Diaporama EGTS 31 janvier 14 Marseille

658 vues

Publié le

États Généraux du travail social
Diaporama utilisé lors des assises interrégionales du vendredi 31 janvier 2014
Marseille

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
658
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
76
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diaporama EGTS 31 janvier 14 Marseille

  1. 1. 1 Journée préparatoire aux assises interrégionales du travail social Marseille Vendredi 31 janvier 2014
  2. 2. 2 Introduction M. Michel CADOT Préfet de Région
  3. 3. 3 La démarche des états généraux du travail social Mme. Sabine FOURCADE Directrice générale de la Direction Générale de la Cohésion Sociale
  4. 4. 5 « Refonder ou rénover le travail social ?» M. Marcel JAEGER Professeur titulaire de la chaire de Travail social et d'intervention sociale du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)
  5. 5. 6 Intervention Collectif associatif professionnel interrégional ANAS 13 Appel des Appels Collectif des travailleurs sociaux 2B France ESF PACA ONES
  6. 6. 7 Présentation des premiers éléments issus des trois régions « L’intervention sociale dans le cadre de la politique de l’hébergement et de l’accès au logement » « La place de l’usager dans l’intervention sociale »
  7. 7. 8 Restitution Languedoc-Roussillon Travail social au prisme de la politique d’hébergement et accès au logement Mme Anne Hanquez, Conseil général de l’Hérault Mme Christine Brusque, Conseil général du Gard
  8. 8. Etats généraux du travail social 9
  9. 9. Etats généraux du travail social 10 Concevoir des politiques sociales visant un objectif de bien être, de cohésion sociale et d’inclusion sociale Repenser le travail social au- delà même de l’implication des seuls travailleurs sociaux et impliquer tous les intervenants dits sociaux Considérer que le travail social peut devenir un outil de politique publique et pas seulement une porte d’entrée
  10. 10. Etats généraux du travail social 11 Pour ce faire, la réflexion s’est centrée sur les problématiques concernant l’intervention sociale sur la thématique de l’hébergement/logement, avec deux portes d’entrée :  Personnes sans logement : sans abris, expulsées sans solution, suite à une situation de rupture (personnes victimes de violences intra familiales, jeunes mis « à la porte »), en perte d’autonomie (sans titre de séjour, en situation de handicap ou de vieillissement) en risque de marginalisation à défaut d’une réponse immédiate (notion d’urgence).  Personnes mal logées ou en risque de perdre le logement : vivant dans un logement présentant un danger pour la santé et la sécurité ou des conditions matérielles indécentes, ou entrainant des consommations énergétiques importantes ne pouvant être assumées financièrement. Personnes en impayés de loyers dans l’incapacité de résorber leurs dettes et risquant une résiliation du bail.
  11. 11. Etats généraux du travail social 12  La DRJSCS a adressé les invitations aux membres du Comité de pilotage (EGTS), ainsi qu’aux intervenants sociaux de la région LR, notamment ceux des PDALPD et PDAHI.  Les conseils généraux du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et des Pyrénées Orientales se sont chargés des invitations en interne. Par ailleurs, conjointement à la DRJSCS, ils ont porté la préparation et l’animation du groupe de travail.
  12. 12. Etats généraux du travail social 13
  13. 13. Etats généraux du travail social La personne La coordination des acteurs Les pratiques professionnelles La formation des intervenants 14 Problématiques
  14. 14. Etats généraux du travail social Perception des professionnels des difficultés que peut rencontrer la personne pour accéder à un droit ou un accompagnement 15
  15. 15. Etats généraux du travail social Les difficultés à la formation des intervenants pour favoriser la participation de la personne à son accompagnement 16
  16. 16. Etats généraux du travail social 17 Les difficultés d’articulation entre plusieurs intervenants dans l’accompagnement de la personne
  17. 17. Etats généraux du travail social 18 Les difficultés des professionnels pour favoriser la participation de la personne à son accompagnement Entendre une demande
  18. 18. Etats généraux du travail social Des compétences à diversifier 19 Répondre à une demande
  19. 19. Etats généraux du travail social 20 Des contraintes externes liées aux cadres réglementaires, au modes d’évaluation ou de financement :manque de moyens (financier et de temps), pénurie de l’offre de logement et d’hébergement… Multiplication des dispositifs, des acteurs du public: empilement, cloisonnement, morcellement des dispositifs, éparpillement sur plusieurs missions, sentiment d’impuissance et de « bricolage », situations hors critères d’attribution, Manque de lisibilité du pilotage, qui décide ? qui pilote ? qui fait? Des organisations qui manquent de souplesse :des attentes institutionnelles qui ne permettent pas de « penser » les interventions ,de co construire et d’ évaluer avec les personnes, des temporalités qui ne sont pas adaptées au rythme des personnes Agir dans un contexte et dans une organisation contraintes
  20. 20. Etats généraux du travail social
  21. 21. Etats généraux du travail social 22 Nous devons ne pas oublier que le travail social a des atouts…:
  22. 22. Etats généraux du travail social 23 Un contexte économique difficile Des choix budgétaires contraints Des dispositifs limités … et qu’il évolue dans un contexte dont il ne peut porter seul la responsabilité
  23. 23. Etats généraux du travail social
  24. 24. 25 Restitution Languedoc-Roussillon La place de « l’usager » M. Rabah CHAOUCE Animateur
  25. 25. 26 Restitution Languedoc-Roussillon « L’accompagnement social dans le champ de l’hébergement et de l’accès au logement dans l’Aude » Mme Marie PERRIN-LACOUR Conseillère technique en travail social DRJSCS Languedoc Roussillon
  26. 26. 27 Restitution Provence Alpes Côte d’Azur Contexte des travaux sur la « Place des usagers » M. Gérard SANVICENS Fédération É.P.I.C.E trésorier du CCPAM, administrateur de L’URIOPSS PACA-Corse
  27. 27. 28 FILM Pôle ressource PACA
  28. 28. 29 Restitution Corse « La place de l’usager et prise en compte globale » Angèle LIÉGAULT - DDCFPT Haute-Corse Jean FEIBELMAN- Educateur spécialisé, formateur
  29. 29. 30 Thématique globale : La place de l’usager et sa prise en compte globale en tant que personne. Modalités de travail : 2 ateliers de travail sur les mêmes thématiques, de 20 à 30 personnes Axe 1 : Comment conjuguer l’intervention sociale individuelle et l’intervention sociale d’intérêt collectif? Axe 2 : Comment penser la participation et la co-construction avec les usagers? Axe 3 : Quelles influences ou conséquences à la prise en compte de l’usager sur la pratique professionnelle du travailleur social? Restitution des ateliers de travail corses
  30. 30. 31 Définitions : Intervention individuelle : relation en face à face Intervention collective : dans le cadre d’un groupe Rappel la notion d’Accompagnement : de la personne elle-même, de la personne en lien avec autrui, de la personne dans la société Objectif commun : participer à la construction de l’individu.  Notion de parcours, en fonction des personnes, de leurs désirs et possibilités, de leurs besoins et de leur capacité d’adhésion.  Complémentarité des interventions  Nécessité de se coordonner et de travailler en réseau afin de s’adapter  Réflexions sur la temporalité :  Le temps s’impose aux professionnels et usagers : hiérarchiser l’urgence  Mais donne un cadre au processus engagé  Dissocier le temps « économique, administratif » de la prise en charge & le temps « psychique » d’accompagnement de la personne, de la relation d’aide. Comment conjuguer l’intervention sociale individuelle et l’intervention sociale d’intérêt collectif?
  31. 31. 32  Enjeux :  Associer la personne et faire émerger ses potentialités, la valoriser  Sortir le travail social d’une logique marchande,  Améliorer l’efficience des politiques publiques et instaurer une culture du débat  Développer l’exercice de la citoyenneté pour chacun  Quels moyens et outils développer?  Des lieux neutres hors institutions  Création de groupes de parole d’usagers au sein des structures  Mieux informer les usagers et adapter les supports de communication dans les structures, installer des boites à idées  Faire entrer les usagers dans les instances de décision des structures  Intégrer ces notions à la formation des travailleurs sociaux Définition : Participation et co-construction o Notion de sensibilisation de la personne , o Recherche d’adhésion pour la mise en place d’un projet oNotion de citoyenneté 2 niveaux : o Niveau des individus et structures o Participation des usagers à la définition et à l’évaluation des politiques publiques. Comment penser la participation et la co-construction avec les usagers ?
  32. 32. 33 Contexte : o Loi 2002-2 : davantage de formalisme à l’intervention des travailleurs sociaux mais réduction de leur disponibilité et possibilité d’action o 2009 : inscription dans les contenus des formations initiales de la prise en compte de l’usager dans la pratique professionnelle des travailleurs sociaux.  Un environnement complexifié :  Pluralité des acteurs accueillis  Multiplicité des intervenants dans le champ social (dont bénévoles, aidants informels…)  Multiplicité des dispositifs et des compétences  La nécessité de l’actualisation des connaissances et modes d’intervention des travailleurs sociaux  Insuffisance de la formation continue sur la connaissance des publics  Reposer le concept d’évaluation et professionnaliser les acteurs sur le sujet Quelles influences ou conséquences à la prise en compte de l’usager sur la pratique professionnelle du travailleur social ?
  33. 33. 34 Échanges avec la salle M. Cyprien AVENEL Animateur de la journée Adjoint au chef de la Mission Analyse Stratégique, Synthèses et Prospective de la Direction Générale de la Cohésion Sociale
  34. 34. 35 Déjeuner Traiteur social « La table de Cana » Reprise des travaux 13h30
  35. 35. 36 Table ronde N°1 « Quelle place pour l’usager dans l’intervention sociale ? » Animateur : M. Gérard SANVICENS : Fédération É.P.I.C.E, trésorier du CCPAM, administrateur de L’URIOPSS PACA-Corse Intervenants :  M. Marcel JAEGER : Professeur titulaire de la chaire de Travail social et d'intervention sociale du Cnam  M. Jacques PAPAY : Formateur consultant en méthodologie de l’action sociale et médico- sociale  Mme Dominique PION : Membre du CCRPA – PACA  M. Salah BOUFOUDI : Membre du CCRPA-PACA  Mme Françoise VAGNER : Membre du comité national des retraités et personnes âgées ancien membre du CESE  M. Jean-Jacques COIPLET : Directeur Général Agence Régionale de Santé Corse  M. François MARCAGGI : Responsable du pôle « missions sociales et développement social local » , Direction des solidarités et de la santé , Conseil général de Corse du Sud
  36. 36. 31 janvier 2014 Eléments issus des questionnaires
  37. 37. Méthodologie  Questionnaires envoyés par internet aux acteurs du travail social en PACA par la DRJSCS  Centralisation des réponses par la DRJSCS  Traitement des 60 questionnaires par le groupe de travail
  38. 38. Précautions méthodologiques  Échantillon non représentatif  L'objectif de cette présentation est d’amorcer le débat  Ont été retenu les principaux points récurrents ; ainsi, il ne s’agit pas d’une liste exhaustive  La troisième question et les fiches d’actions inspirantes seront exploitées pour le mois de Juin (de manière exhaustive cette fois)
  39. 39. Tableau récapitulatif des répondants Nous avons reçu 64 réponses (questionnaires ou autres) : accompagnées de 23 Fiches Du dept. : 04 5 05 3 06 7 13 27 83 10 84 12
  40. 40. Qui a répondu ? Les réponses viennent de •18 Directeurs (dt une réponse collective de 15 Dir.) •14 Cadres du TS •9 d’Apprenants le TS, collectivement •4 de Bénévoles et 4 de Présidents d’ass. •4 de Travailleurs Sociaux •3 de Formateurs (dt une réponse collective •Et 1 d’un CFC, 1 de Ch Mission, de 1 de Consultant, •1 de Psychologue
  41. 41. Les réponses de quelles structures ? 19 Org. de Formation 13 Struct. d’Hébergement 5 CCAS 5 EHPAD 4 CMS de CG et 1 CG 2 CHRS 2 Struct. d’accueil pour Handicapés et 2 pour Handicapés psychiques et 1 Struct. Alzheimer 1 Association de Solidarité, 1 du collectif des asso. De TS, 1 Centre Hospitalier, 1 Centre social, 1 SAVS, 1 asso. de Soins palliatifs, 1 SSID, 1 Asso tutélaire, 1 d’Urgence sociale, et ... 1 d’usagers
  42. 42. Questions (rappel)  Comment analysez vous la manière dont la place des usagers est reconnue et prise en compte aujourd’hui dans le champ de l'intervention sociale ?  Avez-vous des pistes d'amélioration à proposer pour que la question de la place des usagers soit mieux prise en considération dans la construction des offres de services sociaux et médico-sociaux ?  Avez-vous connaissance ou avez-vous mis en œuvre des actions inspirantes dans ce domaine ?  (+ Fiche projet)
  43. 43. La place de l’usager Points de débat
  44. 44. L’impact de la loi 2002-2  Prise de conscience (institutions et professionnels)  Mise en place d’instances de participation  Évolution positive
  45. 45. Impact pourtant limité…  Sujet trop peu évoqué  Pas assez d’acteurs mobilisés autour de cette question  Absence d’informations aux usagers  Constat qui peut s’étendre à la participation citoyenne en général
  46. 46. L’instrumentalisation  Dans certaines institutions ou associations, mise en place d’instances pour « être dans les clous » du point de vue réglementaire sans pour autant une volonté ou effectivité réelles  Avis des usagers uniquement consultatif et sans conséquences réelles  Usager trop souvent pris comme « alibi »
  47. 47. La crise de représentativité  Présence récurrente des « mêmes usagers » dans les instances  Difficulté à mobiliser les « invisibles »  Les usagers les plus investis sont souvent les mieux dotés d’un point de vue socioculturel  Problème qui ne concerne pas seulement l’usager dans le travail social
  48. 48. L’inégalité dans la relation  Inégalité consubstantielle du contrat  Usager en position de souffrance  Regard « surplombant », posture condescendante  Prise en compte du besoin mais pas nécessairement de l’attente  Défiance des professionnels car remise en question potentielle de cette inégalité dans la relation
  49. 49. Culture professionnelle  « Décalage culturel » entre le travailleur social et l’usager  Poids socio-historique de la logique « d’assistance »  Ambiguïté de l’empathie : au lieu de « se mettre à la place en pensée », l’intervenant peut avoir tendance à « penser à la place »
  50. 50. La complexification  Complexification des procédures, parfois illisibles  Inflation des règlementations et des normes  Nouveaux dispositifs qui n’intègrent pas toujours la place de l’usager  « Millefeuille » institutionnel et technique  Réponses « catégorisées »  Pluri-professionnalité et segmentation des professions
  51. 51. La formation  Nécessité de développer la formation (initiale et continue) sur ces questions  La déqualification a pour effet de mettre face aux usagers des professionnels non formés à ces questions  Hypothèse que le renouvellement générationnel (de par la formation) améliorera la prise en compte de l’usager
  52. 52. L’usager  Difficulté à mobiliser ou à motiver  L’usager parfois individualiste : pense à l’intérêt individuel avant l’intérêt collectif  L’usager pense que « tout lui est dû »  L’usager a parfois des difficultés de compréhension même lorsque l’on tente de le faire participer
  53. 53. Les moyens  Pas ou peu de moyens (financiers, matériels et humains) dédiés à la participation des usagers  Le surtravail oblige les professionnels à faire passer cette question au second plan
  54. 54. Les pistes d’amélioration
  55. 55. Les pistes d’amélioration 1  Créer de nouvelles instances  Plus associer dans les instances déjà existantes  Favoriser la participation des usagers dans l’élaboration des diagnostics territoriaux  Associer les usagers à l’élaboration des politiques publiques  Favoriser la participation dans les instances décisionnelles
  56. 56. Les pistes d’amélioration 2  Créer des outils : recueil de la parole de l’usager , communication envers les usagers…  Développer de nouveaux modes de communication (accessibilité et évolutions technologiques)
  57. 57. Les pistes d’amélioration 3  Créer un dossier unique de l’usager  Créer des espaces de réflexion partagés (professionnels et usagers)  Meilleure coordination entre les acteurs pour un même usager  Reconnaître le bénévolat et l’action associative (statut, formation)
  58. 58. Les pistes d’amélioration 4  Créer un organisme « centralisateur » d’informations  Améliorer la formation des travailleurs sociaux  Modifier les représentations sociales  Développer les moyens : financiers, effectifs,…
  59. 59. 60 Table ronde N°2 « L’intervention sociale dans le cadre de la politique de l’hébergement et de l’accès au logement» » Animatrice : Mme Nadine ROUILLON : ANDASS Intervenants :  Mme. Sabine FOURCADE : Directrice générale de la direction générale de la cohésion sociale  M. Eric KÉRIMEL : Travailleur social – Historien  Mme Christine MALAFRONTE :Directrice du foyer de Furiani , CHRS et maison relais  Mme Corinne MARTELAT : Membre du CCRPA – Languedoc Roussillon  M. Didier DUPHIL : Membre du CCRPA – Languedoc Roussillon  Mme Anaïs CASTELLA : Etudiante deuxième année en formation d'éducateur spécialisé à l'IRTS de Montpellier  M. Jacques FRAISSE : Directeur général IRTS, membre du COPIL  Mme Elsa PIOU : Pôle Ressource Développement Social, Pyrénées-Orientales
  60. 60. 61 Retour en plénière
  61. 61. 62 Restitution de la table ronde N°1 « Quelle place pour l’usager dans l’intervention sociale ? » M. Gérard SANVICENS Fédération É.P.I.C.E trésorier du CCPAM, administrateur de L’URIOPSS PACA- Corse Animateur de la table ronde
  62. 62. 63 Restitution de la table ronde N°2 « L’intervention sociale dans le cadre de la politique de l’hébergement et de l’accès au logement» Mme Nadine ROUILLON ANDASS Animatrice de la table ronde
  63. 63. 64 Perspectives et modalités d’organisation des travaux en vue des assises interrégionales de juin 2014 Directeurs Régionaux M. Jacques CARTIAUX, DRJSCS –PACA M. Alain DABEK, DRJSCS – Corse M. Pascal ETIENNE, DRJSCS - Languedoc-Roussillon

×