SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
Romain Canot. Attaché de presse,
chroniqueur radio et télé, auteur d’ouvrages,
vous connaissez un vrai succès médiatique
depuis plusieurs mois, qui êtes-vous
vraiment ?
Fabien Lecœuvre : Avant tout, je pense que le
moteur d’une vie comme la mienne c’est la passion.
Elle est à l’origine de mon parcours professionnel et,
également, de celui de grands artistes et de
beaucoup de gens de l’ombre. Me concernant,
j’aime les gens en général. Vous me voyez à la télé,
c’est un fait, mais derrière, comptez des heures,
voire des années de travail. Je suis entré en 1978
dans la vie active, à l’âge de 17 ans passé, après un
baccalauréat obtenu à 15 ans et demi et des stages
réalisés dans l’élan. Alors, fatalement… J’ai été
étudiant à la chambre de commerce, à Paris, et
obtenu un diplôme de gestion d’entreprise. Ensuite,
ce sont les rencontres qui changent ta destinée !
Comment avez-vous occupé cette période de
confinement au printemps dernier ?
Je me suis isolé en Normandie et j’en ai profité pour
relire les mémoires de Félix Maillol (chanteur
français, 1872-1941), de Fred Mella (ténor du groupe
vocal “Les compagnons de la chanson”, 1927-2019),
des Frères Jacques (groupe vocal actif de 1946
-1982), celles de Dranem, grand chanteur des
années 1910 (1869-1935) ainsi que les mémoires de
Polin, chanteur de café-concert (1863-1927).
Pendant cette période particulière,
quelles musiques écoutiez-vous ?
J’ai écouté beaucoup de morceaux. En ce moment,
j’aime écouter Cali, Soprano et je réécoute les airs
d’opérettes dont je raconte les histoires afin de me
remettre dans le contexte, musicalement et au
niveau des arrangements. J’ai relu et mis à jour mon
dictionnaire sur le sujet paru en 1989.
Cette année, j’ai ajouté 110 histoires de chansons
dans la 8° édition de cette collection qui existe
depuis douze ans et qui est rééditée régulièrement
(au moins tous les deux ans) car elle a du succès.
Je fais entrer dans ce dictionnaire des chansons
improbables, les grands succès de l’année tels que
« Balance ton quoi » d’Angèle, « La même » ce duo
de Maître Gims et de Vianney ainsi que plein de
nouveaux talents. Mais, si on compare à 1975, il est
plus difficile de trouver des tubs qui plaisent à tout le
monde comme l’ont été « L’été indien » ou « Le sud »
de Joe Dassin, par exemple. En effet, sur 50 millions
de Français, 40 millions les connaissaient.
Aujourd’hui, les tubs sont davantage
communautaires. 7 à 8 millions de gens ignorent qui
est Angèle malgré son énorme tub, cette chanson
féministe et générationnelle. La France maghrébine,
africaine ou brésilienne ne l’écoute pas, elle a
d’autres idoles.
Vous continuez à écrire… Vous avez reçu
différents prix tout au long de votre carrière
tel que celui du meilleur livre politique de
l’année sur François Mitterrand à propos de
1981 et de son élection… Êtes vous fier de
cette reconnaissance ?
Oui, je le suis et ce prix Edgar Faure reçu en 2011 est
un comble ! Ce livre écrit avec Florence Dory est
ressorti depuis en 2e édition pour le centenaire du
président Mitterrand né en 1916. En 2012, il m’a fait
Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et en
2017, le ministère de la culture m’a remis le prix de la
biographie pour mon dictionnaire de la chanson. Il
s’agissait, à l’époque, de la 7e édition. Le président
Nicolas Sarkozy qualifiait ce livre de patrimonial.
François Hollande, alors chef de l’État, m’avait dit
qu’il me soutenait dans ma démarche car mes livres
d’histoires resteraient pour les générations
suivantes. Il m’avait raconté que le premier disque
qu’il s’était acheté en 1972 était un 45 tours de
Michel Fugain « Une belle histoire » qu’il passait en
boucle. Nicolas Sarkozy, lui, dans les années
soixante-dix, écoutait CJérôme, et des morceaux
comme « Gabrielle » de Johnny Hallyday. On lui
avait offert « Nicolas » chanté par Sylvie Vartan, et
aimait beaucoup « RockCollection » (1977) de
Laurent Voulzy et, bien sûr, les chanteurs ou
groupes de son adolescence comme les BeeGees.
Lors de la sortie de mon ouvrage, Le président
Emmanuel Macron m’avait écrit un très joli mot
dans lequel il me remerciait de soutenir la chanson,
si importante pour lui. Je l’ai rencontré, ainsi que
Brigitte Macron, le 11 mai 2016 dans les coulisses du
Palais Omnisport de Bercy à l’occasion d’un concert
de Michel Polnareff. Le président m’a confié avoir eu
un 3e prix de conservatoire de piano, à Amiens,
dans sa jeunesse et qu’il était capable de jouer entre
quatre ou six morceaux de cet artiste dont il était un
fan.
FabienLecœuvre
“JE SUIS UNE SORTE DE DINOSAURE,
UN SPÉCIALISTE DE LA CHANSON”
Attaché de presse,
chroniqueur radio
et télé, auteur
d’ouvrages, Fabien
Lecœuvre répond
aux questions de
Romain Canot.
INTERVIEW
©FabrienLecœuvre
14 15
de carrière ! Tu ne peux pas traverser seul le temps
comme elle l’a fait ! Nous avons déjeuné ensemble
le 25 octobre 2019, à Cannes, à l’Hôtel Martinez. Elle
devait être la marraine du 1er
festival d’opérettes qui
devait se dérouler du 1er
au 4 juillet 2020 à la Mairie
du IXe à Paris sous la houlette de Pierre-Yves
Duchesne, grand coach vocal de Lara Fabian ou
d’Amir. Mais, l’actualité a reporté cet événement.
Je l’ai ensuite appelée à deux reprises, pendant le
confinement, car je voulais faire entrer quelques-
unes de ses chansons dans mon dictionnaire
comme « La bonne du curé », disque d’or en 74, et
« Ça ira mieux demain ». Elle chantait dans les
années soixante-dix au théâtre Marigny. On pouvait
l’entendre dans « Hello, Dolly ! », une comédie
musicale dont elle avait créé la version française en
1972, puis dans « Nini la chance », composée pour
elle par Georges Liferman. Dans un article paru, une
journaliste de France Soir, Jacqueline Cartier, lui
avait donné ce surnom de « Nini la chance ». Six ans
plus tard, celui-ci était repris pour être le titre même
de cette comédie. Annie avait l’habitude de dire
« J’ai toujours eu beaucoup de chance ! » et, au
téléphone, elle me dit « je vais te dire d’où ça
vient… ». Elle m’a raconté qu’elle était née avec une
voilette de peau sur le visage. En Belgique, un bébé
qui est né avec cette particularité aura de la chance
toute sa vie. Il s’agit d’une croyance populaire. Et
puis, en général, un bébé vient au monde sans
dents. Or, elle, elle en avait deux devant, légèrement
écartées, celles que l’on appelle les dents du
bonheur, ou de la chance. Annie Cordy se disait
chanceuse également d’avoir pu jouer de très
nombreux sketchs, très appréciés à l’époque, à la
télévision.
Quelle est votre actualité ? Vous sortez un
nouveau livre ?
Oui, un dictionnaire Serge Gainsbourg pour le 30e
anniversaire de sa mort, tout comme je me suis déjà
penché sur Johnny Hallyday, Renaud. Actuellement,
je m’intéresse à l’œuvre de Patrick Bruel et je lui fais
vérifier et valider la véritable histoire de ses
chansons. Je suis quelqu’un de bienveillant et je
préfère que l’intéressé sache ce qui sort à son sujet.
Je le connais depuis 1981, il était, alors, un héros
d’un film avec Roger Hanin.
De quoi rêvez-vous aujourd’hui ?
Mes rêves sont plutôt politiques. Je suis une sorte
de dinosaure, un spécialiste de la chanson. Les
médias font appel à moi pour cette culture musicale
acquise. Je suis historien, tout comme peut l’être
Stéphane Bern où Franck Ferrand, mais de la
chanson. J’aimerais, aujourd’hui, avoir une
commission au ministère de la culture pour venir en
aide aux intermittents du spectacle. Il s’agit plus
d’une volonté que d’un rêve. Je trouve que l’on ne
défend pas assez les personnes qui font ou
représentent la culture. Les métiers du spectacle se
retrouvent dans une situation très fragile.
Pourrait-on imaginer un monde sans culture ?
Celle-ci s’avère être tellement nécessaire à notre
équilibre à tous ! Qu’en serait-il de notre
enrichissement personnel sans les pièces de théâtre
classiques ou les pièces de boulevard, par exemple ?
Il en est de même pour la chanson, elle est
essentielle, avec ou sans message. Parfois, celui-ci
peut-être politique, c’est le cas avec la chanson
d’Angèle « Balance ton quoi », humaniste avec
« Mercy » du duo Madame-Monsieur ou tout autre.
En France, 18 mois après la sortie de la chanson
« Les divorcés » de Michel Delpèche on légiférait
enfin le divorce par consentement mutuel. C’est dire
l’importance d’une chanson.
Santé
Intimité
Dimanche
Mais je ne fais pas de politique ; j’ai rencontré
beaucoup de grands hommes depuis Georges
Pompidou. Ce qui m’intéresse, finalement, c’est de
savoir quelle sensibilité se cache derrière ces
figures.
Emmanuel Macron a grandi avec des artistes
comme Michel Berger, Michel Polnareff et des
morceaux tels que « Goodbye Marylou » de l’album
« Kâma Sûtra » (1990), ainsi qu’avec Johnny
Hallyday qui chante « Je te promets » ou « Laura »
de l’album « Gang » (1986), écrits et composés par
Jean-Jacques Goldman. Lorsque Johnny est mort,
le président a été accusé à tort de faire de la
récupération. J’ai pris sa défense car je trouvais cela
injuste ! L’homme politique est avant tout un être
humain ; chacun de nous peut avoir été marqué par
un artiste, surtout lorsqu’il grandit avec. C’est le cas :
Il n’a pas dix ans à la sortie de « Gang », un album
culte, tout comme le sera « Kâma Sûtra ». Comment
ne pas en être imprégné ? Le jour des obsèques de
Johnny, que je commentais à la radio avec d’autres
journalistes, le président a prononcé un discours
très émouvant sur les marches de La Madeleine.
Peut-on dire de vous que vous êtes un grand
humaniste ?
Je ne sais pas, mais un peu d’humanisme, de
sensibilité est nécessaire pour faire ce que je fais. Ce
qui est sûr, c’est que je ne peux pas imaginer un
monde sans culture ! Nous avons, en France, de très
grands auteurs que l’on nous envie. Il suffit
d’écouter Grand Corps Malade, un artiste d’une
dimension incroyable, que l’on ne soupçonne même
pas, et sa chanson « Dimanche soir » ; je n’ai jamais
entendu une aussi belle déclaration d’amour à une
femme depuis Jacques Brel ou Léo Ferré. À
l’étranger, au-delà de nos chanteurs, on nous envie
nos auteurs et cela explique pourquoi la chanson
française est reconnue en Asie, en Australie, en
Amérique du Sud et dans le monde anglo-saxon,
comme au Canada par exemple. Abd al Malik, prix
Edgar Faure en 2010, est un très grand artiste
également ; il a une plume remarquable. Michel
Polnareff est quelqu’un de brillant ; c’était quelqu’un
de charmant et, à une époque, nous étions très
amis. Je crois que c’est la personne qui me connaît
le mieux ; nous avons passé des heures ensemble à
bavarder, de tout. Aujourd’hui, sa compagne
Danyellah l’épaule et tient un rôle important à ses
côtés. Egalement, je suis sensible à ce que fait Julien
Doré, auteur, compositeur, interprète.
Annie Cordy nous a quittés le 4 septembre
2020, auriez-vous une anecdote à nous livrer
concernant cette artiste ?
Oui, j’en ai une, mais pour commencer je dirais
qu’Annie avait beaucoup d’amis, résultat de 70 ans
La véritable
histoire des
chansons de
Gainsbourg
Fabien
Lecœuvre
INTIMITÉ DIMANCHE INTIMITÉ DIMANCHELE MAGAZINE LE MAGAZINE16 17

Contenu connexe

Tendances

Tendances (9)

Tout simplement noir
Tout simplement noirTout simplement noir
Tout simplement noir
 
Sweeney Todd : l'origine des grandes oeuvres
Sweeney Todd : l'origine des grandes oeuvresSweeney Todd : l'origine des grandes oeuvres
Sweeney Todd : l'origine des grandes oeuvres
 
Festival de cannes 2016
Festival de cannes 2016Festival de cannes 2016
Festival de cannes 2016
 
Dossier bebop (jazz)
Dossier bebop (jazz)Dossier bebop (jazz)
Dossier bebop (jazz)
 
Un dragon en forme de nuage
Un dragon en forme de nuageUn dragon en forme de nuage
Un dragon en forme de nuage
 
La commode aux tiroirs de couleurs
La commode aux tiroirs de couleursLa commode aux tiroirs de couleurs
La commode aux tiroirs de couleurs
 
Duifje vleugelslag dany - daniel henrotin
Duifje vleugelslag   dany - daniel henrotinDuifje vleugelslag   dany - daniel henrotin
Duifje vleugelslag dany - daniel henrotin
 
Petite maman
Petite mamanPetite maman
Petite maman
 
Le cinéma français
Le cinéma françaisLe cinéma français
Le cinéma français
 

Similaire à Fabien Lecoeuvre

Chansons Des AnnéEs Folles
Chansons Des AnnéEs FollesChansons Des AnnéEs Folles
Chansons Des AnnéEs Folles
adam eva
 
Réponses chasses au trésor
Réponses chasses au trésorRéponses chasses au trésor
Réponses chasses au trésor
ProFees
 
Carla Bruni Joao Pedro Fernandes
Carla Bruni Joao Pedro FernandesCarla Bruni Joao Pedro Fernandes
Carla Bruni Joao Pedro Fernandes
Ilda Oliveira
 
Simone de Beauvoir
Simone de BeauvoirSimone de Beauvoir
Simone de Beauvoir
iesboliches
 

Similaire à Fabien Lecoeuvre (20)

Liens Internet littérature musique ciné
Liens Internet littérature musique cinéLiens Internet littérature musique ciné
Liens Internet littérature musique ciné
 
Chanson populaire française
Chanson populaire françaiseChanson populaire française
Chanson populaire française
 
La chanson oulaire française
La chanson oulaire françaiseLa chanson oulaire française
La chanson oulaire française
 
5-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO2 Lublin-Ewa Porzyć,Jarosław...
5-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO2 Lublin-Ewa Porzyć,Jarosław...5-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO2 Lublin-Ewa Porzyć,Jarosław...
5-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO2 Lublin-Ewa Porzyć,Jarosław...
 
Édith Piaf
Édith PiafÉdith Piaf
Édith Piaf
 
2-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO1 Świdnik-Anna Gumieniczek.
2-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO1 Świdnik-Anna Gumieniczek. 2-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO1 Świdnik-Anna Gumieniczek.
2-7ème Concours Régional Multimédia de Lublin. LO1 Świdnik-Anna Gumieniczek.
 
Années 60
Années 60Années 60
Années 60
 
La musique française - La Música Francesa
La musique française - La Música FrancesaLa musique française - La Música Francesa
La musique française - La Música Francesa
 
Cantareti francezi-Chanteurs célèbres
Cantareti francezi-Chanteurs célèbres Cantareti francezi-Chanteurs célèbres
Cantareti francezi-Chanteurs célèbres
 
Chansons Des AnnéEs Folles
Chansons Des AnnéEs FollesChansons Des AnnéEs Folles
Chansons Des AnnéEs Folles
 
Jofroi
JofroiJofroi
Jofroi
 
Réponses chasses au trésor
Réponses chasses au trésorRéponses chasses au trésor
Réponses chasses au trésor
 
пісня, як засіб
пісня, як засібпісня, як засіб
пісня, як засіб
 
Guerres et paix Deschamps 2021
Guerres et paix Deschamps 2021Guerres et paix Deschamps 2021
Guerres et paix Deschamps 2021
 
Carla Bruni Joao Pedro Fernandes
Carla Bruni Joao Pedro FernandesCarla Bruni Joao Pedro Fernandes
Carla Bruni Joao Pedro Fernandes
 
Sépultures de personnalités célèbres PERE LACHAISE PARIS
Sépultures de personnalités célèbres PERE LACHAISE PARISSépultures de personnalités célèbres PERE LACHAISE PARIS
Sépultures de personnalités célèbres PERE LACHAISE PARIS
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 04. De 1900 à 1915
 
Simone de Beauvoir
Simone de BeauvoirSimone de Beauvoir
Simone de Beauvoir
 
France: Tresors Littéraires
France: Tresors LittérairesFrance: Tresors Littéraires
France: Tresors Littéraires
 
Premier Anniversaire du départ de Mr Florian Bernard
Premier Anniversaire du départ de Mr Florian BernardPremier Anniversaire du départ de Mr Florian Bernard
Premier Anniversaire du départ de Mr Florian Bernard
 

Fabien Lecoeuvre

  • 1. Romain Canot. Attaché de presse, chroniqueur radio et télé, auteur d’ouvrages, vous connaissez un vrai succès médiatique depuis plusieurs mois, qui êtes-vous vraiment ? Fabien Lecœuvre : Avant tout, je pense que le moteur d’une vie comme la mienne c’est la passion. Elle est à l’origine de mon parcours professionnel et, également, de celui de grands artistes et de beaucoup de gens de l’ombre. Me concernant, j’aime les gens en général. Vous me voyez à la télé, c’est un fait, mais derrière, comptez des heures, voire des années de travail. Je suis entré en 1978 dans la vie active, à l’âge de 17 ans passé, après un baccalauréat obtenu à 15 ans et demi et des stages réalisés dans l’élan. Alors, fatalement… J’ai été étudiant à la chambre de commerce, à Paris, et obtenu un diplôme de gestion d’entreprise. Ensuite, ce sont les rencontres qui changent ta destinée ! Comment avez-vous occupé cette période de confinement au printemps dernier ? Je me suis isolé en Normandie et j’en ai profité pour relire les mémoires de Félix Maillol (chanteur français, 1872-1941), de Fred Mella (ténor du groupe vocal “Les compagnons de la chanson”, 1927-2019), des Frères Jacques (groupe vocal actif de 1946 -1982), celles de Dranem, grand chanteur des années 1910 (1869-1935) ainsi que les mémoires de Polin, chanteur de café-concert (1863-1927). Pendant cette période particulière, quelles musiques écoutiez-vous ? J’ai écouté beaucoup de morceaux. En ce moment, j’aime écouter Cali, Soprano et je réécoute les airs d’opérettes dont je raconte les histoires afin de me remettre dans le contexte, musicalement et au niveau des arrangements. J’ai relu et mis à jour mon dictionnaire sur le sujet paru en 1989. Cette année, j’ai ajouté 110 histoires de chansons dans la 8° édition de cette collection qui existe depuis douze ans et qui est rééditée régulièrement (au moins tous les deux ans) car elle a du succès. Je fais entrer dans ce dictionnaire des chansons improbables, les grands succès de l’année tels que « Balance ton quoi » d’Angèle, « La même » ce duo de Maître Gims et de Vianney ainsi que plein de nouveaux talents. Mais, si on compare à 1975, il est plus difficile de trouver des tubs qui plaisent à tout le monde comme l’ont été « L’été indien » ou « Le sud » de Joe Dassin, par exemple. En effet, sur 50 millions de Français, 40 millions les connaissaient. Aujourd’hui, les tubs sont davantage communautaires. 7 à 8 millions de gens ignorent qui est Angèle malgré son énorme tub, cette chanson féministe et générationnelle. La France maghrébine, africaine ou brésilienne ne l’écoute pas, elle a d’autres idoles. Vous continuez à écrire… Vous avez reçu différents prix tout au long de votre carrière tel que celui du meilleur livre politique de l’année sur François Mitterrand à propos de 1981 et de son élection… Êtes vous fier de cette reconnaissance ? Oui, je le suis et ce prix Edgar Faure reçu en 2011 est un comble ! Ce livre écrit avec Florence Dory est ressorti depuis en 2e édition pour le centenaire du président Mitterrand né en 1916. En 2012, il m’a fait Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres et en 2017, le ministère de la culture m’a remis le prix de la biographie pour mon dictionnaire de la chanson. Il s’agissait, à l’époque, de la 7e édition. Le président Nicolas Sarkozy qualifiait ce livre de patrimonial. François Hollande, alors chef de l’État, m’avait dit qu’il me soutenait dans ma démarche car mes livres d’histoires resteraient pour les générations suivantes. Il m’avait raconté que le premier disque qu’il s’était acheté en 1972 était un 45 tours de Michel Fugain « Une belle histoire » qu’il passait en boucle. Nicolas Sarkozy, lui, dans les années soixante-dix, écoutait CJérôme, et des morceaux comme « Gabrielle » de Johnny Hallyday. On lui avait offert « Nicolas » chanté par Sylvie Vartan, et aimait beaucoup « RockCollection » (1977) de Laurent Voulzy et, bien sûr, les chanteurs ou groupes de son adolescence comme les BeeGees. Lors de la sortie de mon ouvrage, Le président Emmanuel Macron m’avait écrit un très joli mot dans lequel il me remerciait de soutenir la chanson, si importante pour lui. Je l’ai rencontré, ainsi que Brigitte Macron, le 11 mai 2016 dans les coulisses du Palais Omnisport de Bercy à l’occasion d’un concert de Michel Polnareff. Le président m’a confié avoir eu un 3e prix de conservatoire de piano, à Amiens, dans sa jeunesse et qu’il était capable de jouer entre quatre ou six morceaux de cet artiste dont il était un fan. FabienLecœuvre “JE SUIS UNE SORTE DE DINOSAURE, UN SPÉCIALISTE DE LA CHANSON” Attaché de presse, chroniqueur radio et télé, auteur d’ouvrages, Fabien Lecœuvre répond aux questions de Romain Canot. INTERVIEW ©FabrienLecœuvre 14 15
  • 2. de carrière ! Tu ne peux pas traverser seul le temps comme elle l’a fait ! Nous avons déjeuné ensemble le 25 octobre 2019, à Cannes, à l’Hôtel Martinez. Elle devait être la marraine du 1er festival d’opérettes qui devait se dérouler du 1er au 4 juillet 2020 à la Mairie du IXe à Paris sous la houlette de Pierre-Yves Duchesne, grand coach vocal de Lara Fabian ou d’Amir. Mais, l’actualité a reporté cet événement. Je l’ai ensuite appelée à deux reprises, pendant le confinement, car je voulais faire entrer quelques- unes de ses chansons dans mon dictionnaire comme « La bonne du curé », disque d’or en 74, et « Ça ira mieux demain ». Elle chantait dans les années soixante-dix au théâtre Marigny. On pouvait l’entendre dans « Hello, Dolly ! », une comédie musicale dont elle avait créé la version française en 1972, puis dans « Nini la chance », composée pour elle par Georges Liferman. Dans un article paru, une journaliste de France Soir, Jacqueline Cartier, lui avait donné ce surnom de « Nini la chance ». Six ans plus tard, celui-ci était repris pour être le titre même de cette comédie. Annie avait l’habitude de dire « J’ai toujours eu beaucoup de chance ! » et, au téléphone, elle me dit « je vais te dire d’où ça vient… ». Elle m’a raconté qu’elle était née avec une voilette de peau sur le visage. En Belgique, un bébé qui est né avec cette particularité aura de la chance toute sa vie. Il s’agit d’une croyance populaire. Et puis, en général, un bébé vient au monde sans dents. Or, elle, elle en avait deux devant, légèrement écartées, celles que l’on appelle les dents du bonheur, ou de la chance. Annie Cordy se disait chanceuse également d’avoir pu jouer de très nombreux sketchs, très appréciés à l’époque, à la télévision. Quelle est votre actualité ? Vous sortez un nouveau livre ? Oui, un dictionnaire Serge Gainsbourg pour le 30e anniversaire de sa mort, tout comme je me suis déjà penché sur Johnny Hallyday, Renaud. Actuellement, je m’intéresse à l’œuvre de Patrick Bruel et je lui fais vérifier et valider la véritable histoire de ses chansons. Je suis quelqu’un de bienveillant et je préfère que l’intéressé sache ce qui sort à son sujet. Je le connais depuis 1981, il était, alors, un héros d’un film avec Roger Hanin. De quoi rêvez-vous aujourd’hui ? Mes rêves sont plutôt politiques. Je suis une sorte de dinosaure, un spécialiste de la chanson. Les médias font appel à moi pour cette culture musicale acquise. Je suis historien, tout comme peut l’être Stéphane Bern où Franck Ferrand, mais de la chanson. J’aimerais, aujourd’hui, avoir une commission au ministère de la culture pour venir en aide aux intermittents du spectacle. Il s’agit plus d’une volonté que d’un rêve. Je trouve que l’on ne défend pas assez les personnes qui font ou représentent la culture. Les métiers du spectacle se retrouvent dans une situation très fragile. Pourrait-on imaginer un monde sans culture ? Celle-ci s’avère être tellement nécessaire à notre équilibre à tous ! Qu’en serait-il de notre enrichissement personnel sans les pièces de théâtre classiques ou les pièces de boulevard, par exemple ? Il en est de même pour la chanson, elle est essentielle, avec ou sans message. Parfois, celui-ci peut-être politique, c’est le cas avec la chanson d’Angèle « Balance ton quoi », humaniste avec « Mercy » du duo Madame-Monsieur ou tout autre. En France, 18 mois après la sortie de la chanson « Les divorcés » de Michel Delpèche on légiférait enfin le divorce par consentement mutuel. C’est dire l’importance d’une chanson. Santé Intimité Dimanche Mais je ne fais pas de politique ; j’ai rencontré beaucoup de grands hommes depuis Georges Pompidou. Ce qui m’intéresse, finalement, c’est de savoir quelle sensibilité se cache derrière ces figures. Emmanuel Macron a grandi avec des artistes comme Michel Berger, Michel Polnareff et des morceaux tels que « Goodbye Marylou » de l’album « Kâma Sûtra » (1990), ainsi qu’avec Johnny Hallyday qui chante « Je te promets » ou « Laura » de l’album « Gang » (1986), écrits et composés par Jean-Jacques Goldman. Lorsque Johnny est mort, le président a été accusé à tort de faire de la récupération. J’ai pris sa défense car je trouvais cela injuste ! L’homme politique est avant tout un être humain ; chacun de nous peut avoir été marqué par un artiste, surtout lorsqu’il grandit avec. C’est le cas : Il n’a pas dix ans à la sortie de « Gang », un album culte, tout comme le sera « Kâma Sûtra ». Comment ne pas en être imprégné ? Le jour des obsèques de Johnny, que je commentais à la radio avec d’autres journalistes, le président a prononcé un discours très émouvant sur les marches de La Madeleine. Peut-on dire de vous que vous êtes un grand humaniste ? Je ne sais pas, mais un peu d’humanisme, de sensibilité est nécessaire pour faire ce que je fais. Ce qui est sûr, c’est que je ne peux pas imaginer un monde sans culture ! Nous avons, en France, de très grands auteurs que l’on nous envie. Il suffit d’écouter Grand Corps Malade, un artiste d’une dimension incroyable, que l’on ne soupçonne même pas, et sa chanson « Dimanche soir » ; je n’ai jamais entendu une aussi belle déclaration d’amour à une femme depuis Jacques Brel ou Léo Ferré. À l’étranger, au-delà de nos chanteurs, on nous envie nos auteurs et cela explique pourquoi la chanson française est reconnue en Asie, en Australie, en Amérique du Sud et dans le monde anglo-saxon, comme au Canada par exemple. Abd al Malik, prix Edgar Faure en 2010, est un très grand artiste également ; il a une plume remarquable. Michel Polnareff est quelqu’un de brillant ; c’était quelqu’un de charmant et, à une époque, nous étions très amis. Je crois que c’est la personne qui me connaît le mieux ; nous avons passé des heures ensemble à bavarder, de tout. Aujourd’hui, sa compagne Danyellah l’épaule et tient un rôle important à ses côtés. Egalement, je suis sensible à ce que fait Julien Doré, auteur, compositeur, interprète. Annie Cordy nous a quittés le 4 septembre 2020, auriez-vous une anecdote à nous livrer concernant cette artiste ? Oui, j’en ai une, mais pour commencer je dirais qu’Annie avait beaucoup d’amis, résultat de 70 ans La véritable histoire des chansons de Gainsbourg Fabien Lecœuvre INTIMITÉ DIMANCHE INTIMITÉ DIMANCHELE MAGAZINE LE MAGAZINE16 17