Ver 
L’échang 
régulatio 
mondial 
Les clien 
étrangèr 
Quant a 
devenus 
De là à p 
saurions 
il en re 
offshore 
déposés...
Des con 
nombre 
banques 
Si tout 
sont de 
même 
d'activit 
que pou 
Après d 
ubuesqu 
risques 
venir de 
les tiers 
nouv...
L'Europe 
mal pla 
injection 
signatair 
pays au 
uniquem 
Cette pr 
des affa 
secret b 
Bien ent 
secret d 
gangrèn 
Pour...
L'ensem 
par des 
géograp 
des pays 
de celle 
Bien ent 
même v 
Les tiers 
ombrage 
habitude 
La Franc 
à la sphè 
à l'im...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lettre d'information - Vers la fin programmée du secret bancaire au niveau mondial

449 vues

Publié le

L’échange automatique de données, les changements multiples de législations, de lois, de régulations, font titrer à la presse quotidienne la disparition prochaine du secret bancaire au niveau mondial.
Les clients privés sont désemparés, après des années de collaboration avec les banques suisses et étrangères, ils se font éjecter de banques dont ils ont été les fidèles clients.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
449
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre d'information - Vers la fin programmée du secret bancaire au niveau mondial

  1. 1. Ver L’échang régulatio mondial Les clien étrangèr Quant a devenus De là à p saurions il en re offshore déposés L'échang de chais Si il est aujourd conséqu leur pat Malgré t des pres Du fait d côté, qu de décla Le ettre d rs la fin ge automat ons, font titr l. nts privés so res, ils se fo au tiers géra s des amis, il penser que l s franchir, en ste néanmo es. Nous par s dans des ce ge de donné ses musicale certain que 'hui énormé uentes, et so rimoine dan tout, pour le ssions impor de la crimin ui une fois cu aration, tout d’info progra ormat ammée tique de do rer à la press ont désempa nt éjecter de ant, après de s se retrouve e secret ban n effet, si les oins des avo lons ici d'un entres financ ées, les coop s qu’est dev e les entrepr ément de ouvent mieux s les années es petits ent tantes, cette alisation de umulés repré cela est con tion e du se mondial m onnées, les se quotidien cret ba … changemen ne la dispar arés, après d e banques do es années d ent désorien ncaire va disp coups de bo oirs extrême e somme év ciers offshore ancaire nts multiple ition procha des années d ont ils ont ét de collaborat ntés par de n paraître au n outoir de la p ement impor valuée de 21 e. pérations int venu le mond reneurs prop cette situat x conseillées à venir. trepreneurs e fortune cum pratiques a ésente le bé damné à un e au niv es de législ ine du secre de collabora té les fidèles tion fructue ouvelles rég niveau mond pression inte rtants dépo 1 à 32'000 m ternationale de financier priétaires de tion, force s, ont déjà p veau lations, de et bancaire a tion avec le clients. use avec leu ulations. ial il n'y a qu ernationale s sés dans de milliards de d lois, de au niveau s banques s ur clientèle, uisses et u'un pas que e font plus f es centres f ollars d'avoi mettre un t ? moyennes e nstater que ositions adéq s, sont‐elles aujourd'hui e petites et est de con ris des dispo qui ont dû mulée est au nciennes, ce néfice d'ann e fin certaine pour économ ujourd'hui en es petits sou nées de labe e. terme à ce g entreprises s des fortun quates pour miser leurs a n grand dang us qu'on me ur, ces oubli avoirs travai ger. ettait petit à is volontaire souvent e nous ne réquents inanciers irs privés grand jeu souffrent nes plus protéger iller sous petit de s ou non
  2. 2. Des con nombre banques Si tout sont de même d'activit que pou Après d ubuesqu risques venir de les tiers nouvelle Cela co clients n nflits généra ux et ont s s privées dan le monde se evenus des problématiq és développ ur les conseil es années d ues ou gérer certains. Tan e décision qu s gérants et es solutions i nduit égalem n'ayant pas le Mais tou Va‐t‐on bancaire états, so la récup accords convent limiter d Nous so devienn Le volum dollars. trouvées L'Europe nouvelle L'ensem inexorab Il existe l'oppres ationnels en souvent pou ns l'attente d emble avoir activités cri que. Trouver pées sur plus lers financie e collaborat l'ami d'aujo nt les clients u'ils prendro autres cons internationa ment les mê es mêmes lie ut cela est ce voir comm e au niveau ouvent mal g pération des de L’OECD tion, laisse à de plus en plu ommes d'avis ent de plus e me de ses p Il va de soi q s, mais à l'év e en tête, les es règles de j mble des inte blement verr e néanmoins ssion. Combie ntre les me ur résultante d'une solutio compris qu minelles, la r des solut sieurs décen rs et tiers gé tion les clien urd'hui celui s que leurs c nt aujourd'h eillers financ les. mes profess ens d'amitié e bien utile ? e beaucoup mondial ? U géré, souven impôts éva pour l'inform penser que us. s que les sol en plus comp patrimoines c qu'avec une vidence cela s pays dévelo justice fiscale ervenants est ra la transpa s dans cet n en de temps embres d'un e des comp on familiale. e l'évasion f criminalisat ions pour d nnies est auj érants. nts et leurs c i qui hier fra conseillers o hui sous une ciers à, de m ne même fa ptes bloqués amille sont s dans des fraude fisca assé reste q protéger le n problème fiscale et la tion d'un pa déplacer et jourd'hui un conseillers se udait gentim nt peur des pression int manière disc sionnels à s'a et le même p le prédisen Une certaine nt dépensier dés. Les acc mation auto e les solution ale quand es avoirs ré tant pour le e retrouvent ment le fisc, d répercussio tense, dans crète ,orient abstenir de t passé de col nt et comm e logique pe s, consacren cords de coo matique, la ns pour cons utions propo pliquées à m cumulés, no si importan se fera sans oppés sont f e, de transpa t sous l'impr rence érigée nouvel empi s pourront te ésultants es clients ituations activité à années à a conduit is sur de t dans des s devient une a ns dans les a les faits cela ter leurs am toute recom laboration a me certains l eut obliger à nt une énerg opération int multiplicatio server des p osées aux cli mettre en pla on déclarés, nte masse de la participat friands d'imp arence banca ression de vi e en nouvelle ire mondial, enir ces dern mmandation vec eux.. le souhaiten répondre p gie et des mo ternationale on des pays atrimoines n ients fortuné ce. avoisinerait e fonds, des tion silencieu pôts et espè aire. ivre les dern e norme. des petits ières résista pour des nt, la fin d par l'affirma oyens consé et en partic signataires non déclarés és pour prot du secret ative. Les quents à culier les de cette s vont se éger leur pa entre 21 et solutions pé use des pays rent conqué atrimoine t 32'000 mil érennes doiv développés rir le monde nières année liards de vent être . e avec de es d'un proce villages gau nces ? essus qui sistent à ulois, qui rés
  3. 3. L'Europe mal pla injection signatair pays au uniquem Cette pr des affa secret b Bien ent secret d gangrèn Pour pro et déte intellect pas dire tiers gér Le choix dans de principe mouvem s'assure Non, no leur pay permet possible bancaire e, dans sa p cée. En eff ns répétées res des acco monde. Le p ment dans le roblématique aires. La norm ancaire, est tendu la pro doit pour pou ne criminelle otéger la pos rminée à la tuellement m e grand‐chos rants. x d'un parte s pays qui vo es éthiques e ment de cha r ainsi du tri us ne croyon ys respectif. des investis e et souhaita es. Cette po Les gouv cette ex gouvern l'envie o Il convie compren accueilli péril le r es résultats, pays qui n survivre. Un pas, et de sparence ban ion des socié e en rapport la normalité e nous croyo ivée et du d sser qu'à des eaux de l'éco te bancaire himent d'ar ment de frau ompte crimin à obtenir d ux sont les ranger pour CD ce n'est e cette trans é à l'imposit ment à mettre ns n’est pas dans laquelle a sphère pri cé ne s'adres tous les niv oir un comp tre le blanc de blanchim en fin de co récipitation fet nombreu d'argent étr ords de l'OE problème de problème lié e est égalem malité les un une notion d otection de l uvoir s’exerc s'infiltrant à ssibilité d'av a lutte cont malhonnête e, mais qui naire, d'un ont prochain extrêmemen aises musica des clients e ns pas que 3 Ce n'est d'ai ssements et able d'aider osition, idéo vernements xigence s'ap nements ont ou les moyen ent de traite ndre l'enviro r dans de no reste de la cl facilitateur, nement coop nt fermes. Il ales possède et de la légiti 2'000 milliar illeurs pas so t génère de les entrepr logique, s'ac tendent à e pplique de cette attitu ns de telles d er de maniè onnement é ouvelles stru ientèle. , affiche une n'ont point ne quarantai loin, l'ensem ncaire exigée étés et des p t avec la noti é des autres ons fermeme roit à pouvo s particuliers onomie. offshore il fa rgent. Non ude fiscale, u nalise les de pour déplac pérer et écha faut en eff ent un sens imité des ge rds de dollar ouhaitable d l'impôt de reneurs à pr ccompagne d ssayer de fa facto uniqu ude. Dans de des inquisitio re égale l'en conomique ctures des c e arrogance besoin des ine de pays mble des 180 e ne réside p privés. ion de sphèr s. Le droit à ent. oir posséder s et des entr 0 pas re privée et d une vie priv un compte reprises légit audra s'attel pas à cette une nouvelle rnières déce cer de mani anger les do et s'assurer s inné de la ns qu’ils von rs vont souda d'un point de manière in réserver la c de solutions ire de chaqu uement à c e nombreux ons. nsemble des et privé de lients dont le er de maniè e notion illu e notion qui ennies d'act ère discrète nnées, doit que les par a compliance nt servir. ainement êtr e vue économ directe. Nou confidentialit s variées, ma ue acteur un ceux qui ré pays le gou e des avoirs donc se faire rticipants à c e bancaire, re déclarés a mique car ce us pensons té de leurs ais surtout lé contrôleur sident dans uvernement s clients, ave ceux‐ci, afin es activités c égales du fisc en pu s les pays n'a pas les le préoccup r être sûr de ux lois, mettr ec pour seu n de pouvoir contraires au de secret vée, à un bancaire times. La re ferme usoire et ne veut tivité des localisés e sur des ce grand pouvant au fisc de et argent qu'il est comptes uissance, dont les besoins, pation de e ne pas raient en
  4. 4. L'ensem par des géograp des pays de celle Bien ent même v Les tiers ombrage habitude La Franc à la sphè à l'impô où le ta mêmes Être en être l'av de prêch résigné. des solu persévé légitime mble de ses c professionn phique, ou à s offshore et qu'ils utilise tendu le fait valeure (pour s gérants n'é e. Mais ne es ? ce et les État ère privée, e t régalien. C ux d'impôts actuellemen faveur de la vocat de l'éva her le contra Avocats de utions de pro rance, nous ement. Notre éq dispositi L'équipe clients mérite nels, certain cause de ce t de bénéfic nt pour leur t d'utiliser u r l'instant) qu étant pas sou sommes‐no e d'avoir la p ns l'ont bien elle‐ci, ont dé ier de licenc clientèle ha une licence d ue celle des umis aux mê ous pas là e s‐Unis, fers d essayent de d es mêmes p réduits ne p nt. protection d asion ou de aire. Une cha la liberté de otection pat vous offron quipe franco ion pour tou e de Hongko possibilité de n compris e écidé d'ouvr ces de gestio bituelle. de gestion d licences de p êmes régulat en train de de lance de c démontrer d ays oublient provoque pa e continuer et malgré le rir des succu on de fortun à être géré ur position ursales dans e différente s fiscalité priv fiscalité. ns clients po nouvelle no d'un pays à pays à haute tions, certai créer une n cette nouvel ans leur com volontairem ar les même de la vie priv la fraude fis ape de plom e commerce rimoniale, d s des service ophone, qui t ute informati ngTaxFree.co vilégiée, n'a ourraient en rme ? De n fiscale, de ce n qu'il n'y a p iste bien d'a s que ceux le offensive mmunication ment qu'il exi es problèmes vée, du resp cale. Bien év mb enferme l' e, protecteur des outils po es discrets à travaille uniq on. om pect du secre videmment i 'ensemble d rs de la vie ur ceux qui une clientè quement de es atteintes point d'échap utres pays a qu'ils subiss et des affaire l n'est pas p es acteurs d privée, nous le méritent. èle dont les a puis notre b es, n’est pas politiquemen ans un silenc s avons à dis . Avec mobil avoirs ont ét bureau de Ho ong Kong, es pas à la prendre nouvelles répétées ppatoires u monde sent eux‐de facto nt correct ce poli et sposition lité, avec té acquis st à votre

×