Ruptures et continuités Fin du XIXe siècle - début du XXe siècle Introduction  Comment modernité des arts a-t-elle émergé ...
I. Le  XIXe : siècle du progrès technique , de l’industrialisation, du machinisme mais les arts restent bien dans la  trad...
Ici salon 1864, achats de l’Etat. (jusqu’à 5000/an) -> La peinture Toutes les acquisitions de l’Etat aux salons sur le sit...
D’où scandales, violence et exclusion des artistes novateurs qui introduisent des  ruptures radicales. <ul><li>Courbet, Ma...
<ul><li>Zola y reconnaît « la campagne moderne » « d’une simplicité, d’une franchise héroïques ».  </li></ul><ul><li>Odilo...
1e rupture : Le salon des refusés de1874 <ul><li>Les salons suivants refusent de plus en plus « les indépendants » appelés...
L’accueil de l’impressionnisme. <ul><li>« Ah ! Ah ! ricana-t-il à la Méphisto, est-il assez réussi celui-là….En voilà de l...
-> L’art des métropoles : architecture et urbanisme. <ul><li>L’émergence des Etats-Nations et les capitales-> b âtiments p...
<ul><li>L’éclectisme et </li></ul><ul><li>l’historicisme viennois </li></ul>Vue du Ring aujourd’hui à Vienne
Le Ring était une tentative haussmannienne  impulsée par l'empereur François Joseph et conçue par Ludwig Forster. 1857 - 1...
II. Les premières grandes ruptures qui annoncent le XXe  <ul><li>En peinture, Cézanne .  Le  « grand peintre avorté » selo...
Mais il a été précédé par Gauguin. 1888 : la 2e rupture <ul><li>Vision après le sermon.  1888, 73x92 cm, Edimbourg, Nation...
-> De nouveaux courants contestent l’héritage impressionniste. <ul><li>Les nabis  (prophètes en hébreux)  </li></ul><ul><l...
Le symbolisme :   international  et global (musique, littérature…)  :  <ul><li>Oscar Wilde  affirme dans le  « Déclin du m...
III. L’ Entrée dans le XXe siècle :  Les avant – gardes du début du siècle. <ul><li>La 3e rupture :   Le Salon d’Automne 1...
Le « kubisme » l’expressionnisme Juan Gris, Bouteille et couteau  1911-12 Huile sur toile 54.6 x 46 cm Rijksmuseum Kroelle...
L’essor des arts décoratifs et de l’architecture Dans la suite du mouvement Arts and Krafts de William Morris, Charles Ren...
Deux tendances majeures : les lignes courbes franco belges (Horta-Guimard) et les lignes géométriques anglo-saxonnes  Vict...
En Autriche, deux conceptions antinomiques <ul><li>La Sécession : vers un art total ? Le Palais Stoclet de Joseph Hoffmann...
Adolf Loos : une rupture radicale. « L’homme aime tout ce qui sert son confort.  Il déteste tout ce qui veut l’arracher à ...
Au XIXe l’architecture au connaît une immense révolution <ul><li>professionnelle :  l’architecture n’est plus un art mais ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le passage du XIXe au XXe siècle

4 627 vues

Publié le

Le passage à la modernité dans les arts : peinture et architecture.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 627
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
68
Actions
Partages
0
Téléchargements
71
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le passage du XIXe au XXe siècle

  1. 1. Ruptures et continuités Fin du XIXe siècle - début du XXe siècle Introduction Comment modernité des arts a-t-elle émergé dans la 2e 1/2 du XIXe siècle ? Emile FRIANT, Toussaint, (1886) huile sur toile, Musée des Beaux-Arts de Nancy
  2. 2. I. Le XIXe : siècle du progrès technique , de l’industrialisation, du machinisme mais les arts restent bien dans la tradition académique jusqu’au milieu du siècle Joseph Turner, Pluie, vapeur, vitesse, The Great Western . 1844, huile sur toile, 91 x 122 cm National Gallery, Londres .
  3. 3. Ici salon 1864, achats de l’Etat. (jusqu’à 5000/an) -> La peinture Toutes les acquisitions de l’Etat aux salons sur le site Internet : ARCHIM
  4. 4. D’où scandales, violence et exclusion des artistes novateurs qui introduisent des ruptures radicales. <ul><li>Courbet, Manet comme Flaubert ou Baudelaire font scandale. </li></ul><ul><li>L’essentiel des grands artistes sont hors circuits officiels. </li></ul>C. Pissarro, &quot; La Côte du Jallais à Pontoise  », 1867, Huile sur toile 89 x116 cm Metropolitan Museum of Art New York <ul><li>Toile accrochée en 1869 </li></ul><ul><li>au salon. </li></ul><ul><li>Deux réactions ci-après : </li></ul><ul><li>Zola </li></ul><ul><li>Odilon Redon </li></ul>Pissarro : premier peintre « impressionniste »
  5. 5. <ul><li>Zola y reconnaît « la campagne moderne » « d’une simplicité, d’une franchise héroïques ». </li></ul><ul><li>Odilon Redon jeune peintre et critique à cette époque (futur maître du symbolisme) dit : « M. Pissarro voit simplement. Il a dans la couleur, ces sacrifices qui n’expriment que le plus vivement l’impression générale , toujours forte parce qu’elle est simple ». </li></ul>
  6. 6. 1e rupture : Le salon des refusés de1874 <ul><li>Les salons suivants refusent de plus en plus « les indépendants » appelés aussi « naturalistes ». Ainsi en 1873 le salon des refusés expose 475 œuvres. (Degas, Cézanne, Manet, Pissarro et Monet). </li></ul><ul><li>25 avril 1874, Louis Leroy dans le Charivari , fait un compte rendu satirique de l’exposition des «refusés » au 35 bd des Capucines dans l’atelier du photographe Nadar. Voir Document ci-après. </li></ul>
  7. 7. L’accueil de l’impressionnisme. <ul><li>« Ah ! Ah ! ricana-t-il à la Méphisto, est-il assez réussi celui-là….En voilà de l’impression ou je ne m’y connais pas…Seulement veuillez me dire ce que représentent ces innombrables lichettes noires dans le bas du tableau ? </li></ul><ul><li>- Mais répondis-je, ce sont des promeneurs. </li></ul><ul><li>- Alors je ressemble à ça quand je me promène sur le bd des capucines ? Sans et tonnerre ! Vous vous moquez de moi à la fin ? </li></ul><ul><li>- Je vous assure Monsieur Vincent… </li></ul><ul><li>- Mais ces taches ont été obtenues par le procédé qu’on emploie pour le badigeonnage des granites de fontaine : pif ! paf ! v’li ! v’lan ! Va comme je te pousse ! C’est inouï, effroyable ! j’en aurai un coup de sang bien sûr ! (…) </li></ul><ul><li>- Ah le voilà, le voilà ! s’écria-t-il devant le 98. Je le reconnais le favori de papa Vincent ! Que représente cette toile ? Voyez au livret. </li></ul><ul><li>- «  Impression , soleil levant » </li></ul><ul><li>-   Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là dedans… Et quelle liberté, quelle aisance dans la facture ! le papier peint à l’état embryonnaire est encore plus fait que cette marine là ». </li></ul>-> La sculpture est encore plus marquée par l’académisme.
  8. 8. -> L’art des métropoles : architecture et urbanisme. <ul><li>L’émergence des Etats-Nations et les capitales-> b âtiments publics </li></ul><ul><li>L'avènement de la civilisation industrielle : usine, habitat </li></ul><ul><li>L’idée de progrès technique et humain : réseau, gare, immeubles modernes, Haussmann et Paris : modèle d’urbanisation. </li></ul><ul><li>L’architecture au milieu du siècle est aussi dominée par l’académisme et l’historicisme comme en peinture : c’est l’éclectisme qui puise dans les styles gothique et Renaissance. </li></ul>Victor Laloux, Gare d’Orsay, 1898, Inaugurée en 1900 pour l’exposition universelle. Chef d’œuvre éclectique de l’architecture française.
  9. 9. <ul><li>L’éclectisme et </li></ul><ul><li>l’historicisme viennois </li></ul>Vue du Ring aujourd’hui à Vienne
  10. 10. Le Ring était une tentative haussmannienne impulsée par l'empereur François Joseph et conçue par Ludwig Forster. 1857 - 1880. La ville moderne est « ajoutée » à la ville médiévale préservée ≠ Paris. Le secteur des monuments : les espaces verts permettent d’apercevoir les toits de tous ces monuments prestigieux mais aussi les défilés militaires de l’armée impériale Les styles du boulevard circulaire Ring : monuments publics : thé âtre italien, parlement néo-grec, église néo-gothique, hôtel de ville flamboyant : c’est l’ « éclectisme simultané ». Cet aperçu vidéo est extrait de l’extraordinaire site encyclopédique bilingue créé par le ministère de la Culture autrichien http://www.aeiou.at/
  11. 11. II. Les premières grandes ruptures qui annoncent le XXe <ul><li>En peinture, Cézanne . Le « grand peintre avorté » selon Zola. Il marque l’entrée dans la modernité. </li></ul>Nature morte au cr âne, 1895-1900 ; huile sur toile, 54.3 x 65 cm, The Barnes Foundation, Merion, Pennsylvania. Couleur et lumière sont désormais traitées pour elles m êmes. Ce n’est plus l’impression de la réalité mais sa transcription sur la toile.
  12. 12. Mais il a été précédé par Gauguin. 1888 : la 2e rupture <ul><li>Vision après le sermon. 1888, 73x92 cm, Edimbourg, National Gallery of Scotland. </li></ul>Quelle « rupture » peut-on attribuer à Gauguin ?
  13. 13. -> De nouveaux courants contestent l’héritage impressionniste. <ul><li>Les nabis (prophètes en hébreux) </li></ul><ul><li>Se réunissent à l’Os à moelle et veulent œuvrer pour » le salut de l’art » </li></ul>Paul Sérusier, «   Le talisman   » ( 27 x 21.5 cm), Musée d'Orsay, Paris. Véritable manifeste du Synthétisme Ajouter Maurice Denis , mais aussi Bonnard et Vuillard -> avec des sujets modernes, voire Toulouse Lautrec (style proche). Tableau qu’il a peint à Pont-Aven et qui devient le « Talisman » des nabis. Il incarne la primauté de la suggestion sur la description « Comment voyez-vous ces arbres ? Ils sont jaunes. Eh bien, mettez du jaune ; cette ombre, plutôt bleue, peignez-la avec de l'outremer pur ; ces feuilles rouges ? mettez du vermillon. » P. Gauguin. Moulin Rangée de Peupliers Chemin au bord d’une rivière
  14. 14. Le symbolisme : international  et global (musique, littérature…)  : <ul><li>Oscar Wilde affirme dans le « Déclin du mensonge » : </li></ul><ul><li>« L’art est à la fois surface et symbole » </li></ul>Odilon Redon Béatrice 1885 ; fusain fini de pastel, 34.5 x 30 cm ; Collection privée C’est la réaction à l’impressionnisme : La peinture n’est pas la description du réel (saisi par la vue) mais l’évocation de visions par définition intérieures.
  15. 15. III. L’ Entrée dans le XXe siècle : Les avant – gardes du début du siècle. <ul><li>La 3e rupture : Le Salon d’Automne 1905. </li></ul><ul><li>Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salon_d'automne_de_1905 </li></ul><ul><li>http://www.salon-automne-paris.com/sommaire.htm </li></ul>Henri Matisse La femme au chapeau 1904- 1905, Huile sur Toile, 81 x 65 cm San Francisco, Collection Haas Voir texte de Matisse sur la couleur. Autres « fauves » : Guy Derain, Maurice Vlaminck… Peintres ? Enfants ? Sauvages ? « Au centre de la salle, un torse d'enfant et un petit buste en marbre d'Albert Marque, qui modèle avec une science délicate. La candeur de ces bustes surprend au milieu de l'orgie des tons purs : Donatello parmi les fauves ». Le critique d'art Louis Vauxcelles
  16. 16. Le « kubisme » l’expressionnisme Juan Gris, Bouteille et couteau 1911-12 Huile sur toile 54.6 x 46 cm Rijksmuseum Kroeller-Mueller, Otterlo, Pays-Bas Les avant-gardes en rupture avec l’ordre esthétique. L’expressionnisme Egon Schiele : &quot;Femmes renversées &quot; ( détail ) 1915 Crayon et détrempe sur papier 32,8 x 49,7 cm, Graphische Sammlung, Albertina Vienne « ... des fragments d’espace illusionniste dans une syntaxe cubiste » Pierre Daix, Dictionnaire Picasso, R. Laffont, 1995
  17. 17. L’essor des arts décoratifs et de l’architecture Dans la suite du mouvement Arts and Krafts de William Morris, Charles Rennie Mackintosh (association de dessinateurs de mobilier) Van der Velde et Behrens rénovent les arts de la maison. Des éditeurs comme Wasmuth à Berlin publient les travaux de l’américain Frank Loyd Wright . La bourgeoisie industrielle s’intéresse à la décoration et à la peinture modernes. Cet essor s’appuie sur l’usage des nouveaux matériaux industriels : l’acier, le verre et le béton et sur le rationalisme : formes épurées primauté de la fonction. Henri Labrouste, Bibliothèque Saint Geneviève, 1843-1851 Paris Façade et voûtes de la salle de lecture
  18. 18. Deux tendances majeures : les lignes courbes franco belges (Horta-Guimard) et les lignes géométriques anglo-saxonnes Victor Horta Maison Tassel , Bruxelles Frank Loyd Wright, Winslow house, Illinois 1893
  19. 19. En Autriche, deux conceptions antinomiques <ul><li>La Sécession : vers un art total ? Le Palais Stoclet de Joseph Hoffmann à Bruxelles </li></ul>Salle à manger par Hoffmann, mosa ïques de Gustave Klimt Construit de 1905 à 1911, Avenue de Tervuren n° 279
  20. 20. Adolf Loos : une rupture radicale. « L’homme aime tout ce qui sert son confort. Il déteste tout ce qui veut l’arracher à sa situation acquise et le dérange. Il aime donc la maison et déteste l’art… » A. Loos Adolf Loos (partiellement) Villa Karma pour Theodor Beer, professeur de physiologie, Clarens, près de Montreux, au bord du lac Léman, 1903-1906 Maison Steiner , vue c ôté rue, Vienne 1910
  21. 21. Au XIXe l’architecture au connaît une immense révolution <ul><li>professionnelle : l’architecture n’est plus un art mais une quasi science, ingénieurs </li></ul><ul><li>technique : nouveaux matériaux </li></ul><ul><li>esthétique : l’éclectisme règne du « néo- » Viollet le Duc en France. </li></ul><ul><li>utopies sociales , hygiénisme : familistères, cités jardins </li></ul><ul><li>la fonction prime sur l’esthétique </li></ul>Trois grandes tendances dans la modernité de l’architecture. Vers l’Architecture moderne  : rationnelle, épurée, fonctionnelle (Ecole de Chicago, Frank Loyd Wright,, Behrens, Loos, Gropius ) Le renouveau des Arts décoratifs : la fin des ordres, japonisme, Arts & Crafts, Nancy, Wiener Werkst ätte. La fusion de l’architecture et des Arts décoratifs : vers un nouveau go ût plus individuel. L’Art Nouveau, un art total : Sécession (Wagner, Hoffmann), Art Nouveau (Guimard), Modern Style ( Van de Velde ), Jugendstil (Endell), Ecole de Glasgow (Mackintosh).

×