherche en sciences du numérique. Le centre est aussi partenaire d’actions pro- posées par l’Université de Lille – sciences et technologies comme « Mathématiques itinérantes » ou « Informatique au féminin ». La promotion de la spécialité ISN (Informatique et Sciences du Numé- rique) pour les classes de terminales fait aussi partie des priorités fixées par le centre. Enfin, Inria s’adresse plus généralement au grand public à travers des conférences et débats citoyens auxquels les chercheurs participent tout au long de l’année. • Pour le monde socio-économique : Depuis 2010, Inria est implanté à EuraTechnologies avec un plateau de 200m² proposant des démons- trations des travaux des équipes de recherche lilloises. Ces démons- trations permettent d’appréhender nos sujets de recherche avec une approche pédagogique et de ré- pondre ainsi à la variété des profils des nombreux visiteurs du plateau : entrepreneurs, dirigeants, élus, étudiants, etc. Des rencontres thé- matiques régulières ou des confé- rences-débats sur des sujets en lien avec les sciences du numérique s’y déroulent aussi tous les mois. Dif- férents types de ressources et sup- ports de communication sur-me- sure sont également élaborés pour favoriser la diffusion d’informations auprès des industriels. Une équipe dédiée à la médiation Pour venir en appui à la stratégie nationale d’Inria pour la médiation scientifique, une équipe de corres- pondants médiation est désignée dans chaque centre, composée d’un scientifique et de communi- cants. À Lille, cette équipe rédige chaque année le plan de médiation en s’appuyant sur le réseau interne d’acteurs de la médiation scienti- fique. Ce travail collaboratif permet de faire évoluer les activités et les ressources mises à disposition en fonction des bilans précédents. Différentes ressources sont mutua- lisées au sein d’Inria et permettent ainsi de capitaliser sur les initiatives et de bénéficier des retours d’ex- périences. Autre dispositif proposé dans le cadre de la médiation scien- tifique, des formations sur-mesure destinées aux chercheurs per- mettent de les aider à parfaire leur prise de parole en public ou bien encore d’apprendre à vulgariser leur domaine de recherche.
  10. 10. 10 un moment fort de médiation scientifique Depuis 25 ans, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseigne- ment supérieur et de la Recherche organise la Fête de la science ; le rendez-vous annuel de tous les acteurs des sciences avec les ci- toyens. En région Hauts-de-France, de très nombreuses activités sont proposées durant une semaine ; animations, ateliers, conférences, village des sciences. En octobre 2016, plus de 300 événements gra- tuits organisés par une centaine de porteurs de projets se sont déroulés sur 90 communes. Ce temps fort de l’année est l’occasion pour Inria de proposer des activités originales au sein de chaque centre de recherche. Après l’organisation en 2007 et 2009 d’événements de grande envergure rassemblant plusieurs partenaires scientifiques et accueillant entre 1500 et 4000 personnes, le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe a mis en place l’opération « chercheurs itinérants » qui remporte un franc succès. Du sur-mesure avec «chercheurs itinérants» Pour aller à la rencontre des élèves de la région Hauts-de-France et leur permettre de découvrir les sciences du numérique à l’occasion de la Fête de la science, le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe a créé l’opération « Chercheurs itinérants ». Les chercheurs s’investissent clai- rement en allant dialoguer avec les élèves de collèges et lycées au sein même de leur établissement. Un pro- gramme d’interventions est proposé aux établissements scolaires sur une période de 15 jours. Les enseignants réservent une intervention et sont mis en relation avec les chercheurs pour calibrer le niveau de la présenta- tion. Il s’agit d’une parenthèse dans la journée de cours de ces adolescents qui leur permet de découvrir les thèmes de recherche abordés chez Inria. Lors de leurs interventions, les chercheurs présentent pendant une heure leur parcours, leur travail et les axes de recherche de leur équipe. Si le domaine des modèles statis- tiques ne passionne pas la plupart des élèves, c’est en leur expliquant comment il est possible de s’en servir pour créer un logiciel de traitement de données que les chercheurs réussissent par exemple à capter leur attention. Les visites de ces « chercheurs itinérants » s’achèvent généralement par un jeu de ques- tions/réponses avec les élèves. Depuis son lancement il y a plus de 10 ans, cette initiative remporte l’adhésion tant côté enseignants et élèves qui apprécient la souplesse, la facilité de la formule et la qualité des interventions proposées, que côté chercheurs qui prennent plaisir à pouvoir confronter leurs travaux devant des élèves souvent curieux de la diversité des sujets scientifiques. Médiation de proximité En se rendant directement dans les établissements de la région Hauts-de-France, les scientifiques deviennent les acteurs d’une forme de médiation de proximité qui permet d’effacer certaines barrières et de favoriser le dialogue. Cette année, les élèves ont par exemple pu découvrir la face cachée des robots défor- mables ou comprendre comment l’utilisation de leur téléphone portable pouvait représenter une source de données inépuisable. Les collégiens et lycéens se sont également passionnés pour les sujets liés aux objets connectés ou à l'interaction Homme-Machine. Avec cette démarche, le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe entend donner des clés de compré- hension sur les travaux de recherche en sciences du numérique, mais aus- si susciter l’intérêt et pourquoi pas, faire émerger de nouvelles vocations scientifiques. // dossier médiation scientifique La Fete de la science
  11. 11. 11#04 DECembre 2016 médiation scientifique dossier 11 AU PLUS PROCHE Des industriels Inria est présent au sein de l'écosys- tème EuraTechnologies, totem de la French Tech, avec un plateau de 200 m². Depuis sa création en 2010, le Plateau Inria s’est révélé être un réel outil de médiation scientifique autour de l’innovation en matière de numérique qui attire chaque année plus de 1500 visiteurs. Le Plateau Inria est un espace de démonstra- tions qui présente les travaux des équipes de recherche du centre et permet de favoriser les interactions entre la communauté scientifique, le monde économique et la société. Un espace de travail collaboratif est mis à disposition de l'ensemble des acteurs et un programme d'ani- mation est proposé tout au long de l'année. Dans un environnement privilégié, plusieurs démonstrateurs permettent d’illustrer certains thèmes des équipes-projets du centre. Actuellement, les démonstra- tions présentées sont en lien avec les sciences des données, l’internet des objets, la robotique ou bien encore l’interaction Homme-Machine. En plus des événements de grandes en- vergures que le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe organise en partenariat avec EuraTechnologies sur des sujets comme le big data ou la robotique, une rencontre plus ciblée appelée « RDV du Plateau » est proposée chaque mois. Un chercheur vient dialoguer avec des entreprises sur ses travaux de recherche et apporter son expertise pour les accompagner dans leurs développements. Un accueil privilégié pour les lycéens L’académie de Lille, Inria et l’Universi- té de Lille – sciences et technologies, accompagnent les établissements de la région qui proposent la spécialité ISN (Informatique et Science du Numérique) aux élèves en classe de terminale. L’objectif est de sensibiliser les lycéens à la diversité des sujets de recherche en sciences du numérique. Le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe propose d’accueillir les élèves qui ont choisi cette spécialité avec leurs enseignants sur le Plateau Inria à EuraTechnologies. Pendant deux heures, les lycéens découvrent une partie des travaux de recherche réalisés par les équipes du centre lillois et parlent des projets d’études qu’ils doivent mener dans le cadre de la spécialité ISN. Le format de cette rencontre et la qualité des échanges élèves/chercheurs sont plébiscités par les enseignants permettant aux élèves de se familiariser avec le monde de la recherche en sciences du numérique. La médiation scientifique chez Inria º inria.fr/recherches/ mediation-scientifique Les actions du centre de recherche Inria Lille – Nord Europe : inria.fr/ centre/lille/mediation La recherche sur un plateau
  12. 12. 12 // dessine-moi la recherche
  13. 13. 13#04 DECembre 2016
  14. 14. 14 // focus arts sciences D’un côté, il y a la rigueur scientifique, de l’autre la liber- té et la créativité artistique. Grâce à l’équipe-projet Mint, ces deux mondes que tout op- pose à priori, travaillent autour de projets communs depuis 2010. Quand l’intelligence ration- nelle des chercheurs croise l’intelligence émotionnelle, la rencontre est aussi surprenante que constructive. Les travaux réalisés par l’équipe-projet Mint(1) avec les artistes permettent de casser les barrières entre deux univers qui dans l’inconscient collectif étaient censés ne pas pouvoir se com- prendre. Cette collaboration prouve le contraire. « Même si les objectifs et les méthodologies diffèrent, ar- tistes et scientifiques partagent le même goût pour la prise de risque, l’innovation et recourent souvent à la totalité de leur intellect, dont l'émotionnel et l'intuitif, pour avan- cer », explique Laurent Grisoni, res- ponsable de l’équipe-projet Mint. Une collaboration avec Le Fresnoy Les chercheurs de l’équipe, qui travaillent sur l'interaction gestuelle et tactile entre homme et machine, ont pris conscience assez tôt que leurs travaux pouvaient intéresser d’autres domaines que l’industrie. « Mais au départ nous ne disposions pas de contacts dans le domaine artistique », se souvient Laurent Grisoni. Finalement, la collaboration avec Le Fresnoy à Tourcoing, établis- sement de formation artistique qui encourage ses étudiants à intégrer une composante technologique dans leur cursus, s’est imposée naturelle- ment. En 2011, dans le cadre de cette coopération originale, les chercheurs conçoivent une installation baptisée le Pharmakon dotée d’un casque de réalité virtuelle. Tout au long de l’année, l’équipe valorise ses travaux à travers des applications étonnantes où le numérique se met au service de l’œuvre artistique comme par exemple dans le projet d’opéra bapti- sé I.D. sur le thème du dédoublement, dirigé par le compositeur Arnaud Petit, co-écrit par Alain Fleischer (Directeur du Fresnoy mais aussi cinéaste, photographe, plasticien et écrivain français), en collaboration avec l’Université Mac Gill (Montréal, Canada) et Numédiart (Mons, Belgique). L’histoire met en scène un mime, une soprano et un avatar nu- mérique dont les mouvements sont déterminés en partie par ceux du mime. L’équipe a développé l'outil in- teractif permettant au mime d’animer l'avatar, et ce de manière « invisible » du public. D’autres projets, comme un livre tactile numérique, avec le dessinateur belge Dominique Maes, ou encore une fontaine interactive artssciences Livre tactile numérique des chercheurs en symbiose avec des artistes
  15. 15. 15#04 DECembre 2016 avec l'association les Yeux d'Argos (« Source »), et une cartographie numérique avec l'artiste Pauline Delwaulle (« Terra Incognita ») sont aussi sur le point d’être finalisés. Outil de médiation et de valorisation Entre l’équipe-projet Mint et le Fresnoy, la dynamique ne s’essouffle pas, bien au contraire, puisque cette collaboration présente des avantages pour les deux parties. D’un côté, les étudiants prennent conscience d’enjeux technologiques permettant d'aller au-delà de la simple ingénierie. L’équipe, quant à elle, bénéficie d’une visibilité plus large. Ces œuvres constituent à la fois un outil de médiation et de valorisation. Cette dynamique participe à la stratégie « d'open innovation » dans la mesure où elle nourrit d’autres partenariats avec le monde de l’entreprise. En atteste la collaboration de l’équipe de recherche au Damassama, installation de Léonore Mercier créée en 2012 au Fresnoy. À partir de cette œuvre qui transforme le visiteur en chef d’orchestre, grâce à des capteurs qui suivent ses gestes, un outil logiciel (la librairie Gina) a été produit et a fait l'objet par la suite de contrats industriels, notamment avec des PME régionales. Pour que les synergies avec les artistes fonctionnent, les projets doivent constituer un défi technologique ou scientifique intéressant tout en étant réalisables dans des délais raisonnables. Les chercheurs doivent aussi accepter d’opérer dans l’incertitude et de s’engager dans des projets fondés sur l’intuition de leur interlocuteur plutôt que sur l'ex- pression explicite d’un besoin. Mais la récompense est à la hauteur de leurs efforts : « Voir naître de belles réalisations est une expérience humaine extraordinaire », résume Laurent Grisoni. Si l’équipe-projet Mint a joué un rôle pionnier dans la région Hauts-de-France, les collaborations artistes-chercheurs se généralisent. Cette stratégie est maintenant reprise par des clusters de développement économique comme EuraTechnologies et la Plaine Images. Plusieurs centres de recherche Inria s’y intéressent aussi. Damassama º lifl.fr/mint (1) Commune avec le CNRS et l'Université Lille - sciences et technologies.
  16. 16. 16 // focus machine learningmachinelearning L'apprentissage automatique ou « machine learning » s’applique déjà au domaine des achats sur internet. Ce domaine, très en vogue, per- met de faire des analyses prédictives précises grâce à des algorithmes. Concrète- ment, grâce à l’exploitation de nombreuses données, les sites internet sont désormais capables de vous recomman- der des produits en fonction de vos envies. « La publicité et le marketing représentent au- jourd’hui les principales applica- tions du machine learning. Cela a un très fort impact économique. Personnellement, je voulais mener des recherches avec un impact social plus important », précise Alessandro Lazaric, chercheur au sein de l’équipe-projet Sequel(1) du centre de recherche Inria Lille – Nord Europe. Il a alors choisi de s’intéresser aux systèmes éducatifs, un secteur en pleine mutation avec l’émergence des nouveaux outils : MOOC, serious games ou plate- formes web d’apprentissage. « Le machine learning repose sur l’ana- lyse de grandes bases de données et ces nouvelles technologies nous permettent aujourd’hui de recueillir ces données ». Des expertises complémentaires L’association entre l’équipe-projet Sequel et des chercheurs de l’Univer- sité Carnegis Mellon de Pittsburgh (États-Unis) a donné naissance à une équipe associée baptisée Edu- band. D’un côté, les chercheurs Inria Alessandro Lazaric et Michal Valko apportent leur expertise en ma- tière de machine learning, de l’autre l’équipe américaine connaît plus spécifiquement les problématiques liées aux systèmes d’apprentissage. Concrètement, les chercheurs enre- gistrent les réactions d’un utilisateur qui suit une session de formation. Ils développent ensuite un algorithme capable d’analyser toutes ces don- nées et d’en tirer des recommanda- tions pour faciliter l’apprentissage. « L’objectif est que la plate-forme puisse proposer automatiquement à l’étudiant des exercices per- mettant d’insister sur ce qu’il n’a pas compris et d’accélérer sur les points qu’il maîtrise », précise Ales- sandro Lazaric. Appliquer le machine learning à l’éducation Spécialisée dans l'apprentis- sage automatique séquentiel, l’équipe-projet Sequel collabore depuis deux ans avec des cher- cheurs de l’Université Carnegie Mellon de Pittsburgh. Cette équipe associée franco-améri- caine, nommée Eduband, étudie comment le machine learning peut améliorer les nouveaux outils éducatifs
  17. 17. 17#04 DECembre 2016 17#04 DECembre 2016 (1) Commune avec le CNRS, l'Université de Lille - sciences et technologies, et l'Université de Lille - sciences humaines et sociales. Des paramètres très subjectifs Concevoir des algorithmes ca- pables d’intégrer toutes les notions liées à l’apprentissage s’avère assez complexe. « Nous n’avons pas pu adapter les algorithmes existants, il a fallu intégralement créer de nou- velles solutions ». En effet, en ma- tière d’apprentissage, les aspects humains et psychologiques ou en- core la performance des élèves sont difficiles à mesurer. « Une mauvaise réponse à un exercice n’est pas for- cément négative du point de vue du processus d’apprentissage, car elle permet aussi de progresser, re- marque Alessandro Lazaric. Or, les systèmes de machine learning ont besoin d’une trace claire pour savoir s’il y a une progression ou non. Et cela s’avère très difficile à définir ». Le niveau d’intérêt d’un étudiant ou encore l’ennui et la fatigue sont aus- si des notions très subjectives. S’adapter aux caractéristiques des utilisateurs Pour adapter ses travaux aux be- soins des élèves, l’équipe associée s’est rapproché d’un site de révision en ligne pour collégiens et lycéens. L’objectif est d’améliorer ce type de plateformes web pour qu’elles s’adaptent automatiquement au profil des utilisateurs. « Certains élèves préfèrent avoir beaucoup de contenus avant de passer aux exercices. D’autres apprennent mieux en multipliant les exercices. Nous voulons créer un système qui s’adapte de façon naturelle aux ca- ractéristiques et aux exigences des utilisateurs ». Même si ces techno- logies ne se substitueront jamais complétement au travail des pro- fesseurs, elles pourraient un jour faire leur apparition dans les salles de classes. « Pourquoi ne pas ima- giner par exemple des moments de travail personnalisés pour chaque élève sur tablette avec des exer- cices spécifiquement recomman- dés pour lui ? », conclut Alessandro Lazaric. º team.inria.fr/sequel
  18. 18. 18 // best-of Rencontres Inria-Industrie : Interactions avec les objets et services numériques Le 25 novembre a eu lieu la rencontre Inria - Industrie sur le thème « Interaction avec les objets et services numériques » à l’Imaginarium de Tourcoing. Cet événement était organisé en partenariat avec la Plaine Images et CVSTENE dans le cadre de la « Semaine de la recherche et de l'innovation » des Hauts-de-France. L’objectif de cette journée était de faire connaître les travaux d'Inria et de mieux comprendre les besoins des industriels pour établir des liens entre les deux communautés qui pourront déboucher sur des projets de collaboration et de transfert de technologies. Quatre conférences, douze démonstra- tions, et huit pitchs d'entreprises autour de la thématique de l'interaction Homme-Machine ont attirés plus de 230 personnes. numériqu'elles À l’initiative d’IBM Services Center et en partenariat avec l'Université de Lille - sciences et technologies et Inria, l’événement Numériqu’elles a sensibilisé plus de 360 collégiennes et lycéennes aux métiers du numérique le 10 novembre dernier à EuraTechnologies. Le Plateau Inria a ouvert ses portes, permettant aux élèves de découvrir les dernières innovations en sciences du numérique. La Semaine de la Recherche et de l’Innovation Du 21 au 27 novembre, les acteurs de la recherche et de l’innovation en Hauts-de-France, dont le centre de recherche Inria Lille – Nord Europe, se sont mobilisés pour valoriser le potentiel du territoire, mais aussi sensibiliser et accompagner les entrepreneurs régionaux pour développer ou initier des projets innovants. Parmi les manifestations programmées sur l’ensemble du territoire régional, Inria était présent sur 6 d’entre elles en lien avec les sciences du numérique. PRIx inria décerné à inriateCH Les Prix Inria ont pour vocation de promouvoir les contributions et succès de celles et ceux qui font avancer les sciences du numérique. Le Prix Inria du soutien à la recherche et à l’innovation 2016 a été attribué aux services administratifs du centre pour le déploiement de la plate-forme InriaTech, dispositif dédié au trans- fert de technologies des équipes de recherche vers les entreprises. Ilnefallaitpasmanquer... PRIX Retour sur... La célébration du 50e chercheur Inria Depuis bientôt 15 ans, Inria investit en Hauts- de-France pour développer une recherche d’excellence et de renommée internationale dans le domaine des sciences du numérique, avec une mission de transfert technologique vers l’écosystème régional. Cet investissement passe principalement par le recrutement de chercheurs de haut niveau. Nous avons eu le plaisir de célébrer le 20 octobre dernier, en présence de Guillaume Delbar, Vice-président de la MEL et de Nicolas Lebas, Vice-président du Conseil régional Hauts-de-France, le recrutement du 50e chercheur Inria recruté à Lille.
  19. 19. sur twitter... 19#04 DECembre 2016
  20. 20. 20
  21. 21. 21#04 DECembre 2016 portrait Des quantités astronomiques de données transitent au quotidien sur les différents réseaux sociaux, d’information, ou économiques sur le web. La gestion et l’exploitation de ces volumes de données croissants représentent des enjeux très im- portants pour les entreprises dans des domaines aussi diversifiés que l’industrie ou la médecine. Chercheur belge, Jan Ramon a rejoint il y a un an l'équipe-projet Magnet(1) du centre de recherche Inria Lille - Nord Europe. L'équipe développe des méthodes avancées pour relever plusieurs défis de taille. “Il est essentiel d'avoir des méthodes en statistique et algorith- miques appropriées et des modèles de calcul haute performance pour relever les défis de prédiction. En médecine par exemple, il est possible de développer des modèles prédictifs à partir d’une base de données de patients pour déterminer le meilleur traitement”. Dans ce domaine de recherche, il est important de tenir compte de la législation en matière de droit au respect de la vie privée. Dans le secteur bancaire par exemple, la loi oblige les établissements à stocker des données mais interdit l’utilisation de ces informations pour des raisons évidentes de confidentialité. “Nous devons travailler dans le respect de la loi. Même si ces données ont des valeurs sociétales et économiques importantes, nous ne pouvons pas les exploiter sans l’autorisation des clients”, ajoute Jan Ramon. FAVORISER LA COMMUNICA- TION ENTRE SMARTPHONES L’exemple des sites internet de covoiturage symbolise également parfaitement les possibilités d’évo- lution de méthodes qui minimisent le risque d’atteinte à la vie privée. Bientôt, il ne sera peut-être plus nécessaire de rendre public ses itinéraires et de les publier manuel- lement sur les sites. “Il existe des solutions pour automatiser ces actions si votre mobile vous connaît suffisamment. Votre smartphone ou votre tablette peuvent par exemple entrer en communication directement avec d’autres appa- reils mobiles et ainsi partager des informations uniquement avec les utilisateurs susceptibles d’être concernés”. Entre l’industrie, la recherche médicale ou encore les organisations à but non lucratifs, les méthodes développées par l’équipe-projet Magnet peuvent être appliquées dans beaucoup de domaines dont certains n’ont pas encore été explorés. Adapter les fondamen- taux scientifiques à la pratique Déjà primé en 2009 d'une bourse ERC starting grant pour ses travaux sur le big data, puis en 2014 d'une bourse proof-of-concept pour ses recherches dans le domaine de la biologie, Jan Ramon vient de se voir décerner une nouvelle bourse ERC proof-of-concept. Il s’agit d’une distinction qui récompense l’excellence des chercheurs et des projets qu’ils rédigent. Pour adapter ses travaux aux besoins des industriels, le chercheur ne s’éloigne jamais du monde de l’entreprise. “Je m’intéresse de très près aux possibilités d’exploitation de nos théories dans la pratique. Nous allons continuer à discuter avec les banques ou encore avec les sites de crowdsourcing pour savoir comment améliorer leurs services grâce au principe de l’exploitation des données tout en diminuant les risques liés à la vie privée”. Avec le nombre de données croissant, cette problématique pourrait devenir une priorité pour beaucoup d’entreprises dans les années à venir. º team.inria.fr/magnet relever le défi de la prédiction Jan Ramon (1) Commune avec le CNRS, l’Université de Lille - sciences humaines et sociales et l'Université Lille - sciences et technologies.
  22. 22. 22 // rendez-vous RDV du Plateau Chaque mois, ne manquez pas Les Rendez-vous du Plateau organisés sur le Plateau Inria situé à EuraTechnologies. Une équipe-projet Inria vient à la rencontre des entreprises locales afin de favoriser le transfert de technologies vers l’écosystème régional. Au programme de ces rencontres : cloud computing, big data, interactions Homme-Machine, génie logiciel, machine learning… autant de sujets de recherche pointus qui vous seront exposés. 8e Conférence « Finite Volumes for Complex Applications » Du 12 au 16 juin 2017, Centre LILLIAD - Cité scientifique, Villeneuve d’Ascq 18e Conférence « JOBIM » Du 3 au 6 juillet 2017, Lille Grand Palais, Lille FVCA est une conférence internationale qui se réunit tous les trois ans depuis sa première édition à Rouen en 1996. Son but est de rassembler des mathématiciens, des physiciens et des ingénieurs concernés par les méthodes numériques volumes finis, aussi bien sur des aspects théoriques qu’applicatifs, et de leur permettre de présenter leurs derniers résultats scientifiques dans le domaine. Cette 8e édition est co-organisée par l’équipe de recherche Rapsodi du centre Inria de Lille. Depuis 1967, Inria a contribué à façonner le monde numérique que nous connaissons aujourd'hui. L’année 2017 sera l’occasion pour l’institut de montrer comment, 50 ans après sa création, les recherches en sciences du numérique s’attachent à relever les grands défis du 3e millénaire. Le regard tourné vers 2067, Inria invitera ses collaborateurs, ses partenaires et ses publics à conce- voir ensemble un futur numérique désirable. JOBIM est une conférence annuelle interdisciplinaire majeure pour la communauté scientifique fran- çaise. Elle rassemble toutes les personnes travaillant aux frontières de la biologie, de l'informatique, des mathématiques et de la physique et s'intéressant à l'analyse, la compa- raison et l'exploitation des données génomiques et post-génomiques. Comme chaque année la confé- rence JOBIM est placée sous l’égide de la Société Française de Bio-informatique. La confé- rence, co-organisée par les deux équipes-projets lilloises Modal et Bonsai, prévoit d’accueillir environ 500 professionnels et chercheurs sur le sujet. º indico.math.cnrs.fr/event/1299 º project.inria.fr/jobim2017 Imaginons notre futur numérique º Retrouvez toute l’actualité d'Inria sur www.inria.fr
  23. 23. contact Parc scientifique de la Haute Borne 40, avenue Halley Bât A - Park Plaza 59650 Villeneuve d’Ascq France (+33) 03 59 57 78 00 (+33) 03 59 57 78 50 º inria.fr/lille º contact-lille@inria.fr @Inria_Lille Découvrez les coulisses du centre au travers de notre Tumblr Between Us ! º inrialille.tumblr.com // Centre de recherche Inria Lille - Nord Europe // Plateau Inria, Euratechnologies Inria est présent au sein d'EuraTechnologies avec un plateau de 200 m² présentant les travaux de ses équipes de recherche. L’objectif est de favoriser les interactions entre la communauté scientifique, le monde économique et la société par le biais de démonstrateurs et d'un programme d’animation thématique proposé tout au long de l’année. Suivez les activités du Plateau sur Twitter @Plateau_Inria 23#04 DECembre 2016
  24. 24. C I N E M A SANTÉ AÉROSPATIALE LOGICIEL ET CLOUD SÉCURITÉ VIE PRIVÉE VILLES TRANSPORTS INTELLIGENTS EDUCATION ET LOISIRS ENERGIE - ENVIRONNEMENT RÉSEAUX OBJETS CONNECTÉS HEALT H USINE DU FUTUR BIENVENUE DANS le monde inria Le numérique traverse tous les domaines économiques. Les relations Inria-entreprises sont donc variées et les innovations qui en découlent également. www.inria.fr/centre/lille

×