Branches Info n°12 - 30 juin 2014

1 750 vues

Publié le

Le quinzomadaire des branches professionnelles. Fortes tensions patronales <page> Comment Marisol Touraine a torpillé la généralisation de la complémentaire santé <page> c’est la saison des réélections <page> la géolocalisation des entreprises par code APE ou IDCC sur Tripalio

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 750
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Branches Info n°12 - 30 juin 2014

  1. 1. 1   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°12 30juin2014 N°12   30  juin   2014   Le  pays  sort  d’une  quinzaine  difficile   et  trouve  à  peine  le  temps  de   souffler  avant  d’aborder  une  autre   quinzaine  chargée.  Après  le  conflit   social  à  la  SNCF  et  alors  que  les   intermittents  continuent  d’agiter  le   paysage  culturel,  c’est  la  démocratie   sociale  tout  entière  qui  est  mise  à   l’épreuve.  Dans  le  cas  des   intermittents,  la  remise  en  cause   d’un  accord  signé  régulièrement  par   les  partenaires  sociaux  n’est   évidemment  pas  sans  effet.  Les   annonces  faites  notamment  par  la   CGPME  de  boycotter  la  Conférence   Sociale  des  7  et  8  juillet  en   découlent  assez  naturellement.  Plus   globalement,  la  préparation  du   budget  2015,  dans  un  contexte  où   le  chômage  maintient  sa  tendance   haussière  et  même  la  conforte,   produit  des  agacements,  des   énervements  et  de  l’angoisse.  Qui   paiera  les  réductions  de  dépense  ?   Qui  en  fera  les  frais  ?  Le   gouvernement  pourra-­‐t-­‐il   véritablement  tenir  ses  promesses   de  réduction  des  prélèvements   obligatoires,  notamment  sur  les   entreprises  ?  Toutes  ces  questions   demeurent  bien  entendu  ouvertes,   et  tant  qu’elles  ne  seront  pas   fermées,  elles  nourriront  à  la  fois   des  peurs  et  des  tentatives  de   déstabilisation.  Même  si  le   gouvernement  espère  desserrer   l’étau  de  Bruxelles  en  topant  un   accord  avec  Juncker,  l’automne   risque  d’être  chaud.     Fortes  tensions  patronales   L’été  se  révèle  décidément  très  chaud  pour  le  mouvement  patronal  :  on   n’est  plus  très  loin  de  la  perturbation  météorologique  majeure.  A   l’approche  de  la  conférence  sociale,  les  trois  mouvements  représentatifs   nationalement  ont  annoncé  leur  intention  de  boycotter  la  séance   (comme  certains  représentants  de  la  CGT,  d’ailleurs),  après  avoir  signé  un   courrier  commun,  adressé  au  gouvernement,  avec  5  autres  organisations   patronales  demandant  la  mise  en  œuvre  du  pacte  de  responsabilité.   Cette  annonce  tombe  en  même  temps  que  quelques  informations   annexes  qui  en  disent  long  sur  l’état  de  tension  dans  lequel  le  pays  se   trouve.  Ainsi,  le  jour  de  l’ouverture  de  la  Conférence  Sociale,  une   manifestation  devrait  avoir  lieu  devant  les  locaux  du  Conseil  Economique   et  Social  :  celle  des  «  déplumés  »,  mouvement  d’entrepreneurs  qui   exigent  une  accélération  dans  les  réformes.     Dans  le  même  temps,  l’UPA  a  annoncé  qu’elle  introduisait  un  recours   devant  la  CEDH  contre  la  décision  du  Conseil  Constitutionnel  du  13  juin   2013  sur  les  clauses  de  désignation.  L’UPA  demande  à  la  Cour  de   Strasbourg  de  censurer  la  France  pour  avoir  méconnu  les  droits   fondamentaux  des  citoyens.  Cette  démarche  audacieuse  ne  manque  pas   de  surprendre  politiquement  :  il  serait  étrange  que  la  Cour  suprême   française  soit  sanctionnée  par  une  instance  supra-­‐nationale.   Si  l’UPA  n’a  jamais  caché  son  goût  pour  les  clauses  de  désignation  en   matière  de  complémentaire  santé,  au  point  de  compliquer   singulièrement  la  rédaction  finale  de  l’ANI  sur  la  sécurisation  de  l’emploi,   en  son  temps.  Mais  l’accord  fut  signé  et  il  est  étrange  de  voir  une   confédération  patronale  signataire  d’un  accord  intenter  une  action  en   justice,  qui  plus  est  au  niveau  européen,  contrevenant  au  texte  de  cet   accord.  Quand  on  se  souvient  qu’un  grand  nombre  d’adhérents  du   MEDEF  est  hostile  aux  clauses  de  désignation,  cette  manœuvre  ne  peut   être  vécue  que  comme  une  marque  de  défiance  vis-­‐à-­‐vis  de  l’unité   patronale,  et  ne  peut  être  interprétée,  au-­‐delà  des  frontières  patronales,   que  comme  un  signe  de  désunion.   Tôt  ou  tard,  le  patronat  sera  condamné  à  resserrer  ses  rangs.  En  arrivant   en  ordre  dispersé  au  combat  contre  le  poids  de  la  fiscalité  et  le  coût  du   travail,  il  s’affaiblit  et  prête  évidemment  le  flanc  à  une  tentation   gouvernementale  naturelle  :  la  conclusion  de  paix  séparées  pour  ramener   la  paix  sociale.  Cette  attitude  avait  déjà  fait,  en  son  temps,  le  lit  des   «  Pigeons  ».   La quinzaine sociale en bref
  2. 2. 2   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°12 30juin2014 Protection sociale complémentaire L’ANI  en  mauvaise  posture   Comment  Marisol  Touraine  a  torpillé  la   généralisation  de  la  complémentaire  santé   La  loi  du  14  juin  2013  sur  la  sécurisation  de  l’emploi  avait  fait  du  1er  juillet   2014  une  date  fatidique.  Ce  jour-­‐là,  les  branches  professionnelles   devaient  avoir  conclu  leurs  négociations  de  branche  sur  la  généralisation   de  la  complémentaire  santé.  Il  apparaît  clairement  que  non  seulement   l’échéance  ne  peut  être  tenue,  mais  que  les  représentants  du  ministère   des  Affaires  Sociales  lui-­‐même  s’y  opposent  avec  vigueur.   Plusieurs  obstacles  se  dressent  en  effet  sur  le  chemin  des  accords  de   branche.  Tout  d’abord,  le  décret  sur  les  appels  d’offres  n’est  pas  paru.   Cette  absence  fragilise  forcément  la  conclusion  des  accords,  puisqu’elle   risque  de  les  exposer  à  un  vice  de  forme.  C’est  pourquoi  le  ministère  des   Affaires  Sociales  refuse  d’étendre  les  accords  qui  sont  signés…  dans  les   délais  prévus  par  la  loi.  Ce  point  est  assez  peu  compréhensible,  si  l’on  se   souvient  que  les  partenaires  sociaux  ont  négocié  l’an  dernier  un  cahier   des  charges  paritaire  pour  toute  mise  en  concurrence.   Parallèlement,  la  réforme  des  contrats  responsables  annoncée  en  loi  de   financement  de  la  sécurité  sociale  est  perdue  dans  les  limbes  de   l’instruction  administrative.  Alors  que  les  premières  versions  des  décrets   d’application  ont  circulé  en  septembre  2013,  les  textes  ne  sont  toujours   pas  parus.  Ce  retard  pose  un  problème  majeur,  puisque  les  garanties   ouvrant  droit  aux  exonérations  fiscales  ne  sont  toujours  pas  connues.   Dans  ces  conditions,  comment  conclure  un  accord  durable  et  sûr  ?  Alors   que  les  acteurs  du  jeu  paritaire  demandaient  un  report  de  l’entrée  en   vigueur  de  la  mesure,  Marisol  Touraine  a  pourtant  maintenu  le  principe   d’une  application  dès  2014.  Cette  rigidité  est  évidemment  la   manifestation  d’une  méconnaissance  profonde  des  contraintes  qui  pèsent   sur  les  acteurs.  En  cas  de  modification  réglementaire  importante,  les   délais  d’application  seront  très  courts,  ce  qui  complique  à  la  fois  la  tâche   des  entreprises  qui  doivent  adapter  les  contrats,  et  la  tâche  des  services   fiscaux  qui  doivent  examiner  leur  conformité.     Ce  désordre  contrebalance  fortement  les  effets  d’annonce  divers  et  variés   sur  la  démocratie  sociale.  Manifestement,  les  services  de  l’Etat  sont  assez   peu  pressés  de  donner  corps  aux  dispositions  prévues  par  l’ANI.  S’agissant   de  la  principale  contrepartie  obtenue  par  les  organisations  syndicales   dans  cet  accord,  le  constat  laisse  perplexe.  Dix-­‐huit  mois  après  sa   signature  par  les  partenaires  sociaux,  elle  n’a  toujours  pas  démarré,  alors   que  son  échéance  est  prévue  pour  le  1er  janvier  2016.   Dans  le  même  temps,  les  accords  sur  le  temps  partiel  ont  été  signés  dans   l’ensemble  des  branches  concernées,  avec  un  très  faible  impact  sur   l’emploi.  L’augmentation  préoccupante  du  chômage  en  est  un  signe.  Peu   à  peu,  c’est  le  bilan  de  l’accord  sur  la  sécurisation  de  l’emploi  qui  se   dessine,  et  qui  risque  de  laisser  des  traces  :  manifestement,  il  n’a  eu   aucun  impact  sérieux  sur  l’emploi.  Et  peut-­‐être  même,  au  contraire…   NOUVELLES  REGLES  SANTE  ET   PREVOYANCE  DANS  LE  BTP   Le  collège  employeurs  du  BTP  et   quatre  syndicats  (la  CFDT,  la  CFTC,   la  CGC  et  FO)  ont  signé  un  accord  et   plusieurs  avenants,  arrêtés  le  14   mai  2014,  sur  l’évolution  des   régimes  de  frais  médicaux  et  de   prévoyance.  L’objectif  :  harmoniser   la  portabilité  des  couvertures  santé   et  prévoyance,  notamment  entre   cadres  et  non-­‐cadres,  «  tout  en   veillant  à  l’amélioration  équilibrée   des  garanties  entre  les  différentes   catégories  de  salariés  du  BTP  ».   Ces  textes  fixent  une  durée  de  36   mois  pour  le  maintien  des  garanties   «  frais  de  santé  »  et  prévoyance  au   bénéfice  des  salariés  du  secteur,  en   cas  de  perte  d’emploi  ouvrant  droit   à  l’assurance  chômage,  sans   contrepartie  de  cotisation.  Un   maintien  «  sans  limitation  de  durée   »  s’applique  par  ailleurs  en  cas  de   licenciement  de  l’intéressé  pendant   un  arrêt  de  travail  ou  d’invalidité.   CCNT  65  :  APPEL  D’OFFRES  EN   COURS  POUR  LA  SANTE   L’appel  d’offre  a  été  lancé  le  18  avril   2014.  La  date  pour  le  dépôt  des   candidatures  était  le  23  mai  2014.   Le  30  juin,  une  commission  se   réunira  pour  se  décider  sur  les   organismes  à  retenir.  Les   employeurs  prennent  en  charge   50  %  de  la  cotisation.   TENSIONS  A  LA  CREPA   Le  mouvement  Avenirs  des   Barreaux  de  France  a  saisi  la  justice   contre  ce  qu’elle  considère  comme   des  malversations  dans  la  gestion   de  cette  institution  de  prévoyance   dédiée  à  leur  profession.  La   présidente  est  mise  en  cause.  
  3. 3. 3   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°12 30juin2014 La vie des branches professionnelles C’EST  LA  SAISON  DES  REELECTIONS   Le  mois  de  juin  est  comme  toujours  le  mois  des  assemblées  générales  et   comme  toujours  le  mois  des  réélections.  Juin  2014  n’a  pas  échappé  à  la   règle.     Dans  les  grandes  fédérations,  d’abord.  A  l’Union  des  Industries   Chimiques,  Philippe  Goebel  a  été  réélu  pour  un  mandat  d’un  an.   Président  de  l'UIC  depuis  le  26  avril  2012,  il  est  membre  du  Conseil   Exécutif  du  Medef  et  vice-­‐président  du  Groupe  des  Fédérations   Industrielles  (GFI)  ;  membre  du  bureau  du  Conseil  National  de  l'Industrie   (CNI),  il  est  également  Vice-­‐président  du  Comité  Stratégique  de  Filière   (CSF)  «  Chimie  et  Matériaux  ».  A  la  FFSA,  Bernard  Spitz  a  été  réélu  le  24   juin  pour  un  mandat  de  trois  ans.  Il  est  par  ailleurs  l’animateur  des   Gracques.  Il  est  devenu  le  lendemain  président  de  l’Association  Française   de  l’Assurance  (AFA).   Dans  les  fédérations  moins  connues,  d’autres  réélections  sont  également   intervenues.  A  la  tête  du  Syndicat  des  entreprises  de  génie  électrique  et   climatique  (SERCE),  Alain  Le  Du  a  été  reconduit.  Philippe  Gault  a  été  réélu   pour  3  ans  comme  président  du  SIRTI  par  le  Conseil  d'Administration.  Le   SIRTI,  (Syndicat  Interprofessionnel  des  Radios  et  Télévisions   Indépendantes)  réunit  150  radios  et  télévisions  privées  indépendantes,   locales  et  régionales.  Thierry  De  Segonzac,  Président  -­‐  Directeur  Général   de  la  société  TSF,  est  réélu  Président  de  la  Fédération  des  Industries  du   Cinéma,  de  l’Audiovisuel  et  du  Multimédia  (FICAM).  La  responsable  de  la   commission  sociale  de  la  FICAM  sera  Sidonie  Huart,  Directrice  générale  de   WAYMEL  POSTPRODUCTION. Didier  Riou,  président  de  l’Union  nationale   des  industries  de  carrières  et  matériaux  de  construction  (UNICEM)  depuis   juin  2012,  a  été  réélu,  jeudi  19  juin  2014,  président  de  la  fédération  pour   un  mandat  de  3  ans.  Philippe  Mixe  est  réélu  président  de  la  Fédération   Nationale  Indépendante  des  Mutuelles  (FNIM).  Jean  Bonnie  est  réélu   président  de  la  Fédération  de  l’Industrie  du  Béton  (FIB).  Régis  Cousin  est   réélu  à  la  présidence  de  la  Fédération  française  des  métiers  de  l’incendie   (FFMI).   Au  chapitre  des  élections,  Francis  Bartholomé  a  été  élu  président  du   conseil  national  des  professions  de  l’automobile  (CNPA)  pour  une  durée   de  trois  ans.  Hervé  Houdard  a  été  élu  président  de  la  Chambre  Syndicale   des  Courtiers  d’Assurances  (CSCA).  Jean-­‐Luc  Monteil  a  été  élu,  sur   proposition  du  Medef,  président  de  l’UESL-­‐Action  Logement.  Charles  Huot   prend  la  succession  de  Rémi  Bilbault  à  la  tête  du  Groupement  Français  de   l’Industrie  de  l’Information  (GFII),  suite  à  son  élection  comme  Président   lors  du  Conseil  d’administration  de  l’association,  le  18  juin  2014.  Benjamin   Azoulay,  directeur  général  Lighting  chez  Philips  France  succède  à  Jean-­‐ Michel  Trouïs  à  la  présidence  du  syndicat  de  l'éclairage.  Enfin,  on  notera   la  brillante  élection  de  Patrick  Liébus  à  la  tête  de  l’European  Builders   Association.  L'actuel  président  de  la  Capeb,  réélu  au  mois  d'avril  dernier,   prendra  également  la  tête  de  l'European  Builders  Confederation  à  partir   du  1er  janvier  2015.  Il  succédera  à  l'Espagnol  José  Antonio  Calvo  Delgado.   CHABANEL  PRESIDENT  DE  L’AFIC   Le  18  juin  2014,  le  nouveau  Conseil   d’Administration  de  l’AFIC  a  élu  à   l’unanimité  Michel  Chabanel   nouveau  Président  de  l’AFIC,  pour   un  mandat  de  deux  ans.   GHARBI  PRESIDENT  DE  LA  FHP   Lamine  Gharbi  a  été  élu  ce  mercredi   président  de  la  Fédération  de   l’hospitalisation  privée  (FHP)  pour   un  mandat  de  trois  ans,  avec  86  %   des  suffrages  exprimés.   ERIC  PLAT  PRESIDENT  DE  LA  FCA   Le  Conseil  d’administration  de  la   Fédération  des  enseignes  du   commerce  associé  (FCA)  a  élu  son   nouveau  président.  Il  s’agit  d’Éric   Plat,  PDG  d’Atol  qui  succède  ainsi  à   Guy  Leclerc,  resté  huit  ans  en   fonction.   COLSON  PRESIDENT  DES   GRANULATS   Le  19  juin  dernier,  Arnaud  Colson  a   été  élu  à  la  présidence  de   l'Union  nationale  des  producteurs   de  granulats  (UNPG)  pour  un   mandat  de  3  ans.   GASTINEL  AUX  TUILES  ET   BRIQUES   Hervé  Gastinel,  PDG  de  Terreal,   vient  d'être  élu  président  de  la   Fédération  française  des  tuiles  et   des  briques  (FFTB).  Il  est  ancien   inspecteur  général  des  finances.   TANAY  A  L’UNIS   Christophe  TANAY  vient  d’être  élu   Président  de  l’UNIS  par  le  Conseil   d’administration,  pour  une  durée   de  trois  ans.    
  4. 4. 4   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°12 30juin2014     OU  SONT  LES  ENTREPRISES  DE  RESTAURATION  COLLECTIVE  ?   Grâce  à  l’outil  Tripalio,  vous  pouvez  géolocaliser  les  entreprises  par   branche  professionnelle.  Aujourd’hui,  l’exemple  de  la  restauration   collective:        En  voici  la  principale  répartition  sur  le  territoire  :     L’ACTUALITE  DE  TRIPALIO   Tripalio  est  une  base  de  données   sur  le  travail  et  la  convention   collective.  Elle  propose  des  Web   services  adaptables  selon  la   méthode  AGILE  à  la  demande  de   ses  utilisateurs.   TRIPALIO  COMPLETE  LES  CODES   NAF  ET  APE   Beaucoup  de  codes  NAF  sont   généralement  présentés  par  l’INSEE   comme  relevant  de  codes  IDCC   «  autres  ».  Tripalio  entreprend  de   réduire  ce  «  bruit  statistique  pour   obtenir  la  correspondance  la  plus   fine  possible  entre  les  deux   nomenclatures.  Les  informations   nouvelles  sont  d’ores  et  déjà   disponibles  sur  le  site.   L’ANNUAIRE  PATRONAL   CONTIENT  LES  200  BRANCHES   LES  PLUS  NOMBREUSES   Tripalio  offre  en  Web  services  un   annuaire  patronal.  Celui-­‐ci  compte   les  200  branches  les  plus   nombreuses  démographiquement.   D’ici  la  fin  de  l’année,  l’annuaire   sera  complet.   SOMMAIRE  :     <page  1>  Fortes  tensions  patronales  <page  2>  Comment  Marisol  Touraine   a  torpillé  la  généralisation  de  la  complémentaire  santé  <page  3>  c’est  la   saison  des  réélections  <page  4>  la  géolocalisation  des  entreprises  par   code  APE  ou  IDCC  sur  Tripalio   L’EQUIPE  TRIPALIO   Eric  Verhaeghe  et  Kevin  Le  Jeune,   co-­‐fondateurs  de  Parménide   Bruno  Rivals,  rédacteur  des  lettres   de  veille  sur  la  dépendance  et  la   retraite   Fabrice  de  Korodi,  avocat  au   cabinet  spécialisé  en  assurance   Avens  

×