SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  5
Télécharger pour lire hors ligne
Travail réalisé par M. Craps et L. Suain, dans le cadre du cours de Médiation Muséale et Patrimoniale
LHAGI 2550, UCL, année académique 2011-2012
Marcel Proust (1871-1922)
Marcel Proust est né à Auteuil dans la région parisienne en juillet 1871. Il
connaît une enfance protégée mais fragile puisqu’à l’âge de dix ans sa santé
chancelle : il souffre de violentes crises d’asthme. Il mène une vie de dilettante
jusqu’à l’âge de trente-cinq ans. Ces années sont marquées par des études de
droit, de lettres et de sciences politiques, mais aussi par la publication d’articles
dans diverses revues, la traduction de John Ruskin, un théoricien de l’art, et par
de nombreuses sorties mondaines. Son premier ouvrage, Les Plaisirs et les Jours,
un recueil de poèmes en prose et de nouvelles paraît de manière confidentielle en
1896. Il commence alors la rédaction de son second ouvrage, Jean Santeuil, mais
abandonne la rédaction de celui-ci en 1900, il sera finalement publié en 1951. La
mort de ses parents le conduit à redéfinir sa vie en termes d’écriture, évolution
accentuée par la mort de son chauffeur et amant Agostinelli. Il meurt en 1922,
épuisé, à la suite d’une bronchite mal soignée.
Aller plus loin :
TADIE J.-Y., Marcel Proust : biographie, Paris, 1996 et Bloch-Dano E.,
Madame Proust, Paris, 2006.
À la recherche du temps perdu
À la recherche du temps perdu, est écrit entre 1908 – 1909 et 1922, et publié
entre 1913 et 1927. Les trois derniers volumes parurent après la mort de Proust
grâce aux efforts réunis de son frère Robert, et de certains membres de la NRF
(Jacques Rivière, Gaston Gallimard et Jean Paulhan). L’œuvre de Proust
rassemble sous ce titre sept tomes. Elle jouera un très grand rôle dans
l’avènement de la littérature européenne contemporaine. Proust développe trois
dimensions qui s’interpénètrent, à savoir les aspects romanesque, philosophique
et esthétique.
Les trois mille pages du roman se présentent avant tout comme un roman de
formation. Le narrateur fictif raconte son enfance – Du côté de chez Swann,
publié en 1913 -, son adolescence – À l’ombre des jeunes filles en fleurs, prix
Goncourt en 1919 -, les débuts de l’âge adulte – Le Côté de Guermantes et
Sodome et Gomorrhe (1920 à 1922) -, une liaison douloureuse – La Prisonnière
et Albertine disparue (1925) -, la découverte tardive de sa vocation – Le Temps
retrouvé (1927).
L’intérêt du roman est également
psychologique et satirique. Tantôt,
Proust analyse la dynamique de
certains sentiments comme la
jalousie, tantôt il réalise le portrait,
sans ironie, de certains milieux bien
déterminés comme l’aristocratie. La
dimension philosophique porte sur
la mémoire involontaire. En tout
être vivant, le passé et le présent
communiquent par sensations
communes interposées : ce type de
souvenirs lié au corps et au hasard
des circonstances, échappe à la
volonté consciente. L’enjeu
esthétique intervient alors. Seul l’art
permet de rassembler et de fixer,
dans le cadre d’une œuvre, les
sensations éparpillées qui
constituent la matière même de la
vie. Proust multiplie les
personnages d’artistes qui initient le
héros et l’incitent à devenir, au
terme du roman, l’écrivain de sa
propre vie. Pour cette raison, la
dernière page renvoie directement à
la première, en une structure
cyclique qui justifie le titre.
De nombreux éditeurs ont refusé
son manuscrit, dont la NRF, avant
qu’il ne soit publié finalement chez
Grasset à compte d’auteur, c’est-à-
dire qu’il devra payer lui-même les
frais (impression, publicité…) pour
être publié. Suite à plusieurs
critiques du peintre et ami de
Proust, Jacques-Émile Blanche,
notamment dans le Figaro, les
éditions Grasset doivent réimprimer
3 000 exemplaires de Du côté de
chez Swann, soit trois fois plus que
ce qui était prévu à l’origine, ce qui
permet à Proust de sortir de
l’anonymat et d’être reconnu en tant
qu’écrivain.
Après le premier refus de la NRF, et
plus particulièrement celui d’André
Gide, qui, présentera plus tard ses
excuses à Proust, À la recherche du
temps perdu sera publié par la
maison d’édition, fondée en 1911
par Gaston Gallimard. Celui-ci
récupère les droits d’éditions chez
Grasset. Marcel Proust sera le
premier auteur des Editions
Gallimard à recevoir le prix
Goncourt en 1919 pour À l’ombre
des jeunes filles en fleurs. La presse
de l’époque est divisée sur
l’attribution du prix littéraire à
Proust. D’un côté, il est félicité et
on lui demande de refaire le « coup
de la madeleine », de l’autre, il est
critiqué car, en 1919 à la fin de la
Première Guerre mondiale,
certaines personnes estiment qu’il
n’est pas assez patriotique et que le
prix aurait dû revenir à Roland
Dorgelès pour Les Croix de bois.
D’autres comme Louis Aragon, lui
reprochent, de ne pas être assez
engagé et voient en Proust un
« snob » et un « réactionnaire ».
Mais quoi qu’il en soit, Proust
représente le premier grand succès
pour la NRF, sur lequel Gaston
Gallimard construira le succès de sa
maison d’édition. Proust n’est peut-
être plus lu par un large public,
mais il sera toujours associé à la
madeleine.
Et même aujourd’hui on fait encore
référence à lui ou à son œuvre dans
le cinéma ou dans la littérature.
En plus des différentes adaptations
cinématographiques mais aussi en
manga, il est aussi possible de
trouver des références à la
madeleine de Proust sous
différentes formes comme dans le
film de Pixar, Ratatouille. En effet à
la fin du film (1 :32 :36), la réaction
à la ratatouille du critique Anton
Ego nous plonge dans l’un de ses
souvenirs d’enfance.
©Pixar
Aller plus loin :
Edition d’À la
recherche du temps
perdu en manga paru
aux éditions Broché.
Adaptation cinématographique:
Du côté de chez Swann, 1984 de
Volker Schlöndorff avec Jeremy
Irons et Ornella Muti ;
Le temps retrouvé, 1999 de Raoul
Ruiz avec Catherine Deneuve,
Emmanuelle Béart et John
Malkovich.
Et aussi l’adaptation TV de Nina
Companeez pour France 2 en
2010.
Au sujet de la NRF et de Gallimard
CERISIER A., Une histoire de la NRF,
Paris, 2009.
La vidéo de présentation de
l’exposition pour le 100e
anniversaire des éditions Gallimard
organisée en 2011 à la Bibliothèque
nationale de France.
http://expositions.bnf.fr/gallimard/vis
ite/index.htm
C’est ma madeleine à moi… L’expression de « la madeleine de Proust » est passée dans le langage
courant. A travers l’extrait proposé, l’élève sera amené à comprendre
l’expression pour intégrer cette formule et le processus de mémoire qui en
découle.
Le narrateur, dans Du côté de chez Swann, mange une madeleine
“Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le
théâtre et le drame de mon coucher n’existait plus pour moi, quand un jour
d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me
proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai
d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces
gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été
moulées dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt,
machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste
lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir
un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes
du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait
d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la
notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie
indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon
qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette
essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre,
contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais
qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait
infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait-
elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de
plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la
seconde. Il est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il
est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. Il l’y a
éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de
moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et
que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact, à ma
disposition, tout à l’heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et
me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ?
Grave incertitude, toutes les fois que l’esprit se sent dépassé par lui-même ;
quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et
où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. Il est
en face de quelque chose qui n’est pas encore et que seul il peut réaliser, puis
faire entrer dans sa lumière”.
L’ouvrage de Proust, À la recherche du temps perdu est devenu célèbre par sa
fameuse madeleine. La madeleine de Proust, une expression souvent entendue
mais peu comprise. Penchons-nous sur l’histoire de ce petit gâteau.
Le narrateur, dans le premier tome Du côté de chez Swann, mange une
madeleine. Chez lui, cet aliment, des plus anodins, déclenche un souvenir : il se
revoit petit enfant mangeant à son tour une madeleine. En partant de cet instant,
l’histoire de sa jeunesse défile à nouveau.
La madeleine est, au départ un simple gâteau, au même titre qu’un croissant ou
un éclair au chocolat. C’est Marcel Proust lui-même, par l’intermédiaire de son
œuvre, qui va la rendre célèbre et immortelle.
Il en va jusqu’à découler une expression introduite dans le langage courant :
«C’est ma madeleine à moi» ou autre expression utilisant pour image la
madeleine de Proust. Cela signifie :
• un acte sans portée significative = aspect anodin de la madeleine
• qui va produire un effet émotionnel = le choc du goût, du geste, de la
texture de la madeleine trempée dans le thé en rapport direct à une
sensation de l’enfance du narrateur
• et nous rappeler quelque chose du passé = en rapport direct à une
sensation de l’enfance du narrateur
En utilisant l’expression : « c’est ma madeleine à moi » on évoque un aliment,
un bruit, une texture… nous ramenant à notre enfance, au passé comme le
gâteau au chocolat que nous préparait notre mère.
Le thème principal du roman est donc bien celui de la mémoire, une mémoire
involontaire. La madeleine ramollie par le thé va engendrer chez le narrateur un
bonheur intense. Ce bonheur enclenche un processus de « mémoire, souvenir ».
Le temps perdu, que le narrateur pensait perdu, rejaillit et le plonge dans
l’histoire de son enfance et de sa jeunesse.
En partant du document autographe de l’écrivain, il est évident que Proust avait
choisi de tremper dans son thé une tranche de pain grillée. Sans doute, s’est-il
rendu compte que pour imager cet acte de mémoire, il devait se tourner vers un
aliment empli de douceur.
Marcel Proust et La
Belle Époque
La Belle Époque
Voilà le terme consacré pour évoquer
une certaine allégresse de vivre au
cours de la vingtaine d’années qui
précéda le premier conflit mondial1
.
Balises
Cette appellation « Belle Époque »
est donnée pour la première fois
après la Première Guerre mondiale.
Elle manifeste une certaine nostalgie
quant à la période d’avant-guerre.
Le roman de Proust, À la recherche
du temps perdu, illustre parfaitement
cette allégresse de la Belle Époque,
marquée intellectuellement par des
hommes de lettres ou de sciences,
des artistes et des écrivains. Ces
intellectuels se réunissent dans des
salons mondains parfaitement
décrits dans l’œuvre littéraire de
Proust. Ces salons permettent la
diffusion des mouvements
artistiques et des écrivains en vue.
Les bals sont une autre
manifestation de l’élite induisant
cette image d’insouciance.
L’objectif premier est de créer un
portrait d’une classe sociale, celle de
la bourgeoisie, à la Belle Époque.
Parcours proposé
Pour illustrer ce parcours, nous
analyserons l’utilisation d’affiches,
comme celles réalisées par Toulouse
Lautrec.
Commentaire des documents
L’affiche illustrée est prépondérante
au XIXe
siècle avec des artistes tels
que Toulouse-Lautrec. La production
d’affiches se fait sur des plus grands
formats, en plus grand nombre et
coûte moins cher ! L’étude des
affiches est riche pour les historiens,
elles nous informent sur les débats
électoraux, le développement de la
propagande,… mais surtout et c’est
ce qui nous intéresse, sur les
principaux groupes qui composent la
société du XIXe
siècle.
Aller plus loin :
En annexe 1 : deux affiches
réalisées par Henri de Toulouse-
Lautrec, peintre et lithographe
français de la fin du XIX
e
siècle.
En annexe 2 : bases pour un
commentaire d’une affiche.
http://www.histoire-image.org
Remise en question
de la Belle Époque
Balises
De 1898 à 1914 se déroulent une
série de péripéties politiques et
sociales remettant en question cette
appellation. Nous référant à
l’ouvrage de Proust, nous en
développerons deux, à titre
d’exemple, citées de manière
anecdotique dans son œuvre :
l’Affaire Dreyfus et les inégalités
sociales représentées par Françoise,
la domestique.
Nous attendons de la part de l’élève
qu’il remette en question la Belle
Époque au moyen de différents
documents à critiquer.
Dans le thème sur les inégalités
sociales, la compétence orale est
sollicitée par la mise en place,
aléatoire, d’un débat.
Parcours proposé
L’affaire Dreyfus
Proposition d’analyse de quelques
passages du vol. II de À la recherche
du temps perdu, p. 408, p. 582,
p. 690.
Proposition d’analyse des articles de
presse, dans un premier temps du
point de vue de leur pertinence : le
journal est-il antisémite? L’écrivain
de presse est-il objectif ? Et ensuite
de soumettre à l’élève l’élaboration
d’une synthèse des faits historiques.
La presse écrite
Grand développement de la presse
au XIXe
siècle. Grand impact,
particulièrement, pour l’affaire
Dreyfus qui a vraiment été bercée
par ce média.
Aller plus loin :
En annexe 3 : un article de la
« Petite République » du 20 février
1898 : La déposition de Jaurès. Il
s’agit de la déposition de Jaurès à
la cour d’assise s’indignant à
propos du procès Dreyfus et plus
précisément sur le huis clos du
procès d’Esterhazy. Un second
article, toujours dans la Petite
République, du 26 février 1898 : le
procès, Emile Zola, le Verdict,
Georges Grison. On y relate la
condamnation d’Emile Zola après
la rédaction de son article
« J’accuse » et, sur, l’impact qu’a
eu cet article sur la population.
Enfin, un dernier article dans la
Petite République du 20 mai 1898 :
l’antisémitisme et le socialisme
international de E. Vandervelde. On
y parle de l’impact de l’affaire
Dreyfus sur le socialisme
international et l’antisémitisme.
Inégalités sociales
Un des personnages principaux du
roman de Marcel Proust, Françoise,
la domestique au service de la
famille du narrateur, représente la
classe ouvrière et populaire.
Pour illustrer ce propos de manière
un peu plus légère, nous conseillons
de se référer aux caricatures,
nombreuses dans la presse de
l’époque. Ce sujet, extrêmement
polémique, peut mener la classe au
débat.
Les caricatures
La caricature s’épanouit dans tous
les journaux au XIXe
siècle. Elle est
un miroir du passé, mais un miroir
déformant. Il faut en décoder toutes
les subtilités. Ce document sera
utilisé pour illustrer le contexte
social de l’époque reprenant à
plusieurs reprises des sujets parfois
sensibles de manière plus légère.
Le débat
Il s’agit d’un débat sous la forme de
plaidoyer, c’est-à-dire de style
juridique. Deux élèves s’affrontent
pour défendre soit la retraite ouvrière,
soit la situation des femmes, soit les
conditions de travail,… Les élèves
jouent les rôles des avocats et
l’enseignant est le juge. Pour clore le
débat, l’ensemble de la classe
deviendra jury. Importance de
travailler l’écoute et les stratégies
argumentatives : gestuelle, intonation,
non-verbal, opinion, narration,
questionnement,…
Aller plus loin :
En annexe 4: comment réaliser un
commentaire de caricature.
En annexe 5 : la caricature sur la
retraite ouvrière (p. 101, 128),
situation des femmes (p. 129), les
conditions de travail des bourgeois
et de la classe ouvrière (p. 179),
l’image que la bourgeoisie a de la
classe ouvrière et populaire (p.
273). Extrait de: ROSSEL A., La
Belle Époque, 1898-1914.
Conclusion
Cette époque de modernité et de
culture dont parle Proust dans son
ouvrage À la recherche du temps
perdu, n’est pas entièrement
représentative de la société.
L’affaire Dreyfus, les inégalités
sociales en sont d’autres facettes.
1. Rossel A., La Belle Époque,
1898-1914, Paris, 1982 (Histoire de
France à travers les journaux du
temps passé), p. 3. 
Aller plus loin :
ROSSEL A., La Belle Époque, 1898-
1914, Paris, 1982 (Histoire de France
à travers les journaux du temps
passé).
DUPRAT A., L’histoire de France à
travers la caricature, Paris, 1999.
ROBERT-JONES Ph., La caricature du
Second Empire à la Belle Époque.
1850-1900, Paris, 1963.
http://www.histoire-image.org
http://id/erudit.org/iderudit/55615ac,
article de Lizanne Lafontaine,
L’enseignement du débat en
cinquième secondaire.
Voir aussi le dossier en annexe, En
Bref sur l’affaire Dreyfus et les
inégalités sociales.

Contenu connexe

Tendances

PoéSie Davant Garde
PoéSie Davant GardePoéSie Davant Garde
PoéSie Davant Garde
rimbaudflamme
 

Tendances (20)

Pres intro théâtre
Pres intro théâtrePres intro théâtre
Pres intro théâtre
 
Pres intro littérature 16
Pres intro littérature 16Pres intro littérature 16
Pres intro littérature 16
 
PoéSie Davant Garde
PoéSie Davant GardePoéSie Davant Garde
PoéSie Davant Garde
 
Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016
 
Transfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentiellesTransfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentielles
 
Le Magazine Littéraire - L'âge de fission
Le Magazine Littéraire - L'âge de fissionLe Magazine Littéraire - L'âge de fission
Le Magazine Littéraire - L'âge de fission
 
Le Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui resteLe Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui reste
 
le naturalisme et zola
le naturalisme et zolale naturalisme et zola
le naturalisme et zola
 
Anne Serre
Anne SerreAnne Serre
Anne Serre
 
G etapes
G etapesG etapes
G etapes
 
Biographie de michèle lacrosil
Biographie de michèle lacrosilBiographie de michèle lacrosil
Biographie de michèle lacrosil
 
Le théâtre de l'absurde
Le théâtre de l'absurdeLe théâtre de l'absurde
Le théâtre de l'absurde
 
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, ModernitéXX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
 
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecrituresZola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
 
Marguerite duras
Marguerite durasMarguerite duras
Marguerite duras
 
Baudelaire_ Les Fleurs du Mal
Baudelaire_ Les Fleurs du MalBaudelaire_ Les Fleurs du Mal
Baudelaire_ Les Fleurs du Mal
 
Albert camus (1)
Albert camus (1)Albert camus (1)
Albert camus (1)
 
Albert camus
Albert camusAlbert camus
Albert camus
 
Jean rousset et le baroque
Jean rousset et le baroqueJean rousset et le baroque
Jean rousset et le baroque
 
Chroniques de Fouesnant - u-ej
Chroniques de Fouesnant -  u-ejChroniques de Fouesnant -  u-ej
Chroniques de Fouesnant - u-ej
 

En vedette

Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
guilherme1987
 
Leadership & Worker Predisposition
Leadership & Worker PredispositionLeadership & Worker Predisposition
Leadership & Worker Predisposition
Craig the Coach
 
Eng 102 H. G. Wells 6pm
Eng 102 H. G. Wells 6pmEng 102 H. G. Wells 6pm
Eng 102 H. G. Wells 6pm
Chriss18o5
 
Starbucks Leadership Development Training
Starbucks Leadership Development TrainingStarbucks Leadership Development Training
Starbucks Leadership Development Training
Michelle Nielsen, M.A.
 
Joseph-Louis Proust Project
Joseph-Louis Proust ProjectJoseph-Louis Proust Project
Joseph-Louis Proust Project
guestcfa21d
 

En vedette (19)

Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
Web2 0 Segunda Aula Guilhermekrusser 83208
 
Cc
CcCc
Cc
 
Intervento di Salvatore Varsallona, La Spezia 29 ottobre 2015
Intervento di Salvatore Varsallona, La Spezia 29 ottobre 2015Intervento di Salvatore Varsallona, La Spezia 29 ottobre 2015
Intervento di Salvatore Varsallona, La Spezia 29 ottobre 2015
 
Leadership & Worker Predisposition
Leadership & Worker PredispositionLeadership & Worker Predisposition
Leadership & Worker Predisposition
 
Eng 102 H. G. Wells 6pm
Eng 102 H. G. Wells 6pmEng 102 H. G. Wells 6pm
Eng 102 H. G. Wells 6pm
 
Thanor_Booklet (Online)
Thanor_Booklet (Online)Thanor_Booklet (Online)
Thanor_Booklet (Online)
 
1.1. introducción al comportamiento organizacional
1.1.  introducción al comportamiento organizacional1.1.  introducción al comportamiento organizacional
1.1. introducción al comportamiento organizacional
 
Marcel Proust
Marcel ProustMarcel Proust
Marcel Proust
 
Reglamento general para la prestación de servicio social de la Universidad de...
Reglamento general para la prestación de servicio social de la Universidad de...Reglamento general para la prestación de servicio social de la Universidad de...
Reglamento general para la prestación de servicio social de la Universidad de...
 
Thackeray
ThackerayThackeray
Thackeray
 
Starbucks Leadership Development Training
Starbucks Leadership Development TrainingStarbucks Leadership Development Training
Starbucks Leadership Development Training
 
Pessebre 2007
Pessebre 2007Pessebre 2007
Pessebre 2007
 
Asian Infrastructure Investment Bank
Asian Infrastructure Investment BankAsian Infrastructure Investment Bank
Asian Infrastructure Investment Bank
 
History of language literature & poetry
History of language literature & poetryHistory of language literature & poetry
History of language literature & poetry
 
James Joyce
James JoyceJames Joyce
James Joyce
 
W. B. Yeats, "The Second Coming"
W. B. Yeats, "The Second Coming"W. B. Yeats, "The Second Coming"
W. B. Yeats, "The Second Coming"
 
Carta de inconformidad de calificación
Carta de inconformidad de calificaciónCarta de inconformidad de calificación
Carta de inconformidad de calificación
 
Joseph-Louis Proust Project
Joseph-Louis Proust ProjectJoseph-Louis Proust Project
Joseph-Louis Proust Project
 
Araby (James Joyce)
Araby (James Joyce)Araby (James Joyce)
Araby (James Joyce)
 

Similaire à Marcel proust _a_la_recherche_du_temps_perdu

Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013
ecrivains-vendee
 
HDA : Du romantisme au réalisme
HDA : Du romantisme au réalismeHDA : Du romantisme au réalisme
HDA : Du romantisme au réalisme
pierrecorneille
 
Nuit de la littérature 2015
Nuit de la littérature 2015Nuit de la littérature 2015

Similaire à Marcel proust _a_la_recherche_du_temps_perdu (20)

Écrivains
ÉcrivainsÉcrivains
Écrivains
 
Georges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel ClancierGeorges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel Clancier
 
Tournepage top100-2016-couv
Tournepage top100-2016-couvTournepage top100-2016-couv
Tournepage top100-2016-couv
 
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
Rentrée Littéraire 2016 : S'il n'en restait que 100 !
 
Charles baudelaire
Charles baudelaire Charles baudelaire
Charles baudelaire
 
Guide Rentrée Littéraire 2021 - Top 100 - Librairie Martelle
Guide Rentrée Littéraire 2021 - Top 100 - Librairie MartelleGuide Rentrée Littéraire 2021 - Top 100 - Librairie Martelle
Guide Rentrée Littéraire 2021 - Top 100 - Librairie Martelle
 
Maylis Besserie
Maylis Besserie Maylis Besserie
Maylis Besserie
 
Maylis Besserie
Maylis Besserie Maylis Besserie
Maylis Besserie
 
Présentation "L'avorton et l'hétaïre et autres sotties", Georges Claude Grand...
Présentation "L'avorton et l'hétaïre et autres sotties", Georges Claude Grand...Présentation "L'avorton et l'hétaïre et autres sotties", Georges Claude Grand...
Présentation "L'avorton et l'hétaïre et autres sotties", Georges Claude Grand...
 
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdfLe Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
 
Publications - Tout ma n°35 printemps 2015
Publications - Tout ma n°35   printemps 2015Publications - Tout ma n°35   printemps 2015
Publications - Tout ma n°35 printemps 2015
 
Présentation "L'Amour, ça rime à quoi ?" de Pascal et Louis Cloux
Présentation "L'Amour, ça rime à quoi ?" de Pascal et Louis ClouxPrésentation "L'Amour, ça rime à quoi ?" de Pascal et Louis Cloux
Présentation "L'Amour, ça rime à quoi ?" de Pascal et Louis Cloux
 
Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013Lire en vendée 27 decembre2013
Lire en vendée 27 decembre2013
 
Francês 2007
Francês 2007Francês 2007
Francês 2007
 
Concours audiovisuel
Concours audiovisuelConcours audiovisuel
Concours audiovisuel
 
HDA : Du romantisme au réalisme
HDA : Du romantisme au réalismeHDA : Du romantisme au réalisme
HDA : Du romantisme au réalisme
 
Nuit de la littérature 2015
Nuit de la littérature 2015Nuit de la littérature 2015
Nuit de la littérature 2015
 
Top 100 Libraires Ensemble - Rentrée littéraire 2018
Top 100 Libraires Ensemble - Rentrée littéraire 2018Top 100 Libraires Ensemble - Rentrée littéraire 2018
Top 100 Libraires Ensemble - Rentrée littéraire 2018
 
Concours audiovisuel
Concours audiovisuelConcours audiovisuel
Concours audiovisuel
 
Anne Berest . La carte postale. Sur les juifs.
Anne Berest . La carte postale. Sur les juifs.Anne Berest . La carte postale. Sur les juifs.
Anne Berest . La carte postale. Sur les juifs.
 

Marcel proust _a_la_recherche_du_temps_perdu

  • 1. Travail réalisé par M. Craps et L. Suain, dans le cadre du cours de Médiation Muséale et Patrimoniale LHAGI 2550, UCL, année académique 2011-2012 Marcel Proust (1871-1922) Marcel Proust est né à Auteuil dans la région parisienne en juillet 1871. Il connaît une enfance protégée mais fragile puisqu’à l’âge de dix ans sa santé chancelle : il souffre de violentes crises d’asthme. Il mène une vie de dilettante jusqu’à l’âge de trente-cinq ans. Ces années sont marquées par des études de droit, de lettres et de sciences politiques, mais aussi par la publication d’articles dans diverses revues, la traduction de John Ruskin, un théoricien de l’art, et par de nombreuses sorties mondaines. Son premier ouvrage, Les Plaisirs et les Jours, un recueil de poèmes en prose et de nouvelles paraît de manière confidentielle en 1896. Il commence alors la rédaction de son second ouvrage, Jean Santeuil, mais abandonne la rédaction de celui-ci en 1900, il sera finalement publié en 1951. La mort de ses parents le conduit à redéfinir sa vie en termes d’écriture, évolution accentuée par la mort de son chauffeur et amant Agostinelli. Il meurt en 1922, épuisé, à la suite d’une bronchite mal soignée. Aller plus loin : TADIE J.-Y., Marcel Proust : biographie, Paris, 1996 et Bloch-Dano E., Madame Proust, Paris, 2006. À la recherche du temps perdu À la recherche du temps perdu, est écrit entre 1908 – 1909 et 1922, et publié entre 1913 et 1927. Les trois derniers volumes parurent après la mort de Proust grâce aux efforts réunis de son frère Robert, et de certains membres de la NRF (Jacques Rivière, Gaston Gallimard et Jean Paulhan). L’œuvre de Proust rassemble sous ce titre sept tomes. Elle jouera un très grand rôle dans l’avènement de la littérature européenne contemporaine. Proust développe trois dimensions qui s’interpénètrent, à savoir les aspects romanesque, philosophique et esthétique. Les trois mille pages du roman se présentent avant tout comme un roman de formation. Le narrateur fictif raconte son enfance – Du côté de chez Swann, publié en 1913 -, son adolescence – À l’ombre des jeunes filles en fleurs, prix Goncourt en 1919 -, les débuts de l’âge adulte – Le Côté de Guermantes et Sodome et Gomorrhe (1920 à 1922) -, une liaison douloureuse – La Prisonnière et Albertine disparue (1925) -, la découverte tardive de sa vocation – Le Temps retrouvé (1927).
  • 2. L’intérêt du roman est également psychologique et satirique. Tantôt, Proust analyse la dynamique de certains sentiments comme la jalousie, tantôt il réalise le portrait, sans ironie, de certains milieux bien déterminés comme l’aristocratie. La dimension philosophique porte sur la mémoire involontaire. En tout être vivant, le passé et le présent communiquent par sensations communes interposées : ce type de souvenirs lié au corps et au hasard des circonstances, échappe à la volonté consciente. L’enjeu esthétique intervient alors. Seul l’art permet de rassembler et de fixer, dans le cadre d’une œuvre, les sensations éparpillées qui constituent la matière même de la vie. Proust multiplie les personnages d’artistes qui initient le héros et l’incitent à devenir, au terme du roman, l’écrivain de sa propre vie. Pour cette raison, la dernière page renvoie directement à la première, en une structure cyclique qui justifie le titre. De nombreux éditeurs ont refusé son manuscrit, dont la NRF, avant qu’il ne soit publié finalement chez Grasset à compte d’auteur, c’est-à- dire qu’il devra payer lui-même les frais (impression, publicité…) pour être publié. Suite à plusieurs critiques du peintre et ami de Proust, Jacques-Émile Blanche, notamment dans le Figaro, les éditions Grasset doivent réimprimer 3 000 exemplaires de Du côté de chez Swann, soit trois fois plus que ce qui était prévu à l’origine, ce qui permet à Proust de sortir de l’anonymat et d’être reconnu en tant qu’écrivain. Après le premier refus de la NRF, et plus particulièrement celui d’André Gide, qui, présentera plus tard ses excuses à Proust, À la recherche du temps perdu sera publié par la maison d’édition, fondée en 1911 par Gaston Gallimard. Celui-ci récupère les droits d’éditions chez Grasset. Marcel Proust sera le premier auteur des Editions Gallimard à recevoir le prix Goncourt en 1919 pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs. La presse de l’époque est divisée sur l’attribution du prix littéraire à Proust. D’un côté, il est félicité et on lui demande de refaire le « coup de la madeleine », de l’autre, il est critiqué car, en 1919 à la fin de la Première Guerre mondiale, certaines personnes estiment qu’il n’est pas assez patriotique et que le prix aurait dû revenir à Roland Dorgelès pour Les Croix de bois. D’autres comme Louis Aragon, lui reprochent, de ne pas être assez engagé et voient en Proust un « snob » et un « réactionnaire ». Mais quoi qu’il en soit, Proust représente le premier grand succès pour la NRF, sur lequel Gaston Gallimard construira le succès de sa maison d’édition. Proust n’est peut- être plus lu par un large public, mais il sera toujours associé à la madeleine. Et même aujourd’hui on fait encore référence à lui ou à son œuvre dans le cinéma ou dans la littérature. En plus des différentes adaptations cinématographiques mais aussi en manga, il est aussi possible de trouver des références à la madeleine de Proust sous différentes formes comme dans le film de Pixar, Ratatouille. En effet à la fin du film (1 :32 :36), la réaction à la ratatouille du critique Anton Ego nous plonge dans l’un de ses souvenirs d’enfance. ©Pixar Aller plus loin : Edition d’À la recherche du temps perdu en manga paru aux éditions Broché. Adaptation cinématographique: Du côté de chez Swann, 1984 de Volker Schlöndorff avec Jeremy Irons et Ornella Muti ; Le temps retrouvé, 1999 de Raoul Ruiz avec Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart et John Malkovich. Et aussi l’adaptation TV de Nina Companeez pour France 2 en 2010. Au sujet de la NRF et de Gallimard CERISIER A., Une histoire de la NRF, Paris, 2009. La vidéo de présentation de l’exposition pour le 100e anniversaire des éditions Gallimard organisée en 2011 à la Bibliothèque nationale de France. http://expositions.bnf.fr/gallimard/vis ite/index.htm C’est ma madeleine à moi… L’expression de « la madeleine de Proust » est passée dans le langage courant. A travers l’extrait proposé, l’élève sera amené à comprendre
  • 3. l’expression pour intégrer cette formule et le processus de mémoire qui en découle. Le narrateur, dans Du côté de chez Swann, mange une madeleine “Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été moulées dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait- elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la seconde. Il est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. Il l’y a éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact, à ma disposition, tout à l’heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l’esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. Il est en face de quelque chose qui n’est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière”. L’ouvrage de Proust, À la recherche du temps perdu est devenu célèbre par sa fameuse madeleine. La madeleine de Proust, une expression souvent entendue mais peu comprise. Penchons-nous sur l’histoire de ce petit gâteau. Le narrateur, dans le premier tome Du côté de chez Swann, mange une madeleine. Chez lui, cet aliment, des plus anodins, déclenche un souvenir : il se revoit petit enfant mangeant à son tour une madeleine. En partant de cet instant, l’histoire de sa jeunesse défile à nouveau. La madeleine est, au départ un simple gâteau, au même titre qu’un croissant ou un éclair au chocolat. C’est Marcel Proust lui-même, par l’intermédiaire de son œuvre, qui va la rendre célèbre et immortelle. Il en va jusqu’à découler une expression introduite dans le langage courant : «C’est ma madeleine à moi» ou autre expression utilisant pour image la madeleine de Proust. Cela signifie : • un acte sans portée significative = aspect anodin de la madeleine • qui va produire un effet émotionnel = le choc du goût, du geste, de la texture de la madeleine trempée dans le thé en rapport direct à une sensation de l’enfance du narrateur • et nous rappeler quelque chose du passé = en rapport direct à une sensation de l’enfance du narrateur En utilisant l’expression : « c’est ma madeleine à moi » on évoque un aliment, un bruit, une texture… nous ramenant à notre enfance, au passé comme le gâteau au chocolat que nous préparait notre mère. Le thème principal du roman est donc bien celui de la mémoire, une mémoire involontaire. La madeleine ramollie par le thé va engendrer chez le narrateur un bonheur intense. Ce bonheur enclenche un processus de « mémoire, souvenir ». Le temps perdu, que le narrateur pensait perdu, rejaillit et le plonge dans l’histoire de son enfance et de sa jeunesse. En partant du document autographe de l’écrivain, il est évident que Proust avait choisi de tremper dans son thé une tranche de pain grillée. Sans doute, s’est-il rendu compte que pour imager cet acte de mémoire, il devait se tourner vers un aliment empli de douceur.
  • 4. Marcel Proust et La Belle Époque La Belle Époque Voilà le terme consacré pour évoquer une certaine allégresse de vivre au cours de la vingtaine d’années qui précéda le premier conflit mondial1 . Balises Cette appellation « Belle Époque » est donnée pour la première fois après la Première Guerre mondiale. Elle manifeste une certaine nostalgie quant à la période d’avant-guerre. Le roman de Proust, À la recherche du temps perdu, illustre parfaitement cette allégresse de la Belle Époque, marquée intellectuellement par des hommes de lettres ou de sciences, des artistes et des écrivains. Ces intellectuels se réunissent dans des salons mondains parfaitement décrits dans l’œuvre littéraire de Proust. Ces salons permettent la diffusion des mouvements artistiques et des écrivains en vue. Les bals sont une autre manifestation de l’élite induisant cette image d’insouciance. L’objectif premier est de créer un portrait d’une classe sociale, celle de la bourgeoisie, à la Belle Époque. Parcours proposé Pour illustrer ce parcours, nous analyserons l’utilisation d’affiches, comme celles réalisées par Toulouse Lautrec. Commentaire des documents L’affiche illustrée est prépondérante au XIXe siècle avec des artistes tels que Toulouse-Lautrec. La production d’affiches se fait sur des plus grands formats, en plus grand nombre et coûte moins cher ! L’étude des affiches est riche pour les historiens, elles nous informent sur les débats électoraux, le développement de la propagande,… mais surtout et c’est ce qui nous intéresse, sur les principaux groupes qui composent la société du XIXe siècle. Aller plus loin : En annexe 1 : deux affiches réalisées par Henri de Toulouse- Lautrec, peintre et lithographe français de la fin du XIX e siècle. En annexe 2 : bases pour un commentaire d’une affiche. http://www.histoire-image.org Remise en question de la Belle Époque Balises De 1898 à 1914 se déroulent une série de péripéties politiques et sociales remettant en question cette appellation. Nous référant à l’ouvrage de Proust, nous en développerons deux, à titre d’exemple, citées de manière anecdotique dans son œuvre : l’Affaire Dreyfus et les inégalités sociales représentées par Françoise, la domestique. Nous attendons de la part de l’élève qu’il remette en question la Belle Époque au moyen de différents documents à critiquer. Dans le thème sur les inégalités sociales, la compétence orale est sollicitée par la mise en place, aléatoire, d’un débat. Parcours proposé L’affaire Dreyfus Proposition d’analyse de quelques passages du vol. II de À la recherche du temps perdu, p. 408, p. 582, p. 690. Proposition d’analyse des articles de presse, dans un premier temps du point de vue de leur pertinence : le journal est-il antisémite? L’écrivain de presse est-il objectif ? Et ensuite de soumettre à l’élève l’élaboration d’une synthèse des faits historiques. La presse écrite Grand développement de la presse au XIXe siècle. Grand impact, particulièrement, pour l’affaire Dreyfus qui a vraiment été bercée par ce média. Aller plus loin : En annexe 3 : un article de la « Petite République » du 20 février 1898 : La déposition de Jaurès. Il s’agit de la déposition de Jaurès à la cour d’assise s’indignant à propos du procès Dreyfus et plus précisément sur le huis clos du procès d’Esterhazy. Un second article, toujours dans la Petite République, du 26 février 1898 : le procès, Emile Zola, le Verdict, Georges Grison. On y relate la condamnation d’Emile Zola après la rédaction de son article « J’accuse » et, sur, l’impact qu’a eu cet article sur la population. Enfin, un dernier article dans la Petite République du 20 mai 1898 : l’antisémitisme et le socialisme international de E. Vandervelde. On y parle de l’impact de l’affaire Dreyfus sur le socialisme international et l’antisémitisme.
  • 5. Inégalités sociales Un des personnages principaux du roman de Marcel Proust, Françoise, la domestique au service de la famille du narrateur, représente la classe ouvrière et populaire. Pour illustrer ce propos de manière un peu plus légère, nous conseillons de se référer aux caricatures, nombreuses dans la presse de l’époque. Ce sujet, extrêmement polémique, peut mener la classe au débat. Les caricatures La caricature s’épanouit dans tous les journaux au XIXe siècle. Elle est un miroir du passé, mais un miroir déformant. Il faut en décoder toutes les subtilités. Ce document sera utilisé pour illustrer le contexte social de l’époque reprenant à plusieurs reprises des sujets parfois sensibles de manière plus légère. Le débat Il s’agit d’un débat sous la forme de plaidoyer, c’est-à-dire de style juridique. Deux élèves s’affrontent pour défendre soit la retraite ouvrière, soit la situation des femmes, soit les conditions de travail,… Les élèves jouent les rôles des avocats et l’enseignant est le juge. Pour clore le débat, l’ensemble de la classe deviendra jury. Importance de travailler l’écoute et les stratégies argumentatives : gestuelle, intonation, non-verbal, opinion, narration, questionnement,… Aller plus loin : En annexe 4: comment réaliser un commentaire de caricature. En annexe 5 : la caricature sur la retraite ouvrière (p. 101, 128), situation des femmes (p. 129), les conditions de travail des bourgeois et de la classe ouvrière (p. 179), l’image que la bourgeoisie a de la classe ouvrière et populaire (p. 273). Extrait de: ROSSEL A., La Belle Époque, 1898-1914. Conclusion Cette époque de modernité et de culture dont parle Proust dans son ouvrage À la recherche du temps perdu, n’est pas entièrement représentative de la société. L’affaire Dreyfus, les inégalités sociales en sont d’autres facettes. 1. Rossel A., La Belle Époque, 1898-1914, Paris, 1982 (Histoire de France à travers les journaux du temps passé), p. 3.  Aller plus loin : ROSSEL A., La Belle Époque, 1898- 1914, Paris, 1982 (Histoire de France à travers les journaux du temps passé). DUPRAT A., L’histoire de France à travers la caricature, Paris, 1999. ROBERT-JONES Ph., La caricature du Second Empire à la Belle Époque. 1850-1900, Paris, 1963. http://www.histoire-image.org http://id/erudit.org/iderudit/55615ac, article de Lizanne Lafontaine, L’enseignement du débat en cinquième secondaire. Voir aussi le dossier en annexe, En Bref sur l’affaire Dreyfus et les inégalités sociales.