SlideShare une entreprise Scribd logo
UNIVERSITÉ SAINT-ESPRIT DE KASLIK - FACULTÉ DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUÉS




  HISTOIRE ET THÉORIE DE L’ARCHITECTURE I

                     3- LA MÉSOPOTAMIE




                                201220/03/MÉSOPOTAMIE
                                     14/04/2013
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                    HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                       201220/03/MÉSOPOTAMIE




  Définition de l’urbanisme




   Urbanisme:         • Un mode de vie basé sur des institutions
                      • Une invention qui a fondamentalement des raisons
                        écologiques (quelles sont-elles?)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                         HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                            201220/03/MÉSOPOTAMIE

Des conditions écologiques similaires donnent naissance à l’urbanisme à des endroits
indépendants de la planète




Les premiers grands centres d’urbanisation dans le monde sont situés près de sources d’eau importantes:
• Mésopotamie (Tigre et Euphrate): 3500 av. J.-C.
• Egypte (Nil): 3200 av. J.-C.
• Vallée Indus: 2200 av. J.-C.
• Vallée de la rivière jaune: 1500 av. J.-C.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                 HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                    201220/03/MÉSOPOTAMIE

  Qu’est-ce qu’une cité?


   La population n’est pas un bon indicateur


                    Une localité peut avoir une population de 5000 habitants et être considérée comme un
                    village ou une population de 2000 habitants et être considérée comme une cité.

                    Les cas de Jericho et de Catal Hűyűk, villages néolithiques



     Pourquoi?



   Conditions fondamentales de la naissance d’une cité: l’excédent alimentaire

                    • L’Agriculture qui implique une sédentarisation et une spécialisation de labeur
                      (création de nouveaux emplois)
                    • La domestication des animaux
                    • L’eau
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE




    Le cas de Jéricho, 10 000 ans av. J.C.



    • L’Agriculture implique la possibilité de villages permanents:


    - Population autour de 2000 habitants
    - Économie basée sur l’agriculture
    - Sel
    - Eau: Jéricho est possible parce qu’elle est installée près d’une source importante
    - Début d’une spécialisation de labeur: la plupart des résidents étaient des fermiers mais il y avait
       des spécialistes (potiers, tisserands, bijoutiers, etc.)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE


    • Entourée par un mur de 8 mètres de haut (qu’est-ce que ceci nous dit?)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                  HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                     201220/03/MÉSOPOTAMIE


    • L’architecture de Jéricho:

      Structures circulaires faites de matériaux
      facilement disponibles

      - Usage de la boue mélangée avec de la
         paille séchées au soleil

      - Cela prouve qu’il n’y avait pas assez de
         ressources pour importer des matériaux
         de construction

      - Désavantages de ces matériaux:

         o Problème d’érosion

      - Avantages:

         o Bon isolant de la chaleur

         o Facile à construire
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                               HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                  201220/03/MÉSOPOTAMIE




    Le cas de Çatal Hűyűk, entre 6500 et 5400 av. J.C.:


    L’un des plus grands villages néolithiques daté entre 6500 et 5400 av. J.C. dans la Turquie centrale.


    - À son apogée l’agglomération couvrait 13 hectares
    - Elle comptait une population d’à peu près 5 000 personnes
    - Économie basée sur l’agriculture irriguée (manipulation d’eau nécessaire à la culture du lin ou à
       l’obtention d’un meilleur rendement pour les céréales)
    - Commerce de marchandises et Spécialisation de labeur: artisans qui maîtrisaient la fonte du
       cuivre et spécialisés dans de nombreuses productions (cuivre, travail de la pierre, de l’argile, de la
       céramique, textiles, vaisselle de bois et de céramique, bijoux).
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                   201220/03/MÉSOPOTAMIE


    • Description de L’Architecture:
                                                           - Maisons rectangulaires simples serrées les unes
                                                             contre les autres
                                                           - Sans rues, ni passages
                                                           - Accessibles par des échelles de bois à travers le
                                                             toit.
                                                           - Construites en briques crues recouvertes
                                                             d’enduit et toiture en boue séchée, bois et
                                                             roseaux (épaisseur de 60cm)
                                                           - Comprend généralement une pièce commune
                                                             de 20 à 25m2 et des pièces annexes.
                                                           - La pièce principale comprenait des bancs et des
                                                             plateformes pour s’asseoir et dormir, un foyer
      oReconstruction de Çatal     Hűyűk , un village
      néolithique, entre 6500 et 5400 av. J.-C., Turquie     rectangulaire surélevé et un four à pain voûté.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                  HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                     201220/03/MÉSOPOTAMIE




- Comprend généralement une pièce commune de 20 à 25m2 et des pièces annexes.
- La pièce principale comprenait des bancs et des plateformes pour s’asseoir et dormir, un foyer
   rectangulaire surélevé et un four à pain voûté.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE


   • L’habitation et l’espace religieux:


     o      Les dimensions et les plans des maisons sont similaires

            - Signe d’une société égalitaire

     o      Il semble qu’il n’y avait pas de différentiations dans l’usage des maisons

           - Toutes les maisons avaient essentiellement les mêmes fonctions

           - Il semble qu’elles contenaient toutes un espace ou des espaces sacrés (donc pas de
             séparations entre lieux de culte et lieux d’habitations

           - Ce manque de séparation implique qu’il n’y avait pas de clergés spécialisés

     o      Chaque maison avait une surface plane utilisée comme table / divan / lit

     o      Au dessous de ses surfaces on enterrait les membres de la famille morts
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE


    • Pratiques funéraires:


      o      Après la mort les cadavres sont jetés aux vautours

      o      Les squelettes sont ensuite nettoyés et enterrés dans
             les maisons



      Ce qui laisse supposer un culte des ancêtres très élaboré



   “Often, headless bodies—sometimes with the lower jaw still attached to
   the skeleton—were buried beneath the floors of the houses, and the
   skulls deposited elsewhere in groups. . . . Occasionally the skulls were
   decorated. Some had been scraped with a sharp blade, others painted
   with red ocher or bitumen, and a few had shells placed in the eye
   sockets with the features modeled in plaster.”
   Source: Cultural Atlas of Mesopotamia and the Ancient Near East, by
         Michael Roaf (NY: Facts on File, 2000), p. 33.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE


      • Deux dimensions de L’Architecture:


     1.     Dimension Pragmatique

     2.     Dimension Symbolique



           Les deux dimensions sont profondément reliées :

                  o     Le Symbolisme aide à créer les conditions qui rendent la dimension pragmatique
                        possible

                        – Rôle de la religion comme organisation sociale et de l’art comme expression
                           de la religion

                  o     La dimension pragmatique prend des dimensions sacrées qui aident à la
                        stabiliser et à la perpétuer
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                       HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                          201220/03/MÉSOPOTAMIE




                           Pourquoi Çatal Hűyűk est un village et non une ville?
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                            HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                               201220/03/MÉSOPOTAMIE




   Conditions fondamentales de la naissance d’une cité: l’excédent alimentaire

     • L’Agriculture qui implique une sédentarisation et une spécialisation de labeur
        (création de nouveaux emplois)
     • La domestication des animaux
     • L’eau: les premiers grands centres d’urbanisation dans le monde sont situés près de
        sources d’eaux importantes.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                               HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                  201220/03/MÉSOPOTAMIE


   Caractéristiques de l’urbanisation
                    • Concentration de la population dans un endroit restreint
                    • La concentration de la population implique l’impossibilité de décisions consensuelles
                      et donc:


             Fondement de la hiérarchie sociale
              qui gère

     Le contrôle et l’aménagement des ressources
                    • Systèmes d’irrigations
                    • Taxes
                    • Contrôle de la distribution de la nourriture (autoperpétuation de la classe privilégiée
                      qui prend de plus en plus de pouvoir)

      Invention de l’écriture comme forme de contrôle administratif

     Hiérarchie sociale et institutions formelles
                   • Division de la population:
                     - la concentration de la population implique comme nécessité une hiérarchisation
                     sociale et une spécialisation des fonctions
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE

   L’Architecture comme indicateur de cette hiérarchie sociale
      Exemple de Çatal Hűyűk société égalitaire



   Le problème de la violence : Rôle de l’agression dans la formation et la cohésion sociale
      •   Agglomération des villages en cités pour des raisons de défense (théorie: origine de
          l’agglomération en cités causée par les menaces externes)
      •   Donc la cité divise l’espace en interne et externe: la question des limites
          -   Les limites tracent la cité (protection contre la violence
              externe)
          -   Les limites forment les cités intérieurement la divisant
              en plusieurs lieux différentiés (protection contre la
              violence interne)
          -   Le rôle du souverain est de préserver les limites
          -   Implication: usage de la violence externe et interne

      •   L’architecture qui s’organise en fonction de ces
          violences:
          -   Division entre cité et non-cité (ex. les murailles de la     oLes Portes d’Ishtare, Babylone, (604- 562 Av.-J.C. ).
              ville)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                      HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                         201220/03/MÉSOPOTAMIE

          -   Division en sections (propriétés privées / propriétés publiques)

          -   Développement des éléments de ces propriétés pour indiquer les limites. Donc l’architecture qui peut
              être définie comme un jeu de limites




      oReconstruction de Çatal     Hűyűk , un village              oReconstruction du temple de Marduk, Babylone
      néolithique, entre 6500 et 5400 av. J.-C., Turquie
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                    HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                       201220/03/MÉSOPOTAMIE




Point de départ: dernière époque glaciaire – recul des glaciers et libération de nouvelles terres


             Explosion démographique
             VIIIe millénaire av. J.-C.: 5 à 10 millions d’être humains sur Terre
             Peuples nomades (groupes familiaux étendus d’une trentaine d’individus)
             vivant de chasse et de cueillette → vaste territoire pour subvenir aux besoins

             Explosion de la population mondiale
                   13000 Av. J.-C. : 4 millions d’êtres humains sur Terre
                   8000 Av. J.-C. 5 millions
                   6000 Av. J.-C. 14 millions
                   (Aujourd’hui 6000 millions)


              Mais ressources alimentaires naturelles insuffisantes

             Naissance de l’agriculture
             Arrivée au Nord de la Mésopotamie dès 6500 av. J.-C., elle s’étend à toute la région au cours des mille
             cinq cents années suivantes. Long processus de domestication du blé et de l’orge sauvages
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                         HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                            201220/03/MÉSOPOTAMIE

Révolution agricole eut lieu au Moyen-Orient, dans le croissant fertile, et changea le style de vie
                                        de l’humanité




                                      oL’Egypte et la Mésopotamie: le Croissant fertile
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                   201220/03/MÉSOPOTAMIE

La Mésopotamie, « le pays entre les fleuves » doit son nom aux Grecs Situation géographique
                     (méso = milieu, entre / potamós = fleuve)       • Fleuves: l’Euphrate et le Tigre
                                                                       les deux plus grands cours
                                                                       d’eau intérieurs situés entre le
                                                                       Nil et l’Indus
                                                                     • Triangle fertile : la base longe
                                                                       à l’est les montagnes du
                                                                       Zagros (peuples robustes des
                                                                       montagnes), à l’ouest le
                                                                       désert arabe (tribus nomades
                                                                       du désert) et la pointe au sud
                                                                       le sommet du golfe.

                                                                     Trois régions historiques
                                                                     y connaissent un
                                                                     progrès exceptionnel
                                                                     • Sumer
                                                                     • Akkad
                                                                     • Assyrie

                                                                     Les différentes
                                                                     civilisations
                                                                     • Sumériens: 3700-3300
                                  oLa Mésopotamie et la Perse        • Akkadiens: 2345-2150
                                                                     • Babyloniens: 1894-1595
                                                                     • Assyriens: 1200-612
                                                                     • Perses
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                       HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                          201220/03/MÉSOPOTAMIE

Facteurs climatiques et richesses naturelles

• La seule richesse des plaines = vastes étendues fertiles grâce à une couche de boues alluviales
→ Développement de la culture de l’orge et du blé

• Pierre et bois inexistants devaient être importés
→ Fabrication de la brique comme matériel de construction

• Le bitume = seule vraie ressource minérale
→ Il servait de mortier pour la construction , de calfatage pour les bateaux, ou d’isolant pour les tuyaux d’écoulement des
 eaux

• Métaux inexistants
→ Acheminement depuis les montagnes du nord et de l’est

• Facteur aggravant: températures extrêmes: 50oC en été et hivers sombres et glacés. Vents
  brûlants et tempêtes de poussière.

• Inondations annuelles mais aussi fréquentes que dévastatrices
→ Les inondations jouaient le rôle d’engrais naturel
→ Histoire du Déluge qui se trouve dans le poème épique de Gilgamesh, inspirant la légende biblique de l’arche de Noé.
 Elle parle d’une punition qui a été infligée par les Dieux aux Hommes.

• Sécheresse rapide malgré les inondations
→ Développement du système d’irrigation à l’origine de la civilisation du sud de la Mésopotamie, première culture urbaine
 du monde
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                   HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                      201220/03/MÉSOPOTAMIE

    Agriculture et élevage                     • Sédentarisation des peuples
                                               • Création de villages permanents
                                               • Spécialisation de labeurs

    Facteurs climatiques                       • Aménagement d’un système hydraulique d’irrigation
                                               • Grande coopération sociale requise pour le règlement des
                                                 questions de droits de propriété et de frontières
                                               • Le niveau de collaboration que l’irrigation impliquait
                                                 contraignaient les habitants des différents villages à
                                                 travailler en commun → création des premières cités
                                               • Le succès des projets d’extension de la région et la
                                                 productivité des terres cultivées fournirent l’excédent
                                                 alimentaire nécessaire à la création de la vie urbaine




                                               oPaysage contemporain du sud de l’Irak
                                                Y saute aux yeux la distribution des
                                                champs     cultivés,    limités     et
                                                alimentés par les canaux d’irrigation



                                                                                         oFragment       de    tablette
                                                                                          d’arpentage, sur lequel sont
                                                                                          dessinés des canaux
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                            HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                               201220/03/MÉSOPOTAMIE

• Naissance de l’écriture pour des nécessités administratives. Plus la société s’organisait, plus
  elle avait besoin d’archives. Les premiers documents écrits étaient des livres de compte,
  consignant des transactions ou des listes de biens.
• A la base écriture des chiffres, après écriture pictographique, puis finalement cunéiforme




                      oSceau-cylindre et son déroulé, Our, Irak, vers 2700 av. J.-C., Pierre, H=3.8cm, Chicago

                   Vers 4000 av. J.-C., au moment de l’apparition de l’écriture, les Sumériens
                   commencèrent à utiliser des sceaux comme marques de propriété.
                   L’étude des motifs représentés sur les sceaux (motifs animaux, motifs
                   végétaux, rituels religieux, représentation d’activités de la vie
                   quotidienne…) nous a révélé l’univers mental des anciens mésopotamiens.

    Pendant les premiers siècles l’écriture resta une activité purement utilitaire. Ce n’est
    qu’à partir de 2500 av. J.-C. que la littérature était née.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                    HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                       201220/03/MÉSOPOTAMIE

     La Basse Mésopotamie – Sumer, époque d’Uruk

Le développement de la Basse Mésopotamie s’opère en trois temps:
1.      A l’échelle locale: époque présumérienne d’El Obeïd (4500-3500 av. J.-C.)
2.      A une échelle régionale: première urbanisation mésopotamienne - époque sumérienne
        d’Uruk (3500-3000 av. J.-C.)
3.      Deuxième urbanisation sumérienne au IIIe millénaire (Ur, Eridu, Uruk, Lagash, Nippur,
        Kish, Assur, Khafadje, Mari) - Une propagation territoriale dépendant d’un Centre ou sont
        regroupés Palais et Temples
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                               HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                  201220/03/MÉSOPOTAMIE

                                     1. L’époque présumérienne d’El Obeïd

         Colonisation hydraulique
                                                               Formation d’un grand nombre d’oasis
                                                               séparés par des zones incultes – les
                                                               premières     villes   –     époque
                                                               présumérienne
  Agriculture productrice d’excédents




Les localités qui existent durant cette période n’ont pas encore le statut de cité mais plutôt de
petite ville – Ex. Éridou dans la plaine de Sumer à 20 km au sud-ouest d’Our, 40 hectares,
population en milliers plutôt qu’en dizaines de milliers.


Les Mésopotamiens avaient une idée très nette de l’origine de la vie urbaine. Une tablette d’argile datant de
2000 av. J.-C. raconte que: « Nul roseau n’avait encore poussé,; nul arbre n’avait été créé; nulle maison
n’avait été construite et nulle cité n’existait. Toutes les terres étaient recouvertes par la mer. Puis Éridou fut
créée. »
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                          HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                             201220/03/MÉSOPOTAMIE

• Les habitations
- Zones côtières marécageuses
- Manque d’arbres dans la région (destruction des arbres pour l’agriculture et le feu)
- Construction de huttes en roseaux semblables à celles des Arabes des marais du sud de l’Irak moderne
- Manque de métaux: outils et ustensiles en terre cuite




                        oMaison Sumérienne                             oArabes des étangs, XXe siècle

• Leurs tombes suggèrent que ces peuples vivaient dans une société égalitaire avec peu de distinctions de
  classe ou de rang
• Les temples: Le peuple d’El-Obeïd construisait avant tout des temples sur les restes de précédents
  lorsque leurs murs de briques commençaient à tomber
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                              HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                 201220/03/MÉSOPOTAMIE

                                               2. Sumer, époque d’Uruk

  • Dans les plaines, pas de défense naturelle en dehors des fleuves
  • Les plaines étaient des proies faciles pour les invasions donc obligation de s’abriter derrière de
    hautes murailles



  Nécessité d’organiser les activités                          Formation d’un réseau de villages
  dans la région et d’assurer la                               agricoles dépendant d’un centre où
  sécurité de chacun (premiers                                 sont regroupés des palais et des
  systèmes de calcul, de mesure, de                            temples – les cités-États – époque
  mémorisation graphique)                                      sumérienne d’Uruk



   La plupart des spécialistes s’accordent à dire que la première vraie cité était Uruk
   - Uruk est citée dans l’Ancien Testament sous le nom d’Erech.
   - Elle pourrait être également cet endroit évoqué dans l’histoire de la tour de Babel, telle qu’elle
     apparaît dans la Genèse: « Alors que les hommes migraient de l’est, ils trouvèrent une plaine dans le
     pays de Shinar et s’y installèrent. Ils se dirent : « Fabriquons des briques et faisons-les cuire ». Ils
     eurent alors des briques en guise de pierres et du bitume en guise de mortier. Puis ils dirent :
     « Construisons une cité et une tour dont le sommet atteindrait les cieux… ».
   - Uruk fut également la patrie du légendaire Galgamesh, premier roi de la cité
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                            HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                               201220/03/MÉSOPOTAMIE

   •Prééminence d’Uruk due à sa taille – la plus peuplée des villes de la 1ère urbanisation
   •Robustesse de ses murs vantée dans l’Épopée de Gilgamesh
   •Dominée par un vaste et imposant quartier cérémoniel constitué par l’aire sacrée d’Eanna
   (un complexe de sanctuaires, salles, péristyles, cours et enceintes) et la plate-forme du
   Temple blanc d’Anu
   •Le tissu urbain, sillonné par des voies de circulation ordonnées, se composait d’édifices
   publics et d’habitations privées serrés les unes contre les autres et socialement
   différenciées.


   oUruk, zone sacrée d’Eanna (seconde
   moitié du IVe millénaire), plan des édifices




    À l’époque d’Uruk, la figure du roi coïncide avec celle du grand prêtre: la résidence d’où il dirige son
    territoire n’est pas distincte de celle de la divinité
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                          HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                             201220/03/MÉSOPOTAMIE

Le contexte religieux de l’art sumérien
• Société Sumérienne comme une série de citées en guerres constantes les unes contre les
  autres.
• Chaque citée avait ses propres dieux mineurs mais il y a en commun les dieux majeurs
• Création des Hommes à partir de la boue
      -La raison pour laquelle les hommes ont été crées est pour travailler et servir les Dieux
      -L’Humanité est sous la menace des Dieux ainsi les Dieux peuvent punir les hommes par
      des tremblements de terre et des tempêtes
      -L’histoire du Déluge: histoire qui se trouve dans le Poème épique de Gilgamesh et qui parle
      d’une punition qui a été infligée par les Dieux aux hommes:
      Les Dieux se réunissent et décident de détruire les hommes (gênés par leurs bruits).
      Ils décident qu’ils veulent inonder le monde.
      Ea (l’un des Dieux qui a crée l’humanité), décide de sauver l’un de ses serviteurs Utnapishtim et sa famille, alors il
      l’avertit de la venue du déluge et lui ordonne de construire un arche et de le couvrir.
      Utnapishtim se cache dans l’arche avec sa famille et il commence à pleuvoir.
      La terre est couverte et toute l’humanité est morte.
      Utnapishtim relâche trois oiseaux, une colombe, une hirondelle et un corbeau. Les deux premiers reviennent affamés
      et fatigués, le corbeau a pu se reposer sur un sol ferme mais il revient quand même à l’arche.
      C’est alors qu’Utnapishtim débarque avec tous les occupants de l’arche.
      Quand il débarque, Utanpishtim fait un sacrifice et les Dieux sentant l’odeur du sacrifice, se rassemblent autour de lui.
      Les Dieux, contents de ce sacrifice, décident de ne plus détruire l’humanité.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                            HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                               201220/03/MÉSOPOTAMIE




                                           Que nous dit ce vase sur les rituels religieux sumériens?
       oVase rituel de Warqa,
       Uruk, vers 3500 av. J.-C.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                           HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                              201220/03/MÉSOPOTAMIE




• Une description de la société
  Sumérienne
• Mais aussi une description de la
  relation entre société et religion
• Le Rituel comme représentation
  de l’ordre social
• L’ordre social légitimisé par le
  rituel




• Le système économique sumérien a été décrit comme un genre de « socialisme théocratique »
 (L’autorité religieuse exerce tous les pouvoirs et dispose de toutes les richesses de la société. Elle s’en sert pour l’entretien
 et l’édification des édifices religieux, pour l’extinction de la pauvreté et pour l’éducation des fidèles).

• L’Aristocratie se forme à partir du clergé et se donne une légitimité religieuse.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                      HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                         201220/03/MÉSOPOTAMIE

                                                   Ainsi le Temple…




                                 oUne reconstruction possible du Temple Blanc et de la Ziggurat
                                 d’Uruk, Warka, 3200 – 3000 av. J.-C.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE

   Description des pratiques religieuses dans le Temple

   •   Rituels religieux quotidiens : sacrifices animaux et végétaux

   •   Rites mensuels : célébrations des phases de la Lune (disparition et réapparition de la
       lune), calendrier sur lequel ils se basaient pour la récolte

   •   Le rite le plus important est un rite sexuel : Le roi qui « épouse » Inanna / Ishtar :
       événement qui avait lieu chaque année




                            Faites la comparaison entre ce bas-relief et le temple
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                         HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                            201220/03/MÉSOPOTAMIE



                                  Comparaison entre ce bas-relief et le temple




   • L’architecture et la sculpture sont ici apparemment profondément différents mais ils
    reflètent une seule manière de penser la relation aux Dieux
   • La narration dans la sculpture est remplacée par l’usage du bâtiment mais la dimension
    symbolique est la même
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                     HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                        201220/03/MÉSOPOTAMIE




      La fonction du Temple

      • Fonction centrale du Temple : une série de pratiques religieuses sacrificielles qui ont

         comme fonction la préservation du monde face à des Dieux capricieux.

         → la place du Temple est ainsi centrale



      • Différence entre leur religion et les nôtres: pour eux les pratiques religieuses avaient

         comme objectif ce monde-ci et non le prochain
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                  HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                     201220/03/MÉSOPOTAMIE

Différentes théories sur le Symbolisme de la Ziggurat
• Origine possible des sumériens: les montagnes Zagros
(Iran)
  → Les Ziggurat comme reconstruction des Temples
  dans les montagnes


•La Ziggurat comme maison de Dieux. Le rôle des
prêtres est de s’occuper du Dieu qui y réside.
  → Le rapport de l’être humain à son Dieu est
     déterminé par un lieu spécifique et non un espace
     abstrait

• Reconstruction des montagnes sacrées dans leur mythe de création
  → Les montagnes qui entourent la terre et qui tiennent la voûte céleste comme des piliers
  → Donc un lieu qui symbolise le point de rencontre entre ciel et terre (Dieux et Hommes)
  → Structures décrites comme «la fondation du ciel et de la terre » (Babylone)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                     HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                        201220/03/MÉSOPOTAMIE


    Description des temples originaux

    Le Temple original a une structure simple à plan tripartite:

    • Une cour avec un étang d’eau pour la purification rituelle (Abzu).

    • Le temple a une cella centrale avec un étang d’eau pour la purification rituelle (Abzu)

    • La cella est bordée de deux rangées de pièces se faisant face. Ce sont les chambres des

     prêtres

    • Les murs extérieurs à redans, érigés sur une plate-forme artificielle constituée pas

     l’accumulation des décombres des constructions antérieures

    →Progression vers des Temples surélevés sur des plateformes de brique, pourquoi?
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                     HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                        201220/03/MÉSOPOTAMIE



      •Le problème : détérioration de la brique à cause de sa constitution, donc
      démolitions et reconstructions périodiques des temples


      •Les destructions et reconstructions     successives font en sorte que le Temple
      devient plus élevé que ce qui l’entoure (formation des Tells)




                                                                         oTell Ubaid
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                     HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                        201220/03/MÉSOPOTAMIE




•Développement de ce fait en idée architecturale : stylisation du tell mène vers le Ziggurat




                      oLe Temple Blanc d’Uruk , 3200 – 3000 B.C. (Une autre reconstruction possible)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE

Les constructions non monumentales:
•Les maisons étaient accolées les unes aux autres
•Chacune avait une petite cour intérieure bordée de pièces aux portes basses et aux murs
aveugles
•Dans la cour se jouait la majeure partie de la vie quotidienne
•Les maisons des quartiers riches étaient similaires mais s’élevaient parfois sur deux niveaux, un
balcon en bois ouvrant sur la cour intérieure.
•Utilisation de la brique comme matériaux de construction




                                 oModèle réduit en terre cuite d’une maison, IIIe millénaire av. J.-C.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                              HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                 201220/03/MÉSOPOTAMIE


La brique:
• Le matériel le plus abondant en Mésopotamie est la boue mélangée avec de la paille et séchée
  au soleil pour se transformer en brique
• Avantage: matériel très abondant et facile à fabriquer – bon isolant de la chaleur
• Inconvénient: problème d’érosion
• Brique cuite au feu est beaucoup moins utilisée (nécessitant l’importation du bois pour la
  cuisson), elle n’est utilisée que pour les parties externes du bâtiment




       oFabrication au Nigéria                 oFabrication au sud de Bagdad     oFabrication en Egypte
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                               HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                  201220/03/MÉSOPOTAMIE

 3. Deuxième urbanisation sumérienne au IIIe millénaire (Ur, Eridu, Uruk, Lagash, Nippur, Kish,
                                  Assur, Khafadje, Mari)
   •Temples et palais se partagent les fonctions idéologiques et de gouvernement , faisant
   apparaître des zones urbaines.




    oKish, palais A (milieu du IIIe millénaire),   oKhafadje (rive gauche de la Diyala), temple ovale (2750 –
    restitution axonométrique                      2600 av. J.-C.), restitution en perspective
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                  HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                     201220/03/MÉSOPOTAMIE

  Sumer, époque d’Ur
•Trois sites principaux dans chaque ville: le temple principal, généralement ceint de murs.
Ensuite le palais abritant le seigneur et enfin le port permettant d’accueillir le trafic fluvial.
•A cette époque, et une fois renforcés les dispositifs administratifs et militaires, l’ambiguïté
fonctionnelle du « temple » semble disparaître.
•Fleurissement des palais qui reflètent le rôle dirigeant de leurs occupants.




                                 oLa ville d’Ur, avec ses trois principaux sites
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                         HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                            201220/03/MÉSOPOTAMIE

                                                         Les palais




                                       oPalais de Mari, 1800, vue générale des fouilles
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                   HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                      201220/03/MÉSOPOTAMIE




                                               La « maison de Zimrilim
                                               Le palais de Mari (autour de 1800) est
                                               constitué de deux grandes cours centrales,
                                               entourées de pièces plus petites, d’étendue
                                               variable, avec leurs murs, leurs ouvertures et
                                               leurs couloirs: salle du trône, pièces de
                                               cérémonies, chambres et « bureaux », réserves
                                               et cuisines…    La partie visible se trouvait
                                               comme doublée, par-dessous, d’un système
                                               remarquablement perfectionné de conduits et
                                               puisards pour l’évacuation des eaux usées.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                      HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                         201220/03/MÉSOPOTAMIE




      Ce     palais        faisait     rêver     ses
      contemporains, même au loin.
      Dans ses diverses pièces ont été
      retrouvées           des       milliers    de
      tablettes       d’archives,         et     en
      particulier d’innombrables lettres
      et « papiers d’affaires » officiels,
      malheureusement en désordre et
      dispersés       au     moment         de    la
      conquête de la ruine du royaume
      de Mari (vers 1750)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                           HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                              201220/03/MÉSOPOTAMIE




                         La grande Ziggurat d’Ur, Irak, vers 2000 av. J.-C., Briques
                                         d’argile, Vue aérienne
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK              HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                 201220/03/MÉSOPOTAMIE
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                      HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                         201220/03/MÉSOPOTAMIE




                              oReconstitution de l’aspect initial de la Ziggurat d’Ur, d’après
                              les travaux de Sir Leonard Wooley et des fouilles d’archéologues
                              récentes
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                   HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                      201220/03/MÉSOPOTAMIE




                              oLa grande Ziggurat d’Ur, Irak, vers 2000 av. J.-C.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                  HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                     201220/03/MÉSOPOTAMIE



     Voici la Ziggurat, telle qu’on
     pouvait se l’imaginer à la fin du
     siècle dernier, selon un schéma
     détaillé que les fouilles n’ont guère
     confirmé. On y voit, du moins, au
     sommet, le petit sanctuaire dont
     nous ne connaissons l’existence
     que par les textes.
     La masse interne de cet énorme
     édifice était régulièrement faite
     d’un remplissage de briques crues,
     les     lots    étaient       séparés     à
     intervalles réguliers, par de minces
     couches de roseaux nattés
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE

  Assyrie et Babylone, les empires
•Première dynastie: centralisation accrue du pouvoir et séparation de la royauté de toute
investiture divine – traces d’architecture enfouies sous la Babylone du Nouvel Empire – reste
encore le témoignage indirect de l’existence de la ziggurat Etemenanki, près du temple de
Marduk (Esagila), symbole de « Maison du fondement du Ciel et de la Terre »




                  oBabylone, Restitution en maquette de la Ziggurat Etemenanki, (VIIe– VIe Siècle av. J.-C.)
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                                       HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                          201220/03/MÉSOPOTAMIE

•L’apogée de l’architecture néo-babylonienne (625 – 539 av. J.-C.) a pris un caractère légendaire:
le grand système de fortifications de Babylone et ses portes, la citadelle, ses palais et ses jardins
royaux (palais de Nabuchodonosor), ainsi que les temples qui s’élevaient en son centre (temple
de Marduk, ziggurat), parurent d’une telle splendeur qu’ils méritèrent de figurer parmi les Sept
Merveilles du monde.




                        oVue partielle des ruines de Babylone. De l’énorme cité, il ne subsiste donc
                        qu’un immense champ de restes de murs écroulés, de bâtiments démolis.
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE




                       Les murs de Babylone
                       La porte d’Ishtar, située sur la voie processionnelle dans
                       l’enceinte de Babylone, était décorée de briques
                       émaillées figurant des taureaux et des dragons
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE




                 Porte d’Ishtar restaurée, Babylone, vers 575 av. J.-C., Briques vernissées
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                          HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                             201220/03/MÉSOPOTAMIE




                           La muraille longeant l’Euphrate à Babylone ; à l’arrière-plan,
                                         la ziggourat, ou « Tour de Babel »
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE




                   L’enceinte extérieure, triangulaire, renferme partiellement l’enceinte
                                           rectangulaire de la ville
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                             HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                                201220/03/MÉSOPOTAMIE



                                                       Nouvelle conception de la Royauté



                                                           La prééminence de Babylone



                                                          Code des lois d’ Hammourabi,
                                               roi de Babylone, vers 1760 av. J.-C., stèle apportée de
                                                 Babylone à Suse au XIIe siècle, basalte, H : 2,25 m
UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK                                        HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I
FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES                                           201220/03/MÉSOPOTAMIE




                 La lionne blessée, détail d’un bas-relief provenant du palais de Ninive,
                                  VIIe siècle av. J.-C., calcaire, h : 61 cm

Contenu connexe

Tendances

02 préhistoire
02 préhistoire02 préhistoire
02 préhistoire
hicham younes
 
La grande mosquée des Omeyyades à Damas
La grande mosquée des Omeyyades à DamasLa grande mosquée des Omeyyades à Damas
La grande mosquée des Omeyyades à Damas
Nadine Mignet
 
Architecture byzantine
Architecture byzantineArchitecture byzantine
Architecture byzantine
mira76600
 
Habitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijelHabitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijel
BOUZIDA Djihene
 
Voute,coupole,minaret
Voute,coupole,minaretVoute,coupole,minaret
Voute,coupole,minaret
BOUZIDA Djihene
 
L'architecture religieuse
L'architecture religieuseL'architecture religieuse
L'architecture religieuse
hudie
 
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
Nour El Houda Mchr
 
L'habitat groupé (boumansour)
L'habitat groupé (boumansour)L'habitat groupé (boumansour)
L'habitat groupé (boumansour)
SonyaIdres
 
Architecture gothique
Architecture gothiqueArchitecture gothique
Architecture gothique
kheireddine bakhouche
 
Fiche thecnique pos7 boufarik
Fiche thecnique pos7 boufarikFiche thecnique pos7 boufarik
Fiche thecnique pos7 boufarik
Sami Sahli
 
L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued souf
Meriem Osmane
 
Analyse contextuelle
Analyse contextuelleAnalyse contextuelle
Analyse contextuelle
berra abderraouf
 
Histoire de tlemcen
Histoire de tlemcenHistoire de tlemcen
Histoire de tlemcen
MaNar36
 
architecture islamique
architecture islamiquearchitecture islamique
architecture islamique
hicham younes
 
Palais d’el eubbad
Palais d’el eubbadPalais d’el eubbad
Palais d’el eubbad
Sami Sahli
 
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
Wahab Bouchareb
 
Mosquée Damas
Mosquée DamasMosquée Damas
Mosquée Damas
Nadine Mignet
 

Tendances (20)

02 préhistoire
02 préhistoire02 préhistoire
02 préhistoire
 
La grande mosquée des Omeyyades à Damas
La grande mosquée des Omeyyades à DamasLa grande mosquée des Omeyyades à Damas
La grande mosquée des Omeyyades à Damas
 
Architecture byzantine
Architecture byzantineArchitecture byzantine
Architecture byzantine
 
07 byzance
07 byzance07 byzance
07 byzance
 
Habitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijelHabitat individuel à jijel
Habitat individuel à jijel
 
Voute,coupole,minaret
Voute,coupole,minaretVoute,coupole,minaret
Voute,coupole,minaret
 
L'architecture religieuse
L'architecture religieuseL'architecture religieuse
L'architecture religieuse
 
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
l'architecture et l'urbanisme romains au maghreb
 
L'habitat groupé (boumansour)
L'habitat groupé (boumansour)L'habitat groupé (boumansour)
L'habitat groupé (boumansour)
 
Architecture gothique
Architecture gothiqueArchitecture gothique
Architecture gothique
 
Fiche thecnique pos7 boufarik
Fiche thecnique pos7 boufarikFiche thecnique pos7 boufarik
Fiche thecnique pos7 boufarik
 
L'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued soufL'architecture vernaculaire de oued souf
L'architecture vernaculaire de oued souf
 
Analyse contextuelle
Analyse contextuelleAnalyse contextuelle
Analyse contextuelle
 
Exposer sur la casbah
Exposer sur la casbahExposer sur la casbah
Exposer sur la casbah
 
Analyse urbaine1
Analyse urbaine1Analyse urbaine1
Analyse urbaine1
 
Histoire de tlemcen
Histoire de tlemcenHistoire de tlemcen
Histoire de tlemcen
 
architecture islamique
architecture islamiquearchitecture islamique
architecture islamique
 
Palais d’el eubbad
Palais d’el eubbadPalais d’el eubbad
Palais d’el eubbad
 
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
 
Mosquée Damas
Mosquée DamasMosquée Damas
Mosquée Damas
 

Similaire à 03 mésopotamie

Lhabitat
LhabitatLhabitat
Lhabitat
nadjigouasmia
 
l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel
Nina Lee
 
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culteApproches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
Paul-Emile Mottiez
 
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdfThéorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
FahemFahem1
 
Diapo Hist Eglise
Diapo Hist EgliseDiapo Hist Eglise
Diapo Hist Eglise
cigu57
 
Mémoire 9e partie
Mémoire 9e partieMémoire 9e partie
Mémoire 9e partie
Romain JEANGIRARD
 
Evolution de l'habitation
Evolution de l'habitationEvolution de l'habitation
Evolution de l'habitation
Paulo Marques
 
Cours sur la mosaïque en ligne
Cours sur la mosaïque en ligneCours sur la mosaïque en ligne
Cours sur la mosaïque en ligne
hgeom2b
 
Rôle du tourisme
Rôle du tourismeRôle du tourisme
Rôle du tourisme
Sami Sahli
 
L'art des vitraux
L'art des vitrauxL'art des vitraux
L'art des vitraux
Ungava Louise
 
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdfART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
aggadamazigh8
 
French Comenius in Brescia, Italy
 French Comenius in Brescia, Italy French Comenius in Brescia, Italy
French Comenius in Brescia, Italy
World's Wide Walls
 
Patrimoine architectural et urbain
Patrimoine architectural et urbainPatrimoine architectural et urbain
Patrimoine architectural et urbain
Sami Sahli
 
Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes
jpflahaut
 
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_batDossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
jpflahaut
 
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
Archi Guelma
 
Centre culturel tjibaou larabi marwa
Centre culturel tjibaou larabi marwaCentre culturel tjibaou larabi marwa
Centre culturel tjibaou larabi marwa
Marwa Larabi
 
Origine ou début de l'architecture et la ville
Origine ou début de l'architecture et la villeOrigine ou début de l'architecture et la ville
Origine ou début de l'architecture et la ville
Sami Sahli
 
Présentation - Formation AAQ Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
Présentation - Formation AAQ  Jan 2010 - Convergence Archives et MuséesPrésentation - Formation AAQ  Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
Présentation - Formation AAQ Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
François Cartier
 
Fisher house
Fisher houseFisher house
Fisher house
Sami Sahli
 

Similaire à 03 mésopotamie (20)

Lhabitat
LhabitatLhabitat
Lhabitat
 
l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel l'habitat individuel à jijel
l'habitat individuel à jijel
 
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culteApproches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
Approches thématiques en archéologie régionale - Sanctuaires et lieux de culte
 
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdfThéorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
Théorie de l'Architecture Section 1 Au temps des habitants bâtisseurs.pdf
 
Diapo Hist Eglise
Diapo Hist EgliseDiapo Hist Eglise
Diapo Hist Eglise
 
Mémoire 9e partie
Mémoire 9e partieMémoire 9e partie
Mémoire 9e partie
 
Evolution de l'habitation
Evolution de l'habitationEvolution de l'habitation
Evolution de l'habitation
 
Cours sur la mosaïque en ligne
Cours sur la mosaïque en ligneCours sur la mosaïque en ligne
Cours sur la mosaïque en ligne
 
Rôle du tourisme
Rôle du tourismeRôle du tourisme
Rôle du tourisme
 
L'art des vitraux
L'art des vitrauxL'art des vitraux
L'art des vitraux
 
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdfART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
ART_CM_I_1_MESOPOTAMIE.pdf
 
French Comenius in Brescia, Italy
 French Comenius in Brescia, Italy French Comenius in Brescia, Italy
French Comenius in Brescia, Italy
 
Patrimoine architectural et urbain
Patrimoine architectural et urbainPatrimoine architectural et urbain
Patrimoine architectural et urbain
 
Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes
 
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_batDossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
 
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
Cours Le modernisme - style international - (Mr.Merzzag Abdelkader)
 
Centre culturel tjibaou larabi marwa
Centre culturel tjibaou larabi marwaCentre culturel tjibaou larabi marwa
Centre culturel tjibaou larabi marwa
 
Origine ou début de l'architecture et la ville
Origine ou début de l'architecture et la villeOrigine ou début de l'architecture et la ville
Origine ou début de l'architecture et la ville
 
Présentation - Formation AAQ Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
Présentation - Formation AAQ  Jan 2010 - Convergence Archives et MuséesPrésentation - Formation AAQ  Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
Présentation - Formation AAQ Jan 2010 - Convergence Archives et Musées
 
Fisher house
Fisher houseFisher house
Fisher house
 

03 mésopotamie

  • 1. UNIVERSITÉ SAINT-ESPRIT DE KASLIK - FACULTÉ DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUÉS HISTOIRE ET THÉORIE DE L’ARCHITECTURE I 3- LA MÉSOPOTAMIE 201220/03/MÉSOPOTAMIE 14/04/2013
  • 2. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Définition de l’urbanisme Urbanisme: • Un mode de vie basé sur des institutions • Une invention qui a fondamentalement des raisons écologiques (quelles sont-elles?)
  • 3. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Des conditions écologiques similaires donnent naissance à l’urbanisme à des endroits indépendants de la planète Les premiers grands centres d’urbanisation dans le monde sont situés près de sources d’eau importantes: • Mésopotamie (Tigre et Euphrate): 3500 av. J.-C. • Egypte (Nil): 3200 av. J.-C. • Vallée Indus: 2200 av. J.-C. • Vallée de la rivière jaune: 1500 av. J.-C.
  • 4. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Qu’est-ce qu’une cité? La population n’est pas un bon indicateur Une localité peut avoir une population de 5000 habitants et être considérée comme un village ou une population de 2000 habitants et être considérée comme une cité. Les cas de Jericho et de Catal Hűyűk, villages néolithiques Pourquoi? Conditions fondamentales de la naissance d’une cité: l’excédent alimentaire • L’Agriculture qui implique une sédentarisation et une spécialisation de labeur (création de nouveaux emplois) • La domestication des animaux • L’eau
  • 5. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Le cas de Jéricho, 10 000 ans av. J.C. • L’Agriculture implique la possibilité de villages permanents: - Population autour de 2000 habitants - Économie basée sur l’agriculture - Sel - Eau: Jéricho est possible parce qu’elle est installée près d’une source importante - Début d’une spécialisation de labeur: la plupart des résidents étaient des fermiers mais il y avait des spécialistes (potiers, tisserands, bijoutiers, etc.)
  • 6. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Entourée par un mur de 8 mètres de haut (qu’est-ce que ceci nous dit?)
  • 7. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • L’architecture de Jéricho: Structures circulaires faites de matériaux facilement disponibles - Usage de la boue mélangée avec de la paille séchées au soleil - Cela prouve qu’il n’y avait pas assez de ressources pour importer des matériaux de construction - Désavantages de ces matériaux: o Problème d’érosion - Avantages: o Bon isolant de la chaleur o Facile à construire
  • 8. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Le cas de Çatal Hűyűk, entre 6500 et 5400 av. J.C.: L’un des plus grands villages néolithiques daté entre 6500 et 5400 av. J.C. dans la Turquie centrale. - À son apogée l’agglomération couvrait 13 hectares - Elle comptait une population d’à peu près 5 000 personnes - Économie basée sur l’agriculture irriguée (manipulation d’eau nécessaire à la culture du lin ou à l’obtention d’un meilleur rendement pour les céréales) - Commerce de marchandises et Spécialisation de labeur: artisans qui maîtrisaient la fonte du cuivre et spécialisés dans de nombreuses productions (cuivre, travail de la pierre, de l’argile, de la céramique, textiles, vaisselle de bois et de céramique, bijoux).
  • 9. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Description de L’Architecture: - Maisons rectangulaires simples serrées les unes contre les autres - Sans rues, ni passages - Accessibles par des échelles de bois à travers le toit. - Construites en briques crues recouvertes d’enduit et toiture en boue séchée, bois et roseaux (épaisseur de 60cm) - Comprend généralement une pièce commune de 20 à 25m2 et des pièces annexes. - La pièce principale comprenait des bancs et des plateformes pour s’asseoir et dormir, un foyer oReconstruction de Çatal Hűyűk , un village néolithique, entre 6500 et 5400 av. J.-C., Turquie rectangulaire surélevé et un four à pain voûté.
  • 10. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE - Comprend généralement une pièce commune de 20 à 25m2 et des pièces annexes. - La pièce principale comprenait des bancs et des plateformes pour s’asseoir et dormir, un foyer rectangulaire surélevé et un four à pain voûté.
  • 11. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • L’habitation et l’espace religieux: o Les dimensions et les plans des maisons sont similaires - Signe d’une société égalitaire o Il semble qu’il n’y avait pas de différentiations dans l’usage des maisons - Toutes les maisons avaient essentiellement les mêmes fonctions - Il semble qu’elles contenaient toutes un espace ou des espaces sacrés (donc pas de séparations entre lieux de culte et lieux d’habitations - Ce manque de séparation implique qu’il n’y avait pas de clergés spécialisés o Chaque maison avait une surface plane utilisée comme table / divan / lit o Au dessous de ses surfaces on enterrait les membres de la famille morts
  • 12. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Pratiques funéraires: o Après la mort les cadavres sont jetés aux vautours o Les squelettes sont ensuite nettoyés et enterrés dans les maisons Ce qui laisse supposer un culte des ancêtres très élaboré “Often, headless bodies—sometimes with the lower jaw still attached to the skeleton—were buried beneath the floors of the houses, and the skulls deposited elsewhere in groups. . . . Occasionally the skulls were decorated. Some had been scraped with a sharp blade, others painted with red ocher or bitumen, and a few had shells placed in the eye sockets with the features modeled in plaster.” Source: Cultural Atlas of Mesopotamia and the Ancient Near East, by Michael Roaf (NY: Facts on File, 2000), p. 33.
  • 13. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Deux dimensions de L’Architecture: 1. Dimension Pragmatique 2. Dimension Symbolique Les deux dimensions sont profondément reliées : o Le Symbolisme aide à créer les conditions qui rendent la dimension pragmatique possible – Rôle de la religion comme organisation sociale et de l’art comme expression de la religion o La dimension pragmatique prend des dimensions sacrées qui aident à la stabiliser et à la perpétuer
  • 14. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Pourquoi Çatal Hűyűk est un village et non une ville?
  • 15. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Conditions fondamentales de la naissance d’une cité: l’excédent alimentaire • L’Agriculture qui implique une sédentarisation et une spécialisation de labeur (création de nouveaux emplois) • La domestication des animaux • L’eau: les premiers grands centres d’urbanisation dans le monde sont situés près de sources d’eaux importantes.
  • 16. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Caractéristiques de l’urbanisation • Concentration de la population dans un endroit restreint • La concentration de la population implique l’impossibilité de décisions consensuelles et donc: Fondement de la hiérarchie sociale qui gère Le contrôle et l’aménagement des ressources • Systèmes d’irrigations • Taxes • Contrôle de la distribution de la nourriture (autoperpétuation de la classe privilégiée qui prend de plus en plus de pouvoir) Invention de l’écriture comme forme de contrôle administratif Hiérarchie sociale et institutions formelles • Division de la population: - la concentration de la population implique comme nécessité une hiérarchisation sociale et une spécialisation des fonctions
  • 17. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE  L’Architecture comme indicateur de cette hiérarchie sociale Exemple de Çatal Hűyűk société égalitaire  Le problème de la violence : Rôle de l’agression dans la formation et la cohésion sociale • Agglomération des villages en cités pour des raisons de défense (théorie: origine de l’agglomération en cités causée par les menaces externes) • Donc la cité divise l’espace en interne et externe: la question des limites - Les limites tracent la cité (protection contre la violence externe) - Les limites forment les cités intérieurement la divisant en plusieurs lieux différentiés (protection contre la violence interne) - Le rôle du souverain est de préserver les limites - Implication: usage de la violence externe et interne • L’architecture qui s’organise en fonction de ces violences: - Division entre cité et non-cité (ex. les murailles de la oLes Portes d’Ishtare, Babylone, (604- 562 Av.-J.C. ). ville)
  • 18. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE - Division en sections (propriétés privées / propriétés publiques) - Développement des éléments de ces propriétés pour indiquer les limites. Donc l’architecture qui peut être définie comme un jeu de limites oReconstruction de Çatal Hűyűk , un village oReconstruction du temple de Marduk, Babylone néolithique, entre 6500 et 5400 av. J.-C., Turquie
  • 19. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Point de départ: dernière époque glaciaire – recul des glaciers et libération de nouvelles terres Explosion démographique VIIIe millénaire av. J.-C.: 5 à 10 millions d’être humains sur Terre Peuples nomades (groupes familiaux étendus d’une trentaine d’individus) vivant de chasse et de cueillette → vaste territoire pour subvenir aux besoins Explosion de la population mondiale 13000 Av. J.-C. : 4 millions d’êtres humains sur Terre 8000 Av. J.-C. 5 millions 6000 Av. J.-C. 14 millions (Aujourd’hui 6000 millions) Mais ressources alimentaires naturelles insuffisantes Naissance de l’agriculture Arrivée au Nord de la Mésopotamie dès 6500 av. J.-C., elle s’étend à toute la région au cours des mille cinq cents années suivantes. Long processus de domestication du blé et de l’orge sauvages
  • 20. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Révolution agricole eut lieu au Moyen-Orient, dans le croissant fertile, et changea le style de vie de l’humanité oL’Egypte et la Mésopotamie: le Croissant fertile
  • 21. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La Mésopotamie, « le pays entre les fleuves » doit son nom aux Grecs Situation géographique (méso = milieu, entre / potamós = fleuve) • Fleuves: l’Euphrate et le Tigre les deux plus grands cours d’eau intérieurs situés entre le Nil et l’Indus • Triangle fertile : la base longe à l’est les montagnes du Zagros (peuples robustes des montagnes), à l’ouest le désert arabe (tribus nomades du désert) et la pointe au sud le sommet du golfe. Trois régions historiques y connaissent un progrès exceptionnel • Sumer • Akkad • Assyrie Les différentes civilisations • Sumériens: 3700-3300 oLa Mésopotamie et la Perse • Akkadiens: 2345-2150 • Babyloniens: 1894-1595 • Assyriens: 1200-612 • Perses
  • 22. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Facteurs climatiques et richesses naturelles • La seule richesse des plaines = vastes étendues fertiles grâce à une couche de boues alluviales → Développement de la culture de l’orge et du blé • Pierre et bois inexistants devaient être importés → Fabrication de la brique comme matériel de construction • Le bitume = seule vraie ressource minérale → Il servait de mortier pour la construction , de calfatage pour les bateaux, ou d’isolant pour les tuyaux d’écoulement des eaux • Métaux inexistants → Acheminement depuis les montagnes du nord et de l’est • Facteur aggravant: températures extrêmes: 50oC en été et hivers sombres et glacés. Vents brûlants et tempêtes de poussière. • Inondations annuelles mais aussi fréquentes que dévastatrices → Les inondations jouaient le rôle d’engrais naturel → Histoire du Déluge qui se trouve dans le poème épique de Gilgamesh, inspirant la légende biblique de l’arche de Noé. Elle parle d’une punition qui a été infligée par les Dieux aux Hommes. • Sécheresse rapide malgré les inondations → Développement du système d’irrigation à l’origine de la civilisation du sud de la Mésopotamie, première culture urbaine du monde
  • 23. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Agriculture et élevage • Sédentarisation des peuples • Création de villages permanents • Spécialisation de labeurs Facteurs climatiques • Aménagement d’un système hydraulique d’irrigation • Grande coopération sociale requise pour le règlement des questions de droits de propriété et de frontières • Le niveau de collaboration que l’irrigation impliquait contraignaient les habitants des différents villages à travailler en commun → création des premières cités • Le succès des projets d’extension de la région et la productivité des terres cultivées fournirent l’excédent alimentaire nécessaire à la création de la vie urbaine oPaysage contemporain du sud de l’Irak Y saute aux yeux la distribution des champs cultivés, limités et alimentés par les canaux d’irrigation oFragment de tablette d’arpentage, sur lequel sont dessinés des canaux
  • 24. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Naissance de l’écriture pour des nécessités administratives. Plus la société s’organisait, plus elle avait besoin d’archives. Les premiers documents écrits étaient des livres de compte, consignant des transactions ou des listes de biens. • A la base écriture des chiffres, après écriture pictographique, puis finalement cunéiforme oSceau-cylindre et son déroulé, Our, Irak, vers 2700 av. J.-C., Pierre, H=3.8cm, Chicago Vers 4000 av. J.-C., au moment de l’apparition de l’écriture, les Sumériens commencèrent à utiliser des sceaux comme marques de propriété. L’étude des motifs représentés sur les sceaux (motifs animaux, motifs végétaux, rituels religieux, représentation d’activités de la vie quotidienne…) nous a révélé l’univers mental des anciens mésopotamiens. Pendant les premiers siècles l’écriture resta une activité purement utilitaire. Ce n’est qu’à partir de 2500 av. J.-C. que la littérature était née.
  • 25. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La Basse Mésopotamie – Sumer, époque d’Uruk Le développement de la Basse Mésopotamie s’opère en trois temps: 1. A l’échelle locale: époque présumérienne d’El Obeïd (4500-3500 av. J.-C.) 2. A une échelle régionale: première urbanisation mésopotamienne - époque sumérienne d’Uruk (3500-3000 av. J.-C.) 3. Deuxième urbanisation sumérienne au IIIe millénaire (Ur, Eridu, Uruk, Lagash, Nippur, Kish, Assur, Khafadje, Mari) - Une propagation territoriale dépendant d’un Centre ou sont regroupés Palais et Temples
  • 26. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE 1. L’époque présumérienne d’El Obeïd Colonisation hydraulique Formation d’un grand nombre d’oasis séparés par des zones incultes – les premières villes – époque présumérienne Agriculture productrice d’excédents Les localités qui existent durant cette période n’ont pas encore le statut de cité mais plutôt de petite ville – Ex. Éridou dans la plaine de Sumer à 20 km au sud-ouest d’Our, 40 hectares, population en milliers plutôt qu’en dizaines de milliers. Les Mésopotamiens avaient une idée très nette de l’origine de la vie urbaine. Une tablette d’argile datant de 2000 av. J.-C. raconte que: « Nul roseau n’avait encore poussé,; nul arbre n’avait été créé; nulle maison n’avait été construite et nulle cité n’existait. Toutes les terres étaient recouvertes par la mer. Puis Éridou fut créée. »
  • 27. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Les habitations - Zones côtières marécageuses - Manque d’arbres dans la région (destruction des arbres pour l’agriculture et le feu) - Construction de huttes en roseaux semblables à celles des Arabes des marais du sud de l’Irak moderne - Manque de métaux: outils et ustensiles en terre cuite oMaison Sumérienne oArabes des étangs, XXe siècle • Leurs tombes suggèrent que ces peuples vivaient dans une société égalitaire avec peu de distinctions de classe ou de rang • Les temples: Le peuple d’El-Obeïd construisait avant tout des temples sur les restes de précédents lorsque leurs murs de briques commençaient à tomber
  • 28. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE 2. Sumer, époque d’Uruk • Dans les plaines, pas de défense naturelle en dehors des fleuves • Les plaines étaient des proies faciles pour les invasions donc obligation de s’abriter derrière de hautes murailles Nécessité d’organiser les activités Formation d’un réseau de villages dans la région et d’assurer la agricoles dépendant d’un centre où sécurité de chacun (premiers sont regroupés des palais et des systèmes de calcul, de mesure, de temples – les cités-États – époque mémorisation graphique) sumérienne d’Uruk La plupart des spécialistes s’accordent à dire que la première vraie cité était Uruk - Uruk est citée dans l’Ancien Testament sous le nom d’Erech. - Elle pourrait être également cet endroit évoqué dans l’histoire de la tour de Babel, telle qu’elle apparaît dans la Genèse: « Alors que les hommes migraient de l’est, ils trouvèrent une plaine dans le pays de Shinar et s’y installèrent. Ils se dirent : « Fabriquons des briques et faisons-les cuire ». Ils eurent alors des briques en guise de pierres et du bitume en guise de mortier. Puis ils dirent : « Construisons une cité et une tour dont le sommet atteindrait les cieux… ». - Uruk fut également la patrie du légendaire Galgamesh, premier roi de la cité
  • 29. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE •Prééminence d’Uruk due à sa taille – la plus peuplée des villes de la 1ère urbanisation •Robustesse de ses murs vantée dans l’Épopée de Gilgamesh •Dominée par un vaste et imposant quartier cérémoniel constitué par l’aire sacrée d’Eanna (un complexe de sanctuaires, salles, péristyles, cours et enceintes) et la plate-forme du Temple blanc d’Anu •Le tissu urbain, sillonné par des voies de circulation ordonnées, se composait d’édifices publics et d’habitations privées serrés les unes contre les autres et socialement différenciées. oUruk, zone sacrée d’Eanna (seconde moitié du IVe millénaire), plan des édifices À l’époque d’Uruk, la figure du roi coïncide avec celle du grand prêtre: la résidence d’où il dirige son territoire n’est pas distincte de celle de la divinité
  • 30. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Le contexte religieux de l’art sumérien • Société Sumérienne comme une série de citées en guerres constantes les unes contre les autres. • Chaque citée avait ses propres dieux mineurs mais il y a en commun les dieux majeurs • Création des Hommes à partir de la boue -La raison pour laquelle les hommes ont été crées est pour travailler et servir les Dieux -L’Humanité est sous la menace des Dieux ainsi les Dieux peuvent punir les hommes par des tremblements de terre et des tempêtes -L’histoire du Déluge: histoire qui se trouve dans le Poème épique de Gilgamesh et qui parle d’une punition qui a été infligée par les Dieux aux hommes: Les Dieux se réunissent et décident de détruire les hommes (gênés par leurs bruits). Ils décident qu’ils veulent inonder le monde. Ea (l’un des Dieux qui a crée l’humanité), décide de sauver l’un de ses serviteurs Utnapishtim et sa famille, alors il l’avertit de la venue du déluge et lui ordonne de construire un arche et de le couvrir. Utnapishtim se cache dans l’arche avec sa famille et il commence à pleuvoir. La terre est couverte et toute l’humanité est morte. Utnapishtim relâche trois oiseaux, une colombe, une hirondelle et un corbeau. Les deux premiers reviennent affamés et fatigués, le corbeau a pu se reposer sur un sol ferme mais il revient quand même à l’arche. C’est alors qu’Utnapishtim débarque avec tous les occupants de l’arche. Quand il débarque, Utanpishtim fait un sacrifice et les Dieux sentant l’odeur du sacrifice, se rassemblent autour de lui. Les Dieux, contents de ce sacrifice, décident de ne plus détruire l’humanité.
  • 31. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Que nous dit ce vase sur les rituels religieux sumériens? oVase rituel de Warqa, Uruk, vers 3500 av. J.-C.
  • 32. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE • Une description de la société Sumérienne • Mais aussi une description de la relation entre société et religion • Le Rituel comme représentation de l’ordre social • L’ordre social légitimisé par le rituel • Le système économique sumérien a été décrit comme un genre de « socialisme théocratique » (L’autorité religieuse exerce tous les pouvoirs et dispose de toutes les richesses de la société. Elle s’en sert pour l’entretien et l’édification des édifices religieux, pour l’extinction de la pauvreté et pour l’éducation des fidèles). • L’Aristocratie se forme à partir du clergé et se donne une légitimité religieuse.
  • 33. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Ainsi le Temple… oUne reconstruction possible du Temple Blanc et de la Ziggurat d’Uruk, Warka, 3200 – 3000 av. J.-C.
  • 34. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Description des pratiques religieuses dans le Temple • Rituels religieux quotidiens : sacrifices animaux et végétaux • Rites mensuels : célébrations des phases de la Lune (disparition et réapparition de la lune), calendrier sur lequel ils se basaient pour la récolte • Le rite le plus important est un rite sexuel : Le roi qui « épouse » Inanna / Ishtar : événement qui avait lieu chaque année Faites la comparaison entre ce bas-relief et le temple
  • 35. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Comparaison entre ce bas-relief et le temple • L’architecture et la sculpture sont ici apparemment profondément différents mais ils reflètent une seule manière de penser la relation aux Dieux • La narration dans la sculpture est remplacée par l’usage du bâtiment mais la dimension symbolique est la même
  • 36. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La fonction du Temple • Fonction centrale du Temple : une série de pratiques religieuses sacrificielles qui ont comme fonction la préservation du monde face à des Dieux capricieux. → la place du Temple est ainsi centrale • Différence entre leur religion et les nôtres: pour eux les pratiques religieuses avaient comme objectif ce monde-ci et non le prochain
  • 37. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Différentes théories sur le Symbolisme de la Ziggurat • Origine possible des sumériens: les montagnes Zagros (Iran) → Les Ziggurat comme reconstruction des Temples dans les montagnes •La Ziggurat comme maison de Dieux. Le rôle des prêtres est de s’occuper du Dieu qui y réside. → Le rapport de l’être humain à son Dieu est déterminé par un lieu spécifique et non un espace abstrait • Reconstruction des montagnes sacrées dans leur mythe de création → Les montagnes qui entourent la terre et qui tiennent la voûte céleste comme des piliers → Donc un lieu qui symbolise le point de rencontre entre ciel et terre (Dieux et Hommes) → Structures décrites comme «la fondation du ciel et de la terre » (Babylone)
  • 38. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Description des temples originaux Le Temple original a une structure simple à plan tripartite: • Une cour avec un étang d’eau pour la purification rituelle (Abzu). • Le temple a une cella centrale avec un étang d’eau pour la purification rituelle (Abzu) • La cella est bordée de deux rangées de pièces se faisant face. Ce sont les chambres des prêtres • Les murs extérieurs à redans, érigés sur une plate-forme artificielle constituée pas l’accumulation des décombres des constructions antérieures →Progression vers des Temples surélevés sur des plateformes de brique, pourquoi?
  • 39. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE •Le problème : détérioration de la brique à cause de sa constitution, donc démolitions et reconstructions périodiques des temples •Les destructions et reconstructions successives font en sorte que le Temple devient plus élevé que ce qui l’entoure (formation des Tells) oTell Ubaid
  • 40. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE •Développement de ce fait en idée architecturale : stylisation du tell mène vers le Ziggurat oLe Temple Blanc d’Uruk , 3200 – 3000 B.C. (Une autre reconstruction possible)
  • 41. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Les constructions non monumentales: •Les maisons étaient accolées les unes aux autres •Chacune avait une petite cour intérieure bordée de pièces aux portes basses et aux murs aveugles •Dans la cour se jouait la majeure partie de la vie quotidienne •Les maisons des quartiers riches étaient similaires mais s’élevaient parfois sur deux niveaux, un balcon en bois ouvrant sur la cour intérieure. •Utilisation de la brique comme matériaux de construction oModèle réduit en terre cuite d’une maison, IIIe millénaire av. J.-C.
  • 42. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La brique: • Le matériel le plus abondant en Mésopotamie est la boue mélangée avec de la paille et séchée au soleil pour se transformer en brique • Avantage: matériel très abondant et facile à fabriquer – bon isolant de la chaleur • Inconvénient: problème d’érosion • Brique cuite au feu est beaucoup moins utilisée (nécessitant l’importation du bois pour la cuisson), elle n’est utilisée que pour les parties externes du bâtiment oFabrication au Nigéria oFabrication au sud de Bagdad oFabrication en Egypte
  • 43. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE 3. Deuxième urbanisation sumérienne au IIIe millénaire (Ur, Eridu, Uruk, Lagash, Nippur, Kish, Assur, Khafadje, Mari) •Temples et palais se partagent les fonctions idéologiques et de gouvernement , faisant apparaître des zones urbaines. oKish, palais A (milieu du IIIe millénaire), oKhafadje (rive gauche de la Diyala), temple ovale (2750 – restitution axonométrique 2600 av. J.-C.), restitution en perspective
  • 44. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Sumer, époque d’Ur •Trois sites principaux dans chaque ville: le temple principal, généralement ceint de murs. Ensuite le palais abritant le seigneur et enfin le port permettant d’accueillir le trafic fluvial. •A cette époque, et une fois renforcés les dispositifs administratifs et militaires, l’ambiguïté fonctionnelle du « temple » semble disparaître. •Fleurissement des palais qui reflètent le rôle dirigeant de leurs occupants. oLa ville d’Ur, avec ses trois principaux sites
  • 45. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Les palais oPalais de Mari, 1800, vue générale des fouilles
  • 46. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La « maison de Zimrilim Le palais de Mari (autour de 1800) est constitué de deux grandes cours centrales, entourées de pièces plus petites, d’étendue variable, avec leurs murs, leurs ouvertures et leurs couloirs: salle du trône, pièces de cérémonies, chambres et « bureaux », réserves et cuisines… La partie visible se trouvait comme doublée, par-dessous, d’un système remarquablement perfectionné de conduits et puisards pour l’évacuation des eaux usées.
  • 47. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Ce palais faisait rêver ses contemporains, même au loin. Dans ses diverses pièces ont été retrouvées des milliers de tablettes d’archives, et en particulier d’innombrables lettres et « papiers d’affaires » officiels, malheureusement en désordre et dispersés au moment de la conquête de la ruine du royaume de Mari (vers 1750)
  • 48. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La grande Ziggurat d’Ur, Irak, vers 2000 av. J.-C., Briques d’argile, Vue aérienne
  • 49. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE
  • 50. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE oReconstitution de l’aspect initial de la Ziggurat d’Ur, d’après les travaux de Sir Leonard Wooley et des fouilles d’archéologues récentes
  • 51. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE oLa grande Ziggurat d’Ur, Irak, vers 2000 av. J.-C.
  • 52. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Voici la Ziggurat, telle qu’on pouvait se l’imaginer à la fin du siècle dernier, selon un schéma détaillé que les fouilles n’ont guère confirmé. On y voit, du moins, au sommet, le petit sanctuaire dont nous ne connaissons l’existence que par les textes. La masse interne de cet énorme édifice était régulièrement faite d’un remplissage de briques crues, les lots étaient séparés à intervalles réguliers, par de minces couches de roseaux nattés
  • 53. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Assyrie et Babylone, les empires •Première dynastie: centralisation accrue du pouvoir et séparation de la royauté de toute investiture divine – traces d’architecture enfouies sous la Babylone du Nouvel Empire – reste encore le témoignage indirect de l’existence de la ziggurat Etemenanki, près du temple de Marduk (Esagila), symbole de « Maison du fondement du Ciel et de la Terre » oBabylone, Restitution en maquette de la Ziggurat Etemenanki, (VIIe– VIe Siècle av. J.-C.)
  • 54. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE •L’apogée de l’architecture néo-babylonienne (625 – 539 av. J.-C.) a pris un caractère légendaire: le grand système de fortifications de Babylone et ses portes, la citadelle, ses palais et ses jardins royaux (palais de Nabuchodonosor), ainsi que les temples qui s’élevaient en son centre (temple de Marduk, ziggurat), parurent d’une telle splendeur qu’ils méritèrent de figurer parmi les Sept Merveilles du monde. oVue partielle des ruines de Babylone. De l’énorme cité, il ne subsiste donc qu’un immense champ de restes de murs écroulés, de bâtiments démolis.
  • 55. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Les murs de Babylone La porte d’Ishtar, située sur la voie processionnelle dans l’enceinte de Babylone, était décorée de briques émaillées figurant des taureaux et des dragons
  • 56. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Porte d’Ishtar restaurée, Babylone, vers 575 av. J.-C., Briques vernissées
  • 57. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La muraille longeant l’Euphrate à Babylone ; à l’arrière-plan, la ziggourat, ou « Tour de Babel »
  • 58. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE L’enceinte extérieure, triangulaire, renferme partiellement l’enceinte rectangulaire de la ville
  • 59. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE Nouvelle conception de la Royauté La prééminence de Babylone Code des lois d’ Hammourabi, roi de Babylone, vers 1760 av. J.-C., stèle apportée de Babylone à Suse au XIIe siècle, basalte, H : 2,25 m
  • 60. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE I FACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 201220/03/MÉSOPOTAMIE La lionne blessée, détail d’un bas-relief provenant du palais de Ninive, VIIe siècle av. J.-C., calcaire, h : 61 cm