L'agriculture sans chimie, moi j'dis oui panneau n°2

383 vues

Publié le

Exposition l'agriculture sans chimie, moi j'dis oui ! destinée aux élèves de l'enseignement agricole.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
383
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'agriculture sans chimie, moi j'dis oui panneau n°2

  1. 1. L’agriculture sans chimie, moi j’dis oui ! Achille Mille-Feuille ne tourne pas en rond, voici sa rotation : Je fais aussi des associations d’espèces et des mélanges variétaux Je couvre mon sol pendant l’interculture # 2 Luzerne [tête de rotation] C’est la reine des légumineuses. Elle possède un système racinaire pivotant puissant qui lui permet d’améliorer la structure du sol, de l’enrichir en matière organique et de bien résister à la sécheresse. Comme toutes les légumineuses, elle fixe l’azote de l’air, c’est donc un excellent précédent pour toutes les cultures. Blé [corps de rotation] C’est une culture à fort intérêt économique, mais exigeante en azote et peu couvrante. Sa position idéale dans la rotation est donc, après une luzerne, sur un sol riche et propre.Seigle [corps de rotation] C’est une culture moins exigeante en azote et plus rustique que le blé. Elle est couvrante, ce qui permet de limiter le salissement de la parcelle. Féverole [relai de rotation] Cette culture permet de casser la succession des pailles et, en tant que culture de printemps, le cycle des adventices automnales. Elle fixe l’azote dans le sol pour la culture suivante, permettant une rotation plus longue. Blé [corps de rotation] Grâce à la féverole, il est possible de revenir à la culture du blé. Le choix d’un blé de force permet, par une meilleure valorisation économique de la qualité, de compenser la baisse de rendement par rapport à un blé après luzerne. Lin oléagineux [corps de rotation] C’est une culture moins exigeante en azote. Elle appartient à une famille différente des cultures précédentes, ce qui limite le risque de maladies et de ravageurs. Orge [fin de rotation] C’est une culture peu exigeante en azote qui supporte bien une place en fin de rotation. Elle s’adapte bien à un semis de luzerne sous couvert, au printemps suivant, pour démarrer la nouvelle rotation. L’association de cultures permet, par une meilleure couverture du sol, de concurrencer les adventices. Les espèces ou les variétés sont choisies selon leur complémentarité et l’objectif à atteindre : rendement ou protéines  ? Cette pratique limite aussi les dégâts des ravageurs et des maladies. Elle permet, également, de compenser l’éventuel décrochage d’une des deux cultures par une meilleure performance de l’autre. Les cultures intermédiaires répondent à plusieurs objectifs : ‣ apport en azote, ‣ piège à nitrates, ‣ production de dérobées fourragères, ‣ contrôle des adventices. La mise en place d’interculture permet également de lutter contre l’érosion des sols et d’améliorer leur structure. salissementdelaparcelle Luzerne Féverole Blé Lin - Oléa Orge fertilité du sol Seigle Blé Maîtrise des adventices : Maîtrise des ravageurs : Maîtrise de la fertilité du sol : PRÉNOM : Achille NOM : Mille-Feuille Type de sol : limon profond Localisation : plateau du Neubourg Système de production : grandes cultures Choisir une tête de rotation fertilisante et nettoyante Alterner les cultures Favoriser la couverture du sol Hiver Printemps Action pilotée par le ministère chargé de l’agriculture, avec l’appui financier de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto. Conceptiongraphique :nord-ouest-creation.fr

×