!
GRANDES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

DOSSIER DE PRESSE

Mercredi 27 novembre 2014
SOMMAIRE

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
Communiqué	
  de	
  presse……………………….…………………………….…….….….……….page	
  4	
  
!
Les	
  Gr...
COMMUNIQUE DE PRESSE

!

Débat	
  des	
  Grandes	
  Orienta0ons	
  Budgétaires	
  2014	
  :	
  	
  Les	
  conseillers	
  
...
COMMUNIQUE DE PRESSE

• Les	
  transports	
  terrestres	
  publics	
  de	
  personnes	
  
La	
  Collec8vité	
  s’aOachera	...
Ainsi	
  que	
  le	
  prévoit	
  la	
  loi,	
  l’Assemblée	
  Départementale	
  est	
  invitée	
  à	
  débaOre	
  de	
  
s...
LES GRANDES ORIENTATIONS
BUDGETAIRES 2014

!

•	

 la	
   construc0on	
   et	
   la	
   réhabilita0on	
   de	
   bâ0ments	...
LE CONTEXTE BUDGETAIRE

Les	
   finances	
   départementales	
   s’inscrivent	
   dans	
   un	
   contexte	
   financier	
  ...
• Les	
  dépenses	
  en	
  ma&ère	
  d’inser&on	
  
Au	
   8tre	
   des	
   dépenses	
   du	
   RSA,	
   une	
   enveloppe...
• Les	
  immobilisa&ons	
  financières	
  
Les	
   immobilisa8ons	
   financières	
   correspondent	
   pour	
   l’essen8el	...
LES FONDS STRUCTURELS EUROPEENS

L’année 2013 qui s’achève est celle de l’élaboration des programmes
opérationnels europée...
LES FONDS STRUCTURELS EUROPEENS

!

-	

 une	
   croissance	
   durable	
   :	
   promouvoir	
   une	
   économie	
   plus...
En 2014, en raison de l’accroissement sensible et régulier des dépenses
sociales obligatoires, corollaire d’une précarité ...
Afin	
   de	
   prévenir	
   ces	
   situa8ons	
   de	
   rupture	
   familiale,	
   la	
   collec8vité	
  
départementale	...
Par	
   ailleurs,	
   la	
   loi	
   prévoit	
   que	
   le	
   Département	
   par8cipe	
   aux	
   instances	
  
communa...
C’est	
  dans	
  ceOe	
  op8que,	
  que	
  le	
  Département	
  a	
  lancé	
  un	
  audit	
  organisa8onnel	
  et	
  
finan...
Selon	
  les	
  es8ma8ons	
  réalisées,	
  ces	
  dépenses	
  devraient	
  s’élever,	
  en	
  2014,	
  à	
  233	
  
M€,	
 ...
L’enveloppe	
  consacrée	
  au	
  programme	
  d’accompagnement	
  social	
  est	
  ajustée	
  afin	
  
de	
  tenir	
  comp...
D	
  -­‐	
  DEVELOPPER	
  LES	
  PARTENARIATS	
  ET	
  SOUTENIR	
  LES	
  POLITIQUES	
  TERRITORIALISEES	
  

!

Les	
   a...
ACCOMPAGNER	
   LES	
   PERSONNES	
   AGEES	
   ET	
   LES	
   PERSONNES	
   EN	
  
SITUATION	
  DE	
  HANDICAP	
  

!

En...
2.	
  Les	
  dispositifs	
  facultatifs	
  de	
  soutien	
  a	
  domicile	
  des	
  personnes	
  âgées	
  dépendantes	
  
...
Afin	
   de	
   garan8r	
   la	
   soutenabilité	
   de	
   la	
   dépense	
   générée	
   par	
   l’accroissement	
   du	
...
L’EDUCATION ET LE SPORT :
FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE

L’avenir de notre territoire passe nécessairement par ...
B	
  -­‐	
  LES	
  CONSTRUCTIONS	
  	
  

L’EDUCATION ET LE SPORT :
FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE

!

En	
   20...
E	
  -­‐	
  EQUIPEMENTS	
  SPORTIFS	
  DES	
  COLLEGES	
  

L’EDUCATION ET LE SPORT :
FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUN...
B	
  –	
  LES	
  EQUIPEMENTS	
  MATERIELS	
  ET	
  MOBILIERS	
  	
  

L’EDUCATION ET LE SPORT :
FACTEURS D’EPANOUISSEMENT ...
L’EDUCATION ET LE SPORT :
FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE

L’inser8on	
   spor8ve	
   de	
   la	
   jeunesse	
   ...
L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Tenant compte des enjeux économiques et sociétaux, le Conseil Général a
fait le choix de priv...
L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

C’est	
   pour	
   répondre	
   à	
   ceOe	
   nécessité	
   que	
   la	
   recherche	
   de	...
…C	
   -­‐	
   ET	
   FAIRE	
   DE	
   L’ABATTOIR	
   DEPARTEMENTAL	
   DU	
   MOULE	
   UN	
   OUTIL	
   DE	
  
REFERENCE...
DES	
   EQUIPEMENTS	
   ROUTIERS,	
   PORTUAIRES	
   ET	
   AEROPORTUAIRES	
  
AU	
  SERVICE	
  D’UN	
  DEVELOPPEMENT	
  E...
4.	
  Sécuriser	
  nos	
  routes	
  	
  

L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

!

Le	
   réseau	
   rou8er	
   présentant	
   une	...
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013

381 vues

Publié le

Thèmes de la Plénière du Conseil Général de la Gudaeloupe du 27 novembre 2013 :

Communiqué de presse
Les Grandes Orientations Budgétaires 2014
Le contexte budgétaire
Les fonds structurels européens
Les actions de solidarité
L’éducation et les sport : facteurs d’épanouissement de la jeunesse
L’aménagement du territoire
Le transport
Un développement agricole au coeur des enjeux environnementaux et fonciers
Le développement économique
L’accompagnement des communes.
La culture et le patrimoine

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
381
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse, Plénière CG 971, 27 Nov 2013

  1. 1. ! GRANDES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 DOSSIER DE PRESSE Mercredi 27 novembre 2014
  2. 2. SOMMAIRE ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! Communiqué  de  presse……………………….…………………………….…….….….……….page  4   ! Les  Grandes  Orienta8ons  Budgétaires  2014…………………..………….……….…….page  6 ! Le  contexte  budgétaire…………………………..…..…………….…………………….……….page  8 ! Les  fonds  structurels  européens………………………..…….…..………..………………page  11 ! Les  ac8ons  de  solidarité……………….…………….………….……..………….……………page  13 ! L’éduca8on  et  les  sport  :  facteurs  d’épanouissement  de  la  jeunesse…….…page  23 ! L’aménagement  du  territoire…………..……….………………….…………………………page  28 ! Le  transport…………………………………………..………..………….…….……………………page  34 ! Un   développement   agricole   au   coeur   des   enjeux   environnementaux   et   fonciers…………………………………………………………………………………………………..page  36 ! Le  développement  économique…………………….…………………………….…………page  42 ! L’accompagnement  des  communes………………………………………….…………….page  44   ! La  culture  et  le  patrimoine…………………….….…….………….………………….………page  45 ! ! ! ! ! ! ! ! 3
  3. 3. COMMUNIQUE DE PRESSE ! Débat  des  Grandes  Orienta0ons  Budgétaires  2014  :    Les  conseillers   généraux  s’engagent  pour  davantage  de  cohésion  sociale  et   territoriale   ! L’Assemblée   Départementale   se   réunira   le   mercredi   27   novembre   2013,   à   16   heures   au   Palais   du   Conseil   Général   à   Basse-­‐Terre,   afin   de   tenir   sa   5ème   réunion   plénière  de  l’année  2013.     ! Les   Conseillers   Généraux   débaOront   des   Grandes   Orienta0ons   Budgétaires   pour   l’année   2014,   l’occasion   d’effectuer   un   pré-­‐bilan   de   l’ac8on   poli8que   en   2013,  d’évaluer  les  marges  de  manœuvre  pour  l’avenir  et  d’ouvrir  une  discussion   sur  les  choix  stratégiques  et  les  ac8ons  à  meOre  en  œuvre  au  cours  du  prochain   exercice.   ! En   dépit   d’un   contexte   financier,   économique   et   social   contraint,   le   Département,  en  tant  que  chef  de  file  des  solidarités,  aménageur  du  territoire  et   acteur   du   développement   économique,   joue   en   effet   un   rôle   essen8el   pour   le   quo8dien   et   l’avenir   des   guadeloupéens   et   entend   poursuivre   cet   engagement   volontariste  en  renforçant  en  2014  son  ac8on  dans  le  domaine  de  la  cohésion   sociale  et  territoriale.   ! Il   importera   donc,   pour   la   collec8vité   départementale   d’op8miser,   davantage   encore   que   les   années   précédentes,   les   moyens   financiers   dont   elle   disposera   afin  de  sauvegarder  ses  interven8ons  prioritaires  et  incontournables.   ! L’ensemble  des  domaines  d’interven8on  du  Conseil  Général  sera  ainsi  abordé  et   notamment  :   ! • L’ac0on  sociale   En  2014,  l’accroissement  sensible  et  régulier  des  dépenses  sociales  obligatoires   nécessitera   un   déploiement   de   mesures   d’accompagnement   diversifiées   par   la   Collec8vité.  Les  ac8ons  envers  les  bénéficiaires  du  Revenu  de  Solidarité  Ac8ve,   les  aînés  en  situa8on  de  dépendance,  les  enfants  qui  relèvent  du  Département   pour   leur   protec8on   et   des   personnes   en   situa8on   de   handicap,   ainsi   que   la   poli8que  d’aide  à  l’améliora8on  de  l’habitat  seront  ainsi  renforcées.   ! • Educa0on   En   2014,   des   travaux   prioritaires   de   confortement   parasismique   seront   programmés   dans   7   collèges,   de   nouveaux   espaces   de   restaura8on   scolaire   seront   également   mis   en   œuvre   et   les   premiers   travaux   liés   à   la   mise   en   accessibilité   des   établissements   aux   personnes   à   mobilité   réduite   seront   réalisés.   ! ! ! ! ! ! 4
  4. 4. COMMUNIQUE DE PRESSE • Les  transports  terrestres  publics  de  personnes   La  Collec8vité  s’aOachera  à  accompagner  les  communautés  d’aggloméra8on  qui   prendront   en   grande   par8e   le   relais   de   la   mise   en   oeuvre   de   ceOe   compétence.   Il   s’agira   en   par8culier   d’assurer   la   con8nuité   du   service   public   dans   les   meilleures   conditions,   d’apporter   u n   appui   technique   notamment   dans   le   cadre   de  l’élaboration  des   plans   de   transport,   et   par   le   transfert   du   matériel   billet8que   u8lisé   sur   les   différents   secteurs.   Enfin,   le   transport   à   la   demande   des  personnes  à  mobilité  réduite  sera  poursuivi.   ! • La  poli0que  agro-­‐environnementale   En   2014,   le   Département   privilégiera   un   développement   agricole   plus   compé88f,   innovant   et   résolument   inscrit   dans   la   protec8on   de   l’environnement.   Par   ailleurs,   le   chan8er   du   bilan   carbone   de   la   collec8vité   sera   lancé.  Pour  ce  qui  est  de  la  ges8on  des  déchets,  le   Conseil   Général   main8endra   son   sou8en   aux   porteurs   de  projets   qui  s’inscrivent  dans  les  modes   de  ges8on   des   déchets   ménagers   et   assimilés   conformes   aux   direc8ves   et   documents  de   planification  en  vigueur.  La  collec8vité  lancera  également  la  révision  du  plan  de   ges8on   et   de   traitement   des   déchets   du   bâ8ment   dont   elle   assure   désormais   la   compétence.   ! • L’aménagement  du  territoire   Le   Conseil   Général   a   fait   ici   le   choix   de   privilégier   les   inves8ssements   d’avenir   des8nés   à   renforcer   la   compé88vité   et   l’aOrac8vité   du   territoire.   S’agissant   de   l’irriga8on,   l’accent   sera   mis   sur   le   parachèvement   du   réseau   de   transfert,   la   recherche  de  nouvelles  ressources  en  eau  et  l’améliora8on  du  fonc8onnement   des  réseaux.  Par  ailleurs,  les  travaux  d’extension  et  de  réhabilita8on  de  l’abaOoir   départemental   seront   finalisés.   Enfin,   un   programme   d’interven8ons   ar8culé   autour  de  l’aménagement  des  i8néraires,  l’entre8en  du  réseau  rou8er  et  de  ses   dépendances,  la  luOe  contre  l’insécurité  rou8ère  sera  mis  en  œuvre.       • L’ac0on  culturelle   En   2014,   la   Collec8vité   poursuivra   ses   efforts   en   conservant   à   la   culture   une   place   de   choix,   au   cœur   de   ses   préoccupa8ons   constantes   d’accompagnement   des   publics   fragiles,   de   renforcement   de   la   cohésion   sociale,   et   de   développement  durable  des  territoires.     4   axes   forts   :   développer   la   lecture   publique,   valoriser   le   patrimoine   immatériel,   accompagner   la   créa8on   et   la   diffusion   ar8s8ques,   et   favoriser   l’émergence   et   l’accompagnement  de  jeunes  talents  ar8s8ques.   ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 5
  5. 5. Ainsi  que  le  prévoit  la  loi,  l’Assemblée  Départementale  est  invitée  à  débaOre  de   ses  Grandes  Orienta8ons  Budgétaires  pour  l’exercice  2014.     ! Dans   un   contexte   de   rigueur   budgétaire,   les   collec8vités   territoriales   n’échappent   pas   à   l’effort   na8onal   et   solidaire   de   rétablissement   des   finances   publiques  qui  repose  à  80%  sur  des  économies  de  dépenses.   LES GRANDES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 ! C’est  donc  dans  un  cadre  très  contraignant  que  s’inscrira  le  budget  pour  2014.   Pour   y   faire   face,   le   Département   s’aOachera   avec   les   moyens   humains,   logis8ques  et  financiers,  dont  il  dispose,  à  faire  de  ses  obliga8ons  ses  priorités  et   à  répondre  aux  aOentes  et  préoccupa8ons  de  la  popula8on.   ! Ainsi   le   budget   2014,   sera   plus   que   jamais   la   traduc8on   de   moyens   financiers   prioritairement  affectés  aux  poli8ques  sociales  tout  en  veillant  au  main8en  d’un   niveau   conséquent   de   commande   publique   afin   de   tenir   le   rôle   d’aménageur   du   territoire  et  d’acteur  économique  du  Conseil  Général.   ! Dans  ces  condi8ons  le  Département  s’aOachera,  dans  les  meilleures  condi8ons,   ! • en  ma0ère  de  protec0on  de  protec0on  de  l’enfance,  à  renforcer  le  suivi   et   à   assurer   une   prise   en   charge   efficiente   des   enfants   confiés   notamment   en   op8misant   la   traçabilité   des   informa8ons   entre   les   professionnels  et  en  op8misant  les  solu8ons  d’accueil  ;   • dans   le   domaine   de   l’accompagnement   des   aînés   et   des   personnes   à   mobilité   réduite,   à   apporter   une   réponse   adaptée   à   leurs   besoins,   en   renforçant   la   capacité   d’accueil   en   établissement   et   l’offre   de   services   de   sou8en  à  domicile  ;   • en   ce   qui   concerne   l’inser0on,   à   œuvrer   à   l’inclusion   sociale   des   bénéficiaires  du  RSA  en  améliorant  leur  employabilité,  en  leur  facilitant   l’accès   au   logement   à   la   santé   et   à   toutes   ac8vités   visant   à   favoriser   le   main8en  du  lien  social.   ! Des   ac8ons   fortes   que   viendra   compléter   l’implica8on   de   la   collec8vité   départementale   dans   les   projets   de   développement   du   territoire   de   la   Guadeloupe.  Celle-­‐ci  se  traduira  ceOe  année  encore  par  la  mise  en  œuvre  d’un   programme  d’inves8ssement  significa8f  qui  concernera  notamment  :     ! • La  modernisa0on  du  réseau  rou0er  départemental  ;   • la  poursuite  des  travaux  d’extension  du  réseau  d’irriga0on  ;   • la  finalisa0on  de  l’aménagement  et  de  l’équipement  des  infrastructures   portuaires  dont  celles  des  ports  de  Port-­‐Louis  et  de  Sainte-­‐Rose  ;   •    les  travaux  dans  les  collèges  avec  le  programme  de  grosses  répara8ons   et   ceux   de   la   mise   aux   normes   parasismiques   des   collèges   Général   de   Gaulle   du   Moule,   Fernand   Balin   d’Anse-­‐Bertrand,   Bébel   de   Sainte-­‐ Rose   qui   s’inscrivent   dans   le   cadre   d’une   première   tranche   de   la     programma0on  portant  sur  5  établissements  ;   ! 6
  6. 6. LES GRANDES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 ! • la   construc0on   et   la   réhabilita0on   de   bâ0ments   concourant   à   la   poli0que   d’améliora0on   des   condi0ons   de   travail   des   agents   et   de   valorisa8on  de  notre  patrimoine  bâ8,  à  caractère  culturel  ou  historique.   CeOe   stratégie   d’ac8ons   pour   2014   comprendra   également   les   poli8ques   d’accompagnement  des  communes  afin  de  leur  permeOre  de  mener  à  bien  leurs   programmes  d’inves8ssements  et  ce  faisant  les  aider  à  peser  sur  la  commande   publique.   ! Le   Conseil   Général   innovera   également   ceOe   année   au   niveau   du   SDIS   en   inaugurant   la   formule   de   la   conven8on   pluriannuelle   d’objec8fs   et   de   moyens   qui  sera  mise  en  œuvre  sur  la  période  2014-­‐2017.  Cet  ou8l  apportera  davantage   de   lisibilité   sur   les   condi8ons   dans   lesquelles   s’effectue   l’accompagnement   du   SDIS   par   la   collec8vité   départementale   et   favorisera   également   la   programma8on  de  nouveaux  centres  de  secours.   ! La  préfigura0on  du  budget  primi0f  2014  laisse  entrevoir  qu’il  s’établira  à  plus   de  687  M€.   ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 7
  7. 7. LE CONTEXTE BUDGETAIRE Les   finances   départementales   s’inscrivent   dans   un   contexte   financier   interna8onal  marqué  par  des  perspec8ves  de  reprise  économique  fragiles  et  des   finances   publiques   sous   contraintes   qui   impacteront   directement   les   collec8vités   territoriales   frappées   par   les   différentes   mesures   rela8ves   au   redressement  des  comptes  publics.   ! Au  8tre  du  projet  de  loi  de  finances  2014,  les  collec8vités  locales  verront  leurs   dota8ons   diminuées,   devront   faire   à   un   nouveau   renforcement   de   la   péréqua8on  et  à  un  resserrement  des  condi8ons  d’accès  au  crédit.   ! Le  contexte  local  est  marqué  par  une  économie  toujours  atone  avec  un  niveau   élevé  du  chômage  (22,9%).  Seul,  le  secteur  de  la  croisière  connait  une  embellie   après  plusieurs  années  de  fortes  baisses.     ! Ainsi,   en   dépit   d’une   rela8ve   préserva8on   du   disposi8f   de   la   défiscalisa8on,   le   Conseil  Général,  devra  maintenir  ses  crédits  d’interven8on  à  un  haut  niveau,  à  la   fois   en   donnant   de   l’ac8vité   aux   entreprises,   via   la   commande   publique,   et   en   accompagnant   les   guadeloupéens   les   plus   démunis   à   travers   les   différentes   aides  légales  et  extra-­‐légales.  Des  aides,  insuffisamment  compensées  par  l’Etat,   qui   présentent   des   niveaux   de   restes   à   charge   conséquents   (600   M€   pour   l’Alloca8on   Personnalisée   d’Autonomie,   la   Presta8on   de   Compensa8on   du   Handicap  et  le  Revenu  de  Solidarité  Ac8ve)  qui  con8nueront  à  peser  lourdement   sur  le  budget  de  la  Collec8vité.     ! Enfin,  s’agissant  de  la  deOe  départementale,  au  1er  janvier  2013,  elle  s’établit  à   109,2  M€.   ! ! LA  PROSPECTIVE  FINANCIERE  TRIENNALE  2014-­‐2016   ! I  -­‐  LE  FONCTIONNEMENT  COURANT       LES  RESSOURCES  COURANTES   ! Les   receOes   de   fonc8onnement   vont   subir   de   plein   fouet   l’impact   de   la   par8cipa8on  des  collec8vités  locales  au  redressement  financier.     ! Estimées  en  2014  à  634,5  M€,  elles  regroupent  les  ressources  fiscales  (412,6  M€),   les  ressources  institutionnelles  (216,5  M€)  et  les  ressources  d’exploitation  (5,5  M€).   ! ! LES  CHARGES  COURANTES   ! • L’ac&on  sociale   En  2014,  le  Département  affiche  un  objec8f  de  maîtrise,  autant  que  possible,  de   ses  dépenses  d’aide  sociale  à  158  M€.     8
  8. 8. • Les  dépenses  en  ma&ère  d’inser&on   Au   8tre   des   dépenses   du   RSA,   une   enveloppe   d’un   montant   de   227   M€   est   prévue  pour  2014.   LE CONTEXTE BUDGETAIRE ! • Les  autres  contribu&ons     -­‐            La   par8cipa8on   versée   au   Service   Départemental   d’Incendie   et   de   Secours  (SDIS)  :  22,5  M€   -­‐            Con8ngent  fonc8onnement  des  collèges  :  5,1  M€   ! ! II  -­‐  L’INVESTISSEMENT   ! LES    RESSOURCES       ! Les  recebes  d’inves0ssement  hors  emprunt  sont  évaluées  à  83,9  M€  en  2013.     ! • Les  dota&ons  d’inves&ssement   -­‐            La  dota8on  globale  d’équipement  :  4  M€.   -­‐            La  dota8on  départementale  d’équipement  des  collèges  :  7,7  M€   ! • Le  fonds  de  compensa&on  de  la  TVA  (FCTVA)     Les  prévisions  aOendues  pour  le  FCTVA  s’élèvent  à  12,8  M€  en  2014.   ! • Les  subven&ons    d’équipement   L’évolu8on   des   subven8ons   d’équipement   est   fonc8on   du   niveau   du   taux   de     cofinancement   du   programme   d’inves8ssement   par   les   fonds   européens   et   l’État.   A   par8r   de   2014,   et   compte   tenu   de   l’orienta8on   des   prochains   programmes   2014-­‐2020,   des   hypothèses   de   taux   d’exécu8on   de   20%   pour   les   fonds   européens  et  de    22%  pour  les  subven8ons  d’État  ont  été  retenues.   En  2013  et  2014,  le  montant  des  receOes  à  percevoir  est  es8mé  respec8vement   à  12    et  4,07  M€   ! ! LES  DEPENSES   ! • Les  dépenses  d’équipement   Pour  2013,  ces  dépenses  sont  es8mées  à  78,9  M€  et  pour    2014  à  79,6  M€.     ! • Les  autres  dépenses  d’équipement   - L’aide  aux  communes  :  8  M€   - Les  subven8ons  aux  autres  8ers  :  12  M€  entre  2014  à  2015.     ! • Les  immobilisa0ons  financières   Les   immobilisa8ons   financières   correspondent   pour   l’essen8el   aux   dépenses   liées   aux   prêts   d’honneur,   aux   8tres   de   par8cipa8on   et   aux   créances   pour   avances  en  garan8e.  Ces  dépenses  s’élèveront  à  environ  2  M€  par  an. 9
  9. 9. • Les  immobilisa&ons  financières   Les   immobilisa8ons   financières   correspondent   pour   l’essen8el   aux   dépenses   liées   aux   prêts   d’honneur,   aux   8tres   de   par8cipa8on   et   aux   créances   pour   avances  en  garan8e.  Ces  dépenses  s’élèveront  à  environ  2  M€  par  an.   LE CONTEXTE BUDGETAIRE ! • Autres  immobilisa&ons  incorporelles  :  1,5  M€  par  an ! ! ! LA  PREFIGURATION  DU  BUDGET  PRIMITIF  2014   ! ! ! ! ! ! BUDGET  GLOBAL  :  687,24  M€   En  Dépenses   Fonc0onnement  :  605,7  M€   Inves0ssement  :  81,5  M€   ! En  Recebes   Fonc0onnement  :  635,6  M€   Inves0ssement  :  51,7  M€   ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 10
  10. 10. LES FONDS STRUCTURELS EUROPEENS L’année 2013 qui s’achève est celle de l’élaboration des programmes opérationnels européens pour la période 2014-2020. Concomitamment celle qui se profile (2014) est la dernière année d’exécution du PO 2007-2013, qui mobilise aussi les attentions afin d’éviter toute correction financière de la part de la Commission Européenne, qui obligerait à des reversements de fonds. ! ! LA   MISE   EN   ŒUVRE   DE   LA   CONVENTION   DE   DÉLÉGATION   DE   GESTION   FSE  AU  TITRE  DE  LA  PÉRIODE  2012-­‐2014   ! Afin   de   gérer   de   manière   efficiente   les   fonds   européens   (FSE)   dédiés   aux   disposi8fs   relevant   de   la   mise   en   œuvre   du   Programme   Départemental   d’Inser8on,  le  Conseil  Général  a  souhaité  bénéficier  d’une  subven8on  globale  et   jouer   ainsi   un   rôle   d'organisme   intermédiaire   au   bénéfice   de   structures   et   d’opérateurs  en  capacité  de  jouer  un  rôle  majeur  dans  le  champ  de  l'inclusion   sociale  et  de  l'emploi.   ! Le  sou8en  du  FSE  d’un  volume  global  de  4  721  500  €  se  concentrera  sur  trois   grands  domaines  d’ac8on  :   ENVELOPPE UE CG Axe  1  –  Améliora0on  et  développement  de  l’accès  à  l’emploi   Objec&fs   6   :   Disposi8fs   d’accompagnement   et   de   prépara8on   à   l’emploi 348  500  € 61  500  € Axe  2  –  Valorisa0on  des  ressources  humaines   Objec&fs   2   :   Disposi8fs   de   reconnaissance   des   acquis   de   l’expérience,   de   promo8on   et   d’accompagnement   à   la   créa8on   d’ac8vité 373  000  € 65  823,53  € Axe  3  –  Inclusion  sociale  et  lube  contre  les  discrimina0ons   Objec&fs   2   :   Disposi8fs   d’inser8on   des   bénéficiaires   de   minima   4  000  000  € 705  882,35  € sociaux  et  d’appui  aux  acteurs  de  l’inser8on. ! ! L’ÉLABORATION   DES   PROGRAMMES   OPÉRATIONNELS   2014-­‐2020   EN   GUADELOUPE     ! En   mars   2010,   la   Commission   européenne   a   présenté   sa   nouvelle   stratégie   en   ma8ère   de   relance   de   l’économie   européenne,   des8née   à   succéder   à   la   Stratégie   de   Lisbonne   :   la   stratégie   UE   2020   ar8culée   autour   de   trois   priorités   qui  se  renforcent  mutuellement  :   - une   croissance   intelligente   :   développer   une   économie   fondée   sur   la   connaissance  et  l’innova8on. 11
  11. 11. LES FONDS STRUCTURELS EUROPEENS ! - une   croissance   durable   :   promouvoir   une   économie   plus   efficace   dans   l’u8lisa8on  des  ressources,  plus  verte  et  plus  compé88ve.   - une  croissance  inclusive  :  encourager  une  économie  à  fort  taux  d’emploi   favorisant  la  cohésion  sociale  et  territoriale.   Pour   les   territoires   de   l’Union   européenne,   singulièrement   la   Guadeloupe,   les   programmes   de   financement   issus   des   fonds   structurels   européens   sont   la   traduc8on  opéra8onnelle,  à  leur  échelle,  de  ces  stratégies.   ! Dans   ceOe   démarche   dynamique   de   construc8on   des   futurs   PO,   le   Conseil   Général,  lors  de  la  première  étape  d’élabora8on  du  diagnos8c  territorial,  a  été   désigné  pour  contribuer  et  animer  le  groupe  de  travail  rela8f  à  la  théma8que  de   l’inclusion  sociale  et  la  luOe  contre  la  pauvreté.   ! Aujourd’hui   dans   la   phase   ac8ve   de   rédac8on   du   contenu   des   PO   amorcée   en   juillet  2013  par  la  future  autorité  de  ges8on  régionale,  les  enjeux  pour  le  Conseil   Général  sont  mul8ples  :   - La   place   du   Département   dans   la   gouvernance   régionale   doit   être   maintenue  et  confortée.  Eu  égard  à  son  rôle  de  chef  de  file  en  ma8ère   d’inser8on,   le   Département   ges8onnaire   de   crédits   FSE   doit   valoriser   ceOe   par8cularité.   En   ceOe   qualité   la   collec8vité   départementale   doit   souligner   sa   fonc8on   de   proximité   territoriale   et   d’appui   aux   stratégies   locales  de  développement.   - La   prise   en   compte   des   poli8ques   départementales   dans   l’écriture   des   programmes   en   par8culier   la   plus-­‐value   que   cons8tue   le   FSE   pour   accompagner  nos  priorités  sociales.   ! ! Pour   ce   qui   est   de   la   ges8on   du   Fonds   social   européen   (FSE),   la   collec8vité   départementale   a   fait   le   choix   d’une   subven8on   globale   à   périmètre   variable   en   ne  retenant  pas  dans  son  champ  d’interven8on  la  poli8que  de  la  ville.  Ainsi,  la   poli8que  d’inclusion  sociale  et  de  luOe  contre  la  précarité  se  déclinera  autour  de   trois  axes  majeurs  :   - De  renforcer  les  ac8ons  du  plan  départemental  d’inser8on   - De  soutenir  les  disposi8fs  de  remobilisa8on  et  d’inser8on  en  faveur  des   groupes  les  plus  vulnérables   - D’améliorer  la  mobilisa8on  des  employeurs   12
  12. 12. En 2014, en raison de l’accroissement sensible et régulier des dépenses sociales obligatoires, corollaire d’une précarité inhérente à la crise économique qui fragilise une grande partie de la population, le Département déploiera des mesures d’accompagnement diversifiées. ! ! LES ACTIONS DE SOLIDARITE L’ACCOMPAGNEMENT  DE  LA  FAMILLE  ET  DE  L’ENFANT       En  2014,  le  Conseil  Général  veillera  à  poursuivre  la  mise  en  œuvre  des  ac8ons   inscrites   dans   le   Schéma   départemental   de   l’enfance,   de   la   famille   et   de   la   jeunesse  orientées  autour  des  axes  de  préven8on  et  de  protec8on.   ! A  –  LA  PREVENTION  AXE  PRIORITAIRE  DE  LA  PROTECTION  DE  L’ENFANCE     ! 1.  Le  développement  de  la  prévention  éducative  à  travers  la  protection   maternelle  et  infantile     ! Cette    démarche  se  traduira  par  l’amélioration  de  la  prévention  médicosociale  en   faveur  des  femmes  enceintes,  des  enfants  de  moins  de  six  ans  et  des  adolescents.       Il   s’agira   d’accroître   les   consulta8ons   de   contracep8on   et   de   gynécologie   assurées   par   les   sages-­‐femmes   en   vue   de   prévenir   les   grossesses   chez   les   adolescentes  en  garan8ssant  une  prise  en  charge  des  frais  de  contracep8on  et   des  bilans  biologiques  des  mineures  sans  sécurité  sociale,  ainsi  que  l’accès  à  un   stock  approprié  de  préserva8fs  et  de  pilules  de  2ème  généra8on.   ! L’accompagnement   durant   la   grossesse   sera   op8misé   avec   l’entre8en   du   4ème   mois   à   par8r   duquel   sera   assurée   une   prise   en   charge   précoce   des   problèmes   psychosociaux.   ! En  2014,  le  suivi  médical  de  l’enfant  de  0  à  6  ans  sera  renforcé  grâce  à  l’organisation   de   consultations   mobiles,   notamment   au   sein   des   écoles   maternelles   pour   les   enfants  de  3-­‐4  ans.   2.  L’accompagnement   éducatif,   la   guidance   parentale   outils   de   prévention   sociale   ! Le   phénomène   de   dilution   que   connaissent   nombre   de   familles   guadeloupéennes   explique   en   grande   partie   les   difficultés   qui   en   résultent   pour   les   familles   mais   surtout   pour   les   enfants   qui   y   sont   exposés   :   conflits   parents-­‐enfants,   échec   scolaire,  violence  familiale,  qui  souvent  donnent  lieu  à  des  fugues.     ! 13
  13. 13. Afin   de   prévenir   ces   situa8ons   de   rupture   familiale,   la   collec8vité   départementale  renforcera  ses  ac8ons  de  préven8on  en  soutenant  la  parentalité   et  la  média8on  familiale  à  travers  notamment  des  projets  visant  à  promouvoir  le   vivre  ensemble,  faire  évoluer  individuellement  ou  collec0vement  les  individus   sur   le   plan   du   comportement   et   de   la   rela0on   à   l’autre,   former   à   la   parentalité   et  assurer  l’accompagnement  pédagogique  dans  la  famille.   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! Au-­‐delà  de  ces  mesures,  le  Conseil  Général  par8cipe  aux  ac8ons  de  préven8on   de   la   délinquance   dans   le   cadre   de   ses   compétences   d’ac8on   sociale.   Il   en   est   ainsi  notamment  :   • des   ac8ons   de   préven8on   menées   dans   les   quar8ers   par   le   service   de   préven8on   spécialisée   du   Conseil   Général   ou   les   équipes   de   rues   financées  par  la  collec8vité,   • des   actions   d’écoute   et   d’accompagnement   des   familles   à   travers   notre   contribution   financière   au   dispositif   Réseau   d’Ecoute,   d’Accompagnement   et  d’Appui  des  Parents  (REAAP),   • de  la  Média8on  familiale  qui  cible  les  familles  en  crise,   • de   l’intense   activité   de   recueil   et   de   traitement   des   informations   préoccupantes  menée  par  le  Service    du  Signalement,  de  l’Ecoute,  et  de   la  Prévention  de  l’Enfance  Maltraitée  (SSEPEM)  du  département,   • de   la   par8cipa8on   au   disposi8f   des   Classes   relais   des8nées   aux   élèves   de   collège,  faisant  parfois  l’objet  d’une  mesure  judiciaire  ou  administra8ve.   • • • • • Au-­‐delà  du  cadre  légal,  de  nombreuses  ini8a8ves  sont  mises  en  œuvre  en   faveur  de  l’inclusion  sociale  :   L’aide   aux   vic8mes   qui   comprend   le   disposi8f   de   téléprotec8on   des   femmes   en   très   grand   danger,   le   financement   de   toutes   les   structures   d’aide   aux   vic8mes,   le   financement   de   structures   d’hébergement   des   vic8mes,   Les  Mesures  d’inser8on  sociale  et  économique    inscrites  au  Programme   Départemental  d’Inser8on.   Les   mesures   spécifiques   en   faveur   des   ayant-­‐droits   des   RSA   qui   élargissent   l’offre   d’inser8on   aux   jeunes   issus   de   foyers   bénéficiaires   du   RSA  dans  un  objec8f  de  préven8on  de  l’exclusion  sociale.   La  luOe  contre  l’exclusion  par  la  luOe  contre  l’illeOrisme,  l’aide  aux  sans-­‐ logis  (financement  des  CHRS  de  jour  et  de  nuit)   Le   sou8en   aux   structures   médicales   de   luOe   contre   les   addic8ons   en   réponse  aux  phénomènes  de  violence  générés  par  la  forte  consomma8on   et  le  trafic  de  drogue.   14
  14. 14. Par   ailleurs,   la   loi   prévoit   que   le   Département   par8cipe   aux   instances   communales   que   sont   le   Comité   Local/Intercommunal   de   sécurité   et   de   Préven8on   de   la   délinquance   (CLSPD/CISPD)   et   le   Conseil   des   droits   et   Devoirs   des  Familles.   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! En  outre,  le  Schéma  Départemental  de  l’Enfance,  de  la    jeunesse  et  de  la  Famille   2008-­‐2013  (prorogé  2013-­‐2014),  porte  l’ambi8on  partagée  du  Conseil  Général  et   de   ses   partenaires,   de   protéger   enfants   et   familles   en   difficultés,   dans   le   strict   respect   des   droits   de   l’Enfance   et   de   la   Famille.   Ainsi,   des   travaux   rela8fs   à   ceOe   théma8que   ont   été   conduits   conjointement   avec   l’Etat   (représenté   par   sa   Direc8on   Territoriale   de   la   Protec8on   Judiciaire   de   la   Jeunesse)   et   ont   abou8   à   deux  documents  majeurs  :   -­‐   Une  charte  départementale  de  préven8on  de  la  délinquance   -­‐   Une   stratégie   territoriale   de   préven8on   de   la   délinquance   affichant   5   priorités  :  meOre  en  œuvre  les  ou8ls  de  la  loi  du  5  mars  2007  rela8ve  à  la   préven8on  de  la  délinquance,  restaurer  la  citoyenneté  auprès  d’un  public   en   situa8on   de   risque,   soutenir   la   parentalité   en   crise   et   prévenir   les   violences   intrafamiliales,   luOer   contre   l’absentéisme   et   le   décrochage   scolaires  et  évaluer  les  ac8ons  de  préven8on  de  la  délinquance  juvénile   ! C’est   autour   de   la   mise   en   œuvre   concertée   et   partagée   de   ces   ou8ls   que   l’ensemble  des  services  du  Conseil  Général  en  charge  de  l’accompagnement  des   est   appelé   à   apporter   une   contribu8on   pragma8que   et   efficace   à   la   poli8que   globale   de   préven8on   de   la   délinquance     définie   sur   notre   territoire.   L’objec8f   recherché   est   de   permeOre   l’épanouissement   et   le   développement   de   l’enfant   dans  son  milieu  familial.   ! ! B   –   LA   PROTECTION   SOCIALE   A   TRAVERS   LE   RENFORCEMENT   QUALITATIF   DES   PRISES  EN  CHARGE  ET  DES  ACTIONS  EN  FAVEUR  DE  L’ENFANCE  EN  DANGER   ! En   2014,   les   ac8ons   en   faveur   de   l'enfance   en   danger   avec   l’op8misa8on   qualita8ve  des  prises  en  charge  en  direc8on  de  la  jeunesse  et  de  la  famille  seront   renforcées.   ! Ainsi,  seront  mis  en  œuvre  à  8tre  expérimental  en  2014  :   -­‐   le  projet  pour  l’enfant   -­‐   la  désigna8on  du  référent  de  l’enfant   -­‐   l’organisa8on   du   partage   de   l’informa8on   partenariale   dans   l’intérêt   du   mineur  et  le  respect  du  droit  des  familles   ! Par   ailleurs,   consciente   de   la   demande   prégnante   de   structures   d’accueils   qui   permeOent   d’assurer   un   accueil   de   qualité   et   un   suivi   personnalisé   de   l’enfant   confié,   la   Collec8vité   poursuivra   ceOe   année   encore,   son   effort   pour   une   augmenta8on   sensible   de   son   offre   d’accueil   en   recourant   notamment   à   un   effec8f   d’assistants   familiaux   renouvelé   et   augmenté,   mais   aussi   en   veillant   à   l’améliora8on  des  condi8ons  d’hébergement  en  établissements.   15
  15. 15. C’est  dans  ceOe  op8que,  que  le  Département  a  lancé  un  audit  organisa8onnel  et   financier  de  ces  structures  qui  permeOra  de  meOre  en  place  les  condi8ons  d’un   accompagnement  ciblé  qui  devra  permeOre  de  mieux  prendre  en  compte  et  de   façon   spécifique   les   par8cularités   et   les   difficultés   des   enfants   placés   à   travers   l’élabora8on  d’un  projet  d’établissement,  la  professionnalisa8on  et  la  forma8on   des  agents.   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! A  ce  8tre,  la  Collec8vité  poursuivra  son  sou8en  à  la  Maison  Départementale  de   l’Enfance  (MDE)  afin  d’aider  ceOe  structure  dont  la  gouvernance  est  en  quête  de   stabilité  à  répondre  à  ses  missions.  La  priorité  est  au  main8en  d’un  climat  social   apaisé  au  sein  des  services  afin  de  garan8r  l’opéra8onnalité  des  professionnels.   ! Enfin,   dans   le   cadre   de   l’élabora8on   du   nouveau   schéma   départemental   de   l’enfance   duquel   la   collec8vité   œuvra,   en   2014,   la   MDE   doit   meOre   en   œuvre   avec   d’autres   M.E.C.S,   des   partenariats   devant   déboucher   sur   une   diversifica8on   des   réponses   à   apporter   aux   demandes   d’accueil   des   mineurs   confiés,   afin   d’offrir  à  la  Collec8vité  des  modes  de  prise  en  charge  adaptés.   ! ! ŒUVRER   A   l’INCLUSION   SOCIALE   ET   PROFESSIONNELLE   DES   BENEFICIAIRES  DU  RSA   ! Le  Conseil  Général  exerce,  depuis  le  1er  janvier  2012,  la  totalité  des  compétences   rela8ves   au   RSA.   Après   deux   années   de   mise   en   œuvre   du   Programme   Départemental   d’Inser8on   (PDI)   et   du   Plan   Départemental   d’Ac8ons   pour   le   Logement  des  Personnes  Défavorisées  (PDALPD),  dans  un  contexte  économique   et   social   dégradé,   il   conviendra,   en   2014,   de   procéder   à   quelques   réajustements   de   la   poli8que   de   luOe   contre   toutes   les   formes   d’exclusion   en   s’appuyant,   notamment,  sur  :   • l’évalua8on   de   l’impact   des   ac8ons   menées   au   cours   des   deux   années   précédentes  ;   • une   ac8ve   mobilisa8on   des   disposi8fs   d’inser8on   partenariaux   (Europe,   Etat,   Région  et  Communes).   ! CeOe  presta8on  concerne  aujourd’hui  88  193  guadeloupéens  contre  87  000  en   2012,  soit  environ  21%  de  la  popula8on  totale.   16
  16. 16. Selon  les  es8ma8ons  réalisées,  ces  dépenses  devraient  s’élever,  en  2014,  à  233   M€,  soit  une  augmenta8on  de  3,10%  par  rapport  à  2013.   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! Face  à  ces  perspec8ves,  trois  leviers  importants  seront  pris  en  compte  en  2014  :   • la   déléga8on   au   Conseil   Général   d’une   subven8on   globale   au   8tre   de   l’axe   3   «   Promouvoir   l’inclusion   sociale   et   LuOe   contre   la   précarité   du   PO   FSE   2014-­‐2021.   • l’architecture  des  contrats  de  Ville  nouvelle  généra8on  2014-­‐2020.   • l’émergence  de  nouvelles  intercommunalités  à  compter  du  1er  janvier  2014.   ! Les   6   orienta8ons   budgétaires   stratégiques   proposées,   ci-­‐après,   intègrent   ces   perspec8ves  et  se  traduisent  par  des  engagements  pluriannuels  pour  la  période   2014-­‐2015  :   • Favoriser  l’accès  et  le  main8en  des  bénéficiaires  du  RSA  dans  l’emploi,   • Mobiliser   les   moyens   de   droit   commun   pour   construire   l’offre   d’inser8on   et   d’accompagnement,  notamment  dans  le  cadre  des  disposi8fs  de  forma8on  et   des  contrats  de  Ville  nouvelle  généra8on,   • Faciliter   l’accès   des   bénéficiaires   du   RSA   à   l’offre   d’accompagnement   et   d’inser8on,   • Mobiliser  les  acteurs  socio-­‐économiques  et  leurs  groupements  afin  de  créer  les   condi8ons  de  l’inser8on  des  publics  en  difficulté,   • Développer  les  emplois  d’avenir  au  profit  des  bénéficiaires  les  moins  favorisés   et  des  plus  jeunes,   • Rendre  les  bénéficiaires  du  RSA  acteurs  de  leur  inser8on  en  garan8ssant  leur   représenta8on  dans  les  instances  de  concerta8on.   ! Ces  orientations  sont  déclinées  en  5  axes  stratégiques  et  en  actions  opérationnelles.   ! A  -­‐  FAVORISER  L’INSERTION  ECONOMIQUE  ET  PROFESSIONNELLE   ! Au   regard   des   taux   d’exécu8on   constatés   en   2013,   le   montant   de   l’enveloppe   globale   proposée   est   maintenue   à   un   niveau   quasi   iden8que   (10   360   000   €   contre  10  359  246  €  en  2013).   ! La   priorité   sera   donnée   au   renforcement   de   l’offre   de   contrats   aidés   dans   le   secteur   non   marchand   et   à   une   mobilisa8on   accrue   des   opéra8ons   «   chan8ers   d’inser8on   »   dans   les   secteurs   ciblés   à   l’issue   des   dernières   assises   de   l’inser8on   (agriculture   et   agro-­‐transforma8on,   patrimoine   et   culture,   services   à   la   personne,  mé8ers  de  la  croissance  verte,  sports  nau8ques  et  de  pleine  nature).   ! ! B  -­‐  RENFORCER  L’INSERTION  PAR  L’ACCOMPAGNEMENT  SOCIAL   ! Le   nombre   de   personnes   en   situation   de   grande   précarité,   voire   en   situation   d’exclusion   sociale   poursuit   sa   progression.   En   2014,   la   politique   départementale   s’inscrira   dans   une   démarche   de   mobilisation   de   l’ensemble   des   acteurs   concourant   à   la  lutte  contre  les  exclusions  (Etat,  collectivités,  établissements  publics,  associa8ons).   17
  17. 17. L’enveloppe  consacrée  au  programme  d’accompagnement  social  est  ajustée  afin   de  tenir  compte  du  lancement  en  fin  d’année  2013,  de  la  mesure  d’Appui  Social   Individualisé   (ASI)   et   de   la   mutualisa8on   des   moyens   à   engager   avec   la   direc8on   de  l’enfance  du  Conseil  Général  sur  le  disposi8f  de  luOe  contre  l’échec  scolaire.   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! Six  objec8fs  transversaux  sont  développés  dans  ceOe  programma8on  :   -­‐   Promouvoir   une   ac8on   sociale   de   proximité   en   faveur   des   publics   précarisés,   -­‐   Renforcer  l’accompagnement  social  des  publics  fragilisés,   -­‐   Soutenir  les  poli8ques  sociales  en  faveur  de  l’égalité  des  chances,   -­‐   Ini8er  un  accompagnement  social  ou  médicosocial  spécifique,   -­‐   Contribuer   au   développement   d’ac8ons   sociales   et   médicosociales   en   faveur  de  la  luOe  contre  la  grande  exclusion,   -­‐   Soutenir  les  ac8ons  de  redynamisa8on  et  d’intégra8on  sociale.   ! ! C  -­‐  FACILITER  L’INSERTION  PAR  UNE  POLITIQUE  DEPARTEMENTALE  DE  LOGEMENT   ! Les   moyens   consacrés   à   la   poli8que   départementale   de   luOe   contre   l’habitat   insalubre   et   d’accès   au   logement   loca8f   très   social   seront   renforcés.   Ainsi,   il   s’agira  en  priorité  d’assurer  le  respect  des  engagements  conven8onnels  pris  dans   le  cadre  des  opéra8ons  de  rénova8on  urbaine  de  Pointe-­‐A-­‐Pitre  (opéra8ons  SIG   RUPAP  et  SEMSAMAR  Centre  Ville).   ! De  même,  la  programma8on  des  aides  aux  travaux  prioritaires  d’améliora8on  de   l’habitat   lancées   en   2012,   sera   poursuivie   sur   le   fondement   d’un   marché   d’appel   d’offre   en   mul8   aOribu8ons,   afin   de   traiter   en   2014   un   nombre   de   nouveaux   dossiers  compris  entre  400  et  600  dossiers.   ! Les   ac8ons   menées   dans   le   cadre   de   l’accompagnement   social   des   personnes   accédant   aux   Logements   Loca8fs   Très   Sociaux   (LLTS)   et   au   Fonds   Social   pour   le   Logement  (FSL),  de  l’accession  à  la  propriété  des  publics  à  revenus  modestes  et   des  disposi8fs  d’hébergement  et  d’accueil  temporaire  sont  maintenues.   ! 18
  18. 18. D  -­‐  DEVELOPPER  LES  PARTENARIATS  ET  SOUTENIR  LES  POLITIQUES  TERRITORIALISEES   ! Les   ac8ons   proposées   dans   ce   cadre,   devront   être   mises   en   œuvre   en   concerta8on  avec  l’Etat,  les  collec8vités  locales  ou  leur  groupement,  le  secteur   associa8f,   le   secteur   marchand   et   les   partenaires   ins8tu8onnels   (Pôle   Emploi,   Caisse  d’Alloca8ons  Familiales  et  Mission  Locale).   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! Les   ac8ons   ini8ées   ces   deux   dernières   années   seront   poursuivies   autour   des   objec8fs  transversaux  suivants  :   -­‐   favoriser  l’élabora8on  de  poli8ques  territoriales  d’inser8on  en  priorisant   les   ac8ons   d’accompagnement   au   diagnos8c   et   à   la   mise   en   œuvre   de   projets  d’inser8on  territorialisée  ;   -­‐   accompagner   les   poli8ques   sociales   territorialisées   en   contribuant   aux   ac8ons   relevant   des   contrats   de   Ville   et   des   programmes   locaux   d’inser8on   par   l’économique   (PLIE).   La   contribu8on   du   Conseil   Général   au  Plan  Régional  de  LuOe  contre  la  délinquance  s’inscrit  également  dans   cet  objec8f  ;   -­‐   Développer   la   contractualisa8on   et   l’accompagnement   des   allocataires   en  renforçant  notamment  le  partenariat  avec  le  Pôle  Emploi  et  la  Mission   Locale  autour  de  l’objec8f  central  d’accès  à  l’emploi.   ! Les   crédits   dévolus   à   ceOe   programma8on,   en   2014,   seront   ajustés   en   tenant   compte   de   l’évalua8on   des   ac8ons   conduites   en   2013   et   du   renforcement   des   financements  mobilisés  directement  par  les  intercommunalités  dans  le  cadre  de   la  nouvelle  programma8on  FSE.   ! ! E   -­‐   PILOTER,   COORDONNER   ET   EVALUER   LA   POLITIQUE   DEPARTEMENTALE   D’INSERTION  ET  DE  COHESION  SOCIALE     ! Les   diverses   mesures   visent   à   op8miser   les   poli8ques   départementales   mises   en   œuvre  dans  le  domaine  de  l’inser8on  et  de  la  cohésion  sociale  :   • développer  la  communica8on  sur  le  Programme  départemental  d’Inser8on,   • organiser  et  valoriser  la  réflexion  partenariale  dans  les  champs  de  l’inser8on  et   autour  des  ac8ons  du  PDI  ;   • contribuer   à   la   professionnalisa8on   des   acteurs   de   l’inser8on   afin   d’accroitre   l’efficience  des  mesures  d’intégra8on  dont  bénéficient  les  Brsa,   • évaluer  de  façon  dynamique  le  Programme  Départemental  d’Inser8on.     ! CeOe  démarche  ini8ée  en  2013  sera  poursuivie  et  renforcée  en  2014.   ! 19
  19. 19. ACCOMPAGNER   LES   PERSONNES   AGEES   ET   LES   PERSONNES   EN   SITUATION  DE  HANDICAP   ! En  2014,  l’ac8on  de  la  collec8vité  pour  la  prise  en  charge  de  la  dépendance  des   personnes   âgées   sera   marquée   par   l’augmenta8on   significa8ve   de   l’offre   d’hébergement   en   établissement.   Pour   autant,   les   efforts   en   faveur   du   sou8en   à   domicile  de  ces  personnes  seront  maintenus.   ! S’agissant   de   l’autonomie   des   personnes   handicapées,   les   ini8a8ves   visant   à   l’améliora8on   de   la   ges8on   de   la   Presta8on   de   compensa8on   du   handicap   (PCH)   se  poursuivront  en  vue  d’op8miser  les  délais  de  paiement  des  prestataires  d’aide   à  domicile.   ! Concernant   la   coordina8on   gérontologique   et   du   handicap,   2014   verra   la   mise   en  œuvre  effec8ve  de  la  conven8on  signée  en  2012  avec  la  Caisse  Na8onale  de   Solidarité   pour   l’Autonomie   (CNSA)   pour   la   modernisa8on   des   services   à   domicile.   ! Par   ailleurs,   afin   de   luOer   contre   l’isolement   et   de   favoriser   la   transmission   intergénéra8onnelle,   deux   rendez-­‐vous   annuels   sont   proposés   aux   aînés:   Le   Carrefour  des  Généra8ons  et  la  Semaine  Bleue.   ! En   ma8ère   de   préven8on   et   de   promo8on   de   la   santé,   la   Collec8vité   s’impliquera  dans  l’élabora8on  et  la  mise  en  œuvre  du  plan  «  Sport  Santé  Bien   Etre  »  2013-­‐2017  en  collabora8on  avec  la  DJSCS  et  l’ARS.   !  A  -­‐  DEVELOPPER  ET  ENCOURAGER  LE  SOUTIEN  A  DOMICILE     ! 1. Les  dispositifs  obligatoires  d’aide  a  domicile  des  personnes  âgées  dépendantes     ! a)  L’Alloca0on  personnalisée  d’autonomie  (APA)   En  2014,  les  ac8ons  nouvelles  concerneront  :   -­‐   la   mise   en   place   d’un   nouvel   ou8l   pour   l’évalua8on   médico-­‐sociale   à   domicile   (bulle8n   de   visite)   afin   d’obtenir   plus   d’informa8ons   sur   la   situa8on  des  demandeurs  et  de  mieux  adapter  les  plans  d’aide  proposés.     ! -­‐   le   recours   à   un   système   de   téléges8on   dont   bénéficieront   les   agents   en   charge   du   contrôle   de   l’effec8vité   et   qui   permeOra   un   renforcement   du   contrôle   du   service   rendu   par   les   associa8ons   d’aide   à   domicile   et   contribuera  à  un  traitement  plus  rapide  des  factures  des  prestataires.   b)  L’aide-­‐ménagère  au  0tre  de  l’aide  sociale  départementale   Le  disposi8f  en  vigueur,  qui  relève  du  règlement  d’aide  sociale  départementale,   sera  également  concerné  par  la  téléges8on  et  devrait,  de  ce  fait,  connaître  les   mêmes  améliora8ons  que  celles  escomptées  dans  le  domaine  de  l’APA.   ! 20
  20. 20. 2.  Les  dispositifs  facultatifs  de  soutien  a  domicile  des  personnes  âgées  dépendantes   LES ACTIONS DE SOLIDARITE ! a)   La  surveillance  nocturne  et  la  téléassistance       Depuis  le  1er  décembre  2012,  la  Garde  Itinérante  de  Nuit  (GIN)  est  assurée  par  4   prestataires   d’aide   à   domicile   qui   interviennent   chacun   sur   un   secteur   géographique   particulier.   Ce   nouveau   dispositif   a   été   bien   accepté   par   les   bénéficiaires   de   l’ancien   dispositif,   la   garde   de   nuit,   puisque   88%   d’entre-­‐eux   bénéficient   du   nouveau   dispositif.   A   ce   jour,   234   personnes   âgées   bénéficient   de   la   GIN,   soit   un   accroissement   de   25%   du   nombre   de   bénéficiaires   d’une   assistance   nocturne.   Ainsi,   en   septembre   2013,   après   9   mois   d’existence   de   la   GIN,   le   nombre   de   bénéficiaires   représente   58,5%   de   la   capacité   d’accueil   maximale  du  dispositif.  L’objectif  assigné  est  de  parvenir  à  400    bénéficiaires  de   la  GIN  à  la  fin  de  l’année  2014.     ! b)  Le  transport  à  la  demande  (TAD)   En   septembre   2013,   227   personnes   âgées   et   96   personnes   handicapées   disposent  d’une  prise  en  charge  à  l’aide  sociale  faculta8ve  départementale  pour   le  TAD.  En  2014,  le  développement  du  disposi8f  sera  poursuivi.   ! ! 3.  Les  disposi0fs  obligatoires  de  compensa0on  du  handicap       a)   L’Alloca0on  compensatrice  à  la  0erce  personne  (ACTP)     En  2009,  1  047  personnes  étaient  bénéficiaires  de  l’ACTP.  Ce  chiffre  est  passé  à   716   en   2013,   ainsi,   ce   disposi8f   poursuit   sa   lente   décroissance.   En   2014,   il   est   proposé   de   poursuivre   le   contrôle   de   l’effec8vité   afin   d’approfondir   la   connaissance   du   public   des   bénéficiaires   de   l’ACTP,   et,   le   cas   échéant,   de   leur   prodiguer   conseils   et   orienta8ons   afin   d’op8miser   les   condi8ons   de   leur   prise   en   charge.   ! b)   La  Presta0on  de  compensa0on  du  handicap  (PCH)       Au  mois  de  septembre  2013,  1293  personnes  ont  bénéficié  d’une  alloca8on  au   8tre  de  la  PCH.  En  2012  cet  indicateur  s’établissait  à  875  personnes  et  en  2011  à   661.  L’évolu8on  à  la  hausse  de  la  PCH  se  confirmera  en  2014  ce  qui  entrainera   nécessairement  un  développement  des  contrôles  d’’effec8vité  de  la  presta8on.   ! ! B  -­‐  ACCOMPAGNER  L'HEBERGEMENT  HORS  DU  DOMICILE         ! Conformément  au  Programme  Régional  Interdépartemental  d’Accompagnement  des   handicaps   et   de   la   perte   d’autonomie   (PRIAC),   l’offre   d’hébergement   en   EHPAD   connaitra  en  2014  une  augmentation  sans  précédent.  Dans  ce  contexte,  la  maîtrise   du  coût  de  fonctionnement  des  structures,  financées  de  manière  prépondérante  par   le   Département   dans   le   cadre   de   l’aide   sociale   à   l’hébergement   et   l’APA   en   établissement,  est  un  enjeu  majeur  pour  la  Collectivité  qui  voit  cette  dépense  croitre   d’une  année  sur  l’autre  d’environ  10  millions  d’environ  soit  une  augmentation  de  la   dépense  de  30%.   21
  21. 21. Afin   de   garan8r   la   soutenabilité   de   la   dépense   générée   par   l’accroissement   du   nombre   de   places   mis   à   la   disposi8on   des   familles,   il   est   prévu   d’ins8tuer   en   2014   un   référen8el   coût-­‐qualité   opposable   aux   ges8onnaires   des   établissements   publics  et  privés  d’hébergement  de  personnes  âgées  dépendantes.   ! LES ACTIONS DE SOLIDARITE 1.   L’offre   d’hébergement   en   établissements   pour   personnes   âgées   dépendantes   ! En   2014,   9   établissements   débuteront   leur   ac8vité.   Au   total   463   lits   et   places   supplémentaires   seront   offerts   :   359   pour   l’hébergement   permanent,   52   pour   l’hébergement  temporaire  et  62  pour  l’accueil  de  jour.     ! La   prise   en   charge   des   personnes   aOeintes   de   la   maladie   d’Alzheimer   et   des   syndromes   apparentés   sera,   par   ailleurs,   renforcée   par   la   mise   en   place   de   6   Pôles   d’Ac8vités   et   de   Soins   Adaptés   (PASA)   au   sein   des   nouveaux   établissements.   ! Ainsi,  à  la  fin  de  2014,  le  Département  disposera  de  1413  lits  et  places  en  EHPAD   par  rapport  à  2013,  l’offre  sera  donc    augmentée  de  48%  et  la  dépense  de  30%,   soit  environ  de  10  M€.   ! 2-­‐  L’hébergement  en  accueil  familial   ! En  2013,  l’offre  totale  d’hébergement  en  accueil  familial  est  demeurée  stable  par   rapport  à  2012  :  168  familles  en  2013  contre  166  l’année  précédente.  En  2014,  il   est   donc   proposé   de   réaliser   avec   les   CCAS   une   campagne   d’informa8on   pour   susciter   des   candidatures,   principalement   dans   les   zones   où   les   familles   d’accueillantes  sont  rares  :  les  zones  de  forte  urbanisa8on  et  les  îles  du  sud.   ! ! C  -­‐  LA  COORDINATION  GERONTOLOGIQUE  ET  DU  HANDICAP     ! 1.  La  mise  en  place  de  l’observatoire  départemental  du  vieillissement  et   du  handicap   En  2013,  des  rencontres  ont  été  organisées  avec  les  principaux  acteurs  du  champ   de  la  Santé,  du  Handicap  et  de  la  Dépendance  en  Guadeloupe  pour  inventorier   les  aOentes,  les  données  et  les  études  disponibles  en  vue  de  finaliser  la  charte   de   l’ODHV.   En   2014,   il   conviendra   d’établir   le   programme   de   travail   et   de   démarrer  l’ac8vité  proprement  dite.   ! 2.  La  modernisa0on  des  services  à  la  personne     ! Le  13  juillet  2012,  le  Conseil  général  a  décidé  de  passer  avec  la  CNSA  une  convention   (2012-­‐2015)  pour  la  modernisation  des  services  à  la  personne.  Cette  convention  doit   permettre  l’allocation  d’une  aide  globale  de  2,1  M€  au  secteur  de  l’aide  à  domicile.   La  participation  de  la  Collectivité  à  cette  action  s’élève  à    158  000  €  par  an.   22
  22. 22. L’EDUCATION ET LE SPORT : FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE L’avenir de notre territoire passe nécessairement par la réussite de notre jeunesse et à cette fin, le Conseil Général met tout en œuvre pour les accompagner. ! ! FAIRE   DES   COLLEGES   DES   ESPACES   DE   VIE   ET   D’EPANOUISSEMENT   SECURISES…   ! A    -­‐  CONFORTEMENT  PARASISMIQUE  DES  STRUCTURES  EXISTANTES   ! Une   pré-­‐programma8on   quinquennale   de   travaux   prioritaires   portant   sur   un   coût  total  es8ma8f  de  44  M€,  a  été  contractualisée  avec  l’Etat  dont  27  M€  à  la   charge  du  Département.   ! En  2012,  des  maîtres  d’œuvre  ont  été  désignés  pour  un  premier  programme  de  5   collèges  à  traiter  :   • Fernand  BALIN  (Anse-­‐Bertrand)   • BEBEL  (Sainte-­‐Rose)   • Nestor  de  KERMADEC  (Pointe-­‐à-­‐Pitre)   • Général  de  GAULLE  (Moule)   • Germain  SAINT  RUFF  (Capesterre-­‐Belle-­‐Eau)   ! Les   études   ont   permis   de   finaliser   les   procédures   administra8ves   (études   techniques,   DCE,   permis   de   construire)   devant   conduire   au   démarrage,   au   1er   janvier  2014,  de  travaux    de  confortement  de  grande  ampleur  au  collège  Général   de  Gaulle  du  Moule.  Le  coût  es8mé  de  ceOe  interven8on  est  d’environ  11  M€.  La   durée   prévisible   des   travaux   qui   se   dérouleront   en   site   occupé   est   d’environ   2   ans.   ! Dans   le   droit   fil   de   ceOe   démarche,   en   2014,   le   même   type   d’opéra8on   sera   programmé  pour  les  collèges  de  Sainte-­‐Rose  (14  M€)  et  d’Anse-­‐Bertrand  (2  M€)   pour  un  montant  total  de  16  M€.   23
  23. 23. B  -­‐  LES  CONSTRUCTIONS     L’EDUCATION ET LE SPORT : FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE ! En   2014,   s’agissant   de   la   construc0on   de   restaurants   scolaires,   le   Conseil   Général   engagera   les   travaux   pour   la   construc8on   d’un   nouvel   espace   de   restaura8on  au  collège  de  Bébel  à  Sainte-­‐Rose.   Pour  rappel,  7  espaces  de  restaura8on  ont  été  réalisés  et  récep8onnés,  en  2013   ! En   ce   qui   concerne   la   créa0on   de     logements   de   fonc0on   des0nés   au   corps   enseignant,     les   travaux   concerneront   4   logements   répar8s   entre   les   collèges   de   GUENETTE-­‐MOREL  (Moule)  et  de  BONNE  ESPERANCE  (Capesterre  Belle-­‐Eau).   ! ! C  -­‐  OPERATIONS  D’AMELIORATION  DE  LA  SECURITE  ET  DU  CADRE  DE  VIE   ! Les   opéra8ons   de   sécurisa8on   et   de   mise   en   conformité   des   installa8ons   des   établissements   scolaires   se   poursuivent   en   2014,   par   des   travaux   de   grosses   répara8ons   et   d’autres   interven8ons   lourdes   des8nées   à   rendre   ces   établissements  conformes  aux  normes  en  vigueur.  Sont  concernés  :   • les  interven8ons  sur  les  installa8ons  électriques  et  alarme-­‐incendie  au  regard   des  diagnos8cs  périodiques  réalisés  par  les  bureaux  de  contrôle  sur  l’ensemble   des  établissements  ;   • la   réfec8on   des   réseaux   d’eau   potable,   d’eaux   usées   et   d’eaux   pluviales   défectueux  ;   • la  mise  à  niveau  généralisée  du  parc  d’ex8ncteurs  ;   • la   réhabilita8on   de   salles   spécialisées   (salles   de   sciences,   salles   polyvalentes,   CDI,  salles  informa8ques  et  arts)  ;   • le  remplacement  des  menuiseries  vétustes  de  certains  bâ8ments  ;   • la  remise  en  état  des  revêtements  sols  et  murs  et  façades  des  collèges  ;   • la  remise  en  état  de  certains  logements  de  fonc8on.   ! D   -­‐   TRAVAUX   LIES   À   LA   MISE   EN   ACCESSIBILITE   AUX   PERSONNES   À   MOBILITE   REDUITE  DES  ETABLISSEMENTS   ! En   2013,   le   Conseil   Général   a   complété   la   cartographie   technique   des   collèges   départementaux  vis-­‐à-­‐vis  de  l’accessibilité  aux  handicapés  afin  de  :   • répondre   aux   exigences   réglementaires,   en   la   ma8ère,   pour   les   établissements   scolaires,   • intégrer   dans   la   programma8on   des   travaux   les   éléments   permeOant   d’améliorer  l’existant,   ! Suite   aux   diagnos8cs   d’accessibilité   aux   personnes   porteuses   de   handicap   au   8tre   de   la   réglementa8on   des   Etablissements   recevant   du   public   (prévue   par   l’ar8cle   R111-­‐19-­‐7   du   Code   de   la   Construc8on   et   de   l’Habita8on   pour   les   Etablissements   recevant   du   Public   du   premier   Groupe),   un   programme   pluriannuel  de  travaux  de  mise  en  accessibilité  des  établissements  scolaires  a  été   mis  en  place;  les  premières  interven8ons  sont  programmées  en  2014.   ! 24
  24. 24. E  -­‐  EQUIPEMENTS  SPORTIFS  DES  COLLEGES   L’EDUCATION ET LE SPORT : FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE ! Une   planifica8on   de   travaux   de   construc8on   d’équipements   spor8fs   dans   les   collèges   a   été   décidée   par   la   Collec8vité   départementale   afin   de   créer   au   sein   même  des  établissements,  et  lorsque  cela  est  possible,  leurs  propres  structures   spor8ves.   Par   ailleurs,   la   rénova8on   des   terrains   de   jeux   existants   est   également   prévue   pour   améliorer   et   sécuriser   les   condi8ons   d’exercice   des   ac8vités   physiques   et   spor8ves  des  collégiens.   Pour   2014,   l’interven8on   du   Département   portera   sur   la   poursuite   des   travaux   d’aménagement  ou  de  restructura8on  d’équipements  spor8fs.   ! ! ! ! ! …ET   LES   DOTER   DES   MOYENS   NECESSAIRES   POUR   UN   FONCTIONNEMENT  PERFORMANT     ! A  -­‐  LA  PARTICIPATION  AU  FONCTIONNEMENT  ET  A  L'ENTRETIEN  COURANT   ! A  l’instar  des  années  précédentes,  le  Conseil  Général  affectera  à  l’ensemble  des   collèges   publics   et   privés   de   l’archipel   une   dota8on   devant   leur   permeOre   de   faire  face  à  leurs  charges  de  fonc8onnement  ordinaire.   ! CeOe  contribu8on  allouée  à  chaque  collège,  est  déterminée  à  par8r  de  critères   et   ra8os   arrêtés   par   un   groupe   de   travail   académique   comprenant   outre   les   représentants  de  la  Collec8vité,  des  principaux,  des  ges8onnaires  et  comptables   de  l’Educa8on  Na8onale.     ! ! ! ! 25
  25. 25. B  –  LES  EQUIPEMENTS  MATERIELS  ET  MOBILIERS     L’EDUCATION ET LE SPORT : FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE ! Le   Département   poursuivra,   ceOe   année   encore,   la   mise   en   œuvre   de   son   programme   d’équipement   mobilier   et   matériel   de   ces   établissements   qu’il   actualise  en  concerta8on  avec  ses  partenaires  de  la  communauté  scolaire.   ! Pour  2014,  il  s’agira  pour  la  Collec8vité  de  compléter  l’équipement  des  nouveaux   services   de   restaura8on   ouverts   à   la   rentrée   2013-­‐2014,   et   de   procéder   au   remplacement  des  mobiliers  et  matériels  usagés  de  certains  collèges  sur  la  base   d’un  inventaire  tenu  à  jour  par  les  services  du  Département.   ! ! ACCOMPAGNER  LES  JEUNES  DANS  LEUR  CURSUS  UNIVERSITAIRE  ….   ! La   volonté   de   la   Collec8vité   départementale   de   promouvoir   les   efforts   d’une   jeunesse   studieuse   et   dynamique   se   traduit   par   l’octroi   de   diverses   aides   que   sont   les   prêts   d’honneur,   les   bourses   du   Président,   et   les   prêts   complémentaires   à  la  bourse  na8onale.     ! ! ….   AINSI   QUE   DANS   LA   PRATIQUE     DES   ACTIVITES   SPORTIVES   ET   SOCIO-­‐EDUCATIVES   ! Conscient   de   la   nécessité   de   soutenir   la   pra8que   par   les   jeunes   d’une   ac8vité   spor8ve,   véritable   facteur   d’épanouissement   personnel   et   de   luOe   contre   l'oisiveté,  le  Conseil  Général  con8nuera  de  subven8onner  le  fonc8onnement  des   infrastructures  spor8ves  lui  appartenant  et  gérées  par  des  associa8ons.  C’est  le   cas   notamment   de   l’IUFM,   du   complexe   spor8f   de   Fouillole,   et   du   Centre   Départemental  de  Pleine  Nature  de  Gourbeyre.     ! Rappelons  qu’en  ce  qui  concerne  la  Plaine  de  jeux  de  Grand-­‐Camp,  la  ges8on  des   équipements     qui   y   sont   installés,   depuis   deux   ans,   a   été   confiée   à   la   ville   de   Pointe-­‐à-­‐Pitre.   ! En   outre,   la   Collec8vité   apportera   son   sou8en   financier   au   monde   spor8f   (comités,  ligues,  clubs  et  associa8ons  spor8ves)  sur  la  base  de  projets  ayant  un   objec8f  de  socialisa8on  et  de  promo8on  pour  la  jeunesse.  Il  en  est  de  même  des   grandes   manifesta8ons   spor8ves   locales   (Tour   cycliste   de   la   Guadeloupe,   Championnat   de   Football   et   de   Basket-­‐ball…)   et   des   évènements   spor8fs   na8onaux  et  interna8onaux  qui  concourent  à  la  promo8on  d’une  discipline  et  à   la  compé88vité  de  nos  ressor8ssants  vis-­‐à-­‐vis  de  l’extérieur.     ! ! ! ! ! 26
  26. 26. L’EDUCATION ET LE SPORT : FACTEURS D’EPANOUISSEMENT DE LA JEUNESSE L’inser8on   spor8ve   de   la   jeunesse   est   un   élément   qui   par8cipe   de   son   rayonnement,   et   de   son   intégra8on   sociale.   C’est   ceOe   volonté   d’assurer   la   promo8on   des   valeurs   spor8ves   auprès   de   la   jeunesse   qui   a   conduit   le   Département  à  lancer,  en  2010,  une  opéra8on  in8tulée  «  ma  1ère  licence  ».  CeOe   opéra8on  exemplaire  mérite  d’être  poursuivie  en  2014.   ! En   outre,   la   Collec8vité   apporte   son   concours   à   la   culture   scien8fique   et   technique  en  subven8onnant  notamment  l’Archipel  des  Sciences.     ! Le   Département   par8cipe   également   aux   dépenses   de   fonc8onnement   de   l’Observatoire  volcanologique  et  sismologique  de  la  Guadeloupe.   ! Enfin,   le   tournoi   interna8onal   de   football   U15   sera   reconduit;   ceOe     manifesta8on     d’envergure     ambi8onne     de     confronter     l’élite     des     jeunes   footballeurs   an8llo-­‐guyanais   aux   joueurs   de   la   même   tranche   d’âge   évoluant   27
  27. 27. L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Tenant compte des enjeux économiques et sociétaux, le Conseil Général a fait le choix de privilégier les investissements d’avenir destinés à renforcer la compétitivité et l’attractivité du territoire. ! Le  barrage  de  Dumanoir ! L’IRRIGATION  :  POUR  UN  SERVICE  PERFORMANT   ! A   -­‐   PARACHEVER   LE   RESEAU   DE   TRANSFERT   ET   RECHERCHER   DE   NOUVELLES   RESSOURCES  EN  EAU  ET  LA  RECHERCHE  DE  NOUVELLES  RESSOURCES  EN  EAU…   ! Dans   ce   contexte   budgétaire   contraint,   les   priorités   de   la   collec8vité   départementale   concerneront   essen8ellement     la   finalisa8on   des   programmes   de  travaux  visant  à  :     • op8miser   la   desserte   du   territoire   en   eau   agricole,   en   achevant   les   travaux   d’extension   de   réseau   des   secteurs   de   la   Côte-­‐au-­‐Vent,   du   centre   et   du   nord   Grande-­‐Terre  ;   • poursuivre  et  finaliser  les  études  rela8ves  à  l’irriga8on  du  Nord  Basse-­‐Terre  et   la  construc8on  du  barrage  de  Germillac.   ! 1.  Poursuite  du  programme  de  renforcement  de  réseaux   ! Pour   2014,   les   travaux   qui   seront   réalisés   consisteront   à   op8miser   le   fonc8onnement  des  installa8ons  de  transfert  de  la  Basse-­‐Terre  et  de  la  Grande-­‐ Terre  (régula8on,  comptage,…).   De   plus,   afin   de   fournir   correctement   ces   réseaux   de   transfert,   de   nouvelles   ressources  seront  recherchées.   ! 2.  Mise  en  service  de  nouvelles  ressources   ! Les  différentes  études  réalisées  ces  dernières  années  ont  conclu  à  la  nécessité  de   mobiliser  de  nouvelles  ressources  notamment  sur  la  côte  au  vent  et  ainsi  mieux   garan8r  l’alimenta8on  des  nouvelles  retenues  de  stockage  (Moreau).     ! 28
  28. 28. L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE C’est   pour   répondre   à   ceOe   nécessité   que   la   recherche   de   nouvelles   prises   d’eau   (rivières  Morin,  Rose,…)  sur  la  Côte-­‐au-­‐Vent  se  poursuivra  en  2014.   La   mise   en   exploita8on   de   la   prise   d’eau   de   Moreau   en   2013   permet   de   mobiliser   dorénavant   près   de   50   000   m3   supplémentaires   par   jour.   Il   reste,   aujourd’hui,  à  engager  les  travaux  de  construc8on  du  barrage  de  Moreau  dont  la   maîtrise  d’ouvrage  a  été  transférée  à  la  Région  Guadeloupe.   ! Sur   ce   dossier,   la   par8cipa8on   technique   et   financière   du   Département   est   envisagée,   ainsi   que   la   prise   en   charge   des   frais   d’acquisi8on   du   foncier   indispensable  à  la  réalisa8on  de  l’opéra8on.   ! ! ….B  –    AMELIORER  LE  FONCTIONNEMENT  DES  RESEAUX       1.   Sur  les  ouvrages  existants   ! Afin   d’améliorer   le   fonc8onnement   et   la   sa8sfac8on   des   usagers,   des   pe8ts   travaux  sur  le  réseau  d’irriga8on  sont  nécessaires  notamment  en  termes  de  pose   de  bornes.   Il  en  est  de  même  des  prises  d’eau  des  barrages,  pour  lesquels  les  interven8ons   récurrentes   de   mise   en   sécurité   et   de   confortement   sont   plus   conséquentes   afin   de  garan8r  leur  pérennité  et  leur  sécurité,  dans  le  respect  de  la  réglementa8on   en  vigueur.   ! 2.   Sur  l'ile  de  Marie-­‐Galante   ! Le   barrage   de   Grand   Bassin   est   actuellement   opéra8onnel   avec   une   capacité   d’environ   50   000   m3   et   son   réseau   de   distribu8on   permet   la   desserte   d’une   vingtaine  d’hectares.   La   commission   foncière   ad   hoc   de   Marie-­‐Galante   s’est   aOachée,   en   2013,   à   examiner   les   condi8ons   d’occupa8on   et   de   ges8on   du   foncier   départemental   situé  autour  de  l’ouvrage,  afin  d’abou8r  à  la  délivrance  d’autorisa8on  d’exploiter   à   des   agriculteurs   de   l’île   qui   s’engageraient   dans   un   projet   agricole   autour   du   maraîchage.   Des   candidatures   ont   été   récemment   retenues.   Il   s’agira,   en   2014,   de   procéder   à   l’installa8on   effec8ve   de   ces   professionnels   afin   de   8rer   profit   des   inves8ssements  réalisés  pour  la  remise  en  état  de  la  retenue.   ! 3.  Mise  en  place  de  réseaux  de  distribu0on   ! Plusieurs   communes   seront   concernées,   dont   Morne   à   l’eau,   Moule,   Pe8t   Canal,   Port-­‐Louis  et  Anse  Bertrand.   Sur  le  nord  de  la  zone  Basse-­‐Terre,  les  études  déjà  entamées  en  ce  domaine,  se   poursuivront  autour  du  futur  réseau  couvrant  le  Nord  Basse-­‐Terre.   En  2014,  seront  effectuées  les  quelques  pe8tes  extensions  restant  à  réaliser  pour   que    les  réseaux  de  distribu8on  soient  pleinement  opéra8onnels  sur  l’ensemble   de  la  Côte  au  Vent.   ! 29
  29. 29. …C   -­‐   ET   FAIRE   DE   L’ABATTOIR   DEPARTEMENTAL   DU   MOULE   UN   OUTIL   DE   REFERENCE   L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ! L’abaOoir  départemental  du  Moule  fait  l’objet,  depuis  2012,  d’un  programme  de   travaux  d’extension  et  de  réhabilita8on  qui  sera  finalisé  en  2014.   ! ! 1.  Les  travaux  de  modernisa0on   ! Ils  doivent  permeOre  de  résoudre  certaines  difficultés  rencontrées  par  l’abaOoir   notamment  pour  l’améliora8on  des  condi8ons  d’exploita8on  et  la  rentabilité  de   la   structure.   L’améliora8on   des   condi8ons   de   travail   du   personnel   et   le   respect   des  règles  sanitaires  demeurent,  par  ailleurs,  une  constante.     ! 2.  Les  mesures  de  redressement   ! En   raison   de   la   nécessité   de   préserver   l’ac8vité   de   la   société   qui   répond   à   un   besoin  de  service  public  pour  l’ensemble  des  professionnels  de  la  filière  viande,   la   collec8vité   départementale   a   décidé   d’accompagner   la   GESTAG   dans   la   mise   en   œuvre   d’un   plan   de   redressement,   en   lui   allouant   une   subven8on   excep8onnelle  de  600  000  €,  portant  sa  par8cipa8on  globale  à  1  M€  en  2012.   ! En   contrepar8e,   la   SAS   GESTAG   s’est   engagée   à   meOre   en   œuvre   un   certain   nombre  de  mesures  de  redressement  visant  :     • l’aOénua8on  de  l’impact  des  charges  salariales     • a  réalisa8on  d’économies  substan8elles  sur  les  charges  de  structure     • l’augmenta8on  des  marges  de  manœuvre  de  la  structure   ! Les  premiers  efforts  de  ce  plan  se  sont  fait  sen8r  an  2013,  avec  une  améliora8on   des  résultats  intermédiaires.   ! En   2014,   la   Collec8vité   s’aOachera   à   veiller   au   respect   par   la   structure   de   l’ensemble   de   ses   engagements   mais   aussi   à   la   mise   en   œuvre   de   mesures   en   direc8on   du   personnel   à   travers   un   plan   de   forma8on   visant   à   favoriser   la   professionnalisa8on    des  équipes.   ! ! ! ! 30
  30. 30. DES   EQUIPEMENTS   ROUTIERS,   PORTUAIRES   ET   AEROPORTUAIRES   AU  SERVICE  D’UN  DEVELOPPEMENT  EQUILIBRE  DU  TERRITOIRE   L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ! En  2014,  la  collec8vité  départementale  assurera  un  haut  niveau  d’inves8ssement   afin   de   poursuivre   son   programme   d’interven8ons   ar8culé   autour   de   l’aménagement   des   i8néraires,   l’entre8en   du   réseau   rou8er   et   de   ses   dépendances,  la  luOe  contre  l’insécurité  rou8ère.   ! A  -­‐  AMENAGER  ET  ENTRETENIR  LES  ROUTES   ! La  poli8que  départementale  se  déclinera  à  par8r  de  4  axes  forts.   ! 1-­‐  Poursuivre  les  aménagements  d’i0néraires   ! Le  Conseil  général  qui  a  fait  de  la  sécurisa8on  de  ces  équipements,  une  de  ses   priorités,   travaillera   à   l’élabora8on   d’une   programma8on   de   travaux   visant   la   mise   en   conformité   de   certains   ouvrages   d’art   et   plus   généralement   la   modernisa8on  du  réseau  rou8er.   ! Les  études  d’améliora8on  du  profil  de  la  RD  106  en  vue  de  sécuriser  la  desserte   de   la   zone   d’ac8vité   de   Dothémare   et   l’accès   service   du   futur   CHU,   seront   poursuivies  afin  d’abou8r  à  un  projet  défini8f  de  recalibrage  de  la  route.   Toutefois,   la   réalisa8on   effec8ve   des   travaux   qui   en   résultent   sera   assor8e   à   la   confirma8on  aOendue  du  démarrage  du  chan8er  du  CHU  et  du  bouclage  du  plan   de  financement  de  ces  travaux  rou8ers.         Par  ailleurs,  la  Collec8vité  assurera,  en  qualité  de  maître  d’ouvrage,  les  premiers   travaux  de  créa8on  de  la  voie  de  desserte  du  quar8er  de  Darboussier  (Pointe-­‐à-­‐ Pitre).   !  2.  Entretenir  la  voirie   ! Afin   de   maintenir,   voire   d’améliorer,   le   niveau   de     confort   de   notre   réseau   rou8er,  les  interven8ons  classiques  d'entre8en  seront  poursuivies  en  2014.     ! 3.  Luber  contre  l’insécurité  rou0ère   ! Le  renforcement  de  la  lisibilité  de  la  route,  la  réduc8on  de  la  vitesse,  ainsi  que  la   mise   en   place   d’aménagements   incitant   à   l’adapta8on   des   vitesses   en   entrée   d’aggloméra8on   sont   autant   de   mesures   prises   par   notre   Collec8vité   et   qui   concourent   à   l’aOeinte   de   cet   objec8f.   Fort   de   ce   constat,   le   Conseil   général   poursuivra  encore  en  2014  ce  type  d’ac8ons.   ! Une  aOen8on  par8culière  sera  apportée  à  la  sécurisa8on  des  abords  des  écoles   par  la  mise  en  œuvre  de  signalisa8on  ver8cale  et  horizontale,  la  pose  de  garde   corps  et  l’installa8on  de  plateaux  surélevés.   ! 31
  31. 31. 4.  Sécuriser  nos  routes     L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ! Le   réseau   rou8er   présentant   une   grande   vulnérabilité   aux   aléas   naturels,   la   Collec8vité   a   procédé   à   un   diagnos8c   approfondi   de   l’état   des   routes   et   des   réseaux   concernés.   Ainsi,   en   2014,   une   étude   devant   conduire   à   l’élabora8on   d’un   état   des   lieux   et   d’une   programma8on   de   travaux   portant   sur   la   consolida8on  et  le  confortement  des  équipements  rou8ers,  sera  lancée.   Parallèlement,   d’autres   opéra8ons   (études   ou   travaux)   des8nées   à   accroitre   le   niveau   de   sécurité   de   certains   tronçons,   ou   ouvrages   pour   les   usagers   (piétons   ou  automobilistes)  seront  engagées  en  2014.     Enfin,  le  Schéma  de  Jalonnement  Direc8onnel,  dont  le  département  a  confié  la     maîtrise     ! B  -­‐  MAINTENIR  LES  INFRASTRUCTURES  PORTUAIRES   ! La   Collec8vité   a   en   charge   22   ports   et   9   ouvrages   portuaires   transférés   par   l’Etat   depuis   1986.   Les   interven8ons   réalisées   sur   ces   équipements   visent   à   en   assurer   l’entre8en  et  l’aménagement,  afin  d’offrir  aux  usagers  des  condi8ons  d’u8lisa8on   sa8sfaisantes.   ! 1.  Réalisa0on  d’aménagements  portuaires   ! En  2014,  la  Collec8vité  poursuivra  son  ac8on  qui  portera  sur  la  sécurisa8on  des   quais  à  passagers  et  des  berges.  Par  ailleurs,  l’installa8on  de  pontons  floOants,  et   à  la  mise  en  place  d’estacades  des8nées  aux  marins  pêcheurs.     ! En  outre,  durant  cet  exercice,  le  Département  s’aOachera  à  réaliser  :   ! • une  étude  d'aménagement  de  surfaces  techniques  dans  les  ports  de  Port-­‐Louis   et  Sainte-­‐Rose  (box  des  marins-­‐pêcheurs,  capitainerie,…)  ;   • une  étude  d'incidence  valant  étude  d'impact  rela8f  aux  dragages  des  ports  de   Désirade,  Trois-­‐Rivières  et  Grand-­‐Bourg  de  Marie-­‐Galante;     ! ! 32

×