Printemps arabe

472 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
472
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Printemps arabe

  1. 1. Printemps arabeAller à : Navigation, rechercher Cet article concerne un événement encours.Ces informations peuvent manquer de recul et changer à mesure quelévénement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire.Nhésitez pas à laméliorer en citant vos sources. Cet article concerne le Printemps arabe (2010-2012). Pour les autres articlestraitant de « révoltes arabes », voir Révolte arabe. Cet article possède unparonyme, voir : Printemps érable.« Printemps arabe »De gauche à droite et de haut en bas : manifestants le 9 février place Tahrir auCaire, Égypte ; manifestants le 14 janvier à Tunis, Tunisie ; manifestations à ElBeïda le 22 juillet, Libye ; manifestations le 3 février à Sanaa, Yémen ;manifestations le 24 avril à Damas, Syrie ; manifestions le 8 juillet à Karrana,Bahreïn.Localisation Monde arabe ListeArabie saouditeAlgérieBahreïnÉgypteIrakIranJordanie
  2. 2. KoweïtLibanLibyeMarocMauritanieOmanPalestineQatarSomalieSyrieTunisieYémenDate Depuis le 17 décembre 2010(1 an, 8 mois et 8 jours)Type Protestations politiques et socialesMort(s) incertain et provisoire : 68 753+1Blessé(s) 18 000 à 67 000modifier Départ / Mort (Libye) du chef de l’État Rébellion armée / Guerre civile
  3. 3. Manifestations prolongées et répression Changement de gouvernement et manifestations Manifestations prolongées Protestations mineures Pays non arabes touchés par un mouvement social simultanément auxrévoltes arabesLe « Printemps arabe » est un ensemble de contestations populaires, dampleuret dintensité très variables, qui se produisent dans de nombreux pays dumonde arabe à partir de décembre 2010. Lexpression de « Printemps arabe »fait référence au « Printemps des peuples » de 1848 auquel il a été comparé.Ces mouvements révolutionnaires nationaux2 sont aussi qualifiés derévolutions arabes, de révoltes arabes ou encore de « réveil arabe3 ».Ces évènements ont commencé le 17 décembre 2010 dans la ville de SidiBouzid par la révolution en Tunisie qui a conduit Zine el-Abidine Ben Ali àquitter le pouvoir. D’autres peuples reprennent à leur tour le slogan « Dégage !» (ou Erhal ! en arabe4) devenu le symbole de ces révolutions5,6,7,8,9,10.Outre le départ des dictateurs et l’instauration d’une démocratie, lesmanifestants exigent un partage des richesses qui leur assure de meilleuresconditions de vie, des emplois, et la dignité (« karama » en arabe)11,12,13.Alors que la révolution égyptienne provoque le départ d’Hosni Moubarak etune transition démocratique, les autres nont pas les mêmes conséquences : enLibye, elle tourne à la guerre civile entre les forces fidèles au régime de laJamahiriya de Mouammar Kadhafi et les insurgés, soutenus par uneintervention étrangère sous mandat de lONU ; au Bahreïn, la solidarité contre-révolutionnaire des monarchies du Golfe fait échec au mouvement decontestation mais elle reprend à partir de juin 2011 ; au Yémen, le dictateurSaleh qui réprime la révolte louvoie entre exigences de l’opposition et lesoutien international à une transition pacifique et démissionne le 27 février, eten Syrie, la répression exercée par le régime de Bachar el-Assad cause des
  4. 4. milliers de morts. Malgré la violence des répressions dans tous les paysconcernés par des mouvements dampleur, elles échouent presque toutes etles contestations continuent14. Tous les autres pays du monde arabe sauf leQatar ont été touchés, mais les manifestations y ont eu une ampleur et desconséquences plus limitées. Des États non arabes ont enregistré aussi desmanifestations ou procédé à des actions préventives, notamment lIran, maislampleur de ces mouvements a généralement été moindre et linfluence desévénements du monde arabe na pas toujours été clairement établie.Les principales causes de ces mouvements à forte dimension sociale2 sont lemanque de libertés individuelles et publiques, la kleptocratie, le chômage, lamisère, le coût de la vie élevé ainsi quun besoin de démocratie qui ne soit pasune simple façade15. Cette vague révolutionnaire est comparée à diversmoments historiques, comme le Printemps des peuples de 184816,17, la chutedu Rideau de fer en 198918,19, ou encore le Risorgimento italien20.Ces révolutions recourent initialement aux méthodes de contestation nonviolente21 détaillées dans le manuel de Gene Sharp et inspirées de celles deGandhi ; les révolutionnaires utilisent les technologies modernes decommunication (différents outils d’Internet et téléphone mobile) de façonintensive, la télévision satellitaire jouant également un rôle important dans ledéroulement des évènements22. Les dictatures concernées tentent dailleursde contrer ces moyens de communication (coupure ou brouillage des réseaux,attaque contre les journalistes).En juin 2011, la contestation se poursuit dans la quasi-totalité des pays arabessauf le Qatar et les Émirats, les différents mouvements s’encourageant les unsles autres : ainsi, la contestation à Bahreïn, assommée par l’interventionsaoudienne, reprend dès la fin de l’état d’urgence12. Dans tous les paysconcernés, les révolutions cimentent l’unité nationale12. Ces révoltespourraient mener à une redistribution des cartes dans cette zone du monde,avec des conséquences géopolitiques (comme sur le conflit israélo-
  5. 5. palestinien11,12), sociales et économiques majeures à léchelle mondiale,notamment à cause de l’industrie pétrolière, très présente dans cesrégions.Sommaire1 Contexte et points communs des pays concernés1.1 Démographie : des révolutions de la jeunesse1.2 Régimes politiques1.3 Aspects socio-économiques1.4 Développement comparé des différents pays arabes (avant les évènements)2 Schémas de déroulement commun2.1 Déroulement des événements2.2 Action non-violente et rôle de l’armée2.3 Nouvelles technologies et médias2.4 Place de l’islam et des femmes2.5 Étincelle tunisienne3 Tunisie, départ dune flambée générale4 Effet domino4.1 Révolution égyptienne4.2 Guerre civile libyenne4.3 Révolution yéménite4.4 Révolte syrienne4.5 Contestation bahreïnienne4.6 Contestation algérienne4.7 Contestation jordanienne4.8 Manifestations marocaines
  6. 6. 4.9 Irak4.10 Autres pays arabes5 Extensions et influences hors du monde arabe5.1 Albanie5.2 Burkina Faso5.3 Chine5.4 Iran5.5 Québec6 Vue chronologique des évènements6.1 Prémices6.2 Décembre 20106.3 20116.3.1 Janvier6.3.2 Février6.3.3 Mars6.3.4 Avril6.3.5 Mai6.3.6 Août6.3.7 Septembre6.3.8 Octobre6.3.9 Novembre6.3.10 Décembre6.4 20126.4.1 Janvier
  7. 7. 6.4.2 Février6.4.3 Mars6.4.4 Avril6.4.5 Mai6.4.6 Juin7 Conséquences7.1 Conséquences politiques7.1.1 Intervention internationale en Libye7.1.2 Instauration de la démocratie7.1.2.1 Tunisie7.1.2.2 Maroc7.1.2.3 Libye7.1.2.4 Égypte7.2 Conséquences économiques7.3 Conséquences migratoires7.4 Nouvelle configuration diplomatique7.5 Territoires palestiniens8 Réactions internationales8.1 Organismes internationaux8.1.1 Union pour la Méditerranée8.1.2 Organisation des Nations Unies8.1.3 Ligue arabe8.1.4 OTAN8.2 Corée
  8. 8. 8.3 États-Unis8.4 Union européenne8.5 France8.6 Vatican9 Critiques10 Presse11 Notes et références12 Annexes12.1 Bibliographie12.2 Liens externes[modifier]Contexte et points communs des pays concernésZine El Abidine Ben Ali en 2008.[modifier]Démographie : des révolutions de la jeunesseTous les pays arabes sont entrés en transition démographique dès les années1950. Le taux de fécondité moyen de la région (Afrique du Nord et Moyen-Orient Iran compris) est de 3,6 enfants par femme en 2000-200523. Lorsque lesrévolutions arabes se produisent, elle est avancée au Moyen-Orient, et achevéeau Maghreb. Ce facteur joue un rôle déterminant dans le déclenchement desrévolutions, dans le sens où les enfants prennent plus dimportance dans lafamille, sont mieux éduqués et élevés de façon égalitaire, et donc plus à mêmede remettre en cause l’autorité patriarcale et un système inégalitaire24. La
  9. 9. transition démographique a aussi pour résultat des effectifs importants pour laclasse d’âge 15-29 ans : ils sont plus de 100 millions en 2009 dans la région, soitle tiers de la population totale, et une augmentation de 50 % depuis vingtans23.Même si les jeunes sont soutenus voire accompagnés dans les manifestationspar des membres de toutes les tranches d’âges, ils restent le moteur principaldes révolutions arabes25,26,24,27. Jeffrey Sachs fait de l’emploi des jeunes à lafois une des racines des révolutions arabes, et un des enjeux majeurs despolitiques arabes à venir28.[modifier]Régimes politiquesExtension géographique de la langue arabe contemporaine :pays où elle est seule langue officielle ;pays où elle partage le statut de langue officielle avec dautres idiomes.Les régimes des pays arabes sont autoritaires, oligarchiques : pour semaintenir, ils multiplient les services de police. Ces États policiers s’associentaux milieux affairistes29. Les sociétés arabes aspirent à des régimesdémocratiques ; le chercheur français Olivier Roy avait ainsi pressenti le risqued’un écart entre le soutien des diplomaties occidentales aux dictatures et lechemin pris par ces sociétés, qui rendait inéluctable la démocratisation despays arabes, dans une note du CAP de 200530. Les libertés limitées, lacorruption particulièrement développée dans la plupart de ces pays (toutcomme les détournements de fonds publics) et des chefs dÉtat très souventâgés en place depuis plusieurs dizaines dannées (souvent enclins au népotismeet notamment à la transmission héréditaire du pouvoir y compris dans lesrégimes de type républicain) sont autant de facteurs susceptibles dexaspérerles populations aboutissant ainsi à des troubles.
  10. 10. On note aussi dans les années 2010 une baisse du rôle des États-Unis dans larégion31,32, à cause de la guerre en Irak, qui les prive de moyens etdinfluence. Ainsi, cest la Turquie qui propose et fait aboutir sa médiation entreIsraël et la Syrie en 2008. La crise à Erbil en novembre 2010 est réglée sans eux.Enfin, cest lArabie saoudite et la Syrie

×