BBIIGG DDAATTAA MMAANNIIAA 
Corps, Technologie et réseaux sociaux : 
Le soi quantifié 
Alex Gonera & Julien Gaudet
Notre sujet traite de la relation entre les nouvelles 
technologies liées au corps et à la santé et 
leurs utilisations su...
L’image qui précède provient de l’agence numérique la fonderie 
qui est un organisme associée au conseil régional d’Île de...
LLeess nnoouuvveelllleess tteecchhnnoollooggiieess lliiééeess àà llaa ssaannttéé 
Dans cette optique, Nous avons décidé de...
Freeletics est une communauté d’Athlète en ligne sur le 
principe de coaching en ligne et de publications de photos 
du to...
Les photos ci-dessous sont tirés du site Freeletics et 
elles représentent totalement l’état d’esprit de la 
communauté qu...
Dans un registre plus sérieux la société 
d’assurance Axa effectue un pas de plus vers la 
santé connectée en collaborant ...
Axa offre donc à ses nouveaux souscripteurs un podomètre relié à une 
application mobile, le pulse. 
Ce podomètre permet à...
Les professionnels de l’assurance auront ainsi 
l’opportunité d’apprécier le potentiel du Big Data lié à la 
santé. 
Axa v...
Dans un monde ultra connecté où la plupart des 
internautes donnent volontairement accès à 
leurs informations privées, 
l...
Contre la théorie du 
Complot 
Pour éviter de partir dans une 
direction qu’on pourrait 
qualifier de complotiste, nous 
a...
En effet, avec l'arrivée de Facebook, les 
usagers vont être amenés à partager leurs 
données personnelles dans l'optique ...
Il est de moins en moins rare de voir apparaître dans nos réseaux des photos 
ou vidéos de personnes pratiquant un sport o...
Les photos et vidéos ne sont qu'une manière de 
promouvoir cet individualisme. 
La plupart des applications sportives, com...
Il est même possible de mesurer l'activité car le 
parcours se trace sur les Google maps.
Par le réseau social, le corps cherche un nouveau 
regard, un regard extérieur qui va venir 
témoigner de son activité. Il...
Une dimension compétitive
En plus de la notion de compétition par la 
médiatisation du corps sportif sur les réseaux, 
il faut que celui ci soit acc...
Dans le même exemple, on note sur Tweeter l'apparition 
de Hash-tags qui vont rassembler un groupe de mêmes 
personnes dan...
Dans ce sens, le rassemblement semble être une 
manière de créer un élan commun et une envie 
collective d'augmenter son a...
D'une certaine manière, il semble légitime de se dire 
que l'on n'a pas besoin des autres pour changer son 
regard sur soi...
Le sport est devenu une forme d'extériorisation 
sociale très importante qui cherche à promouvoir 
cette idée de bien être...
Cette idée du corps qui est relayée sur les différents réseaux 
( Instagram, Facebook, Snapchat ) va déclencher une 
vérit...
Ainsi, ces normes vont s'intérioriser de manière 
beaucoup plus rapide et beaucoup plus discrètement. 
Ce qui va laisser p...
Big data mania
Big data mania
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Big data mania

472 vues

Publié le

Power-point Big Data Mania : Corps, Technologie et réseaux sociaux, le soi quantifié

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
472
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Big data mania

  1. 1. BBIIGG DDAATTAA MMAANNIIAA Corps, Technologie et réseaux sociaux : Le soi quantifié Alex Gonera & Julien Gaudet
  2. 2. Notre sujet traite de la relation entre les nouvelles technologies liées au corps et à la santé et leurs utilisations sur les réseaux sociaux Si on fait référence à Big Data c’est qu’actuellement les données fournies sur internet représentent une somme colossale d’informations et que notre sujet est indissociable de cette vérité.
  3. 3. L’image qui précède provient de l’agence numérique la fonderie qui est un organisme associée au conseil régional d’Île de France. En juin 2002 ils ont ouvert une exposition sous le nom d’expoviz face à la croissance exponentielle des données, à leur surabondance générée par l’omniprésence des technologies numériques et à la massification de leurs usages. Les chiffres sont d’ailleurs assez impressionnants, on est presque à 3 Millions d’e-mails envoyés dans le monde par seconde, 20 Heures de vidéo uploader sur Youtube par Minute ! 50 Millions de Tweet par jour et 700 Billions de minutes passées sur Facebook par ses utilisateurs en un mois.
  4. 4. LLeess nnoouuvveelllleess tteecchhnnoollooggiieess lliiééeess àà llaa ssaannttéé Dans cette optique, Nous avons décidé de s’intéresser aux nouvelles technologies liées à la santé, comme le S health de Samsung et leurs montres connectées qui vous permettent d’analyser votre sommeil, de compter vos pas et même de prendre votre pouls. Nous nous intéresserons également aux applications sportives telles que Runtastic et la façon dont elles sont utilisées sur les réseaux sociaux pour introduire dans notre sujet cette image du corps médiatisée et de la notion de compétitivité qui en découle.
  5. 5. Freeletics est une communauté d’Athlète en ligne sur le principe de coaching en ligne et de publications de photos du torse nu semaine après semaine pour analyser des évolutions musculaires. Il existe le site mais aussi l’application pour rester en contact avec la cyber-communauté et partager ses résultats pour défier ses amis, c’est la qu’on retrouve la dimension compétitive.
  6. 6. Les photos ci-dessous sont tirés du site Freeletics et elles représentent totalement l’état d’esprit de la communauté qui mêle compétitivité et voyeurisme. Pour les rendre anonyme nous avons effectué un photo-montage qui se veut comique, je tiens alors à préciser que ce n’est pas réellement Neil Patrick Harris qui pose pour ses photos .
  7. 7. Dans un registre plus sérieux la société d’assurance Axa effectue un pas de plus vers la santé connectée en collaborant avec la société Française Withings Pour la conception de Bracelet connecté :
  8. 8. Axa offre donc à ses nouveaux souscripteurs un podomètre relié à une application mobile, le pulse. Ce podomètre permet à l’utilisateur de mesurer son activité physique en temps réel : le nombre de pas réalisés, la distance parcourue, le nombre de calories brûlées, le niveau d’oxygène dans le sang ainsi que le rythme cardiaque.
  9. 9. Les professionnels de l’assurance auront ainsi l’opportunité d’apprécier le potentiel du Big Data lié à la santé. Axa va collecter directement des données personnelles relatives à la santé de ses clients, lesquelles lui seront communiquées de manière volontaire. De cette expérimentation pourrait donner naissance à certaines évolutions au sein des formules d’assurance. Les impacts liés à l’assurance connectée seront particulièrement tangible au niveaux des prix. L’émergence d’une tarification modulée en fonction de l’activité physique effective du client est une piste sur laquelle planche nombres d’experts à l’heure actuelle.
  10. 10. Dans un monde ultra connecté où la plupart des internautes donnent volontairement accès à leurs informations privées, la question devient légitime : Mais qu’advient-il de toutes ces données ?
  11. 11. Contre la théorie du Complot Pour éviter de partir dans une direction qu’on pourrait qualifier de complotiste, nous avons décidé d’aborder le phénomène dans le contexte des réseaux sociaux parce qu’après tout, si Big Brother détient toutes nos informations privées c’est d’abord parce que nous les publions volontairement sur la toile.
  12. 12. En effet, avec l'arrivée de Facebook, les usagers vont être amenés à partager leurs données personnelles dans l'optique de pouvoir plus facilement trouver des amis ou même retrouver des anciennes connaissances. Le fait de partager ses informations personnelles permet de constituer des groupes et de se rendre « traçable » plus facilement. Cette démarche de rendre public des éléments et informations de sa vie privée va entraîner une forme de partage généralisée. Des usagers vont poster des photos de leurs repas ou de leurs enfants etc … Nous avons décidé de laisser de côté ces pratiques pour nous intéresser à la mise en scène du corps sportif dans les réseaux sociaux.
  13. 13. Il est de moins en moins rare de voir apparaître dans nos réseaux des photos ou vidéos de personnes pratiquant un sport ou exhibant volontairement leurs corps dans le but de promouvoir une activité sportive. C'est une démarche qui revient sur l'idée de compétition que nous avons abordé plus tôt. En entrant dans le système des réseaux, celle ci devient sociale. Alors qu'il servait à la base pour plus facilement se retrouver, se rencontrer, le partage devient une manière de se démarquer des autres, de favoriser son individualité en passant par l'image d'un corps sportif qui cherche la perfection.
  14. 14. Les photos et vidéos ne sont qu'une manière de promouvoir cet individualisme. La plupart des applications sportives, comme Runtastic (celle que l'on retrouve le plus souvent sur les réseaux sociaux) permet de partager directement des données chiffrées de l'effort sportif à notre cercle d'amis : la distance parcourue au kilomètre près, les calories brûlées etc ....
  15. 15. Il est même possible de mesurer l'activité car le parcours se trace sur les Google maps.
  16. 16. Par le réseau social, le corps cherche un nouveau regard, un regard extérieur qui va venir témoigner de son activité. Il existe des applications de course à pied où il est possible de suivre la personne au moment même où elle court. En cliquant sur « J'aime » , la personne en train de courir reçoit directement des encouragements de la part de ses amis.
  17. 17. Une dimension compétitive
  18. 18. En plus de la notion de compétition par la médiatisation du corps sportif sur les réseaux, il faut que celui ci soit accepté et reconnu en tant que tel par d'autres. En effet, on va évaluer le corps avec nos likes, nos commentaires. On va noter le corps d'une certaine manière.
  19. 19. Dans le même exemple, on note sur Tweeter l'apparition de Hash-tags qui vont rassembler un groupe de mêmes personnes dans cette quête du corps dit idéal. Exemple assez fort, dans la communauté Youtube, un podcasteur , « Le Rire Jaune » a fait une vidéo sur son régime et son programme de musculation. Tout le long de ce processus, il lance un hashtag qu'il met en place sur Tweeter pour partager avec ses followers, son régime, ses exercices, ses progrès etc …
  20. 20. Dans ce sens, le rassemblement semble être une manière de créer un élan commun et une envie collective d'augmenter son activité sportive. Néanmoins, la médiatisation du corps cherche à susciter l'envie plus qu'autre chose
  21. 21. D'une certaine manière, il semble légitime de se dire que l'on n'a pas besoin des autres pour changer son regard sur soi. C'est cette omniprésence de la notion de performance, de bien être, d'athlétisme, tout ça se liant à l'idée même de santé ou de « pleine forme », qui va créer un malaise chez certains et qui va les pousser à suivre le mouvement. Ce qui n'est ni une décision personnelle ni rationnelle. D'autant plus que cela répond souvent à un marketing propre. L'exemple de Freeletics en témoigne. Le programme est gratuit mais pour progresser plus vite et avoir de meilleures résultats, on conseille fortement de souscrire à un forfait payant.
  22. 22. Le sport est devenu une forme d'extériorisation sociale très importante qui cherche à promouvoir cette idée de bien être extérieur comme répondant à un bien être intérieur. Dans le ton du dicton « un esprit sain dans un corps sain ». Sauf que l'on redessine les frontières de ce corps sain en le rendant en adéquation avec un corps sportif et athlétique qui doit répondre à des critères de beauté socialement établis.
  23. 23. Cette idée du corps qui est relayée sur les différents réseaux ( Instagram, Facebook, Snapchat ) va déclencher une véritable fascination, notamment chez les plus jeunes, de toutes les normes de beauté que l'on attache aux genres ( taille très fine chez les femmes et muscles saillants chez les hommes ). Les dangers de la médiatisation du corps comme tel est ceux que l'on connaît déjà ( anorexie, boulimie, mauvaise alimentation et observation du moindre aliments ). Ces normes, habituellement relayés par la télévision, la presse etc …, se mettent en jeu directement par les usagers eux mêmes dans leurs réseaux ce qui crée un impact encore plus fort et plus personnel.
  24. 24. Ainsi, ces normes vont s'intérioriser de manière beaucoup plus rapide et beaucoup plus discrètement. Ce qui va laisser penser à l'usager que ce choix est le sien, qui lui est tout à fait personnel. Tout cela ne fait que renforcer un sentiment d'infériorité pour certains qui peut vite devenir de l'auto-dénigration en comparant son physique ou ses habitudes alimentaires avec ce qu'on peut trouver sur des sites ou des blogs qui font la promotion d'un corps sportif et en pleine santé. C'est peut être là que se situe le vrai danger de la médiatisation par les réseaux sociaux de ce corps sportif contrôlé, quantifié, évalué.

×