SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  45
Télécharger pour lire hors ligne
Théo le Besnerais Jury N°3
Jeudi 18 septembre 2014
Rapport de projet tuteuré :
Licence Professionnelle Assurance, Banque, Finance Back et
Middle Office spécialité :
« Suivi administratif et contrôle de gestion des
opérations bancaires »
2
« Mise en place d’IntelliMATCH :
respecter les pratiques réglementaires du 1
pour 1 et aider les collaborateurs à se
former par la rédaction d’une procédure
opérationnelle.»
3
L’objectif a été de former les membres de mon équipe et d’adapter mon
secteur à un nouveau logiciel de réconciliation appelé IntelliMATCH déjà en partie
disponible depuis 2010 chez CA-CIB : il impactera les produits FX&MM et
apportera une méthode supplémentaire de maîtrise des opérations en suspens. Pour
réaliser mon projet, j’ai d’abord effectué des recherches sur ce logiciel afin de
mieux l’appréhender. Au vu des résultats de mes recherches, j’ai décidé de réaliser
un support explicatif « une procédure » à l’usage de l’équipe pour lui permettre
d’utiliser IntelliMATCH dans ses fonctions les plus essentielles.
The aim was to train the members of my team and adapt my sector to the new
reconciliation software called IntelliMATCH, already available since 2010. It will
impact FX&MM products and will provide an additional method of control over
pending operations. To realize my project, I first carried out some research into the
software in order to gain a better understanding. Given the research results, I
decided to carry out a procedure for the usage of the team to allow them to use
IntelliMATCH and its essential functions.
Report on my project
Terms of reference:
Corinne Behmoaras-Cavalier, head of Forex and Money Markets Confirmations department,
has requested this report on IntelliMATCH and especially on how to adapt our department to
these new regulations with this new software. The report was submitted to him in August,
2014.
Procedure:
I worked on this project and I decided to organize my work as follow :
- Explain to the team what IntelliMATCH is
- Answer their questions about IntelliMATCH
- Find solutions to adapt the department and provide necessary documentation
Findings:
1. IntelliMATCH is a new European software which will be effective on December 2014
2. IntelliMATCH will impact the market and the product we deal with in our department
will be concerned by the regulations
3. IntelliMATCH will impose these changes on the team:
- We will have to verify the confirmations to counterparties with a new set
- We will have to check the counterparties’ confirmations within 24 hours
- Counterparties will have to check sign our confirmations more quickly
4. IntelliMATCH will introduce three groups of counterparties
Conclusions:
1. IntelliMATCH will reduce our set deadline and we will have to confirm more quickly
to the counterparties
2. The team needs to be informed about IntelliMATCH and know with precision the
changes’ IntelliMATCH will introduce
3. I had to find new solutions to maximize our work with a new procedure
Solutions:
1. I did a PDF presentation where I explained to the team what IntelliMATCH is
2. I will answered the team’s questions with a FAQ section
4
3. On my recommendation, the IT department will enrich the software because it will
help us to work more quickly: with this software we can reconcile or/and verify our
confirmations for example
4. I devised a new method for checking counterparties’ confirmations
Théo le Besnerais
6 rue Daumier
75016 PARIS
+33 7 86 76 54 66
Graduate in Finance looking for a Back and Middle Office job
Work experience :
 2013 to Present : Back Office Operator , Credit Agricole Corporate and Investment
Bank (work and study program)
- Sending confirmations to counterparties
- Finding settlements with counterparties
- Checking counterparties’ confirmations
- Sending reminders to counterparties
 2010 to 2012: Financial counselor, LCL (block-release training)
- Selling bank products to a client portfolio
- Phoning
- After sales banking service
 2008 to 2010: Work placement as a nurse
- Hosting and Managing customers’ needs
Education:
 2012-2013: Bachelor’s degree in Banking, Finance and Insurance: back and middle
office, Descartes university, Paris
 2010-2013: Two- year technical degree in banking, CFPB Paris
 2006-2008:
 2005-2006:
 2005: Scientist Baccalaureat with honours
Languages:
 French (mother tongue)
 English (advanced level)
5
 Spanish (high school level)
Computer skills:
 Microsoft office (Word, Excel and Powerpoint)
 Open office
 IntelliMATCH, DIG, CityNet, Cibos
Personal Interests:
 Member of the American Library of Paris
Théo Le Besnerais
6 rue Daumier
75016 PARIS
07 86 76 54 66
tlbtlb10@gmail.com
September 18th 2014
Application for a back or middle office operator position
Dear Madam, Dear Sir,
I am pleased to apply for the position of back or middle office operator advertiser by your
company.
Over my three years of experience in banking, I worked for two years as a financial
counselor during my two-year technical degree in Banking and one year as a Forex and Money
Markets as a back office manager during my bachelor degree in Paris Descartes University.
In my last job, I was in charge of sending confirmations to counterparties, finding settlement
with counterparty, checking counterparties’ confirmations and sending reminder to
counterparties.
I would prefer to work in a back and middle office, however I am willing to consider any
position that you might offer me. Your company would provide me with the best possible
opportunity to apply the skills I have already acquired and develop new ones.
I would appreciate the opportunity of meeting you to discuss my interest in this position,
and look forward to hearing from you soon.
Best wishes,
6
Théo Le Besnerais.
7
Le logiciel
IntelliMATCH
développé par
SunGard permet de
réaliser la
réconciliation des
opérations entre
ces 2 logiciels.
Cibos : c’est la base de suivi des confirmations, grâce à laquelle on peut
vérifier le statut de chaque transaction saisie par le Front Office
« Mise en place d’IntelliMATCH : respecter les pratiques réglementaires du 1 pour 1
et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une procédure
opérationnelle.»
Dans un environnement économique mondial devenu aussi complexe que concurrentiel, les banques de
marchés accompagnent les entreprises, les institutions et les gouvernements pour leur permettre d’atteindre
leurs objectifs au travers de solutions idoines, simples et innovantes. Les gestionnaires Back-office
Confirmation Change Trésorerie de CA-CIB font régulièrement face à des incidents (« opérations en
suspens »), et l’équipe ne disposait pas de procédures les recensant pour ensuite les résoudre. Ces incidents
peuvent avoir des répercussions économiques. J’ai donc décidé de développer « une procédure
opérationnelle » qui permette de les recenser ; répondant ainsi à des objectifs réglementaires afin
d’améliorer la qualité de traitement. « La procédure opérationnelle » s’applique et s’appliquera sur le logiciel
IntelliMATCH pour les secteurs CASA FX&MM et CA-CIB FX&MM.
Une parcellisation des tâches engendre des
effets pervers. La polyvalence permet
résoudre les opérations en suspens.
Fonctionnement en « open space », permet de
développer la communication et de faire circuler
l’information entre différents secteurs Confirmation.
Un logiciel IntelliMATCH prochainement connu des collaborateurs
Mon résultat collaboratif, UNE PROCEDURE OPERATIONNELLE
2 logiciels (Cibos + Citynet) centralisé sur 1 système de RECONCILATION (Back to Back) = IntellIMATCH
CityNet : c’est le logiciel propre au Back Office qui centralise l’ensemble
des transactions. Il permet de visualiser les détails des opérations : date de
négociation et de valeur, montants et devises échangés, contrepartie
concernée ainsi que le fond sur lequel a été enregistré (« booké ») le deal.
SOMMAIRE
REMERCIEMENTS........................................................................................................................................... 9
INTRODUCTION...........................................................................................................................................10
PRÉSENTATION DU CRÉDIT AGRICOLE CIB ET DE SES ACTIVITÉS....................................................................12
I.LE SERVICE DES CONFIRMATIONS CHANGES ET TRÉSORERIE : UN SERVICE TRAVAILLANT SUR DES PRODUITS SIMPLES MAIS
COMPLEXES..........................................................................................................................................................14
A.Les missions du gestionnaire au sein du service.........................................................................................14
B.Le back office Confirmations Changes et Trésorerie : un service qui traite des produits standards..........16
1.Le swap de change......................................................................................................................................16
2.Le spot interbancaire..................................................................................................................................17
3.Le forward de change ou change à terme..................................................................................................17
4.Les Non Delivery Forward (NDF).................................................................................................................17
5.Le prêt/emprunt cash .................................................................................................................................18
C.Les risques qui peuvent impacter le service................................................................................................19
1.Le risque opérationnel................................................................................................................................19
2.Le risque de contrepartie............................................................................................................................19
3.Le risque de marché....................................................................................................................................20
D.La charge de travail du service depuis 2012...............................................................................................20
II.LE CONTEXTE DE LA MISE EN PLACE D’INTELLIMATCH : LA VOLONTÉ DE CONTRÔLE, DE TRAÇABILITÉ MAIS AUSSI DE RÉACTIVITÉ.
.........................................................................................................................................................................21
A.Les produits financiers : sous haute surveillance........................................................................................21
1.Les réconciliations Front / Back en Middle-Office :.....................................................................................21
2.Le développement croissant des départements de « suivi des risques » et de contrôle permanent :........22
22
3.Les contraintes réglementaires les plus récentes : DFA et EMIR................................................................23
B.La nouveauté « IntelliMATCH » : une réconciliation « BACK / BACK » à la main du Back-Office :.............23
1.La nécessité d’un rapprochement en interne :............................................................................................23
2.La nécessité d’une meilleure réactivité du Back-Office :.............................................................................24
III.MON PROJET : « MISE EN PLACE D’INTELLIMATCH : RESPECTER LES PRATIQUES RÉGLEMENTAIRE DU 1 POUR 1 ET AIDER LES
COLLABORATEURS À SE FORMER PAR LA RÉDACTION D’UNE PROCÉDURE OPÉRATIONNELLE »................................................26
A.La phase de définition du projet : bien cerner les exigences du projet.......................................................26
1.Le « diagnostic » de l’existant : une nouveau logiciel peu connue des collègues.......................................26
2.Les ressources à ma disposition pour réaliser le projet..............................................................................29
8
Difficultés :- Les difficultés de
synergies entre les fonctions IT
et les fonctions métiers, en
avant-projet = pré-production.
Objectifs du projet :
• Permettre une plus grande autonomie des gestionnaires
Back-Office en leur proposant une procédure d’utilisation
du système, via les « CASES ». Situation de production
concluante. Formation à prévoir pour IntelliMATCH.
Le projet évoluera grâce à l’ensemble des
collaborateurs qui y apporterons leur
contribution en créant de nouveaux « CASES ».
Une automatisation au service de la productivité est
souhaitée et un gain de temps évident guide le
traitement du flux des opérations FX&MM.
La mise à jour du projet dans le futur
3.Les contraintes liées au projet ...................................................................................................................30
4.Le livrable et les résultats attendus............................................................................................................30
B.La phase de planification : l’organisation des activités..............................................................................30
C.Les étapes de réalisation du projet.............................................................................................................31
Etape 1 : Effectuer des recherches pour connaitre et appréhender IntelliMATCH........................................31
Etape 2 : La réconciliation : de la phase test à la phase de production.........................................................32
Etape 4 : Rédaction de la procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (cf ANNEXE)......................35
CONCLUSION............................................................................................................................................... 37
GLOSSAIRE................................................................................................................................................... 38
BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................... 41
ANNEXE....................................................................................................................................................... 42
Procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (Livrable)....................................................................42
Remerciements
Je remercie tout d’abord Madame Brigitte Avellaneda, vice-responsable de la
formation pour m’avoir guidée dans la réalisation de ce travail lors des soutenances d’étapes,
pour ses précisions quant à la forme et ses critiques qui m’ont beaucoup aidée.
Mes remerciements vont aussi à Mr Patrice Fromager, responsable de cette licence,
pour ses conseils lors de la relecture de mon plan.
Je tiens à remercier Madame Corinne Behmoaras-Cavalier et toute l’équipe pour leur
9
implication et leur aide dans la détermination du sujet. Durant cette année, ils m’ont beaucoup
aidée sur la partie plus technique et sur les améliorations possibles.
Je souhaite également remercier, différents collaborateurs au sein de Crédit Agricole
CIB, à qui j’ai pu demander des conseils lors de la rédaction de ce mémoire. Et plus
particulièrement à ma collègue Emma Etienne, apprentie en licence, avec qui j’ai pu réfléchir
sur la dernière partie concernant les préconisations.
Enfin, je remercie Yves-Michel Leporcher, responsable de l’équipe-projet en charge
de l’intégration d’IntelliMATCH au sein de Crédit Agricole CIB, ainsi que Koumba Ly et
Nina Kazihise pour leurs disponibilités quotidiennes et leurs précisions importantes sur
l’organisation de la banque face au changement.
Introduction
Depuis septembre 2013, je suis apprenti au service Back Office Confirmations Change
et Trésorerie du Crédit Agricole Corporate and Investment Bank. Nous nous occupons des
opérations post-trading qui concernent les swaps, les prêts et les emprunts. Je fais partie d’une
structure complexe dont tous les maillons sont solidaires. La description des mes activités et
mon apprentissage apportera des précisions sur cette année riche d’enseignements et de
rapports humains.
10
Afin de comprendre le « pourquoi » de la mise en place de ce logiciel au sein du Back-
Office FX & MM, nous devons expliquer les contraintes auxquelles les établissements
financiers doivent répondre.
En effet, depuis 2008 et l’affaire Kerviel notamment, les établissements financiers
français et américains sont sous haute surveillance en ce qui concerne notamment les produits
Over The Counter (OTC) dont le FX mais également le Money Market. Ainsi depuis 2013, le
régulateur américain impose la réglementation Dot Franck Act (DFA) et depuis février 2014,
le régulateur européen impose EMIR : dans le deuxième cas, le but est la traçabilité de toute
opération OTC.
Dans ce contexte international de traçabilité des opérations, il a été décidé de mettre en
place un outil de réconciliation interne et unique, pour affiner en amont, le contrôle entre deux
outils que nous utilisons Cibos (Outil de Gestion) et CityNet (Outil de Matching).
Ainsi IntelliMATCH permet de vérifier que toute opération saisie par notre Front-
Office, se déversant dans CIBOS, pourra être confirmée avec une contrepartie. On parle de 1
pour 1 : 1 deal saisi / 1 deal matché avec la contrepartie et donc 1 deal traçable.
Suite à la mise en place de ce nouveau logiciel en interne, le sujet de mon projet
tuteuré s’est imposé naturellement car adapter IntelliMATCH au back-office tout en
respectant les nouvelles normes et les nouveaux délais imposés, me paraissent être deux
enjeux de taille pour CA-CIB. IntelliMATCH, une fois adapté au back-office Confirmations,
va impacter de manière significative son activité quotidienne. Chacun au sein du back-office
sera alors obligé d’être plus réactif pour assurer le bon déroulement de ses tâches. Toute
modification de l’activité quotidienne nécessite communication de l’équipe.
Mon projet qui s’intitule « Mise en place d’IntelliMATCH : respecter les pratiques
réglementaires du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une
procédure opérationnelle » va s’articuler en deux temps. Je vais d’abord réfléchir à des
solutions pour adapter IntelliMATCH aux différents produits et contraintes du back-office.
Ensuite mon objectif sera d’écrire une procédure pour la formation des différents
gestionnaires.
11
Présentation du Crédit Agricole CIB et de ses activités
Le Crédit Agricole CIB est la banque d’investissement et de financement du groupe
Crédit Agricole. Elle est née en 2004 grâce à la fusion des activités de banque de financement
et d’investissement du Crédit Lyonnais et du Crédit Agricole Indosuez. A l’origine la banque
était nommée Calyon mais son nom fut changé en 2010. Le Crédit Agricole CIB, c’est
aujourd’hui 9500 collaborateurs répartis dans 30 pays avec pour les activités suivantes :
Actuellement, la banque s’est imposée comme un acteur important sur le plan
international et a su maintenir ses classements dans ses métiers d’excellence : elle est au
troisième rang mondial des chefs de file et teneurs de livres dans la zone Europe, Moyen-
Orient et Afrique, elle occupe la quatrième place mondiale des émissions obligataires et le
deuxième rang mondial des émissions des institutions financières en euros. Les trois
principales agences de notations lui ont attribué les notes suivantes :
12
Mon service se
situe ici
Notations
Dette long
terme
senior
Perspective
Dernière
décision
de
notation
Décision de notation
Dette
court
terme
Standard & Poor's A Négative 10/07/2014
Notations CT et LT affirmées ;
perspective négative de la note LT
inchangée
A-1
Moody's A2 Négative 29/05/2014
Dégradation de la note LT avec
perspective négative ; confirmation de
la note CT
Prime-1
FitchRatings A Stable 03/07/2014
Affirmation des notes LT/CT ;
perspective stable de la note LT
inchangée
F1
En 2014, la banque est confrontée aux enjeux suivants :
• Assurer la pérennité des activités malgré la crise financière actuelle
• Conserver une bonne réputation auprès de ses clients
• S’adapter aux changements réglementaires initiés aux Etats-Unis et en
Europe
• Organiser ses déménagements sur les sites d’Evergreen à Montrouge et
sur Saint Quentin en Yvelines
Le pôle CMO (Capital Markets Operations) dans lequel j’évolue, exerce une
responsabilité mondiale sur l’ensemble des fonctions « Support Opérationnel » (Middle et
Back Office) dédiées aux activités de marchés. CMO a pour principales mission d’assurer le
traitement de toutes les opérations de marché durant l’ensemble de leur cycle de vie, dans les
meilleures conditions de qualité, sécurité, coût et délai.
Implanté mondialement à Paris, Londres, en Amérique et en Asie, CMO s’est
récemment étendu à toute l’Europe, au Moyen Orient et en Afrique (EMEA).
L’enjeu principal de CMO est d’assurer la production quotidienne et de continuer à
améliorer son dispositif de maîtrise des risques opérationnels :
• Poursuivre le renforcement du dispositif de contrôle
• Mener à bien les projets stratégiques de sécurisation des chaînes de
traitement post-trade (déploiement des Middle Offices, refonte des
rapprochements FO/BO...)
• Accompagner les projets d’optimisation de Système Informatique et
gérer les impacts sur les organisations.
13
I. Le service des Confirmations Changes et Trésorerie : un service travaillant
sur des produits simples mais complexes.
A. Les missions du gestionnaire au sein du service
Le service de confirmations Change et Trésorerie est en charge des back offices de
Paris, LCL, Crédit Agricole SA ainsi que ces caisses régionales.
Rôle de la confirmation dans le processus d’une transaction standard sur le marché des
changes et de la trésorerie
Les deux traders concluent une opération bilatéralement et sont en relation directe
pour la négociation et le traitement administratif. Notre service va alors envoyer à la
contrepartie une confirmation qui reprend les différents détails d’ordre financier et juridique
de l’opération. Nous utilisons pour cela les normes du contrat l’International Swap and
Derivatives Association, plus communément appelé « contrat ISDA », pour les transactions
avec les pays autres que la France ou la convention de la Fédération Française des Banques
pour les transactions conclues avec des contreparties françaises. Cette convention, qui déroge
au droit des pays qui l’utilisent, est une convention sur mesure qui s’adapte aux types de
produits qui sont conclus.
Sur un marché de gré à gré, la confirmation est l’acte écrit dans lequel les contreparties
décrivent une opération effectuée entre elles et les engagements qui en découlent. Il s’agit
donc d’un contrat juridique obligeant les deux parties et qui doit être authentifié par chacune
d’elle.
Par extension, ce terme est utilisé aussi à propos d’opérations effectuées sur les
marchés organisés. Il s’agit alors d’un « avis d’opéré » dans lequel le marché signifie que
l’ordre qui lui a été confié a été exécuté (totalement ou partiellement).
14
Trader du Credit
Agricole CIB
Trader de notre
contrepartie
Mes missions au sein de ce service sont les suivantes :
 Emettre les confirmations :
Cette tâche consiste à envoyer à la contrepartie dans un délai le plus rapide, les
confirmations des transactions initiées par nos traders.
 Gérer les litiges avec les contreparties, les Back Offices et les Middle Offices :
Il s’agit ici d’apporter des modifications à nos confirmations lorsqu’il y a des désaccords
sur les différents termes financiers présents sur les confirmations. Pour cela nous devons
travailler en synergie avec le back office de notre contrepartie ainsi qu’avec nos middles et
front offices.
 Contrôler les confirmations reçues des contreparties :
Je dois vérifier les détails des confirmations envoyées par nos contreparties pour s’assurer
qu’ils sont identiques aux nôtres.
 Relancer les contreparties :
Lorsqu’une contrepartie n’a pas renvoyé signée dans un délai de deux jours, notre
confirmation je dois lui envoyer un mail de relance. (Cf CHASER).
 Actualiser la base de suivi des confirmations :
Il faut mettre à jour le statut des confirmations pour pouvoir suivre leur état.
 Archiver les confirmations électroniquement :
C’est une tâche importante car quand il y a un litige avec une contrepartie nous devons
pouvoir retrouver la confirmation que nous avons envoyée.
15
B. Le back office Confirmations Changes et Trésorerie : un service qui traite des produits
standards.
1. Le swap de change
Le « swap » : c’est un contrat d’échange de taux d’intérêts, par ce contrat les deux
parties s’engagent à se rétrocéder selon un échéancier donné les intérêts calculés sur une base
nominale commune mais à des conditions différentes ; taux fixe contre taux variable. Il n’y a
pas d’échange de nominal mais seulement un échange d’intérêts. A chaque période appelée
« fixing », une partie (« la perdante ») renverse le différentiel de taux à l’autre.
Dans cette partie, nous ne traiterons que des opérations de change spot, forward et
swap de change (ou swap cambiste ou FX swap). « FX » est issu de la contraction des termes
anglais « Foreign Exchange », « Forex » est le surnom universellement donné au marché des
changes, sur lequel les devises sont échangées l’une contre l’autre, à des taux qui varient sans
cesse.
Nous nous trouvons ici sur un marché à fort volume (particulièrement sur le spot). Il
n’est pas rare qu’une banque comme la notre fasse quotidiennement plusieurs dizaines de
milliers d’opérations de spot interbancaire. La sécurité et la productivité sont donc les maîtres
mots des traitements administratifs.
Il faut aussi ajouter que les produits à fort volume sont parfaits pour qu’un fraudeur
cache ses opérations délictueuses dans le flux. Une vigilance particulière est donc absolument
nécessaire.
Enfin, si le volume des opérations interbancaires est considérable, les opérations avec
des clients représentent aussi une activité non négligeable et une source de profit conséquente.
Si cette opération est économiquement une opération de trésorerie, du point de vue du
traitement administratif, il s’agit d’une pure opération de change.
Elle est représentée par une opération de change dans un sens, associée à une
opération de change en sens inverse à une date ultérieure permettant d’obtenir un résultat dans
une seule devise.
Le traitement administratif d’un swap est lui aussi très simple : les deux opérations de
change sont confirmées séparément mais avec une référence unique qui permet de lier lorsque
le format SWIFT est utilisé. Le format « papier » peut s’avérer différent et préférer la
confirmation unique des deux pattes du swap (cela présente certains avantages opérationnels,
notamment pour le suivi de matching en ne distinguant pas le matching de la patte dite near et
de la patte dite far).
16
2. Le spot interbancaire
Il s’agit du produit ayant la plus forte volumétrie parmi les opérations de marché. Son
traitement administratif est donc extrêmement automatisé. Il entraîne un règlement des
montants à J + 2 (sauf dans le cas de l’USD/CAD qui est à J + 1).
La très grande majorité des opérations est réalisée sur des plates-formes électroniques
comme Reuters Dealing ou EBS. La validation des opérations est donc effectuée à partir des
retours de ces plates-formes.
3. Le forward de change ou change à terme
Il s’agit d’une opération de change dont la valeur est différente de celle du spot du
couple de devise concerné (J, J + 3, J + 10…). Du pont de vue du traitement administratif,
celui-ci est identique au spot (même type de message SWIFT, mêmes confirmations…). Seule
la date de valeur change. Il faut cependant noter une exception : les opérations en valeur jour
(à J) qui ne peuvent transiter par CLS et qui obligatoirement réglées via le mécanisme du
correspondent banking.
4. Les Non Delivery Forward (NDF)
Ce type d’opération permet d’éviter la livraison de deux devises. A l’échéance du
NDF est seulement échangée, dans la première devise du couple, la différence entre le prix
observé à cette date sur le marché pour le couple de devises en question et le prix fixé dans le
NDF.
Il existe un master confirmation proposé par l’ISDA sur le NDF qui permet de
simplifier notablement l’émission des confirmations (ou transaction supplement dans ce cas).
Pour confirmer en interbancaire un NDF, on utilise de plus en plus la méthode du
double MT300 :
- à la mise en place de l’opération, un MT300 est adressé à la contrepartie
indiquant la date d’échéance comme date de valeur et le prix de référence du NDF.
- à l’échéance, un deuxième MT300 est adressé avec une opération en sens
inverse, et le cours spot retenu pour calculer le cash flow à l’échéance.
17
5. Le prêt/emprunt cash
Il s’agit d’une opération essentiellement interbancaire dans laquelle les deux parties se
prêtent une somme en cash assortie d’un intérêt. Celui-ci peut être fixe ou variable. Lorsque
l’opération met en jeu une contrepartie non bancaire et une banque, on parle plutôt de dépôt
(elle est toujours dans le sens où la contrepartie non bancaire dépose de l’argent auprès d’une
banque).
Les durées des P/E cash sont généralement très courtes et varient de la journée
(overnight) à la semaine, ou plus rarement au mois.
C’est une opération qui présente un risque de contrepartie majeur puisqu’elle n’est
associée à aucune garantie. Par ailleurs, le P/E n’est pas couvert par un master agreement, il
ne peut donc y avoir de compensation des opérations avec une contrepartie en cas de défaut
de celle-ci.
Le traitement administratif du P/E interbancaire est le plus simple qui soit :
- validation de l’opération (affirmation pour les montants les plus
élevés) ;
- confirmation via SWIFT (MT320)
- matching (généralement via un provider comme SWIFTnet Accord) ;
- paiement aller (via les mécanismes habituels de correspondent
banking) ;
- remboursement capital et intérêts (lorsque le P/E est à taux fixe, le
montant est connu à l’avance ; lorsque le P/E est à taux variable, le calcul est fait par
chaque contrepartie mais il n’y pas de matching préalable des montants à rembourser,
l’emprunteur paie la somme qu’il a calculée). Une particularité intéressante peut être
soulignée pour les P/E overnight avec les contrôles effectués sur la patte « aller »
avant de rembourser la patte « retour ». Ce simple contrôle permet bien entendu de
s’assurer du remboursement de fonds qui ont été reçus la veille et donc de réduire le
risque de livraison.
Le P/E fait partie avec le swap de change des rares cas où il peut y avoir à gérer pour
une contrepartie donnée des multi-SSI pour un même type de contrat. En effet, il sert
généralement à couvrir des positions de trésorerie matérialisée par des nostri. Si une
contrepartie a plusieurs nostri dans une même devise, elle peut demander lors du bouclage de
l’opération d’être couvert sur tel ou tel compte. Cette particularité ne se retrouve pas sur les
autres opérations dérivés (hors FX swaps) qui ont généralement des SSI uniques.
18
C. Les risques qui peuvent impacter le service
1. Le risque opérationnel
Il existe un risque opérationnel qui correspond à un risque technique dans le
fonctionnement de notre banque et dans le suivi des opérations : par exemple nos
confirmations ou celles des contreparties peuvent comporter des données erronées qu’il faut
modifier.
Dans le cas du P/E cash, les risques sont essentiellement liés au règlement de
l’opération. Le nominal étant échangé à l’aller et au retour, ceux sont des montants
considérables qui circulent, très souvent en valeur jour donc avec des contrôles parfois
limités. Il est impératif de toujours s’assurer de la réalité de l’opération et, par dessus tout, de
la véracité des coordonnées de règlement.
Sur le change, la volatilité des cours de change rend très dangereuse toutes les erreurs
de saisie car leur coût de retournement peut être important. Les volumes traités permettent
aisément à un fraudeur de glisser des opérations malintentionnées (et de les modifier/annuler)
sans être repéré. Il y a plusieurs exemples célèbres dans ce domaine (National Australia Bank,
AIB…). Les opérations de swap de change réalisées par le trésorier sont de montants très
élevés, souvent en valeur jour, et nécessitent un contrôle très rigoureux en temps réel. La
valorisation des changes à termes longs repose sur de nombreuses hypothèses « aléatoires »
quant aux données de marché. Il est important d’en assurer un strict contrôle. Bien qu’étant
très standardisé, le change doit faire l’objet d’une attention particulière.
2. Le risque de contrepartie
Il existe un risque de contrepartie c’est-à-dire le risque de défaillance de la
contrepartie qui ne pourra donc pas faire face à ses engagements vis-à-vis de notre banque :
par exemple elle ne peut pas nous payer les sommes dues à la date d’échéance du contrat. A
noter que les opérations de dépôts ont été plus réduites que celles du change car la crainte de
ne pas être remboursé est très présente. Les clients tendent donc à effectuer des opérations
plus sécurisées comme le change : en échangeant des devises ils seront toujours en possession
de liquidité et limitent ainsi le risque.
19
3. Le risque de marché
Il existe un risque de marché qui est défini comme le risque d’une déviation
défavorable de la valeur de marché des instruments sans que la banque n’ait eu le temps de
liquider ses positions.
D. La charge de travail du service depuis 2012
La majorité des opérations sont confirmées électroniquement via SWIFT ou sur toute
autre plateforme client type « FXALL ». Le reste est manuel et fait l’objet d’un travail de
rapprochement avec la confirmation de la contrepartie.
Quant aux confirmations que nous envoyons aux contreparties, elles peuvent être
confirmées de deux manières :
o Soit la contrepartie renvoie notre confirmation papier signée.
o Soit elle nous envoie sa propre confirmation que nous allons
vérifier (nous utilisons le terme « pointer ») et, si les termes concordent,
l’opération est validée : on appelle cela un échange de confirmation.
Données du 1er
Trimestre :
51
35
30
17
36
19
Moyenne journalière des confirmations
revenues signées par la contrepartie
Moyenne journalière des confirmations à
pointer
Moyenne journalière des confirmations
reçues par le service
2012 2013 2014
20
II. Le contexte de la mise en place d’IntelliMATCH : la volonté de contrôle,
de traçabilité mais aussi de réactivité.
A. Les produits financiers : sous haute surveillance
La nécessité de répondre favorablement aux différentes régulations de la place et la
volonté de limiter le risque opérationnel ont conduit les banques à mettre en place de
nombreux contrôles dans lesquels les rapprochements de tous ordres tiennent une place
fondamentale. Ce sont en général des rapprochements entre les outils Front-Office et ceux du
Back-Office localisés dans des départements dédiés.
En effet, la complexité des systèmes d’information a obligé les banques, depuis
quelques années, à ne pas se contenter des rapprochements face aux autres acteurs
(contreparties, courtiers, custodians, et ses correspondants) mais aussi à vérifier qu’en tout
point de la chaîne de traitement interne, il n’y a pas eu disparition ou modification injustifiée
de tout ou partie de l’information concernant une opération.
1. Les réconciliations Front / Back en Middle-Office :
Avant même la mise en application des nouvelles normes et réglementations (avant
EMIR ou DFA), les banques ont développé des réconciliations Front/Back c’est-à-dire
qu’elles ont mis en place des logiciels pouvant comparer les applications des Front –Offices
avec celles des Back-Offices de marché. Ces applications étant effectives pour tous produits
confondus, il a fallu mettre en place des équipes dédiées dans des Middle–
Offices « Réconciliations ».
En ce qui concerne CA-CIB Paris, le MO Réconciliation utilise un outil appelé
GLORY qui réconcilie toutes les opérations, tous produits confondus. Mais l’inconvénient de
ce type de logiciels c’est qu’ils donnent une image de l’existant à posteriori c’est-à-dire le
lendemain de la date de « trade » voire le surlendemain en fonction des volumes traités.
21
2. Le développement croissant des départements de « suivi des risques » et de contrôle
permanent :
Ces dernières années les banques ont également investi massivement dans le suivi des
risques et dans le contrôle permanent (qui contrôle les opérations de marché et dépend du
métier).
Cela, en mettant en place et en suivant des procédures en lien direct avec la
réglementation de la place ; tout en augmentant les effectifs de ces départements et en
investissant dans des programmes ; particulièrement sur des logiciels de suivi de risques.
Par exemple, le contrôle permanent chez CA-CIB applique les directives du
département des risques tout en étant un organe à part, dépendant du métier. Il utilise un outil
spécialement dédié au contrôle et au suivi des tâches (secteur par secteur) au sein de tous les
Back-Offices (« Permanent Risk Monitoring » = « PRisM »).
Les risques et le contrôle permanent utilisent leurs propres outils de suivi qu’il a fallu
construire et développer en lien avec tous les systèmes de gestion des produits de marché.
Ainsi, dans les banques et chez CA-CIB en particulier, nous arrivons à l’heure actuelle, à une
organisation en « degrés » de contrôle.
S’agissant de contrôles faits par des équipes externes aux Back-Offices, il s’agit
souvent de contrôles de supervision ou de contrôles sur des échantillonnages d’opérations.
22
3. Les contraintes réglementaires les plus récentes : DFA et EMIR.
Avec DFA (aux USA) ou EMIR (en Europe), nous arrivons à la traçabilité de toute
opération de marché traitée entre deux contreparties.
Comme la mise en place de cette réglementation est encore récente, les banques à
l’heure actuelle tentent de donner une référence unique à toute opération de marché saisie
(OTC uniquement). Il s’agit d’un travail colossal de traçabilité des opérations qui n’est pas
encore complètement effectif de banque à banque.
Dans une deuxième phase, chaque banque sera en mesure de donner une référence
unique pour un « trade » fait avec une contrepartie, et enverra son identification « UTI »
unique au régulateur sous la forme d’un fichier au « Trade Repository » (représentant du
régulateur en Europe) qui lui, aura la charge de réconcilier les UTI des 2 contreparties.
Mais cette réconciliation au niveau mondial n’est pas encore en place.
B. La nouveauté « IntelliMATCH » : une réconciliation « BACK / BACK » à la main du Back-
Office :
Avec Intellimatch, nous revenons à la « dimension » du back-office et à toutes les
opérations de FX & MM saisies et traitées par ce dernier.
1. La nécessité d’un rapprochement en interne :
Les fonctions de rapprochements consistent à vérifier à un instant donné, la symétrie
des enregistrements entre 2 bases différentes. Il s’agit principalement de rapprocher la vision
en stocks et/ou flux de l’établissement bancaire avec l’extérieur. Cependant, un certain
nombre de rapprochements entre différentes bases internes à l’établissement sont également
nécessaires.
En effet, la nécessité de ces réconciliations internes est en grande partie liée à
l’hétérogénéité des systèmes d’information. Par exemple, suite à la centralisation des
activités, le Back-Office de Paris gère les opérations de change et de trésorerie pour toutes les
succursales de CA-CIB à l’international ; ce qui représente un volume conséquent
d’opérations.
De même, les systèmes Front-Offices utilisés, sur une même place financière peuvent
23
être différents. Par, exemple, le change peut être fait en Front-Office par un vendeur dans un
outil dédié appelé « OMEGA », mais il peut être également fait par un « trader » dans un outil
différent appelé « Murex ».
Face à cette diversité d’acteurs et de systèmes en amont, comment faire pour être sûrs
que tout ce qui est saisi nous parvient bien (pas de coupure « break » dans la chaine) et que
nous pouvons alors confirmer avec une contrepartie ?
Les rapprochements Front / Back à la main du Middle –Office Réconciliation
permettent d’éliminer une partie du problème : ils alertent lorsque une opération saisie en
Front – office ne parvient pas ou parvient « mal » dans l’outil de gestion back-office Cibos.
Mais qu’en est-il du reste de cette même chaîne ? Comment être sûr que toute opération
arrivant dans « Cibos » fait l’objet d’une confirmation émise par CA-CIB et pour laquelle
nous attendons un retour d’une contrepartie ? En d’autre termes, il a été mis en évidence
qu’une réconciliation back/back entre les deux outils de gestion « Cibos » et « CityNet »
s’avérait nécessaire voire indispensable : elle a été mise en place grâce à l’outil
IntelliMATCH.
2. La nécessité d’une meilleure réactivité du Back-Office :
Outre sa fonction de rapprochement des opérations sur le dernier segment de la
chaine de production, IntelliMATCH doit permettre de mettre évidence une meilleure
réactivité du Back-Office.
En effet, comme la Réconcilaition Back/ Back reste à la main du Back-Office, il est
plus rapide et plus facile de détecter, identifier et solutionner les problèmes : Cela, le
lendemain du jour de traitement de l’opération.
Une meilleure réactivité implique souvent de voir le problème avant les autres acteurs
susceptibles de les découvrir dans les réconciliations Front/ Back ou dans les contrôles : un
paramétrage défectueux mis en évidence rapidement permet en général de ne pas monter les
niveaux d’alerte et d’escalades. Ainsi, IntelliMATCH doit permettre d’améliorer notre image
vis-à-vis de nos clients internes (les Front-offices) mais également nos clients externes.
24
La nouveauté avec IntelliMATCH donne la possibilité au secteur de comparer des
bases de données.
Le fait de réaliser des opérations de Back to Back nécessite de vérifier, sinon
quotidiennement, du moins hebdomadairement, que les opérations sont bien présentes (et en
sens opposé) dans les livres des deux entités.
Ce point est crucial, faut de quoi une des deux entités risquerait de se trouver en
position et de ne plus respecter, par exemple, ses limites en termes de risques.
Plus généralement, lors de la préparation des comptes consolidés, l’ensemble des
opérations intragroupes doit être éliminé ; il est donc impératif de vérifier qu’on les retrouve
bien par paires entre les entités concernées.
La complexité des systèmes d’information, chez les banques de marchés principalement,
fait que la même information (une opération et tout ou partie de ses caractéristiques) sera
enregistrée dans plusieurs bases de données différentes. A minima, on trouve :
- la base FO ;
- la base BO ;
Les rapprochements doivent donc veiller à l’identité des bases au moins en fin de journée
(sachant que la réglementation exige qu’une opération effectuée à J soit comptabilisée à J, ce
qui est loin d’être toujours le cas, entraînant ainsi des écarts quasi structurels).
25
III. Mon projet : « Mise en place d’Intellimatch : respecter les pratiques
réglementaire du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la
rédaction d’une procédure opérationnelle ».
A. La phase de définition du projet : bien cerner les exigences du projet
Pour parler de suspens, encore faut-il :
- le constater (c’est-à-dire effectuer les rapprochements nécessaires) ;
- ne pas fabriquer de faux ou masquer les vrais (c’est-à-dire qu’il faut
apparier correctement les mouvements avec les bons critères de matching).
1. Le « diagnostic » de l’existant : une nouveau logiciel peu connue des collègues
Mon projet est réalisé pour répondre aux exigences futures d’IntelliMATCH sur les
marchés FX&MM avec CACIB et CASA. Ce projet doit permettre d’apporter aux membres
de l’équipe des connaissances sur ce logiciel et de trouver des solutions pour permettre
l’adaptation du service à ce nouveau logiciel de réconciliation grâce à la création d’une
procédure.
26
Quand je suis arrivée au sein du service en septembre 2013, mon N+1 m’avait
informée qu’un nouveau logiciel allait être mis en place pour les opérations FX&MM pour
CACIB et CASA à partir de 2013, et que ces nouvelles dispositions allaient impacter notre
façon de travailler. Ce logiciel est nouveau donc encore méconnu de mes collègues qui ne
pouvaient pas m’apporter encore leur aide pour mieux les comprendre.
IntelliMATCH va néanmoins avoir des impacts importants sur mon service que je vais
lister ci-dessous.
Les impacts d’Intellimatch sur le service :
• Les impacts opérationnels :
Le service devra gérer en parallèle des confirmations habituelles, vérifier en détail
qu’il n’y a pas d’opérations en suspens ; comme l’exige IntelliMATCH. L’organisation du
traitement des suspens est un casse-tête dans les banques de marché. En effet, leur suivi peut
être confié :
_soit aux opérationnels en charge des opérations :
- avantage : les recherches vont généralement assez vite puisque le
déroulement des opérations est connu,
- inconvénient : cette tâche passe après la production quotidienne et à
donc tendance à prendre du retard, avec toutes les conséquences financières que cela
peut avoir pour l’établissement ;
_soit à un service dédié :
- avantage : les opérations sont moins bien maîtrisées puisque les
employés ne savent pas ce qui s’est passé au moment de la production.
• Les impacts au niveau des risques :
Il faut évaluer au mieux les risques opérationnels et de contreparties que nous pouvons
27
rencontrer afin d’en évaluer, le plus précisément possible, leur impact sur le service. La
banque classifie en terme de sensibilité de 1 à 4 le risque que prend la banque face à une
contrepartie. Le niveau 4 est très sensible, 2 et 3 est la fourchette dans laquelle se situe
IntelliMATCH. Tout suspens matérialise un risque pour l’établissement puisque dans un
endroit de la chaîne de traitement, la position de l’établissement n’est pas celle qu’il pense
avoir. Cela l’expose donc soit au risque de marché soit au risque de contrepartie (ou aux
deux). A cela s’ajoute bien sûr le risque de mécompte de trésorerie.
• Les impacts organisationnels :
Il va falloir adapter la gestion interne du logiciel IntelliMATCH afin d’être le plus
réactif possible et ainsi faire face à nos nouveaux engagements. Les relations avec le front et
le middle office vont aussi changer et les rôles de chacun devront être redéfinis.
IntelliMATCH travaille la nuit et collecte l’ensemble des opérations en fin de journée, c’est
ainsi que le lendemain matin entre 7h et 9h, la liste des suspens est disponible pour la journée
précédente.
• Les impacts au niveau des outils de travail :
Une adaptation des outils est également à prévoir afin d’en améliorer l’utilisation par
les gestionnaires : les outils de travail doivent être simplifiés afin d’assurer une exécution des
tâches plus rapide.
Réfléchir sur les impacts d’IntelliMATCH m’a permis de mieux cerner les enjeux de
mon projet pour mon service.
Les enjeux de mon projet pour le service :
• L’enjeu sur le plan qualité :
Le service devra gérer en parallèle des contrats de FX&MM. Il devra faire donc
preuve de flexibilité. Il devra aussi limiter le risque opérationnel autant que possible pour être
conforme au suivi des opérations en suspens en J+1. De plus, il faudra s’adapter le plus
rapidement possible aux nouveaux délais imposés par IntelliMATCH : les employés auront
moins de temps pour effectuer l’archivage manuel des confirmations dans les « CASES » pré-
établis ; en maintenant toutefois la même qualité de travail.
• L’enjeu en termes d’image :
Assurer les tâches dans un laps de temps plus court représente un enjeu de taille pour
28
le service en termes d’image, car il est important de ne pas perdre la confiance des
contreparties. Si nous envoyons par exemple une confirmation trop tard, la contrepartie
pourrait mettre en doute notre sérieux et nos relations commerciales avec elle, pourraient en
pâtir.
2. Les ressources à ma disposition pour réaliser le projet
Pour mener à bien ce projet, je dispose de différentes ressources comme des logiciels
internes :
 CytiNet : c’est le logiciel propre au Back Office qui centralise
l’ensemble des transactions conclues par la banque. Il permet de visualiser les détails
des opérations : date de négociation (de trade) et de valeur, montants et devises
échangés, contrepartie concernée ainsi que le fond sur lequel a été enregistré (booké)
le deal. Il permet également de rechercher des opérations déjà validées.
 Cibos : c’est la base de suivi des confirmations, grâce à laquelle on
peut vérifier le statut de chaque transaction
 DIG : Cet outil utilisé par le front office permet uniquement au back
office de visualiser les données d’une opération. Il assure une communication efficace
entre les traders et les gestionnaires du back office lors de la résolution d’un problème
sur un deal.
 Calypso : c’est un outil qui permet de communiquer avec le middle et le
front office sur les différents problèmes que nous rencontrons avec les confirmations.
Il permet d’identifier les deals qui doivent être payées en urgence. Cet outil signale
également les confirmations qui n’ont pas été transmises correctement aux
contreparties et qui nécessitent alors un traitement particulier.
29
 Outlook : c’est un outil qui permet de rédiger des confirmations et de
les envoyer par mail ou fax aux contreparties
Pour parfaire ma connaissance d’IntelliMATCH, j’ai pu consulter les livrets fournis
par l’équipe qui s’occupe de la mise en application d’IntelliMATCH et d’Yves-Michel
Leporcher, responsable de l’équipe-projet en charge de l’intégration du logiciel au sein de
Crédit Agricole CIB. Internet a également été un outil précieux pour moi ; j’y ai trouvé de
nombreuses informations au sujet de la mise de ce logiciel dans d’autre banque. Les rapports
mis en ligne par le cabinet CAPTEO1
ont été également utiles car ils apportaient de
nombreuses informations.
Enfin, mes collègues ont partagé avec moi leurs connaissances et leur expérience
concernant les procédures du service et les produits sur lesquels nous travaillons.
3. Les contraintes liées au projet
• Les contraintes liées au temps :
Je dois réaliser mon projet entre Janvier 2014 et Août 2014 et je dois remettre mon
rapport de projet le 08 septembre 2014.
4. Le livrable et les résultats attendus
Le livrable que je vais réaliser pour ce projet est le suivant :
 Une présentation d’une procédure opérationnelle du logiciel IntelliMATCH à
l’intention de mes collègues afin d’y présenter ce logiciel et les impacts sur le service.
B. La phase de planification : l’organisation des activités
1
CAPTEO est un cabinet de conseil en stratégie, en organisation et en management, dédié à l'Industrie
Financière et aux Marchés de Capitaux.
30
J’ai décidé d’organiser mes activités comme ci-dessous :
C. Les étapes de réalisation du projet
Etape 1 : Effectuer des recherches pour connaitre et appréhender IntelliMATCH
Après avoir accumulé suffisamment d’informations théoriques sur IntelliMATCH,
(notamment via internet et le site de l’AGEFI), j’ai ensuite procédé à la réalisation de mon
premier livrable : réaliser une série de tests dans IntelliMATCH.
Avant de réaliser ces tests, il a fallu organiser des réunions avec les supports IT des 2
logiciels concernés par la réconciliation : le support Cibos et le support CityNet.
Puis avec les « Projects Managers » en charge de mon service, nous avons organisé
une réunion avec l’ « IT IntelliMTACH » pour définir nos besoins et leur donner les
caractéristiques essentielles nécessaires pour que la réconciliation soit claire et pertinente pour
tout le Back-Office.
Ex : Chaque suspens devra comporter les caractéristiques suivantes : la référence
Back–Office de l’opérationnel, nom de la contrepartie, le type de produit, les données
31
financières, ainsi que la source qui l’émet (Cibos ou CityNet).
Une fois cette organisation mise en place avec les supports et la trame
d’IntelliMATCH correctement définie, nous avons pu passer à l’étape suivante.
Etape 2 : La réconciliation : de la phase test à la phase de production
Avec les « project managers » et mon responsable, nous avons donc obtenu les
fichiers nécessaires à une phase de tests :
- 1 fichier de la base Cibos (toutes les opérations traitées à une date donnée dans
le système de gestion Back-Office),
- 1 fichier de la base CityNet (toutes les opérations déversées dans notre
système de matching) à la même date.
Une fois l’intégration des fichiers Cibos et CityNet par l’équipe support
d’IntelliMATCH, nous avons pu commencer le rapprochement des données dans
IntelliMATCH.
Très vite en analysant les résultats obtenus, nous avons mis en évidence uniquement
les écarts obtenus :
1. Les opérations doivent être « casées » ; si ces écarts sont le résultat d’une
caractéristique structurelle d’un produit donné (ex : les Call Notices).
Un « CASE » est un écart « structurel » qui crée un suspens dans nos systèmes mais
qu’on ne veut pas filtrer car il relève d’un produit de marché présent en production. Par
exemple, le produit « Call Notice » est un produit de dépôt particulier dont la date de maturité
n’est pas connue à la mise en place de l’opération. Cibos et Citynet envoient bien
l’information dans leurs fichiers respectifs à IntelliMATCH mais comme la date de maturité
n’existe pas, IntelliMATCH ne peut rapprocher les deux sources et donc considère qu’il y a
un suspens. La réglementation nous interdit d’éliminer un produit de marché d’un outil de
réconciliation mais nous ne pouvons pas changer la façon dont on « booke » ce type
d’opération dans notre système informatique.
2. Les opérations doivent être filtrés ; si les écarts obtenus sont le résultat propre au
fonctionnement interne de CA-CIB (les deals internes).
32
La mise en place de filtres a été faite avec parcimonie et toujours avec l’aval de notre
mangement : filtrer un type d’opérations induit que nous ne les rapprocherons plus. La
demande doit être faite par les « project managers » (une fois que toute autre solution est
écartée) auprès du support IntelliMATCH.
3. Les « deals » doivent être analysés plus en amont, s’il n’y a aucune raison apparente
pour qu’il y ait un suspens.
C’est l’analyse de ce dernier cas (3) qui permet au back-office de gagner en réactivité.
En effet, tout suspens n’appartenant pas au cas (1) ou (2) doit faire l’objet d’une action
initiée par le Back-Office. Par exemple, un deal présent dans Cibos mais non transmis à
CityNet (donc en écart dans IntelliMATCH) et donc non matché avec la contrepartie, doit
faire l’objet d’une analyse précise de ses différents paramétrages. Une fois le paramétrage
défaillant détecté, il faut demander au service concerné (en général, les référentiels ou le
Middle Office) de faire le nécessaire.
Lorsque le nécessaire est fait dans Cibos et CityNet, alors le « trade » ne doit plus
apparaître en suspens dans IntelliMATCH le lendemain. Il aura donc fallu moins de 24 heures
pour régler ce problème. D’où une amélioration évidente de notre niveau de réactivité puisque
nous avons été au courant bien avant que tous les contrôles nous en informent.
Une fois que tous les suspens en tests ont été identifiés, analysés et classés dans une des
trois catégories précédentes, nous avons pu considérer que la phase de tests était terminée.
Etape 3 : Aperçus visuels des fonctionnalités du logiciel IntelliMATCH
Nous sommes dans l’onglet CASH pour une réconciliation Cibos-CityNet pour CA-CIB MM Paris.
Ecran 1
33
Il faut double cliquer sur Cibos-CityNet CACIB MM (Unmatched&Uncased) pour ouvrir les opérations
en suspens CASH (Money Market = MM) de CACIB Paris.
Ecran 2
Il faut ensuite sélectionner les suspens identifiés avec l’idée de les archiver dans un « CASE ». La
sélection des suspens se fait grâce à un clic sur la loupe de chaque « deal » représentée en bleue.
Ecran 3
34
Ensuite il suffit simplement de faire glisser l’ensemble des suspens sélectionnés dans le « CASE Id ».
Ecran 5
Etape 4 : Rédaction de la procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (cf ANNEXE).
35
BILAN
J’ai réalisé que mener à bien un projet est un exercice complexe qui exige de la rigueur
et un grand investissement. Ce fut une expérience très enrichissante qui m’a permis de gagner
en autonomie. Je me suis rendu compte que la réalisation d’un projet passe par un certain
nombre d’étapes qu’il convient de bien préparer.
Lors de la réalisation de mon projet j’ai rencontré les contraintes suivantes :
 La phase de production d’IntelliMATCH a été repoussée : prévu pour le deuxième
semestre 2014
 Le service informatique n’a pas pu développer l’ensemble du dispositif sur les
différentes contreparties.
 Je devais réaliser ce projet en plus de mes tâches d’apprenti donc je travaillais sur mon
projet lors des périodes de faible activité. De plus, avant la licence, je n’avais aucune
notion en gestion de projet et j’ai dû m’appuyer sur les cours de management de projet
qui m’ont été dispensés par le professeur de cette matière.
L’objectif de mon projet était, dans un premier temps, de préparer mon équipe à
l’utilisation d’IntelliMATCH en leur apportant des connaissances avec l’aide d’un support
de présentation et, dans un second temps, réfléchir à des possibles préconisations pour
adapter le service. J’ai pu terminer mon livrable dans le délai imparti et le faire valider par
ma tutrice.
Enfin, j’ai pu compter sur les conseils et connaissances des membres du service qui
m’ont beaucoup appris lors de cette année.
36
CONCLUSION
Par définition, on ne peut pas prévoir et gérer que les risques connus. Les autorités de
tutelles auront beau définir un environnement réglementaire contraignant et les entreprises du
secteur financier s’astreindre à des mesures de prévention et de gestion des risques efficientes,
l’arsenal restera inefficace s’il n’est pas déployé de façon rigoureuse. A cet égard, l’épisode
Kerviel, qui s’est révélé extrêmement coûteux, illustre une défaillance de prévention du risque
opérationnel.
A l’autre bout de la chaine de la création de valeur, au niveau plus modeste et moins
médiatisé pour un Back-Office, il est tout autant primordial que la réglementation, les
procédures soient appliquées avec rigueur et diligence. Pour un certain nombre de risques, le
travail du Back-Office constitue le dernier filet de protection. Cela mobilise de l’énergie et
des moyens tant humains que technologiques via des logiciels.
Les impacts pour une banque de financement et d’investissement comme le Crédit
Agricole CIB se situent à de multiples niveaux : opérationnels (nouveaux acteurs), financiers
(nouveaux frais, financement du collatéral,...), juridiques (adaptation de la documentation) ou
encore organisationnels (adaptation des outils, relation entre les différents acteurs).
A l’échelle du service BOTC Confirmations, les changements induits par la mise en
place du logiciel IntelliMATCH se situent essentiellement au niveau de la réduction des délais
de confirmations des opérations négociées en amont par le Front Office et la vérification du
statut des « opérations en suspens ». Une importance toute particulière doit également être
accordée à l’information de l’ensemble des collaborateurs sur les dispositions de ce nouveau
logiciel. Ceci afin de répondre au mieux aux interrogations des contreparties et d’être capable
de détecter d’éventuelles opérations en suspens.
En termes de gestion de risques opérationnels, nous retiendrons trois étapes à maitriser
afin de réduire les impacts.
La détection : parmi toutes les anomalies inhérentes il faut avoir la capacité d’exercer
son jugement pour identifier les incidents opérationnels.
La gestion : il faut une coopération constructive au sein de toutes les équipes et
services concernés directement ou non afin de résoudre les anomalies au plus vite et limiter
ainsi les impacts.
La remédiation : il s’agit d’une implication rigoureuse dans la définition et la mise en
œuvre des actions concrètes et adaptées à l’environnement de travail (outils et procédures).
37
GLOSSAIRE
Back office : le B/O effectue toutes les fonctions administratives nécessaires à la bonne
exécution d’un ordre ou d’une transaction émanant du Front Office
Branche (ou Jambe) : Cela représente chacun des deux côtés qui constituent le swap.
Chaque contrepartie paiera le taux d’intérêt d’une jambe et recevra les intérêts de l’autre.
Cambiste : C’est un opérateur de marché.
CCP: Central Counterparty Clearing House, chambre de compensation en français.
Date de règlement des intérêts : Utilisée pour les contrats de swap de taux et correspond à la
date de versement des intérêts.
Dérivés de taux : Les dérivés de taux sont des instruments financiers. Ce sont des produits
dérivés dont les sous-jacents sont des produits de taux. Créés à l’origine pour couvrir les
risques de taux, ils sont également devenus des produits spéculatifs.
Dodd Frank Act : promulgué en 2010 c’est le principal volet législatif de la réforme du
marché financier engagée par l'administration Obama suite à la crise des subprimes et la crise
financière et économique qui s'en est ensuivie. Le titre complet de la loi, signée par le
président Barack Obama le 21 juillet 2010, explicite ses objectifs:
« Une loi pour promouvoir la stabilité financière des États-Unis en améliorant
l'accountability (la responsabilisation) et la transparence dans le système financier,
pour mettre fin au too big to fail, pour protéger le contribuable américain en mettant
fin aux sauvetages financiers (ending bailouts), pour protéger le consommateur des
pratiques de services financiers abusifs, et pour d'autres objectifs. »
Equipe March Program : Ce sont des employés de la banque qui travaillent à plein temps
sur l’adaptation de la banque aux nouvelles réglementations OTC décidés après le sommet du
G20 de Pittsburg en 2009 : le Dodd Franck Act et EMIR. L’équipe March Program a
plusieurs missions :
 Communication : elle va organiser des sessions d’information et distribuer des
fascicules sur les réformes OTC
 Amélioration des systèmes : elle va chercher à automatiser certaines tâches pour éviter
aux gestionnaires des tâches répétitives et laborieuses.
38
European Market Infrastructure Regulation (EMIR). Ce texte a pour objectif de réduire le
risque lié aux produits dérivés de gré à gré ou Over The Counter (OTC) en instaurant des
chambres de compensation. Ce règlement va également entrainer la création de deux
nouveaux acteurs : les référentiels centraux (Trade Repositories, TR – du type de l’AEMF le
régulateur européen des marchés financiers) et les chambres de compensation, appelées
contrepartie centrale (Central CounterParties, CCP). EMIR engendre 3 grands changements :
• Obligation de compensation des dérivés OTC
• Mise en place de technique d’atténuation des risques pour les contrats dérivés OTC
non compensé par CCP.
• Obligation de déclaration des transactions relatives aux contrats dérivés OTC.
Fitch Ratings : La société Fitch Ratings Ltd. Est une agence de notation financière
internationale, basée à New York et à Londres. (Notation sur la dette).
Fixing : C’est le renouvellement de taux sur une branche variable du swap.
IT : Information Technology : Technologie de l’information
ISDA (International Swaps and Derivatives Association) : Organisation professionnelle
regroupant des intervenants majeurs sur les marchés financiers dérives, dont le but premier est
de fournir des contrats standards de référence pour les transactions.
Jours ouvrés : Cette notion s’applique à un pays. Sur le marché des changes, un pays est dit
« ouvré » s’il est possible de régler des opérations dans la devise de ce pays. Par exemple, aux
Etats-Unis le 4 juillet n’est pas ouvré (fête nationale américaine).
Marchés dérivés : Ceux sont des marchés sur les marchés. Ils permettent de gérer les risques
associés aux fluctuations des cours, des taux ou des changes. En outre, ils permettent de
prendre des positions importantes à l’achat ou à la vente avec une mise de fonds limitée.
Marché OTC (“Over The Counter”) est un marché sur lesquels les titres financiers se
négocient de gré à gré.
Matching : Il s’agit de rapprocher informatiquement (manuel ou automatique) les deals
traités entre la salle des marchés et les contreparties.
Moody’s : La notation est une appréciation de Moody’s sur la volonté et la capacité d’un
émetteur à assurer le paiement ponctuel des engagements d’un titre de créance, tel qu’une
obligation, tout au long de la durée de vie de celui-ci. L’échelle de notation, qui va d’un
maximum d’Aaa à un minimum de C, se compose de 21 crans (« notch ») et de deux
catégories d’investissement est Baa3. La notation la plus élevée de la catégorie spéculative est
Ba1.
39
Notionnel : Il s’agit du montant du capital sur lequel porte le swap. Ce capital n’étant pas
échangé dans de nombreux cas, notamment pour le swap d’intérêt, il ne sert qu’à déterminer
l’assiette sur laquelle seront calculés les intérêts, objet du swap.
Sales : Il se charge de la relation client.
Standard and Poor’s : S&P est une filiale de McGraw-Hill qui publie des analyses
financières sur des actions et des obligations. C’est une des trois principales sociétés de
notation financières avec ses concurrents Moody’s et Fitch Ratings.
STP : « Straight Through Processing » (STP) signifie un traitement des opérations sans
rupture et sans délai qui correspond à une descente automatique. On peut comparer cette
méthode à celle du « flux tendu » employé en Industrie.
Sous-jacent : C’est le produit servant de support à l’instrument financier.
Spread : Ecart entre cours acheteur et cours vendeur. Le cours acheteur est le cours auquel
une banque est disposée à acheter. Et inversement, le cours vendeur est le cours auquel la
banque est disposée à vendre.
S.S.I (Standing Settlement Instruction) : Ce sont les coordonnées de règlement-livraison où
nous allons transférer les fonds à la contrepartie.
Swap de change : Il consiste à mettre en place deux opérations de changes, une au comptant
et l’autre à terme. Il y a donc échange de capital à la mise en place de l’échéance.
Swap de devises : Il consiste à mettre en place simultanément un prêt et un emprunt portant
sur deux devises différentes. Les étapes seront les suivantes :
• A la mise en place : échange de capital. Cet échange peut être réel ou uniquement
destiné à fixer un cours de change utilisé pour les échanges ultérieurs.
• En cours d’existence : échange de flux d’intérêts
• A l’échéance : nouvel échange de capital au cours de la mise en place.
Swap de taux d’intérêt : C’est un contrat d’échange de taux d’intérêt. Par ce contrat, les
deux parties s’engagent à se rétrocéder, selon un échéancier donné, les intérêts calculés sur
une base nominale commune mais à des conditions différentes. Il n’y a pas d’échange de
nominal, mais seulement un échange d’intérêt.
SWIFT : Society For Interbank Financial Telecomunication : réseau interbancaire hautement
sécurisé permettant des échanges de messages codés et des paiements.
Trader : Il fixe le prix et traite en direct sur le marché
Ulys : Logiciel propre au pôle Contentieux. Il sert à établir les dossiers de Contentieux
lorsque le rapatriement tardif des fonds a généré des intérêts de retard.
40
BIBLIOGRAPHIE
• Journal Officiel de l’Union Européenne, RÈGLEMENT (UE) N° 648/2012 DU
PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 4 juillet 2012 sur les produits de
gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux
• Equipe March Program:
• March Program : On Boarding Session, Novembre 2012
• Training Kit-Regulatory Timely Confirmation requirements, Janvier 2013
• Enquêtes CAPTEO, Règlement Européen des infrastructures de marché (EMIR),
octobre 2012
• John Hull, Options, Futures et autres actifs dérivés, éditeur Pearson, 8ème
édition 2011
• Marc Salvat, L’essentiel du Postmarché ; traitements, risques opérationnels et bonnes
pratiques, Editeur Eyrolles, Edition Septembre 2013.
• Rapport de la Fédération Bancaire de l’Union Européenne : “European Interbank
Compensation Guidelines”
• INSIDER LOOK CACIB N°
SITOGRAPHIE
• www.afb.fr
• www.fbf.fr
41
• www.amf-france.org
• www.esma.europa.eu
• www.agefi.fr
• www.capteo.com
• www.cambiste.info
• Intranet de Credit Agricole CIB
ANNEXE
Procédure opérationnelle pour utiliser
IntelliMATCH (Livrable)
1. Dans IntelliMATCH, il y a 4 modules différents :
- FX CA-CIB
- MM CA-CIB
- FX CASA
- MM CASA
Ces 4 modules doivent être vérifiés quotidiennement. Des « CASES » ont été créés
pour chaque module en fonction des spécificités du change et de la trésorerie mais
également en fonction des contreparties et de leur gestion dans CityNet. IntelliMATCH est
une réconciliation permettant de vérifier que tout deal Cibos a bien émis une confirmation
dans CityNet et donc a bien fait l’objet d’une confirmation avec un client. IntelliMATCH
rapproche automatiquement le deal Cibos avec sa confirmation CityNet.
Si un deal n’a pas émis de confirmation dans CityNet, alors il y aura un suspens
dans IntelliMATCH.
2. Voici les différents « CASES » qui ont été créés suite aux besoins recensés par
entité et par produit
42
FX CASA :
609 : Concerne le fixing CASA qui ne se déversera jamais dans CityNet. D’où
l’obligation de « CASER » les deals qui ont comme contrepartie : OXCNCA (deals
interne).
610 : Ce sont les deals bookés avant 2008 qui ont certainement fait l’objet d’une
confirmation mais pas dans CityNet (Système ACCOR de CASA à l’époque).
613 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera
toujours un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification
« 4 yeux » de ce qui est non « matché » dans CityNet. Cela peut être un doublon
dans CityNet, par exemple ou une confirmation que ne nous concerne pas.
MM CASA :
611 : « Deals before 2008 ». Ce sont les deals bookés avant 2008 et confirmés dans
un autre sytème de matching : Accor. Ces deals déjà confirmés avant 2008 n’ont
jamais été repris dans CityNet.
615 : « Terminated Call Notice ». Les Call Notices dans Cibos n’ont pas de date
d’échéance. C’est donc comme si, pour IntelliMATCH, Cibos n’envoie rien. En
conséquence lorsqu’un Call Notice est « Full Terminated » à une date donnée, l’info
vient de CityNet et pas de Cibos. Il y a donc un écart « structurel » et récurrent sur
tous les Call Notice « full terminated ».
616 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera toujours
un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification « 4
yeux » de ce qui est non matché dans CityNet. Cela peut être un doublon dans
CityNet, par exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas.
FX CA-CIB :
612 : Ceux sont les deals Interbancaires du FX de Paris gérés par Londre. Pour
l’instant, nous faisons des « CASES » sans autre forme d’analyse car dans CityNet,
ils restent souvent un écart (« non matchés et archivés » ou « non matchés » et mis en
« Not Expected ».
617 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera toujours
un suspens dans IntelliMATCH. Cela permet de faire une vérification « 4 yeux » de
ce qui est non matché dans CityNet. (Cela peut être un doublon dans CityNet, par
exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas).
619 : « Matching Confo don’t send from Cibos ». Il s’agit en fait du Fixing CA-CIB
qui n’est pas envoyé dans CityNet (deals internes). Il s’agit de la contrepartie
43
CAIINTP uniquement.
MM CA-CIB :
575 : Deals SFI mis en « Not Expected » dans CityNet (Dépôts nantis, dépôts
rétention, gage-espèce). Ces deals sont pris en charge par le Middle Office en J + 1.
Au Back-Office nous n’avons pas le contact client ce qui oblige pour ce type de
produit à être assuré que « Legal Department » a effectué le nécessaire pour se
protéger.
602 : Deals de Montages mis en « Not Expected » dans CityNet
603 : Deals LMA non rapprochés depuis le 26.11.12
604 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans Citynet engendrera toujours
un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification « 4
yeux » de ce qui est non-matché dans CityNet. Cela peut-être un doublon dans
Citynet, par exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas.
605 : « Matching Conf not sent from Cibos ». Deals en anomalie au niveau des
contacts Cibos et ayant fait l’objet d’une demande de paramétrage.
620 : « No discrepancy ». Deal dans Cibos et CityNet mais avec un écart dans
IntelliMATCH sans aucune explication.
44
Les confirmations sont alors intégrées manuellement à notre base d’archivage que l’on a
édité (« CASER ») dans le logiciel de réconciliation IntellIMATCH.
Méthode développée et à développer :
Procédure opérationnelle validée par Corinne Behmoaras-Cavalier, le 18 août 2014.
45

Contenu connexe

Tendances

International financial markets
International financial marketsInternational financial markets
International financial marketsBabasab Patil
 
Asset Swaps to Z-spreads
Asset Swaps to Z-spreadsAsset Swaps to Z-spreads
Asset Swaps to Z-spreadsRedington
 
PSAK-73-Sewa-13032019.pptx
PSAK-73-Sewa-13032019.pptxPSAK-73-Sewa-13032019.pptx
PSAK-73-Sewa-13032019.pptxBobJaya
 
Money Market in Turkey
Money Market in TurkeyMoney Market in Turkey
Money Market in Turkeysteponit
 
Fisher effect Simple Example
Fisher effect Simple ExampleFisher effect Simple Example
Fisher effect Simple Exampleasadatcsu
 
Global foreign exchange 1
Global foreign exchange 1Global foreign exchange 1
Global foreign exchange 1Elkana Rorio
 
Pasar Modal Indonesia
Pasar Modal IndonesiaPasar Modal Indonesia
Pasar Modal IndonesiaDwi Wahyu
 
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasa
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasaUtang jangka panjang, saham preferen dan saham biasa
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasaIsah Nurdianah
 
Ppt mkl bab 9
Ppt mkl bab 9Ppt mkl bab 9
Ppt mkl bab 9raninur1
 
interest rate and currency swaps
interest rate and currency swapsinterest rate and currency swaps
interest rate and currency swapsdeepak gupta
 
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berharga
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berhargaPertemuan 1 pasar modal dan surat berharga
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berhargaRenniwaty Siringoringo
 
5.sigortanın temel prensipleri
5.sigortanın temel prensipleri5.sigortanın temel prensipleri
5.sigortanın temel prensiplerieFinans
 

Tendances (20)

Exchange traded funds
Exchange traded fundsExchange traded funds
Exchange traded funds
 
International Financial Markets
International Financial MarketsInternational Financial Markets
International Financial Markets
 
International financial markets
International financial marketsInternational financial markets
International financial markets
 
Asset Swaps to Z-spreads
Asset Swaps to Z-spreadsAsset Swaps to Z-spreads
Asset Swaps to Z-spreads
 
PSAK-73-Sewa-13032019.pptx
PSAK-73-Sewa-13032019.pptxPSAK-73-Sewa-13032019.pptx
PSAK-73-Sewa-13032019.pptx
 
Money Market in Turkey
Money Market in TurkeyMoney Market in Turkey
Money Market in Turkey
 
08 Ijarah.ppt
08 Ijarah.ppt08 Ijarah.ppt
08 Ijarah.ppt
 
Fisher effect Simple Example
Fisher effect Simple ExampleFisher effect Simple Example
Fisher effect Simple Example
 
Global foreign exchange 1
Global foreign exchange 1Global foreign exchange 1
Global foreign exchange 1
 
Bursa berjangka & mekanisme perdagangan
Bursa berjangka & mekanisme perdaganganBursa berjangka & mekanisme perdagangan
Bursa berjangka & mekanisme perdagangan
 
Pasar Modal Indonesia
Pasar Modal IndonesiaPasar Modal Indonesia
Pasar Modal Indonesia
 
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasa
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasaUtang jangka panjang, saham preferen dan saham biasa
Utang jangka panjang, saham preferen dan saham biasa
 
Ppt mkl bab 9
Ppt mkl bab 9Ppt mkl bab 9
Ppt mkl bab 9
 
interest rate and currency swaps
interest rate and currency swapsinterest rate and currency swaps
interest rate and currency swaps
 
Swap
SwapSwap
Swap
 
Austin080
Austin080Austin080
Austin080
 
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berharga
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berhargaPertemuan 1 pasar modal dan surat berharga
Pertemuan 1 pasar modal dan surat berharga
 
5.sigortanın temel prensipleri
5.sigortanın temel prensipleri5.sigortanın temel prensipleri
5.sigortanın temel prensipleri
 
Non Current Liabilities
Non Current LiabilitiesNon Current Liabilities
Non Current Liabilities
 
Chapter 05
Chapter 05Chapter 05
Chapter 05
 

En vedette

Le Lean 6 Sigma Services
Le Lean 6 Sigma ServicesLe Lean 6 Sigma Services
Le Lean 6 Sigma ServicesLaurent
 
La cession de parts sociales en droit marocain
La cession de parts sociales en droit marocainLa cession de parts sociales en droit marocain
La cession de parts sociales en droit marocainAllaeddine Makhlouk
 
De la dissolution à la cloture de liquidation pdf
De la dissolution à la cloture de liquidation pdfDe la dissolution à la cloture de liquidation pdf
De la dissolution à la cloture de liquidation pdfAllaeddine Makhlouk
 
Le Business Plan pour une startup
Le Business Plan pour une startupLe Business Plan pour une startup
Le Business Plan pour une startupNeocamino
 
Comptabilite des societes (ofppt)
Comptabilite des societes (ofppt)Comptabilite des societes (ofppt)
Comptabilite des societes (ofppt)Taha Can
 
Présentation de la méthodologie 6 Sigma
Présentation de la méthodologie 6 SigmaPrésentation de la méthodologie 6 Sigma
Présentation de la méthodologie 6 Sigmaformation
 
Comptabilité analytique de gestion
Comptabilité analytique de gestionComptabilité analytique de gestion
Comptabilité analytique de gestionnoureddine amerouane
 
Compta analytique d'exploitation
Compta analytique d'exploitationCompta analytique d'exploitation
Compta analytique d'exploitationAbdelkhalek Kim
 
Comptabilité des sociétés au maroc
Comptabilité des sociétés  au marocComptabilité des sociétés  au maroc
Comptabilité des sociétés au marocLatifa El Omri
 
Votre Business Plan de A à Z
Votre Business Plan de A à ZVotre Business Plan de A à Z
Votre Business Plan de A à ZKammco
 
Modèle de business plan
Modèle de business planModèle de business plan
Modèle de business planBruno Patin
 
(Cours+td) comptabilité de société
(Cours+td) comptabilité de société(Cours+td) comptabilité de société
(Cours+td) comptabilité de sociétéTaha Can
 
Examen de comptabilité de société +correction s4
Examen de comptabilité de société +correction s4 Examen de comptabilité de société +correction s4
Examen de comptabilité de société +correction s4 Jamal Yasser
 
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs Adia Maïga
 
Business plan création d'entreprise : Le KIT !
Business plan création d'entreprise : Le KIT !Business plan création d'entreprise : Le KIT !
Business plan création d'entreprise : Le KIT !Antonella VILAND
 
TCE2-Comptabilité des sociétés
TCE2-Comptabilité des sociétésTCE2-Comptabilité des sociétés
TCE2-Comptabilité des sociétésAbdelkhalek Kim
 

En vedette (20)

Comment faire une cloture de liquidation
Comment faire une cloture de liquidationComment faire une cloture de liquidation
Comment faire une cloture de liquidation
 
PME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administrativesPME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administratives
 
6 Sigma
6 Sigma6 Sigma
6 Sigma
 
Le Lean 6 Sigma Services
Le Lean 6 Sigma ServicesLe Lean 6 Sigma Services
Le Lean 6 Sigma Services
 
La cession de parts sociales en droit marocain
La cession de parts sociales en droit marocainLa cession de parts sociales en droit marocain
La cession de parts sociales en droit marocain
 
De la dissolution à la cloture de liquidation pdf
De la dissolution à la cloture de liquidation pdfDe la dissolution à la cloture de liquidation pdf
De la dissolution à la cloture de liquidation pdf
 
Business plan 1
Business plan 1Business plan 1
Business plan 1
 
Le Business Plan pour une startup
Le Business Plan pour une startupLe Business Plan pour une startup
Le Business Plan pour une startup
 
Comptabilite des societes (ofppt)
Comptabilite des societes (ofppt)Comptabilite des societes (ofppt)
Comptabilite des societes (ofppt)
 
Présentation de la méthodologie 6 Sigma
Présentation de la méthodologie 6 SigmaPrésentation de la méthodologie 6 Sigma
Présentation de la méthodologie 6 Sigma
 
Comptabilité analytique de gestion
Comptabilité analytique de gestionComptabilité analytique de gestion
Comptabilité analytique de gestion
 
Compta analytique d'exploitation
Compta analytique d'exploitationCompta analytique d'exploitation
Compta analytique d'exploitation
 
Comptabilité des sociétés au maroc
Comptabilité des sociétés  au marocComptabilité des sociétés  au maroc
Comptabilité des sociétés au maroc
 
Votre Business Plan de A à Z
Votre Business Plan de A à ZVotre Business Plan de A à Z
Votre Business Plan de A à Z
 
Modèle de business plan
Modèle de business planModèle de business plan
Modèle de business plan
 
(Cours+td) comptabilité de société
(Cours+td) comptabilité de société(Cours+td) comptabilité de société
(Cours+td) comptabilité de société
 
Examen de comptabilité de société +correction s4
Examen de comptabilité de société +correction s4 Examen de comptabilité de société +correction s4
Examen de comptabilité de société +correction s4
 
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs
Modèle de Business Plan : Startups & Entrepreneurs
 
Business plan création d'entreprise : Le KIT !
Business plan création d'entreprise : Le KIT !Business plan création d'entreprise : Le KIT !
Business plan création d'entreprise : Le KIT !
 
TCE2-Comptabilité des sociétés
TCE2-Comptabilité des sociétésTCE2-Comptabilité des sociétés
TCE2-Comptabilité des sociétés
 

Similaire à Projet_IntelliMATCH_THEO_LE_BESNERAIS_2014

Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017CNCC Formation
 
Livret sujets pfe_2017_digital
Livret sujets pfe_2017_digital Livret sujets pfe_2017_digital
Livret sujets pfe_2017_digital . WATCOM
 
Catalogue nouveautés CNCC Formation
Catalogue nouveautés CNCC FormationCatalogue nouveautés CNCC Formation
Catalogue nouveautés CNCC FormationCNCC Formation
 
Stages Santeos 2016-2017
Stages Santeos 2016-2017Stages Santeos 2016-2017
Stages Santeos 2016-2017Ludovic Tant
 
Yieloo - presentation société
Yieloo - presentation sociétéYieloo - presentation société
Yieloo - presentation sociétéCyril Girard
 
Les Salaires dans le digital 2017
Les Salaires dans le digital 2017 Les Salaires dans le digital 2017
Les Salaires dans le digital 2017 Hymane Ben Aoun
 
Sujet SAS
Sujet SASSujet SAS
Sujet SASChou33
 
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"Fing
 
Omni Advisory 2010
Omni Advisory 2010Omni Advisory 2010
Omni Advisory 2010nicoperes
 
Réalisation d'une application de gestion budgétaire
Réalisation d'une application de gestion budgétaireRéalisation d'une application de gestion budgétaire
Réalisation d'une application de gestion budgétaireLamiae Demraoui
 
Exemple de proposition EGRH avant audit
Exemple de proposition EGRH avant auditExemple de proposition EGRH avant audit
Exemple de proposition EGRH avant auditDavid Rajsavong
 
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agile
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agileAgile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agile
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agilePig Acube
 
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRMSage france
 
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AM
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AMOffre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AM
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AMJean-François Lairie
 
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et Informatique
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et InformatiqueCNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et Informatique
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et InformatiqueYassine Anddam
 

Similaire à Projet_IntelliMATCH_THEO_LE_BESNERAIS_2014 (20)

Ra
RaRa
Ra
 
Ra
RaRa
Ra
 
Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017
 
Livret sujets pfe_2017_digital
Livret sujets pfe_2017_digital Livret sujets pfe_2017_digital
Livret sujets pfe_2017_digital
 
Catalogue nouveautés CNCC Formation
Catalogue nouveautés CNCC FormationCatalogue nouveautés CNCC Formation
Catalogue nouveautés CNCC Formation
 
Stages Santeos 2016-2017
Stages Santeos 2016-2017Stages Santeos 2016-2017
Stages Santeos 2016-2017
 
Yieloo - presentation société
Yieloo - presentation sociétéYieloo - presentation société
Yieloo - presentation société
 
Les Salaires dans le digital 2017
Les Salaires dans le digital 2017 Les Salaires dans le digital 2017
Les Salaires dans le digital 2017
 
Sujet SAS
Sujet SASSujet SAS
Sujet SAS
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
E catalogue
E catalogueE catalogue
E catalogue
 
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"
Nos Systèmes by Fing : "Signaux Faibles"
 
Omni Advisory 2010
Omni Advisory 2010Omni Advisory 2010
Omni Advisory 2010
 
Réalisation d'une application de gestion budgétaire
Réalisation d'une application de gestion budgétaireRéalisation d'une application de gestion budgétaire
Réalisation d'une application de gestion budgétaire
 
Exemple de proposition EGRH avant audit
Exemple de proposition EGRH avant auditExemple de proposition EGRH avant audit
Exemple de proposition EGRH avant audit
 
Fannan
FannanFannan
Fannan
 
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agile
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agileAgile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agile
Agile Tour Clermont Ferrand - Michel Lejeune - La contractualisation agile
 
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM
7 regles d'or pour réussir et rentabiliser un projet CRM
 
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AM
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AMOffre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AM
Offre de Stage - Fund analyst @ Finexkap AM
 
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et Informatique
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et InformatiqueCNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et Informatique
CNAEM 2012 - EPREUVE : Gestion, Management et Informatique
 

Projet_IntelliMATCH_THEO_LE_BESNERAIS_2014

  • 1. Théo le Besnerais Jury N°3 Jeudi 18 septembre 2014 Rapport de projet tuteuré :
  • 2. Licence Professionnelle Assurance, Banque, Finance Back et Middle Office spécialité : « Suivi administratif et contrôle de gestion des opérations bancaires » 2 « Mise en place d’IntelliMATCH : respecter les pratiques réglementaires du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une procédure opérationnelle.»
  • 3. 3 L’objectif a été de former les membres de mon équipe et d’adapter mon secteur à un nouveau logiciel de réconciliation appelé IntelliMATCH déjà en partie disponible depuis 2010 chez CA-CIB : il impactera les produits FX&MM et apportera une méthode supplémentaire de maîtrise des opérations en suspens. Pour réaliser mon projet, j’ai d’abord effectué des recherches sur ce logiciel afin de mieux l’appréhender. Au vu des résultats de mes recherches, j’ai décidé de réaliser un support explicatif « une procédure » à l’usage de l’équipe pour lui permettre d’utiliser IntelliMATCH dans ses fonctions les plus essentielles. The aim was to train the members of my team and adapt my sector to the new reconciliation software called IntelliMATCH, already available since 2010. It will impact FX&MM products and will provide an additional method of control over pending operations. To realize my project, I first carried out some research into the software in order to gain a better understanding. Given the research results, I decided to carry out a procedure for the usage of the team to allow them to use IntelliMATCH and its essential functions.
  • 4. Report on my project Terms of reference: Corinne Behmoaras-Cavalier, head of Forex and Money Markets Confirmations department, has requested this report on IntelliMATCH and especially on how to adapt our department to these new regulations with this new software. The report was submitted to him in August, 2014. Procedure: I worked on this project and I decided to organize my work as follow : - Explain to the team what IntelliMATCH is - Answer their questions about IntelliMATCH - Find solutions to adapt the department and provide necessary documentation Findings: 1. IntelliMATCH is a new European software which will be effective on December 2014 2. IntelliMATCH will impact the market and the product we deal with in our department will be concerned by the regulations 3. IntelliMATCH will impose these changes on the team: - We will have to verify the confirmations to counterparties with a new set - We will have to check the counterparties’ confirmations within 24 hours - Counterparties will have to check sign our confirmations more quickly 4. IntelliMATCH will introduce three groups of counterparties Conclusions: 1. IntelliMATCH will reduce our set deadline and we will have to confirm more quickly to the counterparties 2. The team needs to be informed about IntelliMATCH and know with precision the changes’ IntelliMATCH will introduce 3. I had to find new solutions to maximize our work with a new procedure Solutions: 1. I did a PDF presentation where I explained to the team what IntelliMATCH is 2. I will answered the team’s questions with a FAQ section 4
  • 5. 3. On my recommendation, the IT department will enrich the software because it will help us to work more quickly: with this software we can reconcile or/and verify our confirmations for example 4. I devised a new method for checking counterparties’ confirmations Théo le Besnerais 6 rue Daumier 75016 PARIS +33 7 86 76 54 66 Graduate in Finance looking for a Back and Middle Office job Work experience :  2013 to Present : Back Office Operator , Credit Agricole Corporate and Investment Bank (work and study program) - Sending confirmations to counterparties - Finding settlements with counterparties - Checking counterparties’ confirmations - Sending reminders to counterparties  2010 to 2012: Financial counselor, LCL (block-release training) - Selling bank products to a client portfolio - Phoning - After sales banking service  2008 to 2010: Work placement as a nurse - Hosting and Managing customers’ needs Education:  2012-2013: Bachelor’s degree in Banking, Finance and Insurance: back and middle office, Descartes university, Paris  2010-2013: Two- year technical degree in banking, CFPB Paris  2006-2008:  2005-2006:  2005: Scientist Baccalaureat with honours Languages:  French (mother tongue)  English (advanced level) 5
  • 6.  Spanish (high school level) Computer skills:  Microsoft office (Word, Excel and Powerpoint)  Open office  IntelliMATCH, DIG, CityNet, Cibos Personal Interests:  Member of the American Library of Paris Théo Le Besnerais 6 rue Daumier 75016 PARIS 07 86 76 54 66 tlbtlb10@gmail.com September 18th 2014 Application for a back or middle office operator position Dear Madam, Dear Sir, I am pleased to apply for the position of back or middle office operator advertiser by your company. Over my three years of experience in banking, I worked for two years as a financial counselor during my two-year technical degree in Banking and one year as a Forex and Money Markets as a back office manager during my bachelor degree in Paris Descartes University. In my last job, I was in charge of sending confirmations to counterparties, finding settlement with counterparty, checking counterparties’ confirmations and sending reminder to counterparties. I would prefer to work in a back and middle office, however I am willing to consider any position that you might offer me. Your company would provide me with the best possible opportunity to apply the skills I have already acquired and develop new ones. I would appreciate the opportunity of meeting you to discuss my interest in this position, and look forward to hearing from you soon. Best wishes, 6
  • 7. Théo Le Besnerais. 7 Le logiciel IntelliMATCH développé par SunGard permet de réaliser la réconciliation des opérations entre ces 2 logiciels. Cibos : c’est la base de suivi des confirmations, grâce à laquelle on peut vérifier le statut de chaque transaction saisie par le Front Office « Mise en place d’IntelliMATCH : respecter les pratiques réglementaires du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une procédure opérationnelle.» Dans un environnement économique mondial devenu aussi complexe que concurrentiel, les banques de marchés accompagnent les entreprises, les institutions et les gouvernements pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs au travers de solutions idoines, simples et innovantes. Les gestionnaires Back-office Confirmation Change Trésorerie de CA-CIB font régulièrement face à des incidents (« opérations en suspens »), et l’équipe ne disposait pas de procédures les recensant pour ensuite les résoudre. Ces incidents peuvent avoir des répercussions économiques. J’ai donc décidé de développer « une procédure opérationnelle » qui permette de les recenser ; répondant ainsi à des objectifs réglementaires afin d’améliorer la qualité de traitement. « La procédure opérationnelle » s’applique et s’appliquera sur le logiciel IntelliMATCH pour les secteurs CASA FX&MM et CA-CIB FX&MM. Une parcellisation des tâches engendre des effets pervers. La polyvalence permet résoudre les opérations en suspens. Fonctionnement en « open space », permet de développer la communication et de faire circuler l’information entre différents secteurs Confirmation. Un logiciel IntelliMATCH prochainement connu des collaborateurs Mon résultat collaboratif, UNE PROCEDURE OPERATIONNELLE 2 logiciels (Cibos + Citynet) centralisé sur 1 système de RECONCILATION (Back to Back) = IntellIMATCH CityNet : c’est le logiciel propre au Back Office qui centralise l’ensemble des transactions. Il permet de visualiser les détails des opérations : date de négociation et de valeur, montants et devises échangés, contrepartie concernée ainsi que le fond sur lequel a été enregistré (« booké ») le deal.
  • 8. SOMMAIRE REMERCIEMENTS........................................................................................................................................... 9 INTRODUCTION...........................................................................................................................................10 PRÉSENTATION DU CRÉDIT AGRICOLE CIB ET DE SES ACTIVITÉS....................................................................12 I.LE SERVICE DES CONFIRMATIONS CHANGES ET TRÉSORERIE : UN SERVICE TRAVAILLANT SUR DES PRODUITS SIMPLES MAIS COMPLEXES..........................................................................................................................................................14 A.Les missions du gestionnaire au sein du service.........................................................................................14 B.Le back office Confirmations Changes et Trésorerie : un service qui traite des produits standards..........16 1.Le swap de change......................................................................................................................................16 2.Le spot interbancaire..................................................................................................................................17 3.Le forward de change ou change à terme..................................................................................................17 4.Les Non Delivery Forward (NDF).................................................................................................................17 5.Le prêt/emprunt cash .................................................................................................................................18 C.Les risques qui peuvent impacter le service................................................................................................19 1.Le risque opérationnel................................................................................................................................19 2.Le risque de contrepartie............................................................................................................................19 3.Le risque de marché....................................................................................................................................20 D.La charge de travail du service depuis 2012...............................................................................................20 II.LE CONTEXTE DE LA MISE EN PLACE D’INTELLIMATCH : LA VOLONTÉ DE CONTRÔLE, DE TRAÇABILITÉ MAIS AUSSI DE RÉACTIVITÉ. .........................................................................................................................................................................21 A.Les produits financiers : sous haute surveillance........................................................................................21 1.Les réconciliations Front / Back en Middle-Office :.....................................................................................21 2.Le développement croissant des départements de « suivi des risques » et de contrôle permanent :........22 22 3.Les contraintes réglementaires les plus récentes : DFA et EMIR................................................................23 B.La nouveauté « IntelliMATCH » : une réconciliation « BACK / BACK » à la main du Back-Office :.............23 1.La nécessité d’un rapprochement en interne :............................................................................................23 2.La nécessité d’une meilleure réactivité du Back-Office :.............................................................................24 III.MON PROJET : « MISE EN PLACE D’INTELLIMATCH : RESPECTER LES PRATIQUES RÉGLEMENTAIRE DU 1 POUR 1 ET AIDER LES COLLABORATEURS À SE FORMER PAR LA RÉDACTION D’UNE PROCÉDURE OPÉRATIONNELLE »................................................26 A.La phase de définition du projet : bien cerner les exigences du projet.......................................................26 1.Le « diagnostic » de l’existant : une nouveau logiciel peu connue des collègues.......................................26 2.Les ressources à ma disposition pour réaliser le projet..............................................................................29 8 Difficultés :- Les difficultés de synergies entre les fonctions IT et les fonctions métiers, en avant-projet = pré-production. Objectifs du projet : • Permettre une plus grande autonomie des gestionnaires Back-Office en leur proposant une procédure d’utilisation du système, via les « CASES ». Situation de production concluante. Formation à prévoir pour IntelliMATCH. Le projet évoluera grâce à l’ensemble des collaborateurs qui y apporterons leur contribution en créant de nouveaux « CASES ». Une automatisation au service de la productivité est souhaitée et un gain de temps évident guide le traitement du flux des opérations FX&MM. La mise à jour du projet dans le futur
  • 9. 3.Les contraintes liées au projet ...................................................................................................................30 4.Le livrable et les résultats attendus............................................................................................................30 B.La phase de planification : l’organisation des activités..............................................................................30 C.Les étapes de réalisation du projet.............................................................................................................31 Etape 1 : Effectuer des recherches pour connaitre et appréhender IntelliMATCH........................................31 Etape 2 : La réconciliation : de la phase test à la phase de production.........................................................32 Etape 4 : Rédaction de la procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (cf ANNEXE)......................35 CONCLUSION............................................................................................................................................... 37 GLOSSAIRE................................................................................................................................................... 38 BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................... 41 ANNEXE....................................................................................................................................................... 42 Procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (Livrable)....................................................................42 Remerciements Je remercie tout d’abord Madame Brigitte Avellaneda, vice-responsable de la formation pour m’avoir guidée dans la réalisation de ce travail lors des soutenances d’étapes, pour ses précisions quant à la forme et ses critiques qui m’ont beaucoup aidée. Mes remerciements vont aussi à Mr Patrice Fromager, responsable de cette licence, pour ses conseils lors de la relecture de mon plan. Je tiens à remercier Madame Corinne Behmoaras-Cavalier et toute l’équipe pour leur 9
  • 10. implication et leur aide dans la détermination du sujet. Durant cette année, ils m’ont beaucoup aidée sur la partie plus technique et sur les améliorations possibles. Je souhaite également remercier, différents collaborateurs au sein de Crédit Agricole CIB, à qui j’ai pu demander des conseils lors de la rédaction de ce mémoire. Et plus particulièrement à ma collègue Emma Etienne, apprentie en licence, avec qui j’ai pu réfléchir sur la dernière partie concernant les préconisations. Enfin, je remercie Yves-Michel Leporcher, responsable de l’équipe-projet en charge de l’intégration d’IntelliMATCH au sein de Crédit Agricole CIB, ainsi que Koumba Ly et Nina Kazihise pour leurs disponibilités quotidiennes et leurs précisions importantes sur l’organisation de la banque face au changement. Introduction Depuis septembre 2013, je suis apprenti au service Back Office Confirmations Change et Trésorerie du Crédit Agricole Corporate and Investment Bank. Nous nous occupons des opérations post-trading qui concernent les swaps, les prêts et les emprunts. Je fais partie d’une structure complexe dont tous les maillons sont solidaires. La description des mes activités et mon apprentissage apportera des précisions sur cette année riche d’enseignements et de rapports humains. 10
  • 11. Afin de comprendre le « pourquoi » de la mise en place de ce logiciel au sein du Back- Office FX & MM, nous devons expliquer les contraintes auxquelles les établissements financiers doivent répondre. En effet, depuis 2008 et l’affaire Kerviel notamment, les établissements financiers français et américains sont sous haute surveillance en ce qui concerne notamment les produits Over The Counter (OTC) dont le FX mais également le Money Market. Ainsi depuis 2013, le régulateur américain impose la réglementation Dot Franck Act (DFA) et depuis février 2014, le régulateur européen impose EMIR : dans le deuxième cas, le but est la traçabilité de toute opération OTC. Dans ce contexte international de traçabilité des opérations, il a été décidé de mettre en place un outil de réconciliation interne et unique, pour affiner en amont, le contrôle entre deux outils que nous utilisons Cibos (Outil de Gestion) et CityNet (Outil de Matching). Ainsi IntelliMATCH permet de vérifier que toute opération saisie par notre Front- Office, se déversant dans CIBOS, pourra être confirmée avec une contrepartie. On parle de 1 pour 1 : 1 deal saisi / 1 deal matché avec la contrepartie et donc 1 deal traçable. Suite à la mise en place de ce nouveau logiciel en interne, le sujet de mon projet tuteuré s’est imposé naturellement car adapter IntelliMATCH au back-office tout en respectant les nouvelles normes et les nouveaux délais imposés, me paraissent être deux enjeux de taille pour CA-CIB. IntelliMATCH, une fois adapté au back-office Confirmations, va impacter de manière significative son activité quotidienne. Chacun au sein du back-office sera alors obligé d’être plus réactif pour assurer le bon déroulement de ses tâches. Toute modification de l’activité quotidienne nécessite communication de l’équipe. Mon projet qui s’intitule « Mise en place d’IntelliMATCH : respecter les pratiques réglementaires du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une procédure opérationnelle » va s’articuler en deux temps. Je vais d’abord réfléchir à des solutions pour adapter IntelliMATCH aux différents produits et contraintes du back-office. Ensuite mon objectif sera d’écrire une procédure pour la formation des différents gestionnaires. 11
  • 12. Présentation du Crédit Agricole CIB et de ses activités Le Crédit Agricole CIB est la banque d’investissement et de financement du groupe Crédit Agricole. Elle est née en 2004 grâce à la fusion des activités de banque de financement et d’investissement du Crédit Lyonnais et du Crédit Agricole Indosuez. A l’origine la banque était nommée Calyon mais son nom fut changé en 2010. Le Crédit Agricole CIB, c’est aujourd’hui 9500 collaborateurs répartis dans 30 pays avec pour les activités suivantes : Actuellement, la banque s’est imposée comme un acteur important sur le plan international et a su maintenir ses classements dans ses métiers d’excellence : elle est au troisième rang mondial des chefs de file et teneurs de livres dans la zone Europe, Moyen- Orient et Afrique, elle occupe la quatrième place mondiale des émissions obligataires et le deuxième rang mondial des émissions des institutions financières en euros. Les trois principales agences de notations lui ont attribué les notes suivantes : 12 Mon service se situe ici
  • 13. Notations Dette long terme senior Perspective Dernière décision de notation Décision de notation Dette court terme Standard & Poor's A Négative 10/07/2014 Notations CT et LT affirmées ; perspective négative de la note LT inchangée A-1 Moody's A2 Négative 29/05/2014 Dégradation de la note LT avec perspective négative ; confirmation de la note CT Prime-1 FitchRatings A Stable 03/07/2014 Affirmation des notes LT/CT ; perspective stable de la note LT inchangée F1 En 2014, la banque est confrontée aux enjeux suivants : • Assurer la pérennité des activités malgré la crise financière actuelle • Conserver une bonne réputation auprès de ses clients • S’adapter aux changements réglementaires initiés aux Etats-Unis et en Europe • Organiser ses déménagements sur les sites d’Evergreen à Montrouge et sur Saint Quentin en Yvelines Le pôle CMO (Capital Markets Operations) dans lequel j’évolue, exerce une responsabilité mondiale sur l’ensemble des fonctions « Support Opérationnel » (Middle et Back Office) dédiées aux activités de marchés. CMO a pour principales mission d’assurer le traitement de toutes les opérations de marché durant l’ensemble de leur cycle de vie, dans les meilleures conditions de qualité, sécurité, coût et délai. Implanté mondialement à Paris, Londres, en Amérique et en Asie, CMO s’est récemment étendu à toute l’Europe, au Moyen Orient et en Afrique (EMEA). L’enjeu principal de CMO est d’assurer la production quotidienne et de continuer à améliorer son dispositif de maîtrise des risques opérationnels : • Poursuivre le renforcement du dispositif de contrôle • Mener à bien les projets stratégiques de sécurisation des chaînes de traitement post-trade (déploiement des Middle Offices, refonte des rapprochements FO/BO...) • Accompagner les projets d’optimisation de Système Informatique et gérer les impacts sur les organisations. 13
  • 14. I. Le service des Confirmations Changes et Trésorerie : un service travaillant sur des produits simples mais complexes. A. Les missions du gestionnaire au sein du service Le service de confirmations Change et Trésorerie est en charge des back offices de Paris, LCL, Crédit Agricole SA ainsi que ces caisses régionales. Rôle de la confirmation dans le processus d’une transaction standard sur le marché des changes et de la trésorerie Les deux traders concluent une opération bilatéralement et sont en relation directe pour la négociation et le traitement administratif. Notre service va alors envoyer à la contrepartie une confirmation qui reprend les différents détails d’ordre financier et juridique de l’opération. Nous utilisons pour cela les normes du contrat l’International Swap and Derivatives Association, plus communément appelé « contrat ISDA », pour les transactions avec les pays autres que la France ou la convention de la Fédération Française des Banques pour les transactions conclues avec des contreparties françaises. Cette convention, qui déroge au droit des pays qui l’utilisent, est une convention sur mesure qui s’adapte aux types de produits qui sont conclus. Sur un marché de gré à gré, la confirmation est l’acte écrit dans lequel les contreparties décrivent une opération effectuée entre elles et les engagements qui en découlent. Il s’agit donc d’un contrat juridique obligeant les deux parties et qui doit être authentifié par chacune d’elle. Par extension, ce terme est utilisé aussi à propos d’opérations effectuées sur les marchés organisés. Il s’agit alors d’un « avis d’opéré » dans lequel le marché signifie que l’ordre qui lui a été confié a été exécuté (totalement ou partiellement). 14 Trader du Credit Agricole CIB Trader de notre contrepartie
  • 15. Mes missions au sein de ce service sont les suivantes :  Emettre les confirmations : Cette tâche consiste à envoyer à la contrepartie dans un délai le plus rapide, les confirmations des transactions initiées par nos traders.  Gérer les litiges avec les contreparties, les Back Offices et les Middle Offices : Il s’agit ici d’apporter des modifications à nos confirmations lorsqu’il y a des désaccords sur les différents termes financiers présents sur les confirmations. Pour cela nous devons travailler en synergie avec le back office de notre contrepartie ainsi qu’avec nos middles et front offices.  Contrôler les confirmations reçues des contreparties : Je dois vérifier les détails des confirmations envoyées par nos contreparties pour s’assurer qu’ils sont identiques aux nôtres.  Relancer les contreparties : Lorsqu’une contrepartie n’a pas renvoyé signée dans un délai de deux jours, notre confirmation je dois lui envoyer un mail de relance. (Cf CHASER).  Actualiser la base de suivi des confirmations : Il faut mettre à jour le statut des confirmations pour pouvoir suivre leur état.  Archiver les confirmations électroniquement : C’est une tâche importante car quand il y a un litige avec une contrepartie nous devons pouvoir retrouver la confirmation que nous avons envoyée. 15
  • 16. B. Le back office Confirmations Changes et Trésorerie : un service qui traite des produits standards. 1. Le swap de change Le « swap » : c’est un contrat d’échange de taux d’intérêts, par ce contrat les deux parties s’engagent à se rétrocéder selon un échéancier donné les intérêts calculés sur une base nominale commune mais à des conditions différentes ; taux fixe contre taux variable. Il n’y a pas d’échange de nominal mais seulement un échange d’intérêts. A chaque période appelée « fixing », une partie (« la perdante ») renverse le différentiel de taux à l’autre. Dans cette partie, nous ne traiterons que des opérations de change spot, forward et swap de change (ou swap cambiste ou FX swap). « FX » est issu de la contraction des termes anglais « Foreign Exchange », « Forex » est le surnom universellement donné au marché des changes, sur lequel les devises sont échangées l’une contre l’autre, à des taux qui varient sans cesse. Nous nous trouvons ici sur un marché à fort volume (particulièrement sur le spot). Il n’est pas rare qu’une banque comme la notre fasse quotidiennement plusieurs dizaines de milliers d’opérations de spot interbancaire. La sécurité et la productivité sont donc les maîtres mots des traitements administratifs. Il faut aussi ajouter que les produits à fort volume sont parfaits pour qu’un fraudeur cache ses opérations délictueuses dans le flux. Une vigilance particulière est donc absolument nécessaire. Enfin, si le volume des opérations interbancaires est considérable, les opérations avec des clients représentent aussi une activité non négligeable et une source de profit conséquente. Si cette opération est économiquement une opération de trésorerie, du point de vue du traitement administratif, il s’agit d’une pure opération de change. Elle est représentée par une opération de change dans un sens, associée à une opération de change en sens inverse à une date ultérieure permettant d’obtenir un résultat dans une seule devise. Le traitement administratif d’un swap est lui aussi très simple : les deux opérations de change sont confirmées séparément mais avec une référence unique qui permet de lier lorsque le format SWIFT est utilisé. Le format « papier » peut s’avérer différent et préférer la confirmation unique des deux pattes du swap (cela présente certains avantages opérationnels, notamment pour le suivi de matching en ne distinguant pas le matching de la patte dite near et de la patte dite far). 16
  • 17. 2. Le spot interbancaire Il s’agit du produit ayant la plus forte volumétrie parmi les opérations de marché. Son traitement administratif est donc extrêmement automatisé. Il entraîne un règlement des montants à J + 2 (sauf dans le cas de l’USD/CAD qui est à J + 1). La très grande majorité des opérations est réalisée sur des plates-formes électroniques comme Reuters Dealing ou EBS. La validation des opérations est donc effectuée à partir des retours de ces plates-formes. 3. Le forward de change ou change à terme Il s’agit d’une opération de change dont la valeur est différente de celle du spot du couple de devise concerné (J, J + 3, J + 10…). Du pont de vue du traitement administratif, celui-ci est identique au spot (même type de message SWIFT, mêmes confirmations…). Seule la date de valeur change. Il faut cependant noter une exception : les opérations en valeur jour (à J) qui ne peuvent transiter par CLS et qui obligatoirement réglées via le mécanisme du correspondent banking. 4. Les Non Delivery Forward (NDF) Ce type d’opération permet d’éviter la livraison de deux devises. A l’échéance du NDF est seulement échangée, dans la première devise du couple, la différence entre le prix observé à cette date sur le marché pour le couple de devises en question et le prix fixé dans le NDF. Il existe un master confirmation proposé par l’ISDA sur le NDF qui permet de simplifier notablement l’émission des confirmations (ou transaction supplement dans ce cas). Pour confirmer en interbancaire un NDF, on utilise de plus en plus la méthode du double MT300 : - à la mise en place de l’opération, un MT300 est adressé à la contrepartie indiquant la date d’échéance comme date de valeur et le prix de référence du NDF. - à l’échéance, un deuxième MT300 est adressé avec une opération en sens inverse, et le cours spot retenu pour calculer le cash flow à l’échéance. 17
  • 18. 5. Le prêt/emprunt cash Il s’agit d’une opération essentiellement interbancaire dans laquelle les deux parties se prêtent une somme en cash assortie d’un intérêt. Celui-ci peut être fixe ou variable. Lorsque l’opération met en jeu une contrepartie non bancaire et une banque, on parle plutôt de dépôt (elle est toujours dans le sens où la contrepartie non bancaire dépose de l’argent auprès d’une banque). Les durées des P/E cash sont généralement très courtes et varient de la journée (overnight) à la semaine, ou plus rarement au mois. C’est une opération qui présente un risque de contrepartie majeur puisqu’elle n’est associée à aucune garantie. Par ailleurs, le P/E n’est pas couvert par un master agreement, il ne peut donc y avoir de compensation des opérations avec une contrepartie en cas de défaut de celle-ci. Le traitement administratif du P/E interbancaire est le plus simple qui soit : - validation de l’opération (affirmation pour les montants les plus élevés) ; - confirmation via SWIFT (MT320) - matching (généralement via un provider comme SWIFTnet Accord) ; - paiement aller (via les mécanismes habituels de correspondent banking) ; - remboursement capital et intérêts (lorsque le P/E est à taux fixe, le montant est connu à l’avance ; lorsque le P/E est à taux variable, le calcul est fait par chaque contrepartie mais il n’y pas de matching préalable des montants à rembourser, l’emprunteur paie la somme qu’il a calculée). Une particularité intéressante peut être soulignée pour les P/E overnight avec les contrôles effectués sur la patte « aller » avant de rembourser la patte « retour ». Ce simple contrôle permet bien entendu de s’assurer du remboursement de fonds qui ont été reçus la veille et donc de réduire le risque de livraison. Le P/E fait partie avec le swap de change des rares cas où il peut y avoir à gérer pour une contrepartie donnée des multi-SSI pour un même type de contrat. En effet, il sert généralement à couvrir des positions de trésorerie matérialisée par des nostri. Si une contrepartie a plusieurs nostri dans une même devise, elle peut demander lors du bouclage de l’opération d’être couvert sur tel ou tel compte. Cette particularité ne se retrouve pas sur les autres opérations dérivés (hors FX swaps) qui ont généralement des SSI uniques. 18
  • 19. C. Les risques qui peuvent impacter le service 1. Le risque opérationnel Il existe un risque opérationnel qui correspond à un risque technique dans le fonctionnement de notre banque et dans le suivi des opérations : par exemple nos confirmations ou celles des contreparties peuvent comporter des données erronées qu’il faut modifier. Dans le cas du P/E cash, les risques sont essentiellement liés au règlement de l’opération. Le nominal étant échangé à l’aller et au retour, ceux sont des montants considérables qui circulent, très souvent en valeur jour donc avec des contrôles parfois limités. Il est impératif de toujours s’assurer de la réalité de l’opération et, par dessus tout, de la véracité des coordonnées de règlement. Sur le change, la volatilité des cours de change rend très dangereuse toutes les erreurs de saisie car leur coût de retournement peut être important. Les volumes traités permettent aisément à un fraudeur de glisser des opérations malintentionnées (et de les modifier/annuler) sans être repéré. Il y a plusieurs exemples célèbres dans ce domaine (National Australia Bank, AIB…). Les opérations de swap de change réalisées par le trésorier sont de montants très élevés, souvent en valeur jour, et nécessitent un contrôle très rigoureux en temps réel. La valorisation des changes à termes longs repose sur de nombreuses hypothèses « aléatoires » quant aux données de marché. Il est important d’en assurer un strict contrôle. Bien qu’étant très standardisé, le change doit faire l’objet d’une attention particulière. 2. Le risque de contrepartie Il existe un risque de contrepartie c’est-à-dire le risque de défaillance de la contrepartie qui ne pourra donc pas faire face à ses engagements vis-à-vis de notre banque : par exemple elle ne peut pas nous payer les sommes dues à la date d’échéance du contrat. A noter que les opérations de dépôts ont été plus réduites que celles du change car la crainte de ne pas être remboursé est très présente. Les clients tendent donc à effectuer des opérations plus sécurisées comme le change : en échangeant des devises ils seront toujours en possession de liquidité et limitent ainsi le risque. 19
  • 20. 3. Le risque de marché Il existe un risque de marché qui est défini comme le risque d’une déviation défavorable de la valeur de marché des instruments sans que la banque n’ait eu le temps de liquider ses positions. D. La charge de travail du service depuis 2012 La majorité des opérations sont confirmées électroniquement via SWIFT ou sur toute autre plateforme client type « FXALL ». Le reste est manuel et fait l’objet d’un travail de rapprochement avec la confirmation de la contrepartie. Quant aux confirmations que nous envoyons aux contreparties, elles peuvent être confirmées de deux manières : o Soit la contrepartie renvoie notre confirmation papier signée. o Soit elle nous envoie sa propre confirmation que nous allons vérifier (nous utilisons le terme « pointer ») et, si les termes concordent, l’opération est validée : on appelle cela un échange de confirmation. Données du 1er Trimestre : 51 35 30 17 36 19 Moyenne journalière des confirmations revenues signées par la contrepartie Moyenne journalière des confirmations à pointer Moyenne journalière des confirmations reçues par le service 2012 2013 2014 20
  • 21. II. Le contexte de la mise en place d’IntelliMATCH : la volonté de contrôle, de traçabilité mais aussi de réactivité. A. Les produits financiers : sous haute surveillance La nécessité de répondre favorablement aux différentes régulations de la place et la volonté de limiter le risque opérationnel ont conduit les banques à mettre en place de nombreux contrôles dans lesquels les rapprochements de tous ordres tiennent une place fondamentale. Ce sont en général des rapprochements entre les outils Front-Office et ceux du Back-Office localisés dans des départements dédiés. En effet, la complexité des systèmes d’information a obligé les banques, depuis quelques années, à ne pas se contenter des rapprochements face aux autres acteurs (contreparties, courtiers, custodians, et ses correspondants) mais aussi à vérifier qu’en tout point de la chaîne de traitement interne, il n’y a pas eu disparition ou modification injustifiée de tout ou partie de l’information concernant une opération. 1. Les réconciliations Front / Back en Middle-Office : Avant même la mise en application des nouvelles normes et réglementations (avant EMIR ou DFA), les banques ont développé des réconciliations Front/Back c’est-à-dire qu’elles ont mis en place des logiciels pouvant comparer les applications des Front –Offices avec celles des Back-Offices de marché. Ces applications étant effectives pour tous produits confondus, il a fallu mettre en place des équipes dédiées dans des Middle– Offices « Réconciliations ». En ce qui concerne CA-CIB Paris, le MO Réconciliation utilise un outil appelé GLORY qui réconcilie toutes les opérations, tous produits confondus. Mais l’inconvénient de ce type de logiciels c’est qu’ils donnent une image de l’existant à posteriori c’est-à-dire le lendemain de la date de « trade » voire le surlendemain en fonction des volumes traités. 21
  • 22. 2. Le développement croissant des départements de « suivi des risques » et de contrôle permanent : Ces dernières années les banques ont également investi massivement dans le suivi des risques et dans le contrôle permanent (qui contrôle les opérations de marché et dépend du métier). Cela, en mettant en place et en suivant des procédures en lien direct avec la réglementation de la place ; tout en augmentant les effectifs de ces départements et en investissant dans des programmes ; particulièrement sur des logiciels de suivi de risques. Par exemple, le contrôle permanent chez CA-CIB applique les directives du département des risques tout en étant un organe à part, dépendant du métier. Il utilise un outil spécialement dédié au contrôle et au suivi des tâches (secteur par secteur) au sein de tous les Back-Offices (« Permanent Risk Monitoring » = « PRisM »). Les risques et le contrôle permanent utilisent leurs propres outils de suivi qu’il a fallu construire et développer en lien avec tous les systèmes de gestion des produits de marché. Ainsi, dans les banques et chez CA-CIB en particulier, nous arrivons à l’heure actuelle, à une organisation en « degrés » de contrôle. S’agissant de contrôles faits par des équipes externes aux Back-Offices, il s’agit souvent de contrôles de supervision ou de contrôles sur des échantillonnages d’opérations. 22
  • 23. 3. Les contraintes réglementaires les plus récentes : DFA et EMIR. Avec DFA (aux USA) ou EMIR (en Europe), nous arrivons à la traçabilité de toute opération de marché traitée entre deux contreparties. Comme la mise en place de cette réglementation est encore récente, les banques à l’heure actuelle tentent de donner une référence unique à toute opération de marché saisie (OTC uniquement). Il s’agit d’un travail colossal de traçabilité des opérations qui n’est pas encore complètement effectif de banque à banque. Dans une deuxième phase, chaque banque sera en mesure de donner une référence unique pour un « trade » fait avec une contrepartie, et enverra son identification « UTI » unique au régulateur sous la forme d’un fichier au « Trade Repository » (représentant du régulateur en Europe) qui lui, aura la charge de réconcilier les UTI des 2 contreparties. Mais cette réconciliation au niveau mondial n’est pas encore en place. B. La nouveauté « IntelliMATCH » : une réconciliation « BACK / BACK » à la main du Back- Office : Avec Intellimatch, nous revenons à la « dimension » du back-office et à toutes les opérations de FX & MM saisies et traitées par ce dernier. 1. La nécessité d’un rapprochement en interne : Les fonctions de rapprochements consistent à vérifier à un instant donné, la symétrie des enregistrements entre 2 bases différentes. Il s’agit principalement de rapprocher la vision en stocks et/ou flux de l’établissement bancaire avec l’extérieur. Cependant, un certain nombre de rapprochements entre différentes bases internes à l’établissement sont également nécessaires. En effet, la nécessité de ces réconciliations internes est en grande partie liée à l’hétérogénéité des systèmes d’information. Par exemple, suite à la centralisation des activités, le Back-Office de Paris gère les opérations de change et de trésorerie pour toutes les succursales de CA-CIB à l’international ; ce qui représente un volume conséquent d’opérations. De même, les systèmes Front-Offices utilisés, sur une même place financière peuvent 23
  • 24. être différents. Par, exemple, le change peut être fait en Front-Office par un vendeur dans un outil dédié appelé « OMEGA », mais il peut être également fait par un « trader » dans un outil différent appelé « Murex ». Face à cette diversité d’acteurs et de systèmes en amont, comment faire pour être sûrs que tout ce qui est saisi nous parvient bien (pas de coupure « break » dans la chaine) et que nous pouvons alors confirmer avec une contrepartie ? Les rapprochements Front / Back à la main du Middle –Office Réconciliation permettent d’éliminer une partie du problème : ils alertent lorsque une opération saisie en Front – office ne parvient pas ou parvient « mal » dans l’outil de gestion back-office Cibos. Mais qu’en est-il du reste de cette même chaîne ? Comment être sûr que toute opération arrivant dans « Cibos » fait l’objet d’une confirmation émise par CA-CIB et pour laquelle nous attendons un retour d’une contrepartie ? En d’autre termes, il a été mis en évidence qu’une réconciliation back/back entre les deux outils de gestion « Cibos » et « CityNet » s’avérait nécessaire voire indispensable : elle a été mise en place grâce à l’outil IntelliMATCH. 2. La nécessité d’une meilleure réactivité du Back-Office : Outre sa fonction de rapprochement des opérations sur le dernier segment de la chaine de production, IntelliMATCH doit permettre de mettre évidence une meilleure réactivité du Back-Office. En effet, comme la Réconcilaition Back/ Back reste à la main du Back-Office, il est plus rapide et plus facile de détecter, identifier et solutionner les problèmes : Cela, le lendemain du jour de traitement de l’opération. Une meilleure réactivité implique souvent de voir le problème avant les autres acteurs susceptibles de les découvrir dans les réconciliations Front/ Back ou dans les contrôles : un paramétrage défectueux mis en évidence rapidement permet en général de ne pas monter les niveaux d’alerte et d’escalades. Ainsi, IntelliMATCH doit permettre d’améliorer notre image vis-à-vis de nos clients internes (les Front-offices) mais également nos clients externes. 24
  • 25. La nouveauté avec IntelliMATCH donne la possibilité au secteur de comparer des bases de données. Le fait de réaliser des opérations de Back to Back nécessite de vérifier, sinon quotidiennement, du moins hebdomadairement, que les opérations sont bien présentes (et en sens opposé) dans les livres des deux entités. Ce point est crucial, faut de quoi une des deux entités risquerait de se trouver en position et de ne plus respecter, par exemple, ses limites en termes de risques. Plus généralement, lors de la préparation des comptes consolidés, l’ensemble des opérations intragroupes doit être éliminé ; il est donc impératif de vérifier qu’on les retrouve bien par paires entre les entités concernées. La complexité des systèmes d’information, chez les banques de marchés principalement, fait que la même information (une opération et tout ou partie de ses caractéristiques) sera enregistrée dans plusieurs bases de données différentes. A minima, on trouve : - la base FO ; - la base BO ; Les rapprochements doivent donc veiller à l’identité des bases au moins en fin de journée (sachant que la réglementation exige qu’une opération effectuée à J soit comptabilisée à J, ce qui est loin d’être toujours le cas, entraînant ainsi des écarts quasi structurels). 25
  • 26. III. Mon projet : « Mise en place d’Intellimatch : respecter les pratiques réglementaire du 1 pour 1 et aider les collaborateurs à se former par la rédaction d’une procédure opérationnelle ». A. La phase de définition du projet : bien cerner les exigences du projet Pour parler de suspens, encore faut-il : - le constater (c’est-à-dire effectuer les rapprochements nécessaires) ; - ne pas fabriquer de faux ou masquer les vrais (c’est-à-dire qu’il faut apparier correctement les mouvements avec les bons critères de matching). 1. Le « diagnostic » de l’existant : une nouveau logiciel peu connue des collègues Mon projet est réalisé pour répondre aux exigences futures d’IntelliMATCH sur les marchés FX&MM avec CACIB et CASA. Ce projet doit permettre d’apporter aux membres de l’équipe des connaissances sur ce logiciel et de trouver des solutions pour permettre l’adaptation du service à ce nouveau logiciel de réconciliation grâce à la création d’une procédure. 26
  • 27. Quand je suis arrivée au sein du service en septembre 2013, mon N+1 m’avait informée qu’un nouveau logiciel allait être mis en place pour les opérations FX&MM pour CACIB et CASA à partir de 2013, et que ces nouvelles dispositions allaient impacter notre façon de travailler. Ce logiciel est nouveau donc encore méconnu de mes collègues qui ne pouvaient pas m’apporter encore leur aide pour mieux les comprendre. IntelliMATCH va néanmoins avoir des impacts importants sur mon service que je vais lister ci-dessous. Les impacts d’Intellimatch sur le service : • Les impacts opérationnels : Le service devra gérer en parallèle des confirmations habituelles, vérifier en détail qu’il n’y a pas d’opérations en suspens ; comme l’exige IntelliMATCH. L’organisation du traitement des suspens est un casse-tête dans les banques de marché. En effet, leur suivi peut être confié : _soit aux opérationnels en charge des opérations : - avantage : les recherches vont généralement assez vite puisque le déroulement des opérations est connu, - inconvénient : cette tâche passe après la production quotidienne et à donc tendance à prendre du retard, avec toutes les conséquences financières que cela peut avoir pour l’établissement ; _soit à un service dédié : - avantage : les opérations sont moins bien maîtrisées puisque les employés ne savent pas ce qui s’est passé au moment de la production. • Les impacts au niveau des risques : Il faut évaluer au mieux les risques opérationnels et de contreparties que nous pouvons 27
  • 28. rencontrer afin d’en évaluer, le plus précisément possible, leur impact sur le service. La banque classifie en terme de sensibilité de 1 à 4 le risque que prend la banque face à une contrepartie. Le niveau 4 est très sensible, 2 et 3 est la fourchette dans laquelle se situe IntelliMATCH. Tout suspens matérialise un risque pour l’établissement puisque dans un endroit de la chaîne de traitement, la position de l’établissement n’est pas celle qu’il pense avoir. Cela l’expose donc soit au risque de marché soit au risque de contrepartie (ou aux deux). A cela s’ajoute bien sûr le risque de mécompte de trésorerie. • Les impacts organisationnels : Il va falloir adapter la gestion interne du logiciel IntelliMATCH afin d’être le plus réactif possible et ainsi faire face à nos nouveaux engagements. Les relations avec le front et le middle office vont aussi changer et les rôles de chacun devront être redéfinis. IntelliMATCH travaille la nuit et collecte l’ensemble des opérations en fin de journée, c’est ainsi que le lendemain matin entre 7h et 9h, la liste des suspens est disponible pour la journée précédente. • Les impacts au niveau des outils de travail : Une adaptation des outils est également à prévoir afin d’en améliorer l’utilisation par les gestionnaires : les outils de travail doivent être simplifiés afin d’assurer une exécution des tâches plus rapide. Réfléchir sur les impacts d’IntelliMATCH m’a permis de mieux cerner les enjeux de mon projet pour mon service. Les enjeux de mon projet pour le service : • L’enjeu sur le plan qualité : Le service devra gérer en parallèle des contrats de FX&MM. Il devra faire donc preuve de flexibilité. Il devra aussi limiter le risque opérationnel autant que possible pour être conforme au suivi des opérations en suspens en J+1. De plus, il faudra s’adapter le plus rapidement possible aux nouveaux délais imposés par IntelliMATCH : les employés auront moins de temps pour effectuer l’archivage manuel des confirmations dans les « CASES » pré- établis ; en maintenant toutefois la même qualité de travail. • L’enjeu en termes d’image : Assurer les tâches dans un laps de temps plus court représente un enjeu de taille pour 28
  • 29. le service en termes d’image, car il est important de ne pas perdre la confiance des contreparties. Si nous envoyons par exemple une confirmation trop tard, la contrepartie pourrait mettre en doute notre sérieux et nos relations commerciales avec elle, pourraient en pâtir. 2. Les ressources à ma disposition pour réaliser le projet Pour mener à bien ce projet, je dispose de différentes ressources comme des logiciels internes :  CytiNet : c’est le logiciel propre au Back Office qui centralise l’ensemble des transactions conclues par la banque. Il permet de visualiser les détails des opérations : date de négociation (de trade) et de valeur, montants et devises échangés, contrepartie concernée ainsi que le fond sur lequel a été enregistré (booké) le deal. Il permet également de rechercher des opérations déjà validées.  Cibos : c’est la base de suivi des confirmations, grâce à laquelle on peut vérifier le statut de chaque transaction  DIG : Cet outil utilisé par le front office permet uniquement au back office de visualiser les données d’une opération. Il assure une communication efficace entre les traders et les gestionnaires du back office lors de la résolution d’un problème sur un deal.  Calypso : c’est un outil qui permet de communiquer avec le middle et le front office sur les différents problèmes que nous rencontrons avec les confirmations. Il permet d’identifier les deals qui doivent être payées en urgence. Cet outil signale également les confirmations qui n’ont pas été transmises correctement aux contreparties et qui nécessitent alors un traitement particulier. 29
  • 30.  Outlook : c’est un outil qui permet de rédiger des confirmations et de les envoyer par mail ou fax aux contreparties Pour parfaire ma connaissance d’IntelliMATCH, j’ai pu consulter les livrets fournis par l’équipe qui s’occupe de la mise en application d’IntelliMATCH et d’Yves-Michel Leporcher, responsable de l’équipe-projet en charge de l’intégration du logiciel au sein de Crédit Agricole CIB. Internet a également été un outil précieux pour moi ; j’y ai trouvé de nombreuses informations au sujet de la mise de ce logiciel dans d’autre banque. Les rapports mis en ligne par le cabinet CAPTEO1 ont été également utiles car ils apportaient de nombreuses informations. Enfin, mes collègues ont partagé avec moi leurs connaissances et leur expérience concernant les procédures du service et les produits sur lesquels nous travaillons. 3. Les contraintes liées au projet • Les contraintes liées au temps : Je dois réaliser mon projet entre Janvier 2014 et Août 2014 et je dois remettre mon rapport de projet le 08 septembre 2014. 4. Le livrable et les résultats attendus Le livrable que je vais réaliser pour ce projet est le suivant :  Une présentation d’une procédure opérationnelle du logiciel IntelliMATCH à l’intention de mes collègues afin d’y présenter ce logiciel et les impacts sur le service. B. La phase de planification : l’organisation des activités 1 CAPTEO est un cabinet de conseil en stratégie, en organisation et en management, dédié à l'Industrie Financière et aux Marchés de Capitaux. 30
  • 31. J’ai décidé d’organiser mes activités comme ci-dessous : C. Les étapes de réalisation du projet Etape 1 : Effectuer des recherches pour connaitre et appréhender IntelliMATCH Après avoir accumulé suffisamment d’informations théoriques sur IntelliMATCH, (notamment via internet et le site de l’AGEFI), j’ai ensuite procédé à la réalisation de mon premier livrable : réaliser une série de tests dans IntelliMATCH. Avant de réaliser ces tests, il a fallu organiser des réunions avec les supports IT des 2 logiciels concernés par la réconciliation : le support Cibos et le support CityNet. Puis avec les « Projects Managers » en charge de mon service, nous avons organisé une réunion avec l’ « IT IntelliMTACH » pour définir nos besoins et leur donner les caractéristiques essentielles nécessaires pour que la réconciliation soit claire et pertinente pour tout le Back-Office. Ex : Chaque suspens devra comporter les caractéristiques suivantes : la référence Back–Office de l’opérationnel, nom de la contrepartie, le type de produit, les données 31
  • 32. financières, ainsi que la source qui l’émet (Cibos ou CityNet). Une fois cette organisation mise en place avec les supports et la trame d’IntelliMATCH correctement définie, nous avons pu passer à l’étape suivante. Etape 2 : La réconciliation : de la phase test à la phase de production Avec les « project managers » et mon responsable, nous avons donc obtenu les fichiers nécessaires à une phase de tests : - 1 fichier de la base Cibos (toutes les opérations traitées à une date donnée dans le système de gestion Back-Office), - 1 fichier de la base CityNet (toutes les opérations déversées dans notre système de matching) à la même date. Une fois l’intégration des fichiers Cibos et CityNet par l’équipe support d’IntelliMATCH, nous avons pu commencer le rapprochement des données dans IntelliMATCH. Très vite en analysant les résultats obtenus, nous avons mis en évidence uniquement les écarts obtenus : 1. Les opérations doivent être « casées » ; si ces écarts sont le résultat d’une caractéristique structurelle d’un produit donné (ex : les Call Notices). Un « CASE » est un écart « structurel » qui crée un suspens dans nos systèmes mais qu’on ne veut pas filtrer car il relève d’un produit de marché présent en production. Par exemple, le produit « Call Notice » est un produit de dépôt particulier dont la date de maturité n’est pas connue à la mise en place de l’opération. Cibos et Citynet envoient bien l’information dans leurs fichiers respectifs à IntelliMATCH mais comme la date de maturité n’existe pas, IntelliMATCH ne peut rapprocher les deux sources et donc considère qu’il y a un suspens. La réglementation nous interdit d’éliminer un produit de marché d’un outil de réconciliation mais nous ne pouvons pas changer la façon dont on « booke » ce type d’opération dans notre système informatique. 2. Les opérations doivent être filtrés ; si les écarts obtenus sont le résultat propre au fonctionnement interne de CA-CIB (les deals internes). 32
  • 33. La mise en place de filtres a été faite avec parcimonie et toujours avec l’aval de notre mangement : filtrer un type d’opérations induit que nous ne les rapprocherons plus. La demande doit être faite par les « project managers » (une fois que toute autre solution est écartée) auprès du support IntelliMATCH. 3. Les « deals » doivent être analysés plus en amont, s’il n’y a aucune raison apparente pour qu’il y ait un suspens. C’est l’analyse de ce dernier cas (3) qui permet au back-office de gagner en réactivité. En effet, tout suspens n’appartenant pas au cas (1) ou (2) doit faire l’objet d’une action initiée par le Back-Office. Par exemple, un deal présent dans Cibos mais non transmis à CityNet (donc en écart dans IntelliMATCH) et donc non matché avec la contrepartie, doit faire l’objet d’une analyse précise de ses différents paramétrages. Une fois le paramétrage défaillant détecté, il faut demander au service concerné (en général, les référentiels ou le Middle Office) de faire le nécessaire. Lorsque le nécessaire est fait dans Cibos et CityNet, alors le « trade » ne doit plus apparaître en suspens dans IntelliMATCH le lendemain. Il aura donc fallu moins de 24 heures pour régler ce problème. D’où une amélioration évidente de notre niveau de réactivité puisque nous avons été au courant bien avant que tous les contrôles nous en informent. Une fois que tous les suspens en tests ont été identifiés, analysés et classés dans une des trois catégories précédentes, nous avons pu considérer que la phase de tests était terminée. Etape 3 : Aperçus visuels des fonctionnalités du logiciel IntelliMATCH Nous sommes dans l’onglet CASH pour une réconciliation Cibos-CityNet pour CA-CIB MM Paris. Ecran 1 33
  • 34. Il faut double cliquer sur Cibos-CityNet CACIB MM (Unmatched&Uncased) pour ouvrir les opérations en suspens CASH (Money Market = MM) de CACIB Paris. Ecran 2 Il faut ensuite sélectionner les suspens identifiés avec l’idée de les archiver dans un « CASE ». La sélection des suspens se fait grâce à un clic sur la loupe de chaque « deal » représentée en bleue. Ecran 3 34
  • 35. Ensuite il suffit simplement de faire glisser l’ensemble des suspens sélectionnés dans le « CASE Id ». Ecran 5 Etape 4 : Rédaction de la procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (cf ANNEXE). 35
  • 36. BILAN J’ai réalisé que mener à bien un projet est un exercice complexe qui exige de la rigueur et un grand investissement. Ce fut une expérience très enrichissante qui m’a permis de gagner en autonomie. Je me suis rendu compte que la réalisation d’un projet passe par un certain nombre d’étapes qu’il convient de bien préparer. Lors de la réalisation de mon projet j’ai rencontré les contraintes suivantes :  La phase de production d’IntelliMATCH a été repoussée : prévu pour le deuxième semestre 2014  Le service informatique n’a pas pu développer l’ensemble du dispositif sur les différentes contreparties.  Je devais réaliser ce projet en plus de mes tâches d’apprenti donc je travaillais sur mon projet lors des périodes de faible activité. De plus, avant la licence, je n’avais aucune notion en gestion de projet et j’ai dû m’appuyer sur les cours de management de projet qui m’ont été dispensés par le professeur de cette matière. L’objectif de mon projet était, dans un premier temps, de préparer mon équipe à l’utilisation d’IntelliMATCH en leur apportant des connaissances avec l’aide d’un support de présentation et, dans un second temps, réfléchir à des possibles préconisations pour adapter le service. J’ai pu terminer mon livrable dans le délai imparti et le faire valider par ma tutrice. Enfin, j’ai pu compter sur les conseils et connaissances des membres du service qui m’ont beaucoup appris lors de cette année. 36
  • 37. CONCLUSION Par définition, on ne peut pas prévoir et gérer que les risques connus. Les autorités de tutelles auront beau définir un environnement réglementaire contraignant et les entreprises du secteur financier s’astreindre à des mesures de prévention et de gestion des risques efficientes, l’arsenal restera inefficace s’il n’est pas déployé de façon rigoureuse. A cet égard, l’épisode Kerviel, qui s’est révélé extrêmement coûteux, illustre une défaillance de prévention du risque opérationnel. A l’autre bout de la chaine de la création de valeur, au niveau plus modeste et moins médiatisé pour un Back-Office, il est tout autant primordial que la réglementation, les procédures soient appliquées avec rigueur et diligence. Pour un certain nombre de risques, le travail du Back-Office constitue le dernier filet de protection. Cela mobilise de l’énergie et des moyens tant humains que technologiques via des logiciels. Les impacts pour une banque de financement et d’investissement comme le Crédit Agricole CIB se situent à de multiples niveaux : opérationnels (nouveaux acteurs), financiers (nouveaux frais, financement du collatéral,...), juridiques (adaptation de la documentation) ou encore organisationnels (adaptation des outils, relation entre les différents acteurs). A l’échelle du service BOTC Confirmations, les changements induits par la mise en place du logiciel IntelliMATCH se situent essentiellement au niveau de la réduction des délais de confirmations des opérations négociées en amont par le Front Office et la vérification du statut des « opérations en suspens ». Une importance toute particulière doit également être accordée à l’information de l’ensemble des collaborateurs sur les dispositions de ce nouveau logiciel. Ceci afin de répondre au mieux aux interrogations des contreparties et d’être capable de détecter d’éventuelles opérations en suspens. En termes de gestion de risques opérationnels, nous retiendrons trois étapes à maitriser afin de réduire les impacts. La détection : parmi toutes les anomalies inhérentes il faut avoir la capacité d’exercer son jugement pour identifier les incidents opérationnels. La gestion : il faut une coopération constructive au sein de toutes les équipes et services concernés directement ou non afin de résoudre les anomalies au plus vite et limiter ainsi les impacts. La remédiation : il s’agit d’une implication rigoureuse dans la définition et la mise en œuvre des actions concrètes et adaptées à l’environnement de travail (outils et procédures). 37
  • 38. GLOSSAIRE Back office : le B/O effectue toutes les fonctions administratives nécessaires à la bonne exécution d’un ordre ou d’une transaction émanant du Front Office Branche (ou Jambe) : Cela représente chacun des deux côtés qui constituent le swap. Chaque contrepartie paiera le taux d’intérêt d’une jambe et recevra les intérêts de l’autre. Cambiste : C’est un opérateur de marché. CCP: Central Counterparty Clearing House, chambre de compensation en français. Date de règlement des intérêts : Utilisée pour les contrats de swap de taux et correspond à la date de versement des intérêts. Dérivés de taux : Les dérivés de taux sont des instruments financiers. Ce sont des produits dérivés dont les sous-jacents sont des produits de taux. Créés à l’origine pour couvrir les risques de taux, ils sont également devenus des produits spéculatifs. Dodd Frank Act : promulgué en 2010 c’est le principal volet législatif de la réforme du marché financier engagée par l'administration Obama suite à la crise des subprimes et la crise financière et économique qui s'en est ensuivie. Le titre complet de la loi, signée par le président Barack Obama le 21 juillet 2010, explicite ses objectifs: « Une loi pour promouvoir la stabilité financière des États-Unis en améliorant l'accountability (la responsabilisation) et la transparence dans le système financier, pour mettre fin au too big to fail, pour protéger le contribuable américain en mettant fin aux sauvetages financiers (ending bailouts), pour protéger le consommateur des pratiques de services financiers abusifs, et pour d'autres objectifs. » Equipe March Program : Ce sont des employés de la banque qui travaillent à plein temps sur l’adaptation de la banque aux nouvelles réglementations OTC décidés après le sommet du G20 de Pittsburg en 2009 : le Dodd Franck Act et EMIR. L’équipe March Program a plusieurs missions :  Communication : elle va organiser des sessions d’information et distribuer des fascicules sur les réformes OTC  Amélioration des systèmes : elle va chercher à automatiser certaines tâches pour éviter aux gestionnaires des tâches répétitives et laborieuses. 38
  • 39. European Market Infrastructure Regulation (EMIR). Ce texte a pour objectif de réduire le risque lié aux produits dérivés de gré à gré ou Over The Counter (OTC) en instaurant des chambres de compensation. Ce règlement va également entrainer la création de deux nouveaux acteurs : les référentiels centraux (Trade Repositories, TR – du type de l’AEMF le régulateur européen des marchés financiers) et les chambres de compensation, appelées contrepartie centrale (Central CounterParties, CCP). EMIR engendre 3 grands changements : • Obligation de compensation des dérivés OTC • Mise en place de technique d’atténuation des risques pour les contrats dérivés OTC non compensé par CCP. • Obligation de déclaration des transactions relatives aux contrats dérivés OTC. Fitch Ratings : La société Fitch Ratings Ltd. Est une agence de notation financière internationale, basée à New York et à Londres. (Notation sur la dette). Fixing : C’est le renouvellement de taux sur une branche variable du swap. IT : Information Technology : Technologie de l’information ISDA (International Swaps and Derivatives Association) : Organisation professionnelle regroupant des intervenants majeurs sur les marchés financiers dérives, dont le but premier est de fournir des contrats standards de référence pour les transactions. Jours ouvrés : Cette notion s’applique à un pays. Sur le marché des changes, un pays est dit « ouvré » s’il est possible de régler des opérations dans la devise de ce pays. Par exemple, aux Etats-Unis le 4 juillet n’est pas ouvré (fête nationale américaine). Marchés dérivés : Ceux sont des marchés sur les marchés. Ils permettent de gérer les risques associés aux fluctuations des cours, des taux ou des changes. En outre, ils permettent de prendre des positions importantes à l’achat ou à la vente avec une mise de fonds limitée. Marché OTC (“Over The Counter”) est un marché sur lesquels les titres financiers se négocient de gré à gré. Matching : Il s’agit de rapprocher informatiquement (manuel ou automatique) les deals traités entre la salle des marchés et les contreparties. Moody’s : La notation est une appréciation de Moody’s sur la volonté et la capacité d’un émetteur à assurer le paiement ponctuel des engagements d’un titre de créance, tel qu’une obligation, tout au long de la durée de vie de celui-ci. L’échelle de notation, qui va d’un maximum d’Aaa à un minimum de C, se compose de 21 crans (« notch ») et de deux catégories d’investissement est Baa3. La notation la plus élevée de la catégorie spéculative est Ba1. 39
  • 40. Notionnel : Il s’agit du montant du capital sur lequel porte le swap. Ce capital n’étant pas échangé dans de nombreux cas, notamment pour le swap d’intérêt, il ne sert qu’à déterminer l’assiette sur laquelle seront calculés les intérêts, objet du swap. Sales : Il se charge de la relation client. Standard and Poor’s : S&P est une filiale de McGraw-Hill qui publie des analyses financières sur des actions et des obligations. C’est une des trois principales sociétés de notation financières avec ses concurrents Moody’s et Fitch Ratings. STP : « Straight Through Processing » (STP) signifie un traitement des opérations sans rupture et sans délai qui correspond à une descente automatique. On peut comparer cette méthode à celle du « flux tendu » employé en Industrie. Sous-jacent : C’est le produit servant de support à l’instrument financier. Spread : Ecart entre cours acheteur et cours vendeur. Le cours acheteur est le cours auquel une banque est disposée à acheter. Et inversement, le cours vendeur est le cours auquel la banque est disposée à vendre. S.S.I (Standing Settlement Instruction) : Ce sont les coordonnées de règlement-livraison où nous allons transférer les fonds à la contrepartie. Swap de change : Il consiste à mettre en place deux opérations de changes, une au comptant et l’autre à terme. Il y a donc échange de capital à la mise en place de l’échéance. Swap de devises : Il consiste à mettre en place simultanément un prêt et un emprunt portant sur deux devises différentes. Les étapes seront les suivantes : • A la mise en place : échange de capital. Cet échange peut être réel ou uniquement destiné à fixer un cours de change utilisé pour les échanges ultérieurs. • En cours d’existence : échange de flux d’intérêts • A l’échéance : nouvel échange de capital au cours de la mise en place. Swap de taux d’intérêt : C’est un contrat d’échange de taux d’intérêt. Par ce contrat, les deux parties s’engagent à se rétrocéder, selon un échéancier donné, les intérêts calculés sur une base nominale commune mais à des conditions différentes. Il n’y a pas d’échange de nominal, mais seulement un échange d’intérêt. SWIFT : Society For Interbank Financial Telecomunication : réseau interbancaire hautement sécurisé permettant des échanges de messages codés et des paiements. Trader : Il fixe le prix et traite en direct sur le marché Ulys : Logiciel propre au pôle Contentieux. Il sert à établir les dossiers de Contentieux lorsque le rapatriement tardif des fonds a généré des intérêts de retard. 40
  • 41. BIBLIOGRAPHIE • Journal Officiel de l’Union Européenne, RÈGLEMENT (UE) N° 648/2012 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 4 juillet 2012 sur les produits de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux • Equipe March Program: • March Program : On Boarding Session, Novembre 2012 • Training Kit-Regulatory Timely Confirmation requirements, Janvier 2013 • Enquêtes CAPTEO, Règlement Européen des infrastructures de marché (EMIR), octobre 2012 • John Hull, Options, Futures et autres actifs dérivés, éditeur Pearson, 8ème édition 2011 • Marc Salvat, L’essentiel du Postmarché ; traitements, risques opérationnels et bonnes pratiques, Editeur Eyrolles, Edition Septembre 2013. • Rapport de la Fédération Bancaire de l’Union Européenne : “European Interbank Compensation Guidelines” • INSIDER LOOK CACIB N° SITOGRAPHIE • www.afb.fr • www.fbf.fr 41
  • 42. • www.amf-france.org • www.esma.europa.eu • www.agefi.fr • www.capteo.com • www.cambiste.info • Intranet de Credit Agricole CIB ANNEXE Procédure opérationnelle pour utiliser IntelliMATCH (Livrable) 1. Dans IntelliMATCH, il y a 4 modules différents : - FX CA-CIB - MM CA-CIB - FX CASA - MM CASA Ces 4 modules doivent être vérifiés quotidiennement. Des « CASES » ont été créés pour chaque module en fonction des spécificités du change et de la trésorerie mais également en fonction des contreparties et de leur gestion dans CityNet. IntelliMATCH est une réconciliation permettant de vérifier que tout deal Cibos a bien émis une confirmation dans CityNet et donc a bien fait l’objet d’une confirmation avec un client. IntelliMATCH rapproche automatiquement le deal Cibos avec sa confirmation CityNet. Si un deal n’a pas émis de confirmation dans CityNet, alors il y aura un suspens dans IntelliMATCH. 2. Voici les différents « CASES » qui ont été créés suite aux besoins recensés par entité et par produit 42
  • 43. FX CASA : 609 : Concerne le fixing CASA qui ne se déversera jamais dans CityNet. D’où l’obligation de « CASER » les deals qui ont comme contrepartie : OXCNCA (deals interne). 610 : Ce sont les deals bookés avant 2008 qui ont certainement fait l’objet d’une confirmation mais pas dans CityNet (Système ACCOR de CASA à l’époque). 613 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera toujours un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification « 4 yeux » de ce qui est non « matché » dans CityNet. Cela peut être un doublon dans CityNet, par exemple ou une confirmation que ne nous concerne pas. MM CASA : 611 : « Deals before 2008 ». Ce sont les deals bookés avant 2008 et confirmés dans un autre sytème de matching : Accor. Ces deals déjà confirmés avant 2008 n’ont jamais été repris dans CityNet. 615 : « Terminated Call Notice ». Les Call Notices dans Cibos n’ont pas de date d’échéance. C’est donc comme si, pour IntelliMATCH, Cibos n’envoie rien. En conséquence lorsqu’un Call Notice est « Full Terminated » à une date donnée, l’info vient de CityNet et pas de Cibos. Il y a donc un écart « structurel » et récurrent sur tous les Call Notice « full terminated ». 616 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera toujours un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification « 4 yeux » de ce qui est non matché dans CityNet. Cela peut être un doublon dans CityNet, par exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas. FX CA-CIB : 612 : Ceux sont les deals Interbancaires du FX de Paris gérés par Londre. Pour l’instant, nous faisons des « CASES » sans autre forme d’analyse car dans CityNet, ils restent souvent un écart (« non matchés et archivés » ou « non matchés » et mis en « Not Expected ». 617 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans CityNet engendrera toujours un suspens dans IntelliMATCH. Cela permet de faire une vérification « 4 yeux » de ce qui est non matché dans CityNet. (Cela peut être un doublon dans CityNet, par exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas). 619 : « Matching Confo don’t send from Cibos ». Il s’agit en fait du Fixing CA-CIB qui n’est pas envoyé dans CityNet (deals internes). Il s’agit de la contrepartie 43
  • 44. CAIINTP uniquement. MM CA-CIB : 575 : Deals SFI mis en « Not Expected » dans CityNet (Dépôts nantis, dépôts rétention, gage-espèce). Ces deals sont pris en charge par le Middle Office en J + 1. Au Back-Office nous n’avons pas le contact client ce qui oblige pour ce type de produit à être assuré que « Legal Department » a effectué le nécessaire pour se protéger. 602 : Deals de Montages mis en « Not Expected » dans CityNet 603 : Deals LMA non rapprochés depuis le 26.11.12 604 : « Not Expected ». L’action « Not Expected » dans Citynet engendrera toujours un suspens dans IntelliMATCH. Donc cela permet de faire une vérification « 4 yeux » de ce qui est non-matché dans CityNet. Cela peut-être un doublon dans Citynet, par exemple ou une confirmation qui ne nous concerne pas. 605 : « Matching Conf not sent from Cibos ». Deals en anomalie au niveau des contacts Cibos et ayant fait l’objet d’une demande de paramétrage. 620 : « No discrepancy ». Deal dans Cibos et CityNet mais avec un écart dans IntelliMATCH sans aucune explication. 44
  • 45. Les confirmations sont alors intégrées manuellement à notre base d’archivage que l’on a édité (« CASER ») dans le logiciel de réconciliation IntellIMATCH. Méthode développée et à développer : Procédure opérationnelle validée par Corinne Behmoaras-Cavalier, le 18 août 2014. 45