SlideShare une entreprise Scribd logo
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
Patrick Brion : Cinema de minuit de France 3 et historien du cinéma
1900	 1910	1920	1930	1940	1950	1960	1970	1980	1990	2000	2010CINEMA MUET
1900	 1910	1920	1930	1940	1950	1960	1970	1980	1990	2000	2010CINEMA MUETAGE D’OR
1900	 1910	1920	1930	1940	1950	1960	1970	1980	1990	2000	2010NEW GEN
BLOCKBUSTERS1900	 1910	1920	1930	1940	1950	1960	1970	1980	1990	2000	2010
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
SEQUENCE 1LA PRODUCTIONINTRO13 / 167
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
SEQUENCE 2LA DISTRIBUTIONINTRO35 /  167
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
SEQUENCE 3LE DISTRIBUTEUR CINÉMAINTRO39 / 167
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
2.4 M visiteurs / mois
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
E-transformation du cinéma en France, MCI 2011
SEQUENCE 4L'EXPLOITATIONINTRO76 / 167
LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionConsommateurProductionTVTV payanteVidéoCinéJ + 0J + 0J + 0Exploita-tionsalleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
PANORAMA DE L'EXPLOITATION1 SALLEPDV & PROMOTION1 FILMPRODUIT DIFFUSÉ1 PUBLICRECETTES MAJEURESMissionsActivités liées à la diffusion des œuvres en salleConditions	Autorisation d'exercice CNC + Visas d'exploitation des œuvres cinématographiques + 		Contrat de location de films avec le distributeur + Rémunération des ayants-droits via la 		SACEMPrimautéExclusivité de la première exploitation publique des filmsPromotionBandes-annonces, affichage, magazines gratuits, tarifs spéciaux,web, carte de fidélité, événements et festivals régionaux/nationaux : Fête du Cinéma, Printemps du CinémaTryptique1 salle, 1 film, 1 publicRECETTESGUICHETSBANDESANNONCESRECETTESPUBLICITEVENTESCONNEXES
PANORAMA DE L’EXPLOITATION2 066cinémas5 470salles683sociétés$QUELQUES INDICATEURS50% des recettes guichets sont captées par les 100 premiers établissementsLes 10 premiers acteurs ne concentrent qu'1/3 des écransUn marché segmenté entre les indépendants et les multiplexes, 2 business models opposésUn mouvement de concentration malgré la multitude de petits exploitantsUn fort lobbying des exploitants, notamment sur la chronologie des médiasParis, capitale du cinéma : sur les 10 multiplexes les plus fréquentés, 8 sont parisiens 9 grands opérateurs se démarquent
LES GRANDS GROUPES TRUSTENT LE MARCHEGAUMONT189594M.€ (salles = 9.4%)PATHE769M.€ (salles = 70.9%)Présent dans 5 paysPionnier du format multiplexe EUROPALACES60.8M. d'entrées en 2009 dont 47 en France11% du parc national de sallesUGC1971 (fusion d'opérateurs)Présent dans 4 pays40M. d'entrées en 2009371 salles, 7% du parc nationalRetard dans le numériqueKINEPOLIS1997 – Belgique212M.€Présent dans 5 pays317 salles dont 87 en FranceCGR197421.2M.€1er groupe indépendant375 salles, 33 villes, 2.9% du parcStratégie numérique dès 2007MK2197412.2M.€5M. d’entréesIDF uniquement58 salles, 1.2% du parc80
UN PARC NATIONAL AMBIVALENTCAPACITES GLOBALES>Ecrans  Vs. Fauteuils  Vs. Etablissements >Etablissements : -7.8% 2001/2008 (impact des frais fixes)>Fermeture cinémas de quartier Vs. croissance des multiplexes>Fauteuils : levier principal du taux d'occupation (-16% en 7 ans)EVOLUTION DES SALLES>En constante augmentation a contrario des établissements>+28% les 2 dernières décennies>Enjeu stratégique : la conversion au numérique  U.E. table sur 2015 au niveau Européen  EuroPalaces équipera toutes ses salles pour fin 2012  UGC a pris du retard  Quid des indépendants ?Source : CNCEvolution du nombre de salles – Source CNC81
LA SITUATION ECONOMIQUE REPASSE AU VERT2009/20104ème parc mondial derrière Chine, Etats-Unis et IndeCroissance continue des entrées en salleRecettes guichets en hausse de 8%, notamment grâce aux films en 3DPrix moyen du ticket augmente non stop depuis 10 ansRecettes moyennes par entrée en hausse de 2.1%Recettes pub en hausse de 2.7%. Seul média ascendant avec internetFlexibilité/économies a posteriori grâce au numérique (33% salles en 2010)Conversion au numérique difficile pour les petites salles (70K€/salle)Maîtrise des coûts fixesDes subventions moindresUne concurrence agressiveRecettes Guichets Cumulées+Evolution des entrées salles240-2202001801601401201002010201120042009200820072006200582
LES RECETTES GUICHETS, 1ER AXE DE REMUNÉRATIONTVAExploitantSACEMDistributeurTSA CNCL'exploitant reçoit 42% des recettes issues de la vente d'un ticket de cinéma Recettes Ticket d'Entrée (source : CNC)Recette moyenne nationale par ticket, 2009 : 6.14€ Pour comparaison : 5.5€ en 2001
LA PUBLICITE, 2ème GRANDE SOURCE DE REVENUSLe cinéma (+18%) et l'Internet display (+12%) sont les médias qui progressent le plus et qui retrouvent leur niveau d'avant la crise – La Tribune.fr, 15/03/11Recettes publicitaires :>77M.€ de recettes>PDM = 0.9%Dépenses des annonceurs :>135M.€ en 2010 (+16.2%)>Distinguo annonceurs locaux/nationaux2 grandes régies publicitaires nationales :SCREENVISION, régie d'UGC et CGRMEDIAVISION, régie d'EUROPALACESAyant une sous-régie commune : Talent Group dont 34% du capital est détenu par Allociné.fr84
LE CNC, UN SOUTIEN MAJEUR DE L’EXPLOITATIONPolitique visant à favoriser la promotion et la diffusion des œuvres et l’accès d’un large public aux salles via des aides spécifiquesL’exploitation engrange 37% des subventions du CNC (production 48%, distribution 15%)Ces subventions se ventilent comme suit :Tirage copies petites et moyennes villesAides aux festivals nationauxSoutien au cinéma d’auteur(salles art & essai)Aides à l’exploitationAides à la création / modernisation des sallesFOCUS AIDES A L'EXPLOITATION PAR LE CNCSystème français spécifique : quote-part recettes guichets1967 : aide automatique à l'exploitation1983 : aide à la modernisation des salles2009 : 52M€ de subventions sélectivesCommissions modernisation/numérisation/concurrenceCoefficients pondérateurs selon paramètres précisDe moins en moins de projets soutenus car montée en puissance multiplexes
DEUX BUSINESS MODELS OPPOSESINDEPENDANTS/ART ET ESSAI/MUNICIPAUX1 à 6 sallesGénéralement en centre-villeErosion du nombre d'établissements1 078 classés arts et essai (sur candidature)Croissance atoneEmplois détruitsAides accruesMULTIPLEXESComplexe : 7 à 9 salles Vs Mégaplexe :  10 sallesVastes espaces d'accueil climatisés et confortables Ecrans de grande taille (+ de 10m) Très grande qualité de projectionFacilités d'accès et de stationnementServices complémentaires de confiserie voire de restauration Espaces de jeux vidéo dans l'enceinte ou à proximité immédiate2010 : 174 multiplexes dont 10 supplémentaires en 1 an11 écrans en moyenne – France "pilote" en EuropeLocomotives économiques et technologiques de l'exploitation+79% 2001/2009SALLESETSFAUTEUILSENTREES2000102484211 50434.5%50.5%2005159597330 9001943398 90557.1%2009164Source : Les multiplexes - CNC
LA RESISTANCE DES INDEPENDANTSPar la programmation«Certaines salles traditionnelles ont des difficultés à surmonter l’essor d’Internet et l’émergence des multiplexes. Les salles traditionnelles qui s’en sortent sont celles qui sont actives dans leur programmation et qui proposent une offre adaptée et ciblée (L’Utopia) ainsi que des soirées-débats, des ciné-rencontres, des soirées thématiques » - Dominique ERENFRIED, Directrice Gaumont OpéraCINEMAS UTOPIA7 cinémas pour « cultiver la différence »3 labels Art & EssaiPositionnement social – Tarif moyen 6€Films plus confidentielsSéances-débatsVidéo en pocheRéseau associatif : Indépendants Solidaires et FédérésL’ALHAMBRA4 salles à CalaisAnimations ponctuelles (rencontres, débats)PANDORA CINEMAS4 salles à Achères (78)Le coin des mômes, tables-rondes, etc.Par la fédérationCINEMAS INDEPENDANTS PARISIENS31 cinémas parisiensProjections, ateliers, formationL’enfance de l’artLe collège au cinémaLycées et apprentis du cinéma>option cinéma & audiovisuelsA.C.I.D. -  Association du Cinéma Indépendant pour sa DiffusionS.L.E.C. -  Syndicat Lyonnais des Exploitants de Cinéma
FOCUS SUR LA FREQUENTATION>Loisir populaire bon marché, 65% des français (38M.) ont assisté à une séance en 2009>2010 : 206 M entrées salle.Plusforte fréquentation depuis 1982>86 233M. chez les indépendants (+0.4%) Vs. 114 693M. pour les multiplexes (+10%)>Cartes d’abonnement illimité ont dopé la fréquentation>2010 & 2011 : confirmation de cette croissanceASSIDUS35%80%HABITUESREGULIERS45%OCCASIONNELS20%Les entrées selon la consommationHabitués 69.4%Occasionnels 30.6%Médiamétrie
FOCUS SUR LA FREQUENTATION37.6 millions de français se sont rendus au moins une fois au cinéma en 2010Nombre moyen annuel d’entrées par type de spectateur4.55.15.77.13.74.44.85.96.82.94.23.84.37.48.3Zones rurales60 ans +6/10 ansEmployésOuvriersRetraités35/49 ans50/59 ans20/24 ans15/19 ansAgglomération ParisienneGérants/Cadres11/14 & 25/34 ansMOYENNE NATIONALEProfessions interm./EtudiantsPénétration64%44millionsLa population cinématographique correspond à l’ensemble des individus, âgés de 6 ans et plus, qui vont au cinéma au moins une fois par an5.1 entrées parspectateur50,9%%49,1%89
FOCUS SUR LA FREQUENTATION54.6%INACTIFSTaux de pénétration	70.9%>100 000 habitants	64.5%50/100 000 habitants	52.8%20/50 000 habitants	57.6%<20 000 habitants	59.3%Zones rurales	55%16.7%CSP -28.7%CSP +Jeunes28%Région parisienne et villes >100 000 habitants captent 60.4% des entrées91% des 15/19 ans sont allés au cinéma ces 12 derniers mois50 ans +30%62.4% du public du film Des hommes et des Dieux avaient 50 ans et +VendrediLundi11.8%9.9%28.4%MardiSamedi9.8%MercrediDimanche12.5%19.2%Jeudi8.4%
LE NUMERIQUE FAIT LA DIFFERENCEUne révolution technologique qui a un nom : le D-cinema, Digital cinemaLes salles en première ligne : 2007	CGR annonce l’équipement de ses 375 salles sous 2 ans2009 	Ymagis signe avec Cinéville et MK2. EuroPalaces modifie ses salles2010 	UGC fait appel à Ymagis pour équiper toutes ses salles sous 36 mois2011	1/3 des écrans français est numérique, soit 1 805 écrans2013	Basculement national achevé+-AVANTAGESINCONVENIENTSCirculation des copiesPréséances enrichiesPas d’usurePas de montage des bobines entre ellesMeilleur étalement de la lumière et de l’éclairageProjection de contenus stéréoscopiques (3D)Programmation beaucoup plus soupleContenus diversifiés (concerts, sport, etc.)Liaisons vidéos en direct possiblesAutodescription pour les handicapésBaisse des coûts publicitairesCiblage des audiences, longue traîneImpact écologique bien moindreObsolescence plus rapide (5 à 10 ans)Cabines de projection à équiperDotation en lunettes spécialesParfois nécessaire de changer de toileAugmentation de la puissance des lampesDématérialisation donc destruction d’emplois30% de travail en moins pour un projectionnisteConservation patrimoniale de copies 35mmUne programmation indépendante plus difficile
LES FILMS EN 3D BOUSCULENT LE PAYSAGE200611 films dont Star Wars III200730 films200850 films84 films dont Avatar20092010123 films, 100 en 2D Vs. 23 en relief«Avatar est le film qui a réalisé le plus grand nombre d'entrées au cours du 1er trimestre 2010 avec 8,4 millions d'entrées pour un cumul de 14,6 millions d'entrées depuis le début de son exploitation» - FNCF«Salut à tous, perso je suis déjà allé 8 fois au cinéma depuis le début de l'année dont 3 fois pour voir Avatar en 3D. L'année dernière à la même époque, je n'avais été qu'1 ou 2 fois au Ciné !!!!!! Je pense que cette année ma fréquentation des salles obscures sera supérieure à celle de l'année dernière» - Blu-Man91 sur le forum d’hdnumerique.com«16% de la fréquentation totale repose sur les 24 films ayant fait l’objet en 2010 d’une exploitation partielle en 3D (contre 16 films un an plus tôt). Ces films ont réalisé plus de 33 millions d'entrées.» - Article Le cinéma a fait salle comble en 2010, La Tribune – 05/01/1130/09/10	Proposition de loi pour la facilitation de l’équipement des salles en numérique		Contribution obligatoire des distributeurs de films numériques + 125M.€ pour 1 500 salles
INTERNET, NOUVEAU LEVIER MARKETING DE L'EXPLOITANTLes portails internet, premiers vendeursLe mobile, nouveau cheval de bataille Les portails internet, premiers vendeursLes multiplexes ont largement étoffé leurs sites qui sont devenus de vrais portails :>Bandes annonces, contenu éditorial, flux RSS, préséances, podcasts (Les cahiers de cinéma)>Réservation online des places (UGC Prompto)>L'e-ticket pour une réservation en amont et un effet coupe-files (Gaumont/Pathé, UGC Blue)>Des offres groupées et co-brandées : (offres gourmandes UGC, cashback, V.O.D.)>Gaumont Digital, un ciné-club à la demande>Vente de D.V.D.>Personnalisation (myUGC, Mon Compte) et Réseaux sociaux/boutons J’aime>Des campagnes cibléesd'e-mailings (UGCscope, marketing viral)>L'e-ticket sur mobile>Géolocalisation et ciblage par zone de chalandise>Q.R. codes pour une collecte d’informations n’importe où>Présentation de films à l'affiche et à venir
L’E-MAILING OU COMMENT FIDELISERPromotionFidélisationOffres commercialesFidélisationPromotion/TeasingCollecte de données/Agrégation
DES EXPLOITANTS PAS TRES « LIKABLES » ET PEU « FOLLOWED »…Pas de page Gaumont Pathé2 188 FollowersPas de stratégie groupe1 280 Followers6 personnes aiment
LA SALLEPREMIER SUPPORT DE DECOUVERTE DES FILMS  copies ecran, vodLa salle, 1er support de découverte des filmsCitée par 72,7 % des spectateurs en 2010, contre 70,3 % en 2009.Loin derrière, Internetest le deuxième médiaIl est cité par 14,8 % des répondants.La part d’internet s’avère particulièrement significative chez les jeunes : 20,0 % des 15-24 ans considèrent internet comme le meilleur moyen pour découvrir un film. Le DVD recule sur l’ensemble des catégories de public Source : Enquête PubliXiné, Baromètre du public des cinémas, novembre 2010
OFFRES ILLIMITEES, BORNES D’ACHAT PUIS E-BILLETS copies ecran, vodMars 2000 : UGC Illimité pour 1Septembre 2007 : UGC Illimité pour 2Novembre 2008 : Carte de fidélitéCartes pour spectateurs réguliersFévrier 2011 : Gaumont lance le e-billetBornes d’achat automatiques
LE BILLET ELECTRONIQUE : TOUT BEAU, TOUT NOUVEAU  copies ecran, vod	Depuis février 2011, le e-billet s’est généralisé dans les cinémas Pathé-Gaumont de France après avoir été testé pendant plusieurs mois dans plusieurs cinémas pilotes. PROCESSUSEt ça marche !!! Dès le 1er jour, la moitié des utilisateurs du site Internet a choisi la dématérialisation. Et la moitié de cette moitié par mobile !!! LE BILLET ELECTRONIQUE : TOUT BEAU, TOUT NOUVEAU  copies ecran, vod
DES BENEFICES EUX AUSSI TOUT BEAUX ET TOUT NOUVEAUX copies ecran, vodBénéfices consommateurs :Finies les longues files d’attentesLa seule étape restante est le contrôle des billets Possibilité d’annulation en cas d’empêchementPossibilité de renouvellement du e-billet en cas de perteBénéfices exploitants : Augmentation de la satisfaction clientsAugmentation de la fréquentation des sallesRéduction des effectifs, notamment des caissiers?Gaumont souhaite utiliser ce type de personnels sur d’autres activités notamment pour des tâchesliées à l’accueil et au service clients.
GAUMONT ET LES AUTRES : UGC, ALLOCINE, FNAC copies ecran, vodUGCUGC teste actuellement le e-billet. Ce service est disponible à l’UGC Strasbourg depuis mi-avril à partir d’un ordinateur et depuis début mai depuis un mobile. Tous les cinémas UGC européens devraient adopter ce nouveau format de ticket, d'ici l'été. ALLOCINELe sésame numérique est aussi disponible auprès d’autres prestataires comme Allociné, qui ne le propose pour l'instant que pour deux salles parisiennes : le Grand Rex et le Nouvel Odéon.Allociné et Fnac.com annoncent pour septembre 2011 le lancement d’une plateforme de vente en ligne de places de cinéma dématérialisées.
L’EXPERIENCE BELGE OU LA DEMATERIALISATION TOTALE copies ecran, vodExemple du cinéma Kinépolis à Bruges
PARTAGER PLUS QUE DU CINEMA copies ecran, vodEvénements culturels : opéras, ballets
Soirée thématiques : par exemple réservées aux filles
Evénements sportifs
Rencontres par affinités culturelles
Aménagement intérieur et confortLES APPLICATIONS MOBILES : LES SERVICES PARTOUT ET TOUT LE TEMPS copies ecran, vodSalles de cinéma,
Films à l’affiche,
Horaires des séances
Réservation de places quel que soit le moyen de paiement
Gestion de compte et de profil
Offres (exemple : événements)
Des bonus :
Photographie de l’affiche d’un film pour accéder à toutes les infos du film et les séances proches du lieu où l’on se trouveLES FILMS FONT DE PLUS EN PLUS LEUR « CINEMA » SUR INTERNET  copies ecran, vodLe bouche à oreille demeure le premier vecteur d’informationIl est cité par 58.9 % des personnes interrogées. La télévision est le deuxième moyen d’information prescripteur au même titre que la bande-annonce vue au cinéma (46.8 %). Internet s’impose comme le quatrième vecteur d’informationinfluençant la décision d’aller voir un film (37.8%).C’est le vecteur qui connaît la plus forte progression depuis 2006 avec une croissance de 6.6%. Sur la même période, la presse subit la plus forte baisse, avec -14%.Source : Enquête PubliXiné, Baromètre du public des cinémas, novembre 2010
CINEMUR OU L’ALLOCINE SOCIAL copies ecran, vod
POUR CONCLURE : L'EXPLOITATION Vs. INTERNET  GAIND'INTELLIGENCEDiversité de programmation Amélioration des salles : 3D, accueil, taille de l’écran …GAINDE TEMPSCopies numériquesE-billetPlus de mobilitéGAIND'ARGENTCopies numériquesRevalorisation des séances ciné, ie 3D
SEQUENCE 5LE DISTRIBUTEUR VIDÉOINTRO108 / 167
LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionConsommateurProductionTVTV payanteVidéoCinéJ + 0J + 0J + 0Exploitation salleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
LES MISSIONS DU DISTRIBUTEUR VIDEOCommercialiser les éditions en vidéo (physiques ou dématérialisées) d’un film dans tous ou certains réseaux de vente (selon droits).Les promouvoir  auprès des consommateurs.Le distributeur peut être aussi éditeur (création du support video)+200 éditeurs regroupés chez +50 distributeurs
UNE CONCENTRATION DES MAJORS U.S6 premiers éditeurs US 49%7ème : Studio Canal avec 6.3%8ème : M6 avec 6.1%6 premiers distributeurs 80%Source : GFK
UN MARCHE EN PLEINE EXPANSION DE 1985 A 2005TOP 2010 Avatar >2 M.U.BD = 26%1986 - 2005 	Croissance du marché
2005 - 2009 	Recul du marché (-30%)
2010   	Stabilité avec 1,5 M.€ et 95 M.U + essor du Blu-	ray (13% CA vidéo ) et de la V.O.D. (12%)Source SEVN
UN MARCHÉ DRIVÉ PAR LE FILM21% des ventes sont des films français
75% des films sortis en salle sont édités en vidéoFilms70% C.AFilms60% vol.Source  GFK
GRACE AU DYNAMISME DES OPERATIONS CATALOGUECatalogue : opérations prix/promo + des collections éditoriales
> 60 000 films56%22%Source  GFK / 2010
MAIS UNE CHUTE DE LA VALEUR DU DVDPrix nouveauté maintenu grâce au Blu-ray
Un prix moyen catalogue en baisse continue
Un cycle de repricing en accélération depuis 3 ansDVDNouveauté18.11€DVDCatalogue8.03€Source  GFK /  WB
DES RESEAUX DE DISTRIBUTION EQUILIBRES1998 – 2001Un marché de spécialiste2002 – 2005Age d’or des hypers et de l’Internet à petit prix2006 – 2009Les spécialistes reprennent la main, Internet joue la valeurSource CNC
DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALTERNATIFSStabilisation du réseaukiosque:	29 500 points de vente (Presstalis et MLP)	Encadré par la loi Brichet (opérateur unique approvisionnant ce réseau)	Représente 10 à 15% du marché en volume et 8 à 10% en valeur	Offre : titres à fort potentiel ou collection de catalogueLocation de vidéo : 	2 500 à 3 000 points de vente lors de l’apogée (-50% du parc en 3 ans)	Baisse de prix du D.V.D., piratage et V.O.D.Concurrence de la vente de D.V.D.
Piraterie
VOD/Streaming
Internet et longue traine: un exemple, Warner ArchiveSource CNC
WARNER ARCHIVE : LA LONGUE TRAINEMise à disposition du catalogue non édité (ou réédité) en D.V.D. en V.O.D. ou M.T.O.
V.O.D. : ZOOM SUR LES CHIFFRES-CLÉSUn marché en forte progression (environ 10/15% du marché vidéo et moins de 1% des revenus de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel) : 	140 M€ en 2010 (+ 64% vs 2009)	Estimation GFK 2011  : 210 millionsStreaming  (location) : 99% (95% paiement à l’acte, 5% abonnement) Téléchargement (vente D.T.O.) : 1%
Consommé principalement sur la TV via les box et triple play (92%*)
Prix  « standard » en streaming : 4.99€ pour une nouveauté, de 1,99€ à 2,99€ pour un titre catalogue123Source CNC
L’OFFRE LEGALE  VOD : > 50 SERVICES !FAI/Box 	Orange, Free, 9box, etc…Chaînes TV 	CanalPlay, TF1 Vision, M6, ArteDistributeurs  	Virgin Mega, FnacPure Players  	Videofutur (Glowria), FilmoTV, MyskreenEditeurs 	Warner Video Live, MK2, groupement 				d’indépendants (Univers Ciné)Consoles/autres	Apple, Xbox Live, Qriocity (PS3, PSP et TV		connectées Sony)US : Netflix (30% du trafic),Hulu, Amazon Attendus en Europe en 2011/12 : Amazon & NetflixSource CNC :  MISSION SUR LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES DE VIDEO A LA DEMANDE ET LEUR IMPACT SUR LA CREATION – Janvier 2011
L’OFFRE LEGALE  VOD : QUELQUES EXEMPLES
L’OFFRE LEGALE  VOD : QUELQUES EXEMPLESUniversCiné, plateforme regroupant les œuvres d’une cinquantaine de producteurs et distributeurs indépendants.
UN EXEMPLE D’AGREGATEURMySkreen Portail vidéo qui référence, organise et rend plus facilement accessible l'offre audiovisuelle légale et professionnelle disponible en ligne.
UNE NOUVEAUTE : YOUTUBE ET LE STREAMING VOD PAYANT 3 000 films des catalogues de Warner, Sony, Universal et Lions Gate.
Films accessibles en streaming de 0,99 à 3,99 $ (voire gratuits pour certains)
Google souhaite ainsi concurrencer Netflix, Hulu voire Facebook (deal WB)UNE NOUVEAUTE : LA V.O.D. SUR FACEBOOK copies ecran, vodVisionnage de films sur Facebook  partage, commentaires, reviewsWin win entre le fournisseur de contenu (W.B.) qui accède potentiellement à500M. de contacts et Facebook (utilisation de Facebook credits)
V.O.D. : UNE OFFRE SUFFISAMMENT RICHE ET ACCESSIBLE ?LES PRODUITS5000 titres (vs 100K DVD & BD)
Fraîcheur : 44% films salle sortent en VOD
Fenêtre d’exploitation qui gèle souvent les droits pendant la période d’exploitation TV (10-36 mois)
Offre mal éditorialisée (films US, 1 seule langue, peu de bonus)L'ACCESOffre parfois dispersée (exclu)
Pb techniques (accès, paiement)UN MODELE ECONOMIQUE COMPLEXE ET PAS TOUJOURS RENTABLEChaine de rémunération & juste partage de la valeur
Les nouveaux entrants USCNC : rapport de Sylvie Hubac _ mission sur le développement des services de vidéo à la demande et leur impact sur la création, déc. 2010
LA COPIE DIGITALE : BONUS OU NOUVEAU GADGET MARKETING ? PRINCIPECopie digitale offerte avecl’achat d’un DVD ou Blu-rayPhysique (DVD) OuDématérialisée (promocode) à charger sur un site
UNE CHRONOLOGIE ACCELEREE …Passage de la fenêtre de sortie vidéo de 4 à 6 mois (5 ans de négociation)  Mais de nouvelles initiatives :Offres super premium en VOD pour unedisponibilitésimultanée à la sortie cinéma (+20$)
Sorties simultanéesDVD et peer to peer (BitTorrent) le 19 mai pour un film d’horreur underground“The Tunnel” (crowdfundé)
Lobbying de Luc Besson : « le piratage montre que le public n’est plus prêt à attendre six mois pour voir un film en vidéo …Je suis pour l’éclatement de la chronologie des médias [...] : il faut proposer les films sur Internet juste après la sortie en salle. Pour ma part, je serais favorable à la création d’une offre premium sur Internet de quarante-huit heures, le samedi et le dimanche qui suivent la sortie du film en salle…Source : http://www.infos-du-net.com/actualite/14926-besson-vod-dvd.html
EXEMPLES DE CHRONOLOGIES « DISRUPTIVES » copies ecran, vodDiffusé en TV le 20/3/09Sortie ciné le 25/3/09Sortie video + 6mois : sept. 09Sortie ciné US 2010Docu communautaire à partir de 80 000 vidéos Youtube2,2M  téléspectateurs 9,6 % pdm150 174 entrées salle74 757 videos dont 1% BDSortie 5/6/2009 en 23 langues dans 120 pays  au cinéma, en DVD, à TV, gratuitement en VOD et sur  Youtube167 471 entrées salle629 617 videos dont 9% BDSource : CBO Box office, GFK, Wikipedia
LE MARKETING VIDEO : LA TV POUR +50% DES BUDGETS copies ecran, vod 244 M€ en 2010
Plus d’investissements display en digital mais aussi beaucoup de partenariat de « visibilité » comme en radio et presse.
En fonction de la cible et de la présence TV ou non, la part digitale peut représenter de 15% à 40% d’un budget de lancement vidéo. Source  Kantar 2011
8 ANS D’ECART ENTRE HARRY POTTER 2 ET HARRY POTTER 7A ET UN BUDGET DIGITAL x3 Source  Warner Bros.
LE MARKETING VIDEO ET LE DIGITALComme pour le cinéma, baisse des budgets marketing, donc nécessité detrouver de la valeur  notamment via internet.Utilisation des mêmes leviers digitaux que le cinéma :Portails studio + newsletter
Mini-sites
Display
R.P. et promotion éditoriale
L’affiliation est surtout un modèle éco des distributeurs (Amazon, Fnac, Pixmania, …)Pour les réseaux sociaux, l’avantage est de surfer sur une base de fans acquispost lancement cinéma (i.e Avatar) et de les informer directement (date delancement, contenu des bonus, …)
LES PORTAILS STUDIO ET LES DVD / BLU-RAY
LES MINISITES DE COLLECTIONS
COMMENT FIDELISER LES CONSOMMATEURS ?Plus on achète plus on cumule de points sur un compte en ligne
Un certain nombre de points ouvrent un catalogue de cadeaux
Chaque DVD/BD est porteur d’un promocode unique.WARNER BROS :La dématérialisation des primes a permis	d’optimiser le budget de fonctionnement.Une base de 600 000 membres à dateSUR LE PLAN MARKETING – LES RESEAUX SOCIAUX copies ecran, vodSTANDARDISATIONFacebook: reprise de la page fan lancée pour le cinéma, liensSponsorisés, jeux concours, diffusion de film en V.O.D.Twitter : animation d’un compte avec newsYoutube& itunestrailer: diffusion des trailersNOUVEAUTEChatroulette: Promo du film « The last exorcism »

Contenu connexe

Similaire à E-transformation du cinéma en France, MCI 2011

La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014
LeCNC
 
1 diagnostic sect conf jv vf
1 diagnostic sect conf jv vf1 diagnostic sect conf jv vf
1 diagnostic sect conf jv vf
Philippe Rapin
 
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
Fédération Française des Télécoms
 
L'exploitation cinématographique en France
L'exploitation cinématographique en FranceL'exploitation cinématographique en France
L'exploitation cinématographique en France
L-A-ISCPA
 
La production cinématographique en 2015
La production cinématographique en 2015La production cinématographique en 2015
La production cinématographique en 2015
Alice Landrieu
 
Observatoire e-pub-2009
Observatoire e-pub-2009Observatoire e-pub-2009
Observatoire e-pub-2009
StephaneHuy
 
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
Microsoft Ideas
 
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
SCREENVIEW
 
Les nouveaux territoires publicitaires
Les nouveaux territoires publicitairesLes nouveaux territoires publicitaires
Les nouveaux territoires publicitaires
Nicolas Bouy
 
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
Sarah Berthault
 
Veille de Né Kid 080213
Veille de Né Kid 080213Veille de Né Kid 080213
Veille de Né Kid 080213
Nicolas Bard
 
Allocine
AllocineAllocine
Allocine
Master_Ecotic
 
Présentation la Télévision Connectée
Présentation la Télévision ConnectéePrésentation la Télévision Connectée
Présentation la Télévision Connectée
PLINKERS VideoSync Marketing Solutions
 
Prez cross-video-days-stage
Prez cross-video-days-stagePrez cross-video-days-stage
Prez cross-video-days-stage
PLINKERS VideoSync Marketing Solutions
 
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la cultureEtude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
Fédération Française des Télécoms
 
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_cultureEtude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
FrenchWeb.fr
 
1307 18 etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
1307 18   etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...1307 18   etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
1307 18 etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
Fédération Française des Télécoms
 
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
Fédération Française des Télécoms
 
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
Fédération Française des Télécoms
 

Similaire à E-transformation du cinéma en France, MCI 2011 (20)

La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014La production cinématographique en 2014
La production cinématographique en 2014
 
1 diagnostic sect conf jv vf
1 diagnostic sect conf jv vf1 diagnostic sect conf jv vf
1 diagnostic sect conf jv vf
 
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
Infographies - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de ...
 
L'exploitation cinématographique en France
L'exploitation cinématographique en FranceL'exploitation cinématographique en France
L'exploitation cinématographique en France
 
La production cinématographique en 2015
La production cinématographique en 2015La production cinématographique en 2015
La production cinématographique en 2015
 
Snep Ye 2008
Snep   Ye 2008Snep   Ye 2008
Snep Ye 2008
 
Observatoire e-pub-2009
Observatoire e-pub-2009Observatoire e-pub-2009
Observatoire e-pub-2009
 
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
Communications multi-écrans ou comment embrasser l’hyperconnectivité des cons...
 
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
Etude CSA - nouveaux territoires publicitaires - 2016
 
Les nouveaux territoires publicitaires
Les nouveaux territoires publicitairesLes nouveaux territoires publicitaires
Les nouveaux territoires publicitaires
 
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
Tendances Cross Media et Brand Content - jan 2011
 
Veille de Né Kid 080213
Veille de Né Kid 080213Veille de Né Kid 080213
Veille de Né Kid 080213
 
Allocine
AllocineAllocine
Allocine
 
Présentation la Télévision Connectée
Présentation la Télévision ConnectéePrésentation la Télévision Connectée
Présentation la Télévision Connectée
 
Prez cross-video-days-stage
Prez cross-video-days-stagePrez cross-video-days-stage
Prez cross-video-days-stage
 
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la cultureEtude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms partenaires de la culture
 
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_cultureEtude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
Etude roland berger_les_operateurs_telecoms_partenaires_de_la_culture
 
1307 18 etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
1307 18   etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...1307 18   etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
1307 18 etude rb opérateurs et culture - vf [lecture seule] [mode de compat...
 
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
FFTélécoms - Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la...
 
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
Etude Roland Berger : Les opérateurs télécoms, partenaires de la culture
 

E-transformation du cinéma en France, MCI 2011

  • 4. Patrick Brion : Cinema de minuit de France 3 et historien du cinéma
  • 39. SEQUENCE 3LE DISTRIBUTEUR CINÉMAINTRO39 / 167
  • 77. LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionConsommateurProductionTVTV payanteVidéoCinéJ + 0J + 0J + 0Exploita-tionsalleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
  • 78. PANORAMA DE L'EXPLOITATION1 SALLEPDV & PROMOTION1 FILMPRODUIT DIFFUSÉ1 PUBLICRECETTES MAJEURESMissionsActivités liées à la diffusion des œuvres en salleConditions Autorisation d'exercice CNC + Visas d'exploitation des œuvres cinématographiques + Contrat de location de films avec le distributeur + Rémunération des ayants-droits via la SACEMPrimautéExclusivité de la première exploitation publique des filmsPromotionBandes-annonces, affichage, magazines gratuits, tarifs spéciaux,web, carte de fidélité, événements et festivals régionaux/nationaux : Fête du Cinéma, Printemps du CinémaTryptique1 salle, 1 film, 1 publicRECETTESGUICHETSBANDESANNONCESRECETTESPUBLICITEVENTESCONNEXES
  • 79. PANORAMA DE L’EXPLOITATION2 066cinémas5 470salles683sociétés$QUELQUES INDICATEURS50% des recettes guichets sont captées par les 100 premiers établissementsLes 10 premiers acteurs ne concentrent qu'1/3 des écransUn marché segmenté entre les indépendants et les multiplexes, 2 business models opposésUn mouvement de concentration malgré la multitude de petits exploitantsUn fort lobbying des exploitants, notamment sur la chronologie des médiasParis, capitale du cinéma : sur les 10 multiplexes les plus fréquentés, 8 sont parisiens 9 grands opérateurs se démarquent
  • 80. LES GRANDS GROUPES TRUSTENT LE MARCHEGAUMONT189594M.€ (salles = 9.4%)PATHE769M.€ (salles = 70.9%)Présent dans 5 paysPionnier du format multiplexe EUROPALACES60.8M. d'entrées en 2009 dont 47 en France11% du parc national de sallesUGC1971 (fusion d'opérateurs)Présent dans 4 pays40M. d'entrées en 2009371 salles, 7% du parc nationalRetard dans le numériqueKINEPOLIS1997 – Belgique212M.€Présent dans 5 pays317 salles dont 87 en FranceCGR197421.2M.€1er groupe indépendant375 salles, 33 villes, 2.9% du parcStratégie numérique dès 2007MK2197412.2M.€5M. d’entréesIDF uniquement58 salles, 1.2% du parc80
  • 81. UN PARC NATIONAL AMBIVALENTCAPACITES GLOBALES>Ecrans  Vs. Fauteuils  Vs. Etablissements >Etablissements : -7.8% 2001/2008 (impact des frais fixes)>Fermeture cinémas de quartier Vs. croissance des multiplexes>Fauteuils : levier principal du taux d'occupation (-16% en 7 ans)EVOLUTION DES SALLES>En constante augmentation a contrario des établissements>+28% les 2 dernières décennies>Enjeu stratégique : la conversion au numérique U.E. table sur 2015 au niveau Européen EuroPalaces équipera toutes ses salles pour fin 2012 UGC a pris du retard Quid des indépendants ?Source : CNCEvolution du nombre de salles – Source CNC81
  • 82. LA SITUATION ECONOMIQUE REPASSE AU VERT2009/20104ème parc mondial derrière Chine, Etats-Unis et IndeCroissance continue des entrées en salleRecettes guichets en hausse de 8%, notamment grâce aux films en 3DPrix moyen du ticket augmente non stop depuis 10 ansRecettes moyennes par entrée en hausse de 2.1%Recettes pub en hausse de 2.7%. Seul média ascendant avec internetFlexibilité/économies a posteriori grâce au numérique (33% salles en 2010)Conversion au numérique difficile pour les petites salles (70K€/salle)Maîtrise des coûts fixesDes subventions moindresUne concurrence agressiveRecettes Guichets Cumulées+Evolution des entrées salles240-2202001801601401201002010201120042009200820072006200582
  • 83. LES RECETTES GUICHETS, 1ER AXE DE REMUNÉRATIONTVAExploitantSACEMDistributeurTSA CNCL'exploitant reçoit 42% des recettes issues de la vente d'un ticket de cinéma Recettes Ticket d'Entrée (source : CNC)Recette moyenne nationale par ticket, 2009 : 6.14€ Pour comparaison : 5.5€ en 2001
  • 84. LA PUBLICITE, 2ème GRANDE SOURCE DE REVENUSLe cinéma (+18%) et l'Internet display (+12%) sont les médias qui progressent le plus et qui retrouvent leur niveau d'avant la crise – La Tribune.fr, 15/03/11Recettes publicitaires :>77M.€ de recettes>PDM = 0.9%Dépenses des annonceurs :>135M.€ en 2010 (+16.2%)>Distinguo annonceurs locaux/nationaux2 grandes régies publicitaires nationales :SCREENVISION, régie d'UGC et CGRMEDIAVISION, régie d'EUROPALACESAyant une sous-régie commune : Talent Group dont 34% du capital est détenu par Allociné.fr84
  • 85. LE CNC, UN SOUTIEN MAJEUR DE L’EXPLOITATIONPolitique visant à favoriser la promotion et la diffusion des œuvres et l’accès d’un large public aux salles via des aides spécifiquesL’exploitation engrange 37% des subventions du CNC (production 48%, distribution 15%)Ces subventions se ventilent comme suit :Tirage copies petites et moyennes villesAides aux festivals nationauxSoutien au cinéma d’auteur(salles art & essai)Aides à l’exploitationAides à la création / modernisation des sallesFOCUS AIDES A L'EXPLOITATION PAR LE CNCSystème français spécifique : quote-part recettes guichets1967 : aide automatique à l'exploitation1983 : aide à la modernisation des salles2009 : 52M€ de subventions sélectivesCommissions modernisation/numérisation/concurrenceCoefficients pondérateurs selon paramètres précisDe moins en moins de projets soutenus car montée en puissance multiplexes
  • 86. DEUX BUSINESS MODELS OPPOSESINDEPENDANTS/ART ET ESSAI/MUNICIPAUX1 à 6 sallesGénéralement en centre-villeErosion du nombre d'établissements1 078 classés arts et essai (sur candidature)Croissance atoneEmplois détruitsAides accruesMULTIPLEXESComplexe : 7 à 9 salles Vs Mégaplexe :  10 sallesVastes espaces d'accueil climatisés et confortables Ecrans de grande taille (+ de 10m) Très grande qualité de projectionFacilités d'accès et de stationnementServices complémentaires de confiserie voire de restauration Espaces de jeux vidéo dans l'enceinte ou à proximité immédiate2010 : 174 multiplexes dont 10 supplémentaires en 1 an11 écrans en moyenne – France "pilote" en EuropeLocomotives économiques et technologiques de l'exploitation+79% 2001/2009SALLESETSFAUTEUILSENTREES2000102484211 50434.5%50.5%2005159597330 9001943398 90557.1%2009164Source : Les multiplexes - CNC
  • 87. LA RESISTANCE DES INDEPENDANTSPar la programmation«Certaines salles traditionnelles ont des difficultés à surmonter l’essor d’Internet et l’émergence des multiplexes. Les salles traditionnelles qui s’en sortent sont celles qui sont actives dans leur programmation et qui proposent une offre adaptée et ciblée (L’Utopia) ainsi que des soirées-débats, des ciné-rencontres, des soirées thématiques » - Dominique ERENFRIED, Directrice Gaumont OpéraCINEMAS UTOPIA7 cinémas pour « cultiver la différence »3 labels Art & EssaiPositionnement social – Tarif moyen 6€Films plus confidentielsSéances-débatsVidéo en pocheRéseau associatif : Indépendants Solidaires et FédérésL’ALHAMBRA4 salles à CalaisAnimations ponctuelles (rencontres, débats)PANDORA CINEMAS4 salles à Achères (78)Le coin des mômes, tables-rondes, etc.Par la fédérationCINEMAS INDEPENDANTS PARISIENS31 cinémas parisiensProjections, ateliers, formationL’enfance de l’artLe collège au cinémaLycées et apprentis du cinéma>option cinéma & audiovisuelsA.C.I.D. - Association du Cinéma Indépendant pour sa DiffusionS.L.E.C. - Syndicat Lyonnais des Exploitants de Cinéma
  • 88. FOCUS SUR LA FREQUENTATION>Loisir populaire bon marché, 65% des français (38M.) ont assisté à une séance en 2009>2010 : 206 M entrées salle.Plusforte fréquentation depuis 1982>86 233M. chez les indépendants (+0.4%) Vs. 114 693M. pour les multiplexes (+10%)>Cartes d’abonnement illimité ont dopé la fréquentation>2010 & 2011 : confirmation de cette croissanceASSIDUS35%80%HABITUESREGULIERS45%OCCASIONNELS20%Les entrées selon la consommationHabitués 69.4%Occasionnels 30.6%Médiamétrie
  • 89. FOCUS SUR LA FREQUENTATION37.6 millions de français se sont rendus au moins une fois au cinéma en 2010Nombre moyen annuel d’entrées par type de spectateur4.55.15.77.13.74.44.85.96.82.94.23.84.37.48.3Zones rurales60 ans +6/10 ansEmployésOuvriersRetraités35/49 ans50/59 ans20/24 ans15/19 ansAgglomération ParisienneGérants/Cadres11/14 & 25/34 ansMOYENNE NATIONALEProfessions interm./EtudiantsPénétration64%44millionsLa population cinématographique correspond à l’ensemble des individus, âgés de 6 ans et plus, qui vont au cinéma au moins une fois par an5.1 entrées parspectateur50,9%%49,1%89
  • 90. FOCUS SUR LA FREQUENTATION54.6%INACTIFSTaux de pénétration 70.9%>100 000 habitants 64.5%50/100 000 habitants 52.8%20/50 000 habitants 57.6%<20 000 habitants 59.3%Zones rurales 55%16.7%CSP -28.7%CSP +Jeunes28%Région parisienne et villes >100 000 habitants captent 60.4% des entrées91% des 15/19 ans sont allés au cinéma ces 12 derniers mois50 ans +30%62.4% du public du film Des hommes et des Dieux avaient 50 ans et +VendrediLundi11.8%9.9%28.4%MardiSamedi9.8%MercrediDimanche12.5%19.2%Jeudi8.4%
  • 91. LE NUMERIQUE FAIT LA DIFFERENCEUne révolution technologique qui a un nom : le D-cinema, Digital cinemaLes salles en première ligne : 2007 CGR annonce l’équipement de ses 375 salles sous 2 ans2009 Ymagis signe avec Cinéville et MK2. EuroPalaces modifie ses salles2010 UGC fait appel à Ymagis pour équiper toutes ses salles sous 36 mois2011 1/3 des écrans français est numérique, soit 1 805 écrans2013 Basculement national achevé+-AVANTAGESINCONVENIENTSCirculation des copiesPréséances enrichiesPas d’usurePas de montage des bobines entre ellesMeilleur étalement de la lumière et de l’éclairageProjection de contenus stéréoscopiques (3D)Programmation beaucoup plus soupleContenus diversifiés (concerts, sport, etc.)Liaisons vidéos en direct possiblesAutodescription pour les handicapésBaisse des coûts publicitairesCiblage des audiences, longue traîneImpact écologique bien moindreObsolescence plus rapide (5 à 10 ans)Cabines de projection à équiperDotation en lunettes spécialesParfois nécessaire de changer de toileAugmentation de la puissance des lampesDématérialisation donc destruction d’emplois30% de travail en moins pour un projectionnisteConservation patrimoniale de copies 35mmUne programmation indépendante plus difficile
  • 92. LES FILMS EN 3D BOUSCULENT LE PAYSAGE200611 films dont Star Wars III200730 films200850 films84 films dont Avatar20092010123 films, 100 en 2D Vs. 23 en relief«Avatar est le film qui a réalisé le plus grand nombre d'entrées au cours du 1er trimestre 2010 avec 8,4 millions d'entrées pour un cumul de 14,6 millions d'entrées depuis le début de son exploitation» - FNCF«Salut à tous, perso je suis déjà allé 8 fois au cinéma depuis le début de l'année dont 3 fois pour voir Avatar en 3D. L'année dernière à la même époque, je n'avais été qu'1 ou 2 fois au Ciné !!!!!! Je pense que cette année ma fréquentation des salles obscures sera supérieure à celle de l'année dernière» - Blu-Man91 sur le forum d’hdnumerique.com«16% de la fréquentation totale repose sur les 24 films ayant fait l’objet en 2010 d’une exploitation partielle en 3D (contre 16 films un an plus tôt). Ces films ont réalisé plus de 33 millions d'entrées.» - Article Le cinéma a fait salle comble en 2010, La Tribune – 05/01/1130/09/10 Proposition de loi pour la facilitation de l’équipement des salles en numérique Contribution obligatoire des distributeurs de films numériques + 125M.€ pour 1 500 salles
  • 93. INTERNET, NOUVEAU LEVIER MARKETING DE L'EXPLOITANTLes portails internet, premiers vendeursLe mobile, nouveau cheval de bataille Les portails internet, premiers vendeursLes multiplexes ont largement étoffé leurs sites qui sont devenus de vrais portails :>Bandes annonces, contenu éditorial, flux RSS, préséances, podcasts (Les cahiers de cinéma)>Réservation online des places (UGC Prompto)>L'e-ticket pour une réservation en amont et un effet coupe-files (Gaumont/Pathé, UGC Blue)>Des offres groupées et co-brandées : (offres gourmandes UGC, cashback, V.O.D.)>Gaumont Digital, un ciné-club à la demande>Vente de D.V.D.>Personnalisation (myUGC, Mon Compte) et Réseaux sociaux/boutons J’aime>Des campagnes cibléesd'e-mailings (UGCscope, marketing viral)>L'e-ticket sur mobile>Géolocalisation et ciblage par zone de chalandise>Q.R. codes pour une collecte d’informations n’importe où>Présentation de films à l'affiche et à venir
  • 94. L’E-MAILING OU COMMENT FIDELISERPromotionFidélisationOffres commercialesFidélisationPromotion/TeasingCollecte de données/Agrégation
  • 95. DES EXPLOITANTS PAS TRES « LIKABLES » ET PEU « FOLLOWED »…Pas de page Gaumont Pathé2 188 FollowersPas de stratégie groupe1 280 Followers6 personnes aiment
  • 96. LA SALLEPREMIER SUPPORT DE DECOUVERTE DES FILMS copies ecran, vodLa salle, 1er support de découverte des filmsCitée par 72,7 % des spectateurs en 2010, contre 70,3 % en 2009.Loin derrière, Internetest le deuxième médiaIl est cité par 14,8 % des répondants.La part d’internet s’avère particulièrement significative chez les jeunes : 20,0 % des 15-24 ans considèrent internet comme le meilleur moyen pour découvrir un film. Le DVD recule sur l’ensemble des catégories de public Source : Enquête PubliXiné, Baromètre du public des cinémas, novembre 2010
  • 97. OFFRES ILLIMITEES, BORNES D’ACHAT PUIS E-BILLETS copies ecran, vodMars 2000 : UGC Illimité pour 1Septembre 2007 : UGC Illimité pour 2Novembre 2008 : Carte de fidélitéCartes pour spectateurs réguliersFévrier 2011 : Gaumont lance le e-billetBornes d’achat automatiques
  • 98. LE BILLET ELECTRONIQUE : TOUT BEAU, TOUT NOUVEAU copies ecran, vod Depuis février 2011, le e-billet s’est généralisé dans les cinémas Pathé-Gaumont de France après avoir été testé pendant plusieurs mois dans plusieurs cinémas pilotes. PROCESSUSEt ça marche !!! Dès le 1er jour, la moitié des utilisateurs du site Internet a choisi la dématérialisation. Et la moitié de cette moitié par mobile !!! LE BILLET ELECTRONIQUE : TOUT BEAU, TOUT NOUVEAU copies ecran, vod
  • 99. DES BENEFICES EUX AUSSI TOUT BEAUX ET TOUT NOUVEAUX copies ecran, vodBénéfices consommateurs :Finies les longues files d’attentesLa seule étape restante est le contrôle des billets Possibilité d’annulation en cas d’empêchementPossibilité de renouvellement du e-billet en cas de perteBénéfices exploitants : Augmentation de la satisfaction clientsAugmentation de la fréquentation des sallesRéduction des effectifs, notamment des caissiers?Gaumont souhaite utiliser ce type de personnels sur d’autres activités notamment pour des tâchesliées à l’accueil et au service clients.
  • 100. GAUMONT ET LES AUTRES : UGC, ALLOCINE, FNAC copies ecran, vodUGCUGC teste actuellement le e-billet. Ce service est disponible à l’UGC Strasbourg depuis mi-avril à partir d’un ordinateur et depuis début mai depuis un mobile. Tous les cinémas UGC européens devraient adopter ce nouveau format de ticket, d'ici l'été. ALLOCINELe sésame numérique est aussi disponible auprès d’autres prestataires comme Allociné, qui ne le propose pour l'instant que pour deux salles parisiennes : le Grand Rex et le Nouvel Odéon.Allociné et Fnac.com annoncent pour septembre 2011 le lancement d’une plateforme de vente en ligne de places de cinéma dématérialisées.
  • 101. L’EXPERIENCE BELGE OU LA DEMATERIALISATION TOTALE copies ecran, vodExemple du cinéma Kinépolis à Bruges
  • 102. PARTAGER PLUS QUE DU CINEMA copies ecran, vodEvénements culturels : opéras, ballets
  • 103. Soirée thématiques : par exemple réservées aux filles
  • 106. Aménagement intérieur et confortLES APPLICATIONS MOBILES : LES SERVICES PARTOUT ET TOUT LE TEMPS copies ecran, vodSalles de cinéma,
  • 109. Réservation de places quel que soit le moyen de paiement
  • 110. Gestion de compte et de profil
  • 111. Offres (exemple : événements)
  • 113. Photographie de l’affiche d’un film pour accéder à toutes les infos du film et les séances proches du lieu où l’on se trouveLES FILMS FONT DE PLUS EN PLUS LEUR « CINEMA » SUR INTERNET copies ecran, vodLe bouche à oreille demeure le premier vecteur d’informationIl est cité par 58.9 % des personnes interrogées. La télévision est le deuxième moyen d’information prescripteur au même titre que la bande-annonce vue au cinéma (46.8 %). Internet s’impose comme le quatrième vecteur d’informationinfluençant la décision d’aller voir un film (37.8%).C’est le vecteur qui connaît la plus forte progression depuis 2006 avec une croissance de 6.6%. Sur la même période, la presse subit la plus forte baisse, avec -14%.Source : Enquête PubliXiné, Baromètre du public des cinémas, novembre 2010
  • 114. CINEMUR OU L’ALLOCINE SOCIAL copies ecran, vod
  • 115. POUR CONCLURE : L'EXPLOITATION Vs. INTERNET GAIND'INTELLIGENCEDiversité de programmation Amélioration des salles : 3D, accueil, taille de l’écran …GAINDE TEMPSCopies numériquesE-billetPlus de mobilitéGAIND'ARGENTCopies numériquesRevalorisation des séances ciné, ie 3D
  • 116. SEQUENCE 5LE DISTRIBUTEUR VIDÉOINTRO108 / 167
  • 117. LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionConsommateurProductionTVTV payanteVidéoCinéJ + 0J + 0J + 0Exploitation salleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
  • 118. LES MISSIONS DU DISTRIBUTEUR VIDEOCommercialiser les éditions en vidéo (physiques ou dématérialisées) d’un film dans tous ou certains réseaux de vente (selon droits).Les promouvoir auprès des consommateurs.Le distributeur peut être aussi éditeur (création du support video)+200 éditeurs regroupés chez +50 distributeurs
  • 119. UNE CONCENTRATION DES MAJORS U.S6 premiers éditeurs US 49%7ème : Studio Canal avec 6.3%8ème : M6 avec 6.1%6 premiers distributeurs 80%Source : GFK
  • 120. UN MARCHE EN PLEINE EXPANSION DE 1985 A 2005TOP 2010 Avatar >2 M.U.BD = 26%1986 - 2005 Croissance du marché
  • 121. 2005 - 2009  Recul du marché (-30%)
  • 122. 2010 Stabilité avec 1,5 M.€ et 95 M.U + essor du Blu- ray (13% CA vidéo ) et de la V.O.D. (12%)Source SEVN
  • 123. UN MARCHÉ DRIVÉ PAR LE FILM21% des ventes sont des films français
  • 124. 75% des films sortis en salle sont édités en vidéoFilms70% C.AFilms60% vol.Source GFK
  • 125. GRACE AU DYNAMISME DES OPERATIONS CATALOGUECatalogue : opérations prix/promo + des collections éditoriales
  • 126. > 60 000 films56%22%Source GFK / 2010
  • 127. MAIS UNE CHUTE DE LA VALEUR DU DVDPrix nouveauté maintenu grâce au Blu-ray
  • 128. Un prix moyen catalogue en baisse continue
  • 129. Un cycle de repricing en accélération depuis 3 ansDVDNouveauté18.11€DVDCatalogue8.03€Source GFK / WB
  • 130. DES RESEAUX DE DISTRIBUTION EQUILIBRES1998 – 2001Un marché de spécialiste2002 – 2005Age d’or des hypers et de l’Internet à petit prix2006 – 2009Les spécialistes reprennent la main, Internet joue la valeurSource CNC
  • 131. DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALTERNATIFSStabilisation du réseaukiosque: 29 500 points de vente (Presstalis et MLP) Encadré par la loi Brichet (opérateur unique approvisionnant ce réseau) Représente 10 à 15% du marché en volume et 8 à 10% en valeur Offre : titres à fort potentiel ou collection de catalogueLocation de vidéo : 2 500 à 3 000 points de vente lors de l’apogée (-50% du parc en 3 ans) Baisse de prix du D.V.D., piratage et V.O.D.Concurrence de la vente de D.V.D.
  • 134. Internet et longue traine: un exemple, Warner ArchiveSource CNC
  • 135. WARNER ARCHIVE : LA LONGUE TRAINEMise à disposition du catalogue non édité (ou réédité) en D.V.D. en V.O.D. ou M.T.O.
  • 136. V.O.D. : ZOOM SUR LES CHIFFRES-CLÉSUn marché en forte progression (environ 10/15% du marché vidéo et moins de 1% des revenus de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel) : 140 M€ en 2010 (+ 64% vs 2009) Estimation GFK 2011 : 210 millionsStreaming  (location) : 99% (95% paiement à l’acte, 5% abonnement) Téléchargement (vente D.T.O.) : 1%
  • 137. Consommé principalement sur la TV via les box et triple play (92%*)
  • 138. Prix « standard » en streaming : 4.99€ pour une nouveauté, de 1,99€ à 2,99€ pour un titre catalogue123Source CNC
  • 139. L’OFFRE LEGALE VOD : > 50 SERVICES !FAI/Box Orange, Free, 9box, etc…Chaînes TV CanalPlay, TF1 Vision, M6, ArteDistributeurs Virgin Mega, FnacPure Players Videofutur (Glowria), FilmoTV, MyskreenEditeurs Warner Video Live, MK2, groupement d’indépendants (Univers Ciné)Consoles/autres Apple, Xbox Live, Qriocity (PS3, PSP et TV connectées Sony)US : Netflix (30% du trafic),Hulu, Amazon Attendus en Europe en 2011/12 : Amazon & NetflixSource CNC : MISSION SUR LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES DE VIDEO A LA DEMANDE ET LEUR IMPACT SUR LA CREATION – Janvier 2011
  • 140. L’OFFRE LEGALE VOD : QUELQUES EXEMPLES
  • 141. L’OFFRE LEGALE VOD : QUELQUES EXEMPLESUniversCiné, plateforme regroupant les œuvres d’une cinquantaine de producteurs et distributeurs indépendants.
  • 142. UN EXEMPLE D’AGREGATEURMySkreen Portail vidéo qui référence, organise et rend plus facilement accessible l'offre audiovisuelle légale et professionnelle disponible en ligne.
  • 143. UNE NOUVEAUTE : YOUTUBE ET LE STREAMING VOD PAYANT 3 000 films des catalogues de Warner, Sony, Universal et Lions Gate.
  • 144. Films accessibles en streaming de 0,99 à 3,99 $ (voire gratuits pour certains)
  • 145. Google souhaite ainsi concurrencer Netflix, Hulu voire Facebook (deal WB)UNE NOUVEAUTE : LA V.O.D. SUR FACEBOOK copies ecran, vodVisionnage de films sur Facebook  partage, commentaires, reviewsWin win entre le fournisseur de contenu (W.B.) qui accède potentiellement à500M. de contacts et Facebook (utilisation de Facebook credits)
  • 146. V.O.D. : UNE OFFRE SUFFISAMMENT RICHE ET ACCESSIBLE ?LES PRODUITS5000 titres (vs 100K DVD & BD)
  • 147. Fraîcheur : 44% films salle sortent en VOD
  • 148. Fenêtre d’exploitation qui gèle souvent les droits pendant la période d’exploitation TV (10-36 mois)
  • 149. Offre mal éditorialisée (films US, 1 seule langue, peu de bonus)L'ACCESOffre parfois dispersée (exclu)
  • 150. Pb techniques (accès, paiement)UN MODELE ECONOMIQUE COMPLEXE ET PAS TOUJOURS RENTABLEChaine de rémunération & juste partage de la valeur
  • 151. Les nouveaux entrants USCNC : rapport de Sylvie Hubac _ mission sur le développement des services de vidéo à la demande et leur impact sur la création, déc. 2010
  • 152. LA COPIE DIGITALE : BONUS OU NOUVEAU GADGET MARKETING ? PRINCIPECopie digitale offerte avecl’achat d’un DVD ou Blu-rayPhysique (DVD) OuDématérialisée (promocode) à charger sur un site
  • 153. UNE CHRONOLOGIE ACCELEREE …Passage de la fenêtre de sortie vidéo de 4 à 6 mois (5 ans de négociation) Mais de nouvelles initiatives :Offres super premium en VOD pour unedisponibilitésimultanée à la sortie cinéma (+20$)
  • 154. Sorties simultanéesDVD et peer to peer (BitTorrent) le 19 mai pour un film d’horreur underground“The Tunnel” (crowdfundé)
  • 155. Lobbying de Luc Besson : « le piratage montre que le public n’est plus prêt à attendre six mois pour voir un film en vidéo …Je suis pour l’éclatement de la chronologie des médias [...] : il faut proposer les films sur Internet juste après la sortie en salle. Pour ma part, je serais favorable à la création d’une offre premium sur Internet de quarante-huit heures, le samedi et le dimanche qui suivent la sortie du film en salle…Source : http://www.infos-du-net.com/actualite/14926-besson-vod-dvd.html
  • 156. EXEMPLES DE CHRONOLOGIES « DISRUPTIVES » copies ecran, vodDiffusé en TV le 20/3/09Sortie ciné le 25/3/09Sortie video + 6mois : sept. 09Sortie ciné US 2010Docu communautaire à partir de 80 000 vidéos Youtube2,2M téléspectateurs 9,6 % pdm150 174 entrées salle74 757 videos dont 1% BDSortie 5/6/2009 en 23 langues dans 120 pays au cinéma, en DVD, à TV, gratuitement en VOD et sur  Youtube167 471 entrées salle629 617 videos dont 9% BDSource : CBO Box office, GFK, Wikipedia
  • 157. LE MARKETING VIDEO : LA TV POUR +50% DES BUDGETS copies ecran, vod 244 M€ en 2010
  • 158. Plus d’investissements display en digital mais aussi beaucoup de partenariat de « visibilité » comme en radio et presse.
  • 159. En fonction de la cible et de la présence TV ou non, la part digitale peut représenter de 15% à 40% d’un budget de lancement vidéo. Source Kantar 2011
  • 160. 8 ANS D’ECART ENTRE HARRY POTTER 2 ET HARRY POTTER 7A ET UN BUDGET DIGITAL x3 Source Warner Bros.
  • 161. LE MARKETING VIDEO ET LE DIGITALComme pour le cinéma, baisse des budgets marketing, donc nécessité detrouver de la valeur notamment via internet.Utilisation des mêmes leviers digitaux que le cinéma :Portails studio + newsletter
  • 164. R.P. et promotion éditoriale
  • 165. L’affiliation est surtout un modèle éco des distributeurs (Amazon, Fnac, Pixmania, …)Pour les réseaux sociaux, l’avantage est de surfer sur une base de fans acquispost lancement cinéma (i.e Avatar) et de les informer directement (date delancement, contenu des bonus, …)
  • 166. LES PORTAILS STUDIO ET LES DVD / BLU-RAY
  • 167. LES MINISITES DE COLLECTIONS
  • 168. COMMENT FIDELISER LES CONSOMMATEURS ?Plus on achète plus on cumule de points sur un compte en ligne
  • 169. Un certain nombre de points ouvrent un catalogue de cadeaux
  • 170. Chaque DVD/BD est porteur d’un promocode unique.WARNER BROS :La dématérialisation des primes a permis d’optimiser le budget de fonctionnement.Une base de 600 000 membres à dateSUR LE PLAN MARKETING – LES RESEAUX SOCIAUX copies ecran, vodSTANDARDISATIONFacebook: reprise de la page fan lancée pour le cinéma, liensSponsorisés, jeux concours, diffusion de film en V.O.D.Twitter : animation d’un compte avec newsYoutube& itunestrailer: diffusion des trailersNOUVEAUTEChatroulette: Promo du film « The last exorcism »
  • 171. POUR CONCLURE : LA VIDEO vs INTERNET GAIND'INTELLIGENCENouveaux réseaux de distribution : etailers, VODNouveaux supports média & visibilitéLien avec le conso (newsletters, fidélisation, copie digitale, …)GAINDE TEMPSAccélération de la chronologie des médiasVODGAIND'ARGENT ?Une baisse de la valeur perçue d’un DVDUne réallocation des budgets pub137
  • 172. SÉQUENCE 6LES CHAÎNES TVINTRO138 / 167
  • 173. LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionConsommateurProductionTVTV payanteVidéoCinéJ + 0J + 0J + 0Exploitation salleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
  • 174. LA TV : LE GRAND ARGENTIER DU CINEMAEntre 2005 et 2009 , la part financée par la TV (coproduction + préachat ) est passée de 29.5% à 32.5%.
  • 176. Chaines hertziennes : 3,2 % CA net
  • 177. Canal + : 12,5% ressources dans l'acquisition de films (hors apports en co-production)
  • 178. Chaînes du câble/satellite (Orange, CineCinema, TPS) entre 27 et 26%CNC : La production cinématographique en 2010 (mars 2011)
  • 179. 2010 : UNE EXCELLENTE ANNEE + FILMS + INVESTISSEMENTS121 films financés par les chaînes de télévision généralistes en 2010 (46.3% films agréés)
  • 180. + films (+39.1 %, >34 films) & + investissements +21.9% vs 2009+31.4% pour TF1 (20 films, 56 M€)+25.9% pour FTV (66 films, 51.6M€)-14.4% pour M6 (6 films, 15.5 M€)+31% pour Arte (30 films, 10 M€)65.5 % des films agréés en 2010 sont financés par Canal+ 155 films préachetés 194.57 M.€ soit +18.1 % vs 2009.TPS Star : 15 films, 12.7 M.€
  • 181. CineCinema 139 films, 23.01 M.€
  • 182. Orange Cinéma : 2x films, 26 films, 23.38 M.€ (x3.2 vs 2009) Source : CNC - La production cinématographique en 2010 (mars 2011)
  • 183. POURTANT LES FILMS A LA TV SONT SOUS QUOTAS1. Contraintes portant sur le pourcentage respectif de films français, européens et américains diffusés. 60% d’œuvres d’origine européenne
  • 184. dont 40% d’œuvres françaises2. Protection de la fréquentation des salles par l’exclusion du film de long métrage aux heures et/ou jours où la fréquentation est la plus intense (pour les chaines non cinéma et non payante) :Samedi toute la journée
  • 186. Les mercredis et vendredis soirs (sauf pour les films d’art et d’essai qui peuvent être programmés après 22h30).3. Limitation du nombre d’œuvres cinématographiques programmées: Pas plus de 192 films de longue durée dont pas plus de 144 films diffusés en tout ou partie entre 20h30 et 22h30.Source : CSA
  • 187. INTERNET : NOUVEAU CANAL DE DIFFUSION OU DE COMPETITION ?La multiplication des supports de disponibilité d’un film (salle, video, VOD, piratage) dévalorise la valeur d’un passage à la TVTélévision de rattrapage : un vrai bénéfice pour les TV17000 vidéos disponibles en TVR en décembre 2010, mais peu de films : animation, docus, fiction et cinéma : 7,5% de programmes soit 9 films/mois (dernier trim 2010)
  • 188. TVR principalement consommée sur ordinateur (45,6%)TV connectée : une menace pour les broadcasters traditionnels ?+10 millions éligibles à la TV connectée (9M via IPTV 1ère génération puis 2° gen, consoles, TV connectés)
  • 189. Comment les broadcasters vont-ils garder le contrôle de la télécommande vs FAI et les OTT, …
  • 190. Comment les ayants droits s’assureront du respect de la chaine de droits & reversement ?POUR CONCLURE : LA TV vs INTERNET GAIND'INTELLIGENCEDélinéarisation des contenusTV connectéeGAINDE TEMPSCatch up TVGAIND'ARGENT ?Baisse des revenus pub -> impact sur % CA investi dans la prod
  • 192. LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurDistributionProductionConsom-mateurTVVidéoTV payanteCinéJ + 0J + 0J + 0Exploitation salleJ + 4 mois J + 12 mois J + 22/24 mois
  • 193. PIRATE !FLASH-BACKFlash back…Les fondateurs des studios Fox ( W. Fox), Universal (C. Laemmle), Paramount (A. Zukor) créent des studios à Hollywood pour échapper au paiement de licences à la Motion Pictures Patent Company (T. Edison) alors basé à NY**Wired, somelikeit hot, OK, P2P is "piracy." But sowas the birth of Hollywood, radio, cable TV, and (yes) the music industry. By Lawrence Lessigwww.wired.com/wired/archive/12.03/lessig_pr.html
  • 194. PIRATE !A partir des années 80, l’apparition de moyens de reproduction grand public (magnétoscope) crée une demande pour du contenu piraté , mais quelques freins : une déperdition de la qualité (VHS), le temps et le coût nécessaire à la reproduction de cassettes.Avec l’arrivée du numérique, du haut débit et des sites Peer to Peer, le piratage devient massif ! a Apparition des 1ers réseaux Peer to PeerUn thème porteur Une interface simple
  • 195. L'ESSOR DU PIRATAGE PAR LES RÉSEAUX PEER-TO-PEERUn développement du haut débit rapide : En 10 ans : on passe de 200 000 abonnés à 21 Mio!
  • 196. DES USAGES QUI EVOLUENT AVEC LE TEMPS …1999 : Napster(80 Musers)2000: Gnutella(25 à 30 M users**)e-donkey, 2001: Kazaa,2002 : e-mule2003 : Pirate Bay(22 M 2008***)Sources :The Web Is Dead. Long Live the Internet, By Chris Anderson and Michael Wolff , August 17, 2010, WiredSeptember 2010Cisco estimatesbased on CAIDA publications, Andrew Odlyzko** http://www.numerama.com/magazine/d/4/8002-l-histoire-du-peer-to-peer.html L'Histoire du peer-to-peer, La rédaction, le 30 Avril 2002*** Numerama , The Pirate Bay revendique 22 millions d'utilisateurs simultanés, Guillaume Champeau - publié le Vendredi 07 Novembre 2008 , www.numerama.com/magazine/11289-the-pirate-bay-revendique-22-millions-d-utilisateurs-simultanes.html
  • 197. DU PEER-TO-PEER AU DIRECT DOWNLOADING ET AU STREAMINGEvolution des recherches sur Google :Baisse du Peer to peer et montée du Direct Download et du streaming Source : Google trends et Google double click ad planner, 2 avril 2011 ( trafic mensuel)Source : Google trends et Google double click ad planner, 2 avril 2011EmuleMegaupload :+ de 8 M de VU*KazaaMegavideo : 4,6 M de VU*Edonkey
  • 198. LE PIRATAGE NE CONNAÎT PAS LA CRISE1er bien culturel piraté = musique, 2ème = films **Les Pirates : 52% des spectateurs de cinéma * / 49% des internautes **Clivage générationnel : des études montrent que les 15-25 ans ou les 15- 39 ans sont sur- représentés parmi les pirates ***Le mode opératoire du piratage : 2/3en download ou streaming vs. 1/3 récupéré par son réseau d’amis*Les pirates sont aussi ceux qui vontle plus au cinéma et qui sont le plus consommateurs de DVD vs non pirates **Les films les plus piratés : les blockbusters U.S privilégiés par 71% des pirates* Les films Français à gros budget pour 41% des pirates *Piratage et chronologie des médias : les films privilégiés par les pirates **Etude Médiamétrie pour Allociné Mars 2010 www.slideshare.net/xac369/synthese-4047913, **Hadopi, Bien culturels et usages d’internet: Pratiques et perceptions des internautes français, dimanche 23 Janvier 2011 http://www.hadopi.fr/download/hadopiT0.pdf***Etude sur La pratiques des consommation de vidéos sur Internet, S. dejean, T. Pénard et R. Suire, CREM, Univérsité de Rennes 1, Marsouin , Décembre 2008
  • 199. IMPACT DU PIRATAGE SUR L’INDUSTRIE DU CINEMA : ÉtudeTera Consultants
  • 200. TRAVELLING SUR LES FILMS LES PLUS PIRATÉSFocus sur trois exemples : Avatar, Inception et The HurtLockerEffets du piratage ? Box-office US 48 M$ : effets du piratage ? Box-office US: 17 M$ 2009, 6 Oscars 2010: Effets du piratage ?Sources : Box office Mojo, www.the-numbers.com/ => Neutres ou positifs sur les ventes DVD et l’exploitation en salle ? 1er Box –office monde, 1er ventes de DVD => Neutres sur les DVD et négatifs sur les entrées salles ? = > Piratage très important par rapport au box-office, mais très bonnes ventes de DVD : effets du piratage => positifs ?
  • 201. UN IMPACT DIFFICILE A QUANTIFIER Les données sont difficiles à avoir* Cela nécessite de poser des hypothèses sur le taux de substitution et la valeurs des biens piratés, et le media impacté ( salles, ventes de DVD, TV etc) comme l’ont souligné la GAO et l’ OCDE * Les effets ne sont pas forcément continus dans le temps ** :Les ventes auraient été les plus affectées avant 2005, au moment de la montée des réseaux P2P, mais après 2005, une fois la pratique d’échanges de fichier par internet généralisée, les ventes ne seraient plus affectées
  • 202. En conclusion : « Au 1er novembre 2009, (…) le piratage est un risque supplémentaire, par rapport au risque de se dire “je fais ou je ne fais pas ce film” ; ce n’est pas encore le piratage qui fait qu’ « un film «  ne se fait pas » Nicolas Seydoux (président de Gaumont, président de l’association de lutte contre la piraterie audio-visuelle, VP conseil de surveillance Arte France) ****
  • 203. Sources: *US Government Accountability Office, Report to Congressional Committees, INTELLECTUAL PROPERTY, Observations on Efforts to Quantify the Economic Effects of Counterfeit and Pirated Goods, April 2010
  • 204. ** Read Write Web Lumière sur les effets du piratage de films , 03 août 2010, par Sophie Boudet-Dalbin, http://fr.readwriteweb.com/2010/08/03/analyse/lumire-sur-les-effets-du-piratage-de-films/
  • 205. ***Une étude sur les pratiques de consommation de vidéo sur Internet, Sylvain Dejean, Thiérry Pénard, et Raphael Suire, CREM, Université de Rennes 1, Marsouin, Décembre 2008
  • 206. **** Envoyé Spécial, « Cinéma et musique sur Internet, la fin des hors-la-loi ? », France 2, jeudi 19 novembre 2009LA LUTTE CONTRE LE PIRATAGE : TOUS UNIS ?LA LOI HADOPIPromulguée le 12 juin 2009Favoriser la diffusion et la protection de la création sur internet Lutter contre le piratageFavoriser l’offre légale en sanctionnant les internautes mettant en partage des œuvres surles réseaux P2P (téléchargement)Le Budget HADOPI : 6,7 à 10 M d’€ budgété par le gouvernement chaque année ** Coût d’identification : 10 M d’€ par FAI (Ministère de la culture) à 70 M d’€ sur 3 ans (Conseil Général desTechnologies de l’information, Ministère des finances) ****Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet** Numerama, L’hadopi coûtera 6,7M d’ Euros en 2009, Guillaume Champeau, 26 sept 2008***http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-350460-prix-hadopi.html ; Olivier Robillard, Quel est le prix d’ HADOPI, 1er Juillet2010
  • 207. LA LUTTE CONTRE LE PIRATAGE : L’EFFICACITÉ ?15% des utilisateurs des réseaux P2P auraient renoncé au piratage suite au vote de la loi HADOPIMAISLe nombre de pirates aurait augmenté de 3% depuis le vote On observe un report massif du Peer to Peer vers le streaming (20%) et l’hébergement de fichiers (9%) ****** Christophe Auffray, ZDNet France. Publié le 9 mars 2010, Une première Evaluation conteste l’efficacité de la loi Hadopiwww.zdnet.fr/actualites/une-premiere-evaluation-conteste-l-efficacite-de-la-loi-hadopi-39750000.htm
  • 208. LA LUTTE CONTRE LE PIRATAGE S'ORGANISEDévelopper une offre légale, de qualité, avec un choix large et des services à forte valeur ajoutée
  • 209. Raccourcir la chronologie des médias afin de proposer plus rapidement les films en VOD (60 jours ) (ré-examiner les interdictions des films à la TV (mercredi, vendredi, et samedi soir)
  • 210. La 3D
  • 211. Développer les services pour les salles de cinéma,
  • 212. Jouer sur le transmedia:
  • 214. La création d’une fenêtre supplémentaire en amont : crowfunding: production & distribution Sources : * Une étude sur les pratiques de consommation de vidéo sur Internet, Sylvain Dejean, Thiérry Pénard, et Raphael Suire, CREM, Université de Rennes 1, Marsouin, Décembre 2008 ** Et toi, tu télécharges ? Alban Martin, 20 mai 2010, readwriteweb (francophonie), http://fr.readwriteweb.com/2010/05/20/nouveautes/toi-tu-tlcharges/
  • 215. LES PIRATES EN ONT PRIS LEUR PARTIInterview de Maxime Rouquet, membre fondateur du Parti Pirate FrançaisFICHE D’IDENTITE01/2006 : Création en Suède06/2006 : Création en France2009 : 2% aux législativesPartage des œuvresPartage non commercialPartage hors intermédiairesLutter contre les monopolesDéfense des libertés numériquesMandater des expertsA RETENIR+ gros consommateurs sur internet sont aussi les + gros consommateurs de cultureLicences creativecommonsMécénat globalDonner plus de contrôle sur leurs œuvres aux artistes
  • 216. LE PIRATAGE : UNE MULTITUDE D'EFFETS À PRENDRE EN COMPTELe PiratageSources: *US Government Accountability Office, Report to Congressional Committees, INTELLECTUAL PROPERTY, Observations on Efforts to Quantify the Economic Effects of Counterfeit and Pirated Goods, April 2010
  • 217. L’IMPACT INTERNET SUR LA CHAÎNE DE VALEUR Chaîne de valeurCinéJ + 0J + 0J + 0Exploita-tionsalleJ + 4 mois DistributionProductionConsommateurVidéoJ + 12 moisTV payanteJ + 22/24 mois J + 22/24 mois TV
  • 219. MARC DORCEL : SCÉNARIO EXTRÊMECA 2009 + 20 M€«On représente 30 % du marché total de la VOD française et notre courbe de croissance suit scrupuleusement celle de l'accès au haut débit »
  • 220. MARC DORCEL : SCÉNARIO EXTRÊME« Nous avons mis en place une offre de VOD dès 2001, alors qu'on n'était qu'une petite PME. Aujourd'hui, toutes nos nouvelles productions sortent simultanément en DVD, en téléchargement et en streaming sur notre site et sur les plateformes VOD de nos partenaires (Free, Orange, SFR...) »
  • 221. MARC DORCEL : SCÉNARIO EXTRÊME«A l'époque, on a pris exemple sur le marché de la musique pour comprendre ce qu'il ne fallait pas faire et comment réagir. A la vue du succès de nos offres, il semble que notre recette soit la bonne !».XXXXX
  • 222. MARC DORCEL : SCÉNARIO EXTRÊMEMarc Dorcel, c’est aussi un blog……. Et du crowdfunding !
  • 223. GÉNÉRIQUE ET REMERCIEMENTSPyramide distribution Eric Lagesse, PDG
  • 225. France 3 Patrick Brion, France 3 Cinéma de Minuit
  • 228. Warner Elisabeth Dubreuil, Directrice MediaCéline Morel, Chef de Produits Sénior Stéphane Hochberg, Directeur des EtudesCNC Laëtitia Facon, Responsable Département Vidéo
  • 229. Fox Denis Amar, Digital Media Manager
  • 231. Parti Pirate Maxime Rouquet, Membre Fondateur
  • 233. Les Films des Syrtes Remy Diaz SOURCESPages 19 : CNC - La production cinématographique en 2010 (mars 2011)Page 23 : www.twin-pixels.com/software-used-making-of-avataret imdbwww.imdb.com/title/tt0499549/companycreditsPages 26 : www.peterbroderick.com,02/24/11, CROWDFUNDING TAKES OFFPage 42 : CBO Box officePage 52 Investissement sectoriel – Cinéma - Source Kantar2011Page 60 / http://www.google.com/ads/innovations/mediaads.htmlPage 61 : Alexa & Google adplannerPage 66 http://statistics.allfacebook.com/applications/single/farmville/102452128776/Page 68:http://www.facebook.com/PurecineOfficielPage 69 : http://www.cinefriends.com/Page 70 : http://www.cinetrafic.fr/Page 71 : http://www.flixster.com/ , Comscore 2010Page 72: http://www.flicklaunch.com/Pages 77 à 91 : Xerfi & CNCPae 105 : http://cinemur.fr/Pages 110, 112, 113, 114 : GFK Pages 111, 116 : CNC Bilan videoPages 117 : http://www.wbshop.com/Warner-Archive/ARCHIVE,default,sc.htmlPage 118 : CNC, GFKPage 123 : http://blog.1001actus.com/youtube-vod-payant-usa-64057.htmlPage 124: http://www.facebook.com/darkknightPage 125 : CNC Dec. 2010, rapport de Sylvie Hubac _ mission sur le développement des services de vidéo à la demande et leur impact sur la créationPage 127: http://www.infos-du-net.com/actualite/14926-besson-vod-dvd.htmlPage 128 : CBO Box office, GFK, WikipediaPage 129 : Investissement sectoriel – Video- Source Kantar 2011Page 130 : Source Warner BrosPage 139; 140 : CNC : La production cinématographique en 2010 (mars 2011Page 142 : CSA)
  • 234. SOURCESPage 146 : Wired, somelikeit hot, OK, P2P is "piracy." But sowas the birth of Hollywood, radio, cable TV, and (yes) the music industry. By Lawrence LessigPages 149, 150 : The Web Is Dead. Long Live the Internet, By Chris Anderson and Michael Wolff , August 17, 2010, WiredSeptember 2010Cisco estimatesbased on CAIDA publications, Andrew Odlyzkohttp://www.numerama.com/magazine/d/4/8002-l-histoire-du-peer-to-peer.htmlL'Histoire du peer-to-peer, La rédaction, le 30 Avril 2002Numerama, The Pirate Bay revendique 22 millions d'utilisateurs simultanés, Guillaume Champeau - publié le Vendredi 07 Novembre 2008 , www.numerama.com/magazine/11289-the-pirate-bay-revendique-22-millions-d-utilisateurs-simultanes.htmlPage 151 : Etude Médiamétrie pour Allociné Mars 2010 www.slideshare.net/xac369/synthese-4047913, Hadopi, Bien culturels et usages d’internet: Pratiques et perceptions des internautes français, dimanche 23 Janvier 2011 http://www.hadopi.fr/download/hadopiT0.pdfEtude sur La pratiques des consommation de vidéos sur Internet, S. dejean, T. Pénard et R. Suire, CREM, Univérsité de Rennes 1, Marsouin , Décembre 2008Page 152 : Etude TeraConsutlantsPage 153 : Box office Mojo, www.the-numbers.com/Page 154 / *US Government Accountability Office, Report to Congressional Committees, INTELLECTUAL PROPERTY, Observations on Efforts to Quantify the Economic Effects of Counterfeit and Pirated Goods, April 2010** Read Write Web Lumière sur les effets du piratage de films , 03 août 2010, par Sophie Boudet-Dalbin, http://fr.readwriteweb.com/2010/08/03/analyse/lumire-sur-les-effets-du-piratage-de-films/ ***Une étude sur les pratiques de consommation de vidéo sur Internet, Sylvain Dejean, Thiérry Pénard, et Raphael Suire, CREM, Université de Rennes 1, Marsouin, Décembre 2008**** Envoyé Spécial, « Cinéma et musique sur Internet, la fin des hors-la-loi ? », France 2, jeudi 19 novembre 2009Page 155 : *Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet** Numerama, L’hadopi coûtera 6,7M d’ Euros en 2009, Guillaume Champeau, 26 sept 2008***http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-350460-prix-hadopi.html ; Olivier Robillard, Quel est le prix d’ HADOPI, 1erJuillet2010Page 156 : Christophe Auffray, ZDNet France. Publié le 9 mars 2010, Une première Evaluation conteste l’efficacité de la loi Hadopiwww.zdnet.fr/actualites/une-premiere-evaluation-conteste-l-efficacite-de-la-loi-hadopi-39750000.htmPage 157 : Une étude sur les pratiques de consommation de vidéo sur Internet, Sylvain Dejean, Thiérry Pénard, et Raphael Suire, CREM, Université de Rennes 1, Marsouin, Décembre 2008 ** Et toi, tu télécharges ? Alban Martin, 20 mai 2010, readwriteweb (francophonie), http://fr.readwriteweb.com/2010/05/20/nouveautes/toi-tu-tlcharges/)
  • 235. 170