SlideShare une entreprise Scribd logo
OPTIMISATION DU
CHOIX DE PLACEMENT
ET D’INVESTISSEMENT
DU PATRIMOINE
Présenté par :
• AZDINE Bilal
• JIJI IBRAHIM
Aboubacar
• BOUALAM Azzedine
INTRODUCTION
Pour pouvoir exercer son activité, une entreprise doit tout d'abord se doter d'un certain nombre d'actifs qui vont
être utilisés sur une longue période tel qu'un terrain pour construire une usine, des locaux ou seront
entreposées les machines utilisées dans le processus de production... En comptabilité, ces éléments particuliers
de l'actif d'une entreprise sont appelés actifs immobilisés.
Une fois que l'entreprise a acquis les immobilisations qui lui sont indispensables, elle va devoir financer son
activité quotidienne c'est à dire, entre autres, financer la constitution de ces stocks de matières premières qui
seront utilisés tout au long d'une période donnée pour être intégrées dans le processus de production.
De plus, tout au long de l'année, l'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients.
Ces créances clients sont considérées d'un point de vue comptable comme une sorte de prêt accordé par
l'entreprise à ses clients. Celle-ci doit donc être en mesure de les financer ou en tout cas être dans la capacité de
financer ses activités courantes sans avoir un besoin impérieux des sommes non encore encaissées. Ces
dépenses constituent ce que l'on appelle en comptabilité l'actif circulant. Généralement, la durée de détention
de ce type d'actifs par l'entreprise ne dépasse pas quelques semaines. Elle doit donc pouvoir trouver des
financements à court terme capables de satisfaire ces besoins de financement à court terme.
En conséquence, le financement de l'actif circulant par une entreprise suppose qu’elle dispose des ressources
financières suffisantes pour en assurer le financement pendant une période relativement courte.
En outre, elle doit pouvoir disposer à tout moment de ressources financières mobilisables immédiatement pour
combler les dépenses de fonctionnement quotidiennes. Ces besoins de financement à très court terme
représentent des besoins de trésorerie. En ce sens, la trésorerie correspond à la part des ressources financières
dont dispose l'entreprise qui n'a été utilisée ni à l'acquisition d'immobilisations, ni au financement de l'actif
circulant.
En conséquence, l'entreprise, pour faire face à ses dépenses quotidiennes, doit disposer d'un certain montant
financier mobilisable immédiatement qui est comptabilisé à l'actif du bilan.
INTRODUCTION
Intérêt du sujet:
En premier lieu la sécurité de l’entreprise, c'est-à-dire non seulement la solvabilité, la capacité de faire
face aux échéances, mais aussi la flexibilité, c'est-à-dire une structure financière laissant suffisamment de
souplesse à la gestion, en fournissant les fonds nécessaires à l’exploitation courante, avec ses aléas, et à
l’acquisition d’équipements.
D’un autre côté, la rentabilité de l’entreprise par réduction des intérêts et autres frais bancaires, et par
optimisation de l’emploi des capitaux propres
LA PROBLEMATIQUE
Comment l’entreprise peut optimiser son choix de
placement et d’investissement de leur patrimoine?
PLAN
INTRODUCTION
CHAPITRE I : MODALITES DU CHOX DE PLACEMENT
1. Définitions
2. Les types de revenus de placement
3. Les catégories de placement
4. Les stratégies de placement
CHAPITRE II : MODALITES DU CHOIX DES
INVESTISSEMENTS
1. Nature et typologie des investissements
2.Les critères de choix d’investissement en univers certain
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
4. Choix d’investissement en avenir incertain
CONCLUSION
FR
6
CHAPITRE I : MODALITES DU CHOX DE PLACEMENT
1. Définition
Un placement financier s’assimile à un investissement dont la finalité est de
rémunérer les liquidités dont dispose l’entreprise. Ces placements
financiers figurent à l’actif du bilan de la société et constituent, en
partie, le patrimoine de l’entreprise. Ainsi, gérer les actifs financiers de
l’entreprise s’assimile à une forme de gestion de patrimoine.. En effet,
lorsque les différents ratios financiers de l'entreprise sont au vert (bonne
capacité d’autofinancement, besoin en fond de roulement (BFR) négatif, fond
de roulement positif…), les disponibilités de l’entreprise peuvent permettre de
générer des produits supplémentaires (intérêts, produits de participations
etc.…) au moyen de placements financiers.
BFR est la somme nécessaire que
l'entreprise doit posséder pour
payer ses charges courantes en
attendant de percevoir le paiement
dû par ses clients.
FR
7
1. Définition
Les caractéristiques principales d’un investissement ou placement en instruments financiers sont les liées au :
 Rendement espéré ;
 Risque ;
 Liquidité.
A. Rendement espéré :
Représente le gain que vous prévoyez retirer de votre investissement sous forme de revenus d’intérêts, de dividendes ou de gain en capital.
Règle générale : plus le rendement espéré sur l’investissement est élevé, plus le risque est élevé.
Le rendement obtenu peut différer considérablement du rendement espéré qui, en règle générale, n’est pas garanti.
B. Le risque :
Le risque désigne le degré d’incertitude lié au rendement espéré d’un placement. Il représente la possibilité d’obtenir un rendement plus bas
que prévu ou encore de perdre une partie ou la totalité des sommes placées.
Chaque placement comporte un certain degré de risque souvent qualifié de faible, moyen ou élevé.
Les facteurs de risque sont multiples, les plus connus sont liés au marché, taux et liquidité.
C. La liquidité :
La liquidité d’un placement correspond à sa capacité d’être transformé en espèces rapidement et à un cout peu élevé. La monnaie est l’actif le
plus liquide.
La liquidité correspond aussi à la disponibilité de son épargne investie à tout moment.
FR
8
2. Les types de revenus de placement:
 Intérêt : Montant que doit verser un emprunteur à un investisseur en retour de la somme qui a été prêtée.
 Dividendes : Partie du bénéfice qu’une société distribue à ses actionnaires au prorata des actions qu’ils
détiennent.
 Gain (ou perte) en capital : Gain (ou perte) résultant de la liquidation d’un investissement à un cout supérieur
(ou inférieur) à celui de son acquisition
FR
3. Les catégories de placement:
9
Type d’Instrument Rendement
espéré
Liquidité Risque
Action ordinaire :
Titre de propriété
représentatif d’une
fraction de capital
d’une entreprise
donnant droit à des
dividendes et à
d’autres droits.
Sous forme de
dividendes et de
gain (perte) en
capital.
Se négocient
Normalement en
Bourse ou sur les
marchés hors
cote.
Moyen à élever.
La valeur peut
augmenter ou
diminuer
considérablement.
Obligation :
Titre de créance
représentatif d’une
fraction de dette
d’une entreprise
donnant droit à des
intérêts.
Taux : Fixe ou
révisable
Intérêt (coupon).
Remboursement du
principal selon des
modalités de
l’émission (à
l’échéance ou par
amortissement).
Aussi, les obligations
peuvent être
convertibles ou
remboursables en
actions.
Peuvent être
cotées ou non
Moins liquides
que les actions
Faible à élever.
Une hausse des taux
d’intérêt ou des
difficultés financières
de l’émetteur
entraînera une baisse
de la valeur des
obligations.
Droit à une part de
l’actif restant de la
société si elle est
dissoute (priorité sur
les détenteurs
d’actions).
FR
10
Type d’Instrument Rendement espéré Liquidité Risque
Part OPCVM :
Un OPCVM, ou Organisme de
Placement Collectif en Valeurs
Mobilières, est un organisme financier dont les fonds
investis sont placés en valeurs mobilières et en liquidités.
La SICAV est une société anonyme à capital variable qui a
pour objet exclusif la gestion d'un portefeuille de valeurs
mobilières et de liquidités.
Le FCP est une copropriété de valeurs mobilières et de
liquidités.
Pour les OPCVM de
distribution
(dividendes et intérêt)
Gain ou perte en
capital (valeur
liquidative du fonds
peut varier à la hausse
comme à la baisse)
Les investisseurs
peuvent généralement
demander le rachat de
leurs titres auprès de
l’OPCVM
Faible à élever, le risque
dépend des placements
dans lesquels l’OPCVM
a investi (actions,
obligations etc.)
Certificat de dépôt :
Le certificat de dépôt est un Titre de créance négociable
dématérialisé, sous la forme d'un billet au porteur ou à
ordre émis par un établissement financier autorisé,
représentant un Dépôt à terme.
Maturité comprise entre 10 jours et 7 ans
Taux : Fixe ou révisable.
Intérêts : Précomptés ou post comptés pour les Titres à
court terme, et post-comptés pour les Titres à moyen et
long terme.
Amortissement : In-fine.
Taux de rendement
avantageux sur une
durée pouvant aller
jusqu’à 7 ans
Les certificats de
dépôt peuvent
généralement être
vendus rapidement
avant l’échéance
Faible : dépend de la
situation financière de
la banque émettrice,
généralement solvable.
FR
11
Type d’Instrument Rendement espéré Liquidité Risque
Les bons de sociétés de financement (BSF) :
Sont des titres de créances émis par les sociétés
de financement sous contrainte de ne pas
dépasser un taux de
40% entre l'encours des bons émis et celui de leur
emploi sous forme de crédit à la clientèle. Les BSF
sont émis pour une durée allant de 2 à 7ans.
Taux de rendement
moyen
L’entremise
d’intermédiaire.
Il peut n’exister aucun
marché si l’émetteur
éprouve des difficultés
financières.
Se négocient
normalement sur les
marchés hors cote.
Faible : le risque de
défaut est rare
Billets de trésorerie :
Titre de créance négociable à court terme
représentatif d’un dépôt à terme constitué par
une entreprise au profit d’une autre entreprise.
Taux de rendement
moyen
Ils sont remboursables
intérêts compris, au
terme d'une période
de 10 jours à un an
maximum.
Risque de défaillance de
l’émetteur
FR
1. Détermination de la tolérance au risque :
• Avant d’investir vous devez vous interroger sur le degré de risque que vous
êtes en mesure d’assumer.
• Trois facteurs sont déterminants dans l’évaluation de votre tolérance au risque
:
• _ L’horizon de placement.
• _ Les besoins en liquidités.
• _ Le facteur émotionnel.
•
L’horizon de placement : Période pendant laquelle un investisseur prévoit de
ne pas avoir besoin de son épargne placée. C’est la durée d’investissement
prévue.
• Ceux qui choisissent un horizon éloigné auront plus de temps pour compenser
les pertes causées par les fluctuations périodiques de la valeur de leurs
placements.
Les besoins en liquidités : Il s’agit de votre degré de dépendance envers vos
placements pour combler vos besoins financiers courants. Les investisseurs
qui comptent sur leurs placements pour régler leurs frais de subsistance
auront nettement plus de difficultés à assumer des pertes éventuelles.
Le facteur émotionnel : Votre réaction par rapport au risque et aux
fluctuations de la valeur de vos placements est un facteur important à
considérer. Certaines personnes ne s’inquiètent guère des hauts et des bas
du marché, alors que d’autres en perdent littéralement le sommeil. 12
4. Les stratégies de placement
FR
13
4. Les stratégies de placement
2. Etablir les objectifs de placement :
Quelle est l’épargne disponible à l’investissement ?
A quel moment vous prévoyez avoir besoin de votre épargne ?
Assurez-vous que votre épargne est gérée par des professionnels
Quelles sont les raisons de votre placement ? (Scolarité des enfants, l’achat d’un bien, renforcer
la retraite etc.)
Est-ce que vous visez la croissance à long terme ?
Est-ce que vous voulez compter sur un revenu stable et régulier ?
La réponse à ces questions permettra de vous aider à choisir le type de placement qui vous
correspond le mieux.
3. Choisir les placements :
Diversifier vos placements
La diversification consiste à regrouper des types de placements possédant des caractéristiques
différentes.
Parmi ces caractéristiques, on trouve :
_ Le type de placement (action ou obligation)
_ L’échéance (court terme, long terme)
_ L’émetteur du placement (privé, Etat)
_ La liquidité du placement (moins liquide, plus liquidité)
Il est recommandé de combiner plusieurs types de placements (titre de créance, titre de capital,
parts d’OPCVM) et choisir la répartition qui vous convient.
FR
14
CHAPITRE II : MODALITES DU CHOIX
D’INVESTISSEMENT
FR
15
Toute décision de dépense qui conduit à l'acquisition d'un actif en vue de l'obtention d'un flux de
liquidités ultérieur et ayant pour but d'accroître la richesse des propriétaires de l'entreprise,
constitue un investissement.
L'investissement s'oppose ainsi à la consommation qui implique une destruction de richesse et une
perte de valeur. Il est réalisé en vue d'accroître la richesse des propriétaires de l'entreprise et, par
conséquent, la valeur de l'entreprise. L'accroissement de valeur signifie que la rentabilité de
l'investissement est positive.
une définition financière plus large s’impose. « Investir c’est mettre en œuvre aujourd’hui des
moyens financiers pour, au travers des activités de production et de vente, générer des ressources
financières sur plusieurs périodes ultérieures. L’investissement est constitué non seulement par les
actifs immobilisés mais aussi par les besoins en fonds de roulement d’exploitation qui représentent
en fait des besoins permanents.
1. Nature et typologie des investissements:
FR
16
1. Nature et typologie des investissements:
Le plan comptable classe les investissements en fonction de leur destination dans les immobilisations. Trois classes sont
définies : investissements incorporels, corporels et financiers.
Bien que cette classification n’apporte aucune information à propos de la nature de la politique d’investissement de
l’entreprise, elle permet, toutefois de bien saisir la diversité des projets.
Différentes catégories peuvent être distinguées en fonction de la nature ou l’objet lié à la nature de l’entreprise.
Selon l’objet, on peut distinguer quelques catégories :
•Les investissements de remplacement : sont destinés à renouveler les actifs productifs usés ou obsolètes afin de
maintenir le potentiel productif de l’entreprise.
•Les investissements d’expansion (croissance) : qui permettent à l’entreprise d’accroître la capacité de production et de
commercialisation des produits existants.
•L’investissement de productivité : les investissements de productivité visent à réduire les coûts unitaires ou à
augmenter les niveaux de production, ils se combinent généralement avec l’investissement de remplacement.
•L’investissement stratégique : à caractère défensif ou offensif.
Selon la nature, on distingue :
•L’investissement commercial : il comprend tout ce qui concoure au positionnement de produit ainsi que dans le
développement de ses ventes.
•L’investissement financier : concerne l’acquisition des titres financiers afin d’obtenir un revenu.
•L’investissement immatériel : comprend essentiellement les dépenses en capital humain et les dépenses liées à la
recherche et au développement.
Avenir certain
Avenir incertain
Avenir
probabilisable
(aléatoire)
Évaluation de cash flows
VAN
TRI
DR
IP
Arbre de décision
Espérances de VAN
Critère de WALD
Critère de SAVAGE
Critère de LAPLACE
FR
18
2. Les critères de choix d’investissement en univers certain
Ces méthodes considèrent que le cadre de décision est reconnu et que l’avenir est
prévisible. Elles comparent la dépense initiale aux recettes attendues dans les années à
venir.Mais cette comparaison doit se faire à la même date, en général, la date 0. La
technique d’actualisation (traduction économique de la valorisation du présent par rapport
au futur) permettra notamment de comparer des projets d’investissement à durée de vie
différente. Toutefois, il convient de choisir un taux d’actualisation qui est lié à des facteurs
subjectifs (attentes et exigences de l’investisseur) et objectifs (coût de capital, rentabilité
des actifs ...)
2. Les critères de choix d’investissement en univers certain
La valeur actuelle
nette (VAN)
Elle est égale à la
différence entre les
flux nets de trésorerie
actualisés sur la durée
de vie de
l’investissement et le
montant du capital.
VAN= cash-flows
actualisés –
Investissement initial
VAN= -I+ ∑ CF (1+t)-i
VAN
Le taux interne de rentab
ilité (TIR )
Le taux interne de
rentabilité TIR est le taux
pour lequel la valeur
actuelle nette est nulle.
Autrement dit, c’est le
taux qui rend égaux le
montant de
l’investissement et les
cash- flows induits par ce
même investissement.
I= ∑ CF (1+t)-i
.
• TIR < t : Le projet ne doit
pas entrepris
TIR
L’Indice de
profitabilité (IP)
Il mesure le profit induit par
un dirham du capital investi.
Il mesure l’avantage relatif
susceptible d’être retiré d’un
projet d’investissement. Il
constitue un critère de rejet
pour tout projet dont l’indice
est inférieur à 1. Pour deux
ou plusieurs projets, sera
celui dont l’indice de
profitabilité est le plus élevé.
IP
Le Délai de Récupération
(DRC)
Le Délai de Récupération du
capital investi (DRC)
Il correspond au délai au bout
duquel le montant cumulé des
cash-flows actualisés est égal au
montant du capital investi ; c’est
le délai le plus court possible. Il
constitue un critère de rejet pour
tout projet dont le DRC est
supérieur à la norme fixée par
l’entreprise. Au niveau de la
comparaison entre deux projets,
sera retenu celui dont le DRC est
le plus court. L’utilisation du DRC
en tant que critère de sélection
n’est valable que pour des projets
à durée de vie identique.
DRC
n
∑ CF (1+t)-i
i=1
IP=
I
FR
20
2. Les critères de choix d’investissement en univers certain
⚫Détermination des paramètres: durée de vie, cash- flows, taux
d’actualisation, coût de l’investissement
⚫Appréciation du risque
⚫Non comparabilité des projets
⚫Conflit des critères.
⚫…
Plusieurs difficultés de la méthode classique
en avenir certain
FR
Investissement
en avenir
aléatoire:
Le modèle espérance-
variance: La décision n’est
pas toujours unique, elle
peut apparaître sous la
forme de choix successifs
alternant avec une série de
conséquences possibles.
L’arbre de décision : si
l’investissement prévu
pourra se réaliser en
différentes séquences dans
le temps. Il y a un lien entre
les différentes décisions
prises.
21
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
FR
22
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
⚫ Utilisé lorsque l’investissement peut être réalisé en plusieurs
étapes
⚫ Selon les réactions de l’environnement, nous construisons plusieurs scenarios.
⚫ Les flux de trésorerie générés par les différentes étapes du projet vont évoluer
en fonction des réactions de l’environnement à l’investissement.
⚫ L’objectif de cette méthode est d’introduire de la flexibilité au projet (comme avec les
options réelles) afin de se conformer à la réalité, dans laquelle le futur n’est pas
certain.
 Arbre de décision:
Options réelles: procurent une image plus
étendue du projet en capturant la capacité
des managers à modifier ou optimiser les
activités et opérations au fur et à mesure que
l'information devient disponible ou que les
incertitudes sont levées
FR
23
3. Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
FR
24
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
 Modèle espérance-variance
Espérance de VAN: la différence entre l’investissement de départ et la somme des
espérances de cash flows actualisés.
Variance: différence entre l’espérance mathématique du carré de la
variable (E(R²)) et le carré de l’espérance mathématique de la variable
(E(R)²)
FR
25
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
 Modèle espérance-variance
Exemple :
⚫ Soit 2 projets A et A’ et leurs caractéristiques suivantes:
⚫ Les valeurs résiduelles sont nulles,
⚫ les cash flows sont indépendants,
⚫ Le coût du capital est 10%.
⚫ Quel est le meilleur projet?
FR
26
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
 Modèle espérance-variance
⚫ PROJET A:
E(FNL1)= 40*0,1 + 50*0,6 + 60*0,3 = 52
E(FNL2)= 60*0,2 + 70*0,7 + 80*0,1 = 69
E(FNL3)= 70*0,5 + 80*0,3 + 90*0,2 = 77
⚫ PROJET A’ :
E(FNL1)= 20*0,2 + 40*0,5 + 60*0,3 = 42
E(FNL2)= 40*0,3 + 60*0,5 + 80*0,2 = 58
E(FNL3)= 70*0,4 + 90*0,4 + 110*0,2 = 86
Le projet A est plus rentable et moins risqué que le projet A’.
FR
27
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
 Modèle espérance-variance
1. Calculer la variance de chaque flux
2. Calculer la variance du projet
Variance :
⚫ Projet A:
FR
28
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
 Modèle espérance-variance
1. Calculer la variance de chaque flux
2. Calculer la variance du projet
Variance :
⚫ Projet A':
Le projet A est plus rentable et moins risqué que le projet A’.
FR
29
⚫L’entreprise dispose rarement des
distributions de probabilités des
variables
⚫Utilisations de méthodes empiriques pour
les évaluer
⚫Une alternative existe: simulations
grâce à des programmations
informatiques.
3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
LES LIMITES:
FR
30
4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain
Lorsque l’investisseur ne peut attribuer des probabilités objectives aux différentes issues possibles pour ses
projets, il n’a comme recours que les critères subjectifs. En se basant sur son expérience et sur son intuition,
l’investisseur peut attribuer une probabilité subjective aux différentes situations et à leurs conséquences.
Notamment, le projet peut provoquer des réactions de la part des entreprises concurrentes. Sa décision
dépendra ensuite de son attitude face au risque.
Ce cadre de décision prenant en compte le risque et les réactions des autres acteurs est précisément celui
étudié dans la théorie des jeux. Plusieurs critères peuvent alors s’appliquer au choix d’investissement.
Soit le cas d’une entreprise placée en situation d’oligopole et assurant 20% de la production du marché, le
reste se partageant entre les autres concurrents de taille équivalente. Pour accroître sa part de marché, elle
doit choisir entre trois stratégies d’investissement :
1. Lancement d’un produit nouveau,
2. Lancement d’une campagne de publicité agressive,
3. Politique de réduction des coûts.
FR
31
4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain
Laplace Wald Savage Maximax
Principe Équiprobabilité des
événements
Maximin: stratégie
pour laquelle le
résultat minimum
est le plus élevé.
Minimax: stratégie
pour laquelle le
regret maximal est le
plus faible.
Maximax: Stratégie
pour laquelle la VAN
maximale est la plus
élevée
Comportement Neutre au risque Pessimiste Prudent Optimiste
Investissement
choisi
La meilleure décision est
celle pour laquelle la
moyenne arithmétique
des résultats
prévisionnels est la plus
élevée
On sélectionne le projet
qui procure le plus petit
des résultats les plus
élevés
On choisit la
décision où le
regret maximum est
le plus faible.
On choisit le résultat
maximum le plus élevé.
FR
32
4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain
EXEMPLE:
Réaction
Stratégies
R1 R2 R 3
S1 -800 700 1500
S2 -200 500 1300
S3 -100 500 1100
Critère du WALD
C’est un critère de prudence qui tente de minimiser les pertes éventuelles en prenant le résultat minimum le plus élevé.
Si S1=-800, S2=-200 et S3=-100, on choisit la troisième stratégie.
 Critère du MAXIMAX
On sélectionne les gains les plus élevés de chacune des stratégies. On choisit le résultat maximum le plus élevé.
Si S1=1500, S2=1300 et S3=1100, on choisit la première stratégie qui est la plus audacieuse.
 Critère de Laplace
La meilleure décision est celle pour laquelle la moyenne arithmétique des résultats prévisionnels est la plus élevée (toutes les situations étant équiprobables).
Pour S1 : (-800+700+1500)/ 3=466,66 Pour S2 : (-200+500+1300)/3=533, 33
Pour S3 : (-100+500+1100)/3=500
On choisit donc la deuxième stratégie.
 Critère de Savage:
Rgert Max (S1)=700
Rgert Max (S1)=200
Rgert Max (S1)=400
On choisit donc la deuxième stratégie
FR
33
4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain
⚫Ces critères sont très subjectifs et difficilement
opérationnalisables.
⚫Le Minimax ou critère de Savage semble toutefois davantage
utilisé et opérationnel lorsque l’on doit choisir entre: réaliser,
différer ou abandonner un projet.
LIMITES:
Conclusion
Tous les investissements susceptibles d’être réalisés par une entreprise ne
peuvent faire l’objetd’une évaluation quantitative, les calculs de
rentabilité financière ne concernent donc que l’investissement dit
productifs (techniques et financiers) pour lesquels il est possible d’estimer
les gains attendus. Les autres investissements sociaux (cantines, crèches,
dispositifs anti- pollution…) ou intellectuels (recherche, formation
…) sont décidés sur la base d’autres considérations comme la satisfaction
du personnel, lerespect de la législation ou la préoccupation stratégique…
La mise en œuvre d’une politique efficace d’investissement suppose que
l’entreprise soit enmesure de traiter correctement un certain nombre de
problèmes communément rencontrés comme à titre d’exemple, la
comparaison des projets ayant des durées de vie différentes (alternative,
incomplète…)
FR
35
 BEKAHIA .R et OUDAD .H , Finance d’entreprise tome 1
Analyse et diagnosticfinanciers, gaëtan morin éditeur Maghreb,
1997.
 CHARREAUX .G, Gestion financière, Litec, Paris, 1996.
 MOLLET .A , Gestion financière épreuve n 4 DECF , Foucher,
2003-2004.
 RIVERT .A , Gestion financière analyse et politiques financières
de l’entreprise,TEcnosup,2003.
 EMMANUEL T (2010), L’évaluation des entreprises, Paris,
Edition Economica,4ème édition.
 J-C TOURNIER, JB TOURNIER, Evaluation d’entreprise, Paris,
Edition Eyrolles,4eme édition.
BIBLIOGRAPHIE
36

Contenu connexe

Similaire à OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx

Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
Chocho95
 
choix du financement.pdf
choix du financement.pdfchoix du financement.pdf
choix du financement.pdf
NinaNano9
 
2 dif
2 dif2 dif
Lefinancementdesentreprise
LefinancementdesentrepriseLefinancementdesentreprise
Lefinancementdesentreprisesokasoki
 
2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement
Mohammed Ayedi
 
Loi militaire
Loi militaire Loi militaire
Loi militaire
AhmedJamali7
 
Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]Amine Chahed
 
3 - LE BILAN FINANCIER - DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
3 - LE BILAN FINANCIER -  DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf3 - LE BILAN FINANCIER -  DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
3 - LE BILAN FINANCIER - DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
SvartAhrid1
 
Atelier Tour de piste des financements
Atelier Tour de piste des financementsAtelier Tour de piste des financements
Atelier Tour de piste des financements
cciducher
 
Gestion_financiere_gftyh.pdf
Gestion_financiere_gftyh.pdfGestion_financiere_gftyh.pdf
Gestion_financiere_gftyh.pdf
AyadIliass
 
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvvGestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
khitamElHaouat
 
Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Edouard Boccoz
 
Moyens & besoins cycle d'investissement
Moyens & besoins cycle d'investissementMoyens & besoins cycle d'investissement
Moyens & besoins cycle d'investissementKhalid Ouamer
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la repriseFannyJack
 
Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012
impulse.brussels
 
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
DocPadraigCharafeddi
 
2 Acces aux financements des exportations
2 Acces aux financements des exportations2 Acces aux financements des exportations
2 Acces aux financements des exportationsWest Africa Trade Hub
 
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
HirYour
 

Similaire à OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx (20)

Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
 
choix du financement.pdf
choix du financement.pdfchoix du financement.pdf
choix du financement.pdf
 
2 dif
2 dif2 dif
2 dif
 
Lefinancementdesentreprise
LefinancementdesentrepriseLefinancementdesentreprise
Lefinancementdesentreprise
 
2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement2.2 moyens de_financement
2.2 moyens de_financement
 
Loi militaire
Loi militaire Loi militaire
Loi militaire
 
Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]
 
Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]Sourcesdefinancement[1]
Sourcesdefinancement[1]
 
3 - LE BILAN FINANCIER - DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
3 - LE BILAN FINANCIER -  DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf3 - LE BILAN FINANCIER -  DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
3 - LE BILAN FINANCIER - DIAGNOSTIC FINANCIER 2023 #FATAH'''.pdf
 
Atelier Tour de piste des financements
Atelier Tour de piste des financementsAtelier Tour de piste des financements
Atelier Tour de piste des financements
 
Gestion_financiere_gftyh.pdf
Gestion_financiere_gftyh.pdfGestion_financiere_gftyh.pdf
Gestion_financiere_gftyh.pdf
 
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvvGestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
Gestion_financi_re_Mr.fekari.pdfvvcccvvvv
 
econometrie.docx
econometrie.docxeconometrie.docx
econometrie.docx
 
Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015Présentation séance du 17 février 2015
Présentation séance du 17 février 2015
 
Moyens & besoins cycle d'investissement
Moyens & besoins cycle d'investissementMoyens & besoins cycle d'investissement
Moyens & besoins cycle d'investissement
 
Le financement de la reprise
Le financement de la repriseLe financement de la reprise
Le financement de la reprise
 
Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012
 
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
414167356-cours-decisions-d-investissement-et-de-financement.pptx
 
2 Acces aux financements des exportations
2 Acces aux financements des exportations2 Acces aux financements des exportations
2 Acces aux financements des exportations
 
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
1076vkN-chapitre+2+choix+d'investissement.pdf
 

OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENTS ET D'INVESTISSEMENT.pptx

  • 1. OPTIMISATION DU CHOIX DE PLACEMENT ET D’INVESTISSEMENT DU PATRIMOINE Présenté par : • AZDINE Bilal • JIJI IBRAHIM Aboubacar • BOUALAM Azzedine
  • 2. INTRODUCTION Pour pouvoir exercer son activité, une entreprise doit tout d'abord se doter d'un certain nombre d'actifs qui vont être utilisés sur une longue période tel qu'un terrain pour construire une usine, des locaux ou seront entreposées les machines utilisées dans le processus de production... En comptabilité, ces éléments particuliers de l'actif d'une entreprise sont appelés actifs immobilisés. Une fois que l'entreprise a acquis les immobilisations qui lui sont indispensables, elle va devoir financer son activité quotidienne c'est à dire, entre autres, financer la constitution de ces stocks de matières premières qui seront utilisés tout au long d'une période donnée pour être intégrées dans le processus de production. De plus, tout au long de l'année, l'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients. Ces créances clients sont considérées d'un point de vue comptable comme une sorte de prêt accordé par l'entreprise à ses clients. Celle-ci doit donc être en mesure de les financer ou en tout cas être dans la capacité de financer ses activités courantes sans avoir un besoin impérieux des sommes non encore encaissées. Ces dépenses constituent ce que l'on appelle en comptabilité l'actif circulant. Généralement, la durée de détention de ce type d'actifs par l'entreprise ne dépasse pas quelques semaines. Elle doit donc pouvoir trouver des financements à court terme capables de satisfaire ces besoins de financement à court terme. En conséquence, le financement de l'actif circulant par une entreprise suppose qu’elle dispose des ressources financières suffisantes pour en assurer le financement pendant une période relativement courte. En outre, elle doit pouvoir disposer à tout moment de ressources financières mobilisables immédiatement pour combler les dépenses de fonctionnement quotidiennes. Ces besoins de financement à très court terme représentent des besoins de trésorerie. En ce sens, la trésorerie correspond à la part des ressources financières dont dispose l'entreprise qui n'a été utilisée ni à l'acquisition d'immobilisations, ni au financement de l'actif circulant. En conséquence, l'entreprise, pour faire face à ses dépenses quotidiennes, doit disposer d'un certain montant financier mobilisable immédiatement qui est comptabilisé à l'actif du bilan.
  • 3. INTRODUCTION Intérêt du sujet: En premier lieu la sécurité de l’entreprise, c'est-à-dire non seulement la solvabilité, la capacité de faire face aux échéances, mais aussi la flexibilité, c'est-à-dire une structure financière laissant suffisamment de souplesse à la gestion, en fournissant les fonds nécessaires à l’exploitation courante, avec ses aléas, et à l’acquisition d’équipements. D’un autre côté, la rentabilité de l’entreprise par réduction des intérêts et autres frais bancaires, et par optimisation de l’emploi des capitaux propres
  • 4. LA PROBLEMATIQUE Comment l’entreprise peut optimiser son choix de placement et d’investissement de leur patrimoine?
  • 5. PLAN INTRODUCTION CHAPITRE I : MODALITES DU CHOX DE PLACEMENT 1. Définitions 2. Les types de revenus de placement 3. Les catégories de placement 4. Les stratégies de placement CHAPITRE II : MODALITES DU CHOIX DES INVESTISSEMENTS 1. Nature et typologie des investissements 2.Les critères de choix d’investissement en univers certain 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire 4. Choix d’investissement en avenir incertain CONCLUSION
  • 6. FR 6 CHAPITRE I : MODALITES DU CHOX DE PLACEMENT 1. Définition Un placement financier s’assimile à un investissement dont la finalité est de rémunérer les liquidités dont dispose l’entreprise. Ces placements financiers figurent à l’actif du bilan de la société et constituent, en partie, le patrimoine de l’entreprise. Ainsi, gérer les actifs financiers de l’entreprise s’assimile à une forme de gestion de patrimoine.. En effet, lorsque les différents ratios financiers de l'entreprise sont au vert (bonne capacité d’autofinancement, besoin en fond de roulement (BFR) négatif, fond de roulement positif…), les disponibilités de l’entreprise peuvent permettre de générer des produits supplémentaires (intérêts, produits de participations etc.…) au moyen de placements financiers. BFR est la somme nécessaire que l'entreprise doit posséder pour payer ses charges courantes en attendant de percevoir le paiement dû par ses clients.
  • 7. FR 7 1. Définition Les caractéristiques principales d’un investissement ou placement en instruments financiers sont les liées au :  Rendement espéré ;  Risque ;  Liquidité. A. Rendement espéré : Représente le gain que vous prévoyez retirer de votre investissement sous forme de revenus d’intérêts, de dividendes ou de gain en capital. Règle générale : plus le rendement espéré sur l’investissement est élevé, plus le risque est élevé. Le rendement obtenu peut différer considérablement du rendement espéré qui, en règle générale, n’est pas garanti. B. Le risque : Le risque désigne le degré d’incertitude lié au rendement espéré d’un placement. Il représente la possibilité d’obtenir un rendement plus bas que prévu ou encore de perdre une partie ou la totalité des sommes placées. Chaque placement comporte un certain degré de risque souvent qualifié de faible, moyen ou élevé. Les facteurs de risque sont multiples, les plus connus sont liés au marché, taux et liquidité. C. La liquidité : La liquidité d’un placement correspond à sa capacité d’être transformé en espèces rapidement et à un cout peu élevé. La monnaie est l’actif le plus liquide. La liquidité correspond aussi à la disponibilité de son épargne investie à tout moment.
  • 8. FR 8 2. Les types de revenus de placement:  Intérêt : Montant que doit verser un emprunteur à un investisseur en retour de la somme qui a été prêtée.  Dividendes : Partie du bénéfice qu’une société distribue à ses actionnaires au prorata des actions qu’ils détiennent.  Gain (ou perte) en capital : Gain (ou perte) résultant de la liquidation d’un investissement à un cout supérieur (ou inférieur) à celui de son acquisition
  • 9. FR 3. Les catégories de placement: 9 Type d’Instrument Rendement espéré Liquidité Risque Action ordinaire : Titre de propriété représentatif d’une fraction de capital d’une entreprise donnant droit à des dividendes et à d’autres droits. Sous forme de dividendes et de gain (perte) en capital. Se négocient Normalement en Bourse ou sur les marchés hors cote. Moyen à élever. La valeur peut augmenter ou diminuer considérablement. Obligation : Titre de créance représentatif d’une fraction de dette d’une entreprise donnant droit à des intérêts. Taux : Fixe ou révisable Intérêt (coupon). Remboursement du principal selon des modalités de l’émission (à l’échéance ou par amortissement). Aussi, les obligations peuvent être convertibles ou remboursables en actions. Peuvent être cotées ou non Moins liquides que les actions Faible à élever. Une hausse des taux d’intérêt ou des difficultés financières de l’émetteur entraînera une baisse de la valeur des obligations. Droit à une part de l’actif restant de la société si elle est dissoute (priorité sur les détenteurs d’actions).
  • 10. FR 10 Type d’Instrument Rendement espéré Liquidité Risque Part OPCVM : Un OPCVM, ou Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, est un organisme financier dont les fonds investis sont placés en valeurs mobilières et en liquidités. La SICAV est une société anonyme à capital variable qui a pour objet exclusif la gestion d'un portefeuille de valeurs mobilières et de liquidités. Le FCP est une copropriété de valeurs mobilières et de liquidités. Pour les OPCVM de distribution (dividendes et intérêt) Gain ou perte en capital (valeur liquidative du fonds peut varier à la hausse comme à la baisse) Les investisseurs peuvent généralement demander le rachat de leurs titres auprès de l’OPCVM Faible à élever, le risque dépend des placements dans lesquels l’OPCVM a investi (actions, obligations etc.) Certificat de dépôt : Le certificat de dépôt est un Titre de créance négociable dématérialisé, sous la forme d'un billet au porteur ou à ordre émis par un établissement financier autorisé, représentant un Dépôt à terme. Maturité comprise entre 10 jours et 7 ans Taux : Fixe ou révisable. Intérêts : Précomptés ou post comptés pour les Titres à court terme, et post-comptés pour les Titres à moyen et long terme. Amortissement : In-fine. Taux de rendement avantageux sur une durée pouvant aller jusqu’à 7 ans Les certificats de dépôt peuvent généralement être vendus rapidement avant l’échéance Faible : dépend de la situation financière de la banque émettrice, généralement solvable.
  • 11. FR 11 Type d’Instrument Rendement espéré Liquidité Risque Les bons de sociétés de financement (BSF) : Sont des titres de créances émis par les sociétés de financement sous contrainte de ne pas dépasser un taux de 40% entre l'encours des bons émis et celui de leur emploi sous forme de crédit à la clientèle. Les BSF sont émis pour une durée allant de 2 à 7ans. Taux de rendement moyen L’entremise d’intermédiaire. Il peut n’exister aucun marché si l’émetteur éprouve des difficultés financières. Se négocient normalement sur les marchés hors cote. Faible : le risque de défaut est rare Billets de trésorerie : Titre de créance négociable à court terme représentatif d’un dépôt à terme constitué par une entreprise au profit d’une autre entreprise. Taux de rendement moyen Ils sont remboursables intérêts compris, au terme d'une période de 10 jours à un an maximum. Risque de défaillance de l’émetteur
  • 12. FR 1. Détermination de la tolérance au risque : • Avant d’investir vous devez vous interroger sur le degré de risque que vous êtes en mesure d’assumer. • Trois facteurs sont déterminants dans l’évaluation de votre tolérance au risque : • _ L’horizon de placement. • _ Les besoins en liquidités. • _ Le facteur émotionnel. • L’horizon de placement : Période pendant laquelle un investisseur prévoit de ne pas avoir besoin de son épargne placée. C’est la durée d’investissement prévue. • Ceux qui choisissent un horizon éloigné auront plus de temps pour compenser les pertes causées par les fluctuations périodiques de la valeur de leurs placements. Les besoins en liquidités : Il s’agit de votre degré de dépendance envers vos placements pour combler vos besoins financiers courants. Les investisseurs qui comptent sur leurs placements pour régler leurs frais de subsistance auront nettement plus de difficultés à assumer des pertes éventuelles. Le facteur émotionnel : Votre réaction par rapport au risque et aux fluctuations de la valeur de vos placements est un facteur important à considérer. Certaines personnes ne s’inquiètent guère des hauts et des bas du marché, alors que d’autres en perdent littéralement le sommeil. 12 4. Les stratégies de placement
  • 13. FR 13 4. Les stratégies de placement 2. Etablir les objectifs de placement : Quelle est l’épargne disponible à l’investissement ? A quel moment vous prévoyez avoir besoin de votre épargne ? Assurez-vous que votre épargne est gérée par des professionnels Quelles sont les raisons de votre placement ? (Scolarité des enfants, l’achat d’un bien, renforcer la retraite etc.) Est-ce que vous visez la croissance à long terme ? Est-ce que vous voulez compter sur un revenu stable et régulier ? La réponse à ces questions permettra de vous aider à choisir le type de placement qui vous correspond le mieux. 3. Choisir les placements : Diversifier vos placements La diversification consiste à regrouper des types de placements possédant des caractéristiques différentes. Parmi ces caractéristiques, on trouve : _ Le type de placement (action ou obligation) _ L’échéance (court terme, long terme) _ L’émetteur du placement (privé, Etat) _ La liquidité du placement (moins liquide, plus liquidité) Il est recommandé de combiner plusieurs types de placements (titre de créance, titre de capital, parts d’OPCVM) et choisir la répartition qui vous convient.
  • 14. FR 14 CHAPITRE II : MODALITES DU CHOIX D’INVESTISSEMENT
  • 15. FR 15 Toute décision de dépense qui conduit à l'acquisition d'un actif en vue de l'obtention d'un flux de liquidités ultérieur et ayant pour but d'accroître la richesse des propriétaires de l'entreprise, constitue un investissement. L'investissement s'oppose ainsi à la consommation qui implique une destruction de richesse et une perte de valeur. Il est réalisé en vue d'accroître la richesse des propriétaires de l'entreprise et, par conséquent, la valeur de l'entreprise. L'accroissement de valeur signifie que la rentabilité de l'investissement est positive. une définition financière plus large s’impose. « Investir c’est mettre en œuvre aujourd’hui des moyens financiers pour, au travers des activités de production et de vente, générer des ressources financières sur plusieurs périodes ultérieures. L’investissement est constitué non seulement par les actifs immobilisés mais aussi par les besoins en fonds de roulement d’exploitation qui représentent en fait des besoins permanents. 1. Nature et typologie des investissements:
  • 16. FR 16 1. Nature et typologie des investissements: Le plan comptable classe les investissements en fonction de leur destination dans les immobilisations. Trois classes sont définies : investissements incorporels, corporels et financiers. Bien que cette classification n’apporte aucune information à propos de la nature de la politique d’investissement de l’entreprise, elle permet, toutefois de bien saisir la diversité des projets. Différentes catégories peuvent être distinguées en fonction de la nature ou l’objet lié à la nature de l’entreprise. Selon l’objet, on peut distinguer quelques catégories : •Les investissements de remplacement : sont destinés à renouveler les actifs productifs usés ou obsolètes afin de maintenir le potentiel productif de l’entreprise. •Les investissements d’expansion (croissance) : qui permettent à l’entreprise d’accroître la capacité de production et de commercialisation des produits existants. •L’investissement de productivité : les investissements de productivité visent à réduire les coûts unitaires ou à augmenter les niveaux de production, ils se combinent généralement avec l’investissement de remplacement. •L’investissement stratégique : à caractère défensif ou offensif. Selon la nature, on distingue : •L’investissement commercial : il comprend tout ce qui concoure au positionnement de produit ainsi que dans le développement de ses ventes. •L’investissement financier : concerne l’acquisition des titres financiers afin d’obtenir un revenu. •L’investissement immatériel : comprend essentiellement les dépenses en capital humain et les dépenses liées à la recherche et au développement.
  • 17. Avenir certain Avenir incertain Avenir probabilisable (aléatoire) Évaluation de cash flows VAN TRI DR IP Arbre de décision Espérances de VAN Critère de WALD Critère de SAVAGE Critère de LAPLACE
  • 18. FR 18 2. Les critères de choix d’investissement en univers certain Ces méthodes considèrent que le cadre de décision est reconnu et que l’avenir est prévisible. Elles comparent la dépense initiale aux recettes attendues dans les années à venir.Mais cette comparaison doit se faire à la même date, en général, la date 0. La technique d’actualisation (traduction économique de la valorisation du présent par rapport au futur) permettra notamment de comparer des projets d’investissement à durée de vie différente. Toutefois, il convient de choisir un taux d’actualisation qui est lié à des facteurs subjectifs (attentes et exigences de l’investisseur) et objectifs (coût de capital, rentabilité des actifs ...)
  • 19. 2. Les critères de choix d’investissement en univers certain La valeur actuelle nette (VAN) Elle est égale à la différence entre les flux nets de trésorerie actualisés sur la durée de vie de l’investissement et le montant du capital. VAN= cash-flows actualisés – Investissement initial VAN= -I+ ∑ CF (1+t)-i VAN Le taux interne de rentab ilité (TIR ) Le taux interne de rentabilité TIR est le taux pour lequel la valeur actuelle nette est nulle. Autrement dit, c’est le taux qui rend égaux le montant de l’investissement et les cash- flows induits par ce même investissement. I= ∑ CF (1+t)-i . • TIR < t : Le projet ne doit pas entrepris TIR L’Indice de profitabilité (IP) Il mesure le profit induit par un dirham du capital investi. Il mesure l’avantage relatif susceptible d’être retiré d’un projet d’investissement. Il constitue un critère de rejet pour tout projet dont l’indice est inférieur à 1. Pour deux ou plusieurs projets, sera celui dont l’indice de profitabilité est le plus élevé. IP Le Délai de Récupération (DRC) Le Délai de Récupération du capital investi (DRC) Il correspond au délai au bout duquel le montant cumulé des cash-flows actualisés est égal au montant du capital investi ; c’est le délai le plus court possible. Il constitue un critère de rejet pour tout projet dont le DRC est supérieur à la norme fixée par l’entreprise. Au niveau de la comparaison entre deux projets, sera retenu celui dont le DRC est le plus court. L’utilisation du DRC en tant que critère de sélection n’est valable que pour des projets à durée de vie identique. DRC n ∑ CF (1+t)-i i=1 IP= I
  • 20. FR 20 2. Les critères de choix d’investissement en univers certain ⚫Détermination des paramètres: durée de vie, cash- flows, taux d’actualisation, coût de l’investissement ⚫Appréciation du risque ⚫Non comparabilité des projets ⚫Conflit des critères. ⚫… Plusieurs difficultés de la méthode classique en avenir certain
  • 21. FR Investissement en avenir aléatoire: Le modèle espérance- variance: La décision n’est pas toujours unique, elle peut apparaître sous la forme de choix successifs alternant avec une série de conséquences possibles. L’arbre de décision : si l’investissement prévu pourra se réaliser en différentes séquences dans le temps. Il y a un lien entre les différentes décisions prises. 21 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
  • 22. FR 22 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire ⚫ Utilisé lorsque l’investissement peut être réalisé en plusieurs étapes ⚫ Selon les réactions de l’environnement, nous construisons plusieurs scenarios. ⚫ Les flux de trésorerie générés par les différentes étapes du projet vont évoluer en fonction des réactions de l’environnement à l’investissement. ⚫ L’objectif de cette méthode est d’introduire de la flexibilité au projet (comme avec les options réelles) afin de se conformer à la réalité, dans laquelle le futur n’est pas certain.  Arbre de décision: Options réelles: procurent une image plus étendue du projet en capturant la capacité des managers à modifier ou optimiser les activités et opérations au fur et à mesure que l'information devient disponible ou que les incertitudes sont levées
  • 23. FR 23 3. Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire
  • 24. FR 24 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire  Modèle espérance-variance Espérance de VAN: la différence entre l’investissement de départ et la somme des espérances de cash flows actualisés. Variance: différence entre l’espérance mathématique du carré de la variable (E(R²)) et le carré de l’espérance mathématique de la variable (E(R)²)
  • 25. FR 25 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire  Modèle espérance-variance Exemple : ⚫ Soit 2 projets A et A’ et leurs caractéristiques suivantes: ⚫ Les valeurs résiduelles sont nulles, ⚫ les cash flows sont indépendants, ⚫ Le coût du capital est 10%. ⚫ Quel est le meilleur projet?
  • 26. FR 26 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire  Modèle espérance-variance ⚫ PROJET A: E(FNL1)= 40*0,1 + 50*0,6 + 60*0,3 = 52 E(FNL2)= 60*0,2 + 70*0,7 + 80*0,1 = 69 E(FNL3)= 70*0,5 + 80*0,3 + 90*0,2 = 77 ⚫ PROJET A’ : E(FNL1)= 20*0,2 + 40*0,5 + 60*0,3 = 42 E(FNL2)= 40*0,3 + 60*0,5 + 80*0,2 = 58 E(FNL3)= 70*0,4 + 90*0,4 + 110*0,2 = 86 Le projet A est plus rentable et moins risqué que le projet A’.
  • 27. FR 27 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire  Modèle espérance-variance 1. Calculer la variance de chaque flux 2. Calculer la variance du projet Variance : ⚫ Projet A:
  • 28. FR 28 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire  Modèle espérance-variance 1. Calculer la variance de chaque flux 2. Calculer la variance du projet Variance : ⚫ Projet A': Le projet A est plus rentable et moins risqué que le projet A’.
  • 29. FR 29 ⚫L’entreprise dispose rarement des distributions de probabilités des variables ⚫Utilisations de méthodes empiriques pour les évaluer ⚫Une alternative existe: simulations grâce à des programmations informatiques. 3.Les critères de choix d’investissement en avenir aléatoire LES LIMITES:
  • 30. FR 30 4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain Lorsque l’investisseur ne peut attribuer des probabilités objectives aux différentes issues possibles pour ses projets, il n’a comme recours que les critères subjectifs. En se basant sur son expérience et sur son intuition, l’investisseur peut attribuer une probabilité subjective aux différentes situations et à leurs conséquences. Notamment, le projet peut provoquer des réactions de la part des entreprises concurrentes. Sa décision dépendra ensuite de son attitude face au risque. Ce cadre de décision prenant en compte le risque et les réactions des autres acteurs est précisément celui étudié dans la théorie des jeux. Plusieurs critères peuvent alors s’appliquer au choix d’investissement. Soit le cas d’une entreprise placée en situation d’oligopole et assurant 20% de la production du marché, le reste se partageant entre les autres concurrents de taille équivalente. Pour accroître sa part de marché, elle doit choisir entre trois stratégies d’investissement : 1. Lancement d’un produit nouveau, 2. Lancement d’une campagne de publicité agressive, 3. Politique de réduction des coûts.
  • 31. FR 31 4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain Laplace Wald Savage Maximax Principe Équiprobabilité des événements Maximin: stratégie pour laquelle le résultat minimum est le plus élevé. Minimax: stratégie pour laquelle le regret maximal est le plus faible. Maximax: Stratégie pour laquelle la VAN maximale est la plus élevée Comportement Neutre au risque Pessimiste Prudent Optimiste Investissement choisi La meilleure décision est celle pour laquelle la moyenne arithmétique des résultats prévisionnels est la plus élevée On sélectionne le projet qui procure le plus petit des résultats les plus élevés On choisit la décision où le regret maximum est le plus faible. On choisit le résultat maximum le plus élevé.
  • 32. FR 32 4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain EXEMPLE: Réaction Stratégies R1 R2 R 3 S1 -800 700 1500 S2 -200 500 1300 S3 -100 500 1100 Critère du WALD C’est un critère de prudence qui tente de minimiser les pertes éventuelles en prenant le résultat minimum le plus élevé. Si S1=-800, S2=-200 et S3=-100, on choisit la troisième stratégie.  Critère du MAXIMAX On sélectionne les gains les plus élevés de chacune des stratégies. On choisit le résultat maximum le plus élevé. Si S1=1500, S2=1300 et S3=1100, on choisit la première stratégie qui est la plus audacieuse.  Critère de Laplace La meilleure décision est celle pour laquelle la moyenne arithmétique des résultats prévisionnels est la plus élevée (toutes les situations étant équiprobables). Pour S1 : (-800+700+1500)/ 3=466,66 Pour S2 : (-200+500+1300)/3=533, 33 Pour S3 : (-100+500+1100)/3=500 On choisit donc la deuxième stratégie.  Critère de Savage: Rgert Max (S1)=700 Rgert Max (S1)=200 Rgert Max (S1)=400 On choisit donc la deuxième stratégie
  • 33. FR 33 4.Les critères de choix d’investissement en avenir incertain ⚫Ces critères sont très subjectifs et difficilement opérationnalisables. ⚫Le Minimax ou critère de Savage semble toutefois davantage utilisé et opérationnel lorsque l’on doit choisir entre: réaliser, différer ou abandonner un projet. LIMITES:
  • 34. Conclusion Tous les investissements susceptibles d’être réalisés par une entreprise ne peuvent faire l’objetd’une évaluation quantitative, les calculs de rentabilité financière ne concernent donc que l’investissement dit productifs (techniques et financiers) pour lesquels il est possible d’estimer les gains attendus. Les autres investissements sociaux (cantines, crèches, dispositifs anti- pollution…) ou intellectuels (recherche, formation …) sont décidés sur la base d’autres considérations comme la satisfaction du personnel, lerespect de la législation ou la préoccupation stratégique… La mise en œuvre d’une politique efficace d’investissement suppose que l’entreprise soit enmesure de traiter correctement un certain nombre de problèmes communément rencontrés comme à titre d’exemple, la comparaison des projets ayant des durées de vie différentes (alternative, incomplète…)
  • 35. FR 35  BEKAHIA .R et OUDAD .H , Finance d’entreprise tome 1 Analyse et diagnosticfinanciers, gaëtan morin éditeur Maghreb, 1997.  CHARREAUX .G, Gestion financière, Litec, Paris, 1996.  MOLLET .A , Gestion financière épreuve n 4 DECF , Foucher, 2003-2004.  RIVERT .A , Gestion financière analyse et politiques financières de l’entreprise,TEcnosup,2003.  EMMANUEL T (2010), L’évaluation des entreprises, Paris, Edition Economica,4ème édition.  J-C TOURNIER, JB TOURNIER, Evaluation d’entreprise, Paris, Edition Eyrolles,4eme édition. BIBLIOGRAPHIE
  • 36. 36