SlideShare une entreprise Scribd logo
Exposé sur l’architecture gothique
Realisé par: Bakhouche kheireddine et Rais
ismail
Encadré par : Mme boughrara
Année universitaire: 2015-2016
Université de tebessa –
departement d’architecture
 1-introduction (histoire de l’architecture gothique)
 2-principes d’architecture
 3-structure et plan d’edifices gothique
 4-Caractéristiques du style gothique
 5-materiaux de construction
 6-Les différents âges du gothique
 2 éme partie
 1-edifice notre dame d’amiens
 2-ses origines
 3- la construction de la cathedrale notre dame d’amiens et
son paln
 4-conclusion
Plan du travail
Architecture gothique :
 Né en ile de France au 12éme siecle
(chartres, Bourges, Saint Denis,
Amiens, Reims)
 Gothique, appellation italienne, terme
péjoratif donné au golfe français. Selon
les architectes de la rennaissance (les
italiens), tout ce qui sort du style antique
de la rennaissance est barbare
introduction
Principes d’architecture
 Au cours du second âge Roman, la
voûte est étendue à tout l'édifice, en
sacrifiant l'espace et la lumière et en
risquant souvent la catastrophe : car
plus une voûte est large, plus elle
exerce de fortes poussées sur les murs,
risquant l’écroulement de l’édifice...
 Structure et plan de l’église gothique
 Dans le second quart du XIIè , les
progrès techniques de la construction,
l’utilisation systématique d’une pierre
plus légère, le tuf et les avancées de la
science de l'appareillage permettent à
des architectes de la région parisienne,
aidés par des expériences tentées peu
auparavant en Angleterre (Durham) et
en Bourgogne, de construire des
églises plus grandes, plus hautes et
plus éclairées.
La structure gothique est basée
sur le rôle essentiel du pilier qui
reçoit les poussées principales
des divers arcs : ogives,
formerets, doubleaux
 Cette voûte prend le nom de croisée d'ogives :
elle est ainsi appelée car chaque quartier de la
voûte semble être porté par des arcs diagonaux
ou « ogives » qui dissimulent et renforcent leurs
arêtes : en d'autres termes, les arcs ogivaux qui
se croisent constituent un squelette
indéformable, que l'on va encore renforcer par
 Caractéristiques du style gothique
 Avant l’apparition du style gothique,
l'architecture romane se caractérisait
par des arcs "en plein cintre" (c’est-à-
dire en demi-cercle) et des voûtes
massives.
La construction des édifices religieux
nécessitait des Murs d'appui épais, le
plus souvent renforcés par des
contreforts accolés.
 L'art gothique a résolu les problèmes de
forces de l'art roman en utilisant de
nouvelles techniques architecturales : la
voûte sur croisée d'ogive et l’arc brisé.
Une voûte sur croisée d'ogives est une
voûte formée de deux arcs qui se
croisent en diagonales. Ainsi, le poids
des pierres ne repose pas sur deux mais
sur quatre piliers.
 Ces innovations ont permis d’édifier des
édifices beaucoup plus hauts et fins.
En effet, l'arc brisé et la croisée d'ogive
permettent de diriger le poids de l'édifice
vers le sol.
Les Murs épais peuvent donc être
remplacés par d'énormes piliers et être
ouverts vers l'extérieur.
L’architecture gothique nous a laissé des
édifices présentant des flèches pointues
et ciselées, des ouvertures, des
rosaces et de nombreux vitraux.
 Par ailleurs, pour soutenir le poids des
voûtes sur croisée d'ogive, ce style utilise
la technique des arcs-boutants.
Ces étais en forme de demi-arc sont
situés à l'extérieur de l'édifice : ils
reposent sur un contrefort et soutiennent
le mur là où s'exercent les plus fortes
poussées des voûtes.
 Materiaux de la construction
 Plus peut-être qu'une révolution
technique, l'art gothique peut être
considéré comme l'aboutissement de
savoirs pragmatiques et notamment de
connaissances particulièrement vives
des caractéristiques techniques de
l'ensemble des matériaux.
 Des matériaux qui sont produits et mis
en œuvre dans la cathédrale selon une
logique et avec une intelligence
d'ensemble que nous découvrons et
redécouvrons jour après jour.
Si la pierre prédomine, bien entendu, la
cathédrale n'existerait pas sans l'apport
de nombreux autres matériaux, dont
certains ont changé avec les siècles.
La pierre de la cathédrale de Reims est
quasi-exclusivement une pierre calcaire
du Lutécien moyen, correspondant aux
niveaux calcaires dits grossiers du
bassin parisien. Elle est aujourd'hui
appelée "pierre de Courville", du nom de
la dernière carrière en exploitation dans
ces niveaux géologiques locaux.
La pierre
 La cathédrale est aussi largement faite
de verre, avec les centaines de mètres
carrés de vitraux. Ces vitraux, tous
colorés, ont aujourd'hui disparu aux
trois-quarts, du fait du vandalisme du
siècle des "Lumières" (bris de
l'ensemble des baies historiées des
fenêtres basses) et des guerres.
Le verre
 Dans le passé, la cathédrale laissait une
large place au bois. Sa charpente
ressemblait à une véritable forêt de
poutres, poinçons, arbalétriers, entraits,
pannes. Accidentellement détruite par le
feu en 1481, elle est à nouveau incendiée
lors des bombardements de la Première
Guerre mondiale. Un désagrément qui ne
risque plus de se renouveler, la
charpente posée en remplacement par
l'architecte Henri Deneux en 1925-1935,
Le bois
 Il est nécessaire de faire preuve d'imagination
pour avoir une idée de la place faite
initialement à la peinture. Les vestiges
retrouvés à l'occasion des chantiers de
restauration prouvent que les sculptures
étaient peintes, avec des couleurs vives, faites
pour frapper le regard, et accentuer le
réalisme de chaque figure. Etonnamment,
cette polychromie à Reims semble ne jamais
avoir été renouvelée ou même entretenue.
Elle s'est certainement effacée
La peinture
La recherche récente laisse entrevoir l'importance du
fer dans la construction. Ceci notamment à partir du
milieu du XIIIe siècle et le passage au style gothique
rayonnant. Il est probable que sans le fer,
omniprésent aux portails et aux gâbles de la façade,
jamais les portails rémois n'auraient pu présenter
une telle hardiesse formelle. Chaque bloc y tient l'un
à l'autre par un réseau de pitons et d'agrafes de forte
section, auquel s'ajoute un liaisonnement vers le
gros-œuvre, non systématique mais logiquement
réparti.
 Chaque élément en fer à proximité de la surface est
coulé, non au mortier, mais au plomb, plus
protecteur, car plus couvrant. Un matériau qui est par
ailleurs largement utilisé depuis l'origine pour les
couvertures.
Le fer
 Les différents âges du gothique
 En matière d’architecture gothique, on distingue en
général les périodes suivantes :
- le gothique "primitif", qui a succédé à l’art roman
vers 1130, avec l’apparition de la voûte d’ogives
- le gothique "classique", entre 1190 et 1230, avec
des arcs-boutants sur le modèle de la cathédrale de
Chartres
- le gothique "rayonnant", entre 1230 et 1350,
caractérisé par des roses majestueuses et de
nombreux vitraux
- le gothique "flamboyant", au XVème siècle, offrant
des décors chargés et tourmentés
- le gothique "tardif" au XVIème siècle, caractérisé
par une surcharge de décorations.
Les plus célèbres
édifices gothiques
Notre-Dame de Chartres
Saint-Etienne de Bourges
Notre-Dame de Reims
Notre dame d’amiens
Edifice : notre dame d’amiens
 * Culte : "Catholique Romain".
* Type : Cathédrale.
* Rattachement : "Diocèse d'Amiens".
* Début de la construction : (1220).
* Fin des travaux : (1269).
* Style dominant : Gothique.
* Protection : "Classée Monument Historique (1862)".
"Patrimoine Mondial (1981)".
* Pays : France.
* Région : Picardie.
* Département : Somme.
* Commune : Amiens
ses origines
 La Cathédrale "Notre Dame d'Amiens" est la
plus "Grande Cathédrale Gothique du
Monde" 200.000 m3 soit 2 fois N.D.de Paris
en volume et l'une des plus belles puisqu'elle
est classée au "Patrimoine Mondial de
l'Humanité". C'est l'incendie de la Cathédrale
Romane, qui datait de (1152), en (1218) qui
provoque la construction d'une Cathédrale
Gothique. L'édification est assez rapide
puisque l'essentiel est fait à la fin du (XIIIe
siècle) cela confère à N.D. d'Amiens une
la construction de la
cathedrale
 La date de (1220), marquant le début des travaux, est
connue par une inscription gravée sur le Labyrinthe inscrit
dans le pavage de la nef. On a longtemps cru, en s'appuyant
sur les différences de styles des parties hautes de l'édifice,
que la reconstruction avait commencé pas la nef, ce qui était
d'ailleurs peu fréquent. Mais un examen attentif des bases
des piliers a amené récemment à penser que les travaux ont
commencé en (1220) par la croisée du transept, pour
s'étendre rapidement aux murs des collatéraux de la nef et
du transept, ceux du choeur étant entrepris dans la foulée,
dés les années (1225), tandis que ceux du Déambulatoire et
des Chapelles Rayonnantes ne commencèrent à s'élever
que 10 ans plus tard. A quelques détails de constructions qui
ne se retrouvent pas par la suite, on peut penser que les
1ères travées de collatéral à être voûtées furent celles
situées à la rencontre de la nef et du bras Sud du transept,
 selon les plans établis par Robert de Luzarches, et bien
que celui ci ait été remplacé à une date que l'on ne peut
préciser par Thomas de Cormont. Le 1er architecte de la
cathédrale semble avoir été formé dans la région de
Laon et de Soissons, car les cathédrales de ces 2 villes
ont fourni le dessin des bases de piliers de celle
d'Amiens, Robert de Luzarches vit il s'élever les portails
de la façade Occidentale ? La chronologie de cette
dernière est des plus complexes et des plus
controversées, on s'est longtemps accordé à penser que
les portails avaient été élevés dés les années (1225), ce
qui suppose que le plan Barlong des tour était prévu dés
l'origine, mais en s'appuyant sur les défauts de liaison
entre les 1ers piliers de la nef et le mur formant le revers
de la façade, Alain Erlande Brandeburg voit dans celle ci
un placage réalisé seulement à partir de (1236).
 Au dessus des portails, les fenêtres subsistant derrière le
2ème et le 3ème niveaux lui font également penser que celle
ci, dont la "Galerie des Rois", sont des adjonctions
postérieures à la façade primitive, destinées à masquer un
mur qui devait paraître trop nu. C'est aux alentours de (1240)
qu'il faut placer la construction des parties hautes de la nef,
dont le dessin des fenêtres témoigne déjà d'une évolution du
style par rapport à celles des bas cotés. Le voûtement fut
sans doute achevé vers (1245), mais il n'avait peut être pas
été prévu à l'origine de lancer les voûtes à une hauteur de
42m,30 les arcs visibles derrière l'arcature du triforium, et
destinés sans doute à éclairer celui ci, ont finalement été
bouchés pour renforcer la solidité du mur surélevé, tandis
qu'était lancée une seconde volée d'arcs boutants. Le
voûtement du choeur, quant à lui, ne fut achevé que 25 ans
plus tard, si l'on se fonde sur la date (1269), inscrite sur le
vitrail donné cette année là par l'évêque Bernard d'Abbeville.
Les travaux furent ici retardés par l'incendie qui survint en
(1258), calcinant les pierres des chapelles du
Déambulatoires. En tout cas le temps écoulé entre la
Plan de la cathedrale
facade de la cathedrale
Croisée du transept
conclusion
 Conclusion: Le système
architectural gothique représente le
triomphe des vides sur les pleins (à
l’opposé du roman), grâce à un
procédé où les poussées sont
localisées et compensées par des
poussées équivalentes en sens
opposé
definition de qq mots
 1/ L’arc brisé. * A l’opposé de l’arc en plein
cintre, qui est formé d’un seul arc de cercle,
l’arc brisé est un arc aigu formé de deux arcs
de cercles (cercles de même rayon mais de
centres différents) se coupant suivant un certain
angle. Il est très solide, car les petites pierres
qui le composent (appelées claveaux* ou
voussoirs*) sont disposées plus obliquement,
ce qui supprime pratiquement le risque de les
voir glisser vers le bas. Grâce à l’arc brisé, les
poussées seront surtout verticales (de haut en
bas) et presque pas horizontales (de l’intérieur
vers l’extérieur). En conséquence, les murs
 2/ La croisée d’ogives *. L’ogive est un arc
tendu diagonalement d’un pilier à l’autre pour
renforcer les arêtes formées par le
croisement de deux voûtes en arc brisé. Ce
croisement sera soutenu par une armature
formée de deux arcs diagonaux qui se
croisent. Une telle armature, en forme de
croix concave, est appelée croisée d’ogives ;
elle soutient les arêtes (jouant ainsi le rôle
d’un cintre permanent) et transmet toute la
poussée verticale (de haut en bas) vers
chacun des quatre piliers qui supportent les
angles de la voûte
 3/ L’arc-boutant * : arc rampant (c’est-à-dire dont
les naissances – points de départ de la montée de
l’arc - sont situées à des niveaux différents ; ici, la
naissance de l’arc est plus élevée du côté le plus
proche du mur) qui, partant d’un contrefort extérieur
(appelé la culée*) sur lequel il s’appuie, contre-bute
(bouter = pousser) les grands arcs de la nef depuis
l’extérieur. Lancé dans le vide par-dessus le bas-
côté (ou le déambulatoire), l’arcboutant, placé à
l’extérieur de l’église et à hauteur de chaque pilier, a
pour fonction de contrer la poussée latérale (de
l’intérieur vers l’extérieur, au niveau de la naissance
des arcs) exercée par les grands arcs de la nef (ou
du choeur), en lui opposant une poussée latérale
équivalente.

Contenu connexe

Tendances

Post moderne 02
Post moderne 02Post moderne 02
Post moderne 02Sami Sahli
 
Mouvement fonctionaliste 01
Mouvement fonctionaliste 01Mouvement fonctionaliste 01
Mouvement fonctionaliste 01Sami Sahli
 
Architecture byzantine
Architecture byzantineArchitecture byzantine
Architecture byzantine
mira76600
 
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
Slimane Kemiha
 
Analyse thematique sur musée
Analyse thematique sur muséeAnalyse thematique sur musée
Analyse thematique sur musée
Moumou AzOo
 
Le mouvement post moderne déconstructivisme marwa larabi
Le  mouvement post moderne déconstructivisme  marwa larabiLe  mouvement post moderne déconstructivisme  marwa larabi
Le mouvement post moderne déconstructivisme marwa larabi
Marwa Larabi
 
Palladio et la géométrie classique
Palladio et la géométrie classique Palladio et la géométrie classique
Palladio et la géométrie classique
MiiMii Med Elarbi
 
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architectureExposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Archi Guelma
 
Post moderne 05
Post moderne 05Post moderne 05
Post moderne 05Sami Sahli
 
baroque
baroquebaroque
baroque
zoube55
 
Ziggourat de babylone
Ziggourat de babyloneZiggourat de babylone
Ziggourat de babyloneSami Sahli
 
architecture islamique
architecture islamiquearchitecture islamique
architecture islamiquehicham younes
 
Histoire de l’architecture occidental
Histoire de l’architecture occidentalHistoire de l’architecture occidental
Histoire de l’architecture occidentalSami Sahli
 
Zaha hadid
Zaha hadidZaha hadid
Zaha hadid
Sami Sahli
 
Mouvement moderne 01
Mouvement moderne 01Mouvement moderne 01
Mouvement moderne 01Sami Sahli
 
Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)
tbelkacem
 
Corbusier et ces principe
Corbusier et ces principe Corbusier et ces principe
Corbusier et ces principe
Abd El Malek Kermache
 
Cours l'art nouveau
Cours l'art nouveauCours l'art nouveau
Cours l'art nouveau
Archi Guelma
 
Les villes romaines (1)
Les villes romaines (1)Les villes romaines (1)
Les villes romaines (1)
François Bernard
 
Analyse Villa Savoye
Analyse Villa Savoye Analyse Villa Savoye
Analyse Villa Savoye
Mohamed Amine
 

Tendances (20)

Post moderne 02
Post moderne 02Post moderne 02
Post moderne 02
 
Mouvement fonctionaliste 01
Mouvement fonctionaliste 01Mouvement fonctionaliste 01
Mouvement fonctionaliste 01
 
Architecture byzantine
Architecture byzantineArchitecture byzantine
Architecture byzantine
 
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
la mosquée omeyade a damas جامع بني أمية دمشق
 
Analyse thematique sur musée
Analyse thematique sur muséeAnalyse thematique sur musée
Analyse thematique sur musée
 
Le mouvement post moderne déconstructivisme marwa larabi
Le  mouvement post moderne déconstructivisme  marwa larabiLe  mouvement post moderne déconstructivisme  marwa larabi
Le mouvement post moderne déconstructivisme marwa larabi
 
Palladio et la géométrie classique
Palladio et la géométrie classique Palladio et la géométrie classique
Palladio et la géométrie classique
 
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architectureExposée sur le Mouvement moderne en architecture
Exposée sur le Mouvement moderne en architecture
 
Post moderne 05
Post moderne 05Post moderne 05
Post moderne 05
 
baroque
baroquebaroque
baroque
 
Ziggourat de babylone
Ziggourat de babyloneZiggourat de babylone
Ziggourat de babylone
 
architecture islamique
architecture islamiquearchitecture islamique
architecture islamique
 
Histoire de l’architecture occidental
Histoire de l’architecture occidentalHistoire de l’architecture occidental
Histoire de l’architecture occidental
 
Zaha hadid
Zaha hadidZaha hadid
Zaha hadid
 
Mouvement moderne 01
Mouvement moderne 01Mouvement moderne 01
Mouvement moderne 01
 
Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)Architecture islamique 1 (cours)
Architecture islamique 1 (cours)
 
Corbusier et ces principe
Corbusier et ces principe Corbusier et ces principe
Corbusier et ces principe
 
Cours l'art nouveau
Cours l'art nouveauCours l'art nouveau
Cours l'art nouveau
 
Les villes romaines (1)
Les villes romaines (1)Les villes romaines (1)
Les villes romaines (1)
 
Analyse Villa Savoye
Analyse Villa Savoye Analyse Villa Savoye
Analyse Villa Savoye
 

En vedette

Social media for my institution week three
Social media for my institution week threeSocial media for my institution week three
Social media for my institution week three
Plamen Miltenoff
 
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
Waqas Sheikh
 
DRACULA'S CASTLE!!!!!!
DRACULA'S CASTLE!!!!!!DRACULA'S CASTLE!!!!!!
DRACULA'S CASTLE!!!!!!
MissZee
 
Fluke DSX5000 Copper Cable Tester
Fluke DSX5000 Copper Cable TesterFluke DSX5000 Copper Cable Tester
Fluke DSX5000 Copper Cable Testerminhaj uddin khan
 
Fluke DSX500 Fiber Tester Certificate
Fluke DSX500 Fiber Tester CertificateFluke DSX500 Fiber Tester Certificate
Fluke DSX500 Fiber Tester Certificateminhaj uddin khan
 
Minhaj TSC Telecom Engineering Course
Minhaj TSC Telecom Engineering CourseMinhaj TSC Telecom Engineering Course
Minhaj TSC Telecom Engineering Courseminhaj uddin khan
 
Hazem's story
Hazem's storyHazem's story
Hazem's story
Plamen Miltenoff
 
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
Apoa Perú
 
марал канапиянова+хостел+идея
марал канапиянова+хостел+идеямарал канапиянова+хостел+идея
марал канапиянова+хостел+идея
Марал Канапиянова
 
Aircraft propulsion ideal turbofan performance
Aircraft propulsion   ideal turbofan performanceAircraft propulsion   ideal turbofan performance
Aircraft propulsion ideal turbofan performance
Anurak Atthasit
 
Turbojet and Turbofan engines
Turbojet and Turbofan enginesTurbojet and Turbofan engines
Turbojet and Turbofan engines
ROHIT DEY
 

En vedette (13)

Social media for my institution week three
Social media for my institution week threeSocial media for my institution week three
Social media for my institution week three
 
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
Engaging-with-Non-Formal-Basic-Education-Across-Pakistan-20151
 
DRACULA'S CASTLE!!!!!!
DRACULA'S CASTLE!!!!!!DRACULA'S CASTLE!!!!!!
DRACULA'S CASTLE!!!!!!
 
Nebosh IGC Attendance
Nebosh IGC AttendanceNebosh IGC Attendance
Nebosh IGC Attendance
 
Fluke DSX5000 Copper Cable Tester
Fluke DSX5000 Copper Cable TesterFluke DSX5000 Copper Cable Tester
Fluke DSX5000 Copper Cable Tester
 
Fluke DSX500 Fiber Tester Certificate
Fluke DSX500 Fiber Tester CertificateFluke DSX500 Fiber Tester Certificate
Fluke DSX500 Fiber Tester Certificate
 
Minhaj TSC Telecom Engineering Course
Minhaj TSC Telecom Engineering CourseMinhaj TSC Telecom Engineering Course
Minhaj TSC Telecom Engineering Course
 
Hazem's story
Hazem's storyHazem's story
Hazem's story
 
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
Ateroma v11 N°2 - Junio 2014
 
марал канапиянова+хостел+идея
марал канапиянова+хостел+идеямарал канапиянова+хостел+идея
марал канапиянова+хостел+идея
 
Aircraft propulsion ideal turbofan performance
Aircraft propulsion   ideal turbofan performanceAircraft propulsion   ideal turbofan performance
Aircraft propulsion ideal turbofan performance
 
Turbojet and Turbofan engines
Turbojet and Turbofan enginesTurbojet and Turbofan engines
Turbojet and Turbofan engines
 
Minhaj MS Business Admin 2
Minhaj MS Business Admin 2Minhaj MS Business Admin 2
Minhaj MS Business Admin 2
 

Similaire à Architecture gothique

Les cathedrales de france
Les cathedrales de franceLes cathedrales de france
Les cathedrales de francetatorgovkina
 
Le temps des cathedrales
Le temps des cathedralesLe temps des cathedrales
Le temps des cathedrales
katya
 
L'art des vitraux
L'art des vitrauxL'art des vitraux
L'art des vitraux
Ungava Louise
 
Le gothique!!!!
Le gothique!!!!Le gothique!!!!
Le gothique!!!!
Ivan Pidov
 
Mapa de Conques, Aveyron, Francia
Mapa de Conques, Aveyron, FranciaMapa de Conques, Aveyron, Francia
Mapa de Conques, Aveyron, Francia
Helena Botella Esteban
 
Au coeur de la ville de Rouen. Normandie
Au coeur de la ville de Rouen. NormandieAu coeur de la ville de Rouen. Normandie
Au coeur de la ville de Rouen. Normandie
Saqqarah 31
 
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
Università degli Studi di Genova
 
Etonnante Sicile
Etonnante SicileEtonnante Sicile
Etonnante Sicile
JeanJacques Tijet
 
Le carré d’art de nîmes
Le carré d’art de nîmesLe carré d’art de nîmes
Le carré d’art de nîmes
Marseglia
 
Conques aveyron
Conques aveyron Conques aveyron
Conques aveyron
ciffer louis
 
Conques aveyron1
Conques aveyron1Conques aveyron1
Conques aveyron1
Rabolliot
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
Sami Sahli
 
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6BRIAN MOORE
 
Architecture metallique
Architecture metalliqueArchitecture metallique
Architecture metallique8888888anna
 
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothiqueNotre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
Annalisa
 
ponts suspendus
ponts suspendusponts suspendus
ponts suspendus
ILYES MHAMMEDIA
 

Similaire à Architecture gothique (20)

Les cathedrales de france
Les cathedrales de franceLes cathedrales de france
Les cathedrales de france
 
Le temps des cathedrales
Le temps des cathedralesLe temps des cathedrales
Le temps des cathedrales
 
L'art des vitraux
L'art des vitrauxL'art des vitraux
L'art des vitraux
 
Fra domenech i montaner - 230109
Fra   domenech i montaner - 230109Fra   domenech i montaner - 230109
Fra domenech i montaner - 230109
 
Le gothique!!!!
Le gothique!!!!Le gothique!!!!
Le gothique!!!!
 
Mapa de Conques, Aveyron, Francia
Mapa de Conques, Aveyron, FranciaMapa de Conques, Aveyron, Francia
Mapa de Conques, Aveyron, Francia
 
Au coeur de la ville de Rouen. Normandie
Au coeur de la ville de Rouen. NormandieAu coeur de la ville de Rouen. Normandie
Au coeur de la ville de Rouen. Normandie
 
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
Le rapport entre Matière et Structures dans l’Architecture des XIXe et XXe si...
 
Etonnante Sicile
Etonnante SicileEtonnante Sicile
Etonnante Sicile
 
Le carré d’art de nîmes
Le carré d’art de nîmesLe carré d’art de nîmes
Le carré d’art de nîmes
 
Conques aveyron
Conques aveyron Conques aveyron
Conques aveyron
 
Conques aveyron1
Conques aveyron1Conques aveyron1
Conques aveyron1
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
 
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6
ARCHITECTURE FR.-VIOLLET LE DUC 6
 
Architecture metallique
Architecture metalliqueArchitecture metallique
Architecture metallique
 
Nîmes
NîmesNîmes
Nîmes
 
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothiqueNotre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
Notre-Dame de Paris, la cathédrale gothique
 
Jo marchand
Jo marchandJo marchand
Jo marchand
 
Paris
ParisParis
Paris
 
ponts suspendus
ponts suspendusponts suspendus
ponts suspendus
 

Architecture gothique

  • 1. Exposé sur l’architecture gothique Realisé par: Bakhouche kheireddine et Rais ismail Encadré par : Mme boughrara Année universitaire: 2015-2016 Université de tebessa – departement d’architecture
  • 2.  1-introduction (histoire de l’architecture gothique)  2-principes d’architecture  3-structure et plan d’edifices gothique  4-Caractéristiques du style gothique  5-materiaux de construction  6-Les différents âges du gothique  2 éme partie  1-edifice notre dame d’amiens  2-ses origines  3- la construction de la cathedrale notre dame d’amiens et son paln  4-conclusion Plan du travail
  • 3. Architecture gothique :  Né en ile de France au 12éme siecle (chartres, Bourges, Saint Denis, Amiens, Reims)  Gothique, appellation italienne, terme péjoratif donné au golfe français. Selon les architectes de la rennaissance (les italiens), tout ce qui sort du style antique de la rennaissance est barbare introduction
  • 4. Principes d’architecture  Au cours du second âge Roman, la voûte est étendue à tout l'édifice, en sacrifiant l'espace et la lumière et en risquant souvent la catastrophe : car plus une voûte est large, plus elle exerce de fortes poussées sur les murs, risquant l’écroulement de l’édifice...
  • 5.
  • 6.  Structure et plan de l’église gothique  Dans le second quart du XIIè , les progrès techniques de la construction, l’utilisation systématique d’une pierre plus légère, le tuf et les avancées de la science de l'appareillage permettent à des architectes de la région parisienne, aidés par des expériences tentées peu auparavant en Angleterre (Durham) et en Bourgogne, de construire des églises plus grandes, plus hautes et plus éclairées.
  • 7.
  • 8. La structure gothique est basée sur le rôle essentiel du pilier qui reçoit les poussées principales des divers arcs : ogives, formerets, doubleaux  Cette voûte prend le nom de croisée d'ogives : elle est ainsi appelée car chaque quartier de la voûte semble être porté par des arcs diagonaux ou « ogives » qui dissimulent et renforcent leurs arêtes : en d'autres termes, les arcs ogivaux qui se croisent constituent un squelette indéformable, que l'on va encore renforcer par
  • 9.
  • 10.
  • 11.  Caractéristiques du style gothique  Avant l’apparition du style gothique, l'architecture romane se caractérisait par des arcs "en plein cintre" (c’est-à- dire en demi-cercle) et des voûtes massives. La construction des édifices religieux nécessitait des Murs d'appui épais, le plus souvent renforcés par des contreforts accolés.
  • 12.  L'art gothique a résolu les problèmes de forces de l'art roman en utilisant de nouvelles techniques architecturales : la voûte sur croisée d'ogive et l’arc brisé. Une voûte sur croisée d'ogives est une voûte formée de deux arcs qui se croisent en diagonales. Ainsi, le poids des pierres ne repose pas sur deux mais sur quatre piliers.
  • 13.  Ces innovations ont permis d’édifier des édifices beaucoup plus hauts et fins. En effet, l'arc brisé et la croisée d'ogive permettent de diriger le poids de l'édifice vers le sol. Les Murs épais peuvent donc être remplacés par d'énormes piliers et être ouverts vers l'extérieur. L’architecture gothique nous a laissé des édifices présentant des flèches pointues et ciselées, des ouvertures, des rosaces et de nombreux vitraux.
  • 14.  Par ailleurs, pour soutenir le poids des voûtes sur croisée d'ogive, ce style utilise la technique des arcs-boutants. Ces étais en forme de demi-arc sont situés à l'extérieur de l'édifice : ils reposent sur un contrefort et soutiennent le mur là où s'exercent les plus fortes poussées des voûtes.
  • 15.  Materiaux de la construction  Plus peut-être qu'une révolution technique, l'art gothique peut être considéré comme l'aboutissement de savoirs pragmatiques et notamment de connaissances particulièrement vives des caractéristiques techniques de l'ensemble des matériaux.
  • 16.  Des matériaux qui sont produits et mis en œuvre dans la cathédrale selon une logique et avec une intelligence d'ensemble que nous découvrons et redécouvrons jour après jour. Si la pierre prédomine, bien entendu, la cathédrale n'existerait pas sans l'apport de nombreux autres matériaux, dont certains ont changé avec les siècles.
  • 17. La pierre de la cathédrale de Reims est quasi-exclusivement une pierre calcaire du Lutécien moyen, correspondant aux niveaux calcaires dits grossiers du bassin parisien. Elle est aujourd'hui appelée "pierre de Courville", du nom de la dernière carrière en exploitation dans ces niveaux géologiques locaux. La pierre
  • 18.  La cathédrale est aussi largement faite de verre, avec les centaines de mètres carrés de vitraux. Ces vitraux, tous colorés, ont aujourd'hui disparu aux trois-quarts, du fait du vandalisme du siècle des "Lumières" (bris de l'ensemble des baies historiées des fenêtres basses) et des guerres. Le verre
  • 19.  Dans le passé, la cathédrale laissait une large place au bois. Sa charpente ressemblait à une véritable forêt de poutres, poinçons, arbalétriers, entraits, pannes. Accidentellement détruite par le feu en 1481, elle est à nouveau incendiée lors des bombardements de la Première Guerre mondiale. Un désagrément qui ne risque plus de se renouveler, la charpente posée en remplacement par l'architecte Henri Deneux en 1925-1935, Le bois
  • 20.  Il est nécessaire de faire preuve d'imagination pour avoir une idée de la place faite initialement à la peinture. Les vestiges retrouvés à l'occasion des chantiers de restauration prouvent que les sculptures étaient peintes, avec des couleurs vives, faites pour frapper le regard, et accentuer le réalisme de chaque figure. Etonnamment, cette polychromie à Reims semble ne jamais avoir été renouvelée ou même entretenue. Elle s'est certainement effacée La peinture
  • 21. La recherche récente laisse entrevoir l'importance du fer dans la construction. Ceci notamment à partir du milieu du XIIIe siècle et le passage au style gothique rayonnant. Il est probable que sans le fer, omniprésent aux portails et aux gâbles de la façade, jamais les portails rémois n'auraient pu présenter une telle hardiesse formelle. Chaque bloc y tient l'un à l'autre par un réseau de pitons et d'agrafes de forte section, auquel s'ajoute un liaisonnement vers le gros-œuvre, non systématique mais logiquement réparti.  Chaque élément en fer à proximité de la surface est coulé, non au mortier, mais au plomb, plus protecteur, car plus couvrant. Un matériau qui est par ailleurs largement utilisé depuis l'origine pour les couvertures. Le fer
  • 22.  Les différents âges du gothique  En matière d’architecture gothique, on distingue en général les périodes suivantes : - le gothique "primitif", qui a succédé à l’art roman vers 1130, avec l’apparition de la voûte d’ogives - le gothique "classique", entre 1190 et 1230, avec des arcs-boutants sur le modèle de la cathédrale de Chartres - le gothique "rayonnant", entre 1230 et 1350, caractérisé par des roses majestueuses et de nombreux vitraux - le gothique "flamboyant", au XVème siècle, offrant des décors chargés et tourmentés - le gothique "tardif" au XVIème siècle, caractérisé par une surcharge de décorations.
  • 28. Edifice : notre dame d’amiens  * Culte : "Catholique Romain". * Type : Cathédrale. * Rattachement : "Diocèse d'Amiens". * Début de la construction : (1220). * Fin des travaux : (1269). * Style dominant : Gothique. * Protection : "Classée Monument Historique (1862)". "Patrimoine Mondial (1981)". * Pays : France. * Région : Picardie. * Département : Somme. * Commune : Amiens
  • 29. ses origines  La Cathédrale "Notre Dame d'Amiens" est la plus "Grande Cathédrale Gothique du Monde" 200.000 m3 soit 2 fois N.D.de Paris en volume et l'une des plus belles puisqu'elle est classée au "Patrimoine Mondial de l'Humanité". C'est l'incendie de la Cathédrale Romane, qui datait de (1152), en (1218) qui provoque la construction d'une Cathédrale Gothique. L'édification est assez rapide puisque l'essentiel est fait à la fin du (XIIIe siècle) cela confère à N.D. d'Amiens une
  • 30. la construction de la cathedrale  La date de (1220), marquant le début des travaux, est connue par une inscription gravée sur le Labyrinthe inscrit dans le pavage de la nef. On a longtemps cru, en s'appuyant sur les différences de styles des parties hautes de l'édifice, que la reconstruction avait commencé pas la nef, ce qui était d'ailleurs peu fréquent. Mais un examen attentif des bases des piliers a amené récemment à penser que les travaux ont commencé en (1220) par la croisée du transept, pour s'étendre rapidement aux murs des collatéraux de la nef et du transept, ceux du choeur étant entrepris dans la foulée, dés les années (1225), tandis que ceux du Déambulatoire et des Chapelles Rayonnantes ne commencèrent à s'élever que 10 ans plus tard. A quelques détails de constructions qui ne se retrouvent pas par la suite, on peut penser que les 1ères travées de collatéral à être voûtées furent celles situées à la rencontre de la nef et du bras Sud du transept,
  • 31.  selon les plans établis par Robert de Luzarches, et bien que celui ci ait été remplacé à une date que l'on ne peut préciser par Thomas de Cormont. Le 1er architecte de la cathédrale semble avoir été formé dans la région de Laon et de Soissons, car les cathédrales de ces 2 villes ont fourni le dessin des bases de piliers de celle d'Amiens, Robert de Luzarches vit il s'élever les portails de la façade Occidentale ? La chronologie de cette dernière est des plus complexes et des plus controversées, on s'est longtemps accordé à penser que les portails avaient été élevés dés les années (1225), ce qui suppose que le plan Barlong des tour était prévu dés l'origine, mais en s'appuyant sur les défauts de liaison entre les 1ers piliers de la nef et le mur formant le revers de la façade, Alain Erlande Brandeburg voit dans celle ci un placage réalisé seulement à partir de (1236).
  • 32.  Au dessus des portails, les fenêtres subsistant derrière le 2ème et le 3ème niveaux lui font également penser que celle ci, dont la "Galerie des Rois", sont des adjonctions postérieures à la façade primitive, destinées à masquer un mur qui devait paraître trop nu. C'est aux alentours de (1240) qu'il faut placer la construction des parties hautes de la nef, dont le dessin des fenêtres témoigne déjà d'une évolution du style par rapport à celles des bas cotés. Le voûtement fut sans doute achevé vers (1245), mais il n'avait peut être pas été prévu à l'origine de lancer les voûtes à une hauteur de 42m,30 les arcs visibles derrière l'arcature du triforium, et destinés sans doute à éclairer celui ci, ont finalement été bouchés pour renforcer la solidité du mur surélevé, tandis qu'était lancée une seconde volée d'arcs boutants. Le voûtement du choeur, quant à lui, ne fut achevé que 25 ans plus tard, si l'on se fonde sur la date (1269), inscrite sur le vitrail donné cette année là par l'évêque Bernard d'Abbeville. Les travaux furent ici retardés par l'incendie qui survint en (1258), calcinant les pierres des chapelles du Déambulatoires. En tout cas le temps écoulé entre la
  • 33. Plan de la cathedrale
  • 34. facade de la cathedrale
  • 36. conclusion  Conclusion: Le système architectural gothique représente le triomphe des vides sur les pleins (à l’opposé du roman), grâce à un procédé où les poussées sont localisées et compensées par des poussées équivalentes en sens opposé
  • 37. definition de qq mots  1/ L’arc brisé. * A l’opposé de l’arc en plein cintre, qui est formé d’un seul arc de cercle, l’arc brisé est un arc aigu formé de deux arcs de cercles (cercles de même rayon mais de centres différents) se coupant suivant un certain angle. Il est très solide, car les petites pierres qui le composent (appelées claveaux* ou voussoirs*) sont disposées plus obliquement, ce qui supprime pratiquement le risque de les voir glisser vers le bas. Grâce à l’arc brisé, les poussées seront surtout verticales (de haut en bas) et presque pas horizontales (de l’intérieur vers l’extérieur). En conséquence, les murs
  • 38.  2/ La croisée d’ogives *. L’ogive est un arc tendu diagonalement d’un pilier à l’autre pour renforcer les arêtes formées par le croisement de deux voûtes en arc brisé. Ce croisement sera soutenu par une armature formée de deux arcs diagonaux qui se croisent. Une telle armature, en forme de croix concave, est appelée croisée d’ogives ; elle soutient les arêtes (jouant ainsi le rôle d’un cintre permanent) et transmet toute la poussée verticale (de haut en bas) vers chacun des quatre piliers qui supportent les angles de la voûte
  • 39.  3/ L’arc-boutant * : arc rampant (c’est-à-dire dont les naissances – points de départ de la montée de l’arc - sont situées à des niveaux différents ; ici, la naissance de l’arc est plus élevée du côté le plus proche du mur) qui, partant d’un contrefort extérieur (appelé la culée*) sur lequel il s’appuie, contre-bute (bouter = pousser) les grands arcs de la nef depuis l’extérieur. Lancé dans le vide par-dessus le bas- côté (ou le déambulatoire), l’arcboutant, placé à l’extérieur de l’église et à hauteur de chaque pilier, a pour fonction de contrer la poussée latérale (de l’intérieur vers l’extérieur, au niveau de la naissance des arcs) exercée par les grands arcs de la nef (ou du choeur), en lui opposant une poussée latérale équivalente.