SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  31
Télécharger pour lire hors ligne
2015
Rapport d’activité
Sommaire
	
Qui sommes-nous ?......................................................................................................................................3	
L’année 2015 en bref....................................................................................................................................5	
Nos principales publications en 2015........................................................................................................7	
Valorisation et retombées des publications ............................................................................................17	
Nos ateliers avec les publics scolaires......................................................................................................21	
Présence web et réseaux sociaux..............................................................................................................24	
Ressources et budget..................................................................................................................................25	
Perspectives pour 2016..............................................................................................................................26	
Equipe et gouvernance ..............................................................................................................................28
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
3
Qui sommes-nous ?
Missions
Créée par l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), le Cercle de l’industrie
et le Groupe des fédérations industrielles, La Fabrique de l’industrie est un laboratoire d’idées qui
vise à ce que la réflexion collective sur les enjeux industriels gagne en ampleur et en qualité.
Lieu de réflexion et de débats, elle travaille de façon approfondie, pluridisciplinaire et pérenne sur
l’industrie, sur ce que recouvre la production industrielle, sur la valeur ajoutée qu’elle engendre,
sur ses perspectives d’avenir. Elle s’intéresse également à la façon dont l’industrie se développe
dans le monde, aux stratégies et politiques industrielles mises en œuvre par les pays industrialisés
et émergents, aux défis et opportunités que présente la mondialisation accélérée de l’industrie.
La Fabrique de l’industrie a pour vocation d’être centre de ressources pour toutes les parties
prenantes aux débats sur l’industrie. Elle rassemble l’information, produit des synthèses critiques
et organisées pour rendre lisible la diversité des points de vue. Elle crée de nouveaux espaces de
dialogue.
D’une façon générale, La Fabrique de l’industrie a pour missions :
- de sensibiliser aux enjeux de l’industrie les décideurs politiques, économiques et sociaux, les
relais d’opinion, les jeunes scolaires et étudiants et, plus largement, l’ensemble de la société
civile ;
- d’aider à la construction de visions, de perspectives et d’une ambition pour l’industrie
française à moyen et long terme, dans un cadre européen et mondial ;
- de susciter la confrontation de points de vue et analyses en lien avec l’industrie entre experts,
acteurs et observateurs ;
- de donner des éléments de réflexion pour l’élaboration de politiques publiques favorables à
l’industrie ;
- de participer, enfin, au développement d’analyses innovantes sur l’industrie et faciliter
l’évolution vers des modes de production plus consensuels et durables.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
4
Valeurs
Indépendance : les travaux de La Fabrique et les résultats qu’elle communique sont marqués par
une ferme volonté de qualité et d’indépendance vis-à-vis de toute influence extérieure. La
Fabrique fixe son programme de travail dans une perspective durable et prospective. Elle
poursuit une mission d’intérêt général – concourir au développement de l’industrie – au service
d’une conviction : pas de nations fortes sans industrie forte.
Objectivité : La Fabrique privilégie les analyses scientifiques issues de faits et de données
recueillis sur le terrain, ainsi que la confrontation des points de vue permettant de faire émerger
des réalités complexes et nuancées. La construction d’argumentaires d’influence n’est pas de son
ressort.
Ouverture : La Fabrique est un lieu de débats. Elle accueille et favorise la diversité et la
contradiction, dès lors que celles-ci s’expriment dans le respect des différents points de vue. La
Fabrique collabore, en outre, en transparence, avec l’ensemble des institutions et organismes qui
peuvent concourir à la réalisation de ses missions.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
5
L’année 2015 en bref
L’année 2015 a été pour La Fabrique celle de tous les records, tant au niveau de la production que
de son impact. Elle a aussi été l’occasion pour La Fabrique de solliciter l’avis de ses différents
publics et d’introduire de nouveaux formats. Aux notes et ouvrages traditionnels viennent
s’ajouter depuis cet hiver des synthèses plus courtes ainsi que des documents permettant de faire
connaître des travaux initiés à l’extérieur de La Fabrique ou des résultats intermédiaires de nos
projets.
Bilan rapide
En 2015, La Fabrique aura publié un ouvrage, cinq notes et un fascicule (en coopération avec
l’Onisep). Elle a organisé moins d’événements que les années précédentes mais a participé à de
nombreux événements organisés par des tiers.
Notre activité a davantage retenu l’attention des médias que les années précédentes. Nos
fondateurs nous ont en effet encouragés à communiquer sur nos résultats et nous avons pu nous
appuyer sur l’aide de l’agence de communication Image7 et d’une stagiaire du CELSA, Julie
Puech. Nos travaux ont été exposés et commentés dans divers médias (BFM, LCI, France
Culture, Europe1, France inter, Le Monde, Les Échos, Le Figaro, L’Opinion, Libération, Le
Parisien, L’Humanité, Valeurs actuelles, L’Usine nouvelle, Alternatives économiques, Challenges,
L’Expansion, Futuribles, La Correspondance économique) et dans de nombreux titres de la
presse régionale et de la presse spécialisée.
La Fabrique, « saison 2 »
Après un travail d’enquête auprès de nos différents publics, mené avec l’aide du cabinet Plein
sens, La Fabrique a proposé quelques évolutions à ses conseils d’orientation et d’administration
d’octobre.
La production, qui reposait jusqu’ici sur des notes diffusées par les Presses des mines et quelques
ouvrages publiés par d’autres éditeurs à l’attention d’un plus large public, s’enrichit de deux
nouveaux formats :
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
6
- les Synthèses (4 à 12 pages) sont des formats courts, destinés à des lecteurs voulant prendre
connaissance rapidement des résultats d’une étude ou de l’état des débats sur une question
intéressant l’industrie,
- les Docs de La Fabrique sont souvent tirés de publications externes, dont les auteurs ne
peuvent pas se soumettre au long processus de validation d’une note mais qui nous semblent
des apports intéressants au débat sur l’avenir de l’industrie.
Contrairement aux notes, ces deux formes de publication de sont pas soumises à l’approbation
préalable du conseil d’orientation de La Fabrique.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
7
Nos principales publications en 2015
L’Industrie, notre avenir
Résumé
Cet ouvrage est issu des débats d’une semaine de colloque organisée avec le Centre culturel
international de Cerisy en Normandie. Les participants, des universitaires, dirigeants et cadres
d’entreprise, syndicalistes, étudiants…, s’interrogeaient sur les représentations contemporaines de
l’industrie en convoquant un ensemble de disciplines et de points de vue croisés : économie et
sciences de gestion, histoire, géographie, sociologie, ergonomie ou anthropologie. Car si
l’industrie souffre en France, c’est aussi de ne pas intéresser suffisamment ni la communauté des
citoyens, ni les élites, qu’il s’agisse des décideurs publics ou des chercheurs. Comment réconcilier
durablement les Français avec leur industrie, faire que celle-ci ne soit pas seulement tolérée, mais
désirable et désirée ?
L’ouvrage analyse les transformations liées aux technologies numériques et à la raréfaction des
ressources. Les technologies numériques permettent une plus grande flexibilité des unités de
production, capables de se reconfigurer pour permettre une personnalisation des produits. Elles
facilitent la dispersion des opérations de fabrication entre beaucoup d’entreprises, fortement
connectées entre elles. Elles transforment la relation au client, avec un risque majeur de se faire
confisquer celle-ci par des plateformes spécialisées d’intermédiation ou de traitement des
données. Enfin elles modifient en profondeur le travail et son organisation. La prise en compte
de la limitation des ressources oblige l’économie à découpler sa production de sa consommation
de ressources rares et de son émission de CO2 et d’autres polluants. Elle le fait grâce à toutes les
formes d’économie collaborative, de partage et d’économie circulaire, où les déchets (parfois
retraités) des uns deviennent des ressources pour d’autres.
La nature du travail est également transformée dans une industrie qui n’a plus besoin d’exécutants
disciplinés mais de collaborateurs créatifs, impliqués dans un travail d’amélioration constant des
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
8
procédés et des produits. Ceci bouleverse les régulations sociales au sein de l’entreprise et
représente un défi pour notre système de formation.
Le rapport de l’industrie à son territoire devient moins contingent, plus engagé. L’entreprise se
nourrit des ressources locales et participe à leur construction. On passe d’une concurrence entre
entreprises à une concurrence entre territoires, entre métropoles. Par ailleurs, si l’Europe veut
promouvoir des standards élevés en matière sociale et environnementale, de nouvelles régulations
doivent être mises en place.
Toutes ces transformations rendent l’industrie plus attentive à l’épanouissement des hommes et
des femmes qui y travaillent, à son impact sur une planète fragile, à son insertion harmonieuse
dans les territoires.
Événements associés
Le colloque a attiré plus de 80 participants, dont des chefs d’entreprises (Louis Gallois, Denis
Ranque, Antoine Frérot…). Ses conclusions ont été présentées lors d’un entretien au Collège des
Bernardins le 12 février 2015 ainsi que par Pierre Veltz ou Thierry Weil lors d’une soirée des amis
de Cerisy (18/2), de conférences à Futuribles et à l’ESCP-Europe.
Dans les médias
L’ouvrage, le colloque ou l’entretien au Collège des Bernardins ont été présentés et discutés sur
BFM Business (Thierry Weil), France Culture (quatre émissions de Pierre Veltz dans Les carnets
de l’économie), Europe 1 (Louis Gallois) et dans Le Monde de l’économie (20/1/2015), Les
Echos, Le Figaro, Le Parisien, Alternatives économiques, Liaisons sociales, Futuribles, Le journal
des grandes écoles et sur divers blog (Média Paris Saclay, L’économie politique, Alliancy,
Prospective 2100, Martin Richer, Calenda, Journal d’Erasme, DBDD, Pôle Moveo,
Confrontations Europe…). Deux des conférences données pendant le colloque ont été diffusées
par la Forge numérique de l’université de Caen.
Osez la voie pro – 12 parcours de réussite pour s’en
convaincre
Résumé
Quels sont les débouchés offerts par la formation professionnelle ? Comment convaincre de
bons élèves de s’engager dans ces filières de formation souvent stigmatisées ? Ce fascicule, réalisé
en partenariat avec l’Onisep, a pour objectif de mieux faire connaître aux élèves des collèges, à
leurs enseignants, à leurs conseillers d’orientation et à leurs parents ces filières de formation. Il
montre que, loin d’être une voie de garage, la voie professionnelle ouvre des perspectives de
carrières enrichissantes et évolutives.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
9
Construit de manière « ludique » avec notamment une BD, ce fascicule collecte les témoignages
d’anciens élèves ayant, à partir de leur formation initiale, construit un parcours de réussite au sein
d’entreprises industrielles. L’ouvrage présente ainsi une diversité d’itinéraires, de secteurs
d’activités, de tranches d’âge et de formations (CFA, lycées professionnels, campus des métiers,
etc.). Ces portraits, introduits par un délégué académique à la formation professionnelle initiale et
continue, sont complétés par le regard de chefs d’entreprises (Bouygues, Siemens) qui valorisent
cette voie de formation et offrent à ceux qui l’ont choisie des carrières attractives.
Ce fascicule illustre l’extraordinaire potentiel de développement de ceux qui choisissent une
formation professionnelle et encourage les industriels à leur offrir plus de perspectives de carrière
et de formation.
Evénement associé
A l’occasion de la sortie de cet ouvrage une table ronde a été organisée pendant la semaine de
l’industrie pour discuter des moyens de développer l’intérêt pour ces filières. Thibaut de Jaegher,
directeur de la rédaction de l'Usine nouvelle animait le débat avec Jean-Pierre Collignon,
Inspecteur général de l’Éducation nationale, Jean-Rémy Touze, DRH de Siemens France, Bruno
Gardet, Directeur du Centre des Formations Industrielles et Nicolas Royer, Chef d'atelier chez
Airbus. Cette table ronde s’est ouverte par une saynète réalisée par six apprentis de l'Aforp dans
le cadre d’ApprentiScène. Un dessin animé réalisé par d’anciens élèves de l’École de l’image des
Gobelins a été projeté pour conclure l’événement (dessin animé vu près de 4 000 fois, dont 3 300
dans les 6 mois de sa mise en ligne).
Dans les médias
Cet ouvrage a donné lieu à une interview de Thierry Weil dans « La matinale » de LCI et à un
article de Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer dans la Gazette de la société et des techniques.
Le fascicule ou la table ronde ont été mentionnés dans Le Figaro étudiants, le Progrès,
Aujourd’hui en France/le Parisien, l’Usine Nouvelle, L’étudiant, Le journal des grandes écoles et
sur de nombreux sites internet (lemonde.fr, Pôle emploi, Okapi, Miroir social, Mobicité, Anaf,
Jobirl, le site du Ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, etc.)
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
10
L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ?
Résumé
Aux Etats-Unis, la production manufacturière a dépassé son niveau d’avant la crise et quelques
850 000 emplois ont été créés. L’explication la plus répandue de ce regain repose sur trois
facteurs : la baisse drastique du prix du gaz naturel, le faible coût relatif de la main-d’œuvre et le
dollar faible (jusqu’à une période récente), qui auraient conjointement permis à l’industrie de
rebâtir sa compétitivité, au point de générer une vague de relocalisation des entreprises
américaines, depuis la Chine principalement. Cette analyse est pourtant erronée à plusieurs titres.
1. L’impact du facteur énergétique sur la compétitivité de l’industrie est fréquemment surestimé.
Certains secteurs gazo-intensifs ont pu tirer pleinement profit de la baisse massive du prix du gaz
naturel sur la dernière décennie. La réduction de la facture énergétique a par ailleurs dopé le
pouvoir d’achat des ménages et ainsi dynamisé la demande adressée aux industriels. Toutefois, la
baisse du coût de l’électricité, longtemps annoncée, ne s’est pas produite et l’écrasante majorité
des emplois industriels se situent dans des secteurs où les dépenses énergétiques ne représentent
qu’une part très faible du coût de production.
2. La reprise doit beaucoup au rebond de la demande. Les performances décevantes à
l’international, reflétées par le creusement du déficit commercial dans presque tous les secteurs
manufacturiers, indiquent que l’industrie américaine n’a pas réellement gagné en compétitivité.
C’est avant tout un phénomène de rattrapage, enclenché par le retour de la demande domestique,
qui a alimenté le rebond. Le cas de l’automobile, qui explique à lui seul un tiers de la croissance
de la production industrielle depuis cinq ans, est édifiant.
3. La vague de relocalisations n’a pas eu lieu. L’importante modération des coûts salariaux au
cours des quinze dernières années ont conduit certains à prédire un retour massif d’activités
manufacturières autrefois délocalisées dans les pays à bas coûts. Le mouvement de relocalisation
reste cependant d’une ampleur très limitée.
4. La montée en puissance du Mexique. Situé dans la même zone de libre-échange que les États-
Unis et disposant d’une main-d’œuvre bien formée et peu onéreuse, le Mexique est un territoire
de plus en plus attractif pour la localisation des activités industrielles. Il est en train de devenir un
concurrent redoutable pour l’attraction de nouveaux sites de production, en particulier dans les
secteurs de l’automobile et de l’électronique.
5. La ré-industrialisation par le numérique. La renaissance de l’industrie américaine, si elle a lieu,
se fera à la faveur d’une transformation profonde : celle du passage de l’industrie à l’ère du digital.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
11
Grâce à leur avance incontestée dans le domaine du logiciel et l’intégration des technologies
numériques, les Etats-Unis semblent particulièrement biens préparés pour être à l’avant-garde de
cette transformation économique majeure. La domination exercée par les géants du numérique
que sont Google, Apple, Facebook et Amazon symbolise tout le potentiel américain en matière
de high-tech.
Retombées de l’ouvrage
L’ouvrage a donné lieu à la parution d’une trentaine d’articles et interviews dans différents
médias. Le Figaro, L’Opinion, La Correspondance économique, Le Monde, L’Usine nouvelle, La
Revue parlementaire (tribune des auteurs) ont chacun fait paraître un article sur la note. Les
Échos l’ont mentionné dans six articles différents, et Alternatives économiques dans quatre. La
note a également été mise en débat sur LCI et BFM Business.
A l’occasion de la publication de cet ouvrage, La Fabrique de l’industrie a organisé son 15e
Entretien, le 15 juin 2015 à l’école des Mines de Paris, sur le thème « Gaz de schiste, coût du
travail, innovation : les leçons du rebond industriel américain ».
Un support pédagogique à destination des étudiants du supérieur est disponible sur le site de La
Fabrique de l’industrie (www.la-fabrique.fr/ressources-pedagogique). Il présente les principaux
indicateurs permettant de suivre les évolutions de l’industrie américaine et discute de leur capacité
à les refléter fidèlement.
Allégements du coût du travail : pour une voie favorable à la
compétitivité française
Résumé
En 2016, les mesures d’allégement du coût du travail représenteront 50 milliards d’euros, les deux
tiers portant sur les rémunérations inférieures à 1,5 SMIC. Pourtant, certains économistes
plaident pour un ciblage encore plus prononcé des allégements sur les bas salaires. Dans cette
note, Gilles Koléda (maître de conférence à l’université de Tours, collaborateur régulier de
l’équipe Seuréco-Erasme) examine la robustesse de leurs arguments et propose un scénario
alternatif, dans lequel les allégements seraient orientés vers les salaires intermédiaires, situés entre
1,6 et 3,5 fois le SMIC. Cette mesure s’avère plus favorable à la compétitivité, sans hypothéquer
l’emploi.
En réalité, le scénario optimal serait celui d’un hypothétique ciblage sur les secteurs exposés à la
concurrence internationale. La meilleure compétitivité internationale de nos produits conduit à
plus d’exportations, donc à la création d’emplois. Ainsi, 10 millions d’allégements financés par
une augmentation de la TVA conduiraient au bout de 10 ans à un PIB supérieur de plus de
0,6 point et à la création de 130 000 emplois, dont 77 000 dans l’industrie. Inversement, le ciblage
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
12
le moins performant est celui qui concerne les secteurs abrités. Les 43 000 emplois créés ne
proviendraient que de l’affaiblissement de la productivité du travail.
Cependant ces deux ciblages ne sont pas réalisables en pratique puisqu’ils seraient assimilés à des
aides sectorielles d’État. On examine donc l’efficacité de ciblages portant soit sur les salaires
inférieurs à 1,6 SMIC, soit sur ceux compris entre 1,6 et 3,5 SMIC (où se trouvent l’essentiel des
employés des secteurs ouverts à la concurrence internationale). On s’attendrait à ce que le ciblage
sur les bas salaires soit favorable à l’emploi et à ce que celui sur les salaires intermédiaires
améliore la compétitivité. Or, les deux scénarios produisent autant d’emplois l’un que l’autre :
environ 75 000 emplois supplémentaires au bout de 10 ans. Toutefois, ces emplois ne sont pas
créés dans les mêmes secteurs. Un ciblage sur salaires intermédiaires crée plus d’emplois dans
l’industrie, les services aux entreprises, les services mixtes et le transport, moins dans le
commerce, l’hôtellerie-restauration et la construction. Par ailleurs, le ciblage sur les salaires
intermédiaires est plus favorable à la compétitivité, à la croissance et au solde de la balance
commerciale et conduit à la création de plus d’emplois qualifiés.
Événement associé
Une conférence-débat, organisée en partenariat avec Coe-Rexecode, a eu lieu le 17 septembre
2015 à l’amphithéâtre Axa. La note a également été débattue au cours des journées d’Aix-en-
Provence organisées par le Cercle des économistes en juillet 2015.
Dans les médias
L’ouvrage a été signalé dans la presse quotidienne (Les Échos, Le Figaro, Le Parisien,
L’Opinion…) et hebdomadaire (Forbes, L’Usine nouvelle), dans plusieurs émissions de télévision
(BFM Business) et de radio (France Culture, France Info, France Inter).
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
13
De nouveaux modèles de croissance pour les industries
agroalimentaires françaises
Résumé
D’ici 2030, trois milliards d’habitants des pays émergents viendront grossir les rangs de la classe
moyenne. Comment les entreprises du secteur de l’industrie agroalimentaire peuvent-elles saisir
cette opportunité, alors même que la France est passée de la deuxième à la quatrième place
mondiale pour les exportations de produits des IAA dans le courant des années 2000 ?
Une étude du cabinet Theano Advisors réalisée pour La Fabrique de l’industrie et saf agr’iDées,
montre l’intérêt de stratégies orientées vers le cœur de marché (ou milieu de gamme) permettant
d’attaquer les marchés mondiaux, notamment ceux en plein développement des pays émergents.
Cette approche suppose d’adapter les produits aux attentes des consommateurs de différentes
régions du monde et de ne pas se laisser enfermer par un modèle de gastronomie à la française,
privilégiant le haut de gamme et les spécificités régionales. En effet, si certaines grandes marques
peuvent tirer parti de ce positionnement sur le haut de gamme, cette niche est trop limitée pour
permettre à la plupart des PME et ETI d’amortir les coûts d’accès aux pays étrangers.
Les IAA françaises peuvent ainsi, en s’appuyant sur leur maîtrise de la qualité et de la traçabilité
de la matière ainsi que sur la réputation de la France, proposer une offre plus lisible, simplifiée,
visant le cœur de marché et construire des marques adaptées à leur développement international
et à une croissance durable et profitable.
Retombées de l’ouvrage
L’étude a été préfacée par Christophe Bonduelle, PDG de Bonduelle, et rédigée par Michel Zarka
et Anne Laroche (cabinet Theano advisors). Elle est consultable et téléchargeable gratuitement
sur les sites web de La Fabrique de l’industrie et de saf agr’iDées. Chaque think tank l’a
mentionnée dans une de ses newsletters et sur ses réseaux sociaux. Par ailleurs, Les Echos lui ont
consacré un article (22 juillet 2015).
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
14
Paroles d’ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la
conquête de la croissance
Résumé
Quels sont les leviers de développement et de croissance des entreprises de taille intermédiaire
(ETI) ? Plusieurs think tanks et instituts ont tenté de répondre à cette question en proposant
différents remèdes pour pallier le déficit d’ETI en France. La Fabrique a rassemblé les
témoignages d’une trentaine de dirigeants issus d’une série de séminaires organisés par La
Fabrique et soutenus par METI, FBN France, Bpifrance, l’Ecole de Paris du management,
l’UIMM et le Collège des Bernardins.
Ces dirigeants s’interrogent sur les ressorts de leur croissance mais aussi leurs difficultés :
comment se développer à l’international, innover, financer sa croissance, attirer et gérer les
talents, construire un climat social favorable ? Quels sont les atouts spécifiques sur lesquels elles
s’appuient ? Quels sont les handicaps qu’elles doivent surmonter ?
Les témoignages de dirigeants collectés dans cet ouvrage montrent en effet qu’il n’y a pas de
recette miracle ou de solution unique, mais que chacun invente, choisit ou adapte au contexte
spécifique de son activité des pratiques pour soutenir leurs ambitions.
Qu’apprenons-nous ? Les ETI, largement industrielles, se concentrent souvent sur des marchés
de niche, très diversifiés. Valorisant un savoir-faire spécifique à l’échelle mondiale, elles savent
intégrer ou adapter des innovations disponibles et cibler des segments de marché négligés pour
capter une nouvelle demande. Parmi les nombreuses clés de succès, les dirigeants évoquent
notamment l’implication de la direction dans le pilotage de l’innovation ou encore l’organisation
du travail en petites équipes de chercheurs bien connectées au reste de l’entreprise. Ils relèvent a
contrario des difficultés à collaborer avec la recherche publique.
L’international est également au cœur du développement de ces entreprises. Elles relèvent
toutefois que l’efficacité des opérateurs publics chargés de les aider est très variable d’un pays à
l’autre et les financements parfois difficiles à mobiliser.
Pour soutenir ces stratégies de croissance fondées sur l’internationalisation et l’innovation, les
ETI ont besoin de ressources financières et humaines. Les choix de financement sont très liés à la
structure actionnariale et à la culture de l’entreprise. Les dirigeants sont parfois partagés entre leur
volonté de se développer et la crainte de perdre leur indépendance en ouvrant leur capital. Dans
les entreprises familiales, une gouvernance solide est nécessaire pour concilier stratégies
patrimoniale et entrepreneuriale.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
15
Pour pallier leurs difficultés de recrutement sur des profils qualifiés, les ETI forment en interne et
développent des dispositifs de participation. Elles mettent en avant les atouts du territoire, la taille
humaine de leur entreprise, leur ouverture sur le monde. Elles veillent en outre à entretenir un
bon climat social, notamment grâce à un dialogue permanent avec les représentants du personnel,
qui ne se limite pas aux réunions imposées par la loi.
Plus globalement, ces entreprises manifestent leur attachement au territoire national et, plus
encore, aux bassins locaux dans lesquels elles sont historiquement enracinées, en dépit d’un
environnement règlementaire et fiscal cité comme l’un des principaux freins à leur croissance.
Ce livre permet de mieux connaître la réalité des ETI et leur contribution au redressement de
notre économie et tout particulièrement de notre industrie.
Evénements associés
Cet ouvrage est le fruit de tout un cycle de réflexion sur les ETI, initié en 2012 par deux
Entretiens de La Fabrique (Les ETI, acteurs de la réindustrialisation et Mittelstand et performance
allemande, organisés en partenariat avec Bpifrance), suivi d’un cycle de six séminaires réservés aux
dirigeants d’ETI. L ‘ouvrage s’appuie aussi sur certaines séances du séminaire mensuel
« Aventures industrielles » organisé conjointement depuis 2013 par l’Ecole de Paris du
management, l’UIMM et La Fabrique. La Fabrique contribue également au séminaire annuel sur
les ETI organisé par le Collège des Bernardins.
Réglementation, normalisation : leviers de la compétitivité
industrielle
Résumé
De nombreux rapports produits par des responsables politiques, des entrepreneurs ou des
économistes font état du poids excessif et croissant de la réglementation dans notre pays et de ses
conséquences défavorables sur la compétitivité. Cette étude de La Fabrique présente les débats en
cours et les actions engagées, dont le récent « choc de simplification ». En deux ans, 273 mesures
portant sur la simplification de l’environnement réglementaire des entreprises ont été annoncées :
103 sont effectives et 147 sont en cours de mise en œuvre. Selon le Gouvernement, ces mesures
auraient généré 3,3 milliards d’euros d’économies et pourraient permettre un gain de 11 milliards
d’euros cumulés d’ici 2017 pour l’économie française. Mais dans le même temps, pour faire face à
de nouveaux enjeux, de nouvelles règles sont instaurées ailleurs, de sorte que le bilan net reste
incertain.
Par ailleurs, la réglementation est souvent confondue dans le débat public avec la normalisation
alors que ces dernières renvoient à deux démarches bien distinctes. La réglementation est le fruit
de décisions prises par les pouvoirs publics nationaux ou par des instances internationales, dont
l’application est obligatoire. On compte en France près de 400 000 règles issues du processus de
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
16
réglementation. La normalisation, quant à elle, est le résultat d’un consensus entre acteurs socio-
économiques ; elle est d’application volontaire. On dénombre en France 35 000 normes issues du
processus de normalisation.
Les normes sont le plus souvent initiées par les acteurs économiques eux-mêmes pour renforcer
et mettre en valeur la qualité ou la compatibilité de leurs produits, services et méthodes. La
normalisation favorise la création de nouveaux marchés en assurant l’interopérabilité des
produits, renforce la confiance entre acteurs économiques (entre entreprises, entreprises et
financeurs ou encore consommateurs) et permet des transferts d’innovations et de bonnes
pratiques entre entreprises. S’impliquer dans des activités de normalisation permet également aux
entreprises d’exercer une influence sur l’évolution des marchés et des technologies aux niveaux
national et international. Dans cette perspective, les normes constituent un levier de compétitivité
à valoriser. Elles sont un moyen non négligeable de structurer le marché vers une offre de
produits et services de qualité, à l’heure où l’une des pistes de redressement de l’industrie
française est précisément celle de sa montée en gamme.
Evénement associé
À l’occasion de la publication de cette étude, une table ronde « Normes environnementales :
leviers de la compétitivité ? » a été organisée aux Journées de l’économie de Lyon le 13 octobre
2015.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
17
Valorisation et retombées des publications
Outre les publications majeures présentées précédemment, La Fabrique publie régulièrement
d’autres formes de documents. Il peut s’agir de ressources pédagogiques à destination des
enseignants, de synthèses, fiches et infographies, et surtout d’articles dans des revues ou ouvrages
collectifs.
Au total, à la demande de ses administrateurs, La Fabrique a poursuivi en 2015 un double effort
d’amplification du nombre d’études publiées et de diversification au profit des supports extérieurs
(cf. graphique 1).
Graphique 1 : nombre annuel de publications par La Fabrique
Il se passe un peu la même chose concernant les événements. La Fabrique organise bien sûr ses
propres conférences, notamment celles qui ont été mentionnées dans les pages antérieures. Mais
elle répond dans le même temps à une demande croissante d’interventions dans d’autres
manifestations, à Paris comme en régions. Globalement en 2015, les événements de moindre
assistance tendent à décroître et ceux à assistance élargie sont plus nombreux.
0
6
12
18
24
0
2
4
6
8
2012
 2013
 2014
 2015
Formats courts
Ressources
pédagogiques
Notes et
ouvrages
Articles (axe de
droite)
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
18
Graphique 2 : événements organisés par La Fabrique et interventions extérieures
Surtout, La Fabrique a entamé en 2015, à la demande de ses administrateurs, un vaste effort de
relations presse. Le « stock » d’expertise interne ayant franchi un seuil critique, il est devenu
possible et souhaitable d’interagir été fructueux, comme le montrent les graphiques 3 et 4.
Graphique 3 : citations presse de La Fabrique et de ses travaux
0
5
10
15
20
25
2012 2013 2014 2015
Grands
entretiens
Séminaires
Conférences
extérieures
Séminaires
extérieurs
0
40
80
120
160
200
2012
 2013
 2014
 2015
Interviews et
articles majeurs
dans des médias
à forte visibilité
Citations
mineures,
courtes reprises
et articles dans
des médias de
moindre diffusion
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
19
Graphique 4 : audience presse de La Fabrique (en millions de contacts potentiels)
Les retombées presse se répartissent presque équitablement entre supports écrits et supports
online. Les apparitions audiovisuelles, moins nombreuses, doivent encore être développées.
- 
 40 
 80 
 120 
 160 
2012
 2013
 2014
 2015
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
20
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
21
Nos ateliers avec les publics scolaires
Le regard des jeunes sur l’industrie : des photos pour en finir
avec les clichés
La Fabrique a réalisé, avec les élèves d’une
classe de 1ère
(lycée Jacques Brel de
Vénissieux), une exposition composée d’une
quinzaine de kakémonos. L’objectif de ce
projet était de mobiliser, via la photographie,
les représentations des élèves sur ce secteur
porteur mais méconnu. C’était souvent pour
eux un premier travail photographique, qui
leur a permis d’exercer, au-delà des aptitudes
techniques, leur regard et leur réflexion.
Accompagnés d’un photographe
professionnel, Denis Lafontaine, les lycéens
ont réalisé des prises de vues sur différentes
thématiques : les métiers industriels,
l’organisation du travail (notamment les
relations entre hommes et machines), la
mondialisation (« que fabrique-t-on en
France aujourd’hui ? ») et le développement
durable.
La Fabrique a organisé des visites de sites de
production de Volvo Trucks (deuxième
constructeur mondial de poids lourds en
termes d’unités produites) et Samson
Régulation SA (PME, filiale d’un groupe allemand spécialiste de la régulation).
Une conférence a été organisée le 13 octobre, aux Journées de l’économie (JECO) de Lyon. La
conférence a permis d’initier un dialogue entre les élèves, un économiste et des industriels. Les
photos ont également été exposées dans le hall de la CCI de Lyon puis à diverses reprises,
notamment au salon mondial de la sous-traitance industrielle (MIDEST), pendant la semaine de
l’industrie 2016 au ministère de l’Économie, à la Cité des métiers d’Universcience, au Printemps
de l’économie.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
22
Une journée ciblée sur la formation et l’emploi des jeunes
La Fabrique de l’industrie s’est associée au salon mondial de la sous-traitance industrielle
(MIDEST) pour organiser une journée dédiée à la formation et l’emploi des jeunes dans
l’industrie, le 18 novembre. Elle a participé à l’organisation de speed meetings entre industriels et
jeunes et de rencontres entre jeunes pour échanger sur leurs formations. Par ailleurs, elle a noué
des partenariats avec des fédérations professionnelles et d’autres institutions (Onisep, ANAF,
Randstad, etc.) pour coordonner un espace dédié aux jeunes en recherche de formation et
d’emploi.
Atelier pédagogique avec des professeurs de lycée
Dans le cadre des Journées de l’économie de Lyon, La Fabrique a organisé avec l’Inspection
générale de l’Éducation nationale un atelier pédagogique à l’attention de professeurs d’économie
et de gestion sur les facteurs de production et leur évolution dans l’industrie du futur (nouveaux
moyens matériels et immatériels, rôle de l’homme dans l’industrie…).
Accompagnement de deux classes du lycée de Nogent-le-
Rotrou dans leur découverte de l’industrie
L’objectif était double : faire travailler les lycéens sur des notions de cours appliquées à l’industrie
et favoriser les échanges entre eux et les industriels. Dans cette optique, des ressources
pédagogiques ciblées sur les facteurs de production, élaborées par La Fabrique, ont été étudiées
en cours et des visites d’établissements industriels ont été organisées entre les mois d’octobre
2015 et mars 2016. Le projet s’est poursuivi en 2016 : durant la semaine de l’industrie, une demi-
journée d’échanges a été programmée au lycée pour que les élèves puissent discuter avec des
professionnels de l’industrie de ce qu’ils ont retenu des perspectives de carrières.
Des ressources pédagogiques
Les ressources proposées sur le site web de La Fabrique correspondent aux notions des
programmes de seconde, première et terminale mais peuvent aussi être destinées aux étudiants de
licence. Les supports pédagogiques sont téléchargeables gratuitement et référencent d’autres sites
pédagogiques susceptibles d’intéresser les jeunes et les professeurs. Voici quelques exemples des
sujets proposés, en 2015 et dans les années antérieures :
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
23
- Incertitudes statistiques sur l’état réel du secteur manufacturier américain - niveau L1, L2, L3.
Cette fiche développe les notions de production, d’intrant intermédiaire et de valeur ajoutée.
- Présentation du cycle de vie d’un produit industriel : le shampoing - niveau lycée et BTS.
Cette fiche, réalisé en partenariat avec la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA),
illustre dans le document les différentes étapes de fabrication d’un shampoing et les métiers
qui leurs sont associés.
- Parler de l’industrie avec ses élèves en trois thèmes : mondialisation, développement durable,
métiers industriels - niveau lycée.
- Difficultés de recrutement et métiers en tension - niveau lycée (terminale) et licence. Cette
fiche explique les causes des difficultés de recrutement rencontrées par les industriels et
expose des leviers d’action possibles mis en œuvre par les acteurs publics et privés.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
24
Présence web et réseaux sociaux
Lancé en mars 2012, le site de La Fabrique (www.la-fabrique.fr) est destiné à tous ses publics.
Plateforme d’information et de ressources sur l’industrie, il rassemble toutes les informations sur
ses travaux et, plus généralement, sur les faits marquants de l’écosystème industriel en France et
dans le monde. En ouvrant de nouveaux espaces de dialogue, La Fabrique de l’industrie souhaite
faire émerger des idées qui permettront de construire l’industrie de demain.
Le nombre annuel de visiteurs a d’abord augmenté avant de se stabiliser sur un pallier : 34 484
(2012), 52 543 (2013), 57 812 (2014), 54 295 (2015). Un nouveau site est actuellement en
préparation, pour prendre le relai de l’existant et présenter de manière clarifiée l’ensemble des
publications de La Fabrique.
Les travaux et les informations de La Fabrique sont également partagés sur ses réseaux sociaux
(Facebook et Twitter). Au 31 décembre, La Fabrique de l’industrie comptabilise 2 029 abonnés
sur son compte Twitter et 746 abonnés sur son compte Facebook. Elle possède également une
chaine YouTube dans laquelle elle diffuse ses débats, témoignages d’expert et vidéos
pédagogiques.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
25
Ressources et budget
La Fabrique de l’industrie est une association à but non lucratif et ne reçoit aucune subvention
publique. Le financement de La Fabrique (1,1 million d’euros TTC par an jusqu’en 2015) est
apporté par ses trois membres fondateurs : l’UIMM (700 k€), le Cercle de l'industrie (300 k€) et le
GFI (100 k€).
En 2016, le Gifas et le GIM ont d’ores déjà confirmé leur participation (respectivement pour
14,4 k€ et 200 k€). Le budget proposé au CA du 1er
juin 2016 table donc sur un montant total de
cotisations de 1 314 k€.
(en milliers d’euros) Comptes 2015
Budget 2016
proposé
CHARGES 1 189 1 407
Salaires, honoraires, charges de l’équipe 789 874
Honoraires prestataires 38 119
Locaux et fonctionnement de base 158 175
Charges imputées aux productions (hors
salaires)
205 239
RESSOURCES 1 126 1 337
Cotisations 1 100 1 314
Droits d’auteur et autres recettes 26 22
RÉSULTAT
Déficit (prélèvement sur la réserve) 63 70
Les déficits de 2015 et 2016 viennent en déduction de la réserve constituée au cours des exercices
précédents.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
26
Perspectives pour 2016
Principaux projets en cours
L’impact de la qualité de vie au travail sur l’engagement des collaborateurs et la
compétitivité.
Le groupe de travail, auquel l’ARACT d’Île-de-France et Terra Nova se sont associés, a
auditionné quelques responsables d’entreprises industrielles sur les liens entre la qualité de la vie
au travail, la qualité du dialogue sur le travail, l’implication des collaborateurs et la performance
économique. Une note devrait paraître à l’automne 2016.
L’industrie du futur
Plusieurs synthèses et documents ont été publiés début 2016 concernant une analyse du concept
d’industrie du futur et des actions entreprises par le Gouvernement, une discussion des effets de
l’automatisation sur l’emploi, un benchmark des politiques de quelques pays étrangers pour
favoriser la modernisation de l’outil industriel, la fabrication additive, le programme allemand
« Industrie 4.0 », les besoins de formation. Nous poursuivons nos travaux sur les besoins en
compétences de l’industrie du futur et l’impact sur l’emploi et l’organisation du travail de la
numérisation.
Réédition des ouvrages destinés aux jeunes
Malgré des premiers tirages importants (6000 et 6900), les ouvrages « Osez la voie pro » et
« L’Industrie racontée à mes ados » sont épuisés. Un nouveau tirage de 5100 exemplaires du
premier a été réalisé pour la semaine de l’industrie 2016. Une nouvelle édition largement remaniée
du second est en préparation pour la rentrée scolaire 2016.
Sujets à explorer en 2016
Le conseil d’orientation d’octobre 2015 a défini quelques sujets sur lesquels la Fabrique va étudier
en 2016 ses apports possibles :
- l’investissement dans l’industrie
- l’industrie au Royaume-Uni
- les collaborations entre grands groupes et PME pour l’innovation
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
27
- comment faciliter la croissance des entreprises ?
Les deux premiers sujets vont faire l’objet d’une étude exploratoire dès le premier semestre 2016.
Par ailleurs l’Alliance pour l’industrie du futur a demandé à La Fabrique d’étendre à l’ensemble
des technologies numérique ses travaux d’analyse critique de la littérature sur l’impact de
l’automation sur l’emploi.
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
28
Equipe et gouvernance
Gouvernance
La Fabrique de l’industrie est une association régie par la loi du 1er
juillet 1901, publiée au JO du
24 septembre 2011.
Elle est co-présidée par Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, et Denis
Ranque, président du conseil d’administration d’Airbus Group.
Outre Louis Gallois et Denis Ranque, le conseil d’administration de La Fabrique était composé
au 31 décembre 2015 de :
- Denis Boissard, directeur des projets à l’UIMM
- Philippe Darmayan, président du Groupe des fédérations industrielles
- François Gayet, délégué général du Cercle de l’industrie (remplacé en 2016 par Jean-Marie
Danjou)
- Jean-François Pilliard, délégué général de l’UIMM (remplacé en 2016 par Hubert Mongon)
- Alexandre Saubot, président de l’UIMM
Le 31 décembre 2015, étaient membres de l’assemblée générale : Denis Boissard, Xavier de
Boysson, Pierre-André de Chalendar, Stéphan Chaligné, Jean-Pierre Clamadieu, Philippe Crouzet,
Xavier Esturgie, Jérôme Frantz, Louis Gallois, Pierre Gattaz, François Gayet, Olivier Homolle,
Jean-Jacques Leguay, Jean-Bernard Lévy, Jean-François Pilliard, Benoît Potier, Denis Ranque,
Stéphane Richard, Frédéric Saint-Geours, Pascale Suc, Catherine Tissot-Colle et Philippe Varin.
Les mandats de président, d’administrateur, de membre de l’assemblée générale et de membre du
conseil d’orientation sont exercés à titre strictement bénévole.
Equipe permanente
Thierry Weil, délégué général
Vincent Charlet, directeur
Louisa Toubal, chef de projet
Émilie Bourdu-Szwedek, chef de projet
Thibaut Bidet-Mayer, chef de projet
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
29
Sounia Chanfi, chargée de la communication digitale et des projets « Jeunes et industrie »
Élisa Ohnheiser, chargée des relations presse
Philippe Frocrain, doctorant (CIFRE)
Sharif Abdat, assistant administratif
Conseil d’orientation
Le programme de travail de La Fabrique est discuté par son conseil d’orientation, qui valide
également ses publications, tant sur le plan du sérieux scientifique que du respect de la pluralité
des perspectives. Ses membres siègent intuitu personae et leur avis n’engage pas leur organisation.
Étaient membres du conseil au 31 décembre 2015 :
Jean ARNOULD, président de l’UIMM Moselle, ancien président de la société Thyssenkrupp
Presta France
Gabriel ARTERO, président de la fédération de la métallurgie CFE-CGC
Laurent BATAILLE, président directeur général de Poclain Hydraulics Industrie
Agnès BENASSY-QUERE, présidente déléguée du Conseil d'analyse économique (CAE)
Michel BERRY, délégué général de l’École de Paris du management
Laurent BIGORGNE, directeur de l’institut Montaigne
Patrick BLAIN, président du comité des constructeurs français d’automobiles
Serge BRU, représentant de la CFTC au bureau du Conseil national de l’industrie - UD CFTC
PARIS
Stéphane CASSEREAU, directeur général de l’IRT Jules Verne
Philippe CROUZET, président du directoire de Vallourec
Joël DECAILLON, ancien secrétaire général adjoint de la confédération européenne des
syndicats et vice-président de LASAIRE
Stéphane DISTINGUIN, fondateur et président de faberNovel, président du pôle de
compétitivité Cap Digital
Elizabeth DUCOTTET, président directeur général de Thuasne
Guillaume DUVAL, rédacteur en chef d’Alternatives économiques
Philippe ESCANDE, éditorialiste économique au quotidien Le Monde
Denis FERRAND, directeur général de COE-Rexecode
Jean-Luc GAFFARD, directeur du département de recherche sur l’innovation et la concurrence à
l’OFCE
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
30
Louis GALLOIS, président du conseil de surveillance de PSA Peugeot-Citroën, co-président de
La Fabrique de l’industrie
André GAURON, administrateur de LASAIRE
Pierre-Noël GIRAUD, professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine et à Mines-
ParisTech, membre de l’Académie des technologies
Frédéric GONAND, professeur associé de sciences économiques à l’université Paris-Dauphine
Karine GOSSE, directrice développement numérique, Usine du Futur chez FIVES
Laurent GUEZ, directeur délégué de la rédaction des Échos Week-End et des Échos Business
Jean-Paul HERTEMAN, ancien président directeur général du groupe SAFRAN
Georges JOBARD, ancien président de Clextral, président du Fond pour l’innovation industrielle
Eric KELLER, secrétaire fédéral de la fédération FO Métaux
Dorothée KOHLER, directeur général de KOHLER C&C
Eric LABAYE, directeur général France de McKinsey&Company, président du McKinsey Global
Institute
Christian LERMINIAUX, délégué général de l’Association nationale de la recherche et de la
technologie
Antonio MOLINA, président du groupe Mäder
Philippe NOVELLI, directeur général d’ECA-EN
Mohammed OUSSEDIK, secrétaire confédéral de la CGT
Sophie PÈNE, professeur à l’université Paris Descartes
Jean-Loup PICARD, ancien directeur général adjoint du groupe Thales
Florence POIVEY, présidente de la commission éducation, formation, insertion du Medef
Philippe PORTIER, secrétaire général de la FGMM-CFDT
Grégoire POSTEL-VINAY, directeur de la stratégie, Direction générale de la compétitivité, de
l’industrie et des services, ministère de l’Économie
Joseph PUZO, président d’AXON’CABLE SAS et du pôle de compétitivité Matéralia
Denis RANQUE, président du conseil d’administration d’Airbus Group, co-président de La
Fabrique de l’industrie
Frédéric SAINT-GEOURS, président du conseil de surveillance de la SNCF
Ulrike STEINHORST, directrice stratégie, planning et finances à la direction technique d’Airbus
Group
Jean-Claude THOENIG, CNRS et université de Paris-Dauphine
André ULMANN, président directeur général de HRA Pharma
Pierre VELTZ, président directeur général de l’établissement public de Paris-Saclay, membre de
l’Académie des technologies
Jean-Marc VITTORI, éditorialiste au quotidien Les Échos
La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015
31
Etienne WASMER, co-directeur du laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques
publiques à l’Institut d'études politiques
Thierry WELLHOFF, président directeur général de WELLCOM, président de Syntec RP

Contenu connexe

Tendances

Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?
La Fabrique de l'industrie
 
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
La Fabrique de l'industrie
 
Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?
La Fabrique de l'industrie
 
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industrielsAngoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
La Fabrique de l'industrie
 
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
La Fabrique de l'industrie
 
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
La Fabrique de l'industrie
 
Fonder une industrie contributive et résiliente
Fonder une industrie contributive et résilienteFonder une industrie contributive et résiliente
Fonder une industrie contributive et résiliente
La Fabrique de l'industrie
 

Tendances (20)

Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?
 
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
 
Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?
 
Les transformations du modèle économique suédois
Les transformations du modèle économique suédoisLes transformations du modèle économique suédois
Les transformations du modèle économique suédois
 
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industrielsAngoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels
 
Cultivons notre industrie
Cultivons notre industrieCultivons notre industrie
Cultivons notre industrie
 
L'Industrie jardinière du territoire
L'Industrie jardinière du territoireL'Industrie jardinière du territoire
L'Industrie jardinière du territoire
 
Où est créée la valeur en France ?
Où est créée la valeur en France ?Où est créée la valeur en France ?
Où est créée la valeur en France ?
 
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivitéLa qualité de vie au travail : un levier de compétitivité
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité
 
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
 
Quelles filières pour l’industrie de demain ?
Quelles filières pour l’industrie de demain ?Quelles filières pour l’industrie de demain ?
Quelles filières pour l’industrie de demain ?
 
“Reconstruire l’industrie dans les territoires”
“Reconstruire l’industrie dans les territoires”“Reconstruire l’industrie dans les territoires”
“Reconstruire l’industrie dans les territoires”
 
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
Au-delà de l’entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes
 
Guide des startups hightech en France (mars 2015) - Olivier Ezratty
Guide des startups hightech en France (mars 2015) - Olivier EzrattyGuide des startups hightech en France (mars 2015) - Olivier Ezratty
Guide des startups hightech en France (mars 2015) - Olivier Ezratty
 
Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles
Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industriellesRebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles
Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles
 
Fonder une industrie contributive et résiliente
Fonder une industrie contributive et résilienteFonder une industrie contributive et résiliente
Fonder une industrie contributive et résiliente
 
De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires ?
De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires ?De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires ?
De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires ?
 
Dynamique des emplois exposés et abrités en france
Dynamique des emplois exposés et abrités en franceDynamique des emplois exposés et abrités en france
Dynamique des emplois exposés et abrités en france
 
Paroles d'ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la conquête de la c...
Paroles d'ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la conquête de la c...Paroles d'ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la conquête de la c...
Paroles d'ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la conquête de la c...
 
Travail industriel à l'ère du numérique
Travail industriel à l'ère du numériqueTravail industriel à l'ère du numérique
Travail industriel à l'ère du numérique
 

En vedette

Volatility of stock returns_Yuxiang Ou
Volatility of stock returns_Yuxiang OuVolatility of stock returns_Yuxiang Ou
Volatility of stock returns_Yuxiang Ou
Yuxiang Ou
 

En vedette (15)

Réduire le chômage non qualifié : oui mais à quel prix ?
Réduire le chômage non qualifié : oui mais à quel prix ?Réduire le chômage non qualifié : oui mais à quel prix ?
Réduire le chômage non qualifié : oui mais à quel prix ?
 
Où va l'industrie américaine ?
Où va l'industrie américaine ?Où va l'industrie américaine ?
Où va l'industrie américaine ?
 
L'industrie du futur à travers le monde
L'industrie du futur à travers le mondeL'industrie du futur à travers le monde
L'industrie du futur à travers le monde
 
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaisesFabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaises
 
Mutations industrielles et évolution des compétences
Mutations industrielles et évolution des compétencesMutations industrielles et évolution des compétences
Mutations industrielles et évolution des compétences
 
L'industrie du futur : une compétition mondiale
L'industrie du futur : une compétition mondialeL'industrie du futur : une compétition mondiale
L'industrie du futur : une compétition mondiale
 
Semaine de l'industrie 2017 programme la fabrique
Semaine de l'industrie 2017   programme la fabriqueSemaine de l'industrie 2017   programme la fabrique
Semaine de l'industrie 2017 programme la fabrique
 
Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre 2016
Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre 2016Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre 2016
Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre 2016
 
Numérique et emploi : quel Bilan ?
Numérique et emploi : quel Bilan ?Numérique et emploi : quel Bilan ?
Numérique et emploi : quel Bilan ?
 
Volatility of stock returns_Yuxiang Ou
Volatility of stock returns_Yuxiang OuVolatility of stock returns_Yuxiang Ou
Volatility of stock returns_Yuxiang Ou
 
Web 2.0
Web 2.0Web 2.0
Web 2.0
 
Creating a Stellar Chapter Development Plan
Creating a Stellar Chapter Development PlanCreating a Stellar Chapter Development Plan
Creating a Stellar Chapter Development Plan
 
모바일 지사
모바일 지사모바일 지사
모바일 지사
 
Visión y-misión-de-la-espoch
Visión y-misión-de-la-espochVisión y-misión-de-la-espoch
Visión y-misión-de-la-espoch
 
Components as Drivers of Recruitment, Retention and Engagement
Components as Drivers of Recruitment, Retention and EngagementComponents as Drivers of Recruitment, Retention and Engagement
Components as Drivers of Recruitment, Retention and Engagement
 

Similaire à Rapport annuel 2015

Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bdEurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
Lætitia Collot
 
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement InnovationRapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
ADI Nouvelle-Aquitaine
 

Similaire à Rapport annuel 2015 (20)

Rapport annuel 2020 - La Fabrique de l'industrie
Rapport annuel 2020 - La Fabrique de l'industrieRapport annuel 2020 - La Fabrique de l'industrie
Rapport annuel 2020 - La Fabrique de l'industrie
 
Programme rentrée 2015 2016
Programme rentrée 2015 2016Programme rentrée 2015 2016
Programme rentrée 2015 2016
 
Livre blanc - L'Open Innovation Sociétale
Livre blanc - L'Open Innovation SociétaleLivre blanc - L'Open Innovation Sociétale
Livre blanc - L'Open Innovation Sociétale
 
A quoi servent les filières ?
A quoi servent les filières ?A quoi servent les filières ?
A quoi servent les filières ?
 
Livre blanc écoentreprises_pexe-cgdd
Livre blanc écoentreprises_pexe-cgddLivre blanc écoentreprises_pexe-cgdd
Livre blanc écoentreprises_pexe-cgdd
 
La contribution de l'it à l'innovation
La contribution de l'it à l'innovationLa contribution de l'it à l'innovation
La contribution de l'it à l'innovation
 
L'investissement des entreprises françaises est-il efficace ?
L'investissement des entreprises françaises est-il efficace ?L'investissement des entreprises françaises est-il efficace ?
L'investissement des entreprises françaises est-il efficace ?
 
Profluid infos Numéro 74 - Janvier 2016
Profluid infos Numéro 74 - Janvier 2016Profluid infos Numéro 74 - Janvier 2016
Profluid infos Numéro 74 - Janvier 2016
 
La course à l'innovation pour passer le cap de la transformation numérique
La course à l'innovation pour passer le cap de la transformation numériqueLa course à l'innovation pour passer le cap de la transformation numérique
La course à l'innovation pour passer le cap de la transformation numérique
 
Présentation AFSSI Science de la Vie
Présentation AFSSI Science de la ViePrésentation AFSSI Science de la Vie
Présentation AFSSI Science de la Vie
 
Synthèse des travaux SEPL 2013-2014
Synthèse des travaux SEPL 2013-2014Synthèse des travaux SEPL 2013-2014
Synthèse des travaux SEPL 2013-2014
 
Rapport d'activité 2016
Rapport d'activité 2016Rapport d'activité 2016
Rapport d'activité 2016
 
Livre blanc communautés de pratiques
Livre blanc communautés de pratiquesLivre blanc communautés de pratiques
Livre blanc communautés de pratiques
 
Offre de services Les InnO'vents
Offre de services Les InnO'ventsOffre de services Les InnO'vents
Offre de services Les InnO'vents
 
Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bdEurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
Eurokapi ptit dej_prez_dvok_bd
 
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement InnovationRapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
Rapport d'activité 2013 - Aquitaine Développement Innovation
 
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
 
10 ans de création d'entreprises innovantes en France, une photographie inédite
10 ans de création d'entreprises innovantes en France, une photographie inédite10 ans de création d'entreprises innovantes en France, une photographie inédite
10 ans de création d'entreprises innovantes en France, une photographie inédite
 
PROFLUID INFOS N°70 - Janvier 2015
PROFLUID INFOS N°70 - Janvier 2015PROFLUID INFOS N°70 - Janvier 2015
PROFLUID INFOS N°70 - Janvier 2015
 
Event Data Book 2017 | UNIMEV [version imprimable]
Event Data Book 2017 | UNIMEV [version imprimable]Event Data Book 2017 | UNIMEV [version imprimable]
Event Data Book 2017 | UNIMEV [version imprimable]
 

Plus de La Fabrique de l'industrie

Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
La Fabrique de l'industrie
 
ETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matcheETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matche
La Fabrique de l'industrie
 
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
La Fabrique de l'industrie
 
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
La Fabrique de l'industrie
 
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
La Fabrique de l'industrie
 
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
La Fabrique de l'industrie
 
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
La Fabrique de l'industrie
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
La Fabrique de l'industrie
 
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
La Fabrique de l'industrie
 
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
La Fabrique de l'industrie
 

Plus de La Fabrique de l'industrie (20)

Et-si-la-sobriete-netait-plus-un-choix-individuel
Et-si-la-sobriete-netait-plus-un-choix-individuelEt-si-la-sobriete-netait-plus-un-choix-individuel
Et-si-la-sobriete-netait-plus-un-choix-individuel
 
Aménager la ville productive. LFI et PUCA
Aménager la ville productive. LFI et PUCAAménager la ville productive. LFI et PUCA
Aménager la ville productive. LFI et PUCA
 
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
 
ETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matcheETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matche
 
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
 
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
 
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
 
Faiseurs, Faiseuses
Faiseurs, FaiseusesFaiseurs, Faiseuses
Faiseurs, Faiseuses
 
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
 
La transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industrielsLa transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industriels
 
Refaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoireRefaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoire
 
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
 
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoiresRéindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
 
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportableLe nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
 
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
 
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
 
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomieFacture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
 

Rapport annuel 2015

  • 2. Sommaire Qui sommes-nous ?......................................................................................................................................3 L’année 2015 en bref....................................................................................................................................5 Nos principales publications en 2015........................................................................................................7 Valorisation et retombées des publications ............................................................................................17 Nos ateliers avec les publics scolaires......................................................................................................21 Présence web et réseaux sociaux..............................................................................................................24 Ressources et budget..................................................................................................................................25 Perspectives pour 2016..............................................................................................................................26 Equipe et gouvernance ..............................................................................................................................28
  • 3. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 3 Qui sommes-nous ? Missions Créée par l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), le Cercle de l’industrie et le Groupe des fédérations industrielles, La Fabrique de l’industrie est un laboratoire d’idées qui vise à ce que la réflexion collective sur les enjeux industriels gagne en ampleur et en qualité. Lieu de réflexion et de débats, elle travaille de façon approfondie, pluridisciplinaire et pérenne sur l’industrie, sur ce que recouvre la production industrielle, sur la valeur ajoutée qu’elle engendre, sur ses perspectives d’avenir. Elle s’intéresse également à la façon dont l’industrie se développe dans le monde, aux stratégies et politiques industrielles mises en œuvre par les pays industrialisés et émergents, aux défis et opportunités que présente la mondialisation accélérée de l’industrie. La Fabrique de l’industrie a pour vocation d’être centre de ressources pour toutes les parties prenantes aux débats sur l’industrie. Elle rassemble l’information, produit des synthèses critiques et organisées pour rendre lisible la diversité des points de vue. Elle crée de nouveaux espaces de dialogue. D’une façon générale, La Fabrique de l’industrie a pour missions : - de sensibiliser aux enjeux de l’industrie les décideurs politiques, économiques et sociaux, les relais d’opinion, les jeunes scolaires et étudiants et, plus largement, l’ensemble de la société civile ; - d’aider à la construction de visions, de perspectives et d’une ambition pour l’industrie française à moyen et long terme, dans un cadre européen et mondial ; - de susciter la confrontation de points de vue et analyses en lien avec l’industrie entre experts, acteurs et observateurs ; - de donner des éléments de réflexion pour l’élaboration de politiques publiques favorables à l’industrie ; - de participer, enfin, au développement d’analyses innovantes sur l’industrie et faciliter l’évolution vers des modes de production plus consensuels et durables.
  • 4. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 4 Valeurs Indépendance : les travaux de La Fabrique et les résultats qu’elle communique sont marqués par une ferme volonté de qualité et d’indépendance vis-à-vis de toute influence extérieure. La Fabrique fixe son programme de travail dans une perspective durable et prospective. Elle poursuit une mission d’intérêt général – concourir au développement de l’industrie – au service d’une conviction : pas de nations fortes sans industrie forte. Objectivité : La Fabrique privilégie les analyses scientifiques issues de faits et de données recueillis sur le terrain, ainsi que la confrontation des points de vue permettant de faire émerger des réalités complexes et nuancées. La construction d’argumentaires d’influence n’est pas de son ressort. Ouverture : La Fabrique est un lieu de débats. Elle accueille et favorise la diversité et la contradiction, dès lors que celles-ci s’expriment dans le respect des différents points de vue. La Fabrique collabore, en outre, en transparence, avec l’ensemble des institutions et organismes qui peuvent concourir à la réalisation de ses missions.
  • 5. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 5 L’année 2015 en bref L’année 2015 a été pour La Fabrique celle de tous les records, tant au niveau de la production que de son impact. Elle a aussi été l’occasion pour La Fabrique de solliciter l’avis de ses différents publics et d’introduire de nouveaux formats. Aux notes et ouvrages traditionnels viennent s’ajouter depuis cet hiver des synthèses plus courtes ainsi que des documents permettant de faire connaître des travaux initiés à l’extérieur de La Fabrique ou des résultats intermédiaires de nos projets. Bilan rapide En 2015, La Fabrique aura publié un ouvrage, cinq notes et un fascicule (en coopération avec l’Onisep). Elle a organisé moins d’événements que les années précédentes mais a participé à de nombreux événements organisés par des tiers. Notre activité a davantage retenu l’attention des médias que les années précédentes. Nos fondateurs nous ont en effet encouragés à communiquer sur nos résultats et nous avons pu nous appuyer sur l’aide de l’agence de communication Image7 et d’une stagiaire du CELSA, Julie Puech. Nos travaux ont été exposés et commentés dans divers médias (BFM, LCI, France Culture, Europe1, France inter, Le Monde, Les Échos, Le Figaro, L’Opinion, Libération, Le Parisien, L’Humanité, Valeurs actuelles, L’Usine nouvelle, Alternatives économiques, Challenges, L’Expansion, Futuribles, La Correspondance économique) et dans de nombreux titres de la presse régionale et de la presse spécialisée. La Fabrique, « saison 2 » Après un travail d’enquête auprès de nos différents publics, mené avec l’aide du cabinet Plein sens, La Fabrique a proposé quelques évolutions à ses conseils d’orientation et d’administration d’octobre. La production, qui reposait jusqu’ici sur des notes diffusées par les Presses des mines et quelques ouvrages publiés par d’autres éditeurs à l’attention d’un plus large public, s’enrichit de deux nouveaux formats :
  • 6. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 6 - les Synthèses (4 à 12 pages) sont des formats courts, destinés à des lecteurs voulant prendre connaissance rapidement des résultats d’une étude ou de l’état des débats sur une question intéressant l’industrie, - les Docs de La Fabrique sont souvent tirés de publications externes, dont les auteurs ne peuvent pas se soumettre au long processus de validation d’une note mais qui nous semblent des apports intéressants au débat sur l’avenir de l’industrie. Contrairement aux notes, ces deux formes de publication de sont pas soumises à l’approbation préalable du conseil d’orientation de La Fabrique.
  • 7. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 7 Nos principales publications en 2015 L’Industrie, notre avenir Résumé Cet ouvrage est issu des débats d’une semaine de colloque organisée avec le Centre culturel international de Cerisy en Normandie. Les participants, des universitaires, dirigeants et cadres d’entreprise, syndicalistes, étudiants…, s’interrogeaient sur les représentations contemporaines de l’industrie en convoquant un ensemble de disciplines et de points de vue croisés : économie et sciences de gestion, histoire, géographie, sociologie, ergonomie ou anthropologie. Car si l’industrie souffre en France, c’est aussi de ne pas intéresser suffisamment ni la communauté des citoyens, ni les élites, qu’il s’agisse des décideurs publics ou des chercheurs. Comment réconcilier durablement les Français avec leur industrie, faire que celle-ci ne soit pas seulement tolérée, mais désirable et désirée ? L’ouvrage analyse les transformations liées aux technologies numériques et à la raréfaction des ressources. Les technologies numériques permettent une plus grande flexibilité des unités de production, capables de se reconfigurer pour permettre une personnalisation des produits. Elles facilitent la dispersion des opérations de fabrication entre beaucoup d’entreprises, fortement connectées entre elles. Elles transforment la relation au client, avec un risque majeur de se faire confisquer celle-ci par des plateformes spécialisées d’intermédiation ou de traitement des données. Enfin elles modifient en profondeur le travail et son organisation. La prise en compte de la limitation des ressources oblige l’économie à découpler sa production de sa consommation de ressources rares et de son émission de CO2 et d’autres polluants. Elle le fait grâce à toutes les formes d’économie collaborative, de partage et d’économie circulaire, où les déchets (parfois retraités) des uns deviennent des ressources pour d’autres. La nature du travail est également transformée dans une industrie qui n’a plus besoin d’exécutants disciplinés mais de collaborateurs créatifs, impliqués dans un travail d’amélioration constant des
  • 8. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 8 procédés et des produits. Ceci bouleverse les régulations sociales au sein de l’entreprise et représente un défi pour notre système de formation. Le rapport de l’industrie à son territoire devient moins contingent, plus engagé. L’entreprise se nourrit des ressources locales et participe à leur construction. On passe d’une concurrence entre entreprises à une concurrence entre territoires, entre métropoles. Par ailleurs, si l’Europe veut promouvoir des standards élevés en matière sociale et environnementale, de nouvelles régulations doivent être mises en place. Toutes ces transformations rendent l’industrie plus attentive à l’épanouissement des hommes et des femmes qui y travaillent, à son impact sur une planète fragile, à son insertion harmonieuse dans les territoires. Événements associés Le colloque a attiré plus de 80 participants, dont des chefs d’entreprises (Louis Gallois, Denis Ranque, Antoine Frérot…). Ses conclusions ont été présentées lors d’un entretien au Collège des Bernardins le 12 février 2015 ainsi que par Pierre Veltz ou Thierry Weil lors d’une soirée des amis de Cerisy (18/2), de conférences à Futuribles et à l’ESCP-Europe. Dans les médias L’ouvrage, le colloque ou l’entretien au Collège des Bernardins ont été présentés et discutés sur BFM Business (Thierry Weil), France Culture (quatre émissions de Pierre Veltz dans Les carnets de l’économie), Europe 1 (Louis Gallois) et dans Le Monde de l’économie (20/1/2015), Les Echos, Le Figaro, Le Parisien, Alternatives économiques, Liaisons sociales, Futuribles, Le journal des grandes écoles et sur divers blog (Média Paris Saclay, L’économie politique, Alliancy, Prospective 2100, Martin Richer, Calenda, Journal d’Erasme, DBDD, Pôle Moveo, Confrontations Europe…). Deux des conférences données pendant le colloque ont été diffusées par la Forge numérique de l’université de Caen. Osez la voie pro – 12 parcours de réussite pour s’en convaincre Résumé Quels sont les débouchés offerts par la formation professionnelle ? Comment convaincre de bons élèves de s’engager dans ces filières de formation souvent stigmatisées ? Ce fascicule, réalisé en partenariat avec l’Onisep, a pour objectif de mieux faire connaître aux élèves des collèges, à leurs enseignants, à leurs conseillers d’orientation et à leurs parents ces filières de formation. Il montre que, loin d’être une voie de garage, la voie professionnelle ouvre des perspectives de carrières enrichissantes et évolutives.
  • 9. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 9 Construit de manière « ludique » avec notamment une BD, ce fascicule collecte les témoignages d’anciens élèves ayant, à partir de leur formation initiale, construit un parcours de réussite au sein d’entreprises industrielles. L’ouvrage présente ainsi une diversité d’itinéraires, de secteurs d’activités, de tranches d’âge et de formations (CFA, lycées professionnels, campus des métiers, etc.). Ces portraits, introduits par un délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue, sont complétés par le regard de chefs d’entreprises (Bouygues, Siemens) qui valorisent cette voie de formation et offrent à ceux qui l’ont choisie des carrières attractives. Ce fascicule illustre l’extraordinaire potentiel de développement de ceux qui choisissent une formation professionnelle et encourage les industriels à leur offrir plus de perspectives de carrière et de formation. Evénement associé A l’occasion de la sortie de cet ouvrage une table ronde a été organisée pendant la semaine de l’industrie pour discuter des moyens de développer l’intérêt pour ces filières. Thibaut de Jaegher, directeur de la rédaction de l'Usine nouvelle animait le débat avec Jean-Pierre Collignon, Inspecteur général de l’Éducation nationale, Jean-Rémy Touze, DRH de Siemens France, Bruno Gardet, Directeur du Centre des Formations Industrielles et Nicolas Royer, Chef d'atelier chez Airbus. Cette table ronde s’est ouverte par une saynète réalisée par six apprentis de l'Aforp dans le cadre d’ApprentiScène. Un dessin animé réalisé par d’anciens élèves de l’École de l’image des Gobelins a été projeté pour conclure l’événement (dessin animé vu près de 4 000 fois, dont 3 300 dans les 6 mois de sa mise en ligne). Dans les médias Cet ouvrage a donné lieu à une interview de Thierry Weil dans « La matinale » de LCI et à un article de Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer dans la Gazette de la société et des techniques. Le fascicule ou la table ronde ont été mentionnés dans Le Figaro étudiants, le Progrès, Aujourd’hui en France/le Parisien, l’Usine Nouvelle, L’étudiant, Le journal des grandes écoles et sur de nombreux sites internet (lemonde.fr, Pôle emploi, Okapi, Miroir social, Mobicité, Anaf, Jobirl, le site du Ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, etc.)
  • 10. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 10 L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ? Résumé Aux Etats-Unis, la production manufacturière a dépassé son niveau d’avant la crise et quelques 850 000 emplois ont été créés. L’explication la plus répandue de ce regain repose sur trois facteurs : la baisse drastique du prix du gaz naturel, le faible coût relatif de la main-d’œuvre et le dollar faible (jusqu’à une période récente), qui auraient conjointement permis à l’industrie de rebâtir sa compétitivité, au point de générer une vague de relocalisation des entreprises américaines, depuis la Chine principalement. Cette analyse est pourtant erronée à plusieurs titres. 1. L’impact du facteur énergétique sur la compétitivité de l’industrie est fréquemment surestimé. Certains secteurs gazo-intensifs ont pu tirer pleinement profit de la baisse massive du prix du gaz naturel sur la dernière décennie. La réduction de la facture énergétique a par ailleurs dopé le pouvoir d’achat des ménages et ainsi dynamisé la demande adressée aux industriels. Toutefois, la baisse du coût de l’électricité, longtemps annoncée, ne s’est pas produite et l’écrasante majorité des emplois industriels se situent dans des secteurs où les dépenses énergétiques ne représentent qu’une part très faible du coût de production. 2. La reprise doit beaucoup au rebond de la demande. Les performances décevantes à l’international, reflétées par le creusement du déficit commercial dans presque tous les secteurs manufacturiers, indiquent que l’industrie américaine n’a pas réellement gagné en compétitivité. C’est avant tout un phénomène de rattrapage, enclenché par le retour de la demande domestique, qui a alimenté le rebond. Le cas de l’automobile, qui explique à lui seul un tiers de la croissance de la production industrielle depuis cinq ans, est édifiant. 3. La vague de relocalisations n’a pas eu lieu. L’importante modération des coûts salariaux au cours des quinze dernières années ont conduit certains à prédire un retour massif d’activités manufacturières autrefois délocalisées dans les pays à bas coûts. Le mouvement de relocalisation reste cependant d’une ampleur très limitée. 4. La montée en puissance du Mexique. Situé dans la même zone de libre-échange que les États- Unis et disposant d’une main-d’œuvre bien formée et peu onéreuse, le Mexique est un territoire de plus en plus attractif pour la localisation des activités industrielles. Il est en train de devenir un concurrent redoutable pour l’attraction de nouveaux sites de production, en particulier dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique. 5. La ré-industrialisation par le numérique. La renaissance de l’industrie américaine, si elle a lieu, se fera à la faveur d’une transformation profonde : celle du passage de l’industrie à l’ère du digital.
  • 11. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 11 Grâce à leur avance incontestée dans le domaine du logiciel et l’intégration des technologies numériques, les Etats-Unis semblent particulièrement biens préparés pour être à l’avant-garde de cette transformation économique majeure. La domination exercée par les géants du numérique que sont Google, Apple, Facebook et Amazon symbolise tout le potentiel américain en matière de high-tech. Retombées de l’ouvrage L’ouvrage a donné lieu à la parution d’une trentaine d’articles et interviews dans différents médias. Le Figaro, L’Opinion, La Correspondance économique, Le Monde, L’Usine nouvelle, La Revue parlementaire (tribune des auteurs) ont chacun fait paraître un article sur la note. Les Échos l’ont mentionné dans six articles différents, et Alternatives économiques dans quatre. La note a également été mise en débat sur LCI et BFM Business. A l’occasion de la publication de cet ouvrage, La Fabrique de l’industrie a organisé son 15e Entretien, le 15 juin 2015 à l’école des Mines de Paris, sur le thème « Gaz de schiste, coût du travail, innovation : les leçons du rebond industriel américain ». Un support pédagogique à destination des étudiants du supérieur est disponible sur le site de La Fabrique de l’industrie (www.la-fabrique.fr/ressources-pedagogique). Il présente les principaux indicateurs permettant de suivre les évolutions de l’industrie américaine et discute de leur capacité à les refléter fidèlement. Allégements du coût du travail : pour une voie favorable à la compétitivité française Résumé En 2016, les mesures d’allégement du coût du travail représenteront 50 milliards d’euros, les deux tiers portant sur les rémunérations inférieures à 1,5 SMIC. Pourtant, certains économistes plaident pour un ciblage encore plus prononcé des allégements sur les bas salaires. Dans cette note, Gilles Koléda (maître de conférence à l’université de Tours, collaborateur régulier de l’équipe Seuréco-Erasme) examine la robustesse de leurs arguments et propose un scénario alternatif, dans lequel les allégements seraient orientés vers les salaires intermédiaires, situés entre 1,6 et 3,5 fois le SMIC. Cette mesure s’avère plus favorable à la compétitivité, sans hypothéquer l’emploi. En réalité, le scénario optimal serait celui d’un hypothétique ciblage sur les secteurs exposés à la concurrence internationale. La meilleure compétitivité internationale de nos produits conduit à plus d’exportations, donc à la création d’emplois. Ainsi, 10 millions d’allégements financés par une augmentation de la TVA conduiraient au bout de 10 ans à un PIB supérieur de plus de 0,6 point et à la création de 130 000 emplois, dont 77 000 dans l’industrie. Inversement, le ciblage
  • 12. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 12 le moins performant est celui qui concerne les secteurs abrités. Les 43 000 emplois créés ne proviendraient que de l’affaiblissement de la productivité du travail. Cependant ces deux ciblages ne sont pas réalisables en pratique puisqu’ils seraient assimilés à des aides sectorielles d’État. On examine donc l’efficacité de ciblages portant soit sur les salaires inférieurs à 1,6 SMIC, soit sur ceux compris entre 1,6 et 3,5 SMIC (où se trouvent l’essentiel des employés des secteurs ouverts à la concurrence internationale). On s’attendrait à ce que le ciblage sur les bas salaires soit favorable à l’emploi et à ce que celui sur les salaires intermédiaires améliore la compétitivité. Or, les deux scénarios produisent autant d’emplois l’un que l’autre : environ 75 000 emplois supplémentaires au bout de 10 ans. Toutefois, ces emplois ne sont pas créés dans les mêmes secteurs. Un ciblage sur salaires intermédiaires crée plus d’emplois dans l’industrie, les services aux entreprises, les services mixtes et le transport, moins dans le commerce, l’hôtellerie-restauration et la construction. Par ailleurs, le ciblage sur les salaires intermédiaires est plus favorable à la compétitivité, à la croissance et au solde de la balance commerciale et conduit à la création de plus d’emplois qualifiés. Événement associé Une conférence-débat, organisée en partenariat avec Coe-Rexecode, a eu lieu le 17 septembre 2015 à l’amphithéâtre Axa. La note a également été débattue au cours des journées d’Aix-en- Provence organisées par le Cercle des économistes en juillet 2015. Dans les médias L’ouvrage a été signalé dans la presse quotidienne (Les Échos, Le Figaro, Le Parisien, L’Opinion…) et hebdomadaire (Forbes, L’Usine nouvelle), dans plusieurs émissions de télévision (BFM Business) et de radio (France Culture, France Info, France Inter).
  • 13. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 13 De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires françaises Résumé D’ici 2030, trois milliards d’habitants des pays émergents viendront grossir les rangs de la classe moyenne. Comment les entreprises du secteur de l’industrie agroalimentaire peuvent-elles saisir cette opportunité, alors même que la France est passée de la deuxième à la quatrième place mondiale pour les exportations de produits des IAA dans le courant des années 2000 ? Une étude du cabinet Theano Advisors réalisée pour La Fabrique de l’industrie et saf agr’iDées, montre l’intérêt de stratégies orientées vers le cœur de marché (ou milieu de gamme) permettant d’attaquer les marchés mondiaux, notamment ceux en plein développement des pays émergents. Cette approche suppose d’adapter les produits aux attentes des consommateurs de différentes régions du monde et de ne pas se laisser enfermer par un modèle de gastronomie à la française, privilégiant le haut de gamme et les spécificités régionales. En effet, si certaines grandes marques peuvent tirer parti de ce positionnement sur le haut de gamme, cette niche est trop limitée pour permettre à la plupart des PME et ETI d’amortir les coûts d’accès aux pays étrangers. Les IAA françaises peuvent ainsi, en s’appuyant sur leur maîtrise de la qualité et de la traçabilité de la matière ainsi que sur la réputation de la France, proposer une offre plus lisible, simplifiée, visant le cœur de marché et construire des marques adaptées à leur développement international et à une croissance durable et profitable. Retombées de l’ouvrage L’étude a été préfacée par Christophe Bonduelle, PDG de Bonduelle, et rédigée par Michel Zarka et Anne Laroche (cabinet Theano advisors). Elle est consultable et téléchargeable gratuitement sur les sites web de La Fabrique de l’industrie et de saf agr’iDées. Chaque think tank l’a mentionnée dans une de ses newsletters et sur ses réseaux sociaux. Par ailleurs, Les Echos lui ont consacré un article (22 juillet 2015).
  • 14. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 14 Paroles d’ETI : les entreprises de taille intermédiaire à la conquête de la croissance Résumé Quels sont les leviers de développement et de croissance des entreprises de taille intermédiaire (ETI) ? Plusieurs think tanks et instituts ont tenté de répondre à cette question en proposant différents remèdes pour pallier le déficit d’ETI en France. La Fabrique a rassemblé les témoignages d’une trentaine de dirigeants issus d’une série de séminaires organisés par La Fabrique et soutenus par METI, FBN France, Bpifrance, l’Ecole de Paris du management, l’UIMM et le Collège des Bernardins. Ces dirigeants s’interrogent sur les ressorts de leur croissance mais aussi leurs difficultés : comment se développer à l’international, innover, financer sa croissance, attirer et gérer les talents, construire un climat social favorable ? Quels sont les atouts spécifiques sur lesquels elles s’appuient ? Quels sont les handicaps qu’elles doivent surmonter ? Les témoignages de dirigeants collectés dans cet ouvrage montrent en effet qu’il n’y a pas de recette miracle ou de solution unique, mais que chacun invente, choisit ou adapte au contexte spécifique de son activité des pratiques pour soutenir leurs ambitions. Qu’apprenons-nous ? Les ETI, largement industrielles, se concentrent souvent sur des marchés de niche, très diversifiés. Valorisant un savoir-faire spécifique à l’échelle mondiale, elles savent intégrer ou adapter des innovations disponibles et cibler des segments de marché négligés pour capter une nouvelle demande. Parmi les nombreuses clés de succès, les dirigeants évoquent notamment l’implication de la direction dans le pilotage de l’innovation ou encore l’organisation du travail en petites équipes de chercheurs bien connectées au reste de l’entreprise. Ils relèvent a contrario des difficultés à collaborer avec la recherche publique. L’international est également au cœur du développement de ces entreprises. Elles relèvent toutefois que l’efficacité des opérateurs publics chargés de les aider est très variable d’un pays à l’autre et les financements parfois difficiles à mobiliser. Pour soutenir ces stratégies de croissance fondées sur l’internationalisation et l’innovation, les ETI ont besoin de ressources financières et humaines. Les choix de financement sont très liés à la structure actionnariale et à la culture de l’entreprise. Les dirigeants sont parfois partagés entre leur volonté de se développer et la crainte de perdre leur indépendance en ouvrant leur capital. Dans les entreprises familiales, une gouvernance solide est nécessaire pour concilier stratégies patrimoniale et entrepreneuriale.
  • 15. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 15 Pour pallier leurs difficultés de recrutement sur des profils qualifiés, les ETI forment en interne et développent des dispositifs de participation. Elles mettent en avant les atouts du territoire, la taille humaine de leur entreprise, leur ouverture sur le monde. Elles veillent en outre à entretenir un bon climat social, notamment grâce à un dialogue permanent avec les représentants du personnel, qui ne se limite pas aux réunions imposées par la loi. Plus globalement, ces entreprises manifestent leur attachement au territoire national et, plus encore, aux bassins locaux dans lesquels elles sont historiquement enracinées, en dépit d’un environnement règlementaire et fiscal cité comme l’un des principaux freins à leur croissance. Ce livre permet de mieux connaître la réalité des ETI et leur contribution au redressement de notre économie et tout particulièrement de notre industrie. Evénements associés Cet ouvrage est le fruit de tout un cycle de réflexion sur les ETI, initié en 2012 par deux Entretiens de La Fabrique (Les ETI, acteurs de la réindustrialisation et Mittelstand et performance allemande, organisés en partenariat avec Bpifrance), suivi d’un cycle de six séminaires réservés aux dirigeants d’ETI. L ‘ouvrage s’appuie aussi sur certaines séances du séminaire mensuel « Aventures industrielles » organisé conjointement depuis 2013 par l’Ecole de Paris du management, l’UIMM et La Fabrique. La Fabrique contribue également au séminaire annuel sur les ETI organisé par le Collège des Bernardins. Réglementation, normalisation : leviers de la compétitivité industrielle Résumé De nombreux rapports produits par des responsables politiques, des entrepreneurs ou des économistes font état du poids excessif et croissant de la réglementation dans notre pays et de ses conséquences défavorables sur la compétitivité. Cette étude de La Fabrique présente les débats en cours et les actions engagées, dont le récent « choc de simplification ». En deux ans, 273 mesures portant sur la simplification de l’environnement réglementaire des entreprises ont été annoncées : 103 sont effectives et 147 sont en cours de mise en œuvre. Selon le Gouvernement, ces mesures auraient généré 3,3 milliards d’euros d’économies et pourraient permettre un gain de 11 milliards d’euros cumulés d’ici 2017 pour l’économie française. Mais dans le même temps, pour faire face à de nouveaux enjeux, de nouvelles règles sont instaurées ailleurs, de sorte que le bilan net reste incertain. Par ailleurs, la réglementation est souvent confondue dans le débat public avec la normalisation alors que ces dernières renvoient à deux démarches bien distinctes. La réglementation est le fruit de décisions prises par les pouvoirs publics nationaux ou par des instances internationales, dont l’application est obligatoire. On compte en France près de 400 000 règles issues du processus de
  • 16. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 16 réglementation. La normalisation, quant à elle, est le résultat d’un consensus entre acteurs socio- économiques ; elle est d’application volontaire. On dénombre en France 35 000 normes issues du processus de normalisation. Les normes sont le plus souvent initiées par les acteurs économiques eux-mêmes pour renforcer et mettre en valeur la qualité ou la compatibilité de leurs produits, services et méthodes. La normalisation favorise la création de nouveaux marchés en assurant l’interopérabilité des produits, renforce la confiance entre acteurs économiques (entre entreprises, entreprises et financeurs ou encore consommateurs) et permet des transferts d’innovations et de bonnes pratiques entre entreprises. S’impliquer dans des activités de normalisation permet également aux entreprises d’exercer une influence sur l’évolution des marchés et des technologies aux niveaux national et international. Dans cette perspective, les normes constituent un levier de compétitivité à valoriser. Elles sont un moyen non négligeable de structurer le marché vers une offre de produits et services de qualité, à l’heure où l’une des pistes de redressement de l’industrie française est précisément celle de sa montée en gamme. Evénement associé À l’occasion de la publication de cette étude, une table ronde « Normes environnementales : leviers de la compétitivité ? » a été organisée aux Journées de l’économie de Lyon le 13 octobre 2015.
  • 17. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 17 Valorisation et retombées des publications Outre les publications majeures présentées précédemment, La Fabrique publie régulièrement d’autres formes de documents. Il peut s’agir de ressources pédagogiques à destination des enseignants, de synthèses, fiches et infographies, et surtout d’articles dans des revues ou ouvrages collectifs. Au total, à la demande de ses administrateurs, La Fabrique a poursuivi en 2015 un double effort d’amplification du nombre d’études publiées et de diversification au profit des supports extérieurs (cf. graphique 1). Graphique 1 : nombre annuel de publications par La Fabrique Il se passe un peu la même chose concernant les événements. La Fabrique organise bien sûr ses propres conférences, notamment celles qui ont été mentionnées dans les pages antérieures. Mais elle répond dans le même temps à une demande croissante d’interventions dans d’autres manifestations, à Paris comme en régions. Globalement en 2015, les événements de moindre assistance tendent à décroître et ceux à assistance élargie sont plus nombreux. 0 6 12 18 24 0 2 4 6 8 2012 2013 2014 2015 Formats courts Ressources pédagogiques Notes et ouvrages Articles (axe de droite)
  • 18. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 18 Graphique 2 : événements organisés par La Fabrique et interventions extérieures Surtout, La Fabrique a entamé en 2015, à la demande de ses administrateurs, un vaste effort de relations presse. Le « stock » d’expertise interne ayant franchi un seuil critique, il est devenu possible et souhaitable d’interagir été fructueux, comme le montrent les graphiques 3 et 4. Graphique 3 : citations presse de La Fabrique et de ses travaux 0 5 10 15 20 25 2012 2013 2014 2015 Grands entretiens Séminaires Conférences extérieures Séminaires extérieurs 0 40 80 120 160 200 2012 2013 2014 2015 Interviews et articles majeurs dans des médias à forte visibilité Citations mineures, courtes reprises et articles dans des médias de moindre diffusion
  • 19. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 19 Graphique 4 : audience presse de La Fabrique (en millions de contacts potentiels) Les retombées presse se répartissent presque équitablement entre supports écrits et supports online. Les apparitions audiovisuelles, moins nombreuses, doivent encore être développées. -  40  80  120  160 2012 2013 2014 2015
  • 20. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 20
  • 21. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 21 Nos ateliers avec les publics scolaires Le regard des jeunes sur l’industrie : des photos pour en finir avec les clichés La Fabrique a réalisé, avec les élèves d’une classe de 1ère (lycée Jacques Brel de Vénissieux), une exposition composée d’une quinzaine de kakémonos. L’objectif de ce projet était de mobiliser, via la photographie, les représentations des élèves sur ce secteur porteur mais méconnu. C’était souvent pour eux un premier travail photographique, qui leur a permis d’exercer, au-delà des aptitudes techniques, leur regard et leur réflexion. Accompagnés d’un photographe professionnel, Denis Lafontaine, les lycéens ont réalisé des prises de vues sur différentes thématiques : les métiers industriels, l’organisation du travail (notamment les relations entre hommes et machines), la mondialisation (« que fabrique-t-on en France aujourd’hui ? ») et le développement durable. La Fabrique a organisé des visites de sites de production de Volvo Trucks (deuxième constructeur mondial de poids lourds en termes d’unités produites) et Samson Régulation SA (PME, filiale d’un groupe allemand spécialiste de la régulation). Une conférence a été organisée le 13 octobre, aux Journées de l’économie (JECO) de Lyon. La conférence a permis d’initier un dialogue entre les élèves, un économiste et des industriels. Les photos ont également été exposées dans le hall de la CCI de Lyon puis à diverses reprises, notamment au salon mondial de la sous-traitance industrielle (MIDEST), pendant la semaine de l’industrie 2016 au ministère de l’Économie, à la Cité des métiers d’Universcience, au Printemps de l’économie.
  • 22. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 22 Une journée ciblée sur la formation et l’emploi des jeunes La Fabrique de l’industrie s’est associée au salon mondial de la sous-traitance industrielle (MIDEST) pour organiser une journée dédiée à la formation et l’emploi des jeunes dans l’industrie, le 18 novembre. Elle a participé à l’organisation de speed meetings entre industriels et jeunes et de rencontres entre jeunes pour échanger sur leurs formations. Par ailleurs, elle a noué des partenariats avec des fédérations professionnelles et d’autres institutions (Onisep, ANAF, Randstad, etc.) pour coordonner un espace dédié aux jeunes en recherche de formation et d’emploi. Atelier pédagogique avec des professeurs de lycée Dans le cadre des Journées de l’économie de Lyon, La Fabrique a organisé avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale un atelier pédagogique à l’attention de professeurs d’économie et de gestion sur les facteurs de production et leur évolution dans l’industrie du futur (nouveaux moyens matériels et immatériels, rôle de l’homme dans l’industrie…). Accompagnement de deux classes du lycée de Nogent-le- Rotrou dans leur découverte de l’industrie L’objectif était double : faire travailler les lycéens sur des notions de cours appliquées à l’industrie et favoriser les échanges entre eux et les industriels. Dans cette optique, des ressources pédagogiques ciblées sur les facteurs de production, élaborées par La Fabrique, ont été étudiées en cours et des visites d’établissements industriels ont été organisées entre les mois d’octobre 2015 et mars 2016. Le projet s’est poursuivi en 2016 : durant la semaine de l’industrie, une demi- journée d’échanges a été programmée au lycée pour que les élèves puissent discuter avec des professionnels de l’industrie de ce qu’ils ont retenu des perspectives de carrières. Des ressources pédagogiques Les ressources proposées sur le site web de La Fabrique correspondent aux notions des programmes de seconde, première et terminale mais peuvent aussi être destinées aux étudiants de licence. Les supports pédagogiques sont téléchargeables gratuitement et référencent d’autres sites pédagogiques susceptibles d’intéresser les jeunes et les professeurs. Voici quelques exemples des sujets proposés, en 2015 et dans les années antérieures :
  • 23. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 23 - Incertitudes statistiques sur l’état réel du secteur manufacturier américain - niveau L1, L2, L3. Cette fiche développe les notions de production, d’intrant intermédiaire et de valeur ajoutée. - Présentation du cycle de vie d’un produit industriel : le shampoing - niveau lycée et BTS. Cette fiche, réalisé en partenariat avec la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA), illustre dans le document les différentes étapes de fabrication d’un shampoing et les métiers qui leurs sont associés. - Parler de l’industrie avec ses élèves en trois thèmes : mondialisation, développement durable, métiers industriels - niveau lycée. - Difficultés de recrutement et métiers en tension - niveau lycée (terminale) et licence. Cette fiche explique les causes des difficultés de recrutement rencontrées par les industriels et expose des leviers d’action possibles mis en œuvre par les acteurs publics et privés.
  • 24. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 24 Présence web et réseaux sociaux Lancé en mars 2012, le site de La Fabrique (www.la-fabrique.fr) est destiné à tous ses publics. Plateforme d’information et de ressources sur l’industrie, il rassemble toutes les informations sur ses travaux et, plus généralement, sur les faits marquants de l’écosystème industriel en France et dans le monde. En ouvrant de nouveaux espaces de dialogue, La Fabrique de l’industrie souhaite faire émerger des idées qui permettront de construire l’industrie de demain. Le nombre annuel de visiteurs a d’abord augmenté avant de se stabiliser sur un pallier : 34 484 (2012), 52 543 (2013), 57 812 (2014), 54 295 (2015). Un nouveau site est actuellement en préparation, pour prendre le relai de l’existant et présenter de manière clarifiée l’ensemble des publications de La Fabrique. Les travaux et les informations de La Fabrique sont également partagés sur ses réseaux sociaux (Facebook et Twitter). Au 31 décembre, La Fabrique de l’industrie comptabilise 2 029 abonnés sur son compte Twitter et 746 abonnés sur son compte Facebook. Elle possède également une chaine YouTube dans laquelle elle diffuse ses débats, témoignages d’expert et vidéos pédagogiques.
  • 25. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 25 Ressources et budget La Fabrique de l’industrie est une association à but non lucratif et ne reçoit aucune subvention publique. Le financement de La Fabrique (1,1 million d’euros TTC par an jusqu’en 2015) est apporté par ses trois membres fondateurs : l’UIMM (700 k€), le Cercle de l'industrie (300 k€) et le GFI (100 k€). En 2016, le Gifas et le GIM ont d’ores déjà confirmé leur participation (respectivement pour 14,4 k€ et 200 k€). Le budget proposé au CA du 1er juin 2016 table donc sur un montant total de cotisations de 1 314 k€. (en milliers d’euros) Comptes 2015 Budget 2016 proposé CHARGES 1 189 1 407 Salaires, honoraires, charges de l’équipe 789 874 Honoraires prestataires 38 119 Locaux et fonctionnement de base 158 175 Charges imputées aux productions (hors salaires) 205 239 RESSOURCES 1 126 1 337 Cotisations 1 100 1 314 Droits d’auteur et autres recettes 26 22 RÉSULTAT Déficit (prélèvement sur la réserve) 63 70 Les déficits de 2015 et 2016 viennent en déduction de la réserve constituée au cours des exercices précédents.
  • 26. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 26 Perspectives pour 2016 Principaux projets en cours L’impact de la qualité de vie au travail sur l’engagement des collaborateurs et la compétitivité. Le groupe de travail, auquel l’ARACT d’Île-de-France et Terra Nova se sont associés, a auditionné quelques responsables d’entreprises industrielles sur les liens entre la qualité de la vie au travail, la qualité du dialogue sur le travail, l’implication des collaborateurs et la performance économique. Une note devrait paraître à l’automne 2016. L’industrie du futur Plusieurs synthèses et documents ont été publiés début 2016 concernant une analyse du concept d’industrie du futur et des actions entreprises par le Gouvernement, une discussion des effets de l’automatisation sur l’emploi, un benchmark des politiques de quelques pays étrangers pour favoriser la modernisation de l’outil industriel, la fabrication additive, le programme allemand « Industrie 4.0 », les besoins de formation. Nous poursuivons nos travaux sur les besoins en compétences de l’industrie du futur et l’impact sur l’emploi et l’organisation du travail de la numérisation. Réédition des ouvrages destinés aux jeunes Malgré des premiers tirages importants (6000 et 6900), les ouvrages « Osez la voie pro » et « L’Industrie racontée à mes ados » sont épuisés. Un nouveau tirage de 5100 exemplaires du premier a été réalisé pour la semaine de l’industrie 2016. Une nouvelle édition largement remaniée du second est en préparation pour la rentrée scolaire 2016. Sujets à explorer en 2016 Le conseil d’orientation d’octobre 2015 a défini quelques sujets sur lesquels la Fabrique va étudier en 2016 ses apports possibles : - l’investissement dans l’industrie - l’industrie au Royaume-Uni - les collaborations entre grands groupes et PME pour l’innovation
  • 27. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 27 - comment faciliter la croissance des entreprises ? Les deux premiers sujets vont faire l’objet d’une étude exploratoire dès le premier semestre 2016. Par ailleurs l’Alliance pour l’industrie du futur a demandé à La Fabrique d’étendre à l’ensemble des technologies numérique ses travaux d’analyse critique de la littérature sur l’impact de l’automation sur l’emploi.
  • 28. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 28 Equipe et gouvernance Gouvernance La Fabrique de l’industrie est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, publiée au JO du 24 septembre 2011. Elle est co-présidée par Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, et Denis Ranque, président du conseil d’administration d’Airbus Group. Outre Louis Gallois et Denis Ranque, le conseil d’administration de La Fabrique était composé au 31 décembre 2015 de : - Denis Boissard, directeur des projets à l’UIMM - Philippe Darmayan, président du Groupe des fédérations industrielles - François Gayet, délégué général du Cercle de l’industrie (remplacé en 2016 par Jean-Marie Danjou) - Jean-François Pilliard, délégué général de l’UIMM (remplacé en 2016 par Hubert Mongon) - Alexandre Saubot, président de l’UIMM Le 31 décembre 2015, étaient membres de l’assemblée générale : Denis Boissard, Xavier de Boysson, Pierre-André de Chalendar, Stéphan Chaligné, Jean-Pierre Clamadieu, Philippe Crouzet, Xavier Esturgie, Jérôme Frantz, Louis Gallois, Pierre Gattaz, François Gayet, Olivier Homolle, Jean-Jacques Leguay, Jean-Bernard Lévy, Jean-François Pilliard, Benoît Potier, Denis Ranque, Stéphane Richard, Frédéric Saint-Geours, Pascale Suc, Catherine Tissot-Colle et Philippe Varin. Les mandats de président, d’administrateur, de membre de l’assemblée générale et de membre du conseil d’orientation sont exercés à titre strictement bénévole. Equipe permanente Thierry Weil, délégué général Vincent Charlet, directeur Louisa Toubal, chef de projet Émilie Bourdu-Szwedek, chef de projet Thibaut Bidet-Mayer, chef de projet
  • 29. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 29 Sounia Chanfi, chargée de la communication digitale et des projets « Jeunes et industrie » Élisa Ohnheiser, chargée des relations presse Philippe Frocrain, doctorant (CIFRE) Sharif Abdat, assistant administratif Conseil d’orientation Le programme de travail de La Fabrique est discuté par son conseil d’orientation, qui valide également ses publications, tant sur le plan du sérieux scientifique que du respect de la pluralité des perspectives. Ses membres siègent intuitu personae et leur avis n’engage pas leur organisation. Étaient membres du conseil au 31 décembre 2015 : Jean ARNOULD, président de l’UIMM Moselle, ancien président de la société Thyssenkrupp Presta France Gabriel ARTERO, président de la fédération de la métallurgie CFE-CGC Laurent BATAILLE, président directeur général de Poclain Hydraulics Industrie Agnès BENASSY-QUERE, présidente déléguée du Conseil d'analyse économique (CAE) Michel BERRY, délégué général de l’École de Paris du management Laurent BIGORGNE, directeur de l’institut Montaigne Patrick BLAIN, président du comité des constructeurs français d’automobiles Serge BRU, représentant de la CFTC au bureau du Conseil national de l’industrie - UD CFTC PARIS Stéphane CASSEREAU, directeur général de l’IRT Jules Verne Philippe CROUZET, président du directoire de Vallourec Joël DECAILLON, ancien secrétaire général adjoint de la confédération européenne des syndicats et vice-président de LASAIRE Stéphane DISTINGUIN, fondateur et président de faberNovel, président du pôle de compétitivité Cap Digital Elizabeth DUCOTTET, président directeur général de Thuasne Guillaume DUVAL, rédacteur en chef d’Alternatives économiques Philippe ESCANDE, éditorialiste économique au quotidien Le Monde Denis FERRAND, directeur général de COE-Rexecode Jean-Luc GAFFARD, directeur du département de recherche sur l’innovation et la concurrence à l’OFCE
  • 30. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 30 Louis GALLOIS, président du conseil de surveillance de PSA Peugeot-Citroën, co-président de La Fabrique de l’industrie André GAURON, administrateur de LASAIRE Pierre-Noël GIRAUD, professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine et à Mines- ParisTech, membre de l’Académie des technologies Frédéric GONAND, professeur associé de sciences économiques à l’université Paris-Dauphine Karine GOSSE, directrice développement numérique, Usine du Futur chez FIVES Laurent GUEZ, directeur délégué de la rédaction des Échos Week-End et des Échos Business Jean-Paul HERTEMAN, ancien président directeur général du groupe SAFRAN Georges JOBARD, ancien président de Clextral, président du Fond pour l’innovation industrielle Eric KELLER, secrétaire fédéral de la fédération FO Métaux Dorothée KOHLER, directeur général de KOHLER C&C Eric LABAYE, directeur général France de McKinsey&Company, président du McKinsey Global Institute Christian LERMINIAUX, délégué général de l’Association nationale de la recherche et de la technologie Antonio MOLINA, président du groupe Mäder Philippe NOVELLI, directeur général d’ECA-EN Mohammed OUSSEDIK, secrétaire confédéral de la CGT Sophie PÈNE, professeur à l’université Paris Descartes Jean-Loup PICARD, ancien directeur général adjoint du groupe Thales Florence POIVEY, présidente de la commission éducation, formation, insertion du Medef Philippe PORTIER, secrétaire général de la FGMM-CFDT Grégoire POSTEL-VINAY, directeur de la stratégie, Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services, ministère de l’Économie Joseph PUZO, président d’AXON’CABLE SAS et du pôle de compétitivité Matéralia Denis RANQUE, président du conseil d’administration d’Airbus Group, co-président de La Fabrique de l’industrie Frédéric SAINT-GEOURS, président du conseil de surveillance de la SNCF Ulrike STEINHORST, directrice stratégie, planning et finances à la direction technique d’Airbus Group Jean-Claude THOENIG, CNRS et université de Paris-Dauphine André ULMANN, président directeur général de HRA Pharma Pierre VELTZ, président directeur général de l’établissement public de Paris-Saclay, membre de l’Académie des technologies Jean-Marc VITTORI, éditorialiste au quotidien Les Échos
  • 31. La Fabrique de l’industrie - rapport d’activité 2015 31 Etienne WASMER, co-directeur du laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques à l’Institut d'études politiques Thierry WELLHOFF, président directeur général de WELLCOM, président de Syntec RP