SlideShare une entreprise Scribd logo
PortEcho | N°51
2
DU CÔTÉ DES QUAIS
PortEcho | N°51 3
DU CÔTÉ DES QUAIS
SOMMAIRE
34. TRAFIC MARITIME
36. MOUVEMENT
DES NAVIRES
37. ANNUAIRE DES MARÉES
46. ACTUS EN PHOTOS
47. LOISIRS
11.EXTENSION DU PORT DETOAMASINA,
UN ENJEU ÉCONOMIQUE MAJEUR
12.ACHÈVEMENT DE L’EXTENSION
DU BRISE-LAMES
14.MUR DE PROTECTION MARITIME
DU PORT DETOAMASINA
15.DESTRAVAUX DE NUIT POUR
L' ACCÉLÉRATION DES CHANTIERS
16.LIVRAISON IMMINENTE DE LA PREMIÈRE
PARTIE DUTERMINAL À CONTENEURS
HASTIE
17.FUTUR QUAI C4,
PILIER DE L'EXTENSION PORTUAIRE
18.L’ÉCONOMIE DU FUTUR
19.FORMATION AVEC DAMEN :
UN PAS EN AVANT POUR LA SPAT
20.L’AIVP DEVENISE :
POUR UNEVISION COMMUNE
DE L’AVENIR
21.RENFORCEMENT DU LIEN
PORT-CITOYEN-VILLE
22.LES PORTS À L’ÉPREUVE
DE LA DÉCARBONATION
23.HYDROTUG 1, PREMIER REMORQUEUR
HYDROGÈNE AU MONDE
04. ÉDITORIAL
ÉCONOMIE
Directeur de Publication
AVELLIN Christian Eddy
Comité de Rédaction
Liliane MELQUIOND-ZAFINIRINA
Natacha TSILANGOY
Noeline RAHARINANTENAINA
Infographie & photos
Johany Marino HARINDRATSIMBA
Edition ECOPRIM
TEL: 020 22 320 89
FAX: 020 22 690 87
Zone Industrielle Nord des hydrocarbures
Ankorondrano
e-mail: commercial@sitram-ecoprim.com
D.L N° 1824/01/2024
Nombre de tirage: 500 exemplaires
ÉVÈNEMENT
SANTÉ
42. LETOURISME MÉDICAL
À L’HONNEUR
SPORT
43.TOURNOI DE NOËL
DE LAWNTENNIS
ÉDUCATION & CULTURE
44. LA SURPRENANTE FAUNE,
TOURISTIQUE
ET COMMUNICATRICE
38. APF-SPAT ÀVATOMANDRY :
CRÉATION D’UN ESPACE
DE SOLIDARITÉ
40. JOURNÉE INTERNATIONALE
DE LUTTE CONTRE
LA CORRUPTION ÀTOAMASINA
24.ENTRAÎNEMENT DE SÛRETÉ PORTUAIRE
25.STRATÉGIE NATIONALE DE L’ÉCONOMIE
BLEUE
26.CAMPAGNE LITCHIS 2023,
TOUT LE MONDE EN A PROFITÉ
27.LA PROMOTION « MANDRESY »
AU PORT DETOAMASINA
06. DIXIÈME ANNIVERSAIRE DE LA CEINTURE ÉCONOMIQUE
ET DE LA ROUTE MARITIME DE LA SOIE
ENVIRONNEMENT
29.PRÉSERVATION DE L'ÉCOSYSTÈME
MARIN AUX NORMES
ENVIRONNEMENTALES
DU CÔTÉ DES QUAIS
30.LOGOS HOPE ÀTOAMASINA,
UNVOYAGE DE SAVOIR
ET DE SOLIDARITÉ
32.A BORD DU PAQUEBOT DE LUXE
« LE CHAMPLAIN »
EDITO
EDITO
EDITO
Éditorial …
4
L'écosystème évolue, et les défis auxquels nous sommes confrontés deviennent de plus en plus
complexes. Dans ce contexte, il est impératif de rester attentif aux opportunités, en adoptant
une attitude positive tout en restant réaliste grâce à une interaction fructueuse entre le gouvernement
et les entreprises.
Le secteur privé est le moteur clé de la croissance économique, aussi un dialogue efficace avec
le gouvernement crée un environnement propice aux investissements privés, stimule la croissance
économique et la création d'emplois. Il en est de même de l'innovation favorisée par la collaboration
entre le public et le privé. Les entreprises privées, avec leur capacité à apporter des idées novatrices,
peuvent bénéficier du soutien du gouvernement par le biais de politiques d'incitation et de réglementations
appropriées.
La réalisation de projets d'infrastructure d'envergure dans le domaine des transports, de l'énergie et des
télécommunications,requiertsouventuneétroitecollaborationentrelesdeuxsecteurs.Cettecoopération
assure une excellente planification, d'importants investissements et des résultats durables.
Le partenariat public-privé en mobilisant une diversité de ressources, de compétences et de connaissances
aboutit généralement à des solutions efficaces. Une approche intégrée est ainsi très appropriée pour relever
les défis sociétaux complexes, tels que le changement climatique, la santé publique et la pauvreté.
L'utilisation judicieuse des ressources ainsi que l'application des principes de transparence, de responsabilité
et de participation du secteur privé dans les processus décisionnels renforcent la gouvernance publique.
Le secteur privé, en travaillant de concert avec le public, peut jouer un rôle clé dans le développement durable
en intégrant des pratiques commerciales responsables et des initiatives sociales. Un environnement avec un
dialogue public-privé bien établi rend un pays ou une région plus attrayant pour les investisseurs étrangers,
renforçant ainsi la compétitivité économique.
Dans un paysage en mutation rapide, le dialogue public-privé émerge comme une force motrice essentielle pour
surmonter les défis, exploiter les opportunités et promouvoir le développement durable.
Liliane Melquiond-Zafinirina
L’ÉCOSYSTÈME CHANGE
ET LES CHALLENGES SONT COMPLEXES
ORIAL
5
The ecosystem is changing, and the challenges which we face are becoming increasingly
complex. In this context, it is imperative to remain attentive to opportunities by adopting
a positive realistic attitude through fruitful interaction between government and businesses.
The private sector is a key driver of economic growth. Effective dialogue with the government
creates an environment conducive to private investments, stimulates economic growth,
and job creation. Innovation is also fostered through collaboration between the public and
private sectors. Private companies, with their ability to bring innovative ideas, can benefit
from government support through favorable incentive policies and appropriate regulations.
The implementation of large-scale infrastructure projects in the fields of transportation, energy, and
telecommunications often requires close collaboration between the two sectors. This cooperation
ensures excellent planning, significant investments, and sustainable outcomes.
Public-private partnerships, mobilizing a diversity of resources, skills and knowledge, generally lead
to effective solutions. An integrated approach is highly suitable for addressing complex societal
challenges such as climate change, public health, and poverty.
The judicious use of resources, along with the application of transparency, accountability, and private
sector participation principles in decision-making processes, strengthens public governance.The private
sector, working in concert with the public, can play a key role in sustainable development by integrating
responsible business practices and social initiatives. An environment with a well-established public-
private dialogue makes a country or region more attractive to foreign investors, thereby strengthening
economic competitiveness.
In a rapidly changing landscape, public-private dialogue emerges as an essential driving force to overcome
challenges, harness opportunities, and promote sustainable development.
Liliane Melquiond-Zafinirina
THE ECOSYSTEM IS CHANGING,
AND THE CHALLENGES ARE COMPLEX
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
6
DIXIÈME ANNIVERSAIRE
DE LA CEINTURE ÉCONOMIQUE
ET DE LA ROUTE MARITIME DE LA SOIE
La Route de la Soie, vieille de deux millénaires, a évolué pour
devenir la Ceinture Économique et la Route Maritime de la Soie
du 21e
siècle. « La ceinture et la route », également appelée
BRI (Belt and Road Initiative), lancée en 2013 par le Président
chinois Xi Jinping vise à renforcer la connectivité mondiale
et à favoriser la coopération économique et commerciale
internationale. L'objectif est de rééquilibrer les inégalités de
revenus et de développement inhérentes à la mondialisation,
en promouvant des investissements, notamment dans les
infrastructures, le long des itinéraires de la Route de la Soie.
Dans le contexte actuel, où l’économie mondiale peine à se
redynamiser avec, entre autres, l'impact continu de la crise
financière internationale liée au choc de la pandémie de
Covid-19 et aux conséquences du conflit ukrainien, ainsi que
les changements complexes et significatifs, cette initiative
à laquelle à adhérer de nombreux pays a toute sa place à
travers une coopération gagnant-gagnant en consolidant les
partenariats et en créant un réseau intégré d'interconnexion
entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique.
Kaliva / Shutterstock
Détail d'une carte nautique (portulan) représentant une caravane empruntant la route de la soie au XVIe
siècle
JOSSE / LEEMAGE
Le Président chinois, Xi Jinping
PortEcho | N°51 7
ÉCONOMIE
Madagascar qui figure parmi les
premiers pays africains à avoir signé un
mémorandum d'entente en 2017, est
pleinement engagé dans la construction
conjointe de la Ceinture et de la Route.
Aussi,aucoursdecesdernièresannées,
particulièrement de 2013 à 2023,
la coopération sino-malgache s’est
bonifiée et n’a cessé de s’intensifier.
La Chine demeure le premier partenaire
commercialdeMadagascarsurplusieurs
années consécutives avec 1 689 millions
de dollars d'échanges en 2022. Les deux
pays continuent de travailler main dans
lamainpourundéveloppementcommun.
Le stock des investissements directs
(IED) chinois dans la Grande île se
situait, fin 2021, autour de 323 millions
de dollars US. Lors de la célébration
du 50e
anniversaire de l’établissement
des relations diplomatiques entre les
deux pays, l’ambassadeur de Chine à
Madagascar, a d’ailleurs mis en exergue
les grands projets de coopération dans
divers domaines prioritaires tels que
la sécurité alimentaire, la sécurité
énergétique, la connectivité numérique,
la construction d’infrastructures, la santé
publique, le sport et le renforcement
des capacités.
RENFORCEMENT DE LA
CONNECTIVITÉ MONDIALE
Le développement d’un pays n’est pas
figé dans un échange économique
bilatéral exclusif. Il se construit à travers
des relations économiques diversifiées.
La construction de la Ceinture et de
la Route de la Soie, avec ses impli-
cationsgéopolitiques majeures, renforce
l'influence économique et politique de la
Chinedansdiversesrégionsdumondeet
crée de nouvelles alliances stratégiques.
Avec sa politique fondamentale d’ouver-
ture sur l'extérieur, ses relations se
développent tous azimuts. La Chine
ambitionne de s'intégrer de façon
approfondie au système économique
mondial. Faire progresser la construc-
tion de la Ceinture et de la Route
est pour elle une nécessité et en
même temps une opportunité.
Elle élargit son ouverture d'une part,
et redynamise sa coopération mutuelle-
ment bénéfique avec tous les autres
pays d'autre part.
Cérémonie d'ouverture du troisième " Belt and Road Forum " à Pékin, le 18 octobre 2023, marquant le 10e
anniversaire
de la Ceinture Economique de la Route de la Soie
YUE YEUWEI / XINHUA
Colloque sur le 50e
anniversaire de la coopération sino-malagasy le 25 octobre 2022 au Carlton Anosy
ENAM / MADAGASCAR
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
8
Ce qui implique toutefois plus de
responsabilités et de devoirs dans
la mesure de ses capacités afin de
contribuerdavantageaudéveloppement
pacifique de l'humanité.
La politique de la route de la soie prône
la non-ingérence dans les affaires
intérieures des pays. Aussi, la Chine ne
s’aventure pas à imposer sa volonté aux
autres, et notamment à ses partenaires
africains. Les rapports gagnants-
gagnants, la priorisation des intérêts
communs,lapréservationdelaconfiance
réciproque ainsi que la promotion
des échanges culturels mutuellement
enrichissants constituent la trame de
la coopération économique redyna-
misée par la construction conjointe de la
Ceinture et de la Route. Cette dernière
favorise, en effet, l'interconnexion entre
les continents asiatique, européen
et africain ainsi que les mers et océans
adjacents. Elle met en place un réseau
d'interconnexion intégré, tous azimuts
et à divers niveaux, et réalise un
développement diversifié, autonome,
équilibré et durable des pays riverains.
La planification des escales au sein
des ports devient ainsi, inévitablement
un enjeu majeur. Le trajet habituel d'un
porte-conteneurs, au départ de la Chine
et se dirigeant vers l'Europe continentale,
la congestion des ports, et la nécessité
d'économiser du carburant sont autant
de variables importantes à prendre
en compte.
POUR L’OPTIMISATION EFFICACE
DES ITINÉRAIRES MARITIMES
De nouvelles routes commerciales se
dessinent à l'échelle mondiale, avec
l’émergence économique des pays
d’Asie. Pour pouvoir suivre le rythme et
profiterdecettecroissance,denombreux
ports se sont dotés de plan d’extension
pour pouvoir accueillir des navires
de grand tonnage et offrir des prestations
de qualité dans un délai raisonnable.
Le déchargement des marchandises
prend ainsi moins de temps, ce qui a un
impact sur les opérations portuaires
et sur la fiabilité de leur programmation.
Une optimisation efficace des itinéraires
permet alors à une compagnie maritime
deprévoiravecprécisionl’heured’arrivée
d’un navire au port de destination, de
gagner du temps, de réduire les coûts,
d’économiser du carburant et de limiter
l’ampleur de la pollution. Comme il est
de plus en plus incontournable que les
passe par plusieurs arrêts dans les ports.
Cequicompliquelagestiondesitinéraires
du circuit pour les armateurs et les
clients. Les conditions météorologiques,
La voie ferrée Addis-Abeba-Djibouti, premier chemin de fer transfrontalier du continent africain,
un des projets phares de la " Belt and Road Initiative"
Yasuyushi Chiba / Getty Image
Le canal de Suez en Egypte, parmis les itinéraires de la nouvelle route de la soie
Shutterstock
PortEcho | N°51 9
ÉCONOMIE
navires soient conçus selon les
recommandations pour une meilleure
efficacité énergétique.
Le port deToamasina n'estpasen reste,
vu son emplacement géographique qui
pourrait par la suite être géostratégique
de par sa position sur cette nouvelle
ceinture de route maritime mondiale.
De même, avec cette nouvelle route de
la soie, l’on s’attend à une redistribution
descartes,surtoutque la mondialisation
de l’économie fait pencher la balance
vers l’Est et l’Afrique.
L'interconnexion milite pour une inter-
action au niveau des stratégies de
développement des pays riverains
qui mettra en avant les potentialités
des marchés dans la région, stimulera
l'investissement, la consommation et
les emplois. Par ailleurs, il intensifiera
les échanges culturels des peuples
riverains et l'inspiration mutuelle de
leurs civilisations pour une vie harmo-
nieuse, paisible et aisée.
L'initiative de la construction conjointe
de la Ceinture et de la Route correspond
parfaitement au courant de notre
époque, à savoir la multi polarisation et
la mondialisation économique, la diversi-
fication culturelle et l'informatisation
sociale. Elle préconise la coopération
régionaleouverteetviseàsauvegarderle
système de libre-échange et l'économie
mondiale ouverte. Cette initiative a pour
but de réaliser une circulation ordonnée
et libre des facteurs économiques
ainsi qu'une distribution efficace des
ressources et une intégration profonde
du marché, de favoriser la coordi-
nation des politiques économiques des
pays riverains, de mener une coopéra-
tion régionale plus approfondie, à plus
grande échelle, à un niveau plus élevé,
et de créer ensemble une architecture
de coopération économique régionale
qui soit ouverte, inclusive, équilibrée
et bénéfique à tous.
Construire ensemble la Ceinture et
la Route, d'une part, correspond aux
intérêtsfondamentauxdelacommunauté
internationale, et d'autre part, reflète
l'idéal et l'aspiration communs de
l'humanité. Cela s'inscrit dans les efforts
visant à explorer de nouveaux modes
de coopération inter-nationale et de
gouvernance mondiale, et joue un rôle
positif pour le développement pacifique
du monde.
L’accélération de la construction de la
Ceinture et de la Route tout en reflétant
les idéaux et les aspirations communes
de l'humanité contribue à la prospérité
économique des pays riverains et au
bénéfice de tous les peuples.
Liliane Melquiond-Zafinirina
Chantier du pont Magufuli, sur le lac Victoria en Tanzanie,
dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR)
Xinhua/Herman Emmanuel
Le Port de Toamasina
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
10
LE SAVIEZ-VOUS ?
MADAGASCAR SUR LES
ROUTES MARITIMES DE LA SOIE
Du IXe
au XIIe
siècle de notre ère, les
marchands de la péninsule arabique et
du plateau iranien ont commencé à se
lancer dans un vaste commerce avec
la côte Est-africaine, notamment entre
1200 et 1500.Au cours de cette période,
des navires ont traversé l'océan Indien,
la mer Rouge et le golfe Persique
transportant des marchandises impor-
tées et exportées sur les Routes
maritimes de la Soie entre les Indes
orientales, la Chine, le sous-continent
indien, le plateau iranien et l'Afrique
de l'Est. Les matériaux exportés
d'Afrique de l'Est comprenaient
de l'or, des outils en fer, de l'ivoire, des
carapaces de tortue et des cornes
de rhinocéros. Ces marchandises
parcouraient de vastes distances allant
de la péninsule arabique, au sous-
continent indien et à la Chine, tandis
que le coton et les perles de verre
importés du sous-continent indien,
la soie et la porcelaine de Chine et
la poterie de la péninsule arabique
entraient en Afrique. Cette activité
marchande a conduit à la création d'un
certain nombre de villes sur la côte
Est-africaine dans ce qui est aujourd'hui
la Somalie, le Kenya, la Tanzanie
et le Mozambique, reliant même
l'océan Indien à l'île de Madagascar.
Ce commerce a facilité un grand
brassage de cultures dont les résultats
restent évidents aujourd'hui, notamment
dans la culture swahili, mais aussi dans
de nombreuses autres cultures du littoral
Est-africain. (…)
La poterie et la porcelaine découvertes
sur les sites archéologiques de l'île
révèlent des contacts potentiels entre la
Chine et Madagascar établis dès le Xe
siècle. Les marchandises de la Chine
telles que la porcelaine et la poterie
ont été transportées vers la péninsule
arabique, puis vers l'Afrique de l'Est.
Ces résultats indiqueraient des
contacts via le commerce des Routes
de la Soie entre Madagascar et la
Chine, contacts qui seraient antérieurs
au voyage de l'explorateur Zheng He
vers la côte africaine au XVe
siècle.
Ultérieurement vers 1500, des
marchands européens sont arrivés
à Madagascar attirés par le coton de
haute qualité, les palmiers en raphia et
les textiles de soie produits localement
par des artisans qualifiés. Au début du
XVIe
siècle, des récits de navigateurs
portugais rapportaient l'existence d'un
certain nombre de villes côtières de
Madagascar qui présentaient des
similitudes architecturales avec Kilwa
Kisiwani, le célèbre port maritime de
ce qui est aujourd'hui la Tanzanie, visité
par le grand érudit et voyageur des
Routes de la Soie, Ibn Battuta en 1330.
Ces villes de Madagascar résultaient
du réseau commercial arabe à travers
l'océan Indien occidental, l'une des
plus grandes villes était Vohémar, une
colonie commerciale fondée au XIIIe
siècle dans le Nord-Est de l'île qui, en
plus d'être un centre du commerce des
Routes maritimes de la Soie, abritait
ses propres traditions artistiques et
artisanales mêlant des influences
arabes, africaines et asiatiques.
Au début du Moyen Âge, les Routes
maritimes de la Soie se sont considéra-
blement développées grâce aux
progrès techniques de la navigation,
de l'astronomie et de la construction
navale, qui se sont combinés pour
rendre les voyages en mer de plus en
plus pratiques pour l'activité mercantile.
Ainsi,desvillesaniméescôtièresreliées
via l'océan Indien se sont développées
autour des ports fréquemment visités
le long de ces routes, en Afrique de
l'Est, elles comprenaient Zanzibar,
Kilwa Kisiwani, ainsi que des sites de la
Somalie, du Kenya et du Mozambique
modernes, et dans l'océan Indien,
l'île de Madagascar. Ces villes
devinrent à leur tour de riches centres
d'échange de marchandises, d'idées,
de langues et de croyances, avec de
grands marchés, des populations de
commerçants et marins en constante
évolution, reflétant ainsi les nombreux
échanges des Routes maritimes de
la Soie. (…) https://fr.unesco.org/silkroad/
content/le-saviez-vous-madagascar-sur-les-
routes-maritimes-de-la-soie
Une toile représentant le Grand Amiral Zheng He durant sont expédition en Afrique
Caravan Daily
PortEcho | N°51 11
ÉCONOMIE
Les travaux incluent la construction
d'un nouveau quai de 470 m de long
et de -16 m de profondeur, capable
d'accueillir des cargos de grande
envergure. Des milliers de blocs
d'absorption d'eau en béton ont été
fabriqués sur place, dont une grande
partie est utilisée pour le prolongement
dubrise-lamessur345m.Lefinancement
substantiel de ce projet colossal provient
du Japon, contribuant à hauteur de 65%
du coût total, sous la forme d'un prêt
remboursable sur 40 ans, estimé à
639 millions de dollars.
À proximité du port, sur la plage,
des jetées en béton sont en cours
d'installation pour protéger le littoral
des aléas climatiques tels que la houle
et les cyclones. Le deuxième projet,
baptisé "Miami", vise à embellir et à
réaménager le bord de mer. Selon
les autorités locales, l'extension du
port favorisera la connectivité de
Madagascar avec l'Afrique et l'Asie,
représentant un enjeu économique
majeur pour Toamasina, mais aussi
pour l'ensemble du pays, voire pour
toute la région de l'océan Indien.
La population locale est la principale
bénéficiairedecestravaux.Laconstruction
des jetées sur le littoral témoigne déjà de
l’impacttangibledeschangementsfuturs.
Il n’en demeure pas moins vrai que toute
action de développement, tout grand
projet comme celui de l’extension du port
de Toamasina suppose des sacrifices,
requiert une résilience considérable.
Mais une fois les chantiers achevés, de
EXTENSION DU PORT DE TOAMASINA,
UN ENJEU ÉCONOMIQUE MAJEUR
L’agrandissement du port de Toamasina, actuellement en cours, est un des projets les plus
significatifs entrepris par l'État et l'Autorité Portuaire. Cette transformation implique des coûts
financiers, des ajustements opérationnels et des perturbations temporaires, mais entraînera des
améliorations potentielles en termes d'efficacité, d'adaptation aux nouvelles réalités du marché
et de croissance durable sur le court, moyen et long termes. L'année 2019 était une année
record juste après la réalisation du terre-plein de 10 ha sur fonds propres de la SPAT pour la
MICTSL. En 2023, le port a géré environ 220 000 conteneurs, un chiffre qui pourrait quadrupler
d'ici 2035. Le projet d'extension, ajoutant 25 ha aux 70 ha existants, prévoit initialement d'élargir
la zone de stockage des conteneurs sur une superficie totale de 10 ha d'ici 2026.
DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LE BIEN-ÊTRE COLLECTIF
nouvelles opportunités pour le bien-être
collectif se créeront.
Enfin, dans cette période de transition
vers des pratiques plus durables,
les ajustements significatifs dans les
modes de vie et les investissements
considérables dans des technologies
respectueuses de l'environnement sont
nécessaires, et valent indéniablement la
peine pour un avenir durable et prospère.
Les changements à l'échelle nationale
ou internationale, bien que réclamant
des efforts collectifs sont justifiés par les
avantagespotentielstelsqueladurabilité,
la préservation de l'environnement et le
bien-être commun.
Liliane Melquiond-Zafinirina
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
12
Débuté en mars 2021 et officiellement achevé à la fin de novembre 2023 dernier, le prolongement
du brise-lames du Port de Toamasina est considéré comme une prouesse technique colossale
dans l'histoire de l'ingénierie côtière. Sa longueur totale atteint 345 m dans sa section de coiffe
en béton et 109 m à la jonction avec la digue existante. La coiffe majestueuse, s'élevant à 12 m
de hauteur et s'étalant sur 12 m de large, a surmonté des défis considérables pour devenir
un symbole de réussite technologique des travaux d’extension.
TRIOMPHE TECHNIQUE
ACHÈVEMENTDEL’EXTENSIONDUBRISE-LAMES
PortEcho | N°51 13
ÉCONOMIE
« Tout au début de cette aventure
technique, nous avions eu à faire
face aux caprices du béton, exposé
aux rigueurs du climat tropical. Les
températures élevées, combinées à la
chaleur générée durant le durcissement
du béton, ont entraîné des fissures
menaçant l'intégrité de la structure.
Il a fallu un ajustement ingénieux dans
la formulation du béton et une vigilance
accrue tout au long du processus de
coulage pour venir à bout de ces
dangers et maîtriser la situation »
se remémore Ito Masafumi, Designer
du brise-lames de l’Ecoh Corporation.
Sho Takeda, ingénieur en brise-lames,
quant à lui, raconte que les aléas
météorologiques n’ont pas facilité
leur tâche. En 2022, deux cyclones et
une série de tempêtes tropicales ont
défié les constructeurs en emportant
des rochers déjà installés. Il a fallu
plusieurs mois pour les restaurer.
La mission du navire de construction
dans l'océan Indien a été également
entravé par des hauteurs de vague
inattendues. Grâce, entres autres, à
une extension des heures de travail et
l'utilisation de grues supplémentaires.
« Mais l'équipe a surmonté ces épreuves
avec une détermination sans faille »
affirme-t-il fièrement.
Les préoccupations environnementales
ont conduit à l'intégration de matériaux
innovants. Les blocs de pierre de
différentes tailles et les blocs en béton
d'absorption des vagues (dolos)
et d'armure (permex) sont devenus
les pièces maîtresses de cette œuvre
d'ingénierie (voir PortEcho N°50).
LeJapon,avecdesconditionssimilairesà
Okinawa, a inspiré ces choix, explique le
Designerdubrise-lames.Bienquelequai
C4 soit encore en cours de construction,
les avantages du nouveau brise-lames
sontdéjàperceptibles.Lameràl'intérieur
de la digue est nettement plus calme,
préfigurant la protection future du quai
contre les vagues de l'océan ouvert.
Austadedelaconceptionduprojet,toutes
les alternatives ont été minutieusement
étudiées pour pouvoir trouver la structure
la plus adaptée à Toamasina.« L’option
finalement retenue tient compte des
éventuelles évolutions du niveau de la
mer et des schémas météorologiques
liés au changement climatique.
Les hauteurs de vague planifiées pour
une période de retour de 50 ans, offrent
une marge de manœuvre pour pouvoir
ajuster la digue à l'avenir, assurant ainsi
sa stabilité face aux défis climatiques
en évolution constante » explique Ito
Masafumi.Lasurveillancedel'efficacitéet
del'intégritéstructurelledemeuretoujours
une priorité notamment après chaque
saison des cyclones.
A l'achèvement total de l’ensemble du
projet, une équipe d'évaluation, soutenue
par JICA, étudiera l'efficacité globale de
cetteprouessetechnologique.Ainsi,cette
digue, érigée pour résister au temps et
aux éléments, s'inscrit comme une icône
d'ingéniosité dans le paysage maritime
de Toamasina.
Noeline Raharinantenaina
Opération de mise en place des derniers blocs de permex
Les blocs de dolos assurent la protection des infrastructures
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
14
Le travail de parapet est réalisé en deux
sections distinctes. Le mur s'étendant
sur environ 1,6 km le long de la zone de
remblaiement du Récif Hastie appelé
également HCY seawall est construit
avec des blocs de béton et de pierres
d’armure de 2 t. Tandis que la route
en gravier menant au brise-lames
après le Colas Seawall ou Breakwater
side seawall, d’une longueur d’environ
270 m, est faite de blocs de béton et de
tétrapodes. Ces nouveaux murs
protègeront les installations portuaires,
telles que le Terminal à Conteneurs
Hastie (TAC), la cour des conteneurs
C3 ainsi que les futures installations,
des impacts sévères des tempêtes
et aideront à la reprise en douceur
des opérations portuaires.
Les travaux avancent selon le calendrier
prévu, la moitié nord du mur et le côté
du brise-lame sont déjà achevés.
Le chantier de la moitié sud de la zone
TAC progresse à un rythme satisfaisant.
La conception du mur a été pensée avec
une attention particulière à la stabilité
maximale, tout en optimisant l'utilisation
des matériaux. Le béton et les roches
ont été privilégiés pour leur facilité
d'approvisionnement, leur économie et
leur durabilité. « Les défis techniques,
tels que la compréhension des vagues
lors des tempêtes et des conditions du
fond marin, ont été surmontés grâce à
une analyse approfondie des données
météorologiques et topographiques des 50
dernièresannées»expliqueTakedaSho,
ingénieur en brise-lames.
Ce projet ne se limite pas seulement à
renforcer la sécurité du port, il présente
aussi des avantages supplémentaires.
« Les données d'analyse des vagues,
recueillies pendant la conception du
mur, ont été partagées avec d'autres
projets, notamment la nouvelle route de
contournement du port, financée par un
donateur externe » nous confie toujours
l’ingénieur en brise-lames.
La construction du mur de protection
maritime est une avancée notable
dans la sécurisation des installations
portuaires tout en favorisant leur
résilience face aux mauvaises
conditions météorologiques. Un pas
significatif vers le renforcement et la
modernisation du port de Toamasina.
Noeline Raharinantenaina
Le projet d'extension du port de
Toamasina franchit une étape
majeure avec la construction
du mur de protection maritime.
Ce mur, essentiel à la sécurité
des installations portuaires, est
en cours de réalisation le long
de la zone de remblaiement
du récif Hastie.
MUR DE PROTECTION MARITIME
DU PORT DE TOAMASINA
PortEcho | N°51 15
ÉCONOMIE
Les avantages vont au-delà de la rapi-
dité. En effet, les travaux de nuit offrent
d'énormes avantages logistiques.Avec
la diminution du trafic, l’on n’est pas
confronté à des problèmes d’affluence.
Ce qui facilite le déplacement des tétra-
podes, le transport des rochers du récif
Hastieverslesbargesauniveaudubrise-
lames, le dragage et le remblaiement du
futur quai C4. Les chauffeurs de camion
sont les plus favorables aux travaux
nocturnes, car la circulation est plus
fluide témoignent-ils.
Pour Rova Emilien Ravoavy Randria-
nasolo, la nuit offre un calme propice
à une concentration accrue, et les
éclairages spéciaux mettent beaucoup
plus en évidence les contours des
ouvrages. « C’est plus plaisant de
travailler la nuit avec notamment la
brise des vagues. Nous n’avons pas à
supporter la chaleur parfois étouffante
de la journée » note ce Superviseur
Marine Réclamation qui affirme être
très motivé à prendre le relais des
travailleurs de jour.
Interrogésurlesdéfistechniques,leChef
de projet senior, Shinichi Nakayama,
souligne que la nuit ne pose pas de
difficultés particulières.Au contraire, sans
l'encombrement diurne, les opérations
sont plus aisées. « Tout est adapté aux
exigences techniques de ces travaux
nocturnes.Nosingénieursetsuperviseurs
sont positionnés de manière stratégique
pour assurer une coordination efficace
même sous les étoiles. Des mesures
spécifiques sont prises pour le bien-être
de ceux qui travaillent la nuit car nous
attachons une importance primordiale
àlasantédenosressourceshumaines»
précise-t-il.
Les travaux d'extension du port de
Toamasina progressent de manière
soutenue, marqués par des efforts
constants et une approche innovante.
Les nuits deviennent ainsi le théâtre de
changements concrets qui contribuent
à façonner l'avenir maritime de la région.
Noeline Raharinantenaina
Accélérer la construction tout en respectant les normes requises.
C’est l’objectif de l’institution des travaux de nuit lancés depuis
mars 2022 dans le cadre du projet d’extension du port de
Toamasina. Son impact est palpable sur le site du futur quai C4.
DES TRAVAUX DE NUIT POUR
L'ACCÉLÉRATION DES CHANTIERS
Opération de débarquement de pieux
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
16
LIVRAISON IMMINENTE DE LA PREMIÈRE
PARTIE DU TAC HASTIE
Cette extension est d’un intérêt vital
face à la forte concurrence entre les
ports de l'océan Indien. L'objectif est
d’augmenter la capacité de stockage
des conteneurs pour répondre à une
prévision de trafic cargo atteignant
1 000 000 EVP d'ici 2035, et d’adapter
les infrastructures aux porte-conteneurs
de 20 170 EVP.
Le Terminal à Conteneurs ou TAC
Hastie s’étend sur 10 ha. La première
partie sur 5 ha qui inclut un réseau
d'incendie, 6 ancres de grue RTG
pour les situations cycloniques,
6 hauts mâts d'éclairage et une sous-
station électrique, offrira une capacité
de stockage d'environ 6 910 EVP.
Ce qui accélèrera le processus de
traitement des conteneurs, allant du
débarquement au dédouanement,
tout en améliorant l'efficacité du
commerce maritime à Madagascar.
L'achèvement de cette première phase
des travaux atténuera l'impact des
travaux sur le quai C3 également en
cours de rénovation. La construction
de cette partie du terminal est faite
à partir de buses et de caniveaux en
béton armé préfabriqués selon des
normes américaines avec des moules
importés et des tests mécaniques. Les
prochaines étapes prévues concernent
l'édification de nouveaux quais pour
supporter les grues portiques sur rail
et la réalisation du TAC C4.
L'inauguration officielle du TAC Hastie
marquera une avancée significative
dans le renforcement des opérations
portuaires à Toamasina.
Noeline Raharinantenaina
La première tranche des travaux au niveau du Terminal à Conteneurs
Hastie entamée en avril 2022 est en voie d’achèvement après la
prise en compte des recommandations de l’inspection de
septembre 2023. Elle sera livrée en début d’année, en janvier
ou février 2024. Une étape cruciale dans le cadre de l’ambitieux
projet d'extension du Port de Toamasina visant à renforcer
sa compétitivité régionale voire internationale.
PortEcho | N°51 17
ÉCONOMIE
Le quai C4 répondra à un impératif straté-
gique : accueillir des porte-conteneurs
d'une capacité imposante, en passant
de 42 000 à 192 672 DWT (20 170 EVP),
renforcer l’efficacité logistique du port
en améliorant la fluidité des opérations
de débarquement des conteneurs. Pour
une manutention optimale, des grues
portiques sont prévues.
Ses caractéristiques techniques, comme
la construction sur des palplanches
de pieux tubulaires métalliques ancrés
dans du remblai rocheux jusqu'à -45 m
sous le fond marin, représentent une
transformation majeure par rapport
aux anciens quais en blocs de béton
superposés.
La réalisation du quai C4 n'a pas été sans
défi, notamment avec le mouvement
des pieux pendant la construction. D’où
le report de livraison par rapport au
calendrier initial. Toutefois, ces obstacles
ont pu être surmontés grâce à un recalcul
de la stabilité de la structure, en tenant
compte des conditions changeantes,
et à une adaptation méthodique du
processus de construction.
Actuellement,lestravauxaffichentuntaux
d'avancement estimé à environ 18%. Les
étapesencourscomprennentlaconstruc-
tion des poutres de couronnement en
béton,leremblairocheuxentrelesrideaux
de pieux tubulaires métalliques et des
pieux tubulaires métalliques d’ancrage,
et la mise en place de blocs de surcharge
pour le compactage du remblai.
Unefoisopérationnel,lequaiC4boosterala
croissance de toute la régionAtsinanana.
L'augmentation du trafic de conteneurs
entraînera une hausse des redevances
portuaires et stimulera l'économie
locale. Ainsi, il se positionne comme un
élément clé dans la modernisation et
le renforcement de la compétitivité du
Port de Toamasina, ouvrant la voie à de
nouvelles opportunités économiques
pour tous les districts de cette façade
orientale de la Grande île.
Noeline Raharinantenaina
Depuis la plage, de jour comme de nuit, l' intense activité des barges
à grue sur le futur quai C4 ne passe pas inaperçue. Cette nouvelle
infrastructure d’une longueur de 470 m avec une profondeur de -16 m
fait partie d’une des composantes fondamentales du projet
d’extensionduportdeToamasina.Unenécessitéfaceàladynamique
concurrentielle des ports de l'océan Indien.
FUTUR QUAI C4
PILIER DE L'EXTENSION PORTUAIRE
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
18
L’ÉCONOMIE DU FUTUR
La finance durable est en pleine expansion et devient un moteur de croissance pour les
entreprises. Considérée comme un moyen de mobilisation des ressources financières en
faveur de la croissance inclusive et de la protection de l’environnement, elle propose des
solutions financières permettant aux clients de développer leurs activités tout en s'inscrivant
dans une économie axée sur l'avenir. Le développement durable implique que les sociétés
humaines répondent à leurs besoins actuels sans compromettre la capacité des générations
futures à assurer les leurs. Ainsi, l'amélioration de la gouvernance d'entreprise et la promotion
de pratiques favorisant le développement responsable et durable sont devenues aujourd’hui
des préoccupations majeures pour bien des pays.
FINANCER DES PROJETS
RESPECTUEUX
DE L'ENVIRONNEMENT
Les obligations vertes, émises pour des
projets environnementaux tels que les
énergies renouvelables, et l'investissement
à impact, visant à générer des impacts
sociaux et environnementaux positifs en
plus des rendements financiers, sont
des outils clés. Le développement
durable organise la société de manière
à garantir son existence à long terme,
prenant en compte les impératifs
présents et futurs tels que la préservation
de l'environnement et des ressources
naturelles, ainsi que l'équité sociale
et économique. Il englobe trois dimen-
sions : économique, environnementale
etsociale,serapprochantdeplusenplus
de la résilience. Ainsi, la particularité du
développement durable est de se situer
au carrefour de ces 3 piliers.
AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ
ET LA PROSPÉRITÉ
ÉCONOMIQUE
Comment ces outils de financement
peuvent-ils améliorer la compétitivité,
l'efficacité et la prospérité économique
des entreprises à Madagascar, dans
la région de l'océan Indien, voire en
Afrique ? Tout d'abord, en facilitant
l'accès aux ressources financières
pour les entreprises adoptant des
pratiques durables, renforçant
ainsi leur compétitivité.Ensuite,
en intégrant la durabilité dans les
modèles commerciaux pour réduire
les risques environnementaux,
se conformer aux réglementations
et protéger la réputation des entre-
prises. De plus, adopter des pratiques
durables peut conférer un avantage
concurrentiel, car de plus en plus
d'acteurs privilégient les entreprises
responsables. Enfin, la quête du
développement durable stimule
l'innovation et l'efficacité, entraînant
des économies de coûts et une amélio-
ration de l'efficacité opérationnelle,
consolide la prospérité économique.
RÔLE DES ENTREPRISES DANS
LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE
De plus en plus d'entreprises sont
contraintes d'adopter les principes du
développement durable, notamment en
raison de lois les obligeant à mesurer et
rendre publics leurs impacts environ-
nementaux. Ainsi, elles ajustent leurs
pratiques pour améliorer leur impact sur
la planète, l'économie et la société où les
institutions publiques et autres acteurs
sont également concernés. Engager
la promotion de la finance durable et
soutenir les clients dans leur transition
vers des pratiques commerciales
durables renforcent non seulement
la compétitivité des entreprises, mais
contribuent également à la protection de
l'environnement et à la création d'une
économie inclusive pour l'avenir.
Liliane Melquiond-Zafinirina
PortEcho | N°51 19
ÉCONOMIE
La session a été dirigée successivement
par Vincent Ostrom, responsable de
formation auprès de DAMEN, et deux
formateurs,JochemVanRietdeDAMEN
et Martin Brandsman de Pon Power.
La finalité de cette série de formation
était de développer les connaissances
et les compétences des participants en
matière d’entretien afin de garantir une
durée de vie plus longue et un temps de
fonctionnement accru des équipements.
Ces trois cadres ont pu découvrir les
fonctionnalités avancées des systèmes
et des équipements.
Le transfert de connaissances s’est
déroulédemanièrepratiqueetimmersive,
mettant l’accent sur la compréhension
approfondie de la documentation
connexe,notammentle«troubleshooting
guide », pour la recherche de pannes et
le dépannage. L’introduction à l’utilisation
de l’outil ET (Electronic Technician)
a été soulignée comme un avantage
significatif. De plus, des documentations
supplémentaires, ont été fournies en
guise de soutien à la formation.
Cette immersion a permis aux stagiaires
d’être plus outillés dans la recherche
de pannes et la résolution des problèmes
de manière opportune, notamment par
le test des capteurs et la vérification
des paramètres. Aussi, Tojoniaina
Razakandrainy Andianavalomandimby
affirme que l’obtention de ces outils
est indispensable pour une application
optimale des connaissances acquises
durant leur stage.
Grâce à de telle formation, ces méca-
niciens de la marine restent à la pointe
des technologies.
Natacha Tsilangoy
La collaboration entre la SPAT et DAMEN va bien au-delà de la simple maintenance des remorqueurs.
Elle englobe également un volet formation. Le contrat « Maintenance Contract » ou MC 6, avec le
soutien des entreprises DAMEN et PON CAT prévoit une étape sur site et une deuxième à l’extérieur
du pays. C’est ainsi que trois stagiaires qualifiés de la SPAT, le Chef du service Maintenance des
matériels flottants, Haja Heritiana Randrianasolomananana, les seconds mécaniciens de la Marine
Tojoniaina Razakandrainy Andianavalomandimby et Tsifa Joseph Robertho ont participé
à une formation intensive en moteur Diesel Marin et Groupe électrogène Caterpillar aux Pays Bas,
du 6 au 17 novembre 2023.
FORMATION AVEC DAMEN
UN PAS EN AVANT POUR LA SPAT
Formation dans les locaux de Pon Power-Papendrecht
Les trois stagiaires de la SPAT avec leurs formateurs dans les locaux de DAMEN
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
20
La Conférence Villes et Ports de l'AIVP
est une grande opportunité d’échange
d'expériences, de connaissances et de
points de vue notamment sur les défis à
relever pour une ville portuaire durable,
puis de présentation et de promotion des
projets en cours ainsi que des dernières
tendances et des solutions innovantes,
et enfin de raffermissement des liens de
coopération internationale. Rassemblant
destechniciensetdesexpertsrenommés
dans le domaine des villes et des ports,
cet évènement de taille est une occasion
à saisir pour rencontrer des collègues
des autres pays, développer le réseau
professionnel afin, entre autres, de tracer
de futures pistes de collaboration.
La mise en place d’un nouveau modèle
derelationentrelesinstitutionsportuaires,
les citoyens et les parties prenantes était
au centre des discussions pour pouvoir
surmonter ensemble les défis de plus
en plus urgents auxquels chaque ville
est confrontée, notamment dans un
contexte d'urgence climatique et, dans
certains cas, de crise économique et
sociale. Les ports, en tant que moteurs et
accélérateurs potentiels de la transition
verte, peuvent déployer des solutions
innovantes pour des villes plus durables.
Cependant,celaneserapossiblequ'avec
l'engagement actif des communautés
locales et des parties prenantes.
L'objectif ultime de cette initiative est
de créer des ports d'escale durables et
responsables,demultiplierlesretombées
économiques à l'échelle locale et de
mettre en valeur la culture des nations
autochtones. Pour atteindre cet objectif,
une alliance mondiale de l'innovation
sera formée afin de partager à l'échelle
internationale les bonnes pratiques et
les méthodologies des écosystèmes
portuaires.Ce réseau devrait être
lancé dans les mois à venir afin de
renforcer le rôle de l'activité portuaire en
accordant toute sa place au processus
de concertation préalablement engagé,
ainsi qu'aux plans de développement
stratégique des villes et des régions.
Comme l'a souligné le Président de
l'AIVP, Edouard Philippe, dans son
discours : "Si les tensions internationales
s'accentuent, c'est en grande partie dû
à une accélération du dérèglement
climatique et à une inquiétude crois-
sante quant à la capacité de notre
communauté internationale à respecter
sesengagementsenvironnementaux.(...)
Les villes portuaires sont les premières
à être impactées par le réchauffement
climatique, mais rappelons-nous qu'elles
sont aussi les premières à mettre en
œuvre des solutions ponctuelles ou
durables. (...) Il nous incombe à tous, en
tant que villes portuaires, de considérer
cette transition comme une priorité et une
opportunité afin de demeurer pleinement
acteurs de nos territoires. Nous avons
tous la responsabilité d'accompagner
et d'accélérer la décarbonation de
l'économiemaritime,encommençantpar
celle du transport maritime ».
Recueillis par
Liliane Melquiond-Zafinirina
C’est à Venise, en Italie, que les villes portuaires ont tenu leur grand rendez-vous annuel du 16 au
18 novembre 2023, placé sous le thème « Renforcer le lien port-citoyens : une vision commune
de l’avenir ». Face aux défis de développement de la chaîne logistique planétaire actuelle, les
acteurs du monde maritime entendent avancer ensemble, dans une même démarche, en faveur
du développement durable pour une perspective globale sur les enjeux actuels.
L’AIVP DE VENISE
POUR UNE VISION COMMUNE DE L’AVENIR
PortEcho | N°51 21
ÉCONOMIE
Ils peuvent être des moteurs de trans-
formation au niveau de la région. Lieux
privilégiés des échanges, ils sont
incontournables dans la compétition
internationale, ils devront se réinventer
pour équilibrer l’impératif de compétitivité
et l’urgence climatique, tout en s’assurant
de ne pas perdre ce lien de proximité
avec les citoyens.
Renforcer le lien et le dialogue entre
les ports maritimes et les riverains
est un facteur-clé de réussite permettant
un développement harmonieux dans
leur environnement. S’agissant du
dialogue des ports avec les riverains,
des dispositifs existent déjà à l’heure
actuelle, notamment via l’application
deschartesville-port.Ainsil’ensembledes
acteurs(État,collectivités,CCI,opérateurs
de terminaux, armateurs, communauté
portuaire, opérateurs économiques,
partenaires sociaux et associations
représentatives) peuvent échanger
sur une vision stratégique d’ensemble
dans un schéma de cohérence
d’aménagement et de développement
durable commun régulièrement mis à
jour. Avec l'institution de divers comités
(comité de pilotage, comité technique,
comité de concertation ville-port)
la concertation s'effectue à différentes
échelles, permettant notamment de tenir
comptedesenjeuxvis-à-visdesriverains.
Avec cette interactivité, il est possible de
s’adapter de manière souple et évolutive
aux besoins de dialogue et d’échange
avec les ports et de pouvoir commander
des études indépendantes.
Enoutre,les«portscenters»,descentres
d’information dédiés, constituent des
lieux d’ouverture sur la ville. Les riverains
ont ainsi la possibilité de mieux connaître
lefonctionnementdesportsetleurhistoire,
et d’échanger avec des professionnels
spécialement formés pour répondre à
leursquestionsetàleurspréoccupations.
Ces conseils de développement se
prononcent notamment sur la stratégie
du port et sa politique d’investissement
et animent la place portuaire.
Par ailleurs, les riverains sont systémati-
quement consultés dans le cadre des
grands projets, tant en phase d’oppor-
tunité, à l’occasion, le cas échéant, de
débats publics, qu’en phase opération-
nelle, lors des enquêtes préalables
à la déclaration d’utilité publique. Les
impacts sur l’environnement des projets
sont ainsi évalués et traités selon une
approche d’évitement, de réduction ou
de compensation. Dans ces conditions,
afind’éviterunesuperpositiond’instances
de gouvernance, il convient avant tout
de faire fonctionner les dispositifs de
dialogue déjà existants prévus à cet effet.
En effet, l’ensemble des outils actuels
à la disposition des ports permettent de
répondre de manière efficace et adaptée
aux besoins légitimes d’échanges entre
les ports et les riverains. C’est dans ce
dialogue renouvelé entre villes et ports
que les territoires de demain, ayant
entreprisleurtransition,vontseconstruire.
Les ports maritimes mais aussi fluviaux
tissent des relations entre les villes
littorales et leur hinterland. Parfois les
ports jouent aussi un rôle d’aménageur
du territoire et favorisent la coopération
entrelesespaces:coopérationlogistique,
économique,voirepolitique.Ilsfontentrer
les territoires dans une trame portuaire,
un réseau maillé, de la mer à la terre.
Liliane Melquiond-Zafinirina
Les ports sont des éléments structurants d’une ville, d’un territoire. La
relation entre les ports et les villes n’est ni simple ni linéaire. En tant que
porte d’entrée ou ouverture sur l’extérieur, le port relie les territoires
entre eux qu’ils soient fluviaux ou maritimes. Lieux à part, souvent
cœurséconomiquesetcentresdelavieurbaine,parfoisenclavésdans
la ville ou sources de nuisances, les ports sont toujours des espaces
reconnaissables et identifiés par les citoyens.
RENFORCEMENT DU LIEN
PORT-CITOYEN-VILLE
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
22
Une part significative des émissions
mondiales de dioxyde de carbone et
d’oxyde d’azote émane, en effet, du
transport de desserte dans les ports.
3% des émissions mondiales de gaz
à effet de serre (GES) sont attribuées
aux opérations portuaires tandis
que les poids lourds contribuent
à hauteur de 40% des émissions
totales d’un port.
Réduire l’empreinte carbone est un
challenge. Aussi, les ports s’activent
dans la transition écologique en
mettant en œuvre un ensemble
de mesures pour ne pas perdre des
parts de marché. Les clients et
les investisseurs sont de plus en
plus regardant sur les démarches
empruntées et les mesures prises en
vue de la baisse des émissions de
polluants. Ceux qui investissent dans
des pratiques et des procédés axés
sur l’efficacité énergétique seront les
mieux positionnées pour préserver
leur compétitivité. La décarbonation
des espaces portuaires se décline
en équipements adaptés et en logis-
tique appropriée. Préalablement à
l’adoption de l’alimentation électrique
à terre (OPS) qui constitue un énorme
investissement, il importe de mener
des études spécifiques portant, entre
autres, sur l’exploration et l’utilisation
des combustibles marins de substi-
tution ainsi que le développement
d’outils pratiques pour un soutage
sûr et efficace.
S’engager dans la transition vers
des énergies plus propres est une
exigence mais également une stratégie
gagnante pour les ports. En s’octroyant
la confiance des acteurs du marché
mondial, ils renforcent leur compétitivité.
Recueillis par
Natacha Tsilangoy
A l’échelle internationale,
le secteur maritime doit
suivre des réglementations
strictes et se conformer aux
normes édictées. En 2018,
l’O rganisation Maritime
Internationale a convenu d’un
accord de réduction de moitié
des émissions par rapport à
l’année 2008. Cinq ans après,
elle va plus loin et annonce
un objectif de neutralité
carbone d’ici 2050. Un défi
multidimensionnel où les ports
ont un rôle crucial à jouer en
étant un levier fondamental
de la décarbonation dont
les enjeux sont tout à la fois
techniques, économiques,
financiers et sociétaux.
LES PORTS À L’ÉPREUVE
DE LA DÉCARBONATION
Flickr
PortEcho | N°51 23
ÉCONOMIE
AvecleHydrotug1,CMB.TECHréaffirme
son rôle de leader international dans la
transition vers des navires propulsés
par des carburants respectueux de
l'environnement. Le Hydrotug 1 peut
fonctionner à la fois à l'hydrogène et
au carburant traditionnel, démontrant
ainsi magnifiquement le potentiel de la
transition vers une énergie propre dans
l'industrie maritime.
LA NAVIGATION À ZÉRO ÉMISSION
DE CARBONE
L'hydrogène est l'une des clés d'une
économie et d'une société avec un
impact climatique minimal et figure
en bonne place parmi les matières
premières et les sources d’énergie de
demain. Aussi, le port d'Anvers-Bruges
veut exploiter pleinement son potentiel
et s'engage à être un pionnier actif dans
l'économie de l'hydrogène à l'échelle
européenne. « Avec le Hydrotug 1,
premier remorqueur à hydrogène au
monde, nous voulons être une source
d'inspiration ainsi qu'un exemple
pour d'autres ports » affirme Jacques
Vandermeiren, PDG du port d'Anvers-
Bruges.
Le Hydrotug 1 est le premier remorqueur
au monde à être alimenté par des
moteurs à combustion brûlant de
l'hydrogène en combinaison avec
du carburant traditionnel. Il s'agit du
premier navire utilisant les moteurs
à double carburant BeHydro V12
de vitesse moyenne, fournissant chacun
2 mégawatts, avec le dernier traitement
des émissions de l'UE de niveau V.
Grâce à ces moteurs, le navire utilise
des carburants propres, entraînant
une réduction globale de 65 % de la
consommation de carburant tradi-
tionnel et des émissions associées
sur l'ensemble du cycle du remorqueur.
Le Hydrotug 1 peut stocker 415 kg
d'hydrogène comprimé dans 6 casiers
installés sur le pont, éliminant ainsi les
émissions équivalentes à celles de 350
voitures par an.
Alexander Saverys, PDG de CMB.TECH
a déclaré : « Le Hydrotug 1 est le
plus grand navire à hydrogène au
monde et il est fabriqué en Europe.
Nous sommes ravis et reconnaissants
d'avoir le port d'Anvers-Bruges comme
partenaire. Le port d'Anvers-Bruges
partage le même engagement que
CMB.TECH pour la décarbonation du
transport maritime et la démonstration
de technologies pouvant être mises
à l'échelle. Le Hydrotug 1 est une autre
grande avancée vers la navigation
à zéro émission de carbone et prouve
qu'il existe une industrie dynamique
de transition énergétique à Anvers,
en Belgique et en Europe ».
Leportd'Anvers-Brugesnourritl'ambition
de devenir la porte d'entrée énergétique
de l'Europe en tant que « port vert » et
pionnier en la matière. C'est précisément
pourquoi le lancement du Hydrotug 1 est
un moment significatif.
Le port d'Anvers-Bruges et CMB.TECH annoncent que le Hydrotug 1,
premier remorqueur à hydrogène, est prêt à être opérationnel
dans la zone portuaire d'Anvers. Une première mondiale entrant
dans les efforts pour verdir la flotte et atteindre la neutralité
climatique d'ici 2050.
HYDROTUG 1,
PREMIER REMORQUEUR
HYDROGÈNE AU MONDE
Recueillis par
Liliane Melquiond-Zafinirina
SPÉCIFICATIONS DU HYDROTUG 1
(TUG IMO 9940875,MMSI 205147000)
• Conception : CMB.TECH
• Dimensions :
- Largeur : 12,5 m, Longueur totale : 30 m,
- Profondeur moulée : 5 m,
- Profondeur des hélices : 5,9 m
• Un total de 415 kg d'hydrogène
comprimé stocké dans 54 cylindres
individuels de type 3 installés dans
6 casiers sur le pont
• 2 moteurs double carburant BeHydro
V12 de 2 MW conformes à la norme V
de l'UE avec traitement ultérieur
(SCR et filtre à particules)
• Force de traction de 65 t
• Classification par Lloyd's Register
• Double coque
• Volvo Penta D8 MG de norme V
de l'UE pour les auxiliaires.
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
24
Des coups de feu tonnent ainsi que le
son strident des sirènes des voitures de
pompier et de police font paniquer les
passants et les riverains qui cherchent
à comprendre ce qui se passe. C'était
le 15 décembre 2023, le jour où le port
de Toamasina a décidé de tester sa
résilience, son efficacité en matière de
sûreté portuaire à travers une simulation
d'urgence à laquelle ont pris part tous
les corps de protection civile et des
forces armées. L'objectif principal était
de garantir l'efficacité de la coordination
entre les acteurs de la sûreté portuaire
et identifier les défaillances du système
existant pour pouvoir y apporter des
corrections appropriées.
La SPAT, SMMC, MICTSL, Galana
Terminal Pétrolier et Ambatovy, se sont
engagés dans un scénario bien élaboré.
Les forces de police spéciale port,
la gendarmerie, la brigade douanière,
le corps de protection civile, les sapeurs-
pompiers et le personnel médical ont
tous participé à cet entraînement
complexe de sécurité. La trame aussi
réaliste qu'inquiétante, impliquait une
attaque à main armée dans le terminal C
de la MICTSL visant à détourner un
conteneur.Simultanément,desintrusions
non autorisées ont eu lieu au terminal
pétrolier Galana et chez Ambatovy.
Toute une panoplie de technologies de
pointe a été mise à contribution tels que
les caméras de surveillance scrutant
chaque recoin, les drones survolant le
périmètre,encomplémentdesopérations
de surveillance physique pour assurer
un maximum de vigilance.
Les autorités portuaires ainsi que les
éléments des forces de l’ordre ont prêté
main-forte aux agents de sécurité des
installations portuaires. L'accent était
mis sur la vérification de l'efficacité
des procédures de sûreté et des
compétences des agents sur le terrain.
La coopération ne se limitait pas aux
frontières locales. En effet, le port de
Toamasina, sous l'égide de l'APMF,
collabore avec les autres ports.
Ces derniers coopèrent avec Interpol
via les bureaux centraux nationaux
(BCN). Une alliance cruciale pour
affronter les menaces transfrontalières.
Après l'exercice, un briefing à chaud
a permis de rectifier les lacunes et
d'apporter des solutions. De tels
retours d'expérience aident à améliorer
continuellement la sécurité portuaire.
L'expérience a souligné la nécessité de
renforcer les lieux d'action pour maîtriser
les incidents de sûreté portuaire.
Toamasina reste ainsi à la pointe de
la sécurité, prête à faire face à toute
éventualité et à garantir la sûreté de ses
activités portuaires.
Noeline Raharinantenaina
Sous le ciel radieux de Toamasina, le port battait au rythme habituel de l'activité maritime.
Les rayons du soleil se reflétaient sur les eaux portuaires, ignorant le bouillonnement d'une simulation
de sûreté qui se déroulait en coulisse. Un mystère bien gardé jusqu'à ce que tous les portails d'accès
au port se ferment, plongeant la population portuaire dans une perplexité palpable.
ENTRAÎNEMENT DE SÛRETÉ PORTUAIRE
PortEcho | N°51 25
ÉCONOMIE
La SNEB vise à organiser cette
économie à l’échelle nationale, en
intégrant les spécificités régionales. Elle
se décline en quelques grands objectifs
comme celui d’informer et de réduire
le gap de connaissance, améliorer la
mise en œuvre de l’économie bleue à
Madagascarpourfinalementdévelopper
des initiatives fédératrices et accroître
la coopération régionale.
Lors de cet atelier, les organisateurs ont
mis l’accent sur les points importants
pour le développement du secteur et
ont engagé une discussion fructueuse
sur la promotion et la mise en œuvre de
la stratégie instaurée. La vision affichée
était claire : « Une économie bleue
inclusiveetdurable,pilierdel’émergence
à travers la transformation innovante des
ressources en eaux ».
Parmi les défis identifiés figurait en
première ligne la nécessité d’assurer
une coordination et une gouvernance
efficace de l’économie bleue. Il est en
effet important de mieux comprendre
le potentiel bleu, de comptabiliser les
activités liées au secteur, d’adopter une
approche intégrée des écosystèmes
marins ainsi que de créer de la valeur
ajoutéetoutenluttantcontrelapauvreté.
Plusieurs opportunités stimulantes ont
été relevées par le ministère. Celui-
ci a en outre insisté sur le contexte
régional et international dynamique,
l’évolution du cadre national, l’existence
d’un potentiel naturel remarquable,
la prise en compte de la durabilité
et des possibilités de synergie et
de diversification dans des secteurs
tels que l’aquaculture, l’énergie
et le tourisme.
Le 22 novembre 2023 à l’hôtel Le Splendide à Toamasina, le ministère de la Pêche et de
l’Economie Bleue a dévoilé les grandes lignes de la Stratégie Nationale de l’Economie Bleue
(SNEB) dans la région Atsinanana. Cet atelier de vulgarisation - honoré par la présence des
autorités locales dont le Secrétaire Général de la Région Bemahefa Gervais, le Préfet de
Toamasina Ambinintsoa Jean José - a réuni des responsables et représentants de divers secteurs.
La SPAT y a été représentée par Ranasiarinoro Nestassia, Chef du service Etudes et Normes et
Tsara Judio, Chef du Département Analyse Economique et Expansion.
STRATÉGIE NATIONALE
DE L’ÉCONOMIE BLEUE
Ministère de la Pêche et de l'Économie Bleue
Les parties prenantes locales ont
pu saisir les principaux enjeux et
opportunités de l’économie bleue dans
la région Atsinanana par le biais des
différents axes stratégiques présentés.
Ranasiarinoro Nestassia, Chef du
service Études et Normes, a retenu
qu’il faut privilégier la collaboration
multi-acteurs (tourisme, transport
maritime, pêcheurs…) considérée
comme un impératif pour la réussite
des plans instaurés. En appelant à la
responsabilité dans l’exploitation des
ressources marines, les participants
ont manifesté leurs engagements
envers une économie bleue durable et
inclusive, pilier essentiel de l’émergence
de Madagascar.
Natacha Tsilangoy
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
26
LaGrandeîlefournitlagrandepartiedes
litchis vendus en Europe. Derrière ce
succès, une chaîne de travail complexe
se met en place, démarrant avec les
paysans qui récoltent leurs fruits la veille
de l’ouverture de la campagne. Parfois,
un paysan peut remplir 15 paniers ou
« garaba » par jour, vendus ensuite aux
collecteurs à 15 000 ariary la caissette
de 20 kg.
Les collecteurs étaient plus d’un millier à
avoirétéagrééscetteannée.Considérés
comme un des maillons essentiels de
cette chaîne, ils ont deux possibilités.
Réserver bien à l’avance des pieds de
litchis ou procéder à des collectes au
moment de l’ouverture de la campagne
pour s’assurer de la qualité des fruits. Ils
se trouvent face à un choix délicat car
les deux alternatives présentent chacune
Madagascar a été sous le feu des projecteurs durant la campagne de litchis offrant espoir et prospérité
à une multitude d’acteurs, du paysans aux collecteurs, jusqu’aux exportateurs. Du 22 au 24 novembre,
la région Atsinanana s’était transformée en une fourmilière.
CAMPAGNE LITCHIS 2023
TOUT LE MONDE EN A PROFITÉ
Des palettes de litchis prêtes à être exportées
Réception des litchis venant des collecteurs
PortEcho | N°51 27
ÉCONOMIE
des avantages et des inconvénients. Les
fruits collectés sont ensuite acheminés
vers les sites des exportateurs avec qui
certains sont sous contrat.
Fernand Rajaonarison (Ph. ci-dessus),
Responsable des circuits auprès de
Madagascar Litchis Export (MLE) très
impliqué dans la filière depuis une
décennie, évoque la campagne 2023 :
« Tout au début, 40% des fruits livrés ne
répondaient pas aux normes exigées
en terme de taille. Mais, au fil des jours
la production s’est beaucoup améliorée
avec des fruits de qualité meilleure et
beaucoup plus conformes au gabarit
exigé, c'est-à-dire avec 28 mm de
diamètre ». Avec un quota de 1 040 t
cetteannée,MLEamobilisé1000employés
permanents et journaliers pour les
différentes étapes, du triage à la mise
en carton et à l’expédition.
La campagne de litchis crée également
desemploistemporairestrèsprisés.C’est
lecasd’Alfred,Responsablesoufragequi
travailleponctuellementchezMLEdepuis
1994. Et, il tient énormément à ce poste
qui lui permet d’offrir chaque année à
safamille,demerveilleusesfêtesdeNoël
et de fin d’année.
Delacollecteàl’expéditionversleport,le
litchistimulelesactivitéslocales,etprofite
aussi aux collectivités territoriales qui
bénéficient des ristournes et redevances
versées par les collecteurs.
Trois grands navires - Baltic Kleeper :
5 376 palettes, CS Trust : 5 229
palettes et Crown Sapphire : 1 900
palettes (1 palette vaut 1 t) - ont quitté
le port chargés de ce fruit qui va inonder
entre autres les marchés européens et
se retrouver au menu de bien des foyers
durant les fêtes de la nativité et de fin
d’année. Tous les acteurs se réjouissent
de cette saison fructueuse et attendent
avecimpatiencelaprochainecampagne.
Mais, entre-temps, les planteurs se
doivent de remplacer chaque année, au
moins5%deleurslitchierspourmaintenir
la qualité des litchis malagasy et assurer
la pérennité de la filière.
Natacha Tsilangoy
Opération d'embarquement des palettes sur le Baltic Kleeper
Triage des litchis en fonction de leur gabarit
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
28
IMMERSION
DANS LACOMPLEXITÉ
DES MISSIONS PORTUAIRES
La Promotion Mandresy, célébrant son
5e
anniversaire, a choisi de marquer cet
évènement en soulignant l'importance
des rôles de la Police nationale dans
les opérations portuaires. Le choix
n'était pas fortuit. La délégation,
g u i d é e p a r l e C o m m i s s a i r e
Harijaona Heritsiory, a plongé dans
les méandres des responsabilités
du Commissariat Spécial du Port.
Les formalités transfrontalières
délicates et les impératifs sécuritaires
spécifiques aux opérations portuaires
ont été expliqués en détail. Ils ont
ainsi pu acquérir une compréhension
pratique et approfondie de la
complexité du travail au sein du port
de Toamasina.
RENFORCEMENT DES RELATIONS
INTER-AGENCES
Au-delàdesactivitésportuaires,ladéléga-
tion a pu se faire une idée de l'importance
des relations inter-agences en effectuant
des visites de courtoisie auprès des
principaux responsables du port dont
le Directeur Général de la SPAT. Ces
visiteurs gradés de la Police nationale
ont pu ainsi mieux cerner l'importance
des principes de gestion coordonnée des
frontières et les enjeux géostratégiques
du Port de Toamasina. La collaboration
entre les différentes entités étant l'épine
dorsale de la sécurité portuaire, tous ont
convenudel’intérêtd’instituerdesrelations
continues, sereines et professionnelles
au sein du port. « L’enrichissement des
connaissances et la communication
constante entre les deux parties sont
essentiels pour assurer l’excellence
du commandement sur terrain et garantir
la sûreté des opérations portuaires »
explique le Commissaire du Port,
Harijaona Heritsiory.
UNE NOUVELLE VISION
DES OPÉRATIONS PORTUAIRE
Pour le Commissaire de Police Rojo
Andriamiharimanana de la promotion
Mandresy, ce fut une immersion
fascinante dans un univers où la rigueur
des procédures et la sécurité ne font
aucune concession. Il a été ravi de
prendre connaissance du projet de mise
en place d’un système de scanning
préalable des marchandises avant leur
stockage. Cette mesure, destinée à
Le 30 novembre 2023, une
délégation de la promotion
Mandresy de l'École Nationale
Supérieure de la Police a rendu
visitelePortdeToamasina.L'objectif
était d'encadrer et d'assister ces
cadres de la Police Nationale
dans leur immersion au sein du
Commissariat Spécial du Port et
de célébrer le 5e
anniversaire de
la promotion.
LA PROMOTION "MANDRESY"
AU PORT DE TOAMASINA
renforcerdavantagelasécurité,démontre
l'engagement continu du port envers
l'innovation et la sûreté des opérations.
En marge de cette visite, le Commissaire
duPortaadresséunmessageàlapromo-
tion Mandresy, en les encourageant à
véhiculer l'image d'une Police nationale
solidaire, progressiste et innovante.
«Privilégiezlepartagedeconnaissances
et d'expérience, ne soyez pas avares
d’effort et soyez la relève Mandresy de la
Police Nationale » a-t-il affirmé sur un ton
ferme mais plein d’émotion.
Noeline Raharinantenaina
PortEcho | N°51 29
ÉCONOMIE
Le dragage vise à créer des conditions
optimales pour l’accostage des navires
de grand tonnage. La turbidité de l'eau,
indicateur clé de la qualité marine,
est surveillée attentivement au moyen
d'un turbidimètre portable. Les relevés,
effectués quotidiennement sur des sites
sensibles tels que les récifs coralliens
et les plages, sont jusqu’ici conformes
aux normes établies par l’Office National
de l’Environnement de Madagascar.
« Actuellement, le dragage n'a généré
qu'un impact limité sur la turbidité
de l'eau » rassure Mihajarimanitra
Randrianandraina, superviseur
environnemental auprès de Penta-
Daiho Joint-Venture. Il explique que
pour minimiser cet effet, un rideau de
turbidité (voir PortEcho N°47) entoure la
zone d'abaissement du godet. De plus,
les opérateurs sont formés à rincer les
godetsdanslerideauavantdedécharger
dans les barges. Des experts nationaux
et internationaux en biodiversité marine
supervisent bimensuellement l'état
des récifs coralliens et de l'écosystème
marin. Tout symptôme de stress observé
entraîne une révision des méthodes de
dragagevoirel’arrêttemporairedutravail.
Le port de Toamasina, l'un des principaux hubs maritimes de
Madagascar, se lance dans des activités de dragage intensives
dans le cadre de son extension et du renforcement de ses
infrastructures. Ces opérations, nécessaires à la construction d'un
nouveau quai plus profond et à l'approfondissement des quais
existants, du bassin d’évitage, et du chenal d’accès, soulèvent des
questions cruciales en terme d'impact sur l'environnement marin.
PRÉSERVATION DE L'ÉCOSYSTÈME MARIN
AUX NORMES ENVIRONNEMENTALES
La drague sur barge NO.35 KAIHO GO
La SPAT, et ses collaborateurs japonais
de Penta Daiho Joint-Venture
s'engagent à respecter des normes
strictes de turbidité. Le seuil ne doit pas
dépasser 2 NTU (Unité de Turbidité
Néphélométrique)pourlessitescoralliens
et 15 NTU pour les plages par rapport
aux sites de référence. Les sédiments de
dragage, environ 1000 m³ par jour, sont
utilisés comme matériaux de remblai du
futur quai C4 et pour la restauration des
carrières exploitées d’Antsarimasina et
d’Analamalotra. Ceux jugés inappropriés
sont immergés en mer à une distance
sécurisée du périmètre portuaire, à
environ 20 km au Nord-Est du port de
Toamasina.
Dansuneperspectivededéveloppement
durable,lesblocsd'absorptiondesvagues
installés au niveau du brise-lames sont
spécialement conçus pour favoriser
l'adhérence des larves de corail, limitant
ainsi la mortalité de la faune marine.
Un suivi environnemental rigoureux est
prévu après la fin des opérations pour
évaluer l'impact à long terme sur la
turbidité et l'écosystème marin. «Aucune
préoccupation n'a été soulevée jusqu'à
présent par les communautés locales
ou les groupes écologistes » conclut le
superviseur environnemental.
Le port de Toamasina s’assure à mener
ses opérations de dragage de manière
responsable, en préservant l'écosystème
marin et en respectant les normes
environnementales. La combinaison de
mesures préventives, de collaboration
avec des experts, et d'une vision
à long terme contribue à faire du
projet un modèle d'équilibre entre
développement économique et
préservation de l'environnement.
Noeline Raharinantenaina
ENVIRONNEMENT
PortEcho | N°51
30
DU CÔTÉ DES QUAIS
Avec à son bord un équipage de
400 volontaires issus de plus de 60
nationalités, cette bibliothèque flottante
voyage autour du monde pour apporter
de l'espoir. Sa mission est en effet de
promouvoir la paix, l'éducation et la
compréhension interculturelle conformé-
ment à ses valeurs : respect, intégrité,
dévouement et service. L'équipage
s'efforce de les incarner dans chacune
de ses actions.
Les volontaires de différentes cultures -
enseignants, mécaniciens, infirmiers ou
encore libraires - apportent chacun
leur pierre à l’édifice en partageant
leurs expériences. Fanomezana
Randrimanarivo, venue principalement
d’Antananarivo, a été volontaire à bord
du navire durant deux semaines. Pour
elle, avoir aidé le Logos Hope à servir la
populationdeToamasinaaétéunegrande
aventure enrichissante et émotionnelle.
« Cela a renforcé ma conviction qu’on
peut aider autrui sans rien attendre en
retour » affirme-t-elle avec douceur.
LOGOS HOPE À TOAMASINA
UN VOYAGE DE SAVOIR ET DE SOLIDARITÉ
Depuis son amarrage au port de Toamasina le 17 novembre, le Logos Hope, le plus grand navire-
librairie flottant au monde, long de 132 m, a attiré des milliers de visiteurs. Ce géant des mers, portant
le drapeau de Valetta, n'est pas un simple navire. C’est tout un symbole de savoir, de solidarité et
d'échange culturel.
Les volontaires dans leurs tenues traditionnelles
PortEcho | N°51 31
DU CÔTÉ DES QUAIS
Il en est de même pour Tantely Razafin-
tsalama. « Quand j'ai appris que le Logos
Hope allait amarrer à Toamasina, j'étais
folle de joie. Je comptais les jours avec
impatience. J'avais manqué sa visite il
y a quelques années, alors cette fois, je
ne voulais pas laisser passer ma chance
pour pouvoir profiter de sa vaste collec-
tion de livres et des prix très abordables
défiant toute concurrence. C’était
incroyable de voir comment un navire
peut être transformé en un tel lieu de
savoir.J'aipuvisiterchaquerecoin,c'était
véritablement magique » témoigne avec
sourire cette passionnée de livre résidant
à Toamasina. Elle avoue également
avoir été fortement impressionnée par
l’engouement général pour les livres.
« C'était passionnant de voir autant de
nosconcitoyensintéressésparlalecture.
Je ne savais pas que nous étions tant à
partager cette passion ». Pour aider les
membres du groupe « Gasy tia boky »
sur les réseaux sociaux qui ne pouvaient
pas se rendre sur le bateau, elle a fait de
nombreuses allées et venues à bord du
Logos Hope.
MiarisoaAnnaëlle accompagnée par ses
parents a été, elle aussi, fascinée par
cette inoubliable expérience. « C'était la
première fois que je suis montée à bord
d'un bateau. Tout est si grand, et il y a
tellement de livres ! », raconte toute
émue cette élève du collège Saint
Joseph de Cluny.
Le Logos Hope ne se contente pas
de vendre des livres. Il offre aussi des
programmes éducatifs et culturels,
et participe à des projets humanitaires.
Son passage à Toamasina était loin
d’être un simple évènement. En levant
l'ancre le 12 décembre pour continuer
son périple, le navire de la plus grande
bibliothèque flottante au monde laisse
derrière lui une empreinte indélébile.
Àtraversseslivres,sesvolontairesetses
valeurs, il a tissé des liens d'amitié et de
savoir, prouvant une fois de plus que la
culture et l'éducation sont des vecteurs
puissants de changement et d'unité.
Noeline Raharinantenaina
Les élèves des établissement scolaires de Toamasina ont aussi eu droit à des visites guidées
Divers livres pour tous les âges
Grande affluence dans le bateau bibliothèque
PortEcho | N°51
32
DU CÔTÉ DES QUAIS
UNE PLONGÉE DANS LE
CONFORT ET L'ÉLÉGANCE
Lorsqu'onmonteàbordde«LeChamplain»
on entre dans un monde de confort et
d'élégance. Ce paquebot de la classe
Explorer de PONANT est conçu pour
offrir une expérience de croisière
exceptionnelle, et cela se ressent dès les
premiers instants. Les cabines et suites,
véritables havres de paix, sont décorées
avec goût et équipées de toutes les
commodités modernes. Les vues depuis
les balcons privés sont un panorama à
couper le souffle sur les eaux cristallines
de l'océan Indien.
Continuons le périple vers ses deux
restaurants. Le restaurant panoramique
est destiné pour les adeptes des plats
raffinés, tandis que le restaurant grill
pour ceux qui préfèrent une ambiance
décontractée et conviviale. Rien qu’à
voir le cadre et la carte avec une liste
de plats exquis préparés par des
chefs renommés, le tout accompagné
d'une sélection de vins raffinés, l’on
s’offre tout un plaisir associant tous les
sens. Aymeric Poissenot, Directeur de
l’hôtellerie et le Chef cuisinier ont profité
de cette halte à Toamasina pour explorer
le marché local de Bazar Be, se ravitailler
en légumes et fruits frais, se procurer de
la vanille de Madagascar. A l’opposé de
ces restaurants se trouve le Pont 6 avec
ce qu’il appelle « un bar de l’observatoire
360°».Cetendroitesttrèsprisélesoirpar
les amoureux du coucher de soleil.
A bord, l'ennui est exclu avec au
programme des pièces de théâtre,
des conférences animées par des
Les 07 et 20 décembre, « Le Champlain », joyau de la compagnie maritime PONANT a fait escale
au quai du môle B du Port de Toamasina. L’équipe du Port Echo a eu le privilège de visiter le
bateau, guidée par le Commandant Malo Bessec et le Directeur de l'hôtellerie, Aymeric Poissenot,
et de découvrir en détail ce que ce navire exceptionnel propose à sa clientèle.
A BORD DU PAQUEBOT
DE LUXE « LE CHAMPLAIN »
À l'intérieur du bar de l’observatoire 360°
PortEcho | N°51 33
DU CÔTÉ DES QUAIS
personnalités de renom sans oublier les
salons élégants et les belles installations
despamisesàdispositiondespassagers.
L’équipagemettoutenœuvrepourrendre
leur séjour le plus agréable possible.
LE BLUE EYE
Le salon sous-marin « Blue Eye » est la
cerise sur le gâteau. Situé à 2,50 m sous
la ligne de flottaison, cet espace offre
une expérience immersive inoubliable.
Comme son nom l’indique, à l’intérieur
règne une atmosphère de velours
bleu. Les passagers peuvent observer
les fonds marins à travers des hublots
panoramiques, tout en dégustant des
cocktails dans une ambiance intimiste.
Alors que « Le Champlain » poursuit
ses expéditions autour du monde, le
port peut être fier d'avoir accueilli cet
ambassadeur du luxe, rien qu’à entendre
les commentaires du Commandant
Malo Bessec. « Toamasina est unique
parmi les ports de Madagascar en ce
qui concerne la protection des quais.
La garantie de la sécurité de nos
passagers et de nos équipages lors
de nos escales étant la priorité de nos
priorités, l’exemplarité des installations
de sécurité du Port de Toamasina nous
a énormément rassurés ». L'équipe de
« Le Champlain » a été, quant à elle,
charmée par la beauté naturelle et la
richesse culturelle de Madagascar.
Noeline Raharinantenaina
Une partie du salon sous-marin « Blue Eye »
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
34
2022 2023 Évolution %
TOUCHÉES DE NAVIRES (Nombre)
Lignes commerciaux
Long cours 296 310
Caboteurs 46 26
Pétroliers 73 67
Divers - -
Total 415 403
Lignes non-commerciaux
Bornage & Pêche 1 270 1 067
TOTAL TOUCHÉE 1 685 1 470 -12,76
TRAFIC DE CONTENEURS (EVP)
Conteneurs pleins 119 123 135 165
Conteneurs vides 52 156 69 117
TOTAL 171 219 201 282 15,52
Poids de marchandises conteneurisées
(en tonnes)
1 897 075,74 2 246 442,37 18,42
Rendement operationnel (boîtes/h) 49,25 50,56
TRAFIC DE MARCHANDISES CONVENTIONNELLES (tonnes)
Trafic longs cours
Débarquement 897 079,50 531 689
Embarquement 11 058 12 504
Transbordement - -
Total 907 137,50 544 193 -40,05
Trafic Cabotage
Débarquement 15 615,79 22 037
Embarquement 39 292,60 31 412
Total 54 908,39 53 449 -2,66
Trafic Marchandises conventionnelles 963 045,89 597 642
Manipulation (blé+ciment+autres) 117 992,27 93 501
TRAFIC BORNAGES
Trafic bornages (tonnes) 226 464,41 215 348,66 -4,91
HYDROCARBURES
Déchargement 909 203,66 996 256,82
Chargement 254 347,37 251 594,98
TOTAL 1 163 551,03 1 247 851,80 7,24
TRAFIC VRACS PERMISSIONAIRES* (tonnes)
TOTAL 2 266 624,95 2 978 001,96 31,38
* CEMENTIS, REFRIGEPÊCHE, HITA, DYNATEC, LMOI, AGRIVAL
TRAFIC MARITIME GLOBAL 6 516 762,02 7 285 286,78 11,79
STATISTIQUES SUR LE TRAFIC
MARITIME DU PORT DE TOAMASINA
Janvier à novembre 2022/2023
TRAFIC MARITIME
Source: Direction du Système d’Information et de l’Audit de la SPAT
PortEcho | N°51 35
ÉCONOMIE
NOMBRE
TONNES
TONNES
TONNES
TONNES
JANVIER À NOVEMBRE 2023
ÉCONOMIE
PortEcho | N°51
36
PORTS DE TOUCHÉES
NOM DU NAVIRE N° VOYAGE
REU TMM MPM
ARR DEP ARR DEP ARR DEP
KOTA JOHAN 0050E 03/01 04/01 05/01 06/01 - -
KOTA NAZAR 9002E - - 12/01 12/01 16/01 17/01
KOTA NIPAH 0152E 17/01 18/01 19/01 20/01 23/01 24/01
KOTA NABIL 0230W 26/01 27/01 28/01 29/01 01/02 02/02
KOTA NALURI 2232W 07/02 08/02 09/02 10/02 13/02 14/02
KOTA NEBULA 0133W - - 23/02 24/02 27/02 28/02
KOTA NIPAH 0153E 28/02 29/02 01/03 02/03 05/03 06/03
KOTA NAZAR 9003E 06/03 07/03 08/03 09/03 12/03 13/03
KOTA NASRAT 0188E 13/03 14/03 15/03 16/03 19/03 20/03
ARMEMENT PACIFIC INTERNATIONAL LINE (PIL)
MOUVEMENT DES NAVIRES
PORTS DE TOUCHÉES
NOM DU NAVIRE N° VOYAGE
REU PLU TMM SEY
ARR DEP ARR DEP ARR DEP ARR DEP
SC MONTREAL 351S/352N 27/12 28/12 01/01 02/01 03/01 04/01 09/01 11/01
MAERSK DOUALA 352S/401N 03/01 04/01 08/01 09/01 10/01 11/01 16/01 18/01
MAERSK NILE 401S/402N 10/01 11/01 15/01 16/01 17/01 19/01 23/01 25/01
LA SALLE 402S/403N - - 22/01 23/01 24/01 26/01 30/01 01/02
SC MONTREAL 403S/404N 24/01 25/01 29/01 30/01 31/01 02/02 06/02 08/02
MAERSK DOUALA 404S/405N 31/01 01/02 05/02 06/02 07/02 09/02 13/02 15/02
MAERSK NILE 405S/406N 07/02 08/02 12/02 13/02 14/02 16/02 20/02 22/02
LA SALLE 406S/407N 14/02 15/02 15/02 16/02 21/02 23/02 27/02 29/02
SC MONTREAL 407S/408N 21/02 22/02 22/02 23/02 28/02 01/03 05/03 07/03
MAERSK DOUALA 408S/409N 28/02 29/02 29/02 01/03 06/03 08/03 12/03 14/03
MAERSK NILE 409S/410N 06/03 07/03 07/03 08/03 13/03 15/03 19/03 21/03
LA SALLE 410S/411N 13/03 14/03 15/03 16/03 20/03 22/03 26/03 28/03
ARMEMENT MAERSK LINE
N.B : à noter que les dates mentionnées ci-dessus sont fournies à titre indicatif et sont sujets au changement à tout moment sans préavis.
PortEcho | N°51 37
ÉCONOMIE
Heures et Hauteurs des pleines et basses mers - Toamasina (Madagascar)
Latitude: 18°09’S | Longitude: 51°26’E
JANVIER FÉVRIER MARS
Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur
1
L
2
M
3
Me
4
J
5
V
6
S
7
D
8
L
9
M
10
Me
11
J
12
V
13
S
14
D
15
L
04h41 0.87m
10h47 0.61m
16h17 0.85m
23h02 0.54m
05h23 0.84m
11h27 0.62m
17h12 0.83m
23h49 0.58m
06h21 0.81m
12h14 0.62m
18h44 0.82m
00h48 0.61m
07h37 0.80m
13h11 0.62m
20h19 0.83m
02h01 0.63m
08h46 0.80m
14h17 0.60m
21h27 0.87m
03h26 0.62m
09h43 0.82m
15h27 0.57m
22h21 0.91m
04h38 0.59m
10h31 0.84m
16h28 0.53m
23h08 0.97m
05h31 0.56m
11h14 0.88m
17h20 0.48m
23h52 1.01m
06h16 0.52m
11h55 0.91m
18h08 0.42m
00h35 1.06m
06h58 0.49m
12h35 0.95m
18h53 0.38m
01h18 1.09m
07h39 0.47m
13h15 0.97m
19h37 0.34m
02h01 1.10m
08h20 0.46m
13h57 0.99m
20h22 0.32m
02h46 1.09m
09h02 0.46m
14h41 0.99m
21h08 0.33m
03h31 1.07m
09h45 0.47m
15h28 0.98m
21h56 0.36m
04h20 1.02m
10h30 0.49m
16h22 0.96m
22h47 0.42m
16
M
17
Me
18
J
19
V
20
S
21
D
22
L
23
M
24
Me
25
J
26
V
27
S
28
D
29
L
30
M
31
Me
05h13 0.97m
11h18 0.51m
17h29 0.93m
23h44 0.49m
06h17 0.91m
12h12 0.53m
18h55 0.91m
00h53 0.55m
07h34 0.86m
13h17 0.55m
20h26 0.92m
02h28 0.60m
08h53 0.83m
14h39 0.56m
21h46 0.94m
04h20 0.60m
10h03 0.83m
16h05 0.54m
22h51 0.97m
05h33 0.58m
11h01 0.85m
17h12 0.50m
23h45 1.00m
06h20 0.55m
11h48 0.88m
18h02 0.46m
00h31 1.02m
06h55 0.54m
12h27 0.90m
18h43 0.44m
01h09 1.02m
07h26 0.53m
13h00 0.92m
19h18 0.42m
01h43 1.02m
07h53 0.53m
13h29 0.94m
19h50 0.41m
02h12 1.01m
08h18 0.53m
13h56 0.95m
20h20 0.41m
02h38 0.99m
08h43 0.53m
14h22 0.95m
20h49 0.42m
03h01 0.97m
09h08 0.53m
14h47 0.94m
21h18 0.45m
03h23 0.94m
09h34 0.54m
15h13 0.93m
21h47 0.48m
03h43 0.91m
10h01 0.55m
15h41 0.91m
22h18 0.52m
04h05 0.88m
10h31 0.56m
16h13 0.89m
22h54 0.56m
1
J
2
V
3
S
4
D
5
L
6
M
7
Me
8
J
9
V
10
S
11
D
12
L
13
M
14
Me
15
J
04h30 0.85m
11h05 0.57m
16h57 0.87m
23h40 0.60m
05h04 0.81m
11h51 0.59m
18h13 0.84m
00h43 0.64m
06h17 0.77m
12h55 0.60m
20h29 0.84m
02h20 0.66m
08h49 0.77m
14h25 0.60m
21h55 0.89m
04h15 0.63m
10h06 0.81m
15h59 0.55m
22h54 0.95m
05h21 0.58m
10h59 0.86m
17h07 0.48m
23h43 1.02m
06h06 0.53m
11h44 0.92m
17h59 0.40m
00h27 1.07m
06h46 0.48m
12h26 0.98m
18h44 0.34m
01h09 1.11m
07h25 0.44m
13h07 1.02m
19h28 0.29m
01h49 1.13m
08h03 0.41m
13h48 1.06m
20h11 0.28m
02h29 1.12m
08h41 0.40m
14h31 1.07m
20h55 0.30m
03h09 1.09m
09h20 0.41m
15h15 1.05m
21h39 0.35m
03h49 1.03m
10h00 0.43m
16h03 1.02m
22h26 0.42m
04h32 0.95m
10h42 0.46m
17h00 0.97m
23h18 0.51m
05h21 0.87m
11h29 0.51m
18h19 0.92m
16
V
17
S
18
D
19
L
20
M
21
Me
22
J
23
V
24
S
25
D
26
L
27
M
28
Me
29
J
00h22 0.59m
06h37 0.80m
12h28 0.55m
20h06 0.89m
02h09 0.65m
08h30 0.77m
14h00 0.58m
21h43 0.91m
04h53 0.63m
10h00 0.79m
16h07 0.56m
22h55 0.94m
05h48 0.59m
11h01 0.82m
17h19 0.51m
23h47 0.97m
06h21 0.56m
11h45 0.87m
18h03 0.47m
00h26 0.99m
06h47 0.54m
12h19 0.91m
18h38 0.43m
00h58 1.00m
07h10 0.52m
12h48 0.94m
19h07 0.41m
01h25 1.00m
07h31 0.50m
13h13 0.96m
19h34 0.39m
01h47 1.00m
07h52 0.49m
13h37 0.98m
19h59 0.40m
02h08 0.99m
08h13 0.48m
14h00 0.98m
20h24 0.41m
02h26 0.97m
08h35 0.48m
14h23 0.98m
20h49 0.43m
02h43 0.95m
08h57 0.48m
14h46 0.97m
21h15 0.46m
03h00 0.93m
09h21 0.49m
15h10 0.96m
21h43 0.50m
03h18 0.90m
09h46 0.50m
15h38 0.93m
22h15 0.54m
1
V
2
S
3
D
4
L
5
M
6
Me
7
J
8
V
9
S
10
D
11
L
12
M
13
Me
14
J
15
V
03h40 0.87m
10h17 0.52m
16h12 0.90m
22h56 0.59m
04h07 0.82m
10h58 0.55m
17h05 0.86m
23h56 0.64m
04h48 0.78m
12h03 0.58m
19h34 0.83m
01h37 0.66m
07h51 0.74m
13h45 0.58m
21h38 0.87m
03h58 0.64m
09h47 0.78m
15h38 0.54m
22h41 0.94m
05h06 0.57m
10h44 0.86m
16h51 0.45m
23h28 1.01m
05h48 0.51m
11h29 0.93m
17h44 0.37m
00h10 1.07m
06h26 0.44m
12h11 1.00m
18h29 0.30m
00h50 1.11m
07h02 0.39m
12h52 1.06m
19h13 0.27m
01h27 1.12m
07h39 0.36m
13h33 1.10m
19h55 0.26m
02h04 1.10m
08h15 0.34m
14h15 1.11m
20h38 0.29m
02h41 1.05m
08h52 0.35m
14h57 1.09m
21h21 0.35m
03h17 0.99m
09h30 0.38m
15h43 1.04m
22h06 0.44m
03h53 0.91m
10h09 0.42m
16h35 0.97m
22h55 0.53m
04h32 0.83m
10h54 0.48m
17h52 0.90m
23h56 0.61m
16
D
17
L
18
M
19
Me
20
J
21
V
22
S
23
D
24
L
25
M
26
Me
27
J
28
V
29
S
30
D
31
L
05h33 0.76m
11h52 0.54m
19h53 0.86m
01h54 0.67m
08h14 0.73m
13h32 0.58m
21h37 0.87m
05h03 0.63m
09h50 0.76m
16h06 0.56m
22h45 0.90m
05h37 0.59m
10h46 0.81m
17h10 0.50m
23h31 0.93m
06h01 0.56m
11h25 0.86m
17h48 0.46m
00h04 0.95m
06h21 0.53m
11h57 0.90m
18h17 0.42m
00h31 0.97m
06h40 0.50m
12h24 0.94m
18h44 0.40m
00h53 0.97m
06h59 0.47m
12h49 0.97m
19h08 0.39m
01h13 0.97m
07h19 0.45m
13h12 0.98m
19h33 0.39m
01h32 0.96m
07h39 0.43m
13h35 0.99m
19h57 0.40m
01h49 0.95m
08h01 0.43m
13h57 0.99m
20h22 0.42m
02h06 0.93m
08h23 0.43m
14h20 0.98m
20h48 0.45m
02h25 0.91m
08h47 0.44m
14h45 0.96m
21h17 0.48m
02h46 0.88m
09h14 0.46m
15h14 0.94m
21h51 0.53m
03h10 0.85m
09h47 0.48m
15h51 0.90m
22h35 0.57m
03h40 0.81m
10h34 0.51m
16h49 0.85m
23h40 0.62m
ANNUAIRE DES MARÉES
PortEcho | N°51
38
ÉVÈNEMENT
La délégation de l'APF-SPAT est
formée de :
● Liliane Zafinirina, Présidente,
supervise toutes les activités
● Jeanine Ravaosolo, Trésorière,
responsable de la partie sociale
● Manitra Sabrina Randrianasolo,
Secrétaire générale, intervenante
sur les sujets relatifs aux droits
● Docteur Marie Elda Botomora,
Conseillère, intervenante sur les
questions médicales
● Miora Razakaharisoa, membre,
intervenante sur le planning
familial des jeunes filles.
L'Association du Personnel Féminin de la SPAT a fait cap sur Vatomandry pour marquer les 16 jours
d'activisme contre les violences basées sur le genre envers les femmes et les filles. Une initiative
qui s’inscrit dans la ligne de son engagement continu à la promotion du genre féminin et dans la
mise en œuvre de la démarche RSE de la SPAT à travers son association professionnelle affiliée.
APF-SPAT À VATOMANDRY
CRÉATION D’UN ESPACE DE SOLIDARITÉ
PortEcho | N°51 39
ÉVÈNEMENT
Outre les actions humanitaires,
figuraient également dans son
programme des émissions de sensibili-
sation à la radio et à la télévision le
7 décembre, suivies d'une rencontre
avec les jeunes filles de quatrième du
CEG de Vatomandry, le lendemain.
Le9décembre,ladélégations'est rendue
à l'orphelinat Emeralde dirigé par
Madame Christine, contribuant ainsi
à la lutte contre la violence envers les
femmes, responsabilisant les jeunes
filles sur leur santé et leurs droits,
tout en créant un espace de solidarité.
ACTION DE SENSIBILISATION
À LA RADIO ET À LA TÉLÉVISION
DE VATOMANDRY
Au cours de ces émissions radio et
TV, l'APF-SPAT a insisté, entre autres
sur le respect des droits des femmes,
la dénonciation de toutes formes de
violence envers les femmes et les filles
tout en conscientisant les jeunes sur
la santé reproductive et le planning
familial afin de prévenir les maladies
transmissibles ainsi que les grossesses
précoces qui concernent 32% des filles
à Madagascar. Tomber enceinte en
étant encore enfant entraine souvent
de graves répercussions sanitaires,
sociales et économiques dont la
déscolarisation.
ÉCHANGES AVEC LES JEUNES
COLLÉGIENNES DU CEG
DE VATOMANDRY
L'interaction avec 67 des 85 élèves filles
de 12 à 17 ans a été animée par des
intervenantes utilisant une méthode
combinant l'expositif et le participatif.
Des questions ont été posées sous
forme de jeu pour encourager la
participation, avec des récompenses
telles que stylos, porte-clés, mugs
et agendas. Les thèmes abordés
incluaient les différentes formes de
violences, la santé des jeunes filles, le
planning familial, ainsi que l'importance
de connaître ses droits et de se faire
respecter. Celles qui le souhaitaient ont
pu accéder à une consultation médicale
gratuite et obtenir des réponses à leur
questionnement personnel.
ACTIVITÉS SOCIALES
Durant ces journées, c’était un peu la
fête avant les fêtes. L'APF-SPAT a,
en effet, distribué des petits bouquets
de Noël, composés de galettes et de
bonbons aux élèves de quatrième
du CEG Vatomandry, ainsi qu'aux
19 orphelins du Centre d'accueil
Esmeralde. Oliviane âgée de 10 ans,
accueillie au centre depuis l’âge de
3 ans a, en outre, bénéficié d’une
consultation médicale gratuite.
En tant qu'association responsable et
engagée, l'APF-SPAT se mobilise sans
compter pour servir la noble cause
de la promotion de l’égalité de genre.
Elle multiplie les actions pour élever la
conscience des femmes et des jeunes
filles de la région Atsinanana sur leurs
droits pour assurer leur bien-être et leur
plein épanouissement.
Liliane Melquiond-Zafinirina
La bonne humeur était encore au rendez-vous en dépit de l'heure tardive
Participation enthousiaste des jeunes filles
PortEcho | N°51
40
ÉVÈNEMENT
Le 9 décembre 2023, Madagascar a célébré la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption
instituée depuis 2008, commémorant le lancement par l'ONU de la Convention mondiale contre
la corruption entrée en vigueur en décembre 2005. La Grande île figurait parmi les quatre-vingt-
quatorze Etats qui ont signé, il y a 20 ans, à Mérida (Mexique), du 9 au 11 décembre 2003, la
Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC), adoptée par l'Assemblée générale
des Nations Unies le 31 octobre 2003. A Toamasina, l’ONG Organe de Développement du Diocèse
de Toamasina (ODDIT), en collaboration avec le Projet Tolotanana, a organisé dans la salle VIP
du Port Academy Center, une conférence débat sur le thème : « l’importance d’un recrutement
probe dans la lutte contre le détournement des deniers publics ».
LA JOURNÉE INTERNATIONALE
DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
À TOAMASINA
Cette initiative - soutenue par le Bureau
Indépendant Anti-corruption (BIANCO)
représenté par son Directeur Territorial,
Aina NomenjanaharyAndriamahenisoa -
s’est fixée un double objectif : mettre
en lumière les cas de détournement
de fonds et promouvoir des pratiques
de recrutement transparentes. Ernest
Razafiarijaona, Inspecteur d’État et
Directeur Inter-régional de l’Inspection
Généraledel’ÉtatàToamasinaaévoqué
« la lutte contre le détournement dans
la gestion des finances publiques »
tandis que Zoelisoa Francine, Chef du
Département Développement des
Ressources Humaines a développé
« les enjeux et les défis d’un recrutement
probe dans la gestion des finances
publiques : cas de la SPAT ».
« Le mal court dans de nombreux pays,
grands et petits, riches et pauvres, mais
c’est dans les pays en développement
qu’il est le plus destructeur. Ce sont les
pauvres qui en pâtissent le plus, car, là
où il sévit, les ressources qui devraient
être consacrées au développement
sont détournées, les gouvernements
ont moins de moyens pour assurer
les services de base, l’inégalité et
l’injustice gagnent et les investis-
seurs et donateurs étrangers se
découragent. La corruption est une
des grandes causes des mauvais
résultats économiques ; c’est aussi un
obstacle de taille au développement
et à l’atténuation de la pauvreté »
avait insisté Kofi A. Annan, alors
Secrétaire général de l’Organisation
des Nations Unies, dans l’avant-propos
du document de présentation de cette
Convention de Mérida.
PortEcho | N°51 41
ÉVÈNEMENT
Combattre la corruption pour éradiquer
la pauvreté est ainsi un défi majeur.
Cela nécessite une éducation citoyenne
mais aussi et surtout l’application de
la transparence dans les procédures
financières, et le renforcement du
contrôle financier. La SPAT, consciente
de ces enjeux, s’engage dans des
bonnes pratiques de recrutement par
un processus transparent incluant des
clauses anti-corruption et impliquant
un cabinet de recrutement sélectionné
par voie d’appel d’offres ainsi que des
représentantsdupersonneletdelacellule
anti-corruption (CAC). Une approche qui
a suscité des réactions positives parmi
l’assistance, dont de la part d’Ernest
Razafindraibe, Président de l’Association
Des Originaires de la Province de
Toamasina (ADOPT) notamment pour la
démarche de mise en place de la Maison
de l'emploi de la RégionAtsinanana.
L’interventionduPrésidentduMouvement
ChrétiensdeCadresetdeProfessionnels,
Jérémie Napou a captivé l’attention
de l’auditoire. L'orateur a soulevé une
question cruciale : pourquoi la corruption
a-t-elle gagné du terrain à Madagascar
au cours des 20 dernières années ?
Pour lui, la lutte contre ce fléau passe par
l’éradicationdecetteformedepollutionde
notre conscience et le renforcement des
stratégies répressives. « Nous devons
a-t-il conclu, assumer collectivement nos
responsabilités ».
Au-delà de l’encouragement à dénoncer
lesmalversations,unesériederésolutions
a été adoptée dont la redynamisation
de l’Inspection Générale de l’État en
élargissantentreautressesprérogatives,
la dépolitisation de l’administration et
l’intensification de la lutte dans la région
Atsinanana.
Natacha Tsilangoy
DONNÉES
SUR LES DDP CONSTATÉS
● Par l’Inspection Générale
de l’Etat (IGE)
2021 : 15 373 972 635,97 Ariary
2022 : 53 767 647 704,00 Ariary
2023 : 11 232 940 373,62 Ariary
● Par le BIANCO
2021 : 16 202 964 412,00 Ariary
(BIANCO Toamasina)
2022 : 22 427 779 835,00 Ariary
(BIANCO)
De g. à dr. : Zoelisoa Francine de la SPAT, le modérateur Prud'Homme Rakotoson et Ernest Razafiarijaona,
Directeur Inter-régional de l’Inspection Générale de l’État
Vue partielle de l’assistance lors de la conférence
PortEcho | N°51
42
SANTÉ
L'Inde est aujourd’hui reconnue,
à l’échelle planétaire, comme une des
meilleures destinations touristiques
médicales. MIOT Hospital, avec un
personnel médical hautement qualifié
et expérimenté dont 450 médecins
résidents spécialisés, offre toute une
gammedesoinsallantdel’orthopédie à
la pédiatrie en passant par la cardiologie
et la transplantation d'organes. L'hôpital
se distingue pour ses compétences
exceptionnelles en arthroplastie,
une opération chirurgicale permettant le
remplacement des articulations par des
matériaux tels que l'inox ou le titane.
Dans une perspective de partenariat
avec les institutions médicales
malagasy, MIOT Hospital envisage
d'ouvrir un bureau de liaison à
Madagascar pour des interactions
de qualité sur les dossiers médicaux
ainsi que la facilitation de l’évacuation
des patients, si nécessaire, avec une
possibilité de prise en charge totale.
Dr Sanony David du CEMEDI affirme
avoir beaucoup appris de ce bref séjour
en Inde. « Avec ses 63 spécialités,
MIOT Hospital offre une approche
globale et une prise en charge qui
répond aux normes les plus élevés.
Nous avons ainsi eu l’opportunité
d’en savoir plus sur leur expertise en
orthopédie et particulièrement sur le
volet rééducation des victimes d'AVC
et des patients tétraplégiques ainsi
que sur les innovations en termes de
chirurgie vasculaire et de traitement du
cancer. L’établissement a déjà recours
au système TrueBeam, la technologie
de radiothérapie de dernière génération
pour irradier les tumeurs dans toutes
les parties du corps.».
Dans un contexte où les cas d’AVC,
d’insuffisance rénale et de cancers
semultiplientdanslaGrandeîle,unetelle
coopération renforcera la compétence
des professionnels de santé du pays
à travers des occasions de formation
et de stage.
Natacha Tsilangoy
En mars 2003, des représentants de cet hôpital multi-spécialités
ont séjourné à Madagascar en vue d’un partenariat avec des
formations sanitaires publiques et privées. Dans une démarche
prospective, MIOT International Chennai, un établissement
hospitalier indien de renom, a invité des médecins malagasy
pour découvrir leurs services et prestations. En marge de cette
visite, la délégation composée du Directeur de la promotion
du ministère de la Santé, du Directeur et du Chef de service
de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) ainsi
que du Docteur Sanony David du Centre Médical de Diagnostic
(CEMEDI) du port de Toamasina a participé au séminaire
« Master Course in Sports Medicine » organisé par la fondation
indo-allemande d'orthopédie IGOF (Indo German Orthopedic
Foundation).
LE TOURISME MÉDICAL
À L’HONNEUR
Docteur Sanony David du CEMEDI
PortEcho | N°51 43
SPORT
L'IMPORTANCE DE LA
COMPLÉMENTARITÉ
Cette fois-ci, il y a eu une participation
accrue de joueurs étrangers de natio-
nalité française. Après cinq matchs
consécutifs, Liliane et Haja accèdent
à la finale où ils ont affronté Thierry et
Camille, les samedi 16 et dimanche
17 décembre, sur le terrain de tennis
CJST. Ce duo mixte s’est distingué par
sa grande complémentarité. Haja, fils
d'un grand joueur de tennis, excelle en
tant que défenseur et soutien pendant
le match, tandis que Liliane est très
habile au filet pour contrer les attaques
adverses. Dans cette discipline,
la régularité est capitale car elle permet
d'éviter des points directs ou des fautes.
Ainsi, la complémentarité et le tandem
se révèlent être des atouts majeurs
pour une équipe de double en tennis.
L'IMPORTANCE
DU JEU DE JAMBES
Le tennis sollicite l'œil, la main et les
pieds. Cependant, certaines priorités
doivent être intégrées pour pouvoir se
surpasser dans cette discipline. Malgré
l'attention portée naturellement aux
mouvements du bras et de la raquette,
la qualité d'un bon coup de tennis
se joue au niveau du bas du corps.
La technique gestuelle du haut du
corps, combinée à des déplacements
précis, à un bon positionnement et
à un repositionnement rapide, influe
directement sur la qualité de la frappe.
Jouer au tennis, c'est comme pratiquer
plusieurs sports simultanément,
chaque partie du corps doit bouger de
manière synchronisée pour former un
ensemble harmonieux, du service au
lancement de la balle jusqu'à la frappe.
Jouer en double reste passionnant en
raison de sa spécificité, de la recherche
d'un tandem efficace, de la complicité
et de la complémentarité entre les
partenaires. L'encouragement mutuel
tout au long du match n’est pas non
plus à négliger comme également
l'anticipation des jeux et des coups de
l'adversaire.
Natacha Tsilangoy
TOURNOI DE NOËL DE LAWN TENNIS
Le tennis est une discipline qui ne s'oublie jamais si l'on a acquis les bases et les gestes adéquats,
même en l'absence d'une pratique régulière. Remporter un match représente toutefois un défi de
taille, car les adversaires ne restent pas passifs. Bien que le duo Liliane et Haja ainsi que Judio en
simples messieurs ont eu peu de temps pour se préparer au tournoi de Noël, ils ont démontré
que l'essentiel réside dans le maintien de l'endurance et d'une condition physique optimale, deux
éléments fondamentaux dans le monde du sport, à adopter comme règle de vie.
Liliane et Judio après la remise des trophées
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51

Contenu connexe

Tendances

Zagor Extra 076 - Zarobljenik
Zagor Extra 076 - ZarobljenikZagor Extra 076 - Zarobljenik
Zagor Extra 076 - Zarobljenik
Stripovizijacom
 
PortEcho N°41
PortEcho N°41PortEcho N°41
PortEcho N°41
SPATPortToamasina
 
PortEcho N°46
PortEcho N°46PortEcho N°46
PortEcho N°46
SPATPortToamasina
 
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice FicijaZagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
Stripovizijacom
 
0375 Poklič Sauka
0375  Poklič Sauka0375  Poklič Sauka
0375 Poklič SaukaTompa *
 
الجزء السابع والعشرون
الجزء السابع والعشرونالجزء السابع والعشرون
الجزء السابع والعشرون
Mohammad Ihmeidan
 
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
Zara_Mohammed
 
Zagor VC-099- Na obali velike reke
Zagor VC-099- Na obali velike rekeZagor VC-099- Na obali velike reke
Zagor VC-099- Na obali velike reke
Stripovizijacom
 
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
Alex Stewart
 
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdf
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdfMagicni Vjetar Knjiga 41.pdf
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdf
zoran radovic
 
تفسير الجزء الحادي والعشرون
تفسير الجزء الحادي والعشرونتفسير الجزء الحادي والعشرون
تفسير الجزء الحادي والعشرون
Mohammad Ihmeidan
 
O-level part 1.pdf
O-level part 1.pdfO-level part 1.pdf
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1 CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
Zara_Mohammed
 
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
Alex Stewart
 
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
Zara_Mohammed
 
Set 2 pdf
Set 2 pdfSet 2 pdf
Set 2 pdf
ssuser5ab5341
 
0605 zs lazni vukovi (komandant mark) @
0605 zs   lazni vukovi (komandant mark) @0605 zs   lazni vukovi (komandant mark) @
0605 zs lazni vukovi (komandant mark) @
schugebegy
 
Violoncelo método - suzuki cello school - volume 05
Violoncelo   método - suzuki cello school - volume 05Violoncelo   método - suzuki cello school - volume 05
Violoncelo método - suzuki cello school - volume 05
Saulo Gomes
 
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
Oral Johnson
 
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
Zara_Mohammed
 

Tendances (20)

Zagor Extra 076 - Zarobljenik
Zagor Extra 076 - ZarobljenikZagor Extra 076 - Zarobljenik
Zagor Extra 076 - Zarobljenik
 
PortEcho N°41
PortEcho N°41PortEcho N°41
PortEcho N°41
 
PortEcho N°46
PortEcho N°46PortEcho N°46
PortEcho N°46
 
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice FicijaZagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
Zagor Ludens Kolor 007 - Pravda Skitnice Ficija
 
0375 Poklič Sauka
0375  Poklič Sauka0375  Poklič Sauka
0375 Poklič Sauka
 
الجزء السابع والعشرون
الجزء السابع والعشرونالجزء السابع والعشرون
الجزء السابع والعشرون
 
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
CAPE Biology Unit 2 Paper 2 2014
 
Zagor VC-099- Na obali velike reke
Zagor VC-099- Na obali velike rekeZagor VC-099- Na obali velike reke
Zagor VC-099- Na obali velike reke
 
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2010
 
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdf
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdfMagicni Vjetar Knjiga 41.pdf
Magicni Vjetar Knjiga 41.pdf
 
تفسير الجزء الحادي والعشرون
تفسير الجزء الحادي والعشرونتفسير الجزء الحادي والعشرون
تفسير الجزء الحادي والعشرون
 
O-level part 1.pdf
O-level part 1.pdfO-level part 1.pdf
O-level part 1.pdf
 
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1 CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
CAPE Caribbean Studies 2015 Paper 1
 
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
CAPE Management Of Business Unit 2 Paper 2 - 2006
 
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
CAPE Caribbean Studies 2014 Paper 1 Specimen
 
Set 2 pdf
Set 2 pdfSet 2 pdf
Set 2 pdf
 
0605 zs lazni vukovi (komandant mark) @
0605 zs   lazni vukovi (komandant mark) @0605 zs   lazni vukovi (komandant mark) @
0605 zs lazni vukovi (komandant mark) @
 
Violoncelo método - suzuki cello school - volume 05
Violoncelo   método - suzuki cello school - volume 05Violoncelo   método - suzuki cello school - volume 05
Violoncelo método - suzuki cello school - volume 05
 
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
CSEC GEOGRAPHY PAST PAPER- PAPER 2- 2014
 
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
CAPE Biology Unit 2 Paper 1 2011
 

Similaire à Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51

Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
Jamal Yasser
 
OSER, INNOVER, RASSEMBLER
OSER, INNOVER, RASSEMBLEROSER, INNOVER, RASSEMBLER
OSER, INNOVER, RASSEMBLER
Thomas Bernard
 
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
Leonard
 
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du NordAgir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
OECDglobal
 
Discours Carole Delga - Forum FIER
Discours Carole Delga - Forum FIER Discours Carole Delga - Forum FIER
Discours Carole Delga - Forum FIER
Jeremie7
 
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
Mondher Khanfir
 
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
Paul Biya
 
Appel à projet ptce 2015
Appel à projet ptce 2015Appel à projet ptce 2015
Appel à projet ptce 2015
aprova84
 
Communique presse plan relance 2
Communique presse plan relance 2Communique presse plan relance 2
Communique presse plan relance 2
Institution Publique
 
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015Franck Dasilva
 
tunisia-country-strategy-french.pdf
tunisia-country-strategy-french.pdftunisia-country-strategy-french.pdf
tunisia-country-strategy-french.pdf
FedyTimoumi1
 
Le Pacte d'Avenir pour la Bretagne
Le Pacte d'Avenir pour la BretagneLe Pacte d'Avenir pour la Bretagne
Le Pacte d'Avenir pour la Bretagne
FactaMedia
 
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
OECD Governance
 
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
Thierry Jir
 
Pilier iii promouvoir u pilier iii promouvoir une plus grande inclusion soc...
Pilier iii promouvoir u pilier iii   promouvoir une plus grande inclusion soc...Pilier iii promouvoir u pilier iii   promouvoir une plus grande inclusion soc...
Pilier iii promouvoir u pilier iii promouvoir une plus grande inclusion soc...
Jamaity
 
Lettre convergence 30
Lettre convergence 30Lettre convergence 30
Lettre convergence 30
Laura_TA
 
Fedil2.pdf
Fedil2.pdfFedil2.pdf
Fedil2.pdf
Paperjam_redaction
 

Similaire à Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51 (20)

Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
Problèmes économiques et sociaux 3/3[learneconomie.blogspot.com]
 
OSER, INNOVER, RASSEMBLER
OSER, INNOVER, RASSEMBLEROSER, INNOVER, RASSEMBLER
OSER, INNOVER, RASSEMBLER
 
rapport_cgi
rapport_cgirapport_cgi
rapport_cgi
 
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone3 scénarios pour un Paris 0 carbone
3 scénarios pour un Paris 0 carbone
 
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du NordAgir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
Agir avec MENA - l'OCDE et le Moyen-Orient & l'Afrique du Nord
 
Discours Carole Delga - Forum FIER
Discours Carole Delga - Forum FIER Discours Carole Delga - Forum FIER
Discours Carole Delga - Forum FIER
 
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
Plaidoirie pour une politique publique favorisant l'avènement de la société d...
 
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
Paul Biya - Président du Cameroun - Message du Président Paul Biya à l’occasi...
 
Appel à projet ptce 2015
Appel à projet ptce 2015Appel à projet ptce 2015
Appel à projet ptce 2015
 
Communique presse plan relance 2
Communique presse plan relance 2Communique presse plan relance 2
Communique presse plan relance 2
 
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015
Pôle de Coopération - PTCE EcoPAL La Réunion - Lauréat national 2015
 
tunisia-country-strategy-french.pdf
tunisia-country-strategy-french.pdftunisia-country-strategy-french.pdf
tunisia-country-strategy-french.pdf
 
Le Pacte d'Avenir pour la Bretagne
Le Pacte d'Avenir pour la BretagneLe Pacte d'Avenir pour la Bretagne
Le Pacte d'Avenir pour la Bretagne
 
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
Note conceptuelle OCDE Atelier 2 prévention des risques au Maroc mai 2017
 
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
Dossier Emploi, Formation et Alternance à La Réunion : le supplément du JIR-J...
 
Transition energetique
Transition energetiqueTransition energetique
Transition energetique
 
Pilier iii promouvoir u pilier iii promouvoir une plus grande inclusion soc...
Pilier iii promouvoir u pilier iii   promouvoir une plus grande inclusion soc...Pilier iii promouvoir u pilier iii   promouvoir une plus grande inclusion soc...
Pilier iii promouvoir u pilier iii promouvoir une plus grande inclusion soc...
 
Lettre convergence 30
Lettre convergence 30Lettre convergence 30
Lettre convergence 30
 
Fedil2.pdf
Fedil2.pdfFedil2.pdf
Fedil2.pdf
 
MécaSphère 24 - Décembre 2012
MécaSphère 24 - Décembre 2012MécaSphère 24 - Décembre 2012
MécaSphère 24 - Décembre 2012
 

Plus de SPATPortToamasina

Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
SPATPortToamasina
 
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les portsRecueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
SPATPortToamasina
 
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptx
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptxFormation sur l’authentification des billets de banque.pptx
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptx
SPATPortToamasina
 
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT (Partenariat ent...
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT  (Partenariat ent...Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT  (Partenariat ent...
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT (Partenariat ent...
SPATPortToamasina
 
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPATListe des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
SPATPortToamasina
 
SPAT Avis de recrutement 2023
SPAT Avis de recrutement 2023SPAT Avis de recrutement 2023
SPAT Avis de recrutement 2023
SPATPortToamasina
 
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
SPATPortToamasina
 
Perspectives du commerce mondial et statistiques
Perspectives du commerce mondial et statistiquesPerspectives du commerce mondial et statistiques
Perspectives du commerce mondial et statistiques
SPATPortToamasina
 
Résultat des Admis recrutement 2ème vague
Résultat des Admis recrutement 2ème vagueRésultat des Admis recrutement 2ème vague
Résultat des Admis recrutement 2ème vague
SPATPortToamasina
 
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
SPATPortToamasina
 
PortEcho N°47
PortEcho N°47PortEcho N°47
PortEcho N°47
SPATPortToamasina
 
UNCTAD Handbook of Statistics 2022
UNCTAD Handbook of Statistics 2022UNCTAD Handbook of Statistics 2022
UNCTAD Handbook of Statistics 2022
SPATPortToamasina
 
Profil maritime de Madagascar
Profil maritime de MadagascarProfil maritime de Madagascar
Profil maritime de Madagascar
SPATPortToamasina
 
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
SPATPortToamasina
 
Seafarers Day Message
Seafarers Day MessageSeafarers Day Message
Seafarers Day Message
SPATPortToamasina
 
Programme journée mondiale des gens de mer 2022
Programme journée mondiale des gens de mer 2022Programme journée mondiale des gens de mer 2022
Programme journée mondiale des gens de mer 2022
SPATPortToamasina
 
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
SPATPortToamasina
 
Avis de recrutement pour 07 postes
Avis de recrutement pour 07 postesAvis de recrutement pour 07 postes
Avis de recrutement pour 07 postes
SPATPortToamasina
 
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
SPATPortToamasina
 
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan IndienPlan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
SPATPortToamasina
 

Plus de SPATPortToamasina (20)

Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°52
 
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les portsRecueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
Recueil de directives pratiques sur la sûreté dans les ports
 
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptx
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptxFormation sur l’authentification des billets de banque.pptx
Formation sur l’authentification des billets de banque.pptx
 
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT (Partenariat ent...
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT  (Partenariat ent...Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT  (Partenariat ent...
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT (Partenariat ent...
 
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPATListe des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Liste des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
 
SPAT Avis de recrutement 2023
SPAT Avis de recrutement 2023SPAT Avis de recrutement 2023
SPAT Avis de recrutement 2023
 
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
The Container Port Performance Index 2022 A Comparable Assessment of Performa...
 
Perspectives du commerce mondial et statistiques
Perspectives du commerce mondial et statistiquesPerspectives du commerce mondial et statistiques
Perspectives du commerce mondial et statistiques
 
Résultat des Admis recrutement 2ème vague
Résultat des Admis recrutement 2ème vagueRésultat des Admis recrutement 2ème vague
Résultat des Admis recrutement 2ème vague
 
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
Note de Synthese ISEMAR | Transport maritime premiers bilans 2022 et perspect...
 
PortEcho N°47
PortEcho N°47PortEcho N°47
PortEcho N°47
 
UNCTAD Handbook of Statistics 2022
UNCTAD Handbook of Statistics 2022UNCTAD Handbook of Statistics 2022
UNCTAD Handbook of Statistics 2022
 
Profil maritime de Madagascar
Profil maritime de MadagascarProfil maritime de Madagascar
Profil maritime de Madagascar
 
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
21 décembre 1982 – 2022 : 40 ANS de Coopération avec la COI
 
Seafarers Day Message
Seafarers Day MessageSeafarers Day Message
Seafarers Day Message
 
Programme journée mondiale des gens de mer 2022
Programme journée mondiale des gens de mer 2022Programme journée mondiale des gens de mer 2022
Programme journée mondiale des gens de mer 2022
 
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
CNUCED Résumé étude sur les transports maritimes 2022
 
Avis de recrutement pour 07 postes
Avis de recrutement pour 07 postesAvis de recrutement pour 07 postes
Avis de recrutement pour 07 postes
 
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
Résultat des candidats admis au test de recrutement de la SPAT
 
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan IndienPlan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
Plan d’action régional sur l’économie bleue de la Commission de l’Océan Indien
 

Bulletin trimestriel d'information PortEcho N°51

  • 1.
  • 2. PortEcho | N°51 2 DU CÔTÉ DES QUAIS
  • 3. PortEcho | N°51 3 DU CÔTÉ DES QUAIS SOMMAIRE 34. TRAFIC MARITIME 36. MOUVEMENT DES NAVIRES 37. ANNUAIRE DES MARÉES 46. ACTUS EN PHOTOS 47. LOISIRS 11.EXTENSION DU PORT DETOAMASINA, UN ENJEU ÉCONOMIQUE MAJEUR 12.ACHÈVEMENT DE L’EXTENSION DU BRISE-LAMES 14.MUR DE PROTECTION MARITIME DU PORT DETOAMASINA 15.DESTRAVAUX DE NUIT POUR L' ACCÉLÉRATION DES CHANTIERS 16.LIVRAISON IMMINENTE DE LA PREMIÈRE PARTIE DUTERMINAL À CONTENEURS HASTIE 17.FUTUR QUAI C4, PILIER DE L'EXTENSION PORTUAIRE 18.L’ÉCONOMIE DU FUTUR 19.FORMATION AVEC DAMEN : UN PAS EN AVANT POUR LA SPAT 20.L’AIVP DEVENISE : POUR UNEVISION COMMUNE DE L’AVENIR 21.RENFORCEMENT DU LIEN PORT-CITOYEN-VILLE 22.LES PORTS À L’ÉPREUVE DE LA DÉCARBONATION 23.HYDROTUG 1, PREMIER REMORQUEUR HYDROGÈNE AU MONDE 04. ÉDITORIAL ÉCONOMIE Directeur de Publication AVELLIN Christian Eddy Comité de Rédaction Liliane MELQUIOND-ZAFINIRINA Natacha TSILANGOY Noeline RAHARINANTENAINA Infographie & photos Johany Marino HARINDRATSIMBA Edition ECOPRIM TEL: 020 22 320 89 FAX: 020 22 690 87 Zone Industrielle Nord des hydrocarbures Ankorondrano e-mail: commercial@sitram-ecoprim.com D.L N° 1824/01/2024 Nombre de tirage: 500 exemplaires ÉVÈNEMENT SANTÉ 42. LETOURISME MÉDICAL À L’HONNEUR SPORT 43.TOURNOI DE NOËL DE LAWNTENNIS ÉDUCATION & CULTURE 44. LA SURPRENANTE FAUNE, TOURISTIQUE ET COMMUNICATRICE 38. APF-SPAT ÀVATOMANDRY : CRÉATION D’UN ESPACE DE SOLIDARITÉ 40. JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ÀTOAMASINA 24.ENTRAÎNEMENT DE SÛRETÉ PORTUAIRE 25.STRATÉGIE NATIONALE DE L’ÉCONOMIE BLEUE 26.CAMPAGNE LITCHIS 2023, TOUT LE MONDE EN A PROFITÉ 27.LA PROMOTION « MANDRESY » AU PORT DETOAMASINA 06. DIXIÈME ANNIVERSAIRE DE LA CEINTURE ÉCONOMIQUE ET DE LA ROUTE MARITIME DE LA SOIE ENVIRONNEMENT 29.PRÉSERVATION DE L'ÉCOSYSTÈME MARIN AUX NORMES ENVIRONNEMENTALES DU CÔTÉ DES QUAIS 30.LOGOS HOPE ÀTOAMASINA, UNVOYAGE DE SAVOIR ET DE SOLIDARITÉ 32.A BORD DU PAQUEBOT DE LUXE « LE CHAMPLAIN »
  • 4. EDITO EDITO EDITO Éditorial … 4 L'écosystème évolue, et les défis auxquels nous sommes confrontés deviennent de plus en plus complexes. Dans ce contexte, il est impératif de rester attentif aux opportunités, en adoptant une attitude positive tout en restant réaliste grâce à une interaction fructueuse entre le gouvernement et les entreprises. Le secteur privé est le moteur clé de la croissance économique, aussi un dialogue efficace avec le gouvernement crée un environnement propice aux investissements privés, stimule la croissance économique et la création d'emplois. Il en est de même de l'innovation favorisée par la collaboration entre le public et le privé. Les entreprises privées, avec leur capacité à apporter des idées novatrices, peuvent bénéficier du soutien du gouvernement par le biais de politiques d'incitation et de réglementations appropriées. La réalisation de projets d'infrastructure d'envergure dans le domaine des transports, de l'énergie et des télécommunications,requiertsouventuneétroitecollaborationentrelesdeuxsecteurs.Cettecoopération assure une excellente planification, d'importants investissements et des résultats durables. Le partenariat public-privé en mobilisant une diversité de ressources, de compétences et de connaissances aboutit généralement à des solutions efficaces. Une approche intégrée est ainsi très appropriée pour relever les défis sociétaux complexes, tels que le changement climatique, la santé publique et la pauvreté. L'utilisation judicieuse des ressources ainsi que l'application des principes de transparence, de responsabilité et de participation du secteur privé dans les processus décisionnels renforcent la gouvernance publique. Le secteur privé, en travaillant de concert avec le public, peut jouer un rôle clé dans le développement durable en intégrant des pratiques commerciales responsables et des initiatives sociales. Un environnement avec un dialogue public-privé bien établi rend un pays ou une région plus attrayant pour les investisseurs étrangers, renforçant ainsi la compétitivité économique. Dans un paysage en mutation rapide, le dialogue public-privé émerge comme une force motrice essentielle pour surmonter les défis, exploiter les opportunités et promouvoir le développement durable. Liliane Melquiond-Zafinirina L’ÉCOSYSTÈME CHANGE ET LES CHALLENGES SONT COMPLEXES
  • 5. ORIAL 5 The ecosystem is changing, and the challenges which we face are becoming increasingly complex. In this context, it is imperative to remain attentive to opportunities by adopting a positive realistic attitude through fruitful interaction between government and businesses. The private sector is a key driver of economic growth. Effective dialogue with the government creates an environment conducive to private investments, stimulates economic growth, and job creation. Innovation is also fostered through collaboration between the public and private sectors. Private companies, with their ability to bring innovative ideas, can benefit from government support through favorable incentive policies and appropriate regulations. The implementation of large-scale infrastructure projects in the fields of transportation, energy, and telecommunications often requires close collaboration between the two sectors. This cooperation ensures excellent planning, significant investments, and sustainable outcomes. Public-private partnerships, mobilizing a diversity of resources, skills and knowledge, generally lead to effective solutions. An integrated approach is highly suitable for addressing complex societal challenges such as climate change, public health, and poverty. The judicious use of resources, along with the application of transparency, accountability, and private sector participation principles in decision-making processes, strengthens public governance.The private sector, working in concert with the public, can play a key role in sustainable development by integrating responsible business practices and social initiatives. An environment with a well-established public- private dialogue makes a country or region more attractive to foreign investors, thereby strengthening economic competitiveness. In a rapidly changing landscape, public-private dialogue emerges as an essential driving force to overcome challenges, harness opportunities, and promote sustainable development. Liliane Melquiond-Zafinirina THE ECOSYSTEM IS CHANGING, AND THE CHALLENGES ARE COMPLEX
  • 6. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 6 DIXIÈME ANNIVERSAIRE DE LA CEINTURE ÉCONOMIQUE ET DE LA ROUTE MARITIME DE LA SOIE La Route de la Soie, vieille de deux millénaires, a évolué pour devenir la Ceinture Économique et la Route Maritime de la Soie du 21e siècle. « La ceinture et la route », également appelée BRI (Belt and Road Initiative), lancée en 2013 par le Président chinois Xi Jinping vise à renforcer la connectivité mondiale et à favoriser la coopération économique et commerciale internationale. L'objectif est de rééquilibrer les inégalités de revenus et de développement inhérentes à la mondialisation, en promouvant des investissements, notamment dans les infrastructures, le long des itinéraires de la Route de la Soie. Dans le contexte actuel, où l’économie mondiale peine à se redynamiser avec, entre autres, l'impact continu de la crise financière internationale liée au choc de la pandémie de Covid-19 et aux conséquences du conflit ukrainien, ainsi que les changements complexes et significatifs, cette initiative à laquelle à adhérer de nombreux pays a toute sa place à travers une coopération gagnant-gagnant en consolidant les partenariats et en créant un réseau intégré d'interconnexion entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique. Kaliva / Shutterstock Détail d'une carte nautique (portulan) représentant une caravane empruntant la route de la soie au XVIe siècle JOSSE / LEEMAGE Le Président chinois, Xi Jinping
  • 7. PortEcho | N°51 7 ÉCONOMIE Madagascar qui figure parmi les premiers pays africains à avoir signé un mémorandum d'entente en 2017, est pleinement engagé dans la construction conjointe de la Ceinture et de la Route. Aussi,aucoursdecesdernièresannées, particulièrement de 2013 à 2023, la coopération sino-malgache s’est bonifiée et n’a cessé de s’intensifier. La Chine demeure le premier partenaire commercialdeMadagascarsurplusieurs années consécutives avec 1 689 millions de dollars d'échanges en 2022. Les deux pays continuent de travailler main dans lamainpourundéveloppementcommun. Le stock des investissements directs (IED) chinois dans la Grande île se situait, fin 2021, autour de 323 millions de dollars US. Lors de la célébration du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, l’ambassadeur de Chine à Madagascar, a d’ailleurs mis en exergue les grands projets de coopération dans divers domaines prioritaires tels que la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique, la connectivité numérique, la construction d’infrastructures, la santé publique, le sport et le renforcement des capacités. RENFORCEMENT DE LA CONNECTIVITÉ MONDIALE Le développement d’un pays n’est pas figé dans un échange économique bilatéral exclusif. Il se construit à travers des relations économiques diversifiées. La construction de la Ceinture et de la Route de la Soie, avec ses impli- cationsgéopolitiques majeures, renforce l'influence économique et politique de la Chinedansdiversesrégionsdumondeet crée de nouvelles alliances stratégiques. Avec sa politique fondamentale d’ouver- ture sur l'extérieur, ses relations se développent tous azimuts. La Chine ambitionne de s'intégrer de façon approfondie au système économique mondial. Faire progresser la construc- tion de la Ceinture et de la Route est pour elle une nécessité et en même temps une opportunité. Elle élargit son ouverture d'une part, et redynamise sa coopération mutuelle- ment bénéfique avec tous les autres pays d'autre part. Cérémonie d'ouverture du troisième " Belt and Road Forum " à Pékin, le 18 octobre 2023, marquant le 10e anniversaire de la Ceinture Economique de la Route de la Soie YUE YEUWEI / XINHUA Colloque sur le 50e anniversaire de la coopération sino-malagasy le 25 octobre 2022 au Carlton Anosy ENAM / MADAGASCAR
  • 8. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 8 Ce qui implique toutefois plus de responsabilités et de devoirs dans la mesure de ses capacités afin de contribuerdavantageaudéveloppement pacifique de l'humanité. La politique de la route de la soie prône la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays. Aussi, la Chine ne s’aventure pas à imposer sa volonté aux autres, et notamment à ses partenaires africains. Les rapports gagnants- gagnants, la priorisation des intérêts communs,lapréservationdelaconfiance réciproque ainsi que la promotion des échanges culturels mutuellement enrichissants constituent la trame de la coopération économique redyna- misée par la construction conjointe de la Ceinture et de la Route. Cette dernière favorise, en effet, l'interconnexion entre les continents asiatique, européen et africain ainsi que les mers et océans adjacents. Elle met en place un réseau d'interconnexion intégré, tous azimuts et à divers niveaux, et réalise un développement diversifié, autonome, équilibré et durable des pays riverains. La planification des escales au sein des ports devient ainsi, inévitablement un enjeu majeur. Le trajet habituel d'un porte-conteneurs, au départ de la Chine et se dirigeant vers l'Europe continentale, la congestion des ports, et la nécessité d'économiser du carburant sont autant de variables importantes à prendre en compte. POUR L’OPTIMISATION EFFICACE DES ITINÉRAIRES MARITIMES De nouvelles routes commerciales se dessinent à l'échelle mondiale, avec l’émergence économique des pays d’Asie. Pour pouvoir suivre le rythme et profiterdecettecroissance,denombreux ports se sont dotés de plan d’extension pour pouvoir accueillir des navires de grand tonnage et offrir des prestations de qualité dans un délai raisonnable. Le déchargement des marchandises prend ainsi moins de temps, ce qui a un impact sur les opérations portuaires et sur la fiabilité de leur programmation. Une optimisation efficace des itinéraires permet alors à une compagnie maritime deprévoiravecprécisionl’heured’arrivée d’un navire au port de destination, de gagner du temps, de réduire les coûts, d’économiser du carburant et de limiter l’ampleur de la pollution. Comme il est de plus en plus incontournable que les passe par plusieurs arrêts dans les ports. Cequicompliquelagestiondesitinéraires du circuit pour les armateurs et les clients. Les conditions météorologiques, La voie ferrée Addis-Abeba-Djibouti, premier chemin de fer transfrontalier du continent africain, un des projets phares de la " Belt and Road Initiative" Yasuyushi Chiba / Getty Image Le canal de Suez en Egypte, parmis les itinéraires de la nouvelle route de la soie Shutterstock
  • 9. PortEcho | N°51 9 ÉCONOMIE navires soient conçus selon les recommandations pour une meilleure efficacité énergétique. Le port deToamasina n'estpasen reste, vu son emplacement géographique qui pourrait par la suite être géostratégique de par sa position sur cette nouvelle ceinture de route maritime mondiale. De même, avec cette nouvelle route de la soie, l’on s’attend à une redistribution descartes,surtoutque la mondialisation de l’économie fait pencher la balance vers l’Est et l’Afrique. L'interconnexion milite pour une inter- action au niveau des stratégies de développement des pays riverains qui mettra en avant les potentialités des marchés dans la région, stimulera l'investissement, la consommation et les emplois. Par ailleurs, il intensifiera les échanges culturels des peuples riverains et l'inspiration mutuelle de leurs civilisations pour une vie harmo- nieuse, paisible et aisée. L'initiative de la construction conjointe de la Ceinture et de la Route correspond parfaitement au courant de notre époque, à savoir la multi polarisation et la mondialisation économique, la diversi- fication culturelle et l'informatisation sociale. Elle préconise la coopération régionaleouverteetviseàsauvegarderle système de libre-échange et l'économie mondiale ouverte. Cette initiative a pour but de réaliser une circulation ordonnée et libre des facteurs économiques ainsi qu'une distribution efficace des ressources et une intégration profonde du marché, de favoriser la coordi- nation des politiques économiques des pays riverains, de mener une coopéra- tion régionale plus approfondie, à plus grande échelle, à un niveau plus élevé, et de créer ensemble une architecture de coopération économique régionale qui soit ouverte, inclusive, équilibrée et bénéfique à tous. Construire ensemble la Ceinture et la Route, d'une part, correspond aux intérêtsfondamentauxdelacommunauté internationale, et d'autre part, reflète l'idéal et l'aspiration communs de l'humanité. Cela s'inscrit dans les efforts visant à explorer de nouveaux modes de coopération inter-nationale et de gouvernance mondiale, et joue un rôle positif pour le développement pacifique du monde. L’accélération de la construction de la Ceinture et de la Route tout en reflétant les idéaux et les aspirations communes de l'humanité contribue à la prospérité économique des pays riverains et au bénéfice de tous les peuples. Liliane Melquiond-Zafinirina Chantier du pont Magufuli, sur le lac Victoria en Tanzanie, dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR) Xinhua/Herman Emmanuel Le Port de Toamasina
  • 10. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 10 LE SAVIEZ-VOUS ? MADAGASCAR SUR LES ROUTES MARITIMES DE LA SOIE Du IXe au XIIe siècle de notre ère, les marchands de la péninsule arabique et du plateau iranien ont commencé à se lancer dans un vaste commerce avec la côte Est-africaine, notamment entre 1200 et 1500.Au cours de cette période, des navires ont traversé l'océan Indien, la mer Rouge et le golfe Persique transportant des marchandises impor- tées et exportées sur les Routes maritimes de la Soie entre les Indes orientales, la Chine, le sous-continent indien, le plateau iranien et l'Afrique de l'Est. Les matériaux exportés d'Afrique de l'Est comprenaient de l'or, des outils en fer, de l'ivoire, des carapaces de tortue et des cornes de rhinocéros. Ces marchandises parcouraient de vastes distances allant de la péninsule arabique, au sous- continent indien et à la Chine, tandis que le coton et les perles de verre importés du sous-continent indien, la soie et la porcelaine de Chine et la poterie de la péninsule arabique entraient en Afrique. Cette activité marchande a conduit à la création d'un certain nombre de villes sur la côte Est-africaine dans ce qui est aujourd'hui la Somalie, le Kenya, la Tanzanie et le Mozambique, reliant même l'océan Indien à l'île de Madagascar. Ce commerce a facilité un grand brassage de cultures dont les résultats restent évidents aujourd'hui, notamment dans la culture swahili, mais aussi dans de nombreuses autres cultures du littoral Est-africain. (…) La poterie et la porcelaine découvertes sur les sites archéologiques de l'île révèlent des contacts potentiels entre la Chine et Madagascar établis dès le Xe siècle. Les marchandises de la Chine telles que la porcelaine et la poterie ont été transportées vers la péninsule arabique, puis vers l'Afrique de l'Est. Ces résultats indiqueraient des contacts via le commerce des Routes de la Soie entre Madagascar et la Chine, contacts qui seraient antérieurs au voyage de l'explorateur Zheng He vers la côte africaine au XVe siècle. Ultérieurement vers 1500, des marchands européens sont arrivés à Madagascar attirés par le coton de haute qualité, les palmiers en raphia et les textiles de soie produits localement par des artisans qualifiés. Au début du XVIe siècle, des récits de navigateurs portugais rapportaient l'existence d'un certain nombre de villes côtières de Madagascar qui présentaient des similitudes architecturales avec Kilwa Kisiwani, le célèbre port maritime de ce qui est aujourd'hui la Tanzanie, visité par le grand érudit et voyageur des Routes de la Soie, Ibn Battuta en 1330. Ces villes de Madagascar résultaient du réseau commercial arabe à travers l'océan Indien occidental, l'une des plus grandes villes était Vohémar, une colonie commerciale fondée au XIIIe siècle dans le Nord-Est de l'île qui, en plus d'être un centre du commerce des Routes maritimes de la Soie, abritait ses propres traditions artistiques et artisanales mêlant des influences arabes, africaines et asiatiques. Au début du Moyen Âge, les Routes maritimes de la Soie se sont considéra- blement développées grâce aux progrès techniques de la navigation, de l'astronomie et de la construction navale, qui se sont combinés pour rendre les voyages en mer de plus en plus pratiques pour l'activité mercantile. Ainsi,desvillesaniméescôtièresreliées via l'océan Indien se sont développées autour des ports fréquemment visités le long de ces routes, en Afrique de l'Est, elles comprenaient Zanzibar, Kilwa Kisiwani, ainsi que des sites de la Somalie, du Kenya et du Mozambique modernes, et dans l'océan Indien, l'île de Madagascar. Ces villes devinrent à leur tour de riches centres d'échange de marchandises, d'idées, de langues et de croyances, avec de grands marchés, des populations de commerçants et marins en constante évolution, reflétant ainsi les nombreux échanges des Routes maritimes de la Soie. (…) https://fr.unesco.org/silkroad/ content/le-saviez-vous-madagascar-sur-les- routes-maritimes-de-la-soie Une toile représentant le Grand Amiral Zheng He durant sont expédition en Afrique Caravan Daily
  • 11. PortEcho | N°51 11 ÉCONOMIE Les travaux incluent la construction d'un nouveau quai de 470 m de long et de -16 m de profondeur, capable d'accueillir des cargos de grande envergure. Des milliers de blocs d'absorption d'eau en béton ont été fabriqués sur place, dont une grande partie est utilisée pour le prolongement dubrise-lamessur345m.Lefinancement substantiel de ce projet colossal provient du Japon, contribuant à hauteur de 65% du coût total, sous la forme d'un prêt remboursable sur 40 ans, estimé à 639 millions de dollars. À proximité du port, sur la plage, des jetées en béton sont en cours d'installation pour protéger le littoral des aléas climatiques tels que la houle et les cyclones. Le deuxième projet, baptisé "Miami", vise à embellir et à réaménager le bord de mer. Selon les autorités locales, l'extension du port favorisera la connectivité de Madagascar avec l'Afrique et l'Asie, représentant un enjeu économique majeur pour Toamasina, mais aussi pour l'ensemble du pays, voire pour toute la région de l'océan Indien. La population locale est la principale bénéficiairedecestravaux.Laconstruction des jetées sur le littoral témoigne déjà de l’impacttangibledeschangementsfuturs. Il n’en demeure pas moins vrai que toute action de développement, tout grand projet comme celui de l’extension du port de Toamasina suppose des sacrifices, requiert une résilience considérable. Mais une fois les chantiers achevés, de EXTENSION DU PORT DE TOAMASINA, UN ENJEU ÉCONOMIQUE MAJEUR L’agrandissement du port de Toamasina, actuellement en cours, est un des projets les plus significatifs entrepris par l'État et l'Autorité Portuaire. Cette transformation implique des coûts financiers, des ajustements opérationnels et des perturbations temporaires, mais entraînera des améliorations potentielles en termes d'efficacité, d'adaptation aux nouvelles réalités du marché et de croissance durable sur le court, moyen et long termes. L'année 2019 était une année record juste après la réalisation du terre-plein de 10 ha sur fonds propres de la SPAT pour la MICTSL. En 2023, le port a géré environ 220 000 conteneurs, un chiffre qui pourrait quadrupler d'ici 2035. Le projet d'extension, ajoutant 25 ha aux 70 ha existants, prévoit initialement d'élargir la zone de stockage des conteneurs sur une superficie totale de 10 ha d'ici 2026. DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LE BIEN-ÊTRE COLLECTIF nouvelles opportunités pour le bien-être collectif se créeront. Enfin, dans cette période de transition vers des pratiques plus durables, les ajustements significatifs dans les modes de vie et les investissements considérables dans des technologies respectueuses de l'environnement sont nécessaires, et valent indéniablement la peine pour un avenir durable et prospère. Les changements à l'échelle nationale ou internationale, bien que réclamant des efforts collectifs sont justifiés par les avantagespotentielstelsqueladurabilité, la préservation de l'environnement et le bien-être commun. Liliane Melquiond-Zafinirina
  • 12. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 12 Débuté en mars 2021 et officiellement achevé à la fin de novembre 2023 dernier, le prolongement du brise-lames du Port de Toamasina est considéré comme une prouesse technique colossale dans l'histoire de l'ingénierie côtière. Sa longueur totale atteint 345 m dans sa section de coiffe en béton et 109 m à la jonction avec la digue existante. La coiffe majestueuse, s'élevant à 12 m de hauteur et s'étalant sur 12 m de large, a surmonté des défis considérables pour devenir un symbole de réussite technologique des travaux d’extension. TRIOMPHE TECHNIQUE ACHÈVEMENTDEL’EXTENSIONDUBRISE-LAMES
  • 13. PortEcho | N°51 13 ÉCONOMIE « Tout au début de cette aventure technique, nous avions eu à faire face aux caprices du béton, exposé aux rigueurs du climat tropical. Les températures élevées, combinées à la chaleur générée durant le durcissement du béton, ont entraîné des fissures menaçant l'intégrité de la structure. Il a fallu un ajustement ingénieux dans la formulation du béton et une vigilance accrue tout au long du processus de coulage pour venir à bout de ces dangers et maîtriser la situation » se remémore Ito Masafumi, Designer du brise-lames de l’Ecoh Corporation. Sho Takeda, ingénieur en brise-lames, quant à lui, raconte que les aléas météorologiques n’ont pas facilité leur tâche. En 2022, deux cyclones et une série de tempêtes tropicales ont défié les constructeurs en emportant des rochers déjà installés. Il a fallu plusieurs mois pour les restaurer. La mission du navire de construction dans l'océan Indien a été également entravé par des hauteurs de vague inattendues. Grâce, entres autres, à une extension des heures de travail et l'utilisation de grues supplémentaires. « Mais l'équipe a surmonté ces épreuves avec une détermination sans faille » affirme-t-il fièrement. Les préoccupations environnementales ont conduit à l'intégration de matériaux innovants. Les blocs de pierre de différentes tailles et les blocs en béton d'absorption des vagues (dolos) et d'armure (permex) sont devenus les pièces maîtresses de cette œuvre d'ingénierie (voir PortEcho N°50). LeJapon,avecdesconditionssimilairesà Okinawa, a inspiré ces choix, explique le Designerdubrise-lames.Bienquelequai C4 soit encore en cours de construction, les avantages du nouveau brise-lames sontdéjàperceptibles.Lameràl'intérieur de la digue est nettement plus calme, préfigurant la protection future du quai contre les vagues de l'océan ouvert. Austadedelaconceptionduprojet,toutes les alternatives ont été minutieusement étudiées pour pouvoir trouver la structure la plus adaptée à Toamasina.« L’option finalement retenue tient compte des éventuelles évolutions du niveau de la mer et des schémas météorologiques liés au changement climatique. Les hauteurs de vague planifiées pour une période de retour de 50 ans, offrent une marge de manœuvre pour pouvoir ajuster la digue à l'avenir, assurant ainsi sa stabilité face aux défis climatiques en évolution constante » explique Ito Masafumi.Lasurveillancedel'efficacitéet del'intégritéstructurelledemeuretoujours une priorité notamment après chaque saison des cyclones. A l'achèvement total de l’ensemble du projet, une équipe d'évaluation, soutenue par JICA, étudiera l'efficacité globale de cetteprouessetechnologique.Ainsi,cette digue, érigée pour résister au temps et aux éléments, s'inscrit comme une icône d'ingéniosité dans le paysage maritime de Toamasina. Noeline Raharinantenaina Opération de mise en place des derniers blocs de permex Les blocs de dolos assurent la protection des infrastructures
  • 14. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 14 Le travail de parapet est réalisé en deux sections distinctes. Le mur s'étendant sur environ 1,6 km le long de la zone de remblaiement du Récif Hastie appelé également HCY seawall est construit avec des blocs de béton et de pierres d’armure de 2 t. Tandis que la route en gravier menant au brise-lames après le Colas Seawall ou Breakwater side seawall, d’une longueur d’environ 270 m, est faite de blocs de béton et de tétrapodes. Ces nouveaux murs protègeront les installations portuaires, telles que le Terminal à Conteneurs Hastie (TAC), la cour des conteneurs C3 ainsi que les futures installations, des impacts sévères des tempêtes et aideront à la reprise en douceur des opérations portuaires. Les travaux avancent selon le calendrier prévu, la moitié nord du mur et le côté du brise-lame sont déjà achevés. Le chantier de la moitié sud de la zone TAC progresse à un rythme satisfaisant. La conception du mur a été pensée avec une attention particulière à la stabilité maximale, tout en optimisant l'utilisation des matériaux. Le béton et les roches ont été privilégiés pour leur facilité d'approvisionnement, leur économie et leur durabilité. « Les défis techniques, tels que la compréhension des vagues lors des tempêtes et des conditions du fond marin, ont été surmontés grâce à une analyse approfondie des données météorologiques et topographiques des 50 dernièresannées»expliqueTakedaSho, ingénieur en brise-lames. Ce projet ne se limite pas seulement à renforcer la sécurité du port, il présente aussi des avantages supplémentaires. « Les données d'analyse des vagues, recueillies pendant la conception du mur, ont été partagées avec d'autres projets, notamment la nouvelle route de contournement du port, financée par un donateur externe » nous confie toujours l’ingénieur en brise-lames. La construction du mur de protection maritime est une avancée notable dans la sécurisation des installations portuaires tout en favorisant leur résilience face aux mauvaises conditions météorologiques. Un pas significatif vers le renforcement et la modernisation du port de Toamasina. Noeline Raharinantenaina Le projet d'extension du port de Toamasina franchit une étape majeure avec la construction du mur de protection maritime. Ce mur, essentiel à la sécurité des installations portuaires, est en cours de réalisation le long de la zone de remblaiement du récif Hastie. MUR DE PROTECTION MARITIME DU PORT DE TOAMASINA
  • 15. PortEcho | N°51 15 ÉCONOMIE Les avantages vont au-delà de la rapi- dité. En effet, les travaux de nuit offrent d'énormes avantages logistiques.Avec la diminution du trafic, l’on n’est pas confronté à des problèmes d’affluence. Ce qui facilite le déplacement des tétra- podes, le transport des rochers du récif Hastieverslesbargesauniveaudubrise- lames, le dragage et le remblaiement du futur quai C4. Les chauffeurs de camion sont les plus favorables aux travaux nocturnes, car la circulation est plus fluide témoignent-ils. Pour Rova Emilien Ravoavy Randria- nasolo, la nuit offre un calme propice à une concentration accrue, et les éclairages spéciaux mettent beaucoup plus en évidence les contours des ouvrages. « C’est plus plaisant de travailler la nuit avec notamment la brise des vagues. Nous n’avons pas à supporter la chaleur parfois étouffante de la journée » note ce Superviseur Marine Réclamation qui affirme être très motivé à prendre le relais des travailleurs de jour. Interrogésurlesdéfistechniques,leChef de projet senior, Shinichi Nakayama, souligne que la nuit ne pose pas de difficultés particulières.Au contraire, sans l'encombrement diurne, les opérations sont plus aisées. « Tout est adapté aux exigences techniques de ces travaux nocturnes.Nosingénieursetsuperviseurs sont positionnés de manière stratégique pour assurer une coordination efficace même sous les étoiles. Des mesures spécifiques sont prises pour le bien-être de ceux qui travaillent la nuit car nous attachons une importance primordiale àlasantédenosressourceshumaines» précise-t-il. Les travaux d'extension du port de Toamasina progressent de manière soutenue, marqués par des efforts constants et une approche innovante. Les nuits deviennent ainsi le théâtre de changements concrets qui contribuent à façonner l'avenir maritime de la région. Noeline Raharinantenaina Accélérer la construction tout en respectant les normes requises. C’est l’objectif de l’institution des travaux de nuit lancés depuis mars 2022 dans le cadre du projet d’extension du port de Toamasina. Son impact est palpable sur le site du futur quai C4. DES TRAVAUX DE NUIT POUR L'ACCÉLÉRATION DES CHANTIERS Opération de débarquement de pieux
  • 16. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 16 LIVRAISON IMMINENTE DE LA PREMIÈRE PARTIE DU TAC HASTIE Cette extension est d’un intérêt vital face à la forte concurrence entre les ports de l'océan Indien. L'objectif est d’augmenter la capacité de stockage des conteneurs pour répondre à une prévision de trafic cargo atteignant 1 000 000 EVP d'ici 2035, et d’adapter les infrastructures aux porte-conteneurs de 20 170 EVP. Le Terminal à Conteneurs ou TAC Hastie s’étend sur 10 ha. La première partie sur 5 ha qui inclut un réseau d'incendie, 6 ancres de grue RTG pour les situations cycloniques, 6 hauts mâts d'éclairage et une sous- station électrique, offrira une capacité de stockage d'environ 6 910 EVP. Ce qui accélèrera le processus de traitement des conteneurs, allant du débarquement au dédouanement, tout en améliorant l'efficacité du commerce maritime à Madagascar. L'achèvement de cette première phase des travaux atténuera l'impact des travaux sur le quai C3 également en cours de rénovation. La construction de cette partie du terminal est faite à partir de buses et de caniveaux en béton armé préfabriqués selon des normes américaines avec des moules importés et des tests mécaniques. Les prochaines étapes prévues concernent l'édification de nouveaux quais pour supporter les grues portiques sur rail et la réalisation du TAC C4. L'inauguration officielle du TAC Hastie marquera une avancée significative dans le renforcement des opérations portuaires à Toamasina. Noeline Raharinantenaina La première tranche des travaux au niveau du Terminal à Conteneurs Hastie entamée en avril 2022 est en voie d’achèvement après la prise en compte des recommandations de l’inspection de septembre 2023. Elle sera livrée en début d’année, en janvier ou février 2024. Une étape cruciale dans le cadre de l’ambitieux projet d'extension du Port de Toamasina visant à renforcer sa compétitivité régionale voire internationale.
  • 17. PortEcho | N°51 17 ÉCONOMIE Le quai C4 répondra à un impératif straté- gique : accueillir des porte-conteneurs d'une capacité imposante, en passant de 42 000 à 192 672 DWT (20 170 EVP), renforcer l’efficacité logistique du port en améliorant la fluidité des opérations de débarquement des conteneurs. Pour une manutention optimale, des grues portiques sont prévues. Ses caractéristiques techniques, comme la construction sur des palplanches de pieux tubulaires métalliques ancrés dans du remblai rocheux jusqu'à -45 m sous le fond marin, représentent une transformation majeure par rapport aux anciens quais en blocs de béton superposés. La réalisation du quai C4 n'a pas été sans défi, notamment avec le mouvement des pieux pendant la construction. D’où le report de livraison par rapport au calendrier initial. Toutefois, ces obstacles ont pu être surmontés grâce à un recalcul de la stabilité de la structure, en tenant compte des conditions changeantes, et à une adaptation méthodique du processus de construction. Actuellement,lestravauxaffichentuntaux d'avancement estimé à environ 18%. Les étapesencourscomprennentlaconstruc- tion des poutres de couronnement en béton,leremblairocheuxentrelesrideaux de pieux tubulaires métalliques et des pieux tubulaires métalliques d’ancrage, et la mise en place de blocs de surcharge pour le compactage du remblai. Unefoisopérationnel,lequaiC4boosterala croissance de toute la régionAtsinanana. L'augmentation du trafic de conteneurs entraînera une hausse des redevances portuaires et stimulera l'économie locale. Ainsi, il se positionne comme un élément clé dans la modernisation et le renforcement de la compétitivité du Port de Toamasina, ouvrant la voie à de nouvelles opportunités économiques pour tous les districts de cette façade orientale de la Grande île. Noeline Raharinantenaina Depuis la plage, de jour comme de nuit, l' intense activité des barges à grue sur le futur quai C4 ne passe pas inaperçue. Cette nouvelle infrastructure d’une longueur de 470 m avec une profondeur de -16 m fait partie d’une des composantes fondamentales du projet d’extensionduportdeToamasina.Unenécessitéfaceàladynamique concurrentielle des ports de l'océan Indien. FUTUR QUAI C4 PILIER DE L'EXTENSION PORTUAIRE
  • 18. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 18 L’ÉCONOMIE DU FUTUR La finance durable est en pleine expansion et devient un moteur de croissance pour les entreprises. Considérée comme un moyen de mobilisation des ressources financières en faveur de la croissance inclusive et de la protection de l’environnement, elle propose des solutions financières permettant aux clients de développer leurs activités tout en s'inscrivant dans une économie axée sur l'avenir. Le développement durable implique que les sociétés humaines répondent à leurs besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à assurer les leurs. Ainsi, l'amélioration de la gouvernance d'entreprise et la promotion de pratiques favorisant le développement responsable et durable sont devenues aujourd’hui des préoccupations majeures pour bien des pays. FINANCER DES PROJETS RESPECTUEUX DE L'ENVIRONNEMENT Les obligations vertes, émises pour des projets environnementaux tels que les énergies renouvelables, et l'investissement à impact, visant à générer des impacts sociaux et environnementaux positifs en plus des rendements financiers, sont des outils clés. Le développement durable organise la société de manière à garantir son existence à long terme, prenant en compte les impératifs présents et futurs tels que la préservation de l'environnement et des ressources naturelles, ainsi que l'équité sociale et économique. Il englobe trois dimen- sions : économique, environnementale etsociale,serapprochantdeplusenplus de la résilience. Ainsi, la particularité du développement durable est de se situer au carrefour de ces 3 piliers. AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ ET LA PROSPÉRITÉ ÉCONOMIQUE Comment ces outils de financement peuvent-ils améliorer la compétitivité, l'efficacité et la prospérité économique des entreprises à Madagascar, dans la région de l'océan Indien, voire en Afrique ? Tout d'abord, en facilitant l'accès aux ressources financières pour les entreprises adoptant des pratiques durables, renforçant ainsi leur compétitivité.Ensuite, en intégrant la durabilité dans les modèles commerciaux pour réduire les risques environnementaux, se conformer aux réglementations et protéger la réputation des entre- prises. De plus, adopter des pratiques durables peut conférer un avantage concurrentiel, car de plus en plus d'acteurs privilégient les entreprises responsables. Enfin, la quête du développement durable stimule l'innovation et l'efficacité, entraînant des économies de coûts et une amélio- ration de l'efficacité opérationnelle, consolide la prospérité économique. RÔLE DES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE De plus en plus d'entreprises sont contraintes d'adopter les principes du développement durable, notamment en raison de lois les obligeant à mesurer et rendre publics leurs impacts environ- nementaux. Ainsi, elles ajustent leurs pratiques pour améliorer leur impact sur la planète, l'économie et la société où les institutions publiques et autres acteurs sont également concernés. Engager la promotion de la finance durable et soutenir les clients dans leur transition vers des pratiques commerciales durables renforcent non seulement la compétitivité des entreprises, mais contribuent également à la protection de l'environnement et à la création d'une économie inclusive pour l'avenir. Liliane Melquiond-Zafinirina
  • 19. PortEcho | N°51 19 ÉCONOMIE La session a été dirigée successivement par Vincent Ostrom, responsable de formation auprès de DAMEN, et deux formateurs,JochemVanRietdeDAMEN et Martin Brandsman de Pon Power. La finalité de cette série de formation était de développer les connaissances et les compétences des participants en matière d’entretien afin de garantir une durée de vie plus longue et un temps de fonctionnement accru des équipements. Ces trois cadres ont pu découvrir les fonctionnalités avancées des systèmes et des équipements. Le transfert de connaissances s’est déroulédemanièrepratiqueetimmersive, mettant l’accent sur la compréhension approfondie de la documentation connexe,notammentle«troubleshooting guide », pour la recherche de pannes et le dépannage. L’introduction à l’utilisation de l’outil ET (Electronic Technician) a été soulignée comme un avantage significatif. De plus, des documentations supplémentaires, ont été fournies en guise de soutien à la formation. Cette immersion a permis aux stagiaires d’être plus outillés dans la recherche de pannes et la résolution des problèmes de manière opportune, notamment par le test des capteurs et la vérification des paramètres. Aussi, Tojoniaina Razakandrainy Andianavalomandimby affirme que l’obtention de ces outils est indispensable pour une application optimale des connaissances acquises durant leur stage. Grâce à de telle formation, ces méca- niciens de la marine restent à la pointe des technologies. Natacha Tsilangoy La collaboration entre la SPAT et DAMEN va bien au-delà de la simple maintenance des remorqueurs. Elle englobe également un volet formation. Le contrat « Maintenance Contract » ou MC 6, avec le soutien des entreprises DAMEN et PON CAT prévoit une étape sur site et une deuxième à l’extérieur du pays. C’est ainsi que trois stagiaires qualifiés de la SPAT, le Chef du service Maintenance des matériels flottants, Haja Heritiana Randrianasolomananana, les seconds mécaniciens de la Marine Tojoniaina Razakandrainy Andianavalomandimby et Tsifa Joseph Robertho ont participé à une formation intensive en moteur Diesel Marin et Groupe électrogène Caterpillar aux Pays Bas, du 6 au 17 novembre 2023. FORMATION AVEC DAMEN UN PAS EN AVANT POUR LA SPAT Formation dans les locaux de Pon Power-Papendrecht Les trois stagiaires de la SPAT avec leurs formateurs dans les locaux de DAMEN
  • 20. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 20 La Conférence Villes et Ports de l'AIVP est une grande opportunité d’échange d'expériences, de connaissances et de points de vue notamment sur les défis à relever pour une ville portuaire durable, puis de présentation et de promotion des projets en cours ainsi que des dernières tendances et des solutions innovantes, et enfin de raffermissement des liens de coopération internationale. Rassemblant destechniciensetdesexpertsrenommés dans le domaine des villes et des ports, cet évènement de taille est une occasion à saisir pour rencontrer des collègues des autres pays, développer le réseau professionnel afin, entre autres, de tracer de futures pistes de collaboration. La mise en place d’un nouveau modèle derelationentrelesinstitutionsportuaires, les citoyens et les parties prenantes était au centre des discussions pour pouvoir surmonter ensemble les défis de plus en plus urgents auxquels chaque ville est confrontée, notamment dans un contexte d'urgence climatique et, dans certains cas, de crise économique et sociale. Les ports, en tant que moteurs et accélérateurs potentiels de la transition verte, peuvent déployer des solutions innovantes pour des villes plus durables. Cependant,celaneserapossiblequ'avec l'engagement actif des communautés locales et des parties prenantes. L'objectif ultime de cette initiative est de créer des ports d'escale durables et responsables,demultiplierlesretombées économiques à l'échelle locale et de mettre en valeur la culture des nations autochtones. Pour atteindre cet objectif, une alliance mondiale de l'innovation sera formée afin de partager à l'échelle internationale les bonnes pratiques et les méthodologies des écosystèmes portuaires.Ce réseau devrait être lancé dans les mois à venir afin de renforcer le rôle de l'activité portuaire en accordant toute sa place au processus de concertation préalablement engagé, ainsi qu'aux plans de développement stratégique des villes et des régions. Comme l'a souligné le Président de l'AIVP, Edouard Philippe, dans son discours : "Si les tensions internationales s'accentuent, c'est en grande partie dû à une accélération du dérèglement climatique et à une inquiétude crois- sante quant à la capacité de notre communauté internationale à respecter sesengagementsenvironnementaux.(...) Les villes portuaires sont les premières à être impactées par le réchauffement climatique, mais rappelons-nous qu'elles sont aussi les premières à mettre en œuvre des solutions ponctuelles ou durables. (...) Il nous incombe à tous, en tant que villes portuaires, de considérer cette transition comme une priorité et une opportunité afin de demeurer pleinement acteurs de nos territoires. Nous avons tous la responsabilité d'accompagner et d'accélérer la décarbonation de l'économiemaritime,encommençantpar celle du transport maritime ». Recueillis par Liliane Melquiond-Zafinirina C’est à Venise, en Italie, que les villes portuaires ont tenu leur grand rendez-vous annuel du 16 au 18 novembre 2023, placé sous le thème « Renforcer le lien port-citoyens : une vision commune de l’avenir ». Face aux défis de développement de la chaîne logistique planétaire actuelle, les acteurs du monde maritime entendent avancer ensemble, dans une même démarche, en faveur du développement durable pour une perspective globale sur les enjeux actuels. L’AIVP DE VENISE POUR UNE VISION COMMUNE DE L’AVENIR
  • 21. PortEcho | N°51 21 ÉCONOMIE Ils peuvent être des moteurs de trans- formation au niveau de la région. Lieux privilégiés des échanges, ils sont incontournables dans la compétition internationale, ils devront se réinventer pour équilibrer l’impératif de compétitivité et l’urgence climatique, tout en s’assurant de ne pas perdre ce lien de proximité avec les citoyens. Renforcer le lien et le dialogue entre les ports maritimes et les riverains est un facteur-clé de réussite permettant un développement harmonieux dans leur environnement. S’agissant du dialogue des ports avec les riverains, des dispositifs existent déjà à l’heure actuelle, notamment via l’application deschartesville-port.Ainsil’ensembledes acteurs(État,collectivités,CCI,opérateurs de terminaux, armateurs, communauté portuaire, opérateurs économiques, partenaires sociaux et associations représentatives) peuvent échanger sur une vision stratégique d’ensemble dans un schéma de cohérence d’aménagement et de développement durable commun régulièrement mis à jour. Avec l'institution de divers comités (comité de pilotage, comité technique, comité de concertation ville-port) la concertation s'effectue à différentes échelles, permettant notamment de tenir comptedesenjeuxvis-à-visdesriverains. Avec cette interactivité, il est possible de s’adapter de manière souple et évolutive aux besoins de dialogue et d’échange avec les ports et de pouvoir commander des études indépendantes. Enoutre,les«portscenters»,descentres d’information dédiés, constituent des lieux d’ouverture sur la ville. Les riverains ont ainsi la possibilité de mieux connaître lefonctionnementdesportsetleurhistoire, et d’échanger avec des professionnels spécialement formés pour répondre à leursquestionsetàleurspréoccupations. Ces conseils de développement se prononcent notamment sur la stratégie du port et sa politique d’investissement et animent la place portuaire. Par ailleurs, les riverains sont systémati- quement consultés dans le cadre des grands projets, tant en phase d’oppor- tunité, à l’occasion, le cas échéant, de débats publics, qu’en phase opération- nelle, lors des enquêtes préalables à la déclaration d’utilité publique. Les impacts sur l’environnement des projets sont ainsi évalués et traités selon une approche d’évitement, de réduction ou de compensation. Dans ces conditions, afind’éviterunesuperpositiond’instances de gouvernance, il convient avant tout de faire fonctionner les dispositifs de dialogue déjà existants prévus à cet effet. En effet, l’ensemble des outils actuels à la disposition des ports permettent de répondre de manière efficace et adaptée aux besoins légitimes d’échanges entre les ports et les riverains. C’est dans ce dialogue renouvelé entre villes et ports que les territoires de demain, ayant entreprisleurtransition,vontseconstruire. Les ports maritimes mais aussi fluviaux tissent des relations entre les villes littorales et leur hinterland. Parfois les ports jouent aussi un rôle d’aménageur du territoire et favorisent la coopération entrelesespaces:coopérationlogistique, économique,voirepolitique.Ilsfontentrer les territoires dans une trame portuaire, un réseau maillé, de la mer à la terre. Liliane Melquiond-Zafinirina Les ports sont des éléments structurants d’une ville, d’un territoire. La relation entre les ports et les villes n’est ni simple ni linéaire. En tant que porte d’entrée ou ouverture sur l’extérieur, le port relie les territoires entre eux qu’ils soient fluviaux ou maritimes. Lieux à part, souvent cœurséconomiquesetcentresdelavieurbaine,parfoisenclavésdans la ville ou sources de nuisances, les ports sont toujours des espaces reconnaissables et identifiés par les citoyens. RENFORCEMENT DU LIEN PORT-CITOYEN-VILLE
  • 22. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 22 Une part significative des émissions mondiales de dioxyde de carbone et d’oxyde d’azote émane, en effet, du transport de desserte dans les ports. 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) sont attribuées aux opérations portuaires tandis que les poids lourds contribuent à hauteur de 40% des émissions totales d’un port. Réduire l’empreinte carbone est un challenge. Aussi, les ports s’activent dans la transition écologique en mettant en œuvre un ensemble de mesures pour ne pas perdre des parts de marché. Les clients et les investisseurs sont de plus en plus regardant sur les démarches empruntées et les mesures prises en vue de la baisse des émissions de polluants. Ceux qui investissent dans des pratiques et des procédés axés sur l’efficacité énergétique seront les mieux positionnées pour préserver leur compétitivité. La décarbonation des espaces portuaires se décline en équipements adaptés et en logis- tique appropriée. Préalablement à l’adoption de l’alimentation électrique à terre (OPS) qui constitue un énorme investissement, il importe de mener des études spécifiques portant, entre autres, sur l’exploration et l’utilisation des combustibles marins de substi- tution ainsi que le développement d’outils pratiques pour un soutage sûr et efficace. S’engager dans la transition vers des énergies plus propres est une exigence mais également une stratégie gagnante pour les ports. En s’octroyant la confiance des acteurs du marché mondial, ils renforcent leur compétitivité. Recueillis par Natacha Tsilangoy A l’échelle internationale, le secteur maritime doit suivre des réglementations strictes et se conformer aux normes édictées. En 2018, l’O rganisation Maritime Internationale a convenu d’un accord de réduction de moitié des émissions par rapport à l’année 2008. Cinq ans après, elle va plus loin et annonce un objectif de neutralité carbone d’ici 2050. Un défi multidimensionnel où les ports ont un rôle crucial à jouer en étant un levier fondamental de la décarbonation dont les enjeux sont tout à la fois techniques, économiques, financiers et sociétaux. LES PORTS À L’ÉPREUVE DE LA DÉCARBONATION Flickr
  • 23. PortEcho | N°51 23 ÉCONOMIE AvecleHydrotug1,CMB.TECHréaffirme son rôle de leader international dans la transition vers des navires propulsés par des carburants respectueux de l'environnement. Le Hydrotug 1 peut fonctionner à la fois à l'hydrogène et au carburant traditionnel, démontrant ainsi magnifiquement le potentiel de la transition vers une énergie propre dans l'industrie maritime. LA NAVIGATION À ZÉRO ÉMISSION DE CARBONE L'hydrogène est l'une des clés d'une économie et d'une société avec un impact climatique minimal et figure en bonne place parmi les matières premières et les sources d’énergie de demain. Aussi, le port d'Anvers-Bruges veut exploiter pleinement son potentiel et s'engage à être un pionnier actif dans l'économie de l'hydrogène à l'échelle européenne. « Avec le Hydrotug 1, premier remorqueur à hydrogène au monde, nous voulons être une source d'inspiration ainsi qu'un exemple pour d'autres ports » affirme Jacques Vandermeiren, PDG du port d'Anvers- Bruges. Le Hydrotug 1 est le premier remorqueur au monde à être alimenté par des moteurs à combustion brûlant de l'hydrogène en combinaison avec du carburant traditionnel. Il s'agit du premier navire utilisant les moteurs à double carburant BeHydro V12 de vitesse moyenne, fournissant chacun 2 mégawatts, avec le dernier traitement des émissions de l'UE de niveau V. Grâce à ces moteurs, le navire utilise des carburants propres, entraînant une réduction globale de 65 % de la consommation de carburant tradi- tionnel et des émissions associées sur l'ensemble du cycle du remorqueur. Le Hydrotug 1 peut stocker 415 kg d'hydrogène comprimé dans 6 casiers installés sur le pont, éliminant ainsi les émissions équivalentes à celles de 350 voitures par an. Alexander Saverys, PDG de CMB.TECH a déclaré : « Le Hydrotug 1 est le plus grand navire à hydrogène au monde et il est fabriqué en Europe. Nous sommes ravis et reconnaissants d'avoir le port d'Anvers-Bruges comme partenaire. Le port d'Anvers-Bruges partage le même engagement que CMB.TECH pour la décarbonation du transport maritime et la démonstration de technologies pouvant être mises à l'échelle. Le Hydrotug 1 est une autre grande avancée vers la navigation à zéro émission de carbone et prouve qu'il existe une industrie dynamique de transition énergétique à Anvers, en Belgique et en Europe ». Leportd'Anvers-Brugesnourritl'ambition de devenir la porte d'entrée énergétique de l'Europe en tant que « port vert » et pionnier en la matière. C'est précisément pourquoi le lancement du Hydrotug 1 est un moment significatif. Le port d'Anvers-Bruges et CMB.TECH annoncent que le Hydrotug 1, premier remorqueur à hydrogène, est prêt à être opérationnel dans la zone portuaire d'Anvers. Une première mondiale entrant dans les efforts pour verdir la flotte et atteindre la neutralité climatique d'ici 2050. HYDROTUG 1, PREMIER REMORQUEUR HYDROGÈNE AU MONDE Recueillis par Liliane Melquiond-Zafinirina SPÉCIFICATIONS DU HYDROTUG 1 (TUG IMO 9940875,MMSI 205147000) • Conception : CMB.TECH • Dimensions : - Largeur : 12,5 m, Longueur totale : 30 m, - Profondeur moulée : 5 m, - Profondeur des hélices : 5,9 m • Un total de 415 kg d'hydrogène comprimé stocké dans 54 cylindres individuels de type 3 installés dans 6 casiers sur le pont • 2 moteurs double carburant BeHydro V12 de 2 MW conformes à la norme V de l'UE avec traitement ultérieur (SCR et filtre à particules) • Force de traction de 65 t • Classification par Lloyd's Register • Double coque • Volvo Penta D8 MG de norme V de l'UE pour les auxiliaires.
  • 24. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 24 Des coups de feu tonnent ainsi que le son strident des sirènes des voitures de pompier et de police font paniquer les passants et les riverains qui cherchent à comprendre ce qui se passe. C'était le 15 décembre 2023, le jour où le port de Toamasina a décidé de tester sa résilience, son efficacité en matière de sûreté portuaire à travers une simulation d'urgence à laquelle ont pris part tous les corps de protection civile et des forces armées. L'objectif principal était de garantir l'efficacité de la coordination entre les acteurs de la sûreté portuaire et identifier les défaillances du système existant pour pouvoir y apporter des corrections appropriées. La SPAT, SMMC, MICTSL, Galana Terminal Pétrolier et Ambatovy, se sont engagés dans un scénario bien élaboré. Les forces de police spéciale port, la gendarmerie, la brigade douanière, le corps de protection civile, les sapeurs- pompiers et le personnel médical ont tous participé à cet entraînement complexe de sécurité. La trame aussi réaliste qu'inquiétante, impliquait une attaque à main armée dans le terminal C de la MICTSL visant à détourner un conteneur.Simultanément,desintrusions non autorisées ont eu lieu au terminal pétrolier Galana et chez Ambatovy. Toute une panoplie de technologies de pointe a été mise à contribution tels que les caméras de surveillance scrutant chaque recoin, les drones survolant le périmètre,encomplémentdesopérations de surveillance physique pour assurer un maximum de vigilance. Les autorités portuaires ainsi que les éléments des forces de l’ordre ont prêté main-forte aux agents de sécurité des installations portuaires. L'accent était mis sur la vérification de l'efficacité des procédures de sûreté et des compétences des agents sur le terrain. La coopération ne se limitait pas aux frontières locales. En effet, le port de Toamasina, sous l'égide de l'APMF, collabore avec les autres ports. Ces derniers coopèrent avec Interpol via les bureaux centraux nationaux (BCN). Une alliance cruciale pour affronter les menaces transfrontalières. Après l'exercice, un briefing à chaud a permis de rectifier les lacunes et d'apporter des solutions. De tels retours d'expérience aident à améliorer continuellement la sécurité portuaire. L'expérience a souligné la nécessité de renforcer les lieux d'action pour maîtriser les incidents de sûreté portuaire. Toamasina reste ainsi à la pointe de la sécurité, prête à faire face à toute éventualité et à garantir la sûreté de ses activités portuaires. Noeline Raharinantenaina Sous le ciel radieux de Toamasina, le port battait au rythme habituel de l'activité maritime. Les rayons du soleil se reflétaient sur les eaux portuaires, ignorant le bouillonnement d'une simulation de sûreté qui se déroulait en coulisse. Un mystère bien gardé jusqu'à ce que tous les portails d'accès au port se ferment, plongeant la population portuaire dans une perplexité palpable. ENTRAÎNEMENT DE SÛRETÉ PORTUAIRE
  • 25. PortEcho | N°51 25 ÉCONOMIE La SNEB vise à organiser cette économie à l’échelle nationale, en intégrant les spécificités régionales. Elle se décline en quelques grands objectifs comme celui d’informer et de réduire le gap de connaissance, améliorer la mise en œuvre de l’économie bleue à Madagascarpourfinalementdévelopper des initiatives fédératrices et accroître la coopération régionale. Lors de cet atelier, les organisateurs ont mis l’accent sur les points importants pour le développement du secteur et ont engagé une discussion fructueuse sur la promotion et la mise en œuvre de la stratégie instaurée. La vision affichée était claire : « Une économie bleue inclusiveetdurable,pilierdel’émergence à travers la transformation innovante des ressources en eaux ». Parmi les défis identifiés figurait en première ligne la nécessité d’assurer une coordination et une gouvernance efficace de l’économie bleue. Il est en effet important de mieux comprendre le potentiel bleu, de comptabiliser les activités liées au secteur, d’adopter une approche intégrée des écosystèmes marins ainsi que de créer de la valeur ajoutéetoutenluttantcontrelapauvreté. Plusieurs opportunités stimulantes ont été relevées par le ministère. Celui- ci a en outre insisté sur le contexte régional et international dynamique, l’évolution du cadre national, l’existence d’un potentiel naturel remarquable, la prise en compte de la durabilité et des possibilités de synergie et de diversification dans des secteurs tels que l’aquaculture, l’énergie et le tourisme. Le 22 novembre 2023 à l’hôtel Le Splendide à Toamasina, le ministère de la Pêche et de l’Economie Bleue a dévoilé les grandes lignes de la Stratégie Nationale de l’Economie Bleue (SNEB) dans la région Atsinanana. Cet atelier de vulgarisation - honoré par la présence des autorités locales dont le Secrétaire Général de la Région Bemahefa Gervais, le Préfet de Toamasina Ambinintsoa Jean José - a réuni des responsables et représentants de divers secteurs. La SPAT y a été représentée par Ranasiarinoro Nestassia, Chef du service Etudes et Normes et Tsara Judio, Chef du Département Analyse Economique et Expansion. STRATÉGIE NATIONALE DE L’ÉCONOMIE BLEUE Ministère de la Pêche et de l'Économie Bleue Les parties prenantes locales ont pu saisir les principaux enjeux et opportunités de l’économie bleue dans la région Atsinanana par le biais des différents axes stratégiques présentés. Ranasiarinoro Nestassia, Chef du service Études et Normes, a retenu qu’il faut privilégier la collaboration multi-acteurs (tourisme, transport maritime, pêcheurs…) considérée comme un impératif pour la réussite des plans instaurés. En appelant à la responsabilité dans l’exploitation des ressources marines, les participants ont manifesté leurs engagements envers une économie bleue durable et inclusive, pilier essentiel de l’émergence de Madagascar. Natacha Tsilangoy
  • 26. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 26 LaGrandeîlefournitlagrandepartiedes litchis vendus en Europe. Derrière ce succès, une chaîne de travail complexe se met en place, démarrant avec les paysans qui récoltent leurs fruits la veille de l’ouverture de la campagne. Parfois, un paysan peut remplir 15 paniers ou « garaba » par jour, vendus ensuite aux collecteurs à 15 000 ariary la caissette de 20 kg. Les collecteurs étaient plus d’un millier à avoirétéagrééscetteannée.Considérés comme un des maillons essentiels de cette chaîne, ils ont deux possibilités. Réserver bien à l’avance des pieds de litchis ou procéder à des collectes au moment de l’ouverture de la campagne pour s’assurer de la qualité des fruits. Ils se trouvent face à un choix délicat car les deux alternatives présentent chacune Madagascar a été sous le feu des projecteurs durant la campagne de litchis offrant espoir et prospérité à une multitude d’acteurs, du paysans aux collecteurs, jusqu’aux exportateurs. Du 22 au 24 novembre, la région Atsinanana s’était transformée en une fourmilière. CAMPAGNE LITCHIS 2023 TOUT LE MONDE EN A PROFITÉ Des palettes de litchis prêtes à être exportées Réception des litchis venant des collecteurs
  • 27. PortEcho | N°51 27 ÉCONOMIE des avantages et des inconvénients. Les fruits collectés sont ensuite acheminés vers les sites des exportateurs avec qui certains sont sous contrat. Fernand Rajaonarison (Ph. ci-dessus), Responsable des circuits auprès de Madagascar Litchis Export (MLE) très impliqué dans la filière depuis une décennie, évoque la campagne 2023 : « Tout au début, 40% des fruits livrés ne répondaient pas aux normes exigées en terme de taille. Mais, au fil des jours la production s’est beaucoup améliorée avec des fruits de qualité meilleure et beaucoup plus conformes au gabarit exigé, c'est-à-dire avec 28 mm de diamètre ». Avec un quota de 1 040 t cetteannée,MLEamobilisé1000employés permanents et journaliers pour les différentes étapes, du triage à la mise en carton et à l’expédition. La campagne de litchis crée également desemploistemporairestrèsprisés.C’est lecasd’Alfred,Responsablesoufragequi travailleponctuellementchezMLEdepuis 1994. Et, il tient énormément à ce poste qui lui permet d’offrir chaque année à safamille,demerveilleusesfêtesdeNoël et de fin d’année. Delacollecteàl’expéditionversleport,le litchistimulelesactivitéslocales,etprofite aussi aux collectivités territoriales qui bénéficient des ristournes et redevances versées par les collecteurs. Trois grands navires - Baltic Kleeper : 5 376 palettes, CS Trust : 5 229 palettes et Crown Sapphire : 1 900 palettes (1 palette vaut 1 t) - ont quitté le port chargés de ce fruit qui va inonder entre autres les marchés européens et se retrouver au menu de bien des foyers durant les fêtes de la nativité et de fin d’année. Tous les acteurs se réjouissent de cette saison fructueuse et attendent avecimpatiencelaprochainecampagne. Mais, entre-temps, les planteurs se doivent de remplacer chaque année, au moins5%deleurslitchierspourmaintenir la qualité des litchis malagasy et assurer la pérennité de la filière. Natacha Tsilangoy Opération d'embarquement des palettes sur le Baltic Kleeper Triage des litchis en fonction de leur gabarit
  • 28. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 28 IMMERSION DANS LACOMPLEXITÉ DES MISSIONS PORTUAIRES La Promotion Mandresy, célébrant son 5e anniversaire, a choisi de marquer cet évènement en soulignant l'importance des rôles de la Police nationale dans les opérations portuaires. Le choix n'était pas fortuit. La délégation, g u i d é e p a r l e C o m m i s s a i r e Harijaona Heritsiory, a plongé dans les méandres des responsabilités du Commissariat Spécial du Port. Les formalités transfrontalières délicates et les impératifs sécuritaires spécifiques aux opérations portuaires ont été expliqués en détail. Ils ont ainsi pu acquérir une compréhension pratique et approfondie de la complexité du travail au sein du port de Toamasina. RENFORCEMENT DES RELATIONS INTER-AGENCES Au-delàdesactivitésportuaires,ladéléga- tion a pu se faire une idée de l'importance des relations inter-agences en effectuant des visites de courtoisie auprès des principaux responsables du port dont le Directeur Général de la SPAT. Ces visiteurs gradés de la Police nationale ont pu ainsi mieux cerner l'importance des principes de gestion coordonnée des frontières et les enjeux géostratégiques du Port de Toamasina. La collaboration entre les différentes entités étant l'épine dorsale de la sécurité portuaire, tous ont convenudel’intérêtd’instituerdesrelations continues, sereines et professionnelles au sein du port. « L’enrichissement des connaissances et la communication constante entre les deux parties sont essentiels pour assurer l’excellence du commandement sur terrain et garantir la sûreté des opérations portuaires » explique le Commissaire du Port, Harijaona Heritsiory. UNE NOUVELLE VISION DES OPÉRATIONS PORTUAIRE Pour le Commissaire de Police Rojo Andriamiharimanana de la promotion Mandresy, ce fut une immersion fascinante dans un univers où la rigueur des procédures et la sécurité ne font aucune concession. Il a été ravi de prendre connaissance du projet de mise en place d’un système de scanning préalable des marchandises avant leur stockage. Cette mesure, destinée à Le 30 novembre 2023, une délégation de la promotion Mandresy de l'École Nationale Supérieure de la Police a rendu visitelePortdeToamasina.L'objectif était d'encadrer et d'assister ces cadres de la Police Nationale dans leur immersion au sein du Commissariat Spécial du Port et de célébrer le 5e anniversaire de la promotion. LA PROMOTION "MANDRESY" AU PORT DE TOAMASINA renforcerdavantagelasécurité,démontre l'engagement continu du port envers l'innovation et la sûreté des opérations. En marge de cette visite, le Commissaire duPortaadresséunmessageàlapromo- tion Mandresy, en les encourageant à véhiculer l'image d'une Police nationale solidaire, progressiste et innovante. «Privilégiezlepartagedeconnaissances et d'expérience, ne soyez pas avares d’effort et soyez la relève Mandresy de la Police Nationale » a-t-il affirmé sur un ton ferme mais plein d’émotion. Noeline Raharinantenaina
  • 29. PortEcho | N°51 29 ÉCONOMIE Le dragage vise à créer des conditions optimales pour l’accostage des navires de grand tonnage. La turbidité de l'eau, indicateur clé de la qualité marine, est surveillée attentivement au moyen d'un turbidimètre portable. Les relevés, effectués quotidiennement sur des sites sensibles tels que les récifs coralliens et les plages, sont jusqu’ici conformes aux normes établies par l’Office National de l’Environnement de Madagascar. « Actuellement, le dragage n'a généré qu'un impact limité sur la turbidité de l'eau » rassure Mihajarimanitra Randrianandraina, superviseur environnemental auprès de Penta- Daiho Joint-Venture. Il explique que pour minimiser cet effet, un rideau de turbidité (voir PortEcho N°47) entoure la zone d'abaissement du godet. De plus, les opérateurs sont formés à rincer les godetsdanslerideauavantdedécharger dans les barges. Des experts nationaux et internationaux en biodiversité marine supervisent bimensuellement l'état des récifs coralliens et de l'écosystème marin. Tout symptôme de stress observé entraîne une révision des méthodes de dragagevoirel’arrêttemporairedutravail. Le port de Toamasina, l'un des principaux hubs maritimes de Madagascar, se lance dans des activités de dragage intensives dans le cadre de son extension et du renforcement de ses infrastructures. Ces opérations, nécessaires à la construction d'un nouveau quai plus profond et à l'approfondissement des quais existants, du bassin d’évitage, et du chenal d’accès, soulèvent des questions cruciales en terme d'impact sur l'environnement marin. PRÉSERVATION DE L'ÉCOSYSTÈME MARIN AUX NORMES ENVIRONNEMENTALES La drague sur barge NO.35 KAIHO GO La SPAT, et ses collaborateurs japonais de Penta Daiho Joint-Venture s'engagent à respecter des normes strictes de turbidité. Le seuil ne doit pas dépasser 2 NTU (Unité de Turbidité Néphélométrique)pourlessitescoralliens et 15 NTU pour les plages par rapport aux sites de référence. Les sédiments de dragage, environ 1000 m³ par jour, sont utilisés comme matériaux de remblai du futur quai C4 et pour la restauration des carrières exploitées d’Antsarimasina et d’Analamalotra. Ceux jugés inappropriés sont immergés en mer à une distance sécurisée du périmètre portuaire, à environ 20 km au Nord-Est du port de Toamasina. Dansuneperspectivededéveloppement durable,lesblocsd'absorptiondesvagues installés au niveau du brise-lames sont spécialement conçus pour favoriser l'adhérence des larves de corail, limitant ainsi la mortalité de la faune marine. Un suivi environnemental rigoureux est prévu après la fin des opérations pour évaluer l'impact à long terme sur la turbidité et l'écosystème marin. «Aucune préoccupation n'a été soulevée jusqu'à présent par les communautés locales ou les groupes écologistes » conclut le superviseur environnemental. Le port de Toamasina s’assure à mener ses opérations de dragage de manière responsable, en préservant l'écosystème marin et en respectant les normes environnementales. La combinaison de mesures préventives, de collaboration avec des experts, et d'une vision à long terme contribue à faire du projet un modèle d'équilibre entre développement économique et préservation de l'environnement. Noeline Raharinantenaina ENVIRONNEMENT
  • 30. PortEcho | N°51 30 DU CÔTÉ DES QUAIS Avec à son bord un équipage de 400 volontaires issus de plus de 60 nationalités, cette bibliothèque flottante voyage autour du monde pour apporter de l'espoir. Sa mission est en effet de promouvoir la paix, l'éducation et la compréhension interculturelle conformé- ment à ses valeurs : respect, intégrité, dévouement et service. L'équipage s'efforce de les incarner dans chacune de ses actions. Les volontaires de différentes cultures - enseignants, mécaniciens, infirmiers ou encore libraires - apportent chacun leur pierre à l’édifice en partageant leurs expériences. Fanomezana Randrimanarivo, venue principalement d’Antananarivo, a été volontaire à bord du navire durant deux semaines. Pour elle, avoir aidé le Logos Hope à servir la populationdeToamasinaaétéunegrande aventure enrichissante et émotionnelle. « Cela a renforcé ma conviction qu’on peut aider autrui sans rien attendre en retour » affirme-t-elle avec douceur. LOGOS HOPE À TOAMASINA UN VOYAGE DE SAVOIR ET DE SOLIDARITÉ Depuis son amarrage au port de Toamasina le 17 novembre, le Logos Hope, le plus grand navire- librairie flottant au monde, long de 132 m, a attiré des milliers de visiteurs. Ce géant des mers, portant le drapeau de Valetta, n'est pas un simple navire. C’est tout un symbole de savoir, de solidarité et d'échange culturel. Les volontaires dans leurs tenues traditionnelles
  • 31. PortEcho | N°51 31 DU CÔTÉ DES QUAIS Il en est de même pour Tantely Razafin- tsalama. « Quand j'ai appris que le Logos Hope allait amarrer à Toamasina, j'étais folle de joie. Je comptais les jours avec impatience. J'avais manqué sa visite il y a quelques années, alors cette fois, je ne voulais pas laisser passer ma chance pour pouvoir profiter de sa vaste collec- tion de livres et des prix très abordables défiant toute concurrence. C’était incroyable de voir comment un navire peut être transformé en un tel lieu de savoir.J'aipuvisiterchaquerecoin,c'était véritablement magique » témoigne avec sourire cette passionnée de livre résidant à Toamasina. Elle avoue également avoir été fortement impressionnée par l’engouement général pour les livres. « C'était passionnant de voir autant de nosconcitoyensintéressésparlalecture. Je ne savais pas que nous étions tant à partager cette passion ». Pour aider les membres du groupe « Gasy tia boky » sur les réseaux sociaux qui ne pouvaient pas se rendre sur le bateau, elle a fait de nombreuses allées et venues à bord du Logos Hope. MiarisoaAnnaëlle accompagnée par ses parents a été, elle aussi, fascinée par cette inoubliable expérience. « C'était la première fois que je suis montée à bord d'un bateau. Tout est si grand, et il y a tellement de livres ! », raconte toute émue cette élève du collège Saint Joseph de Cluny. Le Logos Hope ne se contente pas de vendre des livres. Il offre aussi des programmes éducatifs et culturels, et participe à des projets humanitaires. Son passage à Toamasina était loin d’être un simple évènement. En levant l'ancre le 12 décembre pour continuer son périple, le navire de la plus grande bibliothèque flottante au monde laisse derrière lui une empreinte indélébile. Àtraversseslivres,sesvolontairesetses valeurs, il a tissé des liens d'amitié et de savoir, prouvant une fois de plus que la culture et l'éducation sont des vecteurs puissants de changement et d'unité. Noeline Raharinantenaina Les élèves des établissement scolaires de Toamasina ont aussi eu droit à des visites guidées Divers livres pour tous les âges Grande affluence dans le bateau bibliothèque
  • 32. PortEcho | N°51 32 DU CÔTÉ DES QUAIS UNE PLONGÉE DANS LE CONFORT ET L'ÉLÉGANCE Lorsqu'onmonteàbordde«LeChamplain» on entre dans un monde de confort et d'élégance. Ce paquebot de la classe Explorer de PONANT est conçu pour offrir une expérience de croisière exceptionnelle, et cela se ressent dès les premiers instants. Les cabines et suites, véritables havres de paix, sont décorées avec goût et équipées de toutes les commodités modernes. Les vues depuis les balcons privés sont un panorama à couper le souffle sur les eaux cristallines de l'océan Indien. Continuons le périple vers ses deux restaurants. Le restaurant panoramique est destiné pour les adeptes des plats raffinés, tandis que le restaurant grill pour ceux qui préfèrent une ambiance décontractée et conviviale. Rien qu’à voir le cadre et la carte avec une liste de plats exquis préparés par des chefs renommés, le tout accompagné d'une sélection de vins raffinés, l’on s’offre tout un plaisir associant tous les sens. Aymeric Poissenot, Directeur de l’hôtellerie et le Chef cuisinier ont profité de cette halte à Toamasina pour explorer le marché local de Bazar Be, se ravitailler en légumes et fruits frais, se procurer de la vanille de Madagascar. A l’opposé de ces restaurants se trouve le Pont 6 avec ce qu’il appelle « un bar de l’observatoire 360°».Cetendroitesttrèsprisélesoirpar les amoureux du coucher de soleil. A bord, l'ennui est exclu avec au programme des pièces de théâtre, des conférences animées par des Les 07 et 20 décembre, « Le Champlain », joyau de la compagnie maritime PONANT a fait escale au quai du môle B du Port de Toamasina. L’équipe du Port Echo a eu le privilège de visiter le bateau, guidée par le Commandant Malo Bessec et le Directeur de l'hôtellerie, Aymeric Poissenot, et de découvrir en détail ce que ce navire exceptionnel propose à sa clientèle. A BORD DU PAQUEBOT DE LUXE « LE CHAMPLAIN » À l'intérieur du bar de l’observatoire 360°
  • 33. PortEcho | N°51 33 DU CÔTÉ DES QUAIS personnalités de renom sans oublier les salons élégants et les belles installations despamisesàdispositiondespassagers. L’équipagemettoutenœuvrepourrendre leur séjour le plus agréable possible. LE BLUE EYE Le salon sous-marin « Blue Eye » est la cerise sur le gâteau. Situé à 2,50 m sous la ligne de flottaison, cet espace offre une expérience immersive inoubliable. Comme son nom l’indique, à l’intérieur règne une atmosphère de velours bleu. Les passagers peuvent observer les fonds marins à travers des hublots panoramiques, tout en dégustant des cocktails dans une ambiance intimiste. Alors que « Le Champlain » poursuit ses expéditions autour du monde, le port peut être fier d'avoir accueilli cet ambassadeur du luxe, rien qu’à entendre les commentaires du Commandant Malo Bessec. « Toamasina est unique parmi les ports de Madagascar en ce qui concerne la protection des quais. La garantie de la sécurité de nos passagers et de nos équipages lors de nos escales étant la priorité de nos priorités, l’exemplarité des installations de sécurité du Port de Toamasina nous a énormément rassurés ». L'équipe de « Le Champlain » a été, quant à elle, charmée par la beauté naturelle et la richesse culturelle de Madagascar. Noeline Raharinantenaina Une partie du salon sous-marin « Blue Eye »
  • 34. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 34 2022 2023 Évolution % TOUCHÉES DE NAVIRES (Nombre) Lignes commerciaux Long cours 296 310 Caboteurs 46 26 Pétroliers 73 67 Divers - - Total 415 403 Lignes non-commerciaux Bornage & Pêche 1 270 1 067 TOTAL TOUCHÉE 1 685 1 470 -12,76 TRAFIC DE CONTENEURS (EVP) Conteneurs pleins 119 123 135 165 Conteneurs vides 52 156 69 117 TOTAL 171 219 201 282 15,52 Poids de marchandises conteneurisées (en tonnes) 1 897 075,74 2 246 442,37 18,42 Rendement operationnel (boîtes/h) 49,25 50,56 TRAFIC DE MARCHANDISES CONVENTIONNELLES (tonnes) Trafic longs cours Débarquement 897 079,50 531 689 Embarquement 11 058 12 504 Transbordement - - Total 907 137,50 544 193 -40,05 Trafic Cabotage Débarquement 15 615,79 22 037 Embarquement 39 292,60 31 412 Total 54 908,39 53 449 -2,66 Trafic Marchandises conventionnelles 963 045,89 597 642 Manipulation (blé+ciment+autres) 117 992,27 93 501 TRAFIC BORNAGES Trafic bornages (tonnes) 226 464,41 215 348,66 -4,91 HYDROCARBURES Déchargement 909 203,66 996 256,82 Chargement 254 347,37 251 594,98 TOTAL 1 163 551,03 1 247 851,80 7,24 TRAFIC VRACS PERMISSIONAIRES* (tonnes) TOTAL 2 266 624,95 2 978 001,96 31,38 * CEMENTIS, REFRIGEPÊCHE, HITA, DYNATEC, LMOI, AGRIVAL TRAFIC MARITIME GLOBAL 6 516 762,02 7 285 286,78 11,79 STATISTIQUES SUR LE TRAFIC MARITIME DU PORT DE TOAMASINA Janvier à novembre 2022/2023 TRAFIC MARITIME Source: Direction du Système d’Information et de l’Audit de la SPAT
  • 35. PortEcho | N°51 35 ÉCONOMIE NOMBRE TONNES TONNES TONNES TONNES JANVIER À NOVEMBRE 2023
  • 36. ÉCONOMIE PortEcho | N°51 36 PORTS DE TOUCHÉES NOM DU NAVIRE N° VOYAGE REU TMM MPM ARR DEP ARR DEP ARR DEP KOTA JOHAN 0050E 03/01 04/01 05/01 06/01 - - KOTA NAZAR 9002E - - 12/01 12/01 16/01 17/01 KOTA NIPAH 0152E 17/01 18/01 19/01 20/01 23/01 24/01 KOTA NABIL 0230W 26/01 27/01 28/01 29/01 01/02 02/02 KOTA NALURI 2232W 07/02 08/02 09/02 10/02 13/02 14/02 KOTA NEBULA 0133W - - 23/02 24/02 27/02 28/02 KOTA NIPAH 0153E 28/02 29/02 01/03 02/03 05/03 06/03 KOTA NAZAR 9003E 06/03 07/03 08/03 09/03 12/03 13/03 KOTA NASRAT 0188E 13/03 14/03 15/03 16/03 19/03 20/03 ARMEMENT PACIFIC INTERNATIONAL LINE (PIL) MOUVEMENT DES NAVIRES PORTS DE TOUCHÉES NOM DU NAVIRE N° VOYAGE REU PLU TMM SEY ARR DEP ARR DEP ARR DEP ARR DEP SC MONTREAL 351S/352N 27/12 28/12 01/01 02/01 03/01 04/01 09/01 11/01 MAERSK DOUALA 352S/401N 03/01 04/01 08/01 09/01 10/01 11/01 16/01 18/01 MAERSK NILE 401S/402N 10/01 11/01 15/01 16/01 17/01 19/01 23/01 25/01 LA SALLE 402S/403N - - 22/01 23/01 24/01 26/01 30/01 01/02 SC MONTREAL 403S/404N 24/01 25/01 29/01 30/01 31/01 02/02 06/02 08/02 MAERSK DOUALA 404S/405N 31/01 01/02 05/02 06/02 07/02 09/02 13/02 15/02 MAERSK NILE 405S/406N 07/02 08/02 12/02 13/02 14/02 16/02 20/02 22/02 LA SALLE 406S/407N 14/02 15/02 15/02 16/02 21/02 23/02 27/02 29/02 SC MONTREAL 407S/408N 21/02 22/02 22/02 23/02 28/02 01/03 05/03 07/03 MAERSK DOUALA 408S/409N 28/02 29/02 29/02 01/03 06/03 08/03 12/03 14/03 MAERSK NILE 409S/410N 06/03 07/03 07/03 08/03 13/03 15/03 19/03 21/03 LA SALLE 410S/411N 13/03 14/03 15/03 16/03 20/03 22/03 26/03 28/03 ARMEMENT MAERSK LINE N.B : à noter que les dates mentionnées ci-dessus sont fournies à titre indicatif et sont sujets au changement à tout moment sans préavis.
  • 37. PortEcho | N°51 37 ÉCONOMIE Heures et Hauteurs des pleines et basses mers - Toamasina (Madagascar) Latitude: 18°09’S | Longitude: 51°26’E JANVIER FÉVRIER MARS Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur Heure Hauteur 1 L 2 M 3 Me 4 J 5 V 6 S 7 D 8 L 9 M 10 Me 11 J 12 V 13 S 14 D 15 L 04h41 0.87m 10h47 0.61m 16h17 0.85m 23h02 0.54m 05h23 0.84m 11h27 0.62m 17h12 0.83m 23h49 0.58m 06h21 0.81m 12h14 0.62m 18h44 0.82m 00h48 0.61m 07h37 0.80m 13h11 0.62m 20h19 0.83m 02h01 0.63m 08h46 0.80m 14h17 0.60m 21h27 0.87m 03h26 0.62m 09h43 0.82m 15h27 0.57m 22h21 0.91m 04h38 0.59m 10h31 0.84m 16h28 0.53m 23h08 0.97m 05h31 0.56m 11h14 0.88m 17h20 0.48m 23h52 1.01m 06h16 0.52m 11h55 0.91m 18h08 0.42m 00h35 1.06m 06h58 0.49m 12h35 0.95m 18h53 0.38m 01h18 1.09m 07h39 0.47m 13h15 0.97m 19h37 0.34m 02h01 1.10m 08h20 0.46m 13h57 0.99m 20h22 0.32m 02h46 1.09m 09h02 0.46m 14h41 0.99m 21h08 0.33m 03h31 1.07m 09h45 0.47m 15h28 0.98m 21h56 0.36m 04h20 1.02m 10h30 0.49m 16h22 0.96m 22h47 0.42m 16 M 17 Me 18 J 19 V 20 S 21 D 22 L 23 M 24 Me 25 J 26 V 27 S 28 D 29 L 30 M 31 Me 05h13 0.97m 11h18 0.51m 17h29 0.93m 23h44 0.49m 06h17 0.91m 12h12 0.53m 18h55 0.91m 00h53 0.55m 07h34 0.86m 13h17 0.55m 20h26 0.92m 02h28 0.60m 08h53 0.83m 14h39 0.56m 21h46 0.94m 04h20 0.60m 10h03 0.83m 16h05 0.54m 22h51 0.97m 05h33 0.58m 11h01 0.85m 17h12 0.50m 23h45 1.00m 06h20 0.55m 11h48 0.88m 18h02 0.46m 00h31 1.02m 06h55 0.54m 12h27 0.90m 18h43 0.44m 01h09 1.02m 07h26 0.53m 13h00 0.92m 19h18 0.42m 01h43 1.02m 07h53 0.53m 13h29 0.94m 19h50 0.41m 02h12 1.01m 08h18 0.53m 13h56 0.95m 20h20 0.41m 02h38 0.99m 08h43 0.53m 14h22 0.95m 20h49 0.42m 03h01 0.97m 09h08 0.53m 14h47 0.94m 21h18 0.45m 03h23 0.94m 09h34 0.54m 15h13 0.93m 21h47 0.48m 03h43 0.91m 10h01 0.55m 15h41 0.91m 22h18 0.52m 04h05 0.88m 10h31 0.56m 16h13 0.89m 22h54 0.56m 1 J 2 V 3 S 4 D 5 L 6 M 7 Me 8 J 9 V 10 S 11 D 12 L 13 M 14 Me 15 J 04h30 0.85m 11h05 0.57m 16h57 0.87m 23h40 0.60m 05h04 0.81m 11h51 0.59m 18h13 0.84m 00h43 0.64m 06h17 0.77m 12h55 0.60m 20h29 0.84m 02h20 0.66m 08h49 0.77m 14h25 0.60m 21h55 0.89m 04h15 0.63m 10h06 0.81m 15h59 0.55m 22h54 0.95m 05h21 0.58m 10h59 0.86m 17h07 0.48m 23h43 1.02m 06h06 0.53m 11h44 0.92m 17h59 0.40m 00h27 1.07m 06h46 0.48m 12h26 0.98m 18h44 0.34m 01h09 1.11m 07h25 0.44m 13h07 1.02m 19h28 0.29m 01h49 1.13m 08h03 0.41m 13h48 1.06m 20h11 0.28m 02h29 1.12m 08h41 0.40m 14h31 1.07m 20h55 0.30m 03h09 1.09m 09h20 0.41m 15h15 1.05m 21h39 0.35m 03h49 1.03m 10h00 0.43m 16h03 1.02m 22h26 0.42m 04h32 0.95m 10h42 0.46m 17h00 0.97m 23h18 0.51m 05h21 0.87m 11h29 0.51m 18h19 0.92m 16 V 17 S 18 D 19 L 20 M 21 Me 22 J 23 V 24 S 25 D 26 L 27 M 28 Me 29 J 00h22 0.59m 06h37 0.80m 12h28 0.55m 20h06 0.89m 02h09 0.65m 08h30 0.77m 14h00 0.58m 21h43 0.91m 04h53 0.63m 10h00 0.79m 16h07 0.56m 22h55 0.94m 05h48 0.59m 11h01 0.82m 17h19 0.51m 23h47 0.97m 06h21 0.56m 11h45 0.87m 18h03 0.47m 00h26 0.99m 06h47 0.54m 12h19 0.91m 18h38 0.43m 00h58 1.00m 07h10 0.52m 12h48 0.94m 19h07 0.41m 01h25 1.00m 07h31 0.50m 13h13 0.96m 19h34 0.39m 01h47 1.00m 07h52 0.49m 13h37 0.98m 19h59 0.40m 02h08 0.99m 08h13 0.48m 14h00 0.98m 20h24 0.41m 02h26 0.97m 08h35 0.48m 14h23 0.98m 20h49 0.43m 02h43 0.95m 08h57 0.48m 14h46 0.97m 21h15 0.46m 03h00 0.93m 09h21 0.49m 15h10 0.96m 21h43 0.50m 03h18 0.90m 09h46 0.50m 15h38 0.93m 22h15 0.54m 1 V 2 S 3 D 4 L 5 M 6 Me 7 J 8 V 9 S 10 D 11 L 12 M 13 Me 14 J 15 V 03h40 0.87m 10h17 0.52m 16h12 0.90m 22h56 0.59m 04h07 0.82m 10h58 0.55m 17h05 0.86m 23h56 0.64m 04h48 0.78m 12h03 0.58m 19h34 0.83m 01h37 0.66m 07h51 0.74m 13h45 0.58m 21h38 0.87m 03h58 0.64m 09h47 0.78m 15h38 0.54m 22h41 0.94m 05h06 0.57m 10h44 0.86m 16h51 0.45m 23h28 1.01m 05h48 0.51m 11h29 0.93m 17h44 0.37m 00h10 1.07m 06h26 0.44m 12h11 1.00m 18h29 0.30m 00h50 1.11m 07h02 0.39m 12h52 1.06m 19h13 0.27m 01h27 1.12m 07h39 0.36m 13h33 1.10m 19h55 0.26m 02h04 1.10m 08h15 0.34m 14h15 1.11m 20h38 0.29m 02h41 1.05m 08h52 0.35m 14h57 1.09m 21h21 0.35m 03h17 0.99m 09h30 0.38m 15h43 1.04m 22h06 0.44m 03h53 0.91m 10h09 0.42m 16h35 0.97m 22h55 0.53m 04h32 0.83m 10h54 0.48m 17h52 0.90m 23h56 0.61m 16 D 17 L 18 M 19 Me 20 J 21 V 22 S 23 D 24 L 25 M 26 Me 27 J 28 V 29 S 30 D 31 L 05h33 0.76m 11h52 0.54m 19h53 0.86m 01h54 0.67m 08h14 0.73m 13h32 0.58m 21h37 0.87m 05h03 0.63m 09h50 0.76m 16h06 0.56m 22h45 0.90m 05h37 0.59m 10h46 0.81m 17h10 0.50m 23h31 0.93m 06h01 0.56m 11h25 0.86m 17h48 0.46m 00h04 0.95m 06h21 0.53m 11h57 0.90m 18h17 0.42m 00h31 0.97m 06h40 0.50m 12h24 0.94m 18h44 0.40m 00h53 0.97m 06h59 0.47m 12h49 0.97m 19h08 0.39m 01h13 0.97m 07h19 0.45m 13h12 0.98m 19h33 0.39m 01h32 0.96m 07h39 0.43m 13h35 0.99m 19h57 0.40m 01h49 0.95m 08h01 0.43m 13h57 0.99m 20h22 0.42m 02h06 0.93m 08h23 0.43m 14h20 0.98m 20h48 0.45m 02h25 0.91m 08h47 0.44m 14h45 0.96m 21h17 0.48m 02h46 0.88m 09h14 0.46m 15h14 0.94m 21h51 0.53m 03h10 0.85m 09h47 0.48m 15h51 0.90m 22h35 0.57m 03h40 0.81m 10h34 0.51m 16h49 0.85m 23h40 0.62m ANNUAIRE DES MARÉES
  • 38. PortEcho | N°51 38 ÉVÈNEMENT La délégation de l'APF-SPAT est formée de : ● Liliane Zafinirina, Présidente, supervise toutes les activités ● Jeanine Ravaosolo, Trésorière, responsable de la partie sociale ● Manitra Sabrina Randrianasolo, Secrétaire générale, intervenante sur les sujets relatifs aux droits ● Docteur Marie Elda Botomora, Conseillère, intervenante sur les questions médicales ● Miora Razakaharisoa, membre, intervenante sur le planning familial des jeunes filles. L'Association du Personnel Féminin de la SPAT a fait cap sur Vatomandry pour marquer les 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre envers les femmes et les filles. Une initiative qui s’inscrit dans la ligne de son engagement continu à la promotion du genre féminin et dans la mise en œuvre de la démarche RSE de la SPAT à travers son association professionnelle affiliée. APF-SPAT À VATOMANDRY CRÉATION D’UN ESPACE DE SOLIDARITÉ
  • 39. PortEcho | N°51 39 ÉVÈNEMENT Outre les actions humanitaires, figuraient également dans son programme des émissions de sensibili- sation à la radio et à la télévision le 7 décembre, suivies d'une rencontre avec les jeunes filles de quatrième du CEG de Vatomandry, le lendemain. Le9décembre,ladélégations'est rendue à l'orphelinat Emeralde dirigé par Madame Christine, contribuant ainsi à la lutte contre la violence envers les femmes, responsabilisant les jeunes filles sur leur santé et leurs droits, tout en créant un espace de solidarité. ACTION DE SENSIBILISATION À LA RADIO ET À LA TÉLÉVISION DE VATOMANDRY Au cours de ces émissions radio et TV, l'APF-SPAT a insisté, entre autres sur le respect des droits des femmes, la dénonciation de toutes formes de violence envers les femmes et les filles tout en conscientisant les jeunes sur la santé reproductive et le planning familial afin de prévenir les maladies transmissibles ainsi que les grossesses précoces qui concernent 32% des filles à Madagascar. Tomber enceinte en étant encore enfant entraine souvent de graves répercussions sanitaires, sociales et économiques dont la déscolarisation. ÉCHANGES AVEC LES JEUNES COLLÉGIENNES DU CEG DE VATOMANDRY L'interaction avec 67 des 85 élèves filles de 12 à 17 ans a été animée par des intervenantes utilisant une méthode combinant l'expositif et le participatif. Des questions ont été posées sous forme de jeu pour encourager la participation, avec des récompenses telles que stylos, porte-clés, mugs et agendas. Les thèmes abordés incluaient les différentes formes de violences, la santé des jeunes filles, le planning familial, ainsi que l'importance de connaître ses droits et de se faire respecter. Celles qui le souhaitaient ont pu accéder à une consultation médicale gratuite et obtenir des réponses à leur questionnement personnel. ACTIVITÉS SOCIALES Durant ces journées, c’était un peu la fête avant les fêtes. L'APF-SPAT a, en effet, distribué des petits bouquets de Noël, composés de galettes et de bonbons aux élèves de quatrième du CEG Vatomandry, ainsi qu'aux 19 orphelins du Centre d'accueil Esmeralde. Oliviane âgée de 10 ans, accueillie au centre depuis l’âge de 3 ans a, en outre, bénéficié d’une consultation médicale gratuite. En tant qu'association responsable et engagée, l'APF-SPAT se mobilise sans compter pour servir la noble cause de la promotion de l’égalité de genre. Elle multiplie les actions pour élever la conscience des femmes et des jeunes filles de la région Atsinanana sur leurs droits pour assurer leur bien-être et leur plein épanouissement. Liliane Melquiond-Zafinirina La bonne humeur était encore au rendez-vous en dépit de l'heure tardive Participation enthousiaste des jeunes filles
  • 40. PortEcho | N°51 40 ÉVÈNEMENT Le 9 décembre 2023, Madagascar a célébré la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption instituée depuis 2008, commémorant le lancement par l'ONU de la Convention mondiale contre la corruption entrée en vigueur en décembre 2005. La Grande île figurait parmi les quatre-vingt- quatorze Etats qui ont signé, il y a 20 ans, à Mérida (Mexique), du 9 au 11 décembre 2003, la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC), adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 31 octobre 2003. A Toamasina, l’ONG Organe de Développement du Diocèse de Toamasina (ODDIT), en collaboration avec le Projet Tolotanana, a organisé dans la salle VIP du Port Academy Center, une conférence débat sur le thème : « l’importance d’un recrutement probe dans la lutte contre le détournement des deniers publics ». LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION À TOAMASINA Cette initiative - soutenue par le Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO) représenté par son Directeur Territorial, Aina NomenjanaharyAndriamahenisoa - s’est fixée un double objectif : mettre en lumière les cas de détournement de fonds et promouvoir des pratiques de recrutement transparentes. Ernest Razafiarijaona, Inspecteur d’État et Directeur Inter-régional de l’Inspection Généraledel’ÉtatàToamasinaaévoqué « la lutte contre le détournement dans la gestion des finances publiques » tandis que Zoelisoa Francine, Chef du Département Développement des Ressources Humaines a développé « les enjeux et les défis d’un recrutement probe dans la gestion des finances publiques : cas de la SPAT ». « Le mal court dans de nombreux pays, grands et petits, riches et pauvres, mais c’est dans les pays en développement qu’il est le plus destructeur. Ce sont les pauvres qui en pâtissent le plus, car, là où il sévit, les ressources qui devraient être consacrées au développement sont détournées, les gouvernements ont moins de moyens pour assurer les services de base, l’inégalité et l’injustice gagnent et les investis- seurs et donateurs étrangers se découragent. La corruption est une des grandes causes des mauvais résultats économiques ; c’est aussi un obstacle de taille au développement et à l’atténuation de la pauvreté » avait insisté Kofi A. Annan, alors Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, dans l’avant-propos du document de présentation de cette Convention de Mérida.
  • 41. PortEcho | N°51 41 ÉVÈNEMENT Combattre la corruption pour éradiquer la pauvreté est ainsi un défi majeur. Cela nécessite une éducation citoyenne mais aussi et surtout l’application de la transparence dans les procédures financières, et le renforcement du contrôle financier. La SPAT, consciente de ces enjeux, s’engage dans des bonnes pratiques de recrutement par un processus transparent incluant des clauses anti-corruption et impliquant un cabinet de recrutement sélectionné par voie d’appel d’offres ainsi que des représentantsdupersonneletdelacellule anti-corruption (CAC). Une approche qui a suscité des réactions positives parmi l’assistance, dont de la part d’Ernest Razafindraibe, Président de l’Association Des Originaires de la Province de Toamasina (ADOPT) notamment pour la démarche de mise en place de la Maison de l'emploi de la RégionAtsinanana. L’interventionduPrésidentduMouvement ChrétiensdeCadresetdeProfessionnels, Jérémie Napou a captivé l’attention de l’auditoire. L'orateur a soulevé une question cruciale : pourquoi la corruption a-t-elle gagné du terrain à Madagascar au cours des 20 dernières années ? Pour lui, la lutte contre ce fléau passe par l’éradicationdecetteformedepollutionde notre conscience et le renforcement des stratégies répressives. « Nous devons a-t-il conclu, assumer collectivement nos responsabilités ». Au-delà de l’encouragement à dénoncer lesmalversations,unesériederésolutions a été adoptée dont la redynamisation de l’Inspection Générale de l’État en élargissantentreautressesprérogatives, la dépolitisation de l’administration et l’intensification de la lutte dans la région Atsinanana. Natacha Tsilangoy DONNÉES SUR LES DDP CONSTATÉS ● Par l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) 2021 : 15 373 972 635,97 Ariary 2022 : 53 767 647 704,00 Ariary 2023 : 11 232 940 373,62 Ariary ● Par le BIANCO 2021 : 16 202 964 412,00 Ariary (BIANCO Toamasina) 2022 : 22 427 779 835,00 Ariary (BIANCO) De g. à dr. : Zoelisoa Francine de la SPAT, le modérateur Prud'Homme Rakotoson et Ernest Razafiarijaona, Directeur Inter-régional de l’Inspection Générale de l’État Vue partielle de l’assistance lors de la conférence
  • 42. PortEcho | N°51 42 SANTÉ L'Inde est aujourd’hui reconnue, à l’échelle planétaire, comme une des meilleures destinations touristiques médicales. MIOT Hospital, avec un personnel médical hautement qualifié et expérimenté dont 450 médecins résidents spécialisés, offre toute une gammedesoinsallantdel’orthopédie à la pédiatrie en passant par la cardiologie et la transplantation d'organes. L'hôpital se distingue pour ses compétences exceptionnelles en arthroplastie, une opération chirurgicale permettant le remplacement des articulations par des matériaux tels que l'inox ou le titane. Dans une perspective de partenariat avec les institutions médicales malagasy, MIOT Hospital envisage d'ouvrir un bureau de liaison à Madagascar pour des interactions de qualité sur les dossiers médicaux ainsi que la facilitation de l’évacuation des patients, si nécessaire, avec une possibilité de prise en charge totale. Dr Sanony David du CEMEDI affirme avoir beaucoup appris de ce bref séjour en Inde. « Avec ses 63 spécialités, MIOT Hospital offre une approche globale et une prise en charge qui répond aux normes les plus élevés. Nous avons ainsi eu l’opportunité d’en savoir plus sur leur expertise en orthopédie et particulièrement sur le volet rééducation des victimes d'AVC et des patients tétraplégiques ainsi que sur les innovations en termes de chirurgie vasculaire et de traitement du cancer. L’établissement a déjà recours au système TrueBeam, la technologie de radiothérapie de dernière génération pour irradier les tumeurs dans toutes les parties du corps.». Dans un contexte où les cas d’AVC, d’insuffisance rénale et de cancers semultiplientdanslaGrandeîle,unetelle coopération renforcera la compétence des professionnels de santé du pays à travers des occasions de formation et de stage. Natacha Tsilangoy En mars 2003, des représentants de cet hôpital multi-spécialités ont séjourné à Madagascar en vue d’un partenariat avec des formations sanitaires publiques et privées. Dans une démarche prospective, MIOT International Chennai, un établissement hospitalier indien de renom, a invité des médecins malagasy pour découvrir leurs services et prestations. En marge de cette visite, la délégation composée du Directeur de la promotion du ministère de la Santé, du Directeur et du Chef de service de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) ainsi que du Docteur Sanony David du Centre Médical de Diagnostic (CEMEDI) du port de Toamasina a participé au séminaire « Master Course in Sports Medicine » organisé par la fondation indo-allemande d'orthopédie IGOF (Indo German Orthopedic Foundation). LE TOURISME MÉDICAL À L’HONNEUR Docteur Sanony David du CEMEDI
  • 43. PortEcho | N°51 43 SPORT L'IMPORTANCE DE LA COMPLÉMENTARITÉ Cette fois-ci, il y a eu une participation accrue de joueurs étrangers de natio- nalité française. Après cinq matchs consécutifs, Liliane et Haja accèdent à la finale où ils ont affronté Thierry et Camille, les samedi 16 et dimanche 17 décembre, sur le terrain de tennis CJST. Ce duo mixte s’est distingué par sa grande complémentarité. Haja, fils d'un grand joueur de tennis, excelle en tant que défenseur et soutien pendant le match, tandis que Liliane est très habile au filet pour contrer les attaques adverses. Dans cette discipline, la régularité est capitale car elle permet d'éviter des points directs ou des fautes. Ainsi, la complémentarité et le tandem se révèlent être des atouts majeurs pour une équipe de double en tennis. L'IMPORTANCE DU JEU DE JAMBES Le tennis sollicite l'œil, la main et les pieds. Cependant, certaines priorités doivent être intégrées pour pouvoir se surpasser dans cette discipline. Malgré l'attention portée naturellement aux mouvements du bras et de la raquette, la qualité d'un bon coup de tennis se joue au niveau du bas du corps. La technique gestuelle du haut du corps, combinée à des déplacements précis, à un bon positionnement et à un repositionnement rapide, influe directement sur la qualité de la frappe. Jouer au tennis, c'est comme pratiquer plusieurs sports simultanément, chaque partie du corps doit bouger de manière synchronisée pour former un ensemble harmonieux, du service au lancement de la balle jusqu'à la frappe. Jouer en double reste passionnant en raison de sa spécificité, de la recherche d'un tandem efficace, de la complicité et de la complémentarité entre les partenaires. L'encouragement mutuel tout au long du match n’est pas non plus à négliger comme également l'anticipation des jeux et des coups de l'adversaire. Natacha Tsilangoy TOURNOI DE NOËL DE LAWN TENNIS Le tennis est une discipline qui ne s'oublie jamais si l'on a acquis les bases et les gestes adéquats, même en l'absence d'une pratique régulière. Remporter un match représente toutefois un défi de taille, car les adversaires ne restent pas passifs. Bien que le duo Liliane et Haja ainsi que Judio en simples messieurs ont eu peu de temps pour se préparer au tournoi de Noël, ils ont démontré que l'essentiel réside dans le maintien de l'endurance et d'une condition physique optimale, deux éléments fondamentaux dans le monde du sport, à adopter comme règle de vie. Liliane et Judio après la remise des trophées