Commentaires du cours edition intégrale v1.1

37 207 vues

Publié le

Publié dans : Business
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
37 207
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
49
Actions
Partages
0
Téléchargements
184
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Commentaires du cours edition intégrale v1.1

  1. 1. Don Bosco Landser, Première S1 Français Lectures analytiques Thomas FUSSINGER Promo 2010
  2. 2. Français Sommaire Séquence 1 : Fables, conte philosophique et essai ................................................................................. 5 Séance 1 : La fable : métamorphose du genre : Le corbeau et le renard. .......................................... 5 Séance 2 : La fable classique : Lafontaine, Les obsèques de la Lionne ................................................ 6 Séance 3 : La Cigale, Jean Anouilh ...................................................................................................... 9 Séance 4 : Le philosophe ignorant, Voltaire ...................................................................................... 11 Séance 5 : Micromégas, Voltaire ....................................................................................................... 13 Séance 6 : Le K, Dino Buzzati ............................................................................................................. 14 Séance 7 : Essais, Montaigne ............................................................................................................ 15 Séance 8 : Pensées, Pascal ................................................................................................................. 17 Fiche méthode ................................................................................................................................... 20 La modalisation ............................................................................................................................. 20 I. Moyens lexicaux .................................................................................................................... 20 II. Modes et temps .................................................................................................................... 20 III. Moyens syntaxiques .......................................................................................................... 20 IV. Les moyens stylistiques ..................................................................................................... 20 Séquence 2 : Un mouvement littéraire et culturel : Les lumières......................................................... 21 Séance 1 : Lettres persanes, Montesquieu. ...................................................................................... 21 Séance 2 : Article philosophe, Dumarsais. ........................................................................................ 22 Séance 3 : Qu’est-ce que les Lumières, Emmanuel Kant. ................................................................. 23 Séance 4 : Article « Autorité », Diderot............................................................................................. 24 Séance 5 : Article Traité sur la tolérance, Voltaire. ........................................................................... 25 Séance 6 : Article « Encyclopédie », Diderot ..................................................................................... 26 Séance 7 : Article « Inoculation », Jean Tronchin .............................................................................. 29 Candide, Voltaire ............................................................................................................................... 30 Etude chapitre par chapitre............................................................................................................... 31 Chapitre 1 : Candide chassé de TTT –parodie de la Genèse .......................................................... 31 Chapitre 2 -De « deux hommes habillés de bleu » à « comme un prodige »................................. 32 Chapitre 3 – Du début à « … et n’oubliant jamais Mademoiselle Cunégonde » ........................... 33 Chapitre 3 – 2ème partie ................................................................................................................. 34 Page 2
  3. 3. Chapitre 4 – récit dans le récit ....................................................................................................... 34 Chapitre 5 ...................................................................................................................................... 34 Chapitre 6 ...................................................................................................................................... 35 Chapitre 7, 8, 9 – Parodie des procédés romanesques de l’époque (merveilleux, clichés romanesques) ................................................................................................................................ 35 Chapitre 10 .................................................................................................................................... 35 Chapitre 11, 12 .............................................................................................................................. 35 Chapitre 13 .................................................................................................................................... 35 Chapitre 14, 15 .............................................................................................................................. 35 Chapitre 16 .................................................................................................................................... 35 Chapitre 17, 18 – Parenthèse dans le récit : l’El Dorado ............................................................... 36 Chapitre 19 .................................................................................................................................... 36 Chapitre 20 .................................................................................................................................... 37 Chapitre 21 .................................................................................................................................... 38 Chapitre 22 .................................................................................................................................... 38 Chapitre 23 .................................................................................................................................... 38 Chapitre 24 – Venise - Retrouvailles avec Paquette (Pâquerette) et frère Giroflée (Girofle, sens bon)................................................................................................................................................ 38 Chapitre 25 – Venise- Le seigneur Procuranté et sa vie oisive dans son palais ............................. 38 Chapitre 26 .................................................................................................................................... 38 Chapitre 27, 28, 29 ........................................................................................................................ 38 Chapitre 30 .................................................................................................................................... 38 Séquence 3 : Le roman et ses personnages .......................................................................................... 40 Séance 1 : Jacques le fataliste, Denis Diderot. .................................................................................. 40 Séance 2 : La Maison Nucingen, Honoré de Balzac. .......................................................................... 42 Séance 3 : L’éducation sentimentale, Gustave Flaubert. .................................................................. 44 Séance 4 : L’absinthe, Edgar Degas. .................................................................................................. 45 Séance 5 : Amérique, Franz Kafka. .................................................................................................... 47 Séance 6 : L‘étranger, Albert Camus ................................................................................................. 49 Séance 7 : L’ère du soupçon, Nathalie Sarraute................................................................................ 51 Synthèse sur l’évolution du personnage dans le roman ................................................................... 53 I. L’évolution du héros .............................................................................................................. 53 II. Le héros comme personnage d’exception ............................................................................ 53 III. Vers la naissance de l’antihéros ?...................................................................................... 53 I. L’évolution du héros .............................................................................................................. 53 Page 3
  4. 4. II. Le héros comme personnage d’exception ............................................................................ 53 III. Vers la naissance de l’antihéros ?...................................................................................... 53 Séquence 4 : Le roman et ses personnages .......................................................................................... 55 Séance 1 : L’illusion Comique, Corneille. ........................................................................................... 55 Séance 2 : Hamlet, Shakespeare ....................................................................................................... 57 Séance 3 : Le roi Lear, Shakespeare .................................................................................................. 59 Séance 4 : la vie est un songe, Calderòn ........................................................................................... 61 Séance 5 : Le rêve du Chevalier, Antonio de Pereda......................................................................... 63 Séquence 5 : La poésie moderne .......................................................................................................... 65 Séance 1 : Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Présentation de l’œuvre. ................................................ 65 Séance 2 : Les Fleurs du Mal, « Spleen, LXXVI », Baudelaire............................................................. 69 Séance 3 : Les Fleurs du Mal, « Harmonie du soir », Baudelaire. ..................................................... 72 Séance 4 : Les Fleurs du Mal, « Recueillement », Baudelaire. .......................................................... 74 Séance 5 : Les Fleurs du Mal, « L’albatros », Baudelaire................................................................... 76 Séance 6 : Les Fleurs du Mal, « Correspondances », Baudelaire. ..................................................... 78 Séance 7 : Les Fleurs du Mal, Baudelaire, Synthèse schématisée..................................................... 80 Page 4
  5. 5. Séquence 1 : Fables, conte philosophique et essai Séance 1 : La fable : métamorphose du genre : Le corbeau et le renard. On fera ici une comparaison de la fable de Phèdre à celle d’Esope : Auteur Esope Phèdre La Fontaine XVII Composition, Texte en prose Texte en vers Texte en vers, + rimes forme Entrée in medias res Entrée : forme d’apologue Entrée in medias res Observation morale sous Histoire au discours direct forme de questions/répliques Histoire au discours direct en partie Larcin Le larcin est de la viande, Le larcin est un fromage, Le larcin est un fromage, qui est un met de qualité qui est un met de qualité qui est un met de qualité Personnage Réplique finale du Renard Le Renard décampe sans Le Renard explique et au discours direct, demander son reste, et le prend un ton solennel et moquerie, lignes 7-8 Corbeau se plaint, lignes professoral, tout en caractère ridicule et 8-9, regrette sa sottise emportant sa imbécile du Corbeau, Il y a une observation rémunération. chute très brève, morale de la supériorité On insiste sur méprisante envers les de l’intelligence, de la l’intelligence du Renard et imbéciles. vaillance et de la sagesse. la sottise du Corbeau. Registre de Registre familier : Registre soutenu Vocabulaire soutenu langage « cervelle » « prestement ». On parle Tout tourne autour et se de « rusée Renard », de résume au mot « sottise », de « imbécile » « vaillance » et de « sagesse ». Indications Non étudié. Enchainement rapide Enchainement rapide temporelles d’actions d’actions Absence de marqueurs Absence de marqueurs temporels temporels Morale Se prendre directement à Morale subtile, amorcée Morale finale claire et un travers humain : la dès l’apologue initial : il y explicite. sottise a enchainement du récit Puis le Corbeau, lésé, par des observations comprend sa faute et le morales implicites. Renard se trouve gagnant Mise en valeur de la et rusé, mais malhonnête. sagesse et de l’intelligence Page 5
  6. 6. Séance 2 : La fable classique : Lafontaine, Les obsèques de la Lionne Mise en situation -17e siècle, sous le règne de Louis XIV, le régime est une monarchie absolue de droit divin. Jean de La Fontaine (1621-1695) écrit 2 recueils de 6 livres chacun, le seconde livre dont il est ici question, parait entre 1678 et 1695. -Les Obsèques de la Lionne viennent de ce livre, et sont inspirés d’une fable d’Abstémius, du recueil d’une centaine de fables Hécatomythion, écrits vers la fin du 14e siècle, sous la renaissance : « Le Lion irrité contre le cerf joyeux de la mort de la Lionne ». -Cette fable est le fruit des observations de la Fontaine qui est à la Cour. Il est protégé par la Duchesse d’Orléans et par Fouquet. Dans cette fable très classique, La Fontaine mêle différents registres : humour, sarcasme, colère, c’est une satire acerbe des courtisans et du roi. Commentaire I. Le schéma classique de la fable II. Quelles sont les attitudes des personnages, notamment le Roi et le Cerf III. La satire à travers le discours habile du Cerf I. La fable est composée du récit et d’une partie morale :  Le récit se trouve des vers 1 à 52 : il se décompose lui-même : o v. 1 à 16 : présentation du décor : présence d’octosyllabes, successions d’imparfaits et de passés simples, et enjambements. On assiste aux obsèques et on ressent le chagrin du roi. o v. 17 à 23 : il y a interruption du récit en faveur du « je » du fabuliste : il permet la mise en place de considération de vérité générale qui concernent les traces des courtisans. o v. 24 à 32 : reprise du récit, évocation de l’attitude du Cerf o v. 33 à 38 : tirade du Lion au discours direct → vivacité, plaisance, et accentuation du drame émotionnel du Lion. o v. 39 à 49 : réplique au discours direct du Cerf : il s’agit d’une réplique enchâssée reprenant ce que dirait la Lionne si elle était encore de ce monde : figure de style de la prosopopée. o v. 49 à 52 : chute très brève, avec un changement brutal de situation. L’effet du Cerf est immédiat : v. 49 : « À peine on eut ouï la chose, | Qu’on se mit à crier : « Miracle, Apothéose ! » | Le cerf eut un présent, bien loin d’être puni. »  La morale se trouve elle placée des vers 53 à 55.  Les interventions du narrateur sont très nombreuses, mais sur des tons différents : aux vers 11, le ton est ironique et humoristique, tandis qu’au vers 18, le ton s’avère délibérément beaucoup plus colérique, caustique (véhément et violent) II. Les attitudes des personnages Page 6
  7. 7.  L’attitude du roi : → Le roi est autoritaire : vers 7 à 11 → Il est affecté de façon exagérée par son chagrin, notamment au vers 12 : hyperbole → La condamnation du roi sur le courtisan semble se passer sans discussion, on y voit de la cruauté, un châtiment (v. 36 « nos sacrés ongles », où sacrés renvoie au pouvoir divin de la monarchie absolue de Louis XIV.) → De plus, le roi est sensible à la flatterie de quiconque, entre autres celle du Cerf : v.51 : « le Cerf eut un présent. »  L’attitude des courtisans → Ils sont très présents, mais se cachent derrière un anonymat collectif : « on » au vers 50, « chacun », les « gens » au vers 11, le « peuple » au vers 21. → « Messieurs les courtisans » est une réplique pleine d’ironie, qui permet la critique de la cour qui est un monde à part. La servilité des courtisans est ici dénoncée, car toutes les volontés du Roi sont exécutées. → Les courtisans sont donc des caméléons, qui ne font que singer le roi. On retrouve une association d’hommes de cour qui n’ont aucun caractère. Ils font ce qu’il plait au prince et se cachent derrière une hypocrisie permanente, c’est le monde du paraître. → Le but est d’avoir une apparence propice pour le roi, les gens sont qualifiées de ressorts, ce sont des pantins, dans des corps sans esprits : il s’agit ainsi d’une métaphore de la mécanique, où es courtisans sont les rouages.  Le discours du Cerf en trois temps : → Utilisation des sentiments, c’est de la persuasion → Utilisation d’un récit merveilleux, de la vision de la Lionne Tout le discours du Cerf est en sa faveur, le Cerf se présente même comme un ami de la reine, car la reine tutoie le Cerf. « Et je l’ai d’abord reconnue », vers 43 : deux travers :  D’un côté, la proximité  De l’autre côté, le Cerf a un vieux compte à rendre (v. 26 à 27)  A partir du vers 44, le Cerf utilise la prosopopée ; c’est l’utilisation d’un argument d’autorité (=la reine le lui a ordonné) pour justifier son manque de pleurs. III. La satire du Cerf : elle se déroule des vers 16 à 23, où le Cerf nous fait éprouver de la colère  L’animalisation des courtisans (caméléons rougissants)  Cruauté de la Lionne, au vers 27  « ils sont prêts à tout », indifférents, flatteurs (vers 17-18)  La Fontaine est donc extrêmement critique vis-à-vis des courtisans et au milieu dans lequel ils vivent  La Fontaine développe la fable d’Abstémius, pour : 1. La rendre plaisante 2. et allégorique Page 7
  8. 8. 3. et fictive, la fiction servant de couverture pour échapper à la censure et critiquer de façon ouverte  La fable est donc un tout, un genre indissociable : 1. Un récit court et plaisant 2. L’allégorie, un moyen de lutte contre la censure 3. Fiction : couverture (notamment à l’aide des animaux) L’argumentation est ici persuasive Conclusion La Fontaine cible les courtisans, le pouvoir royal absolu. Il critique l’utilisation du pouvoir divin à des fins personnelles, mais surtout, La Fontaine cible des travers humains intemporels. Page 8
  9. 9. Séance 3 : La Cigale, Jean Anouilh Mise en situation -Jean Anouilh (1910-1967) est un écrivain dramaturge du XXème siècle. Il a vécu les deux guerres, et a été extrêmement marqué par celles-ci : il écrit Antigone pour refuser la capitulation. Il organise les débuts d’une résistance intellectuelle. Beaucoup plus tard, en 1967, il écrit La Cigale : sa volonté d’écrire est alors plus légère, en critiquant tout de même l’évolution de la société vers la consommation et le paraitre - Il est ainsi très critique envers ses contemporains, ce texte est une satire mordante du monde dans lequel il vit. Commentaire I. De l’importance du choix du titre et de la progression de la fable II. La critique véhémente d’un certain milieu social I. Importance du choix du titre  Jean Anouilh élimine la Fourmi au profit du Renard, on y voit un discret clin d’œil au roman de Renard (écriture médiévale, le Renard est un goupil)  La Cigale devient l’héroïne, et elle démentit sa légende, elle est ainsi presque devenue la Fourmi : « Elle alla trouver un Renard » au vers 9 montre qu’elle n’a pas froid aux yeux. Dès le vers 10, on voit qu’elle ordonne, calcule et décide (v. 45, 50, 55, 57, …)  Le récit est construit de manière tout à fait traditionnelle avec deux coups de théâtre : o Premier renversement de situation : inversion de l’histoire de La Fontaine, la Cigale devient la prévoyance même. o Elle se découpe en 5 actes :  1er acte : v. 1 à 8 : présentation (acte d’exposition) ème  2 acte : v. 9 à 12 : visite chez le Renard (la Cigale se tait et écoute les propos du Renard  3ème acte : v.32 à 44 : réponse inattendue de la Cigale, le Renard est surprit  4ème acte : v.45-55 : il y a une sorte de fausse sortie théâtrale, la Cigale fait un quiproquo, et le Renard pense qu’il a encore une chance  5ème acte : v.56-57 : dénouement + épilogue : le renard abandonne.  Cet aspect théâtral fait la vivacité du passage. II. La critique d’un certain milieu social  Cette fable est bien plus sérieuse qu’il n’y parait. L’objet de la satire est le placement de l’argent des artistes, qui disent vivre de Page 9
  10. 10. bonheur et d’eau fraiche, alors qu’ils sont la plupart du temps à fond dans le paraître. (Jean Anouilh est un anarchiste de droite, il veut de la loyauté) →il ne critique pas la richesse, seulement l’attitude.  La Cigale veut du profit : satire du profit ravageur, du capitalisme. La petite fourmi ne l’intéresse même pas. Critique du paraitre, du cynisme (v.33 à 35 : la Cigale est très dure de cœur) et de l’individualisme v. 47 : la cape du Renard : cruauté, la Cigale aura sa peau La Cigale est un monstre dévoreur, à l’image de la société.  Jean Anouilh reprend la figure du Roman de Renard : → Rusé, il croit tenir la bonne affaire, il est beau parleur, il croit pouvoir tirer profit de la crédulité de la Cigale → Au vers 34, le discours est « tout sucre tout miel », véritablement flatteur → Le renard est ainsi prêt à tout pour l’appât du gain.  On note l’utilisation de nombreuses hyperboles, vers 23 et 30 : il joue le faux- semblant, le regret-fin, il croit encore s’amuser → Au départ, on le croit convaincant, et puis on remarque bien vite que tout n’est que blablabla : le Renard est victime de son discours tout fait, des clichés, de sa propre profession, de l’image qu’on lui a mis en tête des artistes. → Vers 25 et 26, il utilise l’impératif, c’est une technique pour ne pas laisser le choix au client : il insiste sur la nécessité de s’occuper de l’argent  Puis coup de théâtre, la Cigale l’a écouté et a mené le jeu : le Renard s’est fait prendre, c’est l’arroseur arrosé  Le Renard n’a fait que 2 erreurs : → Il a cru duper la Cigale en lui faisant signer un blanc-seing → Il se méprend sur la condition de la Cigale (v. 50) → Il reçoit ainsi une véritable leçon d’économie. Conclusion Jean Anouilh n’enseigne pas, ne fait pas la morale, il montre/démontre/dévoile le paraître. Le Renard va tirer la leçon, il a subi une défaite (v.57), en fait, il va changer de crémerie, il se retrouve être l’élève de la Cigale : « Mais » au dernier vers annonce bien cette chute. De plus, si l’on prend l’expression v56 - 57 au sens premier, la critique est encore plus cynique et caustique : le renard apprend la musique, c’est-à-dire qu’il veut lui aussi devenir un artiste. Jean Anouilh fait donc une véritable critique des idées reçues et des clichés. Page 10
  11. 11. Séance 4 : Le philosophe ignorant, Voltaire Mise en situation -Nous sommes dans le contexte des Lumières du 18ème siècle, qui tient à faire l’éloge de la connaissance et de la tolérance, en totale opposition avec l’obscurantisme. -Voltaire (1694-1778) est dans un contexte qui veut que comme 85 % des gens sont analphabètes, les Lumières ne se diffusent que dans la haute bourgeoisie. -Cet extrait a été publié en 1766. A ce moment-là, installé à Ferne, Voltaire côtoie la noblesse et combat l’obscurantisme. En 1768, l’affaire du chevalier de la Barre éclate, et Voltaire est de plus en plus méfiant envers les dogmes. -Les valeurs défendues dans ce texte sont la tolérance et la lucidité. La structure de cet extrait épouse point par point la structure démonstrative : on reconnait trois parties bien distinctes : le premier paragraphe présente les Quinze-Vingt, paisibles, raisonnables, jusqu’au jour où l’un des professeurs s’impose. Les querelles qui en résultent sont exposées dans le deuxième paragraphe. Le troisième paragraphe permet une chute brève sous forme de morale. Commentaire I. La logique de la dissension (=discorde) II. Un enjeu politique I. La logique de la dissension  Le texte se découpe en 2 volets principaux, qui développent 2 états opposés : → La concorde : 3sens maitrisés : goût, odorat et toucher → Les dissensions de la communauté entre le dictateur et les sujets : il y a formations de deux clans (ligne 21)  Cette querelle repose sur des idées infondées et futiles : cela permet à Voltaire de faire une critique du dogmatisme.  Voltaire fait référence au philosophe John Locke, qui dit que « la connaissance ne peut excéder le chant de l’expérience. (ici, il est vain de spéculer sur la couleur et la vue lorsque l’on est aveugle)  Cette dissension fait partie d’un processus mené par le dictateur qui vise à prendre le pouvoir : il est détenteur d’un savoir, en imposant sans décrets (lignes 22 et 23). Il utilise ainsi une méthode d’imposition.  Au final, cette expérience permet de tirer deux leçons : → Premièrement, il faut retrouver la raison → Deuxièmement, il fait vivre dans un, monde de tolérance. II. Les enjeux du texte  Il s’agit d’une critique des croyances théologiques basées sur le dogmatisme, et génératrices d’intolérance La querelle stérile montre l’intolérance des dogmes : cette querelle n’est que futilité. Voltaire en vient donc à appeler à la tolérance au sein de l’Eglise : il invite à la résolution des querelles entre protestants et chrétiens, ou jansénistes et jésuites. Page 11
  12. 12.  Il critique le pouvoir de droit divin : le chef des Quinze-Vingt est un dictateur. Il y a formation de deux clans politiques, les rouges et les blancs. Conclusion L’anecdote du sourd montre que la leçon n’a au final toujours pas été comprise, il dénonce les aveugles mais ne se rends pas compte de ses propres erreurs : cela marque le scepticisme de Voltaire, qui prône un combat contre les lois ridicules et l’intolérance, à mener de façon perpétuelle. Ce combat n’est donc jamais fini, et a d’ailleurs toujours cours. Page 12
  13. 13. Séance 5 : Micromégas, Voltaire Mise en situation -L’œuvre Micromégas est écrite vers 1732, pour être finalement publiée en 1752. -On reconnait une influence de Newton, dont il donne une vision simplifiée. Il reprend le voyage imaginaire et l’adapte au besoin philosophique du moment. -Micromégas est un aperçu de la philosophie de Voltaire sur la modération. Micromégas, à travers sa dualité petit/grand, nous pousse à tirer une leçon à partir de différents points de vue. Commentaire I. La relativité du conte lui-même II. La notion d’instant et d’éternité III. Les intentions morales et philosophiques du texte I. Le conte philosophique est orienté et s’organise en plusieurs parties : → La phase initiale, dans laquelle est exprimée l’insatisfaction des gens. Cette thèse principale de départ agit comme une leçon de sagesse. → Un dialogue sur les durées de vies, très variables et parfois énormes, allant d’un extrême à l’autre : et pourtant les gens restent insatisfaits, quelle que soit leur durée de vie II. L’expression « instant d’éternité » (ligne 21) résume à elle seule la relativité du temps. Cette idée sert à prendre le parti de la condition qui est la nôtre. Voltaire propose une réflexion philosophique et approfondie de la perception du temps, relatif et subjectif. On retrouve alors la notion des deux infinis de Pascal (qui montre la petitesse de l’homme face à tout) Voltaire fait une réflexion extérieure sur l’identité les contraires : il ne tire absolument pas les mêmes conclusions que Pascal : sa conclusion est qu’il faut se contenter de ce que l’on a, car il est vain de se montrer insatisfait. III. Voltaire s’adonne ici à une morale sur le thème de la mort. Cette mort empêche toute comparaison entre la vie et l’infini, elle est vue comme une métamorphose, elle est intégrée à un tout universel, elle fait partie de l’ordre des choses, ce n’est finalement qu’une sorte de point de vue (ligne 19-21). De cette façon, la mort n’existe pas, ce n’est qu’un changement d’état, un cycle naturel. Cette conception s’amène à la philosophie des Lumières, qui placent l’homme au centre des questions, et où on ne remet pas en cause l’existence de Dieu. En revanche, l’Eglise est critiquée pour son manque de cohérence et la hiérarchie de son institution éclectique. Conclusion Il y a un auteur de la nature (ligne 24), il s’agit bien d’un Dieu, même si il n’est pas nommé. La suite du conte est consacrée à un débat sur la nature et l’âme, où Voltaire se fait disciple de John Locke. Relations Voltaire/John Locke Voltaire suit la philosophie de Locke : en effet, c’est un libertin avoué : le pacte social ne doit pas supprimer les droits naturels des individus. En outre il n’y a que l’expérience qui est vraie, tout ce qui la dépasse n’est qu’hypothèse : ce qui est certain doit être utile et vérifiable. Voltaire tire de la sa morale. La tâche de l’homme est de prendre en main sa destinée, d’améliorer sa condition, d’assurer, d’embellir sa vie par la science, l’industrie et les arts. Il y a une vertu commune à chacun quelle que soit sa culture et celui qui dicte les lois. Page 13
  14. 14. Séance 6 : Le K, Dino Buzzati Mise en situation -Dino Buzzati se situe dans la continuité du conte philosophique, il se rapproche de Franz Kafka -A partir du 18ème trou, tout le conte bascule du réalisme au fantastique Commentaire I. La lassitude existentielle II. La mort, dernier parcours, un élément charnière III. L’enseignement du texte I. La lassitude existentielle  Mise en parallèle du premier et du dernier paragraphe : on est face à un personnage qui se Métamorphose (=Kafka) indices de cette métamorphose : les propos tenus par Merizzi (« la vie »)  Au début, les mouches gravitent, et il est le seul à les voir, elles sont le symbole de tous ceux qui ont profité de lui : présence des verbes « sucer », « vider » On remarque l’opposition entre forme active et passive : il est vidé, et il a été vidé.  Le texte joue entre sens propre et sens figuré, entre image et symbolique.  Merizzi est las, fatigué, et a l’impression que tout le monde est indifférent, il est las de sa propre vie : tout cela est exprimé dans sa manière de jouer, ce n’est plus lui qui joue, il devient objet. II. La mort  Tout se déroule dans une atmosphère fantastique (crépuscule, fin de la journée = fin d’une vie). On retrouve d’ailleurs beaucoup d’allusions aux ombres qui descendent, entre jeux d’ombres et de lumière, le personnage se métamorphose.  Le récit bascule alors dans le fantastique, c’est un moment charnière : lignes 5à à 52 : « Il a dû être une bête merveilleuse, il a dû avoir des amours stupéfiantes, être très heureux, un prince peut-être, un roi bienveillant, un ami des fêtes, un petit dieu de la forêt. Et maintenant, il meurt. » Il s’agit d’une allusion aux contes de fées, mais avec un basculement, un détournement, car le crapaud ne se transforme pas en prince. III. L’enseignement du texte  Transmission de symboles, il s’agit d’un enseignement didactique, l’auteur explique de manière allégorique, à l’aide d’expressions claires et imagées, que le sentiment d’inutilité de sa propre vie prime, tout comme le sentiment d’avoir été exploité, ainsi que tous les regrets Conclusion Ce récit pourrait avoir plusieurs fins différentes : en effet, que nous réservent les réactions des autres joueurs ? Quels sont leurs différents points de vue ? Ces joueurs nous ressemblent, et le décryptage de ce texte nous incombe. Ce récit est novateur, car les réponses ne sont pas données, il faut les chercher (notamment à travers les surprenantes oppositions crapaud/prince). Page 14
  15. 15. Séance 7 : Essais, Montaigne A propos de la vanité On est à cheval entre l’Humanisme et le Baroque (foisonnement, art surchargé). On se concentre alors sur la mort et les questions existentielles (par exemples : guerres ayant pour origines les conflits catholiques/protestants) L’espérance de vie est d’une trentaine d’années, la mortalité infantile est élevée, si bien que la mort est omniprésente et fait peur : Dieu devient terrifiant, superpuissant, et chacun reste sur ses doutes. Le baroque met l’accent sur nos faiblesses et nos sens : « Et si finalement la vie n’était qu’n songe ? » « Et si finalement la mort ne serait que le moment où je me réveille ? » La vanité, ce n’est donc pas l’orgueil, c’est le fait que tout ce que nous avons fait ou amassé ne servirait à rien du tout. Il faut que ce soit quelque chose de vrai, seul compte ce que l’on est réellement. Baroque = essence = être ≠ paraitre Mise en situation -Essai n° 9, livre III, « Sur la vanité ». Il a été écrit entre 1585 et 1888, mais en grande partie en 1586. De telles datations sont rendues possibles grâce aux indications biographiques. -L’essai n° 9 est celui de Montaigne qui semble être le plus désordonné, voire extrêmement désordonné, il s’agirait en fait de la fusion de deux essais. -Dans cet essai, Montaigne parle de la liberté qu’il s’attribue lors de ses écrits, et affirme que ce désordre apparent n’affiche de logique que pour le lecteur à l’esprit ouvert et attentif : il faut savoir accueillir une certaine forme de désordre. Commentaire I. L’art de la digression II. L’argument d’autorité III. L’éloge de la folie I. L’art de la digression  « Par sauts et gambades » : bonne illustration de l’écriture de Montaigne Ce passage est un éloge de la digression Il parle « d’égarement » (l. 1), de « vagabond [age] » (l ; 17), et prend soin de nous rappeler que ce ne sont pas des maladresses (« il veut s’égarer » l. 1)  La digression a une raison d’être, le lecteur à un travail à faire, ce qui suppose une ouverture d’esprit déconcertante (l. 15-16) La liberté doit être prise comme une méthode d’écriture.  Montaigne illustre son art d’écrire avec un registre : → De légèreté : « saut » (l. 10), « l’errance » (l. 1 et 11), « vagabonder » (l. 17), on en arrive à une divagation dans le grain de folie → De variété : « je vais au change sans mesure » (l. 16) Page 15
  16. 16. On a aussi un éloge de la légèreté et de l’écart, l’essai n’est ni figé, ni déterminé, c’est une forme déviante échappant aux classifications. II. L’argument d’autorité  Il s’illustre par des références aux Antiques : Montaigne s’appuie sur ces idées et divague dessus. Les anciens sont à la fois un exemple et un appui. (Platon, Plutarque, …). Montaigne ne fait pas de paraphrase, n’établit pas d’ordre mais divague.  L’art de la philosophie est de penser de manière divine : il utilise des références pour cautionner ses écrits (il parle de beauté « beauté », l. 14) III. L’éloge de la folie  Le passage est une réfutation par anticipation d’éventuels reproches : « l’inattentif lecteur » (l. 14) est un exemple de cette défense. Il faut ainsi jongler avec le texte et ne pas partir d’un paramètre défini. Par exemple, il y a inversion : ce n’est pas l’auteur qui donne l’ordre des choses, c’est au lecteur de trouver un réseau d’idées.  Ce n’est pas l’écrit qui est désorganisé, mais c’est plutôt la lecture qui se trouve ainsi dans le désordre.  Pour trouver « le point de vue oblique », il faut une ouverture d’esprit : théorie de Pascal : « la substantifique moelle ». On doit pouvoir tirer seul des conclusions.  La dernière phrase a son importance : c’est un éloge de la folie, opposée à la sottise et à la bêtise. La folie a quelque chose de la sagesse (Moyen-âge : « le fou du Roi ») Conclusion Il y a de nos jours une façon inconsciente d’agir, on n’a plus de folie, tout est déterminé. Penser de façon orthonormée, il n’y a rien de moins novateur. On pense donc à l’œuvre d’Erasme, qui fait « l’éloge de la folie », dans laquelle il s’épanche sur cet esprit qui n’a rien de fou, mais au contraire, qui est plein de sagesse. L’essai lui-même est une forme de divagation de l’écriture, il permet de dire tout ce que le discours pédant ne pouvait même pas énoncer. Page 16
  17. 17. Séance 8 : Pensées, Pascal Mise en situation Le fragment 82 de la section II, intitulé« Misère de l'homme sans Dieu» est assez long: il figure dans la liasse de notes regroupées sous la mention « Vanité ». Il est regroupé sous la mention « Imagination ». Celle-ci est dénoncée dès le début du fragment « comme cette partie dominante de l'homme, cette maîtresse d'erreur et de fausseté ». Tout le passage est nourri de la lecture de Montaigne, notamment du chap. 12, livre II des Essais, auquel Pascal emprunte nombre de ses exemples de la comédie humaine et du pouvoir de l'imagination. Le procès de l'imagination s'inscrit dans la dénonciation des « puissances trompeuses » (coutumes, opinion, sens, amour-propre ...) qui maintiennent l'homme éloigné de la vérité» et sont la preuve de la misère de sa condition. Commentaire I. Inachèvement du texte et rapport entre auteur et narrateur 1. Un texte inachevé Inachevées et publiées à titre posthume, les Pensées se présentent, à l'instar de ce passage, sous forme de notes de brouillon. On relèvera: - la disposition fragmentée ; - la simple parataxe* reliant ces fragments; - l'asyndète* généralisée qui juxtapose des exemples disparates: la peur du philosophe, des craintes instinctives et injustifiées (l. 5), la plaidoirie de l'avocat et ses effets (l. 6-7), la comédie judiciaire (l. 19-21), le cérémonial médical (l. 21-27), etc... - le« etc...» de la l. 5 ; - la brièveté de la plupart des fragments qui les apparent à de simples notes préparatoires; - le mélange des genres qui associe pêle-mêle maximes (l. 6,7; 14,15; 23,25 ; 39,40), exemples illustrant les effets de l'imagination et son emprise sur la raison, observations, réflexions morales; - les formules programmatiques (« je ne veux pas rapporter tous ses effets » l.4, « je rapporterais » l. 11); - une impression de désordre donc, qui émane de ces notes qui semblent jetées en vrac. Certains passages, notamment l. 19 à 36, sont très écrits, et correspondent à des fragments achevés de la rédaction. 2. L'auteur et le lecteur Le lecteur n'est pas absent du texte: les Pensées impliquent leur destinataire, le libertin, qu'elles s'efforcent de convaincre par divers moyens:  interrogation rhétorique de la ligne 5, prenant à témoin l'interlocuteur-lecteur;  usage du « nous » à portée générale et des possessifs s'y rapportant, englobant l'auteur et le lecteur (l.16, 19, 30, 37) ;  nombreuses exclamatives, qui supposent la présence du lecteur;  formules Impersonnelles à valeur injonctive comme « il faut » (l. 5, 16), qui rappellent une expérience vécue par chacun;  accumulation d'exemples tirés de la vie sociale, faisant appel à l'observation du lecteur. Page 17
  18. 18. II. L’imagination, « Cette superbe puissance, ennemie de la raison ». 1. Lexique de l'imagination Le terme d'imagination est répété quatre fois (l. 2, 13, 26, 39), moins que son « adversaire », la raison (citée six fois). L'imagination est le plus souvent désignée par le pronom «elle » en position de sujet grammatical reflétant son rôle actif et moteur. Tout tourne autour de cette faculté centrale de l'homme, aussi Pascal en décrit-il l'activité, les effets qu'elle engendre et ceux qui la mettent en mouvement: « secousses» (l. 12), « fumées », « impressions » (l. 17) : ses effets: « prévaudra » (l.2), « pâlir, suer » (l. 3), « emportent la raison ... » (l. 5), « imposent » (l.6), « change » (l. 6,8), « dispose » et « fait » (l. 39). L'imagination est désignée par une périphrase hyperbolique, « maîtresse du monde » (l.18), qui caractérise le pouvoir tyrannique qu'elle exerce Sur les hommes. C’est « un principe d'erreur » (l. 18), périphrase aux connotations philosophiques qui renvoie à l'orientation apologétique de l'ouvrage: l'humanité est corrompue par le péché originel, éloigné du même coup de la vérité et vouée à l'erreur, faillible, incapable de parvenir à la vérité seule. L'adjectif « imaginaires» est repris deux fois (l. 15 et 26), pour qualifier tour à tour des biens auxquels les hommes attachent du prix, et la science médicale discréditée du même coup. 2. Cette « superbe puissance, ennemie de la raison » (fragment 82) Le passage illustre l'une des thèses centrales des Pensées: L'imagination gouverne la raison et cette emprise de l'imagination est l'un des signes de la misère de l'homme sans Dieu. Contre Descartes, « inutile et incertain» selon lui, Pascal vise à démontrer les limites, la faiblesse de la raison. Celle-ci est discréditée ironiquement (« plaisant raison », l. 10 ) et tournée en dérision. L'extrait va dons accumuler les preuves de cette toute-puissance de l'imagination. La thèse pascalienne est radicale, comme le montre la maxime qui clôt l'extrait et le résume le mieux: «L'imagination dispose de tout ». III. Argumentation et satire pascalienne L'argumentation pascalienne poursuit un but: démontrer la toute-puissance de "imagination et dénoncer son corollaire, la faiblesse de la raison, situation qui illustre la misère de l'homme. La démonstration est menée à l'aide d'exemples à portée argumentative qui débouchent Sur une conclusion forte et radicale formulée au présent de vérité générale: « l'imagination dispose de tout » (l. 39). L'accumulation des exemples est le procédé le plus visible de cette volonté démonstrative visant à persuader le lecteur par l'énumération inépuisable, « je ne rapporterai pas tous ses effets », déclare Pascal à la l.4. Le premier exemple n'est pas choisi par hasard, il s'agit du philosophe, incarnation de la sagesse et de la raison, et, de surcroît, présenté comme « le plus grand philosophe du monde» (l.1). L'exemple est emprunté à Montaigne (Essais, II, 12: «Qu'on loge un philosophe dans une cage ... »). Or, même lui ne peut maitriser son imagination et la peur injustifiée qu'elle suscite. C’est un argument a fortiori, ce qui est valable pour le philosophe l'est à plus forte raison pour les autres hommes, d'ailleurs la phrase suivante généralise le propos en l'étendant à « plusieurs ». L'antithèse « raison/imagination » souligne le combat intérieur auquel il se livre et l'anacoluthe mime l'instabilité du philosophe sur sa planche, en proie au vertige. La chute de la phrase, « son imagination prévaudra » (l. 2), consacre la défaite de la raison. La phrase suivante constitue une gradation: il ne s'agit plus d'un homme redoutant un précipice bien réel, mais d'hommes s'imaginant être dans une telle situation et qui pourtant manifestent les symptômes d'une crainte dépourvue de fondement puisqu'il s'agit d'une simple « pensée ». S'ensuit une série d'exemples concrets et quotidiens, illustrant les effets de détails insignifiants perçus par les sens (la vue l. 5; l'ouïe avec « le ton de la voix » l.6) sur l'imagination et les effets qui en résultent: crainte irréfléchie, modification du jugement. Le principe argumentatif est la variété. La diversité des exemples les plus anodins montre combien l'imagination influe sur tous nos comportements. Page 18
  19. 19. L'énumération suit une gradation: non seulement les sens sont affectés, mais aussi les sentiments (« l'affection ou la haine » l.8) et Pascal choisit les plus opposés pour' mieux prouver le pouvoir de l'imagination. Les répercussions du pouvoir de l'imagination modifient même notre sens de la justice. Les exclamatives des l. 8 à 10 sont ironiques, tout comme le « bien payé par avance » caractérisant l'avocat à la l. 8. Ces exemples sont des arguments de fait reposant sur l'observation. Un autre argument est utilisé aux lignes 11-12 et développe un paradoxe qui découle du constat précédent: «presque toutes les actions des hommes (…) ne branlent presque que par des « secousses ». Vouloir « ne suivre que la raison » serait s'exposer à être considéré comme fou par les autres hommes. Exagération rhétorique, c'est « un argument de l'excès » qui vise à faire passer en force une vérité. La ligne suivante poursuit sur le mode ironique et dénonciateur en brossant le tableau de la vie humaine et de ses illusions. Les deux « il faut » soulignent le caractère contraignant et absurde de l'agitation humaine qui s'impose à chacun d'entre nous. Les verbes d‘action (« travailler» l. 15, « se. Lever » l.16-17, « courir» l.17), les adverbes exprimant la rapidité (« incontinent » l.16, « en sursaut » l.17) accentuent l'impression d'agitation frénétique, et l’expression triviale « courir après les fumées » tourne en dérision la vie humaine et en souligne l’inanité. A partir de la ligne 19, Pascal décrit le rôle de l’imagination dans deux domaines de la vie sociale: la justice et la médecine. Le ton se fait ouvertement satirique. «Ce mystère» désigne le pouvoir étrange de l’imagination: le terme est ici ironique, Pascal l’emploie d'ordinaire pour évoquer la religion. Ce mystère n'en est pas un, il est connu de ceux qui l'utilisent pour leur propre compte, les magistrats. L'évocation des costumes des juges est démystifiée par l'expression humoristique « dont ils s'emmaillotent en chats fourrés » l. 20, empruntée au Cinquième Livre de Rabelais (les Chats fourrés désignent les gens de Justice), qui animalise les magistrats. L'énumération des vêtements des magistrats et des médecins est menée de manière satirique et développe un nouvel argument : la justice et la médecine ont besoin de s’entourer de tout un cérémonial, d'un décorum que Pascal qualifie de « vains instruments » destinés à suppléer leur caractère illusoire. Le moraliste se livre à une démystification du spectacle judiciaire et médical dont le pouvoir repose sur « la montre » (l. 24). Il s'agit de « frapper l'imagination » (l. 26). L'explication est donnée sous la forme de quatre tournures conditionnelles (l. 21 à 25) qui exposent un raisonnement: sans ces signes extérieurs, juges et médecins n'exerceraient aucune autorité, inversement s'ils détenaient la vérité ils n'en auraient pas besoin. Pascal discrédite donc ces « sciences imaginaires » (l. 26) que sont le droit et la médecine. La ligne 27 fait transition et apporte un contre-exemple, celui des genres de guerre, lequel constitue la preuve a contrario de cette fausseté de la justice et de la médecine. Ceux-ci n'ont pas besoin de faire appel à des signes extérieurs, l'explication est fournie par l'antithèse (« force/grimace ») qui les distingue des juges et des médecins. Les termes satiriques « déguisés » (l. 28) et «grimace» (l. 29) dénoncent la théâtralité de la comédie judiciaire et médicale. Le dernier paragraphe constitue une gradation dans l’argumentation, Pascal évoque la personne royale et son escorte. Le roi se content de montrer sa force (le terme est répété à deux reprises), or celle-ci n'est pas une fiction comme les « déguisements » des magistrats et des médecins, c'est une réalité physique qui s'impose d'elle-même. L'opposition est soulignée par la formule brève et percutante « ils n'ont pas l'habit seulement, ils ont la force » (l. 34). L'énumération des gardes, les jeux de sonorités l. 31 à 33 (allitération en t, en r, les échos « gardes, hallebardes, armés, marchent ») rendent sensible la marche des soldats et leur aspect menaçant. Si l'homme « tremble » (l. 33) à ce spectacle ce n'est pas sans raison. La juxtaposition des deux dernières phrases renforce la conclusion du raisonnement implicite: Comment pourrions-nous avoir suffisamment de raison pour ne pas trembler à pareil spectacle, alors que le moindre détail vestimentaire, (« soutane » ou « bonnet carré »), nous en impose ? *parataxe : Juxtaposition de phrases, sans mot de liaison. *asyndète : procédé stylistique consistant à supprimer des mots de liaison d'une phrase. *anacoluthe : changement de construction au milieu d'une phrase. Page 19
  20. 20. Fiche méthode La modalisation C’est l’ensemble des procédés par lesquels le locuteur marque sa présence, sa subjectivité dans l’énoncé. I. Moyens lexicaux  Noms et adjectifs : ils peuvent avoir une connotation méliorative ou péjorative.  Adverbes et locutions adverbiales : adverbes d’intensité : très, trop, énormément Adverbes de doute : peut-être, sans doute  Verbes : - auxiliaires de modes, tournures impersonnelles : Il est évident que, il est agréable que - introducteurs des subordonnées complétives (=subordonnée conjonctive COD ou COI) : il prétend que, il avance que, il allègue que. II. Modes et temps  Le conditionnel : mode par excellence de la modalisation : doute, hypothèse, incertitude  Subjonctif passé (plus-que-parfait) : expression de l’irréel du passé  L’impératif : qui peut présenter une idée comme simple hypothèse : « Imaginez le plus grand philosophe du monde entre les deux tours de Notre- Dame » Pensée, Pascal III. Moyens syntaxiques  L’incise : insertion d’un commentaire entre virgule. (incise = consiste à intégrer un énoncé dans un énoncé secondaire, généralement entre virgules ou tirets : elle permet au locuteur d’introduire un commentaire personnel ou de prendre ses distances)  La relative explicative : - elle fait partie de l’expansion nominale (adjectif épithète apposé, complément du nom, proposition relative) qui donne une idée plus précise du mot, avec une intention modélisatrice - La déterminative ne peut pas être supprimée - La relative explicative peut être supprimée : L’homme que j’ai rencontré dans des circonstances tout à fait glauques, m’a donnée un chèque de 100000€  La restrictive explicative : ne… que… : il n’a fait que combler  Structure démonstrative : c’est lui qui…  Structure exclamative : Quel désastre !  Structure : Aurais-je pu le rencontrer ? IV. Les moyens stylistiques  Hyperboles, métaphore, comparaison  Répétition : anaphore  L’enchainement par reprise : « le néant a produit le vide, le vide a produit le creux, le creux a produit le souffle, le souffle a produit le soufflet et le soufflet a produit le soufflé » Page 20
  21. 21. Séquence 2 : Un mouvement littéraire et culturel : Les lumières Séance 1 : Lettres persanes, Montesquieu. On observe un contraste : Connaissances positives ≠ Connaissances négatives Connaissances positives ≠ Connaissances révélées La raison ≠ La religion 2ème paragraphe : humilité, concret, activité de Champ lexical du merveilleux l’esprit, mise en relation ≠ religieux, vocabulaire malicieuse de Montesquieu hyperbolique superlatif 3ème paragraphe : Solutions dans le silence Beaucoup de tapage pour rien ≠ passivité activité 5, 6, 7èmes paragraphes : Paragraphes 6 et 7 : comprendre, principes de la ≠ Admirer philosophie cartésienne, critique de la religion Autres oppositions qui Lois scientifiques immuables, Lois humaines, sujettes au sous-tendent la lutte : universelles, éternelles, ≠ changement, relatives et unitaires, efficaces changeantes. Philosophes (esprit ≠ Chrétiens d’observation) Page 21
  22. 22. Séance 2 : Article philosophe, Dumarsais. 2 parties : - lignes 1 à 4 : le philosophe face à la raison - lignes 5 à 8 : le philosophe et la société 1er paragraphe : Analogie de similitude 2ème paragraphe : Philosophe Les autres hommes opposition singulier pluriel ≠ activité passivité (« sont emportés ») réflexion par leurs passions Unités phono-sémantiques : sonorité de « ressemblance » et « différence » Fin par une métaphore des Lumières -> le flambeau 3ème paragraphe : Variation autour du thème de la vérité et de la vraisemblance ->différence entre vérité et vraisemblance Le paragraphe se termine par une gradation : le savoir demeure dans l’incertitude, qui est plus délicate que la certitude Répétitivité : énumération, … 4ème paragraphe : Transition : 1ère phrase : l’esprit de justesse 2ème phrase : introduction à la suite 5ème paragraphe : L’homme est un être social Début par des images sombre à forte connotation religieuse La vie sociale apparait comme une nécessité et un devoir { é rythme ternaire, insistance par synonymie. 6ème paragraphe : Répétition du paragraphe 5 Jouir, plaisir ≠ religion Le philosophe doit plaire et se rendre utile aux hommes 7ème paragraphe : Triple opposition : Phrase 1 Phrase 2 Phrase 3 les grands (terme les philosophes notre philosophe générique, ≠ ordinaires, pluralité, ≠ (implication du lecteur) hyperonyme) péjoratif, misanthrope philanthropisme Dissipation intolérance d’une classe sociale agrippée à ses ≠ Méditation privilèges Notre philosophe : c’est l’équilibre des échanges : vie avec les autres et solitude choisie philantropisme Fin du paragraphe : argument d’autorité : « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger. » 8ème paragraphe : Eloge de l’honnêteté religion de la société (valeur sacrée !), en contraste aux rituels traditionnels La vie s’épanouit sur Terre A vraie vie est ailleurs ≠ (message philosophique) (message chrétien) Les philosophes mènent une bataille contre les passions, contre le fanatisme, contre l’emportement et l’obscurantisme. Page 22
  23. 23. Séance 3 : Qu’est-ce que les Lumières, Emmanuel Kant. Mise en situation Comme l’humanisme au 16ème siècle, les Lumières du 18ème siècle ne sont pas bornées à la France. Ainsi, Kant, auteur allemand, peut disserter sur le rôle des Lumières et appuyer son point de vue sur le sujet : il donne ainsi une définition perspicace des Lumières. Analyse On reconnait une définition des Lumière à travers une métaphore filée : Comparant Comparé Un individu Une société entière Minorité → Majorité Dépendance intellectuelle → pensée individuelle « Sapere aude » = ose savoir Minorité de l’humanité LES LUMIERES Majorité intellectuelle et matérielle Passage des 18 ans Situation inconfortable, refus de grandir Mais quelles sont les causes de ce refus de grandir :  Causes internes : paresse et lâcheté absence d’audace : pusillanimité  Causes externes : satire des tuteurs : - livres - directeur de conscience - médecin Les passages sont plein d’ironie (l. 10 « si facile »), (l. 14-15 « pénible besogne »), « leur grande bienveillance » (antiphrase) Ccl : les Lumières sont la prise en main de son propre destin. Page 23
  24. 24. Séance 4 : Article « Autorité », Diderot. Dans cet article, on remarque immédiatement la présence d’une structure argumentative développée employant un ton péremptoire, n’admettant pas réplique. I. Une structure argumentative II. Un ton péremptoire I. Une structure argumentative Schéma du premier paragraphe : 1) Enoncé de la thèse (affirmation) 2) Explication de cette thèse 3) Concession aux lignes 3 et suivantes (justification de l’autorité paternelle) 4) Réfutation (l’autorité paternelle est limitée dans le temps) 5) Conséquence : l’autorité politique n’a pas sa source dans la nature. II. Un ton péremptoire o Ton rappelant la DDHC o Présent de vérité générale o Alternative : autorité naturelle et culture o Les autres puissances et autorités se basent soit sur la force (celles-ci sont illégitimes), soit sur un contrat (celles-ci ne durent jamais) o Phrases déclaratives, caractère autoritaire o Adverbes catégoriques : « toujours », « jamais » o Seulement des articles définis, jamais d’articles indéfinis 4ème paragraphe : plébiscite de Diderot, li défend son point de vue négation totale de la monarchie absolue o Diderot est athée, mais il se sert de l’ordre de Dieu o L’autorité doit être admise, limitée et définie o Il faut résister quand il le faut : ne pas exécuter d’ordres idiots. Page 24
  25. 25. Séance 5 : Article Traité sur la tolérance, Voltaire. Mise en situation Voltaire se montre ici très engagé : en réaction à l’affaire Calas, il écrit le Traité sur la tolérance, qui prône la réhabilitation de Jean Calas. Mais ce n’est pas la seule affaire le poussant à monter au créneau : en effet, l’affaire du Chevalier de la Barre va également motiver sa virulence. Commentaire I. La forme extérieure d’une prière II. Un tout autre fond : exhortation, exposé du déisme voltairien, et même dimension satirique I. La forme extérieure d’une prière  Le mode d’énonciation (dialogue entre JE et TU, qui rappelle l’invocation de la prière)  Présence d’impératif marquant l’humilité  Marques de l’éloge  Présence d’apostrophe : « à toi qui a tout donné »  Registre de langue solennel, phrases longues et amples  Les phrases s’allongent en périodes  Disproportion entre la politesse de celui qui prie, et la grandeur l’immensité hyperbolique de la divinité.  Antithèses : « perdu dans l’immensité »  Chiasme : demander quelque chose à toi qui as tout donné  Valeurs chrétiennes : humilité, charité II. Un tout autre fond : exhortation, exposé du déisme voltairien, et même dimension satirique  La prière à Dieu se transforme en exhortation à la tolérance aux hommes. Le « fait que » se transforme ainsi pour les humain en « faites que ». Voltaire écarte la responsabilité divine et prône la responsabilité humaine.  Le deuxième paragraphe est quant à lui clairement adressé aux hommes : « Puissent tous les hommes… » Le pronom personnels « nous » correspond aux hommes L’entraide, la solidarité, la relativité des langues et des coutumes, les lois, etc… doivent inciter à la tolérance religieuse  Il y a un appel aux valeurs de la bourgeoisie après la révolution : → la liberté de pensé → Le travail, qui éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le besoin et le vice. → La sécurité  Il y a valorisation de la propriété.  Soulignement de l’éloignement total entre la créature et le créateur. Il y a un parallélisme : les différences paraissent disproportionnées mais ne sont rien.  Culte de l’être suprême : un seul Dieu polyvalent convient à tout le monde : « depuis Siam jusqu’à la Californie » Ccl : Ce texte a une très forte dimension satirique : « Ceux qui allument les cierges en plein midi pour te célébrer », qui représentent de façon péjorative les chrétiens, s’opposent ainsi à « ceux qui se contentent de la lumière du soleil », les protestants, qui se retrouvent valorisés. Page 25
  26. 26. Séance 6 : Article « Encyclopédie », Diderot Présentation du texte L'article « Encyclopédie » rédigé par Diderot est particulièrement important. Il est en effet l'occasion d'une définition du terme ct d'une explication détaillée de la démarche entreprise dans ses objectifs, sa réalisation et son intégration à l'époque. Bien que l'extrait donné ici ne constitue qu'une petite partie de l'article, lui-même très long, il permet d'étudier comment «fonctionne» un article de l'Encyclopédie : présentation de l'étymologie du terme envisagé, signification du terme dans son sens général puis illustration du sens. Dans le cas de l'article « Encyclopédie ", l'orientation du texte établit un rapprochement entre les exigences d'une encyclopédie et l'esprit philosophique, rapprochement qui souligne à quel point l'ouvrage est représentatif de son époque sur le plan idéologique. La présentation qui est faite dans cet article fait de l'Encyclopédie l'ouvrage philosophique par excellence. Commentaire I. La notion d’encyclopédie Comme bien des articles de l'Encyclopédie, celui-ci commence par la définition du terme (« ce mot signifie », l. 1) suivie de son étymologie. Celle-ci renforce la signification de manière imagée par l’allusion au mot « cercle » qui correspond à l'idée d’enchaînement. On passe ainsi de l'étymologie au sens par une métaphore. Le paragraphe qui suit est explicatif (« en effet », l. 3) et, sous une forme rigoureuse, argumentée, il établit le lien entre l'objectif de la démarche encyclopédique et le terme « Encyclopédie » (une convention adoptée dans l'ensemble de l'ouvrage veut que le mot étudié soit en italique à chaque fois qu'il est cité dans l'article qui lui est consacré). L'article indéfini « un » permet d'associer la définition à tout ouvrage de ce type. Le passage du terme général «Encyclopédie» au titre de l'ouvrage, Encyclopédie, se fait sans que rien ne l'indique sur le plan typographique. On peut représenter le faisceau de correspondances sémantiques de la manière suivante : « kuklos » : « rassembler » (l.3) cercle, « enchainement » « transmettre », n’aient pas été des travaux inutiles » (l.4-6) ; « nos neveux » (l. 6) Les trois notions mises en évidence, le regroupement et la transmission aux générations suivantes correspondent exactement à l'image de l'enchaînement et à celle du cercle. « paedia » : « les connaissances » (l.13) connaissance « système général » (l.4) « travaux » (l.5) Là encore, les notions envisagées ont une importance capitale; leur succession implique en effet non seulement le rassemblement mais une véritable classification (« système général » l. 4) ; celle-ci est primordiale dans un ouvrage qui s'appelle Dictionnaire raisonné des arts des sciences et des métiers et qui offre dans ses pages un véritable tableau des connaissances organisées. L'idée d'enchaînement correspond donc à un double schéma et il une double vocation de l'ouvrage; enchaînement de connaissances dans un système cohérent et raisonné, enchaînement chronologique et transmission d'une génération à l'autre, A travers ces précisions, la première partie du texte permet de définir les objectifs qui dépassent le plan de la connaissance, II. Les objectifs de l’encyclopédie On peut, d'après cet extrait, regrouper les objectifs de l’Encyclopédie en trois grands domaines : objectifs liés à la connaissance, objectifs liés au progrès moral, objectifs liés à la contestation. C’est à travers ces trois objectifs que l'on passe de la simple notion d'encyclopédie à l'ouvrage mis en œuvre par Diderot. a) Objectifs liés à la connaissance Page 26
  27. 27. Ils découlent naturellement de la définition et de l'étymologie du mot. Mais il faut ajouter que la connaissance est passée au crible de la raison et de l'esprit d'examen. Les références données par Diderot sont très claire : le verbe «examiner» (l.11) fait allusion à la méthode expérimentale déjà prônée par Bayle, Fontenelle, et reprise dans l'article « Philosophe » ; l'allusion aux « vieilles puérilités » insiste sur une sorte de dépoussiérage radical des connaissances. Les termes « raison » et « liberté » (l.24-25) indiquent dans quel esprit doivent se faire le rassemblement et la transmission des connaissances : un esprit novateur, critique, libéré de toutes les formes de dogmatisme. Diderot fait implicitement allusion ici aux systèmes philosophiques traditionnels, à tout ce qui (dans un contexte théologique et scolastique par exemple) relève de la tradition ou du principe d'autorité. b) Objectifs liés au progrès moral et au bonheur Une des idées-forces du XVIIIe siècle (illustrée et défendue en particulier par Voltaire) est que le progrès de la connaissance (abstraite ou technique) conduit à une amélioration morale et au bonheur. Le thème défendu dans « Le Mondain », dans les Lettres philosophiques (« Lettre sur le commerce » en particulier) est repris ici par Diderot sous une forme catégorique, soulignée par le jeu des répétitions de verbes, par l'indication de la simultanéité (« en même temps », l. 13), par les trois comparatifs (« devenant plus instruits… plus vertueux et plus heureux» l. 12-13). La relation de cause à effet entre le savoir (« plus instruits » l.13), la morale « plus vertueux ») et le bonheur (« plus heureux »), constitue le point d'aboutissement de la première partie et est présentée comme une finalité essentielle de l’entreprise ? c) Objectifs liés à la contestation Cet objectif est à rattacher à celui qui touche à la connaissance. L'utilisation d’un vocabulaire de la destruction insiste sur une volonté de rénovation, de remise en cause, de bouleversement. La tonalité est catégorique (« tout remuer sans exception et sans ménagement », l.11-12) et met en évidence une attitude intellectuelle pour ainsi: dire révolutionnaire. Œuvre de vulgarisation du savoir, l’Encyclopédie se veut également une œuvre de rénovation et de formation de l’esprit. C’est en ce sens qu’elle est particulièrement représentative de l’esprit des Lumières. III. Une entreprise philosophique L'association entre l'entreprise encyclopédique et l’esprit philosophique est soulignée à plusieurs reprises dans le texte, d'abord par la formulation « ne… que » (« n'appartient qu'à un siècle philosophique », l. 9) et par la reprise de la même idée sous une forme catégorique « il fallait un siècle raisonneur » (à prendre dans le sens de « qui utilise la raison »). Diderot souligne l'adaptation qui se fait entre les exigences de l’entreprise et les caractéristiques de l'esprit philosophique,  Les exigences : « plus de hardiesse dans l’esprit » (l 10) ;  nécessité de l'esprit d'examen (« Il faut tout examiner », l. 11) ;  refus d'accepter ce qui ne relève pas de la raison (« renverser les barrières que la raison n'aura point posées » l. 23-24 du texte intégral cité plus haut) ;  refus du dogmatisme et respect de la liberté ;  respect de la nature ;  capacité de discernement entre le vrai et le faux (cette capacité est largement développée dans l’article « Philosophe » écrit par Dumarsais) + notion de tolérance. Le caractère étroit, nécessaire de la relation est souligné par des formulations insistantes (répétition de « j’ai dit », l. 9) reprise du verbe « il faut ». Tout concourt anils à montrer à quel point L’Encyclopédie est une œuvre engagée, dont la finalité dépasse le simple apport de connaissances pour accéder à la formation de l'esprit, à la contestation de ce qui existe et à l'instauration d’une manière de sentir, de penser et de juger profondément différente. Plus qu'une Page 27
  28. 28. encyclopédie, l’Encyclopédie est le monument élaboré par l’esprit philosophique. L’encyclopédie s’inscrit dans la philosophie des Lumières. Page 28
  29. 29. Séance 7 : Article « Inoculation », Jean Tronchin Présentation et introduction du plan … a) l. 1-3 : définition (lexicographie : une entrée, un article) b) l.4-13 : conditions de la mise en place de l’inoculation c) l.14-27 : la modalité de l’explication Commentaire a)  Conformité de la structure  Substantif féminin  Entre parenthèse et italique, l’expression « (Morale politique) » introduit les lignes 7-10 sur la déontologie de la médecine et les lignes 4-7 sur l’autorité politique.  Synonymie : « insertion »  Définition claire  Antithèse : 2 antonymes : « artificiellement (positif, le salut)/naturellement (terrible, le ravage) b)  Le gouvernement a un double devoir : devoir de décision (l.4-6) & de contestation (l.7-10)  La décision doit convaincre les mentalités, le public  Question rhétorique : renforcement de l’affirmation.  Structure énumérative soulignant l’étendue de la consultation  Il faut lutter contre l’obscurantisme et l’ignorance  Détournement de la charité chrétienne  l.11-13 : responsabilité des gens qui réfléchissent, de l’élite pensante, envers ceux qui ne sont pas instruits, les plus vulnérables c)  Il y a 6 fois utilisation du subjonctif, il s’agit donc d’une exhortation  Il y a énumération des qualités indispensables : la minutie (« soigneusement ») l’étendue dans le temps (« liste annuelle ») volontariat : utilisation de cobaye les statistiques (l. 20-22) l’emploi d’une méthode comparative : avec ou sans l’inoculation compétence et honnêteté du personnel (« administrateur … zèle ») la transparence : pas de manipulation des chiffres Conclusion Les philosophes nous invitent à la poursuite de leur combat contre ce qui est rétrograde, afin de progresser dans la connaissance et exiger les bonnes prises de positions des pouvoirs en place. Page 29
  30. 30. Candide, Voltaire Un conte - L’œuvre est un conte philosophique. Cette caractéristique de conte lui donne la particularité d’être un texte narratif. Cependant, la narration ne ressemble en rien à celle d’un roman, où les personnages sont structurés : ici, tout est invraisemblance et exagération. - On retrouve la rapidité, avec la présence d’ellipses narrative (passages qui sont omis) et d’asyndète (pas de lien entre 2 phrases) - Il y a aussi répétitivité : les personnages qui se retrouvent racontent le même événement (ex : destruction du château de Thunder-ten-Thronck vue par Panglos, Cunégonde et le baron junior.) - Accumulation, fréquence des énumérations (« si vous n’avions pas ci, ca, ci, ca, … ») - Parallélisme de certains épisodes (ex : 2ème moitié du chapitre 3 : le prédicateur / l’analphabète) - Enchâssement des récits dans le récit (ex de l’histoire de Paquette et Giroflée) Les personnages (≠ roman) - Marionnettes, patins - Pas de passé, d’état civil - Pas de mort - Personnages qui fonctionnent et ne vivent pas - Incohérence : Candide (chap 1 : « enfant » ; chap 2 : « 1,80 ») et Cunégonde (beauté → mocheté) Philosophie Les cibles de la satire (l’Optimisme de Leibniz) :  La philosophie de Leibniz Leibniz prône le Providentialisme : les desseins de Dieux sont impénétrables, c’est de l’orgueil de la part de l’homme d’essayer d’expliquer les choses et les malheurs entrent dans ce que Dieu avait prévu. Voltaire ironise sur les valeurs chrétiennes, comme l’espérance, il ironise sur une foi affirmant que le mal fait partie de la Providence divine. Il trouve qu’il y a omniprésence du mal, et que ce mal est absurde, qu’il n’a pas de sens  Le clergé L’anticléricalisme est très présent chez Voltaire, surtout envers les jésuites. Selon lui, les religieux sont cupides, et voleurs « un moine à grande manche » Il dénonce les vocations forcées à travers le frère Giroflée Il prend plaisir à salir les religieux : le prédicateur (chap 3), l’inquisition (chap 6), Don Izackar et le grand Inquisiteur (chap 9), les jésuites au Paraguay (chap 14-15), les fétiches hollandais (missionnaires chap 19), l’abbé Périgourdain (chap 22), le derviche (chap 30)  Le militarisme et la guerre Les philosophes sont des pacifistes convaincus : Voltaire le dénonce à travers de nombreuses scènes : - le recrutement, chapitre 2 - la bataille, début chapitre 3 - la destruction du Château et le viol de Cunégonde, chapitre 4 Page 30
  31. 31. - la guerre dans le récit de Cunégonde, chapitre 8 - la guerre au Paraguay, chapitre 8 l’exécution de l’amiral Bing, chapitre 23  L’aristocratie Voltaire est un éminent représentant de la bourgeoisie, classe sociale montante. L’aristocratie est une classe décadente. Voltaire a eu une altercation contre le Chevalier de Rohan, ou il déclara : « vous finissez votre nom je commence le mien ». Dans Candide, Voltaire donne l’image d’une classe sociale décadente et sclérosée, incapable de s’adapter à quelque chose de nouveau, agrippée à ses privilèges (chapitre 1). Le jeune baron est ainsi tout ce que Voltaire déteste : (noblesse, jésuite, …)  Toutes les autres choses Les atteintes à la vie humaine : critique de l’esclavagisme (chapitre 19, le nègre du Surinam) et des misères de la prostitution (chapitre 24, le récit de Paquette) Voltaire se moque ouvertement de Rousseau avec Candide et les 2 singes (chapitre 16) : Voltaire pense que l’homme est naturellement mauvais (le mythe du bon sauvage : ceux qui sont civilisés seraient en réalité les vrais sauvages) Les idées défendues  L’utopie : chapitre 17 et 18 de l’El Dorado Dans l’histoire, c’est un mythe, dans Candide, une citée idéalisée, une utopie.  La paix, le civisme, et les connaissances scientifiques (éloge des sciences) Une structure récurrente dans Candide  L’illusion optimiste, avec le démenti des faits  La valorisation ironique : brutalité, méchanceté, violence Etude chapitre par chapitre Chapitre 1 : Candide chassé de TTT –parodie de la Genèse I. Une structure récurrente  On reconnait deux parties : Paragraphes 1 à 6 Paragraphes 7 et 8 l. 1-51 l. 52-78  Un début idéal dans un conte : « il y avait » (= « il était une fois » = ceci est un conte !!) avec utilisation de l’imparfait duratif, qui semble exprimer la longueur du bonheur  Puis une soudaine chute : « Un jour » : on remarque la brièveté exprimée à l’aide du passé simple de l’impératif ; ainsi qu’à travers la présence d’une asyndète (succession de phrases courtes et absence de connecteurs logiques)  Comment ne pas songer à la Genèse, et au désir de savoir : dans la Genèse, c’est Adam et Eve qui se font chasser, ici, ce n’est que Candide. II. Les principaux thèmes et cibles de la satire  Les personnages principaux sont Candide et Cunégonde Page 31
  32. 32.  La première cible de la satire est Pangloss, le bouffon philosophique, incarnant la figure de Leibniz. Pangloss= pan glossein, celui qui est toujours en train de parler : on peut dire qu’il souffre de logorrhée aggravée. Sa thèse défendue : la métaphysico-théologo-cosmolonigologie : Pangloss défend tout ce qui n’est pas physique et ce qui est de l’ordre du « nigaud » →C’est une ineptie, son discours est inepte, ne tient pas la route (=trop de liens illogiques…)  La deuxième cible de la satire : l’aristocratie : - baronne respectée parce qu’elle a du poids (!) - puissant seigneur car son château compte des portes et des fenêtres - critique du paraitre, alors qu’elle n’en a plus les moyens  Troisième cible, combat : anticléricalisme ; antireligieux. Voltaire ne recule devant aucune irrévérence  Candide vient du latin : « blanc ». Il n’est qu’une page blanche sur laquelle s’inscrivent les bêtises de la philosophie.  Cunégonde est la figure du burlesque : c’est un personnage stéréotypé comme la dulcinée de Don Quichotte. A ce moment du conte, c’est encore la femme aimée que l’on poursuit en vain.  Thunder-Ten-Tronck : nom ridicule à consonance allemande, pour mieux se moquer de Leibniz. On pourrait le traduire par « tonnerre de Dieu ». Le baron apparait ici comme un Dieu, pour mieux le critiquer : antiphrase. Voltaire est donc un profanateur du sacré, à travers la naïveté de Candide, qui « boit » à grandes gorgées la bêtise de Pangloss. Chapitre 2 -De « deux hommes habillés de bleu » à « comme un prodige » I. L’illusion optimiste : la cérémonie du recrutement a) Réalisme et stylisation  Il y a décalage entre la gravité des faits, mais Voltaire la rend merveilleuse  La scène est historiquement réelle, mais le texte n’est pas du tout réaliste.  Il n’y a pas de précision historique, juste le « cabaret » Il n’y a pas de pittoresque, mais il y a stylisation : seuls les détails utiles à la démonstration sont mis au jour b) Le regard optimiste et la distanciation ironique  Périphrase : « deux hommes habillés de bleu ». Il y a évocation des recruteurs par leur apparence, et ces recruteurs ne sont par ailleurs jamais nommés.  Aparté entre les deux narrateurs, qui renseigne le lecteur : celui-ci, qui n’est pas dans le fil de l’action, est totalement disponible pour apprécier la satire. c) La « cérémonie » et les dissonances satiriques  Voltaire feint l’admiration : 7 * « Monsieur » 2 * le verbe « prier » la révérence de Candide 3 * « tendrement » et « civilement » Page 32
  33. 33. Pour Pangloss, tout est pour le mieux, et Candide applique cette philosophie plus le plus grand bien de la satire.  Voltaire applique le décalage entre la réalité et l’histoire  L’ironie voltairienne s’affirme à travers certains rapprochements douteux : taille ↚ mérite guerre ↚ héros  L’abus de l’expression « Ah Monsieur » vide complètement la valeur réelle de ces mots.  La référence à Cunégonde est complètement déplacée et absurde. II. Le triomphe du réel a) La rigueur du réel  Accumulation de richesses idéales, euphorie, enthousiasme verbal. Puis, en contraste, Candide st traité comme un forçat  La transition brutale est une démonstration de Voltaire : « Au meilleur de l’illusion ne peut correspondre que le pire du réel » b) Une démystification de la guerre  Distorsion complète entre les enthousiastes « héros » et « gloire » des recruteurs et « les fers eux pieds » (Candide est contraint à faire des exercices mécaniques abrutissant.  On assiste à une gradation : 30 coups → 20 coups → 10 coups → « prodige » On remarque l’aspect mécanique de cette gradation descendante, avec l’ironie présente dans « que 30 coups » c) Rythme et marionnette  Accélération et succession rapide d’actions  répétitivité de « on » et de « il »  emploi de phrases courtes  aspect mécanique d’exercices destinés à faire des pantins  Pas un mot, pas une seule ponctuation laissant apercevoir une seule émotion de l’auteur Chapitre 3 – Du début à « … et n’oubliant jamais Mademoiselle Cunégonde » Les philosophes= pacifismes (cf Article « Paix » dans l’Encyclopédie ou l’article « Guerre » dans le Dictionnaire philosophique de Voltaire) I. L’héroïsme mis à mal Etude du 1er paragraphe : l’antimilitarisme :  Voltaire feint d’admirer ce qu’il fustige : il met à mal l’héroïsme « formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer »  Pour qualifier la bataille et la revue militaire, utilisation d’adverbes d’intensité, le ton est festif : 1ère phrase : la vue d’un « joli spectacle » ème 2 phrase : ouïe : « trompettes, fifres » : il y a énumération d’instruments i typiques de l’armée. A noter que le 5ème instrument est étrange : « canon »… antiphrase : « telle qu’il n’y en eut jamais en enfer » Page 33
  34. 34.  Gradation : « d’abord », « ensuite », « aussi », « le tout » → idée d’addition  Les nombres sont tous accompagnés d’adverbes d’incertitude : « environ » Il y a une gradation dans ces nombres : «6000 hommes » → 9000 → 30000 euphémisme ironique : « renversant »  Association au meilleur des mondes : ironie voltairienne : « infectait », « ôta du meilleur des mondes » Du coté des civils :  L’hypotypose : consiste à mettre sous les yeux les faits dans toute leur crudité. C’est une évocation dérangeante, révoltante.  Changement de ton, passage à l’horreur : le dégout et la révolte sont provoqués chez le lecteur.  L’héroïsme est mis à mal, dévalorisé : on retrouve 3 occurrences de l’héroïsme : - l. 11 : « boucherie héroïque » →ironie par association insolite de deux termes : « boucherie » neutralise toute la connotation positive de « l’héroïsme ». Ce dernier est annihilé. A la fin du premier paragraphe, on atteint le paroxysme de la cruauté. La boucherie est illustrée par la suite : « jambes coupées » - l. 20 et l. 25 : « … de quelques héros » Ce sont des voleurs, on peut songer aux dragonnades de Louis XIV : pillage, truandage. Les héros abares avaient fait de même : douce ironie…  Attitude de Cande : (l. 10) : attitude lâche et humaine. On retrouve même une pointe d’humour, avec Candide qui « trembler comme un philosophe », en s’enfuyant… II. Les fauteurs de guerre  Collusion entre les 2 chefs : les deux rois s’allient et font du mal à leurs armées, il y a même une codification de la boucherie.  Le chant du Te Deum est ironique : on remercie Dieu pour le massacre… Il y a critique de la religion officielle. La philosophie optimiste est associée à cette critique  On dénonce l’absurdité de la guerre : « les deux partis ont gagné ! » Chapitre 3 – 2ème partie  Analphabète ≠ prédicateur valorisé ≠ dévalorisé il fait ≠ il prêche et ne pratique pas Il y a ici adoption d’une structure démonstrative. Chapitre 4 – récit dans le récit  Récit de la destruction de TTT, la maquette de l’optimisme  Pangloss, le guide, attrape la vérole ! Chapitre 5  Tremblement de terre à Lisbonne Page 34

×