Les attentats de Paris
Quelques extraits des médias, publiés le lendemain (le 14 novembre)
"L'état d'urgence1
sera proclam...
Quatre autre lieux ont été attaqués dans le Xe et le XIe
arrondissements de Paris. Selon le procureur de Paris, 18
personn...
Les attentats
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les attentats

526 vues

Publié le

Documents déclencheurs pour travailler ce sujet

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
526
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
257
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les attentats

  1. 1. Les attentats de Paris Quelques extraits des médias, publiés le lendemain (le 14 novembre) "L'état d'urgence1 sera proclamé sur l'ensemble du territoire » a encore annoncé le Président de la République et les « frontières vont être fermées. Nous devons nous assurer que personne ne pourra rentrer pour commettre quelque acte que ce soit. Et en même temps que ceux qui auraient pu commettre les crimes qui sont hélas2 constatés puissent également être appréhendés3 , s'ils devaient sortir du territoire », a expliqué M. Hollande. (…) « J'ai une pensée pour les victimes, très nombreuses, pour leurs familles, pour les blessés, nous devons faire preuve de compassion et de solidarité », a-t-il dit. « Ce que les terroristes veulent, c'est nous faire peur, nous saisir d'effroi4 . Il y a de quoi avoir peur, il y a l'effroi. Mais il y a, face à l'effroi, une Nation qui sait se défendre, qui sait mobiliser ses forces, et qui une fois encore saura vaincre les terroristes », a aussi déclaré le chef de l'État. 1. L’État d’urgence : el Estado de emergencia 2. Hélas: por desgracia 3. Appréhender : detener, capturar 4. L’effroi: el temor Tous les candidats du Front national1 ont suspendu leur campagne. Mais sur les réseaux sociaux, vendredi soir, il y a eu quelques fausses notes2 . Le secrétaire général du FN et chef de file en Normandie, Nicolas Bay, avant de retirer son tweet, a d'abord écrit : « Pendant que ce Hollande et ce Valls combattaient le FN, des assassins sanguinaires préparaient leurs attentats. Honte3 , honte, honte à eux ». (…) Et Philippe Martel, conseiller de Marine Le Pen, après avoir évoqué «Boboland », s'interrogeait : « Vont-ils enfin comprendre ou faire une marche blanche4 ? (...) Que de vies perdues avant qu' Holllande se décide à fermer les frontières », un thème très repris sur les réseaux sociaux par les militants FN, sur le thème : « C'est trente ans trop tard. » 1. Le Front national (FN): partido de ultra derecha 2. Une fausse note: un exceso; cosas fuera de lugar 3. La honte: la vergüenza 4. Une marche blanche : una concentración Le bilan total des attentats est d'au moins 120 morts. Selon une source1 proche de l'enquête, il y a plus de 200 blessés, dont 80 graves. Des dizaines de personnes sont mortes au cours d'une prise d'otages2 au Bataclan, célèbre salle de concerts parisienne. Cinq assaillants3 sont morts : un sur le boulevard où est située la salle, les quatre autres lors de l'assaut4 des forces de l'ordre. Quatre de ces cinq terroristes ont fait exploser des ceintures d'explosifs. Trois explosions ont retenti5 près du Stade de France au moment où se jouait le match de foot France-Allemagne. On compte quatre morts, dont trois kamikazes. Au total, on dénombre donc huit terroristes tués, dont sept kamikazes. On ignore s'il s'agit de la totalité des auteurs des attaques.
  2. 2. Quatre autre lieux ont été attaqués dans le Xe et le XIe arrondissements de Paris. Selon le procureur de Paris, 18 personnes sont mortes rue de Charonne, 14 à l'angle des rues Bichat et Alibert, cinq rue de la Fontaine-au-Roi et une boulevard Voltaire. 1. Une source : una fuente 2. Une prise d’otages : una toma de rehenes 3. Un assaillant : un asaltante 4. Un assaut : un asalto 5. Retentir : resonar « Rue Castagnary je peux encore héberger1 du monde », « je peux ouvrir mon appart dans le 20e », « si quelqu’un cherche un abri2 vers Belleville, prévenez-moi »… Peu après les fusillades3 qui ont fait de nombreux morts vendredi 13 novembre à Paris, la solidarité s’est organisée rapidement sur la Toile4 . Avec le mot-clé #PorteOuverte, de nombreux internautes ont fait part5 sur Twitter de leur volonté d’accueillir des personnes pour se réfugier en lieu sûr. Avec ses variantes : #PortesOuvertes, #OpenDoor ou #OffeneTüren – en pensant aux nombreux Allemands présents dans la capitale pour le match France-Allemagne. Parallèlement, Facebook a activé son service safety check, qui a permis aux Parisiens de rassurer6 leurs proches en indiquant, d’un clic, qu’ils étaient en sécurité. Une alternative efficace au réseau téléphonique parfois saturé. Ce service, lancé l’an dernier, avait notamment été déclenché en avril après le séisme qui avait frappé le Népal. Les autorités ont également utilisé les réseaux sociaux pour communiquer, comme la préfecture de police, qui a invité les Parisiens à ne pas quitter leur domicile. 1. Héberger : alojar 2. Un abri (s’abriter) : un refugio ( refugiarse) 3. Une fusillade: un tiroteo 4. La Toile : Internet 5. Faire part (de qqch) : anunciar, comunicar 6. Rassurer: tranquilizar L'Espagne soutient1 la France et va évaluer son niveau d'alerte. «Le gouvernement espagnol exprime sa consternation et sa plus grande tristesse après la série d'attentats qui a entraîné un énorme nombre de victimes», a déclaré le gouvernement dans un communiqué. «Le peuple espagnol est consterné et horrifié par les attentats. L'Espagne est avec la France (...)», a dit la Maison royale sur Twitter. «Vous pouvez compter, bien sûr, sur toute la collaboration de mon gouvernement et des forces de sécurité espagnoles dans la lutte sans répit2 contre la barbarie terroriste», a déclaré Mariano Rajoy dans une missive adressée aux autorités françaises. L'Espagne a été frappée en mars 2004 par des attentats islamistes dans des trains de banlieue arrivant en gare d'Atocha à Madrid qui ont fait 191 morts. 1. Soutenir (le soutien) : apoyar (el apoyo) 2. Sans répit : sin cesar

×