Eglises du Pays de Fouesnant - moq

169 vues

Publié le

Eglises du Pays de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
169
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
58
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Eglises du Pays de Fouesnant - moq

  1. 1. LA CHAPELLE DE SAINT KADOU EN GOUESNACH Nous avons vu précédemment que KADOU fut un grand voyageur et c'est sans doute lors d'un de ces nombreux voyages en ARM0RIQUE qu'il s'arrêta un jour près du village de KERSINAOU en la paroisse de GOUESNACH la légende rejoint ici l’histoire pour nous expliquer les raisons qui amenèrent ensuite tant de pèlerins à venir prier à GOUESNACH. KADOU ayant souhaité construire un ermitage en ce lieu demanda à la fermière de Kersinaou de lui céder une parcelle de terre, celle-ci lui déclara qu'elle donnerait son accord que si les arbres fruitiers qu'elle possédait lui rapporteraient une bonne récolte. St KADOU se mit en prière et bien que l'on fut en hiver les arbres fruitiers se couvrirent de fleurs et aussitôt de fruits murs tels que les années les plus prospères n'en avaient jamais donné auparavant. St CADOU eut son terrain et construit son ermitage mais dut bientôt l'abandonner devant la multitude des fidèles qui venaient l'y voir et écouter ses conseils. La légende de l'installation de St CADOU ajoute également que le cheval du Saint s'étant impatienté pendant la discussion entre l'ermite et la fermière frappa si fort sur un rocher qui se trouvait proche, que la trace de son sabot y demeura profondément. ON PEUT ENCORE VOIR AUJOURD'HUI DANS LA CHAPELLE LA PIERRE QUI CONSERVE L'EMPREINTE DU SABOT DU CHEVAL SAINT KADOU quitta Kersinaou l'ermitage demeura et la vénération pour le saint grandit de plus en plus. Les jeunes gens du pays lui demandaient sa bénédiction pour qu'il leur donna des muscles d'acier et des reins solides, qualités physiques aussi appréciables dans les luttes courtoises des pardons que dans les mortels corps a corps de la guerre. St KADOU est de vieille date le patron des cavaliers, des guerriers et des lutteur de Bretagne. Un auteur du XIII ème siècle affirme qu'il avait obtenu du ciel pour ses compatriotes la faveur d'être 7 fois plus redoutable à cheval qu’à pied sur les champs de bataille Une chapelle fut construite à partir de 1578 pour recevoir les pèlerins de plus en plus nombreux venus de toute la Bretagne elle subit des transformations en 1620, 1632 et 1656 ainsi qu'en témoigne les inscriptions encore visibles sur les pierres un oratoire fut également construit près de la chapelle pour accueillir les fidèles, c'est dans cet oratoire que l'on trouve la vieille statue de ST HERBOT, patron des bêtes à cornes et second patron de la chapelle, les pèlerins y déposaient en offrande des mottes de beurre. Dans la chapelle elle-même on peut voir la statue de St KADOU en costume d’évêque. Est-ce cette statue qui selon la tradition proviendrait d'une chapelle de MELGVEN car les lutteurs de cette paroisse ayant la réputation d'être invincible a cause de la présence dans leur paroisse de cette statue reçurent une nuit la visite des gars de GOUESN"AC qui la transportèrent à St CADOU devenant à leur tout invincible, il subsiste également une statue, de St ANTOINE de St TUGEN. Seul subsiste dans la chapelle un écusson où figurent les armoiries de Mgr de COETLOGON évêque de QUIMPER de 1668 à I706 . Mgr de COETLOGON serait l’évêque qui aimait se reposer au bord de la rivière assis sur un rocher qui depuis porte le nom de la chaise de l’évêque. L'écusson de François de KERC'HOENT et de sa femme Jeanne de BODIGNO qui s'y épousèrent en 1583 ont disparu ainsi que ceux de Mgr du LOUET prédécesseur de Mgr de COETLOGON. L'importance de la sacristie sur deux niveaux frappe le visiteur l'importance de cette sacristie peut, peut-être s’expliquer par la nécessite d’héberger à l'époque du pardon un nombreux clergé . En effet le pardon de ST KADOU qui avait lieu le 3 ème dimanche de Septembre a été un des plus , fréquentés de CORNOUAILLE, les luttes bretonnes .et les espoirs de guérison y attiraient chaque année des milliers de pèlerins. Ceci est attesté par le fait que la chapelle figurait sur les terres de son père il va édifier son premier monastère à SOBRIN et va ensuite voyager en ECOSSE en ARMORIQUE en AQUITAINE. Il s’embarque à MARSEILLE, fait un séjour en GRECE, se rendit en PALESTINE et au retour fut reçu à ROME par le PAPE JEAN III. C'est au retour de ce voyage qu'il édifia en 562 l'abbaye de LLANCARFAN (en breton LAND CARVANAN :l’église des cerfs ) près de CARDIFF . Le monastère nourrissait chaque jour 300 moines ou pauvres et l'autorité de CADOU s’étendait dans tout le pays environnant DAVID, SANSON, POL AURELIEN (I er évêque de St POL de LEON) et GILDAS y firent retraite et lui demandèrent conseil. 1/3
  2. 2. Tout en s’occupant de son monastère CADOU continuait à semer la bonne parole c'est ainsi qu'il se rendit plusieurs fois en ECOSSE et fonda avec DAVID l'abbaye de CAMBUSLAND . Il se rendit de nouveau à ROME et fut mandaté par le Pape pour assister au synode de LLANDEWI FREFI. C'est au retour d'un de ces voyages qu’il trouva son monastère ravagé par les barbares; les moines survivant s'enfuirent en ARMORIQUE, CADOU fit de même et s'installa non loin de son ami GILDAS dans la principauté de BROWAREK ( VANNES ) C'est dans une petite île a l'embouchure d' ETEL qu'il fonda son monastère ; aujourd'hui le nom est connu sous le nom de l’île de ST CADO DE BELZ Sa réputation de sainteté s'étant étendue a toute la Bretagne on lui attribua bien vite des guérisons miraculeuses, des malades vinrent le voir de toute part et répandirent a travers le pays des faits réels ou enjolivés qui s'attachaient a sa personne. C'est en 567qu'il quitta son île avec regret si l'on en croit l'inscription dans la chapelle qui porte son nom. A l'appel du pape il se rendit de nouveau en Italie et fut élu évêque de BENEVENT et reçu lors de son sacre le nom, de SOPHIAS ( sagesse ) Les circonstances de sa mort ont posé des problèmes aux historiens. Certains biographes de Grande BRETAGNE admettent son séjour à BENEVENT et le voient regagner son pays après l'invasion de son évêché par les barbares. Mais les traditions des contrées qui ont connu CADOU sont unanimes à confirmer qu'il périt alors qu'il célébrait une messe a BENEVENT et que les barbares pénétrant dans l’église passèrent les assistants au Fil de l’épée et tuèrent le Saint à coup de lances et haches. La tradition situe cette mort en 570 Saint CADOU fut enseveli dans l’église de Benevent mais à la suite de pillage quelques reliques qui se trouvaient dans une châsse en argent retournèrent au Pays de Galles ce qui peut être à l’origine de la mort de St CADOU en Gde BRETAGNE.. ( ci-joint en annexe un extrait du recueil de Bernard CADOU sur le SAINT concernant les prières, les maladies qu'il avait la réputation de guérir, et la carte des lieux qui lui sont consacrés en BRETAGNE ). St. Cadou, priez pour nous Saint CAOU est fêté au Pays de Galle sous le nom de Saint CADOC le 25 septembre. Il figure au calendrier breton sous le nom de Saint KADEG le 24 janvier. Le propre de Vannes le commémore sous le nom de CADO-SOPHIAS le I er novembre. Dans toute la Bretagne, il est considéré comme le Saint patron des cavaliers, des lutteurs et des militaires en général. D'après le BARZAZ BREIZ, voici ce que chantaient, en marchant contre les anglais, les chevaliers bretons du Combat des Trente le 7 mars 1351. «Seigneur Saint KADOK, notre Saint Patron, donnez nous force et courage afin qu'aujourd'hui nous vainquions les ennemis de la Bretagne. Si nous revenons du combat, nous vous ferons présent d'une Ceinture, d'une cotte d'or, d'une épée et d'un manteau bleu comme le ciel. Tout le monde dira en vous regardant: Seigneur Saint KADOK est béni, au Paradis comme sur terre. Saint KADOK n'a pas son pareil !» A Saint CADOU, dans les mont d'Arrée, un cantique est consacré à: ZANT KADOU. ESKOP HA MERZER (évêque et martyr). Aoutrou Zant KaJou hor patron Monsieur Saint Cadou, notre Patron Grizicnnit doun en hor c’halon Enracinez profondément notre cœur Fir ha karantez hon tad koz La foi et la charité de nos aïeux Ma 'z aïmp d'o ileul d'ar Baradoz Pour que nous vous suivions au Paradis 2/3
  3. 3. Savomp hor mouez evit kana Meuleudi Patron ar Vro-man Saint KADOU :eskop ha merzer Brudet e Breiz e pep karter Elevons nos voix pour chanter La louange du patron de notre pays Saint Cadou évêque et martyr Renommé en Bretagne dans toutes lcs régions Aman betek ho feunteun c’hlaz Da bardona ni zay bep ploaz Da gana deoc’h hor meuleudi Hag a wir galon d’ho pedi Ici, jusqu’à votre fontaine verte Nous irons chaque année pour le Pardon Pour vous chanter notre louange ct de tout cœur pour vous prier Dans la province du Léon . Saint CADOU était invoqué pour guérir les furoncles. Pour en être débarrassé il sufisait de jeter dans l’église des pleines poignées clous à ardoise. Eat gant tachou Da Zant Kadou Evit Kaoud remed deuz ar goradou Allez avec des clous A Saint Cadou Pour chercher remède aux furoncles Pour plus de sécurité, il était conseillé aux malades de se rendre dans les marécages et d'y cueillir, pour la consommer en infusion. de la scrofulaire appelée aussi herbe aux écrouelles et qui porte en breton le nom de louzaouen droug Sant Kadou, l'herbe au mal de Saint Cadou, Enfin, dans presque toute la Bretagne mais particulièrement dans le Morhihan et en Loire Atlantique. Saint Cadou est prié dans les cas de surdité. Ainsi, à BELZ, dans la chapelle de l'îlot de Saint Cado, on peut voir un massif de pierres maçonnées appelé« lit de Saint Cado » qui représente au raz du sol une excavation assez grande pour permettre l'introduction d'une tête d'homme L'usage voulait que les sourds viennent appliquer leur oreille contre le fond de ce trou et qu'après avoir entendu la mer, ils en sortent guéris et entendants. Notons enfin que Saint Cadou est patron de plus de 15 chapelles en Bretagne et d'au moins 30 églises ou chapelles en Gallles et en Cornouai!le. 3/3

×