Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Jeunes et travail

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Melle Morgane Chevalier


Maîtrise Sciences de l’Education, Paris V
            Année 2002/2003




               NOTE

 ...
INTRODUCTION

Tout au long de l’année, dans le cadre de l’enseignement relatif à la sociologie de la
formation, certaines ...
1. Situation du marché de l’emploi en France


Depuis les chocs pétroliers des années 70, crises qui révèlent finalement
l...
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Guide Promotion Parentalite
Guide Promotion Parentalite
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 11 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à Jeunes et travail (20)

Publicité

Jeunes et travail

  1. 1. Melle Morgane Chevalier Maîtrise Sciences de l’Education, Paris V Année 2002/2003 NOTE DE RECHERCHE Mme Catherine Agulhon E 100
  2. 2. INTRODUCTION Tout au long de l’année, dans le cadre de l’enseignement relatif à la sociologie de la formation, certaines questions sur les jeunes et leur entrée dans la vie adulte ont retenu mon attention. J’ai été intriguée par les changements que l’on connaît en France au lendemain des chocs pétrolier des années 70. Bien entendu, les bouleversements économiques m’étaient connus. En revanche, je n’avais pas établi de corrélation avec les transformations qui ont suivies au sein de l’institution scolaire. Il m’est donc apparu intéressant de chercher à comprendre pourquoi et comment les phénomènes, que nous connaissons, aujourd’hui, en termes d’insertion professionnelle, prennent leurs sources il y a plus de vingt années de cela. La société étant perpétuellement en mutation, la question est de savoir comment les jeunes s’y adaptent et quelle place ils y prennent. En clair : quelle est l’évolution du rapport au travail des jeunes ? Les dispositifs d’aide à l’insertion sont conçus pour accompagner vers l’emploi la minorité des jeunes les plus démunis en capital social et scolaire et, en réalité, constituent une des ressources majeures d’accès au salariat pour la plupart des jeunes actifs sortant du système scolaire. De nombreuses analyses ont été menées sur ce sujet et elles participent toutes à mettre globalement en relief les transformations sociales, particulièrement la relation de plus en plus étroite entre école et entreprise. 2
  3. 3. 1. Situation du marché de l’emploi en France Depuis les chocs pétroliers des années 70, crises qui révèlent finalement l’essoufflement du taylorisme, un climat d’incertitude s’est installé entraînant l’exigence d’adaptabilité et de flexibilité tant au plan de l’organisation du travail qu’au plan des différents investissements (matériels et immatériels) pour y faire face. De ce fait, les grandes entreprises « se mondialisent, se délocalisent, s’externalisent, s’atomisent, se dématérialisent, se transversalisent, se tertiarisent, se servicialisent, se coalisent et se désocialisent ». Tout cela a pour principale conséquence la réduction des effectifs salariés, et c’est sans compter sur la modernisation technologique, qu’on connaît dès le début des années 80, qui accroît les licenciements. Par conséquent, on assiste à l'accablement des conditions d’embauche, non seulement par un degré d’exigences accru en qualifications techniques mais par l’explosion d’exigences sociales très sélectives. Les recrutements d’ouvriers se déplacent ainsi vers des niveaux plus élevés de l’enseignement technique, à l’instar des autres formations qui se voient réclamer un niveau constamment revu à la hausse. Parallèlement, les employeurs exigent de plus en plus de qualités individuelles et morales. Emergence du chômage de masse, précarisation du marché de l’emploi, essor d’une concurrence effrénée face à l’emploi…telle est la réalité aux début des années 90, pourtant il ne s’agit pas pour autant d’un effondrement du marché de l’emploi mais plutôt de sa métamorphose. C’est l’heure de la restructuration et cependant la faible compensation entraînée par la tertiarisation ne comble pas tout. Dès lors, peut-on parler d’éclatement du système d’emploi « à la française » ? On entend par ce système d’emploi, un système référencé au contrat de travail typique, à durée illimitée et à plein temps qui donne accès à la protection sociale. Or c’est l’éclatement progressif des conditions d’emploi des travailleurs qui permet de préserver le système d’emploi : les jeunes étant relégués aux emplois subalternes. D’ailleurs, ils ne sont pas les seules victimes car globalement seuls les 24-50 ans travaillent. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’on sacrifie nos jeunes. Il reste néanmoins vrai que les jeunes ne se voient pas faciliter pour autant leur intégration à une vie plus stable. 3
  4. 4. 2. l’insertion juvénile, selon les logiques de construction des trajectoires Dans son article, C. Nicole-Drancourt présente une enquête dont l’objectif est de comprendre ce qui est observé et non pas d’expliquer en cherchant les causes. Il s’agit donc d’en reconnaître les logiques des trajectoires individuelles. Il convient de considérer les pratiques juvéniles dans la « spécificité des rapports sociaux qui caractérisent cette période de la vie ». C. Nicole-Drancourt propose une typologie fournissant un cadre d’analyse des comportements des jeunes enquêtés, dans le but de mieux appréhender les logiques de construction de l’insertion. • 1er groupe : les femmes en insertion stable Il s’agit là de femmes n’ayant jamais travaillé. Malgré des situations d’emploi parfois médiocres, de lourdes charges familiales et bien qu’elles ne soient pas forcément plus diplômées que les autres, elles ne conçoivent pas d’être femmes au foyer. Plus le rejet de cette situation est fort, plus le rapport à l’activité l’est en retour. Quant à la rapidité de l’insertion, elle s’explique parce que ces jeunes femmes saisissent toutes les opportunités d’emploi dès la première insertion. En outre, les stratégies familiales permettent le maintien régulier de l’activité. On retiendra que la formation, le statut professionnel ou le salaire de ces femmes sont souvent d’un niveau supérieur à ceux de leur conjoint. De plus, les négociations conjugales aboutissent à l’organisation de la famille selon les contraintes féminines, d’ailleurs, ces femmes maîtrisent parfaitement le calendrier familial et, en particulier, celui des naissances. • 2ème groupe : les femmes en insertion précaire malgré la spécificité de chaque itinéraire, tous leurs parcours alternent des périodes d’activité et des périodes de non-emploi longues et récurrentes. Pourtant, leur rapport à l’activité est fort. En fait, ces jeunes femmes n’arrivent pas à affronter les obstacles qui s’accumulent dès la fin de leur formation. Ayant échoué à s’insérer rapidement, leur activité devient vite dépendante au sein de la famille, et non pas autonome comme les femmes du groupe précédent. Dès lors, elles vont enchaîner les emplois précaires et les périodes de non-emplois selon les incidents familiaux. Pourtant, à terme, la logique de construction des trajectoires va finir par prévaloir sur celle de la dépendance. Ces femmes vont en effet utiliser les périodes de non-emploi pour avoir un enfant ou encore se réorienter. Par conséquent, la logique 4
  5. 5. d’engagement professionnel va primer et un processus positif va s’amorcer pour conduire à la stabilisation professionnelle. On peut en conclure que la précarité d’emploi leur a donné le temps d’apprendre à être autonomes. • 3ème groupe : les hommes en insertion stable Ces jeunes gens ont un fort rapport à l’activité. L’emploi est conçu comme le principal vecteur de réalisation personnelle. Certains d’entre eux sont très mobiles, ils changent délibérément d’emplois pour mieux se trouver et acquièrent des qualités de souplesse et d’adaptation. Ces atouts, qui leur permettent de maintenir une activité stable, sont donc le « produit d’aptitudes et d’apprentissages sociaux acquis ». D’autres sont moins mobiles et moins ambitieux mais plus raisonnables (leur rapport à l’activité est suffisamment fort), ils vont se satisfaire des opportunités qu’ils estiment compatibles avec leurs atouts. Dans les deux cas, on note un rapport fort à l’activité et une logique d’enchaînement vers la stabilisation professionnelle. • 4ème groupe : les hommes en insertion précaires Comme pour les femmes du deuxième groupe, leurs itinéraires alternent des emplois précaires et de longues périodes d’inactivité. Mais la comparaison s’arrête là. Ce qui prime, c’est la quête identitaire qui, selon ces hommes, ne passe pas par le travail. Leur rapport à l’activité est très faible. Cette recherche d’eux-mêmes jusqu’à un âge avancé explique que le « savoir être » attendu par les employeurs en plus du « savoir-faire » leur fasse défaut. C’est l’errance de ces jeunes qui instaure la précarité. Mais, comme pour les femmes, cet enchaînement négatif cesse avant la trentaine. Les jeunes hommes ont alors pu mûrir et acceptent de « canaliser leur recherche existentielle dans des engagements plus conformes et plus traditionnels ». un moratoire expérimental semble leur être nécessaire pour « être adultes ». Dans ce cas, la précarité comporterait une dimension stratégique et contribuerait à l’intégration de ces jeunes gens. Finalement, ce que C. Nicole-Drancourt démontre peut se résumer ainsi : les modes d’insertion juvénile seraient à comprendre « en termes de gestion sexuée de processus complexes d’inscription et d’intégration sociale ». Les individus participent donc à la définition des contraintes sociales et leurs décisions sont socialement construites. Par conséquent, selon les trajectoires individuelles, les mêmes 5
  6. 6. ressources et les mêmes contraintes n’auront pas le même impact ni la même signification. C’est pourquoi, selon C. Nicole-Drancourt, l’insertion des jeunes ne peut être appréhendée « qu’à travers les logiques de construction de leurs propres trajectoires ». 3. Que fait-on en France pour l’insertion de ces jeunes ? Les espaces d’activités juvéniles n’ont jamais appartenu au « noyau dur du salariat moderne » et la nouvelle donne productive et économique n’ouvre pas les portes du marché primaire aux jeunes actifs. Mais ceci n’est pas une nouveauté ou un phénomène propre aux années 80-90 : les jeunes ne sont pas plus exclus aujourd’hui qu’hier. Aussi la société française tend à mobiliser l’ensemble des jeunes dans une logique d’engagement professionnelle, soit en les scolarisant soit en institutionnalisant en termes d’activité la position de tous les jeunes non scolarisés. L’un dans l’autre, cela aboutit à la quasi-disparition des jeunes recensés en « inactivité » dès le début des années 80. Dans les années 80 et 90, au moment où le chômage et la diversification des formes d’emploi minent les fondements de la société salariale, le jeune dit « précaire » est au centre de toutes les recherches sociologiques. Ces jeunes précaires sont des jeunes non scolarisés et en situation d’emploi atypique. Or, il est évident là encore que ces jeunes sont quantitativement minoritaires dans une jeunesse (entendons par là les 12-25 ans) mobilisée à plus de 60% dans des structures de formation initiale, d’autant qu’on connaît alors une massification et une démocratisation de l’enseignement et des projets politiques tel que « 80% d’une classe d’âge au niveau bac pour l’an 2000 ». Cela dit, le jeune en difficulté est aujourd’hui la figure emblématique du jeune travailleur dans une société en pleine mutation qui casse le système d’emploi unique de la société salariale classique au profit d’un système d’emplois pluriels qui multiplie les emplois tremplins et les emplois satellites aux marges de l’emploi classique. Les marchés réservent leurs meilleurs emplois, en matière de stabilité, de salaires, de conditions de travail et d’avantages sociaux, à quelques uns. Pour les jeunes, le préjudice se traduit par proportionnellement moins d’emplois classiques et plus d’embauche sur des espaces « d’emploi spécifique ». 6
  7. 7. Les jeunes disponibles sur le marché du travail sont de plus en plus « déqualifiés » par rapport à la moyenne des jeunes débutants. Or il existe une différence non négligeable entre les « actifs débutants » et les « actifs jeunes ». Cette différence est due au fait que le mouvement de démocratisation de l’enseignement est plus rapide que celui de certification de la main d’œuvre. En clair, l’allongement de la scolarité se mêle au tarissement de la population des jeunes inactifs : la baisse des jeunes sortant de bas niveau de qualification est moins rapide que la baisse de la population globale des jeunes travailleurs. Paradoxalement, la part relative des jeunes actifs non qualifiés tend à augmenter car leur présence se développe en proportion alors qu’elle diminue en effectif. En effet, dans les années 90, près de 70% des jeunes actifs ont ainsi un niveau inférieur au CAP/BEP alors que 45% seulement des jeunes sortants du système éducatif sont dans cette situation. D’autre part, la hausse globale des certifications des jeunes a un effet pervers puisqu’elle renforce la stigmatisation des jeunes actifs peu qualifiés : les employeurs se servent trop facilement de l’argument pour juger les jeunes non qualifiés d’inemployables. Plus les jeunes sont issus de milieux défavorisés, plus ils sont soumis à des conditions de vie précaires économiquement, socialement et affectivement, et plus les probabilités de poursuivre une scolarité longue sont faibles pour eux. Alors que la structure des emplois sur l’ensemble de la population active évolue vers le haut depuis des années, la structure de la population juvénile ne change pas. Cette stagnation des actifs jeunes à la base de l’échelle des professions est le reflet d’une réalité : les moins de 25 ans se retrouvent sur le marché du travail parce qu’en recherche d’emploi et/ou en échec scolaire. L’intégration des jeunes n’est jamais passée par leur accès au salariat moderne mais par la mise en œuvre d’un processus y conduisant : il s’agit du processus de socialisation professionnelle. Aussi ce qui est intéressant ce n’est pas le marché du travail en soi mais l’accès à ce marché. Or la nouvelle donne productive, lancée à partir des années 70, bouleverse le processus de mise au travail des jeunes : ni l’école ni l’emploi ne prennent en charge la socialisation professionnelle. La crise économique et les mutations qui l’accompagnent laissent les jeunes travailleurs en manque d’espaces d’accueil pour s’expérimenter. Mal encadrés par l’école, l’entreprise ou le tissu social et familial, les jeunes devront faire preuve de débrouillardise et prendre en charge, seuls, la question de leur mise au travail. 7
  8. 8. 4. La contribution de l’Etat L’augmentation du chômage juvénile, l’accentuation du turn-over chez les jeunes, le relâchement de la liaison formation/emploi génèrent en effet de fortes inquiétudes. Elles s’accompagnent d’un sentiment de malaise envers l’école et sa capacité à répondre aux besoins du marché du travail. Par conséquent, depuis les années 70- 80, les gouvernements successifs mettent en place des dispositifs d’aide à l’emploi en direction des jeunes. La priorité de l’Etat est l’abaissement du chômage juvénile. On considère alors que les offres d’emploi existent mais que certains jeunes n’ont pas les qualifications suffisantes. Dès lors, les efforts vont se concentrer sur la requalification des jeunes. Or, en formulant les problèmes en termes de formation et non en termes de socialisation, l’efficacité des dispositifs ne peut être qu’affaiblie. Dans son article, G. Mauger nous rappelle que B. Schwartz a proposé au gouvernement son rapport sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes en 1981. Derrière la volonté d’articuler insertion sociale et insertion professionnelle, il a tenté de faire admettre la double dimension formation/socialisation dans l’élaboration des futurs dispositifs d’aide à l’emploi des jeunes. Les dispositifs jeunes ont pour principal objectif à l’époque de requalifier les jeunes insuffisamment scolarisés pour les aider à s’insérer professionnellement. Dès lors, tout jeune non inscrit dans un processus d’insertion sera pensé comme étant « exclu ». Mais le chômage étant de plus en plus menaçant dans les années 80, on se concentre sur la notion d’employabilité des jeunes. Ce faisant, on ne pense pas simultanément la dimension sociale et professionnelle de l’insertion des jeunes. Certaines mesures phares, comme la mission « Nouvelles Qualifications » ou le « Crédit Formation Individualisé » créés en 1989, chercheront à retrouver une cohérence d’action. Néanmoins ces mesures ne sont reconduites qu’en partie par la loi quinquennale de 1993. L’Etat met alors en place deux types de politiques d’insertion : une à l’égard des entreprises pour les inciter à embaucher des jeunes, l’autre à l’égard des jeunes pour améliorer leur employabilité. Les dispositifs mis en place ont pour objectifs de faire baisser le coût du travail juvénile et de favoriser financièrement l’embauche des jeunes par des primes et des contrats « aidés ». En outre, l’alternance devient un enjeu central du rapprochement école/entreprise. En 1983, le rapport Prost propose d’élever les connaissances des jeunes et de réunifier le système éducatif technique et général. On prolonge les filières professionnelles vers le supérieur, en créant des 8
  9. 9. diplômes professionnels et techniques de haut niveau et en multipliant les passerelles vers les formations classiques. Pour mieux professionnaliser les études et articuler plus étroitement l’enseignement aux contenus des emplois, « l’alternance sous statut scolaire » est envisagée avec l’introduction de séquences éducatives en entreprise, inclues dans les cursus de formation technique et professionnelle (CAP, BEP, BT, Bac Pro, BTS, DESS, etc.). En 1997 on élabore les stages diplômants ayant pour but de rapprocher l’Université et l’entreprise. Enfin, toujours dans le cadre des efforts en matière d’insertion juvénile, l’Etat met en place dès 1983 un processus de décentralisation accordant aux conseils régionaux un rôle croissant dans l’élaboration des politiques de formation professionnelle des jeunes. Sur le marché du travail, il s’agit de développer des structures d’accueil spécifiques aux jeunes de 15 à 25 ans non scolarisés : d’où les Permanence d’Accueil, d’Information et d’Orientation (PAIO) et les Missions Locales (ML). Ce programme aboutit en 1984 aux dispositifs 16/25 ans de formation en alternance. Soit sous statut de stagiaires de la formation professionnelle (SIVP, TUC), soit sous statut de salariés (contrats emploi/adaptation, contrats de qualification, apprentissage), les jeunes se voient offrir des emplois à durée déterminée (à temps plein ou à temps partiel) qui imposent une contrepartie en formation à l’employeur. Dans le secteur privé, il s’agit essentiellement de contrats en alternance (de qualification, d’adaptation ou d’apprentissage) alors que, dans le secteur public et associatif, il s’agit essentiellement de contrats d’expérience d’emploi (contrats emploi/solidarité, contrat emploi de ville puis contrat « emplois-jeunes »). Au début des années 90, les pouvoirs publics veulent que les entreprises s’engagent plus et surtout mieux. Les employeurs qui utilisent les mesures sont en effet nombreux : de juin 1986 à juin 1989, 70% des jeunes entrant dans la vie active passent par une ou plusieurs mesures du dispositif, ce qui montre l’importance de l’offre sur les marchés. Néanmoins, dans la majeure partie des cas, les employeurs qui font appel à ces dispositifs le font en les détournant de leur fonction initiale, c’est- à-dire en cherchant à les adapter à leurs préoccupations de flexibilité, loin des objectifs de leur mission d’ « entreprise formatrice ». 9
  10. 10. CONCLUSION Les parcours de vie des jeunes de moins de 25 ans, disponibles sur le marché du travail, sont la preuve d’une socialisation professionnelle difficile de nos jours. Tout porte à croire qu’en dépit de diplômes négociables et d’espaces de préparation à l’emploi les jeunes se frayent eux-mêmes un parcours lent et progressif vers la mise au travail. Aussi, selon C. Nicole-Drancourt et L. Roulleau-Berger, on peut analyser beaucoup de parcours jeunes comme une recherche active de nouveaux espaces de socialisation susceptibles de leur apprendre l’usage d’une société qu’ils cherchent à intégrer et non à fuir. Depuis 25 ans, l’action publique en direction des jeunes se centre prioritairement sur la mobilisation du système éducatif. Dans les efforts pour articuler politiques d’emploi et politiques éducatives, les premières passent par les secondes et non l’inverse. 10
  11. 11. BIBLIOGRAPHIE Nicole-Drancourt C. et Roulleau-Berger L., « L’insertion des jeunes en France », PUF, réédition 2002 Nicole-Drancourt C. et Roulleau-Berger L., « Les jeunes et le travail », PUF, 2001. Nicole-Drancourt C., « Mesurer l’insertion professionnelle », In Revue française de la sociologie, n°XXXIII, 1992. Mauger G., « Les politiques d’insertion : Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail ». Maruani M. et Reynaud E., « Sociologie de l’emploi », La Découverte, 2001. 11

×