SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  37
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP
MADAGASCAR
WORLD FOOD PROGRAMME
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL
MADAGASCAR
FEVRIER 2011
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
SOMMAIRE
SIGLES ET ABREVIATIONS...........................................................................................................3
EXECUTIVE SUMMARY.................................................................................................................4
How the SAP operates.....................................................................................................................4
Identified problems .........................................................................................................................5
Proposed Solutions .........................................................................................................................5
RÉSUMÉ EXÉCUTIF........................................................................................................................8
Fonctionnement actuel du SAP.......................................................................................................8
Problèmes constatés........................................................................................................................9
Solutions proposées.........................................................................................................................9
Notes du consultant...........................................................................................................................12
I. INTRODUCTION..........................................................................................................................13
a. Termes de Référence de la mission............................................................................................13
Objectifs de la révision..................................................................................................................13
Résultats attendus :........................................................................................................................13
b. Méthodologie de travail..............................................................................................................13
c. Définitions du SAP.....................................................................................................................14
d. Brève histoire du SAP à Madagascar.........................................................................................15
e. Description de la zone opérationnelle........................................................................................15
f. Description du SAP actuel..........................................................................................................17
g. Pourquoi une révision?...............................................................................................................19
II. PARTIE CONSULTATIVE..........................................................................................................19
h. Où aller: opinions des parties prenantes.....................................................................................19
i. Ce que le nouveau SAP doit faire...............................................................................................20
III. PARTIE RECOMMENDATION.................................................................................................21
j. Vers une nouvelle méthodologie adaptée....................................................................................21
k. Les phases à suivre.....................................................................................................................22
i. Comité de pilotage et cadre institutionnel du SAP..............................................................22
ii. Mise à jour de la base de données......................................................................................22
iii. Sélectionner les zones socio-agro-écologiques. ...............................................................22
iv. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants;..................23
v. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les différentes zones;......23
vi. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la formation des
observateurs à ce protocole;.............................................................................................23
vii. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué;......24
viii. Préparer l’équipe technique pour la nouvelle méthodologie de traitement des données 24
ix. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les zones .......24
x. Nouvel agencement et mise en page du bulletin.................................................................25
IV. TABLEAU RECAPITULATIF...................................................................................................26
ANNEXES........................................................................................................................................29
ANNEXE 1: Terms of Reference..................................................................................................29
ANNEXE 2 : Programme de travail..............................................................................................31
ANNEXE 3 : Organisations rencontrées.......................................................................................33
ANNEXE 4 : Synthèse des échanges avec les Organisations rencontrées....................................34
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
SIGLES ET ABREVIATIONS
AEDES Agence Européenne pour le Développement et la Santé
CRS Catholic Relief Service
DA Difficultés Alimentaires
DAA Difficultés Alimentaires Aigues
DAL Difficultés Alimentaires Localisés
DUE Délégation de l’Union Européenne
DL Difficultés Economiques Légères
DRDR Direction Régional de Développent Rural
DS Difficultés Economiques Sévères
EWS Early Warning System
FA Famines
FAO UN Food and Agriculture Organisation
FED EU Fond Européen de Développement
FEWS Food Early Warning System
FNUAP Fond des Nations Unies pour la Population
NGO Non Gouvernemental Organisation
OMS Organisation Mondiale pour la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
ON Ordonnateur National
ONN Office National de Nutrition
PAM Programme Alimentaire Mondiale
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
RAS Rien à Signaler
SA Sécurité Alimentaire
SAP Système d’Alerte Précoce
SIF Secours Islamique Français
SIRSA Système d’Information Rural de Sécurité Alimentaire
TDR Termes de Référence
TOR Terms of Reference
UE Union Européenne
UNICEF United Nations Children Fund
VAM Vulnerability Analysis and Mapping
WWF World Wild Fund
WFP World Food Programme
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
EXECUTIVE SUMMARY
How the SAP operates
A warning system is a system implemented by an individual or group to inform of a forthcoming
danger. Its purpose is to enable the individual or group to prepare for the danger and undertake
actions to mitigate or avoid it.
The SAP in Southern Madagascar is an early warning system which mainly prevents food crisis.
Most natural disasters in southern Madagascar are the result of erratic rains, affecting food security.
Hence, SAP is an early warning system for food insecurity.
It was created in 1996 after severe food crises (famine) in
1991. Its primary mandate was to gather relevant
information from early warning to inform all stakeholders
of potential food crisis in selected areas. The system was
implemented in three regions: Atsimo Andrefana, Androy
and Anosy with 104 Municipalities.
The basic administrative unit is the Municipality. A
Municipality is divided into Fokontanys - also an
administrative unit - and in Fokontanys are a number of
villages or localities. The 104 Municipalities cover 1,974
Fokontanys and these Fokontanys cover 9,060 villages or
localities. About 1.8 million people live in the 104
Municipalities. One Municipality can be composed of
five to 62 Fokontanys.
The SAP information is collected monthly by 92
observers. Observers receive a monthly financial
compensation in exchange of their work. Each observer works with a number of questionnaires on
socio-economic, market changes, rainfall, agriculture and livestock. The observer in each
municipality collects the necessary information and then completes the questionnaires (44
questions).
To date, the monitoring indicators are:
• Environmental and Social Context
• Rainfall
• Agriculture and Livestock
• Other income-generating activities
• Revenues, expenses, savings
• Food consumption • Access / isolation
• Safety of people and goods
• Health and education
• Social capital and wellbeing
• Local Politics and monitoring of
interventions
• Price and market functioning
This information is validated and sent by the six district officials to the SAP office in
Ambovombe for data processing. In principle, SAP produces a monthly bulletin containing
detailed basic information such rainfall, crop production, livestock, markets, food situation,
migration and food assistance activities. SAP produces also three bulletins each year: 1) the
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
intermediary prognosis (April), 2) the estimated final prognosis (July) and 3) the final
diagnosis (December).
The classification of the Municipalities’ food security situation is as follows: RAS (nothing to
report), DL (mild economic difficulties), DS (severe economic difficulties), DAL (localized
food difficulties), DA (food difficulties), DAA (severe food difficulties), CA (food crisis) and
FA (famine).
Identified problems
The representativeness
The choice of the Municipality as the basic unit and the fact that each municipality has only
one observer, have an important influence on representativeness of data. In addition, a
Municipality may be large with 62 Fokontanys or small with only five Fokontanys. This
means that from a statistical point of view, information collected is not quite representative.
In the best case they are only significant.
The quantification of indicators
Most indicators are qualitative or descriptive. Therefore, there is a risk of subjective
interpretation. Whenever possible the indicators should be more quantitative.
The number of questions
In the past, the SAP was part of an agriculture development monitoring system (SIRSA) and
questionnaires are still much focused on agricultural production monitoring. Consequently,
they are composed of 44 questions, which is too high to allow rapid analysis.
The system's transparency
Collection of information in communities is not standardized. There is a risk that two
observers interpret the same information differently. The analysis procedures are not clearly
established, leaving the possibility of subjectivity in the analysis.
Proposed Solutions
The development of an adapted system will consist in different steps or more precisely will
follow a strategy containing different phases. . There are two prerequisites for this strategy:
1. ensure the stakeholders’ support to the process to follow but also for each step;
2. clearly identify the steps and the inputs needed;
The technical committee, created on February 25th
, should revise, amend if necessary, and
then validate the below recommendations and action plan, in order to guaranty the largest
support to the reform process.
The technical committee should as well initiate the process by conducting required actions
and making suitable proposition for the creation of the steering committee (step 1).
Phases to follow are:
1. First, the elaboration of an adequate, representative and scientifically correct system goes
through the consideration of institutional aspects. SAP needs a strong support at both national
and regional levels. Therefore, a steering committee could guide the SAP on institutional and
technical aspects. The steering committee could be composed of governmental technical
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
services (ONN, BNGRC, Ministry of Agriculture etc.) but also of UN agencies, NGOs
directly involved trough their projects in the SAP area, as well as donors.
To date, there is an initiative in this direction since the SAP presents its results to the cluster
of Food Security and Livelihoods (regional level). SAP results are discussed and analysed
amongst members before publication.
2. Then, a baseline study should be carried out to collect all baseline data needed to define
or characterize the zones. This information is essential and necessary to perform the
following activity (2) in a scientific way. Last baseline studies were carried out in 2000 and
2005 and must be updated.
3. A system using a socio-economic/agro-ecological zoning should replace the
Municipality as the basic unit. This unit would have the same production system and the
same rainfall pattern, and markets have the same profile in terms of products, periods, etc. It
is a very precise work and must be performed by a person or team who has basic knowledge
of production systems in the three regions in order to allow the identification of objective
selection criteria. The person or team should also have specific skills in geographic
information system to combine the geographical and agro-ecological data. The number of
zones is unpredictable, but can vary from 20 to 40 according to the criteria selected.
4. Existing questionnaires have been partly revised already. A number of issues which
were too related to the information requested by the SIRSA were eliminated. Further
improvements can be made using only 4 groups of indicators (socio-economic, rainfall,
markets and agriculture-livestock). The indicators used and their specifications must be
adapted to the different agro-ecological zones. An area where agriculture is the main
economic activity needs different indicators than an area that has mainly agro-pastoral
farming as the main activity.
5. Depending on the number of localities, but also the density of the population in a zone, a
number of "surveillance sites for each agro-ecological zone" must be statistically defined, and
the "listening posts" randomly selected. The frequency of collection for different
questionnaires must also be determined.
6. Specific guidance and training should be developed for observers, including instructions
for completing the questionnaires. This "procedure" must be described in a clear and detailed
protocol for observers and they need to be trained in this new methodology.
7. The central office of SAP processes and analyses all data and should also work according
to a protocol that describes the work according to standardized procedures. This makes their
work more transparent for users of SAP bulletin. The core team of SAP should also be
trained for this purpose.
8. The food security classification should be refined and agreed among the steering
committee. Below, as an example, the 5 classes used by FEWS-Net :
1. No acute food insecurity
2. Moderately food insecure
3. Highly food insecure
4. Extremely food insecure
5. Famine
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
Areas are classified at near-term (three months) and at medium-term (three to six months)
which results in two mappings (one for the near term, the second for the midterm).
9. The structure of the SAP bulletin will be simplified and the number of pages reduced. It
should contain a brief summary of the methodology and terminology used and the results
explained first in general, and then in more detail for each zone.
2
REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011
RÉSUMÉ EXÉCUTIF
Fonctionnement actuel du SAP
Un système d'alerte est un système mis en œuvre par un individu ou un groupe pour informer
d'un danger à venir. Son but est de permettre à l’individu ou au groupe de se préparer au
danger et d’agir en conséquence pour l’atténuer ou l’éviter.
Le SAP du Sud de Madagascar est un système d'alerte précoce qui prévient principalement
les crises alimentaires potentielles. La plupart des catastrophes naturelles dans le sud de
Madagascar sont le résultat de l'irrégularité des pluies, provoquant essentiellement une
situation qui affecte la sécurité alimentaire d'une manière négative. Le SAP est donc un
système d'alerte précoce d’insécurité alimentaire.
Il a été créé en 1996 après les graves crises
alimentaires (famine) de 1991. Son mandat principal
était de recueillir des informations pertinentes d'alerte
précoce pour informer toutes les parties prenantes des
crises alimentaires potentielles dans les zones choisies.
Le système est devenu opérationnel dans trois régions
différentes: Atsimo Andrefana, Androy et Anosy pour
un nombre total de 104 Communes.
L'unité de base administrative est la Commune. Une
Commune est divisée en un certain nombre de
Fokontany - également unité administrative - et dans ce
Fokontany se trouvent un certain nombre de villages ou
localités. Le total de 104 Communes représente un
total de 1 974 Fokontany et ces Fokontany couvrent un
nombre total de 9 060 villages ou localités. Dans les
104 Communes vivent environ 1,8 millions de
personnes. Une seule Commune peut être composée de cinq à 62 Fokontany.
Les informations du SAP sont collectées mensuellement par 92 observateurs. Les
observateurs reçoivent une indemnité mensuelle pour le travail accompli. Chaque observateur
travaille avec un certain nombre de questionnaires portant sur la situation socio-économique,
les développements du marché, la pluviométrie, l'agriculture et l'élevage. L'observateur de
chaque Commune fait la collecte des informations nécessaires et ensuite remplit le
questionnaire (44 questions). A ce jour, les indicateurs de suivi sont :
• Contexte environnemental et social
• Pluviométrie
• Agriculture et élevage
• Autres activités génératrices de
revenus
• Revenus, dépenses, épargne
• Consommation alimentaire
• Accès/enclavement
• Sécurité des biens et des personnes
• Santé et éducation
• Capital social et bien être
• Politique local et suivi des
interventions
• Prix et fonctionnement des marchés
Cette information est validée et envoyée par les six responsables de district au bureau du SAP
à Ambovombe afin de traiter les données. En principe, le SAP produit chaque mois un
bulletin avec l’information de base détaillée comme les informations sur les précipitations, la
production agricole, l'élevage, les marchés, la situation alimentaire, les évolutions migratoires
et les activités d'aide alimentaire. Le SAP a également produit chaque année trois bulletins
principaux 1), le pronostic provisoire (Avril), 2) le pronostic définitif (Juillet) 3) et le
diagnostic définitif (Décembre).
La classification de la situation dans les Communes est faite comme suit : RAS (rien à
signaler), DL (difficultés économiques Légères), DS (difficultés économiques sévères), DAL
(difficultés alimentaires localisées), DA (difficultés alimentaires), DAA (difficultés
alimentaires aigues), CA (Crise alimentaire) et FA (famine).
Problèmes constatés
La représentativité.
Le choix de la commune comme unité de base et le fait que chaque commune n’ait qu’un seul
observateur a une influence importante sur la représentativité. De plus, la commune peut être
importante avec 62 Fokontany ou petite avec seulement cinq Fokontany. Cela signifie que les
informations recueillies ne sont, du point de vue statistique, pas très représentatives. Dans le
meilleur des cas elles sont seulement significatives.
La quantification des indicateurs.
La plupart des indicateurs utilisés sont qualitatifs ou descriptifs. Le risque d'une interprétation
subjective est donc présent. Lorsque cela est possible les indicateurs doivent devenir plus
quantitatifs.
Le nombre de questions
Le SAP était autrefois intégré à un système de surveillance agricole (SIRSA) et les
questionnaires encore aujourd’hui sont très orientés sur la surveillance agricole. Ils sont par
conséquent composés d’un nombre total de 44 questions, ce qui est trop élevé pour permettre
une analyse rapide.
La transparence du système.
La collecte de l'information dans les localités n’est pas standardisée. Il existe un risque que
deux observateurs interprètent la même information d'une manière différente.
De même les procédures d’analyse ne sont pas clairement établies laissant la possibilité d’une
part de subjectivité dans l’analyse.
Solutions proposées
L’évolution devra se réaliser par étape ou plus proprement dit, en suivant une stratégie
comprenant différentes phases. Il y a deux conditions essentielles pour cette stratégie :
1. garantir le support des différentes parties prenantes pour le processus à suivre mais
aussi pour chaque étape;
2. bien préciser les étapes à parcourir mais aussi les apports nécessaires ;
Le comité de travail technique constitué le 25 février devrait revoir, amender si nécessaire,
puis valider les recommandations ainsi que le plan d’action ci-dessous, afin de garantir un
large soutien au processus de rénovation.
Il devrait également permettre d’initier le processus en conduisant les activités nécessaires et
formuler des propositions appropriées pour la constitution du comité de pilotage (étape 1).
Les phases à suivre sont:
1. Tout d’abord, afin de préparer un bon système qui soit représentatif et scientifiquement
accepté, l'aspect institutionnel ne doit pas être oublié. Le SAP a besoin d'un soutien important,
tant au niveau national qu’au niveau régional. Dans ce but, il serait souhaitable qu’un comité
de pilotage guide le SAP sur le plan institutionnel, mais aussi sur le plan technique. Ce comité
de pilotage pourrait être composé des services techniques gouvernementaux (ONN, BNGRC,
Ministère de l’Agriculture etc.), de différents organismes Onusiens, des ONGs directement
impliquées à travers leurs projets au Sud de Madagascar mais aussi des bailleurs de fonds.
A ce jour, il existe une initiative allant dans ce sens puisque le SAP présente ses résultats
d’analyse de situation au niveau régional au cluster de Sécurité Alimentaire et Moyens de
subsistance1
, et les conclusions du SAP y sont débattues.
2. Ensuite une étude de base doit être faite pour recueillir toutes les données de référence
nécessaires afin de définir ou de caractériser les zones. Cette information est essentielle et
nécessaire pour effectuer l'activité suivante (3) d'une manière scientifique. Les dernières
études de base du SAP remontent aux années 2000 et 2005 et doivent être actualisées.
3. Au lieu de la commune comme unité de base, un système utilisant un zonage socio-
économique agro-écologique comme unité de base devrait être développé. Cette unité aurait le
même système de production et le même régime de pluviométrie, mais aussi les marchés
auraient le même profil en termes de produits, périodes, etc. C'est un travail très précis et
devant être effectué par une personne ou une équipe qui a des connaissances de base des
systèmes de production dans les trois régions concernées, qui est en mesure de formuler un
certain nombre de critères objectifs de sélection, etc. La personne ou l'équipe doit avoir aussi
une connaissance de l'utilisation d'un système d'information géographique afin de combiner
les données géographiques et agro-écologiques. Le nombre de zones ne peut pas être prédit,
mais peut varier de 20 à 40 selon les critères sélectionnés.
4. Les questionnaires existants ont été partiellement revus pour une utilisation dans un
nouveau système et un certain nombre de questions trop liées à l'information demandée par le
SIRSA ont été éliminées. D'autres améliorations peuvent être effectuées en utilisant seulement
4 groupes d'indicateurs (socio-économiques, pluviométriques, marché et agronomiques),
chaque groupe contient un certain nombre de questions. Les indicateurs utilisés et leurs
spécifications sont adaptés aux différentes zones agro-écologiques. Une zone où l'agriculture
est la principale activité économique a besoin d'indicateurs différents qu’une zone qui est
essentiellement agropastorale avec l’élevage comme principale activité.
5. Proportionnellement au nombre de localités, mais aussi à la densité de la population, un
nombre de « postes d’écoute » pour chaque zone agro-écologique doit être statistiquement
1
Sous la coprésidence FAO et PAM, ce cluster réunit la majorité des ONGs et organismes gouvernementaux
impliqués dans la sécurité alimentaire dans le Sud (FAO, PAM, CARE, UNICEF, GRET, ONN, ALT, SIF,
ASOS, CSA, CRS, WWF, …).
déterminé, et les « postes d’écoute » sélectionnés de façon aléatoire. La fréquence de collecte
selon les différents questionnaires doit également être déterminée.
6. Des consignes précises doivent être élaborées pour les observateurs, incluant le mode de
remplissage des questionnaires. Cette « marche à suivre » doit faire l’objet d’un Protocole
clair et détaillé pour les observateurs qui seront formés à cette nouvelle méthodologie.
7. Le bureau central du SAP qui fait le traitement et l’analyse de toutes les données doit
aussi travailler selon un protocole de travail détaillé afin de normaliser son travail et de le
rendre plus transparent pour les utilisateurs du SAP. L’équipe centrale du SAP doit également
bénéficier d’une formation à cette fin.
8. La classification doit être affinée et discutée au sein du comité de pilotage, mais à titre
d’exemple, nous présentons ci-dessous les 5 classes utilisées par FEWS-Net:
1. No acute food insecurity que l’on peut traduire par Pas d’Insécurité Alimentaire
Significative
2. Moderately food insecure que l’on peut traduire par Insécurité Alimentaire Moyenne
3. Highly food insecure que l’on peut traduire par Forte Insécurité Alimentaire
4. Extremely food insecure que l’on peut traduire par Extrême Insécurité Alimentaire
5. Famine
Chaque zone est ainsi classée à court terme (trois mois) et à moyen terme (trois à six mois)
via ces cinq classes, ce qui donne deux cartes (une pour le court terme, une autre pour le
moyen terme).
9. La structure du bulletin SAP devra être simplifiée et le nombre de pages réduit. Il devrait
contenir un bref résumé de la méthodologie et de la terminologie utilisée ainsi que les
résultats expliqués d’abord d’une manière générale puis de façon plus détaillée pour chaque
zone.
Notes du consultant
Ce rapport est le résultat de la mission de révision méthodologique du SAP au sud de
Madagascar, un projet temporairement administré par le PAM. Bien que le SAP ait déjà
donné sa preuve d’utilité et d’impact pendant son existence (1996), il est évident qu’une
révision est souhaitable afin améliorer son efficacité. La mission a été sollicitée et financée
par le PAM et a été constituée de plusieurs étapes dans la période du 6 au 27 février 2011.
La première semaine à Antananarivo a permis à la fois de rencontrer bilatéralement les parties
prenantes au niveau d’Antananarivo mais aussi de mieux comprendre l’histoire du SAP par
l’étude des documents disponibles.
La deuxième semaine a permis des rencontres à Ambovombe avec le Sous-Bureau du PAM,
l’équipe du SAP mais aussi les différentes parties prenantes qui sont toutes membres du
cluster sécurité alimentaire et moyens de subsistance comme l’UNICEF, le FAO, l’ONN, la
DRDR, le GRET, CARE, CRS, SIF etc. Des sessions de travail ont été organisées avec
l’équipe SAP.
La troisième semaine a permis à nouveau des rencontres bilatérales, la restitution pour un
grand nombre des parties concernées dont le PAM. Une session de travail a été organisée avec
un comité technique (PNUD, UNFPA, OCHA, PAM, BNGRC etc.) afin de travailler sur les
questionnaires existants et précisément sur les questions et indicateurs.
Le point de départ a été la définition propre du SAP comme étant un instrument uniquement
d’alerte précoce et non pas un système d’information ou de suivi permanent.
Le rapport traite de thèmes différents qui sont présentés dans le sommaire et le résumé. Ils
peuvent être regroupés en quatre parties : la première partie introductive est un rappel
historique et contextuel ; la deuxième partie résume les différentes opinions des parties
prenantes ; la troisième partie est une partie analytique qui présente une série de révisions
possibles ; la quatrième partie indique les prochaines étapes à mettre en œuvre.
Les conclusions qui ont conduit aux recommandations traitent surtout des thèmes liés à la
représentativité de la méthodologie, la simplification, la quantification des indicateurs et
l’élaboration d’une méthodologie plus scientifique et transparente. Nous nous sommes surtout
basés sur les observations faites par les parties prenantes.
Il faut cependant bien noter que la représentativité des résultats est directement liée avec les
principes de la statistique et que le SAP comme toute modélisation sera une approche
simplifiée de la réalité avec ses approximations et ses marges d’erreurs.
Ce rapport donne sur la base d’une analyse la voie à suivre afin de réaliser un système d’alerte
précoce plus léger et plus simple.
Nous sommes conscients que tous les outputs demandés par les TdRs n’ont pas été réalisés. Il
y avait le choix entre un travail technique qui présente un nombre de suggestions ou une
révision élaborée d’une manière participative avec l’implication optimale des différentes
parties prenantes. Nous avons fait le choix de la seconde option et sommes convaincus d’un
soutien des parties prenantes.
Aart van der Heide
I. INTRODUCTION
a. Termes de Référence de la mission.
Les TdRs font référence à l’histoire du SAP à Madagascar qui a été financé pendant une
période de plus de 15 ans (depuis 1996) par l’UE produisant une information sur un total de
104 communes de 9 districts partagés dans trois Régions (Andros, Anosy et Atsimo
Andrefana) du sud de Madagascar. Le SAP a été sous la gestion administrative du PAM à
partir du 1er
Janvier 2009. Le PAM avait signé un contrat pour 2 ans (2009 et 2010) avec le
Bureau Administratif de l’Ordonnateur National du FED (BAON) et sous tutelle de l’ONN
(Office National de Nutrition) avec financement des reliquats FED. En 2009 une révision
technique a été conduite par le PAM, cette révision a recommandé entre autre une révision de
la méthodologie du SAP.
Les TdRs demandent le développement d’un système plus “léger” avec des outils et une
méthodologie plus simple afin de garantir une application plus légère pour des partenaires
nationaux en cas de transfert.
Objectifs de la révision
1. Révision du SAP avec un focus spécial sur la révision des indicateurs utilisés et
l’information générée prenant en compte la définition propre d’un système d’alerte
précoce, les utilisateurs principaux et leurs besoins en la matière ;
2. Proposer un nouveau processus et une nouvelle mise en page du bulletin produit ;
3. Former le personnel SAP aux nouvelles données et à la nouvelle présentation des
résultats ;
Résultats attendus :
- Un nombre d’indicateurs révisés ou adaptés et des nouveaux outils de collecte;
- Restructuration de la base de données;
- Un processus détaillé d’analyse statistique;
- Proposition de mise en page d’un nouveau bulletin SAP ;
- Recommandations techniques pour la mise en œuvre du SAP révisé;
b. Méthodologie de travail
Ce travail demande une méthodologie participative qui évite une approche hiérarchisée « top
down » ou de « haut en bas ». Concevoir un système adapté selon les TdRs ne pose pas de
problèmes mais développer un système adapté dans lequel toutes les « parties prenantes » ont
été consultées donnera plus de garanti d’une durabilité dans le sens d’une « ownership ».
Pour cette raison nous avons procédé comme suit :
- Des rencontres bilatérales avec tous les utilisateurs, bailleurs et partenaires au niveau
d’Antananarivo avec deux questions principales :
1) « Comment avez-vous utilisé les bulletins SAP ? »
2) « Quelles sont vos suggestions afin d’améliorer mais aussi de simplifier le SAP tout
en prenant en compte le véritable objectif du SAP (qui n’est pas un système
d’information rurale mais un système d’alerte précoce pur) ».
Ainsi nous avons rencontré de nombreuses agences de la famille Onusienne (FAO,
UNICEF, OMS, FNUAP, PNUD, OCHA), des bailleurs de fonds tels que Union
Européenne, USAID, ainsi que la Coopération Française et la Coopération Allemande ;
des ONGs telles que WWF, le GRET, CRS et CARE ; au niveau des services techniques
nous avons consulté la division sécurité alimentaire du Ministère d’Agriculture, le
BNGRC, et l’ONN rattaché à la Primature.
- Une consultation de toute documentation existante au niveau du SAP;
- Au niveau de Ambovombe, des rencontres avec le staff national du SAP avec les
questions principales : après quinze ans d’existence comment simplifier et faire que le
SAP soit plus léger mais aussi comment garder l’identité SAP et ne pas copier le système
d’information rurale et de sécurité alimentaire (SIRSA). N.B. le fait qu’il n’existe pas un
document sur les leçons apprises n’a pas facilité l’obtention de telles informations.
- Une rencontre avec le cluster de sécurité alimentaire à Ambovombe pour mieux analyser
les demandes et les nécessités.
c. Définitions du SAP
L’exercice demandé par les TdRs est clair mais nécessite avant tout une définition du système
d’alerte précoce :
« Un système d'alerte est un système déployé par un individu ou un groupe pour informer
d'un danger à venir. Son but est de permettre à l’individu ou au groupe du système d'alerte
de se préparer au danger et d’agir en conséquence pour l’atténuer ou l’éviter ».
Cela veut dire en bref « Informer d’un danger à venir et agir en conséquence pour l’atténuer
ou l’éviter ».
De plus, il faudra également considérer les types de crises les plus fréquentes dans la zone
(alimentaires, nutritionnelles, sanitaires, climatiques etc.).
Pour le sud du Madagascar, l’équilibre économique est instable dépendant principalement de
l’agriculture et de l’élevage. Le climat est semi-aride avec des grandes variations annuelles de
la pluviométrie et on constate une dégradation générale des infrastructures. Ce sont surtout
des situations de difficultés alimentaires apparaissant régulièrement et qui se transforment
parfois en véritables famines. Les crises alimentaires sont toujours suivies par des crises
nutritionnelles et pathologiques. La situation de difficultés alimentaires intervient plus encore
lorsque la pluviométrie de 2 années consécutives est inférieure ou approche les 400 mm
(normale > 500 mm).
Le SAP au sud de Madagascar devrait par conséquent se concentrer sur la situation
alimentaire ou être un système d’alerte précoce alimentaire (food early warning system).
d. Brève histoire du SAP à Madagascar
A la suite de la famine de 1991-1992 le gouvernement, la communauté internationale et les
ONG ont pris conscience de la nécessité de mettre en place un système de surveillance
pragmatique qui permet de prévenir les crises alimentaires. Les grandes étapes du SAP sont :
 Ainsi en 1996, l’UE a financé un système d’alerte précoce de risque alimentaire
mis en œuvre par AEDES.
 Puis en décembre 2004, le SAP a été intégré dans le SIRSA (système d’information
rurale et de sécurité alimentaire) toujours sous financement de l’UE et mis en
œuvre par AEDES. Le SIRSA prévoit la mise en place d’un système d’information
rurale et de sécurité alimentaire dans 9 régions. Le SIRSA a pour but de rassembler,
élargir et intégrer les différentes sources des données économiques existantes (dont
le SAP) afin de réagir et prendre des initiatives et mesures dans le cadre des actions
humanitaires et de développement.
 En janvier 2009, le gouvernement a confié la gestion administrative et logistique du
SAP au PAM sous la tutelle de l’ONN pour une durée de deux ans (2009 et 2010).
Ainsi, le PAM a pris la relève de la gestion du SAP pour que ce dernier puisse
continuer les activités de collecte et d’analyse des indicateurs d’alerte précoce.
 Le 1er
janvier 2011, le financement de l’UE à travers le BAON est arrivé à terme.
Actuellement, toutes les parties prenantes souhaiteraient la restructuration suivante :
1. Création d’un comité de pilotage dans lequel seraient réunis tous les partenaires
(départements ministériels, membres de la famille onusienne, bailleurs de fonds et
ONG’s intervenant au sud de Madagascar)
2. Présidé par une organisation qui prendra le lead
3. Simplification du système afin d’obtenir un système plus léger qui aura pour seul but
d’être un système d’alerte précoce alimentaire
4. Ce comité de pilotage à travers un comité technique formule bien la mission et le
mandat du nouveau SAP.
e. Description de la zone opérationnelle
La zone opérationnelle du SAP se trouve dans le sud du Madagascar dans neuf Districts de la
province de Toliara et dans les Régions de Anosy, Androy et Atsimo Andrefana. La
population de cette zone est estimée à un total de 1 827 000 personnes dont un total de
330 000 enfants de moins de cinq ans. Le climat est semi-aride ce qui cause une vulnérabilité
permanente en terme de sécurité nutritionnelle et alimentaire. La zone est connue pour ses
disettes et famines récurrentes principalement dues à une pluviométrie irrégulière en quantité
et qualité (voir le tableau suivant)
Liste des principales disettes et famines au sud du Madagascar de 1930 à 2000.
Année Pluviométrie en mm Conséquence
1934 350 Disette
1942 300 Disette sérieuse
1943 375 Famine
1985 427 Disette
1986 447 Famine
1991 302 Disette sérieuse
1992 348 Famine
1997 322 Disette
Les principaux systèmes de production de la zone sont de types agricole, agro-pastoral,
élevage et pêche ou bien combinent ces différents types.
Les principales cultures sont :
- Céréales : maïs, riz
- Racines et tubercules : manioc et patate douce
- Cultures vivrières secondaires : sorgho, niébé, voandzou, dolique, pastèque
- Cultures de rente : arachide, haricot, lentille, pois de cap, canne à sucre, tabac, pervenche
L’élevage est surtout la production domestique de la volaille, petit ruminants et de zébu.
f. Description du SAP actuel
Le SAP actuel est opérationnel dans le Sud de Madagascar
dans trois Régions Atsimo Andrefana (en partie), Androy et
Anosy (en partie). L’Unité de base est la commune dont le
SAP couvre actuellement sur un total de 104 communes. La
commune est un découpage administratif et divisée en
plusieurs Fokontany qui sont reparties en localités ou villages.
Le SAP couvre un total de 1.974 Fokontany et 9.060 localités.
Une commune couvre entre 5-62 Fokontany. N.B. Le
Fokontany est aussi un découpage administratif.
Chaque commune concernée dispose d’un observateur SAP
qui est indemnisé. Il/elle fait le suivi mensuel des variables
conjoncturelles : pluviométrie, marchés, situation agro-socio-
économique. Une enquête de base est exécutée pour le recueil
de données de référence (structurelles) dont la dernière a été
faite en 2005. Le SAP dispose d’un total de 92 observateurs.
Les questionnaires utilisés :
• Questionnaire Structurel : population de la commune, cultures, cueillette, élevage, pèche,
revenus monétaires, épargne, marchés, habitudes alimentaires, stratégies d’adaptation ;
• Questionnaire Socio-économique : pluviométrie, migration (départs d’hommes
sédentaires, de familles sédentaires, retours de sédentaires, arrivées des personnes
étrangères en difficultés), état de troupeaux, pâturages et points d’eau, consommation
alimentaire, régime alimentaire, faits exceptionnels survenus ;
• Questionnaire Marché : prix de grains, des racines et tubercules, du bétail, prix divers,
origine des principaux produits, offre/demande, activités rémunératrices, vente de
détresse, marché, nombre de bêtes vendues ;
• Questionnaires Agronomiques 1, 2, 3, 4, 5,6 (novembre, décembre, janvier, février, mars,
juin) :
o pluviométrie (novembre, décembre, janvier, février, mars),
o plantes de cueillette (nov, dec, jan, fev, mars),
o semis du maïs (nov, dec), du riz (nov, dec),
o plantation du manioc (nov, dec),
o semis des cultures vivrières secondaires (nov, dec, jan),
o état des principales cultures vivrières (nov, dec, jan, fev),
o bilan des stocks aliments (dec),
o surfaces cultivées (dec, jan),
o dégâts de sècheresse (jan, fev, mars, juin),
o dégâts des ennemis des cultures (fev, mars, juin),
o bilan de la récolte de riz (jan, fev),
o bilan des récoltes de cueillette (juin), culture de patate douce (juin),
o prévision des récoltes par rapport à l’année précédente (mars, juin),
o prévision des récoltes (mars, juin),
• Pluviométrie par mois : pluie par jour en mm et observations ;
N.B. depuis 2005 le recueil de données nutritionnelles et sanitaires n’en font plus partie
(périmètre brachial, morbidité par commune et structure) ;
Les indicateurs de suivi sont :
• Contexte environnemental et social
• Pluviométrie
• Agriculture et élevage
• Autres activités génératrices de revenus
• Revenus, dépenses, épargne
• Consommation alimentaire
• Accès/enclavement
• Sécurité des biens et des personnes
• Santé et éducation
• Capital social et bien être
• Politique local et suivi des
interventions
• Prix et fonctionnement des marchés
Le système « pyramidal » de validation des données est fait à travers des focus groups au
niveau des communes et après la validation par les responsables de zone (districts). Après des
consultations pluridisciplinaires et de consolidation avec des données secondaires sont faites.
Une analyse intégrée des données en faisant référence aux potentialités de chaque commune
est exécutée.
Les produits du SAP actuel:
1. Constitution de bases de données communales pour une mise à disposition de données
fiables et régulières
2. Bulletins SAP mensuels présentant les faits saillants et une synthèse de données
3. Trois bulletins détaillés présentant le pronostic provisoire (aout), définitif (juin) et le
diagnostic (décembre)
4. Atlas des données structurelles (…, 2000, 2005)
g. Pourquoi une révision?
La revue technique du SAP faite en août 2009 avait clairement recommandé une révision
méthodologique qui n’avait pas connu d’évolutions significatives depuis sa création en 1996.
Par ailleurs, de nombreux observateurs et utilisateurs du SAP avaient fait part de remarques et
questions ayant trait à la méthodologie et la transparence du système, telles que :
• la représentativité des données,
• les indicateurs utilisés (l’aspect qualitatif et quantitatif).
• l’absence de protocole clair pour la collecte d’information
• le développement d’une autre unité de base (au lieu de la Commune)
• la lourdeur du système, bien que le SIRSA ait développé un système très performant le
SAP a alors hérité de questionnaires reprenant de nombreux éléments informatifs et
non d’alertes
• l’absence de protocole d’analyse rendant quelque peu obscure la nature des
informations et la façon dont sont formulées les conclusions
Il a été décidé d’organiser une révision méthodologique qui prendra en compte toutes les
questions posées et les recommandations faites avec le seul objectif de développer un SAP
plus léger et plus simple, mais aussi plus scientifique.
II. PARTIE CONSULTATIVE
h. Où aller: opinions des parties prenantes.
Tout d’abord, cette consultation et les réponses apportées mettent en évidence l’intérêt porté
au SAP par l’ensemble des parties consultées.
Nous nous contentons de résumer ici les sujets et remarques qui ont été évoqués de façon
récurrente :
• L’utilisation fréquente du SAP et son rôle important pour de nombreux acteurs
• L’importance des indicateurs avec des suggestions qui peuvent à priori semblées
paradoxales car mentionnant la nécessité de simplifier les questionnaires mais aussi
d’inclure de nouveaux indicateurs (portant sur les aspects WASH, nutritionnels,
environnementaux, santé, …)
• La méthodologie du SAP mal connue et mal définie ainsi que son manque de
transparence
• Le besoin d’une étude de référence récente afin de redéfinir les situations de référence
actuelles du Sud (« situation normale »)
• La classification trop complexe
• La nécessité d’une révision/amélioration du SAP de manière générale.
Un compte rendu détaillé des opinions et recommandations formulées par les parties
prenantes rencontrées lors des consultations bilatérales à Antananarivo et Ambovombe est
donné en annexe 4.
i. Ce que le nouveau SAP doit faire
Les recommandations mais aussi les suggestions sont très diverses. Il faut cependant bien
analyser et faire une distinction entre les suggestions portant sur un SAP et celles s’adressant
à un Système d’Information.
A partir de toutes les suggestions, recommandations et aussi certaines critiques, nous avons pu
faire une proposition d’un nombre de changements proposés.
1. Faire le découpage par zone socio-agro-écologique à partir des grandes zones
écologiques et pluviométriques. Cela nous donnera au moins un nombre de 16 zones.
La zone est dans le sens social et agronomique (agriculture et élevage) uniforme. Les
points de collecte des données seront sélectionnés grâce à un système de sélection
aléatoire.
2. Réduction du nombre d’indicateurs en quatre groupes ou clusters : 1) socio-
économiques, 2) pluviométriques, 3) marché et 4) agronomiques ;
3. Adaptation des indicateurs aux priorités mais aussi aux caractéristiques des zones
socio-agro-écologiques ;
4. Quantification des indicateurs si possible et nécessaire ;
5. Faire l’échantillonnage d’un nombre des postes d’écoute ou des points de contrôle par
zone proportionnellement au nombre de localités et population ;
6. Faire le calendrier de la collecte des données par zone socio-agro-écologique et par
indicateur prenant en compte la périodicité ;
III. PARTIE RECOMMENDATION
Il a été décidé de développer un SAP plus léger et plus simple. Les parties prenantes ont été
consultées et leurs suggestions ont bien été prises en compte et intégrées. Dans la partie
recommandation, nous expliquons comment continuer le processus d’adaptation ou de
révision du SAP. Le chapitre 11 présente tout le processus et les dix étapes à suivre sont
discutées et la chronologie des différentes étapes indiquée.
j. Vers une nouvelle méthodologie adaptée
Adapter un système existant veut dire prendre en compte les possibilités et les contraintes et
également la stratégie à suivre. Un système qui a été développé pendant 16 ans ne peut pas
être changé du jour au lendemain. L’évolution devra se réaliser par étape ou plus proprement
dit, en suivant une stratégie comprenant différentes phases.
Il y a deux conditions essentielles pour cette stratégie :
1. garantir le support des différentes parties prenantes pour le processus à suivre mais
aussi pour chaque étape;
2. bien préciser les étapes à parcourir mais aussi les apports nécessaires ;
Nous distinguons les étapes à suivre selon la liste suivante :
1. convaincre les parties prenantes de leur implication/participation;
2. élaborer une proposition de changement par phases ;
3. formuler les différentes phases à suivre et pour chaque phase spécifier les apports
nécessaires mais aussi les options – ressources humaines, expertise, ressources
financières etc. ;
4. vérifier chaque phase selon les critères formulés : un système plus léger et plus simple
y compris la représentativité, la flexibilité mais surtout la transparence ;
5. après chaque phase, informer les parties prenantes au niveau du comité de pilotage ou
les groupes de travail technique et intégrer le feed-back ;
6. après finalisation de chaque phase, vérifier la faisabilité ;
Les phases à suivre sont :
1. Mettre en place le comité de pilotage et du cadre institutionnel du SAP
2. Mettre à jour la base de données
3. Procéder à la sélection des zones socio-agro-écologiques
4. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants
5. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les différentes zones;
6. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la formation des
observateurs à ce protocole
7. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué
8. Préparer l’équipe technique du SAP à la nouvelle méthodologie de traitement des
données
9. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les zones
10. Elaborer un nouvel agencement et mise en page du bulletin
k. Les phases à suivre
Les phases consécutives à suivre sont les suivantes :
i. Comité de pilotage et cadre institutionnel du SAP
En janvier 2009, sous financement de l’Union Européenne, la gestion administrative et
logistique du SAP a été transférée au PAM sous la tutelle de l’ONN, et ce pour une durée
estimée à deux ans en prévision d’un transfert de responsabilité avec le gouvernement. Au 1er
janvier 2011, le financement de l’UE s’est arrêté. Cependant, la crise sociopolitique du
premier trimestre 2009 et ses conséquences actuelles n’ont pas permis de transférer comme
prévu la gestion du SAP au gouvernement.
Le PAM ainsi que les différents acteurs ou utilisateurs du SAP pensent aujourd’hui qu’il est
souhaitable d’élargir la gestion et l’administration du SAP à plusieurs parties. Ceci pourrait se
faire sous la forme d’un « Comité de Pilotage » dans lequel pourront être représentés des
services techniques gouvernementaux (ONN, BNGRC, Ministère de l’Agriculture etc.),
différents organismes Onusiens, des ONGs directement impliquées à travers leurs projets au
Sud de Madagascar mais aussi des bailleurs de fonds.
Ce Comité de Pilotage devrait formuler la mission et le mandat du SAP, et proposer un
schéma pour son futur ancrage institutionnel. Une partie du Comité de Pilotage formerait un
comité technique qui déterminerait la méthodologie et ferait le suivi technique du SAP.
Le groupe de travail technique, constitué le 25 Février 2011, pourrait servir de plateforme
pour mener les activités nécessaires à la constitution du Comité de Pilotage.
ii. Mise à jour de la base de données
L’étude de référence et le document produit en 2000 sont d'une grande valeur pour une
meilleure compréhension de toute la zone SAP. Cependant les dernières études de référence
du SAP remontent aux années 2000 et 2005 et doivent être actualisées. De plus, cette étude de
référence doit être faite pour recueillir toutes les données nécessaires afin de définir ou de
caractériser les zones. Cette information est essentielle pour effectuer l'activité suivante (3)
d'une manière scientifique.
iii. Sélectionner les zones socio-agro-écologiques.
Au lieu de la Commune comme l’unité de base, un nouveaux découpage est suggéré :
stratification en zones socio-agro-écologiques. Alors que la commune est un découpage
administratif, le découpage socio-agro-écologique aura l’avantage de proposer des zones plus
homogènes en termes de système de production, de pluviométrie, mais aussi de marchés ayant
le même profil. Il faut d’abord formuler un certain nombre de critères de sélection qui
assureront qu’une telle répartition sera assez représentative. Il faut aussi dire qu’en cas d’une
impossibilité d’établir un tel découpage, le maintien de l’ancien système sera recommandé.
Critères de sélection : un certain nombre de critères devra être établi afin de commencer ce
travail. Les critères les plus logiques seront directement liés au concept du système de
production. Le système de production est directement lié aux facteurs pluviométriques mais
aussi par exemple la fertilité du sol.
Après la formulation des critères, une équipe réduite devra étudier et ensuite définir une
proposition de découpage. L’équipe ou la personne en charge devra être composée au moins
d’une personne qui connait bien le système d’information géographique et avoir une bonne
connaissance des systèmes de production au sud du Madagascar ou de la zone SAP.
iv. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants;
Une fois que les zones ont été identifiées, chaque cluster d’indicateurs devra être adapté aux
caractéristiques spécifiques de la zone. Dans une zone purement agricole des indicateurs sur
la pêche ou l’élevage ne devront pas être représentés, etc.
Le comité de pilotage technique du SAP devra superviser et valider les modifications à
apporter aux différents questionnaires actuels.
L’avantage de ce système sera l’utilisation d’un nombre d’indicateurs plus réduit mais en
même temps plus adaptés à chaque zone socio-agro-écologique.
v. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les
différentes zones;
Un nombre de postes d’écoute sera déterminé par zone d’une manière représentative selon un
échantillonnage aléatoire. Le nombre de postes d’écoute par zone dépendra de la taille de la
zone géographique, nombre de population et nombre de Fokontanys et localités. Le groupe de
travail technique devra élaborer une proposition avec l’appui d’un statisticien.
La fréquence de collecte de données est actuellement mensuelle. Afin de garantir une
meilleure qualité lors de la collecte des données nous proposons une fréquence moins
intensive pour certains questionnaires. Ainsi, pour les questionnaires socio-économiques et le
développement des marchés, une fréquence bimestrielle est proposée. Cependant, pour les
questionnaires relatifs à la pluviométrie mais aussi également pour les questionnaires
agronomiques, nous proposons de maintenir une fréquence mensuelle.
vi. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la
formation des observateurs à ce protocole;
Bien que les observateurs soient indemnisés, ils ne sont pas des enquêteurs professionnels. De
plus, il faut être conscient que leur interprétation et la manière de présenter leurs observations
sont la base des conclusions et des résultats formulés au niveau de l’équipe technique du SAP
puis publiés dans le bulletin. Afin de faire une méthodologie plus scientifique mais aussi plus
transparente, il faut bien contrôler la phase d’observation et de collecte : le travail réalisé par
les observateurs. Pour cette raison la formation mais aussi la remise à niveau régulière des
observateurs contribueraient à la réduction des erreurs d’observation.
Aussi nous recommandons :
• Un protocole de travail qui explique en détail l’utilisation des différents questionnaires
et la manière de répondre à chaque question d’une manière objective mais aussi
professionnelle.
• Des formations régulières pour les observateurs durant lesquelles le protocole de
travail est expliqué afin de s’assurer que les observateurs donnent des réponses
vérifiables mais aussi de qualité.
vii. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est
expliqué;
Dans ce protocole il devra être clairement expliqué comment sont réalisés les différents
calculs et les analyses statistiques. Le protocole expliquera en détails le calcul, l’interprétation
et sur quelles bases s’appuient le classement d’une zone socio-agro-écologique.
Nous suggérons de procéder au développement de ce protocole comme suit :
• Elaborer un cadre logique pour les procédures à effectuer ;
• Ce cadre logique aura comme point de départ l’objectif pur d’un SAP alimentaire
mais aussi les résultats attendus;
• Sur la base des questionnaires adaptés par zone, proposer un nombre d’indicateurs
directement dérivés des questionnaires ;
• Valider chaque indicateur sur son importance/pertinence dans un SAP alimentaire ;
• Elaborer la méthodologie d’interprétation de chaque indicateur ;
• La méthodologie d’interprétation d’un indicateur devra aussi indiquer les calculs
statistiques ou autres à effectuer ;
• Sur la base des résultats d’interprétation des indicateurs chiffrés ou qualifiés,
développer un schéma de groupement d’indicateur pour chaque classe de situation
alimentaire (voir point 9) ;
Ce protocole est principalement destiné à l’équipe technique du SAP mais aussi pour tous les
utilisateurs et lecteurs du bulletin SAP afin de leur permettre de mieux comprendre la
méthodologie de traitement de données et les conclusions du SAP.
viii. Préparer l’équipe technique pour la nouvelle méthodologie de traitement des
données
L’utilisation correcte de ce nouveau protocole ne pourra se faire que si l’équipe technique
SAP bénéficie d’une formation et d’un appui initial pour la mise en œuvre de cette nouvelle
méthodologie. Cette formation ainsi que des remises à niveau régulière devront se faire via un
appui et un accompagnement extérieur au SAP.
ix. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les
zones
Le system actuel utilise le classement suivant :
FA Famine
DAA Difficultés Alimentaires Aigües
DA Difficultés Alimentaires
DAL Difficultés Alimentaires Localisées
DES Difficultés Economiques Sévères
DEL Difficultés Economiques Légères
RAS Rien à Signaler
On peut noter que, à part le RAS, la formulation des classes est dans quatre cas en relation
avec la situation alimentaire (DA, DAA, DAL, FA) et dans deux cas en relation avec la
situation économique (DL et DS), ce qui nécessite probablement une harmonisation.
Il y avait trois recommandations concernant la classification :
1. Résumer en trois catégories la classification de la difficulté alimentaire pour faciliter la
compréhension sur les risques encourus.
2. Mieux spécifier le classement des risques et indiquer d’une manière descriptive la
durée (seulement durant la période de soudure ou aussi après la récolte etc.).
3. Mieux spécifier la situation « normale » ou le « normal » ;
La première recommandation demande de simplifier la classification comprenant aujourd’hui
7 classes. A titre d’exemple, nous présentons ci-dessous les cinq classes utilisées par FEWS-
Net:
1. No acute food insecurity que l’on peut traduire par Pas d’Insécurité Alimentaire
Significative
2. Moderately food insecure que l’on peut traduire par Insécurité Alimentaire Moyenne
3. Highly food insecure que l’on peut traduire par Forte Insécurité Alimentaire
4. Extremely food insecure que l’on peut traduire par Extrême Insécurité Alimentaire
5. Famine
La seconde recommandation est de mieux préciser dans le temps les difficultés encourues.
Nous pouvons toujours à titre d’exemple donner l’approche de FEWS-Net qui offre deux
classifications (et donc deux cartes), une pour le court terme, une autre pour le moyen terme.
En effet, chaque zone est classée à court terme (trois mois) et à moyen terme (trois à six mois)
via les cinq classes mentionnées ci-dessus.
Concernant la troisième recommandation sur la « normalité » de la situation, nous pouvons
espérer que les nouvelles enquêtes de base permettront de mieux définir une situation normale
(soit quantitatif ou qualitatif) par zone socio-agro-écologique.
Les suggestions ci-dessus ne sont données qu’à titre d’exemple afin de stimuler la réflexion
puisque cette nouvelle classification devra en tout état de cause être discutée et validée au sein
du comité de pilotage.
x. Nouvel agencement et mise en page du bulletin
La structure du bulletin SAP devra être simplifiée et le nombre de pages réduit. La structure
devrait contenir une partie introductive qui donnerait en bref un résumé de la méthodologie et
expliquerait la terminologie utilisée. Dans une deuxième partie les résultats seront expliqués
d’abord d’une manière générale et après par zones avec une spécification détaillée.
Nous suggérons une partie supplémentaire qui résumerait en bref la situation nutritionnelle et
sanitaire sous forme de données obtenues par les parties prenantes dans le domaine. Une
partie supplémentaire donnant des recommandations pour des interventions éventuelles sur le
plan humanitaire ou de développement ne semble pas nécessaire.
IV. TABLEAU RECAPITULATIF.
La révision du SAP est un processus devant suivre plusieurs phases. Dans le tableau suivant
nous présentons la séquence des activités à suivre, l’approche à suivre mais aussi la
responsabilité de l’exécution. Les colonnes Acteurs concernés et Observations donnent aussi
des recommandations en termes de ressources humaines et de temps nécessaire pour
accomplir ce travail.
Tableau d’activités à suivre
Activité à suivre Résultat attendu Acteurs concernés Observations
1. Consultation
parties prenantes
Consensus sur une nouvelle
approche
Rencontres bilatérales
avec parties prenantes
Par VAM et consultant ; réalisée
courant février 2011
2. Validation des
recommandations
et d’un plan
d’actions pour un
nouveau système
Les recommandations pour un SAP
rénové et le plan d’actions sont
approuvés de manière inclusive par
toutes les parties prenantes via le
comité technique de travail.
Le comité technique
de travail (25 février)
doit valider les
étapes/
recommandations et
le processus de leur
mise en œuvre ;
Combiner les résultats des
consultations bilatérales
(restitution du 24 février 2011 et
présent rapport) prenant en
considération la définition du
SAP avec les attentes du comité
technique de travail.
réalisé en avril 2011.
3. Cadre institutionnel
du SAP
Madagascar
Un SAP intégrant différentes parties
(services techniques
gouvernementaux, Nations Unies,
ONGs, bailleurs de fonds) pour plus
de représentativité et avec un
ancrage institutionnel ;
Le groupe de travail
technique (constitué
le 25 février) peut
faire des
consultations/proposit
ions pour la
constitution du
comité de pilotage.
Le comité de pilotage définira le
mandat du SAP et l’ancrage
institutionnel. Il désignera
également le comité de pilotage
technique chargé d’assurer la
mise en œuvre du SAP.
4. Etude Baseline Données de base connues et
situation « normale » déterminée ;
Équipes formées et
enquêtes de terrain
préparées
Organisée par le comité de
pilotage technique; à réaliser
quand le financement sera
disponible ; 2011
5. Sélection des zones
socio-agro-
écologiques
Un nombre de zones définies par
l’utilisation du système
d’information géographique et
systèmes de production ;
Ce travail doit être
effectué par le cluster
Sécurité Alimentaire
avec l’appui du
comité de pilotage
technique et un
consultant en
systèmes
géographiques;
Définir les critères de sélection,
faire la combinaison
géographique et système de
production
2 mois après l’étude Baseline
6. Reformuler les
groupes
d’indicateurs et
adapter les
questionnaires
existants
Par cluster d’indicateur, un
questionnaire adapté et un nombre
indicateurs à déterminer par zone ;
Supervision et
validation par le
comité de pilotage
technique ;
Elaborer recommandations
groupe de travail technique ; à
terminer avec appui du
consultant et accepté par le
comité de pilotage technique ;
avril 2011
7. Proposer la
fréquence des
Par cluster d’indicateurs et par zone
la fréquence de collecte de données
Equipe SAP avec le
comité de pilotage
Appui extérieur sera nécessaire
en cas de complexité ; 2 mois en
observations par
questionnaire pour
les différentes
zones
est déterminée ; technique ; 2011 ;
8. Préparer un
protocole de travail
pour les
observateurs et leur
recyclage
Un manuel qui explique en détail les
questionnaires, comment y répondre,
que faire en cas de doute etc. et est
compris par les observateurs qui
arrivent à l’utiliser ;
Equipe SAP avec le
comité de pilotage
technique
Appui extérieur sera nécessaire ;
1 mois en 2011 ;
9. Préparer un
protocole de travail
dans lequel le
traitement des
données est
expliqué
Un protocole de travail de qualité et
utilisable et compréhensible par
tous ;
Equipe SAP avec le
comité de pilotage
technique
Appui extérieur à déterminer ; 1
mois en 2011 ;
10. Préparer l’équipe
technique du SAP
pour la nouvelle
méthodologie de
traitement des
données
Formation sur l’utilisation des
questionnaires adaptés et du nouveau
Protocole ; Manuel et
accompagnement pratique.
Equipe SAP avec le
comité de pilotage
technique
Appui extérieur à déterminer ; 2
semaines en 2011 ;
11. Reformuler le
classement pour les
zones
Un classement clair et utilisable pour
les parties prenantes ;
Equipe SAP et
comité de pilotage
technique.
1 semaine en 2011
éventuellement avec un appui
extérieur ;
12. Nouvel agencement
et mise en page du
bulletin
Un bulletin plus réduit que donnera
toute l’information nécessaire pour
un système d’information alerte
précoce;
Appui extérieur et le
comité de pilotage
technique ;
1 semaine en 2011
FINALISATION DES
ETAPES
Un nouveau SAP plus simple et
léger et accepté par toutes les parties
prenantes et une équipe SAP
compétente et formée ;
6 mois de
préparation avec
l’appui du groupe de
travail technique (25
février), du cluster
Sécurité Alimentaire,
du comité de pilotage
constitué et d’appuis
extérieurs ;
Financement acquis pour
continuer mais aussi pour l’étude
Baseline (appui au zonage et à la
définition de la situation
normale) et pour nouveaux
équipements;
ANNEXES
ANNEXE 1: Terms of Reference
MADAGASCAR Early Warning System (SAP)
Analytical Methodology Revision
Background
Madagascar has seen in latest decades a worsening of food security situation of many of its
inhabitants. Demographic pressure, low productivity agricultural techniques, international
economic crisis and more recently the political crisis have been interacting with extreme
weather related hazards which recurrently provoke further stress to the population, damaging
assets and eroding their livelihoods.
In the South of the country drought, lack of water management infrastructures and an
inadequate roads network are important elements contributing to vulnerability and food
insecurity of population.
Over 10 years the SAP, an early warning system initially funded by the EU has been
producing information on 8 districts distributed on 3 regions (Androy, Anosy and Atsimo
Andrefana). SAP has been producing monthly bulletins and annual forecasts that have been
largely used as the basis for food aid targeting of UN World Food Programme (WFP). In
2009, the system underwent a technical revision, and a redesign of its analytical methodology
has been recommended.
WFP strategy in revamping the SAP is to develop a “lighter” system with tools and
methodology that are specially adapted to ensure that they will be easily applicable by the
national counterparts (financially and technically) for handover.
It was discovered that trend analysis of indicators was impossible to conduct, the database
being technically corrupted. Since the database had been developed on customized software
with copyright, the problem could not be resolved because of the copyright issue. MDG CO
has learnt that the sustainability of SAP data system requires a transparent and open source
approach, both on data management and on the data analysis process.
Objectives
The CO is therefore looking for a consultant in order to:
1. to review the SAP analytical methodology with a specific focus on the revision of the
indicators used and information generated (this will imply identifying the main users
of the SAP information and conduct a quick users need assessment) ;
2. to draw a new data analysis process and new EW bulletin layout
3. to train the technical staff of SAP in performing the new data analysis process, and
results presentation.
Expected Outcomes
- Methodology review report with.
o Set of reviewed indicators and related data collection tools ;
o Database structure format;
o Detailed statistical analysis process;
o EW Bulletin layout;
o clear technical recommendations for setup
Duration
This Consultancy is expected to cover a period of 3 weeks of working days, with a final report
presented to WFP on completion of the assignment.
Timeline
1 to 28 February 2011
Qualifications
• Advanced University Degree and/or equivalent experience with emphasis in one or more
of the following disciplines: economics, agriculture, international affairs, business
administration, social sciences, development studies or a field relevant to international
development assistance.
• Strong English oral and written communication skills, working knowledge of French
would be an asset;
• Strong statistical data analysis skills ;
• Advanced experience in the usage of computers and office software packages (MS Word,
Excel, etc.). Excellent knowledge of spread sheet, database;
• Demonstrated analytical writing skills;
• Knowledge of food security and vulnerability analysis with an emphasis on Early
Warning and/or Food Security monitoring systems;
• At least 5 years (2 of which international), post-graduate, related to development and
emergency work in the humanitarian sector, including practical experience in the design,
planning, implementation, monitoring and assessment of relief operations.
ANNEXE 2 : Programme de travail
DAY DATE ORGANISATION PERSONS MET
Monday 7-02-2011 WFP/PAM Krystyna BEDNARSKA
Maherisoa RAKOTONIRAINY
VAM unit staff
Tuesday 8-02-2011 OCHA
GRET
Pierre GELAS
Rija RAKOTOSON
Luc ARNAUD
Wednesday 9-02-2011 UNICEF
WWF
Min.Agri/food
security unit
CARE
Amal BENHAIM
Dominic Stolarow
Anitry Ny Aina
RATSIFANDRIHAMANANA
Julien ANDRIAMAHAZO
Didier YOUNG
Thursday 10-02-2011 FAO
OMS
Union Européenne
USAID
Alexandre HUYNH
Ronahambola ANDRINIAINDA
Louis MUHIGIRWA
Arthur RAKOTOUJANABELO
Paolo CURRADI
Jacqueline UWAMWIZA
Thomas GIBB
Solonirina RANAIVOJAONA
Friday 11-02-2011 UNFPA
ONN
CRS
German Embassy
French Embassy
Cheick Tidiane CISSÉ
Ratsarazaka SOLOMANDRESY
Macoumba THIAM
Lalaharizaka ANDRIANTSARAFARA
Noromalala RAKOTONIAINA
Félicien RANDRIAMANTENASOA
Marja EINIG-HEIDENHOF
Jean CHANSON
Saturday 12-02-2011 No programme
Sunday 13-02-2011 Travel to
Ambovombe
Monday 14-02-2011 Chef de projet SAP
Informaticien
Responsable
régional
Jean de Dieu MBOLA
Dolin RAVAHOAVY
ROBSON
Tuesday 15-02-2011 Chef de bureau
PAM
Enrique ALVAREZ SIRIA
Wednesday 16-02-2011 Cluster de sécurité
alimentaire
PAM, SAP, ONN, FAO, GRET, CARE,
CRS, SIF,
Thursday 17-02-2011 ORN Androy
Coordinateur et
Suivi-evaluation
Yves Christian RANDRIANJATOVO
Herizo RAMBAO
Friday 18-02-2011 GRET Fabrice LHERITEAU
FAO Hery RAKOTONDRAMANANA
Saturday 19-02-2011 WWF Fort
Dauphin
Retour
Antananarivo
Flavien REBARA
Sunday 20-02-2011 No programme
Monday 21-02-2011 Direction PAM Krystyna BEDNARSKA
Olga KEITA
Nicolas BABU
Tuesday 22-02-2011 DNGRC Colonel Charles RAMBOLARSON
Wednesday 23-02-2011 UNDP Fara RAVOLOLONDRAMIARANA
Thursday 24-02-2011 Restitution parties
prenantes
UNDP, UNICEF, FAO, FNUAP, CRS,
ADRA, ONN, PAM, USAID, UE, CF
Friday 25-02-2011 Restitution
PAM/VAM
Saturday 26-02-2011
Sunday 27-02-2011
ANNEXE 3 : Organisations rencontrées.
WFP/PAM Mme. Krystyna Bednarska
M. Maherisoa RAKOTONIRAINY
VAM unit staff
Représentante
VAM Officer
VAM
OCHA
GRET
M. Pierre GELAS
M. Rija RAKOTOSON
M. Luc ARNAUD
Conseiller OCHA régional
Nairobi
Conseiller national
Directeur GRET Madagascar
UNICEF
WWF
Min.Agri/food
security unit
CARE
Mme. Amal BENHAIM
M. Dominic Stolarow
Mme. Anitry Ny Aina
M. RATSIFANDRIHAMANANA
M. Julien ANDRIAMAHAZO
Didier YOUNG
Responsable unité de nutrition
Responsable opérations
d’urgence
Responsable de programme
Responsable bureau de SA
Responsable de l’Emergence et
Disaster Risk Reduction
FAO
OMS
European Union
USAID
M. Alexandre HUYNH
M. Ronahambola ANDRINIAINDA
M. Louis MUHIGIRWA
M. Arthur RAKOTOUJANABELO
M. Paolo CURRADI
Mme. Jacqueline UWAMWIZA
M. Thomas GIBB
M. Solonirina RANAIVOJAONA
Responsable opérations
d’urgence
Chef unité dev.rural/SA
Conseillère dev.rural /SA
UNFPA
ONN
CRS
German Embassy
French Embassy
M. Cheick Tidiane CISSÉ
Mme. Ratsarazaka
SOLOMANDRESY
M. Macoumba THIAM
M. Lalaharizaka
ANDRIANTSARAFARA
Mme. Noromalala RAKOTONIAINA
M. Félicien
RANDRIAMANTENASOA
Mme. Marja EINIG-HEIDENHOF
M. Jean CHANSON
Représentant
Responsable suivi-évaluation
Responsable section nutrition
Adjoint opérations d’urgence
Conseillère
Conseiller
ANNEXE 4 : Synthèse des échanges avec les Organisations rencontrées.
OCHA souhaiterait ou considère
• Que les indicateurs soient plus qualitatifs que quantitatifs comme par exemple WASH,
produits du marché, système multisectoriel, données structurelles
• Que la méthodologie de collecte de données, l’échantillonnage, le nombre de
personnes interviewées soient mieux expliqués.
• Qu’il existe une étude baseline récente ;
• Que le système soit plus scientifique ;
• L’utilisation des données satellitaires pourrait être envisagée ;
• Que le SAP a une finalité humanitaire et le SIRSA a une finalité axée sur le
développement ;
GRET (Antananarivo et Ambovombe)
• Travaille uniquement dans le domaine du développement et non de l’humanitaire ;
• N’utilise pas réellement les données du SAP mais participe aux réunions
• Souhaiterait une plus grande transparence du SAP
• Souhaiterait un découpage socio-agro-écologique au lieu d’un découpage administratif
(combinaison basée sur système d’information géographique et systèmes de
production agro-écologique) ;
GRET/FAO Ambovombe souhaiterait
• Mieux préciser les classes alimentaires, par exemple une situation d’insuffisance
alimentaire avec une bonne récolte à venir est très différente d’une situation avec une
mauvaise récolte à venir ;
• Mieux intégrer la méthode d’estimation des récoltes sur base de la répartition des
pluies ;
• Une Prévision des grandes famines avec des indicateurs très simples ;
• Que chaque indicateur soit adapté à la zone ;
UNICEF souhaiterait
• Que le SAP couvre également les domaines WASH, santé et nutrition
• inclure des indicateurs sur la situation nutritionnelle, sanitaire et éventuellement des
indicateurs protection de l’enfant
• que l’étude baseline inclut : sécurité alimentaire, santé/nutrition, WASH, protection de
l’enfant
• que le SAP prenne en considération les stratégies d’adaptation (coping strategies) dans
ses analyses
WWF
• SAP concerne indirectement le travail du WWF mais aborde néanmoins beaucoup de
questions communes avec le secteur environnemental ;
• A une connaissance limitée des indicateurs du SAP mais suggère certains indicateurs
qui peuvent aussi alerter sur une crise alimentaire : changement d’aliment pour le
bétail (p.ex. le cactus pour le bœuf) et vente de produits sur le marché qu’on ne trouve
pas en temps normaux ;
• Porte un grand intérêt sur l’étude baseline ;
WWF Fort dauphin
• Certaines informations du SAP ne sont pas toujours consistantes avec les informations
que recoit WWF ;
• Certains indicateurs sont (in)directement liés aux stratégies d’adaptation ; Mieux
intégrer certains domaines de l’élevage ; augmentation du cheptel (ovins, caprins
etc.) ; augmentation taux de mortalité ; changement d’habitudes alimentaires du
cheptel ;
• Un certain nombre d’indicateurs environnementaux n’est pas pris en compte par le
SAP ;
PNUD
• souhaiterait une amélioration de la méthodologie du SAP;
• estime que les problèmes de représentativité des informations sont difficiles à résoudre
sur le plan statistique et suggère donc de parler plutôt de significativité.
Ministère d’Agriculture – Direction de la Sécurité Alimentaire
• N’a pas formulé de recommandations spécifiques
CARE
• SAP est un système d’anticipation des crises
• Utilise les informations SAP qui sont souvent cohérentes avec ses propres
informations ; en 2009 CARE a utilisé les données du SAP pour organiser sa réponse
d’urgence
• Le pronostic provisoire est pour CARE plus important que le diagnostic ;
• Eviter que le SAP soit un système qui donne l’alerte trop tard ; cela veut dire utiliser
des indicateurs permettant d’anticiper.
• Indicateurs importants : pluviométrie, prix des produits aux marchés, vente de bétail
(chèvres, moutons, zébus etc.), prix de l’eau de consommation au marché ;
• Indicateurs d’importance mais qui n’ont pas de fonction d’alerte précoce et au moment
de changement déjà trop tard : migration, nutrition etc.
FAO
• Est surtout intéressée sur les indicateurs de l’évolution agricole ou agronomique et
aussi de la consommation au niveau du ménage ;
OMS
• Surtout intéressée aux indicateurs sanitaires et un système d’alerte épidémique ;
USAID
• Utilisation des images satellitaires ;
• Coopération avec le system FEWS ;
UNFPA
• Utilise les bulletins SAP ;
• Estime que le questionnaire est trop lourd
• Sachant que les comparaisons se font par rapport à une année normale, il est important
de clarifier/préciser ce qu’est une année normale ?
• Souhaiterait plus de précisions sur le mode de collecte des données ;
• estime que la question de l’eau de consommation (WASH) est très important et devrait
être abordée par le SAP ;
• Comment est appréhendée la problématique du Changement climatique dans le SAP ?
ONN
• Les Contacts entre l’ONN et le SAP sont importants surtout au niveau du terrain ;
• Mentionne l’importance des indicateurs nutritionnels ;
• Se demande comment le SAP pourrait impliquer les agents communautaires de l’ONN
car les informations et données nutritionnelles de l’ONN peuvent être d’une grande
importance pour le SAP;
CRS suggère
• des indicateurs plus compacts ;
• de renforcer les analyses pluviométriques avec des comparaisons avec les années
précédentes ;
• d’inclure la disponibilité en eau pour la consommation et les ressources d’eau utilisée
par la communauté pendant la période sèche ;
• plus d’information sur les maladies fréquemment enregistrées au niveau des CSB ;
• d’inclure des informations sur le régime alimentaire et la tendance nutritionnelle ;
• de renforcer les analyses sur les autres sources de revenus des ménages ;
• d’introduire des informations sur la disponibilité des semences – lieu
d’approvisionnement-prix-type ;
• une prise en compte des prédateurs et insectes nuisibles;
• de résumer en trois catégories la classification (DAA jusqu’au DL) ;
• un meilleur niveau d’analyse et représentativité ?
BNGRC estime que bien qu’une amélioration soit toujours souhaitable, ce système a prouvé
son efficacité en apportant des réponses à temps aux crises alimentaires dans le Sud
Ambassade de l’Allemagne
• Utilise les informations du bulletin pour le développement des stratégies etc. ;
• Est conscient de la nécessité d’une révision du SAP existant (est entre autre bailleur de
cette révision) ;
• Supporte la révision de la méthodologie comme a été formulée dans les TdRs ;
• Mets aussi l’accent sur une méthodologie plus scientifique ;
Ambassade de la France
• Utilise les informations du bulletin comme instrument d’information ;
• Est conscient de la nécessité d’une révision du SAP existant ;
• Reconnais l’importance de la continuation du SAP ;
• Supporte la révision de la méthodologie comme a été formulée dans les TdRs ;
• Mets aussi l’accent sur une méthodologie plus scientifique ;

Contenu connexe

Similaire à Rapport Final Revision SAP_Aart_ 11AVRIL2011

Bdv 232 7 février 2014
Bdv 232   7 février 2014Bdv 232   7 février 2014
Bdv 232 7 février 2014
Fatimata Kone
 
Bdv 232 7 février 2014
Bdv 232   7 février 2014Bdv 232   7 février 2014
Bdv 232 7 février 2014
Fatimata Kone
 
USP EN SANT2 2024 A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
USP EN SANT2 2024  A AGADIR EXPOSE EN ISPITSUSP EN SANT2 2024  A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
USP EN SANT2 2024 A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
lamourmed1994
 
Cecosda rapport annuel - 2015
Cecosda rapport annuel - 2015 Cecosda rapport annuel - 2015

Similaire à Rapport Final Revision SAP_Aart_ 11AVRIL2011 (20)

Programme national de lutte contre la désertification guinee
Programme national de lutte contre la désertification guineeProgramme national de lutte contre la désertification guinee
Programme national de lutte contre la désertification guinee
 
Principales avancées NHDP-Mauritanie HDP_RPCA Paris avril 2023.pptx
Principales avancées NHDP-Mauritanie HDP_RPCA Paris avril 2023.pptxPrincipales avancées NHDP-Mauritanie HDP_RPCA Paris avril 2023.pptx
Principales avancées NHDP-Mauritanie HDP_RPCA Paris avril 2023.pptx
 
Présentation du Niger a la session du groupe d'experts seniors de l' Alliance...
Présentation du Niger a la session du groupe d'experts seniors de l' Alliance...Présentation du Niger a la session du groupe d'experts seniors de l' Alliance...
Présentation du Niger a la session du groupe d'experts seniors de l' Alliance...
 
Eses appui bm_au_programme_de_renforcement_des_chaines_de_valeurs_aa
Eses appui bm_au_programme_de_renforcement_des_chaines_de_valeurs_aaEses appui bm_au_programme_de_renforcement_des_chaines_de_valeurs_aa
Eses appui bm_au_programme_de_renforcement_des_chaines_de_valeurs_aa
 
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture du Senegal
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture du SenegalStrategie nationale pour le developpement de la riziculture du Senegal
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture du Senegal
 
PAGR_SANAD DADR WEEKLY MEETING Sep.19 2022_FR.pptx
PAGR_SANAD DADR WEEKLY MEETING Sep.19 2022_FR.pptxPAGR_SANAD DADR WEEKLY MEETING Sep.19 2022_FR.pptx
PAGR_SANAD DADR WEEKLY MEETING Sep.19 2022_FR.pptx
 
Revue de la mise en oeuvre de l'ECOWAP
Revue de la mise en oeuvre de l'ECOWAPRevue de la mise en oeuvre de l'ECOWAP
Revue de la mise en oeuvre de l'ECOWAP
 
2015 ReSAKSS Conference – Day 1 - Yacouba SANON
2015 ReSAKSS Conference – Day 1 - Yacouba SANON�2015 ReSAKSS Conference – Day 1 - Yacouba SANON�
2015 ReSAKSS Conference – Day 1 - Yacouba SANON
 
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludismeProtocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
 
Bdv 232 7 février 2014
Bdv 232   7 février 2014Bdv 232   7 février 2014
Bdv 232 7 février 2014
 
Bdv 232 7 février 2014
Bdv 232   7 février 2014Bdv 232   7 février 2014
Bdv 232 7 février 2014
 
CHAD UNDAF 2006 - 2010
CHAD UNDAF 2006 - 2010CHAD UNDAF 2006 - 2010
CHAD UNDAF 2006 - 2010
 
Rapport annuel 2010
Rapport annuel 2010 Rapport annuel 2010
Rapport annuel 2010
 
USP EN SANT2 2024 A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
USP EN SANT2 2024  A AGADIR EXPOSE EN ISPITSUSP EN SANT2 2024  A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
USP EN SANT2 2024 A AGADIR EXPOSE EN ISPITS
 
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.1
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.1La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.1
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.1
 
Le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS): Burkina Faso, Ma...
Le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS): Burkina Faso, Ma...Le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS): Burkina Faso, Ma...
Le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS): Burkina Faso, Ma...
 
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2
La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2
 
Module 5 : Mécanismes et sources de financement
Module 5 : Mécanismes et sources de financementModule 5 : Mécanismes et sources de financement
Module 5 : Mécanismes et sources de financement
 
Cecosda rapport annuel - 2015
Cecosda rapport annuel - 2015 Cecosda rapport annuel - 2015
Cecosda rapport annuel - 2015
 
Gestion des Risques et des Catastrophes et Insecurite Alimentaire/Raonivelo ...
Gestion des Risques et des Catastrophes et Insecurite Alimentaire/Raonivelo  ...Gestion des Risques et des Catastrophes et Insecurite Alimentaire/Raonivelo  ...
Gestion des Risques et des Catastrophes et Insecurite Alimentaire/Raonivelo ...
 

Plus de Aart van der heide

Visit to the villages in Waku Kungu in Angola
Visit to the villages in Waku Kungu in AngolaVisit to the villages in Waku Kungu in Angola
Visit to the villages in Waku Kungu in Angola
Aart van der heide
 
Quelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projetQuelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projet
Aart van der heide
 
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
Aart van der heide
 
FINAL REPORT FSN long version 16 may
FINAL REPORT FSN long version 16 mayFINAL REPORT FSN long version 16 may
FINAL REPORT FSN long version 16 may
Aart van der heide
 
Sumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
Sumario Executivo Estudo de Base2013_PortuguesSumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
Sumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
Aart van der heide
 
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plusFINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
Aart van der heide
 
Document historique Aart OMAES dernier dubble page
Document historique Aart OMAES dernier dubble pageDocument historique Aart OMAES dernier dubble page
Document historique Aart OMAES dernier dubble page
Aart van der heide
 

Plus de Aart van der heide (20)

ACMKS-brochura final
ACMKS-brochura finalACMKS-brochura final
ACMKS-brochura final
 
ACMKS-brochura final
ACMKS-brochura finalACMKS-brochura final
ACMKS-brochura final
 
ACMKS-brochura final
ACMKS-brochura finalACMKS-brochura final
ACMKS-brochura final
 
ACMKS-brochura final
ACMKS-brochura finalACMKS-brochura final
ACMKS-brochura final
 
diploma WUR
diploma WURdiploma WUR
diploma WUR
 
RAPPORT FINAL UNICEF PASA
RAPPORT FINAL UNICEF PASARAPPORT FINAL UNICEF PASA
RAPPORT FINAL UNICEF PASA
 
Visit to the villages in Waku Kungu in Angola
Visit to the villages in Waku Kungu in AngolaVisit to the villages in Waku Kungu in Angola
Visit to the villages in Waku Kungu in Angola
 
Quelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projetQuelques observations sur le projet
Quelques observations sur le projet
 
Draft Final Report (3)
Draft Final Report (3)Draft Final Report (3)
Draft Final Report (3)
 
7. reference HCL
7. reference HCL7. reference HCL
7. reference HCL
 
9. Reference Olga Keita WFP
9. Reference Olga Keita WFP9. Reference Olga Keita WFP
9. Reference Olga Keita WFP
 
reference hamata Energie
reference hamata Energiereference hamata Energie
reference hamata Energie
 
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
RAPPORT FINAL_EVALUATION MI-PARCOURS_JANVIER 2013
 
FINAL REPORT FSN long version 16 may
FINAL REPORT FSN long version 16 mayFINAL REPORT FSN long version 16 may
FINAL REPORT FSN long version 16 may
 
diploma WUR
diploma WURdiploma WUR
diploma WUR
 
Lettre recommandation (4)
Lettre recommandation (4)Lettre recommandation (4)
Lettre recommandation (4)
 
7. reference HCL
7. reference HCL7. reference HCL
7. reference HCL
 
Sumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
Sumario Executivo Estudo de Base2013_PortuguesSumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
Sumario Executivo Estudo de Base2013_Portugues
 
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plusFINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
FINAL Projet 2013-311764 Tchad - Rapport Final VFF V1 plus
 
Document historique Aart OMAES dernier dubble page
Document historique Aart OMAES dernier dubble pageDocument historique Aart OMAES dernier dubble page
Document historique Aart OMAES dernier dubble page
 

Rapport Final Revision SAP_Aart_ 11AVRIL2011

  • 1. REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP MADAGASCAR WORLD FOOD PROGRAMME PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL MADAGASCAR FEVRIER 2011
  • 2. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 SOMMAIRE SIGLES ET ABREVIATIONS...........................................................................................................3 EXECUTIVE SUMMARY.................................................................................................................4 How the SAP operates.....................................................................................................................4 Identified problems .........................................................................................................................5 Proposed Solutions .........................................................................................................................5 RÉSUMÉ EXÉCUTIF........................................................................................................................8 Fonctionnement actuel du SAP.......................................................................................................8 Problèmes constatés........................................................................................................................9 Solutions proposées.........................................................................................................................9 Notes du consultant...........................................................................................................................12 I. INTRODUCTION..........................................................................................................................13 a. Termes de Référence de la mission............................................................................................13 Objectifs de la révision..................................................................................................................13 Résultats attendus :........................................................................................................................13 b. Méthodologie de travail..............................................................................................................13 c. Définitions du SAP.....................................................................................................................14 d. Brève histoire du SAP à Madagascar.........................................................................................15 e. Description de la zone opérationnelle........................................................................................15 f. Description du SAP actuel..........................................................................................................17 g. Pourquoi une révision?...............................................................................................................19 II. PARTIE CONSULTATIVE..........................................................................................................19 h. Où aller: opinions des parties prenantes.....................................................................................19 i. Ce que le nouveau SAP doit faire...............................................................................................20 III. PARTIE RECOMMENDATION.................................................................................................21 j. Vers une nouvelle méthodologie adaptée....................................................................................21 k. Les phases à suivre.....................................................................................................................22 i. Comité de pilotage et cadre institutionnel du SAP..............................................................22 ii. Mise à jour de la base de données......................................................................................22 iii. Sélectionner les zones socio-agro-écologiques. ...............................................................22 iv. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants;..................23 v. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les différentes zones;......23 vi. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la formation des observateurs à ce protocole;.............................................................................................23 vii. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué;......24 viii. Préparer l’équipe technique pour la nouvelle méthodologie de traitement des données 24 ix. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les zones .......24 x. Nouvel agencement et mise en page du bulletin.................................................................25 IV. TABLEAU RECAPITULATIF...................................................................................................26 ANNEXES........................................................................................................................................29 ANNEXE 1: Terms of Reference..................................................................................................29 ANNEXE 2 : Programme de travail..............................................................................................31 ANNEXE 3 : Organisations rencontrées.......................................................................................33 ANNEXE 4 : Synthèse des échanges avec les Organisations rencontrées....................................34
  • 3. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 SIGLES ET ABREVIATIONS AEDES Agence Européenne pour le Développement et la Santé CRS Catholic Relief Service DA Difficultés Alimentaires DAA Difficultés Alimentaires Aigues DAL Difficultés Alimentaires Localisés DUE Délégation de l’Union Européenne DL Difficultés Economiques Légères DRDR Direction Régional de Développent Rural DS Difficultés Economiques Sévères EWS Early Warning System FA Famines FAO UN Food and Agriculture Organisation FED EU Fond Européen de Développement FEWS Food Early Warning System FNUAP Fond des Nations Unies pour la Population NGO Non Gouvernemental Organisation OMS Organisation Mondiale pour la Santé ONG Organisation Non Gouvernementale ON Ordonnateur National ONN Office National de Nutrition PAM Programme Alimentaire Mondiale PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement RAS Rien à Signaler SA Sécurité Alimentaire SAP Système d’Alerte Précoce SIF Secours Islamique Français SIRSA Système d’Information Rural de Sécurité Alimentaire TDR Termes de Référence TOR Terms of Reference UE Union Européenne UNICEF United Nations Children Fund VAM Vulnerability Analysis and Mapping WWF World Wild Fund WFP World Food Programme
  • 4. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 EXECUTIVE SUMMARY How the SAP operates A warning system is a system implemented by an individual or group to inform of a forthcoming danger. Its purpose is to enable the individual or group to prepare for the danger and undertake actions to mitigate or avoid it. The SAP in Southern Madagascar is an early warning system which mainly prevents food crisis. Most natural disasters in southern Madagascar are the result of erratic rains, affecting food security. Hence, SAP is an early warning system for food insecurity. It was created in 1996 after severe food crises (famine) in 1991. Its primary mandate was to gather relevant information from early warning to inform all stakeholders of potential food crisis in selected areas. The system was implemented in three regions: Atsimo Andrefana, Androy and Anosy with 104 Municipalities. The basic administrative unit is the Municipality. A Municipality is divided into Fokontanys - also an administrative unit - and in Fokontanys are a number of villages or localities. The 104 Municipalities cover 1,974 Fokontanys and these Fokontanys cover 9,060 villages or localities. About 1.8 million people live in the 104 Municipalities. One Municipality can be composed of five to 62 Fokontanys. The SAP information is collected monthly by 92 observers. Observers receive a monthly financial compensation in exchange of their work. Each observer works with a number of questionnaires on socio-economic, market changes, rainfall, agriculture and livestock. The observer in each municipality collects the necessary information and then completes the questionnaires (44 questions). To date, the monitoring indicators are: • Environmental and Social Context • Rainfall • Agriculture and Livestock • Other income-generating activities • Revenues, expenses, savings • Food consumption • Access / isolation • Safety of people and goods • Health and education • Social capital and wellbeing • Local Politics and monitoring of interventions • Price and market functioning This information is validated and sent by the six district officials to the SAP office in Ambovombe for data processing. In principle, SAP produces a monthly bulletin containing detailed basic information such rainfall, crop production, livestock, markets, food situation, migration and food assistance activities. SAP produces also three bulletins each year: 1) the
  • 5. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 intermediary prognosis (April), 2) the estimated final prognosis (July) and 3) the final diagnosis (December). The classification of the Municipalities’ food security situation is as follows: RAS (nothing to report), DL (mild economic difficulties), DS (severe economic difficulties), DAL (localized food difficulties), DA (food difficulties), DAA (severe food difficulties), CA (food crisis) and FA (famine). Identified problems The representativeness The choice of the Municipality as the basic unit and the fact that each municipality has only one observer, have an important influence on representativeness of data. In addition, a Municipality may be large with 62 Fokontanys or small with only five Fokontanys. This means that from a statistical point of view, information collected is not quite representative. In the best case they are only significant. The quantification of indicators Most indicators are qualitative or descriptive. Therefore, there is a risk of subjective interpretation. Whenever possible the indicators should be more quantitative. The number of questions In the past, the SAP was part of an agriculture development monitoring system (SIRSA) and questionnaires are still much focused on agricultural production monitoring. Consequently, they are composed of 44 questions, which is too high to allow rapid analysis. The system's transparency Collection of information in communities is not standardized. There is a risk that two observers interpret the same information differently. The analysis procedures are not clearly established, leaving the possibility of subjectivity in the analysis. Proposed Solutions The development of an adapted system will consist in different steps or more precisely will follow a strategy containing different phases. . There are two prerequisites for this strategy: 1. ensure the stakeholders’ support to the process to follow but also for each step; 2. clearly identify the steps and the inputs needed; The technical committee, created on February 25th , should revise, amend if necessary, and then validate the below recommendations and action plan, in order to guaranty the largest support to the reform process. The technical committee should as well initiate the process by conducting required actions and making suitable proposition for the creation of the steering committee (step 1). Phases to follow are: 1. First, the elaboration of an adequate, representative and scientifically correct system goes through the consideration of institutional aspects. SAP needs a strong support at both national and regional levels. Therefore, a steering committee could guide the SAP on institutional and technical aspects. The steering committee could be composed of governmental technical
  • 6. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 services (ONN, BNGRC, Ministry of Agriculture etc.) but also of UN agencies, NGOs directly involved trough their projects in the SAP area, as well as donors. To date, there is an initiative in this direction since the SAP presents its results to the cluster of Food Security and Livelihoods (regional level). SAP results are discussed and analysed amongst members before publication. 2. Then, a baseline study should be carried out to collect all baseline data needed to define or characterize the zones. This information is essential and necessary to perform the following activity (2) in a scientific way. Last baseline studies were carried out in 2000 and 2005 and must be updated. 3. A system using a socio-economic/agro-ecological zoning should replace the Municipality as the basic unit. This unit would have the same production system and the same rainfall pattern, and markets have the same profile in terms of products, periods, etc. It is a very precise work and must be performed by a person or team who has basic knowledge of production systems in the three regions in order to allow the identification of objective selection criteria. The person or team should also have specific skills in geographic information system to combine the geographical and agro-ecological data. The number of zones is unpredictable, but can vary from 20 to 40 according to the criteria selected. 4. Existing questionnaires have been partly revised already. A number of issues which were too related to the information requested by the SIRSA were eliminated. Further improvements can be made using only 4 groups of indicators (socio-economic, rainfall, markets and agriculture-livestock). The indicators used and their specifications must be adapted to the different agro-ecological zones. An area where agriculture is the main economic activity needs different indicators than an area that has mainly agro-pastoral farming as the main activity. 5. Depending on the number of localities, but also the density of the population in a zone, a number of "surveillance sites for each agro-ecological zone" must be statistically defined, and the "listening posts" randomly selected. The frequency of collection for different questionnaires must also be determined. 6. Specific guidance and training should be developed for observers, including instructions for completing the questionnaires. This "procedure" must be described in a clear and detailed protocol for observers and they need to be trained in this new methodology. 7. The central office of SAP processes and analyses all data and should also work according to a protocol that describes the work according to standardized procedures. This makes their work more transparent for users of SAP bulletin. The core team of SAP should also be trained for this purpose. 8. The food security classification should be refined and agreed among the steering committee. Below, as an example, the 5 classes used by FEWS-Net : 1. No acute food insecurity 2. Moderately food insecure 3. Highly food insecure 4. Extremely food insecure 5. Famine
  • 7. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 Areas are classified at near-term (three months) and at medium-term (three to six months) which results in two mappings (one for the near term, the second for the midterm). 9. The structure of the SAP bulletin will be simplified and the number of pages reduced. It should contain a brief summary of the methodology and terminology used and the results explained first in general, and then in more detail for each zone.
  • 8. 2 REVISION METHODOLOGIQUE DU SAP 2011 RÉSUMÉ EXÉCUTIF Fonctionnement actuel du SAP Un système d'alerte est un système mis en œuvre par un individu ou un groupe pour informer d'un danger à venir. Son but est de permettre à l’individu ou au groupe de se préparer au danger et d’agir en conséquence pour l’atténuer ou l’éviter. Le SAP du Sud de Madagascar est un système d'alerte précoce qui prévient principalement les crises alimentaires potentielles. La plupart des catastrophes naturelles dans le sud de Madagascar sont le résultat de l'irrégularité des pluies, provoquant essentiellement une situation qui affecte la sécurité alimentaire d'une manière négative. Le SAP est donc un système d'alerte précoce d’insécurité alimentaire. Il a été créé en 1996 après les graves crises alimentaires (famine) de 1991. Son mandat principal était de recueillir des informations pertinentes d'alerte précoce pour informer toutes les parties prenantes des crises alimentaires potentielles dans les zones choisies. Le système est devenu opérationnel dans trois régions différentes: Atsimo Andrefana, Androy et Anosy pour un nombre total de 104 Communes. L'unité de base administrative est la Commune. Une Commune est divisée en un certain nombre de Fokontany - également unité administrative - et dans ce Fokontany se trouvent un certain nombre de villages ou localités. Le total de 104 Communes représente un total de 1 974 Fokontany et ces Fokontany couvrent un nombre total de 9 060 villages ou localités. Dans les 104 Communes vivent environ 1,8 millions de personnes. Une seule Commune peut être composée de cinq à 62 Fokontany. Les informations du SAP sont collectées mensuellement par 92 observateurs. Les observateurs reçoivent une indemnité mensuelle pour le travail accompli. Chaque observateur travaille avec un certain nombre de questionnaires portant sur la situation socio-économique, les développements du marché, la pluviométrie, l'agriculture et l'élevage. L'observateur de chaque Commune fait la collecte des informations nécessaires et ensuite remplit le questionnaire (44 questions). A ce jour, les indicateurs de suivi sont : • Contexte environnemental et social • Pluviométrie • Agriculture et élevage • Autres activités génératrices de revenus • Revenus, dépenses, épargne • Consommation alimentaire • Accès/enclavement • Sécurité des biens et des personnes • Santé et éducation • Capital social et bien être • Politique local et suivi des interventions • Prix et fonctionnement des marchés
  • 9. Cette information est validée et envoyée par les six responsables de district au bureau du SAP à Ambovombe afin de traiter les données. En principe, le SAP produit chaque mois un bulletin avec l’information de base détaillée comme les informations sur les précipitations, la production agricole, l'élevage, les marchés, la situation alimentaire, les évolutions migratoires et les activités d'aide alimentaire. Le SAP a également produit chaque année trois bulletins principaux 1), le pronostic provisoire (Avril), 2) le pronostic définitif (Juillet) 3) et le diagnostic définitif (Décembre). La classification de la situation dans les Communes est faite comme suit : RAS (rien à signaler), DL (difficultés économiques Légères), DS (difficultés économiques sévères), DAL (difficultés alimentaires localisées), DA (difficultés alimentaires), DAA (difficultés alimentaires aigues), CA (Crise alimentaire) et FA (famine). Problèmes constatés La représentativité. Le choix de la commune comme unité de base et le fait que chaque commune n’ait qu’un seul observateur a une influence importante sur la représentativité. De plus, la commune peut être importante avec 62 Fokontany ou petite avec seulement cinq Fokontany. Cela signifie que les informations recueillies ne sont, du point de vue statistique, pas très représentatives. Dans le meilleur des cas elles sont seulement significatives. La quantification des indicateurs. La plupart des indicateurs utilisés sont qualitatifs ou descriptifs. Le risque d'une interprétation subjective est donc présent. Lorsque cela est possible les indicateurs doivent devenir plus quantitatifs. Le nombre de questions Le SAP était autrefois intégré à un système de surveillance agricole (SIRSA) et les questionnaires encore aujourd’hui sont très orientés sur la surveillance agricole. Ils sont par conséquent composés d’un nombre total de 44 questions, ce qui est trop élevé pour permettre une analyse rapide. La transparence du système. La collecte de l'information dans les localités n’est pas standardisée. Il existe un risque que deux observateurs interprètent la même information d'une manière différente. De même les procédures d’analyse ne sont pas clairement établies laissant la possibilité d’une part de subjectivité dans l’analyse. Solutions proposées L’évolution devra se réaliser par étape ou plus proprement dit, en suivant une stratégie comprenant différentes phases. Il y a deux conditions essentielles pour cette stratégie : 1. garantir le support des différentes parties prenantes pour le processus à suivre mais aussi pour chaque étape; 2. bien préciser les étapes à parcourir mais aussi les apports nécessaires ;
  • 10. Le comité de travail technique constitué le 25 février devrait revoir, amender si nécessaire, puis valider les recommandations ainsi que le plan d’action ci-dessous, afin de garantir un large soutien au processus de rénovation. Il devrait également permettre d’initier le processus en conduisant les activités nécessaires et formuler des propositions appropriées pour la constitution du comité de pilotage (étape 1). Les phases à suivre sont: 1. Tout d’abord, afin de préparer un bon système qui soit représentatif et scientifiquement accepté, l'aspect institutionnel ne doit pas être oublié. Le SAP a besoin d'un soutien important, tant au niveau national qu’au niveau régional. Dans ce but, il serait souhaitable qu’un comité de pilotage guide le SAP sur le plan institutionnel, mais aussi sur le plan technique. Ce comité de pilotage pourrait être composé des services techniques gouvernementaux (ONN, BNGRC, Ministère de l’Agriculture etc.), de différents organismes Onusiens, des ONGs directement impliquées à travers leurs projets au Sud de Madagascar mais aussi des bailleurs de fonds. A ce jour, il existe une initiative allant dans ce sens puisque le SAP présente ses résultats d’analyse de situation au niveau régional au cluster de Sécurité Alimentaire et Moyens de subsistance1 , et les conclusions du SAP y sont débattues. 2. Ensuite une étude de base doit être faite pour recueillir toutes les données de référence nécessaires afin de définir ou de caractériser les zones. Cette information est essentielle et nécessaire pour effectuer l'activité suivante (3) d'une manière scientifique. Les dernières études de base du SAP remontent aux années 2000 et 2005 et doivent être actualisées. 3. Au lieu de la commune comme unité de base, un système utilisant un zonage socio- économique agro-écologique comme unité de base devrait être développé. Cette unité aurait le même système de production et le même régime de pluviométrie, mais aussi les marchés auraient le même profil en termes de produits, périodes, etc. C'est un travail très précis et devant être effectué par une personne ou une équipe qui a des connaissances de base des systèmes de production dans les trois régions concernées, qui est en mesure de formuler un certain nombre de critères objectifs de sélection, etc. La personne ou l'équipe doit avoir aussi une connaissance de l'utilisation d'un système d'information géographique afin de combiner les données géographiques et agro-écologiques. Le nombre de zones ne peut pas être prédit, mais peut varier de 20 à 40 selon les critères sélectionnés. 4. Les questionnaires existants ont été partiellement revus pour une utilisation dans un nouveau système et un certain nombre de questions trop liées à l'information demandée par le SIRSA ont été éliminées. D'autres améliorations peuvent être effectuées en utilisant seulement 4 groupes d'indicateurs (socio-économiques, pluviométriques, marché et agronomiques), chaque groupe contient un certain nombre de questions. Les indicateurs utilisés et leurs spécifications sont adaptés aux différentes zones agro-écologiques. Une zone où l'agriculture est la principale activité économique a besoin d'indicateurs différents qu’une zone qui est essentiellement agropastorale avec l’élevage comme principale activité. 5. Proportionnellement au nombre de localités, mais aussi à la densité de la population, un nombre de « postes d’écoute » pour chaque zone agro-écologique doit être statistiquement 1 Sous la coprésidence FAO et PAM, ce cluster réunit la majorité des ONGs et organismes gouvernementaux impliqués dans la sécurité alimentaire dans le Sud (FAO, PAM, CARE, UNICEF, GRET, ONN, ALT, SIF, ASOS, CSA, CRS, WWF, …).
  • 11. déterminé, et les « postes d’écoute » sélectionnés de façon aléatoire. La fréquence de collecte selon les différents questionnaires doit également être déterminée. 6. Des consignes précises doivent être élaborées pour les observateurs, incluant le mode de remplissage des questionnaires. Cette « marche à suivre » doit faire l’objet d’un Protocole clair et détaillé pour les observateurs qui seront formés à cette nouvelle méthodologie. 7. Le bureau central du SAP qui fait le traitement et l’analyse de toutes les données doit aussi travailler selon un protocole de travail détaillé afin de normaliser son travail et de le rendre plus transparent pour les utilisateurs du SAP. L’équipe centrale du SAP doit également bénéficier d’une formation à cette fin. 8. La classification doit être affinée et discutée au sein du comité de pilotage, mais à titre d’exemple, nous présentons ci-dessous les 5 classes utilisées par FEWS-Net: 1. No acute food insecurity que l’on peut traduire par Pas d’Insécurité Alimentaire Significative 2. Moderately food insecure que l’on peut traduire par Insécurité Alimentaire Moyenne 3. Highly food insecure que l’on peut traduire par Forte Insécurité Alimentaire 4. Extremely food insecure que l’on peut traduire par Extrême Insécurité Alimentaire 5. Famine Chaque zone est ainsi classée à court terme (trois mois) et à moyen terme (trois à six mois) via ces cinq classes, ce qui donne deux cartes (une pour le court terme, une autre pour le moyen terme). 9. La structure du bulletin SAP devra être simplifiée et le nombre de pages réduit. Il devrait contenir un bref résumé de la méthodologie et de la terminologie utilisée ainsi que les résultats expliqués d’abord d’une manière générale puis de façon plus détaillée pour chaque zone.
  • 12. Notes du consultant Ce rapport est le résultat de la mission de révision méthodologique du SAP au sud de Madagascar, un projet temporairement administré par le PAM. Bien que le SAP ait déjà donné sa preuve d’utilité et d’impact pendant son existence (1996), il est évident qu’une révision est souhaitable afin améliorer son efficacité. La mission a été sollicitée et financée par le PAM et a été constituée de plusieurs étapes dans la période du 6 au 27 février 2011. La première semaine à Antananarivo a permis à la fois de rencontrer bilatéralement les parties prenantes au niveau d’Antananarivo mais aussi de mieux comprendre l’histoire du SAP par l’étude des documents disponibles. La deuxième semaine a permis des rencontres à Ambovombe avec le Sous-Bureau du PAM, l’équipe du SAP mais aussi les différentes parties prenantes qui sont toutes membres du cluster sécurité alimentaire et moyens de subsistance comme l’UNICEF, le FAO, l’ONN, la DRDR, le GRET, CARE, CRS, SIF etc. Des sessions de travail ont été organisées avec l’équipe SAP. La troisième semaine a permis à nouveau des rencontres bilatérales, la restitution pour un grand nombre des parties concernées dont le PAM. Une session de travail a été organisée avec un comité technique (PNUD, UNFPA, OCHA, PAM, BNGRC etc.) afin de travailler sur les questionnaires existants et précisément sur les questions et indicateurs. Le point de départ a été la définition propre du SAP comme étant un instrument uniquement d’alerte précoce et non pas un système d’information ou de suivi permanent. Le rapport traite de thèmes différents qui sont présentés dans le sommaire et le résumé. Ils peuvent être regroupés en quatre parties : la première partie introductive est un rappel historique et contextuel ; la deuxième partie résume les différentes opinions des parties prenantes ; la troisième partie est une partie analytique qui présente une série de révisions possibles ; la quatrième partie indique les prochaines étapes à mettre en œuvre. Les conclusions qui ont conduit aux recommandations traitent surtout des thèmes liés à la représentativité de la méthodologie, la simplification, la quantification des indicateurs et l’élaboration d’une méthodologie plus scientifique et transparente. Nous nous sommes surtout basés sur les observations faites par les parties prenantes. Il faut cependant bien noter que la représentativité des résultats est directement liée avec les principes de la statistique et que le SAP comme toute modélisation sera une approche simplifiée de la réalité avec ses approximations et ses marges d’erreurs. Ce rapport donne sur la base d’une analyse la voie à suivre afin de réaliser un système d’alerte précoce plus léger et plus simple. Nous sommes conscients que tous les outputs demandés par les TdRs n’ont pas été réalisés. Il y avait le choix entre un travail technique qui présente un nombre de suggestions ou une révision élaborée d’une manière participative avec l’implication optimale des différentes parties prenantes. Nous avons fait le choix de la seconde option et sommes convaincus d’un soutien des parties prenantes. Aart van der Heide
  • 13. I. INTRODUCTION a. Termes de Référence de la mission. Les TdRs font référence à l’histoire du SAP à Madagascar qui a été financé pendant une période de plus de 15 ans (depuis 1996) par l’UE produisant une information sur un total de 104 communes de 9 districts partagés dans trois Régions (Andros, Anosy et Atsimo Andrefana) du sud de Madagascar. Le SAP a été sous la gestion administrative du PAM à partir du 1er Janvier 2009. Le PAM avait signé un contrat pour 2 ans (2009 et 2010) avec le Bureau Administratif de l’Ordonnateur National du FED (BAON) et sous tutelle de l’ONN (Office National de Nutrition) avec financement des reliquats FED. En 2009 une révision technique a été conduite par le PAM, cette révision a recommandé entre autre une révision de la méthodologie du SAP. Les TdRs demandent le développement d’un système plus “léger” avec des outils et une méthodologie plus simple afin de garantir une application plus légère pour des partenaires nationaux en cas de transfert. Objectifs de la révision 1. Révision du SAP avec un focus spécial sur la révision des indicateurs utilisés et l’information générée prenant en compte la définition propre d’un système d’alerte précoce, les utilisateurs principaux et leurs besoins en la matière ; 2. Proposer un nouveau processus et une nouvelle mise en page du bulletin produit ; 3. Former le personnel SAP aux nouvelles données et à la nouvelle présentation des résultats ; Résultats attendus : - Un nombre d’indicateurs révisés ou adaptés et des nouveaux outils de collecte; - Restructuration de la base de données; - Un processus détaillé d’analyse statistique; - Proposition de mise en page d’un nouveau bulletin SAP ; - Recommandations techniques pour la mise en œuvre du SAP révisé; b. Méthodologie de travail Ce travail demande une méthodologie participative qui évite une approche hiérarchisée « top down » ou de « haut en bas ». Concevoir un système adapté selon les TdRs ne pose pas de problèmes mais développer un système adapté dans lequel toutes les « parties prenantes » ont été consultées donnera plus de garanti d’une durabilité dans le sens d’une « ownership ». Pour cette raison nous avons procédé comme suit : - Des rencontres bilatérales avec tous les utilisateurs, bailleurs et partenaires au niveau d’Antananarivo avec deux questions principales :
  • 14. 1) « Comment avez-vous utilisé les bulletins SAP ? » 2) « Quelles sont vos suggestions afin d’améliorer mais aussi de simplifier le SAP tout en prenant en compte le véritable objectif du SAP (qui n’est pas un système d’information rurale mais un système d’alerte précoce pur) ». Ainsi nous avons rencontré de nombreuses agences de la famille Onusienne (FAO, UNICEF, OMS, FNUAP, PNUD, OCHA), des bailleurs de fonds tels que Union Européenne, USAID, ainsi que la Coopération Française et la Coopération Allemande ; des ONGs telles que WWF, le GRET, CRS et CARE ; au niveau des services techniques nous avons consulté la division sécurité alimentaire du Ministère d’Agriculture, le BNGRC, et l’ONN rattaché à la Primature. - Une consultation de toute documentation existante au niveau du SAP; - Au niveau de Ambovombe, des rencontres avec le staff national du SAP avec les questions principales : après quinze ans d’existence comment simplifier et faire que le SAP soit plus léger mais aussi comment garder l’identité SAP et ne pas copier le système d’information rurale et de sécurité alimentaire (SIRSA). N.B. le fait qu’il n’existe pas un document sur les leçons apprises n’a pas facilité l’obtention de telles informations. - Une rencontre avec le cluster de sécurité alimentaire à Ambovombe pour mieux analyser les demandes et les nécessités. c. Définitions du SAP L’exercice demandé par les TdRs est clair mais nécessite avant tout une définition du système d’alerte précoce : « Un système d'alerte est un système déployé par un individu ou un groupe pour informer d'un danger à venir. Son but est de permettre à l’individu ou au groupe du système d'alerte de se préparer au danger et d’agir en conséquence pour l’atténuer ou l’éviter ». Cela veut dire en bref « Informer d’un danger à venir et agir en conséquence pour l’atténuer ou l’éviter ». De plus, il faudra également considérer les types de crises les plus fréquentes dans la zone (alimentaires, nutritionnelles, sanitaires, climatiques etc.). Pour le sud du Madagascar, l’équilibre économique est instable dépendant principalement de l’agriculture et de l’élevage. Le climat est semi-aride avec des grandes variations annuelles de la pluviométrie et on constate une dégradation générale des infrastructures. Ce sont surtout
  • 15. des situations de difficultés alimentaires apparaissant régulièrement et qui se transforment parfois en véritables famines. Les crises alimentaires sont toujours suivies par des crises nutritionnelles et pathologiques. La situation de difficultés alimentaires intervient plus encore lorsque la pluviométrie de 2 années consécutives est inférieure ou approche les 400 mm (normale > 500 mm). Le SAP au sud de Madagascar devrait par conséquent se concentrer sur la situation alimentaire ou être un système d’alerte précoce alimentaire (food early warning system). d. Brève histoire du SAP à Madagascar A la suite de la famine de 1991-1992 le gouvernement, la communauté internationale et les ONG ont pris conscience de la nécessité de mettre en place un système de surveillance pragmatique qui permet de prévenir les crises alimentaires. Les grandes étapes du SAP sont :  Ainsi en 1996, l’UE a financé un système d’alerte précoce de risque alimentaire mis en œuvre par AEDES.  Puis en décembre 2004, le SAP a été intégré dans le SIRSA (système d’information rurale et de sécurité alimentaire) toujours sous financement de l’UE et mis en œuvre par AEDES. Le SIRSA prévoit la mise en place d’un système d’information rurale et de sécurité alimentaire dans 9 régions. Le SIRSA a pour but de rassembler, élargir et intégrer les différentes sources des données économiques existantes (dont le SAP) afin de réagir et prendre des initiatives et mesures dans le cadre des actions humanitaires et de développement.  En janvier 2009, le gouvernement a confié la gestion administrative et logistique du SAP au PAM sous la tutelle de l’ONN pour une durée de deux ans (2009 et 2010). Ainsi, le PAM a pris la relève de la gestion du SAP pour que ce dernier puisse continuer les activités de collecte et d’analyse des indicateurs d’alerte précoce.  Le 1er janvier 2011, le financement de l’UE à travers le BAON est arrivé à terme. Actuellement, toutes les parties prenantes souhaiteraient la restructuration suivante : 1. Création d’un comité de pilotage dans lequel seraient réunis tous les partenaires (départements ministériels, membres de la famille onusienne, bailleurs de fonds et ONG’s intervenant au sud de Madagascar) 2. Présidé par une organisation qui prendra le lead 3. Simplification du système afin d’obtenir un système plus léger qui aura pour seul but d’être un système d’alerte précoce alimentaire 4. Ce comité de pilotage à travers un comité technique formule bien la mission et le mandat du nouveau SAP. e. Description de la zone opérationnelle La zone opérationnelle du SAP se trouve dans le sud du Madagascar dans neuf Districts de la province de Toliara et dans les Régions de Anosy, Androy et Atsimo Andrefana. La population de cette zone est estimée à un total de 1 827 000 personnes dont un total de 330 000 enfants de moins de cinq ans. Le climat est semi-aride ce qui cause une vulnérabilité permanente en terme de sécurité nutritionnelle et alimentaire. La zone est connue pour ses
  • 16. disettes et famines récurrentes principalement dues à une pluviométrie irrégulière en quantité et qualité (voir le tableau suivant)
  • 17. Liste des principales disettes et famines au sud du Madagascar de 1930 à 2000. Année Pluviométrie en mm Conséquence 1934 350 Disette 1942 300 Disette sérieuse 1943 375 Famine 1985 427 Disette 1986 447 Famine 1991 302 Disette sérieuse 1992 348 Famine 1997 322 Disette Les principaux systèmes de production de la zone sont de types agricole, agro-pastoral, élevage et pêche ou bien combinent ces différents types. Les principales cultures sont : - Céréales : maïs, riz - Racines et tubercules : manioc et patate douce - Cultures vivrières secondaires : sorgho, niébé, voandzou, dolique, pastèque - Cultures de rente : arachide, haricot, lentille, pois de cap, canne à sucre, tabac, pervenche L’élevage est surtout la production domestique de la volaille, petit ruminants et de zébu. f. Description du SAP actuel Le SAP actuel est opérationnel dans le Sud de Madagascar dans trois Régions Atsimo Andrefana (en partie), Androy et Anosy (en partie). L’Unité de base est la commune dont le SAP couvre actuellement sur un total de 104 communes. La commune est un découpage administratif et divisée en plusieurs Fokontany qui sont reparties en localités ou villages. Le SAP couvre un total de 1.974 Fokontany et 9.060 localités. Une commune couvre entre 5-62 Fokontany. N.B. Le Fokontany est aussi un découpage administratif. Chaque commune concernée dispose d’un observateur SAP qui est indemnisé. Il/elle fait le suivi mensuel des variables conjoncturelles : pluviométrie, marchés, situation agro-socio- économique. Une enquête de base est exécutée pour le recueil de données de référence (structurelles) dont la dernière a été faite en 2005. Le SAP dispose d’un total de 92 observateurs. Les questionnaires utilisés : • Questionnaire Structurel : population de la commune, cultures, cueillette, élevage, pèche, revenus monétaires, épargne, marchés, habitudes alimentaires, stratégies d’adaptation ; • Questionnaire Socio-économique : pluviométrie, migration (départs d’hommes sédentaires, de familles sédentaires, retours de sédentaires, arrivées des personnes
  • 18. étrangères en difficultés), état de troupeaux, pâturages et points d’eau, consommation alimentaire, régime alimentaire, faits exceptionnels survenus ; • Questionnaire Marché : prix de grains, des racines et tubercules, du bétail, prix divers, origine des principaux produits, offre/demande, activités rémunératrices, vente de détresse, marché, nombre de bêtes vendues ; • Questionnaires Agronomiques 1, 2, 3, 4, 5,6 (novembre, décembre, janvier, février, mars, juin) : o pluviométrie (novembre, décembre, janvier, février, mars), o plantes de cueillette (nov, dec, jan, fev, mars), o semis du maïs (nov, dec), du riz (nov, dec), o plantation du manioc (nov, dec), o semis des cultures vivrières secondaires (nov, dec, jan), o état des principales cultures vivrières (nov, dec, jan, fev), o bilan des stocks aliments (dec), o surfaces cultivées (dec, jan), o dégâts de sècheresse (jan, fev, mars, juin), o dégâts des ennemis des cultures (fev, mars, juin), o bilan de la récolte de riz (jan, fev), o bilan des récoltes de cueillette (juin), culture de patate douce (juin), o prévision des récoltes par rapport à l’année précédente (mars, juin), o prévision des récoltes (mars, juin), • Pluviométrie par mois : pluie par jour en mm et observations ; N.B. depuis 2005 le recueil de données nutritionnelles et sanitaires n’en font plus partie (périmètre brachial, morbidité par commune et structure) ; Les indicateurs de suivi sont : • Contexte environnemental et social • Pluviométrie • Agriculture et élevage • Autres activités génératrices de revenus • Revenus, dépenses, épargne • Consommation alimentaire • Accès/enclavement • Sécurité des biens et des personnes • Santé et éducation • Capital social et bien être • Politique local et suivi des interventions • Prix et fonctionnement des marchés Le système « pyramidal » de validation des données est fait à travers des focus groups au niveau des communes et après la validation par les responsables de zone (districts). Après des consultations pluridisciplinaires et de consolidation avec des données secondaires sont faites. Une analyse intégrée des données en faisant référence aux potentialités de chaque commune est exécutée. Les produits du SAP actuel: 1. Constitution de bases de données communales pour une mise à disposition de données fiables et régulières 2. Bulletins SAP mensuels présentant les faits saillants et une synthèse de données
  • 19. 3. Trois bulletins détaillés présentant le pronostic provisoire (aout), définitif (juin) et le diagnostic (décembre) 4. Atlas des données structurelles (…, 2000, 2005) g. Pourquoi une révision? La revue technique du SAP faite en août 2009 avait clairement recommandé une révision méthodologique qui n’avait pas connu d’évolutions significatives depuis sa création en 1996. Par ailleurs, de nombreux observateurs et utilisateurs du SAP avaient fait part de remarques et questions ayant trait à la méthodologie et la transparence du système, telles que : • la représentativité des données, • les indicateurs utilisés (l’aspect qualitatif et quantitatif). • l’absence de protocole clair pour la collecte d’information • le développement d’une autre unité de base (au lieu de la Commune) • la lourdeur du système, bien que le SIRSA ait développé un système très performant le SAP a alors hérité de questionnaires reprenant de nombreux éléments informatifs et non d’alertes • l’absence de protocole d’analyse rendant quelque peu obscure la nature des informations et la façon dont sont formulées les conclusions Il a été décidé d’organiser une révision méthodologique qui prendra en compte toutes les questions posées et les recommandations faites avec le seul objectif de développer un SAP plus léger et plus simple, mais aussi plus scientifique. II. PARTIE CONSULTATIVE h. Où aller: opinions des parties prenantes. Tout d’abord, cette consultation et les réponses apportées mettent en évidence l’intérêt porté au SAP par l’ensemble des parties consultées. Nous nous contentons de résumer ici les sujets et remarques qui ont été évoqués de façon récurrente : • L’utilisation fréquente du SAP et son rôle important pour de nombreux acteurs • L’importance des indicateurs avec des suggestions qui peuvent à priori semblées paradoxales car mentionnant la nécessité de simplifier les questionnaires mais aussi d’inclure de nouveaux indicateurs (portant sur les aspects WASH, nutritionnels, environnementaux, santé, …) • La méthodologie du SAP mal connue et mal définie ainsi que son manque de transparence • Le besoin d’une étude de référence récente afin de redéfinir les situations de référence actuelles du Sud (« situation normale ») • La classification trop complexe • La nécessité d’une révision/amélioration du SAP de manière générale.
  • 20. Un compte rendu détaillé des opinions et recommandations formulées par les parties prenantes rencontrées lors des consultations bilatérales à Antananarivo et Ambovombe est donné en annexe 4. i. Ce que le nouveau SAP doit faire Les recommandations mais aussi les suggestions sont très diverses. Il faut cependant bien analyser et faire une distinction entre les suggestions portant sur un SAP et celles s’adressant à un Système d’Information. A partir de toutes les suggestions, recommandations et aussi certaines critiques, nous avons pu faire une proposition d’un nombre de changements proposés. 1. Faire le découpage par zone socio-agro-écologique à partir des grandes zones écologiques et pluviométriques. Cela nous donnera au moins un nombre de 16 zones. La zone est dans le sens social et agronomique (agriculture et élevage) uniforme. Les points de collecte des données seront sélectionnés grâce à un système de sélection aléatoire. 2. Réduction du nombre d’indicateurs en quatre groupes ou clusters : 1) socio- économiques, 2) pluviométriques, 3) marché et 4) agronomiques ; 3. Adaptation des indicateurs aux priorités mais aussi aux caractéristiques des zones socio-agro-écologiques ; 4. Quantification des indicateurs si possible et nécessaire ; 5. Faire l’échantillonnage d’un nombre des postes d’écoute ou des points de contrôle par zone proportionnellement au nombre de localités et population ; 6. Faire le calendrier de la collecte des données par zone socio-agro-écologique et par indicateur prenant en compte la périodicité ;
  • 21. III. PARTIE RECOMMENDATION Il a été décidé de développer un SAP plus léger et plus simple. Les parties prenantes ont été consultées et leurs suggestions ont bien été prises en compte et intégrées. Dans la partie recommandation, nous expliquons comment continuer le processus d’adaptation ou de révision du SAP. Le chapitre 11 présente tout le processus et les dix étapes à suivre sont discutées et la chronologie des différentes étapes indiquée. j. Vers une nouvelle méthodologie adaptée Adapter un système existant veut dire prendre en compte les possibilités et les contraintes et également la stratégie à suivre. Un système qui a été développé pendant 16 ans ne peut pas être changé du jour au lendemain. L’évolution devra se réaliser par étape ou plus proprement dit, en suivant une stratégie comprenant différentes phases. Il y a deux conditions essentielles pour cette stratégie : 1. garantir le support des différentes parties prenantes pour le processus à suivre mais aussi pour chaque étape; 2. bien préciser les étapes à parcourir mais aussi les apports nécessaires ; Nous distinguons les étapes à suivre selon la liste suivante : 1. convaincre les parties prenantes de leur implication/participation; 2. élaborer une proposition de changement par phases ; 3. formuler les différentes phases à suivre et pour chaque phase spécifier les apports nécessaires mais aussi les options – ressources humaines, expertise, ressources financières etc. ; 4. vérifier chaque phase selon les critères formulés : un système plus léger et plus simple y compris la représentativité, la flexibilité mais surtout la transparence ; 5. après chaque phase, informer les parties prenantes au niveau du comité de pilotage ou les groupes de travail technique et intégrer le feed-back ; 6. après finalisation de chaque phase, vérifier la faisabilité ; Les phases à suivre sont : 1. Mettre en place le comité de pilotage et du cadre institutionnel du SAP 2. Mettre à jour la base de données 3. Procéder à la sélection des zones socio-agro-écologiques 4. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants 5. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les différentes zones; 6. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la formation des observateurs à ce protocole 7. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué 8. Préparer l’équipe technique du SAP à la nouvelle méthodologie de traitement des données 9. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les zones 10. Elaborer un nouvel agencement et mise en page du bulletin
  • 22. k. Les phases à suivre Les phases consécutives à suivre sont les suivantes : i. Comité de pilotage et cadre institutionnel du SAP En janvier 2009, sous financement de l’Union Européenne, la gestion administrative et logistique du SAP a été transférée au PAM sous la tutelle de l’ONN, et ce pour une durée estimée à deux ans en prévision d’un transfert de responsabilité avec le gouvernement. Au 1er janvier 2011, le financement de l’UE s’est arrêté. Cependant, la crise sociopolitique du premier trimestre 2009 et ses conséquences actuelles n’ont pas permis de transférer comme prévu la gestion du SAP au gouvernement. Le PAM ainsi que les différents acteurs ou utilisateurs du SAP pensent aujourd’hui qu’il est souhaitable d’élargir la gestion et l’administration du SAP à plusieurs parties. Ceci pourrait se faire sous la forme d’un « Comité de Pilotage » dans lequel pourront être représentés des services techniques gouvernementaux (ONN, BNGRC, Ministère de l’Agriculture etc.), différents organismes Onusiens, des ONGs directement impliquées à travers leurs projets au Sud de Madagascar mais aussi des bailleurs de fonds. Ce Comité de Pilotage devrait formuler la mission et le mandat du SAP, et proposer un schéma pour son futur ancrage institutionnel. Une partie du Comité de Pilotage formerait un comité technique qui déterminerait la méthodologie et ferait le suivi technique du SAP. Le groupe de travail technique, constitué le 25 Février 2011, pourrait servir de plateforme pour mener les activités nécessaires à la constitution du Comité de Pilotage. ii. Mise à jour de la base de données L’étude de référence et le document produit en 2000 sont d'une grande valeur pour une meilleure compréhension de toute la zone SAP. Cependant les dernières études de référence du SAP remontent aux années 2000 et 2005 et doivent être actualisées. De plus, cette étude de référence doit être faite pour recueillir toutes les données nécessaires afin de définir ou de caractériser les zones. Cette information est essentielle pour effectuer l'activité suivante (3) d'une manière scientifique. iii. Sélectionner les zones socio-agro-écologiques. Au lieu de la Commune comme l’unité de base, un nouveaux découpage est suggéré : stratification en zones socio-agro-écologiques. Alors que la commune est un découpage administratif, le découpage socio-agro-écologique aura l’avantage de proposer des zones plus homogènes en termes de système de production, de pluviométrie, mais aussi de marchés ayant le même profil. Il faut d’abord formuler un certain nombre de critères de sélection qui assureront qu’une telle répartition sera assez représentative. Il faut aussi dire qu’en cas d’une impossibilité d’établir un tel découpage, le maintien de l’ancien système sera recommandé. Critères de sélection : un certain nombre de critères devra être établi afin de commencer ce travail. Les critères les plus logiques seront directement liés au concept du système de
  • 23. production. Le système de production est directement lié aux facteurs pluviométriques mais aussi par exemple la fertilité du sol. Après la formulation des critères, une équipe réduite devra étudier et ensuite définir une proposition de découpage. L’équipe ou la personne en charge devra être composée au moins d’une personne qui connait bien le système d’information géographique et avoir une bonne connaissance des systèmes de production au sud du Madagascar ou de la zone SAP. iv. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants; Une fois que les zones ont été identifiées, chaque cluster d’indicateurs devra être adapté aux caractéristiques spécifiques de la zone. Dans une zone purement agricole des indicateurs sur la pêche ou l’élevage ne devront pas être représentés, etc. Le comité de pilotage technique du SAP devra superviser et valider les modifications à apporter aux différents questionnaires actuels. L’avantage de ce système sera l’utilisation d’un nombre d’indicateurs plus réduit mais en même temps plus adaptés à chaque zone socio-agro-écologique. v. Proposer la fréquence des observations par questionnaire pour les différentes zones; Un nombre de postes d’écoute sera déterminé par zone d’une manière représentative selon un échantillonnage aléatoire. Le nombre de postes d’écoute par zone dépendra de la taille de la zone géographique, nombre de population et nombre de Fokontanys et localités. Le groupe de travail technique devra élaborer une proposition avec l’appui d’un statisticien. La fréquence de collecte de données est actuellement mensuelle. Afin de garantir une meilleure qualité lors de la collecte des données nous proposons une fréquence moins intensive pour certains questionnaires. Ainsi, pour les questionnaires socio-économiques et le développement des marchés, une fréquence bimestrielle est proposée. Cependant, pour les questionnaires relatifs à la pluviométrie mais aussi également pour les questionnaires agronomiques, nous proposons de maintenir une fréquence mensuelle. vi. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et assurer la formation des observateurs à ce protocole; Bien que les observateurs soient indemnisés, ils ne sont pas des enquêteurs professionnels. De plus, il faut être conscient que leur interprétation et la manière de présenter leurs observations sont la base des conclusions et des résultats formulés au niveau de l’équipe technique du SAP puis publiés dans le bulletin. Afin de faire une méthodologie plus scientifique mais aussi plus transparente, il faut bien contrôler la phase d’observation et de collecte : le travail réalisé par les observateurs. Pour cette raison la formation mais aussi la remise à niveau régulière des observateurs contribueraient à la réduction des erreurs d’observation. Aussi nous recommandons :
  • 24. • Un protocole de travail qui explique en détail l’utilisation des différents questionnaires et la manière de répondre à chaque question d’une manière objective mais aussi professionnelle. • Des formations régulières pour les observateurs durant lesquelles le protocole de travail est expliqué afin de s’assurer que les observateurs donnent des réponses vérifiables mais aussi de qualité. vii. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué; Dans ce protocole il devra être clairement expliqué comment sont réalisés les différents calculs et les analyses statistiques. Le protocole expliquera en détails le calcul, l’interprétation et sur quelles bases s’appuient le classement d’une zone socio-agro-écologique. Nous suggérons de procéder au développement de ce protocole comme suit : • Elaborer un cadre logique pour les procédures à effectuer ; • Ce cadre logique aura comme point de départ l’objectif pur d’un SAP alimentaire mais aussi les résultats attendus; • Sur la base des questionnaires adaptés par zone, proposer un nombre d’indicateurs directement dérivés des questionnaires ; • Valider chaque indicateur sur son importance/pertinence dans un SAP alimentaire ; • Elaborer la méthodologie d’interprétation de chaque indicateur ; • La méthodologie d’interprétation d’un indicateur devra aussi indiquer les calculs statistiques ou autres à effectuer ; • Sur la base des résultats d’interprétation des indicateurs chiffrés ou qualifiés, développer un schéma de groupement d’indicateur pour chaque classe de situation alimentaire (voir point 9) ; Ce protocole est principalement destiné à l’équipe technique du SAP mais aussi pour tous les utilisateurs et lecteurs du bulletin SAP afin de leur permettre de mieux comprendre la méthodologie de traitement de données et les conclusions du SAP. viii. Préparer l’équipe technique pour la nouvelle méthodologie de traitement des données L’utilisation correcte de ce nouveau protocole ne pourra se faire que si l’équipe technique SAP bénéficie d’une formation et d’un appui initial pour la mise en œuvre de cette nouvelle méthodologie. Cette formation ainsi que des remises à niveau régulière devront se faire via un appui et un accompagnement extérieur au SAP. ix. Reformuler le classement en termes de crises potentielles ou autres pour les zones Le system actuel utilise le classement suivant : FA Famine DAA Difficultés Alimentaires Aigües DA Difficultés Alimentaires
  • 25. DAL Difficultés Alimentaires Localisées DES Difficultés Economiques Sévères DEL Difficultés Economiques Légères RAS Rien à Signaler On peut noter que, à part le RAS, la formulation des classes est dans quatre cas en relation avec la situation alimentaire (DA, DAA, DAL, FA) et dans deux cas en relation avec la situation économique (DL et DS), ce qui nécessite probablement une harmonisation. Il y avait trois recommandations concernant la classification : 1. Résumer en trois catégories la classification de la difficulté alimentaire pour faciliter la compréhension sur les risques encourus. 2. Mieux spécifier le classement des risques et indiquer d’une manière descriptive la durée (seulement durant la période de soudure ou aussi après la récolte etc.). 3. Mieux spécifier la situation « normale » ou le « normal » ; La première recommandation demande de simplifier la classification comprenant aujourd’hui 7 classes. A titre d’exemple, nous présentons ci-dessous les cinq classes utilisées par FEWS- Net: 1. No acute food insecurity que l’on peut traduire par Pas d’Insécurité Alimentaire Significative 2. Moderately food insecure que l’on peut traduire par Insécurité Alimentaire Moyenne 3. Highly food insecure que l’on peut traduire par Forte Insécurité Alimentaire 4. Extremely food insecure que l’on peut traduire par Extrême Insécurité Alimentaire 5. Famine La seconde recommandation est de mieux préciser dans le temps les difficultés encourues. Nous pouvons toujours à titre d’exemple donner l’approche de FEWS-Net qui offre deux classifications (et donc deux cartes), une pour le court terme, une autre pour le moyen terme. En effet, chaque zone est classée à court terme (trois mois) et à moyen terme (trois à six mois) via les cinq classes mentionnées ci-dessus. Concernant la troisième recommandation sur la « normalité » de la situation, nous pouvons espérer que les nouvelles enquêtes de base permettront de mieux définir une situation normale (soit quantitatif ou qualitatif) par zone socio-agro-écologique. Les suggestions ci-dessus ne sont données qu’à titre d’exemple afin de stimuler la réflexion puisque cette nouvelle classification devra en tout état de cause être discutée et validée au sein du comité de pilotage. x. Nouvel agencement et mise en page du bulletin La structure du bulletin SAP devra être simplifiée et le nombre de pages réduit. La structure devrait contenir une partie introductive qui donnerait en bref un résumé de la méthodologie et expliquerait la terminologie utilisée. Dans une deuxième partie les résultats seront expliqués d’abord d’une manière générale et après par zones avec une spécification détaillée.
  • 26. Nous suggérons une partie supplémentaire qui résumerait en bref la situation nutritionnelle et sanitaire sous forme de données obtenues par les parties prenantes dans le domaine. Une partie supplémentaire donnant des recommandations pour des interventions éventuelles sur le plan humanitaire ou de développement ne semble pas nécessaire. IV. TABLEAU RECAPITULATIF. La révision du SAP est un processus devant suivre plusieurs phases. Dans le tableau suivant nous présentons la séquence des activités à suivre, l’approche à suivre mais aussi la responsabilité de l’exécution. Les colonnes Acteurs concernés et Observations donnent aussi des recommandations en termes de ressources humaines et de temps nécessaire pour accomplir ce travail. Tableau d’activités à suivre Activité à suivre Résultat attendu Acteurs concernés Observations 1. Consultation parties prenantes Consensus sur une nouvelle approche Rencontres bilatérales avec parties prenantes Par VAM et consultant ; réalisée courant février 2011 2. Validation des recommandations et d’un plan d’actions pour un nouveau système Les recommandations pour un SAP rénové et le plan d’actions sont approuvés de manière inclusive par toutes les parties prenantes via le comité technique de travail. Le comité technique de travail (25 février) doit valider les étapes/ recommandations et le processus de leur mise en œuvre ; Combiner les résultats des consultations bilatérales (restitution du 24 février 2011 et présent rapport) prenant en considération la définition du SAP avec les attentes du comité technique de travail. réalisé en avril 2011. 3. Cadre institutionnel du SAP Madagascar Un SAP intégrant différentes parties (services techniques gouvernementaux, Nations Unies, ONGs, bailleurs de fonds) pour plus de représentativité et avec un ancrage institutionnel ; Le groupe de travail technique (constitué le 25 février) peut faire des consultations/proposit ions pour la constitution du comité de pilotage. Le comité de pilotage définira le mandat du SAP et l’ancrage institutionnel. Il désignera également le comité de pilotage technique chargé d’assurer la mise en œuvre du SAP. 4. Etude Baseline Données de base connues et situation « normale » déterminée ; Équipes formées et enquêtes de terrain préparées Organisée par le comité de pilotage technique; à réaliser quand le financement sera disponible ; 2011 5. Sélection des zones socio-agro- écologiques Un nombre de zones définies par l’utilisation du système d’information géographique et systèmes de production ; Ce travail doit être effectué par le cluster Sécurité Alimentaire avec l’appui du comité de pilotage technique et un consultant en systèmes géographiques; Définir les critères de sélection, faire la combinaison géographique et système de production 2 mois après l’étude Baseline 6. Reformuler les groupes d’indicateurs et adapter les questionnaires existants Par cluster d’indicateur, un questionnaire adapté et un nombre indicateurs à déterminer par zone ; Supervision et validation par le comité de pilotage technique ; Elaborer recommandations groupe de travail technique ; à terminer avec appui du consultant et accepté par le comité de pilotage technique ; avril 2011 7. Proposer la fréquence des Par cluster d’indicateurs et par zone la fréquence de collecte de données Equipe SAP avec le comité de pilotage Appui extérieur sera nécessaire en cas de complexité ; 2 mois en
  • 27. observations par questionnaire pour les différentes zones est déterminée ; technique ; 2011 ; 8. Préparer un protocole de travail pour les observateurs et leur recyclage Un manuel qui explique en détail les questionnaires, comment y répondre, que faire en cas de doute etc. et est compris par les observateurs qui arrivent à l’utiliser ; Equipe SAP avec le comité de pilotage technique Appui extérieur sera nécessaire ; 1 mois en 2011 ;
  • 28. 9. Préparer un protocole de travail dans lequel le traitement des données est expliqué Un protocole de travail de qualité et utilisable et compréhensible par tous ; Equipe SAP avec le comité de pilotage technique Appui extérieur à déterminer ; 1 mois en 2011 ; 10. Préparer l’équipe technique du SAP pour la nouvelle méthodologie de traitement des données Formation sur l’utilisation des questionnaires adaptés et du nouveau Protocole ; Manuel et accompagnement pratique. Equipe SAP avec le comité de pilotage technique Appui extérieur à déterminer ; 2 semaines en 2011 ; 11. Reformuler le classement pour les zones Un classement clair et utilisable pour les parties prenantes ; Equipe SAP et comité de pilotage technique. 1 semaine en 2011 éventuellement avec un appui extérieur ; 12. Nouvel agencement et mise en page du bulletin Un bulletin plus réduit que donnera toute l’information nécessaire pour un système d’information alerte précoce; Appui extérieur et le comité de pilotage technique ; 1 semaine en 2011 FINALISATION DES ETAPES Un nouveau SAP plus simple et léger et accepté par toutes les parties prenantes et une équipe SAP compétente et formée ; 6 mois de préparation avec l’appui du groupe de travail technique (25 février), du cluster Sécurité Alimentaire, du comité de pilotage constitué et d’appuis extérieurs ; Financement acquis pour continuer mais aussi pour l’étude Baseline (appui au zonage et à la définition de la situation normale) et pour nouveaux équipements;
  • 29. ANNEXES ANNEXE 1: Terms of Reference MADAGASCAR Early Warning System (SAP) Analytical Methodology Revision Background Madagascar has seen in latest decades a worsening of food security situation of many of its inhabitants. Demographic pressure, low productivity agricultural techniques, international economic crisis and more recently the political crisis have been interacting with extreme weather related hazards which recurrently provoke further stress to the population, damaging assets and eroding their livelihoods. In the South of the country drought, lack of water management infrastructures and an inadequate roads network are important elements contributing to vulnerability and food insecurity of population. Over 10 years the SAP, an early warning system initially funded by the EU has been producing information on 8 districts distributed on 3 regions (Androy, Anosy and Atsimo Andrefana). SAP has been producing monthly bulletins and annual forecasts that have been largely used as the basis for food aid targeting of UN World Food Programme (WFP). In 2009, the system underwent a technical revision, and a redesign of its analytical methodology has been recommended. WFP strategy in revamping the SAP is to develop a “lighter” system with tools and methodology that are specially adapted to ensure that they will be easily applicable by the national counterparts (financially and technically) for handover. It was discovered that trend analysis of indicators was impossible to conduct, the database being technically corrupted. Since the database had been developed on customized software with copyright, the problem could not be resolved because of the copyright issue. MDG CO has learnt that the sustainability of SAP data system requires a transparent and open source approach, both on data management and on the data analysis process. Objectives The CO is therefore looking for a consultant in order to: 1. to review the SAP analytical methodology with a specific focus on the revision of the indicators used and information generated (this will imply identifying the main users of the SAP information and conduct a quick users need assessment) ; 2. to draw a new data analysis process and new EW bulletin layout 3. to train the technical staff of SAP in performing the new data analysis process, and results presentation.
  • 30. Expected Outcomes - Methodology review report with. o Set of reviewed indicators and related data collection tools ; o Database structure format; o Detailed statistical analysis process; o EW Bulletin layout; o clear technical recommendations for setup Duration This Consultancy is expected to cover a period of 3 weeks of working days, with a final report presented to WFP on completion of the assignment. Timeline 1 to 28 February 2011 Qualifications • Advanced University Degree and/or equivalent experience with emphasis in one or more of the following disciplines: economics, agriculture, international affairs, business administration, social sciences, development studies or a field relevant to international development assistance. • Strong English oral and written communication skills, working knowledge of French would be an asset; • Strong statistical data analysis skills ; • Advanced experience in the usage of computers and office software packages (MS Word, Excel, etc.). Excellent knowledge of spread sheet, database; • Demonstrated analytical writing skills; • Knowledge of food security and vulnerability analysis with an emphasis on Early Warning and/or Food Security monitoring systems; • At least 5 years (2 of which international), post-graduate, related to development and emergency work in the humanitarian sector, including practical experience in the design, planning, implementation, monitoring and assessment of relief operations.
  • 31. ANNEXE 2 : Programme de travail DAY DATE ORGANISATION PERSONS MET Monday 7-02-2011 WFP/PAM Krystyna BEDNARSKA Maherisoa RAKOTONIRAINY VAM unit staff Tuesday 8-02-2011 OCHA GRET Pierre GELAS Rija RAKOTOSON Luc ARNAUD Wednesday 9-02-2011 UNICEF WWF Min.Agri/food security unit CARE Amal BENHAIM Dominic Stolarow Anitry Ny Aina RATSIFANDRIHAMANANA Julien ANDRIAMAHAZO Didier YOUNG Thursday 10-02-2011 FAO OMS Union Européenne USAID Alexandre HUYNH Ronahambola ANDRINIAINDA Louis MUHIGIRWA Arthur RAKOTOUJANABELO Paolo CURRADI Jacqueline UWAMWIZA Thomas GIBB Solonirina RANAIVOJAONA Friday 11-02-2011 UNFPA ONN CRS German Embassy French Embassy Cheick Tidiane CISSÉ Ratsarazaka SOLOMANDRESY Macoumba THIAM Lalaharizaka ANDRIANTSARAFARA Noromalala RAKOTONIAINA Félicien RANDRIAMANTENASOA Marja EINIG-HEIDENHOF Jean CHANSON Saturday 12-02-2011 No programme Sunday 13-02-2011 Travel to Ambovombe Monday 14-02-2011 Chef de projet SAP Informaticien Responsable régional Jean de Dieu MBOLA Dolin RAVAHOAVY ROBSON Tuesday 15-02-2011 Chef de bureau PAM Enrique ALVAREZ SIRIA Wednesday 16-02-2011 Cluster de sécurité alimentaire PAM, SAP, ONN, FAO, GRET, CARE, CRS, SIF, Thursday 17-02-2011 ORN Androy Coordinateur et Suivi-evaluation Yves Christian RANDRIANJATOVO Herizo RAMBAO Friday 18-02-2011 GRET Fabrice LHERITEAU
  • 32. FAO Hery RAKOTONDRAMANANA Saturday 19-02-2011 WWF Fort Dauphin Retour Antananarivo Flavien REBARA Sunday 20-02-2011 No programme Monday 21-02-2011 Direction PAM Krystyna BEDNARSKA Olga KEITA Nicolas BABU Tuesday 22-02-2011 DNGRC Colonel Charles RAMBOLARSON Wednesday 23-02-2011 UNDP Fara RAVOLOLONDRAMIARANA Thursday 24-02-2011 Restitution parties prenantes UNDP, UNICEF, FAO, FNUAP, CRS, ADRA, ONN, PAM, USAID, UE, CF Friday 25-02-2011 Restitution PAM/VAM Saturday 26-02-2011 Sunday 27-02-2011
  • 33. ANNEXE 3 : Organisations rencontrées. WFP/PAM Mme. Krystyna Bednarska M. Maherisoa RAKOTONIRAINY VAM unit staff Représentante VAM Officer VAM OCHA GRET M. Pierre GELAS M. Rija RAKOTOSON M. Luc ARNAUD Conseiller OCHA régional Nairobi Conseiller national Directeur GRET Madagascar UNICEF WWF Min.Agri/food security unit CARE Mme. Amal BENHAIM M. Dominic Stolarow Mme. Anitry Ny Aina M. RATSIFANDRIHAMANANA M. Julien ANDRIAMAHAZO Didier YOUNG Responsable unité de nutrition Responsable opérations d’urgence Responsable de programme Responsable bureau de SA Responsable de l’Emergence et Disaster Risk Reduction FAO OMS European Union USAID M. Alexandre HUYNH M. Ronahambola ANDRINIAINDA M. Louis MUHIGIRWA M. Arthur RAKOTOUJANABELO M. Paolo CURRADI Mme. Jacqueline UWAMWIZA M. Thomas GIBB M. Solonirina RANAIVOJAONA Responsable opérations d’urgence Chef unité dev.rural/SA Conseillère dev.rural /SA UNFPA ONN CRS German Embassy French Embassy M. Cheick Tidiane CISSÉ Mme. Ratsarazaka SOLOMANDRESY M. Macoumba THIAM M. Lalaharizaka ANDRIANTSARAFARA Mme. Noromalala RAKOTONIAINA M. Félicien RANDRIAMANTENASOA Mme. Marja EINIG-HEIDENHOF M. Jean CHANSON Représentant Responsable suivi-évaluation Responsable section nutrition Adjoint opérations d’urgence Conseillère Conseiller
  • 34. ANNEXE 4 : Synthèse des échanges avec les Organisations rencontrées. OCHA souhaiterait ou considère • Que les indicateurs soient plus qualitatifs que quantitatifs comme par exemple WASH, produits du marché, système multisectoriel, données structurelles • Que la méthodologie de collecte de données, l’échantillonnage, le nombre de personnes interviewées soient mieux expliqués. • Qu’il existe une étude baseline récente ; • Que le système soit plus scientifique ; • L’utilisation des données satellitaires pourrait être envisagée ; • Que le SAP a une finalité humanitaire et le SIRSA a une finalité axée sur le développement ; GRET (Antananarivo et Ambovombe) • Travaille uniquement dans le domaine du développement et non de l’humanitaire ; • N’utilise pas réellement les données du SAP mais participe aux réunions • Souhaiterait une plus grande transparence du SAP • Souhaiterait un découpage socio-agro-écologique au lieu d’un découpage administratif (combinaison basée sur système d’information géographique et systèmes de production agro-écologique) ; GRET/FAO Ambovombe souhaiterait • Mieux préciser les classes alimentaires, par exemple une situation d’insuffisance alimentaire avec une bonne récolte à venir est très différente d’une situation avec une mauvaise récolte à venir ; • Mieux intégrer la méthode d’estimation des récoltes sur base de la répartition des pluies ; • Une Prévision des grandes famines avec des indicateurs très simples ; • Que chaque indicateur soit adapté à la zone ; UNICEF souhaiterait • Que le SAP couvre également les domaines WASH, santé et nutrition • inclure des indicateurs sur la situation nutritionnelle, sanitaire et éventuellement des indicateurs protection de l’enfant • que l’étude baseline inclut : sécurité alimentaire, santé/nutrition, WASH, protection de l’enfant • que le SAP prenne en considération les stratégies d’adaptation (coping strategies) dans ses analyses WWF • SAP concerne indirectement le travail du WWF mais aborde néanmoins beaucoup de questions communes avec le secteur environnemental ; • A une connaissance limitée des indicateurs du SAP mais suggère certains indicateurs qui peuvent aussi alerter sur une crise alimentaire : changement d’aliment pour le
  • 35. bétail (p.ex. le cactus pour le bœuf) et vente de produits sur le marché qu’on ne trouve pas en temps normaux ; • Porte un grand intérêt sur l’étude baseline ; WWF Fort dauphin • Certaines informations du SAP ne sont pas toujours consistantes avec les informations que recoit WWF ; • Certains indicateurs sont (in)directement liés aux stratégies d’adaptation ; Mieux intégrer certains domaines de l’élevage ; augmentation du cheptel (ovins, caprins etc.) ; augmentation taux de mortalité ; changement d’habitudes alimentaires du cheptel ; • Un certain nombre d’indicateurs environnementaux n’est pas pris en compte par le SAP ; PNUD • souhaiterait une amélioration de la méthodologie du SAP; • estime que les problèmes de représentativité des informations sont difficiles à résoudre sur le plan statistique et suggère donc de parler plutôt de significativité. Ministère d’Agriculture – Direction de la Sécurité Alimentaire • N’a pas formulé de recommandations spécifiques CARE • SAP est un système d’anticipation des crises • Utilise les informations SAP qui sont souvent cohérentes avec ses propres informations ; en 2009 CARE a utilisé les données du SAP pour organiser sa réponse d’urgence • Le pronostic provisoire est pour CARE plus important que le diagnostic ; • Eviter que le SAP soit un système qui donne l’alerte trop tard ; cela veut dire utiliser des indicateurs permettant d’anticiper. • Indicateurs importants : pluviométrie, prix des produits aux marchés, vente de bétail (chèvres, moutons, zébus etc.), prix de l’eau de consommation au marché ; • Indicateurs d’importance mais qui n’ont pas de fonction d’alerte précoce et au moment de changement déjà trop tard : migration, nutrition etc. FAO • Est surtout intéressée sur les indicateurs de l’évolution agricole ou agronomique et aussi de la consommation au niveau du ménage ; OMS • Surtout intéressée aux indicateurs sanitaires et un système d’alerte épidémique ; USAID • Utilisation des images satellitaires ; • Coopération avec le system FEWS ;
  • 36. UNFPA • Utilise les bulletins SAP ; • Estime que le questionnaire est trop lourd • Sachant que les comparaisons se font par rapport à une année normale, il est important de clarifier/préciser ce qu’est une année normale ? • Souhaiterait plus de précisions sur le mode de collecte des données ; • estime que la question de l’eau de consommation (WASH) est très important et devrait être abordée par le SAP ; • Comment est appréhendée la problématique du Changement climatique dans le SAP ? ONN • Les Contacts entre l’ONN et le SAP sont importants surtout au niveau du terrain ; • Mentionne l’importance des indicateurs nutritionnels ; • Se demande comment le SAP pourrait impliquer les agents communautaires de l’ONN car les informations et données nutritionnelles de l’ONN peuvent être d’une grande importance pour le SAP; CRS suggère • des indicateurs plus compacts ; • de renforcer les analyses pluviométriques avec des comparaisons avec les années précédentes ; • d’inclure la disponibilité en eau pour la consommation et les ressources d’eau utilisée par la communauté pendant la période sèche ; • plus d’information sur les maladies fréquemment enregistrées au niveau des CSB ; • d’inclure des informations sur le régime alimentaire et la tendance nutritionnelle ; • de renforcer les analyses sur les autres sources de revenus des ménages ; • d’introduire des informations sur la disponibilité des semences – lieu d’approvisionnement-prix-type ; • une prise en compte des prédateurs et insectes nuisibles; • de résumer en trois catégories la classification (DAA jusqu’au DL) ; • un meilleur niveau d’analyse et représentativité ? BNGRC estime que bien qu’une amélioration soit toujours souhaitable, ce système a prouvé son efficacité en apportant des réponses à temps aux crises alimentaires dans le Sud Ambassade de l’Allemagne • Utilise les informations du bulletin pour le développement des stratégies etc. ; • Est conscient de la nécessité d’une révision du SAP existant (est entre autre bailleur de cette révision) ; • Supporte la révision de la méthodologie comme a été formulée dans les TdRs ; • Mets aussi l’accent sur une méthodologie plus scientifique ; Ambassade de la France • Utilise les informations du bulletin comme instrument d’information ; • Est conscient de la nécessité d’une révision du SAP existant ; • Reconnais l’importance de la continuation du SAP ;
  • 37. • Supporte la révision de la méthodologie comme a été formulée dans les TdRs ; • Mets aussi l’accent sur une méthodologie plus scientifique ;