Des micro organismes pour booster vos cultures

1 148 vues

Publié le

Mycorhizes, bactéries, levures, champignons, etc. : il n’y a pas un, mais des milliards de micro-organismes différents présents dans le sol, pouvant être utiles au développement des plantes.
Améliorer la nutrition, aider à résister aux stress, lutter contre des maladies ou ravageurs.

Publié dans : Technologie
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Oui, les applications qui consistent à utiliser des microorganismes utiles et bénéfiques existent depuis près de 30 ans au Japon et elles sont nombreuses et diversifiées. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet vous pouvez visiter mon blog à l'adresse suivante :
    http://microorganismes-symbiotiques.blogspot.fr
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 148
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Des micro organismes pour booster vos cultures

  1. 1. Des micro-organismes pour booster vos cultures Mycorhizes, bactéries, levures, champignons, etc. : il n’y a pas un, mais des milliards de micro- organismes différents présents dans le sol, pouvant être utiles au développement des plantes. Améliorer la nutrition, aider à résister aux stress, lutter contre des maladies ou ravageurs.Les travaux actuels de recherche et développement sur les produits à basede micro-organismes consistent donc à répondre à ce double objectif :trouver les micro-organismes qui apporteront un réel bénéfice aux cultures,tout en s’assurant que leurs apports, en faibles quantités, préserverontl’équilibre du sol.Ces milliards de micro-organismes assurent une ou plusieurs fonctions dansle sol. Une même fonction pouvant elle-même être assurée par différentsmicro-organismes !Premier exemple d’utilisation possible de micro-organismes enagriculture, déjà disponibles sur le marché : «l’occupation de larhizosphère ».Le micro-organisme occupe la rhizosphère, région du sol directement forméeet influencée par les racines et les micro-organismes associés, afin que lesautres micro-organismes - bon et mauvais - présents naturellement dans lesol, aient du mal à venir au contact des racines de la plante. On limite ainsiles problèmes d’ordre sanitaire.
  2. 2. Par exemple, le champignon Gliocladium Catenulatum J4446 permet de limiter l’action des maladies racinaires (Rhizoctonia, phytophtora, pyhtium) mais aussi des champignons responsables du botrytis sur feuillage (notamment sur tomate).Un micro-organisme peut également avoir une fonction liée à unespécificité forte, comme celle d’augmenter la disponibilité deséléments nutritifs du sol. Augmentation du chevelu racinaire de 36 à 51%C’est, entre autre, le cas de la même bactérie Bacillus sp. IT45. Enrendant plus soluble le phosphore, elle le rend ainsi beaucoup plusdisponible pour la plante. Ce micro-organisme peut donc être utile encultures légumières par exemple – salade, choux fleurs, artichauts – dansdes sols à pH élevés, où le phosphore a tendance à être fixé par le calcium.Ces cultures à cycles courts, qui ont des besoins instantanés en élémentsnutritifs importants, peuvent en effet trouver immédiatement les élémentsminéraux dont elles ont besoin et absorber plus facilement le phosphore…Avec à la clé, des rendements intéressants, de l’ordre de +20% en pousse.
  3. 3. D’autres micro-organismes, enfin, permettent un accroissement dudéveloppement racinaire de la culture, donc au final pour l’agriculteur,une meilleure nutrition en éléments essentiels – eau, éléments minérauxnotamment – et une croissance optimisée de la plante. Racines mychorizéesC’est notamment le rôle des mycorhizes, qui améliorent la prospectionracinaire des cultures : grâce à leur propre réseau racinaire joint à celui dela culture, elles peuvent permettre jusqu’au doublement du volume dusystème racinaire de la plante !
  4. 4. Leur recours peut par exemple se justifier pour des cultures implantées dansdes sols difficiles à prospecter ou marqués par des déficits hydriques. Ellespeuvent être aussi être utiles sur maïs, en fin de cycle et dans un contextede restriction d’eau, afin de lui conférer une meilleure résistance à lasécheresse et d’éviter un « décrochage » de rendement. www.agriculture-nouvelle.fr Les nouveaux intrants en agriculture : engrais, semences, plants, phyto, OAD, pratiques culturales…

×