Noor. Ainsi se nomme la centrale solaire qui vient d’être
officiellement mise en service au Maroc, dans la province
d’Ouar...
UNE CENTRALE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE
Car Noor I est une centrale “thermodynamique“, utilisant les rayons du
Soleil pour ch...
BIENTÔT REJOINTE PAR NOOR II, NOOR III ET NOOR IV
Ce fluide, des sels fondus, qui a la capacité emmagasiner la chaleur
par...
Le schéma des miroirs de la centrale (Ph. AndrewBuck via Wikicommons CC BY-SA 3.0)
Et Noor IV, une “petite” centrale photo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La centrale solaire Noor

260 vues

Publié le

Energies renouvelables

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
260
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La centrale solaire Noor

  1. 1. Noor. Ainsi se nomme la centrale solaire qui vient d’être officiellement mise en service au Maroc, dans la province d’Ouarzazate, à 10 km de la ville éponyme. Noor, cela veut dire “lumière”. Et s’il ne s’agit que du démarrage effectif de la phase I – une centrale d’une capacité de 160 MW – le projet, une fois achevé en 2020, portera bien son nom : ce sera la plus grande centrale solaire du monde, d’une capacité de 580 MW. Pour l’heure, Noor I ne produit donc “que” 160MW de puissance, soit l’équivalent de la puissance nécessaire pour faire voler un Boeing 747 en vol (passagers inclus) ou pour donner de l’électricité à 1 millions de Marocains (selon les sources officielles), du moins tant que le Soleil est au rendez-vous… et quelques heures après son coucher. NOOR : LA PLUS GRANDE CENTRALE SOLAIRE DU MONDE VIENT D’ALLUMER SON PREMIER “RÉACTEUR”
  2. 2. UNE CENTRALE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE Car Noor I est une centrale “thermodynamique“, utilisant les rayons du Soleil pour chauffer un fluide lequel transmet ensuite la chaleur à l’eau pour faire tourner des turbines à vapeur et produire de l’électricité. Elle devrait ainsi consommer 1,7 millions de mètres-cubes d’eau par an. La centrale Noor I vue depuis le satellite Landsat 8 à 710 km d’altitude (Nasa) De fait, Noor I est un immense champ de miroirs incurvés, un demi- million répartis sur 480 hectares, qui à l’unisson, telle une parabole de télescope ou d’antenne, concentrent les rayons du Soleil en son “foyer” : une tour contenant le fluide thermique.
  3. 3. BIENTÔT REJOINTE PAR NOOR II, NOOR III ET NOOR IV Ce fluide, des sels fondus, qui a la capacité emmagasiner la chaleur par inertie thermique bien plus longtemps que l’eau, est ainsi un réservoir de chaleur qui permet à la centrale de fonctionner environ 3 heures après l’extinction du jour – mais qui, a contrario, tarde plus à s’échauffer le matin. Exemple de centrale solaire thermodynamique : la centrale Planta Solar 10 en Andalousie (Espagne). Ph. Afloresm via Wikicommons CC BY 2.0. S’il est prévu que Noor I commence à délivrer son électricité en juin 2017, après une phase de tests et de réglages, sa sœur, Noor II, est déjà en construction et devrait entrer en service en 2017-2018. Prévue pour délivrer environ 200 MW de puissance, elle repose sur une technologie semblable mais moins consommatrice d’eau. L’ÉQUIVALENT D’UN RÉACTEUR NUCLÉAIRE… ÉTALÉ SUR 2500 HECTARES Enfin, Noor III, devrait être achevée en 2020, pour une puissance d’environ 150 MW… En tout, le projet Noor, d’un coût total estimé de quelque 9 milliards de dollars (8 milliards d’euros), déploiera ses miroirs sur 2 500 hectares, plus que le site de Disneyland Paris, pour produire 500 MW (avec une consommation d’eau estimée de 2,5 à 3 millions de m3 d’eau par an).
  4. 4. Le schéma des miroirs de la centrale (Ph. AndrewBuck via Wikicommons CC BY-SA 3.0) Et Noor IV, une “petite” centrale photovoltaïque de 80 MW, viendra soulager les trois autres en cas de pic. Donc 580 MW en tout, soit la puissance d’un réacteur nucléaire moderne… 11% DE L’ÉLECTRICITÉ MONDIALE À L’HORIZON 2050 Avec cela, le Maroc se situera en tête du peloton du “solaire thermodynamique” dont l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit qu’il représentera à l’horizon 2050 11% de la production d’électricité mondiale, avec 1 000 GW. Roman Ikonicoff Sciences et vie

×