SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  47
Télécharger pour lire hors ligne
ÉTUDE
LE PARIS PRÉFÉRÉ DES PARISIENS
PLAN DE

L’ÉTUDE

1

2

3

4

INTRODUCTION & METHODOLOGIe

RÉSULTATS

ANALYSE quantitative

CONSTATS TRANSVERSAUX

CARTOGRAHIE DE TENDANCES &
PARCOURS PARISIENS :
VERSIONS FOODIE, ARTY, BY NIGHT,
SHOPPING & AS A TOURIST

LES LIEUX PRÉFÉRÉS DES PARISIENS :
TOP 5
1
INTRODUCTION & MÉTHODOLOGIe

A l’automne 2012, dans le cadre du lancement de la
plateforme Priceless Paris, nous avons réalisé une
première étude sociologique autour des moments
inestimables à Paris. A l’occasion du premier
anniversaire de Priceless Paris, nous sommes partis
une nouvelle fois à la rencontre des Parisiens en
cherchant à comprendre ce qui n’a pas de prix, pour
eux, et ce qu’ils préfèrent, à proprement parler, dans
Paris, notamment en termes de lieux. Nous avons,
cette année, interrogé 45 Parisiens.
Le panel était composé de :
21 hommes et 24 femmes
25 d’entre eux avaient déjà été interrogés par nos
soins l’an dernier dans le cadre de notre étude autour
de ”ces moments qui n’ont pas de prix à Paris”.
Représentativité des âges (19 à 73 ans) /
représentativité socio-professionnelle

Nous avons ainsi souhaité établir une cartographie
de l’inestimable parisien autour de 5 parcours
privilégiés : Foodie, Arty, By Night, Shopping & As
a tourist. Dans chacun de ces domaines, les Parisiens
nous ont raconté des histoires, des souvenirs et ont
évoqué les lieux qui ont leur préférence, ceux qui les
séduisent, et en creux ceux qui leur plaisent moins.
Nous avons exploré avec eux les lieux (et les raisons)
de leur attachement.

Nous avons assorti cette phase qualitative d’un
dispositif quantitatif basé sur un questionnement
instruit auprès d’un échantillon représentatif de
400 Parisiens (au prorata de la population totale de
chacun des 20 arrondissements de Paris). Les appels
ont été effectués du lundi 28 octobre au samedi
2 novembre 2013 inclus, principalement entre
18h30 et 21h00 et le samedi toute la journée. Cette
démarche nous a permis d’établir le Top 5 des endroits
préférés des Parisiens :
quartiers préférés ;
places préférées ;
musées préférés ;
parcs - jardins préférés ;
monuments préférés.
ve :
ualitati graphique
Phase qtion géo
réparti ndants
des répo

virginie

me

SOPHIA

sophie

18è

BENJAMIN

me

me

CHRISTIAN

17è

anne-sophie

JEAN-MARIE

OLIVIER

e

9èm

ANDRÉ

isabelle

me

10è
LUC

ème

8

caroline
david

jessica

ème

2

corinne

er

1

MICHEL

marie

16

arnaud

ème

3

JEAN

e

m
11è

e

4èm

delphine

ème

6

alexandra
sandra

marie-jo

anne-marie
élodie
VINCENT

e

béatrice

5èm

marie-laure

e

m
15è

me

12è

DANIEL

SéBASTIEN
claude

me

20è

CHRISTOPHE

7

maryse

CLÉMENT

ème

STEPHEN

FABIEN

CLOTILDE

géraldine

florence

RICHARD

ème

19è

HERVÉ

sylvie
véronique

ème

14

me

13è
LOIC

laurence
ette
re dans c
viv
our moi, s grand plaisir de s,
”P
è
e
’est un trlices en tous genr t permanent
c
n
é
ville de d de renouvelleme ndroits
cette ville ur le palais et d’e
o
d’idées poût.”
pour le g
(Virginie)
e

rd
avant-ga
GASTROS

LE PETIT PARISIEN

Le Garde-Robe des Batignolles

U VIN

AUTOUR D

le café caché

D
FAST-gOO
manger

au musée

NS
INSTITUTIO

LE PAVILLON DU LAC

Corso

s

rasserie

ZINCS & b

Le bœuf couronné

LA FAMILLE

Le BAL café

& MYTHES

LE CAFÉ PLEYEL

MOLLARD
LE RICHER

Rebelatto

PIERRE GAGNAIRE
LE PETIT VENDÔME

FRENCHIE TO GO

THE SUNKEN CHIP

L’ORILLON BAR ROSEVAL

CANTINE CALIFORNIA

OUABLES”
CRETS AV

”SE

LE THOUMIEUX
LE JULES VERNE

GLOU

LE FLORE
LE Chardenoux des Près

le Zinc

La Buvette

L’entrée des artistes les 2 amis

MARCHÉ SAINT MARTIN Caffé dei cioppi
Lengué
LES 2 MAGOTS

Ze Kitchen Galerie
LA TOUR D’ARGENT

Le comptoir du relais

Le Bistrot 121
Simone, Le Resto & La Cave

LE TEMPS DES CERISES
Le Grand Pan

Chatomat

ASTIER

Au passage

le saut du loup
CAFÉ CAMPANA

Pottoka

FREDDY’S DELI

MARCHÉ
DES ENFANTS ROUGES

Le Rubis

MONSIEUR BLEU

chateaubriand

Chartier LE DERRIÈRE

ARPÈGE

Baratin

LE VERRE VOLÉ

RINO

LA GAZETTA

SEPTIME
Les Pères populaires

LE TRAIN BLEU
PARIS FOODIE

MOMENTS
aké
tion de sade. (Virginie)
usta
Une dégef de la Bigarr
ch
n ancien

in

u mat
issant deille.
ro
Le café c ris qui s’év
et Pa ie-Laure)
(Mar

avec u

ine
sur la Se ajou.(Sophie)
o
Un apéroteur en ac
uàm
un batea
ur

s

mes.
Saint Ja
éj au
n petit d (Mikael)
U

eures
duré 3 h typique.
r qui a
déjeuneserie parisienne
Un bras
dans une
(Corinne)
PARIS FOODIE

MAROTTES

d

mis
in des An et des Idées.
Le Pa Du Pai
rie
boulange
e la

aris
ince de P
on pr
Le jamb e Jeanne A.
d

-Brest
Le Parisie des rêves.
isser
de la Pât
FOODIE
TENDANCE 1
LA FOODOLOGIE PARISIENNE : L’ANTITHÈSE DE L’INDUSTRIE DU GOÛT
Les Parisiens, qui plébiscitent l’innovation et les initiatives spontanées, se montrent peu réceptifs à tout ce qui peut se rapprocher d’une forme de récurrence. Aucune
chaîne de restaurants n’est citée par les personnes que nous avons interrogées et l’idée d’une déclinaison de tables par le même chef séduit certes mais uniquement
si le phénomène apparaît comme restant à taille humaine et ancré dans son voisinage : ainsi, Frenchie, Au Passage, Le Chateaubriand, Septime et d’autres, ouvrent
leur deuxième adresse, souvent plus accessible (et souvent très bien accueillie), et parfois même leur troisième adresse. Leur particularité : investir leur quartier, voire
leur micro-quartier et pour certains leur rue seule, les différents établissements se succédant à quelques encablures les uns des autres. Ce faisant, ils contribuent à
la création d’une nouvelle dynamique socio-culturelle : sous l’impulsion de ces chefs pour le moins fidèles d’un point de vue géographique, c’est un jeu de “Monopoly
culinaire” aux antipodes du concept de chaîne classique qui se dessine désormais à Paris. Pour les foodies parisiens, l’artisanat, voire l’art de la restauration (cf
l’exposition “Cookbook” en cours au Palais des Beaux-Arts) prévaut donc sur le business. On serait même tenté de penser que la dimension commerciale du travail
d’un chef peut le desservir, à Paris sans doute plus que partout ailleurs.
Sur ce terrain, tout se passe, à Paris, comme si une frontière invisible séparait les “intouchables contemporains” (Jean-François Piège et Thierry Marx - pour ne citer
qu’eux - dont les collaborations nombreuses n’entachent pas l’excellente réputation) de ceux qui ont peut-être abusé d’un système. Chefs stars des années 70 à 90,
ils ont pu souffrir de “l’effet Pierre Cardin” : le jambon industriel sous licence de chef et ses équivalents font horreur aux Parisiens. Reste le cas à part du télégénique
Cyril Lignac, dont la légitimité a pu être questionnée au début de sa carrière mais qui semble avoir gagné du crédit auprès des Parisiens, ceux-ci citant volontiers ses
différentes adresses.
A noter enfin, la persistance de la reconnaissance d’adresses considérées comme des monuments français : en gastronomie, on peut notamment citer Le Grand
Véfour et La Tour d’Argent – et du côté des brasseries typiques : Bofinger ou Mollard à Saint-Lazare. Un Mollard sans doute d’ailleurs très concurrencé par l’ouverture
récente du Lazare d’Eric Fréchon qui injecte ici une dimension gastronomique dans la tradition des grandes brasseries parisiennes.
FOODIE
TENDANCE 2
On veut du bon : quand Paris met les grands plats dans les petits
Il apparaît de manière très claire que ce sont aussi des figures et des mouvements résolument ancrés dans leur époque et dans leur environnement qui ont permis à
Paris de dépasser son héritage pour en tirer le meilleur et atteindre, peut-être enfin, l’équilibre. La culture Fooding, la “Nouvelle vague” de la cuisine selon le New Yorker,
y est évidemment pour beaucoup. C’est une cuisine moins rigide qui est arrivée par ces nouveaux agitateurs culinaires que sont des acteurs comme Omnivore, le
Fooding ou encore Gelinaz ; une cuisine peut-être moins française finalement, plus ouverte sur le monde en tous cas. Ainsi, Paris s’encanaille depuis plusieurs années :
les écoles et appentis accueillent de jeunes étudiants étrangers, futures stars de nos tables, les nappes en tissu sont loin de nous, les tabliers ne sont plus blancs
mais bleus marine ou rayés, les cartes n’existent parfois plus du tout (menu unique) et les vins font le mur en nous venant eux aussi, très souvent, d’hors de France.
En quelques mots, la grande cuisine, on n’en fait plus tout un plat ! Si la tradition bistrotière et l’attachement à certains attributs hauts en couleur (gouaille du patron
de café) perdurent ponctuellement, la simplicité et l’humilité sont de rigueur. L’épure, même, dans une certaine mesure. Les noms des restaurants eux-mêmes se
font discrets : “Table”, “Brut”, “Glou” il y a déjà quelques années. On retiendra également l’ouverture récente de “Manger” rue Keller : un mot, un énoncé performatif
qui ne fait que dire l’acte – et c’est tout. L’enjeu : faire de la place au(x) produit(s) (et, un peu, aussi, aux chefs / créateurs / artisans / artistes qui les subliment tout
de même !).
Car ce sont bien les produits, les éléments centraux. Comme le respect des saisons. La promesse de la Buvette NYC, qui installe sa seconde adresse à Paris, dans le
9ème arrondissement, se joue sur ce terrain. Avec sa baseline “la gastrothèque”, le lieu imprime ses exigences : ici, on défend la qualité, la rareté et la diversité des
saveurs, semble nous dire la marque. L’histoire de Terroirs d’avenir s’inscrit dans un cadre similaire. Ce fournisseur de restaurants parisiens devenu épicier version
+++ amène désormais le meilleur des produits de bouche aux Parisiens. Et fait aussi revenir la campagne dans la ville. D’autres initiatives tout aussi exigeantes
apparaissent comme la Brûlerie Belleville, à peine ouverte, centrée sur le café. Ces histoires de produits et de défenseurs des produits séduisent davantage les
Parisiens que les Fauchon / Hédiard / Ladurée et consorts. Mais précisément, l’industrialisation et ses travers sont sans doutes passés par là...
C’est peut-être là le grand paradoxe à retenir : celui d’un monde qui, en période de pleine croissance, lors des 30 Glorieuses, a fait naître des machines industrielles
aux effets significatifs sur les modes de vie alimentaires (junk-food) et qui voit advenir, aujourd’hui en période de crise, l’élévation, en qualité et nécessairement en
prix, de plats précisément supposés inférieurs (avènement de la “street-good“ avec les take-away et autres food-truck très qualitatifs). Les années 2000s sont bien
parties pour être celles du recentrage sur le bon...
FOODIE
TENDANCE 3
Cook It Yourself + Food & the Gang = the future
Le bien-manger se situe ainsi très clairement au cœur des préoccupations des Parisiens. L’appréciation de la vérité du produit, voire de sa beauté, et de la logique de
la taille humaine, nous l’avons vu, parle d’elle-même. C’est aussi l’acte de faire qui attire. Dans une ville dans laquelle les métiers du tertiaire sont sur-représentés,
l’envie de gestes plus manuels, l’attrait de l’artisanat new generation et la noblesse de la fabrique, en tant qu’acte de production, sont des éléments récurrents dans
le discours développé par les personnes interrogées.
Cuisiner est un plaisir et cela peut être relativement simple, nous dit notre panel. En travaillant de bons produits et sur la base des nombreux conseils et autres
astuces qui leur parviennent depuis maintenant plusieurs années que ce soit par le biais du petit écran ou de la webosphère culinaire, les Parisiens ont adopté le Cook
It Yourself. Les “cooking boxes” ou kits disponibles sur Internet apparaissent également comme des atouts non-négligeables dans des quotidiens laissant souvent
peu de place au temps libre. Au travers de sa large offre de lieux dans lesquels on apprend à cuisiner comme de ceux dans lesquels on s’équipe. Paris les y a également
aidés. Jusqu’à pour certains, en faire un peu plus qu’un hobby. Les reconversions ne sont plus si rares et elles sont souvent plus précoces qu’avant. Prenons l’exemple
de Bertrand Grébaut, sacré chez Septime, qui a délaissé sa formation initiale de graphiste pour se consacrer à la cuisine. Ou d’Inaki Aizpitarte, chef autodidacte
révélé à la fin de sa vingtaine.
Et les projets ne manquent pas. L’innovation non plus. La grande nouveauté sur ce terrain, c’est peut-être la nature de l’initiative qui évolue. Le plus souvent
individuelle il y a quelques années encore, elle se fait désormais régulièrement collective. Crise oblige, on ne se lance peut-être plus aussi facilement seul mais on
le fait différemment, ensemble, en tribu ou en famille : c’est l’effet “Food & the Gang” bien symbolisé par une aventure comme celle de La République pâtissière, ce
collectif de becs sucrés qui s’est rassemblé pour ouvrir son premier lieu physique il y a quelques mois, rue de Saintonge. Même dynamique pour Les Camionneuses, le
projet de 4 filles, parisiennes, foodies passionnées, qui ouvriront prochainement la première cuisine partagée destinée aux nouveaux acteurs de la scène culinaire que
sont les chefs des food-trucks, les traiteurs à domicile ou encore les petits producteurs artisanaux. Leur ambition : mettre à la disposition de ces “Sans Cuisine Fixe”
un labo et un atelier partagés.
C’est une nouvelle génération de food-entrepreneurs qui se met en marche. Une génération coolaborative dont les Parisiens raffolent.
!
égéniqueotos toutes
cin
tellement faire des ph
”Paris estai envie de
s
À Paris, j’ ondes, je me sen
les 10 sec hotographe.”
presque p e)
h
(Christop
MUSéES

ulturels
spaces c

autres e
cinémas

LE104
LE JARDIN DU
Musée de la vie romantique
THÉÂTRE Des Bouffes du Nord
le Cinéma des cinéastes

risien

e l’est pa

au d
renouve

t beau

étro es
uand le m

la cigale

q

MK2 QUAI DE SEINE
MK2 QUAI DE LOIRE

le Louxor

le Point ephémère

Camondo

Loft19

ABLES”

AVOU
”SECRETS

Galerie Marcelle Alix
Galerie Crèvecoeur
Galerie Jocelyn Wolff
Galerie Balice Hertling

artazart

le Max Linder
le Grand Rex
THÉÂTRE du Rond Point

Pinacothèque

L’Olympia
ARTS ET MÉTIERS

OFR

GRAND PALAIS Concorde
JEU DE PAUME

la penderie
centre POMPIDOU
PICASSO
le LOUVRE

ateliers de menilmontant
le nouveau casino
La Douane

Théâtre du Châtelet

Galerie 154
le bataclan

Théâtre de la ville

Marmottan
QUAI BRANLY

MAISON DES MÉTALlOS
Galerie Oberkampf

Louvre-Rivoli

musée ORSAY

PALAIS DE TOKYO

PHOTOMATON BONTON

MEP

le jardin du musée rodin
Chez Gibert
La Pagode
le salon du panthéon

CAFÉ DE LA DANSE
LA MAISON ROUGE

INSTITUT CULTUREL autrichien
LES INSTITUT CULTUREL finlandais
maisons d’édition
DU 6Ème

LE 100
Cité de la mode et du Design

INSTITUT CULTUREL irlandais
MK2 BIBLIOTHÈQUE

la Cinémathèque

Less is More Projects
Milk Factory
PARIS ARTY

MOMENTS

radio
ission deastien)
une ém
sister à de la radio. (Séb
As
on
à la Mais

nardt
arah Bernt)
ge de S
r à la lode la Ville. (Vince
Accéde héâtre
au T

on,

rian
u Petit T
soir a
’été, uns. (Véronique)
td
Un buffe à Versaille

stiques
res artiue. (Luc)
e figu
ontres d u coin de la r
Les rencctuelles a
ou intelle
PARIS ARTY

MAROTTES

ues m

q
Les fres

rt”.

eet-a
ales ”str
ur

ure.

ult
presse C
La

he.

lanc
a Nuit b
L
ARTY& 2
TENDANCEs 1
Le temps du “bouillonnement”
Avant tout spontanément perçue comme ville-musée et ville-cinéma, et ce de manière assez naturelle au regard de ses 130 musées et 370 salles, Paris est saluée
pour la profusion de son offre culturelle : d’un point de vue global, les Parisiens interrogés applaudissent la politique de la ville et sont de fait très attachés à des
manifestations telles que la Nuit Blanche par exemple. La capitale éveille toujours la curiosité de ceux qui y vivent et de ceux qui la traversent, notamment grâce à
ses institutions (grands musées et centres d’art) dont la fréquentation ne faiblit pas, mais également en raison d’un élan d’initiatives récentes et souvent hybrides
venant régulièrement directement de la société civile.
A l’est de Paris particulièrement, des galeries s’ouvrent, les quartiers s’organisent (en première ligne Belleville, Ménilmontant et leurs ateliers d’artistes), les créateurs
se regroupent en collectifs, le tout dans une démarche d’ouverture à double niveau : une ouverture en termes de contenus et de supports, sur laquelle nous reviendrons
dans un instant et une ouverture au public, au travers de laquelle la traditionnelle contemplation de l’œuvre s’enrichit désormais de la possibilité de rencontrer
l’artiste, découvrir son atelier, parfois assister à l’acte de création... voire être invité à créer soi-même. Ces expériences sont unanimement appréciées par les
Parisiens qui y voient l’avantage d’appréhender la sphère culturelle de manière moins descendante, plus participative. A l’image de ce qui se passe dans un univers
comme celui de la gastronomie, l’envie de se frotter soi-même à l’acte de création est saillante : plus de la moitié des personnes que nous avons interrogées nous ont
dit, à titre d’exemple, photographier Paris. D’autres ont cité des lieux dans lesquels ils apprennent des techniques de création et mettent en pratique le Do It Yourself
(exemple du bar à tricot La Penderie).

L’arty-mixologie
Le second niveau d’ouverture, nous l’avons dit, se situe autour de la nature des contenus et supports. L’art à Paris, n’a plus à être cloisonné, les Parisiens eux-mêmes
apprécient qu’il le soit moins. Ainsi, les nouveaux espaces s’ouvrent toujours davantage au pluridisciplinaire ; les collectifs jouent de la complémentarité des savoirfaire de chacun de leurs membres (pour exemple, les membres de la Splendens Factory officiant en illustration / photographie / cinéma / spectacle – entertainment)
et globalement, de plus en plus d’endroits “mixent” l’art et le shopping ou la cuisine (le récent café/galerie düo notamment - ou encore la “maison d’édition” du Bon
Marché qui tend, avec cette marque, à intellectualiser l’acte d’achat).
Ainsi le mouvement dans lequel s’inscrit le Paris Arty contemporain semble décloisonner sciemment les univers. Surtout, ici comme ailleurs, on préfère la qualité à la
profusion, on se concentre sur l’authentique et l’expérience, tant du côté du créateur que de celui de l’amateur/consommateur parisien.
ARTY3
TENDANCE
Art and the City
L’évolution du mouvement Street-Art nous fournit sans doute une grille de lecture significative sur les rapports entre l’art et la ville : originellement, c’est bien sûr
l’art qui s’invite dans la rue. Mais on constate depuis quelque temps que la rue “entre” et s’impose toujours plus dans les musées, galeries, ...et même au-delà : les
Parisiens citent notamment spontanément l’exposition “Etat des Lieux” à la Galerie du Jour – agnès b, la Tour Paris 13 ou encore l’application My Paris Street Art,
subventionnée par la Mairie de Paris.
A revers de ce mouvement, l’art, d’un point de vue plus global, se vit de plus en plus hors les murs : les Parisiens se réfèrent ainsi presque davantage aux versants “off”
ou “avant-première” des grandes manifestations culturelles qu’aux manifestations en tant que telles. De la même façon, ils semblent entretenir un rapport d’autant
plus particulier à une œuvre ou un artiste que ceux-ci s’intègrent à leur quotidien : les personnes que nous avons rencontrées évoquent ainsi tour à tour les parcours
des Ateliers de Ménilmontant, les rues-galeries, les quartiers-éditeurs, les rencontres de figures intellectuelles possibles au détour d’une rue ou d’une terrasse
parisienne ou encore le jardin du Musée Rodin ou celui du Musée de la Vie Romantique (parfois avant les musées eux-mêmes!).
L’institution n’est plus un prérequis à la qualité intrinsèque d’une œuvre : les Parisiens, en quête d’émotion et de ressentis, se passent volontiers du piédestal et du
décorum bien que dans le même temps, ils continuent d’entretenir le fantasme de l’accès aux coulisses des grands mythes parisiens (exemple : pouvoir accéder au
toit du Panthéon ou aux loges de l’Opéra Garnier).
L’expérience artistique en est de fait bouleversée. Les personnes interrogées nous racontent se promener, faire des courses, dîner entre amis, se soumettre, plus
globalement, à des activités au sein desquelles ils ne sont pas nécessairement en recherche active et exclusive d’une expérience culturelle, quand, parfois sans
prévenir, celle-ci se présente à eux et les invite à faire une pause. En dehors de la sortie culturelle prévue et programmée, tout se passe donc également comme si l’art
pouvait simplement émerger dans la vie des Parisiens et provoquer une parenthèse bienvenue. De là à penser l’avènement du “Stop Art”, il n’y a qu’un pas...
ris
nuit à Paonde vie,
”Moi la ne sec
je mène upression
et j’ai l’imle revit avec moi.”
que la vil
(Marie)
RS

éE DES BA

LA TOURN

tour

La Terrasse

& au
SUR L’EAU

AUTEUR

TOUT EN H

Francis la Butte

au Clair de Lune
le Blue Club

CE
LET’S DAN

le Café du Commerce
le Kremlin
le Mansart
le Sans Souci
La Fourmi

RIEN

MÉTRO AÉ

le Glass le Dirty Dick

OCKTAILS

BARS À C

The Paris Liquor Store

”SE

le silencio
le Baron

Mama Shelter
la fleche d’or

le Comptoir Général
Mauri7
la java
CHEZ Jeannette
le Carillon
Joséphine
Le Coq

BONNE NOUVELLE

Terrasse de l’Hôtel Raphaël

La Belle époque

rosa bonheur

ligne 2

le Café A

le Carmen
ARTISAN

OUABLES”
CRETS AV

le Point Ephémère

le faust

le chacha

Candelaria

le Bar du Marché
le montana
le Castor Club

UFO

le Barav

le 114

le Mary Celeste

la Perlele Progrès Moonshiner

la Maroquinerie
La Bellevilloise

social club
Experimental Cocktail Club

Flow

En attendant Rosa
Péniche Concorde

le perchoir

Café Charbon

le Motel

Les 3 maillets
Prescription Cocktail Club

ligne 6

le Ô Paris

Le square Trousseau
Tape Bar

chez Georges
les étages
The Frog and Princess

soirées concréte

le Scarlet

le Pause Café
les Disquaires
le 138

Nuba
ligne 5

le wanderlust
le Batofar

L’Imprévu

ligne 6
PARIS BY NIGHT

MOMENTS

chette
vec la caderie
stes a
jeu de piau, rue de la Corra)
Un
e
d’un cad le 3ème. (Alexand
dans

r à vélo
ou rouleée. (Jean)
Patineris en soir
dans Par

amis,
hez desvec dîner à
tc
n)
Une nuiuillaume, a
. (Christia
G
ge
rue Saintt canard à l’oran
rie e
l’argente

ier
on quartà l’extérieur.
er m
Retrouvune belle nuit
après lorence)
e j’adore
(F
qu
PARIS BY NIGHT

MAROTTES
ulant,
urs amb ant.
de fle
archand ant mais touch
Le m u agaç
)
un pe
(Marie-Jo

iques
ts mythots de Pigalle.
are
Les cabet les hot sp
artre elphine)
e Montm
(D
d

scule
du crépu tin.
re
La lumilè du petit ma
et cel e lément)
(C
BY NIGHT
TENDANCE 1

La nuit parisienne se serait-elle réveillée ?
Elle a, semble-t-il, en tous cas, retrouvé un élan de vivacité, constaté par l’ensemble des professionnels comme par ses différents publics - ce dont atteste une offre
qui s’étoffe chaque jour (ou chaque nuit) un peu plus. Le récent mouvement pour l’élection du Maire de la nuit (baseline : “une initiative citoyenne pour donner une voix
et un visage à la Nuit”) est en parallèle un bon indicateur du besoin profond des Parisiens de revendiquer leurs droits nocturnes. Paris reprend ainsi doucement sa
place sur le podium des capitales de la nuit au travers de changements profonds.
Si elle plébiscite plutôt explicitement la Rive Droite, la carte du “Paris by Night” préféré des Parisiens témoigne surtout d’un paysage plus éclaté, d’une offre plus
millimétrée, quasi microcosmique (le Maire de la nuit va-t-il devoir nommer un “préposé municipal à la nuit” du 5ème, du 11ème, du 18ème…?) : à mesure que la nuit
s’étend, ses espaces se rétractent. “Aller en boîte” est devenu “sortir en club” : les noctambules ne sont plus attirés par les discothèques, trop vastes et impersonnelles,
et se mettent en quête de lieux à taille humaine et leur ressemblant (aucun des établissements historiques de Paris – le Queen, le Duplex, le Rex, les Planches, le VIP
Room – n’a été cité par les personnes interrogées). Les portes d’entrée évitent la grandiloquence, la guichetière dans sa guérite a disparu et, ultime symbole, l’accès
est souvent gratuit. “Happy few” n’est désormais plus synonyme de VIP.
Cette mutation d’une nuit désormais plus active et moins “show-off” se retrouve également dans l’ADN des projets des “bandes” à succès de Paris (Baron, Splendens,
Experimental à l’origine de la grande vogue des lieux orientés “cocktails”), soit des lieux créés par un groupe d’amis... pour accueillir des groupes d’amis. Des lieux
où il est tout aussi possible de danser que de parler. Dès lors, la nuit n’appartient plus à la jet-set, elle s’offre aux initiés, aux membres d’une même communauté : à
chacune son club, dans lequel le carré VIP n’a plus sa place et n’existe d’ailleurs même plus. Même dans les clubs maintenant une forte sélection à l’entrée, aucune
hiérarchie n’existe entre noctambules, une fois à l’intérieur.
Finalement, si le Parisien plébiscite massivement une fois par an la Nuit Blanche, le noctambule, lui, part en quête chaque semaine de sa “Nuit Franche“, une nuit qui
lui ressemble. Et si, pour s’y rendre, il peut prendre la ligne 2 ou la 6 et profiter du métro aérien de nuit, cela lui va encore mieux !
BY NIGHT
TENDANCE 2

Noctambulisme nomade et partie de cache-cache à ville ouverte
Dès lors que l’offre se multiplie en une myriade de petites portes d’entrée, le peuple de la nuit ne tient plus en place, Paris se fête par étapes, en picorant dans chaque
quartier les ambiances complémentaires qui s’y trouvent : tournée des bars à Oberkampf ou Barbès, puis direction les clubs de SoPi avant de faire un saut sur les
quais d’Austerlitz... et écarter définitivement le sommeil en passant la journée sur le dancefloor des “soirées d’après-midi” Concrete.
Les classes d’âge monopolisant massivement les planchers et bitumes du Paris By Night ont soit grandi dans le tout-digital, soit appris à l’intégrer et l’utiliser. Les
Parisiens ont ainsi, dans la journée, pris l’habitude d’avoir accès à tout, tout de suite. Ils ont également pris l’habitude de “zapper” et de passer d’une activité à une
autre très facilement. Le phénomène apparaît comme particulièrement saillant sur le domaine de la nuit quand on analyse les comportements des Parisiens une fois
le soleil couché : la Nuit Franche de chacun doit être multiple, optimisée et pleine de rebondissements – on ne veut et on ne peut pas avoir le temps de s’ennuyer !
Le phénomène d’ouvertures multiples et répétées de nouveaux lieux (et leur succès tout aussi systématique – les clubs vides se font rares) répond à cette demande et
à cette recherche d’une capacité de choix multiples et variés que manifestent les Parisiens. Dans cette variété de la nuit parisienne, on constate ainsi l’émergence de
deux dynamiques fortes et opposées : d’un côté, la multiplication et le succès de lieux “à ciel ouvert” où l’on s’expose en pleine ville (roof tops, quais et péniches – on
pense bien sûr au déjà célèbre Perchoir mais également à cette nouvelle Seine qui émerge au bord de l’eau) ; de l’autre, les lieux résolument clos, voire cachés, avec
des speakeasy inspirés par les bars clandestins américains du temps de la Prohibition (une porte dérobée au fond d’un restaurant donne accès à un bar qu’aucune
signalisation n’indique depuis la rue).
S’exposer au grand jour pour se réapproprier la capitale, faire la tournée des bars d’un même quartier, se calfeutrer derrière une porte dérobée pour lui échapper : les
Parisiens multiplient les expériences, souvent au cours d’une seule et même nuit, dans une grande et collective partie de cache-cache avec le quotidien.
BY NIGHT
TENDANCE 3

La nuit, cet ailleurs qui doit rassurer
C’est donc une vraie tendance : la nuit parisienne, dont on a longtemps dit qu’elle avait connu son apogée dans les années 80, est en retour de grâce et le moins qu’on
puisse dire, c’est que cela réjouit les Parisiens ! Mais tout comme les lieux ont évolué, les manières de faire la fête également. Au travers de leurs expériences, les
Parisiens dans leur identité noctambule nous disent qu’ils veulent s’évader... sans être déstabilisés : le désir (besoin ?) de se sentir à l’extérieur “comme à la maison”
comme celui de chercher, pour danser, un lieu à peine plus grand qu’un appartement, en sont deux signes significatifs. Tout comme l’est le fait que les clubs montés
par des “bandes de potes” (qui pourraient dans un sens être les leurs) mais aussi les projets “artisanaux” sont préférés aux “machines” lancées par des magnats de la
nuit. Il semble enfin qu’une offre ludico-régressive (le Ping-Pong, le Fantôme, les soirées KaraYaourt du 114, la soirée EdBanger...) s’impose sur la carte du Paris By Night.
Parfois un peu nostalgiques, confrontés à une conjoncture fragilisante, les noctambules parisiens semblent dans un sens demander à la nuit une fois tombée, de se
montrer rassurante ; de les divertir tout en les ramenant à des cocons familiers (amis, maison, enfance) – c’est une nouvelle dynamique dans le cadre de la nuit à
proprement parler mais elle rejoint probablement des signaux déjà constatés il y a quelques années dans d’autres univers lifestyle. Prenons l’exemple de la comfortfood et des coquillettes-jambon à la carte de dizaines de restaurants et également servis dans des dîners d’enfants pourtant devenus (très) grands...
A la différence d’une nuit londonienne sans doute plus festive ou encore d’une nuit berlinoise perçue comme sans limites, la nuit parisienne, restée ces dernières
années en veilleuse, se doit peut-être, pour son grand retour, d’être une nuit “bienveillante”. C’est aussi d’une certaine manière, ce que nous dit le mouvement pour
l’élection d’un Maire de la nuit à Paris : donner la parole aux noctambules ; harmoniser les rapports avec le voisinage ; rendre la nuit parisienne attentive à tous, pour le
bénéfice de tous, riverains comme organisateurs, va dans ce même sens d’une nuit parisienne “cosy”. Finalement, les Parisiens demandent peut-être tout simplement
à la ville de prendre soin d’eux lors de leur voyage au bout de la nuit, une nuit parisienne devenue “comfort-night” depuis peu.
u
s’est perdtique
n
on ami, o ait une bou
ec m
n jour, avrais. On cherch is on est tombé
”U
a
ans le Ma mais trouvée. M oppes qu’on
d
ja
h
qu’on n’aues et d’autres éc formidable,
sur des r issait pas. C’étaite découverte.”
ne connaent de perte et d
le sentim )
(Lauriane
BOUCHE”

RUES ”DE

isans

iers/art

& épic
MARCHéS

ES

S DéSUèT

BOUTIQUE

rands
TORES & g

Rue Damrémont

s
magasin

Bastien de Almeida

CONCEPT-S

rue
rue de Lévis la Librairie de Paris des Martyrs
L’Acrobate

autres
ADEAUX +

C

Epicerie Lion
Causses L’Échoppe
Atelier Olivier Gestin

rue Lévy

OUABLES”
CRETS AV

”SE

Publicis drugstore

marché de l’Olive

rue Cadet
Papèterie Cassegrain
passage des Panoramas
La pâtisserie des Martyrs
A la mère de famille
Sadaharu Aoki
Terroirs d’avenir
rue Montorgeuil
galerie Vivienne

rue de la Pompe

Minuit moins 7

Babel Pop Market

Centre Commercial

Brocantes de Popincourt

Wait

Make Up Me

marché du boulevard
rue de bretagne Richard Lenoir

L’Artisan Fleuriste
Franck & Fils

Ground Zero

le thé des écrivains
Merci

AESOP
Les Fleurs
rue Cler

365c

Cire Trudon
Démocratie
Le Bon Marché La Crèmerie
marché Raspail Les parapluies Simon

Bogato
marché Convention
rue Daguerre

marché d’Aligre
PARIS SHOPPING

MOMENTS

mère,
avec ma . (Marie)
e Noël
ourses d ’à l’Île de la Cité
Les c jusqu
s
du Marai

tinées
des maDaniel)
enir
Le souves de Paris. (
aux Hall

tal
chage to de la
e
idi de lâ
près-mutique ou presqu à Paris.
ne a e bo
U
u
arrivée
ans chaq quette, à mon
d
Ro
(Vincent)
rue de la

rées
nes arboLoic)
iéton
les ruesapc Montsouris. (
r
Traverseours du p r
des alent

erie
nde Epic e
la Gra
visite àfais un pèlerinag
ière
Ma prems. Depuis j’y roline)
de Pari mensuel. (Ca
PARIS SHOPPING

MAROTTES

arbès.
u Tati / B
Le carrea

futur
tion du aine
La ques amarit
de la S sme associé.
a
et le fant

oiffeurs
ers et curs.
bi
Les barur messie
po
SHOPPING
TENDANCE 1

Paris est un village
Contrairement à d’autres villes aspirationnelles comme New York par exemple, Paris bénéficie d’un effet village, unanimement apprécié par ses habitants. Sur le plan
du shopping, c’est le “tout à proximité” qui est le plus souvent cité – et la capacité d’accès qui ressort particulièrement en second lieu. En résumé : “je peux choisir
d’acheter mon pain à deux pas mais si, pour une occasion spéciale, je souhaite aller à l’autre bout de la ville dans une boulangerie spécifique dont on m’a parlé, je sais
que je peux y être vite et facilement.”
Dans “leur” quartier - et le “leur” a toute son importance tant ils peuvent se sentir non propriétaires mais acteurs (principaux ou secondaires selon les personnalités)
de leur environnement immédiat -, les Parisiens interagissent et nouent des liens. Ceci est particulièrement vrai dans la relation entretenue avec les commerçants.
Ce qui apparaît de manière très évidente, c’est que Paris n’est pas une ville de commerces anonymes, c’est une ville de commerces incarnés par “le petit fleuriste”, le
boulanger ou le boucher du coin, “mon” cordonnier, voire par “Patrick” quand le fil du temps permet de passer à une forme d’intimité qui autorise l’usage du prénom.
La bienveillance mutuelle, dans la relation commerciale de proximité, est inestimable pour les Parisiens qui apprécient le fait d’échapper à la sensation d’être un
numéro comme un autre.
Les natifs, qui restent le plus souvent dans leur quartier de naissance, peuvent ainsi encore bénéficier de leur statut d’enfant du quartier quand les Parisiens arrivés
d’ici et d’ailleurs, se réjouissent de pouvoir retrouver, à Paris, dans leur quartier, une dimension provinciale. A l’image du Village Jourdain ou du Village Saint Blaise,
tous deux situés dans le 20ème arrondissement, Paris pourrait de fait facilement n’être pas qu’un village, mais des villages, certainement. Imaginer le Village
Batignolles, le Village Ledru-Rollin ou encore le Village Mouton-Duvernet ne paraît pas si incongru...
SHOPPING
TENDANCE 2

L’artisanat du commerce, ou le goût du bel ouvrage parisien
Sur le plan des courses du quotidien, sont particulièrement appréciés, les lieux qui concentrent une énergie et une vitalité particulières : les marchés bien sûr (sur
lesquels viennent se superposer le regret des Halles de Paris et le fantasme autour de Rungis), les rues de bouche et tous ceux qui contribuent à réinventer leur métier
au quotidien (Causses par exemple sur l’alimentaire et le traiteur avec son enseigne La Fabrique, bien-nommée au regard de l’appréciation très valorisée du faitmaison). Ce sont également les figures et traits de caractères des commerçants qui sont cités spontanément par les répondants : la gentillesse de la jeune fille du
pressing, l’accent amusant du traiteur polonais, les bons conseils du boucher, etc.
Dans ce petit théâtre des rapports humains que représente le commerce de proximité, fleuriste et coiffeur / coiffeuse sont 2 professions qui ressortent particulièrement
dans le discours des répondants : on peut considérer que la dimension “esthétisante” de leur travail résonne particulièrement à Paris, ville de beauté(s). De l’artisanat
à l’art, il n’y a qu’un pas. Cette même appréciation esthétique se retrouve également dans les références nombreuses accordées aux échoppes désuètes et aux
maisons “qui ont une histoire” (Cire Trudon, épicerie Lion, etc.), souvent portées par des figures très appréciées des Parisiens.
Car l’acte d’achat idéalisé à Paris reste au final ultra-personnalisé. Le concept du “mall” est aux antipodes du référentiel des Parisiens d’où une curiosité intriguée
à l’évocation de projets comme le Centre Beaugrenelle et un rapport aux grands magasins significatif : le plus grand, les Galeries Lafayette, est appréhendé dans
sa dimension utilitariste. Le Bon Marché imprime une certaine idée du luxe à la Française qui continue de plaire mais aussi d’intimider dans une certaine mesure les
Parisiens. Enfin, la Samaritaine est un lieu dans lequel se concentre un imaginaire fort, principalement du fait de sa superbe passée et des incertitudes autour du
devenir du bâtiment.
Au final, le shopper parisien ressort dans toute sa complexité en comparant les habitus en magasin dans la vie réelle et les pratiques mobiles / numériques : quand il
se déplace physiquement, le client parisien souhaite pouvoir compter sur un rapport humain, une relation privilégiée, une discussion, une complicité. Il ne s’agit pas
seulement d’acheter - parfois, il s’agit d’ailleurs moins d’acheter que de vivre une expérience particulière. Quand sur le plan du commerce online, ce sont les notions
de facilité / praticité comme d’inspiration et de découverte qui retiennent l’attention du panel. Sont ainsi citées plusieurs initiatives online dans la continuité de
la tendance dite des boxs et autres kits : on peut notamment citer chictypes.com (livraison d’une sélection de vêtements pour hommes, choix à conserver, reste à
renvoyer, facture à régler en fin de transaction) ou masurprise.com (votre enfant que vous avez pris le soin d’abonner reçoit une boîte surprise par mois).
SHOPPING
TENDANCE 3

La boutique-slash, concept-store des années 2010s
Nous l’avons vu, le centre commercial n’appartient pas à la culture des Parisiens. Le détournement de la formule par les créateurs de Veja qui ont ouvert leur conceptstore (baptisé “Centre commercial” donc...) en 2010, rue de Marseille, a marqué les esprits.
Plus globalement, le concept-store, en général, est sans doute entré dans une phase 3 de son histoire. En phase 1, colette a naturellement dominé le marché pendant
des années. Si le magasin reste une source d’inspiration pour de nombreux acteurs, il n’est pas cité spontanément par les personnes rencontrées.
Merci, en revanche, apparaît très clairement comme le point d’origine de la phase 2 du concept-store contemporain. En imaginant un espace de vie plus qu’un
magasin, la famille Cohen, créatrice de Bonpoint, composée de nombreuses figures “dynamisantes” de la vie parisienne (décorateurs, restaurateurs, créateurs),
a contribué à changer radicalement la physionomie du boulevard Beaumarchais, repère initial de magasins photo, en passe de devenir l’une des artères les plus
“mode” de la capitale. Et a probablement fait des émules.
On assiste ainsi aujourd’hui, avec une adresse telle que The Broken Arm, à l’aboutissement d’un phénomène qui voit le magasin multi-marques élargir et concentrer
son offre à la fois : ces nouveaux lieux de vie décompartimentent le shopping. Ils proposent ainsi de la mode mais aussi de la maison, de l’alimentaire, de la librairie
et autres beaux objets (élargissement), le tout autour d’un nombre de références très limité (concentration). C’est la boutique-slash, à savoir le magasin/restaurant/
librairie/papetier/... et c’est également l’anti-Babou : dans ces magasins, il y a au final très peu de produits mais ceux-ci sont très bien mis en valeur. Dans ces
nouveaux espaces donc, chaque objet compte et la conception du display comme de l’aménagement global des lieux est pensée au millimètre. On se rend compte de
nouveau que l’art du raffinement et de la délicatesse sied particulièrement à Paris.
Le point commun de ces 3 âges du concept-store est à chercher du côté de la figure de l’entrepreneur : que l’on regarde les exemples de colette, Merci ou The Broken
Arm, on s’aperçoit que leurs créateurs présentent la plupart du temps des personnalités très fortes, mi-commerçants, mi-créateurs en tant que tels. A l’image de ce
qui se passe dans la gastronomie ou dans le domaine culturel, le collectif (“gang”) est ici aussi une tendance lourde (The Broken Arm monté par la bande du blog “Des
jeunes gens modernes”).
tre
ça peut êune expo
en,
ble parisi de, un café,
a
t…
”L’inestimle promena
estauran le
un r
e simp ntendu parler ou curiosité et
un
la
e
ont on a it de découverte,l’occasion
d
r
c’est l’esp ville nous donne construire
a
fait que loser, de choisir, de
de compà soi.” (Maryse)
un Paris
DES
LE PARIS

S
SYMBOLE
ALES
TES POST

DE CAR
LE PARIS

puces de Saint-Ouen
la Cité des Fleurs

place Dalida
la Goutte d’Or
le Sacré Cœur
avenue Junot
marché Saint Pierre
funiculaire de Montmartre
square des Batignolles

E

POPULAIR
LE PARIS
E PAIX
HAVRES D
TS
MONUMEN

bal des Abbesses
la rue Lepic

parc Monceau

gare du Nord (eurostar/thalys
rue Simon Bolivar
COUVENT des Récollets

l’opéra garnier

S”
VOUABLE
ECRETS A

Arc de triomphe

”S

passage Brady
La Madeleine

terrasse de l’hôtel Westin

place de la république

Place des Victoires
jardins du Palais Royal
pont Alexandre III
Fête Foraine des Tuileries
quais de seine & berges
Pyramide du Louvre

viaduc de Bir-Hakeim

les Invalides

les bouquinisteS
le pont des Arts

Village Jourdain

rue des Cascades
passerelle de la
Grange-aux-Belles
rue de belleville
place Sainte Marthe

place de la Concorde

La Tour Eiffel

Les Buttes Chaumont

Place des Vosges
Ile Saint Louis

feu d’artifice du 14 juillet
Notre Dame

la Bastille

piscine de Pontoise

statue de la Liberté

Jardin du Luxembourg

la coulée verte

place de la Contrescarpe
Panthéon

catacombes & égouts de Paris

bnf

place Paul Verlaine
PARIS AS a TOURIST

MOMENTS

nnis
rts de teg.
les cou
ouer surin du Luxembour
J
du jard hristophe)
(C

Velib’
Paris en esnil.
r
Traversie n à Mirom
de Nat o éraldine)
(G

ysée
ée de l’El Versailles.
te priv
Une vision, ou encore de
tign
ou de Ma
(André)

inéma
ival de c ’été.
u fest
un film a illette un soir d
r
Aller voiin air de la V e)
en ple
(Isabell

iture
r une voe ou prendre un
Essayede la vill
urnée
le tour Paris toute une jo
t
en faisarn ule dans
de)
i qui o ou presque. (Clau
tax
PARIS AS a TOURIST

MAROTTES

ros.

aris.
toire de P
a
L’Observ

Gar
” Roland
ment
”L’événe

Les ill

oël.
ions de N
uminat
as a tourist
TENDANCE 1

Entre l’intime et le magistral : le Parisien touriste voit double
Le Parisien touriste se repère dans un Paris dédoublé : celui de la grandeur monumentale de la Concorde et celui de l’intimité d’un square ou d’une petite place de son
quartier (“place Sainte Marthe ou square Montholon”). Les Parisiens ne renient pas leur statut d’amoureux (“comme au premier jour”) de leur propre ville, bien au contraire.
Ils assument et déclarent souvent aimer regarder Paris avec leurs yeux d’enfants ou d’éternels touristes. Cette impression du premier jour est très présente et encore
vive dans leurs récits. Ils se laissent toujours la possibilité de re-devenir touristes et découvreurs de leur propre métropole quand bon leur semble : c’est le mythe du mois
d’août et plus généralement des vacances à Paris, fréquemment cité comme objet de fantasme par les personnes rencontrées.
L’idée du Parisien qui redevient un touriste relève également d’un “idéal retrouvé”, qui se présente, dans les faits, lors de la visite d’amis ou de la famille. Le moment est
alors venu de remonter sur la Tour Eiffel, d’aller à Notre-Dame ou de visiter les grands magasins. Ces “valeurs sûres” qui font pratiquement partie de la “marque Paris”
semblent rassurer dans un sens les Parisiens.
La Tour Eiffel se situe au premier rang de ces “monuments repères” qui sont la marque du Paris touristique intemporel et qui sont souvent aimés davantage au travers de
leur force représentative que pour leur fréquentation à proprement parler : ça, c’est Paris !
A ce sujet et de façon assez surprenante, la Tour Eiffel, justement, est un faux cliché. Elle occupe une place symbolique très importante pour le “Parisien-touriste”.
Contrairement aux Champs-Elysées, souvent perçus comme vulgaires et contaminés par la “global culture” consumériste, il y a une grande histoire de cœur entre les
Parisiens et la Tour Eiffel. C’est un monument incarné, qui à lui seul contient à la fois l’idée, le goût de Paris (son design) et son aura dans le reste du monde.
La Seine bénéficie également dans le cœur des Parisiens d’un statut très particulier : elle est, elle aussi, un de leurs repères préférés, alliant à la fois la dimension
monumentale et l’intimité.
as a tourist

TENDANCE 2 & 3
Paris-sur-Seine, transformations du “vivre ensemble”
Nous l’avons vu, le monumental cohabite donc avec le “village de Paris”, celui des quartiers résidentiels et commerçants auquel chacun est attaché pour des raisons
différentes. Ce Paris-Villages est un Paris “sur mesure”, plus confidentiel qui commence souvent en bas de chez soi ; c’est aussi un Paris plus relationnel et plus intimiste,
un Paris plus social. Il gagne du terrain en ce que les besoins se (re)localisent et les enjeux de proximité se renforcent en matière de consommation, d’activités culturelles
et de vie sociale.
Il est actuellement le terrain d’une transformation sociale visible et transversale : cette transformation s’exprime au travers d’une vie de quartier renforcée et d’une
volonté de “tester” de nouveaux modèles du “vivre ensemble”. Ainsi ce sont dans ces nouveaux villages qu’émergent des tiers-lieux, des espaces de co-working, de
nouvelles formes d’engagement civique ou de co-création. L’exemple de l’innovation numérique avec une initiative comme La Cantine illustre bien cette tendance. Si le
Paris monumental rassemble autour du passé, le Paris intime se tourne plus volontiers vers le futur et la volonté d’agir en mode collectif.
Le touriste parisien assimile par ailleurs parfaitement la sociologie des arrondissements, zones communautaires et identitaires jalonnées de frontières invisibles qui
structurent fortement l’espace urbain. Etre un touriste à Paris, c’est donc aussi se promener dans la société, tout simplement en changeant d’arrondissement : sortir
d’une bouche de métro “en terre inconnue” et faire l’expérience d’une autre “tribu” pour quelques heures. Mais c’est aussi revendiquer une appartenance sociale et son
attachement à un quartier d’origine parce que “je ne pourrais jamais vivre dans le 16ème ou... dans le 20ème !”.

Paris, je t’aime moi non plus
Les contraintes de temps, la pression, le manque de spontanéité dans les relations sociales font partie des critiques courantes adressées à la vie parisienne. Et cependant,
la plupart des répondants ne quitteraient Paris pour rien au monde. Simplement parce qu’il y a un prix à payer pour vivre à Paris. Les interrogés le reconnaissent avec
fatalité : la grisaille fait même partie intégrante de leur expérience de Paris. Plus généralement, les Parisiens se plaisent aussi à dire qu’ils souffrent. Leur relation avec
la ville reste ainsi passionnelle et paradoxale. Le Paris préféré n’est pas très loin d’un Paris sublimé, pas toujours en phase avec l’expérience quotidienne de la ville.
Rien de mieux que le témoignage de Sophie pour saisir cette idée : “Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est que tu travailles comme un chien, tu te tapes une heure de bouchons,
tu vis dans dix mètres carré et quand on t’interroge sur Paris... tu réponds que des trucs géniaux ! C’est quand même évocateur. Moi j’arriverai sans doute jamais à partir d’ici. Mon
entourage me dit que je serais trop malheureuse sans Paris, comme si Paris était une personne ! Ca c’est inestimable, une ville qui ressemble à une personne...”
HOT SPOTs
DES PARISIENS
FOODIE
LE PETIT PARISIEN

ARTY

la Cité des Fleurs

BY NIGHT

LE JARDIN DU
Musée de la vie romantique
THÉÂTRE Des Bouffes du Nord

SHOPPING

la Librairie de Paris
bal des Abbesses

IST
AS a TOUR

La Fourmi

LE PAVILLON DU LAC

gare du Nord (eurostar/thalys
le Café A
Rebelatto

artazart
le Comptoir Général

passage des Panoramas
La pâtisserie des Martyrs
LE PETIT VENDÔME

LE DERRIÈRE

galerie Vivienne
social club
Fête Foraine des Tuileries

L’ORILLON BAR

le Carillon

terrasse de l’hôtel Westin
Sadaharu Aoki

Ground Zero

OFR place de la république

MARCHÉ PHOTOMATON BONTON
le thé des écrivains
Make Up Me DES ENFANTS ROUGES
la penderie
L’Artisan Fleuriste GLOU L’entrée des artistes

Franck & Fils
feu d’artifice du 14 juillet
Pottoka

le Bar du Marché
Les 3 maillets
Lengué

le jardin du musée rodin

statue de la Liberté

piscine de Pontoise
Chez Gibert
le salon du panthéon
LES
maisons d’édition
DU 6Ème

L’Imprévu

LE TEMPS DES CERISES

MARCHÉ SAINT MARTIN

le Motel

Le square Trousseau
soirées concréte

ateliers de menilmontant
ANALYSE COMPLéMENTAIRE
Nous avons interrogé les Parisiens sur leurs lieux de
prédilection, en leur demandant de citer spontanément
leurs trois endroits préférés à Paris dans chacune des
catégories suivantes : Quartiers / Places / Monuments
/ Parcs & Jardins / Musées. A partir de leurs réponses
nous avons établi le Top 5 des lieux préférés des Parisiens
dans chaque domaine. A titre d’exemple, 64,75% des
Parisiens interrogés ont cité la Place de la République
comme figurant parmi leurs places préférées à Paris.

PARCs JARDINS

PRÉFÉRÉS
LIEUX PRÉFÉRÉS DES
PARISIENS : TOP 5

• quartiers préférés •

N°2

PARCs JARDINS

N°4

N°1
UL)
(SAINT-PA

N°1

N°1

RÉS)
MAIN-DES-P
(SAINT-GER

N°3

Jardin du
Luxembourg
55,50%

N°5

N°2

)
(ABBESSES

N°2

Parc des
Buttes Chaumont
37,75%

N°3

N°3
PRÉFÉRÉES

(OPÉRA)

Jardin des Plantes &
Parc Montsouris
ex-aequo 28,25%

HEL)
(SAINT-MIC

N°4

N°5

N°2

N°1

N°3

N°5

N°4

N°4

Jardin des Tuileries
27,50%
N°5

parc monceau
26,50%
N°1

Notre Dame de Paris
48,50%

N°2

la Pyramide du Louvre
41,50%

N°3

N°4

N°5

Le Sacré-Cœur
24,75%

La Concorde
22,75%

L’Arc de Triomphe
17,75%

N°6

la Tour Eiffel
15%
CONSTATS TRANSVERSAUX
LE PARIS PRÉFÉRÉ DES PARISIENS
CONSTATS
TRANSVERSAUX
TENDANCE 1

LA GéOGRAPHIE DU PARIS PRéFéRé DES PARISIENS éVOLUE
Première conclusion de l’étude : le rapport rive gauche - rive droite se transforme. En perception, le découpage des différents quartiers ou zones géographiques est
clair : il apparaît sur nos différentes cartographies que le nord de Paris attire davantage que le sud. Au nord, c’est le nord-est qui “bouillonne” le plus quand au sud,
le sud-ouest semble relativement moins attractif dès lors qu’il s’agit de sortir dîner (Foodie), danser (By Night), aiguiser sa curiosité (Arty / As a tourist), etc. Même
lorsqu’il s’agit de faire des courses (Shopping), on s’aperçoit que les Parisiens vivant à Paris-sud (et particulièrement dans le sud-ouest de Paris) sortent davantage
de leur quartier que ceux du nord qui semblent trouver leur bonheur dans leur environnement immédiat.
Une nouvelle géographie de la vitalité urbaine touchant tous les domaines étudiés semble ainsi se dessiner dans un nord-est de Paris étendu allant du 18ème au
nord du 12ème. Dans cette zone, à l’instar de ce que l’on voit à New York et à Londres par exemple, les quartiers se rebaptisent - comme s’il s’agissait de désigner
un nouveau projet de quartier. SoPi (South Pigalle) est “né” il y a déjà quelques années, NoMo (North Montmartre) semble bien parti pour prendre la même voie. East
Belleville ou MaBaCha (Marais-Bastille-Charonne) peuvent-ils exister demain ? La question est posée…
A cette géographie de la vitalité et de la créativité relative aux notions d’énergie et de dynamisme se superpose une géographie du plaisir ou des plaisirs. Des plaisirs
souvent simples, parfois bruts. Ce deuxième niveau géographique est lié au bon : aux bons moments, aux bons produits, aux bons restaurants et parfois même aux
bons sentiments, nous y reviendrons. Il est plus diffus, recoupe différentes réalités de Paris et existe sur l’ensemble du territoire parisien bien qu’il semble là aussi plus
marqué au nord (voir la carte “Paris Foodie” à titre d’exemple).
Finalement, on s’aperçoit en croisant ces deux géographies que ce qui est peut-être le plus important aujourd’hui pour les Parisiens, ce sont précisément ces deux
notions : le bon et l’énergie - quand la norme était davantage centrée autour du beau et d’une certaine idée de l’élégance, il y a quelques années encore. Le fait que
la rive gauche soit finalement assez peu présente dans le référentiel des préférences des Parisiens illustre bien cette idée. C’est donc une transformation sociale
importante à laquelle nous assistons : les valeurs et l’inspiration populaires sont de retour. De là à estimer qu’aujourd’hui, le populaire est devenu le nouveau “chic
parisien”, il n’y a qu’un pas… Le recentrage sur l’essentiel vs l’existentiel semble quoi qu’il en soit manifeste.
CONSTATS
TRANSVERSAUX
TENDANCE 2

PROXIMITé ET BIENVEILLANCE AU CŒUR D’UNE NOUVELLE ESTHéTIQUE PARISIENNE
Les Parisiens privilégient donc aujourd’hui une forme d’épure, d’humilité, de nouveau une forme de simplicité, que ce soit dans les lieux qu’ils fréquentent ou dans leurs
relations sociales. Ce qui est ostentatoire a probablement moins de place dans leur cœur et ils se disent demandeurs de spontanéité. Ils aimeraient d’ailleurs pouvoir
en trouver davantage dans Paris en général - et dans leur vie à Paris, en particulier.
La notion de proximité est essentielle pour les Parisiens. L’ancrage dans leur quartier apparaît comme déterminant. Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette
tendance touche Paris et ceux qui font / sont Paris à différents niveaux : que je m’appelle Sophie vivant rue Lepic depuis toujours ou presque, que je sois Inaki
Aizpitarte, chef-entrepreneur propriétaire de plusieurs établissements avenue Parmentier, ou que, dirigeant le BHV, je décide de repositionner mon magasin et de le
rebaptiser “BHV Marais”, au final je suis ancré(e) dans mon quartier : avant d’être Parisien, j’appartiens à mon quartier autant qu’il m’appartient.
Dans ce cadre, les rapports humains sont beaucoup plus valorisés à Paris que dans d’autres capitales. Plusieurs personnes nous ont dit que le fait que Paris reste une
capitale à taille humaine était quelque chose d’inestimable pour eux. Pourquoi ? Sans doute parce que les Parisiens ont besoin de ces relations très individualisées,
très personnalisées, comme celles qu’ils peuvent entretenir avec des commerçants qu’ils connaissent finalement parfois depuis très longtemps. Ils en ont besoin
car ils reconnaissent la valeur ajoutée que ce type de rapports apporte à leur quotidien. La reconnaissance, la chaleur, la complicité qui peuvent parfois naître de la
proximité sont très valorisées à Paris. Et aujourd’hui sans doute davantage que dans le passé, cet état de fait prend encore un nouveau virage avec l’entrée en scène
de toutes ces mouvances collectives et “coollaboratives” que l’on voit émerger dans chacun des domaines étudiés. Les Parisiens sont peut-être aussi tout simplement
un peu moins solitaires ; ils ont peut-être tout simplement davantage besoin et envie de se (re)trouver ensemble qu’avant.
A ce titre, ce que l’on observe dans l’univers de la nuit est bien représentatif de ces nouveaux comportements : nous avons évoqué une nuit moins show-off, une
nuit dans laquelle on veut pouvoir se sentir bien, “entre amis”, au final une nuit parisienne “bienveillante”. Il nous semble que cette notion de bienveillance draine une
nouvelle esthétique parisienne, une esthétique là aussi sans doute moins orientée sur la forme que sur le fond. Elle prend forme dans une démarche ou recherche
de vérité (vérité du produit et de la consommation, vérité des relations, vérité de l’engagement vis-à-vis de personnes ou de lieux etc.) qui n’a pas de prix pour les
Parisiens et à laquelle ils ne renonceraient pour rien au monde : c’est tout à la fois les notions de “Good around the corner” et “Care around the corner”.
CONSTATS
TRANSVERSAUX
AUTRES TENDANCES ET OBSERVATIONS
Une nuance se dégage toutefois : si l’effet du “Paris intime”, voire intimiste, est incontestable, dans le même temps, tout ce qui est magistral / monumental continue
d’émouvoir ou d’impressionner. En définitive, les Parisiens nous disent aimer ce qui est petit et charmant (exemple : la place Sainte Marthe) mais ils restent attachés
à un certain nombre de symboles parisiens beaucoup plus spectaculaires (exemple : la place de la Concorde).
Un autre élément significatif qui a retenu notre attention est lié à la prépondérance de la cuisine, en tant qu’acte de manger, dans les points d’attachement des
répondants : très souvent, ce que choisissent de nous raconter les gens est intimement lié au repas, à la préparation des temps de repas (à la maison ou dehors) ou
encore à la discussion ayant trait aux temps de repas. La tendance #foodlove est très clairement présente ailleurs qu’en France mais c’est peut-être à Paris qu’on
en parle et qu’on y pense le plus. Le #foodtalk / #foodthought serait-il spécifiquement parisien ? A voir…
Au terme de cette étude, il nous semble de manière évidente que les Parisiens aiment Paris. Mais nous l’avons vu, le rapport des Parisiens à leur ville peut être
profondément contrasté pour ne pas dire paradoxal. Notons dans les éléments que regrettent le plus les Parisiens : le manque de nature, d’espace, de temps et
d’improvisation. Finalement, Paris a peut-être aussi, pour ses habitants les défauts de ses qualités : sur la question de l’espace par exemple, c’est peut-être parce
que Paris est une petite capitale plutôt concentrée que la dimension “VillageS” y est bien plus saillante qu’ailleurs (exemples : New York ou Berlin).
Dans ce même ordre d’idées, nous avons cherché à comprendre les “traits de caractère” sur lesquels Paris est moins spontanément identifiée vs d’autres villes
internationales. Il apparaît que Paris semble d’une manière générale moins “débridée” que d’autres : l’énergie festive et la notion d’exutoire nocturne par exemple sont
très peu associées à Paris alors qu’elles le sont à New York, Londres ou encore Istanbul. Les relations sociales, même si elles s’inscrivent dans un cadre d’authenticité
et de sincérité réel, sont probablement plus structurées, peut-être plus conventionnelles qu’à Madrid par exemple, où la convivialité est citée spontanément comme
“facteur de vie” n’ayant pas de prix. Les signes extérieurs et éléments de représentation de soi sont sans doute également plus contraignants à Paris qu’à Londres où
n’importe qui peut devenir quelqu’un d’autre le temps d’une journée ou d’une soirée, s’il le souhaite…
Pour conclure, on émettra l’hypothèse suivante : si les Anglo-saxons semblent avoir gagné la bataille du soft power culturel, on pourrait estimer que Paris garde la
main sur le “chic power” - ce fameux chic parisien ayant toutefois largement évolué, nous l’avons vu : transformation de l’esthétique, de la marque, du goût de Paris
et donc du goût propre aux Parisiens intégrant un référentiel désormais plus populaire.
ÉTUDE
LE PARIS PRÉFÉRÉ DES PARISIENS

Pour toute demande, n’hésitez pas à contacter :
Elodie Giraud • 06 09 03 91 18 • elodie.giraud@happycurious.fr
Donatienne Douriez • 01 42 73 81 23 • donatienne_douriez@mastercard.com

Contenu connexe

En vedette

Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
Rendición de cuentas enero a diciembre 2012Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
Marco Javier Silva Diaz
 
COMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
COMS 420.001 900 MWF SP16 SyllabusCOMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
COMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
Randy L. Manis
 
2015 CurrentCV English
2015 CurrentCV English2015 CurrentCV English
2015 CurrentCV English
Peter Wright
 

En vedette (20)

What's Wrong With MARC?
What's Wrong With MARC?What's Wrong With MARC?
What's Wrong With MARC?
 
WFG NetLaw
WFG NetLawWFG NetLaw
WFG NetLaw
 
Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
Rendición de cuentas enero a diciembre 2012Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
Rendición de cuentas enero a diciembre 2012
 
COMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
COMS 420.001 900 MWF SP16 SyllabusCOMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
COMS 420.001 900 MWF SP16 Syllabus
 
Group7 complan cp4
Group7 complan cp4Group7 complan cp4
Group7 complan cp4
 
Cortocircuitos de la emoción. - Y la memoria se hizo carne
Cortocircuitos de la emoción. - Y la memoria se hizo carneCortocircuitos de la emoción. - Y la memoria se hizo carne
Cortocircuitos de la emoción. - Y la memoria se hizo carne
 
Dossier INTGECO Integral Geo Consulting
Dossier INTGECO Integral Geo Consulting Dossier INTGECO Integral Geo Consulting
Dossier INTGECO Integral Geo Consulting
 
PRÁCTICAS TEMA 1 EDUACIÓN Y SOCIEDAD
PRÁCTICAS TEMA 1 EDUACIÓN Y SOCIEDADPRÁCTICAS TEMA 1 EDUACIÓN Y SOCIEDAD
PRÁCTICAS TEMA 1 EDUACIÓN Y SOCIEDAD
 
Scaling Outreach (without looking like an idiot)
Scaling Outreach (without looking like an idiot)Scaling Outreach (without looking like an idiot)
Scaling Outreach (without looking like an idiot)
 
Periódico El Buen Vecino - Edición Noviembre 2011 - Holcim Ecuador
 Periódico El Buen Vecino - Edición Noviembre 2011 - Holcim Ecuador Periódico El Buen Vecino - Edición Noviembre 2011 - Holcim Ecuador
Periódico El Buen Vecino - Edición Noviembre 2011 - Holcim Ecuador
 
Inicio y discontinuacion de las subpruebas
Inicio y discontinuacion de las subpruebasInicio y discontinuacion de las subpruebas
Inicio y discontinuacion de las subpruebas
 
Marketing Automation – Convirtiendo prospectos en clientes
Marketing Automation – Convirtiendo prospectos en clientesMarketing Automation – Convirtiendo prospectos en clientes
Marketing Automation – Convirtiendo prospectos en clientes
 
Hazle Fotos A Las Mates
Hazle Fotos A Las MatesHazle Fotos A Las Mates
Hazle Fotos A Las Mates
 
Trabajo de campo gestion documental II
Trabajo de campo gestion documental IITrabajo de campo gestion documental II
Trabajo de campo gestion documental II
 
2015 CurrentCV English
2015 CurrentCV English2015 CurrentCV English
2015 CurrentCV English
 
STATISTIK QUESTIONER PENELITIAN
STATISTIK QUESTIONER PENELITIANSTATISTIK QUESTIONER PENELITIAN
STATISTIK QUESTIONER PENELITIAN
 
Ekonomi pertanian - penelitian (cabe)
Ekonomi pertanian - penelitian (cabe)Ekonomi pertanian - penelitian (cabe)
Ekonomi pertanian - penelitian (cabe)
 
Rosas de la Constitucion 2013. I.E.S. "La Rosaleda"
Rosas de la Constitucion 2013. I.E.S. "La Rosaleda"Rosas de la Constitucion 2013. I.E.S. "La Rosaleda"
Rosas de la Constitucion 2013. I.E.S. "La Rosaleda"
 
Revista Fundación Tenerife Rural nº3
Revista Fundación Tenerife Rural nº3Revista Fundación Tenerife Rural nº3
Revista Fundación Tenerife Rural nº3
 
Como agregar la insignia de Google Plus a tu blog
Como agregar la insignia de Google Plus a tu blogComo agregar la insignia de Google Plus a tu blog
Como agregar la insignia de Google Plus a tu blog
 

Similaire à Rapport d'étude happycurious pour MasterCard - Le Paris préféré des Parisiens

Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
Catalogue produits groupes 2015 paris(est)Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
Seine-et-Marne Tourisme
 
Robe de cocktail grande taille
Robe de cocktail grande tailleRobe de cocktail grande taille
Robe de cocktail grande taille
huainian
 
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 maiPress book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
Agence Colonnes
 

Similaire à Rapport d'étude happycurious pour MasterCard - Le Paris préféré des Parisiens (20)

Mastercard
MastercardMastercard
Mastercard
 
La veille de Red Guy du 23.04.14 - La Jeune Rue
La veille de Red Guy du 23.04.14 - La Jeune RueLa veille de Red Guy du 23.04.14 - La Jeune Rue
La veille de Red Guy du 23.04.14 - La Jeune Rue
 
Nancy collection été
Nancy collection étéNancy collection été
Nancy collection été
 
7 post art paris1
7 post art paris17 post art paris1
7 post art paris1
 
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
LIBERALIS n°2 art de vivre, print et digital, daté décembre 2022 à février 20...
 
Projet Circuit Court
Projet Circuit CourtProjet Circuit Court
Projet Circuit Court
 
Ladurée
LaduréeLadurée
Ladurée
 
Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
Catalogue produits groupes 2015 paris(est)Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
Catalogue produits groupes 2015 paris(est)
 
Paris Des Chefs - communiqué de presse
Paris Des Chefs - communiqué de presseParis Des Chefs - communiqué de presse
Paris Des Chefs - communiqué de presse
 
Jounal n°21
Jounal n°21Jounal n°21
Jounal n°21
 
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdfLIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
LIBERALIS n° 4 juin à août 2023 Jean-Louis Roux-Fouillet.pdf
 
SWITCH ON #8, le carnet de tendances de RED STILETTOS
SWITCH ON #8, le carnet de tendances de RED STILETTOSSWITCH ON #8, le carnet de tendances de RED STILETTOS
SWITCH ON #8, le carnet de tendances de RED STILETTOS
 
La promesse d'un style.fr - 26 août 2018
La promesse d'un style.fr - 26 août 2018La promesse d'un style.fr - 26 août 2018
La promesse d'un style.fr - 26 août 2018
 
Réseaux sociaux chinois et institutions culturelles françaises
Réseaux sociaux chinois et institutions culturelles françaisesRéseaux sociaux chinois et institutions culturelles françaises
Réseaux sociaux chinois et institutions culturelles françaises
 
Les Parisianités
Les ParisianitésLes Parisianités
Les Parisianités
 
Robe de cocktail grande taille
Robe de cocktail grande tailleRobe de cocktail grande taille
Robe de cocktail grande taille
 
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
LIBERALIS n° 7- art de vivre, digital et print, daté mars à mai 2024 -Jean-Lo...
 
Evolution des points de vente, inspiration
Evolution des points de vente, inspirationEvolution des points de vente, inspiration
Evolution des points de vente, inspiration
 
Au coeur des saveurs - N°20
Au coeur des saveurs - N°20 Au coeur des saveurs - N°20
Au coeur des saveurs - N°20
 
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 maiPress book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
Press book Carré Rive Gauche "Un objet, une histoire" du 15 au 18 mai
 

Rapport d'étude happycurious pour MasterCard - Le Paris préféré des Parisiens

  • 2. PLAN DE L’ÉTUDE 1 2 3 4 INTRODUCTION & METHODOLOGIe RÉSULTATS ANALYSE quantitative CONSTATS TRANSVERSAUX CARTOGRAHIE DE TENDANCES & PARCOURS PARISIENS : VERSIONS FOODIE, ARTY, BY NIGHT, SHOPPING & AS A TOURIST LES LIEUX PRÉFÉRÉS DES PARISIENS : TOP 5
  • 3. 1 INTRODUCTION & MÉTHODOLOGIe A l’automne 2012, dans le cadre du lancement de la plateforme Priceless Paris, nous avons réalisé une première étude sociologique autour des moments inestimables à Paris. A l’occasion du premier anniversaire de Priceless Paris, nous sommes partis une nouvelle fois à la rencontre des Parisiens en cherchant à comprendre ce qui n’a pas de prix, pour eux, et ce qu’ils préfèrent, à proprement parler, dans Paris, notamment en termes de lieux. Nous avons, cette année, interrogé 45 Parisiens. Le panel était composé de : 21 hommes et 24 femmes 25 d’entre eux avaient déjà été interrogés par nos soins l’an dernier dans le cadre de notre étude autour de ”ces moments qui n’ont pas de prix à Paris”. Représentativité des âges (19 à 73 ans) / représentativité socio-professionnelle Nous avons ainsi souhaité établir une cartographie de l’inestimable parisien autour de 5 parcours privilégiés : Foodie, Arty, By Night, Shopping & As a tourist. Dans chacun de ces domaines, les Parisiens nous ont raconté des histoires, des souvenirs et ont évoqué les lieux qui ont leur préférence, ceux qui les séduisent, et en creux ceux qui leur plaisent moins. Nous avons exploré avec eux les lieux (et les raisons) de leur attachement. Nous avons assorti cette phase qualitative d’un dispositif quantitatif basé sur un questionnement instruit auprès d’un échantillon représentatif de 400 Parisiens (au prorata de la population totale de chacun des 20 arrondissements de Paris). Les appels ont été effectués du lundi 28 octobre au samedi 2 novembre 2013 inclus, principalement entre 18h30 et 21h00 et le samedi toute la journée. Cette démarche nous a permis d’établir le Top 5 des endroits préférés des Parisiens : quartiers préférés ; places préférées ; musées préférés ; parcs - jardins préférés ; monuments préférés.
  • 4. ve : ualitati graphique Phase qtion géo réparti ndants des répo virginie me SOPHIA sophie 18è BENJAMIN me me CHRISTIAN 17è anne-sophie JEAN-MARIE OLIVIER e 9èm ANDRÉ isabelle me 10è LUC ème 8 caroline david jessica ème 2 corinne er 1 MICHEL marie 16 arnaud ème 3 JEAN e m 11è e 4èm delphine ème 6 alexandra sandra marie-jo anne-marie élodie VINCENT e béatrice 5èm marie-laure e m 15è me 12è DANIEL SéBASTIEN claude me 20è CHRISTOPHE 7 maryse CLÉMENT ème STEPHEN FABIEN CLOTILDE géraldine florence RICHARD ème 19è HERVÉ sylvie véronique ème 14 me 13è LOIC laurence
  • 5.
  • 6. ette re dans c viv our moi, s grand plaisir de s, ”P è e ’est un trlices en tous genr t permanent c n é ville de d de renouvelleme ndroits cette ville ur le palais et d’e o d’idées poût.” pour le g (Virginie)
  • 7. e rd avant-ga GASTROS LE PETIT PARISIEN Le Garde-Robe des Batignolles U VIN AUTOUR D le café caché D FAST-gOO manger au musée NS INSTITUTIO LE PAVILLON DU LAC Corso s rasserie ZINCS & b Le bœuf couronné LA FAMILLE Le BAL café & MYTHES LE CAFÉ PLEYEL MOLLARD LE RICHER Rebelatto PIERRE GAGNAIRE LE PETIT VENDÔME FRENCHIE TO GO THE SUNKEN CHIP L’ORILLON BAR ROSEVAL CANTINE CALIFORNIA OUABLES” CRETS AV ”SE LE THOUMIEUX LE JULES VERNE GLOU LE FLORE LE Chardenoux des Près le Zinc La Buvette L’entrée des artistes les 2 amis MARCHÉ SAINT MARTIN Caffé dei cioppi Lengué LES 2 MAGOTS Ze Kitchen Galerie LA TOUR D’ARGENT Le comptoir du relais Le Bistrot 121 Simone, Le Resto & La Cave LE TEMPS DES CERISES Le Grand Pan Chatomat ASTIER Au passage le saut du loup CAFÉ CAMPANA Pottoka FREDDY’S DELI MARCHÉ DES ENFANTS ROUGES Le Rubis MONSIEUR BLEU chateaubriand Chartier LE DERRIÈRE ARPÈGE Baratin LE VERRE VOLÉ RINO LA GAZETTA SEPTIME Les Pères populaires LE TRAIN BLEU
  • 8. PARIS FOODIE MOMENTS aké tion de sade. (Virginie) usta Une dégef de la Bigarr ch n ancien in u mat issant deille. ro Le café c ris qui s’év et Pa ie-Laure) (Mar avec u ine sur la Se ajou.(Sophie) o Un apéroteur en ac uàm un batea ur s mes. Saint Ja éj au n petit d (Mikael) U eures duré 3 h typique. r qui a déjeuneserie parisienne Un bras dans une (Corinne)
  • 9. PARIS FOODIE MAROTTES d mis in des An et des Idées. Le Pa Du Pai rie boulange e la aris ince de P on pr Le jamb e Jeanne A. d -Brest Le Parisie des rêves. isser de la Pât
  • 10. FOODIE TENDANCE 1 LA FOODOLOGIE PARISIENNE : L’ANTITHÈSE DE L’INDUSTRIE DU GOÛT Les Parisiens, qui plébiscitent l’innovation et les initiatives spontanées, se montrent peu réceptifs à tout ce qui peut se rapprocher d’une forme de récurrence. Aucune chaîne de restaurants n’est citée par les personnes que nous avons interrogées et l’idée d’une déclinaison de tables par le même chef séduit certes mais uniquement si le phénomène apparaît comme restant à taille humaine et ancré dans son voisinage : ainsi, Frenchie, Au Passage, Le Chateaubriand, Septime et d’autres, ouvrent leur deuxième adresse, souvent plus accessible (et souvent très bien accueillie), et parfois même leur troisième adresse. Leur particularité : investir leur quartier, voire leur micro-quartier et pour certains leur rue seule, les différents établissements se succédant à quelques encablures les uns des autres. Ce faisant, ils contribuent à la création d’une nouvelle dynamique socio-culturelle : sous l’impulsion de ces chefs pour le moins fidèles d’un point de vue géographique, c’est un jeu de “Monopoly culinaire” aux antipodes du concept de chaîne classique qui se dessine désormais à Paris. Pour les foodies parisiens, l’artisanat, voire l’art de la restauration (cf l’exposition “Cookbook” en cours au Palais des Beaux-Arts) prévaut donc sur le business. On serait même tenté de penser que la dimension commerciale du travail d’un chef peut le desservir, à Paris sans doute plus que partout ailleurs. Sur ce terrain, tout se passe, à Paris, comme si une frontière invisible séparait les “intouchables contemporains” (Jean-François Piège et Thierry Marx - pour ne citer qu’eux - dont les collaborations nombreuses n’entachent pas l’excellente réputation) de ceux qui ont peut-être abusé d’un système. Chefs stars des années 70 à 90, ils ont pu souffrir de “l’effet Pierre Cardin” : le jambon industriel sous licence de chef et ses équivalents font horreur aux Parisiens. Reste le cas à part du télégénique Cyril Lignac, dont la légitimité a pu être questionnée au début de sa carrière mais qui semble avoir gagné du crédit auprès des Parisiens, ceux-ci citant volontiers ses différentes adresses. A noter enfin, la persistance de la reconnaissance d’adresses considérées comme des monuments français : en gastronomie, on peut notamment citer Le Grand Véfour et La Tour d’Argent – et du côté des brasseries typiques : Bofinger ou Mollard à Saint-Lazare. Un Mollard sans doute d’ailleurs très concurrencé par l’ouverture récente du Lazare d’Eric Fréchon qui injecte ici une dimension gastronomique dans la tradition des grandes brasseries parisiennes.
  • 11. FOODIE TENDANCE 2 On veut du bon : quand Paris met les grands plats dans les petits Il apparaît de manière très claire que ce sont aussi des figures et des mouvements résolument ancrés dans leur époque et dans leur environnement qui ont permis à Paris de dépasser son héritage pour en tirer le meilleur et atteindre, peut-être enfin, l’équilibre. La culture Fooding, la “Nouvelle vague” de la cuisine selon le New Yorker, y est évidemment pour beaucoup. C’est une cuisine moins rigide qui est arrivée par ces nouveaux agitateurs culinaires que sont des acteurs comme Omnivore, le Fooding ou encore Gelinaz ; une cuisine peut-être moins française finalement, plus ouverte sur le monde en tous cas. Ainsi, Paris s’encanaille depuis plusieurs années : les écoles et appentis accueillent de jeunes étudiants étrangers, futures stars de nos tables, les nappes en tissu sont loin de nous, les tabliers ne sont plus blancs mais bleus marine ou rayés, les cartes n’existent parfois plus du tout (menu unique) et les vins font le mur en nous venant eux aussi, très souvent, d’hors de France. En quelques mots, la grande cuisine, on n’en fait plus tout un plat ! Si la tradition bistrotière et l’attachement à certains attributs hauts en couleur (gouaille du patron de café) perdurent ponctuellement, la simplicité et l’humilité sont de rigueur. L’épure, même, dans une certaine mesure. Les noms des restaurants eux-mêmes se font discrets : “Table”, “Brut”, “Glou” il y a déjà quelques années. On retiendra également l’ouverture récente de “Manger” rue Keller : un mot, un énoncé performatif qui ne fait que dire l’acte – et c’est tout. L’enjeu : faire de la place au(x) produit(s) (et, un peu, aussi, aux chefs / créateurs / artisans / artistes qui les subliment tout de même !). Car ce sont bien les produits, les éléments centraux. Comme le respect des saisons. La promesse de la Buvette NYC, qui installe sa seconde adresse à Paris, dans le 9ème arrondissement, se joue sur ce terrain. Avec sa baseline “la gastrothèque”, le lieu imprime ses exigences : ici, on défend la qualité, la rareté et la diversité des saveurs, semble nous dire la marque. L’histoire de Terroirs d’avenir s’inscrit dans un cadre similaire. Ce fournisseur de restaurants parisiens devenu épicier version +++ amène désormais le meilleur des produits de bouche aux Parisiens. Et fait aussi revenir la campagne dans la ville. D’autres initiatives tout aussi exigeantes apparaissent comme la Brûlerie Belleville, à peine ouverte, centrée sur le café. Ces histoires de produits et de défenseurs des produits séduisent davantage les Parisiens que les Fauchon / Hédiard / Ladurée et consorts. Mais précisément, l’industrialisation et ses travers sont sans doutes passés par là... C’est peut-être là le grand paradoxe à retenir : celui d’un monde qui, en période de pleine croissance, lors des 30 Glorieuses, a fait naître des machines industrielles aux effets significatifs sur les modes de vie alimentaires (junk-food) et qui voit advenir, aujourd’hui en période de crise, l’élévation, en qualité et nécessairement en prix, de plats précisément supposés inférieurs (avènement de la “street-good“ avec les take-away et autres food-truck très qualitatifs). Les années 2000s sont bien parties pour être celles du recentrage sur le bon...
  • 12. FOODIE TENDANCE 3 Cook It Yourself + Food & the Gang = the future Le bien-manger se situe ainsi très clairement au cœur des préoccupations des Parisiens. L’appréciation de la vérité du produit, voire de sa beauté, et de la logique de la taille humaine, nous l’avons vu, parle d’elle-même. C’est aussi l’acte de faire qui attire. Dans une ville dans laquelle les métiers du tertiaire sont sur-représentés, l’envie de gestes plus manuels, l’attrait de l’artisanat new generation et la noblesse de la fabrique, en tant qu’acte de production, sont des éléments récurrents dans le discours développé par les personnes interrogées. Cuisiner est un plaisir et cela peut être relativement simple, nous dit notre panel. En travaillant de bons produits et sur la base des nombreux conseils et autres astuces qui leur parviennent depuis maintenant plusieurs années que ce soit par le biais du petit écran ou de la webosphère culinaire, les Parisiens ont adopté le Cook It Yourself. Les “cooking boxes” ou kits disponibles sur Internet apparaissent également comme des atouts non-négligeables dans des quotidiens laissant souvent peu de place au temps libre. Au travers de sa large offre de lieux dans lesquels on apprend à cuisiner comme de ceux dans lesquels on s’équipe. Paris les y a également aidés. Jusqu’à pour certains, en faire un peu plus qu’un hobby. Les reconversions ne sont plus si rares et elles sont souvent plus précoces qu’avant. Prenons l’exemple de Bertrand Grébaut, sacré chez Septime, qui a délaissé sa formation initiale de graphiste pour se consacrer à la cuisine. Ou d’Inaki Aizpitarte, chef autodidacte révélé à la fin de sa vingtaine. Et les projets ne manquent pas. L’innovation non plus. La grande nouveauté sur ce terrain, c’est peut-être la nature de l’initiative qui évolue. Le plus souvent individuelle il y a quelques années encore, elle se fait désormais régulièrement collective. Crise oblige, on ne se lance peut-être plus aussi facilement seul mais on le fait différemment, ensemble, en tribu ou en famille : c’est l’effet “Food & the Gang” bien symbolisé par une aventure comme celle de La République pâtissière, ce collectif de becs sucrés qui s’est rassemblé pour ouvrir son premier lieu physique il y a quelques mois, rue de Saintonge. Même dynamique pour Les Camionneuses, le projet de 4 filles, parisiennes, foodies passionnées, qui ouvriront prochainement la première cuisine partagée destinée aux nouveaux acteurs de la scène culinaire que sont les chefs des food-trucks, les traiteurs à domicile ou encore les petits producteurs artisanaux. Leur ambition : mettre à la disposition de ces “Sans Cuisine Fixe” un labo et un atelier partagés. C’est une nouvelle génération de food-entrepreneurs qui se met en marche. Une génération coolaborative dont les Parisiens raffolent.
  • 13. ! égéniqueotos toutes cin tellement faire des ph ”Paris estai envie de s À Paris, j’ ondes, je me sen les 10 sec hotographe.” presque p e) h (Christop
  • 14. MUSéES ulturels spaces c autres e cinémas LE104 LE JARDIN DU Musée de la vie romantique THÉÂTRE Des Bouffes du Nord le Cinéma des cinéastes risien e l’est pa au d renouve t beau étro es uand le m la cigale q MK2 QUAI DE SEINE MK2 QUAI DE LOIRE le Louxor le Point ephémère Camondo Loft19 ABLES” AVOU ”SECRETS Galerie Marcelle Alix Galerie Crèvecoeur Galerie Jocelyn Wolff Galerie Balice Hertling artazart le Max Linder le Grand Rex THÉÂTRE du Rond Point Pinacothèque L’Olympia ARTS ET MÉTIERS OFR GRAND PALAIS Concorde JEU DE PAUME la penderie centre POMPIDOU PICASSO le LOUVRE ateliers de menilmontant le nouveau casino La Douane Théâtre du Châtelet Galerie 154 le bataclan Théâtre de la ville Marmottan QUAI BRANLY MAISON DES MÉTALlOS Galerie Oberkampf Louvre-Rivoli musée ORSAY PALAIS DE TOKYO PHOTOMATON BONTON MEP le jardin du musée rodin Chez Gibert La Pagode le salon du panthéon CAFÉ DE LA DANSE LA MAISON ROUGE INSTITUT CULTUREL autrichien LES INSTITUT CULTUREL finlandais maisons d’édition DU 6Ème LE 100 Cité de la mode et du Design INSTITUT CULTUREL irlandais MK2 BIBLIOTHÈQUE la Cinémathèque Less is More Projects Milk Factory
  • 15. PARIS ARTY MOMENTS radio ission deastien) une ém sister à de la radio. (Séb As on à la Mais nardt arah Bernt) ge de S r à la lode la Ville. (Vince Accéde héâtre au T on, rian u Petit T soir a ’été, uns. (Véronique) td Un buffe à Versaille stiques res artiue. (Luc) e figu ontres d u coin de la r Les rencctuelles a ou intelle
  • 16. PARIS ARTY MAROTTES ues m q Les fres rt”. eet-a ales ”str ur ure. ult presse C La he. lanc a Nuit b L
  • 17. ARTY& 2 TENDANCEs 1 Le temps du “bouillonnement” Avant tout spontanément perçue comme ville-musée et ville-cinéma, et ce de manière assez naturelle au regard de ses 130 musées et 370 salles, Paris est saluée pour la profusion de son offre culturelle : d’un point de vue global, les Parisiens interrogés applaudissent la politique de la ville et sont de fait très attachés à des manifestations telles que la Nuit Blanche par exemple. La capitale éveille toujours la curiosité de ceux qui y vivent et de ceux qui la traversent, notamment grâce à ses institutions (grands musées et centres d’art) dont la fréquentation ne faiblit pas, mais également en raison d’un élan d’initiatives récentes et souvent hybrides venant régulièrement directement de la société civile. A l’est de Paris particulièrement, des galeries s’ouvrent, les quartiers s’organisent (en première ligne Belleville, Ménilmontant et leurs ateliers d’artistes), les créateurs se regroupent en collectifs, le tout dans une démarche d’ouverture à double niveau : une ouverture en termes de contenus et de supports, sur laquelle nous reviendrons dans un instant et une ouverture au public, au travers de laquelle la traditionnelle contemplation de l’œuvre s’enrichit désormais de la possibilité de rencontrer l’artiste, découvrir son atelier, parfois assister à l’acte de création... voire être invité à créer soi-même. Ces expériences sont unanimement appréciées par les Parisiens qui y voient l’avantage d’appréhender la sphère culturelle de manière moins descendante, plus participative. A l’image de ce qui se passe dans un univers comme celui de la gastronomie, l’envie de se frotter soi-même à l’acte de création est saillante : plus de la moitié des personnes que nous avons interrogées nous ont dit, à titre d’exemple, photographier Paris. D’autres ont cité des lieux dans lesquels ils apprennent des techniques de création et mettent en pratique le Do It Yourself (exemple du bar à tricot La Penderie). L’arty-mixologie Le second niveau d’ouverture, nous l’avons dit, se situe autour de la nature des contenus et supports. L’art à Paris, n’a plus à être cloisonné, les Parisiens eux-mêmes apprécient qu’il le soit moins. Ainsi, les nouveaux espaces s’ouvrent toujours davantage au pluridisciplinaire ; les collectifs jouent de la complémentarité des savoirfaire de chacun de leurs membres (pour exemple, les membres de la Splendens Factory officiant en illustration / photographie / cinéma / spectacle – entertainment) et globalement, de plus en plus d’endroits “mixent” l’art et le shopping ou la cuisine (le récent café/galerie düo notamment - ou encore la “maison d’édition” du Bon Marché qui tend, avec cette marque, à intellectualiser l’acte d’achat). Ainsi le mouvement dans lequel s’inscrit le Paris Arty contemporain semble décloisonner sciemment les univers. Surtout, ici comme ailleurs, on préfère la qualité à la profusion, on se concentre sur l’authentique et l’expérience, tant du côté du créateur que de celui de l’amateur/consommateur parisien.
  • 18. ARTY3 TENDANCE Art and the City L’évolution du mouvement Street-Art nous fournit sans doute une grille de lecture significative sur les rapports entre l’art et la ville : originellement, c’est bien sûr l’art qui s’invite dans la rue. Mais on constate depuis quelque temps que la rue “entre” et s’impose toujours plus dans les musées, galeries, ...et même au-delà : les Parisiens citent notamment spontanément l’exposition “Etat des Lieux” à la Galerie du Jour – agnès b, la Tour Paris 13 ou encore l’application My Paris Street Art, subventionnée par la Mairie de Paris. A revers de ce mouvement, l’art, d’un point de vue plus global, se vit de plus en plus hors les murs : les Parisiens se réfèrent ainsi presque davantage aux versants “off” ou “avant-première” des grandes manifestations culturelles qu’aux manifestations en tant que telles. De la même façon, ils semblent entretenir un rapport d’autant plus particulier à une œuvre ou un artiste que ceux-ci s’intègrent à leur quotidien : les personnes que nous avons rencontrées évoquent ainsi tour à tour les parcours des Ateliers de Ménilmontant, les rues-galeries, les quartiers-éditeurs, les rencontres de figures intellectuelles possibles au détour d’une rue ou d’une terrasse parisienne ou encore le jardin du Musée Rodin ou celui du Musée de la Vie Romantique (parfois avant les musées eux-mêmes!). L’institution n’est plus un prérequis à la qualité intrinsèque d’une œuvre : les Parisiens, en quête d’émotion et de ressentis, se passent volontiers du piédestal et du décorum bien que dans le même temps, ils continuent d’entretenir le fantasme de l’accès aux coulisses des grands mythes parisiens (exemple : pouvoir accéder au toit du Panthéon ou aux loges de l’Opéra Garnier). L’expérience artistique en est de fait bouleversée. Les personnes interrogées nous racontent se promener, faire des courses, dîner entre amis, se soumettre, plus globalement, à des activités au sein desquelles ils ne sont pas nécessairement en recherche active et exclusive d’une expérience culturelle, quand, parfois sans prévenir, celle-ci se présente à eux et les invite à faire une pause. En dehors de la sortie culturelle prévue et programmée, tout se passe donc également comme si l’art pouvait simplement émerger dans la vie des Parisiens et provoquer une parenthèse bienvenue. De là à penser l’avènement du “Stop Art”, il n’y a qu’un pas...
  • 19. ris nuit à Paonde vie, ”Moi la ne sec je mène upression et j’ai l’imle revit avec moi.” que la vil (Marie)
  • 20. RS éE DES BA LA TOURN tour La Terrasse & au SUR L’EAU AUTEUR TOUT EN H Francis la Butte au Clair de Lune le Blue Club CE LET’S DAN le Café du Commerce le Kremlin le Mansart le Sans Souci La Fourmi RIEN MÉTRO AÉ le Glass le Dirty Dick OCKTAILS BARS À C The Paris Liquor Store ”SE le silencio le Baron Mama Shelter la fleche d’or le Comptoir Général Mauri7 la java CHEZ Jeannette le Carillon Joséphine Le Coq BONNE NOUVELLE Terrasse de l’Hôtel Raphaël La Belle époque rosa bonheur ligne 2 le Café A le Carmen ARTISAN OUABLES” CRETS AV le Point Ephémère le faust le chacha Candelaria le Bar du Marché le montana le Castor Club UFO le Barav le 114 le Mary Celeste la Perlele Progrès Moonshiner la Maroquinerie La Bellevilloise social club Experimental Cocktail Club Flow En attendant Rosa Péniche Concorde le perchoir Café Charbon le Motel Les 3 maillets Prescription Cocktail Club ligne 6 le Ô Paris Le square Trousseau Tape Bar chez Georges les étages The Frog and Princess soirées concréte le Scarlet le Pause Café les Disquaires le 138 Nuba ligne 5 le wanderlust le Batofar L’Imprévu ligne 6
  • 21. PARIS BY NIGHT MOMENTS chette vec la caderie stes a jeu de piau, rue de la Corra) Un e d’un cad le 3ème. (Alexand dans r à vélo ou rouleée. (Jean) Patineris en soir dans Par amis, hez desvec dîner à tc n) Une nuiuillaume, a . (Christia G ge rue Saintt canard à l’oran rie e l’argente ier on quartà l’extérieur. er m Retrouvune belle nuit après lorence) e j’adore (F qu
  • 22. PARIS BY NIGHT MAROTTES ulant, urs amb ant. de fle archand ant mais touch Le m u agaç ) un pe (Marie-Jo iques ts mythots de Pigalle. are Les cabet les hot sp artre elphine) e Montm (D d scule du crépu tin. re La lumilè du petit ma et cel e lément) (C
  • 23. BY NIGHT TENDANCE 1 La nuit parisienne se serait-elle réveillée ? Elle a, semble-t-il, en tous cas, retrouvé un élan de vivacité, constaté par l’ensemble des professionnels comme par ses différents publics - ce dont atteste une offre qui s’étoffe chaque jour (ou chaque nuit) un peu plus. Le récent mouvement pour l’élection du Maire de la nuit (baseline : “une initiative citoyenne pour donner une voix et un visage à la Nuit”) est en parallèle un bon indicateur du besoin profond des Parisiens de revendiquer leurs droits nocturnes. Paris reprend ainsi doucement sa place sur le podium des capitales de la nuit au travers de changements profonds. Si elle plébiscite plutôt explicitement la Rive Droite, la carte du “Paris by Night” préféré des Parisiens témoigne surtout d’un paysage plus éclaté, d’une offre plus millimétrée, quasi microcosmique (le Maire de la nuit va-t-il devoir nommer un “préposé municipal à la nuit” du 5ème, du 11ème, du 18ème…?) : à mesure que la nuit s’étend, ses espaces se rétractent. “Aller en boîte” est devenu “sortir en club” : les noctambules ne sont plus attirés par les discothèques, trop vastes et impersonnelles, et se mettent en quête de lieux à taille humaine et leur ressemblant (aucun des établissements historiques de Paris – le Queen, le Duplex, le Rex, les Planches, le VIP Room – n’a été cité par les personnes interrogées). Les portes d’entrée évitent la grandiloquence, la guichetière dans sa guérite a disparu et, ultime symbole, l’accès est souvent gratuit. “Happy few” n’est désormais plus synonyme de VIP. Cette mutation d’une nuit désormais plus active et moins “show-off” se retrouve également dans l’ADN des projets des “bandes” à succès de Paris (Baron, Splendens, Experimental à l’origine de la grande vogue des lieux orientés “cocktails”), soit des lieux créés par un groupe d’amis... pour accueillir des groupes d’amis. Des lieux où il est tout aussi possible de danser que de parler. Dès lors, la nuit n’appartient plus à la jet-set, elle s’offre aux initiés, aux membres d’une même communauté : à chacune son club, dans lequel le carré VIP n’a plus sa place et n’existe d’ailleurs même plus. Même dans les clubs maintenant une forte sélection à l’entrée, aucune hiérarchie n’existe entre noctambules, une fois à l’intérieur. Finalement, si le Parisien plébiscite massivement une fois par an la Nuit Blanche, le noctambule, lui, part en quête chaque semaine de sa “Nuit Franche“, une nuit qui lui ressemble. Et si, pour s’y rendre, il peut prendre la ligne 2 ou la 6 et profiter du métro aérien de nuit, cela lui va encore mieux !
  • 24. BY NIGHT TENDANCE 2 Noctambulisme nomade et partie de cache-cache à ville ouverte Dès lors que l’offre se multiplie en une myriade de petites portes d’entrée, le peuple de la nuit ne tient plus en place, Paris se fête par étapes, en picorant dans chaque quartier les ambiances complémentaires qui s’y trouvent : tournée des bars à Oberkampf ou Barbès, puis direction les clubs de SoPi avant de faire un saut sur les quais d’Austerlitz... et écarter définitivement le sommeil en passant la journée sur le dancefloor des “soirées d’après-midi” Concrete. Les classes d’âge monopolisant massivement les planchers et bitumes du Paris By Night ont soit grandi dans le tout-digital, soit appris à l’intégrer et l’utiliser. Les Parisiens ont ainsi, dans la journée, pris l’habitude d’avoir accès à tout, tout de suite. Ils ont également pris l’habitude de “zapper” et de passer d’une activité à une autre très facilement. Le phénomène apparaît comme particulièrement saillant sur le domaine de la nuit quand on analyse les comportements des Parisiens une fois le soleil couché : la Nuit Franche de chacun doit être multiple, optimisée et pleine de rebondissements – on ne veut et on ne peut pas avoir le temps de s’ennuyer ! Le phénomène d’ouvertures multiples et répétées de nouveaux lieux (et leur succès tout aussi systématique – les clubs vides se font rares) répond à cette demande et à cette recherche d’une capacité de choix multiples et variés que manifestent les Parisiens. Dans cette variété de la nuit parisienne, on constate ainsi l’émergence de deux dynamiques fortes et opposées : d’un côté, la multiplication et le succès de lieux “à ciel ouvert” où l’on s’expose en pleine ville (roof tops, quais et péniches – on pense bien sûr au déjà célèbre Perchoir mais également à cette nouvelle Seine qui émerge au bord de l’eau) ; de l’autre, les lieux résolument clos, voire cachés, avec des speakeasy inspirés par les bars clandestins américains du temps de la Prohibition (une porte dérobée au fond d’un restaurant donne accès à un bar qu’aucune signalisation n’indique depuis la rue). S’exposer au grand jour pour se réapproprier la capitale, faire la tournée des bars d’un même quartier, se calfeutrer derrière une porte dérobée pour lui échapper : les Parisiens multiplient les expériences, souvent au cours d’une seule et même nuit, dans une grande et collective partie de cache-cache avec le quotidien.
  • 25. BY NIGHT TENDANCE 3 La nuit, cet ailleurs qui doit rassurer C’est donc une vraie tendance : la nuit parisienne, dont on a longtemps dit qu’elle avait connu son apogée dans les années 80, est en retour de grâce et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela réjouit les Parisiens ! Mais tout comme les lieux ont évolué, les manières de faire la fête également. Au travers de leurs expériences, les Parisiens dans leur identité noctambule nous disent qu’ils veulent s’évader... sans être déstabilisés : le désir (besoin ?) de se sentir à l’extérieur “comme à la maison” comme celui de chercher, pour danser, un lieu à peine plus grand qu’un appartement, en sont deux signes significatifs. Tout comme l’est le fait que les clubs montés par des “bandes de potes” (qui pourraient dans un sens être les leurs) mais aussi les projets “artisanaux” sont préférés aux “machines” lancées par des magnats de la nuit. Il semble enfin qu’une offre ludico-régressive (le Ping-Pong, le Fantôme, les soirées KaraYaourt du 114, la soirée EdBanger...) s’impose sur la carte du Paris By Night. Parfois un peu nostalgiques, confrontés à une conjoncture fragilisante, les noctambules parisiens semblent dans un sens demander à la nuit une fois tombée, de se montrer rassurante ; de les divertir tout en les ramenant à des cocons familiers (amis, maison, enfance) – c’est une nouvelle dynamique dans le cadre de la nuit à proprement parler mais elle rejoint probablement des signaux déjà constatés il y a quelques années dans d’autres univers lifestyle. Prenons l’exemple de la comfortfood et des coquillettes-jambon à la carte de dizaines de restaurants et également servis dans des dîners d’enfants pourtant devenus (très) grands... A la différence d’une nuit londonienne sans doute plus festive ou encore d’une nuit berlinoise perçue comme sans limites, la nuit parisienne, restée ces dernières années en veilleuse, se doit peut-être, pour son grand retour, d’être une nuit “bienveillante”. C’est aussi d’une certaine manière, ce que nous dit le mouvement pour l’élection d’un Maire de la nuit à Paris : donner la parole aux noctambules ; harmoniser les rapports avec le voisinage ; rendre la nuit parisienne attentive à tous, pour le bénéfice de tous, riverains comme organisateurs, va dans ce même sens d’une nuit parisienne “cosy”. Finalement, les Parisiens demandent peut-être tout simplement à la ville de prendre soin d’eux lors de leur voyage au bout de la nuit, une nuit parisienne devenue “comfort-night” depuis peu.
  • 26. u s’est perdtique n on ami, o ait une bou ec m n jour, avrais. On cherch is on est tombé ”U a ans le Ma mais trouvée. M oppes qu’on d ja h qu’on n’aues et d’autres éc formidable, sur des r issait pas. C’étaite découverte.” ne connaent de perte et d le sentim ) (Lauriane
  • 27. BOUCHE” RUES ”DE isans iers/art & épic MARCHéS ES S DéSUèT BOUTIQUE rands TORES & g Rue Damrémont s magasin Bastien de Almeida CONCEPT-S rue rue de Lévis la Librairie de Paris des Martyrs L’Acrobate autres ADEAUX + C Epicerie Lion Causses L’Échoppe Atelier Olivier Gestin rue Lévy OUABLES” CRETS AV ”SE Publicis drugstore marché de l’Olive rue Cadet Papèterie Cassegrain passage des Panoramas La pâtisserie des Martyrs A la mère de famille Sadaharu Aoki Terroirs d’avenir rue Montorgeuil galerie Vivienne rue de la Pompe Minuit moins 7 Babel Pop Market Centre Commercial Brocantes de Popincourt Wait Make Up Me marché du boulevard rue de bretagne Richard Lenoir L’Artisan Fleuriste Franck & Fils Ground Zero le thé des écrivains Merci AESOP Les Fleurs rue Cler 365c Cire Trudon Démocratie Le Bon Marché La Crèmerie marché Raspail Les parapluies Simon Bogato marché Convention rue Daguerre marché d’Aligre
  • 28. PARIS SHOPPING MOMENTS mère, avec ma . (Marie) e Noël ourses d ’à l’Île de la Cité Les c jusqu s du Marai tinées des maDaniel) enir Le souves de Paris. ( aux Hall tal chage to de la e idi de lâ près-mutique ou presqu à Paris. ne a e bo U u arrivée ans chaq quette, à mon d Ro (Vincent) rue de la rées nes arboLoic) iéton les ruesapc Montsouris. ( r Traverseours du p r des alent erie nde Epic e la Gra visite àfais un pèlerinag ière Ma prems. Depuis j’y roline) de Pari mensuel. (Ca
  • 29. PARIS SHOPPING MAROTTES arbès. u Tati / B Le carrea futur tion du aine La ques amarit de la S sme associé. a et le fant oiffeurs ers et curs. bi Les barur messie po
  • 30. SHOPPING TENDANCE 1 Paris est un village Contrairement à d’autres villes aspirationnelles comme New York par exemple, Paris bénéficie d’un effet village, unanimement apprécié par ses habitants. Sur le plan du shopping, c’est le “tout à proximité” qui est le plus souvent cité – et la capacité d’accès qui ressort particulièrement en second lieu. En résumé : “je peux choisir d’acheter mon pain à deux pas mais si, pour une occasion spéciale, je souhaite aller à l’autre bout de la ville dans une boulangerie spécifique dont on m’a parlé, je sais que je peux y être vite et facilement.” Dans “leur” quartier - et le “leur” a toute son importance tant ils peuvent se sentir non propriétaires mais acteurs (principaux ou secondaires selon les personnalités) de leur environnement immédiat -, les Parisiens interagissent et nouent des liens. Ceci est particulièrement vrai dans la relation entretenue avec les commerçants. Ce qui apparaît de manière très évidente, c’est que Paris n’est pas une ville de commerces anonymes, c’est une ville de commerces incarnés par “le petit fleuriste”, le boulanger ou le boucher du coin, “mon” cordonnier, voire par “Patrick” quand le fil du temps permet de passer à une forme d’intimité qui autorise l’usage du prénom. La bienveillance mutuelle, dans la relation commerciale de proximité, est inestimable pour les Parisiens qui apprécient le fait d’échapper à la sensation d’être un numéro comme un autre. Les natifs, qui restent le plus souvent dans leur quartier de naissance, peuvent ainsi encore bénéficier de leur statut d’enfant du quartier quand les Parisiens arrivés d’ici et d’ailleurs, se réjouissent de pouvoir retrouver, à Paris, dans leur quartier, une dimension provinciale. A l’image du Village Jourdain ou du Village Saint Blaise, tous deux situés dans le 20ème arrondissement, Paris pourrait de fait facilement n’être pas qu’un village, mais des villages, certainement. Imaginer le Village Batignolles, le Village Ledru-Rollin ou encore le Village Mouton-Duvernet ne paraît pas si incongru...
  • 31. SHOPPING TENDANCE 2 L’artisanat du commerce, ou le goût du bel ouvrage parisien Sur le plan des courses du quotidien, sont particulièrement appréciés, les lieux qui concentrent une énergie et une vitalité particulières : les marchés bien sûr (sur lesquels viennent se superposer le regret des Halles de Paris et le fantasme autour de Rungis), les rues de bouche et tous ceux qui contribuent à réinventer leur métier au quotidien (Causses par exemple sur l’alimentaire et le traiteur avec son enseigne La Fabrique, bien-nommée au regard de l’appréciation très valorisée du faitmaison). Ce sont également les figures et traits de caractères des commerçants qui sont cités spontanément par les répondants : la gentillesse de la jeune fille du pressing, l’accent amusant du traiteur polonais, les bons conseils du boucher, etc. Dans ce petit théâtre des rapports humains que représente le commerce de proximité, fleuriste et coiffeur / coiffeuse sont 2 professions qui ressortent particulièrement dans le discours des répondants : on peut considérer que la dimension “esthétisante” de leur travail résonne particulièrement à Paris, ville de beauté(s). De l’artisanat à l’art, il n’y a qu’un pas. Cette même appréciation esthétique se retrouve également dans les références nombreuses accordées aux échoppes désuètes et aux maisons “qui ont une histoire” (Cire Trudon, épicerie Lion, etc.), souvent portées par des figures très appréciées des Parisiens. Car l’acte d’achat idéalisé à Paris reste au final ultra-personnalisé. Le concept du “mall” est aux antipodes du référentiel des Parisiens d’où une curiosité intriguée à l’évocation de projets comme le Centre Beaugrenelle et un rapport aux grands magasins significatif : le plus grand, les Galeries Lafayette, est appréhendé dans sa dimension utilitariste. Le Bon Marché imprime une certaine idée du luxe à la Française qui continue de plaire mais aussi d’intimider dans une certaine mesure les Parisiens. Enfin, la Samaritaine est un lieu dans lequel se concentre un imaginaire fort, principalement du fait de sa superbe passée et des incertitudes autour du devenir du bâtiment. Au final, le shopper parisien ressort dans toute sa complexité en comparant les habitus en magasin dans la vie réelle et les pratiques mobiles / numériques : quand il se déplace physiquement, le client parisien souhaite pouvoir compter sur un rapport humain, une relation privilégiée, une discussion, une complicité. Il ne s’agit pas seulement d’acheter - parfois, il s’agit d’ailleurs moins d’acheter que de vivre une expérience particulière. Quand sur le plan du commerce online, ce sont les notions de facilité / praticité comme d’inspiration et de découverte qui retiennent l’attention du panel. Sont ainsi citées plusieurs initiatives online dans la continuité de la tendance dite des boxs et autres kits : on peut notamment citer chictypes.com (livraison d’une sélection de vêtements pour hommes, choix à conserver, reste à renvoyer, facture à régler en fin de transaction) ou masurprise.com (votre enfant que vous avez pris le soin d’abonner reçoit une boîte surprise par mois).
  • 32. SHOPPING TENDANCE 3 La boutique-slash, concept-store des années 2010s Nous l’avons vu, le centre commercial n’appartient pas à la culture des Parisiens. Le détournement de la formule par les créateurs de Veja qui ont ouvert leur conceptstore (baptisé “Centre commercial” donc...) en 2010, rue de Marseille, a marqué les esprits. Plus globalement, le concept-store, en général, est sans doute entré dans une phase 3 de son histoire. En phase 1, colette a naturellement dominé le marché pendant des années. Si le magasin reste une source d’inspiration pour de nombreux acteurs, il n’est pas cité spontanément par les personnes rencontrées. Merci, en revanche, apparaît très clairement comme le point d’origine de la phase 2 du concept-store contemporain. En imaginant un espace de vie plus qu’un magasin, la famille Cohen, créatrice de Bonpoint, composée de nombreuses figures “dynamisantes” de la vie parisienne (décorateurs, restaurateurs, créateurs), a contribué à changer radicalement la physionomie du boulevard Beaumarchais, repère initial de magasins photo, en passe de devenir l’une des artères les plus “mode” de la capitale. Et a probablement fait des émules. On assiste ainsi aujourd’hui, avec une adresse telle que The Broken Arm, à l’aboutissement d’un phénomène qui voit le magasin multi-marques élargir et concentrer son offre à la fois : ces nouveaux lieux de vie décompartimentent le shopping. Ils proposent ainsi de la mode mais aussi de la maison, de l’alimentaire, de la librairie et autres beaux objets (élargissement), le tout autour d’un nombre de références très limité (concentration). C’est la boutique-slash, à savoir le magasin/restaurant/ librairie/papetier/... et c’est également l’anti-Babou : dans ces magasins, il y a au final très peu de produits mais ceux-ci sont très bien mis en valeur. Dans ces nouveaux espaces donc, chaque objet compte et la conception du display comme de l’aménagement global des lieux est pensée au millimètre. On se rend compte de nouveau que l’art du raffinement et de la délicatesse sied particulièrement à Paris. Le point commun de ces 3 âges du concept-store est à chercher du côté de la figure de l’entrepreneur : que l’on regarde les exemples de colette, Merci ou The Broken Arm, on s’aperçoit que leurs créateurs présentent la plupart du temps des personnalités très fortes, mi-commerçants, mi-créateurs en tant que tels. A l’image de ce qui se passe dans la gastronomie ou dans le domaine culturel, le collectif (“gang”) est ici aussi une tendance lourde (The Broken Arm monté par la bande du blog “Des jeunes gens modernes”).
  • 33. tre ça peut êune expo en, ble parisi de, un café, a t… ”L’inestimle promena estauran le un r e simp ntendu parler ou curiosité et un la e ont on a it de découverte,l’occasion d r c’est l’esp ville nous donne construire a fait que loser, de choisir, de de compà soi.” (Maryse) un Paris
  • 34. DES LE PARIS S SYMBOLE ALES TES POST DE CAR LE PARIS puces de Saint-Ouen la Cité des Fleurs place Dalida la Goutte d’Or le Sacré Cœur avenue Junot marché Saint Pierre funiculaire de Montmartre square des Batignolles E POPULAIR LE PARIS E PAIX HAVRES D TS MONUMEN bal des Abbesses la rue Lepic parc Monceau gare du Nord (eurostar/thalys rue Simon Bolivar COUVENT des Récollets l’opéra garnier S” VOUABLE ECRETS A Arc de triomphe ”S passage Brady La Madeleine terrasse de l’hôtel Westin place de la république Place des Victoires jardins du Palais Royal pont Alexandre III Fête Foraine des Tuileries quais de seine & berges Pyramide du Louvre viaduc de Bir-Hakeim les Invalides les bouquinisteS le pont des Arts Village Jourdain rue des Cascades passerelle de la Grange-aux-Belles rue de belleville place Sainte Marthe place de la Concorde La Tour Eiffel Les Buttes Chaumont Place des Vosges Ile Saint Louis feu d’artifice du 14 juillet Notre Dame la Bastille piscine de Pontoise statue de la Liberté Jardin du Luxembourg la coulée verte place de la Contrescarpe Panthéon catacombes & égouts de Paris bnf place Paul Verlaine
  • 35. PARIS AS a TOURIST MOMENTS nnis rts de teg. les cou ouer surin du Luxembour J du jard hristophe) (C Velib’ Paris en esnil. r Traversie n à Mirom de Nat o éraldine) (G ysée ée de l’El Versailles. te priv Une vision, ou encore de tign ou de Ma (André) inéma ival de c ’été. u fest un film a illette un soir d r Aller voiin air de la V e) en ple (Isabell iture r une voe ou prendre un Essayede la vill urnée le tour Paris toute une jo t en faisarn ule dans de) i qui o ou presque. (Clau tax
  • 36. PARIS AS a TOURIST MAROTTES ros. aris. toire de P a L’Observ Gar ” Roland ment ”L’événe Les ill oël. ions de N uminat
  • 37. as a tourist TENDANCE 1 Entre l’intime et le magistral : le Parisien touriste voit double Le Parisien touriste se repère dans un Paris dédoublé : celui de la grandeur monumentale de la Concorde et celui de l’intimité d’un square ou d’une petite place de son quartier (“place Sainte Marthe ou square Montholon”). Les Parisiens ne renient pas leur statut d’amoureux (“comme au premier jour”) de leur propre ville, bien au contraire. Ils assument et déclarent souvent aimer regarder Paris avec leurs yeux d’enfants ou d’éternels touristes. Cette impression du premier jour est très présente et encore vive dans leurs récits. Ils se laissent toujours la possibilité de re-devenir touristes et découvreurs de leur propre métropole quand bon leur semble : c’est le mythe du mois d’août et plus généralement des vacances à Paris, fréquemment cité comme objet de fantasme par les personnes rencontrées. L’idée du Parisien qui redevient un touriste relève également d’un “idéal retrouvé”, qui se présente, dans les faits, lors de la visite d’amis ou de la famille. Le moment est alors venu de remonter sur la Tour Eiffel, d’aller à Notre-Dame ou de visiter les grands magasins. Ces “valeurs sûres” qui font pratiquement partie de la “marque Paris” semblent rassurer dans un sens les Parisiens. La Tour Eiffel se situe au premier rang de ces “monuments repères” qui sont la marque du Paris touristique intemporel et qui sont souvent aimés davantage au travers de leur force représentative que pour leur fréquentation à proprement parler : ça, c’est Paris ! A ce sujet et de façon assez surprenante, la Tour Eiffel, justement, est un faux cliché. Elle occupe une place symbolique très importante pour le “Parisien-touriste”. Contrairement aux Champs-Elysées, souvent perçus comme vulgaires et contaminés par la “global culture” consumériste, il y a une grande histoire de cœur entre les Parisiens et la Tour Eiffel. C’est un monument incarné, qui à lui seul contient à la fois l’idée, le goût de Paris (son design) et son aura dans le reste du monde. La Seine bénéficie également dans le cœur des Parisiens d’un statut très particulier : elle est, elle aussi, un de leurs repères préférés, alliant à la fois la dimension monumentale et l’intimité.
  • 38. as a tourist TENDANCE 2 & 3 Paris-sur-Seine, transformations du “vivre ensemble” Nous l’avons vu, le monumental cohabite donc avec le “village de Paris”, celui des quartiers résidentiels et commerçants auquel chacun est attaché pour des raisons différentes. Ce Paris-Villages est un Paris “sur mesure”, plus confidentiel qui commence souvent en bas de chez soi ; c’est aussi un Paris plus relationnel et plus intimiste, un Paris plus social. Il gagne du terrain en ce que les besoins se (re)localisent et les enjeux de proximité se renforcent en matière de consommation, d’activités culturelles et de vie sociale. Il est actuellement le terrain d’une transformation sociale visible et transversale : cette transformation s’exprime au travers d’une vie de quartier renforcée et d’une volonté de “tester” de nouveaux modèles du “vivre ensemble”. Ainsi ce sont dans ces nouveaux villages qu’émergent des tiers-lieux, des espaces de co-working, de nouvelles formes d’engagement civique ou de co-création. L’exemple de l’innovation numérique avec une initiative comme La Cantine illustre bien cette tendance. Si le Paris monumental rassemble autour du passé, le Paris intime se tourne plus volontiers vers le futur et la volonté d’agir en mode collectif. Le touriste parisien assimile par ailleurs parfaitement la sociologie des arrondissements, zones communautaires et identitaires jalonnées de frontières invisibles qui structurent fortement l’espace urbain. Etre un touriste à Paris, c’est donc aussi se promener dans la société, tout simplement en changeant d’arrondissement : sortir d’une bouche de métro “en terre inconnue” et faire l’expérience d’une autre “tribu” pour quelques heures. Mais c’est aussi revendiquer une appartenance sociale et son attachement à un quartier d’origine parce que “je ne pourrais jamais vivre dans le 16ème ou... dans le 20ème !”. Paris, je t’aime moi non plus Les contraintes de temps, la pression, le manque de spontanéité dans les relations sociales font partie des critiques courantes adressées à la vie parisienne. Et cependant, la plupart des répondants ne quitteraient Paris pour rien au monde. Simplement parce qu’il y a un prix à payer pour vivre à Paris. Les interrogés le reconnaissent avec fatalité : la grisaille fait même partie intégrante de leur expérience de Paris. Plus généralement, les Parisiens se plaisent aussi à dire qu’ils souffrent. Leur relation avec la ville reste ainsi passionnelle et paradoxale. Le Paris préféré n’est pas très loin d’un Paris sublimé, pas toujours en phase avec l’expérience quotidienne de la ville. Rien de mieux que le témoignage de Sophie pour saisir cette idée : “Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est que tu travailles comme un chien, tu te tapes une heure de bouchons, tu vis dans dix mètres carré et quand on t’interroge sur Paris... tu réponds que des trucs géniaux ! C’est quand même évocateur. Moi j’arriverai sans doute jamais à partir d’ici. Mon entourage me dit que je serais trop malheureuse sans Paris, comme si Paris était une personne ! Ca c’est inestimable, une ville qui ressemble à une personne...”
  • 40. FOODIE LE PETIT PARISIEN ARTY la Cité des Fleurs BY NIGHT LE JARDIN DU Musée de la vie romantique THÉÂTRE Des Bouffes du Nord SHOPPING la Librairie de Paris bal des Abbesses IST AS a TOUR La Fourmi LE PAVILLON DU LAC gare du Nord (eurostar/thalys le Café A Rebelatto artazart le Comptoir Général passage des Panoramas La pâtisserie des Martyrs LE PETIT VENDÔME LE DERRIÈRE galerie Vivienne social club Fête Foraine des Tuileries L’ORILLON BAR le Carillon terrasse de l’hôtel Westin Sadaharu Aoki Ground Zero OFR place de la république MARCHÉ PHOTOMATON BONTON le thé des écrivains Make Up Me DES ENFANTS ROUGES la penderie L’Artisan Fleuriste GLOU L’entrée des artistes Franck & Fils feu d’artifice du 14 juillet Pottoka le Bar du Marché Les 3 maillets Lengué le jardin du musée rodin statue de la Liberté piscine de Pontoise Chez Gibert le salon du panthéon LES maisons d’édition DU 6Ème L’Imprévu LE TEMPS DES CERISES MARCHÉ SAINT MARTIN le Motel Le square Trousseau soirées concréte ateliers de menilmontant
  • 41. ANALYSE COMPLéMENTAIRE Nous avons interrogé les Parisiens sur leurs lieux de prédilection, en leur demandant de citer spontanément leurs trois endroits préférés à Paris dans chacune des catégories suivantes : Quartiers / Places / Monuments / Parcs & Jardins / Musées. A partir de leurs réponses nous avons établi le Top 5 des lieux préférés des Parisiens dans chaque domaine. A titre d’exemple, 64,75% des Parisiens interrogés ont cité la Place de la République comme figurant parmi leurs places préférées à Paris. PARCs JARDINS PRÉFÉRÉS
  • 42. LIEUX PRÉFÉRÉS DES PARISIENS : TOP 5 • quartiers préférés • N°2 PARCs JARDINS N°4 N°1 UL) (SAINT-PA N°1 N°1 RÉS) MAIN-DES-P (SAINT-GER N°3 Jardin du Luxembourg 55,50% N°5 N°2 ) (ABBESSES N°2 Parc des Buttes Chaumont 37,75% N°3 N°3 PRÉFÉRÉES (OPÉRA) Jardin des Plantes & Parc Montsouris ex-aequo 28,25% HEL) (SAINT-MIC N°4 N°5 N°2 N°1 N°3 N°5 N°4 N°4 Jardin des Tuileries 27,50% N°5 parc monceau 26,50% N°1 Notre Dame de Paris 48,50% N°2 la Pyramide du Louvre 41,50% N°3 N°4 N°5 Le Sacré-Cœur 24,75% La Concorde 22,75% L’Arc de Triomphe 17,75% N°6 la Tour Eiffel 15%
  • 43. CONSTATS TRANSVERSAUX LE PARIS PRÉFÉRÉ DES PARISIENS
  • 44. CONSTATS TRANSVERSAUX TENDANCE 1 LA GéOGRAPHIE DU PARIS PRéFéRé DES PARISIENS éVOLUE Première conclusion de l’étude : le rapport rive gauche - rive droite se transforme. En perception, le découpage des différents quartiers ou zones géographiques est clair : il apparaît sur nos différentes cartographies que le nord de Paris attire davantage que le sud. Au nord, c’est le nord-est qui “bouillonne” le plus quand au sud, le sud-ouest semble relativement moins attractif dès lors qu’il s’agit de sortir dîner (Foodie), danser (By Night), aiguiser sa curiosité (Arty / As a tourist), etc. Même lorsqu’il s’agit de faire des courses (Shopping), on s’aperçoit que les Parisiens vivant à Paris-sud (et particulièrement dans le sud-ouest de Paris) sortent davantage de leur quartier que ceux du nord qui semblent trouver leur bonheur dans leur environnement immédiat. Une nouvelle géographie de la vitalité urbaine touchant tous les domaines étudiés semble ainsi se dessiner dans un nord-est de Paris étendu allant du 18ème au nord du 12ème. Dans cette zone, à l’instar de ce que l’on voit à New York et à Londres par exemple, les quartiers se rebaptisent - comme s’il s’agissait de désigner un nouveau projet de quartier. SoPi (South Pigalle) est “né” il y a déjà quelques années, NoMo (North Montmartre) semble bien parti pour prendre la même voie. East Belleville ou MaBaCha (Marais-Bastille-Charonne) peuvent-ils exister demain ? La question est posée… A cette géographie de la vitalité et de la créativité relative aux notions d’énergie et de dynamisme se superpose une géographie du plaisir ou des plaisirs. Des plaisirs souvent simples, parfois bruts. Ce deuxième niveau géographique est lié au bon : aux bons moments, aux bons produits, aux bons restaurants et parfois même aux bons sentiments, nous y reviendrons. Il est plus diffus, recoupe différentes réalités de Paris et existe sur l’ensemble du territoire parisien bien qu’il semble là aussi plus marqué au nord (voir la carte “Paris Foodie” à titre d’exemple). Finalement, on s’aperçoit en croisant ces deux géographies que ce qui est peut-être le plus important aujourd’hui pour les Parisiens, ce sont précisément ces deux notions : le bon et l’énergie - quand la norme était davantage centrée autour du beau et d’une certaine idée de l’élégance, il y a quelques années encore. Le fait que la rive gauche soit finalement assez peu présente dans le référentiel des préférences des Parisiens illustre bien cette idée. C’est donc une transformation sociale importante à laquelle nous assistons : les valeurs et l’inspiration populaires sont de retour. De là à estimer qu’aujourd’hui, le populaire est devenu le nouveau “chic parisien”, il n’y a qu’un pas… Le recentrage sur l’essentiel vs l’existentiel semble quoi qu’il en soit manifeste.
  • 45. CONSTATS TRANSVERSAUX TENDANCE 2 PROXIMITé ET BIENVEILLANCE AU CŒUR D’UNE NOUVELLE ESTHéTIQUE PARISIENNE Les Parisiens privilégient donc aujourd’hui une forme d’épure, d’humilité, de nouveau une forme de simplicité, que ce soit dans les lieux qu’ils fréquentent ou dans leurs relations sociales. Ce qui est ostentatoire a probablement moins de place dans leur cœur et ils se disent demandeurs de spontanéité. Ils aimeraient d’ailleurs pouvoir en trouver davantage dans Paris en général - et dans leur vie à Paris, en particulier. La notion de proximité est essentielle pour les Parisiens. L’ancrage dans leur quartier apparaît comme déterminant. Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette tendance touche Paris et ceux qui font / sont Paris à différents niveaux : que je m’appelle Sophie vivant rue Lepic depuis toujours ou presque, que je sois Inaki Aizpitarte, chef-entrepreneur propriétaire de plusieurs établissements avenue Parmentier, ou que, dirigeant le BHV, je décide de repositionner mon magasin et de le rebaptiser “BHV Marais”, au final je suis ancré(e) dans mon quartier : avant d’être Parisien, j’appartiens à mon quartier autant qu’il m’appartient. Dans ce cadre, les rapports humains sont beaucoup plus valorisés à Paris que dans d’autres capitales. Plusieurs personnes nous ont dit que le fait que Paris reste une capitale à taille humaine était quelque chose d’inestimable pour eux. Pourquoi ? Sans doute parce que les Parisiens ont besoin de ces relations très individualisées, très personnalisées, comme celles qu’ils peuvent entretenir avec des commerçants qu’ils connaissent finalement parfois depuis très longtemps. Ils en ont besoin car ils reconnaissent la valeur ajoutée que ce type de rapports apporte à leur quotidien. La reconnaissance, la chaleur, la complicité qui peuvent parfois naître de la proximité sont très valorisées à Paris. Et aujourd’hui sans doute davantage que dans le passé, cet état de fait prend encore un nouveau virage avec l’entrée en scène de toutes ces mouvances collectives et “coollaboratives” que l’on voit émerger dans chacun des domaines étudiés. Les Parisiens sont peut-être aussi tout simplement un peu moins solitaires ; ils ont peut-être tout simplement davantage besoin et envie de se (re)trouver ensemble qu’avant. A ce titre, ce que l’on observe dans l’univers de la nuit est bien représentatif de ces nouveaux comportements : nous avons évoqué une nuit moins show-off, une nuit dans laquelle on veut pouvoir se sentir bien, “entre amis”, au final une nuit parisienne “bienveillante”. Il nous semble que cette notion de bienveillance draine une nouvelle esthétique parisienne, une esthétique là aussi sans doute moins orientée sur la forme que sur le fond. Elle prend forme dans une démarche ou recherche de vérité (vérité du produit et de la consommation, vérité des relations, vérité de l’engagement vis-à-vis de personnes ou de lieux etc.) qui n’a pas de prix pour les Parisiens et à laquelle ils ne renonceraient pour rien au monde : c’est tout à la fois les notions de “Good around the corner” et “Care around the corner”.
  • 46. CONSTATS TRANSVERSAUX AUTRES TENDANCES ET OBSERVATIONS Une nuance se dégage toutefois : si l’effet du “Paris intime”, voire intimiste, est incontestable, dans le même temps, tout ce qui est magistral / monumental continue d’émouvoir ou d’impressionner. En définitive, les Parisiens nous disent aimer ce qui est petit et charmant (exemple : la place Sainte Marthe) mais ils restent attachés à un certain nombre de symboles parisiens beaucoup plus spectaculaires (exemple : la place de la Concorde). Un autre élément significatif qui a retenu notre attention est lié à la prépondérance de la cuisine, en tant qu’acte de manger, dans les points d’attachement des répondants : très souvent, ce que choisissent de nous raconter les gens est intimement lié au repas, à la préparation des temps de repas (à la maison ou dehors) ou encore à la discussion ayant trait aux temps de repas. La tendance #foodlove est très clairement présente ailleurs qu’en France mais c’est peut-être à Paris qu’on en parle et qu’on y pense le plus. Le #foodtalk / #foodthought serait-il spécifiquement parisien ? A voir… Au terme de cette étude, il nous semble de manière évidente que les Parisiens aiment Paris. Mais nous l’avons vu, le rapport des Parisiens à leur ville peut être profondément contrasté pour ne pas dire paradoxal. Notons dans les éléments que regrettent le plus les Parisiens : le manque de nature, d’espace, de temps et d’improvisation. Finalement, Paris a peut-être aussi, pour ses habitants les défauts de ses qualités : sur la question de l’espace par exemple, c’est peut-être parce que Paris est une petite capitale plutôt concentrée que la dimension “VillageS” y est bien plus saillante qu’ailleurs (exemples : New York ou Berlin). Dans ce même ordre d’idées, nous avons cherché à comprendre les “traits de caractère” sur lesquels Paris est moins spontanément identifiée vs d’autres villes internationales. Il apparaît que Paris semble d’une manière générale moins “débridée” que d’autres : l’énergie festive et la notion d’exutoire nocturne par exemple sont très peu associées à Paris alors qu’elles le sont à New York, Londres ou encore Istanbul. Les relations sociales, même si elles s’inscrivent dans un cadre d’authenticité et de sincérité réel, sont probablement plus structurées, peut-être plus conventionnelles qu’à Madrid par exemple, où la convivialité est citée spontanément comme “facteur de vie” n’ayant pas de prix. Les signes extérieurs et éléments de représentation de soi sont sans doute également plus contraignants à Paris qu’à Londres où n’importe qui peut devenir quelqu’un d’autre le temps d’une journée ou d’une soirée, s’il le souhaite… Pour conclure, on émettra l’hypothèse suivante : si les Anglo-saxons semblent avoir gagné la bataille du soft power culturel, on pourrait estimer que Paris garde la main sur le “chic power” - ce fameux chic parisien ayant toutefois largement évolué, nous l’avons vu : transformation de l’esthétique, de la marque, du goût de Paris et donc du goût propre aux Parisiens intégrant un référentiel désormais plus populaire.
  • 47. ÉTUDE LE PARIS PRÉFÉRÉ DES PARISIENS Pour toute demande, n’hésitez pas à contacter : Elodie Giraud • 06 09 03 91 18 • elodie.giraud@happycurious.fr Donatienne Douriez • 01 42 73 81 23 • donatienne_douriez@mastercard.com